Rapport d'expertise. Réalisé pour le compte de la DRIRE Ile-de-France. par :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d'expertise. Réalisé pour le compte de la DRIRE Ile-de-France. par :"

Transcription

1 Rapport d'expertise CARTOGRAPHIE DES NIVEAUX DE BENZENE EN ILE-DE-FRANCE & EVALUATION DE L'EXPOSITION POTENTIELLE DE LA POPULATION FRANCILIENNE A LA POLLUTION PAR LE BENZENE Réalisé pour le compte de la DRIRE Ile-de-France par : Airparif (Département Etudes & Communication) Iaurif (Division Environnement Urbain et Rural) Septembre 2000 AIRPARIF Réseau de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France 7, rue Crillon PARIS Tél Télécopie

2 SOMMAIRE I - Introduction... 2 I.1 Contexte... 2 I.2 Présentation... 2 II - Le benzène : Notions introductives... 3 II.1 Définition, origine et utilisations... 3 II.2 Les risques liés à l'exposition au benzène... 3 Dangerosité... 3 Evaluation du risque cancérogène pour une exposition par inhalation, vie entière... 3 II.4 Comportement dans l'air ambiant... 4 II.5 Etat des réglementations relatives à la qualité de l'air en Europe et aux Etats-Unis... 5 En France... 5 En Europe... 5 Aux Etats-Unis... 5 II.6 Emissions de benzène en France en III - Méthodologie de réalisation des campagnes de mesure... 7 III.1 Introduction... 7 III.2 Principe de la méthode de mesure par échantillonnage passif... 7 III.3 Choix et classification des sites... 7 III.4 Périodes et durées des mesures... 8 III.5 Critères généraux pour l implantation des tubes... 8 III.6 Aspects logistiques... 8 Chronologie... 8 Mise en œuvre opérationnelle... 9 IV Exploitation des résultats IV.1 Présentation IV.2 Elaboration des cartographies de pollution Base de données Grille d'interpolation Méthodologie d'interpolation Résultats cartographiques obtenus Principales observations V - Croisements "Pollution Population" V.1 Principe V.2 Données de population et d'emplois du SIGR Population résidente recensée en Ile-de-France Emplois estimés à Paris et en Petite couronnes V.3 Données de pollution V.4 Zones d'étude V.5 Résultats des croisements effectués VI - Bibliographie Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

3 I - INTRODUCTION I.1 CONTEXTE Dans le cadre de la préparation du plan régional pour la qualité de l'air en Ile-de-France, AIRPARIF, en partenariat avec l'iaurif, a réalisé au cours de l'année 1999 une expertise portant sur l'estimation de l'exposition de la population francilienne à la pollution atmosphérique. Les polluants concernés par cette expertise ont été les indicateurs classiques de pollution atmosphérique suivis par le réseau de surveillance et pour lesquels il existe des objectifs de qualité nationaux précis. Les résultats obtenus ont notamment permis de qualifier et de quantifier la problématique existante relative d'une part à la pollution par le dioxyde d'azote sur la zone agglomérée centrale, et d'autre part celle reliée à l'ozone qui revêt un aspect plus chronique cette fois et de plus grande échelle. Forte de cette première expérience de croisement entre cartographie de pollution et répartition spatiale de la population régionale, l'association AIRPARIF se propose ici de conduire une expertise complémentaire, selon des concepts méthodologiques identiques, relative au benzène. I.2 PRESENTATION Le travail d'expertise visant à évaluer l'exposition de la population francilienne par le benzène que nous présentons ici, repose sur le couplage d'informations relatives à la répartition géographique de la population et de cartographies de pollution issues de techniques d'interpolation à partir des résultats de campagnes de tubes à diffusion passive réalisées par AIRPARIF, en collaboration avec le Laboratoire d'hygiène de la Ville de Paris (LHVP) et le Laboratoire Central de Préfecture de Police (LCPP). Il conviendra donc d'expliciter la méthodologie de réalisation des campagnes de mesure qui fut adoptée en décrivant de manière concise le principe de la méthode de mesure par échantillonnage passif, les choix stratégiques de réalisation ainsi que la mise en œuvre. In fine, un jeu de cartes de pollution concernant le polluant benzène sous forme de maillage fin sera réalisé. Ces cartes seront dans un premier temps établies pour chaque campagne et porteront sur la région Ile-de-France. Elles permettront de dégager des typologies hivernales/estivales relatives aux champs de pollution par le benzène. Chacune des cartes sera associée à un graphe représentant le pourcentage de population prise en compte qui est exposé, sur ces périodes, à un niveau de pollution particulier. La première expérience menée avait permis d'estimer la part de population régionale potentiellement exposée à des niveaux de pollution (dioxyde d'azote et ozone principalement) dépassant les objectifs de qualité en vigueur. En effet, une telle évaluation s'avérait significative et faisable étant donné que les indicateurs statistiques cartographiés étaient ceux-là même qui servent de référentiel à la réglementation pour la fixation des objectif de qualité en question. Le problème que nous allons rencontrer ici réside en l'inexistence de niveau de référence ou objectif de qualité fixé sur une courte période. L'unique objectif de qualité national en vigueur concernant le benzène est un objectif de qualité annuel, fixé à 2 µg/m 3. Pour cette raison, on se doit de mener une étude parallèle de faisabilité d'extrapolation des séries courtes aux séries longues afin de déterminer si oui ou non la réalisation d'une cartographie des niveaux moyens annuels de benzène est possible à partir des résultats de campagne précités. Un amendement pourra être ultérieurement apporté à ce rapport d'étude si l'étude de faisabilité mentionnée ci-dessus s'avère positive. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

4 II - LE BENZENE : NOTIONS INTRODUCTIVES Note : L'ensemble des informations recueillies dans cette première partie sont issues d'une revue bibliographique rapide et non exhaustive. Les références des textes sources figurent dans le répertoire bibliographique en page 21, et sont identifiées grâce aux numéros entre crochets [ ] dans le texte. II.1 DEFINITION, ORIGINE ET UTILISATIONS [1], [2], [3] On donne le nom de benzène à l'hydrocarbure pur, réservant le terme de benzols à des mélanges d'hydrocarbures aromatiques (benzène, toluène, xylènes) riches en benzène. Le benzène (C6H6) est le premier terme des hydrocarbures aromatiques (arènes) : composés organiques cycliques insaturés constitués uniquement de carbone et d'hydrogène. C'est un liquide incolore, volatil, à odeur agréable dite aromatique, perceptible dans l'air selon les individus entre 1 et 12 ppm soit un seuil olfactif entre 3.2 et 39 mg/m 3. C'est un des composants des mélanges complexes issus du craquage ou du reformage catalytique d'hydrocarbures pétroliers. La distillation de ces mélanges permet d'obtenir les composants pratiquement purs et en particulier le benzène. En France, il y a encore une faible proportion de benzène issu de la distillation des goudrons de cokéfaction de la houille, qui est à l'origine historique de toute la chimie du benzène. La production de benzène de l'europe occidentale est de 7.6 millions de tonnes pour une production mondiale de 33 millions de tonnes (1994). La France en produit en moyenne tonnes par an et en consomme environ tonnes. Les emplois du benzène restent multiples : 0dans l'industrie chimique il sert de matière première de synthèse organique pour la fabrication de nombreux produits d'importance industrielle : plastiques, fibres synthétiques, caoutchouc de synthèse, résines polyesters, solvants, pesticides, colorants, 0il entre dans la composition des carburants, grâce à ses propriétés antidétonantes susceptibles d'améliorer l'indice d'octane, 0il entre dans la composition de solvants ou diluants, 0il peut être occasionnellement utilisé comme solvant d'extraction (parfumerie par exemple), mais seulement en circuit fermé. II.2 LES RISQUES LIES A L'EXPOSITION AU BENZENE [3], [4], [5] Dangerosité Les informations issues de la littérature (études épidémiologiques et toxicologiques) ne laissent pas de doute quant à la nature dangereuse du benzène. C'est un cancérogène pour l'homme entraînant l'apparition de leucémies (prolifération anormale des globules blancs et de leurs cellules souches). Il est classé depuis 1987 dans le groupe1 (cancérogène prouvé chez l'homme) par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de Lyon et dans la classe C1 par la Commission des Communautés Européennes. Par ailleurs, il peut aboutir à une anémie aplasique (la moelle osseuse ne peut plus produire les précurseurs des cellules sanguines en nombre suffisant). Cette anémie aplasique est reconnue en France comme maladie professionnelle depuis Enfin, comme beaucoup de substances génotoxiques, le benzène semble diminuer les défenses immunitaires, ce qui pourrait être néfaste pour le long terme. Evaluation du risque cancérogène pour une exposition par inhalation, vie entière Les indicateurs sanitaires qui existent, relatifs au benzène, sont exprimés sous forme d'excès de risque de développer un cancer dû à une exposition vie entière (pour une voie d'exposition donnée) à une unité de dose de benzène ; on les appelle Excès de Risque Unitaire (ERU) ou Risque Unitaire Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

5 (RU). Ces valeurs de risque unitaire sont le résultat d'extrapolation des hautes doses vers les faibles doses issues d'études toxicologiques reconnues. Concernant le benzène on peut distinguer différentes voies d'exposition dont la principale reste l'air que l'on respire (voie inhalation). Deux autres voies d'exposition peuvent donc également être considérées et regroupées sous un item commun : il s'agit de l'eau de boisson (non embouteillée) et de l'alimentation ; ces deux vecteurs d'exposition supplémentaires au benzène constituent la voie d'exposition par ingestion. S'intéressant à la pollution atmosphérique par le benzène, la voie d'exposition principale est bien l'inhalation. Ainsi, il existe différentes valeurs de risque unitaire (ERU ou RU) pour le benzène selon l'organisme émetteur (les plus connus étant l'organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l'environment Protection Agency (EPA) des Etats-Unis). Concernant l'agent cancérogène qu'est le benzène, la valeur guide relative à la qualité de l'air émise par l'oms (en 1999) et actuellement en vigueur, est un risque unitaire qui s'exprime de la façon suivante : OMS (guidelines for Air Quality) Unit risk [µg/m 3 ] -1 = ( ) x 10-6 Cela signifie que pour une exposition vie entière à une unité de dose de benzène, soit 1 µg/m 3, tout individu a de 4.4*10-6 à 7.5*10-6 chance supplémentaire de développer un cancer (une leucémie dans le cas du benzène). De la même façon, l'epa émet également une estimation quantitative du risque cancérogène dû à une exposition par inhalation de benzène (risque unitaire vie entière) : EPA / IRIS (Integrated Risk Information System) Unit risk [µg/m 3 ] -1 = ( ) x 10-6 L'annexe 1 regroupe : a/ le tableau des valeurs guides pour la qualité de l'air concernant les substances à effet cancérogène de l'oms (disponible sur le site Internet de l'oms), b/ une copie des pages Internet concernant le benzène issues de la banque de données IRIS (Integrated Risk Information System) de l'us EPA. II.4 COMPORTEMENT DANS L'AIR AMBIANT [6] Dans l'atmosphère, le benzène est très peu réactif. Comme pour les autres composés organiques présents dans l'atmosphère, la réaction avec le radical OH (radical hydroxyl) gouverne la durée de vie du benzène dans l'air ambiant. Pour les concentrations de radicaux OH rencontrées habituellement dans les villes de l'hémisphère nord, sa durée de vie est de 12 jours. La concentration de OH est loin d'être constante, elle suit notamment l'intensité du rayonnement U.V. Les teneurs en radicaux OH sont plus fortes en été qu'en hiver. Les concentrations de benzène sont donc plus faibles en été qu'en hiver car il disparaît plus vite. En hiver, de plus, les périodes de fortes stabilité atmosphérique qui peuvent être fréquentes et de longue durée, favorisent également une augmentation des concentrations de benzène. Le principal produit de réaction du benzène avec les radicaux OH est le phénol (C6H5OH). Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

6 II.5 ETAT DES REGLEMENTATIONS RELATIVES A LA QUALITE DE L'AIR EN EUROPE ET AUX ETATS- UNIS [6] En France il existe une valeur de référence en vigueur fixé par le décret n du 6 mai 1998 : iobjectif de qualité : - 2 µg/m 3 en moyenne annuelle. On rappelle que l'objectif de qualité est un niveau de concentration de substances polluantes dans l'atmosphère, fixé sur la base des connaissances scientifiques, dans le but d'éviter, de prévenir ou de réduire les effets nocifs de ces substances pour la santé humaine ou pour l'environnement, à atteindre dans une période donnée. En Europe D'autres pays européens ont également déjà mis en place une réglementation limitant les concentrations de benzène dans l'air ambiant. Il s'agit de l'allemagne, des Pays Bas et du Royaume Uni. Allemagne : les valeurs limites existantes sont les suivantes : i15 µg/m 3 en moyenne annuelle arithmétique à partir du 1 er juillet 1995, i10 µg/m 3 en moyenne annuelle arithmétique à partir du 1 er juillet Pays Bas : les valeurs limites existantes sont les suivantes : ivaleur limite (valeur légale) : - 10 µg/m 3 en moyenne annuelle, - 15 µg/m 3 en moyenne annuelle autorisés dans les rues à fort trafic jusqu'en ivaleur guide (valeur légale) : - 5 µg/m 3 en moyenne annuelle. ivaleur cible (non légale) : - 1 µg/m 3 en moyenne annuelle. Angleterre : le gouvernement a adopté les valeurs limites de concentrations en benzène proposées par un groupe d'experts sur la qualité de l'air qu'il avait mis en place en Ces valeurs ont été adoptées en iseuil de 5 ppb (# 16 µg/m 3 ) en moyenne annuelle glissante, ivaleur cible de 1 ppb (# 3.19 µg/m 3 ) en moyenne annuelle glissante. (La moyenne glissante est calculée en effectuant la moyenne des valeurs horaires mesurées sur les 365 jours précédent le jour étudié). La réglementation relative au benzène, toujours en ce qui concerne la qualité de l'air, des divers Etats Membres est en cours d'évolution, suite aux travaux réalisés par l'union Européenne. Le benzène fait partie des substances citées dans l'annexe I de la directive cadre comme polluant atmosphérique à prendre en compte dans le cadre de l'évaluation et de la gestion de la qualité de l'air ambiant. Pour ce dernier, la fixation des objectifs de qualité qui doit en découler semble raisonnablement s'orienter vers des seuils limites annuels de 10 et 5 µg/m 3 respectivement aux échéances 2005 et Aux Etats-Unis Aucune valeur limite de concentration dans l'air ambiant pour le benzène ne semble exister aux Etats- Unis. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

7 II.6 EMISSIONS DE BENZENE EN FRANCE EN 1993 [6] En 1993, les émissions de benzène ont été estimées en et tonnes, se répartissant tel que : Sources Emissions de benzène (tonnes) Emissions de benzène Combustion Raffinage du pétrole Pétrochimie Cokerie Impressions offset Distribution d'essence Evaporation d'essence des réservoirs automobiles (%) Echappement des véhicules Machines et véhicules hors route Feux de forêts Incinération des déchets agricoles Ensemble des sources En 1990, les émissions de benzène représentaient environ 2.9 à 3.2% des émissions totales de COVNM (naturelles et anthropiques) et 3.4 à 3.8% des émissions de COVNM d'origine anthropique. Le trafic automobile est la source la plus importante d'émissions de benzène avec 59 à 66% des émissions. En 1993, on observe que les proportions de benzène dans les émissions totales de COVNM n'ont pas varié de façon significative. La proportion des émissions dues au trafic est cependant légèrement plus faible qu'en 1990 (56 à 63% des émissions totales de benzène). Cette faible diminution des émissions de benzène dues au trafic routier entre 1990 et 1993 est à relier à la teneur en benzène dans l'essence plus faible en 1990 qu'en 1993 (2.2% en 1993 contre 2.5% en 1990) qui influence principalement les émissions par évaporation, ainsi qu'à une baisse de consommation d'essence au profit du gasoil moins émetteur de benzène que l'essence. Par rapport aux autres inventaires examinés, on peut remarquer la part élevée du secteur de la combustion des combustibles en France. Cette proportion élevée est liée à la prise en considération de la combustion du bois dans le secteur résidentiel tertiaire. Cette source semble avoir été souvent négligée dans les autres inventaires. La proportion de benzène dans les émissions de COV dues à la combustion du bois est de l'ordre de 10 à 15%. On se rappellera toutefois que l'incertitude sur les émissions est grande. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

8 III - METHODOLOGIE DE REALISATION DES CAMPAGNES DE MESURE III.1 INTRODUCTION Concernant les hydrocarbures aromatiques monocycliques de type BTX (Benzène-Toluène-Xylène), le nombre réduit de sites équipés d'analyseurs automatiques, au sein du réseau de surveillance, interdisait jusque là toute approche cartographique à l'échelle de l'agglomération et plus encore de la région. Ce contexte a donc conduit AIRPARIF à réaliser une campagne de mesures à l'échelle régionale, et ce sont les résultats de cette dernière qui sont exploités dans cette expertise. Pour mener à bien la campagne, un partenariat avec le Laboratoire d'hygiène de la Ville de Paris (LHVP) et le Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP) a été engagé. On rappellera que la description exhaustive de cette campagne de mesure (description, discussion des résultats, approche métrologique, ) fait l'objet d'un rapport distinct. III.2 PRINCIPE DE LA METHODE DE MESURE PAR ECHANTILLONNAGE PASSIF Le principe de l'échantillonnage passif repose sur la collecte de polluants gazeux ou à l'état de vapeur pour lesquels la vitesse de captation est contrôlée par diffusion et/ou perméation à travers une membrane. Les processus de diffusion ou de perméation sont décrits par dérivation de la première loi de Fick qui relie mathématiquement la masse de composés collectée au gradient de concentration dans la zone de diffusion, à la durée d'exposition et à la surface de l'adsorbant. Les échantillonneurs passifs sélectionnés pour la campagne sont des tubes à prélèvement radial développés par la société Radiello. Ce type d'échantillonneur a fait l'objet d'une utilisation intensive en Europe au cours des dernières années, en particulier pour la mesure du benzène. Il est constitué par deux tubes cylindriques concentriques : -un tube externe en polyéthylène micro poreux au travers duquel diffusent les composés gazeux. -un tube interne réalisé avec un tamis cylindrique en acier inoxydable revêtu d'un support imprégné ou rempli d'un adsorbant selon les caractéristiques du (ou des) composés à analyser. Concernant les Hydrocarbures Aromatiques Monocycliques (HAM) dont le benzène fait partie, la cartouche interne du tube contient 530 mg de charbon actif dans une cartouche externe de 5.9 mm de diamètre. Après exposition sur site, la cartouche interne est soumise à extraction par du disulfure de carbone. L'extrait obtenu est analysé par chromatographie en phase gazeuse à l'aide d'une colonne capillaire haute résolution. Les composés sont détectés par ionisation de flamme. III.3 CHOIX ET CLASSIFICATION DES SITES L objectif de l étude étant de cartographier la pollution moyenne en benzène sur toute la région, le nombre de sites a été choisi en conséquence. Soixante-sept sites de fond (urbains, périurbains ou ruraux) ont été retenus. Ils couvrent à la fois l agglomération centrale, la partie périurbaine de l agglomération, mais aussi les zones rurales éloignées de celle-ci. Le choix du nombre et de la localisation des sites a reposé sur le réseau de stations fixes existant. Le maillage a été ensuite complété soit par des lieux pour lesquels AIRPARIF prévoit l implantation d une station dans les prochaines années, soit par des lieux pour lesquels une information serait utile pour affiner la représentativité cartographique. Chaque site ainsi choisi a fait l objet d une documentation importante et précise : localisation exacte de chaque point de mesure (coordonnées Lambert), hauteur de prélèvement, distance aux sources de pollution (axes routiers, parkings, industries, aéroport, ), description de l environnement immédiat du point de mesure (dégagement, présence distance et hauteur des obstacles). L ensemble de ces renseignements a permis de caractériser chaque site au regard de la classification française des sites de mesure. Les sites qui seront pris en considération dans la suite de l'expertise pour la réalisation des cartographies régionales, se définissent comme des sites de fond et comprennent les sites urbains, Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

9 périurbains, et ruraux. Ils permettent de caractériser l ambiance de pollution de fond, hors influence d une source directement voisine du point de mesure. Les sites de fond du réseau AIRPARIF situés dans l agglomération sont placés dans des zones où la densité de population est importante. Pour les sites complémentaires ne faisant pas partie du réseau, la même démarche a été suivie, en cherchant les quartiers de forte population résidente ou fortement fréquentés par le public. L'annexe 2 présente la répartition géographique des sites de mesures retenus dans le cadre de l'expertise. III.4 PERIODES ET DUREES DES MESURES Pour des raisons de logistique et de coût évidentes, la campagne de mesure a dû se limiter à quelques semaines de mesures dans l année. La pollution présente naturellement des cycles saisonniers, plus ou moins marqués selon l indicateur concerné. Le benzène, comme tout indicateur primaire lié au trafic automobile, connaît un cycle saisonnier assez marqué, avec des concentrations hivernales plus fortes qu en été, en raison notamment de conditions de stabilité de l atmosphère plus fortes. En final, l étude a retenu deux périodes de mesure, l une en période de plein hiver (janvier-février), l autre en début d été (mai-juin) avant les périodes de congés pendant lesquelles le trafic diminue de manière significative en Ile-de-France. Chaque période de six semaines était composée de trois séries de mesures de deux semaines chacune. Le choix de deux semaines d exposition des tubes repose sur les préconisations habituelles des fabricants de tubes, mais aussi sur les premières recommandations issues du groupe de travail national traitant des tubes à diffusion. Au total, six semaines d hiver puis six semaines d été ont fait l objet de mesures, soit un peu moins de 25% du temps de l année III.5 CRITERES GENERAUX POUR L IMPLANTATION DES TUBES Au delà des critères de choix de sites, tous les tubes ont été installés sur des poteaux ou lampadaires dégagés de tout obstacle, afin de permettre une libre circulation de l air autour du point d échantillonnage. La hauteur de mesure des sites de fond a été choisie de manière à caractériser le plus possible l exposition des personnes au sol, en se préservant toutefois des risques de vol et de vandalisme. Pour les stations du réseau, les abris et tubes ont été placés sur les tubulures en inox des têtes de prélèvement si possible, ou dans le voisinage immédiat de celles-ci en cas de problème d accessibilité. Quelques sites dont l implantation des tubes s est avérée finalement inadaptée ou non représentative (obstacles, effets de paroi possibles, tubes sous le couvert des arbres) n ont pas été traités. III.6 ASPECTS LOGISTIQUES Chronologie Comme il l'a été précisé plus haut, l étude de la distribution spatiale du benzène au moyen d échantillonneurs passifs s est déroulée en deux périodes de 6 semaines, l une hivernale et l autre estivale, au cours de l année La durée d échantillonnage a été en moyenne de 14 jours avec un intervalle de temps de plus ou moins 24h. La période hivernale s est déroulée en trois phases d exposition incluant la pose et le retrait des tubes. Ces phases sont les suivantes : iphase A : du 4 au 19 janvier 1999 ; iphase B : du 18 janvier au 2 février 1999 ; iphase C : du 1 er au 16 février Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

10 La période estivale s est déroulée en trois phases d exposition incluant la pose et le retrait des tubes. Ces phases sont les suivantes : iphase D : du 17 mai au 1 er juin 1999 ; iphase E : du 31 mai au 15 juin 1999 ; iphase F : du 14 au 29 juin Pour cette période, les mois de juillet et août n ont pas été choisis afin d éviter les congés scolaires importants. Mise en œuvre opérationnelle Au préalable à la mise en œuvre de cette étude, des démarches auprès des collectivités locales ont été réalisées afin d obtenir une autorisation de principe pour la pose des capteurs passifs au sein de chaque commune. La mise en œuvre de cette étude a nécessité pour chaque phase une logistique importante avec la mise à disposition, à chaque opération de pose-dépose, de 9 véhicules légers durant deux journées et de 14 personnes. En règle générale un intervalle de quelques heures est accepté pour la pose et le retrait des tubes pour chaque phase d exposition. Cependant, au regard de la logistique mise en œuvre, deux jours ont été nécessaires pour la pose et le ramassage des tubes sur les 70 sites répartis sur l ensemble de la région Ile-de-France, ce qui a conduit à des durées d exposition allant de 13 à 15 jours. Afin d assurer une bonne corrélation entre les tubes exposés sur l ensemble des sites, on s est assuré que les niveaux de pollution sur ces deux jours étaient similaires. Il en est de même pour les conditions météorologiques. La durée de conservation préconisée par le fournisseur de tubes «Radiello» est de 6 mois pour les tubes BTX (Benzène, Toluène, Xylène). Afin d utiliser des lots de tubes les plus récents possibles et un même lot pour chaque phase d exposition, les commandes auprès du fournisseur ont été réalisées en deux fois pour chaque période (hivernale et estivale). La 1 ère commande a servi pour les deux premières phases (phase A,B ou phase D,E), la 2 ème commande pour la troisième et dernière phase (phase C ou phase F). Ces commandes centralisées par AIRPARIF pour les laboratoires (LCPP, LHVP) ont été réalisées 2 semaines avant le démarrage de chaque phase d exposition. Dès réception des tubes, ceux-ci ont été conservés au réfrigérateur, puis au cours de la semaine de réception, les laboratoires ont récupéré leur lot de tubes respectifs à AIRPARIF. Les tubes ont été conservés dans les réfrigérateurs de chaque laboratoire. La pose, le ramassage et l étiquetage des tubes ont été réalisés par chaque organisme en fonction du secteur qui leur a été attribué. Pour chaque phase, après le retrait des tubes et dès le retour du personnel au sein de son organisme, les tubes étaient mis au réfrigérateur puis acheminés au maximum dans les 15 jours suivants aux laboratoires (LCPP et LHVP) pour analyse. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

11 IV EXPLOITATION DES RESULTATS IV.1 PRESENTATION L'annexe 3 regroupe les tableaux de résultats. Les deux tables présentées concernent respectivement la campagne hivernale et la campagne estivale. Pour chaque campagne, on y retrouve le nom générique attribué à chacun des sites, leur adresse, la commune d'implantation, leur typologie, leurs coordonnées de type Lambert II exprimées en mètres, et enfin les résultats obtenus après analyse en laboratoire des tubes. Concernant ces résultats, pour tous les sites on distingue les trois phases d'exposition de tubes de chaque campagne et un résultat global par campagne correspondant à la moyenne des résultats obtenus sur les trois phases d'exposition (respectivement phases A, B et C pour la campagne hivernale, et phases D, E et F pour la campagne estivale). Les travaux d'interpolation et de cartographie qui sont menés dans la suite de l'expertise traitent des moyennes obtenues pour chaque campagne. IV.2 ELABORATION DES CARTOGRAPHIES DE POLLUTION Cette phase de travail concerne dans un premier temps chacune des campagnes prise distinctement. Il s'agit d'établir deux représentations cartographiques des concentrations de fond de benzène à l'échelle de la région Ile-de-France ; l'une représentative des niveaux moyens hivernaux, l'autre relative aux niveaux moyens de l'été. Si l'étude statistique de faisabilité de l'extrapolation des séries courtes aux séries longues citée en introduction s'avérait positive, une troisième carte serait alors réalisée en vue de disposer d'une information spatialisée relative aux niveaux moyens annuels de benzène qui permettrait elle de pouvoir faire référence, et ce en toute rigueur, à l'objectif de qualité en vigueur concernant ce polluant. Base de données Les tableaux de données cités plus haut et présentés en annexe renferment l'intégralité des informations nécessaires : ila concentration moyenne de benzène (hivernale ou estivale) au point d'échantillonnage, ile géoréférencement de chacun des points d'échantillonnage (coordonnées X et Y en Lambert II). Grille d'interpolation La grille d'interpolation retenue englobe la région Ile-de-France dans sa totalité. Il s'agit d'un domaine d'étude de 140 par 175 kilomètres de côté. Les mailles ont un kilomètre de coté. La répartition, au sein de l'ile-de-france, des sites de mesure sélectionnés pour la mise en œuvre des campagnes autorise ce choix dimensionnel. Méthodologie d'interpolation* Dans le cadre de cette expertise nous avons privilégié une nouvelle voie d'approche quand à la mise en œuvre de techniques d'interpolation. AIRPARIF a en effet récemment acquis le logiciel Isatis développé par la société Géovariance. Ce logiciel peut être décrit comme un outil d'interpolation bidimensionnelle voir tridimensionnelle strictement basé sur les techniques de la géostatistique (krigeage). Ses multiples fonctionnalités ainsi que ses capacités cartographiques en font un outil idéal et rigoureux pour de tels travaux d'interpolation. * L'annexe 4 présente une notice explicative sur l'interpolation géostatistique. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

12 Le cadre de travail de la géostatistique établit que le phénomène étudié (soit ici les concentrations de benzène) prend des valeurs dans l'espace. Ainsi, on considère ce phénomène réel comme une fonction z(x) qui dépend de la position x dans l'espace. Cette fonction est appelée variable régionalisée ; c'est une fonction numérique dont on connaît la valeur en un certain nombre de points (les points de mesure). Tout est question ici de comportement du polluant considéré dans l'espace. L'outil de base utilisé dans le cadre d'une interpolation selon l'approche géostatistique est le variogramme, calculé directement à partir des données observées aux points de mesure. Le variogramme est en fait une description de la variabilité moyenne du phénomène étudié dans l'espace. Sur la base de ce calcul expérimental, un modèle de variogramme est ensuite ajusté, spécifique au polluant, qui est entré à son tour dans un système linéaire d'équations, soit un système d'interpolation dit "krigeage". Le krigeage est donc en fait une méthode de régression pour estimer les valeurs d'un phénomène particulier en tout point d'un domaine prédéfini, à partir d'un modèle élaboré sur la base des résultats expérimentaux observés en un nombre de points limité. Outre cette première approche, il est possible d'améliorer la cartographie d'un polluant par des techniques multivariables. Isatis permet également ce type d'approche. Il s'agit donc de réaliser une cartographie selon des techniques de calcul qui intègrent une ou plusieurs variables dites "auxiliaires" corrélées avec le polluant auquel on s'intéresse. On parlera alors de co-krigeage ou alors de krigeage avec dérive externe. Tout l'intérêt de la prise en compte d'une variable auxiliaire (sous réserve d'une corrélation satisfaisante entre la variable cible et la variable auxiliaire) réside dans le fait que celle-ci va contribuer à apporter une information supplémentaire quand à l'estimation du polluant surtout dans les zones où l'on dispose de peu de données issues de capteurs. Une variable connue sur l'intégralité de la grille de cartographie retenue est un cas idéal. Dans le cadre de cette expertise, nous avons pu mettre en œuvre une approche multivariable et ce sont donc ces derniers aspects que nous allons décrire ci-dessous. Ainsi, le descriptif (notamment les graphiques explicatifs) qui suit concerne la variable "moyenne estivale de benzène". Le protocole de traitement des données hivernales a pu ensuite être établi de la même façon, les résultats de corrélation et de validation croisée présentant les mêmes degrés de satisfaction. Ainsi les deux exercices d'interpolation menés ont-ils été fondés sur les mêmes hypothèses de base. ivariables auxiliaires potentielles Dans le cadre de cette expertise, nous disposons essentiellement de deux types de variables auxiliaires connues en tout point de la grille d'interpolation, qu'il serait pertinent de considérer : - les émissions de NOx et/ou de COVNM (exprimées en T/km 2 /jour ou année), - la densité urbaine (exprimée en m 2 /km 2, surface de bâti sur la surface totale). La validation d'une relation entre concentration de benzène et variables auxiliaires passe par l'analyse de nuages de corrélation et par des statistiques bivariables. Cependant, nous excluons dès à présent l'une des deux variables auxiliaires pressenties ci-dessus. En effet, comme il a été précisé dans la première partie de l'expertise, la principale source de benzène reste le trafic. Le benzène s'inscrit donc comme étant un bon indicateur traceur du trafic. Les émissions régionales de NOx apparaissent également quant à elles, comme étant un assez bon reflet du "trafic" (ce dernier est en effet responsable à 66.8% des émissions totales de NOx en Ile-de- France, d'après l'inventaire d'émissions dans l'atmosphère de la région Ile-de-France, réalisé par le CITEPA ). Par rapprochement, l'idée d'une corrélation entre émissions (NOx ou COVNM) et concentrations de benzène reste plausible. Cependant, la prise en compte de ce premier type de variable auxiliaire nous est apparu plus restrictive par rapport à la seconde variable auxiliaire potentielle évoquée, soit la densité urbaine. En effet, retenir cette seconde option semble pertinent tant elle s'inscrit dans une certaine logique : la densité urbaine intègre en effet de manière indirecte, tout un ensemble de variables explicatives en relation avec les immissions de benzène dans l'air ambiant à l'échelle de la région. Ainsi les variations Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

13 de la densité du tissu urbain doivent elles être logiquement positivement corrélées aux variations de la densité de population, des émissions surfaciques (classiquement, le chauffage urbain), et des émissions du trafic, qui sont à l'origine des niveaux de benzène ambiant mesurés. Le nuage de corrélation obtenu entre les concentrations de benzène et la densité du tissu urbain montre bien en effet que ces deux variables sont linéairement et positivement liées : on observe en effet globalement que plus le tissu urbain est important, plus les concentrations en benzène sont élevées. Coefficient de corrélation = 0.86 Nuage de corrélation entre benzène et la variable auxiliaire "densité urbaine" Dans la suite de l'étude, nous retenons donc la densité urbaine comme variable auxiliaire. iméthodologie d'analyse : stationnaire ou non stationnaire Le cadre de travail envisagé s'inscrit donc dans un contexte particulier désormais : la géostatistique multivariable où la variable auxiliaire étudiée est connue en tout point de la grille d'interpolation. Deux méthodes peuvent être appliquées ici par l'intermédiaire du logiciel Isatis : la technique du co-krigeage de la géostatistique stationnaire, et la technique du krigeage avec dérive externe qui relève elle du domaine de la géostatistique non-stationnaire. En géostatistique stationnaire, la variable auxiliaire, soit ici la densité urbaine, est considérée comme une autre variable stationnaire qui serait linéairement liée à la concentration en benzène (hypothèse imposée par le logiciel). Cette hypothèse reste réaliste dans notre cas d'étude tant la variable auxiliaire retenue synthétise indirectement l'ensemble des paramètres potentiellement responsables des concentrations ambiantes en benzène mesurées. En géostatistique non stationnaire (cadre d'étude finalement retenu), la variable auxiliaire s'interprète comme la dérive ou la tendance générale que peut suivre le comportement de la concentration en benzène, qui est connue partout mais variable. La modélisation non stationnaire, soit le krigeage avec dérive externe, suppose que la moyenne du polluant étudié est localement égale à une fonction linéaire de la dérive externe pouvant être également combinée avec des termes dépendant des coordonnées X et Y. Cette dérive étant variable dans l'espace, la moyenne évoquée plus haut (soit la moyenne des données de benzène ici) n'est pas constante dans l'espace ; on modélise donc notre polluant comme une variable non stationnaire. L'association ou non de termes dépendant des coordonnées X et Y à l'expression de la dérive externe pour "expliquer" le comportement du polluant analysé sur le champ d'interpolation retenu, relève essentiellement de particularités dont on a connaissance au sein du domaine d'étude considéré. Dans certains cas d'étude, des connaissances relatives à la topographie ou bien à des conditions dispersives atmosphériques particulières et bien identifiées (comme une direction des vents prioritaire par exemple), peuvent en effet partiellement expliquer le comportement, la répartition dans l'espace d'un polluant. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

14 Dans le cadre de cette expertise, aucune particularité de ce type ne peut être dégagée sur le domaine d'étude et pour les périodes considérées. La dérive externe n'est donc construite ici qu'à partir des données de densité du tissu urbain au sein de l'ile-de-france. A ce stade, une fois la dérive externe définie (soit ici dérive externe = densité urbaine, cf nuage de corrélation présenté ci-dessus), l'ajustement du modèle utilisé se fait automatiquement dans Isatis ; il va s'agir d'une combinaison de plusieurs structures (fonctions mathématiques). Isatis définit le modèle le plus adapté selon des critères d'ajustement mathématiques ; il revient à l'utilisateur ensuite, au regard de l'analyse des tests de validation croisée d'identifier la combinaison qui donne les résultats les plus satisfaisants. La validation croisée est un utilitaire d'isatis qui permet de contrôler la cohérence des résultats. Le principe en est le suivant : une donnée de benzène est retirée du jeu de données initial et la valeur à l'endroit où elle se trouvait est estimée à partir des données restantes et du modèle que l'on teste. Cette procédure est répétée pour toutes les données de benzène. On dispose ainsi des valeurs estimées aux points de mesure et l'on peut dès lors tracer le graphique des données réelles versus les valeurs estimées, ce qui permet de contrôler de visu la qualité de l'estimation résultant du modèle. Dans notre cas d'étude, le modèle retenu, suite aux tests de validation croisée effectués, se compose d'une structure linéaire dont la pente est automatiquement ajustée par le logiciel. A titre d'illustration, les graphiques suivants présentent les résultats des validations croisées obtenus (a) pour le krigeage ordinaire (sans co-variable), (b) pour le co-krigeage (variable colocalisée = densité urbaine) et (c) pour le krigeage avec dérive externe (dérive externe = densité urbaine, et unique structure linéaire dans le modèle). (a) Krigeage ordinaire (b) Co-Krigeage (c) Krigeage avec dérive externe Ces graphiques nous permettent ici de justifier le choix de la méthode appliquée en définitive soit le krigeage avec dérive externe. C'est en effet selon cette dernière approche que la validation croisée est la plus satisfaisante. Résultats cartographiques obtenus Deux cartographies ont pu être réalisées selon la méthodologie décrite ci-dessus ; elles concernent les deux campagnes d'étude qui ont été réalisées et déjà évoquées ci-dessus. Ainsi dispose-t-on désormais d'une cartographie régionale des niveaux moyens estivaux et hivernaux de benzène. Ces deux cartographies sont présentées à la page suivante ; les annexes 5 et 6 regroupent (respectivement pour l'été et pour l'hiver) ces mêmes cartes ainsi que des "zooms" centrés sur Paris. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

15 Campagne estivale 1999 : cartographie des résultats de mesure du benzène par tubes à diffusion passive Campagne hivernale 1999 : cartographie des résultats de mesure du benzène par tubes à diffusion passive Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

16 Principales observations Résultats des campagnes Les niveaux moyens de benzène mesurés sont nettement plus élevés en hiver qu'en été. En période estivale, les niveaux moyens enregistrés vont de 0.5 à 3.4 µg/m 3 (moyenne la plus élevée observée sur le site du Champs de Mars, en plein cœur de Paris). La moyenne obtenue pour l'ensemble de la région à partir des 67 sites est de 1.6 µg/m 3. Si l'on prend pour référence (bien qu'il soit défini en moyenne annuelle) l'objectif de qualité de 2 µg/m 3, on observe que cette valeur est atteinte ou dépassée sur 19 des 67 sites retenus pour la campagne. Sur ces 19 sites, 17 se situent sur Paris et la petite couronne, et seulement 2 concernent la grande couronne (le site de Versailles dans les Yvelines avec 2.4 µg/m 3, celui d'argenteuil dans le Val d'oise avec 2.1 µg/m 3 ). Sur les 30 sites appartenant à Paris et la petite couronne, 13 sont inférieurs à 2 µg/m 3. Ainsi, à l'exception des deux zones de la grande couronne situées au niveau de Versailles et d'argenteuil, le dépassement de cette valeur ne concerne-t-il principalement que Paris dans sa totalité et partiellement les départements de la petite couronne. En période hivernale, la situation est nettement différente. Les niveaux moyens enregistrés varient de 1.1 à 4.2 µg/m 3 (moyenne la plus élevée observée à Neuilly sur Seine, dans les hauts de Seine). La moyenne calculée pour l'ensemble des mesures s'élève à 2.7 µg/m 3. Le dépassement de la valeur de 2 µg/m 3 s'observe sur 57 des 67 sites, soit la totalité des sites de Paris et de la petite couronne et 26 sites de la grande couronne. Sur les 30 sites appartenant à Paris et la petite couronne, aucun n'est inférieur à 2 µg/m 3. Toute la zone agglomérée est ici concernée voir même au-delà essentiellement dans la partie nordest du Val-d'Oise et sur toute une zone centre-ouest de la Seine et Marne. Le cœur dense dépasse le plus souvent 3 µg/m 3 ainsi que tout un secteur du sud du Val d'oise (d'argenteuil à Gonesse). On observe donc que les niveaux hivernaux mesurés au sein de l'agglomération parisienne sont audelà de la valeur seuil fixée à 2 µg/m 3. Cependant, la valeur moyenne mesurée reste inférieure à 5 µg/m 3, future valeur limite de la directive européenne à l'échéance On rappelle ici également que ces comparaisons à la valeur de 2 µg/m 3 sont à considérer avec précaution, cette dernière étant une référence annuelle et les campagnes réalisées n'ayant porté que sur 25% du temps annuel. Analyse historique des mesures permanentes : validations des niveaux et tendances observés Les mesures permanentes de benzène effectués sur certains sites du réseau régional viennent confirmer cette variabilité saisonnière des concentrations de benzène dans l'air ambiant mise ici en évidence lors des campagnes. Depuis le début des années 90, les concentrations de benzène font l'objet d'un suivi régulier assuré par les deux laboratoires partenaires d'airparif, le LHVP et le LCPP. On peut distinguer deux protocoles (voir trois) de suivi actuellement en place : ides échantillonnages sur un pas de 24 heures sont effectués tous les jours. Ils concernent quatre sites de l'agglomération parisienne : - site urbain de Gennevilliers, - site urbain de la rue Georges Eastman dans le 13 ème arrondissement, - site d'observation de la rue de Dantzig dans le 15 ème arrondissement, - site trafic de la Place Victor Basch dans le 14 ème arrondissement. ides mesures complémentaires sont également effectuées de façon hebdomadaire soit pour une journée par semaine (le mardi), et ce sur cinq sites de l'agglomération : - site urbain de Montreuil, - site urbain de Neuilly, - site urbain d'issy-les-moulineaux, - site urbain de Saint-Denis, - site d'observation de la Tour Saint-Jacques. Ces divers échantillonnages sont effectués par piégeage sur charbon actif, et l'on dispose des mesures en différé après analyse en laboratoire. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

17 ienfin, le réseau dispose désormais d'analyseurs automatiques d'hydrocarbures aromatiques monocycliques, assurant entre autre le suivi permanent des concentrations ambiantes de benzène sur un pas de temps quart horaire. Trois sites sont actuellement instrumentés de la sorte ; il s'agit du site trafic de la porte d'auteuil, équipé en avril 1999, du site urbain de Vitry-sur-Seine équipé en janvier 2000 et du site urbain de Neuilly équipé en avril Si l'on compare (voir tableau ci-dessous), pour les sites urbains de Paris 13 ème et de Gennevilliers et pour les périodes de campagnes décrites précédemment, les concentrations moyennes mesurées par prélèvement passif et celles obtenues à partir des prélèvements permanents, on constate : 1/ une forte corrélation des résultats, 2/ une première confirmation de la variabilité saisonnière des niveaux de benzène dans l'air ambiant par les mesures permanentes effectuées. Période hivernale du 4 janvier 1999 au 16 février 1999 Période estivale du17 mai 1999 au 29 juin 1999 Tubes Permanent Tubes Permanent Paris 13ème Gennevilliers Rem : les concentrations ci-dessus sont exprimées en µg/m 3 De façon plus approfondie, les résultats d'analyse des données sur plusieurs années mettent en évidence deux tendances majeures : ipremière tendance Les graphiques ci-dessous qui concernent respectivement les deux sites urbains pour lesquels on dispose d'une moyenne journalière pour tous les jours de l'année (Paris 13 ème et Gennevilliers) attestent d'une variabilité saisonnière marquée des concentrations de benzène. Cycles annuels des teneurs en benzène sur le site urbain de Paris 13ème (1995 à 1999) Cycle annuel moyen des teneurs en benzène sur le site urbain de Paris 13ème (1995 à 1999) µg/m µg/m janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre à Cycles annuels des teneurs en benzène sur le site urbain de Gennevilliers (1996 à 1999) Cycle annuel moyen des teneurs en benzène sur le site urbain de Gennevilliers (1996 à 1999) µg/m µg/m janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre 96 à Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

18 On observe en effet des concentrations comprises entre 2 et 3.5 µg/m 3 sur les mois d'été, alors que durant les mois d'hiver, un intervalle de concentrations représentatif des niveaux observés irait plutôt de 4.5 à 6 µg/m 3. Les analyses hebdomadaires effectués sur les cinq autres sites du réseau mentionnés plus haut, statuent elles aussi sur une nette variabilité saisonnière des concentrations de benzène. Ainsi, sur un historique allant de 1991 à 1999 pour les sites urbains de Neuilly, Saint-Denis et Issy-les- Moulineaux, et un autre plus court, allant de 1996 à 1999 pour le site urbain de Montreuil, les résultats moyens correspondant aux périodes hivernales et estivales sont les suivants : Période d'étude : 1991 à 1999 Agrégation des 6 mois d'hiver Période d'étude : 1991 à 1999 Agrégation des 6 mois d'été Issy-les-moulineaux Neuilly-sur-Seine Saint-Denis Période d'étude : 1996 à 1999 Agrégation des 6 mois d'hiver Période d'étude : 1996 à 1999 Agrégation des 6 mois d'été Montreuil Rem : les concentrations moyennes ci-dessus sont calculées à partir des moyennes journalières hebdomadaires valides et sont exprimées enµg/m 3. La différence moins marquée qui apparaît ici entre période estivale et hivernale, est vraisemblablement due à la définition civile de l'hiver et de l'été qui affecte en effet le mois de septembre à la période estivale, alors que les niveaux de benzène observés en septembre s'apparentent plus à ceux relevés en hiver. Ce phénomène de variabilité saisonnière peut vraisemblablement avoir plusieurs origines : une hauteur diurne de la couche de mélange plus haute en période estivale qu'en période hivernale, offrant de fait un volume plus vaste favorable à la dispersion des polluants durant la journée, la diminution des émissions d'hydrocarbures à l'échappement l'été par rapport à l'hiver de par la différence de température. Néanmoins, cette diminution doit être vraisemblablement compensée par la hausse des pertes d'hydrocarbures par évaporation observée l'été par rapport à l'hiver, la consommation des HAM par les réactions photochimiques qui se produisent l'été, sous l'effet du rayonnement solaire. iseconde tendance Il apparaît une décroissance des teneurs en benzène sur les sites urbains de fond, décroissance plus marquée encore sur les sites trafic comme par exemple le site de la place Victor Basch Paris 13 ème Gennevilliers Issy-les-moulineaux Neuilly-sur-Seine Saint-Denis Montreuil Place Victor Basch Moyenne annuelle des niveaux de benzène (µg/m 3 ) Cette baisse est d'autant plus nette à partir de Il faut cependant se garder de faire des conclusions trop hâtives quand à l'évolution à moyenne terme des teneurs en benzène, l'historique disponible étant encore relativement court. Quant à expliquer ces observations, plusieurs hypothèses peuvent être avancées : introduction progressive de véhicules à essence équipés de pots catalytiques qui émettent moins d'hydrocarbures que les véhicules à essence non catalysés, Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

19 une augmentation de la part des véhicules diesel dans le parc francilien (faible émetteur de benzène), une amélioration globale des carburants, et en particulier la diminution sensible des concentrations de benzène dans ceux-ci. En situation de proximité au trafic automobile Il est intéressant de noter également que les niveaux moyens enregistrés en situation de proximité sont d'un tout autre ordre de grandeur. En plus des 67 sites de fond retenus à des fins cartographiques, 9 sites trafic ont également été instrumentés au cours des campagnes (voir les tableaux de résultats correspondants présentés dans l'annexe 7). En été les niveaux mesurés vont de 5.8 à 17.2 µg/m 3 (maximum observé Place Victor Basch, dans le 14 ème arrondissement de Paris). En hiver, les niveaux varient de 7.8 à 17.1 µg/m 3 (toujours sur le site de la Place Victor Basch). Ainsi, l'exposition au benzène en situation de proximité est-elle beaucoup plus préoccupante. Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

20 V - CROISEMENTS "POLLUTION POPULATION" V.1 PRINCIPE Le principe d'un croisement informatique entre deux couches d'informations au moyen d'un Système d'information géographique (SIG), en l'occurrence le Système d'information géographique régional (SIGR) de l'iaurif, est retenu. Le SIGR dispose de couches d'information sur les données de population et d'emploi en Ile-de- France. Sans oublier leurs limites et significations, ces informations de part leur précision géographique autorisent les croisements thématiques avec toute autre couche d'information géographique, en particulier si cette dernière est de moindre précision. Seule la création dans le SIGR d'une couche d'information relative à la pollution de fond permet de répondre aux objectifs fixés. Les interpolations réalisées sur la base des résultats de campagnes vont permettre la réalisation d'une nouvelle couche d'information exploitable sous la forme de champs de concentration. Le croisement de ces différentes couches d'informations du SIGR permet de restituer des résultats chiffrés de population résidente et d'emplois, par classe de concentrations moyennes de benzène et entité géographique. V.2 DONNEES DE POPULATION ET D'EMPLOIS DU SIGR Les données de population et d'emplois du SIGR constituent deux couches d'information qui se rapportent géographiquement à l'îlot de recensement INSEE. La provenance de l'information initiale est cependant différente : les chiffres de population résidente sont issus d'un recensement, les effectifs d'emplois sont estimés par enquête. Population résidente recensée en Ile-de-France Les données de population résidante sont issues des fichiers INSEE à l îlot du recensement de Les attributs sont relatifs à la population, aux logements et aux immeubles. Les données relatives à la population totale sont utilisables pour les 8 départements franciliens, exploitables sous la forme de densité de population à l'îlot. Emplois estimé à Paris et en Petite couronnes L Estimation d Emplois à l Ilot (EEI) du SIGR donne des effectifs d emplois au 31/12/1989 à l Ilot pour Paris et les départements de la petite couronne. Pour chaque îlot, il s agit de la totalité des emplois - salariés et non salariés confondus - des secteurs public et privé. Cette évaluation, réalisée à partir de fichiers différents et d enquêtes complémentaires a été menée en partenariat : la Ville de Paris (Voirie), l Atelier Parisien d Urbanisme (BDU), la RATP, la Direction Générale des Télécommunications, l INSEE (Direction régionale de Paris et OEP) et l IAURIF. Les emplois sont présentés dans la Nomenclature d Activités et de Produits, en 15 postes (NAP15). Ce fichier est associé à la couche îlot du SIGR. Le nombre de salariés total a été utilisé, sans distinction aucune suivant la nature des activités. Seuls Paris et les 3 départements de Petite couronne ont été étudiés, les effectifs en Grande couronne - connus à la commune - n'étant pas disponibles dans le SIGR. L'utilisation de cette couche d'information présente néanmoins quelques restrictions pour des croisements multicouches nécessitant une trop grande échelle. Les données du fichier ne sont pas issues des recensements de population, mais d estimations à partir des établissements ou de ce qui en tient lieu. L objectif n est pas d avoir un effectif exact, mais un ordre de grandeur. De plus, les doubles comptes ne sont pas exclus (emplois s exerçant en plusieurs lieux par exemple). D'autres biais liés à la localisation réelle de certains emplois sont possibles, puisque l'effectif de l'établissement Cartographie des niveaux de benzène en Ile-de-France & Evaluation de l'exposition potentielle de la population francilienne à la pollution par le benzène AIRPARIF Département Etudes & Communication Septembre

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE Annie COURSIMAULT, Claudie DELAUNAY, Ghislaine GOUPIL Laboratoire

Plus en détail

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques?

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques? Contributions pratiques d une géostatistique raisonnée en environnement : méthodes et application à la cartographie nationale de la pollution par l ozone en France Nicolas Jeannée, GEOVARIANCES 49bis av.

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION

CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION Modélisation de la pollution atmosphérique à proximité des axes routiers les plus importants d Île-de-France : croisement

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE. Janvier 2012

CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE. Janvier 2012 CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE Janvier 2012 AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Cartographie fine des niveaux

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 25/06/2010 N -DRC -09-104235-03943A-

RAPPORT D ÉTUDE 25/06/2010 N -DRC -09-104235-03943A- RAPPORT D ÉTUDE 25/06/2010 N -DRC -09-104235-03943A- Impact local des stations-service sur les concentrations de benzène dans l environnement (air intérieur et extérieur) Etude exploratoire sur deux sites

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Descriptif du dispositif - décembre 2003 -

Descriptif du dispositif - décembre 2003 - www.respiralyon.org Descriptif du dispositif - décembre 2003 - Communiqué de presse du 24 novembre 2003 Lancement du dispositif RESPIRALYON La qualité de l air dans l agglomération lyonnaise est l une

Plus en détail

ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN

ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN 2015 Révision du Plan de Protection de l Atmosphère

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Description du projet Parmi les activités liées à la santé qui sont menées à l Unité d Emissions et de Santé

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN Présenté par M. Wabi MARCOS Coordonnateur Sous Programme Lutte Contre la Pollution Atmosphère INTRODUCTION PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cartographie de l ozone et du dioxyde d azote

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cartographie de l ozone et du dioxyde d azote Etude n 11- Plate-forme nationale de modélisation Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cartographie de l ozone et du dioxyde d azote Novembre 2004 Convention : 04000087

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Jean-Marc YVON Cellule de l InVS en Région Rhône-Alpes 9 décembre 2014 1 Quelles sont les sources de données disponibles en région Rhône-Alpes?

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

Les émissions anthropiques, biogéniques et naturelles

Les émissions anthropiques, biogéniques et naturelles Analyse et modélisation de la composition atmosphérique régionale Les émissions anthropiques, biogéniques et naturelles Laurent MENUT IPSL/Laboratoire de Météorologie Dynamique Plan général du cours La

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Campagne mobile de mesure des polluants atmosphériques

Campagne mobile de mesure des polluants atmosphériques Association pour la mesure de la pollution atmosphérique de l Auvergne Campagne mobile de mesure des polluants atmosphériques Centre d Enfouissement Technique de Clermont-Ferrand A t mo Auvergne 21 Allée

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Modèle agrégé/désagrégé? Modèle d'occupation

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR ÉLÉMENTS DE COMMUNICATION Vous trouverez dans ce document les éléments qui doivent vous aider à bâtir votre communication : des explications supplémentaires

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE DÉFINITION DES ZONES SENSIBLES

MÉTHODOLOGIE DE DÉFINITION DES ZONES SENSIBLES MÉTHODOLOGIE DE DÉFINITION DES ZONES SENSIBLES DECEMBRE 2010 GROUPE DE TRAVAIL NATIONAL «ZONES SENSIBLES» : MEDDTL, LCSQA/INERIS, ATMO RHÔNE-ALPES, ASPA, AIR NORMAND, AIRPARIF, ADEME PREAMBULE Le Laboratoire

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Code du produit: 8469 Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques RAPPORTS CETE Normandie Centre LRB Laboratoire Régional de Blois Affaire 131550 Cartes de bruit stratégiques Réseau routier national de l'eure Résumé non technique Article 3 du décret du 24 mars 2006 Novembre

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques Département de la Sarthe Cartes de bruit stratégiques Grandes infrastructures de transports Réseau autoroutier COFIROUTE Résumé non technique Article R 572-5 du code de l environnement Vu pour être annexé

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail

DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES

DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES Avec le soleil et la chaleur de l été, c est aussi les épisodes de pollution à l ozone qui reviennent. Le dossier ci-dessous propose de répondre aux 12 questions

Plus en détail

PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR

PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR PREDIM 21 novembre, 2013 Objectif du projet AIRCITY Le Projet AIRCITY visait à développer un prototype de simulation 3D à haute résolution de la qualité de

Plus en détail

Airparif Services. Formations professionnelles 2015. Surveillance de la qualité de l'air en Île-de-France

Airparif Services. Formations professionnelles 2015. Surveillance de la qualité de l'air en Île-de-France Services Formations professionnelles 2015 Surveillance de la qualité de l'air en Île-de-France Catalogue de formations professionnelles 2015 a une longue expérience de sensibilisation et de formation tant

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air.

Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air. Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air. Bilan des études d impact sanitaires de la pollution atmosphérique urbaine réalisées Ce document a été réalisé

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier Chapitre 8 Estimation de la valeur d un bien immobilier L estimation de la valeur d un bien immobilier est utile notamment : 1. aux acheteurs et vendeurs potentiels ; 2. aux institutions de crédit, puisque

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Code du produit 9703130 No CAS: 56-81-5 Numéro CE: 200-289-5 Emploi de la substance / de la

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LS MÉLANGS HOMOGÈNS T LS CORPS PURS CORRCTION DS XRCICS Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : xercice 1 p 40 a L'apparence homogène d'une substance ne

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DE L AMENAGEMENT ET DU DEVELOPPEMENT Service études et prospective RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Des gaz d'échappement purs pour un environnement plus propre

Des gaz d'échappement purs pour un environnement plus propre Des gaz d'échappement purs pour un environnement plus propre Vannes et systèmes de dosage destinés au traitement des gaz d échappement Des gaz d'échappement La contribution de Bürkert purs à pour une utilisation

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 Dernière révision du document : février 2013 Entré en vigueur le 1 er octobre 2002, le "Permis d Environnement" (créé par le décret du 11 mars 1999) peut être considéré

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

*"&# +',-./! -! " #$$%&'$## '( '$## ) *! " '%+,&,( '-. #/,(0 )0 ) 1 0 5%6'7'0 5%6'7-0 5%6'760 5%6'7+0 5%6'7%0 5%6'7(0

*&# +',-./! -!  #$$%&'$## '( '$## ) *!  '%+,&,( '-. #/,(0 )0 ) 1 0 5%6'7'0 5%6'7-0 5%6'760 5%6'7+0 5%6'7%0 5%6'7(0 !"#$##%$&&$%&"#$'(#)$ *"&# +',-./! - '$#$0''$#$"&#$&$*1##'#"'$"&#$"'")$# $$,$"'$2! " #$$%&'$## '( '$## ) *! " '%+,&,( '-. #/,(0 )0 ) 1 ) 2 ) 3 '%+ 4 3 0 5%6'7'0 5%6'7-0 5%6'760 5%6'7+0 5%6'7%0 5%6'7(0

Plus en détail

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A MANAGEMENT DE L SONORE WWW.ACOUPHEN-.COM CONTACT@ACOUPHEN-.COM SIEGE SOCIAL LYON CAMPUS DE LA DOUA 66, BD NIELS BOHR B.P. 52132 69603 VILLEURBANNE CEDEX TEL / 33 (0)4 72 69 01 22 FAX / 33 (0)4 72 44 04

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Pour obtenir les informations les plus récentes sur l'évaluation de la sécurité des produits chimiques, consultez le

Plus en détail