Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée"

Transcription

1 Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat

2 INTRODUCTION L ostéoporose est définie par une masse osseuse diminuée et des altérations de la microarchitecture osseuse (1). L OMS définit l ostéoporose à partir des mesures de DMO (densitométrie minérale osseuse) obtenues avec DEXA (absorptiométrie biphotonique à rayons X):T-score<-2,5DS (2) DEXA ne renseigne pas sur la microarchitecture osseuse

3 Les techniques quantitatives ultrasonores (QUS) développées depuis les années 1980 (3) explorent surtout le calcaneus et calculent 2 paramètres: (a) la BUA (Broadband Ultrasound Attenuation en dbmhz) = atténuation des ultrasons et (b) la SOS (Speed Of Sound en ms) = vitesse de propagation des ultrasons. Les appareils QUS commercialisés donnent une répétabilité à court terme des mesures évaluée par un coefficient de variation (CV) de 0,8 à 5% pour la BUA et de 0,2 à 0,6% pour la SOS (4)

4 Mais le CV rend difficile la comparaison entre différentes techniques, entre différentes population, ou détecter de petite variation (5) La répétabilité des paramètres QUS est liée aux valeurs moyennes de ces paramètres (6) Pour ces raisons le CV standardisé (SCV) est préféré (4) avec des résultats identiques avec le coefficient de corrélation intra-classe (ICC) (7)

5 BEAM SCANNER Appareil QUS de contact, qui explore le calcaneus, permettant une utilisation en apesanteur (appareil développé pour l Agence Spatiale Européenne) Utilise des ultrasons en transmission à 500 khz L utilisation de matrice (discrétisation spatiale du transducteur) permettra ultérieurement l analyse de la micro-architecture osseuse

6 BEAM SCANNER

7 BEAM SCANNER Permet l obtention de deux images paramétriques (BUA et SOS)

8 OBJECTIFS Répétabilité à court terme du Beam scanner dans une population d âge hétérogène (sujets jeunes sains et femmes de plus de 50 ans dont une partie est ostéoporotique d après les critères OMS) Comparaison des répétabilités par calcul du CV, SCV et ICC

9 MATERIEL ET METHODES Population 36 sujets jeunes sains dont 18 hommes (1M) et 18 femmes (1F).28,4+8,5 ans et 34,9+10,4 ans respectivement (moyenne+ds) 40 femmes de plus de 50 ans dont 19 ostéoporotiques d après critères OMS (rachis et/ou fémur).

10 Protocole 5 mesures réalisées avec repositionnement du talon Estimation du CV par le rapport de l erreur standard sur la moyenne des mesures de chaque groupe (8) CV standardisé obtenu après normalisation du CV par la gamme de variation du paramètre dans la population: SCV = CV/(4DS/moyenne) (9) ICC et coefficient de corrélation inter-classe (entre les groupes) estimés par maximum de vraisemblance dans le cadre d un modèle à effets aléatoires à un facteur (7).

11 RESULTATS CV BUA (%) Moyenne+DS BUA (db/mhz) CV SOS (%) Moyenne+DS SOS (m/s) GROUPE 1M (n=18) Hommes jeunes sains 1,7 78,7+11,3 0,4 1516,6+34,6 GROUPE 1F (n=18) Femmes jeunes saines 2,2 69,3+ 8,8 0,3 1501,0+26,6 GROUPE 2N (n=21) Femmes ménopausées non ostéoporotiques 1,8 64,6+12,7 0,2 1482,6+33,8 GROUPE 2O (n=19) Femmes ménopausées ostéoporotiques 2,0 53,6+13,5 0,2 1465,6+25,7

12 SCV BUA (IC95%) ICC BUA (IC95%) SCV SOS (IC95%) ICC SOS (IC95%) GROUPE 1M (n=18) Hommes jeunes sains 3,1 [2,1;5,0] 0,98 [0,96;0,99] 4,5 [3,1;6,4] 0,97 [0,93;0,98] GROUPE 1F (n=18) Femmes jeunes saines 4,3 [3,0;7,0] 0,97 [0,92;0,99] 4,4 [3,0;7,0] 0,97 [0,92;0,98] GROUPE 2N (n=21) Femmes ménopausées non ostéoporotiques 2,1 [1,5;3,1] 0,99 [0,98;1,0] 3,1 [1,9;5,6] 0,98 [0,95;0,99] GROUPE 2O (n=19) Femmes menopauses ostéoporotiques 2,0 [1,5;3,3] 0,99 [0,98;1,0] 3,1 [1,9;4,9] 0,98 (0,96;0,99]

13 Différence significative (p<0,001) entre les valeurs moyennes de la BUA et de la SOS entre le groupe des sujets jeunes et celui des femmes de plus de 50 ans. Alors que les CV sont équivalents entre les groupes, il existe des différences entre les SCV et les ICC mais elles ne sont pas significatives. Nos CV et surtout nos SCV, qui permettent une meilleure comparaison entre différents appareils, sont équivalents à ceux rapportés dans la littérature (10-11).

14 CONCLUSION Le Beam scanner a des résultats équivalents aux autres appareils en terme de répétabilité. Le type de population n influence pas les résultats de répétabilité mai l estimation doit être faite par une méthode standardisée (SCV ou ICC).

15 REFERENCES 1. Consensus Development Conference:Diagnosis, prophylaxis, and treatment of osteoporosis. Am J Med 1993;94: World Health Organization. Assessment of fracture risk and its application to screening for postmenopausal osteoporosis:report of a study group. In:WHO, ed. Geneva, Langton C et al. The measurement of broadband ultrasonic attenuation in cancellous bone. Eng Med 1984;13: Njeh C et al. The role of ultrasound in the assessment of osteoporosis:a review. Osteoporos Int 1997;7: Naessen T et al. Heel ultrasound in women after long-term ERT compared with bone densities in the forearm, spine and hip. Osteop Int 1995;5:

16 6. Rosenthall L. Influence of bone quality on precision of calcaneal ultrasonometry. Calcif Tissue Int 1997;61: Giraudeau B et al. Assessing the reproducibility of quantitative ultrasound parameters with standardized coefficient of variation or intraclass correlation coefficient:a unique approach. Osteop Int 2003;14: Glüer C et al. Accurate assessment of precision errors:how to measure the reproducibility of bone densitometry techniques. Osteop Int 1995;5: Orgee JM et al. A precise method for the assessment of tibial ultrasound velocity. Ostop Int 1996;6: Fournier B et al. Quantitative ultrasound imaging at the calcaneus using an automatic region of interest. Osteop Int 1997;7: Tsuda-Futami E et al. An evaluation of a new gel-coupled ultrasound device for the quantitative assessment of bone. BJR 1999;72:

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Prof Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Densité mammaire Quantité de tissu dense par

Plus en détail

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Michaël CHAGNAUD Stage de fin d études Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Présentation ESIL du 14/09/2012 Contexte! Thème de recherche : caractérisation mécanique

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

L imagerie synchrotron au service de la recherche sur l ostéoporose

L imagerie synchrotron au service de la recherche sur l ostéoporose L imagerie synchrotron au service de la recherche sur l ostéoporose Françoise PEYRIN CREATIS, INSERM U1044, UMR CNRS 5220, INSA Lyon, Université Lyon, France & ESRF, Grenoble, France L OSTEOPOROSE Maladie

Plus en détail

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 OSTEOPOROSE Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 PLAN 1- Définition 2- Prévalence 3- Facteurs de risques 4- Classification 5- Pathogenèse

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 8 novembre 2005 (JO du 16 novembre 2005) FOSAVANCE 70 mg/2800 UI, comprimé

Plus en détail

FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE. Utilité dans le dépistage et le traitement

FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE. Utilité dans le dépistage et le traitement FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE Utilité dans le dépistage et le traitement N.Hammoumraoui - H.Djoudi service de rhumatologie EHS DOUERA Dépistage des femmes à risque Indications dans

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 ACTONEL 5 mg, comprimé pelliculé B/14 (CIP: 354 362-3) ACTONEL 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 354 366-9) ACTONEL 35 mg, comprimé pelliculé B/4

Plus en détail

GE Healthcare. Lunar idxa TM. intelligent DXA. GE imagination at work

GE Healthcare. Lunar idxa TM. intelligent DXA. GE imagination at work GE Healthcare Lunar idxa TM intelligent DXA GE imagination at work imagination at work L engagement permanent de GE GE Healthcare a pour vocation de concevoir des technologies et des systèmes toujours

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Maxillaire Dents et Ostéoporose : quels rapports

Maxillaire Dents et Ostéoporose : quels rapports Maxillaire Dents et Ostéoporose : quels rapports B. Cortet (1), G. Penel (2), B. Guillaume (3) 1- Département Universitaire de Rhumatologie, Université Lille II, 59045 Lille cedex ; 2- Université de Lille

Plus en détail

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL P. Loriaut, H. Pascal Moussellard, J. Y. Lazennec, Y. Catonné Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Echographie. Principes et techniques. Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie

Echographie. Principes et techniques. Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie Echographie Principes et techniques Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie Onde mécanique Source: Tom Henderson, The Physics Classroom www.glenbrook.k12.il.us/gbssci/phys/class/sound/soundtoc.html

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN + (Surpoids) Tamoxifène - Cancer Ovariectomie Chimiothérapie

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 février 2008 FORSTEO 250 µg / ml, solution pour injection en stylo pré-rempli B/1, 3ml en stylo prérempli Code CIP : 3622162 Laboratoires LILLY FRANCE SA tériparatide

Plus en détail

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse I_ Introduction Compartimentation du corps A. Modèles Le corps peut être décrit selon des compartiments ( ou des masses ) qui sont des éléments du corps ayant des valeurs physiologiques voisines, mais

Plus en détail

Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH

Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH SectiOn F S R Pathologies osseuses associées à l infection VIH ICÔNE 2015 COREVIH Alsace 30 mai 2015 Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH Ostéonécroses et infection VIH: fréquence

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE &

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & DE LA COMPOSITION CORPORELLE 1 - METHODES DIRECTES : -Sur le cadavre. -Par radioactivation neutronique. -Par la DEXA (dual energy X-ray absorptiometry). 2 - METHODES

Plus en détail

Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées

Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées Rev. Energ. Ren.: ICPWE (2003)119-124 Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées H. Nedjari Daaou, S. Haddouche et N. Kasbadji Merzouk Laboratoire d Evaluation du Potentiel Energétique

Plus en détail

Module de formation en Débitmétrie 3ème partie : ADCP Principe de fonctionnement et application

Module de formation en Débitmétrie 3ème partie : ADCP Principe de fonctionnement et application WMO / OMM Autorité du Bassin du Niger Projets Niger-HYCOS et Volta-HYCOS Module de formation en Débitmétrie 3ème partie : ADCP Principe de fonctionnement et application IRD - Unité OBHI (Observatoires

Plus en détail

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE DOI: 10.1051/rfm/2014007 Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE Metrological qualification of the new 5 N m and50n m torque standard machines of LNE

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA)

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment?

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? La consultation de ménopause Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? G.Girardet Nendaz. Nov.2000 Risque de morbidité pour une femme de 50 ans Maladie CV 46% AVC 20% Fracture du fémur 15% Cancer

Plus en détail

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE MARIE-ANNE SCHAAD INFIRMIÈRE SPÉCIALISTE CLINIQUE DIRECTION DES SOINS HUG PR T. CHEVALLEY F. MERMINOD M. TOMCIK

Plus en détail

Introduction de la journée

Introduction de la journée Introduction de la journée David Cohen Université Pierre et Marie Curie, APHP, GH Pitié Salpêtrière, Paris, France Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent Institut des Systèmes Intelligents

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

Poids et masse grasse

Poids et masse grasse Poids et masse grasse Comment cela fonctionne-t-il? Bien qu'il existe différentes façons de calculer la masse adipeuse, celle à laquelle de détermination de la masse adipeuse consiste à transmettre un

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

OPENSTREETMAP COMME SUJET DE

OPENSTREETMAP COMME SUJET DE OPENSTREETMAP COMME SUJET DE RECHERCHE À L'IGN ET AILLEURS Guillaume Touya COGIT IGN France Journée technique : Cartographie libre et citoyenne PLAN DE LA PRÉSENTATION La qualité des données OSM Etude

Plus en détail

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits. Drug Regimen Unassisted Grading Scale (DRUGS) Edelberg HK, Shallenberger E, Wei JY (1999) Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Définition de l ostéoporose

Définition de l ostéoporose Imagerie Multi Echelles de l'os et Prédiction du Comportement Biomécanique Jean Paul Roux INSERM unité 831 Lyon, France FORMAVIE 2010: Les images en biologie à différentes échelles OSTEOPOROSE ET QUALITE

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Lecture d un examen d ostéodensitométrie (DMO)

Lecture d un examen d ostéodensitométrie (DMO) Lecture d un examen d ostéodensitométrie (DMO) YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Ostéoporose fléau social silencieux La mesure de la densité minérale

Plus en détail

HAS (Haute Autorité de santé) 2006. HAS

HAS (Haute Autorité de santé) 2006. HAS OSTÉODENSITOMÉTRIE [ABSORPTIOMÉTRIE OSSEUSE] SUR 2 SITES, PAR MÉTHODE BIPHOTONIQUE Classement CCAM : 15.01.04 code : PAQK007 JUIN 2006 Service évaluation des actes professionnels Service recommandations

Plus en détail

Dr Y. Guillodo Cabinet de médecine du Sport du Questel

Dr Y. Guillodo Cabinet de médecine du Sport du Questel Dr Y. Guillodo Cabinet de médecine du Sport du Questel Inadaptation du tendon aux contraintes répétitives d étirements ou de frictions Traumatisme ou pas (fracture poignet, entorse cheville, )? Contexte

Plus en détail

SUIVI DE L OUVERTURE D UNE FISSURE DANS DU BETON PAR ANALYSE DE LA CODA ULTRASONORE

SUIVI DE L OUVERTURE D UNE FISSURE DANS DU BETON PAR ANALYSE DE LA CODA ULTRASONORE SUIVI DE L OUVERTURE D UNE FISSURE DANS DU BETON PAR ANALYSE DE LA CODA ULTRASONORE Jean-François Chaix 1,*, Cédric Payan 1, Vincent Garnier 1, Audrey Quiviger 1, Alexandre Girard 2, Gautier Moreau 2.

Plus en détail

Densitométrie osseuse

Densitométrie osseuse Chapitre V - C.R. 28/04/04 15:55 Page 34 Densitométrie osseuse C. Roux* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S L'ostéoporose a désormais une définition densitométrique. Les seuils diagnostiques ne

Plus en détail

Analyse de données longitudinales continues avec applications

Analyse de données longitudinales continues avec applications Université de Liège Département de Mathématique 29 Octobre 2002 Analyse de données longitudinales continues avec applications David MAGIS 1 Programme 1. Introduction 2. Exemples 3. Méthodes simples 4.

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS

UNIVERSITÉ D ORLÉANS UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES LABORATOIRE THÈSE présentée par : Karine BRIOT soutenue le 4 décembre 2009 pour obtenir le grade de : Docteur de l université d Orléans Discipline/

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

La densitométrie osseuse périphérique

La densitométrie osseuse périphérique La densitométrie osseuse périphérique! J.M. Pouillès* P o i n t s f o r t s " Les deux principales méthodes de mesure de la densité minérale osseuse (DMO) périphérique sont l absorptiométrie biphotonique

Plus en détail

Optimiser sa stratégie nutritionnelle grâce à la composition corporelle M-N. Coux,, E. Ribbe, M-V. Moreno

Optimiser sa stratégie nutritionnelle grâce à la composition corporelle M-N. Coux,, E. Ribbe, M-V. Moreno BioparHom : la technologie biomédicale innovante au service du bien-être de l Homme Diagnostic Médical et Sportif Optimiser sa stratégie nutritionnelle grâce à la composition corporelle M-N. Coux,, E.

Plus en détail

Case management dans les assurances: la présence des preuves. Regina Kunz Stefan Schandelmaier S.C.Anna Burkhardt Wout DeBoer

Case management dans les assurances: la présence des preuves. Regina Kunz Stefan Schandelmaier S.C.Anna Burkhardt Wout DeBoer Case management dans les assurances: la présence des preuves Regina Kunz Stefan Schandelmaier S.C.Anna Burkhardt Wout DeBoer Présentation Revue systématique contenu+ résultats Enquête «Case management

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Méthodes non invasives de mesure de la densité minérale osseuse

Méthodes non invasives de mesure de la densité minérale osseuse MEDECINE/SCIENCES 2003 ; 19 : 231-8 > Les méthodes non invasives de mesure de la densité osseuse, appelées densitométrie, ont transformé l approche diagnostique et thérapeutique des maladies osseuses métaboliques.

Plus en détail

Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire

Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire IUMSP 4 mars 2014 Dr Olivier Lamy Service de Médecine Interne et Centre des Maladies Osseuses, CHUV Ostéoporose : définition Maladie

Plus en détail

A. Ne u p r e z (1), H. Jo h a n s s o n (2), J.A. Ka n i s (2), E.V. McCl o s k e y (2), A. Od é n (2), O. Br u y è r e (3),

A. Ne u p r e z (1), H. Jo h a n s s o n (2), J.A. Ka n i s (2), E.V. McCl o s k e y (2), A. Od é n (2), O. Br u y è r e (3), Rationalisation du remboursement des médicaments de l ostéoporose : de la mesure isolée de la densité osseuse à l intégration des facteurs cliniques de risque fracturaire. Validation de l algorithme FRAX

Plus en détail

Evaluation ultrasonore des réparations de structures métalliques par collage de patchs composites

Evaluation ultrasonore des réparations de structures métalliques par collage de patchs composites Evaluation ultrasonore des réparations de structures métalliques par collage de patchs composites Bénédicte LE CROM Sous la direction de Michel CASTAINGS Correspondant scientifique DGA : Gilles Raimondi

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

Modèle mixte non linéaire. Application à la modélisation de processus dynamiques et prise en compte d effets génotypiques et environnementaux

Modèle mixte non linéaire. Application à la modélisation de processus dynamiques et prise en compte d effets génotypiques et environnementaux Modèle mixte non linéaire. Application à la modélisation de processus dynamiques et prise en compte d effets génotypiques et environnementaux Hervé Monod Unité MIA-Jouy en Josas INRA - Dépt Mathématiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BONVA 3 mg solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue pré-remplie en verre de 3 ml avec 1 aiguille : 376 871.8 Boîte de 4 seringues

Plus en détail

Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse. Christian Jamin Paris

Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse. Christian Jamin Paris Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse Christian Jamin Paris Liens d intérêt sur ce thème 2010-4 Crédit de recherche ou support financier (honoraires pour action de formation)

Plus en détail

Contrôle Non Destructif par les Méthodes Acoustique

Contrôle Non Destructif par les Méthodes Acoustique Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Centre universitaire de Aïn Temouchent Contrôle Non Destructif par les Méthodes Acoustique S. Hebri La 1 ére Journée d Etude sur les

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

- Tronc Commun. Dauzat

- Tronc Commun. Dauzat 1 2 Les site «http://naxos.biomedicale.univ-paris5.fr/diue» comporte tous renseignements utiles sur le Diplôme Inter-Universitaire d Echographie et Techniques Ultrasonores, avec les statuts et règlements,

Plus en détail

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3,

Plus en détail

28ème Congrès de l American Society for Bone and Mineral Research Philadelphie. Objectif vitamine D!

28ème Congrès de l American Society for Bone and Mineral Research Philadelphie. Objectif vitamine D! 28ème Congrès de l American Society for Bone and Mineral Research Philadelphie Congrès du 15/09/2006 au 19/09/2006 Objectif vitamine D! Après Minneapolis, Seattle et Nashville, c est à Philadelphie que

Plus en détail

Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana

Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana J.M. Roussel, Consultant, Aix-en-Pce Prof. Dr. Gertrud Morlock, Chair of Food Science, JLU Giessen S. Meyer,

Plus en détail

Expérience clinique de la Tomosynthèse

Expérience clinique de la Tomosynthèse Expérience clinique de la Tomosynthèse Avec la table télécommandée 17 Shimadzu/Fujifilm Centre d imagerie médicale, aurillac, france Dr. alexis lacout / Dr. pierre yves marcy Introduction Il y a un an

Plus en détail

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005 Scanner du squelette fœtal Protocole de réalisation Le rôle du manipulateur Karim Medjani 1, Brahim Aichaoui 1, Christiane Arduino 1, Kathia Chaumoitre 1, Claude d'ercole 2, Michel Panuel 1 1 Service d'imagerie

Plus en détail

Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest

Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest Journées communes de la SGOC et de la SBG Le 18 juin 2010 V. Mercier, N. Le

Plus en détail

Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle. A. Schnitzler [Garches-92]

Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle. A. Schnitzler [Garches-92] Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle A. Schnitzler [Garches-92] Problématique Reprise du travail et lésion encéphalique AVC : 10 à 70% [1] TC

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

Modèle explicatif des croyances relatives à l hypertension artérielle chez les hommes

Modèle explicatif des croyances relatives à l hypertension artérielle chez les hommes Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l espace francophone 3 juin 2015 Modèle explicatif des croyances relatives à l hypertension artérielle chez les hommes Anne-Marie Leclerc, inf.

Plus en détail

Contribution à l'estimation de la perméabilité à l air des bétons par les vitesses des ultrasons

Contribution à l'estimation de la perméabilité à l air des bétons par les vitesses des ultrasons Contribution à l'estimation de la perméabilité à l air des bétons par les vitesses des ultrasons Mehamdia Ali 1, Benouis Abdelhalim 2 1 Laboratoire de Génie Civil et d'hydraulique (LGCH), Université 08

Plus en détail

Un scanner médical au service de la recherche forestière

Un scanner médical au service de la recherche forestière Cah. Techn. Inra, 2009 68, 49-55 Un scanner médical au service de la recherche forestière Etienne Farré 1 et Charline Freyburger 1 Résumé : L analyse des relations entre la croissance des arbres et la

Plus en détail

Physique quantique au lycée

Physique quantique au lycée Physique quantique au lycée Une expérience au Liceo di Locarno Christian Ferrari Cours de formation CRP/CPS Champéry, 23 septembre 2011 Plan de l exposé 1 1 L expérience dans l option spécifique (OS) et

Plus en détail

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort JB. Pialat (1), A. Martinon (1), A Ramain A. Ltaief-boudrigua (1), JF. Luciani (2) (1) Radiologie Ostéo-articulaire (2) Médecine

Plus en détail

DXA ABSORPTIOMÉTRIE BIPHOTONIQUE AUX RAYONS X

DXA ABSORPTIOMÉTRIE BIPHOTONIQUE AUX RAYONS X DXA ABSORPTIOMÉTRIE BIPHOTONIQUE AUX RAYONS X La résistance osseuse aux contraintes dépend de : Un facteur quantitatif : masse osseuse disponible (trabéculaire et corticale) Des facteurs qualitatifs :

Plus en détail

Mammographie numérique et indicateurs de performance dans le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), 2007-2012

Mammographie numérique et indicateurs de performance dans le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), 2007-2012 Mammographie numérique et indicateurs de performance dans le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), 2007-2012 Isabelle Théberge, Nathalie Vandal, André Langlois, Éric Pelletier et

Plus en détail

Etude des caractéristiques dosimétriques de sources de curiethérapie d iode 125 à l aide de la plate-forme GATE

Etude des caractéristiques dosimétriques de sources de curiethérapie d iode 125 à l aide de la plate-forme GATE Etude des caractéristiques dosimétriques de sources de curiethérapie d iode 125 à l aide de la plate-forme GATE Lydia MAIGNE maigne@clermont.in2p3.fr Equipe PCSV 1+2, 1 : Laboratoire de Physique Corpusculaire,

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Modélisation 3D des efforts de coupe et de la surface en UGV à partir d un modèle numérique 2D

Modélisation 3D des efforts de coupe et de la surface en UGV à partir d un modèle numérique 2D Modélisation 3D des efforts de coupe et de la surface en UGV à partir d un modèle numérique 2D Extension à l étude de l influence de l usinage sur la durée de vie en fatigue de pièces aéronautiques J.

Plus en détail

Analyse segmentaire de la composition corporelle par bioimpédance E. Ribbe, M-N. Coux, M-V. Moreno

Analyse segmentaire de la composition corporelle par bioimpédance E. Ribbe, M-N. Coux, M-V. Moreno BioparHom : la technologie biomédicale innovante au service du bien-être de l Homme Diagnostic Médical et Sportif Analyse segmentaire de la composition corporelle par bioimpédance E. Ribbe, M-N. Coux,

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Fiabilité des reconstructions 3D EOS-suivi des scolioses idiopathiques de l'adolescent traitées par instrumentation postérieure

Fiabilité des reconstructions 3D EOS-suivi des scolioses idiopathiques de l'adolescent traitées par instrumentation postérieure Université Paris 7 Hôpital Robert Debré Fiabilité des reconstructions 3D EOS-suivi des scolioses idiopathiques de l'adolescent traitées par instrumentation postérieure B. Ilharreborde (1), F. Gabor (2),

Plus en détail

Chapitre 4 : Régression linéaire

Chapitre 4 : Régression linéaire Exercice 1 Méthodes statistiques appliquées aux sciences sociales (STAT-D-203) Titulaire : Catherine Vermandele Chapitre 4 : Régression linéaire Le diplôme de Master of Business Administration ou MBA est

Plus en détail

MÉMOIRE D.E.S. DE NEUROLOGIE

MÉMOIRE D.E.S. DE NEUROLOGIE Paris, le 7 Décembre 2012 MÉMOIRE D.E.S. DE NEUROLOGIE Preuves directes de non-adhésion au traitement anti-épileptique dans l épilepsie partielle pharmaco-résistante Nicolas Carpentier INTRODUCTION Adhésion

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Déminéralisations Ostéoporose. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009

Déminéralisations Ostéoporose. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009 Déminéralisations Ostéoporose Ostéomalacie IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009 Le tissu osseux - rappels Rôle de charpente Rôle métabolique - Réserve en Ca - Régulation phospho-calcique Remaniement

Plus en détail

FRACTURES VERTÉBRALES VOTRE TRAITEMENT MINI-INVASIF

FRACTURES VERTÉBRALES VOTRE TRAITEMENT MINI-INVASIF FRACTURES VERTÉBRALES VOTRE TRAITEMENT MINI-INVASIF 7 cervicales Courantes dans le monde entier, les fractures vertébrales peuvent affecter votre qualité de vie. Non traitées à temps, elles peuvent même

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail