Agathe Rumeau Faculté de pharmacie Université d Auvergne Place Henri Dunant CLERMONT-FERRAND

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agathe Rumeau Faculté de pharmacie Université d Auvergne Place Henri Dunant 63000 CLERMONT-FERRAND"

Transcription

1 Faculté de pharmacie Université d Auvergne Place Henri Dunant CLERMONT-FERRAND Atmo Auvergne La Pardieu 21, allée Evariste Galois AUBIERE EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES DES PESTICIDES DETECTES DANS L AIR LORS DE LA CAMPAGNE DE MESURE D ATMO AUVERGNE EN 2005 Master 2 : Science du Risque dans le domaine de la Santé Année 2005/2006 Maître de stage : Justine Gourdeau Atmo Auvergne / Alain Blineau DRASS Tuteur de stage : Chantal Savanovitch Université d Auvergne

2 Faculté de pharmacie Université d Auvergne Place Henri Dunant CLERMONT-FERRAND Atmo Auvergne La Pardieu 21, allée Evariste Galois AUBIERE EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES DES PESTICIDES DETECTES DANS L AIR LORS DE LA CAMPAGNE DE MESURE D ATMO AUVERGNE EN 2005 Master 2 : Science du Risque dans le domaine de la Santé Année 2005/2006 Maître de stage : Justine Gourdeau Atmo Auvergne / Alain Blineau DRASS Tuteur de stage : Chantal Savanovitch Université d Auvergne 2

3 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier Mr Pellier, directeur d Atmo Auvergne, pour m avoir accueillie et pour m avoir permis de réaliser mon stage au sein de l association. Je remercie aussi plus particulièrement Justine Gourdeau, ingénieur d études, pour m avoir encadrée et conseillée tout au long de ce stage. Ces recommandations m ont permis de progresser et de me perfectionner dans le domaine de l évaluation des risques. Je remercie également Alain Blineau, ingénieur du génie sanitaire de la Drass, qui m a suivie pendant tout la période de mon stage afin de m apporter son expérience et les connaissances nécessaires pour réaliser une évaluation des risques. Enfin, mes remerciements vont à toute l équipe d Atmo Auvergne pour son accueil chaleureux, sa gentillesse et son aide durant toute cette période. 3

4 RESUME Une évaluation des risques sanitaires liés à la présence de pesticides dans l air a été réalisée à partir de la campagne de mesure 2005 d Atmo Auvergne. Cette campagne a été conduite sur deux sites, un rural, Entraigues et un urbain, Montferrand, de mars à octobre L objectif de cette étude est d essayer de déterminer la probabilité que survienne un effet néfaste pour la santé de la population suite à l exposition aux produits détectés. Pour cela cette étude reprend les quatre étapes de la démarche d une évaluation des risques : - Identification des dangers, des effets sanitaires correspondants aux pesticides recherchés. - Recherche des données toxicologiques pertinentes concernant les substances retenues dans l étude et sélection de la valeur toxicologique de référence. - Estimation des expositions à partir des résultats métrologiques et de la population par l intermédiaire des similarités de chaque surface agricole utile entre les cantons et estimation de la dose d exposition par l intermédiaire des mesures réalisées. - Caractérisation des risques sanitaires pour la population potentiellement exposée. Les résultats de cette étude ne permettent pas de mettre en évidence des risques sanitaires élevés imputables à l inhalation des produits phytosanitaires retrouvés dans l air lors de la campagne de mesures d Atmo Auvergne. Actuellement, le lindane représenterait la part la plus élevée du risque pour la population exposée. Cependant des réserves doivent être faites en ce qui concerne la précision de ces conclusions compte tenu des nombreuses difficultés auxquelles se heurtent une telle démarche, notamment le choix des substances recherchées, le manque de données toxicologiques et physico-chimiques, le choix et l extrapolation des VTR et l estimation de la dose d exposition. ABSTRACT Atmospheric pesticides measurements realized by Atmo Auvergne were used to perform health risk assessment. Two different sites, one rural in Entraigues and one urban in Montferrand, were studied from March to October The purpose of this study is to estimate the possible negative effect on the health after a long life exposition to the detected products. Thus, this health risk assessment is broken down into four steps: - Hazard health identification - Research of the approximate toxicological reference value for the measured pesticides - Exposure assessment based on the concentration and on the population concerned. This population was determinate with the utilized agricultural area. - Risk characterization for the exposed population This study doesn t highlight a health risk of pesticides inhalation. Lindane represents the highest risk for general population health. Nevertheless, this analysis came up against some difficulties such as pesticide choice, lake of toxicological and chemical information, RTV choice and extrapolation, and exposure assessment. 4

5 ABREVIATIONS Acta AASQA ATSDR DJA Drass DRAF DIREN ERC ERI ERU ERS IARC ID ICPE Ineris Inra InVS IRIS IUR OEHHA OMS QD RfD SAU SIRIS SRPV US EPA VTR Association de coordination technique agricole Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l Air Agency for Toxic Substances and Disease Registry, USA Dose Journalière Acceptable Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Direction Régionale de l Agriculture et de la Forêt Direction Régionale de l Environnement Excès de Risque Collectif Excès de Risque Individuel Excès de Risque Unitaire Evaluation des risques sanitaires International Agency for Research on Cancer Indice Danger Installations Classées pour la Protection de l Environnement Institut national de l environnement et des risques Institut national de recherche agronomique Institut de Veille sanitaire Integrated Risk Information System Inhalation Unit Risk Office Environmental Assessment Organisation Mondiale de la Santé Quotient Danger Reference Dose Surface Agricole Utile Système d Intégration des Risques par Interaction des Scores Service Régional de la Protection des Végétaux Environmental Protection Agency (USA) Valeur Toxicologique de Référence 5

6 TABLE DES MATIÈRES I PRESENTATION D ATMO AUVERGNE...8 II CARACTERISATION DES PESTICIDES...9 II.1 Généralités sur les pesticides... 9 II.1.1 Définition... 9 II.1.2 Voies de transfert et d exposition... 9 II.1.3 Utilisation des pesticides II.2 Critères de choix des pesticides recherchés II.2.1 Quantité et utilisation des pesticides II.2.2 Faisabilité technique et autres études II.2.3 Critères physico-chimiques II.2.4 Critères de toxicité II.2.5 Liste des pesticides recherchés et détectés III IDENTIFICATION DES DANGERS...16 III.1 Effets aigus III.2 Effets chroniques : effets cancérigènes et non cancérigènes III.2.1 Effets cancérigènes III.2.2 Effets non cancérigènes IV IDENTIFICATION DES RELATIONS DOSE-REPONSE DES PESTICIDES 20 IV.1 Valeurs toxicologiques de référence IV.2 VTR des pesticides recherchés sur les deux sites IV.2.1 VTR avec seuil IV.2.2 VTR sans seuil V ESTIMATION DE L EXPOSITION DES POPULATIONS...27 V.1 Concentration en pesticides mesurés dans l air V.1.1 Résultats de la campagne d Atmo Auvergne V.2 Représentativité spatiale des mesures V.2.1 Rapprochement du résultat des mesures avec l activité agricole du secteur V.2.2 Cartographie de la zone d exposition V.3 Estimation des doses d exposition VI CARACTERISATION DES RISQUES...37 VI.1 Calcul du risque pour les effets à seuils VI.2 Caractérisation du risque pour les effets sans seuil VII DISCUSSION SUR LES LIMITES DE CETTE DEMARCHE...41 VII.1 Choix des substances détectées dans l air VII.2 Choix de la voie de transfert VII.3 Choix et extrapolation des VTR VII.4 Estimation de la population VII.5 Estimation de la dose d exposition VII.6 Caractérisation des risques

7 Introduction Une partie des pesticides est dispersée dans l atmosphère soit lors de l application, soit par évaporation ou par envol à partir des plantes ou des sols sur lesquels ils ont été répandus. Leur présence dans l air est essentiellement due à un usage agricole et suscite des interrogations du point de vue sanitaire notamment en France, qui est le troisième utilisateur mondial de pesticides et le premier en Europe. Atmo Auvergne, association de surveillance de la qualité de l air, a réalisé une première campagne de mesure de mars à octobre 2005 pour quantifier les pesticides susceptibles d être présents dans l atmosphère de la région Auvergne. Une liste de 52 pesticides a été déterminée selon différents critères (toxicité, utilisation ) et ces molécules ont été recherchées sur deux sites, un site urbain (Montferrand) et un site rural (Entraigues). Ces prélèvements ont révélé la présence d une vingtaine de pesticides dans l air sur chaque site avec une quinzaine de molécules communes. Pour apprécier la signification sanitaire de ces données, la Drass en collaboration avec Atmo Auvergne, a souhaité exploiter ces résultats en s inspirant de la méthode normalisée d évaluation des risques sanitaires (ERS). L objectif est d essayer de déterminer le risque que peut représenter ces molécules pour les populations exposées c'est-à-dire la probabilité que survienne un effet néfaste suite à l exposition à ces molécules, et d essayer d apporter une réponse aux nombreuses questions que suscitent les risques potentiels associés aux produits phytosanitaires. Ainsi, nous étudierons essentiellement les effets chroniques et par inhalation qui correspondent à des effets résultants d une exposition aérienne de longue durée. La démarche pour réaliser cette ERS, se décompose en quatre étapes : - Recueil des données disponibles sur les produits phytosanitaires, étape de définition, d élaboration des conditions d utilisation des pesticides au niveau local et d analyse des modalités de sélection des pesticides recherchés pendant la campagne Identification des dangers, effets toxiques potentiels des pesticides et recherche de valeur toxicologique de référence pour déterminer à partir de quel niveau d exposition l effet visé peut survenir, ou bien quelle est sa probabilité de survenue. - Estimation des expositions des populations, en s appuyant sur les données environnementales disponibles. - Caractérisation des risques, afin de juger si, en l état actuel des connaissances, les populations exposées peuvent potentiellement développer un effet sanitaire non désirable. 7

8 I Présentation d Atmo Auvergne Atmo Auvergne, association de surveillance de la qualité de l air en Auvergne, est régie par la loi du 1 er juillet Elle fait partie des 41 associations agréées par le Ministère de l écologie et du développement durable pour la surveillance de la qualité de l air. Elle est membre de la fédération Atmo. Les missions d Atmo Auvergne sont de mesurer, d informer et d étudier. L association assure la gestion et le bon fonctionnement du réseau de mesure de la pollution atmosphérique dans les départements de l Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puyde-Dôme. Pour cela, elle dispose de capteurs à la pointe de la technologie et d un système informatique d exploitation spécifique. Les résultats des mesures sont portés à la connaissance du public par tous les moyens appropriés. De multiples polluants sont mesurés depuis plusieurs années (SO 2, NO 2, O 3, pollens ) sur une trentaine de sites, fixes ou mobiles, répartis dans toute l Auvergne. Au-delà de cette surveillance continue, Atmo Auvergne mène des études, plus ponctuelles, spécifiques : mesures de métaux lourds, d hydrocarbures aromatiques polycycliques C est ainsi qu une première campagne de mesure des pesticides a été engagée en 2005, avec le soutien financier de la DRASS et du Conseil Régional. Cette étude est la première de ce type menée en Auvergne et elle a permis de dégager de nombreux résultats extrêmement intéressants. 8

9 II Caractérisation des pesticides II.1 Généralités sur les pesticides II.1.1 Définition Le terme pesticide désigne les substances ou préparations utilisées pour la prévention, le contrôle ou l élimination d organismes jugés indésirables pour les cultures, qu il s agisse de plantes, d animaux, de champignons ou de bactéries. Il existe plusieurs familles de pesticides : - Les insecticides, destinés à tuer les insectes nuisibles, et qui sont généralement les substances les plus toxiques. - Les herbicides, qui luttent contre les plantes qui pourraient entrer en concurrence avec les espèces cultivées. - Les fongicides, qui visent à éliminer les champignons et les moisissures nuisibles aux cultures. - Les acaricides, les taupicides, les molluscides, les nématicides, les rodenticides, les algicides, les corvicides II.1.2 Voies de transfert et d exposition Les produits phytosanitaires peuvent contaminer différents compartiments de l environnement : l air, le sol, l eau ainsi que les aliments. La population générale peut donc être exposée à ces pesticides soit par pénétration cutanée, soit par ingestion, soit par inhalation. Dans le cadre de cette étude, les composés étant détectés dans l air, la voie d exposition explorée est l inhalation. La contamination de l atmosphère par les pesticides s effectue de trois manières différentes (Cf. Figure1) : - La dérive lors de l application qui correspond à la proportion de produits phytosanitaires passant dans l atmosphère lors de la pulvérisation. Ces pertes sont variables selon le type de pulvérisation, les conditions climatiques, la nature des champs et des cultures. - La volatilisation après l application du traitement, à partir des sols, de la végétation et de l eau. Ces pertes pouvant représenter jusqu à 90% de la dose appliquée (Air Pays de la Loire, 2002). - L érosion éolienne, sensible surtout dans les régions ventées et sur les grandes plaines dégagées, pour les cultures à faible couvert végétal. 9

10 Figure 1 : Voies de transfert des pesticides dans l environnement (Lig air, 2001) La fraction de pesticides passant dans l atmosphère dépend aussi de plusieurs facteurs liés aux caractéristiques intrinsèques du produit, au sol, à la méthode d application, aux conditions météorologiques. II.1.3 Utilisation des pesticides II Origine Les produits phytosanitaires passent dans l air essentiellement lors des périodes de traitement, au printemps et à la fin de l été. La présence des pesticides dans l atmosphère est essentiellement liée à l activité agricole, mais elle est également due à d autres utilisations : traitements des voiries, voies ferrées, espaces verts, jardinage Ainsi, les collectivités, les services de l Etat, la SNCF et les particuliers sont également des usagers de produits phytosanitaires. II Contexte En France, actuellement, plus de 500 substances actives sont utilisées et environ 5000 spécialités commerciales (contenant une ou plusieurs substances actives auxquelles sont associées des adjuvants) sont disponibles sur le marché français. En Auvergne, les produits phytosanitaires sont utilisés essentiellement pour le traitement des céréales (blé, orge ) qui représentent 59% des cultures et le traitement du maïs qui représente 20% de la surface agricole cultivée (SIRIS, FREDON, 2005). 10

11 II Réglementation L utilisation des pesticides est très réglementée en France et en Europe. Certains pesticides ont au cours des dernières années été interdits d emploi en raison de leur potentiel cancérigène et de leur persistance dans l environnement. Certains de ces pesticides interdits sont encore retrouvés dans les différents milieux environnementaux, soit en raison d applications frauduleuses, soit en raison de la résistance de ces composés dans les milieux naturels. Le lindane, par exemple, interdit depuis 1998, est encore retrouvé dans de nombreuses régions et suscite de nombreuses interrogations en ce qui concerne son origine (SRPV Picardie, 2006). L annexe 1 présente l ensemble des pesticides dont l utilisation est réglementée ou limitée. II.2 Critères de choix des pesticides recherchés Les pesticides recherchés durant la campagne de mesure de produits phytosanitaires d Atmo Auvergne ont été sélectionnés par un comité de pilotage composé de la Drass, de l association Phyt eauvergne, de la DRAF, de la DIREN, du Conseil Régional, de Lig air (AASQA, Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l Air, Centre) et d Atmo Auvergne. La liste des pesticides a été établie selon plusieurs critères (Atmo Auvergne, 2005) : - le tonnage dans le département, - l utilisation sur les cultures prédominantes, - la faisabilité technique par le laboratoire d analyse, - la détection dans l air par d autres études menées en France, - les critères physico-chimiques, - la toxicité (d après la Dose Journalière Admissible, DJA). II.2.1 Quantité et utilisation des pesticides La quantité de produit utilisée joue un rôle prépondérant dans la concentration potentiellement mesurable d un produit dans l air. Plus une substance est utilisée, plus elle a de risque d être abondante dans le compartiment aérien. Dans le Puy-de-Dôme, les pesticides les plus utilisés sont essentiellement des herbicides pour le désherbage des céréales (74% des molécules utilisées dans le département en 2004 sont des herbicides). Ces produits sont majoritairement le Glyphosate, l Acétochlore, le Sulfosate, l Alachlore, le S-metolachlore, la Trifluraline (SIRIS, FREDON, 2005). Le Glyphosate, connu par de nombreux usagers pour sa présence dans le Round-up, n a pas pu être intégré dans la liste des pesticides recherchés, sa technique de prélèvement et d analyse étant actuellement en cours de développement. Le graphique ci-dessous représente les 25 pesticides les plus utilisés dans le Puy-de-Dôme en

12 Graphique 1 50 Quantité (tonnes) Glyphosate (sel d'isopropylamine) Acétochlore Sulfosate Alachlore Mecoprop (sels de sodium et S-Metolachlore Trifluraline Aclonifen Chlorméquat 2,4-d (sel de dimethylamine) Chlortoluron Prosulfocarbe Fenpropimorphe Tebuconazole Sulcotrione 2,4-mcpa (esters de 2-ethylhexyl) Chlorothanolil 2,4-mcpa (sels de potassium) Bentazone Phenmédiphame Diuron Fluroxypyr (ester 1-methylheptyl) Glyphosate (sel d'amonium) Isoproturon Pendiméthaline II.2.2 Faisabilité technique et autres études Les résultats des autres AASQA ont permis de mieux cibler les molécules analysables et détectables dans l atmosphère. Les pesticides fortement utilisés dans le Puy-de-Dôme comme l Alachlore, la Trifluraline, le S-metolachlore, le Fenpropimorphe, le Chlorothalonil, ont déjà été retrouvés dans de nombreuses régions comme la Bretagne, le Centre, la Franche Comté. (Atmo Franche Comté, 2005 ; Air Breizh, 2003 et 2004 ; Lig air, 2005a). Cette analyse des résultats des autres campagnes de mesure a également permis d ajouter à la liste des substances moins utilisées ou inutilisées dans le Puy-de-Dôme, comme le Lindane et le Tebutame interdits d emploi mais encore détectés dans l atmosphère, ainsi que l Oxadiazon, le Folpel, le Metazachlore... Le choix de ces substances a également été conditionné par leur possibilité d être analysés par le laboratoire (critère qui avait éliminé la mesure du Glyphosate). II.2.3 Critères physico-chimiques Les pesticides possèdent des caractères physico-chimiques qui favorisent ou non leur passage dans l air. Les principaux facteurs physiques qui influencent leur transfert dans l atmosphère sont la constante de Henry, la pression de vapeur et la demi-vie dans l air. La capacité à se volatiliser a été un critère déterminant pour rechercher certains composés dans l air (Gouzy. A, Farret. R, 2005). La constante de Henry permet de quantifier le degré de partition à l équilibre d une substance entre la solution dans laquelle elle est dissoute et l air. Une substance est considérée comme volatile dès que sa constante de Henry est supérieure à 10E-5 pa.m 3.mol

13 La pression de vapeur, pression partielle de vapeur d un corps pur à partir de laquelle une partie du corps pur passe sous forme liquide, permet d évaluer le potentiel de volatilisation. Plus elle est importante, plus le composé est volatile. La demi-vie dans l air représente la persistance dans l air d une substance : plus elle augmente, plus le temps de rémanence des substances dans le compartiment aérien augmente et donc plus la fréquence de détection augmente aussi. L association de ces trois critères et de la quantité de pesticide utilisée en Auvergne permet de connaître la capacité hypothétique des produits à se retrouver dans l air, ainsi que d identifier les molécules très volatiles. L annexe 2 associe ces trois facteurs ainsi que la quantité utilisée de ces composés afin de hiérarchiser les molécules actives utilisées localement selon leur probabilité à être retrouvée dans l air. Cette annexe réunit aussi la nature, et la dose journalière admissible pour chaque composé. Ces critères ne sont pas établis pour tous les composés. Le tableau ci-dessous présente les 30 premières substances utilisées dans le Puy-de- Dôme les plus susceptibles de passer dans l air (substances pour lesquelles les trois facteurs physico-chimiques ont été trouvés). Tableau 1 : Substances utilisées dans le Puy-de-Dôme, de la plus volatile à la moins volatile. Matières Actives Quantité en 2004 dans le Puy-de-Dôme (tonnes) (1) Constante de Henry (pa.m3.mol-1) (2) Pression Vapeur (pascal) (3) Demi-vie dans l'air (heures) (4) Produit (1*2*3*4) Flurochloridone 1,58E+00 8,92E+03 4,40E-04 1,72E+01 1,07E+02 Métaldéhyde 1,99E-01 3,50E+00 6,60E+00 4,40E+00 2,02E+01 Trifluraline 7,30E+00 1,68E+01 1,37E-02 5,40E+00 9,07E+00 Téfluthrine 4,50E-02 2,00E+02 1,07E-02 7,50E+00 7,22E-01 Procymidone 8,30E-01 1,10E+00 1,78E-02 1,71E+01 2,78E-01 Pendiméthaline 1,80E+00 3,80E+00 4,03E-03 4,20E+00 1,16E-01 Chlorothanolil 2,20E+00 2,50E-02 7,70E-05 2,10E+04 8,89E-02 Fluazinam 3,00E-02 4,10E-01 1,50E-03 2,00E+03 3,69E-02 Dichlobenyl 8,70E-04 6,70E-01 6,73E-02 7,53E+02 2,95E-02 Dichlorvos 4,60E-02 2,60E-02 1,60E+00 1,36E+01 2,60E-02 Prosulfocarbe 3,40E+00 1,00E-01 7,00E-03 3,90E+00 9,28E-03 Bifénox 7,10E-01 3,00E-01 3,20E-04 1,22E+02 8,32E-03 Endosulfan 3,10E-01 5,40E-01 8,30E-04 1,57E+01 2,18E-03 Aldicarbe 1,60E-02 5,30E-01 1,33E-02 1,39E+01 1,57E-03 Fenpropidine 7,30E-01 8,70E-02 2,10E-02 1,10E+00 1,47E-03 Triallate 1,59E-02 1,50E+00 1,34E-02 3,90E+00 1,25E-03 Acétochlore 3,40E+01 4,27E-03 2,90E-03 2,60E+00 1,09E-03 Fenpropimorphe 2,90E+00 1,60E-01 2,30E-03 9,00E-01 9,60E-04 Diméthénamide 1,15E+00 8,63E-03 3,72E-02 2,40E+00 8,86E-04 Benfluraline 1,21E-01 2,90E-01 3,70E-03 5,80E+00 7,53E-04 Propachlore 7,70E-01 3,70E-03 3,00E-02 6,10E+00 5,21E-04 Pyridabene 8,00E-04 7,80E+01 2,56E-03 3,10E+00 4,95E-04 Alpha-HCH 5,00E-04 6,80E-01 6,00E-03 2,24E+02 4,57E-04 Chlorprophame 1,16E-01 4,70E-02 2,40E-02 3,20E+00 4,19E-04 Toclophos-methyl 2,00E-04 1,60E+01 5,74E-02 2,10E+00 3,86E-04 Ethoprophos 2,57E-01 1,61E-02 4,65E-02 1,90E+00 3,66E-04 Alachlore 1,51E+01 2,10E-03 2,90E-03 2,80E+00 2,57E-04 S-Metolachlore 7,40E+00 2,20E-03 3,70E-03 3,50E+00 2,11E-04 13

14 En dehors de ces critères physico-chimiques propres à chaque substance, le passage dans l atmosphère d une substance dépend également des conditions climatiques comme l humidité du sol, la température, le vent... II.2.4 Critères de toxicité Les pesticides sont également définis par leurs critères toxicologiques qui permettent d estimer les effets indésirables sur la santé humaine. Il était donc indispensable de rechercher les pesticides ayant des effets néfastes importants pour la santé. Ces critères sont représentés par la dose journalière admissible, fixée suite à un examen approfondi de toutes les données et études scientifiques disponibles, et qui représente la quantité maximale d une substance ingérée quotidiennement, tout au long d une vie, sans risque appréciable pour la santé. Dans cette étude, il a été choisi de rechercher les pesticides possédant une DJA inférieure à 0.01 mg/kg/j indiquée dans l index phytosanitaire, Acta 2005 (Cf. Annexe 2). II.2.5 Liste des pesticides recherchés et détectés La liste finale des pesticides recherchés tient compte des différents critères établis cidessus. Elle est composée de 52 molécules, dont 31% d herbicides, 26% de fongicides et de 43% d insecticides. A noter que dans cette liste, les insecticides sont surreprésentés par rapport au faible volume qu ils représentent au regard du volume total des pesticides commercialisés dans le secteur agricole, en raison de leur toxicité généralement plus forte. Le tableau ci-dessous indique la liste des pesticides mesurés dans la campagne 2005 ainsi que leur type (F : fongicide, H : herbicide, I : insecticide). 14

15 Tableau 2 Matières actives Type Matières actives Type DDE, DDD, DDT I Fenoxaprop ethyl H Aclonifen H Fenpropimorphe F Alachlore H Fluzilazole F Alpha-HCH I Folpel F Atrazine H Gamma HCH (lindane) I Azoxystrobine F Hexaconazole F Captane F Isoproturon H Carbaryl I krésoxim-méthyl F Carbofuran I Malathion I Chlorothanolil F Metazachlore H Chlorpyriphos ethyl I Metolachlore H Chlortoluron H Oxadiazon H Cypermethrine (I) I Parathion-ethyl I Cypermethrine (II) I Parathion-methyl I Cypermethrine (III et IV) I Pendiméthaline H Cyprodinil F Phosmet I Deltamethrine I Propargite I Diazinon I Taufluvalinate I Dichlobenyl H Tebuconazole F Dichlorvos I Tebutame H Diflufenicanil H Terbuthylazine H Diuron H Tolylfluanide F Endosulfan I Trifluraline I Epoxiconazole F Vinchlozoline F Parmi ces produits phytosanitaires, les composés indiqués en rouge dans le tableau cidessus comme le Lindane, le Tebutame, la Terbuthylazine, le Metolachlore sont interdits et d autres, indiqués en italique, ne peuvent être utilisés que sous certaines conditions (Cf. Annexe 2). 15

16 III Identification des dangers Les pesticides peuvent provoquer des effets aigus ou chroniques en fonction de la durée et de la dose d exposition. III.1 Effets aigus L intoxication aiguë se manifeste immédiatement ou peu de temps (quelques minutes, quelques heures, quelques jours) après une exposition unique ou de courte durée à un pesticide. Le délai d apparition varie en fonction de la toxicité intrinsèque du produit utilisé, de la dose reçue, de la voie d absorption et de la sensibilité de la personne. Souvent, les signes ou les symptômes d une intoxication aiguë aux pesticides peuvent être attribués à d autres causes car ils ne sont pas toujours spécifiques des symptômes pouvant apparaître bénins et qui sont souvent des signes précurseurs d une intoxication grave. Les risques d intoxications les plus élevées apparaissent essentiellement lors de la manipulation du produit, en particulier lorsque le produit n est pas dilué. Les voies de contamination suspectées sont la peau, les systèmes respiratoire et digestif. Les signes symptomatiques les plus souvent rencontrés lors d une intoxication aiguë sont les céphalées, les nausées, les vomissements, les étourdissements, la fatigue, la perte d appétit et les irritations cutanée ou oculaire (Centre antipoison, 2000). Dans le cas d une intoxication aiguë modérée ou sévère, les symptômes peuvent être plus importants : crampes abdominales, diarrhée, nervosité, transpiration excessive, difficulté d attention, trouble de la vision, difficultés respiratoires, convulsions, coma. Une enquête sur les morts par intoxication, répertoriée en France par les centres antipoison et les centres de toxicovigilance de 1995 à 1998, révèle que 9% des intoxications sont dues aux produits phytosanitaires, soit 149 décès. III.2 Effets chroniques : effets cancérigènes et non cancérigènes L intoxication chronique survient généralement suite à l absorption répétée de faibles doses de pesticides pendant une longue durée. Le délai avant l apparition de symptômes ou de maladies peut être très long, il est donc souvent difficile de faire le lien entre l exposition chronique et les effets constatés. L évaluation des effets toxiques à long terme est complexe car de nombreux paramètres entrent en jeu comme la nature des composés et leurs propriétés toxicodynamiques, leur synergie, les différents types d exposition Les principaux effets d une exposition chronique aux pesticides sont des effets sur la reproduction, le développement, les systèmes immunitaires et endocriniens ainsi que des effets cancérigènes. III.2.1 Effets cancérigènes Les données actuelles sur le lien entre pesticides et cancers sont controversées chez l adulte. Cependant, des études sur des populations professionnellement exposées ont mis en évidence des corrélations entre l exposition à certains pesticides et l apparition 16

17 d affections localisées (Observatoire Régional de Santé de Bretagne, 2001 ; Air Breizh, 2003). Les atteintes cancéreuses seraient principalement des atteintes du système nerveux (tumeurs cérébrales), des atteintes hématologiques (leucémie, lymphome non hodgkinien ) ainsi que divers types de cancer (seins, prostate, reins.). Plus généralement, le risque potentiel est souvent évoqué dans la littérature et la sensibilité des enfants aux pesticides apparaît plus grande que celle de l adulte. Un accroissement du risque de cancer a été observé chez les fœtus et les enfants exposés. L exposition peut provenir du travail agricole des parents ou de contaminations domestiques de l habitat ou de l alimentation. Selon une étude de Zahm et al. (1998), l exposition des enfants à des pesticides a été le plus souvent associée à des tumeurs cérébrales et aux leucémies, avec des taux d accroissement du risque souvent supérieurs à ceux observés dans le cadre d expositions professionnelles à des pesticides (Comité de la prévention et de la précaution, 2002). Cependant il n y pas de consensus sur l existence d une augmentation du risque de cancer lors de l exposition aux produits phytosanitaires. Ces effets sont susceptibles d apparaître quelle que soit la dose reçue, puisque ce sont des effets sans seuil c'est-à-dire que la probabilité de survenue croît avec la dose, mais l intensité de l effet n en dépend pas. L hypothèse retenue est qu une seule molécule du produit utilisé peut provoquer un changement dans une cellule et être à l origine des effets décrits. Les molécules cancérigènes sont classées par deux organismes : le IARC (International Agency for Reasearch on cancer) et l US EPA (Environmental Protection Agency). La classification des produits sera variable selon la source et se fera selon 5 catégories : US EPA IARC Cancérigène chez l'homme A 1 Cancérigène probable chez l'homme B1et B2 2A Cancérigène possible chez l'homme C 2B Inclassable D 3 Probablement non cancérogène E 4 Parmi les produits recherchés dans la campagne 2005, certains peuvent avoir des effets cancérigènes et être classés comme tels par l un des deux organismes. La majorité des 52 substances recherchées sont classées comme cancérigènes possibles chez l homme par l US EPA et comme inclassables par le IARC (Cf. tableau 3). 17

18 Tableau 3 : Liste des pesticides recherchés, classés comme cancérigènes par le IARC ou l US EPA : I : Insecticides, H : Herbicides, F : Fongicides Nature Classe US EPA Classe IARC Alpha-HCH I B2 2B Atrazine H C 3 Captane F / 3 Carbaryl I / 3 Chlorothanolil F / 3/2B Deltamethrine I / 3 Dichlorvos I B2 2B Folpel F B2 / Gamma hch I C 2B Malathion I / 3 Metolachlore H C / Parathion-ethyl I C 3 Parathion-methyl I C 3 Trifluraline H C 3 III.2.2 Effets non cancérigènes III Effets sur la reproduction et le développement Les mécanismes d action varient selon les pesticides et se révèlent complexes et non totalement explorés. Les pesticides agiraient comme des perturbateurs endocriniens et interféreraient avec les hormones, les facteurs de croissance ou les neurotransmetteurs. Ils entraîneraient de nombreuses pathologies comme l infertilité masculine, la mort fœtale (avortement spontané et mortinatalité), prématurité et hypotrophie, ainsi que des malformations congénitales. Selon l Observatoire Régional de la Santé en Bretagne (O.R.S.B) le lien entre exposition aux pesticides et malformations congénitales est envisagé dans de nombreuses études. L augmentation du risque d infertilité masculine ou féminine, de mortalité fœtale, et de répercussions sur le fœtus (diminution de la croissance fœtale) est largement mise en avant (Tron et al., 2001). Cependant, étant donné l état actuel des connaissances, il est difficile d affirmer qu il existe un lien entre les pesticides et les pathologies de la fonction reproductrice ou les malformations congénitales. III Effets neurologiques et neuro-comportementaux Les connaissances sur les effets chroniques neurologiques sont limitées ; ils seraient dus à une inhibition de l activité de l acétylcholinestérase, induite par certains pesticides. Les principaux effets étudiés sont les neuropathies périphériques (retard de conduction de l influx nerveux, amoindrissement des réflexes ), les troubles neuro-dégénératifs (telle que la maladie de Parkinson), et les troubles neuro-comportementaux (crise de convulsion, trouble de la mémoire, irritabilité, dépression ). 18

19 De nombreux travaux ont confirmé que l exposition in utero aux polychlorobiphényles (PCB) et à d autres produits organochlorés associés, présents dans l alimentation, pouvait entraîner des retards de développements psychomoteurs de l enfant (Comité de la prévention et de la précaution, 2002). Le lien entre l utilisation des pesticides et la survenue d une maladie de Parkinson fait l objet de nombreux travaux, mais aucun consensus ne s est encore dégagé. III Autres effets Les pesticides pourraient avoir d autres effets sur la santé après une longue durée d exposition. A noter que ces divers effets sont variés et que le lien entre l exposition à ces produits phytosanitaires et ces effets, n est pas clairement défini. Les pesticides pourraient ainsi provoquer, suite à un dérèglement endocrinien, des atteintes métaboliques (la perte de poids, l obésité, le diabète, les troubles digestifs ), des atteintes hématologiques (anémie), ainsi que des atteintes immunitaires (diminution de la production d anticorps, réaction d hypersensibilité retardée ). Cependant le fait que ces différents effets soient dus à une exposition aux produits phytosanitaires n est pas démontré avec certitude. Tous ces effets non cancérogènes surviennent au-delà d une certaine dose administrée et pour une durée d exposition déterminée. Ce sont des effets à seuil, puisque l intensité des effets croît avec l augmentation de la dose administrée, il existe donc une dose limite en dessous de laquelle le danger ne peut apparaître. 19

20 IV Identification des relations dose-réponse des pesticides IV.1 Valeurs toxicologiques de référence La VTR définit une relation quantitative entre la dose administrée ou absorbée et l incidence de l effet délétère. Elle est établie à partir d études expérimentales chez l animal mais également à partir d études et d enquêtes épidémiologiques chez l homme, par des instances nationales et internationales (Ineris, 2003). Les VTR sont spécifiques d un effet, d une voie, et d une durée d exposition et sont établies par des organismes et des agences spécialisées (OMS, US EPA, ATSDR) Certaines de ces instances bénéficient d une plus grande notoriété que d autres selon les organismes de référence français. Les valeurs disponibles concernent le plus souvent la voie orale ou respiratoire et leurs estimations peuvent différer pour une même voie d exposition. Ainsi pour un composé, il est possible de disposer de plusieurs VTR pour les différentes voies d absorption ou pour une même voie. L évaluation quantitative du risque sanitaire suppose de disposer d une VTR adaptée au contexte. Lorsqu il y en a plusieurs, il faut faire un choix entre ces valeurs selon les critères de l étude en cours : voie d exposition, durée d exposition, «réputation» de l organisme qui les définit. IV.2 VTR des pesticides recherchés sur les deux sites Pour une voie donnée et un effet donné, une VTR est déterminée par chaque molécule active en différenciant : - Les substances à effet avec seuil, pour lesquelles une dose journalière admissible est proposée. - Les substances à effet sans seuil, pour lesquelles un excès de risque de cancer est déterminé en fonction de la dose d exposition. IV.2.1 VTR avec seuil Elles s appliquent aux effets non cancérigènes des pesticides. Elles traduisent : - la relation dose-réponse, relation entre la fréquence de survenue d une pathologie dans la population et le niveau d exposition à un toxique. - la relation dose-effet en fonction de la mesure effectuée qui correspond à l augmentation de la variété et de la sévérité des effets toxiques observés avec le niveau d exposition (Bonvallot et Dor, 2002). Ces VTR avec seuil ont été trouvées pour certains des pesticides recherchés au sein de deux organismes reconnus : - ATSDR qui établit la Mrl (Minimal risk level). - US EPA qui détermine la RfD (Reference Dose). 20

Mesure des produits phytosanitaires dans l air en Champagne-Ardenne

Mesure des produits phytosanitaires dans l air en Champagne-Ardenne iver 2002-2003 Mesure des produits phytosanitaires dans l air en Champagne-Ardenne ATMO Champagne Ardenne - 2, esplanade Roland Garros BP 236-51686 REIMS cedex 2 Remerciements Nous remercions vivement

Plus en détail

EVALUATION DES CONCENTRATIONS EN PESTICIDES DANS L AIR FRANCILIEN : CAMPAGNE EXPLORATOIRE

EVALUATION DES CONCENTRATIONS EN PESTICIDES DANS L AIR FRANCILIEN : CAMPAGNE EXPLORATOIRE AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France EVALUATION DES CONCENTRATIONS EN PESTICIDES DANS L AIR FRANCILIEN : CAMPAGNE EXPLORATOIRE Juin 2007 Etude réalisée par : AIRPARIF Surveillance

Plus en détail

MESURE DES PESTICIDES DANS L AIR AMBIANT EN MILIEU URBAIN. Campagne 2003 (du 29 avril au 8 juillet)

MESURE DES PESTICIDES DANS L AIR AMBIANT EN MILIEU URBAIN. Campagne 2003 (du 29 avril au 8 juillet) MESURE DES PESTICIDES DANS L AIR AMBIANT EN MILIEU URBAIN Campagne 2003 (du 29 avril au 8 juillet) Rédaction : Emilie Houze, stagiaire, 2ème année M.S.T. «Mesures et traitement des pollutions et nuisances»

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

SECTION 3: Composition/informations sur les composants 3.2. Mélanges % CAS # (EC) No 1272/2008 1999/45/EC Deuterium oxide 99.

SECTION 3: Composition/informations sur les composants 3.2. Mélanges % CAS # (EC) No 1272/2008 1999/45/EC Deuterium oxide 99. FICHE TECHNIQUE SANTE-SECURITE Selon la règlementation (CE) n 1907/2006 Date de la modification: 07/10/14 www.restek.com SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Monoxyde de carbone. Dioxyde de soufre

Monoxyde de carbone. Dioxyde de soufre ETUDE AI R ET SANTE I MPACTS DU PROJET SUR L ENVI RONNEMENT ET MESURES ASSOCI EES Monoxyde de carbone Les tableaux suivants indiquent les valeurs limites ainsi que les recommandations sanitaires à respecter

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES POUR LA POPULATION GÉNÉRALE LIÉS À LA PRÉSENCE DE FORMALDÉHYDE DANS LES ENVIRONNEMENTS INTÉRIEURS ET EXTÉRIEURS

EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES POUR LA POPULATION GÉNÉRALE LIÉS À LA PRÉSENCE DE FORMALDÉHYDE DANS LES ENVIRONNEMENTS INTÉRIEURS ET EXTÉRIEURS ÉVALUATION Cécilia SOLAL 1*, Guillaume BOULANGER 1, Christophe ROUSSELLE 1, Corinne MANDIN 2, Frédéric DOR 3, Pierre-André CABANES 4 EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES POUR LA POPULATION GÉNÉRALE LIÉS À

Plus en détail

Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides

Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides Hiérarchisation des substances actives pour la surveillance des expositions alimentaires Alexandre Nougadère Direction de l Evaluation

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Jean-Marc YVON Cellule de l InVS en Région Rhône-Alpes 9 décembre 2014 1 Quelles sont les sources de données disponibles en région Rhône-Alpes?

Plus en détail

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Denis Belleville, M.D., M. Sc. Gaétan Carrier. Ing., M.D., Ph. D. Dorice

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

toxicologiques de référence : méthodes d élaboration

toxicologiques de référence : méthodes d élaboration Valeurs toxicologiques de référence : méthodes d élaboration Nathalie Bonvallot, Frédéric Dor Institut de Veille Sanitaire Département Santé Environnement Unité Evaluation des Risques Sanitaires Les auteurs

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Au Québec, les superficies en culture

Au Québec, les superficies en culture QUALITÉ DE L EAU EN MILIEU AGRICOLE L utilisation des pesticides dans le maïs et le soya Au Québec, les superficies en culture de maïs ont augmenté d environ 29% entre 1996 et 2001. En 2001, elles atteignaient

Plus en détail

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné!

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! 0 Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! À votre travail, vous utilisez des peintures, colles, graisses, encres, solvants, désherbants, ce sont des produits chimiques. Ils se présentent

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

Depuis les années 1930, la production mondiale

Depuis les années 1930, la production mondiale PRÉVENTION Cancers et substances chimiques Depuis les années 1930, la production mondiale de produits chimiques a été multipliée par 400. Parmi les 100000 substances chimiques recensées dans l Union européenne

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Fiche de données de Sécurité

Fiche de données de Sécurité Page: 1/5 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT : Mr PROPRE Professional Nettoyant Multi-Usages (5 variantes) - REFERENCE : 120 - FOURNISSEUR : PROCTER & GAMBLE France SAS Division

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Liaison : Service à la clientèle au 1-800-395-9960 En cas d urgence médicale, communiquer avec un centre antipoison.

Liaison : Service à la clientèle au 1-800-395-9960 En cas d urgence médicale, communiquer avec un centre antipoison. FICHE SIGNALÉTIQUE Produit fini SECTION 1 SUBSTANCE CHIMIQUE/IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE L ENTREPRISE Nom du produit fini : Savon Ivory (15157069) Identification de l entreprise : The Procter & Gamble

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Annabel MAISON Institut National de Recherche et de Sécurité Département Expertise et Conseil Technique Quelques

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Ingrédients N CAS % Cyanoacrylate d éthyle Confidentiel 90-95 Hydroquinone 123-31-9 0,1-1

Ingrédients N CAS % Cyanoacrylate d éthyle Confidentiel 90-95 Hydroquinone 123-31-9 0,1-1 Fiche signale tique 1. Identification du produit et de la société Nom du produit : Colle 2P-10 (adhésif à base de cyanoacrylate) Numéro de pièce/produit : COLLE 2P-10 2P-10 JEL 2 OZ / 2P-10 JEL 10 OZ /

Plus en détail

Ensemble nous aurons l air meilleur!

Ensemble nous aurons l air meilleur! Les bons gestes au quotidien pour préserver la qualité de notre air Ensemble nous aurons l air meilleur! Saviez-vous que nous avons besoin d un litre et demi d eau et de 14 000 litres d air par jour pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

Cancers et pesticides

Cancers et pesticides monographie Cancers et pesticides La part réelle des expositions environnementales ou professionnelles (notamment aux pesticides) comme facteurs de risque des cancers est sans doute sous-estimée. C est

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion.

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion. FICHE SIGNALÉTIQUE 995-01 Canutec 1-613-996-6666 (24 heures) 1. PRODUIT CHIMIQUE ET FOURNISSEUR Identification du produit : 995-01 Nom du produit : Graisse montage pneu Famille chimique : Mélange Fournisseur/Fabricant

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE III.1 / LES OBJECTIFS DU PLAN DE DESHERBAGE : La contamination des eaux par les pesticides s'effectue essentiellement par ruissellement. Les études menées dans le cadre

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR ÉLÉMENTS DE COMMUNICATION Vous trouverez dans ce document les éléments qui doivent vous aider à bâtir votre communication : des explications supplémentaires

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Master professionnel évaluation et gestion des risques sanitaires liés à l environnement 2005 2006

RAPPORT DE STAGE Master professionnel évaluation et gestion des risques sanitaires liés à l environnement 2005 2006 U N I V E R S I T E P A R I S 5 U N I V E R S I T É P A R I S 1 1 F a c u l t é d e s S c i e n c e s U F R d e P h a r m a c i e P h a r m a c e u t i q u e s e t B i o l o g i q u e s ( C h a t e n a

Plus en détail

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes Dr BAJON-THERY Dr COURJARET Dr SURET Dr DEWITTE Dr MICHOT Surveillance médico-professionnelle

Plus en détail

EFFETS CHRONIQUES DES PESTICIDES SUR LA SANTE : ETAT ACTUEL DES CONNAISSANCES

EFFETS CHRONIQUES DES PESTICIDES SUR LA SANTE : ETAT ACTUEL DES CONNAISSANCES EFFETS CHRONIQUES DES PESTICIDES SUR LA SANTE : ETAT ACTUEL DES CONNAISSANCES Etude commanditée et financée par : la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales de Bretagne, la Direction Régionale

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

Toxicité à long-terme d un herbicide Roundup et d un maïs modifié génétiquement pour tolérer le Roundup

Toxicité à long-terme d un herbicide Roundup et d un maïs modifié génétiquement pour tolérer le Roundup A l attention de toutes les personnes qui se méfient des jugements de valeur fussent-ils émis par des scientifiques- et qui préfèrent capter les informations à leur source pour s en faire une opinion personnelle.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85 DOSSIER DE PRESSE Organisateur CARI asbl Place Croix du Sud, 4 1348 Louvain la Neuve +32 (0)10 47 34 16 www.cari.be Contact Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47

Plus en détail

Évaluation des risques sanitaires

Évaluation des risques sanitaires Juin 2004 à avril 2007 Tome I Évaluation des risques sanitaires liés aux situations de dépassement des limites et références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine Évaluation des risques

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Code du produit 9703130 No CAS: 56-81-5 Numéro CE: 200-289-5 Emploi de la substance / de la

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

Impacts sanitaires de l exposition aux pesticides Une analyse critique des études toxicologiques, cliniques et épidémiologiques

Impacts sanitaires de l exposition aux pesticides Une analyse critique des études toxicologiques, cliniques et épidémiologiques Impacts sanitaires de l exposition aux pesticides Une analyse critique des études toxicologiques, cliniques et épidémiologiques Gaétan Carrier et Marie-Josée Dumoulin Chaire en analyse des risques toxicologiques

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ SureSelect Strand-Specific RNA Library Prep Kit Box 1-ILM-96 Samples, Part Number 5500-0117 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/ l entreprise

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS 01. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial Code produit Usage envisagé LAMB97201 A UTILISER COMME INSECTICIDE UNIQUEMENT Le produit doit être utilisé conformément à l'étiquette Apparence

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes

Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes ATMO Poitou-Charentes, centre régional de surveillance de la qualité de l air Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes Crédit-photo : Gérard Sulmont (RNSA) Référence : POLN_EXT_12_193

Plus en détail

RNV3P Recherche de pathologies émergentes

RNV3P Recherche de pathologies émergentes EPSP Ecole Doctorale Ingénierie Santé Cognition Environnement RNV3P Recherche de pathologies émergentes V Bonneterre, L Faisandier, DJ Bicout, R De Gaudemaris pour les membres du RNV3P Laboratoire Environnement

Plus en détail

Pollution de l air à l intérieur des bâtiments : les effets sur la santé Fabien SQUINAZI Médecin biologiste

Pollution de l air à l intérieur des bâtiments : les effets sur la santé Fabien SQUINAZI Médecin biologiste Pollution de l air à l intérieur des bâtiments : les effets sur la santé Fabien SQUINAZI Médecin biologiste En partenariat avec la Région Poitou-Charentes et la Dreal Poitou-Charentes Des effets sanitaires

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

Santé environnement. Investigation d une suspicion d agrégat de cancers pédiatriques dans une commune viticole de Gironde

Santé environnement. Investigation d une suspicion d agrégat de cancers pédiatriques dans une commune viticole de Gironde Santé environnement Investigation d une suspicion d agrégat de cancers pédiatriques dans une commune viticole de Gironde Juin 2013 Sommaire Abréviations 2 1. Contexte 3 2. Méthodes 4 2.1 Définition de

Plus en détail

Produit : TYTIN FC FDS n 201580/201590/202000 Date de création : 26/11/01 Date de mise à jour : 09/08/2013

Produit : TYTIN FC FDS n 201580/201590/202000 Date de création : 26/11/01 Date de mise à jour : 09/08/2013 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / MELANGE ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de PRODUIT TYTIN FC 400 / 600 / 800 MG 1.2 Utilisation pertinentes de la substance 1.3 Renseignement concernant

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Dr Jean Grondin Lætitia Davezat Stéphane Castex Septembre 2009 - R2 Sommaire Contexte règlementaire Le SGH REACH Les changements

Plus en détail

Le Programme international pour l amélioration des conditions et du milieu de travail (PIACT) a été, lancé par l Organisation internationale du

Le Programme international pour l amélioration des conditions et du milieu de travail (PIACT) a été, lancé par l Organisation internationale du Le Programme international pour l amélioration des conditions et du milieu de travail (PIACT) a été, lancé par l Organisation internationale du Travail en 1976, à la demande de la Conférence internationale

Plus en détail

Cancer et environnement

Cancer et environnement PATHOLOGIES Cancer et environnement Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération importante et anarchique de cellules anormales qui ont la capacité d envahir et de détruire les tissus sains

Plus en détail