CHIMIOTHÉRAPIES ANTICANCÉREUSES AMBULATOIRES "Comment améliorer la prise en charge des patients concernés"

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHIMIOTHÉRAPIES ANTICANCÉREUSES AMBULATOIRES "Comment améliorer la prise en charge des patients concernés""

Transcription

1 CHIMIOTHÉRAPIES ANTICANCÉREUSES AMBULATOIRES "Comment améliorer la prise en charge des patients concernés" S. Burnel : Chef de projet Réseau Régional de cancérologie IdF J. M. Canonge : PH-CHU Toulouse projet institut universitaire du cancer R. Farinotti : PUPH Faculté de Pharmacie Paris-Sud OMEDIT IdF J. M. Pomiès : Pharmacien d officine président Pharma soins E. Salat : TRT5, Actions Traitements, représentant organisations des soins patients chroniques complexes SFPC / ANEPC Lyon 10 avril 2013

2 Travaux pilotés /ONCORIF : Evolution : des traitements et de la prise en charge des patients: Développement des prescriptions des médicaments anticancéreux par voie orale Augmentation du nombre de patients atteints de cancer en ambulatoire Demande d autonomie des patients : gestion des traitements et des E.I. induits (surveillance, mesures préventives, etc.) Nécessité d améliorer l observance des patients vis-à-vis des traitements Nécessité: Transfert des compétences de l hôpital vers la ville pour un accompagnement optimal et sécurisé des patients (ex. gestion des EI de bas grade) pour éviter une désorganisation du parcours de soins et de l organisation du système (ex. un recours inapproprié à des structures de soins) Pour mieux utiliser les ressources 2

3 Analyse de la situation en Ile-de-France Existence d initiatives individuelles /coordonnées portées par des établissements de santé et /ou des réseaux : offre de services (orientation, conseils, coordination, accompagnement, suivi )aux professionnels libéraux et aux patients Centre d'etudes et de Recours sur les Inhibiteurs de l'angiogenèse (CERIA) de COCHIN et le RERIA Cellule d Information Conseil des Thérapies Ciblées des Cancers (CICTCC) de Tenon Cellule de suivi des chimiothérapies per os CISCO : de l institut Curie-Huguenin Expérimentation ADOM portée / HEGP Suivi organisé au sein de réseaux territoriaux (ONCO94Ouest, ESSONONCO, Ensemble, SCOP Projet sur le réseau UNI K Données chiffrées en 2010 (source SIAM/ARS IdF) patients traités par AK par voie orale dispensations Principaux AK par voie orale concernés: capécitabine, vinorelbine, géfitinib, imatinib, erlotinib, sunitinib, sorafénib, lapatinib Coût: 84 millions d euros 3

4 4

5 Travaux engagés : Objectif : Collaboration OMEDIT et Réseau faire bénéficier une PEC sécurisée à tous les patients quels que soit leurs lieux de PEC et de vie Renforcer les dispositifs de gestion des risque et de pharmacovigilance existants Méthodologie: Création d un comité de pilotage (COPIL) : professionnels de santé des établissements de santé hospitaliers et libéraux, représentants de l ARS, de l OMEDIT, du Cancéropôle et de l URPS (notamment pharmaciens d officine) Programme de travail articulé autour de 3 axes Groupes de travail spécifiques: Coordination de la PEC avec les réseaux impliqués en cancérologie volontaires Information/formation : élaboration d outils : fiches, module e-learning Evaluation : étude CHIMORAL 5

6 Axe coordination Objectifs: Définir le rôle des RT dans le parcours de ces patients Harmoniser des pratiques des réseaux territoriaux (RT) Méthodologie: Groupe de travail «coordination» pluriprofessionnel : Le RT : Assure la transmission des informations ville/hôpital et le contact avec les professionnels de premier recours Remise de la fiche «patient» si non effectuée par l oncologue et mail contenant un lien vers le module aux professionnels de santé Evaluation de la situation et des besoins du patient Information à l IDEL des modalités de surveillance 6

7 Axe information/ formation Objectif : Informer / Former les professionnels de santé libéraux et les patients sur les médicaments anticancéreux par voie orale (E.I., IM, etc.) Méthodologie: 1 ème étape : Analyse des besoins auprès des médecins, pharmaciens, IDEL Bibliographie Questionnaire (26 répondants) Retours d expériences 2 ème étape : recensement de toutes les fiches existantes pour élaborer une trame unique : 2 versions patient et professionnel de santé Identifier les Anticancéreux les plus consommés : capécitabine, vinorelbine, géfitinib, imatinib, erlotinib, sunitinib, sorafénib 8 fiches d information destinées aux médecins, pharmaciens et IDEL 8 fiches d information destinées aux patients 1 fiche de suivi pour l IDE libérale 7

8 Axe information/ formation : Module e-learning «Les médicaments anticancéreux par voie orale: gestion des effets indésirables» Acteurs du projet: - pilote ONCORIF - Elaboration /GTpluriprofessionel : 3 IDE + 5 médecins + 4 pharmaciens + 1 patient + 1 coordonnateur + 1 représentant de l OMEDIT et de l université Validation du contenu /sociétés savantes Population cible Médecins traitants Pharmaciens d officine IDEL Médicaments anticancéreux par voie orale Capécitabine, Vinorelbine Géfitinib, Imatinib Erlotinib, Lapatinib Sunitinib, sorafénib E.I. Neutropénie fébrile, Anémie Nausées / Vomissements, Diarrhées Syndrome mains-pieds, Eruption cutanée, Toxicité unguéale, Mucites : stomatite Hypertension artérielle Fatigue (Asthénie), Dénutrition/anorexie Module e-learning pluriprofessionnel à visées pédagogique et pratique 8

9 Module e-learning: en avant première Durée totale ¾ h mais possibilité d utilisation «à la carte» page d accès Login Trailer (bande annonce)

10 Module e-learning: en avant première 3 ème temps: module de sensibilisation proposé (8-12 minutes) 9 séquences: - Introduction - Court jeu interactif tout au long - Description du contexte/problématique - Rappel des mécanismes d action (cytotoxiques versus thérapies ciblées) - Effets indésirables (E.I.): information sur la prévention, grades, mesures préventives et curatives (2 exemples d E.I)

11 Module e-learning: en avant première 4 ème temps: Sommaire navigation: modules pédagogiques et outils (i.e. fiches médicaments) Modules: - E.I.: description et grade - Mesures préventives et curatives - Médicaments anticancéreux - Interactions médicamenteuses - Accès aux outils (fiches, etc.) Tableau de synthèse interactif Pour aller plus loin (liens utiles...) Evaluation après consultation de tous les modules (cas cliniques, quizz)

12 Axe Evaluation Objectif: «Evaluer l impact d une organisation régionale coordonnée pour sécuriser la PEC des patients traités par anticancéreux par voie orale» Hypothèse: La prise en charge coordonnée par les équipes des RT comprenant : - une information et formation des intervenants (module e-learning et fiches informatives) - Avec des éléments sur les conduites à tenir en cas d apparition d effets indésirables (EI), ordonnances pré-imprimées) et sur les modalités organisationnelles (type de recours selon le grade) - un suivi infirmier hebdomadaire - une prise en charge globale permet: - la détection précoce des EI (soit nombre d'ei moindre et surtout moins de grade avancé 3 et 4) - une meilleure observance - un meilleur usage du système de soins et une optimisation du parcours (moindre recours, moindre hospitalisation pour grade I et II et hospitalisation systématique pour grade 3 et 4) 12

13 Axe évaluation : étude CHIMORAL - Elaboration d un protocole de recherche avec l appui de l URC de Bichat Etude non interventionnelle prospective de 1 an :6 mois d inclusion, 6 mois de suivi 440 patients répartis en 2 bras «prise en charge coordonnée» et «prise en charge habituelle» 24 Investigateurs : coordonnateur principal : Pr J-P Lotz (Hôpital Tenon, APHP) associés : 24 médecins oncologues/spécialistes d organe 17 Etablissements hospitaliers de la région IdF 8 Réseaux territoriaux impliqués en cancérologie d Ile-de-France Volet médico-économique: Convention avec la direction régionale de l assurance maladie concernant tous les actes ayant donné lieu à facturation : recours aux professionnels de santé ville/hôpital, traitement dispensé), biologie, imagerie, etc. Données PMSI (hôpital) 13

14 Financeurs et partenaires Gestionnaires DRCD ONCORIF Financeurs ANSM ( ) Fondation de France ( ) Université Paris XI (5 000 ) Fonds dédiés (ONCORIF) ( ) Financements Etude CHIMORAL Module e-learning et visites IDE à domicile

15 Axe évaluation: étude CHIMORAL Consultation par un oncologue hospitalier: Initiation d un traitement par médicament anticancéreux par voie orale Bras «prise en charge coordonnée» Patient habitant dans une commune couverte par un réseau participant à l étude Intervention «complexe» associant : Livret de bord du patient Formation/ information des professionnels de santé et des patients (fiches, module e-learning) Suivi infirmier à domicile : 2 mois Coordination avec les RT Bras «prise en charge habituelle» Patient habitant dans une commune non couverte par un réseau ou couverte par un réseau non participant à l étude Prise en charge habituelle Livret de bord du patient Possibilité d accès à des outils conçus par des laboratoires par exemple Consultation avec l oncologue référent investigateur Évaluation du critère principal à 6 mois 15

16 Axe évaluation : étude CHIMORAL Outils: Fiche de signalement RT (bras «prise en charge coordonnée») Fiche de suivi RT (bras «prise en charge coordonnée») Fiche de suivi IDEL (bras «prise en charge coordonnée») Livret de bord du patient (les 2 bras) Le module e-learning (destiné au médecin traitant, au pharmacien d officine et à l IDEL) (bras «prise en charge coordonnée») Les fiches information patient (8 fiches) (bras «prise en charge coordonnée») Les fiches informations professionnels (8 fiches) (bras «prise en charge coordonnée») 16

17 Perspectives Protocole déposé à la CNIL : mars 2013 Mai 2013 /Mai 2014 : déroulement de l étude Si résultat significatif Actualisation, Compléments (extension à l ensemble des chimiothérapies anticancéreuses orales voire injectables administrées à domicile pour un déploiement Au sein de la région IdF Mutualisation avec les autres régions via RRC et OMEDIT DPC en partenariat avec l Université 17

18 Réseaux territoriaux impliqués en cancérologie Réseaux franciliens Rifhop Réseau Source Hématolim Hétérogènes par nature, selon les territoires et les populations Présentent une adaptabilité leur permettant de répondre rapidement aux évolutions des modes de prise en charge Financés /fond public ARS : FIQCS FIR 883 euros Congrès SFPC/ANEPC 18

19 Congrès SFPC/ANEPC 19

20 20

21 L évolution des réseaux de santé Recentrer les réseaux sur la fonction d appui à la coordination plateforme de coordination multithématique Concentrer leur activité sur l appui aux professionnels de premier recours Réfléchir aux activités non directement liée à la coordination des soins (prise en charge directe des patients, fourniture d une expertise à caractère purement médicale, éducation thérapeutique et à leur financement articulations avec les autres dispositifs existants (MAIA HAD, MSP par exemple) Améliorer la visibilité des réseaux vis-à-vis des professionnels de premier recours notamment le médecin traitant Passer d une approche par thématique à une approche /territoire Cohérence PSRS et SROS 4 Congrès SFPC/ANEPC 21

22 Persolien Le service personnalisé des patients traités par Réseau national de Formation des Pharmaciens d officine en chimiothérapie orale Cancérologie Association de professionnels de santé Loi 1901 Service d accompagnement destiné aux patients traités par chimiothérapie orale réalisé par téléphone par des infirmières diplômées d État formées à la cancérologie Gratuit : financement /Pierre Fabre / oncologue :accès en permanence aux données concernant votre patient sur un site sécurisé Contact par Persolien en cas d effet indésirable grave ou d erreur médicamenteuse. Congrès SFPC/ANEPC 22

23 En conclusion Evaluer Mutualiser Contribution Plan Cancer 3 Congrès SFPC/ANEPC 23

24 Place du pharmacien d officine dans le parcours de soins du patient? (J.M. Pomiès) SFPC / ANEPC Lyon 10 avril 2013

25 Congrès SFPC/ANEPC 25

26 Informations sur la maladie Avec l accord du patient : Pour répondre aux questions du patient sur sa maladie et son traitement Pour comprendre le traitement et les soins de support mis en place Nécessité d une relation hôpital ville organisée (ex : résumé standardisé) SFPC / ANEPC Lyon 10 avril 2013

27 Les traitements hospitaliers Connaître les traitements administrés ou délivrés à l hôpital et leurs effets II Meilleure observance du patient de ses soins de support pour prévenir ou réduire les effets secondaires Meilleure acceptation du traitement et meilleurs résultats SFPC / ANEPC Lyon 10 avril 2013

28 La chimiothérapie orale Etre prévenu à l avance pour commander les traitements Disposer de fiches sur les conseils de prise, les interactions, prise en charge des effets indésirables (grade 1, 2) Participer à l ETP du patient : Meilleure observance du traitement curatif et des soins de support Echanger avec médecins et pharmaciens hospitaliers SFPC / ANEPC Lyon 10 avril 2013

29 Ex: Parcours idéal d un patient traité par anticancéreux oral (aspects pharmaceutiques Consultation en oncologie et instauration d un traitement anticancéreux oral disponible en ville Prescription informatique et édition d un exemplaire papier remis au patient Transmission de la «lettre de sortie» au pharmacien d officine via le système de la messagerie sécurisée Remise du carnet de suivi Validation de la prescription par le pharmacien hospitalier Génération du compte rendu standardisé faisant office de «lettre de sortie» et contenant le protocole de chimiothérapie ( posologie, localisation du cancer, identité du patient, prescripteur et contact au sein de l hôpital en cas de besoin lors de la délivrance) Message alertant le pharmacien de l arrivée d un patient avec une ordonnance de chimiothérapie orale Analyse pharmaceutique et préparation de l arrivée du patient Arrivée du patient avec son ordonnance à l officine Consultation pharmaceutique Dispensation SFPC / ANEPC sereine Lyon 10 du avril traitement 2013

30 Les moyens DMP et DP (échange ville hôpital) où en est-on? Carnet de liaison : Liste des intervenants joignables Traitements + fiches Fiches d échanges d informations Exemple d expérience : réseau ONCOLIE (Franche Comté) : Ordonnance dématérialisée Fiche produit Échanges ville hôpital Comment dégager du temps? SFPC / ANEPC Lyon 10 avril 2013

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

Pôle Handicap Neurologique Ile De France. L outil des réseaux neurologiques

Pôle Handicap Neurologique Ile De France. L outil des réseaux neurologiques Pôle Handicap Neurologique Ile De France L outil des réseaux neurologiques L état des lieux (1) Les réseaux de santé neurologiques et les expérimentations en Ile de France Les Réseaux neurologiques: Missions

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

9 ème Colloque inter 3C

9 ème Colloque inter 3C 9 ème Colloque inter 3C L éducation thérapeutique du patient pour qui pourquoi? «Bien gérer sa thérapie orale au quotidien». Programme d éducation thérapeutique inter hospitaliers pour les patients recevant

Plus en détail

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine Travail en partenariat : illustration avec le Réseau de Cancérologie d Aquitaine Atelier CCECQA 23 septembre 2014 Dr V. Bousser Réseau de Cancérologie d Aquitaine (RCA) 70 membres (établissements de santé,

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Le circuit du médicament en EHPAD : Quelles actions pour le sécuriser?

Le circuit du médicament en EHPAD : Quelles actions pour le sécuriser? Le circuit du médicament en EHPAD : Quelles actions pour le sécuriser? 4 e journée coordination et management en EHPAD 26 mars 2015 - Nantes 1 Elise Rochais Pharmacien OMEDIT Pays de la Loire L OMEDIT

Plus en détail

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Réseau territorial de cancérologie, né en 2003, association

Plus en détail

Chimiothérapies orales :

Chimiothérapies orales : Chimiothérapies orales : apports des entretiens pharmaceutiques Aurore LAUGUEUX Pharmacien assistant APHO Mars 2015 UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Contexte Depuis les années 2000,

Plus en détail

Cahier des charges. Expérimentation de tutorat des étudiants en soins infirmiers dans les cabinets d infirmiers libéraux

Cahier des charges. Expérimentation de tutorat des étudiants en soins infirmiers dans les cabinets d infirmiers libéraux Cahier des charges Expérimentation de tutorat des étudiants en soins infirmiers dans les cabinets d infirmiers libéraux Sommaire I. Contexte et objectifs de l expérimentation...3 II. Critères d éligibilité...3

Plus en détail

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie 6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie ANGOULEME le 16 Avril 2015 6ème Rencontre Régionale d Oncogériatrie 2 ème PARTIE Education thérapeutique chez le sujet âgé : thérapies orales L expérience du CHU de

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie

Congrès National des Réseaux de Cancérologie Congrès National des Réseaux de Cancérologie Eléments relatifs aux réseaux de santé en cancérologie 21 et 22 novembre 2013 Evelyne SATONNET, cheffe de bureau «Coopérations et Présentation Réseaux territoriaux

Plus en détail

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA 16 décembre 2014 Ordre du jour Introduction Gilles Echardour, Délégué territorial de Paris Les actions PAERPA 1. Conventionnements

Plus en détail

Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR

Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR L appel à projet INCa (juin 2014) Promouvoir l éducation thérapeutique

Plus en détail

LE CONCEPT DE PRATIQUE AVANCÉE. BARRIERE-ARNOUX Cécile IPAGL

LE CONCEPT DE PRATIQUE AVANCÉE. BARRIERE-ARNOUX Cécile IPAGL LE CONCEPT DE PRATIQUE AVANCÉE 1 BARRIERE-ARNOUX C ÉCILE IDEL M aster 2 sciences c liniques infirmières option gérontologie Sophrologue Formatrice Définition de l IPA par le C I I 2 «Une infirmière qui

Plus en détail

Gestion des données médicales

Gestion des données médicales Santé Publique Informatique Médicale Gestion des données médicales Stéfan DARMONI Professeur d Informatique Médicale, Faculté de Médecine de Rouen Tous droits réservés Laboratoire LITIS EA4108 & LIMICS

Plus en détail

Rôles du pharmacien sur la maîtrise et le bon usage des produits de santé au niveau régional

Rôles du pharmacien sur la maîtrise et le bon usage des produits de santé au niveau régional Rôles du pharmacien sur la maîtrise et le bon usage des produits de santé au niveau régional Académie Nationale de Pharmacie Paris le 2 février 2015 Hugues De BOUËT du PORTAL Pharmacien - OMéDIT région

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Réseau de cancérologie Paris sud et ouest : Géographie

Réseau de cancérologie Paris sud et ouest : Géographie LE RÉSEAU DE CANCÉROLOGIE DE PARIS SUD OUEST et LE RÉSEAU ENSEMBLE 12 juin 2009 Réseau de cancérologie Paris sud et ouest : Géographie Les étapes de la création Cadre juridique : Groupement de Coopération

Plus en détail

Sécurisation des chimiothérapies orales : Implication du pharmacien hospitalier. G. Herbin CNRC, Poitiers, 03 octobre 2014

Sécurisation des chimiothérapies orales : Implication du pharmacien hospitalier. G. Herbin CNRC, Poitiers, 03 octobre 2014 Sécurisation des chimiothérapies orales : Implication du pharmacien hospitalier G. Herbin CNRC, Poitiers, 03 octobre 2014 Préalable Qu est qu on entend par «chimiothérapie orale» (CO) D après l INCa, tout

Plus en détail

Soins palliatifs en EHPAD

Soins palliatifs en EHPAD Soins palliatifs en EHPAD Dr Astrid AUBRY aaubry@ch-aix.fr Centre Hospitalier du Pays d Aix Aix en Provence le 16 mai 2006 Les soins palliatifs en EHPAD Les EHPAD : le domicile des personnes qui y résident,

Plus en détail

Remerciements aux participants!

Remerciements aux participants! Remerciements aux participants! Enquête sur les pratiques et les relations entre les pharmacies des ETS et les pharmacies d officine auprès des pharmaciens hospitaliers de la région Bretagne 30 ETS répondeurs

Plus en détail

PERSOLIEN Le service personnalisé des patients traités par chimiothérapie orale

PERSOLIEN Le service personnalisé des patients traités par chimiothérapie orale PERSOLIEN Le service personnalisé des patients traités par chimiothérapie orale Le suivi Persolien Initiative du RFPC* unique en oncologie Contexte: - Développement des anti-cancéreux oraux - S inscrit

Plus en détail

Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique

Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique Groupement Hospitalier Pitié Salpetrière Charles Foix Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique Valérie ACHART-DELICOURT Coordinateur Paramédical P3I journées infirmières JNI 2012 Source

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de

Plus en détail

PROCEDURE PARCOURS DU PATIENT EN ONCOLOGIE. Service Chimiothérapie Ambulatoire

PROCEDURE PARCOURS DU PATIENT EN ONCOLOGIE. Service Chimiothérapie Ambulatoire Page 1/4 1. OBJET : Cette procédure a pour objet de décrire le parcours du patient en oncologie depuis l annonce du cancer et tout long de son parcours, afin d optimiser sa prise en charge intégrant des

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI 215 Avenue Marechal Lyautey 83700 SAINT RAPHAEL Mars 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

Le DMP pour les EHPAD De la Vienne. Poitiers 03 Avril 2014

Le DMP pour les EHPAD De la Vienne. Poitiers 03 Avril 2014 Le DMP pour les EHPAD De la Vienne Poitiers 03 Avril 2014 Sommaire Le GCS Esanté Poitou-Charentes Focus sur le DMP Le DMP en Poitou-Charentes L utilisation du DMP en EHPAD L accompagnement des EHPAD Réunion

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Note créée le 20/03/2014

Note créée le 20/03/2014 Note créée le 20/03/2014 Les expérimentations PAERPA SOMMAIRE A. Le contexte B. Les objectifs C. La mise en œuvre D. Les modalités de financement E. Les dispositifs de coordination F. L évaluation G. Les

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Contributions à la Gestion des Opérations dans le Domaine de la Santé

Contributions à la Gestion des Opérations dans le Domaine de la Santé Contributions à la Gestion des Opérations dans le Domaine de la Santé Evren SAHIN Maître de Conférences, HDR Ecole Centrale Paris Laboratoire Génie Industriel evren.sahin@ecp.fr - 1 - La chimiothérapie

Plus en détail

Uniformisons communication

Uniformisons communication IMPACT DE LA CERTIFICATION V2014 SUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE: Expérience du CHI de Créteil Uniformisons notre (A. DASSY communication - Pharmacien praticien hospitalier) Journée hiver Synprefh 20 janvier

Plus en détail

Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective

Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective Rencontre Inter-Régionale 13 juin 2013 Bruno Grossin 1 Sommaire Objectifs et périmètre de l étude Panorama de la profession d infirmier

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie - Programme de développement continu - Date : février 2014 Auteurs : CCECQA, RCA Contacts CCECQA Sandrine DOMECQ 05 57 65 61 35 sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel MC Chauvancy CSS IFCS Rennes Mai 2012 COPY RIGHT PTILUC Le nouveau positionnement du cadre de santé Du virtuel au réel Approche législative

Plus en détail

Préparation de la campagne de contractualisation 2013-2018 en Ile-de-France

Préparation de la campagne de contractualisation 2013-2018 en Ile-de-France Préparation de la campagne de contractualisation 2013-2018 en Ile-de-France Etat des réflexions et travaux pour partage et discussion avec les membres du Comité de pilotage Comité de pilotage CPOM 18 septembre

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN. L actualité et le devenir des programmes patients : quelle place pour les industriels?

INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN. L actualité et le devenir des programmes patients : quelle place pour les industriels? INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN L actualité et le devenir des programmes patients : quelle place pour les industriels? jalma, cabinet de conseil leader du secteur de la santé Stratégies de positionnement

Plus en détail

FORMATION Education Thérapeutique

FORMATION Education Thérapeutique FORMATION Education Thérapeutique La (MRSS) a pour objectif de porter, concevoir et accueillir les dispositifs permettant l amélioration des prises en charge des patients, par la coordination des acteurs

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Le projet d organisation du programme PRADO ( CPAM/DRSM)

Le projet d organisation du programme PRADO ( CPAM/DRSM) Le projet d organisation du programme PRADO ( CPAM/DRSM) Une place importante du programme PRADO dans le bloc commun plan ONDAM /virage ambulatoire Dans les projets d orientation et de prise en charge

Plus en détail

L Evolution des métiers au service de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) Eléments quantitatifs & MISSIONS

L Evolution des métiers au service de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) Eléments quantitatifs & MISSIONS Cartographie des métiers en région Franche Comté 1 er AVRIL 2014 L Evolution des métiers au service de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) ORGANISATION Eléments quantitatifs & MISSIONS Evolution : la

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE. Intitulé du rapport : les formations sanitaires et sociales en Ile-de-France : enjeux et perspectives

NOTE DE CADRAGE. Intitulé du rapport : les formations sanitaires et sociales en Ile-de-France : enjeux et perspectives NOTE DE CADRAGE Commission : Santé, solidarité et affaires sociales Président : Micheline BERNARD-HARLAUT Rapporteurs : Jean-Pierre BURNIER et Gauthier DOT Arrêtée par la commission le : 14 octobre 2014

Plus en détail

Journée présentation TSN

Journée présentation TSN Journée présentation TSN Bourgogne (e-ticss) aux industriels 23 décembre 2014 1 Déroulé de la réunion Contexte et principaux objectifs de TSN : Augmenter la qualité de la prise en charge perçue par les

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Introduction de la journée

Introduction de la journée Introduction de la journée Philippe Damie Directeur Général - ARS Centre 2 Le PNSP et son déploiement 2013/2017 Anne Vitous Bureau Qualité et sécurité des soins PF2 DGOS- Ministère de la Santé 3 ARS CENTRE

Plus en détail

Les réseaux de santé de Seine et Marne

Les réseaux de santé de Seine et Marne Les réseaux de santé de Seine et Marne Ressources utiles aux libéraux Julien Blandin, coordonnateur réseau AVIH Dr Martine Cholin, médecin coordonnateur réseau UNI K Présentation 11 réseaux de santé actifs

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins 29/03/2014 Le PB Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins Groupement des Professionnels de Santé du Pays Beaunois 19 route de Gigny 21200

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours Direction adjointe de l'offre ambulatoire et de la coordination des acteurs Pôle organisation des soins Juin 2012 Affaire suivie par : Arnaud GANNE L approche territoriale pour répondre à la demande et

Plus en détail

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI PLIE DE PARIS NORD-EST ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST «ATELIERS D EXPRESSION» Référence

Plus en détail

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes Dr Eric KILEDJIAN Chef de projet Territoire de Soins Numérique, organisations et systèmes d information Directeur de

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Le patient traceur. HAS - DAQSS - Service évaluation et amélioration des pratiques professionnelles

Le patient traceur. HAS - DAQSS - Service évaluation et amélioration des pratiques professionnelles Le patient traceur HAS - DAQSS - Service évaluation et amélioration des pratiques professionnelles Laurence Chazalette / Anne-Françoise Pauchet-Traversat 13 mars 2015 Journée régionale du réseau périnatal

Plus en détail

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE La réglementation française applicable à la recherche sur la personne n est pas la même selon la typologie de la recherche. On distingue 3 catégories de recherches

Plus en détail

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO Carnet de suivi Carnet de suivi de votre prise en charge Ce carnet de suivi vous est proposé pour vous accompagner au cours de votre prise en charge. Il vous permettra de

Plus en détail

Éléments de langage et messages clés

Éléments de langage et messages clés Éléments de langage et messages clés 14 Comment orchestrer le discours?......................................................................... 16 Les outils pour communiquer.................................................................................

Plus en détail

Projet de santé de la MSP du Véron 2014

Projet de santé de la MSP du Véron 2014 Projet de santé de la MSP du Véron 2014 Préambule «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.»(oms 1946)

Plus en détail

Les outils SI au service du parcours de santé

Les outils SI au service du parcours de santé Les outils SI au service du parcours de santé (atelier 3) Emilie DELAGE, Sage-Femme coordinatrice de réseau de périnatalité 92 Sud Isabelle LEROUX, Directrice de projet au GCS-DSISIF Aurélie MISME, Médecin

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients. Cahier des charges du concours d affiches

Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients. Cahier des charges du concours d affiches Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients Cahier des charges du concours d affiches Date limite de candidature : 15 octobre 2015 Dans le cadre de la prochaine édition de la semaine de la sécurité

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Projet de loi relatif à la santé

Projet de loi relatif à la santé Projet de loi relatif à la santé Synthèse des dispositions du projet de loi Le projet de loi de santé déposé le 15 octobre 2014 sur le bureau de l Assemblée nationale comporte 5 titres et 57 articles.

Plus en détail

Soirée de formation. «Diabète de type 2 : quelle alimentation?» SUIVI ET ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT DIABETIQUE TYPE 2 PAR LE PHARMACIEN D OFFICINE

Soirée de formation. «Diabète de type 2 : quelle alimentation?» SUIVI ET ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT DIABETIQUE TYPE 2 PAR LE PHARMACIEN D OFFICINE Avec le soutien institutionnel du Groupe Soirée de formation «Diabète de type 2 : quelle alimentation?» SUIVI ET ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT DIABETIQUE TYPE 2 PAR LE PHARMACIEN D OFFICINE Jeudi 24 Septembre

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS COMMENT FAVORISER DES FORMES NOUVELLES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ? RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE 1. INTRODUCTION 1.1.

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique. Jeudi 27 Novembre 2014

1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique. Jeudi 27 Novembre 2014 1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique Jeudi 27 Novembre 2014 Organisation Présentation de la journée Missions de l OMéDIT Observer et promouvoir le bon usage du médicament -Missions centrées

Plus en détail

Management Certification des Établissements de santé

Management Certification des Établissements de santé Management Certification des Établissements de santé FORMER GESTION DES RISQUES ACCOMPAGNER Qualité et sécurité de la prise en charge du patient AUDITER ÉVALUATION Patient traceur Certification V2014 Pilotage

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied?

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? En 2010, 15 458 personnes ayant un diabète ont été hospitalisées pour plaies du pied. Dans les 12 mois suivants, 44 %

Plus en détail

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES PEDIATRIQUES «RESRIP»

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES PEDIATRIQUES «RESRIP» CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ILE DE FRANCE POUR LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES PEDIATRIQUES «RESRIP» Entre les parties suivantes, membres fondateurs du réseau : - l Association RESRIP, réseau ile

Plus en détail

Convention constitutive et charte de bonnes pratiques

Convention constitutive et charte de bonnes pratiques Réseau Entre la Ville et l Hôpital pour l Orthogénie www.revho.fr Convention constitutive et charte de bonnes pratiques Préambule Conformément à l article L6321-1 du Code de la Santé Publique, «Les réseaux

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN 2007 2013 Axe 3 Renforcer la cohésion sociale, favoriser l inclusion sociale et lutter contre les discriminations Volet B Appuyer les politiques

Plus en détail

Médecine générale et soins spécialisés: Comment améliorer les partenariats?

Médecine générale et soins spécialisés: Comment améliorer les partenariats? Médecine générale et soins spécialisés: Comment améliorer les partenariats? Docteur Philippe CASTERA Maître de conférences associé de médecine générale (Université de Bordeaux) Coordinateur du réseau addictions

Plus en détail

Coordination Ville Hôpital

Coordination Ville Hôpital Coordination Ville Hôpital Lien entre pharmaciens et utilisation d une banque de données Bassin sanitaire alésien 2 juin 2015 Jean-Pierre CORNUT, Pharmacien d officine, URPS Pharmaciens LR Vincent BOUIX,

Plus en détail

Mobiliser les acteurs, développer les usages : une stratégie gagnante pour la modernisation des systèmes d information

Mobiliser les acteurs, développer les usages : une stratégie gagnante pour la modernisation des systèmes d information ATELIER DE PROSPECTIVE Mobiliser les acteurs, développer les usages : une stratégie gagnante pour la modernisation des systèmes d information Hervé BARGE Agence esanté Luxembourg Question : Comment mobilier

Plus en détail

Formation à la chaîne du froid Un nouveau contexte, des nouveaux enjeux Un sujet difficile Pour le professionnel de santé Manque de formation initiale (UFR) Sensibilisation amorcée mais à poursuivre Supports

Plus en détail

PLAN D ACTIONS STRATÉGIQUE RÉGIONAL

PLAN D ACTIONS STRATÉGIQUE RÉGIONAL 2016-2019 PLAN D ACTIONS STRATÉGIQUE RÉGIONAL MIDI-PYRÉNÉES ANTICIPER SOUTENIR 2 1 3 SE FORMER SE RÉALISER SE CONNECTER PARTAGER ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER

Plus en détail

CRÉATION D UNE MAISON DES SPÉCIALISTES À NEVERS

CRÉATION D UNE MAISON DES SPÉCIALISTES À NEVERS MÉDECINE DE SPÉCIALITÉ CLINIQUE DE PROXIMITÉ DANS LA NIÈVRE CRÉATION D UNE MAISON DES SPÉCIALISTES À NEVERS DOCTEUR PATRICK BOUILLOT ENDOCRINOLOGUE NEVERS VICE-PRÉSIDENT DE L URPS-MÉDECINS LIBÉRAUX DE

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Quel message voulez-vous diffuser?

Quel message voulez-vous diffuser? Présentation Comité consultatif et stratégique Expérimentation PAERPA LORRAINE Mise en place de la coordination Territoriale d appui (CTA) Quel message voulez-vous diffuser? Lundi 24 novembre 2014 La Coordination

Plus en détail