STRÉ PRÉSENTE, POUR LA PREMIÈRE FOIS, LES NOUVEAUX MOTS CROISÉS ILLUSTRÉS. 30 Centimes "»»"'<"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STRÉ PRÉSENTE, POUR LA PREMIÈRE FOIS, LES NOUVEAUX MOTS CROISÉS ILLUSTRÉS. 30 Centimes "»»"'<""

Transcription

1 "«TROISIÈME ANNÉE : N 26 '»"»' iiiiiiimiiimiiihuii^niihiiiiiiiiiiin 30 Centimes "»»"'<" I»HI"<IIIIIIIIIIIH imiiiimii Hiinm tu K 26 JUIET 925 «" STRÉ PRÉSENTE, POUR A PREMIÈRE FOIS, ES NOUVEAUX MOTS CROISÉS IUSTRÉS premier, en France, Dimanche-Illustré publiait, dans son numéro du 9 novembre 924, un problème de " mots croisés " qui eut auprès de ses lecteurs un succès tel que, depuis cette date, sans interruption, ce jeu a figuré dans tous ses numéros et a été repris, d'ailleurs, par un grand nombre de publications. On sait la fortune de ce jeu aujourd'hui célèbre. Pour en varier l'intérêt, Dimanche-Illustré propose, aujourd'hui, à ses lecteurs, les nouveaux mots croisés illustrés. Ce nouveau jeu est constitué, comme pour les " mots croisés " ordinaires, par des cases noires et des cases blanches. Mais les cases blanches sont occupées par des dessins ou portraits, sur lesquels il s'agit de mettre un nom exact. On inscrira alors la première lettre de chaque nom trouvé dans la case où il est représenté. a lecture, horizontale d'une part, et verticale d'autre part, de ces lettres, comprises entre deux cases noires, donnera les "mots croisés" qui constituent la solution définitive. E On n'a donc plus besoin de donner la définition de ces " mots croisés puisque les lettres qui les composent sont indiquées une à une par les dessins. EXEMPE : Supposons que le premier dessin représente un CHÊNE ; nous inscrivons la lettre C. e suivant, un ANE ; nous inscrivons la lettre A. e troisième, une PlROGUE ; nous inscrivons la lettre P, et nous obtenons le mot : CAP, qui était à découvrir. Mais nous faisons remarquer à nos lecteurs que le chêne peut être tout aussi bien pris comme arbre, l'âne comme quadrupède et la pirogue comme bateau. à est la difficulté du jeu. es nouveaux mots croisés illustrés comportent donc une double solution : les noms exacts des personnages ou des objets représentés ; 2 les mots formés par la première lettre de chaque figure. Nous rappelons à nos lecteurs qu'ils n'ont pas à prendre la peine de nous envoyer les solutions de ce problème, solutions que nous publierons dans notre prochain numéro».

2 r IIIIIMI DIMANCHE»IUST^.Ë VENTE AU IMIIIIIIIMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIlllllllllUlllIlIllIllllllllMIIIIIIinillllllllllllll Administration, abonnements : 20, rue d'enghien, Paris (Xe)., boulevard des Italiens JUIET Jl'uimiin TARIF DES ABONNEMENTS 3 mois Compte chèque postal n mois Un an France.Colonies. 4fr fr. 5fr fr. Belgique fr. 3 fr. Étranger EST EN VENTE PARTOUT DÈS E SAMEDI a publicité est reçue E uni IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUIIIlllllllllllllllllllllllllllllllllllllIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII DIMANCHE-IUSTRE NUMÉRO France, Colonies, Régions occupées Belgique... Il a li il n il II il 0.40 Etranger, il $ ù un u nu n 0.60 (entrée principale). Téléphone : Richelieu et DISTRACTIONS DU DIMANCHE ISTE DES AURÉATS ET DES SOUTIONS POUR ES PROBÈMES POSES DANS ES NUMÉROS DE JUIN concurrents qui nous ont adressé des solutions exactes pour tous les problèmes (en tenant compte de la faute d'impression commise dans la donnée des nombres enfermés, où 30 devait remplacer 39, e^ que la plupart des lecteurs ont rectifiée d'euxmêmes), ont été classés d'après leurs réponses à la question des Mots continus, qui, aux termes du règlement, devait servir à les départager. Dans la réponse la meilleure à cette question, toutes les lettres données ont été utilisées et le nombre des mots formés se réduit à quinze. Voici ces mots, dont certains ne figurent que dans le gros dictionnaire arousse : AVEC DIX-SEPT MOTS ES A PA0UE.S.E. AVEC DIX-HUIT MOTS Vesou Animal Trapp Brisant Sole Bruit Roc Travail Mengel M. DUBOURDIEU, 26, rue de a Roche, avage ut Anus Bougie Musico- Pontoise (Seine-et-Oise) ; mane - ot. M. DES PONTEIES, 82, rue Bonaparte, Paris ; Voici les noms des gagnants : M. HENRI MOREUX, sanatorium de a AVEC QUINZE MOTS Guiche (Saône-et-oire) ; M. MARTIN, 7, rue de Chéroy, Paris ; M. BRICARD, 3 _ bis, rue Edmond-Nocard, M. G. MORIN, 37, avenue EdouardSaint-Maurice (Seine) ; ' M. ROBERT FROSSARD,, rue de Courcelles, Vaillant, Billancourt (Seine) : M. PAU BŒHMER, 42, rue de Trévise, Paris ; Paris : EDMOND OUDET, hospice de Brévannes M. M. FRANCIS COURTIEUX, 248, boulevard (Seine-et-Oise). Baille, Marseille ; AVEC SEIZE MOTS M. REISS, 92, rue du Mont-Cenis, Paris ; M. DROUARD,, rue Brown-Séquard, Mme SUZANNE RAGUIDEAU, Bellevue, à Paris ; Montoire-de-Bretagne (oire-inférieure) ; M. BADET, 3, rue Paira, Meudon (SeineM. }. DUBRETON, Émérainville, par Champet-Oise). sur-marne (Seine-et-Marne). Grthochromaîique\ anti-ha/o a conquis définitivement le marché Suivant leur classement, ces lauréats recevront trois bouteilles Grand Marnier, cordon rouge ; un choix lingerie ; un litre d'eau de Cologne ou des parfums des premières marques, ces derniers dans des flacons artistiques de alique, un porte-mines Cico Eversharp, etc. UMIÈRE &J0UGA SOUTION I. Direction M. RENÉ PARAY, 9, place du Cloître, Soissons (Aisne) ; M6 PHÉIZOT, 40, rue Vauban, Colmar (Haut-Rhin) ; M. JUIEN PAINÇON, 76, rue de Romainville, es ilas (Seine) ; M. P. BRIZARD, 3, rue Saint-Benoît, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; M. CHARES PÉTIAU, Froidestrées, par a Capelle (Aisne) ; M. PAU DE BEAUVAIS, 2, avenue du Cimetière-Monumental, Rouen (Seine-Inférieure). (7 juin) DES PROBEMES POSÉS E NUMÉRO DE JUIET l. (4 juin) ES CARRÉS CONCENTRIQUES es quatre prénoms sont : Alphonse Rosemonde Victorien Angelina. ES PRÉFECTURES 7 N commençant par le bâton le plus long, les lettres que figurent tous les bâtons sont : ROUEN NEVERSAIES. On obtient, de la sorte, pour les quatre trajets. Comnociatc. 82. ne de Rivoli PARIS DANS II. (4 juin) ES NOMBRES ENFERMÉS III. (4 juin) ES PIÈCES COMMUNICANTES J. Rouen Nevers Versailles Arras Rennes. II. - (7 juin) mariage"^ SSS^ a Spécimen GRATUIT sur demande M J. BÉRIOT, 24, r. Mllton, Paris (9«) EUT. S fermé,ofr.50. hitoi,fr.s0 IU«.pli roua crui Bonftrez de r seul l'examen aux Rayons X montrera votre lésion et vous permettra de guérir rapide- ment. Docteur spécialiste, 4, rue Maubeuge, Paris. Oe I k.a 4 k. ESTOMAC ^irillllllllinilililllllllilllllilnilhiiiu ES DEUX OTS DE RIVIÈRES Creuse Adour Rance Maine Seine Tarn. Durance Escaut Isère Orne Marne - - Ain. III. - (7 juin) TÉÉPHONIE SANS SUR TOUTES ES IGNES FI IV. - (7 juin) I HAUT-PAREURS-AMPIFICATEURS I ES VIES I. (2 juin) ES PHRASES DÉFICURÉES Ciel trop pur ne laisse pas voir d'où vient le vent. 'amour-propre est souvent blessé, mais n'en meurt jamais. Plat réchauffé et plat rejroidi ont perdu tout leur prix. ARROSÉES Valence, Rhône AnVers, Escaut Moulins, Allier Florence, Amo Bagdad, Tigre Belgrade, Danube Cracovie, Vistule. ECOUTEURS CASQUES Sensibilité II. (2 juin) CHEMIN APHABÉTIQUE ET MUSICA IlaMSEPISIFXÉlalIaVQutÉUIDC D (SA) fa mi R S T. // a aimé ce pays et s'y est fixé. à il a vécu et lutté et, lui décédé, sa jemme y est restée. IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIMIIIIIIlllllllllllllMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIlllllllllllllllllllllllllllIllllllHllllllllllllllllllllillll'll" Pureté QUAND-- DOIT-OM REMONTER SA MOITRE? Enorme volume de son de gens ont l'habitude de remonter Bde laleurjournée, montre à un moment quelconque et sans prêter d'attention à l'acte ration devait être exécutée la nuit. Ils considéraient qu'au matin le grand ressort était plus froid et moins souple qu'après avoir été porté qu'ils accomplissent. dans la poche pendant toute la journée. Cependant, l'exactitude et la durée d'une Mais le président a fait valoir qu'il y avai montre dépendent beaucoup du moment où avantage à remonter une montre le matin, cart son propriétaire la remonte, et cette impor- pendant le jour, la montre est soumise à de, tante question a été discutée et résolue par la mouvements et à des déplacements irréguliers corporation des horlogers, en Angleterre. et anormaux, qu'elle supporte plus facilement Plusieurs membres prétendaient que l'opé- quand elle est remontée à fond. EAUCOUP POSTES RÉCEPTEURS pour toutes longueurs d'onde et pour toutes distances Demandez la notice D franco et gratuite Q : III i II IIII II III : II SOUTION DU PROBÈME DES = Seule concessionnaire pour la France et les Colonies 2, RUE INCON. - PARIS (8e) Exiger sous le socle de chaque " Brown "la marque S.E.R. et le Numéro de série j= qui vous donnent une garantie formelle d'authenticité et de fonctionnement parfait. %JllllllllilNlllllllllllllllllM IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII.fi) rowii-&o H Illlllllllllllllllll = MOTS CROISÉS PARU E DIMANCHE-IUSTRE RÉTRIBUE ES PHOTOGRAPHIES QUI UI SONT ENVOYÉES PAR SES ECTEURS = = 9 JUIET 925 DES QU'EES ONT ÉTÉ PUBIÉES

3 niiiiniii 26 JUIET 925 nhiiiiihiiiiiiihiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiîiiiiiiiiiiiiiii IIIMIIIIIIIIIIIIIIIIIIUIIIIIIIIII 3 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii TROISIÈME ANNÉE : N 26 DlMANCHE-lUST ENTRE NOUS O allez-vous, cet été? Je ne sais pas encore. Et vous? Moi non plus. Nous nous y retrouverons peut-être. Seulement, s'ils y vont en auto, peut-être se retrouveront-ils dans l'autre monde. Que de gens, partis en limousine, changent brusquement de moyen de locomotion! Ils prennent passage, moyennant une obole, sur la barque lente et silencieuse que conduit Caron... e Styx devrait être indiqué en noir sur les cartes que consultent les chauffeurs, avant de s'élancer sur!a route à une vitesse de record. es apprentis-morts vont vite, trop vite... 'automobilisme estival, tel que l'entendent un nombre croissant de " rois du volant, c'est quelque chose comme le choléra... Ce ne sont qu ecrabouillades, emboutissages et dispersions de débris humains, au bord des routes blanches. Chaque arbre se transforme en bec de gaz et les journaux n'ont plus assez de place pour publier la liste des victimes : elles sont trop! J'avais cependant entendu parler d'un certain code de la route... Mais ce code est comme l'autre. On l'ignore, on le dédaigne ou, tout au moins, on se dit : Pas vu, pas pris!... Mais pourquoi n'avoir pas respecté les prescriptions du code de la route? Pourquoi s'être montré indiscipliné, égoïste, vaniteux? C est la vanité surtout qui est à l'origine de ces accidents... On veut épater, et on écrase les piétons, et on s'aplatit soimême sous une route plus ou moins caoutchoutée. U * * * C besoin d'être admiré par la galerie est la grande explication de toutes nos bêtises, de toutes nos folies et même de tous nos exploits. e stupide chauffard qui, tous gaz dehors, joue au bolide sur la route ou dans la rue, est un cabotin désireux d'étonner les populations. e cycliste falot qui pédale avec frénésie au milieu de la chaussée encombrée s'imagine qu'on le prend pour un " tour de France "... Mais un sentiment du même ordre anime, au fond, maints héros : Hercule n'accomplit ses fameux travaux que pour épater, lui aussi, la galerie. Il faut être un saint pour accomplir des exploits, tout seul, en plein désert... Nous plaçons notre vanité en toutes choses. e jeune artiste s'enorgueillit de faire partie du groupe des " moins de trente ans ", mais s'il vieillit, il ne se montrera pas moins enchanté d'être du ' club des doyens" ".e monsieur décoré est fier d'être décoré, mais le monsieur qui n'est pas décoré, se déclare ravi de ne pas porter à la boutonnière le signe de ce qu'il appelle la " servitude ". Une de nos vedettes fut très flattée d'être lancée en Amérique comme la " femme la plus laide du monde ". Tel écrivain déclare avec morgue : Mes tirages sont formidables... Mes livres se vendent à plus de cent mille! a foule m'admire!... Tel autre de ses confrères répond avec hauteur : Mes tirages sont nuls...mes livres ne se vendent pas du tout. Je ne suis accessible qu'à quelques rares esprits d'élite. a vanité trouve toujours quelque coin pour se loger. Elle est le sentiment le plus naturel, le plus humain... Et la modestie n'est, le plus souvent, qu'une forme raffinée de cet amour-propre. Je me méfie, pour- ma part, des modestes. Et il me suffit de leur dire que leur effacement est très justifié, qu'ils ont raison de ne pas chercher à en faire accroire, pour que le mince vernis de leur modestie craque aussitôt. e vaniteux, lui, se montre tel qu'il est... C'est un paon qui ne pousse pas la confiance en son chic naturel, jusqu'à se parer des plumes du geai! E rsan STYO. REFEXIONS DU DIMANCHE souvent, on entend des femmes déclarer qu'elles voudraient être des hommes, parce que les hommes ont la meilleure part en ce bas monde. Tout dépend de ce qu'on entend par la meilleure part. es hommes doivent se dresser, s'élancer dans la bataille et lutter; les femmes restent à l'arrière pour organiser et conserver les résultats du combat. a femme est la gardienne du foyer tandis que l'homme en est le constructeur. Une femme est, par sa nature, un satellite. Elle est née pour être l'épouse et la mère, pour être l'âme du foyer. Certaines femmes, toutefois, n appartiennent pas à ce type. Elles veulent être, elles-mêmes, au cœur du combat. Elles ne peuvent pas s'exprimer par le moyen d'un homme, que ce soit la faute de leur nature ou celle des circonstances, et elles veulent frapper, elles-mêmes, le monde à leur façon. 'homme est tout naturellement le créateur et l'aventurier. C'est lui qui doit marcher en avant, courir les risques et assurer le progrès. a femme est l'organisatrice de la maison, elle tire parti des résultats amenés par l'effort de l'homme. es femmes n'ont jamais été très grandes dans certaines voies. Il y. a eu peu de femmes poètes, prophètes ou hommes d'etat, bien que la règle comporte quelques exceptions. Il n'y a ni justice ni bon sens à refuser aux femmes les droits dont jouissent les hommes. Partout, maintenant, les femmes peuvent faire du commerce ou diriger des affaires; en nombre de pays, elles ont le droit de vote. " Et même celles qui sont d'un esprit trop élevé pour avoir une pensée de revanche, ne peuvent qu'éprouver une satisfaction profonde à n'être plus traitées en inférieures au point de vue politique ", a dit une féministe notoire. Il n'est pas sans danger, évidemment, d'enlever les barrières qui ont toujours été dressées autour des femmes, mais cette même féministe nous le rappelle les premiers fruits de l'instruction sont toujours empoisonnés, avec le temps seulement ils deviennent doux et bienfaisants. a nature humaine ne change pas, et; après les surprises du premier contact, la femme s'installera dans sa liberté et retrouvera sa personnalité éternelle. Un ennui pour les femmes qui s'occupent d'affaires, c'est qu'elles se heurtent constamment à l'élément personnel. es hommes les considèrent d'abord comme des femmes tout court - et ensuite seulement comme des femmes d'affaires. es hommes aiment les femmes du* type qui s'appuie. e liseron qui s'enroule au saule. Ils aiment à protéger leurs compagnes. S'il arrive que la femme l emporte sur l'homme par les biens intellectuels ou matériels, une complication se trouve ajoutée au problème sentimental du couple. a femme la plus heureuse est, peut-être, celle qui dépend d'un homme dont elle est justement fière de dépendre. Celle qui a trouvé l'époux de ses rêves, éprouve de la pie à être simplement " la compagne ". io ife A A U point culminant de toute émotion, on trouve la douleur. a douleur est simplement la sonnette d'alarme dont se sert la Nature, pour nous annoncer que le délicat organisme de la vie est en danger. Si j'approche par trop ma main de la flamme d'une bougie, la sonnette m avertit que ma chair est exposée à une température trop élevée. a faim me prévient que mon corps est menacé d'épuisement, faute de substances étrangères pour l'alimenter. a fièvre, /es, frissons, les spasmes sont des signaux donnés par le centre vigilant de la vie. Aussi, lorsqu'une émotion outrepasse la limite de sécurité, la souffrance naît. On peut rire, manger, se reposer, jouer, s'exalter jusqu'à en avoir mal. Nous retirerons le maximum de satisfaction de la vie, non pas en augmentant, mais en modérant nos sensations agréables. Seul un insensé, pour avoir apprécié l'action stimulante d'un peu de vin, en boit jusqu'à l'ébriété ; ou, ayant pris plaisir à quelque distraction, ne fait plus que s'amuser, laisse ses sentiments s exalter jusqu'à la folie, ou même, ayant goûté la joie des émotions religieuses, se complaît dans une extase morbide. Tout ce qui constitue le lot commun des hommes est bon pour eux, à dose modérée. Il y a même dans les déceptions, les deuils, la solitude, l'humiliation et toutes les formes de la tristesse, une certaine douceur, un gain qui ajoute à la richesse, à la profondeur de la vie, s'il n'y a pas excès. a loi essentielle des deux, c'est l'ordre. e secret du contentement, dans la vie, c'est la discifrank CRÂNE. pline de coi-même. A SEMAINE PROCHAINE UNDI 27 JUIET VENDREDI 3 JUIET ever du soleil : 5 h. 8 - coucher : 20 h. 35. ever du soleil : 5 h coucher : 20 h. 30. ever de la lune : 0 h. 54- coucher: 22 h. 42. ever de la lune : 5 h. 4 - coucher : 0 h.. e jour décroît : m. matin ; 2 m. soir. e jour décroît : m. matin ; m. soir. Sainte NATHAIE. 208e jour Saint IGNACE DE OYOA : 22e jour Courses de chevaux au Tremblay (Prix de Courses de chevaux à Vichy (Prix des a Flèche). Jouvenceaux), Pont-rEvêque. MARDI 28 JUIET SAMEDI ER AOUT ever du soleil : 5 h. 8- coucher : 20 h. 34. ever du soleil : 5 h coucher : 20 h. 28. une : (p. Q., 20 h. 23), 2 h. 3 - couch.: 23 h. 8. ever de la lune : 6 h coucher : 0 h. 53. e jour décroît : m. matin ; m. soir. e jour décroît : m. matin ; 2 m. soir. Saint SAMSON : 209e jour Saint PIERRE-AUX-IENS : 23e jour Courses de chevaux à Chantilly. Courses de chevaux à Deauville, Compiègne. MERCREDI 29 JUIET DIMANCHE 2 AOUT ever du soleil : 5 h. 2 - coucher : 20 h. 33. ever du soleil : 5 h coucher : 20 h. 27. ever de la lune : 3 h. 4 - coucher : 23 h. 37. ever de la lune : 7 h coucher : h. 46. e jour décroît : 2 m. matin ; m. soir. e iour décroît : 2 m. matin ; m. soir. Sainte MARTHF r 2f 0» jour + F95. Saint APHONSE DE rguoki : Hlv jour -f Courses de chevaux à Vichy (Prix Cérès). Cyclisme : Paris-Angers. Natation : e Marathon nautique CorbeilParis (40 km.) ; championnats de France ever du soleil : 5 h coucher : 20 h. 3. militaires de plongeons et de sauvetage au ever de la lune : 4 h coucher : Stade des Tourelles. e jour décroît : m. matin ; 2 m. soir. Aviron : Championnats de Paris à Juvisy, Saint ABON : 2e jour Coursés de chevaux à Caen, Compiègne, Cyclisme : Bruxelles-Paris. Vichy (Grand Prix). JEUDI 30 JUIET AUJOURD'HUI DIMANCHE 26 JUIET Automobile : Grand Prix de l'automobile Club de France, à Montlhéry. Natation : Traversée de Paris à la nage. Courses de chevaux à Maisons-affitte (Omnium de deux ans), Vichy, Pont-l'Évêque, es Andelys, Vittel. SOYONS AU COURANT......de la création d'une péniche-aquarium à l'exposition des Arts décoratifs f\n vient d'inaugurer, aux Arts décoratifs. une péniche aménagée en un vaste aquarium, qui contient d'intéressantes et nombreuses variétés de poissons d'eau de mer et d eau douce. a péniche, amarrée à la berge du quai d'orsay, est organisée à la manière des sous-sols du musée océanographique de Monaco. es poissons des pays tropicaux évoluent dans l'eau à 25 : les poissons de mer auront, par procédé chimique, l'eau salée et fraîche qui leur est nécessaire, et l'on pourra ainsi effectuer d'intéressantes observations scientifiques et tenter de conserver, vivants, pour les besoins de l'alimentation, les homards et les langoustes. a péniche est donc, en outre, une sorte de laboratoire d'expériences. es poissons les plus étranges ont été rassemblés là. On y voit les queues de Voiles japonais, dont les voiles transparents ont l'air de mousselines précieuses et qui coûtent jusqu'à francs. es poissons du Brésil, dont le prix oscille entre 600 et.000 francs, présentent les formes les plus étranges. Voici les perches américaines, dont la nageoire dorsale est dotée d'un bizarre des in en forme d'oeil. Puis, les somptueux macropodes hindous. Il y a, également, des représentants des espèces communes de nos rivières : anguilles, gardons, tanches, brochets, et ces curieux poissons-chats importés de l'étranger, et dont la voracité est sans égale.... d'un perfectionnement dans la photographie en couleurs. BRETON vient de présenter à l'académie des Sciences un nouveau procédé dû à M. Gabriel-A. Rousseau, et concernant la photographie instantanée des couleurs. es amateurs qui font de la photographie en couleurs,par procédé direct, savent que le temps de pose est relativement long. a nouvelle méthode est basée sur l'observation suivante : lorsque des rad:ations colorées traversent une ou plusieurs couches d'émulsions sensibles, les rayons bleus et v olets sont fortement absorbés, les rayons verts beaucoup moins et les rayons orangés pas du tout Cette absorpt'on peut s'expliquer par le travail qui se produit pendant l''mpression du sei d'argent par la 'umière (on sait que les sels d'argent entrent dans la composition de la pel icule sensible). Pour ''application pratique de cette théorie, l'inventeur superpose trois pellicules qui forment plaque unique et qui s'emploient, sans aucun écran, d^ns les appareils photographiques ordinaires. On peut facilement faire de l'irutantané au l/25e de seconde, ce qui rend ce procédé tout à fait pratique pour les ama'eurs. jyronsieur J.... des performances d'un authentique fakir hindou, à Paris possède depuis quelques jours, P la personne d'un visiteur, Tahra ARIS dans Bey, un authentique fakir hindou. Tahra Bey se propose de faire des démonsfaire. Récemment, au cours d'une séance privée, qui avait lieu devant de nombreuses personnalités scientifiques et littéraires, il a déjà donné un échantillon de ses talents. e fakir se transperce le bras ou la jambe avec un stylet et fait ou non, à volonté, saigner ses plaies. Pour les personnes sensibles que ce spectacle émeut par trop, voici un autre exercice. Il se met, lui-même, en état tle catalepsie complète. On le hisse, alors, sur deux piliers espacés soutetenant la tête et les jambes. On place ensuite sur la poitrine du fakir une énorme pierre, que des aides brisent à coups de masse sans que le corps raidi du' fakir fas e le moindre mouvement. On l'enterre, enfin, pendant un quart d'heure. Il sort de son cercueil tout à fait frais et dispos. 'autohypnotisme semble jouer dans ces performances un rôle important.

4 nmiuib DIMANCHE-IUSTRÉ iuiiiiiiiihiuiuiiiiiiiinmimhuimnim^hiiiihiui<niniiiiiiiiiinmiiiiiiiiii 4,,,..iiiiiimiiiiiiiiiiMiii.imiiimi»l»iii»»»»»»»""'"""" IIIMIIIU.IIII E 26 JUIET 925 '«niu. A SEMAINE QUI VIENT DE S'ECOUER 30e Semaine de l'année Reste à courir 22 semaines AU MAROC E PACTE DE A SÉCURITÉ MEMENTO INAS-MONTHÉRY UNE DÉCARATION DE M. PAIN EVÉ A NOTE AEMANDE AU QUAI D'ORSAY ES GRANDS PRIX DE 'AUTOMOBIE e président du Conseil montra que nos buts restent pacifiques, mais que les précautions qui s'imposent sont prises. Éfle a été remise lundi au ministre des Affaires étrangères par M. von Hoesch. es deux premières journées furent consacrées aux motos, cyclecars et au Grand Prix des voitures de tourisme. M a fait les déclarations suivantes au sujet du Maroc : " Nous poursuivons, en ce moment, des négociations très actives pour la paix. Des émissaires officieux, un Français et un Espagnol, dont il vaut mieux que les noms ne soient pas actuellement connus, ont en mains les conditions de paix que la France et l'espagne sont prêtes à offrir à Abd el Krim. Celui-d en a été averti. Il le sait. Et il suffit qu'il veuille connaître ces conditions pour qu'il les connaisse. V Notre situation est donc entièrement loyale et nette et ne peut prêter à aucune fausse interprétation. " Mais, en même temps que nous faisons le nécessaire pour engager ces pourparlers, nous continuons à prendre toutes les mesures utiles pour consolider la situation sur le front marocain, afin d'établir ensuite une paix sûre au Maroc. En "tous cas, nous n'engagerons des opérations offensives que lorsque tout sera prêt. " ONSIEUR PAINEVÉ es opérations a situation a été marquée par le dégagement de la région d'aïn-aïcha après un combat très vif, au cours duquel l'ennemi a perdu plus de deux cents hommes, qui sont restés sur le terrain. e poste de Aïn-Maatouf, sur lequel les dissidents exerçaient une vigoureuse pression depuis quelques jours, a été dégagé. Dans la région d'ouezzane, la situation est calme. Cependant la présence dans la zone espagnole de nombreux contingents ennemis fait prévoir une attaque prochaine sur Ouezzane. d'allemagne a remis lundi à M. Aristide Briand la réponse du Reich à la note française du 6 juin sur le pacte de sécurité. e gouvernement allemand explique tout d abord qu'il se borne pour celte fois à exposer ses idées sur les questions de principe et qu'il se réserve jusqu'aux négociations définitives pour exprimer son attitude à l'égard des points de détail. Il admet l'intangibilité des traités existants. Berlin espère, pour l'avenir, des arrangements amiables et, notamment en ce qui concerne la situation des territoires occupés, un relâchement de l'occupation, que devrait motiver, selon le gouvernement allemand, la conclusion d'un pacte de sécurité. a note ne précise, d'ailleurs, pas ces desiderata et passe sous silence la question de l'évacuation de Cologne. es traités d'arbitrage a nature et la portée des traités d'arbitrage prévus font naître des doutes considérables, qui auraient encore besoin d'être éclairas. e gouvernement allemand avait envisagé des traités d'arbitrage, tels que ceux conclus, au cours des dernières années, par l'allemagne, ainsi que par une série d'autres puissances. e gouvernement allemand est d'avis que des traités de cette espèce, analogues, dans leur conception, aux dispositions respectives du pacte de la Société des nations, épuisent les possibilités qui existent, dans les circonstances actuelles, d'entreprendre avec chance de réussite pratique la tâche du règlement, par voie d'arbitrage, de conflits entre Etats. EN VIÉGIATURE On ne doit pas oublier de se munir d'un flacon de menthe de Ricqlès. A ses qualités hygiéniques le Ricqlès joint une saveur fraîche et persistante, qui rendent son emploi aussi précieux à la femme élégante qu'au touriste et au sportsman. Exiger du Ricqlès. '* Vous devriez essayer les Pilules Pink, on en dit beaucoup de bien. " f C'est souvent le conseil d'un ami qui nous permet de sortir d'une situation difficile. Ainsi, combien de personnes ont vu leur état de santé se rétablir pour avoir suivi le conseil de prendre des Pilules Pinkl Tout le monde connaît les Pilules Pink. C'est encore, vous diront ceux qui en ont fait usage, ce qu'il y a de meilleur contre les petits malaises courants. D'où viennent ces petits malaises, les trois quarts du temps? De l appauvrissement du sang ou d'une dépression du système nerveux. Il est donc tout naturel de recourir aux Pilules Pink pour les dissiper, car les Pilules Pink sont un incomparable régénérateur du sang et des forces nerveuses. Elles exercent, en outre, sur l'ensemble des fonctions vitales, une action des plus énergiques, qui permet un rapide relèvement des forces. «Après une longue maladie, qui m'avait laissée sans forces écrit Mmc Hortense Charles Malo, demeurant à Blagnac (Haute-Garonne), j'ai dû avoir recours aux Pilules Pink. e résultat obtenu après la première cure a été des plus heureux. Je me dispose à en faire à nouveau une cure.» C'est à juste titre que les Pilules Pink sont toujours recommandées contre l'anémie, la chlorose, la neurasthénie, l'affaiblissement général, les troubles de la croissance et du retour d'âge, les maux d'estomac, maux de tête, irrégularité des régies. En vente da-ns toutes les pharmacies. Dépôt : Phcie P. Barret, 23, rue Ballu, Paris. 4 fr. 50 la boîte, 24 francs les 6 boîtes, plus 0 fr. 60 de timbretaxe par boîte. 'AMBASSADEUR 'entrée du Reich dans la S. D. N. Vu la grande importance qu'il attribue au règlement de la question de la sécurité, le gouvernement allemand ne veut pas, en principe, s'opposer à la liaison des deux problèmes. Il doit cependant faire remarquer que la question même de l'entrée de l'allemagne dans la Société des nations a encore besoin d'être soigneusement éclaircie. e document allemand ajoute : " Pour l'allemagne, comme membre de la Société des nations, l'égalité des droits ne serait établie qu'au moment où son désarmement serait suivi par le désarmement général, prévu dans le pacte de la Société et dans le préambule à la partie V du traité de Versailles. S'il s'agit donc de rendre possible dès maintenant son entrée dans la Socié'é, il faut trouver une solution intérimaire pour la période qui s'écoulera jusqu'au désarmement générai. Cette solution devrait tenir compte de la situation spéciale qu'est celle de l'allemagne, tant aux points de vue militaire et économique qu au point de vue géographique. " UN DISCOURS DE M. STRESEMANN A la séance d'ouverture du Reichstag, mercredi, le ministre des Affaires étrangères du Reich a pris la parole pour déclarer qu'avec sa réponse à la note française, l'allemagne avait commencé une offensive pacifique de grand style ". 'ÉVACUATION DE A RUHR Samedi matin, a commencé l'évacuation de la Ruhr. a première ville évacuée fut Recklinghausen. Gelsenkirchen et Hattingen furent évacuées ensuite par nos troupes sans qu'aucun incident se produisît. samedi 8 et dimanche 9 juillet, ont été disputés, sur l'autodrome de inas-montlhéry, les Grands Prix des motos et cyclecars et des voitures de tourisme. Demain, dimanche, sera couru le Grand Prix de vitesse. Trois victoires françaises, trois victoires anglaises, tel fut le bilan de la première journée. a plus impressionnante performance fut réalisée par l'anglais Simpson, qui tourna pendant 400 kilomètres à la vitesse moyenne horaire de 0 km es trois catégories de voitures de tourisme virent triompher des voitures françaises, qui tournèrent sensiblement, pendant.000 kilomètres environ, à des allures variant entre 85 et 86 kilomètres de moyenne horaire. Si on n'eut aucun accident à déplorer, il faut reconnaître que l'affluence fut relative au cours de ces deux premières journées. a troisième, réservée à la vitesse, doit offrir plus d'intérêt. ES UN SOUEVEMENT MIITAIRE AU PORTUGA orages, devenus quotidiens, ont causé, dans toute la France, des dégâts considérables. a région parisienne, qui ne fut pas épargnée, eut moins à souffrir, certes, que les départements. es orages, cependant, des soirées de lundi et mercredi ont apporté de graves perturbations dans certains services publics télégraphe, téléphone, chemins de fer et la foudre a provoqué quelques accidents. Dans les départements, tant de communications furent interrompues qu'on n'a pas encore pu évalutr les dommages causés. ES EMPRUNT 20 juillet. Ouverture de la souscription à l'emprunt perpétuel 4 % avec garantie de change. a souscription sera close!e 5 septembre. ARMÉE 20 juillet. Trois grandes écoles sont citées à l'ordre de l'armée : l'école normale sudérieure* l'école centrale des Arts et Manufactures ; l'ecole nationale des Eaux et Forêts. MARINE 20 juillet. e vice-amiral Viollette est nommé commandant en chef de l'escadre de la Méditerranée. ARTS 8 juillet. Mle Odette Pauvert obtient le Grand Prix de Rome de Peinture. Elle est la première femme peintre qui entrera à la villa Médicis. 22 juillet. M. Jonchire obtient le Grand Prix de Rome de Sculpture. FAITS DIVERS BANIEUE 2 juillet. On dérobe, dans un hôtel particulier de Neui!ly-sur-Seine, francs de bijoux pendant que les locataires dormaient. A Houilles, un chauffeur de taxi, nommé Perroux, tue sa belle-fille, incendie sa maison et se suicide. TRIBUNAUX 2 juillet. es deux filles de la receveuse des postes Dimanche matin a éclaté au Portugal un sou- d'epinay-sur-orge, qui avaient dérobé francs, lèvement militaire, auquel prennent part quel- sont condamnées à quatre et cinq ans de prison avec ques unités dirigées par des officiers arrêtés sursis. après les événements du 8 avril et qui se sont SPORTS évadés de la forteresse de San-juliao. e 9 juillet. Ptolémy, à M. J. D. Cohn, gagne, à croiseur Vasco-de-Gama est avec les révolutionmaisons-affitte, le Prix Eugène Adam. naires. e gouvernement prit des mesures pour encercler rapidement les révolutionnaires. Une division navale, avec le ministre de la Marine, est partie pour agos, après l'insurrection, afin d'exécuter les manœuvres dont le programme avait été antérieurement arrêté. Quelques heures après l'émeute, le capitaine Baptista, chef des révolutionnaires, et quatre officiers se sont rendus aux troupes gouvernementales. es officiers ont été écroués au pénitencier. 'équipage du Vasco-de-Gama s'est rendu également à la première sommation. E TOUR DE FRANCE e Tour de France s'est terminé dimanche. a dernière étape, qui ramenait les coureurs de Dunkerque au Vélodrome du Parc des Princes, est revenue à Bottecchia, battant de peu Romain Bellenger. Bottecchia était premier du classement général, renouvelant sa victoire de 924. e Belge ucien Buysse était.deuxième. ES ÉECTIONS CANTONAES es élections cantonales, qui ont eu lieu dimanche, ont donné les résultats suivants. es conseillers élus se répartissent ainsi : Communistes Socialistes (S. F. I. O.) Républicains socialistes Radicaux et radicaux socialistes. Républicains radicaux Républicains de gauche Républicains (U.R.D.) Conservateurs Ballottages Total Sénateurs : candidats, 80 ; élus, 73 ; battus, 5 ; en ballottage, 2. Députés : candidats, 7 ; élus, 28 ; battus, 26 ; en ballottage, 7. ES ORAGES CAUSENT DE GRAVES DÉGÂTS EN FRANCE es arbres sont déracinés,.les blés ont été courbés par l'orage. a vigne, dans le Bordelais, a été hachée par la grêle. Toutes les récoltes, en maints endroits, ont eu à souffrir. En Haute-Garonne, c'est un véritable désastre qu'il faut enregistrer. es rivières ont débordé. Des constructions ont été emportées : un cantonnier, sa femme et ses quatre enfants ont été emportés dans la roulotte qu'ils occupaient, non loin de Bagnères-de-uchon. e pont de Cazaux a été emporté. a voie ferrée de Montrejeau à uchon a été coupée. ES DUVETS DISQHAGEDI Voici l'été Voici revenue la saison des bains de mer et des robes légères. a douce béatitude du farniente sur le sable chaud à la sortie du bain est cependant refusée à certaines à cause de l'effet déplorable de poils et duvets sur les jambes ou sur les bras. Rien n'est plus facile pourtant de s'en débarrasser, sans danger et sans ennuis en employant la Sulthine Préparée. Il suffit d'en faire une pâte' avec un peu d'eau, de l'appliquer sur la surface à epiler pendant quelques minutes et ensuite de enlever délicatement à l'aide d'un coupepapier ou d'un dos de canif, les poils partiront sans aucune douleur avec la pâte. a Sullhine Préparée se trouve en vente partout. PGUR MAIGRIR PRENEZ ia BAINS de UMIÈRE ÉECTRIQUE Appareil portatif, utilisé également avec succès pour maladies dues au refroidissement, douleurs rhumatismales, etc Pas d'influence nuisible sur le cœur Remplace tous autres systèmes de bains de sudation Dépense : 0.25 par bain En veste aux Établissements J. DESMARETZ llk.tk'i IvrcpH.t-arii I-y. Archive» NOTICE FRANCO <* Ml

5 miiuiiu E 23 JUIET 323 iniiiiiimimimniinimiiimiiiniiiimiiiinmiiiiiiimiiiniriiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiii ES 5 ROMANS mil iiiiiiiiiniiiiiiiii DE A iiiituîiiiiuuihiiiiiiiuiii itiuiiii DIMANCHE-IUSTRÉ MHIHUII VIE GAMAIN, 'HOMME A 'ARMOIRE DE FER par les chapitres les plus romanesques de l'histoire de la Révolution française, un des plus pittoresques est, assurément, celui de l'armoire de fer. Cette armoire, qui, en fait, était un gros coffret en fer, a joué un grand rôle dans le procès de ouis XVI, et a certainement contribué à sa condamnation. Nous savons aujourd'hui, sans aucun doute possible, quand, comment et par qui fut construit cette faméuse cassette. On connaît à peu près ce qu'elle contenait. e seul côté mystérieux est celui relatif aux accusations sans preuves, tout à fait invraisemblables, portées plus tard par Gamain, qui prétendit avoir été empoisonné à la suite du travail qu'il avait effectué. Empoisonné par qui? et pour quoi? Par ouis XVI, n'a pas craint d'affirmer Gamain, qui a ensuite changé de thèse et a accusé Marie-Antoinette. 'histoire en main, on peut dire cjue c'est là un double mensonge. Pourquoi aurait-on empoisonné? Pour anéantir le détenteur d'un secret qu'on lui avait spontanément et volontairement confié. Nous verrons, tout à l'heure, l'absurdité d'une pareille et si audacieuse affirmation de la part d'un homme dont le moins qu'on puisse penser, c est qu il manqua de reconnaissance, de probité morale et de dignité. Mais, tout d'abord, qu'était Gamain? Un maître serrurier, ayant sa boutique à Versailles et dont ouis XVI, qui aimait, comme on sait, manier la lime et le marteau, avait demandé le concours pour les divers travaux de sa forge, très complète, située dans une des salles du rez-de-chaussée du château. Gamain était fort habile et il existe encore à Versailles un beau balcon, en fer forgé, qui est son ouvrage. e roi avait fait avec lui de réels progrès dans le métier de serrurier et il fabriquait avec art des clefs de poche, des petits ouvrages de ferronnerie, de même qu'il savait à merveille réparer les pendules détraquées. ouis XVI, qui avait fait donner à son professeur manuel une pension de 200 livres en 782, lui servait.600 livres d'appointements. Quand, après les journées d'octobre, les femmes ramenèrent la famille royale à Paris, le roi fit installer une forge au rez-de-chaussée des Tuileries et s'amusa à remettre en état les nombreuses serrures du château qui, par suite du long abandon où on l'avait laissé, étaient en mauvais état. A plusieurs reprises, il avait demandé à Gamain de venir lui donner un coup de main et toujours ce dernier avait été largement payé de sa peine. Au surplus, comme la plupart des petits bourgeois et des artisans aisés, Gamain avait accepté les idées nouvelles ; il fut élu membre du Conseil général de Versailles et il manifesta ses opinions en faisant placer sur le mur de sa maison, 9, rue Neuve, l'inscription suivante : ARMI JE AM-BERN ARD> (F Parmi les chapitres les plus romanesques de l'histoire de la Révolution française, un des plus pittoresques est, assurément, celui de l'armoire de fer. Cette armoire qui, en fait, était un gros coffret en fer, a joué un grand rôle dans le procès de ouis XVI et a certainement contribué à sa condamnation. Dans cette page, notre collaborateur, Jean-Bernard, nous initie à la vie de ouis XVI, serrurier. J se décida et partit pour Paris, promettant à sa femme d'être de retour le soir même. Comme le lui avait recommandé Durey, il entra par les cuisines, par la porte des fournisseurs, sans éveiller l'attention de la sentinelle qui montait la garde. Il se rendit à la forge, qu'il connaissait bien, et il vit une porte de fer nouvellement forgée. ouis XVI entra et avec la familiarité dont il était coutumier avec son ancien maître de serrurerie, il lui dit, en lui frappant sur l'épaule : précieux. Nous avons percé la muraille à nous deux, Durey et moi. Toutes les nuits, Durey allait jeter les graviers à la Seine ; il faisait même plusieurs voyages dans la même nuit. En quoi puis-je vous être utile? demanda Gamain. Il s'agit de placer la porte de fer que j'ai construite et que je t'ai montrée, à l'entrée de ce trou. Je ne sais comment m'y prendre. Mais je compte sur toi pour me rendre ce service. Tyrans, tremblez que la foudre Bientôt ne vous réduise en poudre. Peut-être bien que Gamain, dont les relations journalières, et d'une certaine intimité avec le roi, rendaient les sentiments révolutionnaires suspects aux vigilants Versaillais, força un peu la note pour témoigner son civisme. Toujours est-il que ouis XVI, qui n'avait rien d'un tyran, et ne se considérait pas comme tel, ne s'offusqua point de ces sentiments APPARITION DE 'OMBRE DE MIRABEAU DANS 'ARMOIRE DE FER, AUX TUIERIES, (d'après patriotiques, malgré leur forme un peu dure une estampe anonyme de l'époque). CETTE COMPOSITION SATIRIQUE REPRÉSENTE ROAND, et il demanda souvent, pendant les années MINISTRE DE 'INTÉRIEUR, FAISANT OUVRIR PAR GAMAIN, ARMOIRE DE FER, AU FOND DE 790 et 79, à son ancien chef de ferronnerie, AQUEE APPARAIT E SPECTRE DE MlRABEAU. Gamain, de venir à Paris. Il arriva même que le maître serrurier passa plusieurs jours sans Ah! mon pauvre Gamain, voilà bien rentrer à Versailles. Devant l'enclume, le roi Gamain ayant demandé du plâtre, se mit oubliait ses amertumes et les tristesses de sa longtemps que nous ne nous sommes vus. à fixer les gonds de la porte ; il fut aidé par le situation. Puis il lui montra une grosse cassette de roi et par Durey. e travail dura plusieurs fer dont la porte était fermée par une serrure heures et se prolongea assez avant dans la et une clef qu il fit jouer : nuit. Plus tard, Gamain assura qu'il avait vu E 2 mai 792, comme Gamain était dans Tu vois, dit le roi, j'ai exécuté tout cela, ouis XVI compter deux millions en louis sa boutique, un cavalier s'arrêta devant sa seul, en dix jours. d'or qu'il divisa en quatre sacs et qu'il plaça porte -et appela le serrurier par son nom. Au cours de la conversation qui suivit, on Gamain sortit et reconnut Durey, un des causa des événements, de Versailles; Gamain dans la cassette où Durey apporta des liasses de papier. valets de chambre du roi, qui aidait souvent parla de la suspicion où on le tenait au club Jusqu'ici, voici l'histoire telle qu'elle fut le souverain dans ses travaux de la forge. et il prononça le mot de dévouement. vérifiée, sans incidents et sans rien de bien Monsieur Gamain, dit Durey, Sa Majesté J'en étais bien sûr, lui dit ouis XVI ; m'envoie vous demander de venir aux Tui- j'étais certain de ta fidélité et c'est à elle que je extraordinaire. Mais le drame se dessine et le mystère commence. Sorti des Tuileries,"le leries. Vous entrerez par les cuisines pour ne me confie. serrurier rentra à Versailles, faisant le chemin pas inspirer des soupçons. Passant devant, accompagné de Durey, il à pied pendant la nuit. Il était malade ; mais il e serrurier, craignant de se compromettre conduisit Gamain dans un couloir qui faisait ne dit à personne la cause de cette maladie davantage aux yeux des jacobins de Versailles communiquer la chambre du roi avec celle subite. Un médecin de Versailles, M. de ameiqui le surveillaient, ne dit ni oui ni non et ne du dauphin. Durey éclairait avec une bougie. ran, et le chirurgien Voisin, qui soignèrent bougea pas. e lendemain, Durey revint et e souverain leva un panneau de la boiserie remit cette fois un billet de la main même du qui masquait un trou rond " d'à peu près Gamain, ont délivré des certificats qui, plus tard, ont disparu des archives. roi, dans lequel ouis XVI priait Gamain, deux pieds de diamètre, pratiqué dans le A quelle époque et par qui eut lieu cette en termes familiers, de venir le plus tôt qu'il mur ". suppression? O.n n'a pu l'établir. Sous la pourrait, pour lui donner un coup de main J'ai aménagé cette cachette pour cacher pour un travail difficile et pressé. e serrurier I des bijoux, de l'argent et quelques objets Restauration, a-t-on écrit. Rien ne le prouve, ce qui épaissit le mystère et permit des suppo- sitions qui ne s'appuient sur aucune preuve Mais suivons les événements. e 8 novembre 792, Gamain, complètement guéri, vient trouver le ministre de l'intérieur Roland et lui apprend l'existence de la fameuse armoire de fer. Roland se rend aux Tuileries, mais au lieu de placer sous scellés les dossiers que contenait la cachette, il les emporta chez lui dans deux serviettes de maroquin. Il est certain que Roland expurgea les papiers, qu'il enleva tout ce qui aurait pu compromettre la Gironde et, notamment, la correspondance de Barnave à la reine. Deux jours après, Roland informa la Convention de cet évérj^ment, et on nomma une commission de vingt et un membres. es pièces principales des documents recueillis étaient la correspondance de ouis XVI avec l'empereur d'autriche à qui il demandait aide et protection, et des lettres au roi d'angleterre dans le même sens. On retrouva aussi les lettres de Mirabeau, après que le grand orateur se fut engagé à soutenir la royauté. Toute la campagne de propagande royaliste dans les milieux révolutionnaires fut ainsi connue. Tout cela fut mis en œuvre dans le procès de ouis XVI et hâta sa condamnation. ouis XVI, ne sachant pas que la Convention possédait ces documents et songeant a-t-on dit à ne pas compromettre ceux qui l'avaient soutenu et servi, nia et protesta, ce qui, naturellement, se retourna contre lui. Q au tôle de Gamain, on s'est demandé pourquoi il avait commis cette dénonciation qui était une vilaine action, puisqu'il allait ainsi pousser à l'échafaud ouis XVI qui avait été toujours très bon pour lui, et avec qui il avait vécu dans une grande familiarité, durant les longues heures de travail dans la forge du château de Versailles. On n'a pu donner aucune explication. Dans tous les cas, le délateur ne réclama aucune récompense pour cet acte sans dignité. e seul motif plausible, c'est que les idées révolutionnaires devenant plus vives à Versailles où le serrurier jouait un petit rôle comme membre du Conseil général, il devait être suspect à cause des longues relations qu'on lui connaissait avec le roi. Pour garder sa réputation de bon révolutionnaire, il se décida à livrer son élève au bourreau, autant qu'il le pouvait, pour faire tomber toutes ces suspicions et garder sa réputation jacobine. Notons qu'à ce moment Gamain ne parlait nullement d'empoisonnement, ce qui aurait été une explication de son attitude déloyale. On comprendrait qu'il eût dit : " e roi a voulu m'empoisonner, je me vengé en racontant ce que je sais. " Mais, le 8 novembre 792, rien de pareil ; le serrurier garde le silence sur ce fait. Peut-être n'a-t-il pas encore inventé la fable invraisemblable dont il se servira plus tard. e 8 novembre 792, il dénonce, mais se tait sur les motifs qui le font agir, et ce ne fut que le 8 floréal, an II (27 avril 794), qu'il adressa une pétition à la Convention pour demander une pension comme victime de l'ancien roi, qui aurait tenté de l'empoisonner. " pour supprimer celui qui était dépositaire du secret de l'armoire de fer ". Il avait attendu que ouis XVI et MarieAntoinette fussent montés sur l'échafaud, pour invoquer ce grief contre lequel tout proteste. Gamain, d'ailleurs,, varie dans sa version et même dans son système insoutenable. Il ment d'un côté ou de l'autre. Tout d'abord, il affirma que lorsqu'il eut terminé son travail, le 2 mai 792, le roi lui présenta un verre de vin en lui disant : " Tu es tout en sueur, bois, tu l'as bien mérité ". Gamain aurait bu et, sorti des Tuileries, il serait tombé aux ChampsElysées en proie à d'affreuses brûlures intérieures. Un Anglais, qui passait par hasard en voiture à cette heure tardive, dans ce quartier désert, l'aurait ramassé, conduit chez un apothicaire de la rue du Bac qui lui aurait administré une potion et l'aurait ainsi sauvé. 'Anglais l'aurait ensuite ramené à Versailles. C'était sombre et machiné comme un mélodrame. a Convention adopta cette version, et sur un rapport de Musset, ancien curé de Falleron (Vendée), qui avait précisément épousé la fille d'un serrurier, elle accorda une pension : Art. I. François Gamain, empoisonné par ouis Capet, le 22 mai 792, jouira d'une pension annuelle et viagère de.200 livres, à compter du jour de l'empoisonnement. Quelques mois plus tard, Gamain change complètement de système ; ce n'est plus le roi, c'est la reine qui l'a empoisonné. UAND (ire la suite page 0, 4' colonne).

6 fillliui DlMÂNCH&IUSTRÉ miiiiiniiiiiiiimiiimiiuihiiiiiiuiiiiiiiiiiniimiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiniiiii ES E COIN PIERRE E sorcier hechait la tête, tirait sa barbe d'argent. Il réfléchit plusieurs minutes. Jacques attendait impatiemment. Enfin : Deux écus tout de suite, fit Manda Septantin, en serrant fortement, de ses doigts secs, le bras du jeune homme, et puis un boisseau de fèves... Après... la chose! Je sais comment ucette Bonnin sera ta femme. Ma femme!... Je sais comment ucette Bonnin pourra être la femme de Jacques Girondelle. Ma femme! Et quand nous marieronsnous? Bientôt... bientôt! Mais, d'abord, ce que je te demande, me le donnes-tu? Deux écus! c'est beaucoup. C'est tout ce que j'ai dans ma bourse. Je ne comptais t'en laisser, pour te payer de ton service, que la moitié! Tu ne seras donc jamais qu'une moitié d'amoureux! Et le vieillard montrait à Jacques l'échelle, dont l'extrémité s'accrochait à une forte racine, comme pour l'inviter à prendre congé, tous pourparlers étant rompus.. E njiiiiiii CHÊNE ADOUÉ /F Ce récit tragique d'un drame d'amour a été placé par Pierre adoué dans le cadre sublime de la grande forêt, pleine de clairs-obscurs et où les loups et la mort rôdent de compagnie, autour de leur victime, l'homme. dans les étoiles pour me faire devenir le mari de ucette Bonnin?... Tu ne connais donc pas Bruno Vernaire, plus haut que moi de dix pouces, Bruno, le plus fort gaillard du pays et de quatre lieues à la ronde? C'est ma honte et ma mort que tu manigances là, sorcier de _ Et ucette? Tu me promets que ucette, ensuite, sera ma femme? Imagine que tu balances toi-même entre deux filles, et que l'une des deux disparaisse un matin : est-ce que tu n'épouserais pas l'autre? Convaincu par les arguments du sorcier et nanti de la plante merveilleuse, le sabotier voulait sans plus attendre regagner les TroisMoulins, mais son hôte lui représenta que de mauvaises rencontres étaient à redouter, sous bois, à pareille heure, et le jeune homme accepta de passer le reste de la nuit sur la paillasse de Manda, qui ne dormit pas. oin d'avoir goûté lui-même un véritable repos, tant son esprit demeurait surexcité, Jacques déroula l'échelle de corde et descendit de la grotte dès que les oiseaux de la forêt eurent signalé l'aurore entre les branches. e sorcier lui adressa, d'en haut, un adieu de la main. Jacques reviendrait, dans quelques jours, apporter le boisseau de fèves, après la réussite de l'affaire : c'était convenu. Il s'enfonça rapidement, entre les rochers, dans les fougères que mouillait la rosée du matin, et bientôt il eut disparu. A * * D // secoua son bras prisonnier, fil craquer ses os dans un effort terrible. Il ne parvint qu'à accroître sa souffrance, à tel point que, près de défaillir, il tomba sur les genoux... cha de l'entrée de la grotte et, au clair de lune, fit luire les deux pièces. Puis il regarda les astres un long moment. Écoute-moi bien, dit-il, revenu à son visiteur et lui posant sur les épaules ses deux mains, afin de lui mieux faire pénétrer ses paroles dans l'esprit. Ecoute-moi bien, Jacques Girondelle, et ne t'écarte point des prescriptions de Manda Septantin, qui ht l'avenir dans les étoiles! e crois-tu, que je lis l'avenir dans les étoiles?... e crois-tu? Je l'ai toujours ouï dire et tout un chacun le répète aux Trois-Moulins, fit Jacques, soudainement intimidé. Bien parlé. Connais-tu le Val-Cranioux? C'était un endroit perdu, un des fonds les plus sauvages de la grande forêt, à une lieue de la grotte de Manda et à deux de toute autre habitation. Oui, j'y suis allé une fois... On y voit de beaux hêtres. Et de beaux chênes. A cent pas de la source, dans l'herbe, il y a un grand tronc de rouvre, abattu depuis plusieurs années, et qui paraît avoir été oublié par les bûcherons. Un coin rouillé est resté enfoncé dedans. Jacques Girondelle, tu vas emmener auprès de cet arbre Bruno Vernaire, et tu lui diras ceci : Mon camarade, puisque ucette Bonnin ne se résout point à prendre l'un de nous deux pour mari, décidons qui le sera par le moyen d'un jugement de Dieu. Eprouvons nos forces. Celui qui, de ses seules mains, sans le secours d'aucun outil, arrachera ce coin de ce tronc, sera vainqueur : il jdourra épouser la belle en tranquillité, car l'autre quittera le pays et plus jamais n'y reviendra! Traître! interrompit Jacques Girondelle en se levant de son escabeau. C'est ainsi que tu te moques de moi et que tu me voles mon argent! Voilà le beau moyen que tu as trouvé E 26 JUIET 925 D'ACTION DANS des Ardennes. MandaSeptantin, le sorcier, venait de retirer l'échelle de corde par laquelle il accédait à la grotte qui lui servait de maison ; il avait poussé la cheville de bois derrière la claie qui constituait la porte et s'apprêtait à dormir quand il entendit un appel. A gauche, dans les profondeurs du bois, des chouettes ululaient. En face, entre les rochers.-qui formaient, à dix pieds au-dessous de la grotte, un entablement large de vingt et Allons... Un écu! fit le jeune homme. surplombant un précipice, les yeux perçants du Tu marchandes? C'est que tu ne tiens vieillard distinguèrent, dans un rayon de lune, une forme mouvante. Un homme approchait, pas à ucette!... Jacques soupira et jeta vivement sa bourse tâtant du bâton les blocs de granit que contournait l'étroit sentier. Bientôt une voix de cuir sur le billot qui servait de table. Manda s'éleva, implorante, mais contenue, comme si Septantin desserra posément le cordon, s'approelle eût craint d'être entendue de trop loin : Manda!... Manda Septantin!... Qui va là? Déroule ton échelle et descends! H faut qu'on te parle tout de suite! Qui es-tu? Jacques Girondelle, des Trois-Moulins. e sabotier? Oui. Viens çà, Manda Septantin! Ce que j'ai à te dire est sérieux. e bois n'est point sûr, la nuit : les bêtes rôdent. Il fait meilleur ici qu'en bas. Pourras-tu grimper? Oui. Dépêche-toi!... '. 'échelle tomba. e visiteur, un jeune homme, gravit agilement les barreaux et pénétra dans la grotte en se courbant. Je n'ai pas de chandelle, dit le vieillard. N'importe! Pas besoin d'y voir pour causer! Que veux-tu de moi? Ton conseil et ton secours... On dit que tu peux des choses... J'ai un ennui, une peine. Peut-être saurais-tu m'en tirer? Je te donnerai... Nous ferons marché tout à l'heure.on paie selon le travail. Dis-moi ton-souci! Jacques s'assit sur l'escabeau unique. Manda resta debout. Dehors, les chouettes ululaient toujours. Il y a, aux Trois-Moulins, commença le jeune homme, une fille qui a nom ucette Bonnin. De son état, elle est couturière. Des cheveux noirs et les yeux bleus... Sais-tu cela, Manda Septantin? e sorcier ne répondit que par un grognement. Je l'aime! continua Jacques d'une voix sourde. Mais... à l'aimer, nous sommes deux. Il y a aussi Bruno Vernaire, le bûcheron. e grand Bruno... Nous aimons ucette depuis plus d'un an. Elle le sait. Pourquoi fautil qu'elle ne se décide point à choisir entre nous, l'un ou l'autre? Elle fait la coquette. Chaque fois que je la presse de me dire oui, à moi, elle me répond " qu'on a bien le temps d'être en ménage ", qu'il faut d'abord " voir un peu ", et qu'on verra à la saison prochaine! Tantôt, je crois que ucette m aime et tantôt qu'elle se moque de moi. Parfois, le dimanche, au sortir de la messe, elle me sourit, et puis, aux vêpres, elle se détourne! Enfin, je suis trop malheureux. Il faut que cela finisse. Ma patience est usée. Il faut que la belle se décide. Si c'est Bruno qu'elle préfère, qu'elle le dise!... Est-ce qu'il n'y aurait pas un moyen de l'obliger à choisir? Connaîtrais-tu ce moyen, Manda? Voilà ce que je veux de toi. J'ai tout dit. iiiiiiiiiiiirtniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiniiiiiiiiiniiiniinninmiiiiiiiiiiniiiiiiiiii CONTES par A nuit était descendue sur la forêt g malheur! Tiens, rends-moi plutôt ma bourse et laisse-moi m'en retourner chez nous! Nenni! fit le vieillard d'une voix lente. Il te faut calmer, Jacques, et te rappeler ce que tu as ouï raconter de Manda Septantin dans les hameaux. Tes paroles sont inconsidérées, et je te les pardonne à cause de ta jeunesse. Ecoute-moi jusqu'à la fin... T'ai-je dit que je possède une plante qui rend le plus chétif capable de soulever les rochers? T'ai-je dit que les paroles que je prononcerai de loin, dans le temps même qu'aura lieu l'épreuve à quoi je t'engage, réduiront à rien la force de Bruno Vernaire?... T'ai-je dit cela? Non... non!... Bien sûr que, si c est ainsi... Fais excuse, Manda... Je ne savais point! balbutia Jacques, apaisé, en se rasseyant sur l'escabeau. 'herbe que je te donnerai, reprit le vieillard, tu t'en frotteras les bras, après en avoir mâché les feuilles, et tu garderas précieusement les tiges dans ta poche... A présent,dis-moi quand, Bruno et toi, vous vous rendrez au Val-Cranioux, à seule fin que je puisse dire les paroles en temps voulu. Dès demain! Je voudrais y aller demain! Demain, donc. A l'heure où la lune se lèye... Oui. e matin, j'irai trouver Bruno pour lui proposer la chose. Mais... s'il allait refuser? Il ne refusera pas. Il connaît le poids de ses bras! Tu as raison... Mais... lu m assures bien, Manda, que cette herbe me rendra plus fort que lui, plus fort que Bruno Vernaire?.:. Aussi vrai que la lune est en son plein et que l'oiseau de nuit pleure là-bas! Et si Bruno, après, ne voulait pas quitter le pays?.. S'il avait cette malice-là, je saurais encore le moyen de l'obliger à se montrer loyal! ANS la clairière transformée en chantier, Bruno Vernaire, armé de sa bonne cognée, entamait un chêne. Han! Han!... l'arbre résonnait et frémissait de toutes ses fibres. Des éclats de - bois durs comme des silex volaient autour du travailleur. a cognée docile décrivait un cercle brillant et venait s'appliquer exactement, à chaque coup, dans l'entaille agrandie. A voir ainsi besogner ce grand garçon si vigoureux et si adroit, -quelle fille n'eût senti pour lui de l'amour dans son cœur?... Mais, à cette heure matinale, ucette Bonnin ne songeait pas à courir les futaies pour y contempler les bûcherons. Devant son miroir, sans doute lissait-elle à présent ses bandeaux noirs, ou ajustait-elle sa guimpe avant de prendre son aiguille... C'est ainsi du moins que Bruno se la représentait, ayant interrompu, pour souffler un moment, le fier jeu de son outil, lorsque Jacques Girondelle déboucha par le sentier qui venait du village... Holà, Bruno, te voilà aux prises avec un rude compagnon, fit-il, goguenard, en mesurant le chêne de la racine aux hautes branches. Penses-tu le mettre par terre avant ce soir? Avant midi, lui et puis un autre! A moins que le manche de ma cognée ne me reste dans les mains, ce qui m'étonnerait, car il est de bon hêtre et bien durci au feu... Et que fais-tu si matin par ici, mon camarade? Cherches-tu des morilles, ou n'as-tu plus de bois sec pour tes sabots? Ainsi les deux jeunes gens s'abordaient-ils, en toute occasion, sur un ton de plaisanterie aigre-douce, à cause de ucette Bonnin. Apparemment, ils se faisaient bon visage. Au fond, ils se détestaient. Je suis venu, Bruno, parce que j'ai à te parler... à te parler franc. C'est bon. Je t'écouterai de même. Bruno s'appuya sur sa cognée et attendit que son rival commençât. Jacques parlait bien quand il voulait. Il n'eut pas de peine à convaincre Bruno de la nécessité qu il y avait d'obtenir de ucette qu'elle optât enfin pour l'un ou pour l'autre de ses poursuivants. En vérité, le manège de la. coquette durait depuis trop longtemps. On commençait à rire dans le pays des amoureux soumis de la sorte au jeu de la balançoire. Il fallait forcer son choix et décider pour elle, sans attendre son caprice, lequel des deux la mènerait devant le curé... Pour ce faire, Jacques avait un moyen... Et il décliqua tout d'une haleine, devant Bruno ébahi, le projet que lui avait soufflé Manda Septantin, dont il se garda bien, naturellement, de prononcer le nom. Quand il eut fini, Bruno s'exclama : N'as-tu pas la cervelle brouillée, ami Jacques, ou veux-tu qu'on se gausse de toi dans tout le canton? Pour être départagés de cette sorte, m'est avis qu'il nous faudrait à peu près force égale!... Veux-tu regarder tes bras auprès des miens? Et Bruno, relevant la manche de sa chemise jusqu'à l'épaule, découvrait de formidables bosses. Jacques n'eut garde d'imiter ce geste, encore qu'il y fût invité par le regard moqueur de l'autre. Il mit, au contraire, ses mains derrière son dos, et reprit sur un ton tranquille :

7 »,' E 26 JUIET IIIIIIIIIIIIIIIIIIIItlIllillIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIllMlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllt Tout le monde sait bien que tu es plus grand et mieux corporé que moi, Bruno. Je ne suis pas assez aveugle pour ne pas m'en être aperçu. Mais un jugement de Dieu est un jugement de Dieu, et la grosseur des bras n'est pas tout!... Je pense, moi, que nous sommes de taille à nous mesurer... J'ai bien réfléchi, et je tiens à mon idée. Tu connais ma proposition : acceptes-tu, oui ou non? Bruno, avec plus d'honnêteté c ue de méfiance, se récria encore que la partie n était pas égale, qu il était, lui, bien sûr de gagner, et que Jacques n'avait point, ce matin, tout son bon sens. Jacques secouait la tête et ne démordait pas. Tant et si bien qu'à la fin Bruno, perdant patience et jugeant que ce sabotier avait besoin d'une leçon, lui jeta à la face cette question : Tu le veux? Oui. Dans la manière que tu viens de dire? Oui. Eh bien, tope-là! Ils se frappèrent dans la main et s'occupèrent aussitôt de régler, sans témoins, les conditions de cé duel d'un nouveau genre. Quand irons-nous là-bas? demanda Bruno. Ce soir, si tu veux, au lever de la lune. Au lever de la lune, soit. Et qui commencera? Il faudra tirer. Oui, à la courte paille. Puis on essaiera d'ôter le coin, à tour de rôle, chacun par trois fois... - Quatre si tu veux. Et pendant combien de temps, chaque fois? e temps que l'autre mettra à compter dix. Ça te va? Oui-da! Au revoir donc. Reprends ta cognée, bûcheron! Et toi, retourne à Ion évidoir, sabotier!... Ce soir, au lever de la iune... Je t'attendrai au Vai-Cranioux. IIIIIIIIIIlillllllllllllllllillllIlllIIIIlIlIllilMUIIllllMIIIIIIIIIUIIIIIlMIlIIIIIllllIllIl de Jacques Girondelle la lui donnait, aujourd'hui, de sa main. A n'en pas douter, le sabotier était fou! Il courait au-devant de sa confusion! A moins que, se sentant perdu sans rémission dans le coeur de la jeune fille, il n'eût voulu pouvoir accuser le sort de sa défaite... Car Bruno était, Bruno serait le plus fort!... Il brandissait son bâton en de terribles moulinets, cassant les branchettes et faisant voler des bouquets de feuilles. Il ne sentait nulle fatigue appesantir son bras, qui pourtant avait manié la cognée tout le jour. Ah! la force de Bruno! A mesure que le bûcheron approchait du Val-Cranioux, le bois devenait plus épais et l'aspect des lieux plus sauvage. e sentier, par endroits, se perdait. Des blocs de granit affleuraient, auxquels le pied butait. Une odeur de pourriture montait des fonds humides où grouillaient des bêtes sans yeux. es ronces cachaient les troncs des arbres et des lianes unissaient les branches. tations qu'élevait Bruno à cause de son trop de précipitation à compter, Jacques commença une deuxième tentative. Il s'était mis, cette fois, à cheval sur le tronc, et il tâchait d'attirer d'abord vers lui le sommet du coin, pour le repousser ensuite dans le sens de la fente, et le faire enfin glisser au dehors. Il n'y parvint pas. Un coup de tonnerre couvrit la voix de Bruno qui achevait : Neuf... dix... Jacques së redressa. Ses jambes ployèrent sous effet d'une fatigue soudaine ou de la fureur. Il lui semblait qu'un serpent lui mordait le cœur. Il pensa au sorcier. e misérable Manda aurait-il menti? Où donc étaient la vertu de sa plante et la vertu de ses paroles, et qu'attendaient-elles pour se manifester? Mais déjà le rival détesté, prêt à tenter l'épreuve pour la seconde fois, enjoignait à Jacques de commencer à compter... A ce moment, de larges gouttes de pluie tombèrent A A A î en claquant sur les feuilles. Allons I cria Bruno. Finissons!... Il N grondement sourd, prolongé, encore faut rentrer I lointain, retentit. e tonnerre. Il s'était presque allongé dans l'herbe, le Bruno hâta le pas autant que le per- corps placé à angle droit avec le tronc d'arbre. mettait la difficulté du terrain. Il trouvait Ses pieds s'arc-boutèrent. II coiffa le coin de l'heure de l'épreuve assurément mal choisie. sa paume gauche et saisit solidement de sa Cet orage!... Mais fait-il jamais mauvais main droite le rebord de la fente béante. U A A -A C ETTE journée de juin, remarquent les anciens du pays qui racontent cette histoire, fut la plus chaude de toute l'année. Il semblait qu'on respirât dans le halo d'un incendie, ou à l'entrée d'une chambre à four. Mais ce n'était pas seulement la pesanteur de l'orage " en route " qui travaillait ainsi les nerfs de Jacques et lui brûlait le sang. a fièvre. Il avait la fièvre... A mesure que les heures de l'après-midi passaient, son excitation augmentait. Enfermé dans sa boutique, il tournait et retournait entre ses doigts la plante magique donnée par Manda Septantin. Elle ressemblait à une herbe ordinaire, à la sauge ou à la menthe. Etait-ce vraiment à ces pauvres feuilles toutes menues, fripées et fanées que Jacques devrait, ce soir, sa victoire? Mais le sorcier dirait aussi des paroles!... Ah oui... les paroles!... 'ombre du clocher toucha enfin le puits. e soleil, voilé par moments, déclinait lentement, trop lentement... orsqu'il crut l'heure venue, le sabotier, qui n'avait oublié aucune des prescriptions de Manda, mâcha avec soin les feuilles amères de la plante, oignit énergiquement ses deux bras et mit au fond de sa poche les parcelles qui restaient, en ayant soin de n'en perdre aucune. Après quoi, il se munit d'un gros bâton et sortit dans le jardin tout embaumé de l'odeur des lis. Par une porte à claire-voie, toujours ouverte sous les noisetiers et les pruniers sauvages, Jacques Girondelle gagna, sans être aperçu de quiconque, d'abcrd le chemin couvert, puis les premiers taillis de la forêt, dans laquelle il s'enfonça par une haie qu'il connaissait. es rayons du soleil couchant s'insinuaient obliquement, par intermittences, sous les feuillages, rougissant ici le tronc d'un sapin, là dorant l'écorce d'un bouleau, parfois révélant dans l'air de claires sarabandes de moucherons. Soudainement, une demi-obscurité noya la forêt. Jacques leva la tête et s'aperçut, autant que le lui permettait l'entre-croisement des branches, que de noires nuées voguaient làhaut. Un long souffle passa. 'orage vient, se dit le jeune homme. Tant pis!... Marchons! Il fallait marcher. es nuages d'orage n'empêcheraient pas la lune de se lever, tout à l'heure... Alors, Manda dirait les paroles. Et il était nécessaire que l'épreuve eût lieu dans le même temps, afin que leur vertu, en laquelle Jacques avait foi, pour tout dire, plus qu'en la plante aux feuilles amères, fût agissante. Jacques, marchait donc, tenaillé seulement par une crainte, celle que Bruno ne vînt pas... Mais Bruno avait promis d'être au ValCranioux au crépuscule, il y serait!... Par le même chemin que suivait Jacques, join derrière lui, le bûcheron se hâtait vers îe lieu du rendez-vous. Il chantonnait. Il pensait à ucette et déjà la voyait dans leur ménage, au foyer ou sur le seuil, brune et souriant de sa bouche rouge. En vérité, il l'aurait, ucette! C'est comme si ce gringalet Ayant amené Jacques à l'emplacement qu'il crut propice, il le souleva de terre et le jeta dans le vide. Mais Jacques s'était agrippé à la longue barbe du sorcier. temps un jour de victoire? Au Val-Cranioux Jacques attendait, assis sur le tronc du chêne. Au moment où Bruno parut, un éclair illumina la clairière. Dépêchons-nous, dit le sabotier nerveusement. e feu du ciel est sur nous! Un coup de tonnerre accompagna la fin de sa phrase. Bruno examina le chêne, dans lequel un gros coin rouillé s'enfonçait, puis il arracha un brin de jonc, le coupa en deux tronçons inégaux qu'il brouilla dans ses mains derrière son dos : e plus court commence, dit-il. Quelle main choisis-tu? a gauche. C'est à toi! Jacques se rua sur le tronc, de l'arbre. Agenouillé dans l'herbe, il saisit à deux mains la partie saillante du coin de fer et banda ses muscles. e coin ne broncha pas. Bruno comptait :... Deux, trois, quatre... Furieusement, Jacques s'efforçait, les genoux écartés, la tête courbée entre ses épaules arrondies. En vain. Huit, neuf... Debout! A mon tour! cria Bruno. 'orage se rapprochait : tous les échos du bois s'affolaient aux fracas célestes. Bruno monta sur le tronc et, le corps ployé, manifesta l'intention d'arracher le coin en le tirant verticalement, après l'avoir ébranlé de gauche à droite par de petites secousses. Mais le temps qu'il lui fallut pour placer convenablement ses larges mains autour de la tête du coin et pour préparer à l'effort tous ses muscles, suffit à Jacques, dont la voix haletait, pour atteindre le chiffre dix. En suite de quoi, sans entendre les protes- Puis tous ses muscles entrèrent en jeu à la fois. Jacques, penché sur lui, l'œil fou, articulait en saccadant : "... Cinq... six... " lorsque le grand corps de Bruno se replia tout à coup comme un ressort qui se tend... Un cri monta, cri de triomphe, cri de douleur : le coin était hors, mais les quatre doigts de la main droite du vainqueur restaient pris dans la fente refermée, broyés jusqu'à la paume par le resserrement des fibres du bois. Au secours!... Jacques!... es gouttes "de pluie crépitaient et le tonnerre roulait continûment. Bruno se retourna, la face crispée : Jacques!... e coin!... Remets le coin, vite!... a voix du supplicié se perdit dans le bruit de l'orage. Ses yeux scrutèrent autour de lui la clairière. Et ses yeux ne virent pas Jacques. Jacques n'était plus là... Mû par sa colère et par une joie atcoce, Jacques avait pris la fuite vers le village, abandonnant son rival à l'épouvantable torture... Quand il eut compris qu'il restait seul, Bruno Vernaire ramassa le coin, le replaça dans la fente et tenta de l'enfoncer. Mais, de sa seule main gauche, comment l'eût-il pu faire? Vainement, il se meurtrit le poing. Vainement, de son bâton, il essaya de frapper. a fente ne se rouvrit pas. Alors, le malheureux- se mit à pousser des hurlements. Mais qui l'entendait? e village était loin et le fracas de l'orage redoublait... Il secoua son bras prisonnier, fit craquer ses os dans un effort terrible. Il ne parvint qu'à accroître sa souffrance, à tel point que, près de défaillir, il tomba sur les genoux... Enfin, une idée le hanta : Mon couteau... mon couteau'!... Pour se dégager, Bruno ne voyait plus qu'un seul moyen : se couper les doigts au ras de la DIMiiNCHE-IUSTRÉ "»"' paume... II courrait ensuite à la fontaine baigner son moignon dans l'eau fraîche et reviendrait au village quand il aurait fait une ligature à son poignet pour arrêter le flux du sang. De sa main libre il explora ses poches, atteignit le couteau, le retira, l'ouvrit et commença l'affreuse besogne. Mais quand la lame toucha l'os et ne voulut plus mordre, Bruno sentit ses muscles se détendre. Toute sa belle force, soudain, s'anéantit. Il s'évanouit. Son front heurta le tronc du chêne... A * A E lendemain matin, tout le village des Trois-Moulins apprit la " disparition " de Bruno Vernaire. Ses parents, qu'il avait quittés sur le soir, en leur disant qu'il allait poser un collet, l'avaient attendu toute la nuit dans les transes. Maître e uquet, pour le compte de qui Bruno travaillait, et qui était venu s'enquérir de lui, ne le voyant point arriver au chantier à l'heure accoutumée, proposa de battre le bois. e pauvré garçon avait sans doute été frappé de la foudre. Car comment supposer qu'il se tût égaré, surpris par la nuit, dans la forêt?... Bruno la connaissait, la forêt, assez bien pour s'y diriger en pleines ténèbres! Peut -être, suggéra la mère, qui ne voulait point croire encore à un accident, peut-être qu'il est allé à l'affût d'un sanglier? e fusil est au clou! remarqua le père. Quoi qu'il en soit, il faut le chercher! dit maître e uquet. Je vas prévenir les compagnons! Bientôt, une petite troupe fut assemblée i une douzaine d'hommes et de jeunes gens, accompagnés de cinq ou six chiens et l'on se dirigea vers la sortie du village. Comme on passait devant la boutique de Jacques Girondelle, un des garçons heurta à la vitre : Hé, sabotier!... Viens avec nous! Qu'est-ce qu'il y a donc? demanda Jacques, paraissant sur le seuil, de menus copeaux de hêtre dans ses cheveux ébouriffés. Comment? Tu ne sais pas que Bruno Vernaire, ton ami Bruno, a disparu cette nuitée? On va le chercher par le bois. Il faut que tu viennes aussi! Mais... c'est que... s II n'y a pas de mais. Nous ne serons jamais trop! En route!" Jacques dut, bon gré, mal gré, suivre le groupe. On remarqua son teint pâle, ses mains çjui tremblaient, et l'on pensa que c'était I annonce brutale de la disparition de Bruno le prétendant favori, disaient les uns, de ucette Bonnin qui l'avait jeté dans cet émoi. Hommes et chiens entrèrent en forêt. e uquet dirigeait la troupe, qui, dispersée, mais gardant liaison au moyen de cris convenus, se rassemblait de temps à autre, aux points fixés, dans les clairières. On marcha longtemps. es soleil était déjà haut. es parfums silvestres montaient, développés par la pluie de la nuit, entêtants. a chaleur pesait. Onze heures approchaient. Il faut revenir, dit e uquet, quand les hommes se furent, pour la cinquième fois, réunis. Nous sommes loin : nous allons tourner bride. Par la gauche ou par la droite? Prenons par le Val-Cranioux! lança Jacques d'une voix qu'il eût voulu raffermir. En route, les amis! Et qu'on se retrouve tous à la fontaine! Jacques disparut sous bois, comme les autres. Mais bientôt ses jambes se raidirent. II lui semblait que lianes et ronces, enchevêtrées autour de ses 'pieds, leur donnaient le poids du plomb. a sueur ruisselait de ses tempes. Allons! murmura-t-il, allons! Faut voir, pourtant! Faut voir!... Et il se fit violence pour continuer d'avancer. es appels des hommes se répondaient régulièrement dans le taillis et les échos répétaient : " Ho... hé!... hé... hé!... " Parfois, la voix des chiens se mêlait, rauque ou perçante, à ces clameurs. Une demi-heure encore passa, et puis parvint soudain un aboiement étrange, long, déchirant, sinistre... Peu après monta la voix de maître e uquet, amplifiée par les résonances de endroit : Par ici! Holà! Camarades!... Holà!... Ah!... Et ce dernier ah se prolongeait en une sorte de plainte effarée. Jacques Girondelle bondit en avant. Sans souci des branches qui lui griffaient le visage et les mains, il allait, maintenant, il allait vers le Val-Cranioux. Bientôt, il distingua la clairière... Quelques pas encore... Il écarta les derniers buissons... Il courut. Autour du tronc couché dans l'herbe, les hommes des Trois-Moulins contemplaient, avec des gestes d'horreur, d'informes débris, des os roses, sortant, décharnés, de lambeaux de vêtements, un crâne scalpé, sans visage, et (ire la suite page 4, 3e colonne).

8 DIMANCHE-IUSTRÉ iiiiiiiiiiiiiiiu"""»»»'"»""»»"'»»»' Copyright par Dimanche-Illustré, Chicago Tribun*»»»» iiiifînumàiuiiiii 8 iiiiiiiiiiiiiiiiimiimiiimiiiiiiiinini"»'»»'»'»»''"» "»' """^"" """""" POUR E

9 S ENFANTS «iiuiiiiumiiiiuiiiiiniiiu iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiii 'jwmï.pt-rc CH\QUE.(JE. ^ NE POURRAI VOub RÉCOM MÊ- VOu"? E-, //*MONÎ>lE.URl ME-RiTEZ POUR VOTRE- DE V0UE-MENT E-T VOTRE ADREV)E VOUb ÉTE5 f(?(?p g>oh j C'E-^T PUU^> A RETROUVER MON NEVEu N&SToR ENATTEHPAHT QU'I N'EN FAUT Au PÈRE VH PETIT CHÈQUE 0E2 FRANC*? - vou«> H" EN flv CHIGJuE < PA<3 A^QE-t. i PITEt> E KO CO^ -VOICI 9 VOUS ÊTES UN e>rav. COtuR! SI VOUS PERIREZ. UN NAVlRE À V/Oub, JE- VOUb 'OFFRE I.OO00O 5 /E. mu niiii i, iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin m i n JE- N'EN DE-fiANOE- PA«T TANT! UHtPETlTE. MARQUE pp. PECHfS M.E SUFFIRAIT. MAIb OUI, MAl'b OUI J'V PENSE PÈRE CHIQUÉ-, N'AYE.2. CRAINTE.. /COMME- VOu'? f tre-i I ^EAU, H CAVAIER C-.. MONSIEUR ; j VIE.N5 PE FAIRE UNE-PROME-NA-PE- A CHEVA. QUE o-el-bt ^ON, -ri-fou _NESToK '! »" ^HE.uREUÏ>EME.NTNJ QUE vou-p NA^EZ. ' PAS UN AUTRENE-UE-U À RE-TROU -I ver, MONSIEUR i JE- NE-SAURAt ou METTRE- u'arcieh't 6?uE vaut? MENERIEZ-... ^/ MAIS» A NON 2?EN^'Eî>T E >RAV. CHINOIS TÊ-Fou QOi A TOUT FAIT ' OUEpEuouEMENT, POf R MOtOlE-UR NESTOR! I ME-RlTE P-Ui «ue MCI >A?Ék^pMPEH^f DIMANCHE-IUSTRÉ JE- ME- TIÉ-Nî? le-h EH SE-E, N'EST CE ^AS / PIRE ov iu ' H'YA'PA^ OUtNZ-E JOuR<i> VOuS PORMlE-Z>UR UN COCOTIER-, DANS UNE IE DÉSERTE»!?-:... «HÉ: BBOR^:.;.' I /OUI MAIS» CE. CAU /CHEM-AR EST FINI. J'AI RE-4-u T?tV? Houv/Êi.t-S r> PAPA HT r-vanan/l'b ÉTAIENT Tf?ÈV INQUlE-TS-Ib ME >ÂU. RO.HT ^AMAl5 <?U( >' -t>t PA^SE. -KAMAH ' i th FERAIT MAAPE.! JE- ^Ùl^A HEuREu* Y X>E. VOUi?" I UE!> RATURER. HEuREUXl/ *Pul<b J'AI PEMAN PÉ A 'ONCE- EuR Al ÈCRiT PouR JE VOU^j ÊTES TRpp^ ÇoH! HEuREU^. JE >ERAl ï\ JE "Puit? VOl/î) SERVIR ENCORE. PROCTER. UNE >E.E RÉ.COMPEH3E four VOUS /^MOrTî>lEUK, C'EbT'HOH. <?ue JE. ViEHS» PE v<3u<,' PU> GH ERP /MON CHER TE.-FOu.CE P MNER N'E-iT RIEN.CE >lr DÊ N'É-ï>T QU'UN FAIE- TÉHO -VA"i/o.r«..QUE J'AI POUR F T 't> R D. UA \/OUb:.\rûUb /^~XpÉ>offMAtt> i* FA MI E As_l N CONTINUER oo^" -o PEVOVE- MENT. Copyright par Dimanche-Illustré, Chicago Tribun».

10 IHIIIIIII DIMANCHE-IUSTRE îiiiiiiitiiiiiiiiiimiiiiiiiiifiiif iiiimiiifmiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 0 IIIIIIIIIIIIIIMIIIIIEIIIIIH ii]ifi]ii[iiiiiiiiiiiiiiititiiiiiipitir>';ii<itiiiiiini)r.'ii JE VOUDRAIS BIEN SAVOIR... Cette rubrique est ouverte à tous nos lecteurs. Elle leur permettra de se tenir en contact constant avec leur journal, qui les renseignera volontiers sur tous les faits d'un intérêt général et d'ordre documentaire ou pratique. E 2b JUIET 925 iiuuiiiii GAMAIN, 'HOMME A 'ARMOIRE DE FER (Suite du texte de la page 5). " orsque j'allais me retirer, racontait-il, la reine entra tout à coup, elle tenait à la main une assiette chargée d'une brioche et d un verre de vin. " Mon cher Gamain, me dit-elle " d'une voix caressante, vous avez chaud. "Buvez ce verre de vin et mangez'ce gâteau, " cela vous soutiendra pour la route que vous, " allez faire. " Je bus le verre de vin à sa santé et mis la brioche dans ma poche... e reste de l'aventure n'était pas modifié, c était le même récit fantastique que lorsqu'il s'agissait du verre de vin offert par le roi. Quant à la brioche, une servante qui y avait goûté l'aurait trouvée amère et l'aurait jetée à un chien qui en serait mort. Comme l'a écrit ouis Blanc : Il y a une contradiction qui, à elle seule, suffirait à anéantir le témoignage de Gamain s'il n'était démenti, du reste, et anéanti par une démonstration morale presque plus décisive que toute preuve matérielle. Qui, de nos jours, pourrait s arrêter une seule seconde à l'idée que, soit ouis XVI, soit Marie-Antoinette aient été capables d'un tel attentat? " e bibliophile Jacob, qui a fait une étude spéciale de cette question, qui. a pu entendre des témoins qui avaient connu Gamain, a tracé, d'après eux, le portrait du serrurier à la fin de sa vie : " Il montrait ses infirmités, son tic nerveux qui le défigurait, sa main droite entièrement paralysée, une de ses jambes tordue. " Ce ne sont évidemment pas là les suites d'une tentative d'empoisonnement. Il mourut en 800; il avait cinquante-huit ans. Ceux qui l'avaient connu le tenaient à distance ; personne ne voulait comprendre que cet ancien compagnon des travaux du roi t'ait dénoncé, après en avoir reçu des bienfaits. invention d'un empoisonnement venant dix-sept mois après cette dénonciation, pour couvrir, par une prétendue vengeance, un acte qui répugne à la loyauté, peut être mise seulement sur le compte des excitations de ces temps troublés, où beaucoup perdirent les notions de cette loyauté qui est le fond du caractère français: C'est un cas de ce que peut produire ce que ouis Blanc a appelé : " e délire des passions politiques. " Quels sont les nageurs qui ont réussi à la pipe de la paix, le symbolique et divin Fourneyron, que l'on doit les appareils traverser la Manche? accessoire que fabriqua Gitche Manito, le modernes. Fourneyron, en effet, crée, en I i32, Maître de la Vie, le Maître de la Terre, et qu'il les premières turbines industrielles et atteint, [NE nageuse américaine remarquable. Miss fuma devant les peuples innombrables, les propresque du premier coup, un rendement de Harrisson, vient de tenter, sans succès, phètes et les guerriers, pour leur donner une 70 %. es ingénieurs français Fontaine et la traversée de la Manche à la nage. grande leçon de sagesse. Jouval imaginèrent, en 840 et 84, un autre Une autre, Miss Gertrude Ederlé voudrait aussi type de turbines. Enfin, Girard inventa, de ajouter son nom à la liste, peu longue, des * * *' 85 à 868, la turbine à action, dont le fonctionnageurs qui ont réussi le rude exploit. Cette nement ressemble à celui d une roue de moulin. liste ne comprend, en effet, que cinq noms : Depuis quand on réprime la mendicité? Comme on le voit, si les turbines à grande capitaine Webb, qui réussit, le premier, le puissance sont relativement modernes, l'utiéjà sous saint ouis, la loi s'occupait de 24 août 875, et dont on contesta longuement lisation de la force de l'eau remonte à longla mendicité, beaucoup plus pour la la performance : il mit 2 h. 45 pour traverser temps déjà, et on peut dire que les ingénieurs réprimer que pour la secourir. de Douvres à Calais; Burgess, en 9, mit En 350, les oisifs et les mendiants, pris pour français eurent une large part dans le déve23 h. 40 pour venir d'angleterre en France par loppement de ces machines. le Channel ; Sullivan, en 923, mit 27 h. 23 la première fois, étaient mis en prison, au pain et à l'eau ; pour la seconde, au pilori ; pour la pour faire le même parcours que Webb et, sept jours après, Tiraboschi mettait 6 h. 23 troisième, on les marquait sur le front, au fer temps record pour atteindre Douvres. rouge. Cette terrible législation existait en Angle- Quand on a commencé d'arroser les Moins d'un mois plus tard, Charles Toth terre, sous les règnes de Henri VII et de rues? réussissait en 6 h. 54. Henri VIII, avec l'aggravation de l'esclavage. A' A * ARROSAGE des rues, pour éteindre la pousil fallait que le paupérisme causât de grands sière, est beaucoup plus ancien qu'on ne maux et inspirât de terribles craintes, pour Pourquoi l'on dit : " Il faut l'aller cher- que des chrétiens fervents traitassent la paule croît généralement. En effet, on le cher avec la croix et la bannière "? vreté avec autant de sévérité qu'un crime. trouve prescrit, à Paris, dès le 2 juillet 473, Pourtant, le mal ne fit que s'accroître, et, sous mais il paraît que l'on ne tint pas la main à EA se dit d'une personne qui se fait ouis XIV, en dépit de tous les édits rendus l'exécution de l'ordonnance. Plus tard, le attendre, et cette façon de parler est par ses prédécesseurs, pour entraver les progrès 4 avril 524, ordre fut donné aux habitants fondée sur un ancien usage, observé du paupérisme, quarante mille mendiants des maisons bâties sur les ponts, d'arroser le dans quelques chapitres, notamment dans firent éditer, à Paris, jusqu'à huit émeutes en sol durant l'été. Cette dernière mesure existait celui des chanoines de Baveux. orsqu'un de une seule année. encore en 538. A partir de cette époque, ces ecclésiastiques ne se rendait pas aux vigiles, l'arrosage fut abandonné et il ne reparut appelées depuis matines, qu'on chantait dans la qu'en 649, où le cardinal Mazarin le rétablit nuit, quelques-uns de ses confrères étaient pour la promenade dite Cours-la-Reine. I! fut députés vers lui, processionnellement, avec la A quelle époque remonte l'enregistre- ensuite peu à peu étendu aux autres promecroix et la bannière, comme pour faire répri- ment? nades, ainsi qu'aux principales rues. mande à sa paresse. Cet usage existait encore en 640. 'ENREGISTREMENT des actes royaux ou ife ;ft jfe impériaux est de toute antiquité. e 3o premier diplôme que l'on connaisse, Quelles furent tes premières "Nouvelles qui est de l'empereur Galba, successeur de Ce qu'est le calumet de la paix? Néron, marque expressément, à la fin, qu'il à la main "? a été enregistré et homologué au Capitale. JEAN-BERNARD. N nomme calumet (de calamusï roseau), ADAME DOUBET DE PERSAN, femme de e mot " enregistrer " se trouve dans le la grande pipe à long tuyau (70 centilettres, née, à Paris, en 687, morte en mètres environ), qui était particuliè- manuscrit de " la vie de saint ouis. 77, avait ouvert un salon dans le C'est la première fois qu'il en est fait men- cloître des Filles-Saint-Thomas, qu'on appelait rement en usage chez les Indiens de l'amérique du Nord et qui avait pour eux une valeur tion dans nos archives, et il était alors très la Paroisse, et que fréquentaient des gens symbolique. e plus souvent, ce symbole était nouveau. d'esprit, dont Voisenon et Bachaumont, et où de paix. es Indiens l'offraient à leurs amis, l'on faisait assaut de médisance. Mrae Doublét jft Jo 2cj ' en signe d'alliance éternelle. e refuser, équiy resta quarante ans sans sortir et elle y centravalait à une déclaration d'hostilité. Quels sont les corps qui sont attirés par lisait tous les bruits, nouvelles et potins de la e calumet était aussi, quelquefois, employé capitale, qu'on lui apportait. Tout était inscrit l'aimant? comme emblème belliqueux. Calumet de paix sur deux registres : sur un, ce qu'elle croyait et calumet de guerre se distinguaient par leur OUS les corps, placés dans un champ faux et sur l'autre, ce qu'elle tenait pour vrai. principale ornementation. e premier était orné magnétique, prennent une aimantation Quiconque arrivait chez elle, devait lire les de cheveux nattés avec soin et de plumes vertes, propre, dont la grandeur et le sens deux registres et réfuter ou compléter ce qui rouges ou bleues. e second n'était pas décoré dépendent de leur nature. Mais tous les corps s'y trouvait. Après ce premier contrôle, les de plumes et l'intervalle qui séparait les nattes ne sont pas attirés par l'aimant. C'est pour- nouvelles passaient sur une sorte de grand nm! de cheveux, était peint en rouge. quoi, on distingue deux catégories : les corps livre, tenu par le valet de chambre de M DouDans le Calumet de Paix, imité de ongfel- diamagnétiques non attirés, et les corps parama- cet, qui en tirait, à son profit, des copies, low, Baudelaire a décrit la " pipe superbe ", gnétiques qui sont attirés. Il est, d'ailleurs, à bientôt répandues sous le nom de Nouvelles remarquer que ces derniers sont peu nom- à la main. a séduction naturelle breux. Ce sont : le fer, le nickel et le cobalt. & A * Bien entendu, les composés de ces métaux de la femme Ne voyagez pas sans vous munir possèdent la même propriété. Par exemple, Quand furent construits les premiers de la CASCARINE EPRINCE l'acier, composé carboné du fer, est attiré par est souvent compromise par la transpiration. l 'aimant.on utilise, d'ailleurs, cette propriété de pianos? Pour la prévenir efficacement, la supprimer, en Seul AXATIF universellement orl'aimant pour séparer les corps divers qui se neutraliser l'odeur, faites, Mesdames, des applicae donné. Évite causes et conséquences U commencement du XVIII siècle, afin trouvent dans les limailles composées de fer, de la CONSTIPATION, sans dérande faire disparaître le son grêle et désa- tions régulières de la merveilleuse eau de toilette I de bronze, de cuivre, d'acier, etc. Pour cela, gement. gréable du clavecin, l'on imagina de Toutes Pharmacies on fait circuler la limaille sur un tambour tournant, à l'intérieur duquel est placé un remplacer par de petits marteaux les sautereaux puissant aimant. Tandis que le fer, l'acier qui, dans ce dernier, servaient à mettre les qui protégera vos toilettes, vous gardera le restent attachés, le bronze, le cuivre tombent cordes en vibration. a première idée de ce charme impeccable, apanage de votre élégance perfectionnement appartient à Cristofali de dans un récipient prévu à cet effet. farine lactée et de votre beauté. Padoue, qui l'émit en 7, mais ne put la On sait qu'on utilise, en médecine, la proparfumfe et Majorante, la Crime ODO-JRO-NO réaliser. C'est en 750. que Godefroy Silberpriété de l'aimant pour extraire les corps méconvient aux transpirations légères. talliques du corps humain, surtout ceux qui, mann, fabricant d'orgues à Freyberg, en Saxe, à base de bon lait suisse En France: Dans toutes les Pharmacies, Parfumeries,MagaaSattll réussit à vaincre toutes les difficultés, et c'est par accident, se piquent dans les yeux. aliment idéal des enfants Avenue Je l'opéra, Paria. oouveauté, ou à l'agence Américaine de ce moment que le piano fut acquis à l'art Etroi hui e ".Sfiiui a -tonner ei flacon f contre remboursent ou mandat-poste de 4 fr. 5Q aux tin'anu" et écliiint musical. es premiers pianos furent à queue, Pour Smhtet à GENÈVE, env Rr.iiuf'pmeiit Nestlé, 6, av pori.lis, Paila (t«c'est-à-dire triangulaires comme les clavecins. De quand date l'utilisation de la force En 752, Fiiednch imagina la forme carrée. Après l'allemagne, l'angleterre s'occupa, la de l'eau dans les machinés? première, de la fabrication des pianos et ses CHEMINS DE FER DE PARIS A ORÉANS Circuit automobile du Mont-Dore facteurs eurent, pendant longtemps, le monon France, de nombreuses machines exisaux Gorges du Tarn, l ouage en six journées. pole du marché français. AXATIF - DÉPURÂT?!? taient déjà au XVIII siècle, et l'ouvrage Départ, tous les samedis, du Mont-Dore, du Bélidor, paru de 737 à 753, 0.juillet au 5 septembre 925. MERVEIEUX Z' COHSTIPSC montredu lagénéral situation à cette époque. Un peu l'r jour (départ à 0 heures). e Mont(R. C. Pontoise548). 3 fr. l'étui dans les rir'j Dore, Col de Dyane, ae Chambon, Murols, plus tard, en 89, Navier apporte les correci._, FQ-ji 3ïj et OV. Vh> " à EEIÎOHT(Seinc-ot-dip»V Si l'on a toujours paginé les livres? Bcsse-cn-Chandesse, ac Pavin, Condat-en-Fer tions indispensable; à l'ouvrage précédant. mers,c'heylade, Pas-de-Pcyrol (Puy-Mary), Dicnne, J fi m>t,f.,'uiiitiiiiulliiiimiiiimmimmuiliiiumiiilitiiminiiq, Parmi 'es machines citées par Bélidor, il faut " ^ A pagination fait défaut dans les premiers Murât. 2«jour (départ à 8 heures). Murât, ementionner la fameuse machine de Marly, près produits de la typographie. On laissait ioran, Vic-sur-Cèrc. E JAMBON Paris, installée au XVII siècle par le Belge aux acheteurs le soin de chiffrer les pages S«jour (départ à 7 h. 30). Vic-sur-Ccre, Rennequin Sualem. es roues de moulins, de leurs livres. e plus ancien ouvrage où l'on Mur-de-Barrez, aguiolc, Aubrac, Marveiols, dont plusieurs ressemblent à des turbines, sont trouve la pagination est le Sermo ad populum Samte-Emmie, es Gorges du Tarn, e Roziér 4<= joui (départ à 9 heures). e Rozier, Esalors nombreuses chez nous : roues à cuillères pœdicabilis, opuscule in-4, publié à Cologne, palion, Estaing, Auriltac. en Provence et dans le Dauphiné ; roues à en 470, par Arnold Theroernen. Cet usage 5 jour (départ à 7 heures). Aurillae, Gouffre cuves du moulin de Basacle, à Toulouse. On fut adopté, peu après, par les autres impri- de adixac Roeamadour, Cirque de Montraient, s fe Ircuu c';ns ks lonces Maisons retrouve, dans ces deux genres de roues, le prin- meurs ; mais, dans le début, beaucoup se Carrenac, Bsetenoux, Saint-Céré, Aurillae xirsr a marque 0" jour (départ à 0 heures). Aufillac, Salera, cipe des turbines actuelles, à action et à contentaient de numéroter le recto de chaque balms, ter le jambon Mauriac, Bort (Orgues), a Tour d'auréaction. C'est à Burdin, professeur à l'ecole des feuille, et ce ne fut que beaucoup plus tard vergne, a Bourboule, e Mont-Dore. du trans ^feiiifiiii;iiiïiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiuiiii:^ Mines de Saint-Etienne, et surtout à son élève qu'on le fît également pour le verso. P0rt pour le parcours total 475 francs. D C Q O M T A Nestlé 38, co ACINCI AMÉRICAINE. CUSCDTÏN E E E I E MEIEUR

11 imni E 26 JUIET 925 "lunni > IIDUIIIHIH iiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiuiiiiiii.il n iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiii DIMANCHE-IUSTRÉ "MHK PROFITONS DE NOS OISIRS DU DIMANCHE POUR NOUS INSTRUIRE UN PEU ORD CIVE MORT DU GÉNÉRA DESAIX A A BATAIE DE MARENGO MA R E N G O T que Masséna tenait désespérément dans Gênes assiégé, Bonaparte avait fait accomplir à son armée le prodigieux passage des Alpes. Il comptait prendre à l'improviste l'armée autrichienne de Mêlas, qui enveloppait Gênes. Mais cette ville, où la famine était devenue extrême, fut obligée de capituler le 4 juin 800, capitulation glorieuse, avec tous les honneurs de la guerre, mais qui libérait les Autrichiens. Ceux-ci ne s'en trouvaient pas moins, cependant, dans la souricière que leur avait préparée Bonaparte, dont l'admirable manœuvre s'achevait. Ses troupes, disséminées, mais prêtes à un rassemblement rapide, le cas échéant, surveillaient toutes les routes par lesquelles Mêlas pouvait échapper. e 9 juin, les Autrichiens se heurtaient, à Montebello, aux soldats de annes, qui les refoulèrent. Ils cherchèrent un passage vers Plaisance et rencontrèrent Bonaparte. e Premier Consul accepta la bataille dans la plaine et le village de Marengo. Il reçut le choc de toute l'armée ennemie en un point ; il ne pouvait, en ce matin du 4 juin, que lui opposer des forces inférieures en nombre, obligé qu'il avait été, de disperser ses divisions. Jusqu'à trois heures de l'après-midi, les Français ne peuvent prendre l'ascendant ; mais ils résistent avec héroïsme ; notamment la garde consulaire que Berthier, dans son rapport, compare à une redoute de granit. Cependant, des directions vers lesquelles elles ont été détachées, nos divisions accourent au canon. Et voici qu'arrive sur le champ de bataille, Desaix, à la tête de six mille hommes. Ces troupes fraîches arrêtent les colonnes autrichiennes en passe de devenir victorieuses. Desaix dirige luimême la charge d'un de ses régiments. Il tombe frappé à mort d'une balle dans la poitrine. " Cachez ma mort ", dit-il en expirant. Mais la disparition de leur chef ne fait qu'augmenter l'exaspération des soldats. D'ailleurs, d'autres troupes françaises peuvent maintenant attaquer l'ennemi sur ses flancs. Une charge décisive de Kellermann coupe en deux tronçons l'armée de Mêlas, dont la moitié reste prisonnière. e général autrichien est obligé, par ce revers éclatant, de signer la convention d'alexandrie, qui nous rend Gênes, le Piémont, le Milanais. 'ennemi se retire au delà du Mincio. CARACAA TAINE ANDIS A un empereur romain de grande valeur succéda presque toujours un empereur quand ce n'était point une suite d'empereurs odieux et néfaste. Après Septime-Sévère qui réorganisa l'empire, le brutal, le sournois, le cruel Caracalla. Né à yon, en 88, il avait été associé fort jeune, ainsi que son frère Geta, au gouvernement par son père, Septime-Sévère, qui avait cru ainsi parer au vice le plus grave du système impérial : l'incertitude des successions, en raison de quoi s'étaient produites tant de séditions militaires. Septime-Sévère étant mort en 2, au cours d'une expédition en Bretagne, la transmission pacifique du pouvoir se trouvait donc assurée. On pouvait en conclure que l'avenir de la dynastie des Sévères était sauvegardé. Mais Caracalla et Geta> se haïssaient profondément. Chacun avait l'ambition de régner seul et d'évincer l'autre, et comme tous deux avaient une mentalité de soudard, ils ne songeaient qu'à un moyen : l'assassinat. Caracalla se décida le premier et fit tuer son frère. Devenu seul empereur, il maintint le système, politique de Septime-Sévère et s'appuya encore davantage sur l'armée, qu'il gorgea de faveurs nouvelles. CARACAA Fratricide, il continua tout au cours de son règne à accumuler crimes et folies. On compte qu'il fit mettre à mort près de personnes, dont le jurisconsulte Papinien, qui appartenait au conseil impérial. Cependant, ce conseil impérial n'en continua pas moins à travailler comme au temps du précédent empereur et mit au point une nouvelle constitution, qui devait transformer le monde romain. Elle étendait, en effet, à. tous les habitants de l'empire, le droit de cité. Cette décision, prise dans un dessein fiscal, eut surtout de grandes conséquences morales et politiques. Caracalla, devenu odieux à tous, fut assassiné, en 27, au cours d'un voyage en Orient, près d'edesse, par son préfet du prétoire Macrin, qui recueillit sa succession. P, et historien, d'esprit doctrinaire, cherchant à tout expliquer d'après un système, mais, néanmoins, d'une grande probité intellectuelle, Hippolyte Adolphe Taine fut un des plus influents directeurs de la pensée française à la fin du XIXE siècle ; et, si son système apparaît aujourd'hui très imparfait, ses principales œuvres restent parmi les meilleures de son temps. Né à Vouziers, en 828, il entra le premier à l'école Normale après de très brillantes études. Refusé à l'agrégation de philosophie en 85, il fut nommé professeur à Nevers, puis à Poitiers, enfin à Besançon. Il ne resta pas à ce dernier poste et vint à Paris où il entra dans le journalisme. Il écrivit successivement au Journal des Débats et à la Revue des Deux Mondes. Ses premiers articles avaient révélé un talent de premier ordre. Désormais, Taine consacre tout son temps aux lettres et, particulièrement, à la philosophie, à la critique et à l'histoire, s'échappant de son cabinet de travail uniquement pour voyager, et de chacun de ses voyages, aux Pyrénées, en Angleterre, en Belgique et eh Allemagne, il rapporte un ouvrage particulier ou les éléments d'un ouvrage génétaine ral. En critique littéraire, il donne un Essai sur les fables de a Fontaine (sa thèse de doctorat), un Essai sur Tite-ioe, l'histoire de la littérature anglaise. En philosophie pure, voici : "Intelligence, Philosophie de l'art en Italie, Philosophie de l'art dans les Pays-Bas, Études sur les philosophes français du XIXe siècle. En histoire, son livre capital, Origines de la France contemporaine, est précédé ou suivi de ses Essais de critique d'histoire, Du suffrage universel et de la manière de voter, des Noies sur l'angleterre. Bien que le style de Taine soit clair, vif et imagé, il est peu doué pour les œuvres d'imagination. Il commença un roman qu'il n'acheva pas, la Vie et opinion de Thomas Graindorge. Taine, qui appartenait à l'académie française depuis 878, mourut en 893HIOSOPHE qui conquit les Indes à l'angleterre, en imitant les procédés de Dupleix, mais en obtenant, contrairement au conquistador français, l'aide constante de son pays. Né à Styche, en 725, Robert Clive s'annonçait comme un vaurien indisciplinable, lorsque ses parents le firent entrer comme simple commis à la Compagnie des Indes britanniques. Aux Indes, il montra du goût pour les armes et, un jour, proposa à la Compagnie, inquiète des progrès des Français, de frapper un coup décisif, si l'on voulait bien lui donner le commandement d'une unité assez importante. Son idée était de renverser le nabab de la Carnatique, créature de Dupleix, pour le remplacer par un nabab, créature des Britanniques, qui, au profit des Anglais, accomplirait la même besogne que l'autre, au profit des Français. 'expédition est décidée. Clive triomphe et s'illustre par la prise, puis la défense d'arcote. Puissamment soutenu par la Compagnie, Clive obtient ORD CIVE de nouvelles victoires et, finalement, la Carnatique est soumise à l'influence britannique. Tandis que Dupleix est rappelé en France, Clive, débarrassé du plus puissant ennemi de son pays, va poursuivre ses avantages. II va soumettre le Bengale en détrônant le nabab Surajah Dowlah, sympathique aux Français. Il s'empare de Chandernagor, bat le nabab à Plassey. Finalement, il fait proclamer nabab, un certain Merr-Safier, qui gouvernera le Bengale au profit de la Compagnie anglaise. C'est, on le voit, le procédé même qu'a inventé Dupleix. Mais Clive est autrement soutenu et autrement récompensé. Alors que Dupleix est revenu ruiné à Paris, Clive reçoit des cadeaux royaux. a Compagnie lui donne sept millions. Il est fait pair d'irlande par le roi. Clive, qui était venu recevoir son titre de lord en Angleterre, retourne aux Indes, en 764, pour y gouverner presque complètement les territoires britanniques, jusqu'en 768. Mais, à ondres, il subit de rudes attaques. On l'accuse de concussion. Il vient se défendre au procès que lui intente la Chambre des communes, qui déclare que Clive a abusé de son pouvoir ; néanmoins, par un autre vote elle l'acquitte, affirmant qu'il avait rendu à son pays de grands et méritoires services. Ce procès l'avait ébranlé et, en proie à une sombre neurasthénie, Clive se suicida en 774. 'HOMME CANROBERT P de chefs furent aussi populaires parmi leurs subordonnés et dans tout le pays que ce brave et noble maréchal de France, François-Certain Canrobert, officier intrépide et énergique, mais peu doué pour les grandes combinaisons stratégiques. Né en 809, Canrobert, après être passé par Saint-Cyr et avoir goûté pendant quelque temps à la vie de garnison, partit pour l'algérie en 835. On en était encore à l'époque héroïque de la conquête, et les conditions de guerre contre les Arabes, encore mal connues de nos troupes, exigeaient, de la part de nos hommes et de leurs chefs, un courage d'une constance singulière. Canrobert, à la tête de ses zouaves, fit merveille pendant les longues années au cours desquelles il resta en Afrique, participant à la plupart des expéditions, escaladant tous les grades de la hiérarchie militaire, se révélant d'une valeur insigne au combat et d'une bonté bourrue, mais agissante auprès de CANROBERT ses soldats. Plus aimées encore que le képi de Bugeaud étaient sa grande chevelure bouffante et ses longues moustaches cirées. De retour en France comme général de brigade, Canrobert devint aide de camp du prince Bonaparte, qui, le jour du 2 Décembre, le chargea de faire évacuer les grands boulevards. En 854, il commande une division de l'armée qui va investir Sébastopol. A l'aima, où il agit avec son courage habituel, il est blessé. Peu après, le maréchal de Saint-Amand, mourant, lui remet le commandement en chef. Canrobert se rend compte qu'il n'est point taillé pour de pareilles responsabilités etaccepte d'être remplacé par Pélissier. D'ailleurs, il a été de nouveau grièvement blessé à Inkermann. Devenu, après la guerre de Crimée, maréchal de France, il fait preuve de la même modestie en 870, en servant sous les ordres de Bazaine, alors qu'il eût pu revendiquer le commandement ; ce à quoi la France eût gagné. Par sa défense héroïque à Saint-Privat, Canrobert se couvre d'une nouvelle gloire ; mais, malgré ses protestations, Bazaine capitule. Il est, lui aussi, interné en Allemagne. Quand il revient en France, il n'occupe plus aucun poste actif et est élu, en 876, sénateur du ot. a Chambre le réélit en 879, puis en 885. Canrobert mourut en 895, étant alors le dernier des maréchaux de France. EU A PACE DES VICTOIRES U des plus.belles places que compte Paris et la seule qui ne coûta presque rien à la ville, étant presque entière l'œuvre d'un courtisan. Ce courtisan, le duc François de la Feuillade, maréchal de France et colonel des gardes-françaises, avait fait exécuter par le sculpteur Martin van den Bogaert, en témoignage de reconnaissance, une statue de ouis XIV. Pour cette statue, qu'il hésita à ériger en divers points, il se décida finalement à créer une place. Il acheta donc l'hôtel de la Ferté, situé entre les rues Neuve-des-Petits-Champs et des Fossés-Montmartre, et le démolit. a ville, pour l'aider dans sa tâche, acheta de son côté divers immeubles, qui furent mis à bas. e dessin de la place fut confié à Mansart et la construction, au sculpteur Predot. Bientôt s'édifièrent des bâtiments circulaires, coupés sur un côté par une ligne droite de bâtiments, NE tous du même style ét donnant une apparence majestueuse à l'ensemble. Au centre fut placée la statue représentant ouis XIV couronné par une victoire et foulant au pied la triple alliance. Sur le socle, aux quatre angles, des figures de bronze figuraient des esclaves enchaînés. e 8 mars 686, le duc de la Feuillade inaugura avec pompe le monument. A la tête de son régiment, il fit trois fois le tour de la place, descendant trois fois de son cheval pour aller s'agenouiller devant l'image du roi. En 790, on fit disparaître les esclaves du monument et, en 792, la statue tout entière. a place prit alors le nom de place de la Victoire-Nationale. En 86, elle reprit son appellation primitive et une nouvelle statue de ouis XIV, celle que l'on voit aujourd'hui, y fut érigée. A PACE DES VICTOIRES ET A STATUE DE OUIS XIV

12 ibjinrra DIMANCHE-IUSTRÉ "uinuiiuiiiiiiuiiiiiuiiiiiiiiiiiiuiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii A uiiiuiiiii 2 an SEMAINE iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin iiiiiiiiiniiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiii E 26 JUIET 925 «uiiuii COMIQUE T H W E PESSIMISTE Tout est détraqué, aujourd'hui! Voilà le soleil qui se lève avec vingt et une minutes de retard! (Dessin inédit de R. ENOIR.) IMPASSE Je n arriverai jamais l C'est trop difficile l Tu devrais te montrer... te faire voir... Mais on me dit partout qu'on m'a assez vu l * [ (Dessin inédit de GuÊPINj BRUYCE, l'ancien manager du d'une grande mare aux bords de laquelle nègre boxeur ipton Heigh, m'a croassaient des milliers de grenouilles. Elles conté ceci : avaient dû se réunir là pour demander un roi. Ma fidèle et autoritaire compagne, lady Eva Théodore se désaltéra et, au moment de Bruyce, que j'ai épousée après avoir pris ma revenir au pré,- s'attarda à regarder curieuretraite de manager, s'était mise dans l'idée sement une des grenouilles. Celle-ci, frêle et que je devenais paresseux. légère, sautillait joyeusement. Elle se retourna A la fin d'un repas, elle m'en fit le reproche vers le mufle énorme de" Théodore. " sur un ton acide et elle m'accusa presque de J'ignore si les bêles peuvent se parler, mais vivre à ses dépens. je crus comprendre que cette pnmesautière J'acceptai placidement les premières injures grenouille se moquait de mon bœuf et semblait, mais, à bout de patience, je lui infligeai une par ses bonds à droite et à gauche, le mettre au sévère correction dont elle porta les traces défi d'en faire autant. plusieurs jours. Théodore essaya de sauter. Je la croyais calmée lorsqu'elle revint à la Il se levait de terre avec peine et retombait charge. J'allais reprendre le même parti de lourdement. Il eut honte de lui-même. défense : elle avait tout prévu. Pourquoi la nature l'avait-elle fait aussi gros es objets les plus divers, qui se trouvaient et aussi impropre à sauter? à portée de sa main, me volèrent à la figure Évidemment, cette grenouille était parée et me mirent dans un tel état que je préférai de tous les dons : petite, mince, pouvant parlementer. s allonger, franchissant d'un bond les obstacles Willy, êtes-vous décidé à travailler? et se révélant nageuse de premier ordre. Oui, chère Eva! Théodore essaya de nager. ARITHMETIQUE MODERNE Prenez-en l'engagement solennel! Il entra dans la mare, allongea les pattes J'en prends l'engagement solennel! comme il venait de le voir faire : mais sa ten Comment! e service à café est déjà Quelle occupation choisissez-vous? tative devait ajouter aux regrets précédents. dépareillé? Je me grattai le crâne, mon pauvre crâne a nature avait négligé de lui donner des meurtri par le choc d'objets solides et cherchai aptitudes à la natation. Oui... Il a tout juste duré... deux bonnes une réponse. Théodore sortit de la mare, le corps couvert et demie!... Willy, vous dissimulez votre désir de ne de vase et le cœur plein d'amertume. Il rentra à (Dessin inédit de A. de Roux.) rien faire. l'étable, marchant la tête basse et la queue Vous vous trompez, chère Eva. Je entre les pattes, ce qui était, chez lui, une voudrais choisir une profession digne de mon marque personnelle de mécontentement. ancienne, je veux dire, digne d'un manager... Je n'en parlai pas à Eva, car elle n'entend Voulez-vous que je fasse de l'élevage? rien à l'âme des bêtes. es jours suivants, je De l'élevage de quoi? conduisis encore T héodore aù pâturage. ; Je n'en sais trop rien ; mais jugez, chère A chaque sortie, mon bœuf commençait par Eva, combien je suis enclin à vous être agréable. manger, et ceci d'une façon décroissante, puis e lendemain, j'arrivai chez moi en tirant un il se dirigeait vers la mare. Il y retrouvait de boeuf au bout d'une corde. J'avais trouvé ce légères grenouilles, observait patiemment leurs bœuf sur une route : il était seul. Je pensai moindres gestes et reprenait ses exercices de qu'il était venu là tout exprès pour me per- natation. mettre de réaliser mon engagement solennel de Je dois dire, malgré l'amitié que j'avais la veille. pour lui, qu'il s'y prenait fort mal et n'avait, Ma fidèle et autoritaire ménagère m'accueillit décidément, aucune disposition pour ce- sport. avec les marques du plus grand étonnement.. Ne pouvant me lancer dans des explications Où avez-vous pris l'argent pour acheter techniques, j'essayai de distraire ma bête en une pareille bête? la tirant par sa corde, la promenant pour lui Il serait plus précis de me demander : où montrer le charme des champs, la beauté des avez-vous pris une pareille bête? arbres, le pittoresque des paysages. Elle ne vous est pas tombée du ciel? Rien n'y fit. De jour en jour, Théodore J'en suis encore à le croire... Evitez, dépérissait, mangeant de moins en moins et chère Eva, de me poser des questions aussi s'acharnant à tenter des brasses. embarrassantes que celles d'un juge... aissez Je confiai mon inquiétude à Eva : elle m'inaux mystères tout leur charme et daignez me juria. J'aurais dû ne rien lui dire. Etant seul à permettre de conduire mon bœuf à l'étable. voir la juste situation, je fus seul à en souffrir. Franchement, je n'ai pas d'étable. Vous Mon bœuf, par jeûnes volontaires et exersavez qu'un ancien manager ne s embarrasse cices répétés, devint si faible qu'il ne pût plus pas pour si peu. J'installai mon bœuf dans une se tenir sur ses pattes et qu'il me fallut l'abattre. pièce du rez-de-chaussée de mon habitation. J'ai assuré à-eva que le travail ne me SANG-FROID Eva me fit bien quelques objections. Je la réussissait plus et je vais profiter de cette menaçai de reporter l'animal où je l'avais malheureuse expérience pour prendre un Que Monsieur vienne vite, on demande trouvé : elle se tut. Chaque jour, je sortais, repos absolu. Nous avons mangé le peu de Monsieur au téléphone! de grand matin, avec mon bœuf. viande qui restait sur les os de Théodore ; je (Dessin inédit de GREY.) Je l'emmenais dans les prés se gorger de me ferai faire des chaussures avec sa peau. verdure, et, pendant ce temps, imitant les Je ne sais, gentleman, si vous éprouvez pâtres, je m'essayais à jouer de la flûte, à rêver, l'ambition de faire de l'élevage, mais souvenezà lire les journaux et, bien souvent aussi, je vous de mon bœuf qui voulut devenir aussi m'endormais sous les grands arbres. Je donnai mince et aussi agile qu'une grenouille. à mon bœuf le prénom de Théodore, car une es animaux nous ressemblent en ce qu ils bête ne nous appartient réellement qûe finissent,' tôt au tard, par regretter de ne pas lorsqu'on lui a attribué un prénom. être autre chose qu'eux-mêmes!... Il arriva qu'une fois Théodore s'approcha A. DE WENZE. IY PRESENCE MEFIANCE Je ne le fréquente pas... C'est un type dangereux /... Ah l c'est une fripouille?... Non... mais... il fume des cigarettes' fuscees /.«(Dessin inédit de GASTON MAS.) D ESPRIT Vous êtes vraiment maladroite. Maria ; voilà ce cendrier cassé I Que vais-je dire à Monsieur, pour vous éviter une réprimande? TRAVAUX DE VACANCES (Dessin inédit de Mais oui, voyez, je me fabrique un intérieur d'été... pour cet hiver I. M. SAUVAYRE.) Madame n'a qu'à lui dire que c'est\lle qui l'a fait l (Dessin inédit de S.-M. BERTINJ

13 JUIET 92S piniiunii E llllilntliliihliiniillli PUBIC niiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiin EST J.3 niiiiiiimiiim IUIUIIMHIIIIIIIIIIIHUIIIHIIIIUMIIMIUIIIII DIMANCHE-IUSTRÉ PARFOIS nuuiiii EXCESSIF ON TOURNE "UN DRAME SOUS ES COCOTIERS" A VINCENNES UN HOMME COURAGEUX Alors, il a payé la traite? Non, et il m'a dit que, si j'osais venir lui demander encore de l'argent, il me romprait les os et me jetterait par la fenêtre. Bon I Vous y retournerez demain, et vous lui direz qu'il ne me fait pas peur avec Ses menaces /... (Dessin inédit de FOUCHERY.) GRACIEUSETE Vous me permettez, Bien C'est sûr, que je vous le permets... Vingt SOUS, pièce /... (Dessin inédit de H. DEPACEMENTS Inculpé, quelle est Votre profession I Croque-mort, m'sieu le commissaire pour VOUS servir I (Dessin médit de G. FRONVA.) ES SPORTS A madame, de cueil- lir cette jolie fleur? ET AUVA S YRE.) VIEGIATURES C'est malin l Vous avez failli tuer Adolphe, qui fait le lion dans la descente de lit du régisseur l (DKsin inédit de R enoiii) A Comme ça, les amis du bureau seront forcés de croire que j'ai été à la mer! (Dessin inédit de TH. BARN.) CAMPACNE PARADOXE Grand-père, t'as pas bientôt fini de dormir... On a besoin du filet pour jouer au tennis,.i (Dessin inédit de VAREJ j? u est-ce qui se passe, là-bas? 'est une vente à l'amiable I, (Djr fn inédit de IIARUJ D

14 niiiiin DIMANCHE-IUSTRÉ iiiiiiiinniiiiiniininimiiiiiiiiiiini B R I C - A ÉCHOS ET jt'n France, le nombre des ouvrières qui se. i rendent à l'usine dépasse la moitié de celui des ouvriers. Elles formaient, de 835 à 839, 23 % du personnel de la grande industrie. En 847, elles comptaient dans les textiles : pour le coton 6 %, pour la laine 69 %, pour la soie 70 %. Quelques années avant la guerre, rcs chiffres deviennent : pour la laine 80 %, pour le coton 26 %, pour la soie 300 %. Depuis la guerre, l'industrie a dû recourir encore davantage aux services des femmes, j'.lles figurent " en rangs serrés" dans les textiles (environ ), dans la couture, dans les fabriques de conserves, dans les manufactures de tabac, dans les produits chimiques et la parfumerie, dans les cuirs et peaux, la fourrure, la ganterie, dans les industries qui se rattachent à la typographie, dans celles où l'on opère sur le caoutchouc, la paille, le crin, la plume, le bois, le celluloïd et même le métal. SI existe, en Amérique, des villes qui portent le nom de Shetowns (villes-femmes). Elles sont ainsi nommées parce que la main-d'œuvre féminine y prédomine. Paris peut être rangée dans cette catégorie. Elle n'est pas, d'ailleurs, seule en France à présenter ce caractère. Il y a une quinzaine d'années, on comptait sept départements où hommes et femmes s'équilibraient à peu près et cinq où la main-d'œuvre iéminine l'emportait en quantité sur la maind'œuvre masculine : Ardèche, Drôme, Gard (soie), Tarn-et-Garonne (cuirs et peaux), Vosges (lingerie et broderie). 'Ecole et la Vie. POISONS DE COMBAT d'autres peuples prennent plaisir à voir s'affronter des coqs, des chiens, C spécialement dressés à ces jeux sanguinaires, OMME les Siamois se délectent aux combats de* poissons. Pour petits qu'ils soient, ces animaux n'en sont pas moins belliqueux, et leurs luttes sont souvent mortelles. Ils ont ceci de remarquable que leur excitation guerrière modifie leurs couleurs. De jaune pâle, on les voit devenir dorés, rouges, revêtir d'éclatantes nuances pourpre. Et le spectacle est féerique, bien que cruel. 'aquarium du Jardin Zoologique de ondres a le bonheur de posséder quelques spécimens de ces féroces petits êtres. Et l'on a imaginé un ingénieux moyen défaire admirer aux visiteurs leur changeante splendeur, sans mettre en danger leur vie. On place deux de ces poissons dans!e même bassin aux parois de verre, comportant une cloison médiane. Ils s'aperçoivent, tombent en arrêt, se provoquent et, pleins de fureur, le reflet de leurs émotions passant en ondes colorées sur leurs Ç ÏIÎ77 UAÎIS Sl VUUd occupez Kicrativ. vos loisirs Ecr D. GABRIE, Evreux (Eure) e,e G\ unmpeur Moto légère 3 CV - 75 cmc. riiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 4 B R A C UES A FEMME A 'USINE imiiiiiiiiin DE PARTOUT iriiiiiiiiiiiiin llllliiiiiiiiiiiiiiiiinn min iiiillllinilllill E COIN DANS E CHÊNE (Suite du texte de la page 7.) les quatre~doigts captifs rongés au ras de l'arbre ensanglanté. es loups, qui, à cette époque, infestaient la forêt, les grands loups des Ardennes étaient passés par là. i min IJj 2C JUIET 92S "«mil» que faisait Jacques en marchant dans les lougères et, lui voyant les mains vides ; C'est ainsi, lui cna-t-il, que tu remplis tes engagements et que tu m'apportes mes fèves? C'est ainsi, fit l'autre, en s'approchant, menaçant, que tu trompes les gens sur le pouvoir de tes paroles et de tes plantes? Eh quoi, Jacques Girondelle, reprit tranquillement le sorcier, en baissant la voix, n'es-tu pas débarrassé du rival qui te gênait? Est-ce que l'âme de Bruno revient?.-di eu ait l'âme debruno! soupira Jacques en frissonnant. Mais que me fait qu'il ne soit plus, puisque... puisque ucette ne veut pas de moi pour mari? Cela, mon fils, c'est affaire à toi... A toi de cueillir la rose! Tu m'avais promis que ucette serait ma femme!... Promis... promis... Peut-être que, si tu ne m avais pas toi-même frustré de mon dû... Ton dû...? C'est toi le voleur, misérable sorcier! es injures succédaient tout naturellement aux reproches. Puis ce furent les menaces : Je ne te donnerai pas les fèves, criait Jacques exaspéré, et je te ferai rendre les écus que tu m'as pris! Je dirai dans le pays que Bruno n'était pas seul au Val-Cranioux le soir qu'il a fait de l'orage et que les loups rôdaient, clamait le sorcier. Si tu as ce malheur... Jacques s'avançait, le poing levé, vers Manda, qui recula en criant : Je dirai que tu as assassiné Bruno! Menteur! Tais-toi! Te tairas-tu? Alors, le sorcier redressa sa haute taille, leva sa loneue main et jeta, solennel : Maudît! Jacques, aveuglé, fou, se précipita alors sur le vieillard et le terrassa. 'autre se dégagea avec une agilité inattendue. Jacques s'élança de nouveau, tête baissée, et une âpre lutte commença. Il arrivait que tantôt l'un, tantôt l'autre échappait à l'étreinte. Mais Jls se poursui- vaient, se reprenaient aussitôt, sauvagement. Bientôt, ils furent au bord du précipice. Chacun nourrissait la même sournoise intention d y pousser l'adversaire. Aucun des deux ne disait mot ; ils.s'appliquaient à leur tâche. Au. loin, les chats-huants commençaient, dans le soir, leur chanson désespérée... Dix minutes passèrent et ce fut le vieillard qui triompha. Ayant amené Jacques à l'emplacement qu il crut propice, il le souleva de terre et le jeta dans le vide. Mais Jacques s'était agrippé aux vêtements, à la longue barbe du sorcier. es deux corps pirouettèrent et tombèrent en même temps... Une vieille, qui passait non loin de là, rapportant un faix de bois mort, entendit le double cri et donna l'alarme. Du village on accourut. Déjà, Manda Septantin était mort. Quant à Jacques Girondelle ajoutent ceux qui racontent cette ancienne histoire il eut, avant d expirer, le temps de confesser la vérité et de se repentir de son crime. Une pierre rappelle le nom de Bruno Vernaire, à l'endroit où il périt. Ainsi le voulut ucette Bonnin, qui la paya de ses deniers et puis se retira dans un couvent. On peut voir cette pierre chaque fois que les bûcherons font coupe nette au fond du ValCranioux, qui demeure d'ailleurs un endroit peu fréquenté, encore que les loups, grâce à Dieu, aient, aujourd'hui, à peu près disparu... corps nacrés, se précipitent l'un sur l'autre. 0 stupeur! un obstacle invisible les sépare, un mur transparent dont ils ne peuvent imaginer la nature, les empêche de se déchirer, de lacérer à coups de dents leurs souples nageoires, faut! Il faut!... J'irai demain! longues et flottantes, leur queue arrondie en Dix fois par jour, Jacques Girondelle forme d'éventail exotique. s interrompait de creuser ou aplanir son eur étonnement et leur rage impuissante se traduisent en couleurs merveilleuses, en morceau de hêtre pour songer et pour se tons d'arc-en-ciel qui se transforment, s'ef- répéter qu'il devait aller trouver ucette facent et renaissent pour le ravissement des Bonnin. Et puis il n'osait pas. Deux semaines avaient passé depuis le spectateurs. Finalement, les petits énergumènes se lassent, s'éloignent avec dignité et drame du Val-Cranioux. Peu à peu, l'émoi du s ignorent dédaigneusement, retombés à leur village s'était calmé. Un accident est un acciapparence modeste et toute leur beauté dent. Seuls, les parents de Bruno se perdaient encore en conjectures sur le mobile qui avait disparue. mené leur malheureux fils au Val-Cranioux Daily Mail. en cet horrible soir d'orage. De Manda Septantin le sabotier se ressouprésents SAHARIENS venait de temps en temps, Manda Septantin dont il restait le débiteur... N intéressant et anonyme journal de J irai lui porter son boisseau de fèves, voyage nous révèle que les présents à Manda, se disait Jacques. Certainement, n'entraînent pas à grande dépense dans le j'irai, puisque c'est dû!... Mais... quand j'aurai Sahara : vu ucette Bonnin!... Je serais bien nigaud " Dans l'après-midi du lendemain, j'ende payer avant l'affaire conclue!... Il faut... voyai au gouverneur deux livres de sucre il faut que j'aille trouver ucette! Il est temps! français, une livre de clous de girofle et une Un jour vint où Jacques ajouta : "J'y vais I " livre de seunbeul (littéralement les tiges). C'est, et où il y alla. d'après les botanistes français orientaux, le C'était une après-midi de juillet. e village nard, spina celiica. Il s'en vend d'immenses semblait vide. Bêtes et gens étaient aux champs, quantités dans le désert. On ne doit faire aucun au bois. Nul bruit. Pas même de cris d'enfants. présent à un homme de quelque importance, Rien que des bourdonnements d'insectes. sans lui en offrir. es dames du Sahara se Pour éviter la mère Guillemette, qui, assise servent d'une décoction de ses feuilles en devant sa porte, dormait d'un œil, le front guise d'eau de Cologne, es clous de girofle, posé sur ses deux mains, serrant la crosse de greunjel, sont très recherchés, surtout par les son bâton, Jacques Girondelle fit un détour femmes, qui en assaisonnent leurs gâteaux, leurs et arriva par une ruelle à la maison de ucette. couscouss et différents mets. inflexion de la voix de ucette glaça ' Une vingtaine de femmes Touareg sont Jacques dès le seuil. venues me voir. Après être restées quelques Bonjour, fit-il gauchement, en venant instants devant moi avec tous les signes de s appuyer au dossier d'une chaise. Tétonnement, elles commencèrent à s'agiter ucette se tenait assise près de la fenêtre, dans tous les sens. Ne sachant qu'en faire, je d'où, sans doute, elle avait vu venir le jeune pris un morceau de sucre et. le cassai en morhomme. Sans quitter son ouvrage, elle dit, le ceaux, que je leur distribuai. a scène changea front plissé : subitement, la joie brilla dans tous les yeux, Maman n'est pas là. Qu'est-ce que tu chaque langue s'agita avec volubilité. Elles veux, Jacques Girondelle? me demandèrent alors si j'étais marié, si les Ce que je veux, ucette? femmes chrétiennes étaient jolies, si elles étaient Oui, que veux-tu? plus jolies qu'elles, et si, n'étant pas marié, ucette leva son visage et regarda Jacques je verrais quelque objection à épouser l'une avec une fixité qui décontenança le garçon. d'elles. Ceci ne doit pas étonner : les femmes ucette... Voyons... tu t'en doutes bien, Touareg ont une existence bien différente de ucette... Il m'avait semblé... à présent... celle des femmes maures et musulmanes ; elles A présent... quoi? jouissent de beaucoup plus de liberté, vont Je gagne ma vie et j'ai un peu de bien, toujours sans voile, et prennent une part active tu le sais. Et puisque le malheur a voulu qu'un à toutes les affaires, à toutes les transactions de autre... s.en aille... je me suis dit... leurs maris. a vivacité de ces femmes, les Que je voudrais t épouser, peut-être? égards que les hommes ont pour elles, forment C'est cela que tu viens me demander, Jacques un contraste frappant avec les mœurs des Girondelle!... Tu peux t'en aller comme tu es autres Etats mahométans. venu! Jamais! Jamais!... Entends-tu?... JaOn importe des aiguilles dans le désert, mais je ne serai ta femme! mais jamais d'épingles. Je remis à chacune de Pourtant... à présent... mes visiteuses, au moment où elles s'en allaient, Oui, à présent... à présent qu'il est mort quelques épingles ; et, comme elles n'en contu ne t'aperçois donc de rien? Tu es donc naissaient pas l'usage, je leur donnai une leçon plus borné qu'une bête?... Tu ne vois donc pratique en en fixant une ou deux sur leurs pas que je ne serai point ta femme, ni la femme vêtements, ce qui excita leur joie d'une manière de personne, parce que... justement, c'est extraordinaire. Bruno... c'est Bruno que... a Dépêche Commerciale. Un sanglot s'étrangla dans la gorge de la jeune fille. Brusquement, elle rejeta son ouvrage, se leva, marcha vers Jacques, le bras POICE VIGIANTE tendu, comme une furieuse. UI donc prétendait que la police parisienne Va-t'en! Va-t'en! cria-t-elle. Que je ne n'apportait pas un soin extrême à pro- te voie plus jamais dans notre maison, ni nulle PIERRE ADOUÉ. téger notre vie et notre santé? Voici un fait part! Va-t'en! Je te déteste!... Va-t'en!... qui prouve péremptoirement le contraire, ainsi C est lui que j aimais! que l'apprit un de nos bons amis. "Ce disant, elle avait poussé Jacques hors Ce dernier, paisible et modeste enfant de la de la pièce, avec tant de vigueur et de rapidité région espalionnaise, devenu depuis vingt ans que le sabotier se trpuva dans le couloir et parisien sans avoir pour cela appris tous les entendit claquer.le verrou de la porte avant règlements de police de la capitale, longeait, un d'avoir pu objecter un seul mot. de ces jours, la rue de Richelieu quand il se Derrière l'huis, il tenta de parlementer sentit happé au collet par un agent. d'emporter en vacances votre ouvrage lavori encore. Il appela : Vos papiers? lui demanda ce dernier et si c est le ucette!... Oh!... ucette!... d'un ton qui n'admettait pas de réplique. I! supplia, il pleura,,. a jeune fille ne Mais, monsieur l'agent, je n'ai pas de répondit non plus qu'une morte. papiers et, d'ailleurs, je ne vois pas pourquoi A-la fin, il s'en fut, désespéré, fou de honte, sachez qu'en achetant votre laine, vous m'interpellez. et regagna son. logis en longeant les haies des votre soie ou les deux réunies aux Je vous interpelle parce que j'en ai le droit. jardins, comme un voleur. Votre nom? Votre profession? Votre adresse, Un quart d'heure plus tard, il sortait de vos lieu et date de naissance? nouveau, gagnait le bois et se dirigeait vers Mais... la grotte du sorcier. Il courait. Il n'y a pas de mais. Vous avez jeté des Des chants d'oiseaux emplissaient les taillis ; vous bénéficierez, non seulement d'un choix et papiers dans la rue, et vous passerez pour cela dans l'ombre bleue flottait un parfum de d'un prix INCOMPARABES, mais encore devant le tribunal de police ; répondez avec fraises ; un crépuscule apaisé tombait sur!a d un abonnement d'un an à preuves, ou sinon au poste Effectivement, notre forêt, sur les feuilles immobiles, sur les mousami, qu avait réduit en miettes une enveloppe ses... qu'il venait d'ouvrir, en avait machinalement jeté Parmi les rochers, au-dessous de sa grotte charmant journal de modes et de les morceaux au vent. Après cela, allez donc vous d'où pendait l'échelle de corde. Manda Septravaux de laine, offert actuellement plaindre du manque de vigi ance de la police! tantin faisait cuire un aliment ou bouillir des en prime à toute cliente. herbes sur un feu clair. Il entendit le bruit e Rouergue. I U Q POUR VOS VACANCES Type " Populaire " N'OUBIEZ PAS MADAME 2 vite ses, kick starter et débrayage.995 francs 46, Rue de Vouillé, ' TRICOT PARIS CATAOGUE J FRANCO i i'»' i'» i S fflj Sans Effort de Volonté et Sans aucun médicament la Timidité peut maintena:.. être vaincue en 8 jours par un système absolument inédit et radical. 'exposé de ce système a fait l'objet d'un très intéressant ^ouvrage illustré, qui est envoyé gratuitement à nos lecteurs (joindre eulem ît 0,50 pour frais d'envoi sous pli fermé). Tous ce x qui souffrent d'être timides doivent demander de suite «l'ouvrage du Prof J. C. dont il ne reste qu'un nombre limité d'exemplaires. Ecrire au Dr de la Fondation Renovaa, 2, rue de Crimée, Paris. par correspondance, sans déplacément, la TÉ M A» H PTYI A^SHOyir avec machine à écrire envoyée enlocation I Es IV W IIHv B vvnnrni Programme gratuit. - ÉCOE PIGIER, 53, Rue de Rivoli. PARIS Vous pouvez apprendro S H chez vous, FIATURES S REDOUTE PÉNÉOPE Échantillons jrancoet gratuitement sur demandeadresséeauz FIATURES DE A REDOUTE Service 0, à Roubaix UlIlilllllllllllllUillllllllllillllllIllIIllllililljjlUllllllllllllllllllllllillilU

15 IIIIIIIIIII E 26 JUIET 925 = iiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim niiiitniiimii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiii 5 Ceintur lot du ÏÏ Clarans TISSEE SUR MESURE remplace admirablement le corset PRESCRITE dans tous les cas de ptôse, rein mobile, affections f-"" stomacales et utérines, obésité, etc. RECOMMANDÉE à toutes les dames désirant rester "très souples*' ou ne pouvant supporter le corset Une bonne ménagère du Qui est-ce? ion Noir es meilleurs! es plus économiques! RADIOA RADIA pile 234, Faubourg Saint-Martin. PARIS (Angle de la rue a Fayette) Métro : ouh-blanc Applications tous les jours de 9 heures à 7 heures» par dames spécialistes. Usez l'intéressante Plaquette illustrés adressée gratuitement sur demande. AlAUCill liquide peur- WwfitCMt pour I t fourneau» glarca tt Hgtnltix : ARGENTA ^.àc*] tu ticlloycr : ION D'ACIER les i nurublcs ENCAUSTIQUE psrqwels : cou casai ; poui TFIIMTIP. P lll Ul\t 'IODHYRINE du D'DESCHAMP FAIT MAIGRIR Sans nuire à la Santo ooîtb DE 60 CACHETB-PIUAIBEB: I6fr,80 franco. jjaeuf, 49, Av. de a Motte-Picquet, PARIS.-R.c.S,20im. ^Jovetoipoîté et tous pou'ttin?"tn no,l Iou'**! jet chansawr» de couleur : PRODUITS dïntretien! S C San. "iwii ion Ce cliché représente les traits entremêlés d'une de nos REINES DE MUSIC-HA DÉCOUPEZ et RECONSTITUEZ le portrait de cette grand, artiste en inscrivant son nom au-dessous. qui supprime savons et lessives et double la durée du linge Adressez le tout avant le 5 août DIRECTEMENT au SERVICE DES CONCOURS 48, rue Montmartre, 48, à Paris Tout lecteur qui aura donné une solution exacte recevra une a marque "ION NOIR" est une garantie de qualité CECI INTÉRESSE Tous les Jeunes Gens et Jeunes Filles Tous les Pères et Mères de Famille 'enseignement par correspondance de l'école Universelle, la plus importante du monde, placée sous le haut patronage de l'état, permet de faire chez soi, sans dérangement, à peu de frais et avec le maximum de chances de succès, les études les plus complètes et les plus variées. Demandez-lui de vous adresser gratuitement sa brochure n 56, oit vous trouverez des renseignements complets sur toutes les études et carrières. Indiquez, dans votre lettre, les études ou carrières qui vous intéressent : DE A Classes primaires complètes : certificat d'études, brevets, C. A. P., professorats. ne seront plus qu'un mauvais souvenir si vous prenez une demi-;uillerée à café ou un cachet de Magnésie Bismurée dans un peu d'eau après les repas. Brûlures, renvois acides, vomissements, flatulence, etc., etc., disparaissent en quelques minutes aussitôt après la première dose. a Magnésie Bismnrée (marque déposée) neutralise l'excès d'acidité slomaea e, presque toujours cause de vos souffrances, et cite vous assure une digestion facile et sans douleurs. Satisfaction garantie ou argent remboursé. Dans toutes les pharmacies. ibai YDES Classes secondaires complètes : licences (lettres, sciences, droit). le Parfumeur Parisien créateur lance un nouveau parfum : baccalauréats, Toutes les carrières administratives. Toutes les grandes (cotes. Carrières d'ingénieur, sous-ingénieur, conducteur, dessinateur, contremaître dans les diverses spécialités : électricité, radiotélégraphie, mécanique, automobile, aviation, métallurgie, mines, travaux publics, architecture, topographie, froid, elùmie, agriculture. Carrières du cmnmerce (administrateur, secrétaire, correspondancicr, sténo-dactylographe, contentieux, représentant, publicité, ingénieur commercial, expert-comptable, comptable, teneur de livres). Carrières de la Banque, des Assurances et de l'industrie hôtelière. angues étrangères (anglais, allemand). de YAMBRE DES PAGODES MESDAMES, UN BON CONSEI POUR ES VACANCES A la mer ou à la campagne, avec un costume de bain ou des robes ouvertes et les bras nus, rien de plus laid pour une femme, que de montrer des poils ou duvets superflus, si disgracieux; donc obligation pour toute femme élégante de se «takyser». Pour cela, dans votre cabine, ou un instant avant de sortir, appliquez un peu de Taky, cette crème délicieusement parfumée, telle q telle sort du, tube: attendez 3 à 5 minutes et passez un peu d'eau; vous serez émerveillée de voir que tous vos poils auront disparu, laissant la peau blanche et lisse. Des milliers de femmes viennent chaque jour au Taky et disent adieu pour toujours au rasoir dangereux qui fait venir des boutons et repousser le poil si dur et si vite, ainsi qu'aux dépilatoires compliqués et malodorants. Economique, inoffensif, ne séchant pas dans le tube, le Taky dissout le poil qui finit souvent par disparaître tout à fait. Faites dès aujourd'hui un essai de cette merveilleuse découverte; vous ne voudrez plus employer autre chose. XOTÀ. Vous trouviez le Taky (breveté S.G.D.G.) dans tous les Magasins, ou envoyez Frs: 7,50anx aboratoires Cit. Rager. 90 bis, rue li'aguesseau, Seruice f à Boulogne-snr-Seine. ooas le recevrez franco saut indication apparente. Illl DDETDC,ABBÉ HAMON UH rilei TlE possède des recettes espagnol, italien, Orthographe, rédaction, calcul, écriture, calligraphie, dessin. Carrières de la Marine marchande. Études musicales (solfège, harmonie, contrepoint, fugue, composition, orchestration). Écrivez aujourd'hui même à I'ÉCOE UNIVERSEE, 59, boulevard Iixclmans, Paris (0E). Si vous souhaitez, en outre, des conseils spéciaux à votre cas, ils vous seront fournis, très complets, à titre gracieux et sans engagement de votre part. ŒUVRE D'ART infaillibles pour le traitement du; Diabète, Albumine, Reins, Cceur Foie, Rhumatismes, Anémie Obésité, Entérite, Tuberculose Estomac, Eczéma,' TJlc'îres _ Constipation, Hémorroïdes. Aucun liégime.. Rien que des Plantes. Notice gratis. Xcrire: abor. Botaninues. 89. Bd Sébastoool. PARlS-2 e Gérant Paris. HÉMERY, ; H. E PAGE. imprimeur, 8, rue d'enghien. lllllllllllllllllllllllllllllllllllllltlllllllllllllll jiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim Pour MAIGRIR SANS DANGER de à 20 kilc fcsp PRENEZ À ' IODORGANINE l_ A BOÎTE : S Franco conne MERCIER, pharm Dépôt dans tout.» FRANCS remboursement flreiue le» la Victoire bonne» IRédait RPID EMEST et SDRKMEST-j la partieducorps savonnée! Taille, Jambes, Ventre, Hanches, Poitrine Vait dispa«p raitre bajoues Plis du Cou A Amincit es Doigts, èvres,*oreilles, le Nez, Ne produit ni Pus, ni Ride*. e flacon fr, les 3 30 c. man.iat. Remb O 90 rn plus, PRODUITS SCIENTIF " FAVORITE», 65-Fanl).Str-DeniS»PARISCiG*>* 2 ISSB MANUFACTURE DE CUIVRERI ÉTABISSEMENTS CH. ROUSSEAU &C IOÔ.RUE Sï MAUR.I08 PARISIXI?) A r 6 Nice (H M) Pharmacies VERNON c PARIS ÉTAAGES pour tous commerças. ; V >' ; ii t. VITRINES ci tous ôiyie.3 ACCESSOIRES D'ÉTAAGES TOUTE A CUIVRERie POUR INSTAATIONS MAGASINS, BANQUES, MUSÉES MAINS COURANTES ET CYMAISES Tous travaux de Cu/vrerie surp/ans DEMANDER E CATAOGUE E tesbbgagbbbbiii II Ill II II SIIS.» ET Gardez-vous bien de vous servir d'un Dépilatoire quel qu'il loït! Après son emploi, les poils repousseraient plus forts et j plus vigoureux. J'ai été amenée à ex péri menter une recette peu connue qui possède une action réelle sur la racine du joil. es poils détruits par ce moyen ne REPOUSSENT PUS, Cette méthode originale est clairement expliquée dans une i îotîceintitulée -» Un -.ecret Egyptien» que i envoie GRATUITEMENT IOUS enveloope fermée, très discrète. Joindre un timbre...ecrire & Mi» Go GYPSIA, 43 r. de Rivoli. P.ria- lerj Grâce à sa MERVEIEUSE SUSPENSION par ROUES INDÉPENDANTES ^ATCVSIZAIRE SAVON RODOU FRÈRES embellit le SE MOQUE DES MAUVAISES ROUTES ES COMPRIMES MERCIER» MAIGRIR! e Savon FAVORI POIS DUVETS TIMBRES-POSTE AUTHENTIQUES DES MISSIONS ÉTRANGÈRES SUREMENT RAPIDEMENT (Joindre une enveloppe timbrée portant vo're adresse) POUR SUPPRIMER r=i gaiantu non Irtis, vendtu au frf/o D;mande2 notice explicative au Directeur de l'office des Timbres des Missions 4, rue des Redoutes, TOUOUSE (France) d'une valeur de 50 francs <?4m d'une tonalité nouvelle délicieux et tenace m nt CONCOURS n'emploie que les produits Etablissements A. CAVERIE B DIMÀNCHE-IUSTRÊ MESDAMES!, Si vout souffrez de l'estomac ou de abdomen, ou si vous " commencez à grossir "( portez la nouvelle t I aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiim a CV SIZARE s'est classée, battant ses concurrentes parties Je PARIS, même les " 35 CV ", dans le Rallye de MONTE-CARO 00 kilomètres à l'heure 2 litres aux 00 kilomètres e châssis peut suppotter des carrosseries de 2 à 7 personnes PRIX DU CHASSIS : 3S.OOO fr. Usine à COURBEVOIE : 52, rue Victor-Hugo. Magasins de Vente : 87, r. a Boétie, PARIS, Téléphone i Courbevie 252 TEINT PRIX 2fr. A base de Crème Rodoll anoline, Beurre de Cacao. il blanchit el adoucit merveilleuftemenl l'épidémie, Recommandé par les médecins pour la toilette des epidermes délicats des Daines et des Bébés ffsï SAVON RODO

16 tini DIMANCHE-IUSTRÉ mi i n IIMIIIIMIIHI liiliiiiimiiiiiimiimiiiiiiiiiiiiiii il }g IIIIIIII minium mu i ïinuiii M A MOTOCYCETTE ENISÉE Un motocycliste parisien, M. Ropars, qui voyageait dernièrement dans les parages du MontSaint-Michel, à marée basse, a eu sa machine enlisée dans les sables mouvants. Il a dû abandonner sa moto qui s'enfonçait ' rapidement. iiiini un E 26 JUIET 925 miiif UN RECORD DE PREMIERS PRIX E CENTENAIRE DU " CHEMIN... DE BOIS " On vient de fêter le centenaire du chemin de fer. Mais nos pères auraient pu, dès 730, fêter le centenaire de son ancêtre, le " chemin de bois ", sur lequel roulaient les chariots de charbon, dans certaines mines britanniques, comme nous le prouve cette ancienne et curieuse estampe anglaise. Ce superbe bouledogue de dix-neuf mois, Billy Hercule, appartenant à un propriétaire de Paris, semble bien battre le record des prix. Rien qu'en 925, à différentes expositions canines, il a obtenu sept premiers prix, ce qui est une belle performance. UNE RACE DU CENTRE DE 'AUSTRAIE, QUI VIT COMME AU TEMPS DE A PIERRE TAIÉE a race humaine la plus primitive est, vraisemblablement, celle des autochtones de l'intérieur de l'australie, qui, non seulement vivent encore comme nos plus lointains ancêtres de l'âge de la pierre taillée, mais présentent certaines caractéristiques anatomiques qui les apparentent étroitement à une des races préhistoriques de l'europe occidentale dite de Néanderthal. Nos photographies montrent : 0 un vieillard jouant de la musique avec deux lames de bois ; 2 deux chasseurs lançant leurs javelots, fort primitifs, sur des kangourous ; 3 une vieille femme portant les caractéristiques crâniennes de sa race : nez très large et charnu ; yeux enfoncés sous des visières osseuses ; menton en retrait. II E TRICORNE ET E TRAIN ÉECTRIQUE On vient d'installer, récemment, un nouveau service de trains électriques entre ondres et Guildford, inauguré par les notabilités. e crieur de la ville de Guildford, avec son tricorne et sa cloche, ne fut pas le moins remarqué du cortège. " 'ARBRE DROIT " A SOIXANTE-TREIZE ANS e Dr Richard Hogner, Suédois d'origine, est un vieillard de soixante-treize ans. Mais nul n'est plus actif que lui et, malgré son âge avancé, il possède, grâce à un entraînement sportif continu, une agilité que lui envieraient bien des jeunes. e voici faisant " l'arbre droit "* AMAS THIBÉTAINS DEVANT EUR MAISON UNE ÉMIGRATION DE AMPROIES Voici le paradis des pêcheurs. Car cette masse informe est constituée par une énorme bande de lamproies qui, comme chaque année, émigrent et franchissent presque à sec une chute d'eau dans un fleuve de l'oiégon, aux Etats-Unis. Nul n'a oublié la visite que les lamas thibétains firent, récemment, à ondres et à Paris. Or, voici un lama entouré de sa famille devant la demeure qu'il habite. A noter la très curieuse architecture de ce bâtiment qui, au Thibet, est dé]à une maison... de luxe.

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Les naufragés du parking

Les naufragés du parking Les naufragés du parking Synopsis Quatre personnes se rendent au parking pour récupérer leur véhicule après une soirée qui s'est prolongée. Malheureusement, le parking est fermé. Ces personnes qui ne se

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor Le songe de la statue du roi Nebucadonosor http://www.bibleetnombres.online.fr/nabuchod.htm (1 sur 6)2011-02-04 18:36:03 " [...] La seconde année du règne de Nebucadonosor, Nebucadonosor eut des songes.

Plus en détail

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni Austerlitz, Mercredi 26 Novembre Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil Bonjour, J ai trouvé un après-midi

Plus en détail

Le Sort d un papillon

Le Sort d un papillon Emma Adèle Lacerte Le Sort d un papillon Les Revenants Le sort d un papillon Sur le toit d une véranda, deux chenilles avaient élu domicile. Toutes deux, enveloppées d un tissu blanc et ouaté, attendaient

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

La Gardeuse dʼoies Grimm

La Gardeuse dʼoies Grimm La Gardeuse dʼoies Grimm Il était une fois une vieille reine dont le mari était mort depuis de longues années. Elle avait une jolie fille, qui, en grandissant, fut promise au fils d'un roi. Quand vint

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Cheminement onirique

Cheminement onirique Cheminement onirique Notre projet était d'illustrer le cheminement du rêve ; la lettre à la manière de Diderot est adressée à Sophie Volland dans le but de lui raconter son songe artistique. Les photographies

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime.

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime. Je vais vous présenter les ruses de Renart dans le roman de Renart. Renart, notre héros Renart est le personnage principal choisi par l'auteur. Dans chacune de ses histoires, il est dans une mauvaise posture

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

26 février 1918. Marie,

26 février 1918. Marie, Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre Lettres écrites par Julie, élève de 1L 26 février 1918 Je suis tellement heureux, ce temps maussade ne se finira jamais il me semble, maintenant. Mais je

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité Le vent bohème Ça m a pris du temps pour me libérer De cette prison d incertitude Mes craintes étaient prises au dépourvu Et tous mes doutes ont disparu J ai trouvé mon bateau sur les pierres J ai refait

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Projet «Création littéraire»

Projet «Création littéraire» Projet «Création littéraire» Ce projet vise principalement à développer les compétences écrites des élèves et à stimuler chez eux la création littéraire. Il est destiné à un public adolescent francophone

Plus en détail

LE PLAN DE MILI. Si tout le monde signe, elle aura plus de valeur!

LE PLAN DE MILI. Si tout le monde signe, elle aura plus de valeur! LE PLAN DE MILI Mili lance un message comme on lance une bouteille à la mer. Elle s adresse à nous tous, mais plus particulièrement à ceux Des îles de la Polynésie Française Vous pouvez l aider en envoyant

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

Islande. Description et informations pratiques :

Islande. Description et informations pratiques : Description et informations pratiques : Islande Le massif de Kerlingarfjöll est un endroit somptueux, situé au centre du pays, au sud de l'immense glacier du Hofsjökull, le long de la piste de la Kjölur

Plus en détail

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr. PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.st Nous vous présentons ici à peu près la moitié de la pièce. Si vous êtes

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre.

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Gö r l i t z La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Pouvait-il l avoir raté? Il s était pourtant caché dès

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

ça se passerait dans une des plus grandes bijouteries de Paris et qu il ne devait pas louper son coup car cette fois-ci l homme ne pourrait pas

ça se passerait dans une des plus grandes bijouteries de Paris et qu il ne devait pas louper son coup car cette fois-ci l homme ne pourrait pas L illusion d Arsène C était en 1919 à Paris, rue des Champs Elysées par une belle journée d avril. Arsène eut l idée d offrir un bijou à son amie qu il avait rencontrée la veille et qui lui plaisait fortement.

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Unité 1 exercice 19 Comment tu t'appelles? Je m appelle Tu as quel âge? J'ai eu ans le mois dernier. Quelle est ton adresse? J habite Tu es dans

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001 La souris voyageuse Pipistrelle à Venise Annick et Jacques Laban Novembre 2001 1 Dans la gare de Nice, sous une grosse traverse en bois vivait une famille de souris. La demeure était certes un peu bruyante,

Plus en détail

En sécurité sur le chemin de l école!

En sécurité sur le chemin de l école! opération cartable En sécurité sur le chemin de l école! 5 histoires à découvrir plus des jeux très amusants! à l école à pied Une, deux Une, deux Un pas, puis un autre et nous voilà à l école. Facile

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

C est beau la vie Jean Ferrat

C est beau la vie Jean Ferrat C est beau la vie Jean Ferrat Le vent dans tes cheveux blonds Le soleil à l'horizon Quelques mots d'une chanson Que c'est beau, c'est beau la vie Un oiseau qui fait la roue Sur un arbre déjà roux Et son

Plus en détail

Guide du petit visiteur. Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND

Guide du petit visiteur. Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND Guide du petit visiteur Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND DU 13 AVRIL AU 10 MAI Arrêt59, Centre Culturel de Péruwelz Petits jeux

Plus en détail

Conversations au château hanté : Scène de ménage

Conversations au château hanté : Scène de ménage Séquence 34 - Sketch 1/5 Les verbes terminés par «-ant» sketches à imprimer, sketchs à imprimer, sketch à imprimer, sketches gratuits, sketchs gratuits, sketch métier, sketch à jouer, sketch fle, sketch

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours.

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours. Dis, maman Dis, maman, c'est quoi le printemps? Le printemps, mon enfant, c'est la saison des amours. Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

SALON WAGUIH / EXT. JOUR ENSOLEILLE.

SALON WAGUIH / EXT. JOUR ENSOLEILLE. SYNOPSIS (texte tiré du dossier de réécriture destiné au CNC) SALON WAGUIH / EXT. JOUR ENSOLEILLE. Mon père et moi sommes concentrés sur une partie d échecs. Aucune parole n est échangée. Une radio allumée

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Marcel MICHELET Liminaire Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Liminaire Liminaire... cet adjectif substantifié

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

Enfant soldat. Mon plus grand rêve, c est de devenir soldat. Je les trouve tellement courageux, et tellement élégants dans leur uniforme!

Enfant soldat. Mon plus grand rêve, c est de devenir soldat. Je les trouve tellement courageux, et tellement élégants dans leur uniforme! Enfant soldat Mon plus grand rêve, c est de devenir soldat. Je les trouve tellement courageux, et tellement élégants dans leur uniforme! Un jour que je marche dans la rue, je tombe en arrêt : devant moi,

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

LA PREVENTION ET VOUS

LA PREVENTION ET VOUS Septembre 2012 LA PREVENTION ET VOUS «LE SURENDETTEMENT ET LA MARGINALISATION : COMMENT VIVRE ET ABORDER LE SURENDETTEMENT AU SEIN DE SON MILIEU FAMILIAL ET SOCIAL» AU DELÀ DE LA DIMENSION ÉCONOMIQUE METTRE

Plus en détail

Sur les pas d un cardinal

Sur les pas d un cardinal Sur les pas d un cardinal à Villeneuve lez Avignon Je m appelle Léonard de Gif fone, j ai été nommé cardinal par le pape Clément VII. Nous sommes 24 cardinaux autour du pape. Notre rôle est de lui donner

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail