Table des matières. 1 Introduction Définitions : pauvreté, précarité, exclusion Pauvreté Précarité 3. 2.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. 1 Introduction...3 2 Définitions : pauvreté, précarité, exclusion...3 2.1 Pauvreté 3. 2.2 Précarité 3. 2."

Transcription

1 Item 46 : SUJET EN SITUATION DE PRECARITE, FACTEURS DE RISQUE ET EVALUATION. Mesure de protection sociale. Morbidité et co-morbidité : diagnostic, complications et traitements. Objectifs pédagogiques: Évaluer la situation médicale, psychologique et sociale d un sujet en situation de précarité. Auteur : Docteur Pascale Estecahandy Réfèrent : Docteur Pascale Estecahandy Version 2008 Points importants : - état de santé et recours aux soins sont corrélés au gradient social - les mesures de protection sociale facilitent l'accès aux soins - la prise en compte de la vulnérabilité sociale favorise un soin de qualité - l'hôpital a un rôle dans la lutte contre les exclusions sociales Juillet 2008 Module 3 Item 46

2 Table des matières 1 Introduction Définitions : pauvreté, précarité, exclusion Pauvreté Précarité Exclusion 4 3 Approche qualitative et quantitative Au niveau national En Midi-Pyrénées 5 4 Les inégalités sociales de santé : éléments de compréhension État de santé Recours aux soins 7 5 Précarité : état de santé et recours aux soins Etat de santé Recours aux soins 8 6 Obligations réglementaires, législatives et déontologiques Les textes législatifs de référence Le service public hospitalier 9 7 La protection sociale des personnes en situation de pauvreté La CMU de base La CMU complémentaire Les bénéficiaires de la CMU : profil et consommation de soins L Aide Médicale Etat les personnes sans droits potentiels La prise en charge soins urgents 11 8 Les dispositifs spécifiques Les PASS : permanences d accès aux soins de santé les LHSS : lits halte soins santé 12 9 Les dispositifs toulousains Eléments de repérage : protocoles et aspect éthique La prise en charge : diagnostic, examens complémentaires, traitements Interrogatoire du patient Examen clinique Rechercher les facteurs de risque Les examens complémentaires A retenir Pour en savoir plus Juillet 2008 Module 3 Item 46

3 1 Introduction Précarité et altération de l état de santé sont intimement liés, aussi l analyse des déterminants sociaux de la santé est indispensable à une prise en charge sanitaire de qualité. La précarité sociale est importante dans nos sociétés tant sur le plan quantitatif que des catégories de population touchées. Ses conséquences sanitaires sont par ailleurs révélatrices de dysfonctionnements du système de protection sociale et nécessitent une prise en charge spécifique. Dépassant la question de la précarité, les liens entre santé et contexte social traversent tout le corps social et se retrouvent dans l étude des inégalités sociales de santé qui permettent de décrire et comprendre les inégalités face à la mort et à la maladie attribuables au contexte social des personnes. 2 Définitions : pauvreté, précarité, exclusion 2.1 Pauvreté Classiquement la pauvreté est définie en référence à une norme monétaire. Un individu est considéré comme pauvre quand son niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Ce seuil est fixé à 50 % du niveau de vie médian 1 en France soit euros, tandis qu Eurostat (organisme européen) privilégie le seuil de 60 % soit 817 euros. Le revenu pris en compte est le revenu "disponible" : après impôts et prestations sociales (attention, les données de l Insee ne comprennent pas une partie des revenus du patrimoine). Pour tenir compte de la composition des ménages, on élève ce seuil en fonction du nombre de personnes du foyer. En 30 ans, le seuil de pauvreté exprimé en euros constants de 2005 (inflation prise en compte) a été quasiment multiplié par deux, suivant ainsi l évolution du niveau de revenu médian global. Définir la pauvreté est une construction statistique. L écart entre les seuils de 50 et 60 % le montre: le taux de pauvreté va du simple au double selon que l on utilise la première ou la seconde définition. Autre approche, les minima sociaux, ils correspondent à une approche administrative des situations de pauvreté. Il y a 9 minima sociaux en France.( RMI, AAH, ASPA, ASS, API, ASI, AI, AER, Allocation veuvage) 3 Mais la notion de pauvreté est aussi une notion relative car elle dépend de l environnement socioculturel de la personne. On introduit ici une notion qualitative «la pauvreté au regard des conditions de vie» : l individu est considéré comme pauvre s il ne peut satisfaire à l ensemble des besoins qui lui permettent de mener une vie décente dans une société donnée ( logement décent, scolarisation, accès aux soins, équilibre nutritionnel ). Un indicateur synthétique (synthèse des réponses à 27 questions) issu de l Enquête permanente sur les conditions de vie de l Insee permet de mesurer cette dimension «conditions de vie». 2.2 Précarité «La précarité est l'absence d'une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et aux familles d'assumer leurs responsabilités élémentaires et de jouir de leurs droits fondamentaux. L'insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives.» 4 En latin, precarius, signifie ce qui a été obtenu par la prière. Cette étymologie indique que toute précarité est synonyme de dépendance à l'égard d'une 1 Le niveau de vie médian coupe la population en deux : autant gagne moins, autant gagne davantage. 2 Donnée revenu minimum d insertion, allocation adulte handicapé, allocation de solidarité aux personnes âgées, allocation de solidarité spécifique, allocation parent isolé, allocation supplémentaire d invalidité, allocation d insertion, allocation équivalent retraite, allocation veuvage 4 J.WRESINSKI. Grande pauvreté et précarité économique et sociale. Paris, Journal Officiel, 1987, p 14. Juillet Module 3 Item 46

4 puissance tutélaire, quelle qu'en soit la nature, qui peut accorder comme refuser ou retirer. Ainsi, ce qui est précaire est, mal assuré, mal établi, instable. La précarité ne caractérise pas une catégorie sociale particulière. C est le résultat d'un enchaînement d'évènements et d'expériences qui débouchent sur des situations de fragilisation économique, sociale et familiale. Les notions de précarité et de pauvreté ne se recoupent pas totalement. «Si la précarité a longtemps été considérée comme un phénomène marginal et a souvent été confondue avec l'exclusion ou la grande pauvreté, elle a atteint une telle ampleur qu'elle touche aujourd'hui, directement ou indirectement, une partie de la population française qui va bien au-delà des plus défavorisés» Exclusion L'expression "exclusion sociale" trouve son origine dans l'ouvrage de René Lenoir : "Les exclus", paru en C est une notion dynamique et non un état. Elle est définie comme un «processus de cumul de ruptures avec les formes essentielles du lien social : habitat, famille, couple, travail et avec les formes essentielles des modes de vie dominants dans une société donnée.» 6 A la notion d exclusion sociale, répondent des politiques de lutte contre l exclusion ou des politiques d insertion. Le concept d exclusion sociale peut se définir, selon deux grands principes dépassant le caractère monétaire du concept de pauvreté. Le premier est une conception "juridique" correspondant à la non-réalisation des droits sociaux de base garantis par la loi. Les politiques de lutte contre l'exclusion sont entendues comme la création ou l'extension des droits sociaux, l'idée d'une citoyenneté retrouvée. Le second reprend une définition de l'exclusion sociale de R. Castel et part du contexte d'évolution technologique et sociale comme source d'exclusion. L'exclusion sociale est alors définie soit "comme une incapacité d'expression de la situation vécue [...], c'est-à-dire une anomie sociale", soit comme engendrant "une culture de l'exclusion [...], des modes de vie spécifiques dans des groupes sociaux considérés par la société comme déviants, voire dangereux". Les politiques d'insertion ont pour but le maintien de la cohésion sociale, la lutte contre une forme de violence des rapports sociaux. 3 Approche qualitative et quantitative 3.1 Au niveau national Si l on prend l hypothèse haute (seuil de pauvreté à 817 mensuels), il y avait en France 7,136 millions de personnes pauvres en 2005 soit 12% de la population 7. Dans cet ensemble, le taux de pauvreté des enfants est supérieur à celui de l ensemble de la population, de 8 % environ contre 6 %. On estime le nombre d enfants pauvres à deux millions. Il y a environ 3 millions de travailleurs pauvres. Le taux de chômage est stable depuis 2002 autour de 9%. 4,6 millions de personnes bénéficient de la CMU, soit 7,4 % de la population. Il y avait 1,19 million de foyers qui percevait le RMI en (soit : 387,96 mensuels). Fin 2003, la France comptait 3,3 millions d'allocataires des minima sociaux, et environ six millions de bénéficiaires en incluant enfants, conjoints, et autres personnes à charge des ayants droit Rapport du HCSP : Progression de la précarité en France et ses effets sur la santé» 1998 GROS-JEAN CH. PADIEU C. Les exclus, Revue des Affaires sociales, 1995, n 2-3 Onpes Dress Juillet Module 3 Item 46

5 Si le taux de pauvreté a quasiment été divisé par deux entre 1970 et 1990, il reste pratiquement stable depuis. Chômage, précarité de l emploi, difficultés de logement se conjuguent pour aggraver les inégalités sociales qui sont reparties à la hausse depuis Le gouvernement s est fixé comme objectif en 2007 de réduire la pauvreté d un tiers en cinq ans Dans un contexte global d amélioration des prestations vieillesse, la pauvreté ne touchent plus les personnes âgées comme dans les années 1970, mais elle concerne surtout les jeunes. On constate aussi une pauvreté plus urbaine certains quartiers étant particulièrement ciblés avec des taux de chômage très élevés. Autre phénomène récent des années 2000, les travailleurs pauvres quand les revenus du travail ne permettent plus une vie décente. Le logement reste pour la plupart la difficulté majeure. Enfin certains cumulent des vulnérabilités les rendant particulièrement fragiles : les jeunes, les familles monoparentales où le chef de famille est une femme, les enfants élevés dans une famille pauvre et les étrangers. 3.2 En Midi-Pyrénées 12% de la population vit sous le seuil de pauvreté soit personnes 18,3% de la population de la ville de Toulouse est en situation de précarité financière 10 le parc de logement social était de 37,5 %o en 2001 soit 2 fois moins que la moyenne nationale «Midi-Pyrénées est particulièrement concernée par la pauvreté, Ariège et Tarn-et-Garonne figurant même parmi les 20 départements de France les plus touchés par ce phénomène. Les familles monoparentales et les personnes seules, notamment les personnes âgées vivant en milieu rural, sont les plus vulnérables. Relativement plus nombreuses dans la région, ces dernières sont aussi souvent plus pauvres que dans le reste du pays» Les inégalités sociales de santé : éléments de compréhension 4.1 État de santé «Les inégalités sociales de santé dépendent bien moins du système de soins que de la répartition des richesses et, au fond, de la solidarité nationale». 12 La France présente la situation paradoxale de bénéficier du système de santé considéré comme le meilleur au monde selon certaines évaluations internationales, et de connaître les inégalités sociales devant la mort les plus profondes parmi les pays ouest-européens. Cette réalité est mal connue, notamment du fait du peu d intérêt de la recherche en France, et plus largement de la société, à l égard des inégalités de santé. Longtemps considérées comme naturelles, elles ont progressivement été reconnues comme sociales. Le problème de leur définition et de leur qualification est essentiel. Deux conditions sont nécessaires pour parler d inégalités sociales de santé, et non simplement de différences : il doit s agir d un objet socialement valorisé (la vie, le bien-être ) et cet objet doit concerner des groupes sociaux hiérarchisés (classes sociales, catégories socioprofessionnelles ). Elles sont finalement l aboutissement des disparités structurelles (ressources, logement, alimentation, emploi et travail, école et formation), qui caractérisent l état de la justice sociale dans un pays ou un territoire à un moment de son histoire et de son développement économique Collectif «réseau alerte contre les inégalités» 25/04/07 note n 5 ORSMIP La santé observée en Midi-pyrénées 2006 Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques en Midi-Pyrénées. Schoen N. 2008/05 Pierre Aïach, Didier Fassin, revue du praticien, vol 54, n 20, 2004 Juillet Module 3 Item 46

6 On note donc une corrélation statistique positive entre état de santé et statut socioéconomique. Il existe, à 35 ans 7 ans d écart d espérance de vie entre un cadre et un manœuvre. Ces différences n ont pas tendance à se réduire depuis 40 ans. En 1980 la parution du Black report 13 en Grande-Bretagne, montre un gradient par catégorie professionnelle pour la plupart des indicateurs de mortalité (néonatale, infantile, par accident, cancer, maladie respiratoire, cardiovasculaire) et une dégradation de l'état de santé des classes les moins favorisées au cours des années soixante et soixante dix. Cette dégradation est confirmée par des études plus récentes pour les deux décennies suivantes. Ces inégalités de santé se retrouvent en France comme en Europe et touchent la santé perçue, les maladies, le handicap ou le risque de décéder 14. Les plus instruits et les plus qualifiés bénéficient d une espérance de vie plus longue et sont en meilleure santé. Elles sont moindres chez les femmes sauf dans les catégories extrêmes. Les différences sont perceptibles dés l enfance et le niveau d étude de la mère joue un rôle important dans le degré de prématurité ou d hypotrophie de l enfant. Les personnes au chômage et celles dont l'emploi est précaire, accusent de façon générale un vieillissement prématuré de presque 2 ans alors que les actifs avec un emploi stable et ne craignant pas de le perdre ont un vieillissement retardé de prés d'1 an soit un écart de 3 ans sur une période d'activité de ans (de 20 à 60 ans). Cet écart se creuse considérablement si l'on considère les situations extrêmes. Ainsi un cadre actif ne craignant pas de perdre son emploi présente un vieillissement retardé de plus de trois ans, alors qu'un ouvrier spécialisé au chômage accuse un vieillissement prématuré de plus de 3 ans. En ce qui concerne les facteurs de précarité, la composante ménage est particulièrement importante, les effets défavorables se cumulent. Ainsi, les chômeurs, dans un ménage dont la personne de référence est elle-même chômeur, accusent un vieillissement prématuré encore plus important que les autres chômeurs(2,5 ans), de même que ceux qui vivent dans un ménage dont la personne de référence est une femme (3,7ans) Inequalities in health - Report of a research working group 1980 BEH thématique 23/01/07 n 2-3 INVS Juillet Module 3 Item 46

7 4.2 Recours aux soins Dans la majorité des cas, les personnes les plus malades consomment le plus de soins médicaux et les dépenses sont croissantes avec l âge, or cette liaison ne se retrouve ni au niveau des groupes sociaux ni pour tous types de soins. Le milieu social a une influence déterminante sur les comportements de consommation de soins. Les personnes appartenant à un ménage dont la personne de référence est ouvrier ont, «toutes choses égales par ailleurs», des dépenses hospitalières deux fois plus élevées que celles des individus appartenant à un ménage dont la personne de référence est cadre ou profession intellectuelle supérieure. Ainsi, à structures d âge et de sexe identiques, les dépenses hospitalières représentent 53 % des dépenses de santé chez les ouvriers, mais seulement 33 % chez les cadres. En revanche, les dépenses ambulatoires sont, «toutes choses égales par ailleurs», plus élevées chez les cadres que dans les autres milieux sociaux, l écart étant d environ 10 %. Au sein des dépenses ambulatoires, ce sont les dépenses optiques (+18 %), de spécialistes (+13 %), de biologie (+12 %) pour lesquelles l écart de dépense entre les cadres et les autres milieux sociaux est significatif. Un faible niveau d éducation apparaît également comme un frein à l accès aux soins de spécialistes, dentaires et optiques. La position sur le marché du travail a par ailleurs une influence en tant que telle sur la consommation de soins. En effet, les actifs au chômage ont, «toutes choses égales par ailleurs», des dépenses ambulatoires supérieures de 19 % à celles des actifs occupant un emploi et des inactifs. Au contraire, les inactifs ont des dépenses hospitalières supérieures de 38 % à celles des actifs (occupant un emploi ou au chômage). La mise en place de la CMU 15 a permis d'uniformiser les prises en charge sur le territoire. Entre 2000 et 2002, le nombre de bénéficiaire est passé de 3,8 à 4,6 millions. Les dépenses remboursées en 2000 par les régimes d'assurance maladie pour la CMU complémentaire montre une montée en charge des consommations orientées vers la médecine générale de premiers recours, ce qui traduit un rattrapage de soins laissés en suspens. La part des honoraires et médicaments est élevée alors que la part des dépenses dentaires et autres produits de santé sont plus faibles 16. Ainsi on note qu il y a peu de modification du type de consommation de soins. 5 Précarité : état de santé et recours aux soins 5.1 Etat de santé Des facteurs comme les «évènements de vie» peuvent être hautement impliqués dans la genèse de maladies. L'étude de ces évènements, apporte une contribution à l'étiologie sociale et psychologique des états de santé. De même, l'observation et la recherche suggèrent que des liens forts existent entre santé et réseau social, en particulier quand la personne fait l'expérience d'évènements de vie négatifs et de stress 17. Ainsi donc, le lien entre précarité et santé peut s'entendre comme un processus de vulnérabilité. La pauvreté économique et sociale entraîne, au delà de la vulnérabilité organique et psychique, des sentiments d'inutilité sociale et de mésestime de soi pouvant conduire au renoncement des soins et à l'adoption de comportements pathogènes qui aggravent la vulnérabilité pré-existante. Le CREDOC qui a mené de grandes études qualitatives 18 portant sur les histoires de vie et les suivis longitudinaux des personnes en situation de grande difficulté, a confirmé la corrélation entre le processus de fragilisation sociale et la dégradation de l'état de la santé. Il n'y a donc pas de 15 Couverture Maladie Universelle Loi contre les exclusion Observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale Rapport Patrick Peretti-Watel Economie et Statistique n , GILLES. M.O., LEGROS. M. L'épreuve de la pauvreté. Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC). Paris Juillet Module 3 Item 46

8 maladies des pauvres (mis à part le saturnisme dont on a dit qu'il est la maladie des taudis), mais une moindre capacité de ceux-ci à se défendre contre les agressions extérieures et un recours aux soins tardif. Déni du corps, représentations complexes de la démarche de soins ou méconnaissance de ses droits en matière de prise en charge des soins, le résultat est une demande qui s'exprime le plus souvent dans l'urgence : pathologies dentaires, pathologies oculaires, pathologies dermatologiques, problèmes d'hygiène générale et fatigue généralisée sont les problèmes ou pathologies les plus couramment rencontrées à des états avancés de leur développement. Enfin, cause et/ou effet, une mauvaise santé peut-être un obstacle à des études lors de la jeunesse, à la tenue d'un emploi stable, à l'entretien de relations sociales riches. Ainsi on note chez les plus démunis : - une sur représentation des troubles et des maladies par rapport à la population générale - un cumul de pathologies et pour 50% des patients reçus dans les centres de soins de Médecins du Monde 19 au moins une pathologie chronique - les problèmes de santé peuvent exister dés l enfance avec une accumulation tout au long de la vie et il peut exister une transmission inter générationnelle. - les troubles fonctionnels sont fréquents mais ne doivent pas masquer des pathologies organiques - les prises de risque sont multiples : alcool, toxicomanies, risques sexuels, accident de la voie publique, ils peuvent être aussi liées aux conditions de vie du fait de la violence de la rue. - un moindre accès à la prévention La santé mentale est à considérer selon deux axes, d une part une souffrance psychique quasi constamment présente du fait d une mésestime de soi et d un stress permanent et d autre part il faut noter que la rue «recrute» des patients ayant des pathologies psychiatriques avérées, l errance étant un des symptômes de la psychose. Ainsi la fréquence des troubles psychiques sévères (manifestations d'angoisse, phobies ou dépression majeure) est beaucoup plus grande que dans la population générale. A titre d'exemple, les symptômes évoquant la dépression sévère surviennent avec une fréquence de près de 20 % chez des hommes bénéficiant du RMI contre moins de 3 % en population générale. 5.2 Recours aux soins Le recours au soin est tardif et le plus souvent en urgence. On note pour les patients suivis par Médecins du Monde un retard de recours aux soins dans plus d un 1/3 des cas. Pour les plus démunis il existe une sous-consommation au regard des pathologies, le soin est anarchique et sans réel impact positif sur l état de santé. Le faible recours à la prévention est inquiétant, les patients arrivant dans des états avancés de leurs pathologies. L exemple du cancer du col de l utérus le montre : c est auprès de la population en précarité et souvent la plus à risque que le dépistage est le moins suivi 20. Cet aggravation de l état de santé parallèlement à la dégradation de la situation sociale s explique au regard de différents éléments : les conditions de vie et d environnement actuelles et depuis l enfance, les conditions de travail par leur pénibilité mais aussi leur précarité, les freins économiques et en particulier le non accès au tiers payant, la fragilité des Rapport de l observatoire de l accès aux soins - statistiques de la CNAM Juillet Module 3 Item 46

9 liens sociaux et/ou familiaux et enfin la position subjective de la personne dans son corps social : la façon dont elle se perçoit en lien avec ses pairs. Ce dernier élément fait appel aux notions de résilience. 6 Obligations réglementaires, législatives et déontologiques Soigner tous les patients s impose à tous les praticiens. L ordre des médecins rappelle suite à des refus de prise en charge de personnes bénéficiaires de la CMU 21 que le code de déontologie médicale dans son article 7 «impose un égal traitement, une attitude respectueuse et attentive pour tous les patients quelque soit les sentiments qu ils inspirent et quelque soit leur réputation». L hôpital public assure une mission de service public, et répond aux besoins d une population sur un territoire donné. Il est soumis au contrôle de l état et au droit public. Les personnels hospitaliers exercent leur fonction dans le respect fondamental de l être humain et assurent un accueil sans discrimination et dans la stricte application du secret médical et professionnel. 6.1 Les textes législatifs de référence Loi n du 29 juillet 1998 d'orientation relative à la lutte contre les exclusions Loi du 27 juillet 1999 portant création d une couverture maladie universelle Loi n du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Loi n relative à la politique de santé publique du 9 août 2004 et objectifs 33 et 34 annexés à la loi. Circulaire DAS/DH/DGS/DPM/DSS/DIRMI/DIV n du 21 mars 1995 relative à l'accès aux soins des personnes les plus démunies Circulaire DGS/SQ2/DAS/DH/DSS/DIRMI/99/648 du 25 novembre 1999 relative aux réseaux de soins préventifs, curatifs, palliatifs ou sociaux Circulaire DHOS/DSS/DGAS n 141 du 16 mars 2005 relative à la prise en charge des soins urgents délivrés aux étrangers en situation irrégulière et non bénéficiaires de l aide médicale gratuite Circulaire DGAS/SD1A/2006/47 du 7 février 2006 relative à l appel à projet national en vue de la création de structures dénommées «Lits halte soins santé» 6.2 Le service public hospitalier Au regard des textes ci-dessus, les missions de service public hospitalier sont élargies et incluent la lutte contre les exclusions «leur nécessaire relation avec les autres partenaires doit entraîner une dynamique de construction de réseau» Le service public hospitalier devra veiller à la continuité des soins, notamment après la sortie de l établissement «par l orientation, notamment vers les structures adaptées» Les hôpitaux devront prévoir la mise en place des PASS (Permanence d Accès aux Soins de Santé) : «Faciliter l accès aux systèmes de santé pour les personnes les plus démunies, les accompagner dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de leurs droits». L hôpital est un lieu d accueil privilégié où les personnes les plus démunies doivent pouvoir faire valoir leurs droits y compris sociaux. Dans ce but, le soin et l accueil doivent s accompagner d une aide dans les démarches administratives et sociales, tels qu ils sont définis par circulaires. Les travailleurs sociaux de l hôpital sont à la disposition des patients ou de leur famille pour les aider à résoudre leurs difficultés personnelles, familiales, administratives ou matérielles liées à leur hospitalisation. 21 JF Chadelat IGAS Les refus de soins aux bénéficiaires de la CMU Novembre 2006 Juillet Module 3 Item 46

10 7 La protection sociale des personnes en situation de pauvreté Les politiques publiques afin d améliorer l accès aux soins des personnes en situation de précarité ont centré leur action sur l accès aux droits. Il est fait référence ci-après à la Loi de lutte contre les exclusions portant création de la Couverture Maladie Universelle. Elle a pris effet le 1 er janvier Les éléments ci-dessous relatifs à la couverture sociale évoluant rapidement il est nécessaire de se référer pour les mises à jour au site de l assurance maladie 7.1 La CMU de base C est une assurance maladie pour toutes personnes françaises ou étrangères remplissant les conditions cumulatives suivantes : - résider en France de manière stable et régulière depuis plus de trois mois - ne pas avoir droit à l assurance maladie à un autre titre (activité professionnelle, etc.) - pour les personnes étrangères avoir un titre de séjour en cours de validité - ne pas dépasser le plafond de ressources Les bénéficiaires du RMI ont un droit automatique à la CMU. Les droits à la CMU concernent toutes les personnes du foyer 7.2 La CMU complémentaire La CMUc est une sorte de complémentaire santé gratuite qui prend en charge ce qui n'est pas couvert par les régimes d'assurance maladie obligatoire. Elle est accordée pour un an sous condition de ressources. Elle permet de bénéficier d une prise en charge à 100 % des dépenses de santé, sans avoir à faire l avance des frais. Elle prend en charge le ticket modérateur en soins de ville ou à l hôpital, le forfait hospitalier, les soins dentaires, l optique avec un panier de soin défini. Les professionnels de santé ont l'obligation de respecter les tarifs reconnus par la sécurité sociale (pas de dépassement d'honoraires autorisés pour un patient bénéficiant de la CMUc) 22. Au 1 er juillet 2008, le plafond annuel de ressources pour bénéficier de la CMUc est fixé à 7447 euros par an (soit 621 euros par mois) pour une personne seule en métropole. Ce montant évolue en fonction de la situation familiale et du lieu de résidence. Le seuil d attribution entraîne des effets de seuil préjudiciable aux usagers à faible revenus mais dépassant le montant plafond. Une aide à la mutualisation mise en place pour ces usagers n a pas permis de réduire ce problème. L augmentation régulière du reste à charge pour les patients va de fait aggraver ce phénomène. 7.3 Les bénéficiaires de la CMU : profil et consommation de soins 23 C'est une population jeune qui cumule les facteurs de précarité et qui est en moins bon état de santé que la population générale. Les patients CMU déclarent 20% de problèmes de santé en plus en comparaison avec la population générale et ils sont 35 % à bénéficier d une ALD 24 contre 26 % en population générale. Comme cité plus haut, ils ont plutôt un recours aux soins hospitaliers et un moindre recours aux spécialistes Si l on se réfère aux indicateurs de précarité financière, 20% des personnes qui devraient bénéficier de la CMU n en bénéficient pas du fait en particulier d une mauvaise connaissance de leurs droits ou de difficultés à faire une demande auprès d une institution sanitaire ou sociale Fond CMU Données du Fond CMU ALD : affection longue durée prise en charge à 100% Juillet Module 3 Item 46

11 En moyenne, les bénéficiaires de la CMU consomment 25% de soins en plus que la population générale. Il faut corréler ce chiffre au fait que c est une population en moins bon état de santé bien que plus jeune que la population générale. Ils sont 33% contre 27% en population générale à consommer 90% des soins. Ce sont des soins plus lourds en particulier des hospitalisations. En ambulatoire le différentiel se fait sur les prescriptions et non sur les actes médicaux. 1 personne sur 2 déclare avoir renoncé aux soins pour des raisons financières avant l accès à la CMU. C est l accès au 1/3 payant qui facilite les soins. 7.4 L Aide Médicale Etat L AME permet l accès aux soins des personnes étrangères résidant en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois et qui sont en situation irrégulière. L obtention est soumise à un plafond de ressource comme pour la CMUc. Ce sont des financements Etat dont la gestion est confiée à l assurance maladie. Pour autant les bénéficiaires ne sont pas des assurés sociaux à part entière et ils n ont pas de délivrance de carte vitale. Ils sont pris en charge dans le cadre d un panier de soin moins large que pour la CMUc mais les soins sont couverts tant en hospitalier qu en ambulatoire. 7.5 Les personnes sans droits potentiels Ce sont les étrangers en simple séjour en France titulaire d un visa de court séjour, ou certains ressortissants non actifs de l union européenne 7.6 La prise en charge soins urgents L art du code de l action sociale et des familles, énonce que «les soins urgents dont l absence mettrait en jeu le pronostic vital ou pourrait conduire à une altération grave et durable de l état de santé de la personne ou d un enfant à naître ( ) sont pris en charge par l Etat dans le cadre d une enveloppe limitative dans laquelle ne doivent être imputés que ces soins urgents». Peuvent en bénéficier les personnes résidant en France depuis moins de trois mois et en situation irrégulière. Le législateur en a fixé le cadre comme suit : - Les soins dont l absence mettrait en jeu le pronostic vital. - Les soins destinés à éviter la propagation d une pathologie à l entourage ou à la collectivité (pathologies infectieuses transmissibles) - Tous les soins et traitements délivrés à l hôpital aux mineurs aux femmes enceintes et nouveau-né - Les IVG 8 Les dispositifs spécifiques 8.1 Les PASS : permanences d accès aux soins de santé. Ce sont des cellules de prise en charge médico-sociale, qui doivent faciliter l accès des personnes démunies non seulement au système hospitalier mais aussi aux réseaux institutionnels ou associatifs de soins, d accueil et d accompagnement social. En application de l article L du code de la santé publique, les établissements publics de santé et les établissements de santé privés participant au service public hospitalier mettent en place des PASS qui comprennent notamment des permanences d'orthogénie. Ils concluent avec l'etat des conventions prévoyant, en cas de nécessité, la prise en charge des consultations Juillet Module 3 Item 46

12 externes, des actes diagnostiques et thérapeutiques ainsi que des traitements qui sont délivrés gratuitement à ces personnes. 25 Au CHU de Toulouse, la PASS est située au Pavillon Nanta, service du Dr Viraben sur le site de La Grave. 8.2 Les LHSS : lits halte soins santé Ce sont des établissements médico-sociaux en référence au code de l action sociale et des familles qui ne se substituent à aucun dispositif existant et offrent une prise en charge médicosociale à la personne en situation de précarité. Ils sont destinés à l accueil temporaire des personnes pour des soins quelque soit leur situation administrative. Il offre une prise en charge sanitaire type lits infirmiers, une évaluation sociale avec possibilité d orientation vers les structures d hébergement pérennes et un encadrement éducatif. Créés en 2006, leur mise en place est progressive sur le territoire au nombre de 200 par ans sur 5 ans. Ils répondent aux obligations des établissements médico-sociaux et se réfèrent pour leur fonctionnement à un cahier des charges cité dans la circulaire ministérielle portant création des LHSS. Au CHU de Toulouse les LHSS sont situés rue des Jumeaux, c est un établissement de 11 lits : la Halte Santé. 9 Les dispositifs toulousains Le CHU de Toulouse a depuis plus de quinze ans mis en place une organisation facilitant l accès aux soins des plus démunis en lien avec des associations et d autres institutions. Il répond en cela aux obligation législatives et réglementaires. Certains dispositifs sont originaux car centrés sur les besoins du public et ont été créés dans le cadre d un partenariat étroit avec le CCAS ville de Toulouse. On retiendra : - des structures de soins : gestion directe ou co-gestion - une équipe mobile médico-sociale - une organisation en réseau - des outils d'orientation et d'accompagnement : interprétariat, pharmacie, secours sociaux, transport des patients, protocoles d orientation Le schéma du dispositif est présenté ci-après, les coordonnées sont disponibles sur Intra net. 25 DHOS - Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 "Droits des usagers et fonctionnement général des établissements de santé" Juillet Module 3 Item 46

13 SERVICE SOCIAL PERMANENCE D ACCES AUX SOINS DE SANTE Consultations médicales dentaires- psychologiques sociales CELLULES SOCIO- ADMINISTRATIVES Sur chaque site du CHU Ouverture des droits Protocole CHU/CPAM PHARMACIE HOSPITALIERE CONSULTATIONS PSYCHIATRIQUES Personnes désaffiliés Accompagnement EMS ADMINISTRATION MEDECINE SOCIALE ET HUMANITAIRE ACCES AUX SOINS AUX DROITS ACCES AUX DROITS ET ACTION SOCIALE MEDICAMENT SOUFFRANCE PSYCHO SOCIALE FEDERATION DE MEDECINE SOCIALE ET HUMANITAIRE COORDINATION TRAVAIL DE RUE EQUIPE MOBILE SOCIALE ET DE SANTE - EMS Maraude à la rue Partenaire : CCAS DISPOSITIFS DE MEDECINE SOCIALE ET HUMANITAIRE CHU DE TOULOUSE LITS INFIRMIERS HALTE SANTE 11 lits infirmiers RESEAUX RESEAU VILLE HOPITAL «santé précarité" Dr Estecahandy PREVENTION POINT SANTE LA GRAVE Hygiène, douches, IDE - AS CONSULTATIONS AUPRES DES MIGRANTS ET GENS DU VOYAGE SOINS INFIRMIERS GENS DU VOYAGE CONSULTATION SANTE MIGRANT Vert : dispositifs en partenariat Orange : dispositifs gérés CHU en direct Noir : réseau et coordination en intra CHU RESEAU ODONTOLOGIE SOCIO-HUMANITAIRE Dr Grimou Partenaire : CROIX ROUGE INTERPRETARIAT Disponible via intranet Partenaire : CCPS Association d aide aux migrants et gens du voyage Juillet Module 3 Item 46

14 10 Eléments de repérage : protocoles et aspect éthique La question du repérage des personnes en situation de précarité est complexe. En effet, il ne s agit pas d une catégorie sociale mais de personnes associant un cumul de vulnérabilité, ce processus évoluant dans le temps. A vouloir catégoriser, on risque de stigmatiser les personnes à partir d indicateurs restrictifs et avoir alors un impact négatif sur l estime de soi et sur les comportements face aux soins. Deux grandes approches de la question sont possibles reste à définir en amont à quoi peut servir pour la personne cette «catégorisation». Il s agit toujours de se situer dans un objectif d amélioration du service rendu à l usager. Une approche en terme de «précarité sociale» à partir d indicateurs objectifs testés en routine auprès de consultants des urgences hospitalières au CHU de Nantes 26 : le fait d être bénéficiaire d un des éléments suivants : CMU, CMUc, AME, ou minima social est un marqueur de précarité sociale. L autre approche plus large est centrée sur la «vulnérabilité sociale». Elle permet de repérer les personnes potentiellement vulnérables. Elle a une valeur diagnostique mais aussi prédictive. Cette approche a été testée au CHS de Montauban dans le cadre d un travail mené par l ORSMIP. 27 Les éléments recueillis par questionnaire sont les suivants : - Avoir connu plusieurs périodes d inactivité professionnelle involontaire d au moins 6 mois - Avoir rencontré des difficultés financières insurmontables - Avoir rencontré plusieurs fois des difficultés d hébergement liées à des problèmes d argent - Avoir souffert d isolement durable Repérer la précarité sociale et plus largement les situations de vulnérabilité dans le secteur hospitalier pourrait permettre de proposer aux patients un certain «rattrapage» des inégalités sociales de santé en particulier dans le domaine de la prévention en offrant des programmes spécifiques et adaptés. 11 La prise en charge : diagnostic, examens complémentaires, traitements La prise en charge des personnes en situation de précarité doit se faire comme pour tout patient selon les règles déontologiques et les recommandations de bonne pratique médicale. La spécificité des patients en terme de mortalité, morbidité, de prise de risque et de recours aux soins nécessite une vigilance particulière sur certains points détaillés ci-dessous. Rappelons que sans pouvoir corréler certaines pathologies à la situation de précarité (à l exception du saturnisme), on doit être en alerte sur les diagnostics suivants : - Asthme, BPCO - Diabète - Syndrome dépressif - Troubles locomoteurs - Alcoolisme et ses conséquences somatiques - Pédiculose - Grossesse, grossesse à risque - Artérite, coronaropathies - Tumeurs malignes ORL, pulmonaire ou gastriques 11.1 Interrogatoire du patient L interrogatoire devra relever tout particulièrement des éléments liés au contexte social général : conditions de vie, accès aux droits et réseau social. Ces éléments ont un impact fort sur l accès aux soins et peuvent mettre en échec le soin. 26 Inégalités sociales de santé : identification «en routine» de la précarité sociale des consultants de l hôpital public. Dr Jean Pascal Praticien hospitalier CHU de Nantes DGS 27 Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de santé du Tarn et Garonne. Décembre ORSMIP Juillet Module 3 Item 46

15 - Rechercher un isolement social - Connaître le type d habitat - Conditions de vie : sommeil, nourriture barrière financière ou culturelle - Situation administrative : accès aux droits, minima social, chômage, droit au séjour des étrangers - Retard de recours aux soins ou accès aux soins sans anticipation - Lien avec les professionnel : existence ou non d un médecin traitant ou d un réfèrent social 11.2 Examen clinique L examen clinique doit être particulièrement vigilant quand on note une inadéquation entre la plainte et le recueil clinique pouvant faire penser à un déni du corps ou de la pathologie ou à l usage de toxiques. Attention à : - État nutritionnel et cutané - Examen cardiovasculaire - Examen pulmonaire - Recherche d adénopathies - Examen gynécologique - Dents vue audition - Rechercher une désorientation temporelle et spatiale ou des éléments de confusion mentale 11.3 Rechercher les facteurs de risque De façon transversale lors de la prise en charge, les facteurs de risque sont à noter car ils aggravent les pathologies et sont un frein majeur au soin. Ils peuvent enfin avoir un impact négatif sur la compliance aux soins du patient. - Alcool, médicaments détournées de leur usage, toxicomanie - Manque de sommeil, troubles de l alimentation - Tabac - Violence subie ou agie Maltraitance - Prise de risques sexuels - Vie à la rue - Non observance du traitement et recherche de ses causes - Absence de 1/3 payant 11.4 Les examens complémentaires Une vigilance doit exister si on note un retard dans l accès aux soins. De même, avec l accord du patient, certains dépistages devront être proposés même point d appel au regard de l exposition aux risques, comme par exemple un dépistage annuel de la tuberculose pour les personnes en foyer d hébergement. La liste ci-dessous n est bien sûr pas exhaustive. - Anémie, glycémie, calcémie, bilan lipidique (témoin nutrition) - Bilan hépatique - Radio pulmonaire - Dépistage VIH, hépatites Juillet Module 3 Item 46

16 - Frottis cervico-vaginal Bêta HCG - Et en fonction de l examen clinique 12 A retenir La prise en charge après avoir dédouané l urgence, doit se centrer sur la mise en place d une «stratégie de soin» à moyen terme et non sur une réponse au «coût par coût» symptomatique, ce qui d ailleurs est souvent la demande des personnes. Il est nécessaire d évaluer la situation sociale, de rechercher les possibilités d autonomie au regard de la pathologie et/ou des dépendances et d apporter des réponses en terme de reconnaissance d un handicap si nécessaire. Enfin il faut valider avec la personne sa compréhension des messages, ses possibilités financières pour le suivi du soin mais aussi sa compliance aux soins. La prise en charge globale implique de tenir compte : de la pathologie actuelle, des pathologies associées, des facteurs de risque, des freins à l accès aux soins, du contexte social, et surtout des ressources positives de la personne. Pour cela on s appuie sur les recommandations suivantes : Travailler en pluridisciplinarité : médico-psycho-social. La personne est rarement «seule» dans le paysage médico-social il est important de faire un lien avec le réfèrent médical, social ou associatif. La question du secret professionnel n empêche pas le partage des informations si cela se fait «dans l intérêt du patient» et «avec son accord». Il ne s agit pas d échanger sur le diagnostic qui reste sous le sceau du secret médical mais autour des conséquences de la pathologie pour le patient, ses capacités d autonomie et son insertion sociale. Les professionnels agissent dans le cadre du secret professionnel partagé. Avoir en fonction de la compliance du patient aux soins des ambitions peut être à minima mais poser avec la personne une stratégie de soin par étapes lui permettant de se repérer. Sur le plan thérapeutique, pour les personnes à la rue ou en foyer d hébergement préférer un traitement à prise unique matin ou soir. Prendre le temps nécessaire à la consultation afin d informer la personne et faire si besoin appel à l interprétariat Un certain nombre d écueils sont à éviter. Ne pas vérifier les droits santé (CMU - AME). Si la personne a les soins à sa charge elle doit être informée en amont (loi du 4 mars 2002). Ne pas étiqueter «à priori» un patient alcoolique ou violent car les troubles du comportement peuvent être des épisodes confusionnels liés à une pathologie récente. Ne pas prendre le temps nécessaire à la consultation risque d entraîner des recours non adaptés et avoir in fine un coût financier élevé. Enfin un certain nombre de patient «usent» les professionnels par des demandes fréquentes et non adaptées comme par exemple des demandes sociales aux médicaux (demande d hébergement) ou par des comportements d agitation et même de violence. Reconnaître un «burn-out» est important et parfois adresser la personne à un confrère est souhaitable. Il faut toujours avoir à l esprit que la qualité de prise en charge ne doit pas dépendre du comportement du patient. 13 Pour en savoir plus CHAUVIN (Pierre) et PARIZOT (Isabelle), Santé et recours aux soins des populations vulnérables, éditeurs, Les éditions de l Inserm, collection Questions en Santé Publique, Paris, 2005 CAMBOIS (Emmanuelle), Les personnes en situation sociale difficile et leur santé, Drees, Les travaux de l observatoire, Juillet Module 3 Item 46

17 A LECLERC, D FASSIN, H GRANDJEAN et coll, Les inégalités sociales de santé, Paris : La découverte, Juillet Module 3 Item 46

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M

IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M La loi de la protection de l enfance La loi du 5 mars 2007 insiste sur la prévention et confie au Président du Conseil Général le soin d organiser,

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 30 janvier 2008 Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne AOI - France - Val de Marne Faciliter l accès à la santé bucco-dentaire d un public précaire en renoncement aux soins Médiation entre les secteurs sociaux

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Dr Adeline Scanvion Praticien Hospitalier au CHU de Nantes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

Plus d un bénéficiaire sur quatre réside à Toulouse

Plus d un bénéficiaire sur quatre réside à Toulouse Caractéristiques et recours aux soins des populations bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU_C) : plus jeunes, plutôt féminines et en moins bonne santé En Midi-Pyrénées,

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

Les permanences d accès aux soins de santé :

Les permanences d accès aux soins de santé : Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales de Midi-Pyrénées Les permanences d accès aux soins de santé : «Les PASS» en Midi-Pyrénées Mars 2003 Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 Accès aux soins, CMU et AME Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 1. L accès aux soins : Possibilité à chacun de se faire soigner comme il convient. La Constitution garantit le droit à la protection

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de :

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : Programme National de médiation sanitaire FORMATION DES MEDIATRICES/EURS SANITAIRES Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : 1. Etre capable de s'appuyer

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau R4 Dossier suivi par Denise Bauer Tél. : 01 40 56 52 78 Mel. : denise.bauer@sante.gouv.fr

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 I- CMU COMPLEMENTAIRE 1) Calcul des ressources Par un jugement du 20 février 2006, la commission centrale d aide sociale a considéré que "l'allocation de base de la

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES C6 L aide sociale à l hébergement en établissement Références Code de l Action Sociale et des Familles Art. L 113-1 Art. L 131-1 à L 131-7 Art. L 132-1 et suivants Art. L 231-4 à L 231-6 Art. R 131-1 et

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau couverture maladie universelle

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

juin 2002 Dr F. Cayla Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation du PRAPS 1

juin 2002 Dr F. Cayla Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation du PRAPS 1 Évaluation des actions «d accompagnement», «médiation», «permanence» ou «consultation santé» dans les lieux d accueil ou d hébergement en Midi-Pyrénées juin 2002 Rapport réalisé dans le cadre de l évaluation

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Les situations de droits non ouverts et de non-recours à la CMUc et à l ACS : Étude exploratoire. Dossier documentaire : L Aide Complémentaire Santé

Les situations de droits non ouverts et de non-recours à la CMUc et à l ACS : Étude exploratoire. Dossier documentaire : L Aide Complémentaire Santé Les situations de droits non ouverts et de non-recours à la CMUc et à l ACS : Étude exploratoire Dossier documentaire : L Aide Complémentaire Santé 2012-2013 Table des matières LES SITUATIONS DE DROITS

Plus en détail

Santé et recours aux soins des populations précaires

Santé et recours aux soins des populations précaires Santé et recours aux soins des populations précaires La santé a toujours été une priorité des politiques sociales en France. Celles-ci portaient sur l hygiénisme, les vaccinations et la lutte contre les

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 07 mars 2011 Préambule Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Santé. Un médecin généraliste se réfère à un médecin de famille, la première personne à vous conseiller si vous souffrez de problèmes de santé.

Santé. Un médecin généraliste se réfère à un médecin de famille, la première personne à vous conseiller si vous souffrez de problèmes de santé. Santé Il est important de maintenir un mode de vie sain pour prévenir les maladies mangez correctement, faites de l exercice et maintenez un bon niveau d hygiène. Au Centre d Accueil, dites au personnel

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

les garanties santé une solution globale pour vos salariés

les garanties santé une solution globale pour vos salariés les garanties santé formules ESSENTIELLES une solution globale pour vos salariés LES GARANTIES peps ECO ACTIVE - les essentielles DES SERVICES PERFORMANTS Une solution globale pour la santé de vos salariés

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des personnes en situation de handicap et de précarité

La protection sociale complémentaire des personnes en situation de handicap et de précarité Groupe de travail IGAS et précarité La protection sociale complémentaire des personnes en situation de handicap et de précarité Étude à partir des données des CPAM de Bordeaux, du Hainaut et de Nanterre

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 Les évolutions récentes Remplacer «incurie» par «abandon» Abandon de soi, de son soin

Plus en détail

L accès aux soins des plus démunis en 2012

L accès aux soins des plus démunis en 2012 Dossier de presse octobre 2012 L accès aux soins des plus démunis en 2012 ; Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2012 Dossier de presse - 17 octobre 2012 2 la solidarité, un remède contre

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail