le ginkgo n o / 2012 solidarités Bulletin municipal d information de la ville de Trilport

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "le ginkgo n o 17 04 / 2012 solidarités Bulletin municipal d information de la ville de Trilport"

Transcription

1 le ginkgo n o / 2012 Bulletin municipal d information de la ville de Trilport solidarités

2 sommaire 4 s informer, réfléchir, avancer Solidarité? Active! Électricité générale et industrielle Mise en conformité Chauffage électrique Installation - Dépannage 10, rue d Armentières TRILPORT Tél Fax : Karine Bouillé Opticienne diplômée 11 rue du Maréchal Joffre TRILPORT Masculin - Féminin - Junior COIFFURE - MANUCURE - MAQUILLAGE Mardi et mercredi 9h - 12h et 14h - 18h Jeudi 9h - 12h et 14h 19h Vendredi 9h - 19h - Samedi 8h30-18h 52, rue de Montceaux TRILPORT Tél. Masculin : Féminin Junior COIFFURE - MANUCURE - MAQUILLAGE Mardi et mercredi 9h - 12h et 14h - 18h Jeudi 9h - 12h et 14h 19h Vendredi 9h - 19h - Samedi 8h30-18h 52, rue de Montceaux TRILPORT Tél. : Terrassements Canalisations Démolition 29, rue Lafayette MONTHYON Tél Fax : retour sur investissements Poids lourds rue de Brinches où en est-on? Maîtriser les achats d eau 9 notre argent Le budget communal Patrimoine Commerces Coffres-forts et mouton à cinq pattes ils l ont fait News trilportaises la culture en partage Musiques au cœur Trilport en poésie comprendre la ville Retour sur les questionnaires Infos + écologie Asso focus l UST Foot Petites infos trilportaises tribunes politiques l agenda du maire une autre parole Le logement est-il un droit? services pratiques en Français HARD DISCOUNT se traduit Terrassements Canalisations Démolition 29, rue Lafayette MONTHYON Tél Fax : Bartholy Le Ginkgo est une publication de la ville de Trilport. Dépôt légal mai 2012 Tirage : exemplaires Directeur de la publication : Jean Michel Morer Rédacteur en chef : Michel Éberhart Comité de rédaction : Geneviève Leguay, Manuel Mèze Françoise Vasselon, Roselyne Walger, Annick Pane. Conception et réalisation : Concordance(s)/Michel Delon Impression : Point 44 à Champigny (94) Imprimé avec des encres végétales sur papiers issus de forêts gérées.

3 une volonté collective édito Je voulais saluer la belle initiative citoyenne des salariés d Arcelor Mital que nous avons accueillis à Trilport. Leur marche pour l emploi, de Florange à Paris (370 km), constitue une aventure humaine positive, authentique et surtout légitime au regard de la situation économique de leur territoire et des promesses non tenues qui leur avaient été faites. Revenons à Trilport : Les réunions de quartiers que nous avons relancées, comme les questionnaires sur lesquels nous reviendrons dans ce numéro, ont été riches en enseignements, indiquant clairement les pistes d actions qui vous tiennent le plus à cœur. Ce dialogue constructif sera reconduit en 2013, et je vous invite à participer également aux prochains ateliers citoyens et aux réunions publiques. Le vote du budget 2012 intègre nombre de ces demandes. Les efforts menés depuis 2008 portent progressivement leurs fruits et nous permettent, cette année encore sans augmentation des taux, de poursuivre le désendettement de la commune tout en maintenant une politique dynamique. Ce budget marque une nouvelle étape dans le développement de Trilport et permettra de renforcer les actions déjà initiées en terme de solidarités, de développement en direction de la jeunesse et des écoles, d accessibilité de la ville, de rénovation de l éclairage public, de cadre de vie auxquelles s ajoute un nouveau chantier important, celui de l évolution des services à la population. Les investissements menés, l ambition qualitative de nos projets, la richesse du dialogue citoyen engagé, la modernisation de notre action au quotidien sont autant de signaux qui illustrent la volonté des élus. Nous poursuivrons une gestion raisonnée afin de faire évoluer le quotidien sans sacrifier le long terme et les perspectives futures de la commune. Pour conclure, je félicite les Trilportais pour leur mobilisation lors du scrutin présidentiel. (80,20 % de participation). Elle témoigne de leur esprit citoyen et j espère une participation aussi active pour les élections législatives des 10 et 17 juin, tout aussi essentielles pour l avenir des Français. Enfin, saluons l arrivée de François Hollande à la Présidence de la République. La France a besoin de rigueur et de sérieux dans sa gestion compte tenu de l état déplorable de ses finances et de ses services publics de croissance pour relancer l emploi et l activité de nos entreprises, et d équité, afin que chacun prenne une juste part dans le relèvement du pays. Il nous faut surtout travailler ensemble, la France sera plus forte rassemblée que divisée pour relever les défis qui nous attendent. Jean-Michel Morer, maire de Trilport Le Ginkgo n o 17 // avril

4 Solidarité? Active! s informer, réfléchir, avancer Petite commune, moyens limités, mais Trilport fait le maximum en plaçant l action sociale au cœur de sa politique municipale. Le CCAS (Centre communal d action sociale), c est 260 boîtes de chocolats distribuées aux plus de 77 ans, 24 bons de combustible, 28 colis alimentaires, 52 personnes emmenées au Touquet en 2011 À cet inventaire à la Prévert s ajoutent des dizaines d heures d écoute et de conseil, autant de dossiers instruits auprès des autorités compétentes, et c est surtout du lien social qui cimente la communauté. Chacun, à un moment ou l autre, peut en avoir besoin, même s il ne le sait pas encore. Car outre les aides aux personnes en difficulté, l action du CCAS s étend à l information de chaque citoyen au sujet de ses droits et à la mise en relation avec les partenaires et organismes ad hoc pour tout un tas de démarches administratives qui paraissent complexes. Une aide à portée de main À Trilport, la proximité avec les citoyens permet au CCAS de bien les connaître, de les accompagner dans la durée, et surtout de prévenir les difficultés avant que surgissent les drames. Évidemment, le CCAS à lui seul, comme dans toutes les petites communes, ne suffit pas à gérer toutes les situations, mais l attention quotidienne et le contact humain mobilisent les personnes en situation précaire bien mieux qu une simple aide matérielle récurrente qui en ferait des assistés chroniques. Après examen des dossiers, des bons alimentaires et de combustible peuvent être accordés, des cantines et des frais de centre de loisirs ou de garderie ponctuellement pris en charge, de même que les frais d obsèques des indigents. Mais c est surtout au niveau de l aide administrative apportée aux personnes en difficulté, dans les démarches de constitution et de transmission des dossiers (pour un placement en famille d accueil ou en maison de retraite, une demande de RSA, une obligation alimentaire non respectée ) que le CCAS joue tout son rôle. Emploi, logement Répondre aux besoins des plus faibles permet à la société de prévenir et de lutter contre l exclusion. À cet effet, la commune de Trilport tient, malgré des sollicitations sans cesse croissantes, à apporter à chacun une aide personnalisée. L association Amitié solidarité trilportaise a ainsi créé un pôle-emploi qui, face aux parcours professionnels difficiles, cherche les bons interlocuteurs. Services publics d insertion, organismes de formation, associations intermédiaires : toutes les ressources sont mises en réseau pour ne laisser personne sur le bas-côté et permettre à chacun de trouver une activité socialement utile, valorisant son expérience et ses compétences. De 2006 à 2011, 200 Trilportais ont eu recours

5 Voyage à la mer 2011, destination Le Touquet Des solidarités actives pour rebondir concrètement face aux accidents de la vie aux services de l association avec, malheureusement une nette croissance des visites au cours de l année écoulée (192 en 2010, 314 en 2011). Pour ce qui concerne les logements, et notamment ceux proposés sur la commune, souvent insuffisants, inadaptés, voire vétustes, et parfois inaccessibles à des personnes aux revenus précaires ou connaissant une mauvaise passe, le CCAS s appuie là encore sur son réseau, il collabore avec les bailleurs sociaux. Il instruit les dossiers de demande de logement social et d urgence qui seront présentés en préfecture et auprès des bailleurs par la suite : chaque demande correspond à un numéro unique régional qui garantit l inscription en tant que demandeur de logement locatif social et certifie la date de cette demande. Le numéro unique est régional. Jusqu à présent, une demande de logement faite n était valable que dans votre département. Maintenant, il n est plus besoin de s inscrire dans plusieurs départements ou communes. Le Centre peut aussi travailler avec les services sociaux pour prévenir les impayés et les expulsions. En 2011, 78 requêtes ont ainsi été examinées, sans compter les 15 alertes «impayés et expulsions» envoyées par la souspréfecture signalant les cas délicats à la commune, et les 38 alertes envoyées par EDF pour impayés. Familles, seniors Les familles et les personnes âgées ne sont pas en reste à Trilport. Si la commune gère les équipements pour l enfance et la jeunesse, le CCAS est impliqué autour de leurs conditions d existence et des problèmes de logement, de santé, d alimentation et d éducation qui précarisent leur développement. En 2011, 10 jeunes de l Action Jeunesse Trilportaise ainsi que 18 familles ont ainsi pu passer une Danielle Bourguignon, 1 re maire-adjointe en charge des solidarités Entretien au pôle emploi Le Ginkgo n o 17 // avril

6 La commune : un facilitateur dans le dédale administratif s informer, réfléchir, avancer journée au Touquet dans le cadre d une activité intergénérationnelle. Quant aux personnes âgées, elles bénéficient depuis toujours d un suivi particulier : repas des seniors, colis de Noël, mais ce qui retient davantage aujourd hui l attention du CCAS, en partenariat avec l ASSAD, c est le maintien à domicile des personnes qui avancent en âge et perdent leur autonomie. Certes, les contraintes financières se font de plus en plus pesantes, ainsi que les prescriptions réglementaires sur la qualification des services et la professionnalisation des personnels. Mais rien ne peut remplacer la connaissance quasi-intime de la population concernée, fruit d un accompagnement suivi dans le temps et d une approche personnalisée. À Trilport, 25 personnes ont bénéficié en 2011 pour plus de sécurité des services de téléalarme, 22 ont pu être convoyées de façon L ASSAD hebdomadaire au supermarché et 12 au club de l amitié. 362 envois ont enfin été effectués dans le cadre du plan canicule, donnant lieu à 90 réponses, 141 appels et 5 visites à domicile au cours de l été. L essentiel : le réseau Toutefois, toute la bonne volonté du monde ne peut suffire quand les moyens et le personnel sont limités. C est le cas dans de nombreuses petites communes de France où rien ne peut remplacer cependant la qualité d une connaissance de proximité et sur la durée. Le besoin d une synergie entre les différents interlocuteurs situés sur un même territoire se fait donc de plus en plus sentir, même si les personnes ressources locales restent à l origine des actions. L analyse annuelle des besoins sociaux, obligation réglementaire permettant de définir les Fondée en 1977, l ASSAD (Association de services et soins à domicile) de Trilport et ses environs assure une aide au maintien à domicile de tout public fragilisé ou non : personnes âgées ou handicapées, mères de famille, femmes enceintes Cette entreprise rayonne sur 13 communes rurales. En 2010, 122 bénéficiaires trilportais ont reçu heures d aides prodiguées par l association qui compte 67 intervenantes à domicile qualifiées. Leurs tâches varient de l entretien du cadre de vie (ménage, repassage, entretien du linge) et du logement en cas d absence (hospitalisation, vacances ), à l intervention auprès des familles en situation de déséquilibre social ou moral (maladie, accident, fatigue, grossesse) et à l aide à la personne qui contribue essentiellement au maintien à domicile des plus âgés. Outre les courses, la préparation et l aide à la prise des repas, ces derniers sont également accompagnés dans certaines activités de la vie quotidienne : au-delà des tâches ménagères, c est aussi le réconfort d une présence. L association, reconnue et agréée par le Conseil général, dont les activités s exercent 7 jours sur 7 auprès des personnes les plus dépendantes, a établi en outre des conventions avec la Caisse d allocations familiales, la Mutualité sociale agricole, la Caisse primaire d assurance-maladie et diverses mutuelles qui participent financièrement en fonction des ressources et du handicap des personnes aidées. ASSAD : directrice Nicole Mas-Cerda 82 bis, rue de Montceaux Trilport Tél. :

7 Solidarité? Active! infos + orientations à prendre et les prestations qui y correspondent, s effectue sur une base intercommunale et s appuie sur des compétences externes. De même, l action sociale revêt de multiples aspects spécialisés qui requièrent l expertise et le savoir-faire de nombreux partenaires pouvant mettre en œuvre des coopérations, voire des conventionnements avec les différents acteurs locaux, publics ou privés. Le CCAS de Trilport travaille ainsi régulièrement avec la Maison des solidarités de Meaux, la Maison de l emploi et de la formation Nord- Est 77, le Pôle-emploi de Meaux en lien avec le Point-emploi trilportais, la Mission locale pour l insertion sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire, la Caisse d allocations familiales, plusieurs associations d insertion (Bail qui suit les familles dans le but d un maintien dans les lieux lors des procédures d expulsion ; SOS femmes qui accueille des femmes et leurs enfants, victimes de violences conjugales et/ Transport des personnes âgées pour leurs courses, deux fois par semaine ou intrafamiliales ; La Rose des vents, les Restos du cœur, le Secours populaire ). D autres associations sont également ses partenaires comme l AVIMEJ (association d aide aux victimes d infractions pénales facilitant l accès aux droits), les services de tutelle ATSM (accompagnement tutélaire social mandataire), le 115 et l ASSAD (association de services et soins à domicile) qui assure une aide au maintien à domicile de tout public fragilisé ou non. Fort de la qualité de ce travail de réseau, le CCAS de Trilport s est vu confier par la municipalité la mission d établir une convention avec la Maison départementale des solidarités gérée par le Conseil général. Elle sera la deuxième commune de l agglomération à entrer dans ce nouveau dispositif. Une fois en place, ce dispositif permettra au Centre social de Trilport d exercer directement les compétences qui lui auront été déléguées tout en bénéficiant des services départementaux qui seront mis à la disposition de la commune. Le CCAS Centre communal d action sociale Le CCAS est un établissement public autonome, disposant d un budget propre alloué par la municipalité. Il est administré par un conseil composé d élus et d habitants de Trilport (représentants des associations familiales, du domaine de l insertion, de la lutte contre l exclusion et de la santé, des personnes handicapées, des personnes âgées, des associations). Les chiffres pour de subvention communale, 5460 de remboursements de services, 1265 de dons, et un excédent 2010 de 8179,50, soit 45904,50 de recettes ; 13826,93 de dépenses à caractère général (colis et chocolats, repas des seniors, téléalarme) ; 17855,34 d aides et de secours (aides alimentaires et aides d urgence, obsèques, secours logement, aides en combustible ) ; 11930,27 de charges de personnel, et un excédent de 2291,96. Le CCAS suit en moyenne 200 dossiers par an dont certains nécessitent beaucoup d investissement CCAS : Villa Bia, 5 rue du Général-de-Gaulle, Tél Accueil sans rendez-vous le lundi de 9 h à 12 h et le jeudi de 14 h à 18 h. Accueil sur rendez-vous le mardi de 14 h à 18 h et le vendredi de 9 h à 12 h. Le Ginkgo n o 17 // avril

8 à suivre Qu en est-il des «dossiers en cours»? Petit rappel des actions engagées. Celles qui avancent, celles qui aboutissent. Manière de ne pas perdre le fil retour sur investissements Poids-lourds rue de Brinches, où en est-on? Depuis plusieurs mois, notre attention et celle des riverains de la rue de Brinches ont été attirées par le passage fréquent de poids-lourds circulant en direction de la RD603. Cela n est pas sans présenter un vrai danger pour les écoliers de l école Jacques-Prévert et les automobilistes car cette route n est pas adaptée à des véhicules de 38 tonnes. Le 3 novembre 2011, le Conseil municipal a voté à l unanimité une motion adressée au Conseil général de Seine-et-Marne et aux élus des autres communes traversées afin d interdire la circulation des poids-lourds sur la RD33, entre la RD228 et la RD603. Aujourd hui, qu en est-il de notre demande? La rue de Brinches étant une route départementale, la décision d interdire la circulation des poids-lourds n appartient pas à la commune de Trilport qui considère ce dossier comme prioritaire pour la sécurité des abords de l école Jacques-Prévert et la qualité de vie des riverains. Dès le mois de janvier, les services départementaux ont donc été (re)sollicités afin d étudier les modalités de cette interdiction avec les autres communes impactées (Fublaines, Boutigny, Saint-Fiacre et Villemareuil). Conjointement à cette étude, une demande d autorisation a été adressée au commissariat de police et à la gendarmerie. Après concertation, les services du Conseil général ont reconnu la légitimité de cette demande lors d une réunion fin mars, sous deux conditions : unanimité des communes traversées et financement par celles-ci des panneaux de jalonnement. Une réunion est programmée prochainement afin de finaliser la mise en place de cette modification de circulation. À l initiative de cette démarche, les élus de Trilport continuent à suivre cette procédure : il est à souligner qu ils se sont déjà rapprochés des entreprises de transports identifiées afin qu elles modifient les itinéraires de leurs véhicules. Maîtriser les achats d eau Une vanne a été mise en place sur le réseau d eau potable au niveau de la canalisation venant de Meaux à l emplacement de la place Bourgoin Elle permettra de conserver une eau avec un mélange homogène et de maîtriser les volumes et les achats d eau sur la commune. Ces travaux intervenant dans le cadre du contrat d affermage conclu par la ville ont été entièrement pris en charge par Véolia.

9 le budget communal 2012 Le 6 avril, le conseil municipal a pris deux délibérations relatives au budget : vote du compte administratif 2011 et adoption du budget notre argent En 2011, la ville a poursuivi la politique mise en place avec une gestion responsable et rigoureuse des dépenses notamment de fonctionnement et ce en préservant la qualité des services publics sans augmenter les taux d imposition. La situation et le contexte budgétaire Dans la vie d une commune, le vote du budget est à la base de l action de la municipalité. Au-delà d aspects purement comptables, il fixe le cap des orientations politiques municipales, leur impact sur la situation de la collectivité et ses équilibres financiers dans le temps, car il porte à la fois sur le fonctionnement quotidien et sur les investissements de la collectivité qui l engagent sur plusieurs années. Nous entamons une nouvelle séquence budgétaire qui fait suite à celle débutée en 2006, marquée principalement par les réalisations des partenariats noués avec le Conseil général (cont ac.t et Contrat triennal de voirie), et la région (Contrat régional), dont l ampleur avait impacté les budgets précédents ; nous voici revenus à une situation plus normale. La dépense publique (compte administratif 2011) Afin d éviter toute polémique, il est utile de rappeler la différence entre un compte administratif et un budget. Le compte administratif correspond à la réalité effective de la dépense publique pour l année écoulée, le budget représente les prévisions de dépenses pour l année à venir. Traditionnellement à Trilport, afin d éviter toute mauvaise surprise, les prévisions de dépenses sont maximalisées et ne sont retenues que les recettes a priori «certaines». Grâce à cette méthode nous avons, chaque année, dégagé des excédents qui nous ont permis d investir sans emprunts nouveaux. Le Ginkgo n o 17 // avril

10 La dépense en Écoles Administration générale Voirie et espaces verts Jeunesse et services sociaux Coût des bâtiments Charges financières Culture, vie associative Circulation, sécurité Urbanisme Répartition des charges de fonctionnement (hors amortissement) Écoles ,15 Administration générale, état-civil ,41 Voirie et espaces verts, cadre de vie ,91 Jeunesse et services sociaux ,86 Coût des bâtiments ,44 Charges financières ,27 Culture, vie associative, fêtes et cérémonies ,79 Circulation, sécurité, police municipale 80476,10 Urbanisme 42228, ,84 notre argent Analyse synthétique du compte administratif 2011 La commune a poursuivi son effort de maîtrise des dépenses de fonctionnement, en préservant la qualité des services proposés aux Trilportais. L analyse des différents ratios souligne les caractéristiques budgétaires : Des recettes inférieures à la moyenne, du fait notamment du mode de calcul de la dotation globale de fonctionnement d un montant très inférieur à la moyenne des communes. Elle pénalise injustement notre ville, compte tenu des exigences de l État, au titre de l application de la loi SRU nécessitant des investissements importants de la municipalité. La maîtrise de la dépense publique : une situation qui, vu la qualité et la diversité des services à la disposition des Trilportais, est une vraie performance. Rappelons l ouverture en 2011 du Relais d assistantes maternelles. Trilport et quelques ratios* Trilport avec habitants, se situe entre les villes de à habitants et celles supérieures à habitants. Pour Trilport, ces dépenses (une fois ajouté les reports d investissement, voir page 12) s élèvent à , soit 779 /habitant. Ratio national des dépenses par habitant à habitants : 820 /habitant à habitants : 967 /habitant Les charges de personnel représentent une part importante de ces dépenses, les services d une mairie étant surtout dispensés par les agents communaux : école, périscolaire et jeunesse, service de la voirie et des espaces verts, police municipale, services administratifs. À Trilport, les charges en personnel se sont élevées à , soit 386 /habitant. Ratio national des charges de personnel par habitant à habitants : à habitants : 486 (donnée 2011)

11 LE budget 2012 Ce budget tient compte du contexte financier délicat traversé par les collectivités, avec le gel des dotations de l État qui commence à peser. Malgré ce cadre contraint, l équipe municipale poursuit quatre objectifs : ne pas augmenter les taux d imposition au regard de la situation difficile de nombreux habitants, poursuivre le désendettement de la commune, mais maintenir une politique d investissement basée sur la proximité et l accessibilité dans la ville et améliorer les services quotidiens pour les habitants. Nous devons à la fois maintenir la dynamique de l action engagée depuis 2008, répondre aux besoins croissants de nos concitoyens, et poursuivre la gestion rigoureuse initiée en préservant notre volonté de ne pas sacrifier le long terme et les perspectives futures de la commune au court terme. Cette feuille de route est également enrichie des demandes de nos concitoyens (analysées à partir des questionnaires, réunions de quartiers et réunions de concertation ). dépenses Charges de personnel Charges à caractère général Virement investissement Charges de gestion courante Charges financières Divers Quelques explications Charges à caractère général : dépenses en matière d énergie, d entretien des bâtiments et de voirie Charges de gestion courante : subventions aux associations, participations intercommunales, service incendie. Virement investissement : part du budget alimentant la section d investissement. C est l autofinancement de la commune, qui permet tout à la fois de rembourser les emprunts et d investir pour les habitants. Total : recettes Impôts et taxes Excédents antérieurs Dotations et participations Produits des services Divers Total : * Les ratios mentionnés sont issus des données 2010 du ministère des finances Et chez nos voisins? Quelques explications Excédents antérieurs : report du résultat de gestion (déficit ou bénéfice) de l année passée. La gestion saine de la commune fait que nous avons eu toujours un résultat antérieur en excédent. Produits des services : concessions du cimetière, redevance d occupation du domaine public, redevances services périscolaires Impôts et taxes : montant des impôts locaux (taxe d habitation, taxe foncière bâti et non bâti), taxe sur les droits de mutation (vente de terrains à bâtir). Dotations et participations : comprend notamment la dotation globale de fonctionnement versée par l État, mais aussi les subventions. infos Trilport : [les taux d imposition inchangés] : 15,86 % pour la taxe d habitation 21,65 % pour la taxe foncière (bâti) Meaux : 17,00 % pour la taxe d habitation 23,57 % pour la taxe foncière (bâti) Nanteuil-lès-Meaux : 13,25 % pour la taxe d habitation 29,71 % pour la taxe foncière (bâti) Crégy-lès-Meaux : 17,75 % pour la taxe d habitation 36,73 % pour la taxe foncière (bâti) Villenoy : 13,61 % pour la taxe d habitation 22,65 % pour la taxe foncière (bâti) Le Ginkgo n o 17 // avril

12 L investissement L effort de désendettement porte ses fruits. Si la dette, corollaire des investissements consentis par le Contrat régional et le cont act (Centre de loisirs, école de la Charmoye, gymnase ) apparaissait quelque peu excessive les années antérieures, nous sommes revenus à un niveau «normal». Effort maintenu en 2012, aucun emprunt ne sera souscrit, excepté pour des travaux d assainissement. C est l autofinancement réalisé qui permet de dégager les moyens pour investir. dépenses Remboursement emprunt Acquisitions et travaux Déficit reporté, report investissement, programme en cours Recettes Virement de la session de fonctionnement Subventions d investissement Produit des cessions Dotations fonds divers Divers (amortissements) Total : Quelques explications Le montant du virement de la session de fonctionnement : , permet non seulement de rembourser les emprunts engagés par la commune pour s équiper ( ), mais également d investir pour améliorer la vie des Trilportais. La dette notre argent Au 1 er janvier 2012 le montant de la dette s élevait à ce qui correspond à : 854 /habitant. Ratio national 774 pour les communes de à habitants (donnée 2011) 877 pour les communes de à habitants (donnée 2011) Le désendettement de la commune initié depuis 2009 se poursuit, il devrait nous ramener en 2013 quasiment au même niveau qu en M 4 M 3 M 2 M 1M

13 commerces Le temps n est plus où le cochon, bien en formes, arrivait dans la cour de la charcuterie Thuillier pour finir en rôtis, pâtés et saucisses Pendant longtemps, les Trilportais, comme la plupart des ruraux, ont vécu en autarcie, consommant leurs produits et vendant le surplus au marché. Pour cela, encore au xix e siècle, il fallait se rendre à Meaux après avoir acquitté le péage du pont. Puis des commerces variés se sont développés, dont on trouve les traces sur les clichés anciens et dans les tables de recensements : épiceries, nombreux cafés, graineteries, boulangeries et autres métiers de bouche jalonnaient alors les rues du village, animées également par les activités artisanales. L apparition des grandes surfaces regroupant les marchandises en simplifiant la vie quotidienne de clients pressés a transformé l aspect des agglomérations et les relations sociales, entraînant, petit à petit, la fermeture des commerces à partir des années 60. Dernièrement, chacun a ainsi déploré la cessation d activité de notre charcuterie emblématique. Mais voici que des enseignes réapparaissent à Trilport, ainsi qu un modeste marché le vendredi matin. Souhaitons-leur une longue vie, grâce à des clients fidèles et sensibles à la qualité d un service de proximité. patrimoine d hier Le Ginkgo n o 17 // avril

14 Coffres-forts et moutons à cinq pattes Les habitants de la commune connaissent la rue Frédéric- Nugue. «coffres-forts, Nugue» peuvent lire les voyageurs attentifs qui empruntent le train passant par Trilport. Mais qui sait ce que cache cette façade en meulière, épargnée par le temps? Ci-dessus : catalogue de En haut : le fronton du bâtiment construit en 1910 qui abrite l atelier et le bureau d étude. À droite : Gérard Genevoix, descendant des créateurs de l entreprise et actuel responsable commercial Dès la plateforme d entrée, le visiteur doit se faufiler entre des dizaines de coffres métalliques dont certains pèsent plus d une tonne. À l intérieur de l atelier, inauguré en 1910, les soudeurs envoient de joyeuses gerbes d étincelles, rythmées par le bruit de la poinçonneuse qui découpe dans une plaque d acier les pièces destinées à la serrurerie. Un peu plus loin, derrière une bâche de protection, les peintres officient sur le métal brut, tandis que leurs collègues liment délicatement les pièces qui en ont besoin. C est sous un escalier, dans un habitacle minuscule, que se cache le cœur de l entreprise : le bureau d étude où s inventent les «moutons à cinq pattes» que Nugue réalise tous les jours. Plus de cent ans Il faut remonter à la fin du xix e siècle pour voir la naissance de l entreprise : Frédéric Nugue, quincaillier à Meaux, a la bonne idée de racheter les brevets des serruriers de la Marne et de se lancer à son tour dans la fabrication des coffres-forts. Ces derniers existent depuis le début du siècle, coïncidant avec la mise en circulation des billets de banque. Nugue développe ses activités, fait breveter le pêne circulaire, inventé par son premier contremaître, participe à l exposition universelle de Paris en Quatre ans plus tard, il deviendra conseiller municipal de Trilport, puis maire, de 1908 à La guerre fait vivre des années sombres à l entreprise, gérée jusqu en 1939 par les gendres du fondateur, puis fermée par les occupants allemands. À la sortie de cette période funeste, le petit-fils de Frédéric Nugue reprend les rênes et rassemble tant bien que mal les ouvriers qui ont continué le travail, clandestinement, dans leurs ateliers domestiques. Vaillamment, l entreprise

15 remonte la pente, continue à développer les marchés qui ont connu des beaux jours dans l empire colonial français (Indochine, Madagascar, Afrique du Nord et subsaharienne). Deux mille coffres-forts sortent alors chaque année de l atelier trilportais. Gérard Genevoix, arrière-petit fils du fondateur, reprend l affaire en 1968, à la mort de son père, et la fait prospérer de plus belle pendant trois décennies, jusqu au raz-de-marée de la mondialisation. La fin du xx e siècle est marquée par l envahissement des marchés par les produits fabriqués à l Est de l Europe (trois fois moins chers), puis en Asie, en Inde Impossible de rivaliser. Pourtant, Nugue coffres-forts n a pas dit son dernier mot et parvient à maintenir la tête hors de l eau. Des niches C est là qu interviennent les «moutons à cinq pattes» et le bureau d étude, caché sous l escalier. Les fabricants en série produisent, certes, à moindre coût, mais ils sont incapables de répondre à des demandes précises, «sur mesure». Riche de ses savoir-faire, dont certains sont perdus ailleurs irrémédiablement, Nugue s adapte et relève chaque défi : équiper de petits coffres-forts des voitures non blindées de transport de fonds, concevoir les habitacles installés dans des boutiques de luxe, des ambassades de la capitale ou encore des palais de richissimes hommes d affaires en Afrique du Nord Le cœur de la clientèle actuelle se compose ainsi de grandes surfaces, de banques et de particuliers, sans oublier quelques administrations et autres services publics comme l armée ou la gendarmerie qui ont intérêt à ce que les armes soient gardées en lieu sûr. L autre niche développée par Nugue est le service après-vente : il n est pas rare que les clients, affolés, appellent parce qu ils ont oublié le code, tellement sécurisé qu il ne reste plus malheureusement qu à percer Parfois, c est le propriétaire d un coffre vieux de cent ans qui demande le double d une clé cassée. Ces savoir-faire, Nugue les conserve et les développe précieusement, car ils constituent le socle de la survie de l entreprise qui est bien partie pour une autre centaine d années. En haut : un coffre-fort en cours de fabrication Ci-contre, en haut : une machine numérique découpe les pièces de tôle, mais le travail de montage est réalisé à la main. Ci-contre, en bas : le fameux pêne circulaire abandonné depuis 1950 pour des raisons de coût et un coffre-fort moderne qui intègre de plus en plus de capteurs électroniques permettant de détecter les chocs, les mouvements patrimoine d aujourd hui Le Ginkgo n o 17 // avril

16 ils l ont fait

17 Il y a 50 ans finissait la Guerre d Algérie 1Avec la FNACA et les élus, de nombreux Trilportais, émus, ont commémoré la cessation des combats de la guerre d Algérie. L appel aux morts devant le monument du parc a fait mémoire des soldats tués dont le Trilportais de 21 ans, Claude Gautier. Le travail récompensé 2La traditionnelle cérémonie de remise de médailles du travail s est déroulée le 10 mars à la mairie. 21 travailleurs totalisant à eux tous 595 années de labeur ont reçu des mains du Maire, entouré d élus, leur médaille et un diplôme avant de partager le verre de l amitié. Des crêpes pour les fées 3Un soleil glacé n a pas découragé les fées, princesses et corsaires, qui ont défilé pour le carnaval dans le quartier sud de Trilport. Crêpes et boissons ont réchauffé et récompensé petits et grands dans la salle polyvalente prêtée pour l occasion par l école Jacques-Prévert. À l an prochain! Collectionneurs à l honneur 4Des albums et des coupes ont fait des heureux à la salle des fêtes : les CE2 de J. Prévert pour leurs maquettes de timbres, et ceux qui ont affiché leurs vignettes, leurs cartes et leurs recherches lors de la manifestation annuelle toujours réussie de l APTE (association des Philatélistes de Trilport et ses environs). news trilportaises Sous les tropiques 5La salle des fêtes de Trilport avait pris des accents de zouk le 25 février pour la soirée antillaise organisée par la commission animation et l OMSLC. Une centaine de personnes ont pu y apprécier des plats et de la musique de nos îles dans un décor très fleuri. Carnaval allemand 6En réponse à l invitation des responsables allemands du jumelage une quarantaine de personnes membres du Comité de jumelage, de L OMSLC et des services municipaux ont assisté et participé au carnaval de Engen et de Schramberg en Forêt-noire. Ambiance festive et voyage réussi! Tirer les rois à la loterie 7Le samedi 7 janvier dernier, l association Trace évolution dont le but est le rapprochement des personnes valides et handicapées en partageant des moments de sport, de culture ou de loisirs, a organisé un loto lors de la traditionnelle galette des rois. Ce fut l occasion de repartir avec un lot et le titre de roi ou de reine de la journée. Le poisson n était pas à La Noyerie! 8Dimanche 1 er avril, de nombreuses animations, très sérieuses, étaient organisées au complexe sportif. L association Trilport rando proposait deux parcours sur 5 et 10 km dans le cadre de la journée nationale de prévention des maladies cardiovasculaires. Juste à côté, les donneurs de sang bénévoles de Meaux tenaient un stand afin de recueillir des promesses de don. Le Ginkgo n o 17 // avril

18 la poésie sur les vitres, ça se lit! musiques au cœur la culture en partage Entre jazz, classique et samba, Trilport accueille des événements musicaux régulièrement Petit rappel pour ceux qui les auraient ratés. 12 février, il fait très froid, mais la salle Saint-Exupéry est comble. Les ateliers de jazz du Conservatoire de Meaux (jeunes et adultes) sont sortis de leurs murs pour régaler les Trilportais. À l affiche, chansons libertines d Yvette Guilbert (celles que fredonnaient nos sages aïeules ), swing américain de Duke Ellington et de Gerschwin, mais aussi rythmes brésiliens de A. Carlos Jobin. Un moment de chaleur au cœur de l hiver. Un nouvel orgue pour l église Acquis grâce, notamment, à la souscription lancée par la paroisse de Trilport- Germigny-Poincy, notre église s est dotée d un nouvel orgue liturgique. Dédié à Michèle Bardon, musicienne et historienne de notre village, cet instrument numérique un Vivaldi 350 construit en Hollande par l entreprise Johannus, spécialiste mondial de ce type d instrument, comprend 58 jeux, 3 claviers et un pédalier. Il permet d interpréter des œuvres classiques, baroques, romantiques, religieuses et même profanes, comme l a expliqué M. Peneau, organiste titulaire de la cathédrale de Meaux, à l auditoire rassemblé dans l église lors de l impressionnant concert inaugural donné le 25 mars dernier avec la chorale A-travers-Chants.

19 Trilport en poésie Pendant un mois, la poésie a envahi les rues, les écoles et le collège de Trilport. Récit d expériences. En quatorze ans, Le Printemps des poètes s est fait une place dans la vie culturelle française. À Trilport, les années précédentes avaient été marquées par des «Plumes» d automne et de printemps, manifestations organisées autour du poète trilportais Jacques Andrea Walger. Cette année, c est avec Floriane Gaber, auteur et interprète, que la rencontre a eu lieu. Objectifs avoués : mettre en avant la poésie, cet art trop confidentiel et faire sauter les préjugés sur sa prétendue inaccessibilité. Interventions auprès des enfants, formation à la lecture de poèmes, affiches, cartes postales, lectures-spectacles ont rythmé ce mois de mars. «Enfances» Le thème du Printemps des poètes 2012 étant «Enfances», une attention particulière a été portée aux jeunes Trilportais. Floriane Gaber est intervenue au collège, dans 3 classes de maternelle, 5 classes d élémentaire et au centre de loisirs. Ces ateliers avaient pour but de donner aux enfants de nouveaux horizons culturels et plus particulièrement de découvrir la poésie surréaliste belge. De leur côté, les adolescents du collège, inscrits dans un atelier d écriture mené par Mmes Salabert, documentaliste et Mailly, professeur de français, ont participé activement au Printemps 2012 : écriture sur les vitres de l établissement, distribution de poèmes dans les rues, de menus poétiques gourmands à la cantine, réalisation d un arbre à poèmes Dans ce cadre, ils ont suivi également des séances d initiation de lecture à haute voix menées par Floriane Gaber. Pas simple de «déclamer» un texte en lui donnant une vie et des émotions tout en laissant libre cours à son imagination. S il fallait une preuve supplémentaire du succès de cette expérience, il est à noter que tous les jeunes ont choisi de participer à ces ateliers en dehors de leurs heures de cours. Les adultes aussi La découverte de la poésie, ça peut se faire tout petit! C était l idée de cet autre atelier, dédié, lui, aux assistantes maternelles et aux parents de jeunes enfants. Ils étaient ainsi une vingtaine d adultes à avoir fait le déplacement le 9 mars au soir au Relais d assistantes maternelles pour ce mini-stage d initiation. Tout en travaillant la lecture de poème, les participants entre sérieux, rire et émotions ont découvert quelques clés pour éveiller les tout-petits à une diversité culturelle et poétique. Ces quinze jours en poésie se sont conclus par deux lectures-spectacles données par Floriane Gaber ; le dimanche 25 mars à la salle Saint-Exupéry et une semaine plus tard au collège devant les participants du rallye lecture. Interprétation de grande qualité, Au collège moments de curiosités sonores, les publics surpris, amusés, parfois émus sont entrés dans l univers surréaliste de la poésie belge et de ses auteurs pour la plupart méconnus. Premiers jalons d une politique culturelle et de médiation en direction de tous les publics, ce Printemps des poètes 2012 a permis à des enfants et des adultes de rencontrer autrement la littérature et la poésie, formidables véhicules pour percevoir la vie différemment. Le pari pouvait paraître audacieux, mais il semble avoir été gagné. La voie est tracée pour que Trilport obtienne un label «Ville-village en poésie» en Le Ginkgo n o 17 // avril

20 La mairie et vous, bilan d étape Lors de la sortie du Ginkgo n 15, nous vous avions sollicités à travers un questionnaire «La mairie et vous». Notre but : savoir comment vous viviez vos visites en mairie et connaître votre appréciation des services et des moyens de communication de Trilport afin de les améliorer. Décryptage. comprendre la ville Aujourd hui, nous vous présentons les résultats de cette enquête et les pistes de travail qui s en sont dégagées. Le taux de retour de ces questionnaires est significatif puisqu il représente plus de 4 % des foyers. Les personnes ayant rempli le questionnaire sont à 43 % des hommes et 57 % des femmes, l âge moyen est de 51,75 ans, 57 % sont salariés et 40 % à la retraite. Parmi eux, 34 % habitent Trilport depuis 6 à 15 ans, 26 % depuis plus de 30 ans, 22 % depuis moins de 5 ans et 21 % de 16 à 30 ans. Les services Les services les plus consultés sont l état civil, la jeunesse et l urbanisme, le plus souvent pour un dépôt de dossier (41 %), une inscription (27 %), le paiement d une facture (27 %) ou la demande d un acte (25 %). Si peu de remarques ont concerné l accueil téléphonique, pour plus de 25 % des personnes, les espaces d accueil en mairie sont qualifiés d insuffisants en terme de confort, de confidentialité, et d écoute. L accessibilité, l éclairage et l hygiène sont, par contre, appréciés par plus de 50 % des personnes interrogées. Il apparaît important de repenser l accueil des services pour qu ils soient plus conviviaux et plus chaleureux. La rénovation et l aménagement des locaux semblent indispensables pour améliorer la qualité de l écoute et l aide apportée. Les modes de communication À propos du magazine municipal Le Ginkgo, la forme et le contenu de celuici sont jugés satisfaisants. En revanche, vous désirez plus d informations, c est pourquoi ce numéro augmente sa pagination. D autre part, nous devons régler des problèmes dans sa distribution. Pour ce qui est d Internet, sur l ensemble des personnes ayant répondu, beaucoup disposent d un accès au Web (79 % des personnes, 64 % étant la moyenne nationale en 2010). 62 % des personnes disent fréquenter le site de la ville mais considèrent que les informations et la structure du site ne sont pas satisfaisantes. Elles souhaiteraient par ailleurs une mise à jour plus régulière. Pour les services en ligne, une grande majorité plébiscite ces nouveaux moyens. Le site va être intégralement rénové prochainement pour être plus dynamique, interactif et proposer des nouveaux services (paiement de la cantine, téléchargement de pièces administratives, etc.). En synthèse Ces retours nous ont permis de réfléchir sur les moyens d action à mettre en œuvre pour l accueil en mairie et l information dans la ville. L ensemble du personnel et des élus a pour objectif d améliorer les prestations et les informations données aux usagers. Nous vous tiendrons informés des projets et de leur réalisation.

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Le Centre communal d action sociale (CCAS) de Vernillet est un établissement public autonome chargé d assurer une action générale de prévention et de développement social,

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr Livret d accueil Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours www.bonsecours.fr EDITO Chère Madame, Cher Monsieur, Le bien-être de nos Aînés est une préoccupation essentielle de votre municipalité.

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Partenariat. la Ville de Paris et. le Conseil Général de La Réunion. Convention de. Dossier de presse. entre

Partenariat. la Ville de Paris et. le Conseil Général de La Réunion. Convention de. Dossier de presse. entre Samedi 3 septembre 2011 Convention de Partenariat entre la Ville de Paris et le Conseil Général de La Réunion Dossier de presse Communication du Conseil Général Tél. : 0262 21 86 30 Fax : 0262 21 39 45

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental du Morbihan Cité administrative - 13 avenue Saint-Symphorien - 56020 VANNES CEDEX Tél. 02.97.47.88.88 Fax 02.97.47.84.02

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préfecture de la région Rhône-Alpes Mai 2009 DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préambule Le parc locatif public ne peut répondre seul

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Reims, vendredi 20 décembre 2013

DOSSIER DE PRESSE. Reims, vendredi 20 décembre 2013 DOSSIER DE PRESSE Reims, vendredi 20 décembre 2013 Croix-Rouge : inauguration de la nouvelle antenne municipale et de la nouvelle antenne du C. C.A.S. Vendredi 20 décembre 2013 Sommaire Communiqué Un nouveau

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS de Marly-le-Roi 2 e étage Service d aide à domicile Hôtel de Ville BP 252 78160 Marly-le-Roi Tel : 01 30 61 60 81 - Fax : 01 30 61 61 11 www.marlyleroi.fr

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Mutuelle Petite Enfance Lafayette

Mutuelle Petite Enfance Lafayette Mutuelle Petite Enfance Lafayette Page 1 sur 8 1 PRESENTATION Le relais d assistantes maternelles «Canne à Sucre» se situe au 197 cours Lafayette 69006 LYON. Le relais assistantes maternelles «Canne à

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Règlement Général des inscriptions aux Activités et services municipaux

Règlement Général des inscriptions aux Activités et services municipaux Ville de Roissy en Brie 9, rue Pasteur 77680 ROISSY EN BRIE Règlement Général des inscriptions aux Activités et services municipaux PREAMBULE : Le présent Règlement Général des inscriptions aux activités

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Dimanche 22 Mars 2015 & Dimanche 29 Mars 2015 Bureau ouvert de 8 heures à 18 h 00

Dimanche 22 Mars 2015 & Dimanche 29 Mars 2015 Bureau ouvert de 8 heures à 18 h 00 Elections Départementales Dimanche 22 Mars 2015 & Dimanche 29 Mars 2015 Bureau ouvert de 8 heures à 18 h 00 Bulletin n 170 Procédure de vote: Vous ne pouvez pas panacher, les noms des candidats, pas de

Plus en détail

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 Rapport présentant les caractéristiques de la délégation de service public DPAAH 03/12/2010 Page 1 sur 6 1. Contexte du projet

Plus en détail

Relations internationales Coordonne les actions de jumelage et de coopération.

Relations internationales Coordonne les actions de jumelage et de coopération. Le Cabinet du Maire Directeur de Cabinet : Maxime LECHARPENTIER Secrétariat -Tél : 02.31.45. 33.14 Chef de Cabinet : Nourdine BARQI Secrétariat -Tél : 02.31.45. 33.14 Direction de la Communication Directrice

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

DOSSIER à l attention des candidats à la reprise du commerce multiservices

DOSSIER à l attention des candidats à la reprise du commerce multiservices COMMUNE DE MARCELLUS (Lot-et-Garonne) DOSSIER à l attention des candidats à la reprise du commerce multiservices Ce dossier se décompose en 2 parties : Partie 1 : présentation de la commune et du multiservices

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Écoles publiques. Inscriptions scolaires et accueils périscolaires

Écoles publiques. Inscriptions scolaires et accueils périscolaires Écoles publiques Inscriptions scolaires et accueils périscolaires 2015/2016 5 Vous allez inscrire votre enfant à l école pour la première fois ou le changer d établissement suite à un déménagement. Si

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE PREAMBULE : La ville de GODERVILLE organise au sein de ses écoles un service d accueil périscolaire. Ces prestations regroupent : les activités périscolaires mises

Plus en détail

PLURIEL ESPACE AVIGNON CENTRE SOCIAL ET CULTUREL DE LA ROCADE AVIGNON SOCIAL CENTRE CULTUREL. Centre Communal d Action Sociale ROCADE

PLURIEL ESPACE AVIGNON CENTRE SOCIAL ET CULTUREL DE LA ROCADE AVIGNON SOCIAL CENTRE CULTUREL. Centre Communal d Action Sociale ROCADE 1, RUE PAUL PONC - 84000 T. 04 90 88 06 65 - FAX 04 90 89 11 86 espacepluriel@ccasavignon.org ACTIVITÉS SERVICES 2012-2013 Centre Communal d Action Sociale 1, RUE PAUL PONC 84000 T. 04 90 88 06 65 FAX

Plus en détail

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire 1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire Pour vivre et consommer autrement 28 & 29 novembre 2014 Espace Racine Rue de la République Châteauroux (36) L Economie Sociale et Solidaire, kézako? L ESS

Plus en détail

Ville de Cerny Essonne

Ville de Cerny Essonne Ville de Cerny Essonne Procès-verbal du Conseil Municipal Séance du 23 mars 2006 L an deux mille six le 23 mars à 20 h 30, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au lieu ordinaire de ses

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES

RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES COMMUNAUTE DU PAYS DE VENDOME Direction Enfance Jeunesse Service Petite Enfance REGLEMENT INTERIEUR RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PREAMBULE... 3 II. LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

SENIORS > LES ACTIVITÉS > LES LOGEMENTS ET LA RESTAURATION > LES AIDES > LE PLAN CANICULE

SENIORS > LES ACTIVITÉS > LES LOGEMENTS ET LA RESTAURATION > LES AIDES > LE PLAN CANICULE SENIORS > LES ACTIVITÉS > LES LOGEMENTS ET LA RESTAURATION > LES AIDES > LE PLAN CANICULE 80 CHAPITRE 6 I SENIORS Les activités pour les seniors LES ACTIVITÉS PROPOSÉES PAR LA VILLE > L Espace d animation

Plus en détail

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA Vous trouverez dans ce document la liste des missions de bénévolat que nous proposons au sein de notre association. Cette liste est susceptible d évoluer selon nos

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN DATE DU 26 SEPTEMBRE 2012. La séance est ouverte à 20 h 30

PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN DATE DU 26 SEPTEMBRE 2012. La séance est ouverte à 20 h 30 MAIRIE DE DONVILLE LES BAINS 97 route de Coutances - 50350 DONVILLE LES BAINS Tél. : 02.33.91.28.50 Fax. : 02.33.91.28.55 2012/15 PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION Date de la convocation

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

C est reparti pour les Nouvelles Activités Périscolaires!

C est reparti pour les Nouvelles Activités Périscolaires! C est reparti pour les Nouvelles Activités Périscolaires! Ecoles de la Communauté de Communes du Pays de Chalindrey École de LE PAILLY (maternelle & élémentaire) Cette plaquette est téléchargeable sur

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

1er Prix de la TPE en Arc de Seine

1er Prix de la TPE en Arc de Seine du 22/10/2009 au 22/11/2009 1er Prix de la TPE en Arc de Seine Catégorie : CREATION Dossier à retourner avant le 22/11/2009 à Arc de Seine Entreprises contact@arcdeseine-entreprises.com - 0826 02 09 51

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES

REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES RESTAURANTS SCOLAIRES, GARDERIES ET TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES Introduction La commune de Bassens organise les services périscolaires : restaurants,

Plus en détail

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE?

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? JANVIER 2011 QU SOMMES NOUS? Au plus près des familles Depuis plus de 60 ans, les Allocations

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Résidence Clairefontaine

Résidence Clairefontaine Résidence Clairefontaine Bienvenue Madame, Monsieur, Vous venez de retirer un dossier de demande de pré-admission pour intégrer la Résidence Clairefontaine. Le Conseil d administration, la direction, tout

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

BUDGET LOTISSEMENT «LE CLOS DU ROY»

BUDGET LOTISSEMENT «LE CLOS DU ROY» Date de la convocation : 3 avril 2015 Date d affichage : 3avril 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE LINGREVILLE SÉANCE DU 14 AVRIL 2015 Présents : Jean-Benoît RAULT (maire), Daniel MARIE, Charlyne

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair NOM DE L ASSOCIATION : Veuillez cocher la case correspondant

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2010 du CCAS de Châteauneuf-Sur-Loire

RAPPORT D ACTIVITE 2010 du CCAS de Châteauneuf-Sur-Loire RAPPORT D ACTIVITE 2010 du CCAS de Châteauneuf-Sur-Loire SOMMAIRE Introduction Réunions du Conseil d Administration Instruction des demandes d aide sociale légale Secours financiers Aide alimentaire Accueil

Plus en détail

Le temps du repas est un moment privilégié pour les enfants : alimentation, éducation au goût, moment d échanges, temps de repos.

Le temps du repas est un moment privilégié pour les enfants : alimentation, éducation au goût, moment d échanges, temps de repos. VIE SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR Restaurant Scolaire La commune de PLUDUNO met à disposition de tous les enfants des écoles maternelles et élémentaires publiques et privées un restaurant scolaire pour

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

DECISIONS MODIFICATIVES AU BUDGET 2014

DECISIONS MODIFICATIVES AU BUDGET 2014 COMMUNE DE FOURNEVILLE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 Juin 2014 L an deux mille quatorze, le 20 Juin 2014 à 20 H 30, le Conseil Municipal de FOURNEVILLE, régulièrement convoqué, s est réuni sous la

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

La mise en place de la Réforme des Rythmes scolaires à Baillargues

La mise en place de la Réforme des Rythmes scolaires à Baillargues La mise en place de la Réforme des Rythmes scolaires à Baillargues Contact Presse : Laurie Carrias Service Communication Mairie de Baillargues Tél. 04 67 87 48 60 laurie.carrias@ville-baillargues.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social.

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Café des Ainés 2015 Page 1 1 Introduction Les membres de la commission «bien

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATIONS SIROS

BULLETIN D INFORMATIONS SIROS BULLETIN D INFORMATIONS SIROS Numéro de septembre 2014. NOUS CONTACTER Commune de Siros 20 Rue Carrerasse 64230 SIROS Tel : 05 59 68 66 05 Fax : 05 59 68 72 80 Courriel : mairie.siros@wanadoo.fr www.siros.fr

Plus en détail