«Après le vote de la Loi de financement de

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Après le vote de la Loi de financement de"

Transcription

1 À la veille du grand débat sur la protection sociale, annoncé par le premier ministre, beaucoup d interrogations demeurent. Dans une société de plus en plus individualiste, maintenir un système de protection basé sur la solidarité exige des choix politiques forts. Thierry Beaudet, président de la MGEN, nous explique les enjeux et les pistes à explorer. La protection sociale DOSSIER «Après le vote de la Loi de financement de la Sécurité sociale, après la loi sur les retraites, le débat autour de la dépendance, quelles sont pour vous les grandes évolutions qui s esquissent pour la protection sociale en France? Thierry Beaudet : Trop souvent, la question de la protection sociale s envi - sage comme un débat technique et comptable. C est trop réducteur. Il s agit avant tout d un enjeu de société. La vraie question qui doit initier nos réflexions est : veut-on aller vers plus ou vers moins de solidarité nationale? Cela mérite des réponses pensées, réfléchies à partir de la situation réelle et concrète. Depuis des années, les mesures gouvernementales ne sont que des décisions budgétaires, elles tiennent rarement compte des besoins des assurés sociaux, en particulier ceux qui ont les revenus les plus faibles. Au fil des PLFSS ( * ), nous consta - tons que les principes solidaires de notre protection sociale sont consommés. À la veille du grand débat sur la protection sociale, nous pouvons nous interroger n 143 février 2011 l enseignant 15

2 sur les orientations gouvernementales. Souhaite-t-on que la protection sociale soit toujours fondée sur un régime obligatoire de haut niveau? Croit-on encore à la pertinence de la solidarité intergéné rationnelle et financière? Ou, au contraire, veut-on la privatisation de la protection sociale, la déréglementation de la santé et l individualisation des risques? Ces questions Thierry Beaudet, président de la MGEN. feront le sens de notre système de protection sociale, qui aujourd hui mérite une réforme pour en garantir sa pérennité. Concernant la dépendance, il est important de rappeler que nous ne partons pas de rien. Les dépenses de santé couvertes par l Assurance maladie, l aide personnalisée à l autonomie, les services de proximité et les structures d hébergement existent déjà. Ces acquis doivent être protégés. Il est nécessaire d en évaluer la qualité et de mesurer les insuffisances, sans ignorer la fragilité des financements, l importance des restes à charge pour les familles, les inégalités territoriales. Ensuite, il faut énoncer deux principes. Il ne s agit pas seulement d une question financière. Il faut se préparer au grand-âge. La prévention est essentielle. Comme certaines maladies peuvent être évitées, l inévi - table déclin de nos facultés doit être anticipé pour être mieux géré. L accompagne - ment est aussi de première importance. Les mutuelles sont prêtes à prendre leurs responsabilités dans un cadre partenarial. Ce qui ne veut pas dire une segmentation de plus entre opérateurs publics et privés. De notre point de vue, l État a un rôle déterminant à jouer. Les départements doivent garder leur place dans un futur dispositif. La MGEN insiste sur deux aspects : le lien entre santé et dépendance, dans le sens de la continuité des prises en charge et d une large mutualisation, et la présence dans le débat de notre choix en faveur de garanties annuelles par rapport aux garanties viagères. Concernant l Assurance maladie, nous ne pouvons envisager que l État ne se charge que du «grand risque» et se désengage MGEN, première mutuelle santé française Gestion de la protection sociale de plus de 3 millions de personnes, profession nels de l'éducation nationale, de la Recherche, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports un numéro unique pour joindre la MGEN de 8h à 18h30. Un réseau de près de militants et quelques salariés. 33 établissements sanitaires et médico-sociaux. Et en 2009, 1,256 milliard distribués en complémentaire santé, 144 millions consacrés aux prestations spécifiques (autonomie, maternité, soutien social, soins coûteux, décès). 16 Syndicat des enseignants - Unsa

3 complètement du «petit risque», la médecine de ville, les médicaments au profit d opérateurs privés à but lucratif. Quels sont les risques à terme? T. B. : Le risque est réel de cons - tater un recul de l accès aux soins ou un report des soins. Sont visés particulièrement nos concitoyens aux revenus les plus modestes. Nous le constatons chaque jour pour des actes peu pris en charge et coûteux comme en dentaire. Déjà, en France, un étudiant sur quatre déclare avoir déjà renoncé ou retardé des soins parce qu ils étaient trop coûteux. Soyons convaincus que personne ne refuse de se protéger contre le «risque maladie» à moins d y être contraint. Je reviens encore une fois sur la question de la solidarité nationale. Si l Assurance maladie ne remplit plus son rôle originel, chacun essaiera de trouver une solution individuelle en fonction de ses moyens et non pas en fonction de ses besoins. Doit-on se résoudre à une société qui oppose les ménages aisés, avec des complémentaires de haut niveau, et les ménages économiquement plus fragiles qui ne peuvent se payer que des complémentaires «low cost»? Je voudrais finir en rappelant un élément essentiel. La protection sociale est, avec l Éducation notamment, l un des facteurs-clés de développement. Lorsqu elle est insuffisante, les inégalités sociales se creusent. Quelles seraient les pistes possibles afin d assurer une protection sociale optimale? Quelles sont les propositions de la MGEN? T. B. : Comme je l ai dit, nous sommes convaincus que la solution est d abord publique. Prenons la dépendance, notre conviction est plutôt du côté du partenariat public-privé. Je pense aussi que nous devons fondamentalement changer notre vision de la protection sociale : il faut passer de l assurance maladie à l assurance santé. Cela signifie mieux prévenir les risques, mieux éduquer les assurés sociaux et soutenir la Recherche. C est une attente forte de nombreux assurés sociaux qui, par exemple, se tournent vers des médecines nouvelles, plus douces. Nous le percevons aussi dans nos centres de soins avec les patients atteints de maladie chronique qui veulent davantage être acteurs de leur traitement. L éducation thérapeutique des patients et la prévention sont des axes de progrès majeurs. Ensuite, il y a des réformes très concrètes à mettre en œuvre pour assurer l équilibre du système et sa pérennité. Il faut, par exemple, revoir la politique de remboursement des médicaments qui est devenue incompréhensible. Il faut aussi s attaquer aux dépassements d honoraires De notre côté, en tant que mutuelle santé, nous devons faire en sorte que les restes à charge soient les plus réduits possibles. Cela nous incite en particulier à passer des accords avec les praticiens pour réduire les coûts, ce que nous faisons déjà avec les opticiens et les dentistes. Propos recueillis par Dorothée Crespin (*) Projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale. SYNDICAT L AVIS DU Guy Barbier, secrétaire national Retrouvez l interview de Thierry Beaudet en vidéo sur NOUS PARTAGEONS la même vision d une politique de santé globale fondée sur un choix politique fort : celui de la solidarité. Pour le SE-Unsa, la politique gouvernementale menée depuis plusieurs années conduit à l inverse. Thierry Beaudet en présente plusieurs effets néfastes dont le choix, par les plus démunis, d abandonner des soins en raison de leurs coûts. C est un système de protection sociale à plusieurs vitesses qui se développe. La MGEN et le SE-Unsa sont convaincus que des évolutions profondes sont nécessaires et que la solution est d abord publique. À rebours des orientations menées jusqu à aujourd hui, il faut développer la prévention pour préserver la santé plutôt que de guérir la maladie. Au plan budgétaire, la solidarité doit concerner tout le monde y compris les professionnels de la santé. n 143 février 2011 l enseignant 17

4 FINANCEMENT Les enjeux de la protection C«CHACUN COTISE SELON SES MOYENS ET REÇOIT SELON SES BESOINS». Ce principe majeur issu du Conseil national de la Résistance fonde l équité et la solidarité de notre système de protection sociale. D année en année, ce principe est amoindri et remplacé par des dispositions plus mercantiles. De loi de finances en loi de finances, la tendance s inverse. Les malades supportent per son - nellement, de plus en plus, les coûts liés à leur pathologie. La plupart des dispositifs de protection sociale complémentaire (à l exception notable de quelques mutuelles dont La solidarité nationale doit être la base du système la MGEN) sont basés sur des cotisations indé - pendantes des revenus. Dès lors, toute taxation fait davantage reposer la charge sur les moins riches. Le débat sur la dépendance est éclairant. Les assurances sont à l affût d un marché dont les profits espérés sont à la dimension du nombre de personnes concernées. Pour l Unsa, le financement de la dépendance doit reposer sur la solidarité. Elle refuse l instauration d une protection sociale à deux vitesses. Guy Barbier À l heure où notre système de protection sociale est menacé en France et que les acquis du Conseil national de la Résistance se trouvent mis à mal par notre gouvernement, le SE-Unsa et l Unsa-Éducation accompagnent la MGEN au sein du projet du Réseau Éducation et Solidarité ( * ). Celui-ci travaille dans le but de déve - lopper et promouvoir des systèmes de protection sociale solidaires ou encore de développer des stratégies d éducation et de formation à la protection sociale solidaire. (*) 18 Syndicat des enseignants - Unsa

5 Un peu d histoire 1944 Le Conseil national de la Résistance propose dans son programme un «plan complet de Sécurité sociale» 1945 Ordonnances assurant la création du système de Sécurité sociale ainsi que la refonte du système des assurances 1967 Réorganisation du régime général de la Sécurité sociale 1975 Généralisation à l ensemble de la population active de l assurance vieillesse obligatoire 1988 Création du revenu minimum d insertion (RMI) 1990 Création de la contribution sociale généralisée (CSG) 1997 Instauration de la Carte vitale 1999 Création de la couverture maladie universelle (CMU) 2004 Réforme de l Assurance maladie 2006 Mise en place du Régime social des indépendants SICKO Qui se souvient de ce film de Michael Moore? Le SE-Unsa vous avait invités à le découvrir à sa sortie en septembre 2007 (Ens n 108). Actuellement en DVD, ce documentaire, s attaquant au système de sécurité américain, permet d aborder les enjeux de la politique de Santé en France. QUELQUES CHIFFRES 15 à 20% des Français renoncent aux soins pour des raisons économiques. Selon une enquête Baromètre Ipsos-SPF réalisée en août 2008, 30% des renoncements aux soins concernent des lunettes, 24% des actes dentaires. Chez les jeunes, la situation est pire. 30% des ans ont déjà renoncé à l achat de médicaments. 22% des Français faisant partie des couches populaires estiment ne pas être en bonne santé. Sur 100 euros versés à la MGEN : 9,67 partent directement dans les caisses de l État dont 3,67 relatives à la fiscalité et le reste pour financer la CMU (couverture maladie universelle). La Sécurité sociale affiche une prise en charge de 75% des dépenses de santé. Or, à y regarder de près, pour les 80% de personnes qui ne souffrent pas d ALD (affections de longue durée) ou qui ne sont pas hospitalisées, seulement 1 euro sur 2, en termes de dépense de santé, est pris en charge. Indignez-vous! Dans son petit livre «Indignez-vous!», paru aux éditions Indigènes, Stéphane Hessel évoque comme socle de son engagement politique le programme élaboré par le Conseil national de la Résistance en 1944 qui regroupait «un ensemble de principes et de valeurs sur lesquels reposerait la démocratie moderne de notre pays». Il rappelle l importance de ces valeurs, sans cesse remises en cause par les politiques menées successivement depuis 1992 : la retraite et la Sécurité sociale, l Éducation pour tous, une presse indépendante, la nationalisation des sources d énergie et des grandes banques, la soumission de l intérêt particulier à l intérêt général. REPÈRES SÉCURITÉ SOCIALE FRANCE / ÉTATS-UNIS La Sécurité sociale en France comporte actuellement quatre branches pour le régime général : la branche maladie, la branche famille, la branche recouvrement et la branche vieillesse. Son financement repose essentiellement sur les cotisations sociales, contrastant avec celui des pays nordiques, ou dits libéraux, qui utilisent le financement par l impôt. Aux États-Unis, les droits sociaux ne sont pas inscrits dans la Constitution, malgré cela, le gouvernement américain applique plusieurs programmes afin d aider les personnes en difficulté. La protection sociale dépend de la situation de l individu : l assurance maladie n est pas obligatoire et les programmes Medicare et Medicaid sont utilisés par les plus démunis, tandis que les actifs passent en général par des assurances privées. n 143 février 2011 l enseignant 19

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

30e Congrès international du CIRIEC Buenos Aires 29-31 octobre 2014. Accès aux soins et solidarité Thierry BEAUDET Atelier F 31 octobre 2014

30e Congrès international du CIRIEC Buenos Aires 29-31 octobre 2014. Accès aux soins et solidarité Thierry BEAUDET Atelier F 31 octobre 2014 30e Congrès international du CIRIEC Buenos Aires 29-31 octobre 2014 Accès aux soins et solidarité Thierry BEAUDET Atelier F 31 octobre 2014 Propositions liminaires But de la solidarité : rendre le monde

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

Avec vous, nous finançons. Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques

Avec vous, nous finançons. Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Avec vous, nous finançons la solidarité nationale Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Assurer la collecte des cotisations avec efficacité

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Une population en santé pour une économie plus robuste

Une population en santé pour une économie plus robuste Une population en santé pour une économie plus robuste Exposé présenté par l Association médicale canadienne au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Le 18 octobre

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

La MSA, un acteur qui s engage pour le monde agricole et rural

La MSA, un acteur qui s engage pour le monde agricole et rural vous accompagner La MSA, un acteur qui s engage pour le monde agricole et rural www.msa.fr Qui est la MSA? Trois lettres pour dire Mutualité sociale agricole. La MSA, ce sont 17 000 hommes et femmes qui

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS GÉNÉRALISATION du tiers payant Juin 2015 UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS La généralisation du tiers payant en 2017 à l ensemble des soins de ville pour tous les assurés

Plus en détail

UNE MUTUELLE POUR TOUS

UNE MUTUELLE POUR TOUS Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 15 décembre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE MUTUELLE POUR TOUS LA PROPOSITION DE LA VILLE DE BAYONNE POUR UN EGAL

Plus en détail

À vos côtés pour préparer au mieux votre retraite

À vos côtés pour préparer au mieux votre retraite PROFESSIONNELS La Retraite À vos côtés pour préparer au mieux votre retraite PER Entreprise Système de retraite français : un état des lieux fragile L allongement de l espérance de vie est une bonne nouvelle

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

regards d experts Faisons le tour de la question Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013)

regards d experts Faisons le tour de la question Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013) Janvier 2015 regards d experts Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013) Faisons le tour de la question D ICI LE 1 ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES,

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE 1 GAMME COLLECTIVE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

Institut de la Protection Sociale

Institut de la Protection Sociale IPS 2012 Proposition 6 Institut de la Protection Sociale Proposition Auteur : BC Création : 31/12/2009 Modif. : 22/11/2012 Responsable rédaction Bruno CHRETIEN Contributeur Sophie GREA Sujet traité Refondre

Plus en détail

Axe Informatique. Mise en place des frais de santé. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans

Axe Informatique. Mise en place des frais de santé. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Mise en place des frais de santé Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance AXE Mise en place des frais de santé

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne L accès aux soins et les dépassements d honoraires Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale des Alpes-Maritimes et la CRESS

Plus en détail

SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS

SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS L ACTION SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS Une difficulté passagère? Faites appel à l action sociale Maternité, chômage, divorce, handicap, retraite, dépendance Chaque moment sensible de la vie suscite des

Plus en détail

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs)

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) 7Les droits sociaux Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) Les droits économiques Généralement à 18 ans, et parfois pour une durée plus ou

Plus en détail

ma référence solidaire

ma référence solidaire Bien plus qu une mutuelle p ma référence solidaire mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance Autonomie Retraite Le groupe MGEN p La référence solidaire pour tous Chiffres clés 2013 2 3,7 3 209 millions de personnes

Plus en détail

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 %

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 % Actuellement, vous êtes près de 6,5 millions dans le monde et 150 000 en France à être atteints par la maladie de Parkinson. Vous pourrez avoir besoin d informations administratives, pratiques... ou tout

Plus en détail

www.mutuelle-et-assurance.net Le Conseil Mutuelle-et-Assurance

www.mutuelle-et-assurance.net Le Conseil Mutuelle-et-Assurance Le Conseil Mutuelle-et-Assurance Des Conseillers Indépendants au Service de votre Protection Sociale => Dans un contexte où les législations sociales sont régulièrement modifiées Notre rôle consiste par

Plus en détail

Dossier de presse. Dans les Landes : un tiers payant social pour faciliter l accès aux soins

Dossier de presse. Dans les Landes : un tiers payant social pour faciliter l accès aux soins Dossier de presse Dans les Landes : un tiers payant social pour faciliter l accès aux soins Contact presse Dounia Zamani 05 58 06 62 03 dounia.zamani@cpam-montdemarsan.cnamts.fr «Se soigner : un droit

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 OBJET : Régime social des contributions patronales finançant des prestations de prévoyance

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE?

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? JANVIER 2011 QU SOMMES NOUS? Au plus près des familles Depuis plus de 60 ans, les Allocations

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale La Mutuelle Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016 Olivier SIMON Conseil en protection sociale Sommaire 2 1. Contexte 2. L ANI et la LSE 3. Les obligations pour les Entreprises 4. Fonctionnement

Plus en détail

Dossier de presse CLEJ

Dossier de presse CLEJ Dossier de presse CLEJ I. Euskaldun Gazteria Euskaldun Gazteria est un mouvement géré et animé par des jeunes de 16 à 25 ans. Il cible son action au Pays Basque intérieur. Depuis 1966, Euskaldun Gazteria

Plus en détail

à la protection sociale

à la protection sociale COURTIERS Ensemble, donnons toute sa valeur à la protection sociale Nos expertises complètent les vôtres En matière de protection sociale, votre capacité d analyse des attentes des entreprises et de leurs

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La politique du médicament Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale du Vaucluse CRESS PACA Date & Lieu : Avignon, lundi 11 avril

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP Contexte dans le BTP Une nouvelle réglementation De nouvelles obligations pour les entreprises Qui est concerné? Les entreprises sans complémentaire santé Les entreprises avec complémentaire santé Dispenses

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

Plus qu un un expert, un partenaire.

Plus qu un un expert, un partenaire. Plus qu un un expert, un partenaire. 1 Formation du 4 avril 2013 à NANCY. Plus qu un un expert, un partenaire. 2 Formation CEZAM Lorraine du 4 Avril 2013 à NANCY LA COMPLEMENTAIRE SANTE UN ENJEU DE TAILLE

Plus en détail

Mise en place de la mutuelle collective pour tous les salariés

Mise en place de la mutuelle collective pour tous les salariés Mise en place de la mutuelle collective pour tous les salariés Des salariés très partagés sur les apports du dispositif La connaissance du dispositif 1. Une mesure connue Près de 9 personnes interrogées

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Version 9.2 Juin 2014

Version 9.2 Juin 2014 Version 9.2 Juin 2014 Principales évolutions 1 Evolutions des navigateurs Sauvegarde des dossiers... 2 2 Fiscalité... 3 2.1 Placement / ISF investissement en cours d année actuelle... 3 2.2 Comment gérer

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

Organisme Atelier n 4 «Mieux vivre ensemble» date 15.09.2015

Organisme Atelier n 4 «Mieux vivre ensemble» date 15.09.2015 Rédacteur Interlocuteurs Didier Galet Jean Claude Pruneau 1 Organisme Atelier n 4 «Mieux vivre ensemble» date 15.09.2015 1) Analyse du questionnaire santé 20 questionnaires de retournés, aucun via Internet,

Plus en détail

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Carine Franc, Aurélie Pierre Colloque Santé et Société. Toulouse, le

Plus en détail

Charte éthique de la société ES TEAM Voyages. Familles et amis passent avant le handicap

Charte éthique de la société ES TEAM Voyages. Familles et amis passent avant le handicap Charte éthique de la société ES TEAM Voyages Familles et amis passent avant le handicap Agence de voyages spécialiste de vos séjours adaptés avec accompagnement La présente charte est le reflet de notre

Plus en détail

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients Prêts hypothécaires résidentiels BSI Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients 3 BSI, VOTRE PARTENAIRE DE CONFIANCE Depuis plus d un siècle, BSI met un point d honneur à proposer à ses

Plus en détail

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE Régime Professionnel Complémentaire de Santé IRP AUTO Partenaire de l UNIDEC 28 Juin 2014 LA COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE SOMMAIRE Présentation du groupe IRP AUTO Le contexte

Plus en détail

Laure DELAHOUSSE Directrice Epargne Retraite. Epargne Retraite, l heure des choix FIER Paris avril 2012

Laure DELAHOUSSE Directrice Epargne Retraite. Epargne Retraite, l heure des choix FIER Paris avril 2012 Laure DELAHOUSSE Directrice Epargne Retraite Epargne Retraite, l heure des choix FIER Paris avril 2012 Epargne retraite, l heure des choix > L épargne retraite en France : l histoire d un non choix l exception

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

CONTEXTE LEGISLATIF 1

CONTEXTE LEGISLATIF 1 CONTEXTE LEGISLATIF 1 L envol des taxes en assurance santé depuis 2006 2 LA PORTABILITE Mécanisme de maintien temporaire des garanties santé et prévoyance pour les chômeurs qui bénéficiaient de ces couvertures

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 17 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 17 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 17 mars 2015 Adopté Rédiger ainsi cet article : SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 18 N o AS1725 (Rect) «I. Le déploiement du mécanisme du tiers

Plus en détail

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre Vous voulez faire d une obligation une opportunité. Nous sommes là! Notre offre Vos formules Notre accompagnement Notre accompagnement dans votre nouvel univers santé L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères. Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité

PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères. Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité PlanoPension, RythmoPension Vaudoise Planifiez une retraite sereine Pour une retraite en toute quiétude

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE RAPPEL DE LA SITUATION DES RETRAITES page 1 à 3 REFORMULATION 2008 page 4 REUNION DU 29 JANVIER 2008 page 5 EPILOGUE page 5 NAO_Sna.Unsa

Plus en détail

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES"

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS RESPONSABLES NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES" Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation pour les contrats santé individuels et collectifs bénéficiant d aides fiscales et sociales. Contrats

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français La Convention de sécurité sociale franco-coréenne Ses implications pour les ressortissants français i Les informations délivrées dans cette présentation le sont à titre indicatif et n engagent pas la responsabilité

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 PLENIERE

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 PLENIERE Essentiels de la retraite 19 juin 2014 PLENIERE Financer des engagements santé par un contrat de retraite Ou comment valoriser la politique sociale de l entreprise tout en maîtrisant son coût Louis LINŸER

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

ma référence solidaire

ma référence solidaire p Bien plus qu une mutuelle ma référence solidaire mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance p Le groupe MGEN La référence solidaire pour tous Chiffres clés 2014 3,8 millions de personnes protégées 3 209 Lits,

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Impacts de la réforme des contrats responsables sur nos offres collectives

Impacts de la réforme des contrats responsables sur nos offres collectives Impacts de la réforme des contrats responsables sur nos offres collectives Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille SPÉCIAL AUTO ENTREPRENEURS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

Assurances de personnes Maladie collective perte de salaire. La bonne santé de votre entreprise dépend aussi de celle de vos employés

Assurances de personnes Maladie collective perte de salaire. La bonne santé de votre entreprise dépend aussi de celle de vos employés Assurances de personnes Maladie collective perte de salaire La bonne santé de votre entreprise dépend aussi de celle de vos employés Assurances de personnes Vaudoise Assurer les revenus du personnel et

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 12/05/2000 Origine : DDRI ENSM AC Réf. : DDRI n 66/2000 ENSM n 28/2000 AC n 24/2000 n / MMES et MM les Directeurs

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

Partenariat atea at UNIRC 79-17 & SMAM Mutuelle

Partenariat atea at UNIRC 79-17 & SMAM Mutuelle Partenariat atea at UNIRC 79-17 & SMAM Mutuelle 2 Une relation de confiance entre l UNIRC et SMAM Mutuelle : un partenariat fort de déjà 12 ans d existence Un objectif : vous permettre de ne jamais renoncer

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 3.4 : Personnes vivant avec le père ou la mère Compétence législative Paragraphes 2 (1) et (2), articles 11 et 41, et paragraphes 44 (2) et (4) du Règlement 134/98

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime

Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime complémentaire? Introduction Le marché de la complémentaire

Plus en détail

La retraite des personnels de l enseignement privé

La retraite des personnels de l enseignement privé Version juin 2012 1 La retraite des personnels de l enseignement privé Le SPELC, premier syndicat de l enseignement privé en région Centre 2 Avant de commencer La réforme des retraites, tant redoutée,

Plus en détail

Le RREGOP : Saviez-vous que

Le RREGOP : Saviez-vous que Le RREGOP : Saviez-vous que Session nationale sur la sécurité sociale 8 et 9 avril 2015 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec Quelques notions de base Passif d un régime de retraite (engagements)

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail