Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer"

Transcription

1 Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires Dr Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var

2 Plan du cours 1. Introduction 2. Le matériel radiologique. Quelques notions à connaitre 3. Optimisation de l image et diminution des doses délivrées 4. Les incidences radiologiques de base 5. Les pièges et limites de la coronarographie ; complémentarité des méthodes invasives d évaluation du réseau coronarien 6. Conclusions

3 La coronarographie Méthode invasive de visualisation des coronaires reposant sur l injection intra artérielle sélective d un produit de contraste permettant de recueillir la luminographie par un appareil externe de rayons X. Introduite par Sones en 1961 L analyse précise de l état des coronaires est devenue routinière depuis une trentaine d années grâce à la voie percutanée fémorale, à l initiative de Seldinger et Judkins, et à l utilisation du radiocinéma. Jusqu au début des années 80, son but était de dépister les lésions significatives et d apprécier la qualité des lits d aval afin d orienter les coronariens les plus graves vers la chirurgie de revascularisation. Les progrès de la technique et de l imagerie par rayons X, une meilleure connaissance physiopathologique des diverses manifestations cliniques de la maladie coronarienne, l avènement du cathétérisme interventionnel en ont fait un outil indispensable de diagnostic et le prélude à toute discussion thérapeutique.

4 La coronarographie est un examen invasif Ponction artérielle Cathétérisme artériel sélectif des coronaires Utilisation de rayons X Nécessité d un produit de contraste «Le risque d une complication potentiellement mortelle existe pour n importe quel geste invasif impliquant la manipulation d un cathéter dans un ostium coronaire» Bernard Meier Le patient doit en être averti

5 Guidelines on the management of stable angina pectoris. ESC 2006 The risk assessment hierarchy can be described as : 1. risk stratification by clinical evaluation 2. risk stratification by response to stress testing 3. risk stratification by ventricular function 4. risk stratification by coronary anatomy LV function is the strongest predictor of survival in patients with chronic stable coronary disease. The next most important factor is the distribution of coronary stenosis. Left main disease, three vessel disease and the proximal involvement of the LAD are common characteristics predicting a poor outcome and increase the risk of ischaemic events.

6 Indications of different imaging tests for the diagnosis of obstructive coronary artery disease and for the assessment of prognosis in subjects without known coronary artery disease ESC 2010

7 Mr J 62 ans Angor apparu depuis 3 mois; stable, Cl II Seul FR connu : Hérédité (père ponté à 67 ans)

8 Mr J 62 ans

9 Mr J 62 ans Lésion critique CD II effacée par un stent actif

10 En 2011, la coronarographie demeure l examen de référence permettant d apprécier la qualité des artères coronaires, surtout s il est couplé à l écho : Inventaire des lésions athéromateuses Calcifications du réseau, Diffusion de l athérome, Sévérité et longueur des sténoses (QCA) Rupture de plaque, ulcération, thrombus Qualité des lits d aval, du flux coronaire, Collatéralité vers les axes occlus, Vasomotricité du réseau Retentissement fonctionnel d une lésion (FFR) Étendue de son territoire de distribution Tous éléments indispensables à l établissement du pronostic et à la décision thérapeutique +++ nécessitant un examen irréprochable.

11 Réalisation du cathétérisme cardiaque Un cathétérisme cardiaque ne se conçoit que dans un centre de cardiologie spécialisé, structuré et organisé dans le respect des recommandations de la SFC, chez un patient préalablement bien cadré et informé.

12 Matériel radiologique et optimisation de l image le tube et l amplificateur de brillance doivent être d excellente qualité et régulièrement entretenus. la chaîne d imagerie doit être numérique (scopie et graphie) tout centre de cathétérisme, diagnostique ou interventionnel, doit fournir pour chaque examen des documents de qualité (format Dicom médical ou film cinéma 35 mm).

13 L image fournie par le capteur plan résulte de l interaction des photons X et des tissus traversés, qui vont absorber plus ou moins le rayonnement, le diffuser La principale source d irradiation pour le médecin se fait à l interface patient/pénétration des rayons X

14 L arceau, le tube, l amplificateur et la table mobile Rotation permettant les obliques droite et gauche

15 Incidences dans le plan transversal

16 Incidences en plan sagital

17 Qu est ce qu une coronarographie correcte? C est un examen qui doit permettre une évaluation anatomique de la lumière vasculaire suffisante pour établir un diagnostic précis et une thérapeutique adéquate : chaque segment, chaque zone de bifurcation, chaque voie de collatéralisation doivent être définis sans laisser aucun doute La qualité image dépend de la qualité technique de l équipement radiologique des caractéristiques du patient (corpulence, diaphragme, seins) de la technique de coronarographie et du soin méticuleux apporté à l optimisation de la qualité image (et de la dose Rx)

18 OTIMISER LA DISTANCE TUBE / DETECTEUR SUR CHAQUE INCIDENCE Vérifiez la DFI : Distance Foyer Intensificateur d Image (Amplificateur ou Capteur Plan) Optimiser la DFI limite l effet d atténuation de la grille lorsque l on s écarte trop des tolérances relatives à sa distance de focalisation évite de faire monter inutilement les KV

19 Soignez vos cadrages, utilisez les caches semi lunaires et diaphragmes, et les repositionner pour toute incidence Centrez la zone douteuse à étudier au centre de l'écran pour limiter le flou cinétique et le rayonnement diffusé.

20 Réduction de la dose par le filtre de contour et l inspiration 76 kv 800 ma 68 kv 540 ma

21 Optimisation et Qualité image La qualité d image est une notion subjective Colimater +++ caches semi lunaires et diaphragmes Plaquer l ampli de brillance ou le capteur plan au patient Travailler en cadence d acquisition adaptée à la fréquence cardiaque Eviter les incidences redondantes dès lors que l état des coronaires est précisé

22 Les temps successifs d une coronarographie

23 Quelle voie d abord? Le choix de la voie d'abord doit échapper à tout dogmatisme +++ La voie d'abord doit être choisie après un examen vasculaire complet, au mieux des intérêts du patient, en fonction de la stratégie d'exploration à mener et d'une éventuelle angioplastie ad hoc Elle doit permettre un bilan exhaustif de l ensemble des lésions athéromateuses à documenter, puis, si nécessaire, un abord optimal de toutes les lésions à traiter, sans imposer de limitation technique (kissing, rotablator...), ni compromettre la sécurité, notamment en cas de survenue de complication.

24

25 La ventriculographie.

26 Ventriculographie en OAD 30

27 Ventriculographie en OAD 40 Mr Bu Infarctus post traité par angioplastie primaire 6 mois auparavant

28

29 Analyse de la cinétique segmentaire

30 Les stades angiographiques de l IM < 3 beats

31 Potentialisation post extra-systolique La récupération d une cinétique orthodoxe signe la viabilité

32 Anevrysme postérieur par thrombose droite dominante Volumineux anévrysme postéro-basal fortement dyskinétique. FE : 37%. PTDVG : 30 mm Hg. IM stade II Stimulation Ventriculaire Programmée positive (induction de TV soutenue)

33 Aortographie (facultative)

34 La coronarographie armature interne donnant le torque, la mémoire de forme, la résistance au twist et la stabilité à l injection extrémité mousse (soft-tip) participant à rendre le cathéter atraumatique.

35 Règle de sécurité à respecter absolument : Toujours travailler en pression +++ Mauvaise pression = complication en vue

36 Bien surveiller la pression en bout de cathéter +++ Mauvais reflux ou pression amortie, wedge, voire imprenable : 1. Thrombus dans le cathéter : tout enlever et vérifier Cathéter occlusif sur une lésion ostiale : reculer et injections semi-sélectives 3. Cathéter spasmogène : injecter sous nitrés 4. Cathéter engagé dans une petite branche secondaire : artère du nœud, du conus ou petite bissectrice 5. Cathéter engagé sous une plaque d athérome : risque de dissection Cathéter attaquant la paroi perpendiculairement

37 Surveillez la pression dès que vous entrez votre cathéter dans l ostium +++ Intubation de la gauche

38 Mme Beau 75 ans. Angor de novo avec négativation de T antérieure étendue et élévation de la troponine

39 Qu est ce qu une coronarographie correcte? Un bon examen doit fournir une opacification complète et simultanée de la lumière artérielle de l ostium à la distalité du vaisseau, ou au moins jusqu a la première lésion limitant le flux, avec visualisation correcte du lit d aval sur les temps tardifs, Pour améliorer la différenciation de la lumière vasculaire, il convient d éloigner les structures de voisinage : colonne vertébrale, diaphragme, poumons, aorte Faire les acquisitions en inspiration profonde et en apnée s il existe une superposition avec le diaphragme, en tenant les bras en dehors du champ (sous la tête par ex) Limiter le nombre d incidences si les critères sus-définis sont remplis (et éviter en tout cas le profil 90 qui irradie l opérateur. Opter pour le profil inversé. Eduquer les chirurgiens à cette incidence+++)

40 Critères cliniques pour la Coronarographie Tous les segments doivent être analysables : 1) Reproduction visuellement nette des trois segments de chacune des 3 branches principales (particulièrement de la bifurcation IVP/RVG et de la bifurcation IVA/Diagonale où l athérome siège fréquemment). Les lits d aval doivent être remplis et visibles jusqu en distalité +++ 2) Les ostia doivent être visualisés dans au moins une incidence 3) Contours des vaisseaux 1.5 mm bien définis, ainsi que leurs lésions Une lésion doit être dégagée dans au moins deux incidences orthogonales sans superposition ni raccourcissement excessif afin de pouvoir mesurer la sévérité de la lésion et opter pour le matériel le plus approprié si ATC La circulation collatérale doit être visualisée (si présente) de son origine au lit d aval, nécessitant parfois une double injection pour analyser sa qualité

41 Un examen «standard» doit comporter Deux à trois incidences sur la droite Trois à cinq sur la gauche Plus si anatomie particulière (vaisseaux sinueux, lésion en zone de superposition, absence de tronc commun ) En cadence 12.5 ou 15 i/s. 25 à 30 i/s seulement si FC rapide (ne pas hésiter à ralentir le patient pour optimiser la qualité de l examen) 2 cycles cardiaques (+ si flux ralenti) sont suffisants pour analyser correctement la luminographie et analyser la vitesse circulatoire Une cinquantaine d images par séquence suffisent

42 Les incidences de base pour tout examen : Coronaire gauche : OAD 30 OAG 60 craniale 30 Profil strict (inversé si possible) Spyder (OAG 45 caudale) optionnel Coronaire droite : OAG 60 (craniale 10 ) OAD 30 Profil optionnel

43 Coronaire gauche OAD 30 simple : vue d ensemble de 1 intention : bien regarder le flux de contraste en sortie de cathéter sur la 1 injection +++ Tronc commun Cx proximale IVA Septales Diagonale latérale IVA apicale TPL (Cx distale)

44 Coronaire gauche OAD 10 caudale : dégage mieux le tronc et sa bifurcation Tronc commun Cx proximale Marginale IVA Septales Diagonale IVA apicale TPL (Cx distale)

45 Coronaire gauche OAD craniale : permet de bien dérouler le tronc et l IVA Tronc commun Marginale IVA proximale Cx proximale Septales TPL (Cx distale) Diagonale IVA apicale

46 Coronaire gauche OAG simple : permet de bien dégager le tronc et la Cx L adjonction de craniale permet de dérouler l IVA Tronc commun IVA proximale Cx proximale Marginale

47 Coronaire gauche OAG craniale : permet de bien dégager le tronc et ses branches de division. Selon l axe cardiaque, il faudra parfois mettre au contraire de la caudale pour ce faire (spyder) Tronc commun Cx proximale IVA proximale Marginale Cx distale

48 Coronaire gauche Profil strict : déroule bien l IVA et son lit d aval Tronc commun IVA Septales Diagonale Cx proximale Marginale IVA apicale

49 Coronaire droite dominante en OAG craniale

50 Coronaire droite en OAD et Profil

51 Coronaire droite équilibrée OAG OAD

52 Mr Rus Contrôle d un double pontage mammaire chez un vieil artéritique opéré d une fourche aorto-bifémorale

53

54 Le bilan d une maladie athéromateuse doit être guidé sur l examen clinique et aussi exhaustif que nécessaire Dépistage de la maladie rénovasculaire, des anévrysmes aortiques, des lésions carotidiennes Tout en tenant compte des risques de tubulopathie à l iode

55 Mr Le Str 72 ans Hypertendu équilibré, dyslipidémique. Ischémie silencieuse à 120 W (- 1.5 mm ; p =0 ; récupération rapide) 13 ans après ATC au ballon de l IVA I/II Ventriculographie gauche normale

56

57 Quelles incidences pour réaliser une coronarographie de qualité? Il n y a pas d incidences stéréotypées applicables à tous patients +++ Chaque segment doit être déroulé et analysable Chaque zone, notamment de bifurcation doit être dégagée Chaque examen doit avoir ses incidences personnalisées. Chaque lésion pose des questions spécifiques pouvant nécessiter si besoin des clichés centrés en petit champ : Position précise notamment par rapport aux collatérales Caractéristiques : rupture de plaque, calcifications Longueur de la lésion Sévérité de la lésion sous nitrés +++ Diamètre de référence Est-elle collatéralisée? Qualité du lit d aval +++ C est en salle que vous devez y répondre +++

58 Adjonction de quelques degrés de craniale à l injection OAG de la coronaire droite dominante pour bien dégager la croix du coeur

59 L OAG craniale dégage habituellement bien la bifurcation IVA/diagonale Noter l utilisation du cache semi lunaire, de l inspiration profonde et le choix de la sonde (El Gamal par voie radiale) pour optimiser l image

60 Effet du passage de l OAG craniale à la caudale chez un patient pour dégager la division du tronc permettant de sortir la bifurcation IVA/Diagonale 1 lorsque celle-ci nait en position de bissectrice

61 Un examen de qualité comportera en cas de flux ralenti, ou de collatéralité, une séquence en cadence lente (7.5 i/s) en remplissant bien la coronaire avec temps tardifs centrés sur les lits d aval, dégagés des structures de voisinage des clichés centrés sur la zone d intérêt avec diaphragmes pour bien analyser les lésions mal définies, après avoir repéré l incidence optimale. Avant de dilater, bien analyser le film du diagnostic pour sélectionner les incidences de travail, les pièges à contourner, et ne pas refaire toutes les autres incidences pour l iconographie. S assurer par contre de la qualité du résultat sur deux incidences orthogonales dégageant bien la lésion sans téléscopage ni superposition attendre au moindre doute

62 Analysez soigneusement la lésion Pour en comprendre la nature, la compléxité, les rapports avec les branches de division, les pièges, le territoire de distribution, les suppléances éventuelles L échographie endocoronaire n est pas indispensable! Angiographies de qualité +++ scopie avant graphie cadences adéquates optimisation de l image incidences adaptées

63 Mr Be a 52 ans. Tabagique, dyslipidémique. Angor de novo sur quelques jours, puis douleur prolongée avec sus décalage post. Admis à Mougins en phase précoce. Thrombolyse. Hausse isolée de TnT signant un infarctus rudimentaire. Récidive avec sus décalage à J3. Perfusion d ABCIXIMAB et transfert en urgence à l IAT. Wallstent & adenosine

64 Mr R 68 ans Non STEMI «stuttering infarction»

65 TAXUS 3.5 x 16 mm

66 Appréciation des lésions coronariennes les pièges de l angiographie analyse morphologique d une lésion quantification semi quantitative des lésions évaluation du retentissement fonctionnel

67 Le premier piège : se laisser abuser par un spasme Une lésion ne peut être correctement évaluée que sous vasodilatateur et soigneusement dégagée

68 Mr Che Infarctus postérieur en 89. Angioplastie IVA Ischémie silencieuse motivant un contrôle en 2005 QCA avant et après risordan. MLD : 2 mm RD : 3.3 mm MLD : 3.1 mm RD 3.5 mm

69 Evaluation de la vasomotricité du réseau coronarien Une coronaire pathologique doit toujours être évaluée en vasodilatation +++ La coronarographie doit systématiquement comporter l étude de la vasomotricité coronarienne en l absence de lésion critique : Le premier stade de la maladie est celui de dysfonction endothéliale provoquant inconstamment un angor vasospastique Ce stade précède souvent l apparition de lésions critiques de plusieurs années Le couplage méthergin-risordan souligne souvent des plaques lisses invisibles à la luminographie avant le test Les tests augmentent la sensibilité de la coronarographie Ils éclairent un diagnostic qu aucune autre méthode ne peut donner

70 Mr Ham Patient tabagique de 50 ans ayant bénéficié d une angioplastie IVA par un stent Taxus en décembre 2004 à Argenteuil. Récidive de douleurs angineuses depuis 3 semaines dont l une prolongée. Electrocardiogramme enregistrant un aspect d infarctus non transmural antérieur avec abrasion R V1 V2 V3 et négativation de l onde T antérieure étendue. Absence d élévation de la troponine, confirmant que la nécrose remonte à plus d une semaine.

71

72 Test au méthergin

73 ISDN 1 mg

74 Le 2 piège : les effets d optique qui nous abusent Tenter de s en affranchir en tournant autour de la lésion

75 Interprétation d une coronarographie L image projetée par les rayons X n est que le reflet déformé de la réalité. A vous de la décrypter

76 Les pièges de l angiographie : méfiez-vous de votre œil!

77

78 Mr Mar 63 ans Pontages 14 ans auparavant Angor classe II.

79 Mme Pet effet d optique ou lésion de l IVA? Patiente de 74 ans présentant des douleurs suspectes à l effort sur terrain dyslipidémique. Ergométrie ininterprétable.

80 Quand toutes les difficultés se conjuguent : anatomie hostile et complexe, artéfacts visuels, obésité, paralysie phrénique bien exploiter sa technique, être rigoureux, se laisser guider par sa culture cardiologique Mr Ric 76 ans, ancien fumeur, ponté en 89 pour un angor à seuil bas (- 4 mm à 30W) sur une sténose subtotale du tronc et une lésion critique droite. Contrôle en 2001 pour reprise de l angor : Thrombose du tronc, thrombose droite, thrombose récente du pont Cx. Thrombose de la mammaire gauche destinée à l IVA, thrombose droite CDII. Vit sur deux ponts saphènes corrects destinés à la droite et à la diagonale, redonnant tout le réseau gauche. VG normal. Amélioré sous traitement médical et rééducation. Monte son seuil ischémique à 150W. 2008/2009 : reprise de l angor du à des sténoses focales évolutives du pont droit, nécessitant 3 séances d angioplastie d icelui sur le 1/3 proximal et le 1/3 distal (stents nus Biotronik) Revient en 2011 pour un angor classe II fort

81 Bonne fonction gauche, sans hypokinésie segmentaire Pont droit correct

82 Bon pontage sur la diagonale redonnant tout le réseau gauche

83 Les deux ponts fonctionnent bien Statut quo? Traitement médical

84 Mais pourquoi redevient-il symptomatique???

85 Décision de tentative de désobstruction du tronc et en cas d échec de repontage de l IVA

86 La définition de l angiographie est limités à 0.2 / 0.3 mm. Certaines lésions ne sont pas analysables (ostium de branche, lésions masquées par des collatérales, flou cinétique, obèse ) Certaines lumières, en croissant, déchiquetées, ne permettent pas une interprétation fiable Grande variabilité des interprétations entre observateurs Marge de 20 à 30%, surtout sur les lésions intermédiaires Surévaluation visuelle systématique des lésions critiques Surévaluation des lésions avant traitement et sous évaluation des lésions résiduelles Intérêt dans tous les cas d utiliser l angiographie quantitative qui est très fiable sur les lésions modérées et éduque l œil+++ L échographie endo-coronaire, l OCT, l évaluation des lésions douteuses par FFR sont un appoint indispensable lorsque l évaluation fonctionnelle initiale n a pas été correctement effectuée

87 Background and Rationale Angiography alone cannot fully characterize the clinical significance of coronary stenosis. This well-recognized limitation has been documented repeatedly by intravascular ultrasound imaging and ischemia stress testing. Coronary angiography produces a silhouette image and cannot identify intraluminal detail or provide the angiographer with information about the characteristics of the vessel wall. Furthermore, accurate identification of both normal and diseased vessel segments is complicated by diffuse disease as well as by angiographic artifacts of contrast streaming, image foreshortening, and calcification. Bifurcation or ostial lesion locations may be obscured by overlapping branch segments. The physiological significance of a coronary stenosis, especially for an intermediately severe luminal narrowing (approximately 40% to 70% diameter narrowing), cannot be accurately determined.thus, the rationale for using coronary physiological measurement is to overcome the limitations of coronary angiography and provide the angiographer with an objective indicator of clinically relevant lesion significance.

88 Angiography versus FFR in Left Main Stem Hamilos M et al. Circulation. 2009;120: % de lésions du tronc < Lésions 50% > 50% du tronc n ayant pas ont un retentissement fonctionnel de retentissement fonctionnel Percent diameter stenosis at QCA correlated significantly with FFR but a very large scatter was observed (r = -0.38, p <0.001)

89 Mr Rob 70 ans Patient sportif FR : dyslipidémie, HTA, hérédité CV Angor d effort en 2005 sur lésion critique diagonale au sein d un réseau diffusément infiltré. ATC par un stent conventionnel Asymptomatique pendant 6 ans Angor de novo pendant un séjour en Espagne Douleurs à la marche Douleurs spontanées depuis 8 jours Coronaro par voie radiale sondes 4F

90

91

92 Que proposer? Angioplastie de la circonflexe Angioplastie de toutes les lésions Pontages des 3 axes Stratégie hybride

93

94 Pontages mammaires IVA / droite et angioplastie de la circonflexe

95 La coronarographie doit préciser la topographie, les caractères morphologiques, la sévérité d une lésion, et ses conséquences sur la perfusion myocardique. La sévérité d une lésion doit être appréciée par une analyse visuelle, mais également par des mesures plus objectives utilisant des logiciels d analyse quantitative disponibles en salle en temps réel. La qualité du flux, la collatéralité doivent être analysés visuellement et en s aidant si besoin de méthodes d analyse du retentissement fonctionnel (FFR)

96 Les règles à retenir pour faire de bonnes coronarographies Pas de bon examen sans culture cardiologique Pas de bon examen sans curiosité intellectuelle Pas de bon examen sans matériel de qualité Pas de bon examen sans technique irréprochable Pas de bon examen sans méthodologie rigoureuse Pas de bon examen sans analyse critique de ses résultats Complémentarité des méthodes d évaluation Discussion collégiale des dossiers litigieux De la qualité de votre examen dépendront la pertinence de la sanction thérapeutique et la sûreté d une éventuelle angioplastie!

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Comment implanter un stent sur une anatomie hostile?

Comment implanter un stent sur une anatomie hostile? Comment implanter un stent sur une anatomie hostile? Docteur Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck 06700 Saint Laurent du Var Improviser dans l urgence est source de complications et d échec. Il faut anticiper

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner et IRM JN Dacher, Rouen Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner cardiovasculaire EP, AAT, AAA, dissection Le scanner devient rapidement un examen de référence dans le bilan diagnostique et le

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

L Infarctus du Myocarde

L Infarctus du Myocarde ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France L Infarctus du Myocarde

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique

Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Auteur(s) Collège des Enseignants de Cardiologie Date de création du document 10/01/09 Table des matières 1 Rappel physiopathologique... 1 1. 1 Les

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial. Système de positionnement d endoprothèse

Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial. Système de positionnement d endoprothèse Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial Système de positionnement d endoprothèse Une envergure des jambes de 15 mm s adapte aux ostia. Cylindre souple Une fente longitudinale permet d utiliser des

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient.

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Ce document a pour seul objectif d informer, il ne s agit pas Ce d un document outil de diagnostic. a pour seul Pour objectif toute d informer, question,

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

La coronarographie. L angioplastie coronaire. Les recommandations

La coronarographie. L angioplastie coronaire. Les recommandations La coronarographie L angioplastie coronaire Les recommandations La coronarographie A quoi sert-elle? La coronarographie est un examen invasif (il faut ponctionner une artère ) qui permet de parfaitement

Plus en détail

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée.

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. GARAPON C, IADE & DEPOIX JP, MAR. C.H.U - Bichat. Département d anesthésie-réanimation, 75018, Paris. France. Plan :1) Qu est ce que le rétrécissement

Plus en détail

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque.

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque. ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: analyse par scanner 16 détecteurs et intérêt pour la resynchronisation cardiaque. V. Mathe-Bonnet (1), V Chabbert (1), P Mondoly (2), M Delay (2), F Joffre (1), H Rousseau

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 La Radiologie standard Formation et qualité de l image Résolution en densité : le contraste Résolution spatiale : le plus petit élément visible Quelle

Plus en détail

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire Guide du patient La coronarographie L angioplastie coronaire 8 rue Dr Calmette - CS 10043-38028 GRENOBLE CEDEX 1 Tél : 04 76 70 70 54 Fax : 04 76 70 71 45 secr.cardiologie@ghm-grenoble.fr www.ghm-grenoble.fr

Plus en détail

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 but Création d un abord natif le plus distal possible BILAN ADAPTE AU PATIENT : selon sa pathologie, son âge et ses ATCDS pourquoi un bilan pré-op?

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque»

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» «Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» DR Renaud VIDAL Clinique Saint George - NICE Resynchronisation BIVentriculaire 1. Rappels physiopathologiques Resynchronization

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire?

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire? CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient La maladie des artères coronaires Maladie, diagnostic et traitements 1 La maladie : l athérome coronaire Artères coronaires Le cœur est un muscle

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE Le 01-03-05 Soins Infirmiers aux personnes atteintes d affections cardio-vasculaires Mr L HERONDEL LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE I Exploration radiologique vasculaire par cathétérisme A Aortographie

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

L Infarctus Du Myocarde Epidémiologie

L Infarctus Du Myocarde Epidémiologie Définition L infarctus du myocarde: diagnostic, complications et principes de traitement Florence leclercq Cardiologie A Nécrose d origine d ischémique d une d partie du muscle cardiaque Occlusion coronaire

Plus en détail

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC POSE D ENDOPROTHÈSE, PAR VOIE ARTÉRIELLE TRANSCUTANÉE Actes d angioplastie carotidienne avec stent MAI 2007 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif 2005 28 décembre n Spécial Pages 2007 CCAM

Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif 2005 28 décembre n Spécial Pages 2007 CCAM 21 23 24 Afin de vous permettre de mettre à jour le livret Spécial CCAM, vous trouverez ci-après, avec les nouveaux tarifs, les correspondances de lignes et de pages. Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Traitement interventionnel de l HTA. Place de l angioplastie rénale en 2012

Traitement interventionnel de l HTA. Place de l angioplastie rénale en 2012 Traitement interventionnel de l HTA Place de l angioplastie rénale en 2012 Dr Rémy Cohen Service de Cardiologie CH Marne la Vallée Pas de conflit d intêret Angioplastie rénale-pression artérielle Méta-analyse

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte

Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte 2013 VERSION 2.0 Ces exigences de formation s'appliquent aux candidats qui

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Dubuisson Florian. Résumé de thèse. Soutenue le 13 Novembre 2012. 1. Introduction

Dubuisson Florian. Résumé de thèse. Soutenue le 13 Novembre 2012. 1. Introduction Dubuisson Florian Quantification et recalage d examens endovasculaires par OCT : Application au suivi longitudinal de la couverture néointimale et de la malapposition des stents coronaires Résumé de thèse

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR A CORRE MANIPULATRICE Scanner Chu Rouen A JARDEL MANIPULATEUR Scanner Chu Rouen JN DACHER RADIOLOGUE radiologie CHU ROUEN J THIEBOT RADIOLOGUE Chef de service

Plus en détail

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN Sylvie BESCH Hôpital National de Saint Maurice Service de Rééducation Fonctionnelle et Traumatologie FRACTURE DES MÉTATARSIENS GÉNÉRALITÉS Fréquence +++ Différents

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail