Note des 4 fédérations sur la question des indicateurs, 20 avril Plan de réduction des pesticides : la question des indicateurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note des 4 fédérations sur la question des indicateurs, 20 avril 2004. Plan de réduction des pesticides : la question des indicateurs"

Transcription

1 BOND BETER LEEFMILIEU Tweekerkenstraat Brussel tel. 02/ fax. 02/ BRUSSELSE RAAD VOOR HET LEEFMILIEU Zaterdagplein Brussel tel. 02/ fax. 02/ INTER- ENVIRONNEMENT BRUXELLES rue du Midi Bruxelles tél. 02/ fax. 02/ INTER- ENVIRONNEMENT WALLONIE boulevard du Nord Namur tél. 081/ fax. 081/ Note des 4 fédérations sur la question des indicateurs, 20 avril 2004 Plan de réduction des pesticides : la question des indicateurs Les quatre fédérations ont pris connaissance du projet de Programme de réduction des pesticides (version du 19 février 2004). D après ce document, les autorités ont opté pour un indicateur de risque et rejeté tout indicateur d utilisation. Nous pensons que ce choix est lourd de conséquence en terme de santé publique notamment. Nous regrettons que les autorités publiques optent pour une «réduction des risques» plutôt que pour une «réduction de l utilisation» des pesticides, choix, qui s inscrit dans la ligne défendue par l industrie. Selon nous, il ne s agit pas tant de gérer les risques résultant de l exposition à tel ou tel pesticide, mais bien de diminuer le risque général dû à la contamination générale de l environnement, de la chaîne alimentaire, des eaux, des organismes vivants, des agriculteurs, et de la population en général. Pour ce faire, il faut diminuer l utilisation de pesticides quels qu ils soient et favoriser les méthodes non-chimiques de maîtrise des organismes nuisibles. Or nous constatons dans les documents élaborés dans le cadre du projet de Programme de réduction des pesticides que les arguments présentés en faveur des indicateurs de risques ET en défaveur des indicateurs d utilisation, sur lesquels s appuie le choix, sont fallacieux à plus d un égard. Pour rappel, nous avions proposé de considérer à la fois un indicateur d utilisation (l index de fréquence de traitement) ET un indicateur de risque (par exemple POCER). En effet, les objectifs poursuivis par l un et l autre sont complémentaires (réduction de la dépendance aux pesticides, d une part, réduction de risques déterminés, d autre part). Nous vous faisons part, en annexe, de notre analyse sur ces deux indicateurs. Celle-ci complète les éléments d information qui nous ont été communiqués à ce propos. Cette analyse relativise la pertinence des indicateurs de risque en tant qu outil d évaluation du risque pour l environnement et la santé publique. Ils sont tout au plus une approximation, utile dans l estimation de risques déterminés et dans le cadre d objectifs de réduction de ces risques déterminés. Dans ce sens, ils sont complémentaires à l indice de fréquence de traitement, seul à même de rendre compte de l évolution de l utilisation des pesticides, donc de l exposition globale de la population et de l environnement suite à la contamination générale par les pesticides /6

2 Dans le cadre du Programme de réduction des pesticides, nous demandons aux autorités de prendre en compte un indicateur d utilisation, en l occurrence l index de fréquence de traitement. Cet indicateur relève d une approche pragmatique qui permettrait de suivre l évolution de notre dépendance à l égard des pesticides. La réduction de cette dépendance se justifie amplement, les autorités devant faire face à la contamination générale de l environnement et à ses conséquences, notamment en termes de santé publique. Annexe Analyse des avantages et inconvénients des deux indicateurs 1) Nous avons examiné les documents suivants, qui nous ont été communiqués dans le cadre des réunions relatives à l élaboration d un Programme de réduction des pesticides: Verslag van de werkgroep (W. Steurbaut) (noté ci-dessous doc I), Réduction programme pesticides & biocides proposal (Working group indicator-selection, Waletr Steurbaut et al.) (noté doc II), Instruments de mesure de l utilisation durable des produits phytosanitaires (Walter Steurbaut & Luc Pussemier)(noté doc III). Les arguments développés ci-dessous répondent aux énoncés orientés que véhiculent ces documents. Nous vous renvoyons également aux documents que nous vous avons communiqués (notamment par le de Catherine Wattiez; Dr Sc, du 27 janvier 2004), dont il n est fait mention nulle part dans les compte-rendus de réunions ou autres, en particulier: - Pesticide use reduction is working: an assessment of national reduction strategies in Denmark, Sweden, Netherlands and Norway, PAN Europe, december 2003; - The treatment frquency index an indicator for pesticide use and dependency as wel as overall looad on the environment, Lene Gravesen, Danish Environmental Protection Agency; - Development and use of the pesticide treatment frequancy concept Technical Note Final version ; Danish Environmental Protection Agency, January 2000; - Concernant les facteurs d incertitude justifiant des mesures de réduction de la dépendance vis-à-vis des pesticides: le chapitre 11 de Children s health and environment: a review of evidence, WHO et EEA, 2002 (http://reports.eea.eu.int/environmental_issue_report_2002_29/en/eip_29.pdf); les annexes 1 et 3 du baseline report du Technical Working group Cancer and children dans le cadre de l initiative SCALE (Environment and Health Strategy) Ces documents ne sont pas moins scientifiques que ceux produits par M. Steurbaut et associés. 2) Une recension objective et indépendante des avantages et inconvénients des deux types d indicateurs n a pas été réalisée. Celle qui apparaît dans les documents communiqués à ce propos est tendancieuse à plus d un égard. Les documents font état de facto d une approche privilégiant la gestion des risques plutôt que la réduction de l utilisation (qui est pourtant une façon de prévenir le risque): - the final goal is the realization of an instrument which is suitable for the risk management of the use of pesticides and biocides (doc. II.); - the system must be based on methodologies of risk assessment (doc. II.); - etc /6

3 3) L index de fréquence de traitement a l avantage d être simple, compréhensible et transparent. Il ne nécessite la collecte que de peu de données. Il rend compte de l évolution de l utilisation des pesticides et n a pas d autres prétentions. C est un indicateur lisible de l action politique pour limiter le recours à l utilisation des pesticides. Il permet de définir un objectif de réduction de l utilisation des pesticides, ce que ne permettent pas les indicateurs de risques, même au prix de l une ou l autre étude fort coûteuse. C est un indicateur quantitatif par excellence, tout en étant, sur le plan qualitatif, le reflet de l impact direct et indirect sur l écosystème et la santé publique. Un indicateur simple ne veut pas dire qu il n est pas scientifique. Inversement, scientifique n est pas synonyme de compliqué. Rejeter l index de fréquence de traitement sous prétexte qu il a été développé au Danemark est un argument qui ne tient pas la route, étant donné que la problématique et les données requises sont les mêmes, quel que soient le pays considéré. Les valeurs obtenues par type de cultures tout comme les mesures à mettre en œuvre seront sensiblement différentes en fonction du contexte (agricole) spécifique du pays considéré mais cela n enlève rien de la pertinence de cet indicateur pour n importe quel pays. Cet indicateur, contrairement aux indicateurs de risques, permettrait d ailleurs des comparaisons entre les différents pays européens quant à l évolution de leur dépendance à l égard des pesticides. Nous rappelons que l approche risk assessment, avec des indicateurs de risques et d impacts des pesticides, est celle privilégiée par l industrie. Selon nous, une diminution du Risque, telle que le préconise la communication Thematic strategy on the sustainable use of pesticides, requiert une diminution de l utilisation des pesticides avec une réduction de la dépendance aux pesticides pour contrôler les organismes nuisibles. Ceci se mesure par définition davantage par un indicateur d utilisation tel que la fréquence de traitement que par un indicateur de risque. 4) Un à priori en défaveur de l indicateur de fréquence de traitement Que lit-on dans les différents documents à propos de l indicateur de fréquence de traitement? Cet indicateur is not a good measure of the impact on environment and public health ; il ne donne pas d information sur l impact ou sur les effets secondaires et leur impact nuisible : ceci est présenté comme un des défauts de l index de fréquence de traitement (doc. II et III. notamment). On compare dans ces documents des indicateurs dont la philosophie sont fondamentalement différente, en voulant en quelque sorte qu un indicateur d utilisation soit aussi simultanément un indicateur d impact. Cela n a pas beaucoup de sens et relève d une analyse scientifique biaisée /6

4 On lit également en ce qui concerne cet indicateur qu il souffrirait des travers suivants, entre autres: - een gebrek aan extra-relevante informatie t.o.v het gebruik voor België ; (doc. I.) - problemen met mogelijks verkeerde interpreteerbare nuttige aspecten ; - onduidelijkheid voor interpretatie op national niveau ; - Reference Dose is a very arbitrary value and pure indicative for a general siuation ; (doc.ii) - persistent PPPs are rewarded because they have not be applied several times in comparison with non persistent alternatives ; - fractionnated applications are penalized for the effort to reduced the total application ; - etc. Tous ces arguments ne tiennent objectivement pas la route comme nous l avons rappelé dans nos Propositions pour un programme de réduction de l utilisation des pesticides (version du 4 mars 2004, p. 4 à 6 et p. 7 à 11). En particulier, l index de fréquence de traitement tient compte de la nouvelle génération de pesticides actifs à plus faible dose. Les données requises pour le calcul de l indice fréquence de traitement sont toutes des données de base, indispensables à une gestion publique correcte des pesticides (les surfaces agricoles par cultures, les quantités de substances mises sur le marché par an, les doses standard par substance active et culture). Ces données sont donc objectives et loin d être arbitraires. Elles doivent, du reste, être disponibles et à disposition des autorités. A défaut, un programme de réduction perdra toute crédibilité. L absence de données précises sur l utilisation réelle des pesticides pour les différents usages, présentée comme un argument contre l index de fréquence d application (doc. II.), est évidemment également aussi un des travers, essentiel dans ce cas, des indicateurs de risques. Nous préconisons quant à nous une approche pragmatique basée sur la dose légale. Par ailleurs, nous proposons également, un système d agréation de tous les utilisateurs et de déclaration annuelle (producteurs et utilisateurs), afin de disposer de données plus précises quant aux utilisations réelles pour les différents usages. Le but ici, avec l indicateur de fréquence de traitement, n est pas de modéliser un système complexe mais de disposer d un instrument illustrant au niveau national ou régional l évolution de l utilisation des pesticides. Ceci est à mettre en balance avec les arguments pour l indicateur Pocer: beschikbare expertise, methodiek beschikbaar, Belgische omstandigheden, expert judgment voor de impactindicator (doc. I.), use the available data and know-how of studies which are already performed in Belgium (doc.ii) tout argument qui démontre bien une sorte de monopole scientifique pour cet indicateur. Effectivement, l université de Gand et autres ont été financé depuis plusieurs années pour développer POCER. Cet indicateur de risque peut répondre certainement à certains objectifs déterminés, mais souffre de beaucoup de faiblesses pour rendre compte de l évolution de l utilisation des pesticides /6

5 5) Quels sont les faiblesses des indicateurs de risques? Ces faiblesses ne sont pas reprises dans les documents cités ci-dessus (doc. I à doc III). Cependant, les indicateurs de risques: - sont non-transparents; - sont complexes (composants et formules) et illisibles; - peuvent être manipulés ; - tentent de rendre compte de certains paramètres de systèmes infiniment complexe: pour ce faire ils reposent sur des estimations et des hypothèses; - font appel à un jugement d expert pour évaluer le poids relatifs des différentes composantes d un indicateur dit complexe ou composé; Contrairement à l indice de fréquence de traitement, ils ont donc un caractère arbitraire. En outre, les indicateurs de risques tentent de quantifier les voies d exposition et les risques qui en résultent. Or: - Les substances sont étudiées individuellement 1. En réalité, nous sommes exposés à un cocktail de différentes substances, susceptibles d interagir entre elles et avec d autres polluants et de présenter des synergies 2. Les substances sont aussi étudiées dans des conditions déterminées. Dans la réalité, ces conditions sont fort variables (caractéristiques du milieu récepteur, conditions climatiques etc.): il en résulte des différences par rapport aux résultats observés pour les conditions d étude, par exemple en ce qui concerne la persistance des substances et résidus. - Bon nombre de risques pour la santé et l environnement ne peuvent être estimés et l existence de bon nombre de ces risques n est même pas soupçonnée ou établie (effets sur les groupes de population les plus faibles, effets indirects sur les biocénoses etc.). Ces risques ne sont pas couverts par les indicateurs de risques. - Ainsi par exemple, ils ne peuvent prendre en compte les effets dommageables méconnus ou insuffisamment connus tels que par exemple les pesticides ayant la propriété d être des perturbateurs endocriniens. - Le risk assessment ne tient pas compte des effets de combinaisons de plusieurs substances (effets cocktails) et intègre mal les effets à long terme ainsi que ceux des produits utilisés à faibles doses. - Les effets indirects des pesticides sur la biodiversité ne sont pas pris en compte dans les indicateurs de risque. Dans ces évaluations, seuls sont pris en compte les effets directs sur la faune et la flore, alors que, vu la complexité des chaînes trophiques, les effets indirects peuvent avoir des conséquences fort importantes. - En ce qui concerne plus particulièrement les enfants, plusieurs rapports officiels et diverses études font état de la plus grande vulnérabilité qualitative et quantitative des fœtus, nouveaux-nés et jeunes enfants. Selon le rapport de l OMs et EEA que nous citons ci-dessus, current core tests and risk assessment methodologies do not fully ensure pesticide safety for foetuses, infants and children. Une réduction de l utilisation des pesticides afin de réduire la pollution ambiante (eaux, aliments etc.) y est prônée. On met notamment l accent sur les risques non reconnus de survenue 1 2 Ce sont surtout les substances actives qui sont étudiées alors que les résidus, les métabolites et les matières dites «inertes» des formulations peuvent également avoir des propriétés toxicologiques et écotoxicologiques. Voir notamment Harold I. Zeliger, «Toxic effects of chemical mixtures», Archives of environmental health, Jan (Requests for reprints : Dr. Harold I. Zeliger, Environmental & Toxicological Services, 1270 Sacandaga Road, West Charlton, NY ) /6

6 postérieure de cancers liés à des agents variés dont les pesticides, durant les périodes de développement de systèmes d organes ou d organes. Dans ce contexte, l exposition à une combinaison d agents chimiques pouvant agir de façon synergique ou additive prend tout son sens. Etant donné la complexité des processus, les indicateurs de risques ne peuvent rendre compte de ces risques particuliers. (Il ne faut pas perdre de vue que ces risques sont traduits par des pathologies conséquentes en termes humains et de santé publique.) Une politique de réduction de la dépendance et donc de l exposition aux pesticides en général se justifie donc amplement au regard de ces incertitudes. Ces arguments relativisent donc la pertinence des indicateurs de risque en tant qu outil d évaluation du risque pour l environnement et la santé publique, ce qui est leur objet. Ils sont tout au plus une approximation, utile dans l estimation de risques déterminés et dans le cadre d objectifs de réduction de ces risques déterminés. Dans ce sens, ils sont complémentaires à l indice de fréquence de traitement, seul à même de rendre compte de l évolution de l utilisation des pesticides, donc de l exposition globale de la population et de l environnement suite à la contamination générale par les pesticides /6

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Recommandation de la SFSE sur la prise en compte des me langes en e valuation des risques sanitaires

Recommandation de la SFSE sur la prise en compte des me langes en e valuation des risques sanitaires Recommandation de la SFSE sur la prise en compte des me langes en e valuation des risques sanitaires Cette recommandation s adresse aux professionnels de l évaluation des risques sanitaires. La section

Plus en détail

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION QUAND LE GESTIONNAIRE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE A-T-IL BESOIN D UTILISER UNE APPROCHE ANALYSE DE RISQUE? En concertation avec le groupe de

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

Santé & Environnement - Environmental Health -

Santé & Environnement - Environmental Health - Santé & Environnement - Environmental Health - Effets de l environnement sur la santé Pollution et santé IFMT-MS-Santé.Publ.2006 1 Qu est ce que l environnement? Tous éléments qui nous entourent (environnent)

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

APPLICATION PROFESSIONNELLE DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES EN ZNA : UN NOUVEAU MODE D'EVALUATION DE L'EXPOSITION DES OPERATEURS

APPLICATION PROFESSIONNELLE DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES EN ZNA : UN NOUVEAU MODE D'EVALUATION DE L'EXPOSITION DES OPERATEURS AFPP - 3e CONFÉRENCE SUR L ENTRETIEN DES ESPACES VERTS, JARDINS, GAZONS, FORÊTS, ZONES AQUATIQUES ET AUTRES ZONES NON AGRICOLES TOULOUSE 15, 16 ET 17 OCTOBRE 2013 APPLICATION PROFESSIONNELLE DE PRODUITS

Plus en détail

INEGALITÉS SOCIALES D EXPOSITION AUX FACTEURS DE RISQUE ENVIRONNEMENTAUX :

INEGALITÉS SOCIALES D EXPOSITION AUX FACTEURS DE RISQUE ENVIRONNEMENTAUX : SITES INDUSTRIELS Christophe DECLERCQ 1, Olivier LACOSTE 1, Gilles POIRIER 1, Hélène PROUVOST 1 INEGALITÉS SOCIALES D EXPOSITION AUX FACTEURS DE RISQUE ENVIRONNEMENTAUX : L EXEMPLE DE L IMPLANTATION DES

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1 La demande d informations CDP sur l eau 2014 Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring Page 1 Introduction En 2013 le questionnaire du program d eau a posé des questions

Plus en détail

Classification. Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent

Classification. Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent Classification Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent La classification a pour objet de regrouper des données en classes possédant des caractéristiques similaires. La

Plus en détail

commission du codex alimentarius

commission du codex alimentarius commission du codex alimentarius ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE BUREAU CONJOINT: Via delle Terme di Caracalla 00100 ROME Tel.: 57051

Plus en détail

47. TABLEAU DE BORD D'INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX POUR UN

47. TABLEAU DE BORD D'INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX POUR UN 47. TABLEAU DE BORD D'INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX POUR UN 1.Introduction DÉVELOPPEMENT DURABLE À BRUXELLES L'objectif du tableau de bord d indicateurs (TBI) est de montrer comment évolue l état, la gestion

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

MAITRISER L EXPOSITION PROFESSIONNELLE AUX AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX

MAITRISER L EXPOSITION PROFESSIONNELLE AUX AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX MAITRISER L EXPOSITION PROFESSIONNELLE AUX AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX Khaoula CHERIF Medindustrie, le 12 juin 2015 Quelques faits Emballages fragiles, risque de fuite Encombrement, empilage hasardeux,

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

The use of bee (Apis Mellifica) for biomonitoring agricultural pollution. Study of a video-based bee counter for real-time monitoring of bee mortality

The use of bee (Apis Mellifica) for biomonitoring agricultural pollution. Study of a video-based bee counter for real-time monitoring of bee mortality The use of bee (Apis Mellifica) for biomonitoring agricultural pollution. Study of a video-based bee counter for real-time monitoring of bee mortality Benjamin POIROT, PhD Benjamin Poirot a, Valérie Nevers

Plus en détail

Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP)

Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP) Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP) La réglementation des produits biocides 17 Septembre 2013, Paris François Le Goff European Chemicals Agency Contents Le rôle d ECHA Les outils

Plus en détail

LOGICIEL DE SIMULATION DES ÉMISSIONS DE MATÉRIAUX ET DE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR (IA-QUEST)

LOGICIEL DE SIMULATION DES ÉMISSIONS DE MATÉRIAUX ET DE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR (IA-QUEST) LOGICIEL DE SIMULATION DES ÉMISSIONS DE MATÉRIAUX ET DE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR (IA-QUEST) Boualem Ouazia, Doyun Won, Bob Magee et Dan Sander Programme de recherche sur l environnement intérieur/institut

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

CONCLUSION. 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg

CONCLUSION. 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg CONCLUSION 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg REACH ET CLP Informations complémentaires (1/5) European chemicals agency : http://echa.europa.eu/ Guide d application : http://guidance.echa.europa.eu/

Plus en détail

Guideline for the Index of the Quality of the Air

Guideline for the Index of the Quality of the Air Guideline for the Index of the Quality of the Air Report EPS 1/AP/3 April 1996 iii Readers Comments Comments regarding the content of this report should be addressed to: Tom Furmanczyk Pollution Data

Plus en détail

SRP-2.01-EIS-11NNNN-001.4

SRP-2.01-EIS-11NNNN-001.4 APPROUVÉ POUR UTILISATION INTERNE Rév. 001 Dossier n o 2.01 E-Docs n o 3407098 PROCÉDURES D EXAMEN POUR LE PERSONNEL : Énoncé des incidences environnementales (EIE) présenté par un promoteur au sujet d

Plus en détail

Joint Research Centre Institute for Reference Materials and Measurements (JRC-IRMM) Approche Intégrée de la Radioprotection

Joint Research Centre Institute for Reference Materials and Measurements (JRC-IRMM) Approche Intégrée de la Radioprotection SFRP, Angers 2009 Approche intégrée de la Radioprotection 1 Joint Research Centre Institute for Reference Materials and Measurements (JRC-IRMM) Approche Intégrée de la Radioprotection échange des Bonnes

Plus en détail

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003 Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré 9 Janvier 2015 1 2 1. Contexte du projet «Les vies humaines sont impactées

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

PIETTE Alain De: Envoyé: Objet: BES flash September 2014 BES flash Septembre 2014 http://www.besweb.be/nl/besflash http://www.besweb.

PIETTE Alain De: Envoyé: Objet: BES flash September 2014 BES flash Septembre 2014 http://www.besweb.be/nl/besflash http://www.besweb. PIETTE Alain De: PIETTE Alain Envoyé: mardi 30 septembre 2014 10:31 Objet: BES flash September 2014 - BES flash Septembre 2014 BES flash September 2014 Alle BES flash op:http://www.besweb.be/nl/besflash

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique LE CANCER DU SEIN SUITE AU TRAITEMENT D UN CANCER PÉDIATRIQUE : ÊTES-VOUS À RISQUE? Après avoir été traitée pour le cancer lors de votre enfance, votre adolescence ou le début de l âge adulte, cette épreuve

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Conclusion. Virginie PIATON Helpdesk REACH & CLP Luxembourg www.reach.lu- www.clp.lu

Conclusion. Virginie PIATON Helpdesk REACH & CLP Luxembourg www.reach.lu- www.clp.lu Conclusion Virginie PIATON Helpdesk REACH & CLP Luxembourg www.reach.lu- www.clp.lu Informations complémentaires European chemicals agency : http://echa.europa.eu/ Guide d application : http://guidance.echa.europa.eu/

Plus en détail

1 Respecter l environnement

1 Respecter l environnement 1 Respecter l environnement «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants.» Antoine de Saint-Exupéry Aujourd hui, il devient nécessaire à toute entreprise industrielle

Plus en détail

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012 Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques Jeudi 13 septembre 2012 Nos animateurs Marie-Laure Heraud Responsable activité REACH / Risque chimique

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8424

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8424 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8424 Produits chimiques toxiques dans les pyjamas pour enfants 3 décembre 2008 1. INTRODUCTION ET QUESTIONS Interpellée par Mme Catherine Fonck, Ministre

Plus en détail

LE COUT ECONOMIQUE DE L UTILISATION DES PESTICIDES EN SUISSE COMPTE PILOTE

LE COUT ECONOMIQUE DE L UTILISATION DES PESTICIDES EN SUISSE COMPTE PILOTE Greenpeace, Pro Natura, SVS/BirdLife Schweiz, WWF LE COUT ECONOMIQUE DE L UTILISATION DES PESTICIDES EN SUISSE COMPTE PILOTE Résumé Zurich, 17 avril 2014 Remo Zandonella, Daniel Sutter, Rahel Liechti,

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

POSITION DE DETIC CONCERNANT LA PROPOSITION DE LA COMMISSION ET LES AMENDEMENTS ADOPTES PAR LE CONSEIL ET LE PARLEMENT EUROPEEN EN PREMIERE LECTURE

POSITION DE DETIC CONCERNANT LA PROPOSITION DE LA COMMISSION ET LES AMENDEMENTS ADOPTES PAR LE CONSEIL ET LE PARLEMENT EUROPEEN EN PREMIERE LECTURE REACH POSITION DE DETIC CONCERNANT LA PROPOSITION DE LA COMMISSION ET LES AMENDEMENTS ADOPTES PAR LE CONSEIL ET LE PARLEMENT EUROPEEN EN PREMIERE LECTURE Nous avons pris connaissance avec intérêt des améliorations

Plus en détail

Amiante et risques pour la population

Amiante et risques pour la population Séminaire médias Amiante Amiante et risques pour la population Paul Madelaine Secrétariat d Etat à l économie (Seco) Direction du travail, Inspection fédérale du travail Page 1 Fibres d amiante dans l

Plus en détail

1. Analyse des chiffres clés et origine des contributeurs

1. Analyse des chiffres clés et origine des contributeurs Synthèse des commentaires reçus lors de la consultation publique organisée sur le rapport du groupe de travail relatif à l élaboration d une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens Lors

Plus en détail

Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer.

Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer. Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer. Développements : Nous sommes confrontés à une augmentation permanente du nombre de cancers. Les

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation 1 Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation Symposium : Un espace public sans pesticides, c est possible! Mars 2015 Justine Pecceu Attaché Agréation des Produits phytopharmaceutiques

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS ENVIRONNEMENTALES DEMANDENT À LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE DE RENONCER AU PROJET «PUITS DE CARBONE» AU CONGO

LES ASSOCIATIONS ENVIRONNEMENTALES DEMANDENT À LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE DE RENONCER AU PROJET «PUITS DE CARBONE» AU CONGO BRUSSELSE RAAD VOOR HET LEEFMILIEU Zaterdagplein 13 1000 Brussel Tél. 02/217 56 33 Fax. 02/217 06 11 GREENPEACE Chaussée de Haecht 159 1030 Bruxelles Tél. : 02/274 02 00 Fax : 02/201 19 50 INTER-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

Nous référons à votre lettre du 25 octobre 2012, en réaction à l envoi par TBEL de la version adaptée du Contrat de Distributeur, au réseau Toyota.

Nous référons à votre lettre du 25 octobre 2012, en réaction à l envoi par TBEL de la version adaptée du Contrat de Distributeur, au réseau Toyota. Zaventem, le 15/11/2012 Toyota Network Steering Mr Bernard Lycke Avenue Jules Bordetlaan 164 1140 Bruxelles Concerne: Votre lettre du 25 octobre 2012 Messieurs, Nous référons à votre lettre du 25 octobre

Plus en détail

Outils et méthodes de gestion des risques liés à l utilisation des pesticides sur un territoire : Les résultats du projet TRam.

Outils et méthodes de gestion des risques liés à l utilisation des pesticides sur un territoire : Les résultats du projet TRam. Outils et méthodes de gestion des risques liés à l utilisation des pesticides sur un territoire : Les résultats du projet TRam. Le Grusse Philippe, Mandart Elisabeth, Ayadi Habiba, Bouaziz Ahmed, Chtaina

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

A choisir entre une souris et un enfant... Par Franck Schrafstetter

A choisir entre une souris et un enfant... Par Franck Schrafstetter A choisir entre une souris et un enfant... Par Franck Schrafstetter Les controverses sur l'expérimentation animale se fondent la plupart du temps sur un débat scientifique, entre les adeptes du modèle

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention mission The Collaborating Centre seeks to contribute at the international level to research, development and the dissemination

Plus en détail

La conservation préventive: une méthodologie d approche basée sur le monitoring

La conservation préventive: une méthodologie d approche basée sur le monitoring La conservation préventive: une méthodologie d approche basée sur le monitoring Koenraad VAN BALEN Directeur RLICC et titulaire de la chair Unesco PRECOMOS Contenu La conservation préventive à l interface

Plus en détail

2.1 Propositions du document COS

2.1 Propositions du document COS ASSOCIATION BELGE DES SOCIETES COTEES ASBL Hugo Vandamme Président Christine Darville Administrateur Bruxelles, 17 septembre 2012 Pour la création de la «Bourse de l Entreprise»? Commentaires de l Association

Plus en détail

Environment and Government: Role of the CESD

Environment and Government: Role of the CESD Environmental Evaluators Network Environment and Government: Role of the CESD Richard Arseneault September 23, 2009 Content Who we are What we do Overview of recent work Future direction Commissaire à

Plus en détail

ANNEXE C-4. Références utiles pour la modélisation du transfert de polluants dans le sol et les eaux souterraines.

ANNEXE C-4. Références utiles pour la modélisation du transfert de polluants dans le sol et les eaux souterraines. ANNEXE C-4 Références utiles pour la modélisation du transfert de polluants dans le sol et les eaux souterraines. DIRECTION GENERALE OPERATIONNELLE (DGO3) C4-1 TABLE DES MATIÈRES 1 Codes de calcul existants...

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN

CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN AVIS RELATIF À L AVANT-PROJET D'ARRÊTÉ ROYAL CONCERNANT LA DISPONIBILITÉ D'INFORMATIONS SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LES ÉMISSIONS

Plus en détail

SABCA Environmental Policy Declaration

SABCA Environmental Policy Declaration SABCA Environmental Policy Declaration We, as SABCA Managing Director and environmental officers, undertake to establish and implement an effective Environmental Management System (EMS) following the ISO

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat

La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat Namur, 21 Octobre 2015 Elodie Bossio, FEDARENE Bureau de la Convention des Maires La Convention des Maires en chiffres

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

Le démembrement de propriété. Stratégie

Le démembrement de propriété. Stratégie Conseils Stratégie Le Alors que, jusqu à présent, le démembrement à titre onéreux de la propriété d un immeuble avec constitution d usufruit temporaire restait une pratique marginale, la prise en compte

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Laura E. Williamson - Project Director UNFCCC COP 17 Side Event December 2, 2011 Renewable Energy Policies for Climate Resilience, Sustainable Development and

Plus en détail

Et pourtant, plusieurs revues

Et pourtant, plusieurs revues Léon Guéguen Membre de l Académie d agriculture Fruits et légumes bio : pas meilleurs pour la santé Léon Guéguen Directeur de recherche honoraire de l INRA Non, les fruits et légumes bio ne sont pas meilleurs

Plus en détail

European Aviation Safety Agency

European Aviation Safety Agency Page 1 of 6 European Aviation Safety Agency EASA SPECIFIC AIRWORTHINESS SPECIFICATION for as specified in Section I This Specific Airworthiness Specification is issued in accordance with Regulation (EC)

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

Risques liés à l utilisation des pesticides

Risques liés à l utilisation des pesticides Chapitre 8 Risques liés à l utilisation des pesticides Dans ce chapitre Mots-clés Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Définir ce qu est un risque. 2. Nommer les voies

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Gestion des lixiviats

Gestion des lixiviats Gestion des lixiviats OPTIONS DE GESTION DES LIXIVIATS MÉTHODOLOGIE En tenant compte de la gestion et du traitement des lixiviats qui se font actuellement dans d autres sites d enfouissement des déchets

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques

Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques appliquées au domaine santé environnement - travail Plus d outils de recherche documentaire sur le site du Service Documentation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 30 juin 2014 modifiant l arrêté du 25 novembre 2011 relatif au référentiel de certification

Plus en détail

face au changement climatique

face au changement climatique Gestion des produits chimiques pour protéger la santé face au changement climatique L accélération du changement climatique représente une nouvelle menace sans précédent pour la santé publique et risque

Plus en détail

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Agadir (Maroc) 9 mai 2013 Quelques convictions L innovation s inscrit dans un processus d entreprise commun Elle ne peut réussir sans intégration

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire CCE 2013-1270 DEF Avis concernant un projet d arrêté royal relatif à la mise sur le marché des substances

Plus en détail

OECD (Q)SAR Application Toolbox: Contexte et évolution. B. Diderich Environment, Health and Safety Division OECD

OECD (Q)SAR Application Toolbox: Contexte et évolution. B. Diderich Environment, Health and Safety Division OECD OECD (Q)SAR Application Toolbox: Contexte et évolution B. Diderich Environment, Health and Safety Division OECD Philosophie Mettre en œuvre dans un programme informatique flexible le document guide de

Plus en détail

Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances. Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014

Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances. Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014 Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014 Introduction Les systèmes de santé sont sous pression Hausse des attentes Crises de financement Transition

Plus en détail

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Session 3 Big Data and IT in Transport: Applications, Implications, Limitations Jacques Ehrlich/IFSTTAR h/ifsttar

Plus en détail

Réseau RNV3P. Détection des pathologies potentiellement émergentes en santé au travail

Réseau RNV3P. Détection des pathologies potentiellement émergentes en santé au travail Réseau RNV3P Détection des pathologies potentiellement émergentes en santé au travail BONNETERRE V 1,2, FAISANDIER L 2, BICOUT DJ 2, DE GAUDEMARIS R 1,2, pour le RNV3P 1- CHU Grenoble; 2- Equipe EPSP (Environnement

Plus en détail

Étude de la répartition spatiale des cancers possiblement liés à la pollution des sols par

Étude de la répartition spatiale des cancers possiblement liés à la pollution des sols par Étude de la répartition spatiale des cancers possiblement liés à la pollution des sols par les pesticides organochlorés en Martinique Dr M. Dieye, Dr P. Quénel, S. Goria, A. Blateau, M. Colonna, Pr H.

Plus en détail