Sur le terrain Odysseum, quand l acier se prête au jeu. Ingénierie incendie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur le terrain Odysseum, quand l acier se prête au jeu. Ingénierie incendie"

Transcription

1 N Le magazine d information de la construction métallique Sur le terrain Sur le terrain Odysseum, quand l acier se prête au jeu Ingénierie incendie La sécurité incendie dans les bâtiments classés «Monuments Historiques» Informations techniques La construction métallique se met à la basse consommation d énergie

2 L acier galvanisé, une valeur sûre en toutes circonstances L acier possède des propriétés de résistance exceptionnelles. La galvanisation à chaud permet de les conserver très longtemps, rendant ainsi les constructions fiables. La surveillance et la maintenance des ouvrages sont réduites, ce qui allège le budget des exploitants. Retrouvez l ensemble des acteurs de la filière sur DURABLE ET ECOLOGIQUE Durabilité Maintenance Sécurité Economie d énergie Economie de matière première Recyclage Comme l'acier, le zinc utilisé pour protéger ce métal au travers de la galvanisation est recyclable. Il provient de la nature et peut être réutilisé indéfiniment, tout en conservant ses propriétés. Passerelle sur lʼebron et passerelle sur le Drac - Maître dʼouvrage : SIVOM du Lac de Monteynard-Avignonet (38) - Photos : V. Thiebaut La galvanisation : une solution qui va dans le sens du Développement Durable. Tél. :

3 Édito DR 2010 : un nouvel élan pour la construction métallique U ne nouvelle décennie s ouvre et le CTICM entend rester en mouvement, plus que jamais mobilisé malgré les fortes incertitudes liées à la crise. Lors du conseil d administration de décembre, la présentation de ce que nous appelons le plan d actions commerciales (PAC) a permis de conforter une démarche stratégique qui s avère indispensable aujourd hui, compte tenu des évolutions probables de la taxe en Certes, le Centre a toujours eu dans son portefeuille d activités la réalisation de prestations techniques selon les demandes des industriels, qu il a su développer avec professionnalisme et rigueur. Et ce n est surement pas aujourd hui que nous découvrons l approche client. Cet effort s appuie sur une bonne valorisation de nos missions inscrites dans le Contrat de Performances, que nous comptons bien continuer à assumer en totalité. Il s agit pour nous de donner une cohérence renforcée et un nouvel élan à la part d activités de nature commerciale, qui représente près de la moitié de nos ressources. Ainsi, depuis l été dernier, des actions ont été identifiées avec l approche classique «forces, faiblesses, menaces et opportunités». Elles ont été répertoriées puis priorisées selon leur faisabilité plus ou moins immédiate et leur impact potentiel sur la dynamique économique du Centre. On peut citer à titre d exemples : - la réalisation de notes de calculs d ouvrage selon les Eurocodes, - l élargissement du panel de nos clients dans le domaine des ouvrages d art et maritimes, - l organisation de rencontres régionales dès 2010, afin de présenter les démarches nécessaires en matière de certification de produit et de construction durable, - notre souhait de devenir, sur un sujet en plein développement au CTICM, un guichet unique pour la réalisation d études liées à la création d un parc énergétique, utilisant notamment le photovoltaïque. Une vision plus exhaustive de nos grands axes d effort au sein du PAC sera présentée lors d un prochain CMI. Les challenges ne manquent pas et pour ce faire, des moyens ont déjà été identifiés et inscrits dans notre budget En définitive, un CTICM fort et pertinent pour chacun de ses clients sera un CTICM fort et pertinent pour l ensemble de la profession, qui pourra toujours s appuyer sur «son» CTI. Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne et heureuse année Christophe Mathieu, Directeur général du CTICM Construction Métallique Informations 3

4

5 Sommaire Informations techniques 6 La construction métallique se met à la basse consommation d énergie 6 Assurance construction 8 steelbizfrance.com 9 Ingénierie incendie 10 Agenda 16 Rendez-vous 2010/ Sur le terrain 20 N Le magazine d information de la construction métallique Odysseum, quand l acier se prête au jeu 20 Sur le terrain Odysseum, quand l acier se prête au jeu Ingénierie incendie La sécurité incendie dans les bâtiments classés «Monuments Historiques» Informations techniques La construction métallique se met à la basse consommation d énergie Photo de couverture : Le parking Odysseum à Montpellier. Architecte mandataire : Brullmann Crochon et Associés. Architectes : Atelier Patrice Genet. Charpente métallique : Cabrol/Fondeville. Voir notre article en page 20 ConstruirAcier La sécurité incendie dans les bâtiments classés «Monuments Historiques» à travers l exemple de l Hôtel de Ville de Paris 10 Portrait 12 DL Aquitaine, réactivité et proximité 12 Publications - Formation 24 Revue Construction Métallique 24 Votre bibliothèque 24 Formations en février et mars 2010 au CTICM 26 Assistance technique 33 Contacts construction métallique et mixte 33 Contacts incendie et certification 34 Éditeur : CTICM - Centre Technique Industriel de la Construction Métallique Directeur de la publication : Christophe Mathieu directeur général du CTICM Rédaction : CTICM Service publications Journaliste : FL Communication, Françoise Leroy Contact : Isabelle Pharisier, Tél. : Imprimé en France Fabrication et réalisation : RG Solutions, Tél. : CTICM Espace technologique L Orme des Merisiers Bâtiment Apollo Saint-Aubin Tél. : Fax : CMI est diffusé gracieusement à exemplaires. CMI, dans un souci de préservation de l environnement, est imprimé sur papier recyclable. La reproduction même partielle de tout matériel publié dans CMI est strictement interdite. Les annonceurs prennent l entière responsabilité des informations qu ils insèrent et déclarent être autorisés à les utiliser.

6 Informations techniques Acieco : projet ANR-PREBAT ( ) Partenaires : CTICM (coordinateur), CSTB, CETE de Lyon et Leptiab de l université de la Rochelle Industriels associés : Soprema et SMAC Aide financière de l Ademe La construction métallique se met à la basse consommation d énergie Dans le cadre du projet de recherche Prebat-Acieco «Bâtiments en aciers économes en énergie : réduction de la perméabilité à l air et traitement des ponts thermiques», le premier bâtiment basse consommation (BBC) d activité industriel en acier en France vient d être construit par l entreprise Soprema à Brest. Ce bâtiment de 400 m² SHON* est composé d un hall d activité et de bureaux intégrés. Une demande de labellisation BBC-Effinergie a été déposée auprès de Certivéa, organisme accrédité par l État. * SHON : surface hors œuvre nette 6 L analyse de l existant, comme première étape Avant de se lancer dans la conception et la construction de bâtiments basse consommation d énergie, la première étape du projet Acieco à été consacrée à l évaluation de l état actuel de la construction de bâtiments en acier en France. Plusieurs bâtiments du secteur tertiaire ont été mesurés et diagnostiqués (7 au total) avec pour objectif de localiser les lieux de fuites d air ainsi que les ponts thermiques présents dans les enveloppes de ces bâtiments. Des mesures quantitatives de la perméabilité à l air ont permis de situer le niveau de performance actuel de ce type de bâtiment. D autres tests ont été effectués pour évaluer l impact de différents composants de l enveloppe dans les déperditions globales du Construction Métallique Informations bâtiment (acrotère, lanterneaux, portes, ). Généralement, se sont les jonctions entre parois qui posent le plus de problèmes aussi bien pour l isolation thermique que pour l étanchéité à l air. Un premier bâtiment d activité industriel en acier BBC en France En s appuyant sur les résultats des diagnostics de l existant effectués dans la première partie du projet Acieco, des solutions pour améliorer l isolation thermique et réduire la perméabilité à l air ont été proposées et mises en oeuvre sur un nouveau bâtiment. L enjeu était de développer des solutions performantes, reproductibles avec un coût maîtrisé.

7 C Mesures pour évaluer l impact de différents composants de l enveloppe dans les déperditions globales du bâtiment Avec une consommation conventionnelle en énergie primaire, tenant compte d une production d électricité photovoltaïque assurée par des modules intégrés à la toiture, de 1 kwhep/m²/an (environ 0,7 % la consommation référence RT 2005, sachant que le label BBC requiert une consommation d énergie primaire du bâtiment inférieure ou égale à 50 % de la consommation conventionnelle de référence définie dans la RT 2005), ce bâtiment représente une première pour les bâtiments d activités en acier en France. Enveloppe En plus du choix d une forme compacte pour le bâtiment (surface de l enveloppe/ volume = 0,52), ce qui permet de réduire les surface déperditives (surfaces donnant sur l extérieur) et par conséquent les fuites de chaleur, un travail important a été effectué sur l enveloppe. Au renforcement de l isolation au niveau du dallage, de la façade et de la toiture, s ajoutent des solutions efficaces pour réduire les ponts thermiques. L étanchéité à l air est assurée par un écran pare-vapeur en partie courante de la toiture et une membrane pare-air en façade avec une continuité aux niveaux des jonctions entre parois et surtout au niveau de l acrotère. À cette occasion, un brevet sur la mise en œuvre du pare-air a été déposé par Soprema. Les différentes solutions retenues ont permis une réduction d environ 25 % des déperditions thermiques par rapport au même bâtiment conçu selon la RT Équipements Pour le chauffage du bâtiment, le choix a porté sur une pompe à chaleur air/eau pour la partie bureaux et des aérothermes électriques pour le hall d activité. La ventilation est assurée par un système double flux avec récupération de chaleur pour les bureaux et un système simple flux pour le hall. Pour l éclairage, le choix a porté sur des ampoules fluocompactes basse consommation d énergie avec détecteurs de présence. Un système photovoltaïque intégré à la toiture assure une production d environ 25 kwh/m²/an d énergie électrique raccordée au réseau. Des mesures en cours de chantier Des mesures de la perméabilité à l air et des diagnostics thermographiques du bâtiment en cours de chantier ont permis d apporter d ultimes améliorations à l enveloppe. Des mesures à la réception Les mesures et diagnostics effectués sur le bâtiment à la réception ont confirmé l efficacité des solutions mises en œuvre sur le bâtiment. La grande majorité des ponts thermiques a été corrigée. Les solutions Diagnostics thermographiques pour localiser les ponts thermiques Mesures de la perméabilité et diagnostic thermographique en cours de chantier Renforcement de l isolation en partie courante et traitement des jonctions Construction Métallique Informations 7

8 Informations techniques Ventilation double flux PAC air/eau système photovoltaïque intégré à la toiture d amélioration de l étanchéité à l air mises en œuvre ont permis de diviser d au moins par 10 les valeurs de perméabilité constatées dans la première étape du projet (I4 = 0,45 m 3 /h/m²). Les premiers résultats du projet Acieco nous laissent penser que l on pourrait construire et généraliser des bâtiments en acier basse consommation d énergie avec les matériaux et équipements aujourd hui disponibles sur le marché. Un travail en amont sur les solutions à mettre en œuvre et une coordination sur chantier entre les différents corps de métiers sont les clés pour réussir une construction BBC. Amor Ben Larbi Directeur de Recherche Département construction métallique CTICM Assurance construction L arrêté du 19 novembre 2009, publié au JO le 27/11/2009 et portant actualisation des clauses types en matière d assurance construction, précise en annexe III les conditions de déchéance de droit en cas d inobservation des règles de l art définies comme «réglementations en vigueur, normes françaises homologuées ou normes publiées par les organismes de normalisation d un autre État membre de l Union européenne ou d un autre État partie à l accord sur l Espace économique européen offrant un degré de sécurité et de pérennité équivalant à celui des normes françaises». Il s applique aux contrats conclus ou reconduits postérieurement à sa publication. Il peut être téléchargé à l adresse suivante : do;jsessionid=027ce4f46d838c6e A8BE33134.tpdjo14v_2?cidTexte=JO RFTEXT &dateTexte=&oldA ction=rechjo&categorielien=id Jean-Pierre Pescatore Directeur du BNCM CTICM 8 Construction Métallique Informations

9 STEELBIZFRANCE.COM est le site internet des ressources de la construction métallique. Il met à votre disposition de la documentation sur la conception et le calcul et des logiciels de calcul à utiliser en ligne ou à télécharger. Nous mettons en ligne une moyenne de quatre nouveaux logiciels chaque année ; ce sont des formulaires de résistance des matériaux, des outils de calcul de poutres ou d assemblages, selon les normes CM 66 et NF P 22, et de plus en plus selon l eurocode EN La dernière application SoliveX permet le dimensionnement d une solive de plancher selon l Eurocode. Poutre isostatique, en laminé ou PRS, charges réparties ou ponctuelles, vérifications en section et au déversement. Le site reçoit environ visiteurs chaque mois. Les prochaines mises en ligne prévues concernent les propriétés des sections minces profilées à froid et les assemblages poutre-poteau par double cornière d âme. Bruno Chabrolin Directeur scientifique et du transfert des connaissances CTICM REVUE CONSTRUCTION MÉTALLIQUE La référence depuis plus de 40 ans Tarifs de l abonnement annuel 2009 (4 numéros) : France 145 TTC Étranger 180 TTC Pour vous abonner : Centre technique et industriel de la construction métallique Construction Métallique Informations 9

10 Incendie La sécurité incendie dans les bâtiments classés «Monuments Historiques» à travers l exemple de l Hôtel de Ville de Paris Dans une édition précédente, nous mettions en évidence les difficultés rencontrées lors des mises en conformité de bâtiments existants. L Hôtel de Ville de Paris en est un exemple concret. Exemple de bloc-porte de l Hôtel de Ville de Paris Exemple de bloc-porte actuel (avant essai de résistance au feu) Ce bâtiment, classé «Monument Historique», a fait l objet d une réhabilitation en matière de sécurité incendie, la réglementation appliquée étant celle des installations classées, des établissements de travail et des établissements recevant du public. D une manière générale, la réglementation incendie vise à assurer la protection et l évacuation rapide et sûre des occupants. Dans le cas de «Monuments Historiques», elle vise également la protection des biens et la sauvegarde du patrimoine culturel français. Dans le cadre de cette réhabilitation, Efectis France est intervenu à deux niveaux : - expertise de laboratoire sur la résistance au feu des bloc-portes, - étude sur la stabilité au feu des structures porteuses. Expertise de laboratoire sur la résistance au feu des blocs-portes de l Hôtel de Ville de Paris Le laboratoire d Efectis France a été mandaté pour étudier la résistance au feu de blocs-portes présents dans le bâtiment, la performance en résistance au feu recherchée étant E 30 (étanchéité aux flammes et aux gaz chauds et/ou inflammables pendant 30 minutes PF ½ h). Les paramètres prise en compte dans cette mission étaient les suivants : - blocs-portes datant de la construction de l édifice (fin du XIX e siècle), en chêne massif, à deux vantaux, parfois avec des parties vitrées, des parties sculptées et des paumelles en fer forgé, - dimensions importantes pouvant atteindre 1,85 m x 4,05 m (l x h) de passage libre, - aucun dispositif particulier susceptible de répondre à une exigence de résistance au feu, - pas de procès-verbal de résistance au feu. La solution triviale aurait consisté à les remplacer par des blocs-portes actuels ayant déjà fait l objet d un procès-verbal de classement en résistance au feu. Toutefois, pour des raisons architecturales (objectif de conserver l aspect originel des blocsportes) et dimensionnelles, illustrées par les photos du bandeau, cette solution a rapidement été écartée. Une expertise de laboratoire a donc été menée et a fait l objet d un avis de chantier au sens de l article 14 de l arrêté du 22 mars 2004, relatif à la résistance au feu des produits, éléments de construction et d ouvrages. Cette expertise, valable uniquement pour l Hôtel de Ville de Paris, est basée sur des résultats d essais de résistance au feu réalisés sur différents blocs-portes. Elle s est traduite par des prescriptions en termes d adaptations à apporter aux blocs-portes anciens pour qu ils puissent répondre aux exigences de résistance au feu recherchées (E 30). Les principales préconisations ont été les suivantes : 10 Construction Métallique Informations

11 - mise en œuvre de dispositifs tels que joints intumescents pour assurer l étanchéité au feu périphérique et à la jonction des ouvrants, - mise en œuvre d une protection thermique sur toute la surface des vantaux (côté exposé au feu) afin d éviter une combustion rapide du bois et le passage de flammes aux points les plus sensibles (jonction de profilés bois, assemblage des panneaux bois avec le cadre bois, panneaux bois de faible épaisseur), - remplacement des vitrages existants par des vitrages résistants au feu, - remplacement des systèmes de fermeture des vantaux (serrures et ferme-portes) par des quincailleries dont le comportement au feu est connu et assurant le maintien en position fermée des vantaux en cours d un incendie, - création de moulures et sculptures décoratives identiques et à rapporter sur les vantaux modifiés afin de reproduire l aspect originel des blocs-portes. La performance en résistance au feu réglementaire (E 30) a donc été obtenue tout en conservant l aspect esthétique et le caractère historique des blocs-portes. Étude de la stabilité au feu des structures Le service ingénierie incendie d Efectis France a réalisé une étude sur la structure porteuse de l Hôtel de Ville de Paris afin de déterminer sa durée de stabilité au feu. Compte tenu de la nature de la structure porteuse charpente métallique avec poutres et poutrelles en profilés rivetés constituées de plats et de cornières en fer, et planchers remplis de hourdis en briques voutés l application des règles ou méthodes «simplifiées» (DTU ou Eurocode partie feu) était inadaptée à la problématique, comme c est souvent le cas en réhabilitation de bâtiments existants. La résistance au feu des éléments a donc été étudiée à l aide des modèles de calcul «avancées» des Eurocodes partie feu. Pour pallier les incertitudes sur les matériaux et leur configuration, plusieurs hypothèses sécuritaires ont été prises en compte dans le cadre de ces calculs : - propriété mécanique du fer : connaissant la difficulté à cette époque pour concevoir du fer de qualité homogène, une hypothèse sécuritaire a du être faite sur la limite d élasticité de ce matériau, - chargement mécanique des structures : il a été pris en compte de façon sécuritaire un niveau de chargement maximal (facteur de réduction du niveau de chargement égal à la valeur forfaitaire de 0,64), - prise en compte d une protection à base de plâtre rapportée en sous-face de certaines poutres et poutrelles, - prise en compte d un matériau de remplissage entre les profilés : du fait de la date de construction de l ouvrage et de l incertitude sur l homogénéité du remplissage, l hypothèse d un remplissage homogène en plâtre a été faite. La figure ci-dessous présente un exemple de section type rencontrée sur le bâtiment et modélisée dans l étude. Poutre caisson encoffrée Exemple de types de section rencontrés Remplissage plâtre vide Protection plâtre Sur la base de ces différentes analyses, l étude a montré des durées de stabilité variables suivant les zones. Notamment, les poutrelles n ayant aucune protection rapportée en sous-face ont fait l objet d une préconisation de protection, ainsi que les hourdis de briques attenants. L exemple de l Hôtel de Ville de Paris présentée dans cet article met en lumière deux types d expertise qui, dans le cadre de bâtiment en réhabilitation, peuvent apporter des solutions techniques aux contraintes liées à la réhabilitation, tout en optimisant le rapport «coût de la construction» / «niveau de sécurité» : - les appréciations de laboratoire qui offrent la possibilité de statuer sur la performance au feu d un système constructif existant, - les méthodes de calculs avancées des Eurocodes partie feu qui permettent d étudier la résistance au feu de structures pour des configurations complexes. Agnès Blanguernon Service ingénierie incendie Efectis France Jérome Klein Service consultance du laboratoire Efectis France encoffrement Poutre en I non encoffrée Construction Métallique Informations 11

12 Portrait DL Aquitaine réactivité et proximité Bertrand Deyris, président de DL Aquitaine et du groupe DL C est en 1964 et sous le nom de Darrière & Lafourcade que la société DL Aquitaine trouve ses origines. Implantée à Tercis-les-Bains, non loin de Dax, cette société, filiale du groupe DL (Deyris Lafourcade), emploie aujourd hui 65 collaborateurs et réalisera un chiffre d affaires de 14 millions d euros en 2009, nonobstant la crise. Dans une interview accordée à CMI, Bertrand Deyris, président de DL Aquitaine et du groupe DL, nous fait partager son expérience. Propos recueillis par Françoise Leroy Gare du Téléphérique de la Vanoise reliant les Arcs à La Plagne (73) CMI : Quelle est l origine de DL Aquitaine? Bertrand Deyris : L origine de DL Aquitaine tient à deux artisans serruriers qu étaient Roland Lafourcade, mon beau-père, et Georges Darrière qui, en 1964, se sont associés. En 1978, ils ont souhaité se retirer des affaires et c est à ce moment là que j ai repris la société qui comptait alors 10 salariés. J étais âgé de 32 ans avec une formation d ingénieur centralien et une expérience professionnelle de 9 ans chez Bouygues. En 1984, j ai créé une agence à Bayonne puis une seconde à Bordeaux en En 1988, le groupe DL se construit : la société Darrière & Lafourcade devient holding, elle s appellera plus tard Deyris Lafourcade. L unité de production historique de Tercis devient la première filiale : DL Aquitaine, les agences de Dax et de Bordeaux deviennent les deuxième et troisième filiales : DL Pyrénées et DL Océan. CMI : Quel est le profil de DL Aquitaine? Bertrand Deyris : DL Aquitaine compte aujourd hui 65 salariés dont 5 ingénieurs, des ouvriers charpentiers et des ouvriers métalliers polyvalents intervenant aussi bien en atelier que sur les chantiers. Nous disposons de notre propre bureau d études et d un atelier de production de m 2 environ. Compte tenu de l organisation et de l implantation géographique du groupe, DL Aquitaine intervient essentiellement sur le département des Landes et sur les départements limitrophes. Le rayonnement géographique du groupe DL dépasse rarement la ligne «La Rochelle Montpellier». Ainsi, nous ne sommes pas présents sur les marchés étrangers, exceptions notoires à cette règle les travaux sur le pavillon France de l exposition universelle de Séville en 1992 et de la fabrication et de l assistance au montage de structures métalliques complexes pour le jardin botanique de Canton en CMI : Quels marchés cherchezvous à conquérir? Bertrand Deyris : DL Aquitaine cible tous les marchés qui entrent dans son périmètre géographique, à l exception des bâtiments 12 Construction Métallique Informations

13 Pôle culturel de Mont-de-Marsan (40) - (acier Indaten - Corten) agricoles. Toutefois, nous recherchons plus particulièrement des affaires qui mettent en œuvre des structures complexes parce que nous détenons le savoir-faire nécessaire. Nous intervenons pour le compte du secteur industriel et commercial ainsi que pour les maîtres d ouvrage publics pour tous bâtiments ou équipements variés. Par ailleurs, nous avons également une forte activité d entretien et de réhabilitation. Ainsi, nous sommes intervenus cette année pour de nombreuses réparations à la suite de la tempête Klaus. CMI : Quelles réalisations vous paraissent les plus marquantes pour DL Aquitaine? Bertrand Deyris : Dans la liste des réalisations récentes et originales de DL Aquitaine, le centre culturel de Mont-de-Marsan - qui est actuellement en cours de livraison - mérite d être cité pour son architecture et pour le matériau utilisé. Il s agit d un acier autopatinable, Indaten (Corten). Parmi nos références, nous avons également réalisé des tours d observation pour les services incendie des Landes et de la Gironde. Ces pylônes, d une hauteur de 40 mètres, permettent de surveiller la forêt de pins de notre région. Enfin, nous commençons la réalisation de la structure métallique en PRS d un entrepôt sprinklé, représentant un tonnage de 300 tonnes. Cette fabrication spécifique vient d être rendue possible chez Le parc matériel - 2 ensembles sciage et perçage - Installation PRS - 22 ponts roulants - 2 installations de peinture avec aspiration par le sol Quelques références de DL Aquitaine Nom du chantier Maître d Ouvrage Lieu du chantier Année de réalisation Tonnage Darty - Kiabi SCI Jacquemain Saint Paul Les Dax (40) Mr Bricolage SCI Cottage Saint Paul Les Dax (40) Carrefour (extension) Guyenne et Gascogne Dax (40) Usine Exameca Exameca Serres-Castets (64) Usine DRT (extension) DRT Castets (40) Usine Seripanneaux (extension) Seripanneaux Saint-Vincent de Tyrosse (40) Lycee Esteve Conseil Régional d Aquitaine Mont-de-Marsan (40) Construction Métallique Informations 13

14 Portrait Zoom sur le Groupe DL Implanté sur le marché du grand sud ouest avec un effectif de 510 personnes et un chiffre d affaires consolidé prévisionnel pour 2009 de 110 millions d euros, le groupe DL (Deyris Lafourcade) dispose d un réseau de 14 filiales qui offre une complémentarité de savoir-faire au travers de 4 principaux métiers : - la construction métallique, - la menuiserie aluminium, - l étanchéité des bâtiments, - la construction de bâtiments clés en main. La construction métallique est l activité la plus importante. Elle représente un chiffre d affaires de 75 millions d euros réparti sur 8 filiales : DL Aquitaine à Dax, DL Pyrénées à Bayonne, DL Océan à Bordeaux, Nestadour à Tarbes, DL Garonne à Toulouse, Trinquier à Carcassonne, Castera à Castillon-la-Bataille et DL Atlantique à La Rochelle. Les qualifications de DL Aquitaine - Qualibat 2412 : Constructions et structures métalliques (technicité confirmée) - Qualibat 4413 : Métallerie (technicité supérieure) Bâtiment ANPE et services administratifs de la mairie d Andernos (33) DL Aquitaine grâce à une installation nouvelle appropriée. CMI : Selon vous, quelles sont les valeurs majeures qui caractérisent DL Aquitaine? Bertrand Deyris : Au-delà de nos compétences pour des ouvrages complexes, DL Aquitaine se définit comme une entité qui reste modeste en taille et qui joue la carte de la réactivité et de la proximité. Par ailleurs et d un point de vue social, DL Aquitaine comme toutes les sociétés du groupe DL bénéficie d un système d intéressement qui contribue à motiver et à fidéliser son personnel. Ainsi, tous les mandataires sociaux sont associés au capital. Depuis 1985, un accord d intéressement est en place au profit de tous les salariés ; il a été complété en 2000 par un accord de participation. Ces initiatives comptent beaucoup pour nous car elles témoignent aussi de notre culture d entreprise. qu il est nécessaire de faire évoluer pour conquérir des parts de marché. Nous avons un travail de formation et d information pour faire évoluer les mentalités. C est ce que font les instances de notre secteur d activité, que ce soit le CTICM que je préside, le SCMF ou encore ConstruirAcier. CMI : Comment préparez-vous l avenir de DL Aquitaine et du Groupe DL? Bertrand Deyris : J ai succédé à mon beaupère. Le groupe DL est et restera une entreprise familiale : je me prépare à passer le relais à mon fils Nicolas, ingénieur ESTP, qui prépare en ce moment un mastère spécialisé de management. Évolution du CA (en millions d euros) 15 13,966 14, CMI : Quelle analyse faites-vous du marché de la construction métallique? Bertrand Deyris : La construction métallique doit être plus présente sur les marchés et pour ce faire, il faut mieux sensibiliser les concepteurs et les prescripteurs en général. Nous souffrons, par exemple, d une législation défavorable pour les entrepôts , (prévisions) 14 Construction Métallique Informations

15 Tour de guet dans la forêt landaise (Gironde) Construction Métallique Informations 15

16 Décembre CMI Boulonnerie de construction métallique à haute résistance apte à la précontrainte et conforme à la NF EN Quelles sont les différences entre un boulon HR et un boulon HV? Toutes les variantes de boulons aptes à la précontrainte conformes à la série des normes NF EN sont déclinées à partir de deux types de produit, le type HR et le type HV. Si les deux types sont en principe conçus pour une mise en œuvre fiable avec les mêmes méthodes de serrage, et pour des performances en service équivalentes, il existe toutefois un certains nombre de différences - mécaniques, physiques mais aussi de mise en œuvre - entre eux. Ces différences sont les suivantes : Le produit HR de base existe en classes 8.8 et 10.9, tandis que le produit HV de base n existe qu en classe Il est rappelé que le type, la classe et le sigle du fabricant sont marqués sur les têtes des vis et sur une des faces des écrous (voir le tableau). Le boulon à tête fraisée et le boulon «à précontrainte contrôlé» HRC ce dernier produit n est qu en classe 10.9 et dans une gamme réduite de diamètres - sont des variantes du type HR. Le boulon ajusté HVP est une variante du type HV. Les normes de produits, pour les différentes variantes de boulons type HR à l exception des boulons HRC, couvrent la gamme complète de diamètres de M12 à M36 inclus. Les normes de produits pour les boulons type HV ne couvrent pas les deux diamètres dits «non préférentiels», à savoir les diamètres M14 et M18. Boulon HR classe 10.9 Boulon HR classe 8.8 Une différence essentielle entre les deux types de produit réside dans le mode de ruine en traction attendu. Pour le produit HR «noir» le mode de ruine attendu est la rupture en traction dans la section de la partie filetée tandis que pour le produit HV, qu il soit «noir» ou galvanisé, c est l arrachement des filetages côté écrou et/ou côté vis qui se produira. L explication est que la hauteur de l écrou du produit HR est proche de 0,9 d tandis que pour le produit HV cette hauteur est de 0,8 d, où d est le diamètre nominal de la vis. Pour les produits galvanisés à chaud, il est nécessaire de réaliser un taraudage de l écrou un peu plus approfondi par rapport à la version «noir» en raison de l épaisseur de la couche de zinc sur les filetages des vis. Pour les boulons type HR galvanisés il en résulte qu une ruine par arrachement de filetages devient possible, ruine néanmoins plus ductile que celle de son homologue HV pour lequel le mode de ruine le plus probable est toujours l arrachement des filetages. Nous traiterons dans une prochaine fiche les critères de choix entre les différents produits de boulonnerie apte à la précontrainte. Boulons types HR Boulon «à précontrainte Contrôlé» HRC classe 10.9 Boulon à tête fraisée classe 8.8 Boulon à tête fraisée classe 10.9 Fiche technique n 6

17 Boulonnerie de construction apte à la précontrainte et Quelles sont les différences Boulons types HV classe 10.9 Boulon HV classe 10.9 Boulon ajusté HVP classe 10.9 Marquages obligatoires sur les têtes de vis des boulons aptes à la précontrainte conformes à la norme NF EN Décembre CMI Trois critères de performance mécanique sont exigés pour garantir le bon comportement de chaque ensemble «boulon précontraint» mis en œuvre. Lors de l essai d aptitude au serrage sur un boulon individuel selon la norme NF EN on doit atteindre des valeurs minimales pour : 1) l effort de traction maximale dans le boulon F bi,max qui traduit le sommet de la courbe rotation de l écrou au serrage / effort de précontrainte correspondant dans le boulon (voir la figure), 2) la rotation de l écrou θ 1i requise pour monter l effort dans le boulon de 0,7f ub A s à l effort maximal F bi,max, 3) la rotation supplémentaire de l écrou θ 2i pour repasser de l effort maximal à 0,7f ub A s sur la partie descendante de la courbe. Les deux derniers critères sur les rotations de l écrou visent à garantir une certaine ductilité dans le comportement des boulons au serrage afin d écarter le risque d un sur-serrage caractérisé soit par l endommagement des filets associé à une perte significative de la précontrainte soit par la rupture du boulon. Si la valeur minimale exigée de F bi,max est la même pour les deux types de produits, soit 0,9f ub A s où A s est l aire de la section résistante de la vis et f ub est la résistance garantie de l acier de la vis, il n en est pas le même pour les deux critères de rotation. En effet, les valeurs minimales requises pour les deux rotations sont de 30 plus petites pour le boulon type HV (voir la norme NF EN ) que pour le boulon type HR (voir la norme NF EN ), d où une différence de ductilité.

18 métallique à haute résistance conforme à la NF EN entre un boulon HR et un boulon HV? Ef fo rt da n s le bo u lo n F b i F b i,m a x F b i,m a x 0,9 f u b A s «P ic» de la co u rb e F b i - θ F p F p = 0,7f u b A s Δθ 1 i Δθ 2 i θ p θ 1i θ 2 i R o ta tio n de l é c ro u θ degrés Essai d aptitude au serrage d un boulon : critères de performance Essai d aptitude au serrage d un boulon : critères de performance Les longueurs des parties filetées typiquement égales à 2d + 6 mm des vis de boulons type HR Les sont longueurs semblables des parties à filetées celles typiquement des vis de égales boulons à 2d+ «6 ordinaires mm- des vis» alors de boulons que type celles HR sont des semblables vis de boulons à celles type des HV vis sont de boulons nettement «ordinaires plus» courtes, alors que celles étant des proches vis de boulons de d type + 12 HV sont mm. nettement Pour les plus boulons courtes, étant type proches HR la norme de d exécution d + 12 mm. Pour NF EN les boulons type exige HR la qu au norme d exécution moins quatre NF EN filets complets exige qu au moins (outre quatre l amorce filets complets de filetage) (outre restent l'amorce libres de entre filetage) la restent surface libres portante entre la de surface l écrou portante et la de partie l'écrou lisse et la de partie la lisse tige. de Pour la tige. les Pour boulons les type HV boulons les type longueurs HV les longueurs de serrage de serrage doivent être conformes à celles à celles spécifiées spécifiées dans le Tableau dans A.1 le de Tableau l'en A.1 de l EN ce qui revient ce à qui n avoir revient qu un à minimum n avoir d environs qu un minimum 2,5 filets libres. d environs 2,5 filets libres. Il en Il résulte en résulte qu avec un qu avec boulon type un boulon HV le plan type de contact HV le entre plan deux plats contact d un assemblage entre deux ne tombe plats jamais d un au assemblage niveau de ne tombe la partie jamais filetée au des niveau vis des boulons de la les partie assemblant, filetée ce des qui n est vis des une exigence boulons normative les assemblant, (NF EN ) ce que qui pour n est les une exigence boulons normative ajustés. (NF EN ) que pour les boulons ajustés. Par Par contre, contre, à cause à de cause sa longueur de sa de la longueur partie filetée de relativement partie courte, filetée un relativement boulon type HV courte, d une longueur un boulon sous tête type HV d une donnée longueur ne convient sous que pour tête une donnée fourchette ne très convient restreinte d épaisseurs que pour totales une d assemblage. fourchette Quelque très restreinte soit le diamètre d épaisseurs boulon totales type d assemblage. HV, l écart proposé par Quel la norme que NF soit EN le diamètre entre les du épaisseurs boulon minimale type HV, et l écart maximale proposé possibles n est par la du norme que NF 5 mm. EN Pour les boulons entre type les HR épaisseurs l écart entre les minimale épaisseurs maximales et maximale et minimales possibles possibles n est de que 10 mmpour 5 mm. le Pour les boulons diamètre M12 type et HR augmente l écart avec entre le diamètre les épaisseurs du boulon pour maximales attendre 27 et mm minimales pour diamètre possibles M36. est de 10 mm pour Il est le précisé diamètre par la norme M12 NF et EN augmente que avec les essais le d aptitude diamètre au serrage du boulon doivent pour être réalises attendre sur les 27 lots mm individuels pour de le diamètre boulons M36. pour la condition avec le nombre minimal des filets libres exigé par la norme NF EN La longueur de filets Il est libres précisé plus courte par la et norme la hauteur NF plus EN faible de l écrou que des les boulons essais type HV d aptitude rendent assez au difficile serrage le respect doivent des être trois réalisés critères sur de les performance lots individuels au serrage, de notamment boulons ceux pour concernant la condition les rotations, avec Δθ le 1min nombre et Δθminimal 2min pour la des ductilité. filets Les libres boulons exigé type par HR la n ont norme pas NF de difficulté EN à atteindre La longueur les critères requis de filets malgré libres le fait plus que certains courte de et ces la critères hauteur soient plus faible plus exigeants de l écrou que ceux des pour boulons le type HV. rendent assez difficile le respect des trois critères de performance au serrage, notamment ceux concernant les rotations, θ 1min et θ 2min pour la ductilité. Les boulons type HR n ont pas de difficulté à atteindre les critères requis bien que certains de ces critères soient plus exigeants que ceux pour le boulon type HV.

19

20 Agenda Rendez-vous 2010/201 Date Événement 2 0 Conférence 27-févr. City trip "London" de Foster + Partners Conférence 3 et 5 mai International Codes of Practice in Structural Engineering Conférence 3 et 5 mai International Codes of Practice in Structural Engineering Conférence juillet Conference on Structures and Architecture (ICSA 2010), organised by the University of Minho Conférence juillet 1st International conference on Structures and Architectures (ICSA2010) Symposium septembre Annual Meeting and IABSE Symposium 2010 Colloque 8-10 septembre Stability and ductility of steel structures - SDSS Rio 2010 Symposium septembre Steel structures : culture and sustainability 2010 Symposium septembre ECCS Annual meetings and international symposium 2010 Symposium décembre 13 e international symposium on tubular structures 2 0 Symposium septembre Annual Meeting and IABSE Symposium Construction Métallique Informations

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

pour des structures en toute sécurité

pour des structures en toute sécurité Boulonnerie de construction métallique apte à la précontrainte et pour des structures en toute sécurité Marque : une chaîne de qualité ininterrompue La Marque NF Boulonnerie de Construction Métallique

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

VILLE DE SAINT GALMIER (42) CONSTRUCTION D UN PLAFOND DE SECURITE ANTI CHUTES ET ANTI-GOUTTES LOCAL DE VERRERIE ARTISANALE

VILLE DE SAINT GALMIER (42) CONSTRUCTION D UN PLAFOND DE SECURITE ANTI CHUTES ET ANTI-GOUTTES LOCAL DE VERRERIE ARTISANALE VILLE DE SAINT GALMIER (42) CONSTRUCTION D UN PLAFOND DE SECURITE ANTI CHUTES ET ANTI-GOUTTES LOCAL DE VERRERIE ARTISANALE LOT UNIQUE : SERRURERIE / METALLERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

EN 1090 : un nouveau défi pour les constructeurs métalliques, les maîtres d ouvrage et les concepteurs

EN 1090 : un nouveau défi pour les constructeurs métalliques, les maîtres d ouvrage et les concepteurs EN 1090 : un nouveau défi pour les constructeurs métalliques, les maîtres d ouvrage et les concepteurs prof. ir. Wim HOECKMAN Victor Buyck Steel Construction (Eeklo) Vrije Universiteit Brussel infosteel

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay La maîtrise d ouvrage a souhaité ancrer le projet dans une démarche «d exemplarité reproductible» en termes de construction durable. En ce sens, la démarche de conduite de projet et les solutions retenues

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

nous voulons être une référence

nous voulons être une référence L e s e n s d e l o u v e r t u r e Plus qu un nom, nous voulons être 1971 Création à Cours la Ville d une entreprise spécialisée dans les huisseries métalliques par Paul Malerba et Jean-Jacques Dugelet.

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Menuiseries conformes à la RT 2012

Menuiseries conformes à la RT 2012 Menuiseries conformes à la RT 2012 G U I D E P R AT I Q U E D E L A R T 2 0 1 2 www.caib.fr RT 2012, enjeux et objectifs La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) a pour objectif de limiter les consommations

Plus en détail

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS HALLE DES SPORTS EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS LOT N 07 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SERRURERIE 1 VRD

Plus en détail

PREFECTURE DU VAR PAGE 1 SECURISATION DE ZONES ACCESSIBLES ET CREATION D UNE PASSERELLE METALLIQUE MARCHE DE TRAVAUX

PREFECTURE DU VAR PAGE 1 SECURISATION DE ZONES ACCESSIBLES ET CREATION D UNE PASSERELLE METALLIQUE MARCHE DE TRAVAUX PREFECTURE DU VAR PAGE 1 PREFECTURE DU VAR MINISTERE DE L INTERIEUR BD DU 112EME REGIMENT D INFANTERIE BP 1209 83 070 TOULON TEL : 04 94 18 83 83 FAX : 04.94.18.85.88 Mise en sécurité des accès du public

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars Poutrelle Angelina L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Poutrelle Angelina Une idée audacieuse adaptée à un produit industriel Plus

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Mégaplac 25. Répondre à la sécurité incendie? La nouvelle solution pour bâtiments de stockage

Mégaplac 25. Répondre à la sécurité incendie? La nouvelle solution pour bâtiments de stockage Janv. 2007 code : F 3943 Répondre à la sécurité incendie? RÉPOND AUX EXIGENCES DE L ARRÊTÉ 1510 Mégaplac 25 La nouvelle solution pour bâtiments de stockage Solution Placoplatre pour murs extérieurs et

Plus en détail

DEVIS DESCRIPTIF DES TRAVAUX CHARPENTE METALLIQUE SERRURERIE

DEVIS DESCRIPTIF DES TRAVAUX CHARPENTE METALLIQUE SERRURERIE Maître de l'ouvrage : AMIENS AMENAGEMENT agissant au nom et pour le compte du SDIS de la Somme Travaux : CONSTRUCTION DU CENTRE DE SECOURS DE AULT 1 DEVIS DESCRIPTIF DES TRAVAUX LOT N 3 CHARPENTE METALLIQUE

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

LE PROJET SITE ADMINISTRATIF DU CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE A AURILLAC. IMMEUBLE A ENERGIE POSITIVE TOUS USAGES: SHON 6100 m²

LE PROJET SITE ADMINISTRATIF DU CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE A AURILLAC. IMMEUBLE A ENERGIE POSITIVE TOUS USAGES: SHON 6100 m² SITE ADMINISTRATIF DU CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE A AURILLAC IMMEUBLE A ENERGIE POSITIVE TOUS USAGES: SHON 6100 m² BATIMENT A OSSATURE BOIS: 1300 m3 de bois UN JARDIN D HIVER DE 700 M² OUVERT SUR LE

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE 8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE De nombreux produits en acier (plats, tubes, barres, tiges, câbles, cornières ) sont utilisés pour les aménagements intérieurs et dans les éléments annexes

Plus en détail

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous SEPTEMBRE 2011 DOSSIER de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous Maison AA Natura Inscrite dans une démarche de développement

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

PROFIL : 3.45.1000. PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147

PROFIL : 3.45.1000. PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147 Édition n 1 PROFIL : 3.45.1000 PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147 Revêtement Épaisseur (mm) Galvanisé Z275

Plus en détail

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre )

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) Toitures et charpentes Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) C.2 1/6 Domaine d application Le présent document traite des interfaces dans la mise en œuvre des couvertures grands

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes JCS ARCHITECTES Commune de Jarville - Meurthe & Moselle Construction de 26 logements individuels & intermédiaires Rue Joseph Piroux date : 04/03/2011 format : éch : Lot 05 Plâtrerie - Isolation Maîtrise

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Place Jean Marie Danel 80370 BERNAVILLE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT n 04: SERRURERIE MAITRISE d ŒUVRE Antoine MAUGNARD Architecte 11 Avenue de

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Le collège André Malraux à Senones

Le collège André Malraux à Senones Le collège André Malraux à Senones 2 Le collège André Malraux à Senones 4 Le mot du Président du Conseil Général 8 Genèse d un projet 10 Organisation des volumes et fonctions 12 Démarche haute Qualité

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Technologie du Bâtiment Second œuvre

Technologie du Bâtiment Second œuvre Menuiseries intérieures/extérieures 8. Convention de représentation Sur la figure 5 ci-dessous, on convient d une notation conventionnelle de représentation sur les plans des principaux types de portes

Plus en détail

LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE

LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE - page 1/5 LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE IMPORTANT LOT 00 : Les entrepreneurs doivent impérativement prendre connaissance des prescriptions communes (lot 00) ainsi que

Plus en détail

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE LOT N 013 CLOISON AMMOVIBLE mardi 20 octobre 2009 1/6 1 GENERALITES 1 1 Prescriptions générales Les entreprises sont tenues de se reporter pour tout ce qui est liaisons

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Etanchéité. Edition 10/2012. Rivnet. Systèmes de bande de rive et de rehausse d acrotère en aluminium

Etanchéité. Edition 10/2012. Rivnet. Systèmes de bande de rive et de rehausse d acrotère en aluminium Etanchéité Rivnet Systèmes de bande de rive et de rehausse d acrotère en aluminium Edition 10/2012 La philosophie de notre entreprise s exprime par la formule : idées + aluminium = dani alu idées : Recherche

Plus en détail

Offre industrielle de maisons bois en kit. Fabricant structure bois

Offre industrielle de maisons bois en kit. Fabricant structure bois Offre industrielle de maisons bois en kit Fabricant structure bois Fabricant structure bois > Offre industrielle de maisons bois en kit RUSTICASA propose des composants industriels qui s adaptent à tous

Plus en détail

APPLICATIONS. Pour cela, Bricard propose de nombreuses solutions spécifiquement adaptées à tous les types d environnement

APPLICATIONS. Pour cela, Bricard propose de nombreuses solutions spécifiquement adaptées à tous les types d environnement APPLICATIONS Cinémas, théâtres, bureaux, salles de sport Des lieux publics à fort passage où la sécurité doit être assurée par des systèmes de protection. Pour cela, Bricard propose de nombreuses solutions

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières MURS PORTEURS INTERIEURS Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

COMMUNE DE SELLES SAINT DENIS REHABILITATION ET REMISE AUX NORMES D UNE BOUCHERIE- CHARCUTERIE 41 300 SELLES SAINT DENIS

COMMUNE DE SELLES SAINT DENIS REHABILITATION ET REMISE AUX NORMES D UNE BOUCHERIE- CHARCUTERIE 41 300 SELLES SAINT DENIS COMMUNE DE SELLES SAINT DENIS REHABILITATION ET REMISE AUX NORMES D UNE BOUCHERIE- CHARCUTERIE 41 300 SELLES SAINT DENIS Lot n 03 Menuiseries Aluminium - Serrurerie Sté d ARCHITECTURE BOITTE Agence de

Plus en détail

Présentation de l association, son action, ses travaux. Catherine Bonduau

Présentation de l association, son action, ses travaux. Catherine Bonduau Présentation de l association, son action, ses travaux Catherine Bonduau Dynamiser l efficacité thermique du bâtiment Dynamiser la performance thermique du bâtiment Dès 2005 un groupe de travail prépare

Plus en détail

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense 5 ème Forum International Bois Construction FBC 2015 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense P. Gontier 1 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense Pascal Gontier Architecte

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R.

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Chantier I.F.P.E.C. / Lille Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Présentation du Projet Extension d un bâtiment tertiaire existant sur 4 niveaux

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs Revêtements de sols intérieurs en carreaux céramiques de grand format et de format oblong collés au moyen de mortiers-colles dans les locaux P3 au plus en travaux neufs Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat N 5 SUPERSTRUCTURE Enveloppe Seconde œuvre Arezou MONSHIZADE MOBat SUPERSTRUCTURE: Eléments constructifs SUPERSTRUCTURE Murs et baies Plancher Toiture Couverture +Seconde oeuvre INFRASTRUCTURE Sol Semelles

Plus en détail

Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014

Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014 Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014 65 St Barnabé, (13) Rédacteur : Jérôme Solari / Clara Foussat 1 - Bâtiment tertiaire bioclimatique à l entrée du village de Saint Barnabé à Marseille.

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION

Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION 1 - SOUSCRIPTEUR N Sociétaire :... Nom/Raison sociale :... Adresse :... Personne chargée du dossier :... Téléphone :... Fax :... E-mail :... En qualité de

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

Actualité normative et réglementaire en matière

Actualité normative et réglementaire en matière infosteel Actualité normative et réglementaire en matière de sécurité incendie Jean Philippe Vériter Technical Manager, Infosteel JOURNEE CONSTRUCTION ACIER 2010 Louvain la Neuve, 18/10/2010 Tbl Table

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Vis à béton FBS et FSS

Vis à béton FBS et FSS Vis à béton FBS et FSS Un montage rapide et de hautes performances. ETA-11/0093 ETAG 001-6 Usage multiple pour application non structurelle dans le béton Z-21.8-2015 ETA-11/0095 ETAG 001-3 Option 1 pour

Plus en détail

Profils de sol en aluminium pour garde-corps en verre. www.designproduction.fr

Profils de sol en aluminium pour garde-corps en verre. www.designproduction.fr Profils de sol en aluminium pour garde-corps en verre www.designproduction.fr PROFILS DE SOL ALUMINIUM SYSTÈME DE GARDE CORPS EN VERRE Les profils pour les serruriers, métalliers, miroitiers Nous disposons

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 29/10/11 N : 37.11 Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Un arrêté du 26 octobre

Plus en détail

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010 Fire Safety Day 2010 28 octobre 2010 - Leuven Note d information technique NIT 238 L application de systèmes de peinture intumescente sur structures en acier Source: Leighs Paints ir. Y. Martin CSTC/WTCB

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr MAISON www.c-3-p.fr VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) MAISON Construire avec C3P MAISON c est choisir la tranquillité et un interlocuteur unique pour mener à bien

Plus en détail

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE CONSEIL GENERAL de la SOMME Transfert de l imprimerie située au 40 rue de la République vers le 10 rue des Louvels 80000 AMIENS 3.1 LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE 3.1 ETENDUE DES TRAVAUX REGLEMENTATIONS

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Dossier de presse Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Introduction Le vendredi 26 avril 2013 à 17h à Bobigny Pose de la première pierre du nouveau siège de l Oph 93

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES SOMMAIRE PROTECTIONS COLLECTIVES DE RIVES ET TOITURES presse rapide et ses consoles, protections avec poteaux, protection de rive par traversée de mur 3 CONSOLES POUR PLANCHERS

Plus en détail

Commune de Barjouville. Travaux d aménagements de sécurité Rd 339 et Rd 127 et divers :

Commune de Barjouville. Travaux d aménagements de sécurité Rd 339 et Rd 127 et divers : Commune de Barjouville (Département d Eure-et-Loir) MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX Marché à procédure adaptée passé en application de l article 28 du Code des marchés publics. Nature des travaux : Travaux d

Plus en détail