POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE"

Transcription

1 POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE Genevève Boyreau-Debray * Depus 1978, les provnces chnoses connassent des dfférences d nflaton mportantes. Cet artcle rele cette observaton à la lttérature théorque exstante sur le rôle joué par la poltque économque locale sur la crossance du crédt et l nflaton en Chne. Un modèle présente la crossance du crédt et l nflaton provncales comme des fonctons crossantes de l autonome macroéconomque des gouvernements locaux. Ces propostons sont ensute testées à l ade d une analyse économétrque utlsant un panel de provnces chnoses. LOCAL POLICY AND INFLATION IN CHINA Important nflaton dfferences have been exstng snce 1978 across the Chnese provnces. Ths paper ntends to connect ths observaton wth the lterature that emphasses the role of local governments n the process of excess credt supply and nflaton n Chna. A model presents provncal credt growth and nflaton as a postve functon of the macroeconomc autonomy enjoyed by local authortes. The proposton s supported by a panel-data analyss appled to the Chnese provnces. Classfcaton JEL : H73, E31, C33, O53 INTRODUCTION Il exste entre les provnces chnoses des écarts annuels mportants d'nflaton, dont l ampltude a varé de 3% jusqu à 3% entre 1978 et Sur cette même pérode, la plus forte nflaton provncale a été de 45% (Guangdong) et la plus fable de 68% (Henan). Ce constat, en opposton avec la théore qu prédt la convergence des taux d nflaton au sen d une unon monétare, peut s explquer par le fable degré d ntégraton économque des provnces 1. D autre part, pluseurs travaux ont ms en évdence l nfluence des agents locaux sur l nflaton en Chne, mas reposent toutefos sur l hypothèse d un taux d nflaton unque et ne sont pas confrontés à une analyse quanttatve. Cet artcle a pour objectf d explquer les dfférences d nflaton dans les provnces chnoses par le degré d autonome macroéconomque des autortés locales vs à vs des autortés centrales. Il est organsé comme sut : à l ade de fats stylsés, les cycles d nflaton sont explqués par la décentralsaton économque et la centralsaton poltque pendant la pérode de transton (1 ère secton). Pus nous construsons un modèle selon lequel la crossance du crédt et l nflaton provncales dépendent postvement de l autonome de poltque économque locale ( ème secton). Dans la trosème et dernère secton, une applcaton économétrque teste ces deux propostons. CERDI-IDREC, CNRS - Unversté d Auvergne, 65, boulevard Franços Mtterrand, Clermont-Ferrand. Ce traval a bénéfcé des commentares et suggestons de Mme S. Gullaumont Jeanneney que je remerce vvement. Je remerce également Mme M. F. Renard et les partcpants de la sesson «Le rôle du marché dans l économe de la Chne» du Congrès 1999 de l AFSE pour leurs crtques constructves. Je reste néanmons seule responsable des éventuelles erreurs et nsuffsances. 1 Vor l étude de la Banque mondale (1994) sur l ntégraton des marchés régonaux en Chne. 1

2 FAITS STYLISES Les pérodes nflatonnstes en Chne ont pour prncpale orgne la crossance du crédt, pourtant offcellement planfée. Le processus nflatonnste dans les provnces chnoses est c présenté comme le résultat de la poltque économque ntée au nveau local et des reprses en man macroéconomques du gouvernement central. Objectfs et nstruments de la poltque économque locale La décentralsaton fscale ntée au début des années 80 a défn le partage des revenus entre autortés locales et centrales selon le type d entreprse. Les grandes entreprses d Etat demeuraent sous la responsablté de l Etat central, alors que le revenu des gouvernements provncaux provenat d entreprses dtes locales. Ces derners ont par conséquent été fortement nctés à développer les secteurs susceptbles de créer la plus forte crossance, afn d accroître leurs ressources fscales. La décentralsaton crossante de la geston de l nvestssement étatque pendant les années de réforme a fourn aux autortés locales l nstrument de poltque économque leur permettant la recherche de la crossance 3. La part de l nvestssement local dans l nvestssement étatque total au nveau natonal est ans passée de 7% en 1975 à 65% en 1995, sot 1% de l nvestssement fxe total. Il exste également des dfférences spatales mportantes : en 1995, la part de l nvestssement local dans la provnce du Fujan état de 81%, alors qu elle n état que de 35% dans la régon autonome du Xnjang. Le partage des responsabltés des projets d nvestssement s établt selon une base sectorelle. Les secteurs ncorporant de fortes externaltés sont lassés à la charge des autortés centrales (nfrastructures, énerge, transports, matères premères). L nvestssement placé sous la responsablté des autortés locales est orenté vers les secteurs les plus dynamques (ndustre légère, textle, constructon, commerce). Il exste pluseurs moyens pour les autortés locales d obtenr l autorsaton d nvestr : d une part, seuls les projets d nvestssement dont le montant est supéreur à un certan seul requèrent une autorsaton centrale. Dvser les projets d nvestssement de grande talle en pluseurs projets permet donc d échapper à l autorsaton centrale. Un second moyen est de surestmer le bénéfce économque des projets. La probablté d autorsaton est ans accrue. La mse en place d un projet d nvestssement local requert également d en assurer le fnancement. Le crédt bancare est devenu pendant la pérode de transton une source mportante de fnancement des nvestssements (en moyenne de 5%). Le système bancare est domné par les banques d Etat, dont l actf représentat 70% du secteur bancare en Offcellement, la poltque de ces dernères est défne par le plan de crédt, et contrôlée par les branches Ce système fscal a eu également pour effet d ncter les gouvernements locaux à dssmuler la rchesse de leurs entreprses, afn de mnmser le transfert de ressources au gouvernement central. Le système de «contrat fscal», nstauré en 1988, a renforcé ce comportement de passager clandestn, en établssant des règles de partage défavorables aux provnces les plus effcaces dans la collecte de fonds. 3 Un nvestssement est «central» s le projet est supervsé par une agence du gouvernement central. Snon, l est classé sous la catégore «locale». La supervson d un projet d nvestssement sgnfe que l autorté désgnée formule le projet, le soumet à autorsaton ou l autorse et est responsable de son fnancement et de la fournture des bens de producton (cf. Huang (1996)).

3 locales de la banque centrale. Cependant, les drgeants des branches locales des banques d Etat et de la banque centrale ont de fortes nctatons à poursuvre les objectfs des gouvernements locaux, dont ls obtennent des avantages fnancers et matérels, plutôt que de suvre les recommandatons de leurs supéreurs hérarchques 4. Les gouvernements locaux bénéfcent donc d une poltque de crédt accommodante de la part des nsttutons bancares locales. En résumé, parce que leur revenu est ntmement lé au développement économque de leur provnce, les autortés locales cherchent à maxmser la crossance locale, au travers d une course à l nvestssement dans les secteurs les plus proftables. Cette course est rendue possble par une poltque de crédt accommodante des banques présentes au nveau local. Par conséquent, la crossance «excessve» du crédt entraîne une montée de l nflaton provncale. Le contrôle de l nflaton L objectf de crossance à court terme des autortés locales a pour corollare leur fable averson à l nflaton. A l ntéreur d une provnce, l accrossement des capactés de producton, de l emplo, des salares sont vus comme autant de sgnaux du dynamsme local. Au contrare, l nflaton est perçue comme un phénomène natonal. Les mécontentements socaux nés de l nflaton se drgent plus naturellement vers les autortés centrales, qu symbolsent le pouvor poltque. Ces dernères jouent donc le rôle de «stablsateur de derner ressort» : s elles ne se chargent pas du contrôle de l nflaton, nul ne le fera 5. Du fat de l asymétre nformatonnelle auxquelles elles font face, les autortés centrales ne peuvent coordonner les poltques économques locales. Lorsqu elles constatent la dégradaton de la stuaton macro-économque au nveau natonal, les autortés centrales décrètent la mse en place d une poltque d austérté pour l ensemble des provnces. Parce que le système d avancement bureaucratque est ntmement lé au système poltque qu demeure extrêmement centralsé, les drgeants locaux ont alors ntérêt à suvre les recommandatons centrales, afn de ne pas mettre en pérl l avancement de leur carrère. En pratque, le volume total d nvestssement est restrent par un resserrement du fnancement bancare ans que par la centralsaton des procédures d autorsaton des projets. La structure de l nvestssement est de plus modfée : une parte des ressources consacrées aux nvestssements locaux dot être transférée vers les projets du gouvernement central. Le graphque 1 trace les évolutons parallèles de l nflaton, du rato de l nvestssement étatque local sur l nvestssement étatque central, et de la crossance réelle. L accélératon de la crossance réelle est précédée d une augmentaton relatve de l nvestssement local llustrant la prédomnance de poltque économque locale. L augmentaton concomtante de l nflaton condut les autortés centrales à re-centralser l nvestssement. Graphquement, la part relatve de l nvestssement local dmnue ans que l nflaton. Les poltques de stablsaton ont cependant un coût mportant en terme de crossance. Une fos l nflaton maîtrsée, les autortés centrales, sous la presson des gouvernements locaux, assouplssent les contrantes de crédt. Commence alors un nouveau cycle de crossance et d nflaton 6. 4 Vor Ma (1995). 5 Vor Huang (1996) pour une explcaton de dvergences de préférences locales et centrales. 6 Le processus nflatonnste est c agrégé au nveau natonal pour demeurer synthétque. L ampltude des cycles d nflaton peut cependant varer selon les provnces, en partculer s l on 3

4 Graphque 1. Inflaton, crossance réelle et nvestssement Inflaton et crossance réelle 30% 5% 0% 15% 10% 5% 0% Investssement étatque local/central Inflaton Crossance réelle du PIB Investssement étatque local/central source : Chna Statstcal Yearbook, dfférentes années. A partr de ces fats stylsés, un modèle de détermnaton de la crossance du crédt et de l nflaton provncales est développé, après avor rappelé les prncpaux résultats des travaux antéreurs réalsés sur le sujet. MODELISATION Pluseurs études récentes se sont ntéressées à l nfluence des agents locaux sur la crossance du crédt et l nflaton en Chne. Le dépassement des quotas planfés y est explqué par l engagement des autortés centrales à fnancer les projets ou les entreprses jugés prortares. Le modèle de Ma (1995) met en présence une banque locale et la banque centrale 7. La banque locale sousnvestt volontarement dans les projets prortares de l Etat, dont le rendement perçu est mons élevé que celu des projets locaux. La banque centrale est donc condute à révser le plan de crédt à la hausse afn de garantr le fnancement des projets centraux, ce qu génère de l nflaton. Autrement dt, l ncohérence temporelle de la poltque économque centrale semble ssue de l ncompatblté de deux objectfs : le non dépassement des plafonds de crédt et d nvestssement fxés par le plan et l engagement central à fnancer certans projets ou entreprses prortares. Parce que les agents locaux prennent en compte ce deuxème objectf dans leur programme d optmsaton, ls sont en mesure d nfluencer la crossance du crédt. Notre modèle part de l hypothèse que les agents locaux sont en mesure de fare varer la crossance du crédt dans leur provnce 8. L hypothèse d un taux d nflaton unque est de plus abandonnée, pusqu l exste des dfférentels d nflaton mportants entre les provnces chnoses. Nous reprenons la foncton de producton utlsée par Ma (1995) : le nveau de produt Y de la provnce consdère que le gouvernement central exerce un contrôle macro-économque dfférencé pendant les pérodes d austérté. Cet élément sera en prs en compte dans ce qu sut. 7 Les modèles de Wang (1991) et Jn (1994), non présentés c, suvent la même logque. 8 Lew (1994) fat également l hypothèse d un pouvor de créaton monétare décentralsé en Chne. 4

5 dépend postvement du crédt L. Son taux d nflaton π est égal à la crossance du crédt l mons la crossance du produt y. Y = L α, 0<α <1 (1) π = l - y = (1-α ).l () Au nveau de la provnce se trouvent en présence un gouvernement et les branches respectves des banques d Etat et de la banque centrale. Ces dernères étant plus enclnes à suvre les prortés des gouvernements locaux que les drectves de leur mason mère, nous consdérons qu un seul agent peut représenter la provnce : l «autorté locale». De même, nous appelons «autorté centrale» le gouvernement central et la banque centrale, pusque la Banque Populare de Chne est subordonnée par ses statuts au gouvernement central. Les arbtrages respectfs de l autorté locale (loc) et centrale (c) entre contrôle de l nflaton et objectf de crossance réelle y * sont représentés par les fonctons objectf suvantes : A * ( y y ) loc, π + Ac et ( y y ) * π +, y * > y >0 (3) L autorté locale accorde une plus grande mportance à la crossance qu à l nflaton par rapport à l autorté centrale, ce qu est représenté par l négalté A loc, > A c. Sot δ un paramètre comprs entre 0 et 1 qu mesure le degré d autonome de l autorté locale vs à vs de l autorté centrale. On suppose en partculer que, étant donné δ, le chox effectf de poltque économque peut être représenté par une moyenne pondérée des fonctons objectfs des autortés centrale et locale 9 : A ( y y ) * π +, A = (1-δ )A c + δ A loc,, 0 < δ <1 (4) Les autortés maxmsent leur foncton objectf sous la contrante () et étant donné le partage du pouvor monétare δ. La condton de premer ordre est : α A l = α A + (1 α ) y * (5) α A (1 α ) π = α A + (1 α ) y * (6) La crossance du crédt et l nflaton provncales sont des fonctons crossantes de A, la préférence relatve pour la crossance 10, donc de δ, le degré d autonome locale dans la provnce, pusque que A loc, > A c 11. Les dvergences de préférences en terme d arbtrage nflaton/crossance entre autorté centrale et autorté locale condusent donc à la proposton suvante : plus l autonome de 9 Nous nous nsprons c de Cukerman (1995). 10 Laffont (1997) aboutt à un résultat smlare : la décentralsaton est nflatonnste, car elle accroît la préférence des autortés centrales pour la crossance. 11 Le sgne des dérvées de l nflaton et du crédt par rapport α est ndétermné. Il est postf (négatf) s la productvté margnale du crédt α est fable (forte) et que la préférence pour la crossance A est forte (fable). 5

6 l autorté locale est grande, plus la crossance du crédt est élevée, et plus l nflaton provncale est élevée, toutes choses égales par alleurs. APPLICATION ECONOMETRIQUE Pour tester la proposton précédente, le taux de crossance du crédt est explqué dans un premer temps par l autonome macroéconomque relatve locale. Dans un second temps, l nflaton provncale est exprmée en foncton du taux de crossance du crédt. Nous utlsons un échantllon de 4 provnces chnoses sur la pérode pour le taux de crossance du crédt, et pour l nflaton 1. Les données provennent de l annuare du «Chna Statstcal Bureau» (1996). Explcaton du taux de crossance du crédt La varable dépendante est la crossance du crédt bancare dans chaque provnce (l,t ) 13. Comme ndcateur d autonome locale (δ,t ), nous utlsons le rato de l nvestssement étatque local sur l nvestssement étatque central dans la provnce consdérée. Les autortés locales utlsent l nvestssement local pour condure leur propre poltque économque. Cependant, le centre contrant les provnces à substtuer l nvestssement central à l nvestssement local pendant les pérodes d austérté. L ndcateur retenu, mesuré dans chacune des provnces, tent donc compte des varatons de l autonome locale dans le temps et entre les provnces tolérées par les autortés centrales. Il n exclut donc pas un tratement dfférencé des provnces par les autortés centrales. Nous ntrodusons également le défct budgétare local au sens large (def,t ), c est-à-dre comprenant les chaptres budgétares et les chaptres extrabudgétares, rapportés au PIB provncal. En 1995, ces derners représentaent plus d un ters du budget. Le défct des gouvernements locaux peut être un détermnant mportant du taux de crossance du crédt dans les provnces, étant donnée la forte mplcaton des banques dans la poltque économque locale, au travers d actvtés quas-fscales. L analyse sur données de panel nécesste de prendre en compte la double dmenson de l échantllon afn d évter les bas d estmaton lés aux varables omses. Des effets fxes ndvduels captent les spécfctés structurelles des provnces. La dmenson temporelle est prse en compte par l ntroducton de la crossance du crédt au nveau natonal en excluant de la tendance natonale la contrbuton de la varable endogène. La varable (l.,t ) ans construte représente la stuaton macroéconomque de la Chne commune à l ensemble des provnces. Les résultats de l estmaton sont reproduts dans l équaton qu sut 14 : l,t = 0,45.def,t + 0,0. δ,t + 0,89.l.,t r= 0,5 (7.1) (3,10)** (,94)** (6,07)** n = A cause de l ndsponblté de certanes statstques, les provnces du Guangx, de Hube, et de Shandong ans que la vlle de Bejng ont été exclues de l échantllon. Les provnces de Guangdong et de Hanan sont aggrégées. 13 Il comprend les prêts des banques d Etat à court et à long terme aux entreprses d Etat, ndvduelles et collectves. 14 Les t de Student sont ndqués entre parenthèses : ** (*) sgnfcatf au seul de 5% (10%). 6

7 La tendance natonale apparaît fortement sgnfcatve et reflète l nfluence de l envronnement macroéconomque commun à l ensemble des provnces, et en partculer, le resserrement admnstratf des quotas de crédt par les autortés centrales pendant les pérodes d austérté. L nfluence postve du défct du gouvernement local suggère le fnancement par le crédt des besons de fnancement des gouvernements locaux. D autre part, plus l nvestssement local est domnant, plus le taux de crossance du crédt dans la provnce est élevé, ce qu vent à l appu de notre proposton. Pusque le crédt fnance l nvestssement local, la causalté peut cependant être nverse. Pour tester l exogénété fable de la varable d autonome, nous utlsons la méthodologe d Hausman (1978), qu évalue l hypothèse nulle de bonne estmaton du modèle par la méthode des MCO contre l hypothèse alternatve de melleure estmaton du modèle par la méthode des varables nstrumentales 15. La statstque de test, qu sut un χ à un degré de lberté, est sgnfcatve au seul de 10%. Par conséquent, nous ne rejetons pas le modèle estmé par la méthode des varables nstrumentales, dont les résultats sont smlares (régresson 7.). l,t = 0,41.def,t + 0,03. δ,t + 0,88.l.,t r= 0,35 (7.) (,53)** (,07)** (5,94)** n = 178 La robustesse du modèle est évaluée à l ade de pluseurs tests de Chow, permettant de détecter les éventuels changements structurels non prs en compte par le modèle. Nous testons d une part la stablté des coeffcents dans leur dmenson temporelle, en comparant les coeffcents estmés sur la pérode aux coeffcents estmés sur l ensemble de la pérode. La statstque de test (F 1991 =1.11) n est pas sgnfcatve au seul de 5%, ce qu condut à accepter l hypothèse de constance des coeffcents entre les deux pérodes. La stablté du modèle dans sa dmenson transversale est également évaluée, en scndant les provnces en 3 régons (côtère, centrales, de l ouest) 16. L estmaton du modèle sur l ensemble des provnces est comparée aux estmatons excluant successvement une régon de l échantllon. De nouveau, l hypothèse de constance des coeffcents ne peut être rejetée au seul de 5% (F côtères = 0,71 ; F centre = 0.56 ; F ouest = 0.86). Le modèle conserve donc dans sa double dmenson une relatve stablté 17. Explcaton des dfférences d nflaton entre provnces Le mécansme de transmsson de l autonome locale sur l nflaton passe au travers du taux de crossance du crédt. L nflaton par provnce (π,t ) est donc explquée dans un premer temps par ce derner, retardé d une pérode ( l,t-1 ). Le rato de la producton ndustrelle non étatque sur la producton ndustrelle étatque (T,t-1 ) est ntrodut pour tenr compte de la transton économque plus ou mons rapde selon les provnces. En effet, les études des 15 Les nstruments sont l ouverture provncale et le rapport du réseau de transport ferrovare et router sur la superfce de la provnce, retardées d une pérode. La premère varable est un ndcateur du beson en nvestssement local, la seconde du beson en nvestssement central. 16 Cette classfcaton géographque répond également à un crtère économque et structurel : les provnces côtères sont les plus développées et ont la plus forte crossance réelle, au contrare de celles de l ouest. Les provnces du centre se stuent à m-chemn. 17 La stablté de l estmaton nous permet également de justfer l hypothèse mplcte selon laquelle la sensblté de la crossance du crédt à l autonome locale peut être consdérée comme globalement constante dans l ensemble de l échantllon. 7

8 dfférences d nflaton dans les économes en transton utlsent des ndcateurs d avancée dans les réformes sous l hypothèse suvante : plus une économe est avancée dans sa transton vers le marché, plus elle est concurrentelle, plus la qualté de la poltque économque est bonne, donc mons l nflaton est élevée 18. A taux de crossance du crédt donné, une augmentaton de l épargne réelle des ménages dmnue l nflaton, et nversement. Les dépôts d épargne bancare étant quasment les seuls placements fnancers accessbles aux ménages, nous ntrodusons leur crossance réelle (d,t-1 ) comme ndcateur du comportement d épargne des ménages. Enfn, la tendance natonale de l nflaton (π.,t ) tent compte de la stuaton macroéconomque courante de la Chne 19. Les spécfctés provncales nobservées sont mesurées au travers d effets fxes ndvduels. Les résultats de l estmaton sont reportés dans l équaton (8.1) : π,t = 0,08.l,t-1-0,08.d,t-1-0,01.T,t-1 + 0,88.π.,t r = 0,87 (8.1) (1,75)* (-4,04)** (-1,71)* (31,54)** n = 194 La tendance natonale de l nflaton est fortement sgnfcatve. En d autres termes, les provnces connassent des cycles d nflaton dont l orgne est un mécansme commun à l ensemble de la Chne. Cette tendance capte en partculer les réformes mses en place au nveau natonal, dans les domanes des prx, des échanges extéreurs, du taux de change ou encore dans le domane fnancer. Etant donné le seul élevé de sgnfcatvté de la tendance natonale, l hypothèse de nullté des coeffcents des autres varables explcatves est testée. La statstque de test (F(3,166)=5,59) étant sgnfcatve au seul de 0,1%, le modèle ntal est conservé. Il exste donc des caractérstques propres à chacune des provnces : d une part, la varable de transton montre au travers de son sgne négatf que plus une provnce est avancée dans le processus de transton, mons son nflaton est mportante. Ce résultat rejont ceux des études sur les dfférences d nflaton dans les pays en transton. La crossance réelle des dépôts d épargne des ménages dmnue l nflaton dans la provnce, alors que la crossance nomnale du crédt l accroît 0. Pour un taux de crossance donné du crédt, un accrossement du volume réel de l épargne monétare des ménages rédut l nflaton, et nversement. Ans, en , les retrats massfs de dépôts bancares par les ménages ont provoqué une accélératon de l nflaton. La stablté globale du modèle est évaluée de nouveau d une part en scndant la pérode à partr de 1991, et d autre part en classant les provnces selon leur groupe d appartenance géographque. Les statstques de Fsher ne permettent pas de rejeter la stablté globale du modèle 1. L nfluence postve de la crossance totale du crédt sur l nflaton trouvée dans la régresson (8.1) ne permet cependant pas de conclure quant à l effet de l autonome provncale sur l nflaton. L effet postf du crédt sur l nflaton peut en effet passer par d autres canaux que celu du pouvor monétare local, en partculer au travers de la parte résduelle de la régresson de crédt. Pour évaluer le rôle de l autonome locale sur l nflaton, la valeur explquée (l e,,t ) et la valeur résduelle (l r,,t ) du crédt (régresson 7.) sont substtuées au taux de 18 Cf. Cottarell et al (1998), Fsher et al. (1998), Lougan et Sheets (1997). L ouverture extéreure a été également ntrodute, mas est apparue fortement colnéare avec la varable de transton. 19 La contrbuton de la varable endogène à la tendance natonale est de nouveau exclue, en utlsant comme pondératon le PIB réel. 0 L applcaton à ces deux varables de la règle de Klen (196) ne permet pas de détecter de problème de colnéarté. 1 F 1991= 0,59 ; F côtères = 0,78 ; F centre = 0,97 ; F ouest = 0,6. 8

9 crossance observé du crédt. Au préalable, la valeur explquée de la crossance du crédt est purgée de sa tendance natonale (l.,t ) que l on ntrodut séparément. En effet, l effet nflatonnste de cette dernère est probablement capté par la tendance natonale de l nflaton (π.,t ) (équaton 8.) : π,t = 0,30.l e,,t-1 +0,01.l.,t-1 +0,08. l r,,t-1-0,08.d,t-1-0,01.t,t-1 + 0,86.π.,t (8.) (,36)** (0,0) (1,54) (-3,55)** (-,0)** (8,43)** r = 0,86 n = 194 π,t = 0,01.δ,t-1 + 0,08.def,t-1-0,01.l.,t-1 +0,07. l r,,t-1-0,07.d,t-1-0,01.t,t-1 + 0,86.π.,t (8.3) (1,97)** (1,0) (-0,09) (1,50) (-3,30)** (-,1)** (7,93)** r = 0,87 n = 194 La tendance natonale du crédt n apparaît pas sgnfcatve, conformément à nos attentes. La valeur du crédt explquée par l autonome et le défct agt postvement sur l nflaton au seul de 3%. Le crédt est également remplacé par l ensemble de ses détermnants et par sa valeur résduelle (équaton 8.3). Seule la varable d autonome apparaît avor un effet sgnfcatf sur l nflaton provncale. La tendance natonale du crédt, le défct budgétare et la crossance du crédt résduelle n apparassent pas conjontement sgnfcatfs (F(3,163)=1,07), et sont donc exclus du modèle (équaton 8.4). π,t = 0,01.δ,t-1-0,07.d,t-1-0,01.T,t-1 + 0,86.π.,t (8.4) (,10)** (-3,70)** (-,06)** (8,89)** r = 0,88 n = 194 La varable d autonome locale demeure sgnfcatve et contrbue à hauteur de 0% envron à l explcaton des taux d nflaton provncaux par le modèle 3. Les provnces avec un volume d nvestssement local domnant ont davantage d nflaton, au travers d une crossance du crédt plus mportante. CONCLUSION Les dfférences d nflaton entre les provnces chnoses peuvent être explquées par l émergence d une vértable poltque économque locale pendant la pérode de transton. Parce que les autortés locales favorsent davantage la crossance que le contrôle de l nflaton et qu elles sont en mesure d nfluencer le taux de crossance du crédt, la poltque locale est nflatonnste. Un modèle théorque présente la crossance du crédt et l nflaton comme des fonctons postves de l autonome macroéconomque locale. L applcaton économétrque sur un panel de 4 provnces chnoses vent à l appu des propostons du modèle : l autonome locale contrbue sgnfcatvement à explquer les dfférences d nflaton entre les provnces chnoses. L ncluson de la tendance natonale du crédt condut à un nveau de sgnfcatvté de 13% de la valeur explquée du crédt. 3 Cet ordre de grandeur est calculé en moyenne sur l ensemble de l échantllon par le produt de la varable autonome δ,t et de son coeffcent assocé, rapporté à la valeur explquée de l nflaton provncale. Sous l hypothèse alternatve de Brandt et Zhu (1999) que l engagement des autortés centrales à fnancer les entreprses d Etat est à l orgne de l nflaton, le rato de l nvestssement des entreprses d Etat par rapport à celu des entreprses non étatques a été ntrodut, mas n est pas apparu sgnfcatf. 9

10 Nous n nterprétons cependant pas ce résultat comme le sgne d une trop forte décentralsaton, mas comme le beson de réformes nsttutonnelles lmtant l nfluence des gouvernements locaux sur la crossance du crédt. La récente réforme de la Banque Populare de Chne consttue une premère réponse à ce beson, par la réducton du nombre de branches de la banque centrale présentes au nveau local. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BRANDT L. et ZHU Xaodong, 1999, Redstrbuton n a Decentralzed Economy: Growth and Inflaton n Chna under Reform, Journal of Poltcal Economy, à venr, CHINA STATISTICAL BUREAU, 1996, Chna Regonal Economy, a profle of 17 years of reform and openng-up, Chna Statstcal Bureau, Bejng, CHINA STATISTICAL BUREAU, Chna Statstcal Yearbook, dfférentes années, Chna Statstcal Bureau, Bejng, COTTARELLI C., GRIFFITHS M. et MOGHADAM R., 1998, The Nonmonetary Determnants of Inflaton: a Panel Data Study, IMF Workng Paper, 3, CUKIERMAN A., 1995, Central Bank Strategy, Credblty and Independence: Theory and Evdence, MIT Press, London, 496 p., FISCHER S., SAHAY R. et VEGH C., 1998, From Transton to Market: Evdence and Growth Prospects, IMF Workng Paper, 5, GIRARDIN E., 1997, Réforme du système bancare et encadrement du crédt en Chne, Etudes du Centre de Développement, OCDE, Pars, 139 p., HAUSMAN J.A., 1978, Specfcaton Tests n Econometrcs, Econometrca, 46, 6, pp , HUANG Yasheng, 1996, Inflaton and Investment Control n Chna, Cambrdge Unversty Press, Cambrdge, 371 p., JIN Leroy, 1994, Monetary Polcy and the Desgn of Fnancal Insttutons n Chna, , St.Martn Press, New York, 55 p., KLEIN L. R., 196, An Introducton to Econometrcs, Englewood Clffs, N.J. : Prentce-Hall, LAFFONT J.J., 1997, Contrôle des prx et économe des nsttutons en Chne, Etudes du Centre de Développement, OCDE, Pars, 147p., LIEW L.H., 1994, Compettve Money Creaton n Chna and n the Sovet Unon, Metroeconomca, 45, 1, pp.1-16, LOUGANI P. et SHEETS N., 1997, Central Bank Independence, Inflaton and Growth n Transton Economes, Journal of Money, Credt and Bankng, 9,3, pp , MA Jun, 1995, Chna: Central Government Gredblty and Economc Overheatng, Economc System, 19, 3, pp , WANG Yjang, 1991, Economc Reform, Fxed Captal, Investment Expanson, and Inflaton: a Behavoral Model Based on the Chnese Experence, Chna Economc Revew,, 1, pp. 3-7, WORLD Bank, 1994, Chna Internal Market Development and Regulaton, World Bank Country Study, Washngton D.C., 45 p.. 10

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II.

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II. Une Analyse Emprque de la Rentablté Prvée de l Educaton au Cameroun : estmaton d un Modèle Tobt de Type III Structurel par Patrck Mare Nga Ndjobo, Bernadette Kamgna Da et Bonface Ngah Epo Faculté des Scences

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE.

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE. La Contrbuton du Captal Publc à la Productvté des Facteurs Prvés : une Estmaton sur Panel Sectorel pour Dx Pays de l OCDE. Chrstophe Hurln * Ma 1999 Introducton Les économstes ont proposé dverses explcatons

Plus en détail

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market)

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Evaluaton de l mpact de la mcrofnance au Maroc. Rapport commandté et coordonné par la FNAM Etude réalsée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Rapport Fnal L étude a été fnancée par les admnstrateurs de

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Ch.5. Le modèle d évaluation par arbitrage et les modèles multifactoriels

Ch.5. Le modèle d évaluation par arbitrage et les modèles multifactoriels Unversté ars-dauphne aster 4 Evaluaton d'actfs Ch.5. e modèle d évaluaton par arbtrage et les modèles multfactorels oton d arbtrage Théorème fondamental d évaluaton par arbtrage AT et modèles multfactorels

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Groupe de Traval - Séance du 30 jun 2010-15 h «Effets des réformes récentes sur les comportements de départ à la retrate» Document N 14 Document de traval, n engage

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi 9 es Journées d études Céreq Lasmas-IdL, Rennes, 15 et 16 ma 2002 «Formaton tout au long de la ve et carrères en Europe» Une évaluaton économétrque de l mpact des polques publques d emplo sur les trajectores

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005)

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005) EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un commerçant effectue des lvrasons de fuel pour les chaudères. La répartton des volumes dstrbués à chaque lvrason s effectue selon le tableau suvant : Volumes

Plus en détail

3) Calculer le pourcentage de personnes ayant entre 30 et 50 ans.

3) Calculer le pourcentage de personnes ayant entre 30 et 50 ans. http://maths-scences.fr EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un concessonnare automoble étude l âge des acheteurs de votures de son garage. Deux documents ncomplets (un tableau et un hstogramme) rendent

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Marjore MAZARS Phlppe MOATI Laurent POUQUET CAHIER DE RECHERCHE

Plus en détail

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo Médas et sentment sur les marchés actons européens I Impact of sentment meda on European stoc marets Ncolas BOITOUT MaretScence Ncolasbotout@hotmal.com Fabrce HERVÉ

Plus en détail

Déterminants de l état de santé et de la dépense médicale des personnes âgées en Chine

Déterminants de l état de santé et de la dépense médicale des personnes âgées en Chine Détermnants de l état de santé et de la dépense médcale des personnes âgées en Chne Nong ZHU * CERDI, Unversté d Auvergne Résumé : A l ade des données d une enquête réalsée en Chne, cet artcle examne les

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) :

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) : EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton professonnelle :

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine Le calcul de la valeur statstque d une ve humane Georges Donne Martn Lebeau Novembre 2010 CIRRELT-2010-48 Bureaux de Montréal : Bureaux de Québec : Unversté de Montréal Unversté Laval C.P. 6128, succ.

Plus en détail

Foreign direct investment vector of industrialisation case of the cfa franc

Foreign direct investment vector of industrialisation case of the cfa franc MPRA Munch Personal RePEc Archve Foregn drect nvestment vector of ndustralsaton case of the cfa franc zone Oscar Kukeu 12. July 2012 Onlne at http://mpra.ub.un-muenchen.de/40033/ MPRA Paper No. 40033,

Plus en détail

Sources de l innovation dans l industrie agroalimentaire en France : une étude empirique sur données individuelles de l enquête CIS3

Sources de l innovation dans l industrie agroalimentaire en France : une étude empirique sur données individuelles de l enquête CIS3 Jont Congress of the European Regonal Scence Assocaton (47 th Congress) and ASRDLF (Assocaton de Scence Régonale de Langue Françase, 44 th Congress) PARIS - August 29 th - September 2 nd, 2007 Local governance

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile La décomposton en valeurs sngulères: un outl fort utle Références utles: 1- Sonka et al.: sectons 3.2.9 et 3.2.1 2- Notes manuscrtes du cours 3- Press et al: Numercal recpes * Dernère révson: Patrck Hébert

Plus en détail

UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES

UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES Erc Molay To ce ths verson: Erc Molay. UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES.

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

LA DISTANCE JOUE-T-ELLE UN GRAND RÔLE? L EFFET DE L ISOLEMENT GÉOGRAPHIQUE SUR LES NIVEAUX DE PRODUCTIVITÉ

LA DISTANCE JOUE-T-ELLE UN GRAND RÔLE? L EFFET DE L ISOLEMENT GÉOGRAPHIQUE SUR LES NIVEAUX DE PRODUCTIVITÉ Revue économque de l OCDE n o 42, 2006/1 LA DISTANCE JOUE-T-ELLE UN GRAND RÔLE? L EFFET DE L ISOLEMENT GÉOGRAPHIQUE SUR LES NIVEAUX DE PRODUCTIVITÉ Bryn Battersby TABLE DES MATIÈRES Introducton... 236

Plus en détail

PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE

PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE DIRECTION DE LA PRÉVISION PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE Jean-Phlppe COTIS, Jean-Marc GERMAIN, Alan QUINET Document de traval N 96-2 PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale Analyse des détermnants d accès aux servces fnancers des assocatons de mcrocrédt dans la Tunse rurale Sana Kacem 1 et Sona Ghorbel ZouarI 2, Unversté de Sfax Résumé L objectf de ce traval est d dentfer

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 15/2008 Pauvreté et santé nutrtonnelle de l enfant au Congo Armel Moussana Hylod BAMSSII BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle DT 15/2008 Pauvreté

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES 87 Quels sont les facteurs qu nfluencent la combnason et qu nctent le tourste à modfer pett à pett, le mx de dstance et de temps dans la combnason?

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques.

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques. Analyses de sensblté et Recalage de modèles thermques spataux à l ade d algorthmes génétques. Approches stochastques et Industre 2&3/02/2006 F.JOUFFROY/A.CAPITAINE Plan de la présentaton Contexte Modélsaton

Plus en détail

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges Orgne Socale et réusste scolare : un modèle en Chaîne de Markov estmé sur données ndvduelles belges Olver Donn Unversté de Mons-Hanaut et CREPP Bernard Lejeune Unversté de Lège, CORE et ERUDITE Cette étude

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Chapitre II : Evaluation des emprunts à taux fixes

Chapitre II : Evaluation des emprunts à taux fixes Chaptre II : Evaluaton des emprunts à taux fxes Dr Babacar Sène Faculté des Scences Economques et de Geston Département Econome 8/3/202 Introducton Emprunt bancare Souscrt par une banque ou pluseurs banques

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Détection et suivi de visages par Support Vector Machine robustes aux changements d échelle

Détection et suivi de visages par Support Vector Machine robustes aux changements d échelle Détecton et suv de vsages par Support Vector Machne robustes au changements d échelle Lonel CARMINATI Drectrce de Thèse : Jenny Benos-Pneau Projet Analyse et Indeaton Vdéo lcarmna@labr.fr http://www.labr.fr/recherche/imageson/aiv/

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE A TERME. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE A TERME. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LE DETERMINANT DU TAUX DE CHANGE A TERME 1 UD/EUR Comptant UD 1 = EUR 1,1300 Terme 3 mos UD 1 = EUR 1,1351 UD/CHF Comptant UD 1 = CHF 1,4167 Terme 3 mos UD 1 = CHF 1,4039 2 ecton 1. La théore de la parté

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Activité indépendante, inégalité et pauvreté des immigrants au Canada

Activité indépendante, inégalité et pauvreté des immigrants au Canada 2015s-31 Actvté ndépendante, négalté et pauvreté des mmgrants au Canada Nong Zhu, Cécle Batsse Sére Scentfque/Scentfc Seres 2015s-31 Actvté ndépendante, négalté et pauvreté des mmgrants au Canada Nong

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Performance Energétque des âtments > pour archtectes et bureaux d études PE: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Annexes au VADE-MECUM PE Verson jun 2008 Plus d nfos : www.bruxellesenvronnement.be > professonnels

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

compétences en entreprise

compétences en entreprise annexeb GUIDE grlles d ade à l évaluaton des compétences en entreprse Certfcat de Qualfcaton Professonnelle (CQP) Relaton commercale à dstance en commerces de gros RELATION COMMERCIALE À DISTANCE Commsson

Plus en détail

Impact de la chirurgie sur une cohorte d adultes d souffrant d éd. épilepsie partielle pharmacorésistante

Impact de la chirurgie sur une cohorte d adultes d souffrant d éd. épilepsie partielle pharmacorésistante Impact de la chrurge sur une cohorte d adultes d souffrant d éd éplepse partelle pharmacorésstante sstante: Analyse par score de propenson 4 ème Conférence Francophone d Epdémologe Clnque - Congrès thématque

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

L algorithme PageRank de Google : Une promenade sur la toile

L algorithme PageRank de Google : Une promenade sur la toile APMEP Pour chercher et approfondr 473 L algorthme PageRank de Google : Une promenade sur la tole Mchael Esermann (*) Depus plus d une décenne Google domne le marché des moteurs de recherche sur nternet

Plus en détail

MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique

MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique Analyse fonctonnelle Chaptre S. Antone Tahan, ng. Ph.D. Département de géne mécanque Ma 009 Manuel : Métrologe MEC66 Auteur : Antone Tahan, ng., Ph.D. atahan@mec.etsmtl.ca ère édton : novembre 004 ème

Plus en détail

THÈSE DE DOCTORAT. Steven MARTIN. le 6 juillet 2004. pour obtenir le titre de

THÈSE DE DOCTORAT. Steven MARTIN. le 6 juillet 2004. pour obtenir le titre de THÈSE DE DOCTORAT UNIVERSITÉ PARIS XII présentée par Steven MARTIN le 6 ullet 2004 pour obtenr le ttre de DOCTEUR EN SCIENCES Spécalté Informatque MAÎTRISE DE LA DIMENSION TEMPORELLE DE LA QUALITÉ DE SERVICE

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Phlppe MOATI Anne

Plus en détail

Méthode de Vogel Modifiée pour la résolution du problème de transport simple

Méthode de Vogel Modifiée pour la résolution du problème de transport simple Appled Mathematcal Scences, Vol. 5, 2011, no. 48, 2373-2388 Méthode de Vogel Modfée pour la résoluton du problème de transport smple Salmata G. Dagne Département de Mathématques Unversté Chekh Anta Dop,

Plus en détail

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte rbtrage nflaton chômage et organsaton monétare optmale : une llustraton en économe ouverte Célne RRE RESUME : Dans le contexte d un modèle à deux pays symétrques, nous cherchons à reler la queston de la

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé Mesure de compatblté et recherche de solutons régulères en contact pénalsé G. Vermot des Roches,3, E. Balmes,2, Hachm Ben Dha 3, Rém Lemare 4 SDTools 44, Rue Vergnaud, 7503, Pars - FRANCE {vermot,balmes}@sdtools.com

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail