Méthodes radiographiques d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques Radiographic methods for evaluating osteoporotic vertebral fractures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes radiographiques d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques Radiographic methods for evaluating osteoporotic vertebral fractures"

Transcription

1 Revue du Rhumatisme 76 (2009) Mise au point Méthodes radiographiques d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques Radiographic methods for evaluating osteoporotic vertebral fractures Franck Grados a,b,, Jacques Fechtenbaum c, Elisabeth Flipon a,b, Sami Kolta c, Christian Roux c, Patrice Fardellone a,b a Inserm, ERI 12, faculté de médecine et de pharmacie, 1, rue des Louvels, Amiens, France b Service de rhumatologie, hôpital Nord, CHU Amiens, Amiens cedex 1, France c Service de rhumatologie, hôpital Cochin, AP -HP, université Paris 5, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, Paris, France Accepté le 17 juillet 2008 Disponible sur Internet le 23 février 2009 Résumé Une définition précise et une évaluation radiologique reproductible des fractures vertébrales ostéoporotiques sont indispensables pour la pratique clinique, les essais thérapeutiques et les études épidémiologiques. Objectifs. Décrire et analyser les différentes méthodes d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques basées sur la radiographie standard ou l absorptiométrie biphotonique à rayons X ; préciser leur place respective dans la pratique clinique, les essais thérapeutiques et les études épidémiologiques. Méthodes. Cette mise au point a été rédigée par un rhumatologue à partir de son expérience et de l analyse de la littérature, puis confrontée à l avis de quatre experts. La recherche d articles publiés en anglais ou en français a été faite dans la base de données Medline de 1975 à février 2008 en utilisant les mots clés suivants : vertebral fracture, osteoporosis, vertebral deformity, vertebral fracture assessment. Résultats. Cent quarante-neuf articles ont été sélectionnés pour être lus dans leur intégralité. Il n y a toujours pas de critère universellement admis pour définir une fracture vertébrale ostéoporotique. Nous avons analysé les différentes méthodes proposées : lecture visuelle, analyse semiquantitative de Genant, analyse qualitative de Jiang, radiomorphométrie digitalisée et analyse vertébrale par absorptiométrie biphotonique. En pratique quotidienne, il peut être utile pour évaluer la gravité et le pronostic de l ostéoporose d utiliser l analyse semiquantitative de Genant sur les radiographies standard. L analyse par absorptiométrie biphotonique peut permettre le dépistage de fracture vertébrale à l occasion d une densitométrie osseuse chez des patient(e)s asymptomatiques. En cas de suspicion clinique de fracture vertébrale (rachialgie dorsale ou lombaire, perte de taille, cyphose dorsale), l analyse des radiographies standard demeure la méthode de référence. Pour les essais thérapeutiques et les études épidémiologiques, la préférence va également à l analyse semiquantitative de Genant réalisée par un lecteur expérimenté et entraîné, car elle possède une reproductibilité satisfaisante et contrairement aux méthodes basées sur la radiomorphométrie digitalisée, elle permet le diagnostic différentiel des déformations vertébrales. Certaines études peuvent concerner plusieurs milliers de radiographies et il n est pas toujours possible matériellement de faire lire toutes ces radiographies par un expert. Dans ce cas, on pourra trier les vertèbres par une analyse visuelle semiquantitative en normale, douteuse ou fracturée avec relecture par un expert limité aux vertèbres douteuses ou fracturées ou utiliser la radiomorphométrie digitalisée associée à une analyse semiquantitative avec relecture par un expert, limitée aux résultats discordants. Nous ne recommandons pas pour l instant d utiliser l analyse qualitative de Jiang qui est en cours de validation Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Fracture vertébrale ; Ostéoporose Keywords: Vertebral fracture; Osteoporosis; Vertebral fracture assessment Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine (doi: j.jbspin ). Auteur correspondant. Adresse (F. Grados) /$ see front matter 2009 Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.rhum

2 398 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) Introduction Le diagnostic radiographique des fractures vertébrales ostéoporotiques est important à plus d un titre. En pratique clinique, il permet le diagnostic de l ostéoporose fracturaire vertébrale. Il s agit d une pathologie sous-estimée [1,2] et fréquente : 22,8 % (IC 95 %, 19,8 25,8 %) des femmes françaises ambulatoires âgées de plus de 75 ans présentent au moins une fracture vertébrale ostéoporotique [3]. En complément et de façon indépendante de la densitométrie osseuse [4], le diagnostic de fracture vertébrale est utile au pronostic de l ostéoporose : la présence d une fracture vertébrale multipliant par 4 à 5 le risque de survenue d une nouvelle fracture vertébrale [5 8] et par 3 le risque de fracture du col du fémur [6,7]. Les femmes présentant une fracture vertébrale ostéoporotique ont une altération de la qualité de vie [9,10] et une mortalité accrue [11,12]. Un diagnostic fiable des fractures vertébrales est également indispensable à la conduite des études épidémiologiques sur l ostéoporose et à l évaluation de l efficacité des traitements antiostéoporotiques. Pourtant, il n existe à l heure actuelle aucun critère universellement admis pour affirmer l existence d une fracture vertébrale. Cette difficulté diagnostique provient des caractéristiques qui la distinguent des fractures périphériques [13] (Tableau 1). Les fractures vertébrales ostéoporotiques surviennent en effet le plus souvent sans traumatisme déclenchant. Elles peuvent être pauci ou asymptomatiques. Leurs signes cliniques ne sont pas spécifiques : les rachialgies et perte de taille liées à d autres étiologies sont fréquentes chez les sujets âgés. Leur degré de sévérité est variable. Certaines fractures vertébrales sont infraradiologiques visibles uniquement initialement en IRM [14]. Trente-cinq pour cent des fractures vertébrales sont mobiles [15]. L aggravation d une fracture vertébrale préexistante est fréquente. Il existe, en plus, fréquemment, des problèmes de diagnostic différentiel avec des déformations vertébrales (variantes de la normale, séquelles de maladie de Scheuermann, remaniements arthrosiques), des artéfacts liés à l obliquité des rayons X ou bien encore avec des fractures vertébrales d origine tumorale. L analyse des radiographies ne permet pas non plus aisément de distinguer les fractures vertébrales récentes des fractures vertébrales anciennes et les fractures vertébrales ostéoporotiques des fractures vertébrales traumatiques. Nous proposons de décrire et analyser les différentes méthodes d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques reposant Tableau 1 Caractéristiques des fractures vertébrales et des fractures périphériques d après Kleerekoper et al. [13]. Fractures vertébrales Fractures périphériques Absence de douleur Possible Rare Sévérité Variable Loi du tout ou rien Infraradiologique Possible Rare Récupération anatomique Impossible Le plus souvent Nouvelle fracture au même Fréquent Rare site Traumatisme Absent ou minime Souvent sévère Persistance à distance d une mobilité de la fracture Possible Rare sur la radiographie standard ou l absorptiométrie biphotonique à rayons X, puis de préciser leur place respective dans la pratique clinique, les essais thérapeutiques et les études épidémiologiques. 2. Méthodes Cette mise au point a été rédigée par un rhumatologue (FG) à partir de son expérience et de l analyse de la littérature (FG, EF), puis confrontées à l avis de deux rhumatologues experts en évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques (JF, SK) et deux professeurs de rhumatologie spécialistes de l ostéoporose (PF, CR). La recherche d articles publiés en anglais ou en français s est faite sur Medline pour la période allant de 1975 à février 2008 en utilisant les mots clés : vertebral fracture, osteoporosis, vertebral deformity, vertebral fracture assessment. Les articles évaluant d autres technologies que la radiographie standard et l absorptiométrie biphotonique n ont pas été retenus. Ce travail a été réalisé sans soutien financier ni influence de l industrie. 3. Résultats Cent quarante-neuf articles ont été sélectionnés pour être lus dans leur intégralité. Nous allons décrire et analyser les différentes méthodes proposées : lecture visuelle, analyse semiquantitative de Genant (ASQ), analyse qualitative de Jiang, radiomorphométrie digitalisée et analyse par absorptiométrie biphotonique. En l absence de méthode de référence admise universellement, nous nous sommes attachés à étudier la reproductibilité de ces différentes méthodes, analyser les comparaisons avec une lecture consensuelle d experts et regarder si les fractures vertébrales détectées par ces méthodes étaient prédictives du risque ultérieur de fracture Lecture visuelle subjective La lecture visuelle des radiographies est la méthode qui est utilisée le plus souvent en pratique courante. Elle est très dépendante de l expérience de l examinateur. Elle est simple et indispensable au diagnostic différentiel avec les déformations vertébrales d autres origines, mais elle soufre d une mauvaise reproductibilité : concordance intraobservateur = 87 %, score Kappa ( ) = 0,62 ; interobservateur = 75 %, = 0,47 [16] (le score permet de tenir compte de la proportion de réponse concordante obtenue par chance, sa valeur va de 0 [accord nul] à 1 [accord parfait], une valeur supérieure à 0,8 est considérée comme satisfaisante, une valeur inférieure à 0,6 est considérée comme mauvaise). Cette méthode ne doit pas par conséquent être utilisée dans les études épidémiologiques et les essais thérapeutiques Analyse semiquantitative de Genant Genant et al. [17] ont proposé d évaluer le type morphologique de la fracture vertébrale (cunéiforme, concave ou en galette) et la gravité de la fracture (cotée de 0à3)defaçon

3 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) Fig. 1. Analyse semiquantitative de Genant et al. [17] reproduite avec la permission de l auteur. séparée (Fig. 1) : grade 0 : vertèbre normale ; grade 1 : fracture minime : réduction approximative de 20 à 25 % d une ou plusieurs hauteurs (antérieure, moyenne ou postérieure) ; grade 2 : fracture modérée : réduction de 25 à 40 % d une ou plusieurs hauteurs ; grade 3 : fracture sévère : réduction supérieure à 40 % d une ou plusieurs hauteurs. La somme des grades des vertèbres de D4 à L4 permet de calculer le spinal deformity index qui reflète le nombre et la sévérité des fractures vertébrales. La mise à disposition d un atlas illustré d exemples [17] et l adjonction à l analyse visuelle d un critère quantitatif améliore la reproductibilité à la fois pour le diagnostic des fractures vertébrales prévalentes (Tableau 2) et incidentes (Tableau 3) [17 19]. Cette approche demeure dépendante de l expérience et de l entraînement des lecteurs. La concordance intraobservateur est de 97 % ( = 0,89) pour un lecteur expérimenté et de Tableau 2 Reproductibilité de l analyse semiquantitative de Genant pour le diagnostic d une fracture vertébrale prévalente. Auteurs Concordance (%) Intervalle de confiance 95 % Genant et al. [17] Intraobservateur Lecteur peu 93 0,73 0,66 0,80 expérimenté Lecteur expérimenté 97 0,89 0,84 0,94 Interobservateur 94 0,74 0,67 0,81 Wu et al. [18] Interobservateur 94,2 94,3 94,4 Entre un lecteur et une lecture consensuelle de quatre radiologues Grados et al. [19] 95,5 96,2 96,3 0,80 0,80 0,81 0,84 0,87 0,87 Intraobservateur 96,4 0,91 0,87 0,95 Entre un lecteur et une lecture consensuelle de trois experts 98 0,95 0,92 0,97 93 % ( = 0,73) pour un lecteur non expérimenté [17]. L ASQ est simple, accessible à tout médecin mais, nécessite une période d apprentissage. Elle permet pour un lecteur entraîné et expérimenté le diagnostic différentiel par rapport à des déformations vertébrales d autres origines. Le nombre et la sévérité des fractures vertébrales a un intérêt pronostic complémentaire et indépendant de la densitométrie osseuse [4]. À chaque augmentation d une unité de la valeur initiale du spinal deformity index le risque d une nouvelle fracture vertébrale dans les trois années suivantes augmente de 0,05. [20]. Les patientes qui ont seulement des fractures vertébrales prévalentes de grade 1 ont un risque accru de fracture vertébrale à quatre ans (RR = 1,8 [1,3 2,4], p < 0,001) mais ce risque est encore plus grand si elles ont au moins une fracture vertébrale prévalente de grade supérieur ou égal à 2 (RR = 2,7 [2,3 3,3], p < 0,001) [21]. Les patientes qui ont initialement des fractures vertébrales de grade 3 ont une incidence de fracture périphérique à trois ans significativement plus grande comparativement à celles qui au départ n ont pas de fracture vertébrale ou qui n ont que des fractures vertébrales de grade 1 (p < 0,05). Cette augmentation du risque de fracture en fonction de la sévérité de fracture vertébrale persiste même après ajustement aux valeurs de densitométrie osseuse Tableau 3 Reproductibilité de l analyse semiquantitative de Genant pour le diagnostic d une fracture vertébrale incidente. Auteurs Concordance (%) Intervalle de confiance 95% Genant et al. [17] Intraobservateur Lecteur peu 98 0,76 0,63 0,90 expérimenté Lecteur expérimenté 99 0,93 0,86 1,00 Interobservateur 99 0,80 0,68 0,92 Wu et al. [18] Entre un lecteur et une lecture consensuelle de quatre radiologues 99,6 0,86 0,79 0,93 99,7 0,87 0,80 0,94 99,7 0,96 0,90 0,99

4 400 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) Tableau 4 Indications de vertebral fracture assessment selon un panel d experts de l International Society for Clinical Densitometry [51]. 1. Des femmes ménopausées présentant une ostéopénie à la densitométrie osseuse et un des critères suivant : l âge supérieure ou égale à 70 ans ; une perte de taille entre la taille mesurée et la taille rapportée de l adulte jeune>4cm; une perte de taille supérieure à 2 cm sur deux mesures successives ; l antécédent rapporté par la patiente de fracture vertébrale (non documenté) ; au moins deux critères parmi les suivants : - l âge entre 60 et 69 ans - l antécédent rapporté de fracture périphérique - une perte de taille entre la taille mesurée et la taille rapportée de l adulte jeune entre 2 et 4 cm - une pathologie chronique associée à une augmentation du risque de fractures vertébrales (par exemple) Niveau de preuve = assez bon, force de la recommandation = B 2. Des hommes présentant une ostéopénie à la densitométrie osseuse et un des critères suivant : l âge supérieure ou égale à 80 ans ; une perte de taille entre la taille mesurée et la taille rapportée de l adulte jeune supérieure à 6 cm ; une perte de taille supérieure à 3 cm sur deux mesures successives ; l antécédent rapporté par le patient de fracture vertébrale (non documenté) ; au moins deux critères parmi les suivants : - l âge entre 70 et 79 ans - l antécédent rapporté de fracture périphérique - une perte de taille entre la taille mesurée et la taille rapportée de l adulte jeune entre 3 et 6 cm - une prise d anti-androgènes ou antécédent d orchidectomie - une pathologie chronique associée à une augmentation du risque de fractures vertébrales (par exemple Niveau de preuve = assez bon, force de la recommandation = C (avis d expert) ; Des femmes ou hommes sous corticothérapie (à dose équivalente supérieure ou égale à 5 mg de prednisone par jour pendant au moins trois mois). Niveau de preuve = assez bon, force de la recommandation=b; Des femmes ménopausées ou hommes présentant une ostéoporose à la mesure de la densitométrie osseuse si la découverte d une ou plusieurs fractures vertébrales modifie la stratégie thérapeutique. Niveau de preuve = bon, force de la recommandation = C. [22]. Les patientes qui ont des fractures vertébrales de grade 3 ont des altérations plus importantes de la microarchitecture osseuse. [23]. L ASQ présente donc, un réel intérêt diagnostic et pronostic tant en pratique courante que dans les études épidémiologiques et les essais thérapeutiques Analyse qualitative de Jiang Elle permet de classer grâce à un arbre décisionnel basé sur l analyse de la partie centrale du plateau vertébral les vertèbres en trois catégories : une fracture ostéoporotique (enfoncement du plateau vertébral), une déformation non liée à l ostéoporose (réduction supérieure ou égale à 15 % de la hauteur vertébrale sans enfoncement du plateau vertébral) et une vertèbre normale [24]. Comme dans l ASQ, la sévérité des fractures vertébrales est évaluée en trois grades à la différence qu il n y a pas de seuil minimal pour définir une fracture vertébrale de grade 1 : réduction de hauteur inférieure ou égale à 25 %, grade 2 supérieur à 25 %, grade 3 supérieur à 40 %. La reproductibilité interobservateur de cette méthode est bonne ( = 0,74) [25,26], mais on ne dispose pas encore de données de reproductibilité intraobservateur. Il a été démontré chez la femme [27] et chez l homme [25] que contrairement aux fractures vertébrales ostéoporotiques, les déformations vertébrales non liées à l ostéoporose diagnostiquées par cette méthode n étaient pas associées avec des valeurs basses de densité minérale osseuse. Des études prospectives chez la femme [27] et chez l homme [25] dont l objectif est de démontrer que la présence de ces déformations vertébrales non liées à l ostéoporose n est pas associée avec une augmentation du risque de fracture sont en cours. Dans l attente de cette validation, nous ne recommandons pas pour l instant l utilisation de cette méthode Radiomorphométrie digitalisée Elle consiste à mesurer après digitalisation des radiographies de profil les hauteurs vertébrales : hauteur antérieure (HA), moyenne (HM) et postérieure (HP) (Fig. 2). On calcule des indices de forme vertébrale : indice de cunéisation HA/HP, de concavité HM/HP, de déformation postérieure HP/HP de la vertèbre sus- et sous-jacente. La reproductibilité des mesures des hauteurs vertébrales est bonne chez les sujets sains avec des coefficients de variation (CV) inférieurs à 2 % [28]. La reproductibilité est moins bonne chez les patientes présentant une ostéoporose fracturaire vertébrale (CV interobservateur HA=3,6; HM=5; HP=3,8%), surtout pour la mesure de la hauteur moyenne sur des clichés successifs (CV intraobservateur longitudinale de HM = 6,3 %) [19]. On définit une fracture vertébrale prévalente en cas de diminution d au moins un des trois indices de formes vertébrales de plus de 15 % [29] ou de plus de trois écart-types [30] par rapport à la moyenne de ces indices dans une population de référence. Des algorithmes

5 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) plus complexes [31,32] ont été proposés, mais ils ne donnent pas de meilleurs résultats en terme de concordance avec l ASQ consensuelle de trois experts [19]. Le choix de la population de référence doit tenir compte de l origine ethnique [33], de l âge et du sexe de la population étudiée [34]. Il a été démontré que la présence de fracture vertébrale prévalente définie par une variation d au moins un des trois indices de forme vertébrale de plus de trois écart-types [30] était associée à une augmentation du risque ultérieur de fracture vertébrale et fémorale [6]. On définit une fracture vertébrale incidente en cas de variation sur deux clichés successifs d au moins une des trois hauteurs par rapport à sa valeur initiale d au moins 15 ou 20 % et/ou de 3 ou 4 mm. La mise en place des points pour les mesures des hauteurs vertébrales demeure en partie subjective, surtout pour la hauteur moyenne, où la mise en place des points peut varier selon que l on considère qu il s agit d une fracture concave ou un aspect en double contour du plateau vertébral lié à un problème d obliquité des rayons X (problème fréquemment rencontré pour les vertèbres situées sur les bords du cliché). La radiomorphométrie digitalisée n est pas applicable en cas de scoliose même modérée. En dépit des efforts de standardisation dans la réalisation des clichés, elle est pénalisée par la difficulté d obtenir des clichés de bonne qualité dans les mêmes conditions d obliquité des rayons X et de positionnement des vertèbres chez des sujets âgés ostéoporotiques. En conséquence, il est nécessaire d utiliser des seuils relativement élevés qui empêchent la détection de certaines petites fractures uniconcaves. La simplification de la forme de la vertèbre en une mesure de trois hauteurs fait perdre des informations visibles à l œil nu comme la perte de parallélisme des plateaux vertébraux. La radiomorphométrie digitalisée ne permet pas de faire la distinction entre une déformation liée à une fracture ostéoporotique et une déformation d une autre origine. Par exemple, dans l étude européenne sur les fractures vertébrales (EVOS) 31 à 68 % selon le critère utilisé (Eastell et al. [30] trois ou quatre écart-types, McCloskey et al. [32]) des femmes ayant une déformation vertébrale prévalente détectée par radiomorphométrie digitalisée sont considérés par une lecture combinant méthode qualitative et quantitative comme ayant des déformations vertébrales non liées à l ostéoporose [35]. La radiomorphométrie digitalisée doit donc être obligatoirement couplée à une analyse visuelle des radiographies Analyse par absorptiométrie biphotonique L analyse de la morphologie vertébrale est possible sur des images de profil obtenues avec les appareils d absorptiométrie biphotonique de dernière génération soit grâce à un bras rotatif (Hologic : QDR 4500 A, QDR Delphi), soit en positionnant le patient en décubitus latéral (Hologic Discovery (Fig. 3), Lunar Prodigy). De nombreux termes pour définir cette technique ont été auparavant utilisés (instant vertebral assessment [IVA], lateral vertebral assessment [LVA], dual-energy vertebral assessment [DVA], morphometric X-ray absorptiometry Fig. 2. Mesures de la hauteur vertébrale antérieure (HA) et postérieure (HP) par radiomorphométrie digitalisée. Fig. 3. Fracture cunéiforme de grade 2 de la première vertèbre lombaire (L 1 ) visible sur une image obtenue en absorptiométrie biphotonique.

6 402 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) [MXA]), mais sa dénomination actuelle internationale est désormais vertebral fracture assessment (VFA) [36]. Le faisceau de rayons X est parallèle aux plateaux des vertèbres alors qu il se déploie en éventail en radiologie. Pour cette raison, la VFA ne souffre pas des problèmes inhérents à l agrandissement et à la distorsion géométrique de l image. Le même appareil permet d obtenir de façon simultanée les deux éléments clés du diagnostic et du pronostic de l ostéoporose : la densitométrie osseuse et la présence de fracture vertébrale prévalente. L acquisition des images est rapide ne demandant que quelques minutes seulement [36]. L irradiation est faible trois micro-sieverts ( Sv) alors que la dose absorbée par la réalisation d une radiographie de profil du rachis dorsal et lombaire est de 600 Sv [36]. Cette technique est remboursée aux États-Unis par le «medicare» sur la base de 40 $, soit deux fois moins chère que des radiographies du rachis dorsal et lombaire [37]. La résolution de l image est moins bonne qu en radiographie standard [38]. Pour que l image soit de la meilleure qualité possible avec les appareils Hologic Discovery et Lunar Prodigy, il est important que le patient soit bien positionné de profil sur la table. L image obtenue peut être analysée en pratique clinique en utilisant l ASQ [36]. Une analyse quantitative morphométrique ne doit pas être réalisée isolément en raison de nombreuses possibilités d erreur (problèmes de placement des points de repères vertébraux, variantes anatomiques déformations arthrosiques...) [36]. En cas de détection d une déformation vertébrale en VFA, des radiographies standard du rachis doivent être réalisées pour confirmer la déformation et en Tableau 5 Méthodes d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques incidentes utilisées dans les principaux essais thérapeutiques. Nom de l étude Médicament Critères de détection des fractures vertébrales incidentes FIT [54] Alendronate Radiomorphométrie (diminution moins 20 % et 4 mm par rapport à sa hauteur initiale) confirmée par ASQ VERT [55] Risédronate Radiomorphométrie (diminution moins 15 % par rapport à sa hauteur initiale) confirmée par ASQ BONE [56] Ibandronate Radiomorphométrie (diminution moins 20 % et 4 mm par rapport à sa hauteur initiale) confirmée par lecture qualitative MORE [57] Raloxifène Combinaison radiomorphométrie (diminution d une des hauteurs vertébrales d au moins 20 % et 4 mm par rapport à sa hauteur initiale) et ASQ SOTI [58] Ranélate de strontium Radiomorphométrie (diminution moins 15 % ou 3 mm par rapport à sa hauteur initiale) confirmée par ASQ NEER [59] Tériparatide ASQ HORIZON [60] Zolédronate Radiomorphométrie (diminution moins 20 % et 4 mm par rapport à sa hauteur initiale) confirmée par ASQ Tableau 6 Résumé des caractéristiques des différentes méthodes d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques. Avantages Inconvénients Reproductibilité Applications Routine Épidémiologie Essai thérapeutique Lecture visuelle Simple Subjective Mauvaise Oui Non Non Très bonne Oui Oui Oui Nécessite un lecteur entraîné et expérimenté Simple valeur prédictive du risque de fracture ultérieur démontrée permet le diagnostic différentiel Analyse semiquantitative de Genant Bonne Oui Non Non Technique en cours de validation valeur prédictive du risque ultérieur de fracture non encore démontrée Analyse qualitative de Jiang Simple permet le diagnostic différentiel Bonne Non Oui Oui si lecture qualitative associée Fastidieuse ne permet pas le diagnostic différentiel Radiomorphométrie digitalisée Mesure objective des hauteurs valeur prédictive du risque de fracture ultérieur démontrée Moyenne Oui Non Non Ne permet pas le diagnostic différentiel mauvaise lisibilité en dorsal Mesure simultanée de la densitométrie osseuse irradiation et coût moindre Analyse par absorptiométrie biphotonique

7 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) préciser sa nature. La concordance est assez bonne entre VFA et radiomorphométrie (94,8 % = 0,70 [IC 95 % = 0,65 0,76] [39], = 0,67 [40]) entre VFA et lecture consensuelle qualitative de deux experts ( = 0,71 [IC 95 % = 0,66 0,75]) [41] entre VFA et analyse qualitative de Jiang ( = 0,62 0,81 dans une population à faible et fort risque de fracture, respectivement) [26] mais, moins bonne entre VFA et ASQ (95 % = 0,545) [42]. La VFA a une valeur prédictive négative élevée (supérieure à 80 % entre D 7 et L 4 [43] 95,5 % [44]), c est-à-dire, si le test est négatif, la probabilité de trouver une fracture vertébrale est faible. La lisibilité de l image en absorptiométrie est insuffisante, particulièrement au rachis dorsal supérieur [43]. Ainsi, le score entre VFA et radiomorphométrie est de 0,32 pour les vertèbres de D 4 àd 7 contre 0,71 pour les vertèbres de D 8 à L 4 [40]. La VFA a une sensibilité insuffisante (50 %) pour le diagnostic des fractures vertébrales de grade 1 [26,42,45]. Le nombre de vertèbres illisibles est beaucoup plus élevé en VFA : patiente adressée pour densitométrie osseuse = 11 % [45], 13% [38], population générale = 14 %, sujets ostéoporotiques = 15 % qu en radiomorphométrie (inférieure à 1 %, 1 % respectivement) [41]. La concordance interobservateur est moins bonne en VFA qu en ASQ sur des radiographies standard ( = 0,56 [IC 95 % = 0,541 0,580], = 0,599 [IC 95 % = 0,580 0,618] respectivement) [45] ( = 0,69 ; = 0,86 respectivement) [44]. La VFA n est pas interprétable en de scoliose ou de discarthroses sévères multiétagées. La VFA semble prometteuse, mais des progrès technologiques sont nécessaires. Elle pourrait contribuer à dépister les fractures vertébrales qui passent cliniquement inaperçues du corps médical dans environ deux tiers des cas [46] et devenir complémentaire de la densitométrie osseuse qui utilisée seule n est pas suffisante pour dépister les femmes à risque de fracture vertébrale puisque la moitié des fractures vertébrales surviennent chez des femmes simplement ostéopéniques [47,48]. La VFA est utile actuellement en pratique clinique lorsqu elle permet la découverte d une fracture vertébrale méconnue à l occasion d une densitométrie osseuse, chez des femmes (et même chez des hommes [49]) asymptomatiques sans antécédent connu de fracture avec un T score < 1 [50] ou lorsqu elle révèle une deuxième fracture vertébrale chez une patiente ostéoporotique ayant un antécédent connu d une seule fracture vertébrale sur des radiographies anciennes. Car, dans ces situations, la découverte d une nouvelle fracture vertébrale si elle est confirmée par des radiographies standard modifie la stratégie thérapeutique. Un panel d experts [51] a récemment essayé de préciser les indications de la VFA (Tableau 4). En revanche, en cas de suspicion clinique de fracture vertébrale (rachialgie dorsale ou lombaire chez une femme ménopausée ou un(e) patient(e) avec des facteurs de risque d ostéoporose, cyphose dorsale, perte de taille supérieure à 6 cm entre la taille mesurée et la taille rapportée de l adulte jeune [52], perte supérieure ou égale à 2 cm sur deux mesures successives [53]), l analyse des radiographies standard demeure la méthode de référence. Nous ne recommandons pas, compte tenu des performances actuelles des appareils, l utilisation de la VFA dans les essais thérapeutiques ou dans les études épidémiologiques. Le Tableau 5 présente les méthodes utilisées pour diagnostiquer les fractures vertébrales incidentes dans les principaux essais thérapeutiques [54 60]. Le Tableau 6 résume les principales caractéristiques des différentes techniques d évaluation des fractures vertébrales ostéoporotiques. La préférence globale issue de notre expertise est en faveur de l ASQ réalisée par un lecteur expérimenté et entraîné. Certaines études nécessitent plusieurs milliers de radiographies et il n est alors pas toujours possible matériellement de faire lire toutes ces radiographies par un expert. Dans ce cas, on pourra trier les vertèbres par une analyse visuelle semiquantitative en normale, douteuse ou fracturée avec relecture par un expert limité aux vertèbres douteuses ou fracturées [61] ou utiliser la radiomorphométrie digitalisée associée à une analyse semiquantitative avec relecture par un expert, limitée aux résultats discordants. La morphométrie par absorptiométrie biphotonique peut permettre le dépistage de fracture vertébrale à l occasion d une densitométrie osseuse chez un ou une patient(e) asymptomatique. Nous ne recommandons pas pour l instant d utiliser l analyse qualitative de Jiang qui est en cours de validation. Conflits d intérêts Les auteurs ne déclarent aucun conflit d intérêt. Références [1] Delmas PD, van de Langerijt L, Watts NB, et al. Underdiagnosis of vertebral fractures is a worldwide problem: the IMPACT study. J Bone Miner Res 2005;20: [2] Fechtenbaum J, Cropet C, Kolta S, et al. Reporting of vertebral fractures on spine X-rays. Osteoporos Int 2005;16: [3] Grados F, Marcelli C, Dargent-Molina P, et al. Prevalence of vertebral fractures in French women older than 75 years from the EPIDOS study. Bone 2004;34: [4] Siris ES, Genant HK, Laster AJ, et al. Enhanced prediction of fracture risk combining vertebral status and BMD. Osteoporos Int 2007;18: [5] Ross PD, Genant HK, Davis JW, et al. Predicting vertebral fracture incidence from prevalent fractures and bone density among non-black osteoporotic women. Osteoporos Int 1993;3: [6] Black DM, Arden NK, Palermo L, et al. Prevalent vertebral deformities predict hip fractures and new vertebral deformities but not wrist fractures. J Bone Miner Res 1999;14: [7] Klotzbuecher CM, Ross PD, Landsman PB, et al. Patients with prior fractures have an increased risk of future fractures: a summary of the literature and statistical synthesis. J Bone Miner Res 2000;15: [8] Cauley JA, Hochberg MC, Lui LY, et al. Long-term risk of incident vertebral fractures. JAMA 2007;298: [9] Oleksik A, Lips P, Dawson A, et al. Health related quality of life in postmenopausal women with low BMD with or without prevalent vertebral fractures. J Bone Miner Res 2000;15: [10] Fechtenbaum J, Cropet C, Kolta S, et al. The severity of vertebral fractures and health-related quality of life in osteoporotic postmenopausal women. Osteoporos Int 2005;16: [11] Kado DM, Browner WS, Palermo L, et al. Vertebral fractures and mortality in older women: a prospective study. Arch Intern Med 1999;159: [12] Kado DM, Duong T, Stone KL, et al. Incident vertebral fractures and mortality in older women: a prospective study. Osteoporos Int 2003;14: [13] Kleerekoper M, Nelson DA, Peterson EL, et al. Outcome variables in osteoporosis trials. Bone 1992;13:S [14] Pham T, Azulay-Parrado J, Champsaur P, et al. Occult osteoporotic vertebral fractures. Spine 2005;30: [15] McKiernan F, Jensen R, Faciszewski T. The dynamic mobility of vertebral compression fractures. J Bone Miner Res 2003;18:24 9.

8 404 F. Grados et al. / Revue du Rhumatisme 76 (2009) [16] Jensen GF, McNair P, Boesen J, et al. Validity in diagnosing osteoporosis. Observer variation in interpreting spinal radiographs. Eur J Radiol 1984;4:1 3. [17] Genant HK, Wu CY, Van Kuijk C, et al. Vertebral fracture assessment using a semiquantitative technique. J Bone Miner Res 1993;8: [18] Wu CY, Li J, Jergas M, et al. Comparison of semiquantitative and quantitative techniques for the assessment of prevalent and incident vertebral fractures. Osteoporos Int 1995;5: [19] Grados F, Roux C, de Vernejoul MC, et al. Comparison of four morphometric definitions and a semiquantitative consensus reading for assessing prevalent vertebral fractures. Osteoporos Int 2001;12: [20] Crans GG, Genant HK, Krege JH. Pronostic utility of a semiquantitative spinal deformity index. Bone 2005;37: [21] Roux C, Fechtenbaum J, Kolta S, et al. Mild prevalent and incident vertebral fractures are risk factors for new fractures. Osteoporos Int 2007;18: [22] Delmas PD, Genant HK, Crans GG, et al. Severity of prevalent vertebral fractures and the risk of subsequent vertebral and nonvertebral fractures: results from the MORE trial. Bone 2003;33: [23] Genant HK, Delmas PD, Chen P, et al. Severity of vertebral fracture reflects deterioration of bone microarchitecture. Osteoporos Int 2007;18: [24] Jiang G, Eastell R, Barrington NA, et al. Comparison of methods for the visual identification of prevalent vertebral fracture in osteoporosis. Osteoporos Int 2004;15: [25] Ferrar L, Jiang G, Cawthon PM, et al. Identification of vertebral fracture and non-osteoporotic short vertebral height in men: the MrOS study. J Bone Miner Res 2007;22: [26] Ferrar L, Jiang G, Clowes JA, et al. Comparison of densitometric and radiographic vertebral fracture assessment using the algorithm-based qualitative (ABQ) method in postmenopausal women at low and high risk of fracture. J Bone Miner Res 2008;23: [27] Ferrar L, Jiang G, Armbrecht G, et al. Is short vertebral height always an osteoporotic fracture? The osteoporosis and ultrasound study (OPUS). Bone 2007;41:5 12. [28] Sebert JL, Bonidan O, Fardellone P, et al. Reproducibility of vertebral radiographic measurements. In: Christiansen C, editor. Osteoporosis, 3. Copenhagen: Osteopress; p [29] Melton LJ, Kan SH, Frye MA, et al. Epidemiology of vertebral fractures in women. Am J Epidemiol 1989;129: [30] Eastell R, Cedel SL, Wahner HW, et al. Classification of vertebral fractures. J Bone Miner Res 1991;6: [31] Minne HW, Leidig G, Wüster C, et al. A newly developed spine deformity index (SDI) to quantitate vertebral crush fractures in patients with osteoporosis. Bone Miner 1988;3: [32] McCloskey EV, Spector TD, Eyres KS, et al. The assessment of vertebral deformity: a method for use in population studies and clinical trials. Osteoporos Int 1993;3: [33] Ross PD, Wasnich RD, Davis JW, et al. Vertebral dimension differences between Caucasian populations and between Caucasians and Japanese. Bone 1991;12: [34] Grados F, Fardellone P, Benammar M, et al. Influence of age and sex on vertebral shape indices assessed by radiographic morphometry. Osteoporos Int 1999;10: [35] Leidig-Bruckner G, Limberg B, Felsenberg D, et al. Sex difference in the validity of vertebral deformities as an index of prevalent osteoporotic fractures: a population survey of older men and women. Osteoporos Int 2000;11: [36] Vokes T, Bachman D, Baim S, et al. Vertebral fracture assessment: the 2005 ISCD official positions. J Clin Densitom 2006;9: [37] Schousboe JT, Ensrud KE, Nyman JA, et al. Cost-effectiveness of vertebral fracture assessment to detect prevalent vertebral deformity and select postmenopausal women with a femoral neck T-score > 2.5 for alendronate therapy: a modeling study. J Clin Densitom 2006;9: [38] Vokes TJ, Dixon LB, Favus MJ. Clinical utility of dual-energy vertebral assessment (DVA). Osteoporos Int 2003;14: [39] Rea JA, Chen MB, Li J, et al. Morphometric X-ray absorptiometry and morphometric radiography of the spine: a comparison of prevalent vertebral deformity identification. J Bone Miner Res 2000;15: [40] Chappard C, Kolta S, Fechtenbaum J, et al. Clinical evaluation of spine morphometric X-ray absorptiometry. Br J Rheumatol 1998;37: [41] Ferrar L, Jiang G, Barrington NA, et al. Identification of vertebral deformities in women: comparison of radiological assessment and quantitative morphometry using morphometric radiography and morphometric X-ray absorptiometry. J Bone Miner Res 2000;15: [42] Binkley N, Krueger D, Gangnon R, et al. Lateral vertebral assessment: a valuable technique to detect clinically significant vertebral fractures. Osteoporos Int 2005;16: [43] Chapurlat RD, Duboeuf F, Marion-Audibert HO, et al. Effectiveness of instant vertebral assessment to detect prevalent vertebral fracture. Osteoporos Int 2006;17: [44] Damiano J, Kolta S, Porcher R, et al. Diagnosis of vertebral fractures by vertebral fracture assessment. J Clin Densitom 2006;9: [45] Schousboe JT, DeBold CR. Reliability and accuracy of vertebral fracture assessment with densitometry compared to radiography in clinical practice. Osteoporos Int 2006;17: [46] Cooper C, Atkinson EJ, O Fallon WM, et al. Incidence of clinically diagnosed vertebral fractures: a population-based study in Rochester, Minnesota, J Bone Miner Res 1992;7: [47] Siris ES, Miller PD, Barrett-Connor E, et al. Identification and fracture outcomes of undiagnosed low bone mineral density in postmenopausal women: results from the National Osteoporosis Risk Assessment. JAMA 2001;286: [48] Sanders KM, Nicholson GC, Watts JJ, et al. Half the burden of fragility fractures in the community occur in women without osteoporosis: when is fracture prevention cost-effective? Bone 2006;38: [49] Vallarta-Ast N, Krueger D, Wrase C, et al. An evaluation of densitometric vertebral fracture assessment in men. Osteoporos Int 2007;18: [50] Lewiecki EM, Laster AJ. Clinical review: clinical applications of vertebral fracture assessment by dual-energy X-ray absorptiometry. J Clin Endocrinol Metab 2006;91: [51] Schousboe JT, Vokes T, Broy SB, et al. Vertebral fracture assessment: the 2007 ISCD official positions. J Clin Densitom 2008;11: [52] Siminoski K, Warshawski RS, Jen H, et al. The accuracy of historical height loss for the detection of vertebral fractures in postmenopausal women. Osteoporos Int 2006;17: [53] Krege JH, Siminoski K, Adachi JD, et al. A simple method for determining the probability a new vertebral fracture is present in postmenopausal women with osteoporosis. Osteoporos Int 2006;17: [54] Black DM, Cummings SR, Karpf DB, et al. Randomised trial effect of alendronate on risk of fracture in women with existing vertebral fractures. Lancet 1996;348: [55] Harris ST, Watts NB, Genant HK, et al. Effects of risedronate treatment on vertebral and nonvertebral fractures in women with postmenopausal osteoporosis. JAMA 1999;282: [56] Chesnut III CH, Skag A, Christiansen C, et al. Effects of oral ibandronate administered daily or intermittently on fracture risk in postmenopausal osteoporosis. J Bone Miner Res 2004;19: [57] Delmas PD, Ensrud KE, Adachi JD, et al. Efficacy of raloxifene on vertebral fracture risk reduction in postmenopausal women with osteoporosis: four-year results from a randomized clinical trial. J Clin Endocrinol Metab 2002;87: [58] Meunier PJ, Roux C, Seeman E, et al. The effects of strontium ranelate on the risk of vertebral fracture in women with postmenopausal osteoporosis. N Engl J Med 2004;350: [59] Neer RM, Arnaud CD, Zanchetta JR, et al. Effect of parathyroid hormone (1 34) on fractures and bone mineral density in postmenopausal women with osteoporosis. N Engl J Med 2001;344: [60] Black DM, Delmas PD, Eastell R, et al. Once-yearly zoledronic acid for treatment of postmenopausal osteopororis. N Engl J Med 2007;356: [61] Genant HK, Jergas M, Palermo L, et al. Comparison of semiquantitative visual and quantitative morphometric assessment of prevalent and incident vertebral fractures in osteoporosis. J Bone Miner Res 1996;11:

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat INTRODUCTION L ostéoporose

Plus en détail

A. Ne u p r e z (1), H. Jo h a n s s o n (2), J.A. Ka n i s (2), E.V. McCl o s k e y (2), A. Od é n (2), O. Br u y è r e (3),

A. Ne u p r e z (1), H. Jo h a n s s o n (2), J.A. Ka n i s (2), E.V. McCl o s k e y (2), A. Od é n (2), O. Br u y è r e (3), Rationalisation du remboursement des médicaments de l ostéoporose : de la mesure isolée de la densité osseuse à l intégration des facteurs cliniques de risque fracturaire. Validation de l algorithme FRAX

Plus en détail

GE Healthcare. Lunar idxa TM. intelligent DXA. GE imagination at work

GE Healthcare. Lunar idxa TM. intelligent DXA. GE imagination at work GE Healthcare Lunar idxa TM intelligent DXA GE imagination at work imagination at work L engagement permanent de GE GE Healthcare a pour vocation de concevoir des technologies et des systèmes toujours

Plus en détail

Traitement de l ostéoporose post-ménopausique Janv ier 2006 TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE RECOMMANDATIONS

Traitement de l ostéoporose post-ménopausique Janv ier 2006 TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE RECOMMANDATIONS TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE RECOMMANDATIONS Actualisation 2006 Afssaps - 143/ 147, bd Anatole France F-93285 Sai nt-denis Cedex t él. +33 (0)1 55 87 30 00 www.afssaps.sante.fr

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. Revue du rhumatisme xxx (2012) xxx xxx

ARTICLE IN PRESS. Revue du rhumatisme xxx (2012) xxx xxx G Model ARTICLE IN PRESS Revue du rhumatisme xxx (2012) xxx xxx Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Recommandations Actualisation 2012 des recommandations franç aises du traitement médicamenteux

Plus en détail

Les avancées de la rhumatologie II

Les avancées de la rhumatologie II Les avancées de la rhumatologie II par Emmanuèle Garnier Le congrès de l American College of Rheumatology s est déroulé en novembre dernier à San Francisco. De nombreuses conférences ont été consacrées

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

l ostéoporose La mesure du succès Comment juger si le patient réagit bien au traitement? le point sur un guide pratique pour les médecins canadiens

l ostéoporose La mesure du succès Comment juger si le patient réagit bien au traitement? le point sur un guide pratique pour les médecins canadiens Ostéoporose Canada Osteoporosis Canada Société canadienne des postes envois de publications canadiennes contrat de vente 40063504 hiver 2006 vol. 10 n 1 l ostéoporose le point sur un guide pratique pour

Plus en détail

Défendons nos os. Risque de fracture! Journée Mondiale contre l Ostéoporose. Testez vos risques d ostéoporose sur www.grio.org

Défendons nos os. Risque de fracture! Journée Mondiale contre l Ostéoporose. Testez vos risques d ostéoporose sur www.grio.org Journée Mondiale contre l Ostéoporose Risque de fracture! Défendons nos os Testez vos risques d ostéoporose sur www.grio.org International Osteoporosis Foundation Dossier de Presse 2008 Dossier de Presse

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 décembre 2010 BONVIVA 150 mg/1 mois, comprimé B/1 (CIP : 371 657.8) B/3 (CIP: 371 658.4) BONVIVA 3 mg/3 mois solution injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie +

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

L OSTÉOPOROSE INVOLUTIVE DE LA FEMME : STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE Un point de vue actualisé du Belgian Bone Club*

L OSTÉOPOROSE INVOLUTIVE DE LA FEMME : STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE Un point de vue actualisé du Belgian Bone Club* L OSTÉOPOROSE INVOLUTIVE DE LA FEMME : STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE Un point de vue actualisé du Belgian Bone Club* J.M. Kaufman (1), J.J. Body (2), S. Boonen (3), J.P. Devogelaer (4), F. Raeman (5), S. Rozenberg

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Ostéoporose chez l homme

Ostéoporose chez l homme le point sur Ostéoporose Rev Med Suisse 2013 ; 9 : 1260-4 E. Biver B. Uebelhart Drs Emmanuel Biver et Brigitte Uebelhart Service des maladies s Département des spécialités de médecine HUG et Faculté de

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

FRACTURES VERTEBRALES ET OSTEOPOROSE. DR C BONNET SERVICE DE RHUMATOLOGIE CHU LIMOGES FMC Val de Creuse mercredi 12 juin 2013

FRACTURES VERTEBRALES ET OSTEOPOROSE. DR C BONNET SERVICE DE RHUMATOLOGIE CHU LIMOGES FMC Val de Creuse mercredi 12 juin 2013 FRACTURES VERTEBRALES ET OSTEOPOROSE DR C BONNET SERVICE DE RHUMATOLOGIE CHU LIMOGES FMC Val de Creuse mercredi 12 juin 2013 Madame R, 68 ans, a une recrudescence de lombalgie depuis 2 semaines. Elle n

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Lionel Pesquer, Pascal Huot, Maryse Moinard, Gérald Paris, Alain Silvestre, Philippe Meyer Clinique du sport de Bordeaux - Mérignac

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Catherine Marty Service de neuro-orthopédie,

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

CONTROVERSES en chirurgie de la hanche. C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar

CONTROVERSES en chirurgie de la hanche. C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar CONTROVERSES en chirurgie de la hanche C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar Une invention française Gilles Bousquet CHU de Saint-Etienne - Jean Rieu, Professeur à l Ecole des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE. MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie

ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE. MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie Épidémiologie : TERMINOLOGIE Discipline qui étudie les différents facteurs intervenant dans l apparition des maladies ainsi que

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Depuis la publication des lignes directrices de 2002

Depuis la publication des lignes directrices de 2002 Analyse Lignes directrices de pratique clinique 2010 pour le diagnostic et le traitement de l ostéoporose au Canada Sommaire Pour le Conseil consultatif scientifique de la Société de l ostéoporose du Canada

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

QUESTION N 1 QUESTION N 2 QUESTION N 3 QUESTION N 4

QUESTION N 1 QUESTION N 2 QUESTION N 3 QUESTION N 4 DOSSIER 1 Une patiente âgée de 82 ans est hospitalisée pour une fracture du col fémoral droit, survenue à l'occasion d'une chute de sa hauteur en se prenant les pieds dans son tapis. Elle a pu se relever

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

MESSIDOR. Méthodes d Evaluation de Systèmes de Segmentation et d Indexation Dédiées à l Ophtalmologie Rétinienne.

MESSIDOR. Méthodes d Evaluation de Systèmes de Segmentation et d Indexation Dédiées à l Ophtalmologie Rétinienne. MESSIDOR Méthodes d Evaluation de Systèmes de Segmentation et d Indexation Dédiées à l Ophtalmologie Rétinienne. MESSIDOR est un programme financé dans le cadre de l appel d offre TECHNO-VISION des Ministères

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Ursula Andress, ex James Bond Girl, invite toutes les femmes à dire «Doctor: No» contre l ostéoporose

Ursula Andress, ex James Bond Girl, invite toutes les femmes à dire «Doctor: No» contre l ostéoporose Ursula Andress, ex James Bond Girl, invite toutes les femmes à dire «Doctor: No» contre l ostéoporose Une enquête récente remet en question les vieilles idées fausses considérant que les femme touchées

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTÉOPOROSE CORTISONIQUE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTÉOPOROSE CORTISONIQUE Recommandation de Bonne Pratique TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L OSTÉOPOROSE CORTISONIQUE RECOMMANDATIONS 1 GROUPE DE TRAVAIL Docteur Christian ROUX, Président, Rhumatologue, Paris Docteur Bertrand MOURA,

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant 1 DIAGNOdent: détecte l invisible des caries Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant Formation Continue Les étapes de l expérimentation

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

HENDRICH FALL RISK MODEL (HFRM)

HENDRICH FALL RISK MODEL (HFRM) HENDRICH FALL RISK MODEL (HFRM) Hendrich, A. L., Bender, P. S., & Nyhuis, A. (2003). Validation of the Hendrich II Fall Risk Model: a large concurrent case/control study of hospitalized patients. Appl.Nurs

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Estimation du nombre de femmes françaises à risque d ostéoporose...

Estimation du nombre de femmes françaises à risque d ostéoporose... Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (004) 790-800 Estimation du nombre de femmes françaises à risque d ostéoporose... Susceptibles de bénéficier d une

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Examen d histoire de cas Cahier objectif. Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES

Examen d histoire de cas Cahier objectif. Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES Examen d histoire de cas Cahier objectif Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES Groupe national d orthopédie de l ACP. (Cet examen ne doit pas être reproduit sans la permission

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller Mammographie-Echographie-IRM Dr Luc Ceugnart LILLE SFSPM Paris 14 novembre 2012 BI-RADS: Breast Imaging Reporting And Data System de

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2»

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2» Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du Table des matières 1. Analyse de la littérature concernant les objectifs glycémiques chez les patients

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail