SUPPRESSION DES ÉCARTS DE RÉMUNÉRATION ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUPPRESSION DES ÉCARTS DE RÉMUNÉRATION ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES"

Transcription

1 SUPPRESSION DES ÉCARTS DE RÉMUNÉRATION ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Comment répondre aux nouvelles obligations et faire de l égalité professionnelle un levier pour plus de performance?

2 Ce guide est le fruit de la réflexion de différentes entreprises qui se sont réunies au cours de 7 groupes de travail animés par FACE HÉRAULT. Vous y trouverez les bonnes pratiques repérées dans le cadre d un cycle de découverte de bonnes pratiques en entreprise. SOMMAIRE p. 1 : Suppression des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes? p. 2 : Contexte p. 4 : Quel préalable à la suppression des écarts de rémunération? p. 6 : Comment objectiver le processus de rémunération? p. 7 : Pourquoi et comment objectiver l évaluation individuelle? p. 9 : Comment agir sur les stéréotypes métiers? p. 12 : Comment agir sur la conciliation vie familiale / vie professionnelle? Ont contribué à ce guide les entreprises suivantes : ANNIE MARXER RESSOURCES GROUPE SUP DE CO MONTPELLIER IGO CONSEIL MLJAM MUTUELLE DES MOTARDS MUTAC EXTERNALI Et toutes les entreprises qui ont accueilli le cycle de découverte de bonnes pratiques EQUILIA en 2010 et 2011 : DELL EDF RESSOURCE et PERFORMANCE MAC DONALD S GROUPE EI SHANOLINE LA POSTE AEP SOCIETE GENERALE GROUPE SUP DE CO MONTPELLIER ILO POLYCLINIQUE GRAND SUD

3 01 SUPPRESSION DES ÉCARTS DE RÉMUNÉRATION ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES? COMMENT AGIR? FACE HÉRAULT Au-delà de la réponse aux contraintes légales, ce guide vous propose des pistes d action pour faire de l égalité de rémunération un levier vers plus de mixité, de responsabilité sociale et de performance dans votre entreprise. Si de nombreuses lois se sont succédées depuis des décennies pour l égalité de rémunération entre les femmes et les hommes, aucune n avait jusqu ici assorti ces obligations de contraintes financières. Aujourd hui, avec la loi du 9 novembre 2010 portant sur les retraites, une entreprise qui ne prend pas les mesures nécessaires à la suppression des écarts sera soumise à des pénalités financières. FACE HERAULT est un club d entreprises membre agréé par la Fondation Agir Contre l Exclusion, créé à l initiative du Conseil Général de l Hérault en FACE HERAULT mobilise les chefs d entreprises et leurs collaborateurs-collaboratrices sur des actions concrètes qui ont un impact positif sur leur environnement social et économique : ces actions s adressent aux personnes en recherche d emploi, aux scolaires issus de zones sensibles et aux citoyens fragiles. Par ailleurs, nous travaillons à l amélioration des pratiques internes des entreprises, notamment en matière de ressources humaines via des diagnostics, des accompagnements, des sensibilisations, des formations Nous accompagnons ainsi depuis 2004 les entreprises dans la promotion de l égalité de traitement, le management de la diversité, l amélioration de la conciliation vie familiale-vie professionnelle. FACE HERAULT a lancé le premier RESEAU EGALITE 1000 entreprises pour l égalité de France et a formé près de m a n a g e r s s u r l a non-discrimination et la diversité.

4 02 CONTEXTE : Quelques dates sur l égalité femmes-hommes 1907 : Libre disposition par les femmes de leur salaire. Le saviez-vous? 16 % d écart de salaire horaire brut total entre les femmes et les hommes dans les entreprises de 10 salariés et plus : Inscription du principe d égalité des femmes et des hommes dans le préambule de la Constitution Suppression de la notion de «salaire féminin» : Autorisation des femmes à gérer leurs biens propres, à exercer une profession, à ouvrir un compte en banque sans autorisation maritale : Loi du 22 décembre : principe de l égalité de rémunération entre les femmes et les hommes : «à travail égal, salaire égal» : loi du 23 mars 2006 imposant : la réalisation d un rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes ; l obligation de négocier sur les objectifs d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l entreprise, avant le 31 décembre : Loi sur la réforme des retraites qui prévoit l instauration de pénalités aux entreprises qui ne respectent pas l égalité des salaires. Donées recueillies par Isabelle GAYDON - OHL IGOCONSEIL

5 03 CONTEXTE : Quelques lois sur l égalité femmes-hommes Le saviez-vous? Plus le secteur d activité est féminisé, plus l écart de salaire se creuse. Les filles sont scolarisées plus longtemps que les garçons et réussissent mieux au baccalauréat Les femmes sont 2 fois plus souvent au SMIC que les hommes. Si l égalité de rémunération figure dans le Traité de Rome et a fait l objet d une multitude de directives et de lois depuis 1957, elle est loin d être acquise aujourd hui. La loi du 23 mars 2006 devait aboutir à une suppression effective des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes d ici fin 2010 en obligeant les entreprises à négocier sur ce thème. Avec la loi sur les retraites, la date butoir est fixée au 1er janvier 2012 et s assortit de sanctions financières. Toutes les entreprises qui n auraient pas négocié et mis en place un plan d actions se verront appliquer des pénalités financières. 83 % des salarié(e)s à temps partiel sont des femmes.

6 04 QUEL PRÉALABLE À LA SUPPRESSION DES ÉCARTS DE RÉMUNÉRATION? Le diagnostic Le saviez-vous? Plus le diplôme et l âge sont élevés, plus l écart de salaire est important. Réaliser un diagnostic de la situation de l entreprise permet la mise en évidence d écarts éventuels. Objectifs : Comparer de manière efficace les salaires, Mettre en évidence des écarts éventuels, Identifier les catégories de salariés/emplois/métiers qui sont concernées par les écarts de rémunération et réajuster le cas échéant, Déterminer la part expliquée et inexpliquée des écarts, Orienter les mesures correctrices, Le rapport de situation comparée (obligatoire pour les entreprises de + de 50 salariés) permet de réaliser ce diagnostic (Voir la base de tableau proposé sur le site : Il est possible de compléter le rapport avec des tableaux spécifiques présentant les différentes données en fonction des différentes catégories professionnelles et selon différents critères : la répartition des âges selon chaque catégorie et par sexe, le temps de travail, les types de départ, la répartition des femmes dans les plus hautes rémunérations etc L exemple de la Société Générale : La Société Générale poursuit depuis plusieurs années un programme de résorption des écarts de rémunération non justifiés entre les femmes et les hommes et a accordé en 2010 une enveloppe de plus d un million d euros. cette somme correspond aux augmentations accordées aux femmes auprès de qui un écart de salaire injustifié a été détecté. C est en croisant des indicateurs très précis que l entreprise parvient à établir un diagnostic complet : Répartition des effectifs par sexe : par niveau hiérarchique, par type de promotions, par actions et types de formation, par âges, par type de métiers, selon l organisation du temps de travail, selon l ancienneté, par niveau et type de diplôme Chaque donnée est analysée au niveau global et au sein de chaque grande famille de métiers de manière à détecter précisément les origines des écarts et d agir en conséquence. Par exemple, les rémunérations des femmes de plus de 45 ans ayant eu au moins un enfant sont étudiées de manière systématique et si un écart est constaté, une mesure de rattrapage est effectuée.

7 05 ECARTS DE SALAIRE : Impact de la categorie ou discrimination? Le saviez-vous? Pour favoriser la mixité, des aides de l état existent, comme le contrat de mixité. Ecarts entre catégories d emploi : Si par exemple dans votre entreprise, les femmes sont concentrées sur une catégorie faiblement rémunérée (par exemple, postes d assistanat administratif) alors que les hommes sont majoritaires sur une CSP mieux rémunérée (par exemple encadrement), l écart de salaire de votre entreprise s expliquera par un effet de la catégorie. Ce constat-là pourra vous amener à entreprendre une réflexion pour favoriser plus de mixité : introduire plus de femmes sur des métiers très masculins et inversement et/ou favoriser les promotions et formations internes lors des recrutements sur des catégories supérieures. Ecarts au sein d une catégorie d emploi : A l intérieur d une même catégorie, vous identifiez des écarts significatifs de salaire entre femmes et hommes : c est le signe que vous devez interroger le processus à l œuvre dans votre entreprise et notamment le processus de rémunération : comment sont décidés les augmentations, les primes, le paiement des heures supplémentaires? L objectif est dans ce cas de s assurer que l égalité de traitement est respectée et de prévenir ainsi les discriminations en raison du genre. Le Plan d action que vous allez produire découlera précisément de votre diagnostic et pourra s axer sur : Une revue des différents processus RH, Une analyse des rémunérations liées à la classification dans l entreprise, Une analyse de la part variable de la rémunération : atteinte des objectifs, promotions etc Les bonnes pratiques que vous mettrez en place seront transversales et profitables pour la gestion globale de vos ressources humaines. Comment garantir objectivité et traçabilité dans le processus RH? En vous faisant aider par FACE Hérault : nous venons dans votre entreprise, nous examinons l ensemble des processus RH de l entreprise et les outils utilisés (recrutement, promotion, rémunération, accès à la formation) pour vous proposer un diagnostic complet et vous accompagner dans l amélioration de vos pratiques.

8 06 COMMENT OBJECTIVER LE PROCESSUS DE RÉMUNÉRATION DANS L ENTREPRISE? L exemple du Groupe SUP DE CO MONTPELLIER L exemple du Groupe SUP DE CO Montpellier : Une pesée des postes avec la méthode des critères classants a été réalisée. Elle a permis notamment certains postes d assistants - assistantes. Un comité a été constitué de manière paritaire et a travaillé sur la pesée de chaque poste sur la base des emplois repérés. Cette méthode a permis de rationaliser les écarts de salaire et de prévenir une discrimination sexuée du fait d une approche centrée sur la pesée des postes de travail : les postes d assistanat, occupés en majorité par des femmes, ont été par exemple réévalués. Une fois le diagnostic des écarts de salaires effectué dans votre entreprise, vous pourrez mettre en œuvre des mesures de rattrapage salarial qui vont vous permettre de compenser les inégalités constatées. Mais au-delà de ces mesures qui permettent de «réparer», il est nécessaire de repenser globalement le processus lié aux rémunérations dans l entreprise pour rendre l égalité effective, durable et ne plus avoir recours aux mesures de rattrapage. La première partie de ce processus concerne l objectivation d une démarche d évaluation des postes et métiers. Lorsque l on compare les emplois «très féminins» aux emplois «très masculins», on s aperçoit que les écarts de salaire viennent parfois du fait que certains critères ne sont pas évalués de manière objective. En effet, les métiers techniques (par exemple dans le secteur de la serrurerie où l on trouve beaucoup de serruriers et peu de serrurières ) sont mieux valorisés financièrement que les métiers «tertiaires» (où l on trouve plus d assistantes que d assistants ) pour des diplômes qui sont pourtant de niveau équivalent. S assurer que chaque poste est bien rémunéré en fonction de critères objectifs et en éliminant l impact du genre dans le poids du poste est donc une première étape vers une égalité effective et durable. La méthode de pesée des fonctions est un des outils mobilisables pour éliminer la prise en compte du genre dans l évaluation et éviter les représentations sexuées qui peuvent être véhiculées par les métiers. L exemple de la MUTUELLE DES MOTARDS Une étude sur les écarts de rémunération a été réalisée par un cabinet externe et a mis en évidence des écarts de rémunération femme/homme très faibles. Une pesée des fonctions bien structurée ainsi que le respect des préconisations telles que celles du P L A N d A C T I O N P O U R L EGALITE de TRAITEMENT mené par FACE HERAULT (voir page 5) ont permis la réduction de ces écarts. Le poids de chaque poste est ainsi évalué par un comité paritaire et en fonction de critères objectifs : formation et expérience, conception et résolution de problèmes, dimension relationnelle, autonomie, contribution.

9 07 COMMENT OBJECTIVER L ÉVALUATION INDIVIDUELLE? Le saviez-vous? 32 % d écarts de salaire horaire entre les femmes et les hommes pour les salariés titulaires d un 2ème ou 3ème cycle : plus l âge et le niveau de diplôme sont élevés, plus l écart se creuse. Une fois les fonctions évaluées de manière objective, la deuxième étape consiste à évaluer la part individualisée de la rémunération. C est la part de la rémunération au cœur de laquelle peuvent se nicher un certain nombre de discriminations, notamment via l attribution des primes, heures supplémentaires, promotions Les entreprises relèvent que l objectivation des critères pose moins de problèmes lorsqu il s agit de calculer la prime d un ou d une responsable des ventes qui a réalisé 85 % de son objectif du trimestre : la prime peut ainsi être versée à 85 % de son montant global, par exemple. La difficulté se pose lorsqu il s agit de calculer le montant d une prime pour une profession pour laquelle l évaluation est plus qualitative et donc plus sujette à la subjectivité, par exemple sur des fonctions d assistanat, d encadrement Pour répondre à ces difficultés, il est nécessaire d entreprendre un travail de réflexion permettant de rendre les compétences, l atteinte des objectifs qualificatifs et les savoirs-être les plus objectifs possibles. Pour illustrer ce qu il est possible de faire à ce propos, notre groupe de travail s est appuyé sur le modèle de Denis Pelletier sur les compétences transversales en activité réelle de travail, utilisé notamment par le cabinet ANNIE MARXER RESSOURCES. En guise d illustration, vous trouverez des exemples concrets d objectivation des compétences pour 3 métiers différents. Société Générale Les périodes de congé maternité et/ou de congé parental doivent faire l objet d une attention particulière. Pour palier le risque de discrimination, la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a mis en place une procédure de départ et de retour de congé maternité très complète : 1 - Entretien avec le manager, 2 - Maintien du lien pendant la période d absence, 3 - Planification d un entretien au retour, 4 - Calcul et versement automatique du rattrapage salarial.

10 08 EXEMPLES D OBJECTIVATION DES COMPÉTENCES Compétence Métier Critères d évaluation COOPÉRER Assistante/assistant administratif Nombre de prises d initiatives de compte-rendu de réunions Délai dans la remise des comptes-rendus de réunion Nombre de relances effectuées pour faire valider le compte-rendu Commerciale/Commercial Nombre de participations à des évènements/soirées de réseaux professionnels Transmissions de savoir-faire en équipe commerciale Conditionner une partie du montant de la prime à l atteinte des objectifs collectifs Manager Nombre de nouveaux projets interservices Nombre de groupes de travail internes qui fonctionnent en autonomie Compétence COMMUNIQUER DE MANIÈRE EFFICACE Métier Assistante/assistant administratif Commerciale/Commercial Manager Critères d évaluation Récit/description de la mise en contexte d une communication efficace dans l entreprise Niveau de satisfaction des différents interlocuteurs externes et internes sur des indicateurs tels que la forme et le fond : contenu, ton, compréhension des énoncés, concision, sourire, Degré de compréhension des messages formulés par le manager à son équipe. Compétence S ORGANISER, SE DONNER DES MÉTHODES DE TRAVAIL EFFICACES Métier Assistante/assistant administratif Commerciale/Commercial Manager Critères d évaluation Evolution des outils en fonction de son environnement Nombre de remontées de dysfonctionnements Nombres de modifications proposées ou mises en œuvre Analyse/Capacité de révision de sa méthode de prospection Utilisation d outils de suivi de l efficacité de la prospection Respect des engagements pris et des échéances, respect des étapes des projets et des affectations Variété dans la distribution des rôles et des missions.

11 09 COMMENT AGIR SUR LES REPRÉSENTATIONS ET STÉRÉOTYPES MÉTIERS? Le saviez-vous? 70 % des filles ont le bac contre 59 % des garçons pour une même génération. Si les outils d objectivation des évaluations sont indispensables à toute démarche en faveur de l égalité de rémunération entre les femmes et les hommes, ils deviennent encore plus intéressants lorsque les salariés qui les utilisent et ceux qui en bénéficient ont pris conscience des stéréotypes qui sont véhiculés. Ce sont notamment des stéréotypes qui renvoient une certaine idée des femmes et qui peuvent jouer sur les avancements, les évaluations, le recrutement etc Utiliser des outils RH qui s adressent autant aux hommes qu aux femmes (intitulés féminins et masculins plutôt que les lettres H/F) participe déjà d une première étape vers plus de mixité. Intégrer dans votre plan d action une sensibilisation aux stéréotypes de l ensemble des managers, (avec l appui du théâtre par exemple) pour faire prendre conscience de l impact des stéréotypes aux équipes. Former l ensemble des femmes de l entreprise pour qu elles prennent conscience des représentations qu elles entretiennent sur elles-mêmes et qui ont aussi un impact sur leur avancement et leur rémunération. Sensibiliser les salariés aux représentations et stéréotypes métiers pour influencer positivement le management, l intégration des genres dans les équipes et contribuer à la prévention des discriminations Exemple LA POSTE : La part des femmes dans l entreprise et notamment dans l encadrement était déjà supérieure à la moyenne nationale, mais pour promouvoir l accès des femmes sur le top management, l entreprise a travaillé sur la modification des stéréotypes et représentations métiers : Formation à tous les encadrants, sensibilisations aux stéréotypes, mentorat des femmes détectées «haut potentiel» par un ou une salarié (e) du groupe expérimenté(e), prise en compte de la parentalité etc Un travail spécifique est également mené sur les conditions de travail : Par exemple, pour réduire le poids des charges : la mise à disposition de vélos et chariots électriques rend plus facile l intégration des femmes mais aussi des personnes à aptitude réduite et prévient plus globalement les risques professionnels pour tous les salariés.

12 10 COMMENT AGIR SUR LES REPRÉSENTATIONS ET STÉRÉOTYPES MÉTIERS? On pense que...mais en réalité... Le saviez-vous? 32 % des femmes ont accès à la formation continue, contre 45 % des hommes. Les femmes représentent seulement 13,53 % des membres des CO- DIR et des COMEX des 500 premières entreprises françaises 97 % des salariés parents interrogés affirment que l équilibre entre vie professionnelle et vie familiale est un sujet de préoccupation important.

13 11 Exemple chez DELL Pour faciliter l accès des femmes sur des postes à responsabilités, l entreprise a formé ses salariées à «prendre la vedette» : la formation permet aux femmes de dépasser le «complexe de Cendrillon» qui les empêche parfois d exercer leur leadership et d accéder aux responsabilités. La formation permet de travailler la voix, la présentation physique et la qualité globale de la prestation orale.

14 12 COMMENT AGIR SUR LA CONCILIATION VIE FAMILIALE/VIE PROFESSIONNELLE? L exemple d EDF : L entreprise s est engagée dans un véritable objectif de promotion du bienêtre au travail en agissant notamment sur la conciliation vie privée vie professionnelle : mise en place d une crèche associative, de conciergerie d entreprise (lavage de voiture, livraison de paniers bio ), séances de relaxation, cours de gym sur site pendant les pauses déjeuners, plan de déplacements et promotion de l écomobilité, promotion du temps choisi, organisation de challenges internes, journées à thèmes animées par les collaborateurs etc Le plan d action pour la suppression des écarts de rémunération passe donc par le verrouillage du processus d évaluation et par la prise de conscience des stéréotypes Restent un certain nombre de données sur l égalité ou l inégalité entre les femmes et les hommes qui dépassent le cadre de l entreprise : En effet, aujourd hui encore : > L arrivée d un enfant impacte la carrière des femmes plus que celle des hommes : hommes et femmes sans enfants ont un taux d emploi équivalent (d environs 82 %) alors qu il diminue pour la mère d un ou 2 enfants de de 12 ans; > L arrivée d un enfant chez la femme produit très souvent une rupture dans la carrière professionnelle alors que l impact sur la carrière des hommes est nul (ou a un impact dans de très rares situations). > Les modes d accueil de la petite enfance restent insuffisants et notamment quand les besoins des parents sont spécifiques (horaires de travail décalés, accueil des enfants et des préadolescents, familles monoparentales et familles précaires). > La proportion du travail domestique effectué par les hommes est passée de 32 % à 35 % entre 1986 à 1999 et les papas consacrent 3 fois moins de temps aux activités parentales que les mères. La France reste donc sur un schéma de répartition des rôles et des responsabilités divisés : familiales pour les femmes et professionnelles pour les hommes. Pour agir sur ces répartitions des temps, l entreprise peut intégrer dans son plan des mesures qui permettent une meilleure prise en compte de la parentalité et plus globalement de la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle : Introduire plus de flexibilité dans la gestion du temps de travail : Favoriser le télétravail sur des plages dédiées Adopter des horaires de réunion conciliables avec la vie familiale (pas de réunions avant 9h et après 18h00) Favoriser la souplesse dans l organisation des horaires de travail à l occasion d évènements identifiables, notamment rentrée scolaire. Rendre la tenue des postes à responsabilités possible avec le travail à temps partiel : Créer des binômes à temps partiels qui se partagent les temps travaillés sur la semaine. Mettre en place des services permettant une meilleure conciliation vie familiale/vie professionnelle : Conciergerie, crèche, centre aéré, services ponctuels au sein de l entreprise (pressing, livraison de courses ), financement de CESU

15 13 BIBLIOGRAPHIE ET RÉFÉRENCES Brigitte Grezy, Juillet 2009, Rapport préparatoire à la concertation avec les partenaires sociaux sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Denis PELLETIER, 2005 : «Invitation à la culture entrepreneuriale - Guide d élaboration de projet à l intention du personnel enseignant». Défi entrepreneuriat CASTEL Robert, 1999 «Les métamorphoses de la question sociale», Paris, Folio Simone DE BEAUVOIR (1949), Le deuxième sexe, Éditions Gallimard INSEE (2008), Femmes et hommes, Regards sur la parité, édition 2008 Henri MINTZBERG H (2002), Masculin, féminin? Le yin et le yang du management L Expansion Management Review, december MULLER L (2008), Les écarts de salaire entre les hommes et les femmes en 2006 : des disparités persistantes, Premières informations, premières synthèses, n 44-5, 31 François Jullien, 2002, Traité de l efficacité Brigitte GRESY, septembre Petit traité contre le sexisme ordinaire Véronique CHAUVEAU, Femmes et mathématiques : une équation impossible? FERRAND (M.), IMBERT (F.), MARRY (C.),1996 «Femmes et sciences : une équation improbable? L exemple des normaliennes scientifiques et des polytechniciennes», Formation Emploi, n 55 McKINSEY&COMPANY - Women Matter Women at the top of corporations : Making it happen. Circulaire du 19 avril 2007 concernant l application de la loi n du 23 mars 2006 relative à l égalité salariale entre les femmes et les hommes Séverine LEMIERE et Rachel SILVERA in Genre et Ressources Humaines (Ouvrage collectif sous la direction de A. Cornet et J. Laufer) : Les différentes facettes des inégalités de salaire entre hommes et femmes Jacqueline LAUFER, Professeur Groupe HEC, La Mise en œuvre de l égalité professionnelle dans les entreprises : le cas de la France Dr. Maryline BOURDIL, Enseignante-Chercheuse Groupe Sup de Co Montpellier - L égalité de rémunération Hommes-Femmes

16 PARTENAIRES STRATÉGIQUES ET FINANCEURS DE L ACTION Ce projet a été réalisé par FACE HÉRAULT dans le cadre du projet EQUILIA, porté par OPCALIA et mené en partenariat avec le MEDEF LR, IGO CONSEIL et FACE HERAULT. EQUILIA est un projet mené dans le cadre de l appel à projets du Fonds Social Européen Favorisons l égalité entre les femmes et les hommes en Languedoc-Roussillon. Vous souhaitez être accompagné dans votre politique de promotion de l égalité? Contactez nous au : FACE HÉRAULT 26, cours Gambetta MONTPELLIER

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014 Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle - Volet employeurs - Décembre 2014 Sommaire Note technique Synthèse des enseignements Perception Importance accordée à la

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes 1 Editorial L égalité entre les femmes et les hommes est un droit fondamental. Ce droit est né des luttes qui ont été menées dans notre pays comme dans bien d autres, mais il reste un enjeu majeur tant

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel SOCIÉTÉS D ASSURANCES ACCORD DU 13 MAI 2013 RELATIF À LA MIXITÉ ET

Plus en détail

EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME. Rapport de situation comparée Guide de réalisation

EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME. Rapport de situation comparée Guide de réalisation EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME Rapport de situation comparée Guide de réalisation DICOM - août 2008 SOMMAIRE Présentation générale du guide.... 3 Le cadre légal du rapport de situation comparée...

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE SUR L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 18 MARS 2014

ACCORD D ENTREPRISE SUR L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 18 MARS 2014 ACCORD D ENTREPRISE SUR L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 18 MARS 2014 EN COMPLÉMENT DE L ACCORD DU 21 JUILLET 2010 ACCORD PORTANT DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES À L ACCORD RELATIF

Plus en détail

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013 LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013 Rapport du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 RELATIF À LA

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013 LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013 Rapport du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Plus en détail

AUTOMOBILE ET SPORTIVE D.A.S. COVEA RISKS, COVEA FLEET M.M.A IARD SA, M.M.A. VIE SA

AUTOMOBILE ET SPORTIVE D.A.S. COVEA RISKS, COVEA FLEET M.M.A IARD SA, M.M.A. VIE SA ACCCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DE L U.E.S. : La MUTUELLE DU MANS ASSURANCES I.A.R.D. M.M.A. I.A.R.D. La MUTUELLE DU MANS ASSURANCES VIE M.M.A. VIE La DEFENSE AUTOMOBILE ET SPORTIVE D.A.S. COVEA

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME

DOSSIER DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME DOSSIER DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME Un programme multi-partenarial initié en Provence-Alpes-Côte d Azur pour promouvoir la Mixité professionnelle Femme/Homme et changer les stéréotypes sur les métiers

Plus en détail

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino Pour des parents bien dans leur job Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino innovation édito Chère collaboratrice, cher collaborateur, Nous avons le plaisir de vous adresser le

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Séverine LEMIERE, MATISSE

Séverine LEMIERE, MATISSE UMR 8595 Quelles pratiques de ressources humaines en faveur de l égalité hommes-femmes en entreprise? Séverine LEMIERE, MATISSE 2005.48 Maison des Sciences Économiques, 106-112 boulevard de L'Hôpital,

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE. Réalisée par

LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE. Réalisée par LEADERSHIP LEADERSHIP POUR ELLES POUR ELLES L APPLI MOBILE Réalisée par B T E O Réalisée par 2 LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE Savez-vous que les différences de confiance en soi entre femmes et hommes

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

FEMMES, CARRIÈRE ET DISCRIMINATIONS

FEMMES, CARRIÈRE ET DISCRIMINATIONS FEMMES, CARRIÈRE ET DISCRIMINATIONS Dossier de Presse Mars 2009 SOMMAIRE INTRODUCTION.... Page 3 FICHE N 1 : Sondage HALDE/CSA...Page 4 > Grossesse, maternité et discriminations au travail FICHE N 2 :

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS Introduction Objectifs de l étude Les Essenti Elles, le réseau des femmes managers de BPCE S.A., a souhaité lancer un nouveau Baromètre concernant les Femmes Managers en

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

DOCUMENT DE NEGOCIATION PFE BAC PROFESSIONNEL VENTE

DOCUMENT DE NEGOCIATION PFE BAC PROFESSIONNEL VENTE DOCUMENT DE NEGOCIATION PFE BAC PROFESSIONNEL VENTE Groupe Scolaire SaintEtienne 20 20 Période de formation en entreprise Madame, Monsieur, Dans le cadre de la préparation à leur baccalauréat, les élèves

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Le tableau présente 6 processus de la gestion des ressources humaines et un volet communication:

Le tableau présente 6 processus de la gestion des ressources humaines et un volet communication: OUTIL 9. LISTE NON-EXHAUSTIVE D EXEMPLES D ACTIONS DIVERSITÉ PAR DOMAINE RH [ OUTILS ] Ce document propose des pistes d action ainsi que des points d attention pour favoriser l égalité des chances au sein

Plus en détail

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

CONTEXTE... 3 PROFIL DES POSTES DE NOUNOUS... 5 AGE DU PLUS JEUNE ENFANT GARDE... 5 TYPE DE GARDE... 5 HORAIRES... 5

CONTEXTE... 3 PROFIL DES POSTES DE NOUNOUS... 5 AGE DU PLUS JEUNE ENFANT GARDE... 5 TYPE DE GARDE... 5 HORAIRES... 5 Résultats d enquête Nounous à domicile : profils, salaire, horaires 2014 1 TABLE DES MATIERES CONTEXTE... 3 PROFIL DES REPONDANTS... ERREUR! SIGNET NON DEFINI. PROFIL DES NOUNOUS... 4 PROFIL DES POSTES

Plus en détail

Exprimer sa reconnaissance

Exprimer sa reconnaissance Atelier - le 30 juin 2010 dans le management au quotidien :, consultante RH Une rencontre organisée par Les principaux besoins par rapport au travail 1 TABLEAU RÉCAPITULATIF SUR LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE JANVIER 2015 GUIDE D'APPUI À LA NÉGOCIATION ASSURER ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ASSURER ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES GUIDE D'APPUI À LA NÉGOCIATION

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie

Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie Le temps partiel est

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER SOCIETAL. Retraite une question de genre?

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER SOCIETAL. Retraite une question de genre? Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER SOCIETAL Retraite une question de genre? Françoise KLEINBAUER France Retraite Corinne ESPIARD - Codifinance Sommaire Plantons le décor Quels rôles pour les

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

Focus sur 4 territoires

Focus sur 4 territoires Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes : négociations et plans d action dans des entreprises de la région Centre Focus sur 4 territoires mai 2014 www.centre.aract.fr Interview Pourquoi

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS PREAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de la

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail