Note des 4 fédérations sur la question des indicateurs, 20 avril Plan de réduction des pesticides : la question des indicateurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note des 4 fédérations sur la question des indicateurs, 20 avril 2004. Plan de réduction des pesticides : la question des indicateurs"

Transcription

1 BOND BETER LEEFMILIEU Tweekerkenstraat Brussel tel. 02/ fax. 02/ BRUSSELSE RAAD VOOR HET LEEFMILIEU Zaterdagplein Brussel tel. 02/ fax. 02/ INTER- ENVIRONNEMENT BRUXELLES rue du Midi Bruxelles tél. 02/ fax. 02/ INTER- ENVIRONNEMENT WALLONIE boulevard du Nord Namur tél. 081/ fax. 081/ Note des 4 fédérations sur la question des indicateurs, 20 avril 2004 Plan de réduction des pesticides : la question des indicateurs Les quatre fédérations ont pris connaissance du projet de Programme de réduction des pesticides (version du 19 février 2004). D après ce document, les autorités ont opté pour un indicateur de risque et rejeté tout indicateur d utilisation. Nous pensons que ce choix est lourd de conséquence en terme de santé publique notamment. Nous regrettons que les autorités publiques optent pour une «réduction des risques» plutôt que pour une «réduction de l utilisation» des pesticides, choix, qui s inscrit dans la ligne défendue par l industrie. Selon nous, il ne s agit pas tant de gérer les risques résultant de l exposition à tel ou tel pesticide, mais bien de diminuer le risque général dû à la contamination générale de l environnement, de la chaîne alimentaire, des eaux, des organismes vivants, des agriculteurs, et de la population en général. Pour ce faire, il faut diminuer l utilisation de pesticides quels qu ils soient et favoriser les méthodes non-chimiques de maîtrise des organismes nuisibles. Or nous constatons dans les documents élaborés dans le cadre du projet de Programme de réduction des pesticides que les arguments présentés en faveur des indicateurs de risques ET en défaveur des indicateurs d utilisation, sur lesquels s appuie le choix, sont fallacieux à plus d un égard. Pour rappel, nous avions proposé de considérer à la fois un indicateur d utilisation (l index de fréquence de traitement) ET un indicateur de risque (par exemple POCER). En effet, les objectifs poursuivis par l un et l autre sont complémentaires (réduction de la dépendance aux pesticides, d une part, réduction de risques déterminés, d autre part). Nous vous faisons part, en annexe, de notre analyse sur ces deux indicateurs. Celle-ci complète les éléments d information qui nous ont été communiqués à ce propos. Cette analyse relativise la pertinence des indicateurs de risque en tant qu outil d évaluation du risque pour l environnement et la santé publique. Ils sont tout au plus une approximation, utile dans l estimation de risques déterminés et dans le cadre d objectifs de réduction de ces risques déterminés. Dans ce sens, ils sont complémentaires à l indice de fréquence de traitement, seul à même de rendre compte de l évolution de l utilisation des pesticides, donc de l exposition globale de la population et de l environnement suite à la contamination générale par les pesticides /6

2 Dans le cadre du Programme de réduction des pesticides, nous demandons aux autorités de prendre en compte un indicateur d utilisation, en l occurrence l index de fréquence de traitement. Cet indicateur relève d une approche pragmatique qui permettrait de suivre l évolution de notre dépendance à l égard des pesticides. La réduction de cette dépendance se justifie amplement, les autorités devant faire face à la contamination générale de l environnement et à ses conséquences, notamment en termes de santé publique. Annexe Analyse des avantages et inconvénients des deux indicateurs 1) Nous avons examiné les documents suivants, qui nous ont été communiqués dans le cadre des réunions relatives à l élaboration d un Programme de réduction des pesticides: Verslag van de werkgroep (W. Steurbaut) (noté ci-dessous doc I), Réduction programme pesticides & biocides proposal (Working group indicator-selection, Waletr Steurbaut et al.) (noté doc II), Instruments de mesure de l utilisation durable des produits phytosanitaires (Walter Steurbaut & Luc Pussemier)(noté doc III). Les arguments développés ci-dessous répondent aux énoncés orientés que véhiculent ces documents. Nous vous renvoyons également aux documents que nous vous avons communiqués (notamment par le de Catherine Wattiez; Dr Sc, du 27 janvier 2004), dont il n est fait mention nulle part dans les compte-rendus de réunions ou autres, en particulier: - Pesticide use reduction is working: an assessment of national reduction strategies in Denmark, Sweden, Netherlands and Norway, PAN Europe, december 2003; - The treatment frquency index an indicator for pesticide use and dependency as wel as overall looad on the environment, Lene Gravesen, Danish Environmental Protection Agency; - Development and use of the pesticide treatment frequancy concept Technical Note Final version ; Danish Environmental Protection Agency, January 2000; - Concernant les facteurs d incertitude justifiant des mesures de réduction de la dépendance vis-à-vis des pesticides: le chapitre 11 de Children s health and environment: a review of evidence, WHO et EEA, 2002 (http://reports.eea.eu.int/environmental_issue_report_2002_29/en/eip_29.pdf); les annexes 1 et 3 du baseline report du Technical Working group Cancer and children dans le cadre de l initiative SCALE (Environment and Health Strategy) Ces documents ne sont pas moins scientifiques que ceux produits par M. Steurbaut et associés. 2) Une recension objective et indépendante des avantages et inconvénients des deux types d indicateurs n a pas été réalisée. Celle qui apparaît dans les documents communiqués à ce propos est tendancieuse à plus d un égard. Les documents font état de facto d une approche privilégiant la gestion des risques plutôt que la réduction de l utilisation (qui est pourtant une façon de prévenir le risque): - the final goal is the realization of an instrument which is suitable for the risk management of the use of pesticides and biocides (doc. II.); - the system must be based on methodologies of risk assessment (doc. II.); - etc /6

3 3) L index de fréquence de traitement a l avantage d être simple, compréhensible et transparent. Il ne nécessite la collecte que de peu de données. Il rend compte de l évolution de l utilisation des pesticides et n a pas d autres prétentions. C est un indicateur lisible de l action politique pour limiter le recours à l utilisation des pesticides. Il permet de définir un objectif de réduction de l utilisation des pesticides, ce que ne permettent pas les indicateurs de risques, même au prix de l une ou l autre étude fort coûteuse. C est un indicateur quantitatif par excellence, tout en étant, sur le plan qualitatif, le reflet de l impact direct et indirect sur l écosystème et la santé publique. Un indicateur simple ne veut pas dire qu il n est pas scientifique. Inversement, scientifique n est pas synonyme de compliqué. Rejeter l index de fréquence de traitement sous prétexte qu il a été développé au Danemark est un argument qui ne tient pas la route, étant donné que la problématique et les données requises sont les mêmes, quel que soient le pays considéré. Les valeurs obtenues par type de cultures tout comme les mesures à mettre en œuvre seront sensiblement différentes en fonction du contexte (agricole) spécifique du pays considéré mais cela n enlève rien de la pertinence de cet indicateur pour n importe quel pays. Cet indicateur, contrairement aux indicateurs de risques, permettrait d ailleurs des comparaisons entre les différents pays européens quant à l évolution de leur dépendance à l égard des pesticides. Nous rappelons que l approche risk assessment, avec des indicateurs de risques et d impacts des pesticides, est celle privilégiée par l industrie. Selon nous, une diminution du Risque, telle que le préconise la communication Thematic strategy on the sustainable use of pesticides, requiert une diminution de l utilisation des pesticides avec une réduction de la dépendance aux pesticides pour contrôler les organismes nuisibles. Ceci se mesure par définition davantage par un indicateur d utilisation tel que la fréquence de traitement que par un indicateur de risque. 4) Un à priori en défaveur de l indicateur de fréquence de traitement Que lit-on dans les différents documents à propos de l indicateur de fréquence de traitement? Cet indicateur is not a good measure of the impact on environment and public health ; il ne donne pas d information sur l impact ou sur les effets secondaires et leur impact nuisible : ceci est présenté comme un des défauts de l index de fréquence de traitement (doc. II et III. notamment). On compare dans ces documents des indicateurs dont la philosophie sont fondamentalement différente, en voulant en quelque sorte qu un indicateur d utilisation soit aussi simultanément un indicateur d impact. Cela n a pas beaucoup de sens et relève d une analyse scientifique biaisée /6

4 On lit également en ce qui concerne cet indicateur qu il souffrirait des travers suivants, entre autres: - een gebrek aan extra-relevante informatie t.o.v het gebruik voor België ; (doc. I.) - problemen met mogelijks verkeerde interpreteerbare nuttige aspecten ; - onduidelijkheid voor interpretatie op national niveau ; - Reference Dose is a very arbitrary value and pure indicative for a general siuation ; (doc.ii) - persistent PPPs are rewarded because they have not be applied several times in comparison with non persistent alternatives ; - fractionnated applications are penalized for the effort to reduced the total application ; - etc. Tous ces arguments ne tiennent objectivement pas la route comme nous l avons rappelé dans nos Propositions pour un programme de réduction de l utilisation des pesticides (version du 4 mars 2004, p. 4 à 6 et p. 7 à 11). En particulier, l index de fréquence de traitement tient compte de la nouvelle génération de pesticides actifs à plus faible dose. Les données requises pour le calcul de l indice fréquence de traitement sont toutes des données de base, indispensables à une gestion publique correcte des pesticides (les surfaces agricoles par cultures, les quantités de substances mises sur le marché par an, les doses standard par substance active et culture). Ces données sont donc objectives et loin d être arbitraires. Elles doivent, du reste, être disponibles et à disposition des autorités. A défaut, un programme de réduction perdra toute crédibilité. L absence de données précises sur l utilisation réelle des pesticides pour les différents usages, présentée comme un argument contre l index de fréquence d application (doc. II.), est évidemment également aussi un des travers, essentiel dans ce cas, des indicateurs de risques. Nous préconisons quant à nous une approche pragmatique basée sur la dose légale. Par ailleurs, nous proposons également, un système d agréation de tous les utilisateurs et de déclaration annuelle (producteurs et utilisateurs), afin de disposer de données plus précises quant aux utilisations réelles pour les différents usages. Le but ici, avec l indicateur de fréquence de traitement, n est pas de modéliser un système complexe mais de disposer d un instrument illustrant au niveau national ou régional l évolution de l utilisation des pesticides. Ceci est à mettre en balance avec les arguments pour l indicateur Pocer: beschikbare expertise, methodiek beschikbaar, Belgische omstandigheden, expert judgment voor de impactindicator (doc. I.), use the available data and know-how of studies which are already performed in Belgium (doc.ii) tout argument qui démontre bien une sorte de monopole scientifique pour cet indicateur. Effectivement, l université de Gand et autres ont été financé depuis plusieurs années pour développer POCER. Cet indicateur de risque peut répondre certainement à certains objectifs déterminés, mais souffre de beaucoup de faiblesses pour rendre compte de l évolution de l utilisation des pesticides /6

5 5) Quels sont les faiblesses des indicateurs de risques? Ces faiblesses ne sont pas reprises dans les documents cités ci-dessus (doc. I à doc III). Cependant, les indicateurs de risques: - sont non-transparents; - sont complexes (composants et formules) et illisibles; - peuvent être manipulés ; - tentent de rendre compte de certains paramètres de systèmes infiniment complexe: pour ce faire ils reposent sur des estimations et des hypothèses; - font appel à un jugement d expert pour évaluer le poids relatifs des différentes composantes d un indicateur dit complexe ou composé; Contrairement à l indice de fréquence de traitement, ils ont donc un caractère arbitraire. En outre, les indicateurs de risques tentent de quantifier les voies d exposition et les risques qui en résultent. Or: - Les substances sont étudiées individuellement 1. En réalité, nous sommes exposés à un cocktail de différentes substances, susceptibles d interagir entre elles et avec d autres polluants et de présenter des synergies 2. Les substances sont aussi étudiées dans des conditions déterminées. Dans la réalité, ces conditions sont fort variables (caractéristiques du milieu récepteur, conditions climatiques etc.): il en résulte des différences par rapport aux résultats observés pour les conditions d étude, par exemple en ce qui concerne la persistance des substances et résidus. - Bon nombre de risques pour la santé et l environnement ne peuvent être estimés et l existence de bon nombre de ces risques n est même pas soupçonnée ou établie (effets sur les groupes de population les plus faibles, effets indirects sur les biocénoses etc.). Ces risques ne sont pas couverts par les indicateurs de risques. - Ainsi par exemple, ils ne peuvent prendre en compte les effets dommageables méconnus ou insuffisamment connus tels que par exemple les pesticides ayant la propriété d être des perturbateurs endocriniens. - Le risk assessment ne tient pas compte des effets de combinaisons de plusieurs substances (effets cocktails) et intègre mal les effets à long terme ainsi que ceux des produits utilisés à faibles doses. - Les effets indirects des pesticides sur la biodiversité ne sont pas pris en compte dans les indicateurs de risque. Dans ces évaluations, seuls sont pris en compte les effets directs sur la faune et la flore, alors que, vu la complexité des chaînes trophiques, les effets indirects peuvent avoir des conséquences fort importantes. - En ce qui concerne plus particulièrement les enfants, plusieurs rapports officiels et diverses études font état de la plus grande vulnérabilité qualitative et quantitative des fœtus, nouveaux-nés et jeunes enfants. Selon le rapport de l OMs et EEA que nous citons ci-dessus, current core tests and risk assessment methodologies do not fully ensure pesticide safety for foetuses, infants and children. Une réduction de l utilisation des pesticides afin de réduire la pollution ambiante (eaux, aliments etc.) y est prônée. On met notamment l accent sur les risques non reconnus de survenue 1 2 Ce sont surtout les substances actives qui sont étudiées alors que les résidus, les métabolites et les matières dites «inertes» des formulations peuvent également avoir des propriétés toxicologiques et écotoxicologiques. Voir notamment Harold I. Zeliger, «Toxic effects of chemical mixtures», Archives of environmental health, Jan (Requests for reprints : Dr. Harold I. Zeliger, Environmental & Toxicological Services, 1270 Sacandaga Road, West Charlton, NY ) /6

6 postérieure de cancers liés à des agents variés dont les pesticides, durant les périodes de développement de systèmes d organes ou d organes. Dans ce contexte, l exposition à une combinaison d agents chimiques pouvant agir de façon synergique ou additive prend tout son sens. Etant donné la complexité des processus, les indicateurs de risques ne peuvent rendre compte de ces risques particuliers. (Il ne faut pas perdre de vue que ces risques sont traduits par des pathologies conséquentes en termes humains et de santé publique.) Une politique de réduction de la dépendance et donc de l exposition aux pesticides en général se justifie donc amplement au regard de ces incertitudes. Ces arguments relativisent donc la pertinence des indicateurs de risque en tant qu outil d évaluation du risque pour l environnement et la santé publique, ce qui est leur objet. Ils sont tout au plus une approximation, utile dans l estimation de risques déterminés et dans le cadre d objectifs de réduction de ces risques déterminés. Dans ce sens, ils sont complémentaires à l indice de fréquence de traitement, seul à même de rendre compte de l évolution de l utilisation des pesticides, donc de l exposition globale de la population et de l environnement suite à la contamination générale par les pesticides /6

Avis des 4 fédérations de protection de l environnement (Thibaut A., Bouttin V., Borgo E.)

Avis des 4 fédérations de protection de l environnement (Thibaut A., Bouttin V., Borgo E.) BOND BETER LEEFMILIEU BRUSSELSE RAAD VOOR HET LEEFMILIEU INTER- ENVIRONNEMENT BRUXELLES INTER- ENVIRONNEMENT WALLONIE Tweekerkenstraat 47 1000 Brussel tel. 02/282 17 20 fax. 02/230 53 89 Zaterdagplein

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Rappel : Notions de Risque

Rappel : Notions de Risque Rappel : Notions de Risque Danger Le Risque Exposition Danger Risque Exposition S. BERNIER IRPS 17/03/2006 Que dit la réglementation? Directive cadre n 89/391/CEE Loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (art.

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION INTERNATIONAL CONFEDERATION OF INSPECTION AND CERTIFICATION ORGANISATIONS LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION QUI SOMMES NOUS ET QUE FAISONS NOUS? CEOC international est

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Concours sur la protection du climat

Concours sur la protection du climat Concours sur la protection du climat Les maisons des Amis de la Nature tissent un réseau international pour protéger le climat 3 La protection du climat nous concerne tous! La protection du climat est

Plus en détail

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES L impact des produits chimiques dangereux sur les femmes Amorce de réflexion suite à un atelier d experts Synthèse du rapport paru le 8 mars 2016 Ce rapport a pour objet une revue de l information disponible

Plus en détail

Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP)

Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP) Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP) La réglementation des produits biocides 17 Septembre 2013, Paris François Le Goff European Chemicals Agency Contents Le rôle d ECHA Les outils

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1 La demande d informations CDP sur l eau 2014 Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring Page 1 Introduction En 2013 le questionnaire du program d eau a posé des questions

Plus en détail

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Agence wallonne de l Air et du Climat Demande de subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Demande à introduire au plus tard le 15 octobre

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par l'assemblée générale de l'amm, Vancouver,

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012 Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques Jeudi 13 septembre 2012 Nos animateurs Marie-Laure Heraud Responsable activité REACH / Risque chimique

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME EVALUATION DES BESOINS GLOBAUX I. INTRODUCTION

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME EVALUATION DES BESOINS GLOBAUX I. INTRODUCTION COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.14 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS EVALUATION DES BESOINS GLOBAUX I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

ASSOCIATION DE LA VILLE ET

ASSOCIATION DE LA VILLE ET Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling OCMW AFDELING OCMW'S Nos réf.

Plus en détail

Certification des systèmes Vinçotte

Certification des systèmes Vinçotte Certification des systèmes Vinçotte Pouvez-vous démontrer au monde votre valeur? La certification fait votre réputation. YOUR REPUTATION IS MINE. Une certification par Vinçotte vous permet d évaluer vos

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

linguiste. De cette façon nous pourrons définir un aspect fondamental de la Linguistique Appliquée.

linguiste. De cette façon nous pourrons définir un aspect fondamental de la Linguistique Appliquée. RÉSUMÉ EN FRANÇAIS Cette thèse a deux objectifs principaux qui, compte tenu de leur complémentarité, nous pouvons les combiner dans un seul but qui est le suivant: l'étude de la formation à la communication

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière

Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière L encadrement des loyers du marché privé est un des points chauds de la lutte des associations de défense des locataires qui en

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Toutefois, nous estimons que ces informations sont trompeuses.

Toutefois, nous estimons que ces informations sont trompeuses. for the people for the planet for the future Jeudi, 10 janvier 2008 MISE EN DEMEURE Messieurs, Notre ASBL Friends of the Earth Europe, dont le siège social est sis rue Blanche, 15 à 1050 Bruxelles et moi-même

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste?

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? «Tout ce qui ne fut pas sera, et nul n en est à l abri.» LAO TSEU Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? Définition d une crise Avant toute chose, essayons de définir ce qu est une crise en entreprise,

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

Recommandation de la SFSE sur la prise en compte des me langes en e valuation des risques sanitaires

Recommandation de la SFSE sur la prise en compte des me langes en e valuation des risques sanitaires Recommandation de la SFSE sur la prise en compte des me langes en e valuation des risques sanitaires Cette recommandation s adresse aux professionnels de l évaluation des risques sanitaires. La section

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

Brochure MiFID. ERGO Partners SA

Brochure MiFID. ERGO Partners SA Brochure MiFID ERGO Partners SA 1 mai 2014 Votre protection en cas de conclusion d un contrat d assurance conformément aux règles de conduite MiFID 1. Introduction En Belgique, la protection des clients

Plus en détail

Joint Research Centre Institute for Reference Materials and Measurements (JRC-IRMM) Approche Intégrée de la Radioprotection

Joint Research Centre Institute for Reference Materials and Measurements (JRC-IRMM) Approche Intégrée de la Radioprotection SFRP, Angers 2009 Approche intégrée de la Radioprotection 1 Joint Research Centre Institute for Reference Materials and Measurements (JRC-IRMM) Approche Intégrée de la Radioprotection échange des Bonnes

Plus en détail

Communiqué de presse Nos très chères banques

Communiqué de presse Nos très chères banques Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Contrôleurs légaux des comptes

Contrôleurs légaux des comptes Contrôleurs légaux des comptes 15 15.1. Responsables du contrôle des comptes 197 15.2. Honoraires 198 15.3. Rapports des Commissaires aux Comptes 199 15.1. Responsables du contrôle des comptes Commissaires

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales SERVICE DE L ENVIRONNEMENT FRIBOURG Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales La Société suisse des responsables de l hygiène de l air (Cercl Air) est une société qui

Plus en détail

Cartes de contrôle aux mesures

Cartes de contrôle aux mesures Cartes de contrôle aux mesures 1 Une introduction à la maîtrise statistique des processus Deux objets ne sont jamais rigoureusement identiques. Quelles que soient les techniques utilisées pour fabriquer

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

ANNEXE C-4. Références utiles pour la modélisation du transfert de polluants dans le sol et les eaux souterraines.

ANNEXE C-4. Références utiles pour la modélisation du transfert de polluants dans le sol et les eaux souterraines. ANNEXE C-4 Références utiles pour la modélisation du transfert de polluants dans le sol et les eaux souterraines. DIRECTION GENERALE OPERATIONNELLE (DGO3) C4-1 TABLE DES MATIÈRES 1 Codes de calcul existants...

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation 1 Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation Symposium : Un espace public sans pesticides, c est possible! Mars 2015 Justine Pecceu Attaché Agréation des Produits phytopharmaceutiques

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources...

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources... Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet Table des matières 1.Introduction : un outil en support...2 2.Première étape : La création des ressources...3 3.Deuxième étape : Le canevas méthodologique

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE STATUT DE CLIENT PROTÉGÉ

FORMULAIRE DE DEMANDE DE STATUT DE CLIENT PROTÉGÉ FORMULAIRE DE DEMANDE DE STATUT DE CLIENT PROTÉGÉ Le formulaire complété et signé par toutes les personnes majeures est à envoyer, accompagné de ses annexes, à l adresse suivante : BRUGEL, Avenue des Arts,

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

WELMEC European cooperation in legal metrology

WELMEC European cooperation in legal metrology WELMEC 4.1 (version 2) WELMEC European cooperation in legal metrology Guide pour l évaluation et le fonctionnement des organismes notifiés pour l établissement de la conformité selon la directive 90/384/EEC

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE)

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE) COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2015 COM(2015) 496 final 2015/0239 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les statistiques européennes concernant les prix du gaz

Plus en détail

Les key rate durations surpassent la duration modifiée

Les key rate durations surpassent la duration modifiée Mesurer et gérer l impact d une modification de la structure des taux d intérêt nécessitent des outils adaptés. Les sont une réponse pertinente. Les key rate durations surpassent la duration modifiée Si

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail