Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer"

Transcription

1 Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires Dr Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var

2 Plan du cours 1. Introduction 2. Le matériel radiologique. Quelques notions à connaitre 3. Optimisation de l image et diminution des doses délivrées 4. Les incidences radiologiques de base 5. Les pièges et limites de la coronarographie ; complémentarité des méthodes invasives d évaluation du réseau coronarien 6. Conclusions

3 La coronarographie Méthode invasive de visualisation des coronaires reposant sur l injection intra artérielle sélective d un produit de contraste permettant de recueillir la luminographie par un appareil externe de rayons X. Introduite par Sones en 1961 L analyse précise de l état des coronaires est devenue routinière depuis une trentaine d années grâce à la voie percutanée fémorale, à l initiative de Seldinger et Judkins, et à l utilisation du radiocinéma. Jusqu au début des années 80, son but était de dépister les lésions significatives et d apprécier la qualité des lits d aval afin d orienter les coronariens les plus graves vers la chirurgie de revascularisation. Les progrès de la technique et de l imagerie par rayons X, une meilleure connaissance physiopathologique des diverses manifestations cliniques de la maladie coronarienne, l avènement du cathétérisme interventionnel en ont fait un outil indispensable de diagnostic et le prélude à toute discussion thérapeutique.

4 La coronarographie est un examen invasif Ponction artérielle Cathétérisme artériel sélectif des coronaires Utilisation de rayons X Nécessité d un produit de contraste «Le risque d une complication potentiellement mortelle existe pour n importe quel geste invasif impliquant la manipulation d un cathéter dans un ostium coronaire» Bernard Meier Le patient doit en être averti

5 Guidelines on the management of stable angina pectoris. ESC 2006 The risk assessment hierarchy can be described as : 1. risk stratification by clinical evaluation 2. risk stratification by response to stress testing 3. risk stratification by ventricular function 4. risk stratification by coronary anatomy LV function is the strongest predictor of survival in patients with chronic stable coronary disease. The next most important factor is the distribution of coronary stenosis. Left main disease, three vessel disease and the proximal involvement of the LAD are common characteristics predicting a poor outcome and increase the risk of ischaemic events.

6 Indications of different imaging tests for the diagnosis of obstructive coronary artery disease and for the assessment of prognosis in subjects without known coronary artery disease ESC 2010

7 Mr J 62 ans Angor apparu depuis 3 mois; stable, Cl II Seul FR connu : Hérédité (père ponté à 67 ans)

8 Mr J 62 ans

9 Mr J 62 ans Lésion critique CD II effacée par un stent actif

10 En 2011, la coronarographie demeure l examen de référence permettant d apprécier la qualité des artères coronaires, surtout s il est couplé à l écho : Inventaire des lésions athéromateuses Calcifications du réseau, Diffusion de l athérome, Sévérité et longueur des sténoses (QCA) Rupture de plaque, ulcération, thrombus Qualité des lits d aval, du flux coronaire, Collatéralité vers les axes occlus, Vasomotricité du réseau Retentissement fonctionnel d une lésion (FFR) Étendue de son territoire de distribution Tous éléments indispensables à l établissement du pronostic et à la décision thérapeutique +++ nécessitant un examen irréprochable.

11 Réalisation du cathétérisme cardiaque Un cathétérisme cardiaque ne se conçoit que dans un centre de cardiologie spécialisé, structuré et organisé dans le respect des recommandations de la SFC, chez un patient préalablement bien cadré et informé.

12 Matériel radiologique et optimisation de l image le tube et l amplificateur de brillance doivent être d excellente qualité et régulièrement entretenus. la chaîne d imagerie doit être numérique (scopie et graphie) tout centre de cathétérisme, diagnostique ou interventionnel, doit fournir pour chaque examen des documents de qualité (format Dicom médical ou film cinéma 35 mm).

13 L image fournie par le capteur plan résulte de l interaction des photons X et des tissus traversés, qui vont absorber plus ou moins le rayonnement, le diffuser La principale source d irradiation pour le médecin se fait à l interface patient/pénétration des rayons X

14 L arceau, le tube, l amplificateur et la table mobile Rotation permettant les obliques droite et gauche

15 Incidences dans le plan transversal

16 Incidences en plan sagital

17 Qu est ce qu une coronarographie correcte? C est un examen qui doit permettre une évaluation anatomique de la lumière vasculaire suffisante pour établir un diagnostic précis et une thérapeutique adéquate : chaque segment, chaque zone de bifurcation, chaque voie de collatéralisation doivent être définis sans laisser aucun doute La qualité image dépend de la qualité technique de l équipement radiologique des caractéristiques du patient (corpulence, diaphragme, seins) de la technique de coronarographie et du soin méticuleux apporté à l optimisation de la qualité image (et de la dose Rx)

18 OTIMISER LA DISTANCE TUBE / DETECTEUR SUR CHAQUE INCIDENCE Vérifiez la DFI : Distance Foyer Intensificateur d Image (Amplificateur ou Capteur Plan) Optimiser la DFI limite l effet d atténuation de la grille lorsque l on s écarte trop des tolérances relatives à sa distance de focalisation évite de faire monter inutilement les KV

19 Soignez vos cadrages, utilisez les caches semi lunaires et diaphragmes, et les repositionner pour toute incidence Centrez la zone douteuse à étudier au centre de l'écran pour limiter le flou cinétique et le rayonnement diffusé.

20 Réduction de la dose par le filtre de contour et l inspiration 76 kv 800 ma 68 kv 540 ma

21 Optimisation et Qualité image La qualité d image est une notion subjective Colimater +++ caches semi lunaires et diaphragmes Plaquer l ampli de brillance ou le capteur plan au patient Travailler en cadence d acquisition adaptée à la fréquence cardiaque Eviter les incidences redondantes dès lors que l état des coronaires est précisé

22 Les temps successifs d une coronarographie

23 Quelle voie d abord? Le choix de la voie d'abord doit échapper à tout dogmatisme +++ La voie d'abord doit être choisie après un examen vasculaire complet, au mieux des intérêts du patient, en fonction de la stratégie d'exploration à mener et d'une éventuelle angioplastie ad hoc Elle doit permettre un bilan exhaustif de l ensemble des lésions athéromateuses à documenter, puis, si nécessaire, un abord optimal de toutes les lésions à traiter, sans imposer de limitation technique (kissing, rotablator...), ni compromettre la sécurité, notamment en cas de survenue de complication.

24

25 La ventriculographie.

26 Ventriculographie en OAD 30

27 Ventriculographie en OAD 40 Mr Bu Infarctus post traité par angioplastie primaire 6 mois auparavant

28

29 Analyse de la cinétique segmentaire

30 Les stades angiographiques de l IM < 3 beats

31 Potentialisation post extra-systolique La récupération d une cinétique orthodoxe signe la viabilité

32 Anevrysme postérieur par thrombose droite dominante Volumineux anévrysme postéro-basal fortement dyskinétique. FE : 37%. PTDVG : 30 mm Hg. IM stade II Stimulation Ventriculaire Programmée positive (induction de TV soutenue)

33 Aortographie (facultative)

34 La coronarographie armature interne donnant le torque, la mémoire de forme, la résistance au twist et la stabilité à l injection extrémité mousse (soft-tip) participant à rendre le cathéter atraumatique.

35 Règle de sécurité à respecter absolument : Toujours travailler en pression +++ Mauvaise pression = complication en vue

36 Bien surveiller la pression en bout de cathéter +++ Mauvais reflux ou pression amortie, wedge, voire imprenable : 1. Thrombus dans le cathéter : tout enlever et vérifier Cathéter occlusif sur une lésion ostiale : reculer et injections semi-sélectives 3. Cathéter spasmogène : injecter sous nitrés 4. Cathéter engagé dans une petite branche secondaire : artère du nœud, du conus ou petite bissectrice 5. Cathéter engagé sous une plaque d athérome : risque de dissection Cathéter attaquant la paroi perpendiculairement

37 Surveillez la pression dès que vous entrez votre cathéter dans l ostium +++ Intubation de la gauche

38 Mme Beau 75 ans. Angor de novo avec négativation de T antérieure étendue et élévation de la troponine

39 Qu est ce qu une coronarographie correcte? Un bon examen doit fournir une opacification complète et simultanée de la lumière artérielle de l ostium à la distalité du vaisseau, ou au moins jusqu a la première lésion limitant le flux, avec visualisation correcte du lit d aval sur les temps tardifs, Pour améliorer la différenciation de la lumière vasculaire, il convient d éloigner les structures de voisinage : colonne vertébrale, diaphragme, poumons, aorte Faire les acquisitions en inspiration profonde et en apnée s il existe une superposition avec le diaphragme, en tenant les bras en dehors du champ (sous la tête par ex) Limiter le nombre d incidences si les critères sus-définis sont remplis (et éviter en tout cas le profil 90 qui irradie l opérateur. Opter pour le profil inversé. Eduquer les chirurgiens à cette incidence+++)

40 Critères cliniques pour la Coronarographie Tous les segments doivent être analysables : 1) Reproduction visuellement nette des trois segments de chacune des 3 branches principales (particulièrement de la bifurcation IVP/RVG et de la bifurcation IVA/Diagonale où l athérome siège fréquemment). Les lits d aval doivent être remplis et visibles jusqu en distalité +++ 2) Les ostia doivent être visualisés dans au moins une incidence 3) Contours des vaisseaux 1.5 mm bien définis, ainsi que leurs lésions Une lésion doit être dégagée dans au moins deux incidences orthogonales sans superposition ni raccourcissement excessif afin de pouvoir mesurer la sévérité de la lésion et opter pour le matériel le plus approprié si ATC La circulation collatérale doit être visualisée (si présente) de son origine au lit d aval, nécessitant parfois une double injection pour analyser sa qualité

41 Un examen «standard» doit comporter Deux à trois incidences sur la droite Trois à cinq sur la gauche Plus si anatomie particulière (vaisseaux sinueux, lésion en zone de superposition, absence de tronc commun ) En cadence 12.5 ou 15 i/s. 25 à 30 i/s seulement si FC rapide (ne pas hésiter à ralentir le patient pour optimiser la qualité de l examen) 2 cycles cardiaques (+ si flux ralenti) sont suffisants pour analyser correctement la luminographie et analyser la vitesse circulatoire Une cinquantaine d images par séquence suffisent

42 Les incidences de base pour tout examen : Coronaire gauche : OAD 30 OAG 60 craniale 30 Profil strict (inversé si possible) Spyder (OAG 45 caudale) optionnel Coronaire droite : OAG 60 (craniale 10 ) OAD 30 Profil optionnel

43 Coronaire gauche OAD 30 simple : vue d ensemble de 1 intention : bien regarder le flux de contraste en sortie de cathéter sur la 1 injection +++ Tronc commun Cx proximale IVA Septales Diagonale latérale IVA apicale TPL (Cx distale)

44 Coronaire gauche OAD 10 caudale : dégage mieux le tronc et sa bifurcation Tronc commun Cx proximale Marginale IVA Septales Diagonale IVA apicale TPL (Cx distale)

45 Coronaire gauche OAD craniale : permet de bien dérouler le tronc et l IVA Tronc commun Marginale IVA proximale Cx proximale Septales TPL (Cx distale) Diagonale IVA apicale

46 Coronaire gauche OAG simple : permet de bien dégager le tronc et la Cx L adjonction de craniale permet de dérouler l IVA Tronc commun IVA proximale Cx proximale Marginale

47 Coronaire gauche OAG craniale : permet de bien dégager le tronc et ses branches de division. Selon l axe cardiaque, il faudra parfois mettre au contraire de la caudale pour ce faire (spyder) Tronc commun Cx proximale IVA proximale Marginale Cx distale

48 Coronaire gauche Profil strict : déroule bien l IVA et son lit d aval Tronc commun IVA Septales Diagonale Cx proximale Marginale IVA apicale

49 Coronaire droite dominante en OAG craniale

50 Coronaire droite en OAD et Profil

51 Coronaire droite équilibrée OAG OAD

52 Mr Rus Contrôle d un double pontage mammaire chez un vieil artéritique opéré d une fourche aorto-bifémorale

53

54 Le bilan d une maladie athéromateuse doit être guidé sur l examen clinique et aussi exhaustif que nécessaire Dépistage de la maladie rénovasculaire, des anévrysmes aortiques, des lésions carotidiennes Tout en tenant compte des risques de tubulopathie à l iode

55 Mr Le Str 72 ans Hypertendu équilibré, dyslipidémique. Ischémie silencieuse à 120 W (- 1.5 mm ; p =0 ; récupération rapide) 13 ans après ATC au ballon de l IVA I/II Ventriculographie gauche normale

56

57 Quelles incidences pour réaliser une coronarographie de qualité? Il n y a pas d incidences stéréotypées applicables à tous patients +++ Chaque segment doit être déroulé et analysable Chaque zone, notamment de bifurcation doit être dégagée Chaque examen doit avoir ses incidences personnalisées. Chaque lésion pose des questions spécifiques pouvant nécessiter si besoin des clichés centrés en petit champ : Position précise notamment par rapport aux collatérales Caractéristiques : rupture de plaque, calcifications Longueur de la lésion Sévérité de la lésion sous nitrés +++ Diamètre de référence Est-elle collatéralisée? Qualité du lit d aval +++ C est en salle que vous devez y répondre +++

58 Adjonction de quelques degrés de craniale à l injection OAG de la coronaire droite dominante pour bien dégager la croix du coeur

59 L OAG craniale dégage habituellement bien la bifurcation IVA/diagonale Noter l utilisation du cache semi lunaire, de l inspiration profonde et le choix de la sonde (El Gamal par voie radiale) pour optimiser l image

60 Effet du passage de l OAG craniale à la caudale chez un patient pour dégager la division du tronc permettant de sortir la bifurcation IVA/Diagonale 1 lorsque celle-ci nait en position de bissectrice

61 Un examen de qualité comportera en cas de flux ralenti, ou de collatéralité, une séquence en cadence lente (7.5 i/s) en remplissant bien la coronaire avec temps tardifs centrés sur les lits d aval, dégagés des structures de voisinage des clichés centrés sur la zone d intérêt avec diaphragmes pour bien analyser les lésions mal définies, après avoir repéré l incidence optimale. Avant de dilater, bien analyser le film du diagnostic pour sélectionner les incidences de travail, les pièges à contourner, et ne pas refaire toutes les autres incidences pour l iconographie. S assurer par contre de la qualité du résultat sur deux incidences orthogonales dégageant bien la lésion sans téléscopage ni superposition attendre au moindre doute

62 Analysez soigneusement la lésion Pour en comprendre la nature, la compléxité, les rapports avec les branches de division, les pièges, le territoire de distribution, les suppléances éventuelles L échographie endocoronaire n est pas indispensable! Angiographies de qualité +++ scopie avant graphie cadences adéquates optimisation de l image incidences adaptées

63 Mr Be a 52 ans. Tabagique, dyslipidémique. Angor de novo sur quelques jours, puis douleur prolongée avec sus décalage post. Admis à Mougins en phase précoce. Thrombolyse. Hausse isolée de TnT signant un infarctus rudimentaire. Récidive avec sus décalage à J3. Perfusion d ABCIXIMAB et transfert en urgence à l IAT. Wallstent & adenosine

64 Mr R 68 ans Non STEMI «stuttering infarction»

65 TAXUS 3.5 x 16 mm

66 Appréciation des lésions coronariennes les pièges de l angiographie analyse morphologique d une lésion quantification semi quantitative des lésions évaluation du retentissement fonctionnel

67 Le premier piège : se laisser abuser par un spasme Une lésion ne peut être correctement évaluée que sous vasodilatateur et soigneusement dégagée

68 Mr Che Infarctus postérieur en 89. Angioplastie IVA Ischémie silencieuse motivant un contrôle en 2005 QCA avant et après risordan. MLD : 2 mm RD : 3.3 mm MLD : 3.1 mm RD 3.5 mm

69 Evaluation de la vasomotricité du réseau coronarien Une coronaire pathologique doit toujours être évaluée en vasodilatation +++ La coronarographie doit systématiquement comporter l étude de la vasomotricité coronarienne en l absence de lésion critique : Le premier stade de la maladie est celui de dysfonction endothéliale provoquant inconstamment un angor vasospastique Ce stade précède souvent l apparition de lésions critiques de plusieurs années Le couplage méthergin-risordan souligne souvent des plaques lisses invisibles à la luminographie avant le test Les tests augmentent la sensibilité de la coronarographie Ils éclairent un diagnostic qu aucune autre méthode ne peut donner

70 Mr Ham Patient tabagique de 50 ans ayant bénéficié d une angioplastie IVA par un stent Taxus en décembre 2004 à Argenteuil. Récidive de douleurs angineuses depuis 3 semaines dont l une prolongée. Electrocardiogramme enregistrant un aspect d infarctus non transmural antérieur avec abrasion R V1 V2 V3 et négativation de l onde T antérieure étendue. Absence d élévation de la troponine, confirmant que la nécrose remonte à plus d une semaine.

71

72 Test au méthergin

73 ISDN 1 mg

74 Le 2 piège : les effets d optique qui nous abusent Tenter de s en affranchir en tournant autour de la lésion

75 Interprétation d une coronarographie L image projetée par les rayons X n est que le reflet déformé de la réalité. A vous de la décrypter

76 Les pièges de l angiographie : méfiez-vous de votre œil!

77

78 Mr Mar 63 ans Pontages 14 ans auparavant Angor classe II.

79 Mme Pet effet d optique ou lésion de l IVA? Patiente de 74 ans présentant des douleurs suspectes à l effort sur terrain dyslipidémique. Ergométrie ininterprétable.

80 Quand toutes les difficultés se conjuguent : anatomie hostile et complexe, artéfacts visuels, obésité, paralysie phrénique bien exploiter sa technique, être rigoureux, se laisser guider par sa culture cardiologique Mr Ric 76 ans, ancien fumeur, ponté en 89 pour un angor à seuil bas (- 4 mm à 30W) sur une sténose subtotale du tronc et une lésion critique droite. Contrôle en 2001 pour reprise de l angor : Thrombose du tronc, thrombose droite, thrombose récente du pont Cx. Thrombose de la mammaire gauche destinée à l IVA, thrombose droite CDII. Vit sur deux ponts saphènes corrects destinés à la droite et à la diagonale, redonnant tout le réseau gauche. VG normal. Amélioré sous traitement médical et rééducation. Monte son seuil ischémique à 150W. 2008/2009 : reprise de l angor du à des sténoses focales évolutives du pont droit, nécessitant 3 séances d angioplastie d icelui sur le 1/3 proximal et le 1/3 distal (stents nus Biotronik) Revient en 2011 pour un angor classe II fort

81 Bonne fonction gauche, sans hypokinésie segmentaire Pont droit correct

82 Bon pontage sur la diagonale redonnant tout le réseau gauche

83 Les deux ponts fonctionnent bien Statut quo? Traitement médical

84 Mais pourquoi redevient-il symptomatique???

85 Décision de tentative de désobstruction du tronc et en cas d échec de repontage de l IVA

86 La définition de l angiographie est limités à 0.2 / 0.3 mm. Certaines lésions ne sont pas analysables (ostium de branche, lésions masquées par des collatérales, flou cinétique, obèse ) Certaines lumières, en croissant, déchiquetées, ne permettent pas une interprétation fiable Grande variabilité des interprétations entre observateurs Marge de 20 à 30%, surtout sur les lésions intermédiaires Surévaluation visuelle systématique des lésions critiques Surévaluation des lésions avant traitement et sous évaluation des lésions résiduelles Intérêt dans tous les cas d utiliser l angiographie quantitative qui est très fiable sur les lésions modérées et éduque l œil+++ L échographie endo-coronaire, l OCT, l évaluation des lésions douteuses par FFR sont un appoint indispensable lorsque l évaluation fonctionnelle initiale n a pas été correctement effectuée

87 Background and Rationale Angiography alone cannot fully characterize the clinical significance of coronary stenosis. This well-recognized limitation has been documented repeatedly by intravascular ultrasound imaging and ischemia stress testing. Coronary angiography produces a silhouette image and cannot identify intraluminal detail or provide the angiographer with information about the characteristics of the vessel wall. Furthermore, accurate identification of both normal and diseased vessel segments is complicated by diffuse disease as well as by angiographic artifacts of contrast streaming, image foreshortening, and calcification. Bifurcation or ostial lesion locations may be obscured by overlapping branch segments. The physiological significance of a coronary stenosis, especially for an intermediately severe luminal narrowing (approximately 40% to 70% diameter narrowing), cannot be accurately determined.thus, the rationale for using coronary physiological measurement is to overcome the limitations of coronary angiography and provide the angiographer with an objective indicator of clinically relevant lesion significance.

88 Angiography versus FFR in Left Main Stem Hamilos M et al. Circulation. 2009;120: % de lésions du tronc < Lésions 50% > 50% du tronc n ayant pas ont un retentissement fonctionnel de retentissement fonctionnel Percent diameter stenosis at QCA correlated significantly with FFR but a very large scatter was observed (r = -0.38, p <0.001)

89 Mr Rob 70 ans Patient sportif FR : dyslipidémie, HTA, hérédité CV Angor d effort en 2005 sur lésion critique diagonale au sein d un réseau diffusément infiltré. ATC par un stent conventionnel Asymptomatique pendant 6 ans Angor de novo pendant un séjour en Espagne Douleurs à la marche Douleurs spontanées depuis 8 jours Coronaro par voie radiale sondes 4F

90

91

92 Que proposer? Angioplastie de la circonflexe Angioplastie de toutes les lésions Pontages des 3 axes Stratégie hybride

93

94 Pontages mammaires IVA / droite et angioplastie de la circonflexe

95 La coronarographie doit préciser la topographie, les caractères morphologiques, la sévérité d une lésion, et ses conséquences sur la perfusion myocardique. La sévérité d une lésion doit être appréciée par une analyse visuelle, mais également par des mesures plus objectives utilisant des logiciels d analyse quantitative disponibles en salle en temps réel. La qualité du flux, la collatéralité doivent être analysés visuellement et en s aidant si besoin de méthodes d analyse du retentissement fonctionnel (FFR)

96 Les règles à retenir pour faire de bonnes coronarographies Pas de bon examen sans culture cardiologique Pas de bon examen sans curiosité intellectuelle Pas de bon examen sans matériel de qualité Pas de bon examen sans technique irréprochable Pas de bon examen sans méthodologie rigoureuse Pas de bon examen sans analyse critique de ses résultats Complémentarité des méthodes d évaluation Discussion collégiale des dossiers litigieux De la qualité de votre examen dépendront la pertinence de la sanction thérapeutique et la sûreté d une éventuelle angioplastie!

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ Les étapes du transport Y a - t - il un cardiaque dans l avion? CONTRAINTES CX VX L HYPOXIE LES ACCELERATIONS EFFETS DE L ALTITUDE LOI MARIOTTE PV

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Angine de poitrine. Quelques définitions:

Angine de poitrine. Quelques définitions: Angine de poitrine Quelques définitions: Syndrome caractérisé par des crises de douleurs constrictives violentes siégeant dans la région précordiale, irradiant dans le bras gauche et s accompagnant d une

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires Dr André Pisapia Sce de Rythmologie et Stimulation Cardiaque Dr Patrice Bergeron Sce de

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

maladies des artères Changer leur évolution Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs

maladies des artères Changer leur évolution Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs maladies des artères Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs maladies des artères : comment, pourquoi? La principale maladie de nos artères, appelée athérosclérose,

Plus en détail

Cardiopathies ischémiques

Cardiopathies ischémiques AU PROGRAMME Cardiopathies ischémiques Processus obstructif Notions essentielles 1. Définition Les cardiopathies sont des malformations du cœur : soit acquises, survenant au cours de la vie (cardiopathies

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

132- III b - TRAITEMENT DE L'INSUFFISANCE CORONARIENNE HORS SYNDROME CORONARIEN AIGU JM Fauvel 2009

132- III b - TRAITEMENT DE L'INSUFFISANCE CORONARIENNE HORS SYNDROME CORONARIEN AIGU JM Fauvel 2009 132- III b - TRAITEMENT DE L'INSUFFISANCE CORONARIENNE HORS SYNDROME CORONARIEN AIGU JM Fauvel 2009 Recommandations de la Société Européenne de cardiologie 2006 sur l Angor stable Guidelines on the management

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS OEIL ET DIABÈTE S POMMIER Sve Pr RIDINGS Ref: Pr Philippe Gain, Dr Gilles Thuret RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1- Généralités dans les pays à haut niveau de vie, d une des principales causes de cécité légale

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Marchés des groupes à affinités

Marchés des groupes à affinités Marchés des groupes à affinités Guide du produit destiné aux conseillers Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers Le produit en bref Nul n aime

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ Vous pouvez faire confiance aux systèmes CR et DR de Carestream pour leur qualité de prise d images. Maintenant

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015 PROCES-VERBAL SÉANCE DU COLLÈGE DÉLIBÉRATIF MERCREDI 18 MARS 2015 Etaient présents : - M. le Professeur Jean-Luc Harousseau, Président - M. le Professeur Jacques Belghiti - M. Alain Cordier - M. le Professeur

Plus en détail

Angor stable. Quand faut-il faire des examens invasifs? Quintessence. Indication pronostique à un examen invasif. Introduction. Piero O.

Angor stable. Quand faut-il faire des examens invasifs? Quintessence. Indication pronostique à un examen invasif. Introduction. Piero O. Angor stable Quand faut-il faire des examens invasifs? Piero O. Bonetti Abteilung für Kardiologie, Kantonsspital Graubünden, Chur Quintessence P L examen invasif par cathétérisme cardiaque gauche est l

Plus en détail

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Hélène Thibault Service des Exploration Fonctionnelles Cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel, LYON Disclosure:

Plus en détail

La maladie de Takayasu

La maladie de Takayasu La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Takayasu. Elle ne se substitue

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Schéma du cœur avec CIA Aorte Artère pulmonaire Oreillette gauche CIA Appendice auriculaire gauche Oreillette droite

Plus en détail

SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 II. THÉRAPEUTIQUES MÉDICAMENTEUSES 705

SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 II. THÉRAPEUTIQUES MÉDICAMENTEUSES 705 SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 A. Évaluation non invasive... 700 1. Recherche d une ischémie myocardique... 700 a. Épreuve d effort b. Scintigraphie

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

MÉTHODES DIAGNOSTIQUES DE STÉNOSE DE L ARTÈRE RÉNALE

MÉTHODES DIAGNOSTIQUES DE STÉNOSE DE L ARTÈRE RÉNALE MÉTHODES DIAGNOSTIQUES DE STÉNOSE DE L ARTÈRE RÉNALE Mai 2004 Service Évaluation Technologique - 1 - Pour recevoir la liste des publications de l Anaes, il vous suffit d envoyer vos coordonnées à l adresse

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

De l usage des endoprothèses coronaires

De l usage des endoprothèses coronaires GROUPE ATHÉROME CORONAIRE ET CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE De l usage des endoprothèses coronaires B. Chevalier, H. Eltchaninoff, D. Blanchard, G. Finet, M. Bedossa, T. Corcos, J.-L. Fourrier, M. Hanssen,

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

Le droit à l image???

Le droit à l image??? Le droit à l image??? Dans ma propre philosophie, je peux parler de DROIT sans évoquer les DEVOIRS.. Vous me permettrez donc de vous en entretenir de prime abord avec cependant les nuances suivantes: Le

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Le régime en bref Admissibilité Résident du Canada Âge à l expiration : 75 ans. Capital assuré : 25 000 $, âge à la souscription

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail