Sécurité - Hygiène - Environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurité - Hygiène - Environnement"

Transcription

1 230 Raffinage - Chimie

2 ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE PROCÉDÉS GÉNIE CHIMIQUE RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE Sécurité - MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION Hygiène - ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES Ingénieurs en Sécurité Industrielle...p. 233 Management SHE...p. 234 à 237 SHE Design - Intervention...p. 238 à 242 Sécurité dans les Opérations...p. 243 à 246 Sécurité dans les Travaux...p. 247 à 251 Santé -...p. 252 à 254 PROJETS GESTION DES PROJETS INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT ÉTUDES D INGÉNIERIE ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX OPÉRATION Raffinage - Chimie

3 232 Raffinage - Chimie

4 Ingénieurs en Sécurité Industrielle FRANÇAIS : SEC / SECUIND Maîtriser toutes les composantes de la fonction d ingénieur en sécurité industrielle. Ingénieurs nouvellement affectés au service SHE, dans les industries : de l Amont et de l Aval pétrolier de la pétrochimie et de la chimie du transport, du stockage et de la distribution de pétrole brut, produits pétroliers et gaz naturel. Personnel expérimenté destiné à évoluer dans la fonction sécurité. Acquérir les connaissances permettant d exercer effi cacement la fonction d Ingénieur en Sécurité Industrielle : connaissances techniques et réglementaires savoir-faire pratique et comportemental. Mettre en œuvre les outils et les techniques nécessaires à la gestion globale de la sécurité. Travaux pratiques sur matériels industriels. Visites et études sur le terrain. Exercices d extinction en situation réelle. Interventions d experts de l industrie. Études de cas d incidents et d accidents réels. OBSERVATION Durée de la formation : 60 jours sans l obtention du Graduate Diploma jours (projet personnel) + 2 jours (présentation du projet) pour l obtention du Graduate Diploma Alain de la Cruz Formation d ingénieurs en sécurité industrielle Graduate Diploma of Petroleum Studies ACCUEIL - VÉRIFICATION DES ACQUIS RISQUES LIÉS AU COMPORTEMENT DES FLUIDES Compression et détente des gaz. Équilibres liquide-vapeur. Énergies mises en jeu. Pression régnant dans une capacité et conséquences d un apport ou d un retrait de chaleur : expansion thermique, vaporisation, mise sous vide, givrage par détente, Prise en compte des phénomènes et précautions opératoires. RISQUES ET PRÉCAUTIONS LIÉS AU MATÉRIEL Tuyauterie - Matériel thermique - Matériel de stockage - Équipements sous pression. Transport - Postes de chargement et de déchargement : camions, wagons, navires. Machines tournantes : pompes, compresseurs, turbines à vapeur, turbine à gaz, Instrumentation-Régulation. INFLAMMABILITÉ - PRÉVENTIONS - PRÉCAUTIONS - LUTTE CONTRE L INCENDIE Phénomènes de la combustion : combustion des mélanges gazeux, liquides et solides. Effet de la combustion. BLEVE / boil-over / backdraft / fl ash-over. Préventions et Précautions contre les risques d incendie et d explosion : contrôle ou suppression des mélanges infl ammables, des sources d infl ammation. Zones ATEX. Comportement des matériaux au feu. Détecteurs de gaz, détecteurs d incendie (fumées, fl ammes, chaleur, ). Protection et lutte contre l incendie : agents d extinction (eau, poudres, mousse, gaz inhibiteurs), matériels mobiles et fi xes mis en œuvre. Stratégies de lutte contre l incendie : règles de bases, moyens et méthodes d intervention, organisation et gestion des secours, stratégie d intervention. Plans d urgences (POI, PPI). PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Importance de la protection de l environnement pour l entreprise, pour l être humain. Protections de l air, de l eau, et des sols. Origine, nature, traitement et réduction des pollutions. Gestion des déchets : tri et fi lières d élimination des déchets. Prise de conscience - Développement durable. HYGIÈNE INDUSTRIELLE - SANTÉ AU TRAVAIL Risques professionnels : risques chimiques, risques physiques, toxicologie. Protections collectives et individuelles. Maîtrise des risques : analyses des postes de travail, fi ches de sécurité, suivi médical, Médecine du travail - Prévention. SÉCURITÉ DANS LES OPÉRATIONS DE MISE À DISPOSITION ET DE REMISE EN SERVICE DES INSTALLATIONS, DANS LES TRAVAUX, DANS LES ACTIVITÉS DE LABORATOIRES Sécurité dans les opérations de mise à disposition et de remise en service : précautions et risques liés aux fl uides auxiliaires (azote, eau, air, vapeur, ). Purges et vidanges des équipements. Consignations process, mécaniques, électriques. Neutralisation, lavage, dégazage et inertage des installations. Contrôles d atmosphères. Pénétration dans les capacités. Remise en service. Sécurité dans les travaux : risques spécifi ques liés aux travaux et précautions associées. Permis de travail. Intégration de la sécurité dans la préparation, la mise en œuvre et la surveillance des travaux. RISK MANAGEMENT (management des risques SHE) Approche globale de la prévention : moyens humains, moyens techniques, facteurs humains. Système de Management de la santé, de la sécurité et de l environnement (HSE-MS) : structure, mise en œuvre et gestion. Analyse des risques (risk assessment) : méthodes d analyses de risques (APR-HAZID, HAZOP, What- If, ), outils de prévention, de gestion de crise et d intervention. Parades fi nancières face aux accidents - Assurances. Démarche SHE dans les projets. Relations humaines et communication. Fonction d Ingénieur Sécurité : missions (recherche, opérationnelle, fonctionnelle, liaison, ), responsabilité, qualités requises. 60 JOURS LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR 27 Jan - 18 Avr Lyon & Martigues (1) RMA (1) si Graduate Diploma 2 j 2 j 6 j 18 j 3 j 3 j 10 j 16 j RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT OPÉRATION ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX ÉTUDES D INGÉNIERIE PROJETS GESTION DES PROJETS Raffinage - Chimie

5 Management SHE FRANÇAIS : SEC / MANSHE ANGLAIS : SEC / SHE-E Amélioration d un système de management SHE 2 JOURS Apporter les connaissances nécessaires à l amélioration du système de management Sécurité, Hygiène, (SHE) du site. Cadres dirigeants, personnels d encadrement, ingénieurs, agents de maîtrise chargés d animer et faire évoluer le système de management SHE de leur site. D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT SHE Raison d être de l obligation SHE Exigences réglementaires et normatives : loi relative aux installations classées, SEVESO 2, PPRT. Responsabilités civiles et pénales. Intégration des objectifs SHE aux objectifs de l entreprise Impact sur l économie et l image de marque de l entreprise. Système de management : moyen de prévention des accidents, d amélioration continue des résultats, source d effi cacité de l entreprise, culture d entreprise. Défi nir les objectifs opérationnels d un système de management. Se réapproprier les éléments fondamentaux. Utiliser et faire évoluer les outils existants. Améliorer le fonctionnement et les performances du système. STRUCTURE D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT SHE ET RESPONSABILITÉS Principes de mise en œuvre : politique, chapitres fondamentaux, boucle de progrès d un système dynamique, responsabilités et organisation pour un système pérenne et partagé. Principes de communication : systématiser la communication par l organisation hiérarchique, fonctionnelle et transversale. Outils de communication : baromètre, audit sécurité. Utilisation des outils du site (analyses de risques, rapport d incidents, audits, ). Exemples de défaillances de systèmes SHE. Études de cas d accidents. AMÉLIORATION DU SYSTÈME Objectifs, organisation, outils, points de contrôle et amélioration des éléments fondamentaux : engagement et responsabilité de la direction gestion du personnel gestion des risques maîtrise des procédés gestion des modifi cations, des opérations, des investissements gestion des entreprises extérieures gestion des accidents, retours d expérience gestion des situations d urgence gestion de la documentation. Intégration du comportement humain. 1 j SUIVI ET ÉVALUATION DU SYSTÈME Contrôles réactif et proactif : mise en place d indicateurs de performance et d indicateurs prédictifs (avertissement), audits d application du système, revue de direction. Évaluation du système : interne, externe, organisation et moyens nécessaires, processus et critères d évaluation. Évolution du système : retours d expérience et recommandations. OBSERVATION Cette formation est réalisable en anglais Guy Bassal Réalisé en intra-entreprise 234 Raffinage - Chimie

6 Management SHE Acteur au quotidien 2 JOURS dans la démarche SHE de l entreprise RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE FRANÇAIS : SEC / IMPSHE Apporter une vision positive et active de la démarche SHE du site et renforcer l adhésion individuelle. Ensemble du personnel des services exploitation, sécurité, laboratoire, maintenance, travaux neufs, procédés. Personnel d encadrement des entreprises extérieures cotraitantes. OBLIGATIONS DE SÉCURITÉ POUR L ENTREPRISE ET LE SALARIÉ Obligation réglementaire de sécurité de l employeur et du salarié. Responsabilité pénale. Nécessité pour l entreprise d améliorer le niveau de sécurité : impératif moral, image de marque, intérêt économique, défi technique. Nécessité individuelle de veiller à sa propre protection et à celle de son environnement professionnel. GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE Expliquer son rôle dans la démarche SHE de l entreprise et les résultats attendus. S approprier et utiliser les outils correspondants. Accroître son engagement SHE dans le travail quotidien. Utilisation des outils de la démarche SHE du site. Applications simples de méthodes d analyse de risques. Retours d expérience industriels (études de cas, vidéos). CONNAISSANCES DES RISQUES, OUTILS DE GESTION DES RISQUES Gestion des risques : objectifs, domaines d application, intérêt pour le personnel. Évaluation des conséquences de l accident Différents scénarios d accident (feux, fuite de gaz infl ammable et toxique, explosions,...) et quantifi cation des effets. Prise en compte de ces risques dans le travail quotidien. Méthodes d analyses de risque Objectifs : identifi cation des risques pour mettre en place les moyens de prévention et de protection les plus appropriés. Description simplifi ée des méthodes APR, HAZOP, nœud-papillon. Intérêts et limites. Risques résiduels. Adaptation et utilisation de l analyse des risques dans les opérations courantes (prises d échantillons, vidange, mise en sécurité, entretien, construction,...). Gestion des modifi cations. COMPORTEMENT COLLECTIF Politique sécurité du site : volonté de la direction, objectifs, suivi des performances sécurité, moyens mis en œuvre, cohérence. Outils : procédures, consignes, analyses des accidents et presque accidents, analyse de risques des tâches courantes, audits, préparation aux situations d urgence, travail de groupe (intérêts, contraintes, limites, conditions d effi cacité). Compétences disponibles : hiérarchie, service médical, service Sécurité Hygiène, CHSCT, spécialistes. 0,75 j MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT COMPORTEMENT INDIVIDUEL - FIABILITÉ HUMAINE Comportement exemplaire de la hiérarchie et de l individu dans l entreprise : adhésion aux règles et consignes ; respect des procédures, des équipements de prévention et de protection,... Intégration dans l équipe de travail : harmonie, complémentarité, autonomie. Développement du sens de l observation et de la réfl exion devant toute situation nouvelle ou anormale : réaction appropriée. Prise de conscience de l enjeu et du rôle à jouer dans la démarche SHE : motivation et communication effi caces, écoute, démarche positive, persévérance, appropriation et contribution à l amélioration des outils. Fiabilité humaine : prise en compte dans les outils de prévention et d analyse des incidents. OPÉRATION ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX ÉTUDES D INGÉNIERIE Guy Bassal Réalisé en intra-entreprise PROJETS GESTION DES PROJETS Raffinage - Chimie

7 Management SHE FRANÇAIS : SEC / ANALINC ANGLAIS : SEC / INCANA Analyse des incidents Facilitateur 2 JOURS Apporter la méthodologie d analyse des incidents en groupe. Sensibiliser à l intérêt de cette méthode pour améliorer durablement les systèmes et la performance de l entreprise. Animateurs des groupes d investigation d incidents SHE ou Fiabilité. Mettre en pratique les différentes étapes de la méthode. Piloter un comité d enquête, en allant jusqu aux préconisations. Diagnostiquer les causes profondes liées aux Systèmes de Management. Présenter l analyse et les préconisations au Management, pour décision. Produire un rapport de synthèse complet et clair. Exercices pratiques d application individuel/en sous-groupe. Prise en compte des règles et procédures spécifi ques ainsi que des exemples d incidents réels du site. Jeu de rôle complet sur un cas complexe, le deuxième jour. PRINCIPE ET ÉTAPES DE LA MÉTHODE Réaction à chaud : investigation initiale, rassemblement des preuves matérielles et visuelles, des premiers témoignages, photos, relevés, conduite et documentation des premiers entretiens. Sélection de l équipe : nomination du Facilitateur, choix des membres du groupe d enquête, validation par le Management. Définition du problème : événement indésirable, circonstances, conséquences réelles et potentielles, prioritisation. Analyse des causes : différentes méthodes pour démarrer un arbre des causes. Enchaînement logique des causes, rôle des barrières, identifi cation des barrières inadéquates ou manquantes. Actes dangereux : compréhension de l erreur humaine et de ses causes, relation avec les barrières. Importance pour l entreprise. Conditions préexistantes : relation entre les actions et les conditions. Importance de formuler les conditions comme des causes. Recherche des causes par type : matériels et équipements, organisation, procédures, rôles et responsabilités. Systèmes de Management : défi nition, importance pour l entreprise de les prendre en compte dans l analyse. Principaux systèmes de Management à l origine des défaillances, intérêt d une classifi cation par catégories. Préconisations : recherche des solutions possibles, identifi cation de solutions innovantes, vérifi cation de la validité des solutions, caractéristiques d une solution effi cace, priorisation des solutions valides en fonction de leur pertinence. Passage des préconisations au plan d action : implication préalable des décideurs, techniques de présentation, validation. Rapport : éléments de base d un rapport écrit clair et suffi sant pour tous, présentation aux décideurs pour validation du plan d action. Application : chacune des étapes est assortie d exercices pratiques individuels ou en binôme. ANALYSES D INCIDENTS Application n 1 : mise en œuvre de la méthode par groupes de 3 personnes, l ensemble du groupe dispose des mêmes informations, le formateur apporte les réponses aux questions posées. Exposé par l un des groupes. Application n 2 : jeu de rôle par groupes de 4 à 5 personnes, chaque participant dispose de faits spécifi ques, et l animateur du groupe ne dispose d aucune information. Exposé par l un des groupes. Commentaires de l animateur et des autres groupes. 1 j 1 j Alain Boyard Réalisé en intra-entreprise 236 Raffinage - Chimie

8 Management SHE Audit de sécurité 2 JOURS RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE FRANÇAIS : SEC / AUDSECU Former à la technique de l Audit de Sécurité dans le but d améliorer le comportement humain sur site. Référents sécurité et ensemble du personnel des services exploitation, sécurité, maintenance, travaux neufs, laboratoire, Expliquer le rôle de l audit dans la démarche sécurité du site. Concevoir, conduire et gérer effi cacement un audit sur le terrain. Appliquer une approche positive de l Audit de Sécurité. Réalisation d un audit sur le site. Rédaction des rapports d audits et analyses/échanges sur les situations rencontrées. AUDIT : OUTIL PRIVILÉGIÉ DE MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ Implication de la hiérarchie dans la démarche sécurité Appliquer et faire appliquer la politique sécurité de la Direction. Être exemplaire dans son comportement. Faire vivre une équipe performante : informer, organiser, diriger, favoriser les échanges, analyser les réussites. Industries : sites à risques Pyramide des risques : accident, presque accident, situations dangereuses et actes dangereux, maladies professionnelles. Niveaux d observation essentiels sur lesquels doit porter l effort. Objectifs et intérêt des audits Apprécier le niveau de sécurité du personnel dans l usine. Corriger immédiatement et/ou à long terme une situation dangereuse. Rechercher en permanence l amélioration. Développer l esprit critique. CONDUITE DE L AUDIT Étapes de l audit Préparation de la visite. Visite sur le terrain : observation, collecte d informations, communication, recherche de solutions avec les personnes observées. Après-visite : traitement de l information, rédaction du rapport d audit, communication des résultats, plan d action, suivi du plan d action, retour d information vers les personnes observées. Techniques de communication avant, pendant et après l audit Contact avec l audité. Contact avec les personnes observées. Écoute active : processus contrôlé. Dialogue : facilitation, approfondissement, résultats. Communication des résultats : validation, mesure du niveau de sécurité. Techniques d observations Cycles d observation : décider, s arrêter, observer, agir, rendre compte, suivre. Observation de l homme au travail. Observation de l environnement de travail : état du matériel, des protections, règles de sécurité, procédures, ordre et propreté. Exemples de fi ches guide. 0,75 j GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT OPÉRATION RÉALISATION PRATIQUE D UN AUDIT SUR SITE Détermination du secteur audité, constitution de l équipe d audit (auditeurs, audité). Réalisation des audits sur le terrain. Présentation et analyse des rapports d audits. Rédaction du compte-rendu : situations constatées, corrections immédiatement apportées, suggestions. Plan d action et retour d information vers les personnes observées. Utilisation des outils spécifi ques du site. 0,75 j ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX ÉTUDES D INGÉNIERIE Guy Bassal Réalisé en intra-entreprise PROJETS GESTION DES PROJETS Raffinage - Chimie

9 SHE Design - Intervention FRANÇAIS : SEC / SAFENGRC ANGLAIS : SEC / SAFENGRC-E Safety Engineering 4,5 JOURS Avoir une vue d ensemble des études Sécurité sur un projet. Défi nir les principaux moyens de détection, protection, évacuation. Techniciens, ingénieurs et cadres d ingénierie chargés de concevoir les installations industrielles. Exploiter les études de dangers dès les premières phases d un projet. Utiliser les principaux standards de la profession (APSAD, NFPA, API). Établir les principes de sécurité déroulés sur le projet (Concept de Sécurité). CONNAISSANCES DES RISQUES ET IDENTIFICATION Représentation du risque : risques pour les personnes, les biens et l environnement. Notions de potentiel de danger, niveaux de risque, matrice des risques, risque résiduel acceptable. Connaissance des dangers sur un site industriel : produits, matériel, process. Phénoménologie : dispersion, toxicité, phénomènes thermiques, phénomènes mécaniques / surpression. Identification des risques : évaluation des risques et de leurs conséquences. Présentation des méthodes HAZID, HAZOP. MISE EN ŒUVRE ET EXPLOITATION DES ÉTUDES DE DANGERS Conduite d une étude de dangers. Analyse des conséquences - Nœud papillon. Identifi cation des barrières de sécurité. Prise en compte des risques identifiés lors de la conception. Concept de sécurité : déclinaison de la philosophie HSE applicable au projet et à l installation selon 4 axes : prévention, détection, mitigation, évacuation - Revue de conception. 0,75 j Application des notions présentées sur des exemples industriels simples. Simulation de revues de conception. Identifi cation des zones à protéger selon les études de danger. Dimensionnement simplifi é d un système de protection fi xe (eau/mousse). PRÉVENTION Implantation sur la base des études de danger : unités, équipements, accès/ évacuation, distances de sécurité, zones feu. Réduction des sources d ignition : ATEX, plan de classement de zone, ventilation. Réduction des inventaires dangereux : philosophie ESD, vannes de sécurité, protection contre les surpression, gestion des drains. DÉTECTION Types de capteurs et sélection, positionnement, matrice cause et effet, voting, lien avec la protection. MITIGATION Protection passive : différents matériaux/systèmes, utilisation, suivi et inspection. Détermination des éléments - Surfaces à protéger. Protection active : différents agents extincteurs : eau, mousse, poudre, gaz inhibiteur/ inerte (mode d action et utilisation). Systèmes de protection fixe à eau ou à mousse : matériel mis en œuvre (réseau, pomperie, consommateurs, réserve d eau, d émulseur), déclenchement, taux d application. Dimensionnement préliminaire du réseau maillé, de la pomperie incendie, de la réserve d émulseur. Moyens mobiles et semi-fixes : description du matériel et contraintes d installation/ utilisation. 2 j OBSERVATION du lundi 14h00 au vendredi 16h00 ÉVACUATION Détermination des voies d évacuation primaires et secondaires, critères de dimensionnement, point de rassemblement / confi nement. Systèmes secourus (éclairage d urgence, PAGA, Automate, systèmes de protection). Judith Auphelle LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Avr Rueil RRU 238 Raffinage - Chimie

10 SHE Design - Intervention FRANÇAIS : SEC / HAZOP ANGLAIS : SEC / HAZOP-E Mise en œuvre de revues de sécurité HAZID, HAZOP, LOPA, 4 JOURS RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE GÉNIE CHIMIQUE Sélectionner les revues de sécurité adaptées et savoir les mettre en œuvre. Personnel d encadrement chargé de mettre en œuvre des revues de sécurité : maîtrise, techniciens et ingénieurs (production, maintenance, procédé, sécurité, bureau d études, ). Participer activement aux revues/méthodes. Préparer les revues de sécurité procédé, constituer les équipes, identifi er les intervenants. Sélectionner les méthodes appropriées. Simulation de revues sur des installations simples : HAZID, HAZOP, LOPA. Familiarisation avec les matrices de risques (industriel, MMR). Construction d un nœud papillon et calcul de la probabilité. RISQUE ET CRITÈRE D ACCEPTATION Représentation du risque Risques pour les personnes, les biens et l environnement. Notions de potentiel de danger, niveaux de risque, matrice des risques, risque résiduel acceptable. Revues de sécurité Objectifs et mise en œuvre : évaluation des risques et leurs conséquences pour des installations nouvelles ou des modifi cations sur des installations existantes. Identifi cation des actions/recommandations pour réduire les risques au niveau ALARP. Sélection de la méthode la plus appropriée selon le contexte : nouveau projet, site existant et modifi cations, mise à jour des études de danger, autorisation d exploiter, Liens avec les Études de dangers et le Système de Gestion de la Sécurité (SGS) : identifi cation/mise en place des MMR, vérifi cations périodiques et applications, PPRT. MÉTHODES QUALITATIVES ET SEMI-QUANTITATIVES HAZID : HAZard Identifi cation - Identifi cation des risques (APR, procédés, construction, ). HAZOP : HAZard & Operability - Analyse des risques et opérabilité - HAZOP quantifi ée. What-If - Check-List : complémentarité avec la méthode HAZOP, intérêts et limites. Mise en œuvre de chaque méthode. Organisation : identifi cation des participants, planifi cation selon la phase de développement, documentation, préparation de la revue. Animation et conduite des revues. Élaboration du rapport de revue, suivi et clôture des actions/recommandations. MÉTHODES QUANTITATIVES Nœud papillon : principe, construction et utilisation. Barrières de sécurité. Calcul des probabilités d occurrence. Quantitative Risk Assessment (QRA) : détermination des scénarios, évaluation des conséquences et probabilité. LOPA (Layer Of Protection Analysis) : principe, détermination des IPL (Independant Protection Layers), évaluation du besoin d une SIF (Safety Instrumented Function), avec SIL (Safety Integrity Level) associé. Préparation et animation des revues. Complémentarité avec la méthode HAZOP, intérêts et limites. 2,25 j 1,25 j PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT OPÉRATION ÉTUDES D INGÉNIERIE ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX Judith Auphelle PROJETS GESTION DES PROJETS LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Oct Rueil RRU Raffinage - Chimie

11 SHE Design - Intervention FRANÇAIS : SEC / SIS Systèmes Instrumentés de Sécurité (SIS) 2,5 JOURS Connaître l essentiel des systèmes instrumentés de sécurité. Comprendre les exigences requises par la norme IEC Ingénieurs des Ingénieries et des installations industrielles : amont/aval pétrolier, pétrochimie, chimie, Identifi er la nécessité de mettre en place un système instrumenté de sécurité (SIS). Déterminer le niveau d intégrité (SIL) d un système simple. Appréhender les contraintes d entretien et de maintenance des Systèmes Instrumentés de Sécurité (SIS). Bancs instrumentés dynamiques : utilisation de matériel industriel (capteurs, vannes, automates). Exercices d application simples (impact de la fréquence de test sur le calcul de PFDavg, calcul du taux de couverture d un test, amélioration du SIL). Simulation de revue LOPA. MATÉRIEL ET SYSTÈMES INSTRUMENTÉS DE SÉCURITÉ Boucle TOR (Tout ou Rien) : capteurs (fi n de course, position, température, pression, débit, niveau, feu et gaz, fuite HC liquides) Automates Programmables de Sécurité. Actionneurs (vannes TOR, électrovannes, ). Systèmes d arrêt d urgence / Emergency Shut down system (ESD) : différents niveaux d arrêt d urgence. Systèmes de dépressurisation d urgence / Emergency depressurization system (EDP). Feu et gaz : gestion du système feu et gaz ; interaction avec les systèmes ESD, EDP, process. HIPS (High Integrity Protection System) : nécessité et différents types. PERFORMANCE D UN SYSTÈME INSTRUMENTÉ DE SÉCURITÉ Architecture : liens entre les différents SIS (matrice causes et effets), Logigramme. Évaluation de la performance d un Système Instrumenté de Sécurité (SIS). Niveau d intégrité (SIL). Application des normes IEC , IEC et dérivées. DÉTERMINATION DU BESOIN D UN SIS Lien entre revues HAZOP et LOPA (Layer Of Protection Analysis). Utilisation des scénarios HAZOP pour déterminer le besoin d une Fonction Instrumentée de Sécurité (SIF) et son niveau d intégrité de sécurité (SIL) requis. Utilisation de la matrice des risques pour déterminer le niveau de SIL requis. MAINTENANCE ET ENTRETIEN Impact du niveau de SIL sur les contraintes d entretien (maintenance, test partiel, essai réel). 1 j 0,75 j OBSERVATION du lundi 14h00 au mercredi 17h00 Judith Auphelle LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Sept Martigues RMA 240 Raffinage - Chimie

12 SHE Design - Intervention Systèmes fixes de protection contre l incendie 3 JOURS RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE FRANÇAIS : SEC / PROTACT Construire sa philosophie de protection incendie en utilisant les études de danger. Connaître les possibilités offertes par les différents systèmes de protection. Techniciens, ingénieurs et cadres d ingénierie chargés de concevoir les systèmes fi xes de protection. Personnel d usine chargé de la conformité/adéquation des systèmes de protection existant, avec les besoins et la réglementation. Fournisseurs de matériel incendie et aux assureurs. ÉTUDES DE DANGERS ET PROTECTION Scénarios et de résultats obtenus dans les études de danger EDD (radiation, explosion, toxicité, dispersion). Matrice des risques. Prise en compte dans la conception des risques identifi és : implantation, zones deu, détection feu et gaz, protection passive et active. PROTECTION PASSIVE Différents matériaux/systèmes, utilisation, suivi et inspection. Avantages/inconvénients. Sélection des éléments et surfaces à protéger. GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION Utiliser les études de dangers pour le choix de la protection face aux risques identifi és. Choisir les systèmes de protection fi xe, les mieux adaptés aux scénarios. Dimensionner les principaux éléments d un réseau en s appuyant sur les standards applicables (APSAD, NFPA, API). Détermination des zones à protéger. Dimensionnement simplifi é d un réseau d eau maillé, d un système déluge, d un système mousse sur bac et cuvette de rétention. Manipulation de matériel. PROTECTION ACTIVE Principes d extinction : types de feu, mécanismes de l extinction, Modes d action des agents extincteurs (eau, mousse, poudre, gaz inerte/inhibiteur). Avantages/inconvénients. Matériel et systèmes d extinction à poudre, au gaz inerte/inhibiteur, par brouillard d eau. SYSTÈMES DE PROTECTION FIXE À EAU Matériel : réseau, pomperie, monitors, déluge, rideau d eau, sprinklers, modes de déclenchement. Dimensionnement : Réseau maillé (implantation, diamètre, vitesse, pression, matériau, régime transitoire). Déluge et rideau d eau (taux d application et critères d installations sur les équipements procédés). Pomperie incendie (principale, jokey, entraînement). SYSTÈMES DE PROTECTION FIXE À MOUSSE Matériel : stockage d émulseur, élaboration du prémélange, mousse, eau additivée. Dimensionnement : détermination des besoins en émulseur/mousse (taux d application, type d émulseur), réseau, consommateurs, réserve d émulseur, pomperie. 1,25 j 0,75 j ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT ÉTUDES D INGÉNIERIE ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX OPÉRATION PROJETS GESTION DES PROJETS Judith Auphelle LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Déc Martigues RMA Raffinage - Chimie

13 SHE Design - Intervention Gestion de crise : POI réalisé par le GESIP FRANÇAIS : SEC / POI Représentants de l industrie. Offi ciers des Secours Publics. Représentants des DREAL. Exercices d application : études de danger. Mise en œuvre du POI : jeu de rôles. Élaborations d une courbe de montée en puissance et d un POI. Formation POI 1 : ALLER DE L ANALYSE DES RISQUES À LA PRÉPARATION DU POI Quels sont les dangers spécifi ques aux industries pétrolières et chimiques? Quelles sont les exigences réglementaires? Comment aller des dangers potentiels à l étude de dangers et aux mesures de prévention? Comment évaluer les besoins en protection incendie? Quelles sont les composantes du POI? 2 j Formation POI 2 : DÉCOUVRIR ET CONSTRUIRE LES OUTILS DU POI EN ASSOCIANT ÉTROITEMENT LES SECOURS S Comment lutter contre un feu d hydrocarbures? Pourquoi inventorier les moyens de lutte? Comment gérer les moyens internes et externes? Pourquoi manager une crise, ce n est pas simplement gérer des moyens? Comment construire sa documentation POI? 3 j Formation POI 3 : ÉVOLUER ET AGIR EFFICACEMENT DANS LA MISE EN ŒUVRE DU POI Quels sont les outils du POI? Comment passer de la CMP à la CGM (exemple simple)? Comment pouvoir décider du moment de l extinction? Comment pouvoir décider du moment de l extinction dans un contexte complexe? 2,5 j OBSERVATION Programmes détaillés sur Contact : GESIP Contacter le GESIP : ou Tél Raffinage - Chimie

14 Sécurité dans les Opérations Sécurité dans les opérations d exploitation 4 JOURS RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE FRANÇAIS : SEC / SECOP ANGLAIS : SEC / SAFETY GÉNIE CHIMIQUE Apporter un perfectionnement dans la connaissance des risques pour assurer une meilleure sécurité dans les opérations. Opérateurs, consolistes, chefs de quart des industries de procédés. Toute personne concernée par les opérations d exploitation : ingénieurs débutants, agents de sécurité, agents de maintenance. Identifi er et évaluer les risques inhérents aux produits véhiculés, aux matériels utilisés et aux opérations mises en œuvre. Mesurer les conséquences possibles sur la sécurité, la santé et l environnement. Appliquer les mesures préventives préconisées. Adapter son comportement face aux risques encourus. Établissement en commun de procédures sur équipements/unités types. Analyses, en sous-groupes, d incidents et d accidents réels choisis en fonction de l origine des participants. Matériel de démonstration. ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE ET SÉCURITÉ Inventaire des risques spécifi ques courus. Conséquences : accidents, atteintes à l environnement, à la santé,... Moyens de gestion des risques : matériel, organisation, l être humain. RISQUES LIÉS AUX PRODUITS : PRÉVENTION ET PRÉCAUTIONS OPÉRATOIRES Inflammabilité Atmosphères explosives (ATEX) Combustibles : produits infl ammables gazeux, liquides et pulvérulents. Comburants. Sources d infl ammation : fl amme, température d auto-infl ammation, étincelles et électricité statique, composés pyrophoriques,... Préventions et précautions contre les risques d inflammation : lors des purges et des prises d échantillon ; en cas de fuites ; lors de chargement/déchargement, de travaux, Pratique des explosimètres. Zones ATEX (matériel utilisé, règles d opération). Risques liés au comportement des fluides Pression régnant dans une capacité et conséquences d un apport ou d un retrait de chaleur : expansion thermique, vaporisation, mise sous vide, givrage par détente, BLEVE et mesures préventives. Prise en compte des phénomènes et précautions opératoires. Risques chimiques Identifi cations des risques : produits nocifs, toxiques, corrosifs, bactériologiques, cancérogènes. Principales formes d intoxication, pénétration dans l organisme et métabolisme. Conduite à tenir en cas d accident. Risques physiques : radiatifs (rayonnements ionisants, brûlures thermiques), électriques, auditifs. Prévention-Protections collectives et individuelles. Conduite à tenir en cas d accidents. SÉCURITÉ DANS LES OPÉRATIONS DE MISE À DISPOSITION ET DE MISE EN SERVICE D UNITÉ DE FABRICATION Établissement en commun de procédures sur unité type de raffi nerie ou usine pétrochimique. Utilisation des fluides auxiliaires : eau liquide, vapeur d eau, air, azote,... Risques et précautions. Purges et vidanges : sécurité et problèmes d environnement en relation avec la destination des purges (torche, égout, atmosphère,...). Procédures employées. Danger de la mise sous vide. Lavage - Neutralisation Consignations mécaniques : mise en sécurité par obturateurs. Plan de platinage. Consignations électriques. Dégazage-inertage à la vapeur, à l azote, à l eau. Vérifi cations. Pénétration dans les capacités. Ventilation. Contrôles d atmosphère. Permis et autorisations : différents types, délivrance et limites de responsabilité des signataires. Mise en service : vérifi cations, mise en ligne, désaération, tests d étanchéité, mise en produits. 1,5 j 2 j PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT OPÉRATION OBSERVATION Cette formation : - est réalisable en anglais / néerlandais / italien / espagnol - intègre la sensibilisation aux risques rencontrés dans les zones ATEX Alain de la Cruz COMPORTEMENT ET MAÎTRISE DES RISQUES Analyses et respect des procédures. Utilisation des sécurités existantes. Danger des habitudes. Implication et responsabilité personnelle en sécurité, hygiène et environnement. Outils disponibles : modes opératoires, consignes, services Sécurité/Médical, CHSCT, compte-rendu d incidents et d accidents, audits, co-observation, exercices incendie, réfl exion avant l action,... Cet aspect essentiel de la formation est abordé en continu au cours des différents thèmes traités, puis repris sous forme de synthèse en fi n de stage. LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Juin Martigues RMA FR Sept Lillebonne RNO FR Déc Lyon RSO ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX ÉTUDES D INGÉNIERIE PROJETS GESTION DES PROJETS Raffinage - Chimie

15 Sécurité dans les Opérations FRANÇAIS : SEC / SECORSE Sécurité dans les opérations de réception, stockage, expédition de produits pétroliers et chimiques 4 JOURS Apporter un perfectionnement dans la connaissance des risques pour assurer une meilleure sécurité dans les opérations. Personnel d exploitation (opérateurs, agents de maîtrise, jeunes ingénieurs) des dépôts pétroliers et chimiques, des parcs de stockage des raffi neries et usines chimiques. Personnel de maintenance, agents de sécurité, Identifi er et hiérarchiser les risques inhérents aux produits véhiculés et stockés, aux matériels et équipements utilisés. Évaluer leurs conséquences possibles sur la sécurité/santé et environnement. Respecter les mesures préventives mises en place. Adapter son comportement face aux risques encourus. Établissement en commun de procédures sur des équipements de stockage choisis en fonction de l origine des participants (bacs, stockage sous pression, URV, ). Analyses, en sous-groupes d incidents et d accidents réels. Matériel de démonstration. Durée des différents sujets adaptée aux besoins professionnels des participants. OBSERVATION Cette formation intègre la sensibilisation aux risques rencontrés dans les zones ATEX. ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE ET SÉCURITÉ Inventaire des dangers spécifi ques encourus. Conséquences : accidents, atteintes à l environnement, à la santé,... Moyens de gestion des risques : matériel, organisation, être humain. RISQUES LIÉS AUX PRODUITS PRÉVENTIONS ET PRÉCAUTIONS D OPÉRATION Inflammabilité Atmosphères explosives (ATEX) : présence de produits infl ammables. Source d infl ammation : travaux avec feu, étincelles, électricité statique, température d autoinfl ammation,... - Comburants, composés pyrophoriques. Précautions, préventions : situations dangereuses et attitude à adopter : purges, prises d échantillon, chargement, déchargement, travaux, circulation des véhicules, zones ATEX,... Risques liés au comportement des fluides Pression régnant dans une capacité (sphères, bacs, wagons, lignes,...) et conséquences d un apport ou d un retrait de chaleur : expansion thermique, émulsion, mise sous vide, givrage. BLEVE/Boil-over, Coup de bélier. Prise en compte des phénomènes et précautions opératoires. Risques pour l être humain Toxicité, identifi cation des risques, principales formes d intoxication, prévention, protection. Brûlures thermiques et chimiques. Accès aux équipements, manipulation des produits, équipements de protection. Incompatibilité entre les produits stockés (vrac, fûts,...) véhiculés (rail, route, eau) et risques de réactions chimiques dangereuses. Transport des matières dangereuses : taux de remplissage, signalisation des véhicules, fi ches de sécurité, agrément, certifi cat de capacité du conducteur,... RISQUES LIÉS AUX MATÉRIELS - ÉQUIPEMENTS DE SÉCURITÉ Dangers associés et risques évités par une utilisation correcte et une surveillance attentive. Réservoirs de stockage atmosphériques et sous pression : différents types et construction, tenue mécanique à la pression et à la dépression, équipements de sécurité (évents, soupapes, clapets hydrauliques, protection incendie, vannes de pied de bac à sécurité positive et à sécurité feu,...). Sécurité dans l exploitation des réservoirs de stockage. Incidents types. Chargement/déchargement des camions/wagons-citernes, navires, chalands, : confi guration des postes (dôme, source), équipements et automatismes de sécurité, récupération des vapeurs. SÉCURITÉ DANS LES OPÉRATIONS DE MISE À DISPOSITION ET DE MISE EN SERVICE DE RÉSERVOIRS DE STOCKAGE Différentes phases - Fluides auxiliaires utilisés. Vidange-Purge - Dépressurisation - Dégazage - Inertage. Condamnation - Isolement - Ventilation - Pénétration dans un espace confi né. Autorisations de travail : signature et responsabilités. Remise en service. COMPORTEMENT ET MAÎTRISE DES RISQUES Rigueur : analyse et respect des procédures. Utilisation des sécurités existantes. Danger des habitudes. Implication et responsabilité personnelles en sécurité, hygiène et environnement. Mesure du niveau de sécurité : accidents, presque accidents, situations et actes dangereux (AUDIT). Autres acteurs : service sécurité, service médical, CHSCT, service hygiène,... Cet aspect essentiel de la formation est abordé en continu puis repris en fi n de stage, sous forme de synthèse. 1,25 j 0,75 j 1,5 j Alain de la Cruz LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Avr Lillebonne RNO FR Nov Martigues RMA 244 Raffinage - Chimie

16 Sécurité dans les Opérations FRANÇAIS : SEC / TMD Transport de marchandises dangereuses Formation 1.3 ADR 0,5 JOUR RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE Répondre à l obligation de formation (1.3 ADR) du personnel intervenant dans le transport des matières dangereuses. Faire appliquer correctement la réglementation des transports par voies terrestres. Personnel des services achats et logistique. Exploitants chargés de la réception des matières premières classées ou de l expédition des produits fi nis classés. Personnel qui gère les déchets industriels. Appliquer les bases réglementaires et pratiques nécessaires à l expédition, au transport et à la réception des matières dangereuses. Identifier les rôles, responsabilités et obligations des différents intervenants. Exemples concrets d utilisation de la réglementation en vigueur. REX. Documentation synthétique. IDENTIFICATION ET CLASSIFICATION DES MATIÈRES DANGEREUSES Réglementation ADR : ADR européen, Arrêté du 1 er juin 2001 modifi é. Caractéristiques et dangers des produits. Classification des matières - Étiquetage : numéros d identifi cation et de classe, produits à risques multiples, codes de danger, CITERNES - EMBALLAGES - TRANSPORT Citernes (route, rail,...) et conteneurs-citernes : différents types, règles de construction, épreuves. Équipements spécifiques : mécaniques, électriques, accessoires de bord,... Documents de bord : certifi cats d agrément, documents de transport, consignes de sécurité, certifi cats de formation et de jaugeage,... Circulation : restrictions, limitation de vitesse, stationnement. Prescription de chargement : limitations, dispenses, interdiction de chargement en commun, lieux de chargement/déchargement. RESPONSABILITÉ DES INTERVENANTS Responsabilité de l emballeur, du chargeur, de l expéditeur et du transporteur. Conseiller à la sécurité. Protocole de sécurité. GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION OPÉRATION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT OBSERVATION Formation adaptable en durée et contenu pour répondre aux besoins de l entreprise. ÉTUDES D INGÉNIERIE PROJETS GESTION DES PROJETS Alain de la Cruz Réalisé en intra-entreprise Raffinage - Chimie

17 Sécurité dans les Opérations Sécurité dans les activités de laboratoire et d unités pilotes 3 JOURS FRANÇAIS : SEC / SECALAB ANGLAIS : SEC / SECALAB-E Apporter un perfectionnement dans le travail quotidien afi n de mieux maîtriser les risques de laboratoire. Techniciens de laboratoire de contrôle, de recherche, de développement et d application. Techniciens d unités pilotes. Personnel des services généraux : magasiniers, agents de sécurité. Apprécier les dangers dus aux habitudes et corriger les comportements à risques. Évaluer avec objectivité les risques liés aux produits, aux matériels d essais et d analyses et à l environnement industriel. Maîtriser les risques en adoptant les moyens de prévention les plus appropriés. Accroître son engagement sécurité au sein de l entreprise et dans sa vie privée. Analyses d incidents et d accidents réels de laboratoire choisis en fonction de l origine des participants. Matériel de démonstration et moyens audiovisuels. RISQUES LIÉS AUX PRODUITS Inflammabilité Atmosphère explosive (ATEX) : produits infl ammables gazeux, comburants, sources d infl ammation. Préventions et précautions contre les risques d inflammation : matériel électrique agréé pour atmosphères explosives, zones classées, mise à la terre, dégazage, inertage. Matériel de détection (explosimètres portatifs et à poste fi xe, analyses) et d extinction. Réactions chimiques dangereuses Incompatibilité entre les produits, décomposition et emballement thermiques, précautions lors du stockage, de l utilisation et de l élimination. Dangers liés aux comportements des fluides Pression régnant dans une capacité, expansion thermique, vaporisation, mise sous-vide, givrage. Précautions opératoires : limites de remplissage,... DANGERS POUR L ÊTRE HUMAIN Risques chimiques Identification des risques : produits nocifs, toxiques, corrosifs, cancérogènes, tératogènes, gaz inertes, brûlures thermiques. Principales formes d intoxication, pénétration dans l organisme et métabolisme. Prévention-Protection collectives et individuelles. DANGERS LIÉS AUX MATÉRIELS Limites d exploitation du matériel : pression, température, corrosion, réglementation, précautions lors du montage et de l utilisation. Matériel de protection des capacités sous pression. Réseaux utilités : clapets anti-retour, fl exibles, repérage, isolement, limiteur de débit. Petit matériel : verrerie, outils à mains, outils rotatifs. Matériel d analyse pour fl uorescence X, chromatographie, RMN, granulométrie, laser,... Machines de mises en œuvre des produits fi nis et appareillage d essais d application. CONCEPTION ET AMÉNAGEMENT DES LABORATOIRES GESTION DES PRODUITS Laboratoire : classifi cation, ventilation, paillasse, sorbonne,... Locaux spécifiques : magasin, stockage des gaz, groupe de froid, groupe de vide, laverie,... Gestion de produits : stockage, étiquetage, repérage, cahier de produits, produits périmés. Ségrégation et élimination des déchets : recyclage, neutralisation, égouts, décharges,... 1,25 j 0,75 j COMPORTEMENT INDIVIDUEL Comportement dans l entreprise : comportements à risques, exemplarité. Prévention des actes dangereux : techniques d observation, de communication, réaction face aux actes dangereux. Gestion des risques au quotidien : prévention du risque, risques associés au travail de laboratoire. OBSERVATION Cette formation est réalisable en Anglais COMPORTEMENT HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Hygiène individuelle. Surveillance médicale. Responsabilité personnelle. Analyse et respect des procédures. Comportement individuel. Danger des habitudes. Outils disponibles : Modes opératoires. Analyses des tâches. Procédures. Fiches toxicologiques. Service documentation et toxicologie. Service sécurité. CHSCT. Audits. Bulletin interne, compte-rendu d accidents,... Cet aspect essentiel de la formation est abordé en continu puis est repris sous forme de synthèse en fi n de stage. Michel Archer LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Juin Lillebonne RNO 246 Raffinage - Chimie

18 Sécurité dans les Travaux Sécurité dans les travaux 4 JOURS RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE FRANÇAIS : SEC / SECTRA ANGLAIS : SEC / SECTRA-E Assimiler les risques liés aux différents travaux et analyser le contexte réglementaire associé. Contribuer à l amélioration des résultats sécurité de l entreprise par une meilleure préparation des travaux. Personnel des usines et entreprises extérieures intervenantes chargé de réaliser des travaux neufs ou des travaux d entretien. Superviseurs, coordinateurs de chantier, inspecteurs. TRAVAIL ET SÉCURITÉ Sécurité de l homme dans son environnement de travail. Accidents du travail : défi nition, causalité, conséquences, coût. Maladies professionnelles. DANGERS DES PRODUITS ET PRÉCAUTIONS Inflammabilité : comburants et combustibles rencontrés en raffi nerie, pétrochimie et chimie ; différentes sources d infl ammation. Prévention et précaution face à l inflammabilité : défi nition des zones ATEX, contrôle et suppression des sources d infl ammation ; détection des atmosphères explosives (LIE, LSE). Toxicité des produits : classement des produits dangereux ; principales formes d intoxication, produits CMR, cas particulier de l amiante et des fi bres céramiques. Précautions face à ces dangers : prévention du risque chimique (VLE, VME), contrôles d atmosphères ; prévention collective et individuelle. GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION Distinguer les règles de sécurité propres aux différentes phases de travail. Anticiper les risques liés aux différents corps de métier dans la phase de préparation des travaux. Évaluer la responsabilité de chacun. Modifi er son comportement et enclencher une dynamique positive dans le comportement des autres. Études de cas réels. Retours d expériences industriels à partager entre stagiaires et formateurs. Décrypter l approche réglementaire pour la rendre pragmatique. RISQUES LIÉS AUX INSTALLATIONS ET PRÉVENTION Mise à disposition des installations pour travaux : processus de consignation (mise en œuvre pratique sur le terrain d obturateurs). Risques liés aux opérations de jointage : préparation de l intervention et habilitations requises. RISQUES LIÉS AUX TRAVAUX ET PRÉVENTIONS SPÉCIFIQUES Recommandations et analyse détaillée des risques liés aux phases de travail suivantes : Travaux de manutentions manuelles et mécaniques : règles principales relatives au matériel, formations requises des intervenants. Travaux de levage : organisation des chantiers, rôles des différents acteurs de l équipe de levage, réglementation applicable au matériel utilisé. Travaux en hauteur : critères de choix des matériels utilisés, limites d utilisation, réglementation et recommandations spécifi ques pour leur utilisation (échelles, échafaudages, plateformes élévatrices, moyens de protection individuelle, ). Travaux dans les espaces confinés : défi nition d un espace confi né, analyse du risque global de l opération, règles relatives à la préparation de l équipement, à l évaluation du potentiel de danger et à la surveillance des travaux. Travaux de lavage et nettoyage HP : matériels utilisables, protections individuelles, organisation du chantier, hydrocurage (impact du choix de la technologie de pompage suivant les produits). Travaux de meulage et de soudage : précautions dans la préparation des travaux, vérifi cation et entretien du matériel, équipements de protection. Travaux divers (fouilles, sablage, peinture, gammagraphies, utilisation de matériels électriques). Conformité des matériels, habilitations requises, impacts sur l organisation du chantier. 2,25 j ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT OPÉRATION OBSERVATION En intra-entreprise, le stage peut être complété par une journée Audit de Sécurité avec réalisation pratique sur le terrain. DÉMARCHE PRÉVENTIVE Analyse, évaluation et prévention du risque professionnel. Organisation de la prévention au sein de l entreprise : les outils et les acteurs de la prévention. Responsabilités civile et pénale en cas d accident du travail. Intervention d une Entreprise Extérieure : réalisation des plans de prévention. Autorisations de travail et permis associés : buts, aspects légaux, instruction, contraintes, engagement et responsabilités des signataires. 0,75 j ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX ÉTUDES D INGÉNIERIE Cette formation est réalisable en anglais / espagnol / italien. Thierry Nuris LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Juin Martigues RMA PROJETS GESTION DES PROJETS Raffinage - Chimie

19 Sécurité dans les Travaux FRANÇAIS : SEC / PLPREV Plan de prévention Réglementation et mise en œuvre 3 JOURS Apporter une meilleure connaissance des problèmes à résoudre en commun pour assurer la sécurité des travaux par la mise en œuvre appropriée du plan de prévention. Personnel des services fabrication, maintenance travaux neufs et sécurité des usines, et personnel des entreprises intervenantes concernés par la préparation, la réalisation le suivi des travaux. Respecter la réglementation en vigueur relative à la gestion des co-activités sur les chantiers. Appréhender les responsabilités de chacun et être ainsi capable d adopter le comportement requis à la situation. Mettre en œuvre et animer de façon effi cace un plan de prévention. Identifi er attentes et refus de chacune des parties et anticiper les confl its d intérêts. Réalisation d un plan de prévention dans le cadre d un arrêt d installation (étude des travaux à réaliser, évaluation des risques, analyse des interférences, ouverture du chantier). Travail en groupes, partage d expérience. PRÉPARATION COMMUNE DES TRAVAUX Partenaires en présence (entretien/sécurité/fabrication/entreprises extérieures) Attentes, refus, demandes de chaque partenaire. Énumération des différentes contraintes et commentaires. SÉCURITÉ LIÉE À LA RÉALISATION DES TRAVAUX Mise à disposition des installations : platinage, aération, ouverture des capacités, mesures d atmosphère et de toxicité. Risques liés aux produits et aux fl uides auxiliaires. Risques liés aux travaux et précautions associées : travaux de levage, soudage, nettoyage de fouilles ; travaux en hauteur, travaux superposés ; utilisation de sources radioactives. COORDINATION DES TRAVAUX Principes généraux de prévention. Intervention des entreprises extérieures (EE) dans un établissement d une entreprise utilisatrice (EU) : plan de prévention. Opérations de chargement et de déchargement : protocole de sécurité. Opérations de bâtiment et génie civil. Coordonnateur SPS. MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PRÉVENTION Aspects réglementaires (Partie 4, Livre 5, Titre 1, chapitres 1 à 4 du code du travail). Détermination des travaux à effectuer. Évaluation préalable des risques. Mise en place des mesures de prévention préalables à l exécution des opérations. Coordination des mesures de prévention pendant les opérations. Rôle de chacun des acteurs (EU, EE, CHSCT, médecin du travail,...). RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS Différents permis et autorisations : rôle, contenu, importance, caractère légal, validité, contrôle. Responsabilités des signataires : rôle de chacun des acteurs, domaine de responsabilités. Responsabilités civile et pénale. Relations E.U./E.E. : risque de subordination. Suivi des travaux et prise en compte de l évolution des risques en cours de chantier. Audits de sécurité. 0,75 j 1 j Thierry Nuris LANGUE DATES LIEU PRIX HT CONTACT INSCRIPTION FR Juin Lyon RSO 248 Raffinage - Chimie

20 Sécurité dans les Travaux Principe et mise en œuvre du contrôle d atmosphère 1 JOUR RAFFINAGE GAZ PÉTROCHIMIE CHIMIE FRANÇAIS : SEC / CONTATM Apporter un savoir-faire dans la pratique du contrôle d atmosphère lors des travaux. Prendre connaissance des enjeux et responsabilité associés aux opérations du contrôle d atmosphère. Personnels appelés à faire des contrôles d atmosphères lors des travaux réalisés dans les installations. CARACTÉRISTIQUES DES RISQUES Atmosphères explosives : ATEX, limites d infl ammabilité, LIE et LSE, point d éclair, sources d infl ammation. Atmosphères toxiques : valeurs d exposition (VLEP, VLCT) des produits les plus courants. Suivi et contraintes liés au travail en présence de produits classés CMR. Voies de pénétration, transformation dans l organisme, suivi d exposition. Manque d oxygène : conséquences pour l être humain, inventaire des risques pour l agent de contrôle et les intervenants, dangers liés à l azote. GÉNIE CHIMIQUE PROCÉDÉS ANALYSES PRODUITS MOUVEMENTS STOCKAGE Comprendre le fonctionnement et la mise en œuvre des appareils de détection. Être en mesure de réaliser un contrôle d atmosphère représentatif. Manipulation des appareils en salle. Contrôle d atmosphère sur site. Exemples d accidents au travers d études de cas. QCM de contrôle de connaissances en fi n de formation. UTILISATION DES OXYGÈNEMÈTRES, EXPLOSIMÈTRES ET DÉTECTEURS DE GAZ TOXIQUES Principe de fonctionnement des différents types d appareils : oxygènemètres, explosimètres portatifs et balises, détecteurs de gaz toxiques (tubes réactifs, détecteurs électroniques, ). Principe de mesure et de détection de COV, du benzène et du butadiène par appareils équipés de détecteur PID (photo-ionisation). Limites d utilisation et risques d erreurs : atmosphère chaude et/ou humide, atmosphère appauvrie et/ou riche en oxygène, présence de gaz non soupçonnés, étalonnage, règles d utilisation. Applications : description, principe d utilisation, mise en œuvre d appareils de détection. MATÉRIELS MATÉRIAUX CORROSION INSPECTION ÉNERGIE MATÉRIEL THERMIQUE MACHINES TOURNANTES RECHERCHE ET LOCALISATION DES PRODUITS LORS DES MESURES À l air libre : recherche des fuites sur garnitures d étanchéité, égouts, évents, prises d échantillons, purges diverses, Dans les capacités Vérifi cation de la consignation des capacités : platinage, assainissement, ventilation. Recherche sur les points bas, les bras morts lorsqu il y a présence de dépôts. Prise en compte de l environnement extérieur et des conditions atmosphériques. Limites et préconisation d utilisation des appareils de mesures. Infl uence des conditions de la prise de gaz et du type d appareil sur la validité de la mesure. Responsabilité de l agent de contrôle : choix du type de détecteur, interprétation des résultats, fréquence des contrôles suivant le contexte des travaux. INSTRUMENTATION RÉGULATION SÉCURITÉ HYGIÈNE ENVIRONNEMENT ÉTUDES D INGÉNIERIE ORGANISATION DE LA MAINTENANCE ET DES TRAVAUX OPÉRATION PROJETS GESTION DES PROJETS Bruno Rossignol Réalisé en intra-entreprise Raffinage - Chimie

Projets - Gestion des Projets

Projets - Gestion des Projets Projets - Gestion des Projets p. 217 à 222 Projets - Gestion des Projets PGP / GPP PGP / GPP-E Gestion des petits projets Travaux neufs 5 Jours Niveau : Fondamentaux Améliorer la compréhension de la conduite

Plus en détail

Organisation de la Maintenance et des Travaux

Organisation de la Maintenance et des Travaux Organisation de la Maintenance et des Travaux Politique de Maintenance et Fiabilisation des Installations...p. 191...p. 192 à 199 Politique de Maintenance et Fiabilisation des Installations OMT / GEMA

Plus en détail

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011 Présentation CLIC Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence Valence 8 décembre 2011 Coordonnateur HSEQ Logistique : Yves BLANC Vue aérienne du dépôt pétrolier de Valence Plan

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

Bilan 2011 Lubrizol Usine de Rouen Actions 2011 réalisées pour la prévention des risques industriels majeurs Actions Impact Coût en Prévention sécurité (amont du nœud papillon) : - Mise en place d un automate

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Formation et sensibilisation Personnel du site : extrait des formations suivies en 2012 (12 personnes) : Nb de personnes

Plus en détail

Énergie - Matériel Thermique

Énergie - Matériel Thermique Énergie - Matériel Thermique Énergie...p. 119 à 121 Échangeurs de chaleur...p. 122 Exploitation des fours et des chaudières...p. 123 à 124 Eaux de réfrigération et froid industriel...p. 125 Énergie EMT

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Master. Ingénierie du Développement Durable Spécialité Sûreté des Procédés Industriels, Environnement et Qualité. Page

Master. Ingénierie du Développement Durable Spécialité Sûreté des Procédés Industriels, Environnement et Qualité. Page Master Ingénierie du Développement Durable Spécialité Sûreté des Procédés Industriels, Environnement et Qualité Page Unités d enseignement Master 1 Semestre 1 Page 2 7AA1 Anglais Remise à niveau et perfectionnement

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Société française du pipeline du Jura

Société française du pipeline du Jura GENNES Société française du pipeline du Jura C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1 L environnement immédiat du dépôt de Gennes C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2 L environnement du dépôt Pipeline SPSE Fos-Strasbourg

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 CES STAGES D INITIATION À L HYGIÈNE ET À LA SÉCURITÉ vous sont proposés par les Services Hygiène et Sécurité de l Université Pierre et Marie Curie et du CNRS

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010 LES RISQUES INDUSTRIELS De l étude de dangers et d impact au management des risques Séminaire projet 2010 2 LES RISQUES EN EUROPE 3 Contexte, Enjeux et Terminologie 4 Introduction Évolution des accidents

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES HYDRAULIQUE MOBILE 5 Stages de 4 jours ----- HM1 HM2 HM3 HM4 HM5 2 Stages SAUER DANFOSS de 2 jours ----- PVG 32 ----- POMPE 90 MOTEUR 51 ELECTRONIQUE EMBARQUEE

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels Baccalauréat professionnel Maintenance des Équipements Industriels 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles...7

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3 Nr. Article- Produit : 48785 Page: Page 1 En cas d urgence appeler le Centre Suisse d information toxicologique, Freiestr. 16, 8032 Zürich; Tél. des Urgences: ( jour et nuit) 145 ou +41 (0)44 251 51 51.

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1)

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Logo de l organisme de Formation Intitulé Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Public Tout public Pré-requis - aptitude physique à suivre la

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

www.sofis.fr catalogue 2015 formations de formateurs

www.sofis.fr catalogue 2015 formations de formateurs www.sofis.fr catalogue 2015 formations de formateurs Version 5.6 Sofis 2015 www.sofis.fr N Azur 0 811 09 27 37 Sommaire Thèmes de formation 3 Secourisme 3 Incendie 7 Ergonomie 9 Management santé et sécurité

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Recommandation R19 CRAM-SE OPERATIONS DE POMPAGES DE DECHETS LIQUIDES ET PATEUX DANS L INDUSTRIE. Document approuvé par les CTR 3 et 5

Recommandation R19 CRAM-SE OPERATIONS DE POMPAGES DE DECHETS LIQUIDES ET PATEUX DANS L INDUSTRIE. Document approuvé par les CTR 3 et 5 Recommandation R19 CRAM-SE OPERATIONS DE POMPAGES DE DECHETS LIQUIDES ET PATEUX DANS L INDUSTRIE Document approuvé par les CTR 3 et 5 1 NB : Cette recommandation pourra faire l objet de révisions à la

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «SURETE DES PROCEDES INDUSTRIELS, ENVIRONNEMENT ET QUALITE»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «SURETE DES PROCEDES INDUSTRIELS, ENVIRONNEMENT ET QUALITE» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «SURETE DES PROCEDES INDUSTRIELS, ENVIRONNEMENT ET QUALITE» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné

Plus en détail

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE ! CALENDRIER DES S INTER-ENTREPRISES ENTREPRISES 2015 TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE S REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE CONTACTS Bas-Rhin -

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Cégep de Saint-Jérôme Politique M A 1 3 2002 POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Responsable : Coordonnateur des ressources matérielles Approbation : Comité exécutif

Plus en détail

CQPI0137 Technicien de maintenance

CQPI0137 Technicien de maintenance CQPI0137 Technicien de maintenance Public concerné Personnel du service maintenance avec expérience. Objectifs du stage Diagnostiquer un dysfonctionnement sur des équipements pluri technologiques Organiser

Plus en détail

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4)

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) DOCUMENT DE REFERENCE Ce document présente le contexte relatif à l organisation des formations «amiante sous-section 4» : Les compétences

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide 1. OBJECTIF La présente procédure concerne l approvisionnement en azote liquide afin d assurer la sécurité de la communauté de Polytechnique. Cette procédure vise à informer les personnes utilisant l azote

Plus en détail

Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com

Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com F.S. Concept Concepteur de vos formations Catalogue janv 2012 Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Henkel Votre partenaire en solutions de réparation des surfaces Grâce à de nombreuses années d expérience dans

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

Eau (N CAS) 7732-18-5 67.5 Non classifié Urea (N CAS) 57-13-6 32.5 Non classifié. Version : 1.0

Eau (N CAS) 7732-18-5 67.5 Non classifié Urea (N CAS) 57-13-6 32.5 Non classifié. Version : 1.0 Date de révision : 15 mai 2015 Date de parution : 15 mai 2015 Remplace la version datée du : 06/09/2013 RUBRIQUE 1 : IDENTIFICATION 1.1. Identificateur du produit Forme du produit : Mélange Nom du produit

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Législation. La législation fournisseur

Législation. La législation fournisseur Fiche de prévention Utilisation d agents dangereux Législation L évolution de la réglementation européenne relative aux produits chimiques se traduit par une série de changements qui concernent directement

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION HSSE Hygiène et sécurité www.rmdconsultants.com APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION RMD Consultants Immeuble Lyon Ouest 100, rue des Fougères 69009 Lyon Tel: +33 (0)482 531 703 Prévention

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Vos besoins, nos obligations

Vos besoins, nos obligations S Ingénierie Assistance Technique - Conseil Management des projets Prévention des risques Vos besoins, nos obligations Contact: Mr EL AAMRANI Saïd, Gérant 43 rue des Hirondelles, BP 600-68 76330 Notre

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

Installateur chauffage-sanitaire

Installateur chauffage-sanitaire Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides DOSSIER DE PRESSE Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides 2013 Rubis Terminal Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides Créé en 1877, RUBIS TERMINAL, filiale

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

Sécurité des machines, procédés et infrastructures. Démarche et solutions de mise en œuvre

Sécurité des machines, procédés et infrastructures. Démarche et solutions de mise en œuvre Sécurité des machines, procédés et infrastructures Démarche et solutions de mise en œuvre Sommaire 04 Les directives européennes et les normes 06 La sécurité fonctionnelle 08 Les machines et les normes

Plus en détail

Former pour construire. Savoir pour agir.

Former pour construire. Savoir pour agir. Former pour construire. Savoir pour agir. Catalogue des Formations Savoir et transformer les risques en succès. Mesure de la réussite? Résilience à la récession? Justification de la valeur? Partout et

Plus en détail

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Prévention et Gestion des Risques Professionnels Sécurité Sociale Caisse régionale d assurance maladie Alsace-Moselle L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Note Technique

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail