Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée"

Transcription

1 Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat

2 INTRODUCTION L ostéoporose est définie par une masse osseuse diminuée et des altérations de la microarchitecture osseuse (1). L OMS définit l ostéoporose à partir des mesures de DMO (densitométrie minérale osseuse) obtenues avec DEXA (absorptiométrie biphotonique à rayons X):T-score<-2,5DS (2) DEXA ne renseigne pas sur la microarchitecture osseuse

3 Les techniques quantitatives ultrasonores (QUS) développées depuis les années 1980 (3) explorent surtout le calcaneus et calculent 2 paramètres: (a) la BUA (Broadband Ultrasound Attenuation en dbmhz) = atténuation des ultrasons et (b) la SOS (Speed Of Sound en ms) = vitesse de propagation des ultrasons. Les appareils QUS commercialisés donnent une répétabilité à court terme des mesures évaluée par un coefficient de variation (CV) de 0,8 à 5% pour la BUA et de 0,2 à 0,6% pour la SOS (4)

4 Mais le CV rend difficile la comparaison entre différentes techniques, entre différentes population, ou détecter de petite variation (5) La répétabilité des paramètres QUS est liée aux valeurs moyennes de ces paramètres (6) Pour ces raisons le CV standardisé (SCV) est préféré (4) avec des résultats identiques avec le coefficient de corrélation intra-classe (ICC) (7)

5 BEAM SCANNER Appareil QUS de contact, qui explore le calcaneus, permettant une utilisation en apesanteur (appareil développé pour l Agence Spatiale Européenne) Utilise des ultrasons en transmission à 500 khz L utilisation de matrice (discrétisation spatiale du transducteur) permettra ultérieurement l analyse de la micro-architecture osseuse

6 BEAM SCANNER

7 BEAM SCANNER Permet l obtention de deux images paramétriques (BUA et SOS)

8 OBJECTIFS Répétabilité à court terme du Beam scanner dans une population d âge hétérogène (sujets jeunes sains et femmes de plus de 50 ans dont une partie est ostéoporotique d après les critères OMS) Comparaison des répétabilités par calcul du CV, SCV et ICC

9 MATERIEL ET METHODES Population 36 sujets jeunes sains dont 18 hommes (1M) et 18 femmes (1F).28,4+8,5 ans et 34,9+10,4 ans respectivement (moyenne+ds) 40 femmes de plus de 50 ans dont 19 ostéoporotiques d après critères OMS (rachis et/ou fémur).

10 Protocole 5 mesures réalisées avec repositionnement du talon Estimation du CV par le rapport de l erreur standard sur la moyenne des mesures de chaque groupe (8) CV standardisé obtenu après normalisation du CV par la gamme de variation du paramètre dans la population: SCV = CV/(4DS/moyenne) (9) ICC et coefficient de corrélation inter-classe (entre les groupes) estimés par maximum de vraisemblance dans le cadre d un modèle à effets aléatoires à un facteur (7).

11 RESULTATS CV BUA (%) Moyenne+DS BUA (db/mhz) CV SOS (%) Moyenne+DS SOS (m/s) GROUPE 1M (n=18) Hommes jeunes sains 1,7 78,7+11,3 0,4 1516,6+34,6 GROUPE 1F (n=18) Femmes jeunes saines 2,2 69,3+ 8,8 0,3 1501,0+26,6 GROUPE 2N (n=21) Femmes ménopausées non ostéoporotiques 1,8 64,6+12,7 0,2 1482,6+33,8 GROUPE 2O (n=19) Femmes ménopausées ostéoporotiques 2,0 53,6+13,5 0,2 1465,6+25,7

12 SCV BUA (IC95%) ICC BUA (IC95%) SCV SOS (IC95%) ICC SOS (IC95%) GROUPE 1M (n=18) Hommes jeunes sains 3,1 [2,1;5,0] 0,98 [0,96;0,99] 4,5 [3,1;6,4] 0,97 [0,93;0,98] GROUPE 1F (n=18) Femmes jeunes saines 4,3 [3,0;7,0] 0,97 [0,92;0,99] 4,4 [3,0;7,0] 0,97 [0,92;0,98] GROUPE 2N (n=21) Femmes ménopausées non ostéoporotiques 2,1 [1,5;3,1] 0,99 [0,98;1,0] 3,1 [1,9;5,6] 0,98 [0,95;0,99] GROUPE 2O (n=19) Femmes menopauses ostéoporotiques 2,0 [1,5;3,3] 0,99 [0,98;1,0] 3,1 [1,9;4,9] 0,98 (0,96;0,99]

13 Différence significative (p<0,001) entre les valeurs moyennes de la BUA et de la SOS entre le groupe des sujets jeunes et celui des femmes de plus de 50 ans. Alors que les CV sont équivalents entre les groupes, il existe des différences entre les SCV et les ICC mais elles ne sont pas significatives. Nos CV et surtout nos SCV, qui permettent une meilleure comparaison entre différents appareils, sont équivalents à ceux rapportés dans la littérature (10-11).

14 CONCLUSION Le Beam scanner a des résultats équivalents aux autres appareils en terme de répétabilité. Le type de population n influence pas les résultats de répétabilité mai l estimation doit être faite par une méthode standardisée (SCV ou ICC).

15 REFERENCES 1. Consensus Development Conference:Diagnosis, prophylaxis, and treatment of osteoporosis. Am J Med 1993;94: World Health Organization. Assessment of fracture risk and its application to screening for postmenopausal osteoporosis:report of a study group. In:WHO, ed. Geneva, Langton C et al. The measurement of broadband ultrasonic attenuation in cancellous bone. Eng Med 1984;13: Njeh C et al. The role of ultrasound in the assessment of osteoporosis:a review. Osteoporos Int 1997;7: Naessen T et al. Heel ultrasound in women after long-term ERT compared with bone densities in the forearm, spine and hip. Osteop Int 1995;5:

16 6. Rosenthall L. Influence of bone quality on precision of calcaneal ultrasonometry. Calcif Tissue Int 1997;61: Giraudeau B et al. Assessing the reproducibility of quantitative ultrasound parameters with standardized coefficient of variation or intraclass correlation coefficient:a unique approach. Osteop Int 2003;14: Glüer C et al. Accurate assessment of precision errors:how to measure the reproducibility of bone densitometry techniques. Osteop Int 1995;5: Orgee JM et al. A precise method for the assessment of tibial ultrasound velocity. Ostop Int 1996;6: Fournier B et al. Quantitative ultrasound imaging at the calcaneus using an automatic region of interest. Osteop Int 1997;7: Tsuda-Futami E et al. An evaluation of a new gel-coupled ultrasound device for the quantitative assessment of bone. BJR 1999;72:

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Prof Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Densité mammaire Quantité de tissu dense par

Plus en détail

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 OSTEOPOROSE Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 PLAN 1- Définition 2- Prévalence 3- Facteurs de risques 4- Classification 5- Pathogenèse

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Les variables indépendantes catégorielles

Les variables indépendantes catégorielles Les variables indépendantes catégorielles Jean-François Bickel Statistique II SP08 Jusqu à maintenant, nous avons considéré comme variables indépendantes uniquement des variables intervalles (âge) ou traitées

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg NOTE TECHNIQUE N 5 Comparaison des résultats obtenus par avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Michaël CHAGNAUD Stage de fin d études Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Présentation ESIL du 14/09/2012 Contexte! Thème de recherche : caractérisation mécanique

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Q1: Pour quelle raison a-t-on organisé le suivi de cette cohorte? Les rayonnements

Plus en détail

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet (Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet Contexte et représentation des diagrammes causaux Contexte Recherche de facteurs de risque d une maladie

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Chronique R LAtent VAriables ANalysis - Le package lavaan pour les modèles d'équations structurelles

Chronique R LAtent VAriables ANalysis - Le package lavaan pour les modèles d'équations structurelles Chronique R LAtent VAriables ANalysis - Le package lavaan pour les modèles d'équations structurelles Les modèles d'équations structurelles sont des modèles statistiques initialement créés afin de combiner

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse I_ Introduction Compartimentation du corps A. Modèles Le corps peut être décrit selon des compartiments ( ou des masses ) qui sont des éléments du corps ayant des valeurs physiologiques voisines, mais

Plus en détail

L'amélioration des performances économiques des territoires : méthodologie des cartes de performance. Application à la liaison Grenoble Sisteron

L'amélioration des performances économiques des territoires : méthodologie des cartes de performance. Application à la liaison Grenoble Sisteron L'amélioration des performances économiques des territoires : méthodologie des cartes de performance Application à la liaison Grenoble Sisteron **** 1 Sommaire Introduction : les facteurs de développement

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

Chapitre 4 : Régression linéaire

Chapitre 4 : Régression linéaire Exercice 1 Méthodes statistiques appliquées aux sciences sociales (STAT-D-203) Titulaire : Catherine Vermandele Chapitre 4 : Régression linéaire Le diplôme de Master of Business Administration ou MBA est

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA)

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles Non classifié TAD/CA/APM/WP(2010)33 TAD/CA/APM/WP(2010)33 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 04-Nov-2010 Français

Plus en détail

Outils d analyse en magasin: Évaluation interne. Adapter le marketing ou les activités en fonction du trafic et des taux de conversion

Outils d analyse en magasin: Évaluation interne. Adapter le marketing ou les activités en fonction du trafic et des taux de conversion Outils d analyse en magasin: Évaluation interne Adapter le marketing ou les activités en fonction du trafic et des taux de conversion Lorsque les boutiques commencent à exploiter les données de trafic,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique Approfondir Vers le supérieur La prévision des tendances et l outil statistique Présentation

Plus en détail

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE)

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE) P. : 1/11 Table des matières 1 Processus de validation...1 2 Validation...2 2.1 Exactitude...2 2.1.1 Critère d acceptation :...2 2.1.2 Résultats :...2 2.1.3 Conclusion :...5 2.2 Fidélité...5 2.2.1 Critère

Plus en détail

Pour mémoire la régression entre la masse et l émission de CO2 était la suivante :

Pour mémoire la régression entre la masse et l émission de CO2 était la suivante : 1 ANNEXE 3 Analyse de la relation entre les dimensions des voitures (longueur, largeur, produit de la voie moyenne par l empattement, dite «footprint» dans le texte de la commission, leur masse et l émission

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

2 - Atténuation (Loss) Elle définit la perte du signal le long du câble en fonction de la fréquence. Cette mesure s exprime en db.

2 - Atténuation (Loss) Elle définit la perte du signal le long du câble en fonction de la fréquence. Cette mesure s exprime en db. SEN TR 6 mai 200 Câblage : les paramètres des câbles cuivre - Carte de câblage Cet essai permet de s'assurer que les deux extrémités ont été câblées conformément à la norme (câble droit ou croisé). La

Plus en détail

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Suggestion hypnotique dans l étude de l activation douloureuse en IRMf A. Urbanik, J. Aleksandrowicz*, B. Sobiecka, J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Département de Radiologie et Psychiatrie*

Plus en détail

Dimensionnement. Détermination des engrenages. Couple (Nm) FORMULES UTILES : Diamètre de l arbre (mm) 9550 x kw t/min. kw = 0,746 x CV Nm = Matière

Dimensionnement. Détermination des engrenages. Couple (Nm) FORMULES UTILES : Diamètre de l arbre (mm) 9550 x kw t/min. kw = 0,746 x CV Nm = Matière Dimensionnement Le tableau cidessous permet de prédéterminer rapidement le diamètre d arbre à utiliser en fonction du couple à transmettre et de la matière. Couple (Nm) Matière Acier doux XC8 XC65 0 kn/m

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/GRB/2012/11 Distr. générale 19 juin 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Unity Real Time 2.0 Service Pack 2 update

Unity Real Time 2.0 Service Pack 2 update Unity Real Time 2.0 Service Pack 2 update Configuration des Objectifs Analytiques La nouvelle version permet, en un écran, de configurer un lot, un panel ou un instrument. Le menu est accessible au moyen

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA Deuxième Congrès des Economistes Africains Abidjan, Côte d Ivoire Novembre 24-26, 2011 Présentateur: Charles RURANGA Institution: Université Nationale du

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony IVUS Intra-Vascular Ultra-Sound PCVI 92, Hopital Privé d Antony L Ultra-Son Un peu de physique : c est une onde mécanique ( à la différence de la lumière ou des RX qui sont des ondes électromagnétiques)

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE

LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE Jean-Baptiste Légal 2007-2008 http://j.b.legal.free.fr/blog Les publications scientifiques Plusieurs types : Ouvrages et chapitres d ouvrages Manuels Articles de

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Objectifs : Pour illustrer l échographie, nous allons ici étudier la production et la détection des ultrasons

Objectifs : Pour illustrer l échographie, nous allons ici étudier la production et la détection des ultrasons Document élève 1/9 Nom : Prénom : Classe : Date : Objectifs : Physique Chimie Thème : La Santé LE PRINCIPE DE L ECHOGRAPHIE - Comprendre que la nature des matériaux a une influence sur les phénomènes d

Plus en détail

LES GEOMETRIES. Souples. Des Lentilles. Niveau intermédiaire. Bernard Barthélemy 2004

LES GEOMETRIES. Souples. Des Lentilles. Niveau intermédiaire. Bernard Barthélemy 2004 LES GEOMETRIES Des Lentilles Souples Niveau intermédiaire Bernard Barthélemy 2004 Le r 0 et le Ø T Le rayon postérieur et le diamètre total Adapté de CONTACTOLOGIE B. Barthélémy, T. Thiébaut, coord. Lavoisier,

Plus en détail

Sur les vols en formation.

Sur les vols en formation. Sur les vols en formation. Grasse, 8 Février 2006 Plan de l exposé 1. Missions en cours et prévues 2. Le problème du mouvement relatif 2.1 Positionnement du problème 2.2 Les équations de Hill 2.2 Les changements

Plus en détail

Guide de conduite de petits projets. Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes

Guide de conduite de petits projets. Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes Guide de conduite de petits projets Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes Christian Coudre Janvier 2007 Étape 0 : Préparation du projet Étape 1 : Collecte des informations Étape

Plus en détail

Installation Apiba timent V10

Installation Apiba timent V10 Installation Apiba timent V10 Nouvelle installation et nouveau référencement L installation des logiciels Sage Petites Entreprises change. La version de l installeur est plus récente, elle est adaptée

Plus en détail

Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi

Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Observatoire National de l'emploi et des Qualifications Effet du stage en entreprise au cours des études sur l insertion des

Plus en détail

Leçon 8. Système de gestion sur programme

Leçon 8. Système de gestion sur programme CANEGE Leçon 8 Système de gestion sur programme Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : dresser un budget d approvisionnement dans le cadre d un système de gestion sur programme

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 Recommandations pour le financement de la distribution d eau directive SSIGE WX, (actuellement en consultation) 23.05.07 / J-M Pache SDESR 1 Pourquoi une nouvelle

Plus en détail

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar K.Chevreul 1, F.Ballereau 2 1. Department of Social Policy, London

Plus en détail

Tableau des consommations moyennes recueillies en décembre 2011 par enquête sur plusieurs forums nautiques et en direct auprès d amis plaisanciers.

Tableau des consommations moyennes recueillies en décembre 2011 par enquête sur plusieurs forums nautiques et en direct auprès d amis plaisanciers. Tableau des consommations moyennes recueillies en décembre 2011 par enquête plusieurs forums nautiques et en direct auprès d amis plaisanciers. Type Moteur Poids tonne Puiss Nom CV Régime Croisière t/mn

Plus en détail

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 Colloque organisé conjointement par : l Institut National de

Plus en détail

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE MARIE-ANNE SCHAAD INFIRMIÈRE SPÉCIALISTE CLINIQUE DIRECTION DES SOINS HUG PR T. CHEVALLEY F. MERMINOD M. TOMCIK

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel Plan du cours Introduction Théorie de la mesure Qualité du logiciel Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen Conférence sur la Directive 2004/113/CE ActuriaCnam, Paris 31 mai 2012 Christine Tomboy Introduction 1. Un arrêt qui fait date Des conséquences

Plus en détail

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS I. Introduction En hyperfréquence, la caractérisation des dispositifs passifs ou actifs est assez différentes des techniques utilisées en basse fréquence.

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

La Fonction SI. Il affichera : PROMU. Séparateurs

La Fonction SI. Il affichera : PROMU. Séparateurs La Fonction SI Renvoie une valeur si le résultat du TEST LOGIQUE que vous spécifiez est VRAI et une autre valeur si le résultat du test logique est FAUX. Structure et exemple : SI (TEST LOGIQUE ; VALEUR

Plus en détail

Géovisualisation des espace-temps quotidiens Propositions d outils d aide à la réflexion Olivier Klein

Géovisualisation des espace-temps quotidiens Propositions d outils d aide à la réflexion Olivier Klein Géovisualisation des espace-temps quotidiens Propositions d outils d aide à la réflexion Olivier Klein Chargé de Recherche CEPS/INSTEAD Pôle Géographie et Développement Esch-Belval, Luxembourg 2 Préambule

Plus en détail

LES PUISSANCES EN 4 E. Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e

LES PUISSANCES EN 4 E. Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e LES PUISSANCES EN 4 E Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e PARCOURS SUR LES PUISSANCES : 2 ACTIVITÉS Situation sur les bactéries issue de la SVT Travail en 2 parties

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Document introductif de l application sur la recherche de normes avec SagaWeb

Document introductif de l application sur la recherche de normes avec SagaWeb Document introductif de l application sur la recherche de normes avec SagaWeb Norme ISO 9706 repérée sur un boîte en carton contenant des ramettes de papier A4. Intitulé de la norme : «Information et documentation

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 187 192 Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique A. Abdedou 1,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général. II. Situation du Bureau du vérificateur général

Bureau du vérificateur général. II. Situation du Bureau du vérificateur général Bureau du vérificateur général II. Situation du Bureau du vérificateur général Bureau du vérificateur général II.1. État des effectifs II. Situation du Bureau du vérificateur général II.1. État des effectifs

Plus en détail

Des améliorations et des augmentations de rendement importants peuvent être obtenues par l emploi d engrenages à dentures droites.

Des améliorations et des augmentations de rendement importants peuvent être obtenues par l emploi d engrenages à dentures droites. Bulletin Information Technique Fresnes, le 9 Février 1995 ENTRAINEMENT CONVOYEUR AVEC REDUCTEUR EN PRISE DIRECTE 1. Introduction La tendance actuelle vers de grosses machines de production nécessite des

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

Association BACLOFÈNE

Association BACLOFÈNE Faire connaître et reconnaître l'efficacité et l'innocuité du Baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique Résultats des essais Nalmefène/Placebo Ces résultats sont la traduction en français de

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur Massique est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse

Plus en détail

Faire et analyser un graphique de Bland-Altman pour évaluer la concordance entre deux instruments ou plus

Faire et analyser un graphique de Bland-Altman pour évaluer la concordance entre deux instruments ou plus Faire et analyser un graphique de Bland-Altman pour évaluer la concordance entre deux instruments ou plus Par Marie-Pierre Sylvestre Contexte On désire comparer deux instruments qui mesurent le même concept.

Plus en détail

SEMINAIRE : «RETOMBEES ECONOMIQUES et VALEUR des ESPACES NATURELS PROTEGES»

SEMINAIRE : «RETOMBEES ECONOMIQUES et VALEUR des ESPACES NATURELS PROTEGES» SEMINAIRE : «RETOMBEES ECONOMIQUES et VALEUR des ESPACES NATURELS PROTEGES» PARCS NATIONAUX de FRANCE Institut d Etudes Politiques d Aix en Provence 16 octobre 2008 Que sont les valeurs monétaires et comment

Plus en détail

Corps en transparence

Corps en transparence 1/5 Corps en transparence Pour chaque question, coche uniquement la bonne réponse CORPS EXPLORÉ 1. La radiographie X permet d obtenir des images : 2. Le scanner X permet d obtenir des images : 3. L IRM

Plus en détail

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2014

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2014 Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques Contacts : S.O.S Amitié Paris Ile-de-France - 01 42 96 73 90 - sos.amitie.idf@wanadoo.fr Bureau de presse : Marie Mancel Communication et Développement

Plus en détail

Leçon «Réagir sur la bourse»

Leçon «Réagir sur la bourse» Leçon 6 : suite logicielle CAPITAL EXPLORER 13 octobre 2008 Module : tous! Leçon «Réagir sur la bourse» - Rassurer - Point des objectifs - Investir - Cours moyen d achat 1 Introduction Les «leçons AMC»

Plus en détail

Analyse du chômage des diplômés de l enseignement supérieur :

Analyse du chômage des diplômés de l enseignement supérieur : REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Emploi l et de l Insertion l Professionnelle des Jeunes Observatoire National de l Emploi l et des Qualifications Analyse du des diplômés de l enseignement supérieur

Plus en détail

Bruit et vibrations au travail. Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques

Bruit et vibrations au travail. Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques Bruit et vibrations au travail Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques Mars 2011 Jean Vittonati Trois encoffrements acoustiques 1 2 3 Trois encoffrements acoustiques Pour chaque cas

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes GUIDE DE L ACTUAIRE Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Direction principale de la surveillance des assureurs et du contrôle du droit d exercice

Plus en détail

Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire?

Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire? Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire? Dr Sanspoux Frédéric. Capvéto Bellac - 05 juillet 2014. En 2011 est apparue sur le marché de l imagerie vétérinaire

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

C F A / V I S H N O 2 0 1 6

C F A / V I S H N O 2 0 1 6 CFA 16 / VISHNO C F A / V I S H N O 2 0 1 6 11-15 avril 16, Le Mans Comportement acoustique des rupteurs de ponts thermiques M. Andro Groupe GAMBA, 163 rue du colombier, 31670 Labege, France marc.andro@acoustique-gamba.fr

Plus en détail