Couverture maladie universelle (CMU) : évolution ou révolution?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Couverture maladie universelle (CMU) : évolution ou révolution?"

Transcription

1 Atelier 10 Couverture maladie universelle (CMU) : évolution ou révolution? Président : Jean MARMOT, président de chambre à la Cour des comptes, président de l Institut d études des politiques de santé Intervenants : Michel CHEVILLET, directeur santé des AGF, Jean DEBEAUPUIS, chargé de mission CMU à la direction des hôpitaux du ministère de l Emploi et de la Solidarité, Denis PIVETEAU, directeur délégué aux risques à la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés Introduction de Jean MARMOT Le thème de la CMU a de multiples facettes. Le projet d assurance maladie universelle du gouvernement Juppé à l ambition de refondre la branche maladie de la Sécurité sociale. La CMU a une autre ambition, celle de lutter contre l exclusion. On pourrait regarder en quoi la loi de juillet 1999 s éloigne ou se rapproche du rapport Boulard, qui l avait inspirée. On pourrait rapprocher les déclarations initiales de Mme Martine Aubry des décrets d application. On pourrait disserter sur le financement et la maîtrise des dépenses de ce projet. On pourrait explorer les coûts et les conditions de sa gestion. La conséquence, un peu surprenante à mes yeux, en sera la création d emplois supplémentaires dans la branche maladie et la Sécurité sociale. On pourrait disserter de la plainte contre la CMU, au niveau de la Commission européenne, pour abus de position dominante. C est dire la variété des termes qui seront abordés par les trois intervenants de cet atelier. Intervention de Michel CHEVILLET A la lecture du texte de loi, je parlerai d une nouvelle étape dans l évolution de la protection sociale. Cette évolution renforce le rôle de l Etat et de l impôt, de la même manière que le projet du gouvernement Juppé, en La CMU harmonise la législation 1

2 française avec celle des autres pays européens qui ont généralisé l assurance maladie pour les bas revenus. Ce texte concourt au passage d une conception bismarckienne, fondée sur la logique professionnelle financée par des cotisations, à une conception beveridgienne, prônant l accès universel et financée par l impôt. Cette mutation n a, cependant, pas tout à fait eu lieu. D'une part, parce que la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) continue de jouer un rôle pivot à l égard des autres régimes ; d'autre part, parce que les mutuelles, les institutions de prévoyance et les sociétés d assurances se sont vu attribuer un rôle dans la prise en charge d un risque de base au contenu uniforme, à savoir la couverture maladie complémentaire de la CMU. Je pense que la loi sur la CMU va provoquer, à plusieurs niveaux, une véritable révolution. L effet de la CMU sur le grand public Au niveau du grand public, je dois avouer que j aimais bien le scénario d allocation progressive et dégressive, car il facilitait l intégration des personnes en difficulté. Or je ne sais pas comment va être accepté l effet de seuil, c est-à-dire l exclusion de nos anciens bénéficiaires du minimum vieillesse et l exclusion de 1,5 million de nouveaux pauvres, à savoir des employés et des ouvriers de la grande distribution, de l agroalimentaire ou de la restauration, qui devront payer pour un panier de biens moins rempli. Je me demande comment ce grand public qui peine va réagir à la fausse taxe de 1,75 % qu il devra payer. Je regrette que la loi sur la CMU ne serve pas à responsabiliser et à améliorer l organisation du système de soins, pour maîtriser les dépenses dans la qualité. L effet de la CMU sur les professionnels de santé Il s agit d une rupture dans les modes de rémunération et de négociation tarifaire. Il y a un risque de faire des tarifs CMU imposés, qui seront peut-être les références de conventionnement pour toute la population française. L effet de la CMU au niveau économique Il risque d y avoir des augmentations supplémentaires des impôts et des cotisations. Le rapport Boulard parlait de 9 milliards de francs pour la partie complémentaire ; aujourd'hui, on parle de 14 à 16 milliards. Je pense que cela va se traduire par une baisse de la consommation des particuliers et de la compétitivité de nos entreprises. L effet de la CMU au niveau de l organisation On peut se demander s il y aura toujours une pluralité de régimes et si le rôle pivot de la CNAMTS, désormais responsable de la médecine de ville, va encore être valorisé. Un communiqué de la Caisse nationale d assurance maladie des professions indépendantes (Canam) parle déjà d un alignement des taux de remboursement des prestations sur le régime général, d un alignement sur le panier de la CMU en dentaire et optique, de gestion des recouvrements de cotisations par les unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d allocations familiales (Urssaf), d une augmentation des cotisations. Il y aura une nouvelle relation entre les assurances obligatoires et les assurances complémentaires. L accord passé entre la CNAMTS, la Fédération nationale des mutuelles de France (FNMF) et la FFSA laisse penser que chacune continuera à faire son métier. Cependant, la couverture complémentaire de la CMU gérée par la CNAMTS 2

3 ouvre une voie, de même que le projet de la Canam, ainsi que les déclarations bien connues du directeur de la Caisse primaire d assurance maladie du Vaucluse. La CMU va, sans doute, renforcer la demande de soins de la part des Français, ce qui est tout à fait respectable. Mais on peut se demander comment l économique va parvenir à suivre le social dans les cinq à dix prochaines années, compte tenu du financement des dépenses de santé, de l arrivée de plus en plus de retraités et de la dépendance. Il s agit d un véritable défi pour nos finances et notre société. La CMU est, au départ, une très bonne idée. C'est un projet social et d intégration. Les assureurs l ont d ailleurs bien compris et ont été en première ligne. Mais je crains que l on n aille au-devant de désillusions si l économie ne suit pas. Intervention de Jean DEBEAUPUIS En préparant mon intervention d aujourd'hui, je pensais dire que la CMU était une évolution raisonnable, technique et sans grande conséquence. En fait, je vais m attacher à vous présenter les conséquences sociales de cette réforme ambitieuse. Une évolution sur le plan technique Techniquement, on peut constater qu il ne s agit que d une évolution, car les organismes existants conservent leurs missions. Les techniques restent inchangées. Tout au plus peut-on noter que, en matière de tiers payant, de carte individuelle et de décompte unique, la CMU va permettre de faire avancer des sujets qui avaient du mal à progresser depuis de nombreuses années. On note également qu il n y a pas de régulation de l offre ou de la demande. Une révolution sur le plan social pour les caisses d assurance maladie Pourtant, ce sera bien une révolution sur le plan social. En effet, l assurance maladie devient universelle, sous condition de résidence stable et régulière ; mais, surtout, l assurance complémentaire devient gratuite. La prise en charge par la solidarité nationale de l assurance complémentaire est un élargissement par rapport à la prise en charge auparavant effectuée par la solidarité départementale. Ce dispositif est plus généreux, car il concerne deux à trois fois plus de personnes, il augmente les prestations et il offre un tiers payant intégral sur la totalité des prestations. En outre, je crois que l on n a pas fini de mesurer les conséquences de l aide médicale aux étrangers irréguliers. La CMU est une révolution pour l assurance maladie, qui, désormais, va devoir examiner les ressources. Cette révolution pour la CNAMTS est comparable à celle du revenu minimum d insertion (RMI) pour les caisses d allocations familiales. L instruction des dossiers se fera selon un mode très simplifié, puisqu une déclaration sur l honneur suffira pour l urgence sociale et les demandes de RMI. Autre exemple : tous les revenus de prestations sociales seront forfaitisés pour éviter la multiplication des justificatifs. Les caisses d assurance maladie deviennent désormais décisionnaires pour l accès à cette couverture complémentaire gratuite, à partir de l examen des ressources. Cependant, 3

4 elles restent neutres quant à la gestion et au choix des organismes. A l avenir, il semble que les caisses d assurance maladie deviendront le guichet unique de l accès aux soins. Les caisses d assurance maladie vont devenir gestionnaires de l assurance complémentaire. La répartition entre gestionnaires dépendra des positions que prendront l ensemble des organismes complémentaires, en particulier les sociétés d assurances. Il y aura donc une phase transitoire pour informer sur le terrain et faire passer une image sociale de vos organismes auprès des 10 % de la population concernés. Les caisses d assurance maladie, mais aussi les organismes complémentaires et l Etat, vont désormais maîtriser le panier de soins CMU. Cela aura des conséquences sur les assurés non CMU. Une révolution pour les organismes complémentaires La CMU est aussi une révolution pour les organismes complémentaires. Je me demande si la phrase de M. Gilles Johanet à propos de l hôpital, L offre est pléthorique, coûteuse, et ses critères de qualité sont inconnus, ne peut pas également s appliquer au paysage français de l assurance complémentaire. En effet, a-t-on vraiment besoin de mutuelles et 150 sociétés d assurances? D après les enquêtes Credes ou Drees, l accès des plus démunis reste limité et très mal connu. On dit 40 %, mais c'est peut-être 20 %. Seules les enquêtes permettront d y voir clair. Je pense que vos organismes doivent, maintenant, inventer un mode de relation avec les futurs bénéficiaires de la CMU, en termes d image sociale et de marketing social. Il ne faudra pas oublier que vous n aurez pas forcément de liens socioprofessionnels ou géographiques avec ces bénéficiaires. En outre, 40 à 50 % de cette population est renouvelée chaque année. Cela renvoie à l année de prolongation à tarifs privilégiés et au principe de la garantie viagère. Je pense qu il n est pas possible d appliquer au domaine de la santé des principes de tarification propres à l automobile, à savoir le risque et l âge. Ce sera, sans doute, un des éléments fondamentaux de la réflexion que vous devrez conduire. Vous devrez aussi débattre des péréquations, étant donné les francs moyens voulus par le législateur. En conclusion, il s agit certainement d une révolution du droit à la santé. Je voudrais revenir sur les étrangers irréguliers et leurs enfants. Est-il encore admissible que les enfants d étrangers irréguliers reçoivent des prestations inférieures à celle de la CMU? Grâce à la CMU, le tiers payant est désormais intégral. Le panier de soins et la tarification vont, manifestement, tirer l offre complémentaire vers un meilleur service pour les assurés. Les professionnels seront sans doute mieux formés, et la continuité des soins sera mieux assurée. 4

5 Intervention de Denis PIVETEAU Cette évolution du droit de la protection sociale a d abord agi comme une révélation, mais elle est susceptible de devenir une révolution. Cette réforme révèle de nombreuses questions. Les questions liées à la nouvelle prise en charge des prestations La grande nouveauté de la CMU, par rapport à la loi de 1992 sur l aide médicale et par rapport au projet d assurance maladie universelle de 1995, est l amélioration du contenu des droits, grâce à l introduction d une couverture complémentaire. On ne s efforce plus seulement de généraliser des droits, en admettant implicitement qu ils offrent un niveau de protection satisfaisant ; on veut améliorer le droit, ce qui est un aveu d insuffisance. Cela dit, l introduction d un critère de simple résidence pour avoir droit à une assurance maladie est aussi une grande évolution. La démarche qui a guidé la préparation de la loi CMU a été de se demander s il était possible de renoncer à des soins essentiels pour des motifs économiques. La question de l effet de seuil s est également posée. Or, le seuil est plus qu économique, car il s agit d un niveau de revenus en deçà duquel un panier de prestations de santé sera gratuit. Les francs de plafond de ressources seront davantage une sorte de frontière entre deux systèmes de couverture sociale plutôt qu un effet de seuil. La solution sera soit la dissolution du seuil, soit l élévation du seuil. La première alternative se caractérise par l alignement des prestations des régimes obligatoires sur les prestations non contributives de la CMU. La caisse des professions indépendantes a l intention de choisir cette alternative. La seconde alternative se caractérise par la couverture de revenus intermédiaires, aujourd'hui non concernés. Quel que soit le scénario choisi, le résultat sera le même pour l assuré. Mais la seconde alternative impliquerait une généralisation à toute la population de la concurrence d une offre publique et d une offre privée sur la base d un cahier des charges. Je ne crois pas à une autre possibilité, à savoir l immobilisme. Le scénario qui me semble le plus plausible, que j appelle de mes vœux et que la CNAMTS appelle de ses vœux, est l amélioration de la couverture par les organismes de base. Dans cette hypothèse, il faudra un étroit dialogue entre les organismes de base et les organismes complémentaires. En matière de santé, il faut un contrôle et une organisation de l offre, et pas seulement de l argent supplémentaire. Les questions relatives à la régulation Il faut se demander si l on peut solvabiliser absolument, c'est-à-dire hors marché, 6 millions de personnes, sans modifier le système de soins dans lequel on va injecter tout ce pouvoir d achat. Cette question a d abord une dimension sociale, car la population fragilisée a des problèmes d accès aux soins et de suivi. Or, l accès aux soins ne se résume pas simplement à un problème de pouvoir d achat, mais suppose de la prévention et un suivi régulier par un médecin coordonnateur. Cette question a aussi une dimension économique, car il faut choisir le système de régulation des volumes. Ce qui reste à charge, notamment dans le domaine dentaire, a été un régulateur bien réel, terriblement efficace et jamais avoué de beaucoup de soins ambulatoires. Sa disparition est une 5

6 conquête, mais il faudra trouver par quoi le remplacer. Les plafonds partiels restent une réponse insuffisante. En conclusion, la CNAMTS est prête, en termes d organisation matérielle, à affronter cette très importante évolution. La révélation de questions fondamentales porte en germe une véritable révolution, à condition que nous parvenions à y répondre par les quelques solutions que j ai esquissées devant vous. Débat Jean MARMOT : J estime que le mot essentiel a été prononcé par M. Denis Piveteau, à savoir le mot révélation. En effet, la CMU a révélé des questions qui sont occultées lors des campagnes électorales. J en retiendrai trois. La première question, relative au seuil d accès au bénéfice de la CMU, a surtout été évoquée par M. Jean Debeaupuis. La prise en compte du montant des ressources dans les remboursements de l assurance maladie serait une vraie révolution. La deuxième question est celle du panier des soins garantis à toute la population. Il faudra savoir qui détermine ce panier, selon quelles procédures et à partir de quels critères. La troisième question porte sur les limites de la solidarité nationale, à savoir les choix à faire quant à la situation des sans-papiers. Michel CHEVILLET : Malgré nos approches et nos fonctions différentes, je suis frappé que nous parvenions tous à un consensus sur le mot révolution. Je reste préoccupé par le fait qu il n existe pas de mécanismes aidant à organiser l accès aux soins pour tous et la maîtrise des coûts. Jean MARMOT : Le mot soins me paraît réducteur, car la santé de demain, c'est la santé de l homme sain, et non le problème des maladies. On a parlé de la prévention, mais je pense qu il faudrait même parler de prédiction. Denis PIVETEAU : Sans aborder la question de la médecine prédictive, je voudrais réagir sur le problème de la prise en compte des ressources, notamment par les caisses d assurance maladie. Il s agit d un travail nouveau dans son ampleur, mais pas dans sa nature, puisque les caisses d assurance maladie évaluent déjà les ressources des personnes pouvant bénéficier de certaines prestations. La position de la CNAMTS s écarte de la perspective d un système qui modulerait les prestations en fonction des ressources. Le produit géré par les caisses d assurance maladie n est pas financé par celles-ci. Nous pensons qu une modulation serait envisageable par rapport au comportement de l assuré et du professionnel de santé, dans une logique contractuelle. Il faudrait responsabiliser l assuré sur la base des choix libres qu il peut faire en termes de comportement de prévention, de continuité dans les soins ou de recours systématique au médecin qui a l habitude de le suivre. Pour nous, ce serait beaucoup plus porteur en termes d organisation du système de soins. 6

7 Jean DEBEAUPUIS : Je voudrais faire un bref commentaire sur ce débat. Il me semble que le choix du législateur et du gouvernement est clair et cohérent, car il n y avait pas de raison de mettre en place un dispositif pour seulement 10 % de la population. L absence de certains éléments de régulation de l offre et de la demande n est donc pas surprenante. De la salle : Vous avez parlé des seuils à propos de la récente prise de position de la Canam. Je voudrais connaître votre sentiment personnel sur la position que pourrait adopter la CNAMTS face à celle de la Canam. Denis PIVETEAU : Je ne peux pas m engager à la place de mon conseil d administration. Mais la réponse a déjà été apportée dans le cadre du plan stratégique de la CNAMTS, auquel les fédérations d organismes complémentaires se sont associées. En effet, il n y a pas de démarche d amélioration du niveau de prise en charge qui ne passe par une unité de vue de la part des financeurs. Cela ne sert à rien d améliorer ou de moduler le taux de prise en charge d un assuré social, étant donné qu une assurance complémentaire compenserait la modulation du régime obligatoire. Le plan stratégique de la CNAMTS a pour ambition de réformer le système de soins et non de faire des économies sur les dépenses de santé. Jean MARMOT : La réponse de M. Denis Piveteau conduit à rappeler que la question du panier des soins remboursables a fait l objet d un protocole entre différents assureurs. Il faut alors se demander qui est habilité à définir le panier des soins en général. Sont-ce les élus politiques, les partenaires sociaux chargés des régimes obligatoires ou les partenaires sociaux chargés des régimes obligatoires et liés aux mutuelles ou aux assureurs privés? Denis PIVETEAU : Je souhaiterais que le débat s engage. Il est très bien que le débat sur l assurance maladie s oriente vers un débat sur le panier de biens. Celui-ci est toujours un couple, à savoir un bien et une indication sanitaire. Il y a trois étapes à dégager. Premièrement, le critère d inscription doit être le service médical rendu ; ce qui suppose l intervention d experts scientifiques. Deuxièmement, le classement doit également être une hiérarchisation à dire d expert. Troisièmement, la décision d inscrire tel ou tel élément du panier de biens dans la prise en charge collective est une décision éminemment politique. Jean MARMOT : Je partage l appréciation de M. Denis Piveteau. Mais j estime qu il faut s entendre sur ce qu on appelle experts. La décision politique doit dire ce qui est prioritaire et ce qui l est moins. Dans l Oregon, la population a préféré rembourser la migraine plutôt que le sida. De la salle : J interviens en tant qu assureur et consommateur. J ai été très intéressé par le débat qui vient d être mené. Je me demande qui devra prendre les décisions, 7

8 étant donné la paupérisation des régimes obligatoires. Les assureurs devront-ils compenser cette paupérisation? Quand on voit les conditions de souscription imposées par les sociétés d assurances, comment celles-ci vont-elles réagir à l égard des retraités et de l allongement de la vie? Compte tenu de la population qui diminue, comment ferons-nous pour équilibrer ces risques actuariels? Michel CHEVILLET : Une des préoccupations est de savoir jusqu à quel niveau les jeunes accepteront de payer les soins des plus anciens. En tant qu assureurs, nous cherchons à assurer la meilleure mutualisation des risques entre les gens en bonne santé et les malades, entre les jeunes et les vieux. Or, aujourd'hui, la richesse est entre les mains des personnes âgées, qui devront sans doute payer un peu plus. De la salle : Je suis avocat et chercheur à l université d Assas. Ma question s adresse tout particulièrement à M. Denis Piveteau. La loi CMU ne met-elle pas la charrue devant les bœufs? En effet, le problème de la viabilité pratique de la CMU est la régulation de l offre de soins. Or, les outils de la maîtrise médicalisée, références médicales opposables (RMO) en particulier, ne permettent pas de sauver le praticien du juge. Comme le disait M. Jean Debeaupuis, n est-ce pas à cause de l impossibilité de réformer notre système de santé dans le sens d une orientation plus marquée des budgets que nous avons compensé les besoins urgents par la CMU? Denis PIVETEAU : Je suis d accord avec le fait que les références médicales opposables ne peuvent pas servir d horizon, en termes de régulation et de rationalisation. En revanche, je pense que la loi CMU n a pas raté son objectif. De la salle : Dans le département du Rhône, nous avons mis en place, depuis plusieurs années, le passeport Rhône soins. Celui-ci était intégralement géré par la caisse primaire d assurance maladie de Lyon. Il donnait entière satisfaction. Ses critères n étant pas les mêmes que ceux de la CMU, le passage sera donc problématique. Nous avons constaté que, plus le complémentaire est réduit, ce qui est le cas de la CMU, plus le coût de sa gestion est élevé. Je pense que l assurance maladie est dénaturée par rapport à son origine, car, à cette époque, les prestations en espèces pour indemnités journalières ou invalidité représentaient presque le quart des charges de l assurance maladie. Jean DEBEAUPUIS : L initiative du département du Rhône était cohérente. Les conditions de transition pour l ensemble des départements ayant adopté une initiative semblable ont été réunies. La loi CMU va être un révélateur des lourdeurs et des coûts de gestion de l assurance complémentaire. Jean MARMOT : Je rappellerai, pour conclure, que les gestionnaires des caisses d assurance maladie sont désormais confrontés à un défi exceptionnel, à savoir la 8

9 conduite, dans les meilleurs délais possibles, d une opération complexe intéressant des centaines de milliers de personnes aux frontières de la société. 9

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence.

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. Assurance Santé et Prévoyance PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. CIPRÉS vie Pack Pro Entreprise TNS Les solutions Prévoyance et Santé à la hauteur de vos ambitions. Ne choisissez plus entre performance

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

*** - par les Pouvoirs publics, conseillés par la communauté scientifique ;

*** - par les Pouvoirs publics, conseillés par la communauté scientifique ; Groupe de travail de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, présidé par Monsieur Jean-François CHADELAT, Inspecteur général des Affaires sociales, relatif à la répartition des interventions

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SOMMAIRE LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ 05 DES GARANTIES MINIMALES... 06... ET DES RÈGLES

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur

L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur APHNU - votre partenaire santé et prévoyance L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur Des garanties conçues avec et pour les praticiens hospitaliers en partenariat avec A P H N U APHNU Le partenaire

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE PAGE 2 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Réintégration

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 I- CMU COMPLEMENTAIRE 1) Calcul des ressources Par un jugement du 20 février 2006, la commission centrale d aide sociale a considéré que "l'allocation de base de la

Plus en détail

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE 1 REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE Sommaire 1 - AFFILIATION...2 2 - COTISATIONS...3 3 - GARANTIES...4 31 - Contenu des garanties...4 32 - Bénéficiaires des garanties...4 33 - Prise d effet des garanties...5

Plus en détail

LE PROCESSUS DE GÉNÉRALISATION DE L ASSURANCE SANTÉ COMPLÉMENTAIRE EN FRANCE ET LE CADRE JURIDIQUE EUROPÉEN

LE PROCESSUS DE GÉNÉRALISATION DE L ASSURANCE SANTÉ COMPLÉMENTAIRE EN FRANCE ET LE CADRE JURIDIQUE EUROPÉEN Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe LE PROCESSUS DE GÉNÉRALISATION DE L ASSURANCE SANTÉ COMPLÉMENTAIRE EN FRANCE ET LE CADRE JURIDIQUE EUROPÉEN Marion DEL SOL, Professeur de droit

Plus en détail

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2 ATELIER 2 21 OCTOBRE 2000 La couverture maladie universelle Instaurée depuis le 1 er janvier 2000, la couverture maladie universelle (Cmu) concerne 6 millions de personnes en France (soit 10 % de la population).

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002)

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) V. Halley des Fontaines Psychomotricité oct 2006 Plus un pays est riche, plus il dépense pour la santé de la population

Plus en détail

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Ce guide est destiné à tous les responsables d entreprise désireux de comprendre les principes et les modalités de mise en place

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014 1 Contrat Responsable Panier de soins ANI Novembre 2014 2 Sommaire 2 Qu est-ce qu un contrat solidaire et responsable? Contrat responsable : Pourquoi une réforme? Contrat responsable : Nouvelles obligations

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

de Mutex Les Brèves Focus Prises de Position Une offre mutualiste pour les bénéficiaires de l ACS Génériques : «Restaurer la confiance»

de Mutex Les Brèves Focus Prises de Position Une offre mutualiste pour les bénéficiaires de l ACS Génériques : «Restaurer la confiance» Les Brèves Lettre d information à destination des Partenaires Sociaux #3 janvier 2013 de Mutex Focus sur 2012! Grâce aux partenariats que Mutex a noués depuis de nombreuses années avec les 5 confédérations

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Protection sociale en France. Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014

Protection sociale en France. Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014 Protection sociale en France Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014 Définition Ensemble des mécanismes de financement des risques sociaux Comprend l ensemble des systèmes de financement

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

Votre. complémentaire SANTÉ. Livret du salarié

Votre. complémentaire SANTÉ. Livret du salarié Votre complémentaire SANTÉ Livret du salarié Juin 2015 La Complémentaire santé CREPA, une offre adaptée pour le personnel des cabinets d avocats. Le 1 er janvier 2016, l ensemble des salariés devra bénéficier

Plus en détail

Que couvre la protection sociale obligatoire?

Que couvre la protection sociale obligatoire? Que désigne le terme «Prévoyance»? Que couvre la protection sociale obligatoire? A savoir Les assurances de personnes couvrant les risques : De maladie et d accidents corporels ; De maternité ; D incapacité

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance. «QUELS RÔLES RESPECTIFS POUR LES DIFFERENTS ASSUREURS DE SANTE EN FRANCE?» Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.com

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail