A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale."

Transcription

1 R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé». L excès de graisse résulte d un déséquilibre entre apport alimentaire et les dépenses énergétiques. Un individu est considéré comme obèse lorsque son indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30. L IMC se calcule ainsi : IMC = poids (kg) / taille² (m²) < 16.5 : Dénutrition 16.5 à 18.4 : Maigreur 18.5 à 24.9 : Corpulence normale 25 à 29.9 : Surpoids 30 à 34.9 : Obésité modérée 35 à 39.9 : Obésité sévère > 40 : Obésité massive ou morbide Deux formes d obésité, selon le type de répartition de la masse adipeuse : - Obésité androïde : Masse grasse dans le haut du corps Plus dangereuse Problème d hypertension, trouble cardio-vasculaire - Obésité gynoïde : Masse grasse dans le bas du corps Moins retentissent sur la santé Plus «facile» à traiter Problèmes articulaires, insuffisances veineuses Pour des raisons hormonales, l obésité androïde touche surtout les hommes et l obésité gynoïde touche essentiellement les femmes. Il existe un grand nombre d établissements spécialisés dans l'obésité de l'enfant et de l'adolescent mais également pour les adultes en France.

2 CRMO : Ce centre de soins et de recherche est dédié à la prévention et au traitement de l Obésité et de ses complications. Chiffres clés : À l échelle mondiale, le nombre de cas d obésité a doublé depuis Le surpoids concerne 1,4 milliard de personnes de 20 ans et plus, parmi lesquelles plus de 200 millions d hommes et près 300 millions de femmes sont obèses (estimations de 2008). Le surpoids concerne près de 43 millions d enfants de moins de cinq ans (estimations de 2010). Plus de 40 millions d enfants de moins de cinq ans étaient en surpoids en À l échelle mondiale, 44% du diabète, 23% des cardiopathies ischémiques et 7 à 41% de certains cancers peuvent être imputés au surpoids et à l obésité. Chaque année, 2,8 millions de personnes au moins meurent des conséquences du surpoids ou de l obésité. Certaines circonstances favorisent la prise de poids : arrêt du tabac, alitement prolongé, dépression, prise de certains médicaments antidépresseurs ou corticoïdes, grossesse, ménopause précoce, chirurgie gynécologique, changements d'habitudes de vie, régimes restrictifs favorisant l'effet «yo-yo» I. Les facteurs de risques : Maladies multifactorielle : Les causes sont multiples et ne sont pas uniquement fonction du comportement de l individu. Les facteurs biologiques : Origine génétique : Forte probabilité qu un enfant ayant un parent obèse le devienne également Problèmes endocrinologiques comme des dérèglements hormonaux ou glandulaires Age : Baisse de la masse musculaire quand l âge avance donc les besoins énergétiques sont moindres d où le risque d obésité

3 Les facteurs comportementaux : Une alimentation déséquilibrée trop riche et le grignotage favorisent le stockage du surplus sous formes de graisses Hygiène de vie : Sédentarité, manque d activité physique dû au développement des jeux vidéo, de la télévision et du transport Les facteurs environnementaux : Environnement familial : De moins en moins de repas pris en famille, plus de plats préparés, modèle alimentaire parental déstructuré, séparations, enfant unique... Stratégies des industries agroalimentaires : Publicité, distributeur d en-cas ou boissons, promotions Le rythme de vie pousse à consommer des plats préparés contenant des graisses et des sucres cachés. Les facteurs sociaux : L augmentation de l obésité va de pair avec l augmentation des inégalités sociales selon la HAS (Haute autorité de santé) Coût élevé de l alimentation «saine» comme les fruits et légumes Manque d éducation sur la santé Manque d accès aux soins II. Les risques encourus : Le risque de mortalité est augmenté, d'autant plus que l'obésité est sévère et précoce. Les risques de maladie associés dépendent de l'âge et des pathologies déjà présentes. Ce sont : Le diabète non-insulino dépendant Les maladies cardiovasculaires y compris l'hypertension artérielle Les problèmes respiratoires et notamment l'apnée pendant le sommeil Les problèmes rhumatologiques au niveau des hanches, des genoux et de la colonne vertébrale Les problèmes de métabolisme, notamment des lipides sanguins

4 Les anomalies hormonales Les calculs de la vésicule biliaire les problèmes veineux et de peau Les risques plus importants en cas d'opération chirurgicale Des répercussions sociales et psychologiques Sur le plan psychologique et social l'obésité représente une gêne fonctionnelle dans la vie de tous les jours. Elle crée des difficultés à l'embauche et de fréquentes mises en invalidité pour raisons médicales. Elle est source de discrimination sociale chez l'adulte comme chez l'enfant et entraîne souvent une dépression. III. Les traitements de l obésité : Modifier son habitude alimentaire : Un des principaux objectifs est la perte de poids. La nutrition est évidemment une partie centrale de la prise en charge du patient. Les conseils nutritionnels agissent sur le rythme alimentaire, sur la répartition des nutriments et la densité calorique de l alimentation. L objectif est d instituer de nouvelles habitudes alimentaires en limitant les interdits, en diversifiant les apports et en réduisant la densité énergétique des aliments, tout en prenant en compte les traditions, les goûts et les possibilités économiques du patient. Un nutritionniste ou un diététicien peut aider le patient à adopter de nouvelles habitudes Pratiquer une activité physique : L activité physique est très bénéfique. Plus que l intensité de l effort, c est surtout la régularité qui compte et il est recommandé de réaliser au moins 30 minutes d exercice physique tous les jours : Marche à pied, activités sportives (vélo, course à pied, etc.), tâches domestiques, etc. Il est important de se fixer des objectifs réalistes et d augmenter progressivement la durée quotidienne d exercice physique jusqu aux 30 minutes. Traitements médicaux :

5 Des médicaments empêchent le stockage des graisses, mais certains provoquent des effets secondaires importants. Les coupe-faim ont été retirés du marché pour leur dangerosité. Exemple du Médiator retiré du marché en novembre 2009 car le nombre de cas de valvulopathies cardiaques était anormalement élevé. Interventions chirurgicales : En France, environ actes de chirurgie de l obésité, aussi appelée chirurgie bariatrique, sont pratiqués annuellement. La chirurgie s adresse à un adulte majeur, ayant un IMC supérieur à 40 ou un IMC supérieur à 35 avec des pathologies associées comme le diabète de type 2, l hypertension artérielle, le syndrome des apnées du sommeil ou des troubles fonctionnels articulaires. La personne souhaitant une chirurgie doit avoir eu en première intention un parcours de soins nutritionnel, diététique et psychothérapeutique pendant une période pouvant aller de 6 à 12 mois minimum. Si la chirurgie permet de perdre du poids durablement, la réussite repose essentiellement sur l adhésion active du patient qui devra changer son comportement alimentaire et améliorer son hygiène de vie. L intervention chirurgicale peut entraîner des complications et des difficultés au quotidien, même longtemps après l intervention Exemple d intervention : Anneau gastrique : Consiste à diminuer le volume de l estomac et ralentir le passage des aliments Gastrectomie : Consiste à retirer environ les 2/3 de l estomac et principalement la partie contenant les cellules sécrétant la ghréline (hormone stimulant l appétit) Bypass gastrique : Permet de diminuer à la fois la quantité d aliments ingérés puisque la taille de l estomac est réduite, et l assimilation de ces aliments par l organisme, grâce à un «court-circuit» d une partie de l estomac et de l intestin. Les aliments vont directement dans la partie de l intestin grêle et sont donc assimilés en moindres quantités

6 Chirurgie esthétique : Vise à réduire les amas de tissus adipeux IV. La prévention : Adopter un régime associé à une activité physique Réduire les occasions de consommer en retirant les distributeurs de produits alimentaires des établissements scolaires Construction de pistes cyclables dans de nombreuses villes Modifier les comportements alimentaires par une éducation dès le plus jeune âge («la semaine du goût», atelier cuisine ) Obliger les fabricants à afficher clairement les apports nutritionnels sur les emballages et à diminuer les taux de glucoses, de lipides et de sel Courbe de poids permettant de repérer les enfants qui ont un risque élevé d obésité INPES (Institut national de prévention et d éducation sur la santé) Le site Guide de nutrition des enfants et ados à destination des professionnels Dépliants pour enfant et ados qui synthétise les recommandations du PNNS Encouragement de l allaitement Au niveau local : Le programme EPODE rebaptisé VIF en 2011 «vivions en forme» est un outil de prévention pour les villes pour les aider à atteindre les objectifs fixés dans le cadre du PNNS, du plan obésité et du plan national alimentation. Il a pour objectif d aider les familles à modifier en profondeur et durablement leur mode de vie. V. Actualités : - Mai 2009 : Mise sur le marché sans Ordonnance de la pilule Alli. Alimentant la controverse sur son utilisation sans les surveillances adéquates.

7 Ex : Violente diarrhées si le consommateur ne réduit pas sa consommation en graisse. Atteintes hépatiques. - Juin et juillet 2012 : 2 nouveaux médicaments contre l obésité autorisés aux USA (Qsymia et Belviq ) - Septembre 2012 : Nouveaux gènes aui augmente le risque de développer une obésité dans l enfance : au niveau des intestins et de la flore microbienne - Octobre 2012 : Nouvelle découverte, il y aurait un lien entre le taux de bisphénol A (perturbateur endocrinien) dans les urines et l obésité - Plan obésité , 4 objectifs : - Améliorer l offre de soins et promouvoir le dépistage chez l enfant et chez l adulte - Mobiliser les partenaires de la prévention, agir sur l environnement et promouvoir l activité physique - Prendre en compte les vulnérabilités et lutter contre les discriminations - Investissement dans la recherche Programme national nutrition santé (PNNS) : - Action sur l information et l éducation nutritionnelle - La promotion de l allaitement maternel - Dépistage des troubles nutritionnels Recommandations du PNNS : - Prendre des repas fixes - Varier les menus - Eviter le grignotage - Modérer largement la consommation des fritures - Consommer un produit laitier à chaque repas - Se dépenser régulièrement (30 min par jour)

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

OBÉSITÉ. Obésité. Activité physique et obésité. Obésité et activité physique CESA 1. Activité physique et Obésité

OBÉSITÉ. Obésité. Activité physique et obésité. Obésité et activité physique CESA 1. Activité physique et Obésité 1 OBÉSITÉ CESA Jeannot AKAKPO. Obésité 2 Définition de l'obésité Différentes formes d'obésité Les différents indicateurs Les conséquences de l obésité Complications cardiovasculaires Complications respiratoires

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Comment la prévenir? Dr Walé KANGAMBEGA CHATEAU-DEGAT

Comment la prévenir? Dr Walé KANGAMBEGA CHATEAU-DEGAT Obésité, Comment la prévenir? Dr Walé KANGAMBEGA CHATEAU-DEGAT MARS 2013 C est quoi l Obésité? Identité? Adaptation? maladie? DÉFINITIONS DEFINITIONS «Le surpoids et l obésité se définissent comme une

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique

Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique Mots clefs : alimentation, santé publique. MANGER Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique Le rôle de l alimentation sur la santé et la maladie est de mieux en mieux connu et constitue un enjeu

Plus en détail

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies.

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies. Selon l organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 1,9 milliard d adultes souffraient de surpoids en 2014. Parmi eux, plus de 600 millions étaient obèses. Ces chiffres sont alarmants d autant plus

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

SOMMAIRE. VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE

SOMMAIRE. VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE SOMMAIRE VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE EN PLACE DU BALLON PAGE 10 ACTIVITE PHYSIQUE PAGE 11 REGLES

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Lutte contre la surcharge pondérale

Lutte contre la surcharge pondérale Lutte contre la surcharge pondérale I. Répartition des graisses corporelles Généralités Inégalités hommes/femmes Causes de l obésité II. Contrôle des la masse corporelle Réduire l apport énergétique alimentaire

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 3 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FAITS SCIENTIFIQUES ET DE PRÉVENTION

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

La collation en maternelle / Encas dans les écoles

La collation en maternelle / Encas dans les écoles La collation en maternelle / Encas dans les écoles Historique, avis des experts et conséquences négatives de la collation Dr Hélène Thibault Groupe de travail «La collation en maternelle/encas dans les

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Suivi de la croissance Besoins spécifiques

Suivi de la croissance Besoins spécifiques Alimentation et besoins nutritionnels du nourrisson et de l enfant (ECN item 34) A B PLAN DU COURS Croissance Besoins Nutritionnels C Alimentation Enseignement dirigé Module E - Pédiatrie Février 2013

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

L'OBESITE INFANTILE (Proposition de correction du dossier)

L'OBESITE INFANTILE (Proposition de correction du dossier) L'OBESITE INFANTILE (Proposition de correction du dossier) Les études récentes montrent une augmentation inquiétante de l'obésité, notamment infantile, en France. A tel point que la lutte contre l'obésité

Plus en détail

Introduction à la 2 e édition

Introduction à la 2 e édition Introduction à la 2 e édition Parue en 2003, l expertise opérationnelle «Santé des enfants et des adolescents, propositions pour la préserver» présente un état des lieux des connaissances sur plusieurs

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

SOMMEIL ET OBESITE. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition. Vendredi 27 mars 2015 17h. Dr Jean-Claude GIROD.

SOMMEIL ET OBESITE. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition. Vendredi 27 mars 2015 17h. Dr Jean-Claude GIROD. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition SOMMEIL ET OBESITE Vendredi 27 mars 2015 17h Dr Jean-Claude GIROD Secrétariat : Mmes JEANNEROD SASSOT TAVERNIER A - INTRODUCTION Pour vivre nous

Plus en détail

Le petit-déjeuner. Base de l équilibre alimentaire

Le petit-déjeuner. Base de l équilibre alimentaire Le petit-déjeuner Base de l équilibre alimentaire Quelques faits 7 visites sur 10 à un médecin sont directement ou indirectement lié à la nutrition Ces 20 dernières années ont témoigné une croissance rapide

Plus en détail

Objet : collation matinale à l école.

Objet : collation matinale à l école. Paris le 25 mars 2004 Direction de l enseignement scolaire Service des établissements Sous-direction des établissements et de la vie scolaire Bureau de l action sanitaire et sociale et de la prévention

Plus en détail

est fière de collaborer à l amélioration de la santé des Membres de l ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA

est fière de collaborer à l amélioration de la santé des Membres de l ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA PARTENARIAT est fière de collaborer à l amélioration de la santé des Membres de l ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA En présentant votre carte de membre de l AFPC ÉCONOMISEZ 134 $* ABONNEMENT ANNUEL

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

23 MAI Journée européenne de l'obésité

23 MAI Journée européenne de l'obésité 23 MAI Journée européenne de l'obésité 1.4 Milliard de personnes obèses dans le monde, 2.8 millions de personnes en meurent chaque année «La journée européenne de lutte contre l'obésité existe depuis 2010.

Plus en détail

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES.

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'alimentation dans l'histoire. A l 'époque de la Préhistoire, l'homme nomade se nourrissait de produits rapportés de la chasse et de la pêche afin d'assurer sa survie

Plus en détail

1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer :

1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer : 1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer : A/ 1 activité intense / semaine B/ 1 activité d intensité moyenne / jour C/ Les deux ont le même effet 1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Qu est-ce que le diabète? Le diabète a un effet sur la façon dont votre organisme transforme les aliments en énergie.

Plus en détail

quel sont vos risques de cancer du sein

quel sont vos risques de cancer du sein quel sont vos risques de? cancer du sein Quels sont vos risques de cancer du sein? Vous trouverez dans la présente brochure les facteurs biologiques et les facteurs liés aux habitudes de vie qui sont associés

Plus en détail

Diabete Gestazionale (Lingua Francese) DIABÈTE

Diabete Gestazionale (Lingua Francese) DIABÈTE Diabete Gestazionale (Lingua Francese) DIABÈTE GESTATIONNEL RÉSUMÉ DÉFINITION 03 POURQUOI LE DIABÈTE GESTATIONNEL SE PRODUIT-IL ET COMMENT LE GÉRER? 04 COMMENT CONTRÔLER LE DIABÈTE? 06 UN MODE DE VIE SAIN

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 J ai choisi le cas de Monsieur E. car la diététique a un rôle essentiel dans l amélioration du diabète de type 2 en équilibrant l alimentation et en luttant contre

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Denis Drouin, MD Le cas de Jean-Yves Jean-Yves a 45 ans et il joue dans des ligues de hockey de la région. Il mesure 1 m 80, pèse 120 kg et son indice

Plus en détail

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE L analyseur de composition corporelle est destiné à des adultes de 18 à 99 ans. Les enfants de 5 à 17 ans peuvent l utiliser uniquement pour se

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France 28 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité (le partage de la table), alors que pour les

Plus en détail

Octobre - Novembre - Décembre 2013. Et si on parlait

Octobre - Novembre - Décembre 2013. Et si on parlait n 1 Octobre - Novembre - Décembre 2013 Et si on parlait de votre santé? Êtes-vous en bonne santé? Ne mangez pas trop sucré Faites du sport Mangez 5 fruits et légumes par jour Tous ces conseils, vous les

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

Prévenir... les effets du viellissement

Prévenir... les effets du viellissement Prévenir... les effets du viellissement 3 Les quatre clés du bien vieillir 1 Bien s alimenter Les besoins évoluent avec l âge En prenant de l âge, on a tendance à manger avec moins d appétit. Il est vrai

Plus en détail

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse NUTRITION et pratique sportive Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse L alimentation glucides lipides protides Vitamines, minéraux et eau Glucides Élément de base : glucose Glycogène

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. PARTIE II : ALIMENTATION, PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : L organisme prélève dans son milieu les aliments qu

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS

COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS Compte rendu Session du jeudi 14 mai 2009 COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS QUELLES REPONSES POUR LES INDUSTRIELS AUX ENJEUX SUR LE MARCHE DES PRODUITS AGRO-ALIMENTAIReS?

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Introduction Les habitudes alimentaires et le mode de vie sont fortement impliquées dans l augmentation d incidence de

Plus en détail

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF Principes de la réalimentation Réintroduction progressive des aliments en tenant compte: des quantités de la qualité nutritionnelle

Plus en détail

Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport

Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport RESEAU APIS Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport Dispositif mis en place par la DRDJS Paris Ile de France pour lutter contre : Obésité Tabac Ménopause Cancer Hypertension Responsable du

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le saviez-vous? Le diabète est un facteur de risque associé aux maladies du cœur et aux AVC. Environ 1,8 million de Canadiens

Plus en détail

Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée

Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée TD n 1 : Les besoins nutritionnels Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée Voici les résultats d une analyse nutritionnelle partielle d aliments (de A à F) donnant leur valeur nutritionnelle

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004 ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 23-24 Avec l arrivée de plusieurs nouveaux éducateurs physiques, il peut être utile de faire un rappel

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013 Programme facteur de risques cardiovasculaires Déroulement de l atelier Atelier alimentation présenté par, diététicienne et ingénieur en nutrition Comment se nourrir quand on a des facteurs de risque cardiovasculaire?

Plus en détail

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006 Besançon 02 décembre d 2006 Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Besançon 02 décembre d 2006 CYCLISME FEMININ

Plus en détail

mon Carnet de Liaison et d autosurveillance

mon Carnet de Liaison et d autosurveillance mon Carnet de Liaison et d autosurveillance DIABèTE GESTATIONNEL mon Carnet de Liaison et d autosurveillance diabète gestationnel Mes rendez-vous Gynécologue-obstétricien Nom :... Dates Horaires Lieu Prénom

Plus en détail

Le diabète gestationnel. Neuf mois en moi

Le diabète gestationnel. Neuf mois en moi Le diabète gestationnel Neuf mois en moi SOMMAIRE 1- Q est-ce que le diabète gestationnel? 2- Les effets du diabète gestationnel sur mon bébé 3- Les objectifs et le traitement 4- La technique du prélèvement

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 5 : Déterminants de santé Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

Vivre sainement. Fransk

Vivre sainement. Fransk Vivre sainement Fransk 1 Pourquoi vivre sainement? Le mode de vie saine est importante pour maintenir une bonne santé. Un équilibre sain entre l alimentation et l activité physique. Mais une vie saine

Plus en détail

Foire aux questions. www.nutreine.fr

Foire aux questions. www.nutreine.fr Foire aux questions PHILOBIO est un programme de complémentation alimentaire biologique à base de farine de lin, de sarrasin et de fenouil, de fibres solubles d agave et de polyphénols de raisin et de

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre

Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre L anorexie, la boulimie, l hyperphagie ou le grignotage sont en constante évolution dans notre société, et peuvent

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

Chirurgie bariatrique :

Chirurgie bariatrique : Association Nationale Française de Formation Continue en Hépato-Gastro-Entérologie Chirurgie bariatrique : Quel patient opérer? J. Gugenheim Université de Nice - Sophia Antipolis Service de Chirurgie Digestive,

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

O EA-4324. L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) rphy

O EA-4324. L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) rphy L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) C. Goanvec, PhD EA 4324 Optimisation des Régulations Physiologiques ORPHY O EA-4324 1 rphy DT2 : définitions Fédération Internationale

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail