Couverture maladie universelle (CMU) : évolution ou révolution?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Couverture maladie universelle (CMU) : évolution ou révolution?"

Transcription

1 Atelier 10 Couverture maladie universelle (CMU) : évolution ou révolution? Président : Jean MARMOT, président de chambre à la Cour des comptes, président de l Institut d études des politiques de santé Intervenants : Michel CHEVILLET, directeur santé des AGF, Jean DEBEAUPUIS, chargé de mission CMU à la direction des hôpitaux du ministère de l Emploi et de la Solidarité, Denis PIVETEAU, directeur délégué aux risques à la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés Introduction de Jean MARMOT Le thème de la CMU a de multiples facettes. Le projet d assurance maladie universelle du gouvernement Juppé à l ambition de refondre la branche maladie de la Sécurité sociale. La CMU a une autre ambition, celle de lutter contre l exclusion. On pourrait regarder en quoi la loi de juillet 1999 s éloigne ou se rapproche du rapport Boulard, qui l avait inspirée. On pourrait rapprocher les déclarations initiales de Mme Martine Aubry des décrets d application. On pourrait disserter sur le financement et la maîtrise des dépenses de ce projet. On pourrait explorer les coûts et les conditions de sa gestion. La conséquence, un peu surprenante à mes yeux, en sera la création d emplois supplémentaires dans la branche maladie et la Sécurité sociale. On pourrait disserter de la plainte contre la CMU, au niveau de la Commission européenne, pour abus de position dominante. C est dire la variété des termes qui seront abordés par les trois intervenants de cet atelier. Intervention de Michel CHEVILLET A la lecture du texte de loi, je parlerai d une nouvelle étape dans l évolution de la protection sociale. Cette évolution renforce le rôle de l Etat et de l impôt, de la même manière que le projet du gouvernement Juppé, en La CMU harmonise la législation 1

2 française avec celle des autres pays européens qui ont généralisé l assurance maladie pour les bas revenus. Ce texte concourt au passage d une conception bismarckienne, fondée sur la logique professionnelle financée par des cotisations, à une conception beveridgienne, prônant l accès universel et financée par l impôt. Cette mutation n a, cependant, pas tout à fait eu lieu. D'une part, parce que la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) continue de jouer un rôle pivot à l égard des autres régimes ; d'autre part, parce que les mutuelles, les institutions de prévoyance et les sociétés d assurances se sont vu attribuer un rôle dans la prise en charge d un risque de base au contenu uniforme, à savoir la couverture maladie complémentaire de la CMU. Je pense que la loi sur la CMU va provoquer, à plusieurs niveaux, une véritable révolution. L effet de la CMU sur le grand public Au niveau du grand public, je dois avouer que j aimais bien le scénario d allocation progressive et dégressive, car il facilitait l intégration des personnes en difficulté. Or je ne sais pas comment va être accepté l effet de seuil, c est-à-dire l exclusion de nos anciens bénéficiaires du minimum vieillesse et l exclusion de 1,5 million de nouveaux pauvres, à savoir des employés et des ouvriers de la grande distribution, de l agroalimentaire ou de la restauration, qui devront payer pour un panier de biens moins rempli. Je me demande comment ce grand public qui peine va réagir à la fausse taxe de 1,75 % qu il devra payer. Je regrette que la loi sur la CMU ne serve pas à responsabiliser et à améliorer l organisation du système de soins, pour maîtriser les dépenses dans la qualité. L effet de la CMU sur les professionnels de santé Il s agit d une rupture dans les modes de rémunération et de négociation tarifaire. Il y a un risque de faire des tarifs CMU imposés, qui seront peut-être les références de conventionnement pour toute la population française. L effet de la CMU au niveau économique Il risque d y avoir des augmentations supplémentaires des impôts et des cotisations. Le rapport Boulard parlait de 9 milliards de francs pour la partie complémentaire ; aujourd'hui, on parle de 14 à 16 milliards. Je pense que cela va se traduire par une baisse de la consommation des particuliers et de la compétitivité de nos entreprises. L effet de la CMU au niveau de l organisation On peut se demander s il y aura toujours une pluralité de régimes et si le rôle pivot de la CNAMTS, désormais responsable de la médecine de ville, va encore être valorisé. Un communiqué de la Caisse nationale d assurance maladie des professions indépendantes (Canam) parle déjà d un alignement des taux de remboursement des prestations sur le régime général, d un alignement sur le panier de la CMU en dentaire et optique, de gestion des recouvrements de cotisations par les unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d allocations familiales (Urssaf), d une augmentation des cotisations. Il y aura une nouvelle relation entre les assurances obligatoires et les assurances complémentaires. L accord passé entre la CNAMTS, la Fédération nationale des mutuelles de France (FNMF) et la FFSA laisse penser que chacune continuera à faire son métier. Cependant, la couverture complémentaire de la CMU gérée par la CNAMTS 2

3 ouvre une voie, de même que le projet de la Canam, ainsi que les déclarations bien connues du directeur de la Caisse primaire d assurance maladie du Vaucluse. La CMU va, sans doute, renforcer la demande de soins de la part des Français, ce qui est tout à fait respectable. Mais on peut se demander comment l économique va parvenir à suivre le social dans les cinq à dix prochaines années, compte tenu du financement des dépenses de santé, de l arrivée de plus en plus de retraités et de la dépendance. Il s agit d un véritable défi pour nos finances et notre société. La CMU est, au départ, une très bonne idée. C'est un projet social et d intégration. Les assureurs l ont d ailleurs bien compris et ont été en première ligne. Mais je crains que l on n aille au-devant de désillusions si l économie ne suit pas. Intervention de Jean DEBEAUPUIS En préparant mon intervention d aujourd'hui, je pensais dire que la CMU était une évolution raisonnable, technique et sans grande conséquence. En fait, je vais m attacher à vous présenter les conséquences sociales de cette réforme ambitieuse. Une évolution sur le plan technique Techniquement, on peut constater qu il ne s agit que d une évolution, car les organismes existants conservent leurs missions. Les techniques restent inchangées. Tout au plus peut-on noter que, en matière de tiers payant, de carte individuelle et de décompte unique, la CMU va permettre de faire avancer des sujets qui avaient du mal à progresser depuis de nombreuses années. On note également qu il n y a pas de régulation de l offre ou de la demande. Une révolution sur le plan social pour les caisses d assurance maladie Pourtant, ce sera bien une révolution sur le plan social. En effet, l assurance maladie devient universelle, sous condition de résidence stable et régulière ; mais, surtout, l assurance complémentaire devient gratuite. La prise en charge par la solidarité nationale de l assurance complémentaire est un élargissement par rapport à la prise en charge auparavant effectuée par la solidarité départementale. Ce dispositif est plus généreux, car il concerne deux à trois fois plus de personnes, il augmente les prestations et il offre un tiers payant intégral sur la totalité des prestations. En outre, je crois que l on n a pas fini de mesurer les conséquences de l aide médicale aux étrangers irréguliers. La CMU est une révolution pour l assurance maladie, qui, désormais, va devoir examiner les ressources. Cette révolution pour la CNAMTS est comparable à celle du revenu minimum d insertion (RMI) pour les caisses d allocations familiales. L instruction des dossiers se fera selon un mode très simplifié, puisqu une déclaration sur l honneur suffira pour l urgence sociale et les demandes de RMI. Autre exemple : tous les revenus de prestations sociales seront forfaitisés pour éviter la multiplication des justificatifs. Les caisses d assurance maladie deviennent désormais décisionnaires pour l accès à cette couverture complémentaire gratuite, à partir de l examen des ressources. Cependant, 3

4 elles restent neutres quant à la gestion et au choix des organismes. A l avenir, il semble que les caisses d assurance maladie deviendront le guichet unique de l accès aux soins. Les caisses d assurance maladie vont devenir gestionnaires de l assurance complémentaire. La répartition entre gestionnaires dépendra des positions que prendront l ensemble des organismes complémentaires, en particulier les sociétés d assurances. Il y aura donc une phase transitoire pour informer sur le terrain et faire passer une image sociale de vos organismes auprès des 10 % de la population concernés. Les caisses d assurance maladie, mais aussi les organismes complémentaires et l Etat, vont désormais maîtriser le panier de soins CMU. Cela aura des conséquences sur les assurés non CMU. Une révolution pour les organismes complémentaires La CMU est aussi une révolution pour les organismes complémentaires. Je me demande si la phrase de M. Gilles Johanet à propos de l hôpital, L offre est pléthorique, coûteuse, et ses critères de qualité sont inconnus, ne peut pas également s appliquer au paysage français de l assurance complémentaire. En effet, a-t-on vraiment besoin de mutuelles et 150 sociétés d assurances? D après les enquêtes Credes ou Drees, l accès des plus démunis reste limité et très mal connu. On dit 40 %, mais c'est peut-être 20 %. Seules les enquêtes permettront d y voir clair. Je pense que vos organismes doivent, maintenant, inventer un mode de relation avec les futurs bénéficiaires de la CMU, en termes d image sociale et de marketing social. Il ne faudra pas oublier que vous n aurez pas forcément de liens socioprofessionnels ou géographiques avec ces bénéficiaires. En outre, 40 à 50 % de cette population est renouvelée chaque année. Cela renvoie à l année de prolongation à tarifs privilégiés et au principe de la garantie viagère. Je pense qu il n est pas possible d appliquer au domaine de la santé des principes de tarification propres à l automobile, à savoir le risque et l âge. Ce sera, sans doute, un des éléments fondamentaux de la réflexion que vous devrez conduire. Vous devrez aussi débattre des péréquations, étant donné les francs moyens voulus par le législateur. En conclusion, il s agit certainement d une révolution du droit à la santé. Je voudrais revenir sur les étrangers irréguliers et leurs enfants. Est-il encore admissible que les enfants d étrangers irréguliers reçoivent des prestations inférieures à celle de la CMU? Grâce à la CMU, le tiers payant est désormais intégral. Le panier de soins et la tarification vont, manifestement, tirer l offre complémentaire vers un meilleur service pour les assurés. Les professionnels seront sans doute mieux formés, et la continuité des soins sera mieux assurée. 4

5 Intervention de Denis PIVETEAU Cette évolution du droit de la protection sociale a d abord agi comme une révélation, mais elle est susceptible de devenir une révolution. Cette réforme révèle de nombreuses questions. Les questions liées à la nouvelle prise en charge des prestations La grande nouveauté de la CMU, par rapport à la loi de 1992 sur l aide médicale et par rapport au projet d assurance maladie universelle de 1995, est l amélioration du contenu des droits, grâce à l introduction d une couverture complémentaire. On ne s efforce plus seulement de généraliser des droits, en admettant implicitement qu ils offrent un niveau de protection satisfaisant ; on veut améliorer le droit, ce qui est un aveu d insuffisance. Cela dit, l introduction d un critère de simple résidence pour avoir droit à une assurance maladie est aussi une grande évolution. La démarche qui a guidé la préparation de la loi CMU a été de se demander s il était possible de renoncer à des soins essentiels pour des motifs économiques. La question de l effet de seuil s est également posée. Or, le seuil est plus qu économique, car il s agit d un niveau de revenus en deçà duquel un panier de prestations de santé sera gratuit. Les francs de plafond de ressources seront davantage une sorte de frontière entre deux systèmes de couverture sociale plutôt qu un effet de seuil. La solution sera soit la dissolution du seuil, soit l élévation du seuil. La première alternative se caractérise par l alignement des prestations des régimes obligatoires sur les prestations non contributives de la CMU. La caisse des professions indépendantes a l intention de choisir cette alternative. La seconde alternative se caractérise par la couverture de revenus intermédiaires, aujourd'hui non concernés. Quel que soit le scénario choisi, le résultat sera le même pour l assuré. Mais la seconde alternative impliquerait une généralisation à toute la population de la concurrence d une offre publique et d une offre privée sur la base d un cahier des charges. Je ne crois pas à une autre possibilité, à savoir l immobilisme. Le scénario qui me semble le plus plausible, que j appelle de mes vœux et que la CNAMTS appelle de ses vœux, est l amélioration de la couverture par les organismes de base. Dans cette hypothèse, il faudra un étroit dialogue entre les organismes de base et les organismes complémentaires. En matière de santé, il faut un contrôle et une organisation de l offre, et pas seulement de l argent supplémentaire. Les questions relatives à la régulation Il faut se demander si l on peut solvabiliser absolument, c'est-à-dire hors marché, 6 millions de personnes, sans modifier le système de soins dans lequel on va injecter tout ce pouvoir d achat. Cette question a d abord une dimension sociale, car la population fragilisée a des problèmes d accès aux soins et de suivi. Or, l accès aux soins ne se résume pas simplement à un problème de pouvoir d achat, mais suppose de la prévention et un suivi régulier par un médecin coordonnateur. Cette question a aussi une dimension économique, car il faut choisir le système de régulation des volumes. Ce qui reste à charge, notamment dans le domaine dentaire, a été un régulateur bien réel, terriblement efficace et jamais avoué de beaucoup de soins ambulatoires. Sa disparition est une 5

6 conquête, mais il faudra trouver par quoi le remplacer. Les plafonds partiels restent une réponse insuffisante. En conclusion, la CNAMTS est prête, en termes d organisation matérielle, à affronter cette très importante évolution. La révélation de questions fondamentales porte en germe une véritable révolution, à condition que nous parvenions à y répondre par les quelques solutions que j ai esquissées devant vous. Débat Jean MARMOT : J estime que le mot essentiel a été prononcé par M. Denis Piveteau, à savoir le mot révélation. En effet, la CMU a révélé des questions qui sont occultées lors des campagnes électorales. J en retiendrai trois. La première question, relative au seuil d accès au bénéfice de la CMU, a surtout été évoquée par M. Jean Debeaupuis. La prise en compte du montant des ressources dans les remboursements de l assurance maladie serait une vraie révolution. La deuxième question est celle du panier des soins garantis à toute la population. Il faudra savoir qui détermine ce panier, selon quelles procédures et à partir de quels critères. La troisième question porte sur les limites de la solidarité nationale, à savoir les choix à faire quant à la situation des sans-papiers. Michel CHEVILLET : Malgré nos approches et nos fonctions différentes, je suis frappé que nous parvenions tous à un consensus sur le mot révolution. Je reste préoccupé par le fait qu il n existe pas de mécanismes aidant à organiser l accès aux soins pour tous et la maîtrise des coûts. Jean MARMOT : Le mot soins me paraît réducteur, car la santé de demain, c'est la santé de l homme sain, et non le problème des maladies. On a parlé de la prévention, mais je pense qu il faudrait même parler de prédiction. Denis PIVETEAU : Sans aborder la question de la médecine prédictive, je voudrais réagir sur le problème de la prise en compte des ressources, notamment par les caisses d assurance maladie. Il s agit d un travail nouveau dans son ampleur, mais pas dans sa nature, puisque les caisses d assurance maladie évaluent déjà les ressources des personnes pouvant bénéficier de certaines prestations. La position de la CNAMTS s écarte de la perspective d un système qui modulerait les prestations en fonction des ressources. Le produit géré par les caisses d assurance maladie n est pas financé par celles-ci. Nous pensons qu une modulation serait envisageable par rapport au comportement de l assuré et du professionnel de santé, dans une logique contractuelle. Il faudrait responsabiliser l assuré sur la base des choix libres qu il peut faire en termes de comportement de prévention, de continuité dans les soins ou de recours systématique au médecin qui a l habitude de le suivre. Pour nous, ce serait beaucoup plus porteur en termes d organisation du système de soins. 6

7 Jean DEBEAUPUIS : Je voudrais faire un bref commentaire sur ce débat. Il me semble que le choix du législateur et du gouvernement est clair et cohérent, car il n y avait pas de raison de mettre en place un dispositif pour seulement 10 % de la population. L absence de certains éléments de régulation de l offre et de la demande n est donc pas surprenante. De la salle : Vous avez parlé des seuils à propos de la récente prise de position de la Canam. Je voudrais connaître votre sentiment personnel sur la position que pourrait adopter la CNAMTS face à celle de la Canam. Denis PIVETEAU : Je ne peux pas m engager à la place de mon conseil d administration. Mais la réponse a déjà été apportée dans le cadre du plan stratégique de la CNAMTS, auquel les fédérations d organismes complémentaires se sont associées. En effet, il n y a pas de démarche d amélioration du niveau de prise en charge qui ne passe par une unité de vue de la part des financeurs. Cela ne sert à rien d améliorer ou de moduler le taux de prise en charge d un assuré social, étant donné qu une assurance complémentaire compenserait la modulation du régime obligatoire. Le plan stratégique de la CNAMTS a pour ambition de réformer le système de soins et non de faire des économies sur les dépenses de santé. Jean MARMOT : La réponse de M. Denis Piveteau conduit à rappeler que la question du panier des soins remboursables a fait l objet d un protocole entre différents assureurs. Il faut alors se demander qui est habilité à définir le panier des soins en général. Sont-ce les élus politiques, les partenaires sociaux chargés des régimes obligatoires ou les partenaires sociaux chargés des régimes obligatoires et liés aux mutuelles ou aux assureurs privés? Denis PIVETEAU : Je souhaiterais que le débat s engage. Il est très bien que le débat sur l assurance maladie s oriente vers un débat sur le panier de biens. Celui-ci est toujours un couple, à savoir un bien et une indication sanitaire. Il y a trois étapes à dégager. Premièrement, le critère d inscription doit être le service médical rendu ; ce qui suppose l intervention d experts scientifiques. Deuxièmement, le classement doit également être une hiérarchisation à dire d expert. Troisièmement, la décision d inscrire tel ou tel élément du panier de biens dans la prise en charge collective est une décision éminemment politique. Jean MARMOT : Je partage l appréciation de M. Denis Piveteau. Mais j estime qu il faut s entendre sur ce qu on appelle experts. La décision politique doit dire ce qui est prioritaire et ce qui l est moins. Dans l Oregon, la population a préféré rembourser la migraine plutôt que le sida. De la salle : J interviens en tant qu assureur et consommateur. J ai été très intéressé par le débat qui vient d être mené. Je me demande qui devra prendre les décisions, 7

8 étant donné la paupérisation des régimes obligatoires. Les assureurs devront-ils compenser cette paupérisation? Quand on voit les conditions de souscription imposées par les sociétés d assurances, comment celles-ci vont-elles réagir à l égard des retraités et de l allongement de la vie? Compte tenu de la population qui diminue, comment ferons-nous pour équilibrer ces risques actuariels? Michel CHEVILLET : Une des préoccupations est de savoir jusqu à quel niveau les jeunes accepteront de payer les soins des plus anciens. En tant qu assureurs, nous cherchons à assurer la meilleure mutualisation des risques entre les gens en bonne santé et les malades, entre les jeunes et les vieux. Or, aujourd'hui, la richesse est entre les mains des personnes âgées, qui devront sans doute payer un peu plus. De la salle : Je suis avocat et chercheur à l université d Assas. Ma question s adresse tout particulièrement à M. Denis Piveteau. La loi CMU ne met-elle pas la charrue devant les bœufs? En effet, le problème de la viabilité pratique de la CMU est la régulation de l offre de soins. Or, les outils de la maîtrise médicalisée, références médicales opposables (RMO) en particulier, ne permettent pas de sauver le praticien du juge. Comme le disait M. Jean Debeaupuis, n est-ce pas à cause de l impossibilité de réformer notre système de santé dans le sens d une orientation plus marquée des budgets que nous avons compensé les besoins urgents par la CMU? Denis PIVETEAU : Je suis d accord avec le fait que les références médicales opposables ne peuvent pas servir d horizon, en termes de régulation et de rationalisation. En revanche, je pense que la loi CMU n a pas raté son objectif. De la salle : Dans le département du Rhône, nous avons mis en place, depuis plusieurs années, le passeport Rhône soins. Celui-ci était intégralement géré par la caisse primaire d assurance maladie de Lyon. Il donnait entière satisfaction. Ses critères n étant pas les mêmes que ceux de la CMU, le passage sera donc problématique. Nous avons constaté que, plus le complémentaire est réduit, ce qui est le cas de la CMU, plus le coût de sa gestion est élevé. Je pense que l assurance maladie est dénaturée par rapport à son origine, car, à cette époque, les prestations en espèces pour indemnités journalières ou invalidité représentaient presque le quart des charges de l assurance maladie. Jean DEBEAUPUIS : L initiative du département du Rhône était cohérente. Les conditions de transition pour l ensemble des départements ayant adopté une initiative semblable ont été réunies. La loi CMU va être un révélateur des lourdeurs et des coûts de gestion de l assurance complémentaire. Jean MARMOT : Je rappellerai, pour conclure, que les gestionnaires des caisses d assurance maladie sont désormais confrontés à un défi exceptionnel, à savoir la 8

9 conduite, dans les meilleurs délais possibles, d une opération complexe intéressant des centaines de milliers de personnes aux frontières de la société. 9

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA Cette action est cofinancée par l Union Européenne Présentation de la plateforme Vous êtes nouvellement bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Les partenaires

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE Régime Professionnel Complémentaire de Santé IRP AUTO Partenaire de l UNIDEC 28 Juin 2014 LA COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE SOMMAIRE Présentation du groupe IRP AUTO Le contexte

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 11/04/73 Origine : SDAM MMES et MM les Directeur des Caisses Primaires d Assurance Malaladie

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT?

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Des aides existent pour financer votre complémentaire santé. CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Parlez-en avec votre conseiller. SANTÉ PRÉVOYANCE PRÉVENTION CMUC OU ACS LA MUTUELLE FAMILIALE VOUS

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE RSA. Active. de Solidarité. Revenu

GUIDE PRATIQUE RSA. Active. de Solidarité. Revenu GUIDE PRATIQUE RSA Revenu de Solidarité Active I Le Département est le chef de file de l'action sociale. Dans ce cadre, le Revenu de Solidarité Active, dont la responsabilité a été confiée par la loi aux

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

UNE MUTUELLE POUR TOUS

UNE MUTUELLE POUR TOUS Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 15 décembre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE MUTUELLE POUR TOUS LA PROPOSITION DE LA VILLE DE BAYONNE POUR UN EGAL

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux Avril 2009 Sommaire 1. La méthodologie 3 A. Les jugements sur le système de protection sociale 5 B. L affiliation et le choix de sa mutuelle

Plus en détail

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs)

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) 7Les droits sociaux Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) Les droits économiques Généralement à 18 ans, et parfois pour une durée plus ou

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence.

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. Assurance Santé et Prévoyance PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. CIPRÉS vie Pack Pro Entreprise TNS Les solutions Prévoyance et Santé à la hauteur de vos ambitions. Ne choisissez plus entre performance

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer?

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer? Impôts 2014 Où se renseigner? Comment réclamer? La direction générale des Finances publiques est un service du ministère des Finances et des comptes publics. Au plan local, les services des impôts des

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Organisme de sécurité sociale chargé de la mission de service public d encaisser les cotisations et d assurer le service des prestations au regard de la

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

Monsieur le directeur de la caisse nationale d assurance vieillesse (CNAV),

Monsieur le directeur de la caisse nationale d assurance vieillesse (CNAV), Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées La Maison Départementale des Personnes Handicapées 0 800 31 01 31 Depuis son installation en 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées assure le rôle de guichet unique départemental pour

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-120

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-120 PARIS, le 19/08/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-120 OBJET : Mise en oeuvre de la convention nationale des médecins généralistes et spécialistes

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES AVENANT DU 18

Plus en détail

INOV CLIENTS INOV COURTAGE 360 COURTAGE. Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers

INOV CLIENTS INOV COURTAGE 360 COURTAGE. Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers Janvier 2015 Numéro 8 INOV COURTAGE 360 COURTAGE Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers 360 COURTAGE ont le plaisir de vous adresser le 8ème numéro d Après une année

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

ACCOMPAGNER LE REPRENEUR OU CÉDANT D ENTREPRISE

ACCOMPAGNER LE REPRENEUR OU CÉDANT D ENTREPRISE ACCOMPAGNER LE REPRENEUR OU CÉDANT D ENTREPRISE DÉMARCHE TEO : Transmission d Entreprise Optimisée Accompagner le dirigeant avant, pendant et après la reprise ou la transmission de son entreprise, dans

Plus en détail

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Préambule Pour les revenus les plus modestes, le poids du budget logement

Plus en détail

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi JORF n 0138 du 16 juin 2013 Texte n 1 LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Vu la décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Renforcer l action du médecin du travail

Renforcer l action du médecin du travail 1 Réforme de la médecine du travail : l avis du Conseil Économique et social mars 2008, par serge cannasse Le Conseil économique et social a rendu son avis sur la médecine du travail. Son diagnostic est

Plus en détail

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité Artisans, industriels et commerçants Votre assurance invalidité Édition 2015 ARTISANS, INDUSTRIELS ET COMMERÇANTS VOTRE ASSURANCE INVALIDITÉ L assurance invalidité permet de couvrir le risque «invalidité»

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise 1-PRESENTATION L Accord National Interprofessionnel (ANI) 2013 a prévu de généraliser la complémentaire

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur

L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur APHNU - votre partenaire santé et prévoyance L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur Des garanties conçues avec et pour les praticiens hospitaliers en partenariat avec A P H N U APHNU Le partenaire

Plus en détail