Quelques remarques sur l emploi des probabilités dans le domaine des risques naturels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques remarques sur l emploi des probabilités dans le domaine des risques naturels"

Transcription

1 Quelques remarques sur l emploi des probabilités dans le domaine des risques naturels Cas des mouvements de terrain Jean-Louis DURVILLE Centre d études techniques de l Équipement de Lyon Il n y a pas de probabilités en soi, il n y a que des modèles probabilistes. G. MATHERON RÉSUMÉ RÉSUMÉ ABSTRACT Les applications possibles des méthodes probabilistes à l étude des mouvements de terrain sont examinées. Les dates d occurrence de glissements de terrain peuvent être assimilées à un processus de renouvellement et, pour une région homogène donnée, à un processus de Poisson. L estimation des paramètres des lois de probabilité se heurte au manque de données historiques, et l extrapolation aux événements de grande ampleur est très délicate. Pour les chutes de blocs, il faut ajouter la difficulté d évaluer la probabilité qu un bloc atteigne un ouvrage donné. La gestion probabiliste du risque, prenant en compte aléa et enjeux, est performante dans les rares cas où l on dispose de données suffisantes pour construire des lois de probabilité pertinentes. Dans la majorité des cas cependant, il est illusoire de vouloir fournir des probabilités d occurrence de mouvements de terrain ; en tout état de cause, il faut évaluer le poids des incertitudes du modèle sur les résultats obtenus. DOMAINE : Géotechnique et risques naturels. REMARKS ON THE USE OF PROBABILITY TECHNIQUES IN THE FIELD OF NATURAL HAZARDS: THE CASE OF LANDSLIDES Possible applications of probabilistic methods to the study of landslides are examined herein. The dates of landslide occurrences may be assimilated to a renewal process and, for a given homogeneous region, to a Poisson s process. The estimation of probability law parameters is constrained by the lack of historical data and extrapolation to large-scale events proves very complicated. As regards the occurrence of rock falls, an added difficulty lies in evaluating the probability that a block reaches a particular civil engineering structure. Probabilistic risk management, which takes into account both the hazards and the stakes involved, performs well in those rare cases where an adequate data series is available to allow building pertinent probability laws. In the majority of cases however, it is unrealistic to seek to provide probabilities of landslide occurrence; in any event, the weight of model uncertainties on the results obtained must be assessed. FIELD: Geotechnical engineering and natural hazards. 3 INTRODUCTION L étude scientifique, la prévention et la gestion des différents risques naturels éruptions volcaniques, séismes, inondations, etc. répondent à certains principes généraux communs, mais les caractéristiques propres de chacun des phénomènes rendent impossible une utilisation systématique de raisonnements ou de procédures identiques. Les mouvements de terrain, qui constituent un des risques naturels les plus répandus dans le monde, présentent dès l abord quelques spécificités telles que : chaque événement affecte une zone limitée, à la différence par exemple d un séisme qui frappe des aires se mesurant en centaines ou milliers de kilomètres carrés ; certains événements sont parfaitement identifiés à l avance, par exemple lorsqu il s agit du basculement d une colonne rocheuse bien individualisée ; d autres en revanche sont supposés pouvoir survenir à un emplacement quelconque d une formation géologique donnée ; chaque événement est unique, par opposition aux pluies extrêmes, aux crues ou aux avalanches qui peuvent se reproduire quasiment à l identique plusieurs fois au même endroit. L approche probabiliste est assez naturelle puisqu il s agit de domaines où le poids de l incertain est évident [Favre et al., 1998]. De fait, la demande de «probabilisme» et de quantification des risques est de plus en plus pressante, dans le domaine des mouvements de terrain comme pour tous les

2 autres risques. Si l utilisation des probabilités en génie sismique ou en hydrologie a déjà une longue histoire, il n en est pas de même pour ce qui concerne les mouvements de terrain. L objet de cet article est d examiner certains aspects de l emploi des probabilités dans le domaine des glissements, éboulements, effondrements et autres mouvements de terrain, et plus particulièrement d apprécier l aide que celles-ci peuvent apporter pour répondre aux premières questions posées au spécialiste : quand? où? La prévision de l occurrence temporelle est sans doute l exercice le plus difficile, si l on met à part les quelques cas où une prédiction de rupture a pu être fournie, avec un préavis de quelques jours, par extrapolation de mesures de déplacement. Selon la terminologie habituelle des risques naturels, nous réserverons le terme d aléa à l occurrence du phénomène naturel, le terme de risque incluant les conséquences sur les personnes et sur les biens. LE DÉCLENCHEMENT D UN MOUVEMENT DE TERRAIN Un mouvement de terrain d origine naturelle est l aboutissement d un processus de préparation et de développement de la rupture qui peut prendre plusieurs décennies, plusieurs siècles ou plusieurs milliers d années. Les mouvements de terrain constituent en effet un des mécanismes de «l érosion» qui assure le démantèlement progressif des terres émergées. 4 En ce sens, on peut bien souvent considérer que la mise en mouvement, en un point donné d un versant, de tranches successives de terrain (à l échelle du temps géologique), sous forme de glissements de sol meuble ou d éboulements rocheux, se produit suivant un processus de renouvellement : les dates d occurrence se répartissent suivant un modèle aléatoire analogue à celui utilisé pour les pannes de lampes électriques par exemple, chaque occurrence «ramenant le compteur à zéro». En effet, le départ d une portion de terrain met à nu une nouvelle surface, qui va progressivement être dégradée (altération météorique, fatigue mécanique, érosion de pied par un cours d eau, etc.) jusqu à ce qu une nouvelle rupture se produise, et ainsi de suite. Dans ce type de modèle, le «temps d attente avant rupture» que l on peut estimer (aujourd hui et pour un point précis du versant) n est pas une donnée universelle, mais dépend du stade de mûrissement du processus de dégradation de ce point. Le relevé des événements survenant au même endroit sur une durée suffisamment longue permettrait d estimer, à l aide de la loi des grands nombres, l intervalle moyen entre deux événements, c est-àdire leur période de retour. Les processus de renouvellement sont aussi évoqués dans le domaine des failles actives, pour lesquelles l absence prolongée de séisme sur un tronçon donné de la faille est un facteur d aggravation de l aléa, les contraintes s accumulant inexorablement par suite du déplacement des plaques lithosphériques. Un cas particulier de processus de renouvellement est le processus de Poisson, qui est un processus sans mémoire : dans ce cas, il n y a pas de dégradation progressive de la situation, et celle-ci n est pas influencée par le fait que la précédente rupture soit très ancienne ou toute récente. Le temps d attente moyen en un site donné est le même aujourd hui qu hier ou que demain. On voit immédiatement que p n 1 Fig. 1 Évolutions des probabilités de rupture durant l année n, conditionnellement à la survie jusqu à l année n n

3 ce modèle, fréquemment employé pour les événements météorologiques ou pour les événements hydrologiques qui en découlent (l absence de mémoire d une année sur l autre est le plus souvent admissible), n est en général pas bien adapté aux mouvements de terrain. Selon les considérations précédentes, si l on appelle p(n) la probabilité que la rupture d une masse rocheuse bien identifiée se produise durant l année n (comptée à partir d aujourd hui), conditionnellement à sa survie jusqu au 1 er janvier de cette année n, on peut avoir plusieurs types d évolution de p(n) avec n, comme l indique la figure 1. La courbe 1 représente un processus de renouvellement avec dégradation progressive : érosion du pied d un versant instable (préparation d un glissement), dissolution d un niveau gypseux (préparation d un effondrement), accumulation de matériaux meubles dans le bassin de réception d un torrent (préparation d une lave torrentielle), etc. La courbe 2 représente un processus de Poisson. La courbe 3 schématise le cas d un site où un processus naturel viendrait petit à petit améliorer la stabilité (dépôt d alluvions en pied de versant, constituant progressivement une butée, par exemple), ou bien le cas de la mise en place d une protection à effet différé (plantation d arbres sur un versant, par exemple). Des évolutions plus complexes peuvent aussi se rencontrer : par exemple, certaines carrières de gypse abandonnées subissent un «vieillissement» qui fait que les fontis apparaissent quelques dizaines d années après la cessation d exploitation, se multiplient pendant quelques années et se raréfient ensuite, l ensemble de la carrière étant effondré. Les notions couramment employées de «probabilité annuelle» ou de «fréquence annuelle» de rupture (implicitement considérées comme constantes) n ont donc de sens que dans le cas du processus de Poisson. La notion de couple probabilité/délai utilisée dans le domaine des chutes de blocs permet de bien rendre compte des différents cas de figure : par exemple, dans le cas de la courbe de type 1, la probabilité de chute dans les cinq ou dix prochaines années peut être considérée comme assez faible, compte tenu de l absence d indices d évolution actuelle : on n observe ni traces fraîches de développement de ruptures, ni végétation affectée par les mouvements, telle que des racines très tendues au travers d une fracture ; mais la probabilité de rupture à long terme, d ici un siècle par exemple, peut être élevée, compte tenu de la présence d un facteur évolutif défavorable tel qu un banc rocheux gélif s érodant petit à petit à la base de l écaille rocheuse considérée. Il est clair que, du point de vue de la gestion du risque, les évolutions de type 1 et 2 sont bien différentes. Dans le cas 1, par exemple, on peut accepter sur le site certains types d activités ou d installations, à caractère provisoire, mais on interdira tout aménagement lourd à durée de vie longue. Dans le cas de ruptures fragiles qui «préviennent» peu (surplomb rocheux avec joint sollicité en traction, par exemple), compte tenu de notre incapacité à percevoir une éventuelle amorce du processus de rupture (développement de la microfissuration, etc.), nous ne pouvons faire mieux qu admettre une évolution du type de la courbe 2. Seule une instrumentation avec télémesures exploitées en temps réel permettrait peut-être de gérer le risque de façon plus satisfaisante. 5 LES MOUVEMENTS DE TERRAIN À L ÉCHELLE D UNE ZONE HOMOGÈNE La situation est différente si l on considère l occurrence d événements non plus en un point donné, mais sur un secteur homogène en entier : cas de chutes de blocs provenant d un linéaire important de falaise, de glissements survenant sur l ensemble d un versant marneux régulier, de fontis apparaissant dans une région de plusieurs kilomètres carrés à substratum gypseux, etc. Le caractère homogène du secteur est essentiel : même formation géologique, mêmes conditions de relief, même climat, etc. La série temporelle des événements survenant dans un tel secteur peut souvent être assimilée à un processus de Poisson. En effet, dans la mesure où le secteur considéré comprend un grand nombre de sites potentiels et où ces différents sites sont à des stades d évolution très variables, l occurrence des événements devient stationnaire et l on peut parler alors de la période de retour T de l événement «chute d un bloc provenant d un point quelconque de la falaise» par exemple. En moyenne, il tombe donc 1/T bloc(s) par an, si T est exprimée en années, mais on ne peut dire à quel endroit précis. Un exemple est fourni par la route nationale n 1 à la Réunion, qui longe sur une dizaine de kilomètres le pied d une falaise constituée de coulées de basalte alternant avec des niveaux pyroclastiques très érodables. La Direction Départementale de l Équipement (DDE) ayant instauré une patrouille permanente pour le relevé des chutes de blocs, nous disposons de données quotidiennes : 423 chutes

4 ont été relevées en 4 ans ( ). La fréquence annuelle est donc de 106 chutes pour l ensemble de l itinéraire, ce que l on peut aussi exprimer, si l on néglige la variabilité temporelle liée aux pluies, sous la forme d un intervalle moyen entre deux chutes, qui est de 3,5 jours. Que peut-on en déduire pour un point donné de l itinéraire? La falaise possédant une hauteur moyenne de 60 m, la surface de paroi est d environ m 2. Si l on suppose qu un site d éboulement typique représente environ 6 m 2 de falaise, et que la paroi est globalement homogène, l ordre de grandeur de la période de retour en un site ponctuel est de ans (il s agit d une falaise très «active»). L évaluation de la fréquence d événements sur un pays entier ne répond pas à l exigence d homogénéité rappelée plus haut ; une telle estimation, si elle n apporte guère d information sur le plan scientifique, est cependant utile pour apprécier l importance du phénomène à l échelle d un pays, par exemple pour la puissance publique qui envisage de mener une politique de prévention ou pour les sociétés d assurance. Citons par exemple l étude menée par Evans (1997), qui a recensé 40 événements catastrophiques (c est-à-dire ayant fait au moins trois morts) au Canada entre 1840 et 1996, pour 545 victimes au total, ce qui correspond à un événement tous les 3,9 ans en moyenne. Il faut donc bien distinguer le diagnostic en un point précis (étude spécifique), pour lequel il est indispensable d évaluer d une façon ou d une autre le stade de développement actuel de la rupture, et le diagnostic à l échelle régionale, pour lequel une approche globale de type poissonien peut suffire (fréquence annuelle des événements). Remarquons qu une évaluation de la fréquence régionale renseigne bien peu sur le diagnostic d un point particulier : face à un phénomène exceptionnel d instabilité comme celui de Séchilienne (Isère), mobilisant plusieurs millions de mètres cubes, il est de peu d utilité de savoir si la fréquence des éboulements majeurs dans les Alpes est de 1/10, de 1 ou de 10 par siècle. 6 La cartographie de l aléa Dans le domaine des mouvements de terrain, le zonage cartographique d aléa repose, de façon plus ou moins explicite, sur la méthode dite des facteurs de prédisposition (CFGI- LCPC, 2000). La prédisposition du site (dans la littérature anglaise : susceptibility), en général évaluée sous forme qualitative, est considérée comme maximale lorsque tous les facteurs défavorables (pente, nature lithologique, régime hydrogéologique, etc.) sont présents ; elle est considérée comme nulle ou négligeable si aucun n est présent. Des méthodes statistiques peuvent être employées pour quantifier le poids de chacun des facteurs et pour les combiner en un indice de stabilité, à condition que les données soient suffisamment nombreuses et que le site soit très homogène du point de vue géologique et morphologique [Leroi et al., 2001] ; le calage du modèle se fait par comparaison avec la répartition des événements connus, actifs ou anciens. Cette prédisposition peut être assimilée à une probabilité ordinale, relative, sans que la probabilité d occurrence dans un laps de temps donné, qui nous préoccupe ici, soit estimée. L information apportée par un tel zonage, pour intéressante qu elle soit, ne peut donc satisfaire complètement le décideur. L influence des précipitations L expérience montre que les précipitations influent fortement sur le déclenchement des instabilités, lesquelles se produisent essentiellement pendant la saison pluvieuse ou à la fonte des neiges. Il en résulte que, si le phénomène peut apparaître comme stationnaire à l échelle annuelle, il ne l est pas à l échelle hebdomadaire ou mensuelle. C est pourquoi il est correct de dire que la fréquence de chutes de blocs sur la RN 1 à la Réunion est de 106 par année, mais il n est guère correct de parler de 2 chutes par semaine (encore pourrait-on distinguer les années à fortes pluies tropicales et les années ordinaires). La dépendance vis-à-vis des précipitations conduit à envisager une probabilité de l événement conditionnellement à une précipitation donnée ; cette approche peut notamment être utilisée à une échelle régionale dans une perspective d alerte à court terme. L étude réalisée sur l île de Hong Kong par Finlay et al. (1997) conduit à une évaluation de la probabilité que se produisent des glissements (ruptures de déblais, de remblais et de murs de soutènements) conditionnellement à une quantité donnée de pluie tombée, par exemple cumulée sur les dernières 24 heures. Il s avère cependant que l extrapolation aux événements pluvieux exceptionnels reste très problématique, du fait de sa sensibilité au modèle utilisé.

5 r 0,4 0,3 0,2 0,1 Fig. 2 Coefficient de corrélation entre le nombre quotidien de chutes de blocs sur la RN 1 et la quantité de pluie tombée, en fonction du décalage entre pluie et chutes Jours Sur la RN 1 de la Réunion, il est patent que les chutes de blocs sont très nombreuses lors des fortes pluies tropicales. L étude statistique montre que le nombre mensuel N de chutes de blocs peut être relié à la hauteur d eau mensuelle P (mm), la corrélation restant toutefois médiocre : N = 0,058 P + 4,8 r 2 =0,60 Cette corrélation est encore plus floue si l on affine l étude à l échelle journalière (Fig. 2) ; il apparaît qu un événement pluvieux n a une influence sensible sur les chutes de blocs que pendant les deux jours qui le suivent. Une analyse plus détaillée [Alfonsi, 1999] montre qu il semble difficile d attribuer plus de la moitié des chutes à un épisode pluvieux bien défini. Toutefois, comme on le verra plus loin, la dépendance vis-à-vis de la pluie, pour limitée qu elle soit, peut être exploitée pour améliorer la gestion du risque à court terme. LA DIFFICULTÉ DE L ESTIMATION 7 L utilisation d un modèle probabiliste n a de sens que s il est possible d estimer correctement les paramètres du modèle. De façon générale, on dispose de deux types de méthodes pour évaluer une probabilité : les méthodes indirectes et les méthodes directes. Les méthodes analytiques ou indirectes sont utilisées notamment dans certains types de risque technologique : la probabilité de ruine du système est évaluée à partir des probabilités de rupture des différents éléments qui composent le système (ceux-ci pouvant par exemple être testés en laboratoire), ou en fonction de caractéristiques dont les lois de probabilité sont elles-mêmes connues. Dans le domaine des instabilités de pente, on peut tenter d évaluer : R Proba(instabilité) = Proba(R < M) = Proba(F = ---- < 1) M où F représente le coefficient de sécurité, R les efforts résistants maximaux mobilisables et M les efforts moteurs. R et M sont considérés comme des fonctions de variables aléatoires telles que les résistances au cisaillement des sols ou la profondeur du substratum [cf. par exemple Recordon, 1985 ; Abdul Baki et al., 1993 ; Claes, 1998]. Cette approche indirecte n est pas adaptée aux études d aléa couvrant un secteur important, notamment les études cartographiques ; elle n est pas utilisable pour des phénomènes de grande ampleur tels que les Ruines de Séchilienne (Isère), dont le mécanisme est très complexe. Toutefois, elle peut être envisagée sur un site où des investigations spécifiques sont réalisées. En pratique, l emploi de telles méthodes est freiné par la complexité des calculs, si l on veut prendre en compte la variabilité spatiale des caractéristiques mécaniques ou les corrélations entre celles-ci (cohésion et angle de frottement des sols, par exemple), et surtout par l importance des reconnaissances géotechniques qu il serait nécessaire d entreprendre pour pouvoir estimer correctement les paramètres [Magnan et al., 1998]. En outre, la plupart des auteurs qui ont expérimenté cette approche n ont pas incorporé, dans leur modèle probabiliste, le temps, qui intervient à travers les variations de la hauteur des nappes ou le «vieillissement» des caractéristiques mécaniques (voir cependant van Beck & van Asch, 1998, qui

6 prennent en compte la période de retour de pluies extrêmes). Leurs résultats ne permettent donc pas d évaluer une probabilité de rupture au cours d un laps de temps donné. Les méthodes directes d estimation reposent sur la fréquence empirique des événements. L hypothèse implicite est que les conditions générales futures seront les mêmes que par le passé ; elle est en général justifiée pour les phénomènes tels que les mouvements de terrain, même si les changements climatiques peuvent perturber l analyse sur de longues durées. Dans le cas des inondations ou des pluies extrêmes, on dispose de séries historiques de données qui permettent d estimer des périodes de retour décennales ou centennales satisfaisantes. Dans le cas des séismes, les études néotectoniques du Quaternaire permettent de rallonger la série des observations et la plupart des zonages d aléa des pays sismiques sont directement issus d approches probabilistes. En ce qui concerne les mouvements de terrain susceptibles de se produire dans une région considérée comme homogène, il est très rare de disposer de données suffisantes, le cas de la RN 1 cité plus haut restant exceptionnel. Cette lacune montre l intérêt du développement de banques de données alimentées régulièrement. Dans le cadre d une étude récente consacrée aux corniches calcaires des environs de Grenoble (Vengeon et al., 2001), pour une centaine de kilomètres de linéaire de falaise, 45 événements de volumes supérieurs à 100 m 3 ont été recensés au cours du XX e siècle, ce qui conduit logiquement à une estimation du paramètre de la loi de Poisson 0,45/an. Notons qu un raisonnement analogue à celui effectué pour la RN 1 fournirait ici une période de retour en un site donné de l ordre de ans (hauteur moyenne de falaise de 100 m, éboulement type affectant 200 m 2 ), ce qui peut paraître élevé, mais, pour une durée de cet ordre, la condition de permanence des conditions climatiques, et donc de vitesse d érosion, n est pas respectée [Baynes, 1997]. S. Brochot et al. (2000) ont étudié les laves torrentielles du torrent du Poucet (Savoie), pour lesquelles on dispose de données fiables depuis 1860 environ (31 événements). Un modèle poissonien peut être calé avec une période de retour de 4,5 ans environ. Le faible nombre d événements recensés ne permet sans doute pas de proposer un autre modèle avec effet mémoire, mais on peut penser qu un événement majeur, tel que la lave de 1740 évaluée à plus de m 3, a sans doute eu un «effet de purge» sensible pendant plusieurs années. 8 LA QUESTION DE L INTENSITÉ C est une observation de portée générale que les phénomènes de grande ampleur sont (heureusement) moins fréquents que ceux de faible ampleur, qu il s agisse de chutes de météorites, de séismes, de crues torrentielles ou de mouvements de terrain. Deux questions se posent alors : quelles sont les intensités maximales envisageables en un lieu donné? quelles sont les probabilités correspondantes? C est en général le contexte morphologique et géologique qui permet de donner une dimension maximale aux mouvements de terrain pouvant se produire sur un site donné : pour un glissement par exemple, la longueur de la pente, l épaisseur des formations superficielles mobilisables, etc. Les données statistiques disponibles pour les événements de grande ampleur, donc rares, sont insuffisantes pour caler correctement un modèle probabiliste. On a recours alors le plus souvent à une extrapolation à partir des petites intensités : dans le cas des crues, diverses méthodes ont été proposées [Duband, 2000] ; dans le cas des séismes, la loi de Gutenberg-Richter reliant la fréquence et la magnitude est couramment employée : LogN=a bm N étant le nombre d événements, par siècle par exemple, de magnitude supérieure à M, a et b étant deux constantes empiriques. Qu en est-il pour les mouvements de terrain? On peut admettre qu une extrapolation est valable tant que les phénomènes répondent aux mêmes mécanismes et aux mêmes causes, ce qui n est pas nécessairement le cas pour l ensemble des mouvements de terrain : on ne peut guère comparer un glissement de talus de route (quelques centaines de mètres cubes) et le glissement de La Clapière près de Saint-Étienne-de-Tinée (de l ordre de 50 hm 3, Fig. 3). Sur la RN 1 à la Réunion par exemple, la décroissance de la fréquence selon la masse éboulée est manifeste (Fig. 4), mais aucun phénomène majeur, impliquant des volumes de l ordre de la dizaine de milliers de mètres cubes (comme l éboulement de 1980), ne s est produit au cours des quatre années de relevés. Un tel phénomène s analyse comme l éboulement d une tranche de falaise ayant une épaisseur de plusieurs mètres, avec une largeur et une hauteur de quelques dizaines de mètres, c est-à-dire un mécanisme très différent des

7 chutes de blocs courantes liées à la mise en déséquilibre d un niveau de coulée basaltique reposant sur des scories érodables. Il n y a donc pas de raison objective d extrapoler les fréquences de la figure 4 à ces éboulements majeurs. Dans le cas du «Y» grenoblois, la loi suivante est proposée par Vengeon et al. (2001) : N=353V -0,45 avec V : volume en mètres cubes (compris entre 100 m 3 et 10 hm 3 ); N : nombre d éboulements par siècle, dont le volume est supérieur à V. Les auteurs mentionnent deux événements relevés en deux siècles dans la catégorie 0,1 à 1 hm 3, trois événements relevés en quatre siècles dans la catégorie 1 à 10 hm 3, ce qui est une bien faible population statistique. Autrement dit, si cette «loi» semble établie pour 100 < V < m 3, son extrapolation à des volumes plus élevés est fragile. Il est possible que dans ces parois rocheuses, compte tenu de l intervalle moyen entre les fractures, de la structure sédimentaire, etc., la distribution des volumes d éboulements, en bonne partie contrôlée par le réseau de ces discontinuités, ne suive pas une Fig. 3 Vue du glissement de La Clapière près de Saint-Étienne-de-Tinée (Département des Alpes-Maritimes), en Nombre moyen annuel Fig. 4 Histogramme des chutes de blocs sur la RN 1, selon la masse éboulée ,1 0,1-0,5 0, > 10 Masse (t)

8 loi régulière. Notons que l analyse approfondie de Hantz et al. (2002) aboutit à un taux de recul moyen de l ordre de 15 cm par siècle, nettement plus rapide que ce à quoi notre calcul sommaire présenté plus haut pourrait conduire. En ce qui concerne les laves torrentielles du torrent du Poucet, S. Brochot et al. (2002) proposent pour les intensités une loi exponentielle. La probabilité qu une coulée ait un volume x supérieur à V est du type : Proba(x > V)=1 exp( x/a) Avec l hypothèse poissonienne mentionnée plus haut, ces auteurs peuvent avancer une estimation du volume centennal autour de m 3 ; rappelons que la probabilité d occurrence sur un siècle d une coulée de volume au moins égale à cette valeur est alors de 0,37. L importance du choix de la loi de distribution des volumes apparaît clairement si l on observe que seuls deux événements de volume supérieur à m 3 apparaissent dans la série historique considérée. Les auteurs ont d ailleurs jugé nécessaire de confronter cette estimation à celles obtenues par des méthodes non probabilistes, géomorphologiques notamment. LA TRAJECTOGRAPHIE 10 C est une observation courante que la trajectoire d un bloc dévalant une pente par une succession de rebonds désordonnés est impossible à prévoir précisément. Il paraît donc naturel de présenter les résultats des études trajectographiques sous forme probabiliste. Plusieurs remarques importantes doivent être faites à ce sujet. Il s agit de probabilité conditionnellement à l événement «départ du bloc» : la probabilité d atteinte d un objectif (ponctuel ou linéaire), qui est celle qui intéresse le décideur, est donc la composée de la probabilité de départ d un bloc et de la probabilité que la trajectoire atteigne l objectif. Dans le cas d un objectif ponctuel, il faut évaluer l extension des trajectoires vers l aval et prendre en compte leur dispersion en plan. La question se pose de la façon dont on traite un éboulement formé d une vingtaine ou d une cinquantaine de blocs. En première approximation, si l on néglige l interaction entre blocs, on peut considérer qu il s agit d une succession de 20 ou 50 événements indépendants au sens probabiliste. Si p est la probabilité qu un bloc dépasse une limite aval donnée par exemple (conditionnellement au départ du bloc), alors la probabilité p N qu un bloc au moins la dépasse, lors d un éboulement de N blocs, est de : p N =1 (1 p) N Il ne faut donc pas confondre la probabilité (de dépassement de la limite) attribuée à un bloc et celle attribuée à un éboulement (Fig. 5). p N 1,0 0,8 p = 0,01 p = 0,001 Fig. 5 Probabilité p N qu un éboulement de N blocs atteigne une limite dont la probabilité d atteinte par un bloc isolé est p. 0,6 0,4 0,2 0, N

9 Comment introduire de façon rationnelle «l aléatoire» dans la trajectoire? C est évidemment au niveau du rebond que l incertitude réside : la vitesse réfléchie dépend de la vitesse incidente (en translation et en rotation), de la masse et de la forme du bloc, de son orientation au moment du choc et de la nature du sol. Dans ces conditions, le procédé utilisé dans les approches probabilistes est celui de la méthode de Monte-Carlo, qui consiste à effectuer quelques milliers de calculs de trajectoires, en tirant au sort certains paramètres suivant des lois de probabilité données, et à en déduire la distribution de la distance d arrêt, de la hauteur de vol à une abscisse fixe, etc. C est donc un exemple de méthode indirecte d estimation, suivant la terminologie indiquée plus haut. La difficulté provient du fait qu il n y a pratiquement aucune donnée expérimentale permettant de construire des distributions de probabilité fournissant par exemple l angle de réflexion ou la vitesse réfléchie lors d un rebond. Considérons par exemple un versant de forme simple, possédant un replat intermédiaire entre deux parties plus pentues (Fig. 6a). Les calculs de trajectographie sont réalisés avec le logiciel PROPAG du Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de Lyon. Le paramètre que l on fait varier de façon aléatoire est la forme du bloc caractérisée par l élancement e. Quatre lois de probabilité «plausibles» ont été utilisées, ayant toutes les quatre la même moyenne supposée estimée a priori par le géologue : une loi uniforme entre deux bornes (1,10 et 1,25), une distribution triangulaire ayant la même étendue, une distribution triangulaire de même écart-type que la loi uniforme et une loi bêta en forme de cloche symétrique (tableau I). La figure 6b montre que les quatre histogrammes des distances d arrêt sont d allure bimodale, comme on pouvait s y attendre vu le profil choisi ; ils sont toutefois sensible- y Fig. 6a Profil utilisé pour les calculs de trajectographie (distances en mètres). Le point de départ est à l abscisse 0 au sommet de la pente x Nombre Uniforme 1,10-1,25 Triangulaire 1,10-1,25 Triangulaire 1,069-1,281 Beta (3,3) 1,10-1, Classes d'abscisse d'arrêt (m) Fig. 6b Histogrammes des distances d arrêt des blocs (population de 200 blocs).

10 TABLEAU I Lois de probabilités utilisées pour les calculs de trajectographie Loi de probabilité Moyenne Écart-type Étendue Uniforme 1,175 0,043 1,10-1,25 Triangulaire 1,175 0,031 1,10-1,25 Triangulaire 1,175 0,043 1,07-1,28 Bêta (3,3) 1,175 0,028 1,10-1,25 ment différents : par exemple, les probabilités de dépassement de l abscisse 45 m sont de 5,6 %, 0,8 %, 3 % et 0,3 % respectivement. Les résultats sont donc dans un rapport supérieur à 15 suivant la loi choisie. Il serait encore plus difficile d évaluer de façon univoque des probabilités extrêmement faibles (10-6 par exemple). Un tel exemple confirme la nécessité de vérifier la stabilité des résultats par rapport aux distributions de probabilité initiales, rarement bien établies, lorsque l on utilise une méthode indirecte d évaluation des probabilités. Dans le cas de la trajectographie, les Laboratoires des Ponts et Chaussées ont jusqu à présent préféré utiliser une approche déterministe, à l aide d un modèle dit à trajectoires enveloppes, c est-à-dire fournissant des trajectoires «raisonnablement pessimistes» : le logiciel PROPAG, de type empirique, est calé pour produire des trajectoires dont la distance de propagation est la plus grande. Les résultats en sont donc directement utilisables pour définir des limites de propagation. LA GESTION DU RISQUE À L AIDE DE L APPROCHE PROBABILISTE 12 Le gestionnaire d un ouvrage menacé ou le maire d une commune inquiet pour la sécurité des habitants ont à prendre une décision relative à l évacuation d une maison, à la dépense pour un ouvrage de protection, etc. Ce n est pas seulement l aléa, qui concerne uniquement le phénomène naturel, mais plutôt le risque, prenant en compte les conséquences pour les personnes et pour les biens, qui intéresse les décideurs. Dans le cas d une route située en pied de falaise par exemple, l accident se produit si un bloc atteint la route au moment du passage d un véhicule, conjonction heureusement beaucoup moins probable que la seule chute (il faudrait aussi analyser la possibilité d accident lié à la présence d un bloc tombé avant le passage d un véhicule). Pour un aléa donné, le risque de «coup au but» sera d autant plus élevé que le temps de séjour des véhicules dans la zone exposée sera long ; ce temps d exposition est une fonction du trafic et de la fluidité de la circulation (en supposant qu il n y a pas d aire de stationnement sous la falaise!). Bunce et al. (1997) ont pu ainsi estimer la probabilité annuelle d accident mortel sur une route exposée aux chutes de blocs. Dans un premier temps, à supposer que l on sache estimer le risque correctement, celui-ci est comparé au risque considéré comme acceptable [Fell et Hartford, 1997]. De façon générale, celui-ci peut s exprimer sous la forme d un nombre moyen annuel de victimes, ou d un coût moyen annuel des dommages. Un gestionnaire d ouvrage se référera plus pragmatiquement à une norme établie. Par exemple, pour les glissements de terrain, dans l approche traditionnelle des calculs de stabilité de type déterministe, on utilise un facteur de sécurité F, dont la valeur recherchée (entre 1,3 et 1,5 le plus souvent) peut dépendre des enjeux. Dans une perspective probabiliste, Chowdhury et Fletje (2003) suggèrent d utiliser l indice de fiabilité : E et désignant respectivement l espérance mathématique et l écart-type du coefficient de sécurité F. Ils proposent des valeurs de à respecter dans divers types de circonstances, définies à la fois sur le plan géologique et morphologique et sur le plan des enjeux menacés ; à titre d exemple, pour des versants naturels, ils suggèrent des valeurs minimales allant de 1 à 3 suivant qu il s agit de zones vierges ou d espaces urbanisés (pour des ouvrages tels que déblais ou remblais, ces valeurs seuils de

11 α (%) h 48 h 96 h Fig. 7 Représentation graphique des différentes stratégies de fermeture de la RN 1 à la Réunion : chaque point correspond à une stratégie définie par un seuil de pluie S ( mm/j) et une durée de fermeture D (indiquée dans la légende) p (%) seraient plus élevées). Remarquons là encore que cette approche n intègre pas la composante temporelle (fluctuations de la nappe). Si le risque est considéré comme inacceptable, il faut alors mettre en balance d une part le coût (économique, social, environnemental) des diverses mesures de prévention, et d autre part les risques résiduels correspondants. La mise en sécurité absolue étant rarement possible, une stratégie de protection doit être choisie en évitant deux types d excès : l excès d optimisme, laissant une trop grande possibilité d accident, et l excès de pessimisme, entraînant des coûts injustifiés pour la collectivité (surprotection). Dans le cas de la RN 1 à la Réunion, un mode de gestion du risque à court terme, tenant compte de la relation statistique entre pluies intenses et chutes de blocs, a été défini de la façon suivante : dès qu un seuil S de pluie tombée en 24 h est dépassé, la chaussée côté falaise, de loin la plus exposée, est fermée pendant une durée D (bien entendu prolongée si le seuil est de nouveau dépassé). Les données sur le site étant nombreuses et représentatives, une optimisation de cette stratégie de prévention a pu être effectuée, en cherchant à minimiser deux critères : un critère sur l aléa résiduel, évalué par la proportion de chutes qui surviennent alors que la route est ouverte au trafic, un critère sur le coût (l impact socio-économique de la fermeture partielle de la route est très important), mesuré à l aide de la proportion p de jours de fermeture, évalué à partir des données pluviométriques. Plus le seuil pluviométrique S est bas, plus l aléa résiduel ( ) est important et plus p est faible ; plus la durée de fermeture D est longue, plus est faible et plus l impact économique (p) est grand. Les points de la figure 7 représentent diverses stratégies de fermeture (couples S, D) dans le diagramme (, p). Ce diagramme montre que les stratégies optimales se situent en première approximation sur la courbe : les points situés au-dessus représentent des stratégies qui ne sont pas optimales. En revanche, deux stratégies dont les points sont situés sur la courbe ne sont pas comparables pour les critères retenus : il revient au politique de décider in fine de la stratégie à adopter, choisie parmi l ensemble des stratégies optimales (une autre stratégie celle qui est aussi mise en œuvre progressivement est de mettre en place des protections). 13 DISCUSSION Confronté à la gestion des risques liés aux mouvements de terrain, et donc à des incertitudes nombreuses et variées, l ingénieur ou le géologue dispose de plusieurs approches pour évaluer le «degré de sécurité» du site, telles que : modèle empirique reposant sur des mesures cinématiques ; modèle

12 14 mécanique déterministe, avec utilisation d un coefficient de sécurité ou de plusieurs coefficients de sécurité partiels ; étude de sensibilité des résultats aux variations des données d entrée ; théorie de la possibilité (ensembles flous) ; modèle probabiliste. Les résultats et les possibilités d exploitation de ces résultats sont a priori de plus en plus riches quand on passe de la première méthode à la dernière, comme le souligne Duncan (2000). Cette affirmation n est-elle pas cependant trompeuse? L utilisation opérationnelle d un modèle probabiliste est confrontée à deux difficultés principales (Fig. 8), l une dans la phase de construction du modèle (réalité modèle), l autre dans la phase de décision au vu des résultats issus du modèle (modèle réalité). La première est liée principalement au manque de données permettant un calage fiable du modèle ; la seconde se résout d autant mieux que les résultats finaux à exploiter sont robustes et bien tranchés : événements de probabilité très voisine de 0 ou de 1, distributions de probabilités à faible coefficient de variation, etc. Les autres types de modélisation, comme l approche possibiliste [Maïolino et Faure, 2002], n échappent pas à ces deux difficultés. Qu il s agisse de gestion du risque à court terme (par exemple, décision de fermeture d une route) ou à long terme (par exemple, choix d un parti d aménagement sur un versant), ces difficultés se rencontrent dans les deux situations typiques des études de risques naturels : cas d un linéaire de route ou d une région exposés (donc en l absence de reconnaissances très détaillées), par exemple pour la réalisation d un Plan de Prévention des Risques : une approche statistique reposant sur les données historiques d occurrence des instabilités est possible à condition que ces données soient suffisantes ; elle peut constituer une aide à la décision, par référence en particulier à des critères de risque acceptable et d opportunité économique, pour mettre en œuvre une stratégie de prévention ; cas d un site instable ou d un ouvrage ponctuel exposé : on réalise en général des reconnaissances géologiques et géotechniques, parfois très développées, mais elles ne sont jamais exhaustives, et l approche probabiliste est délicate à mettre en œuvre ; la zone «à risque» étant très limitée, elle se prête mal à une vue moyennée des choses ; en tout état de cause, l observation détaillée et l étude du site par un spécialiste sont indispensables si l on veut formuler un diagnostic raisonnable. Ces deux échelles de travail, relativement distinctes, sont analogues à celles que l on rencontre dans le domaine médical : d une part, l utilisation de statistiques de mortalité liée à une maladie donnée, pour l ensemble de la population, conduisant par exemple à développer une stratégie de médecine préventive ; d autre part, le diagnostic d un patient, qui ne peut s élaborer qu après examen et auscultation approfondis, même si des données statistiques peuvent apporter une aide significative (influence de facteurs causaux tels que l hérédité ou l usage du tabac, par exemple). Sur ce dernier point, l apport des probabilités est appréciable du fait de l homogénéité de l espèce humaine ; pour ce qui concerne les mouvements de terrain, nous pouvons remarquer que la «population» correspondante est bien plus hétérogène, de par la morphologie, la dimension, le mécanisme, le rôle de l eau souterraine, la nature des terrains concernés, etc. Fig. 8 Démarche d une approche probabiliste appliquée aux risques de mouvement de terrain. Le monde réel Problème posé par un risque de mouvement(s) de terrain Construction du modèle (estimation des paramètres) Le modèle Exploitation du modèle (évaluation des probabilités) Le monde réel Décision concernant les mesures de prévention CONCLUSION En définitive, à la lumière des quelques exemples présentés, il nous semble qu une certaine prudence devrait être de règle dans l application des probabilités au domaine des mouvements de terrain. Suivant la remarque de Matheron (1978), nous pouvons rappeler que la «probabilité d occurrence d un mouvement de terrain» n a pas d existence intrinsèque : elle est construite dans le cadre d informations connues à une certaine date par un individu pour modéliser la part d inconnu subsistant, et sera

13 d autant plus fiable que ces informations seront nombreuses et de qualité (l estimation de la probabilité de glissement par le géotechnicien n est évidemment pas la même avant et après l exploitation de mesures inclinométriques). Si l on avait demandé aux principaux experts, chaque année depuis 25 ans, quelle était la probabilité de rupture catastrophique à La Clapière (cf. fig. 3), où une cinquantaine de millions de mètres cubes sont en mouvement, on pourrait tracer une courbe ressemblant à celle de la figure 9 (le pic principal est lié à l accélération très marquée de l année 1987, le second à celle de l hiver ), ce qui met en évidence le caractère éminemment relatif de l appréciation d une probabilité de rupture*. Estimation de l aléa Vitesse mensuelle Fig. 9 Évolution des vitesses annuelles du glissement de La Clapière et évolution parallèle de l appréciation de l aléa par les experts. Temps Lorsque l on ne dispose que de très peu d informations sur un site, ce qui est malheureusement le cas le plus courant, même si une étude spécifique a été réalisée (avec sondages, essais, etc.), l outil probabiliste ne peut apporter d aide substantielle. Il est vraisemblable qu une analyse déterministe est aussi performante, si elle est mise en œuvre par un expert chevronné et si elle intègre toutes les observations de type naturaliste, géologiques ou géomorphologiques notamment. Dans le cas d une étude ponctuelle, une analyse de stabilité avec évaluation de la sensibilité des résultats aux principaux facteurs permet, en général, de faire face aux incertitudes de façon satisfaisante [Londe, 1998]. Il n est pas sûr que l apport artificiel de données manquantes à un problème (par exemple, le choix d une loi de probabilité de la résistance au cisaillement d une famille de discontinuités, connue en réalité par un ou deux essais), qui est une forme d invention d information, enrichisse réellement le résultat de l analyse de stabilité... L approche probabiliste conduit bien souvent à fournir des résultats sous une forme quantitative en réalité illusoire : d après Cruden (1997), la précision dans l estimation du risque annuel d accident par chute de blocs dans le déblai «Argillite Cut» au Canada, cas favorable puisque des statistiques existent sur une période de 33 ans, est au mieux de deux ordres de grandeur. 15 Toutefois, dans les (très rares) cas où l on a collecté suffisamment de données quantitatives, l approche probabiliste, combinée avec une appréciation des enjeux et de leur vulnérabilité, devient un puissant outil d aide à la décision [Ho et al., 2000], en permettant d affecter un «poids» à différents scénarios d évolution, à différentes stratégies de protection, etc. On peut penser que l élaboration et l exploitation de bases de données suffisamment riches permettront progressivement de mieux cerner l effet défavorable de certains facteurs liés au site, de mieux estimer la variabilité des caractéristiques mécaniques des terrains et de rendre ainsi plus opérationnelle l utilisation des probabilités, le raisonnement probabiliste présentant en tout état de cause un indéniable intérêt sur un plan pédagogique. Dans le court terme, un progrès significatif dans la gestion et la maîtrise des risques de mouvements de terrain viendra essentiellement, à notre avis, d une meilleure compréhension des mécanismes d évolution et de la cinématique de ces phénomènes, ce qui suppose en particulier de recueillir des données nombreuses et précises sur la préparation et le développement de la rupture dans les sols et les massifs rocheux. * Dans ce cas d ailleurs, il vaudrait mieux parler de probabilité subjective ou de crédibilité [Bernier et al., 2000], point de vue que nous ne développons pas ici.

14 . Remerciements : l auteur remercie M. Pruvost et M. Viktorovitch, du CETE de Lyon, pour leurs remarques et critiques sur le texte, et J.-C. Romagny, du CETE de Lyon, pour la réalisation des calculs de trajectographie. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 16 ABDUL BAKI A., MAGNAN J.-P., POUGET P., Analyse probabiliste de la stabilité de deux remblais sur versant instable (site expérimental de Sallèdes, Puy-de-Dôme). Coll. Études et recherches des LPC, GT 56, 1993, 200 pages. ALFONSI P., Estimation d un critère de risque minimal sur la route nationale 1 de l île de La Réunion. XIIth European Conf. On Soil Mech. and Geot. Eng., Balkema, vol. 1, 1999, pp BAYNES F., Problems associated with geological characterisation for quantitative lanslide risk assessment. Proc. of the int. workshop on landslide risk assessment (Honolulu), 1997, pp BERNIER J., PARENT E., BOREUX J.-J., Statistique pour l environnement : traitement bayésien de l incertitude, TEC & DOC, 2000, 363 pages. BROCHOT S., MARCHI L., LANG M., L estimation des volumes des laves torrentielles : méthodes disponibles et application au torrent du Poucet (Savoie), Bull. AIGI, 61, 2002, pp BUNCE C. M., CRUDEN D. M., MORGENSTERN N. M., Assessment of the hazard from rockfall on a highway, Can. Geotech. J., 34, 1997, pp CFGI-LCPC. Guide technique : Caractérisation et cartographie de l aléa dû aux mouvements de terrain, 2000, 90 pages. CHOWDHURY R., FLENTJE P., Role of slope reliability analysis in landslide risk management, Bull. AIGI, 62, 2003, pp CLAES A., On probability in geotechnics. Random calculation models exemplified on slope stability analysis and ground-structure interaction, Chalmers university of technology, Göteborg, 1998, 242 pages. CRUDEN D.M., Estimating the risks from landslides using historical data, Proc. of the int. workshop on landslide risk assessment (Honolulu), 1997, pp DUBAND D., Les aléas extrêmes de crues et d inondations. Colloque Risque et génie civil, Presses de l ENPC, 2000, pp DUNCAN J.M., Factors of safety and reliability in geotechnical engineering,o J. of geotechnical and geoenvironmental engineering, vol. 126, 4, 2000, pp EVANS S.G., Fatal landslides and landslide risk in Canada, Proc. of the int. workshop on landslide risk assessment (Honolulu), 1997, pp FAVRE J.-L., BRUGNOT G., GRÉSILLON J.-M., JAPPIOT M., Évaluation des risques naturels : une approche probabiliste? Techniques de l ingénieur, 1998, chapitre C 3, 295, 34 pages. FELL R., HARTFORD D., Landslide risk management, Proc. Int. Workshop on Landslide Risk Assessment (Honolulu), 1997, pp FINLAY P.J., FELL R., MAGUIRE P.K., The relationship between the probability of landslide occurrence and rainfall, Can. Geotech. J., 34, 1997, pp HANTZ D., DUSSAUGE-PEISSER C., JEANNIN M., VENGEON J.-M., Danger d éboulement rocheux : de l opinion d expert à une évaluation quantitative, Symposium Geomorphology : from expert opinion to modelling, Strasbourg, HO K., LEROI E., ROBERDS B., Quantitative risk assessment : application, myths and future direction, GeoEng2000, November 2000, Melbourne, Australie. LEROI E., FAVRE J.-L., REZIG S., Cartographie de l aléa mouvements de terrain par statistique sous SIG, Revue française de géotechnique, 95-96, 2001, pp LONDE P., Évaluation de la stabilité des fondations rocheuses, Actes du colloque Mécanique et géotechnique (Jubilé scientifique de P. Habib), 1998, Paris. MAGNAN J.-P., SÈVE G., POUGET P., Quelques spécificités de l analyse de risque pour les ouvrages de géotechnique, Proc. Int. Symp. Hard soils Soft Rocks, Napoli, Balkema, vol. 2, 1998, pp MAÏOLINO S., FAURE R.M., Utilisation des ensembles flous en géotechnique, Actes des Journées nationales de géotechnique et de géologie de l ingénieur (JNGG 2002), Nancy. 2002, CD-Rom édité par l Institut polytechnique de Lorraine. MATHERON G., Estimer et choisir, Cahier du Centre de morphologie mathématique de Fontainebleau, fascicule 7, 1978, 175 pages.

15 RECORDON E., Méthodes probabilistes en géotechnique, Publications de la Société suisse de mécanique des sols et des roches, Journée d étude, 4/5 oct. 1985, Lausanne. pp VAN BECK L.P.H., VAN ASCH T.W.J., Quantification of diffuse landsliding by derivation of a general hyrological slope instability threshold, 8 e Congrès international de l AIGI, Vancouver. Balkema, 1998, pp VENGEON J.-M., HANTZ D., DUSSAUGE C., Prévisibilité des éboulements rocheux. Approche probabiliste par combinaison d études historiques et géomécaniques, Revue française de géotechnique, 95/96, 2001, pp

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES D'EBOULEMENTS ROCHEUX: BILAN ET PERSPECTIVES

EVALUATION DES RISQUES D'EBOULEMENTS ROCHEUX: BILAN ET PERSPECTIVES EVALUATION DES RISQUES D'EBOULEMENTS ROCHEUX: BILAN ET PERSPECTIVES Coordonnateur du projet: D. Hantz, LIRIGM, Université Joseph Fourier Participants LIRIGM (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherches

Plus en détail

JOURNÉES GÉOTECHNIQUE

JOURNÉES GÉOTECHNIQUE SCHEMAS D ITINERAIRE DE RISQUES Méthodologie en cours de finalisation Participation - DPPR - LCPC - Réseau des LPC Véronique BERCHE LRPC St-Quentin Page 2/33 OBJECTIFS Rédiger un guide méthodologique permettant

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Géotechnique appliquée au BTP

Géotechnique appliquée au BTP Géotechnique appliquée au BTP Pierre Martin Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12271-8 TABLE DES MATIÈRES Préface... 1 Introduction... 3 Trente cinq ans après... 3 Des échantillons au site... 3 Les

Plus en détail

Une nouvelle route littorale sécurisée entre Saint-Denis et La Possession sur l île de la Réunion

Une nouvelle route littorale sécurisée entre Saint-Denis et La Possession sur l île de la Réunion Une nouvelle route littorale sécurisée entre Saint-Denis et La Possession sur l île de la Réunion 1. Un axe essentiel pour la vie économique de l île de la Réunion fortement perturbé par les risques naturels

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Etude des processus d instabilité des falaises et versants rocheux par prospection géophysique

Etude des processus d instabilité des falaises et versants rocheux par prospection géophysique Etude des processus d instabilité des falaises et versants rocheux par prospection géophysique 1. Présentation du Projet 1.1 Description Etat des connaissances L évaluation de la stabilité d une falaise

Plus en détail

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE KINEMATIC ANALYSIS OF THE «RUINES DE SECHILIENNE» Marie-Aurélie CHANUT 1, Johan KASPERSKI 2, Grégory BIEVRE 1, Jean-Paul DURANTHON 1 1 CETE de Lyon

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

CETE Méditerranée. Île de LA REUNION ÉTUDE STATISTIQUE DE L ALEA L DE PIERRES SUR LA RN1. aléa a et optimisation des protections de falaise

CETE Méditerranée. Île de LA REUNION ÉTUDE STATISTIQUE DE L ALEA L DE PIERRES SUR LA RN1. aléa a et optimisation des protections de falaise CETE Île de LA REUNION ÉTUDE STATISTIQUE DE L ALEA L CHUTE DE PIERRES SUR LA RN1 Gestion de l all aléa a et optimisation des protections de falaise Dominique Batista, Journée technique risque rocheux,

Plus en détail

An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France)

An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France) An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France) S. Bernardie, M.-A. Chanut, A. Abellan-Fernandez, A. Vallet, C. Levy, N. Desramaut,

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

Schéma d itinéraire de risques. Méthodologie

Schéma d itinéraire de risques. Méthodologie Schéma d itinéraire de risques Méthodologie 10/04/2014 1 INTRODUCTION Depuis le lancement des grands travaux routiers, l entretien des routes est devenu un enjeu majeur qui nécessite des bilans périodiques,

Plus en détail

Territoire de l étude

Territoire de l étude Note de présentation - Novembre 2011 Etat d avancement de l étude Fonctionnement hydraulique du complexe «Etangs Palavasiens Etang d Ingril Etang de l Or» en période de crue et de tempête marine Contexte

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES

APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES Mbarka SELMI 1, Mounir LTIFI

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands

Plus en détail

PROGETTO ALCOTRA MASSA VOLET 1 ATTIVITA 1. Confronto di metodi speditivi per la valutazione della pericolosità da caduta massi

PROGETTO ALCOTRA MASSA VOLET 1 ATTIVITA 1. Confronto di metodi speditivi per la valutazione della pericolosità da caduta massi PROGETTO ALCOTRA MASSA VOLET 1 ATTIVITA 1 Confronto di metodi speditivi per la valutazione della pericolosità da caduta massi - La méthode "rapide" d évaluation de l aléa chutes de blocs ou éboulements

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE

NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE AN INNOVATIVE DESIGN PROCESS FOR A ROCKFALL EMBANKMENT : APPLICATION IN THE PROTECTION OF A BUILDING AT VAL D ISERE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

Prévision de la demande

Prévision de la demande But : Pour prendre des décisions relatives à la structure et au fonctionnement opérationnel de tout système logistique; il faut s appuyer sur un système de prévision fiable. Concerne le long, moyen et

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

La gestion du risque de mouvements de terrain liés s aux cavités s souterraines en France

La gestion du risque de mouvements de terrain liés s aux cavités s souterraines en France La gestion du risque de mouvements de terrain liés s aux cavités s souterraines en France Québec, 8 mai 2013 Marie DEGAS Jean-Marc WATELET Direction des Risques du Sol et du sous-sol sol Plan de l exposl

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols Introduction La stabilité de toutes les PEMPs dépend des conditions des sols sur lesquels elles sont placées. Ceci s applique tout autant à celles qui nécessitent l utilisation de stabilisateurs qu à celles

Plus en détail

I. LA VARIABILITE AU SEIN DES POPULATIONS

I. LA VARIABILITE AU SEIN DES POPULATIONS I. LA VARIABILITE AU SEIN DES POPULATIONS La notion de population recouvre un concept difficilement réductible à une définition unique. Au sens de la génétique, une population représente une entité de

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Le territoire de la communauté urbaine de

Le territoire de la communauté urbaine de Diagnostic et analyse de risque appliqués aux digues du Rhône autour de Lyon Jean Claude Carré et Pierre Agresti En collaboration avec le Service de navigation Rhône-Saône : arrondissement Aménagement

Plus en détail

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux p.5 Introduction Pourquoi un PPR? p.7 Partie 1 Méthode de détermination de l aléa p.22

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS10 24-26/03/2010 - Toulouse Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

La cartographie des Risques. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR. Cartographie et APR. Michael BESSE - déc 2012 1.

La cartographie des Risques. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR. Cartographie et APR. Michael BESSE - déc 2012 1. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR Michael BESSE Responsable Gestion des Risques Mercredi 12 décembre 2012 Sommaire La cartographie des risques La méthode APR 2 La cartographie des Risques

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

MP ANALYSE DE RISQUES Ch 8 ANALYSE DE RISQUES. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

MP ANALYSE DE RISQUES Ch 8 ANALYSE DE RISQUES. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 8 ANALYSE DE RISQUES 1 LES RISQUES Un projet ayant par nature un caractère novateur présente évidemment des risques A la fin de la phase de Préparation, on analysera les risques qui paraissent les plus

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Perspectives d indemnisation du tréfonds en tissu urbain

Perspectives d indemnisation du tréfonds en tissu urbain 1 EXTRAIT DE LA COMMUNICATION DU 13/11/2013 DANS LE CADRE DE LA FORMATION DES AVOCATS DU BARREAU DU VAL DE MARNE Perspectives d indemnisation du tréfonds en tissu urbain A l heure où d aucuns «planchent»

Plus en détail

EDUCATION.VULCANIA.COM

EDUCATION.VULCANIA.COM Dossier pédagogique RISQUES VOLCANIQUES Livret élève CHERS EXPLORATEURS, Ce questionnaire vous aidera à découvrir quelques exemples d aléas naturels notemment d origine volcaniques et risques associés.

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Une nouvelle approche statistique de la relation entre facteurs météorologiques et fréquence des éboulements rocheux

Une nouvelle approche statistique de la relation entre facteurs météorologiques et fréquence des éboulements rocheux Une nouvelle approche statistique de la relation entre facteurs météorologiques et fréquence des éboulements rocheux A. Delonca, Y. Gunzburger & T. Verdel GeoRessources, Université de Lorraine, CNRS, CREGU,

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

La cartographie multirisques : un outil d aide à la décision pour les élus et gestionnaires

La cartographie multirisques : un outil d aide à la décision pour les élus et gestionnaires La cartographie multirisques : un outil d aide à la décision pour les élus et gestionnaires Nathalie MARÇOT Géologue Risques Naturels BRGM Direction Régionale Provence Alpes Côte d Azur Pourquoi faire

Plus en détail

LE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA MINISTRE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L ENVIRONNEMENT

LE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA MINISTRE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L ENVIRONNEMENT LE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA MINISTRE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L ENVIRONNEMENT LA SECRÉTAIRE D ÉTAT AU BUDGET LE SECRETAIRE D ETAT

Plus en détail

QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC?

QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC? QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC? Evénement organisé par Logica Business Consulting et l Association des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG) Introduction En septembre 2011,

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) NAÏMA PAGE, PROFESSEURE D HISTOIRE-GEOGRAPHIE LYCEE SAINT-EXUPERY MARSEILLE 15 e 1. Objectifs généraux de la séance Niveau Classe de seconde

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7.

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. BACCALAURÉAT GENÉRAL Session 2011 MATHÉMATIQUES Série ES Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 7 Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. L utilisation d une calculatrice

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail