Dossier Presse. Mardi 21 Octobre Femmes à risque particulier de cancer du sein du dépistage à l accompagnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier Presse. Mardi 21 Octobre 2014. Femmes à risque particulier de cancer du sein du dépistage à l accompagnement"

Transcription

1 Dossier Presse Mardi 21 Octobre 2014 Femmes à risque particulier de cancer du sein du dépistage à l accompagnement Création d un centre universitaire de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l ovaire au CGFL Contact presse : Carole Diolot Responsable communication (0) (0) Centre Georges François Leclerc : 1 rue Professeur Marion BP Dijon Cedex Tél : +33 (0) Fax : +33 (0)

2 Contexte Le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 74 ans, et celles à «risque particulier» (5 à10 % des cas de cancers). A l occasion d Octobre Rose, mois de sensibilisation du dépistage du cancer du sein, le Centre régional de lutte contre le cancer Georges François Leclerc, qui prend en charge près de 50% des cancers du sein de la région Bourgogne, lance le Centre Universitaire de Suivi des femmes à haut risque de cancer du sein. En effet, chaque année, en France, près de femmes apprennent qu elles sont atteintes d un cancer du sein et plus de d un cancer de l ovaire. Ces cancers se développent le plus souvent chez des femmes ayant plus de cinquante ans, après la ménopause. En cas de cancers à début précoce ou retrouvés chez plusieurs membres d une même branche parentale, il va être suspecté la contribution de gènes de prédisposition. Ces gènes, lorsqu ils sont le siège d une mutation, entraînent un sur-risque important de cancer du sein et de l ovaire. Ces mutations sont habituellement transmises par un parent. Deux gènes majeurs ont actuellement été identifiés dans les prédispositions génétiques aux cancers du sein et de l ovaire : BRCA 1 et BRCA 2 ; on estime qu ils sont responsables de 5 à 10 % des cas de cancers. Lorsqu une femme est porteuse d une mutation délétère de BRCA 1, son risque de développer un cancer du sein au cours de sa vie est de 65 % à 70 ans et son risque de développer un cancer de l ovaire est de 40% à 70 ans. Pour le gène BRAC2, le risque est légèrement inférieur. Il existe des mesures de prévention primaire (chirurgie prophylactique) et des mesures de prévention secondaire (surveillance dès 30 ans). De telles mesures ont un réel impact, et en particulier une baisse très significative de mortalité chez ces femmes, mais au prix d un suivi contraignant et souvent anxiogène. La création de ce centre universitaire de suivi a pour finalité de proposer un bilan annuel sur une journée, la femme ayant connaissance des résultats des examens réalisés le même jour et la possibilité de rencontrer l ensemble des professionnels à sa disposition (psychologue, conseillère en génétique, médecins sénologues ) Par ailleurs, c est l occasion pour elles d obtenir des réponses plus précises et adaptées à leur situation concernant notamment l éventualité d une chirurgie prophylactique, (intervention pour laquelle la patiente conservera le libre choix de son chirurgien, pour une opération hors CGFL si elle le souhaite). 2/ 11

3 Le cancer du sein Premier cancer féminin en fréquence et en mortalité, le cancer du sein existe sous plusieurs formes. Pourtant, détecté à un stade précoce, il peut non seulement être guéri dans plus de 90 % des cas mais aussi être soigné par des traitements moins agressifs. Actuellement, malgré les progrès réalisés dans les traitements, le dépistage constitue toujours l une des armes les plus efficaces de la lutte contre le cancer du sein. Quelques chiffres : nouveaux cas annuels (2012) et en mortalité : décès. On estime qu'1 femme sur 8 sera concernée par ce cancer. - Le taux de survie du cancer du sein est de 89% à 5 ans (2012), ce qui le place comme un cancer à bon pronostic - Avant tout symptôme, la mammographie permet de repérer 90% des cancers présents - En Côte-d'Or, le taux de participation des femmes est de 63% ( ), alors qu'il n'est que de 53 % en France (2012) - On estime que ce dépistage organisé permettrait, parmi les femmes se faisant suivre régulièrement pendant 10 ans, d'éviter 100 à 300 décès pour femmes 7ème au rang national (et 1er du Grand Est) du palmarès 2013 des meilleurs hôpitaux du magazine Le Point, le Centre Georges François Leclerc est à la pointe des traitements et de la recherche, en matière de prise en charge des cancers du sein, dont il prend en charge 50% des cas de la région Bourgogne. Les spécificités de la prise en charge des cancers du sein L évolution actuelle en cancérologie étant de personnaliser toujours plus la prise en charge, les moyens à disposition pour atteindre cet objectif principal sont divers : -La radiothérapie per- opératoire qui permet d une part d irradier moins de tissu mammaire sain ce qui engendre donc moins d effets secondaires cutanés, et d autre part permet d éviter une radiothérapie externe de plus d un mois et demi, avec le concept de traitement «en un seul temps» (chirurgie + radiothérapie). -La prise en charge chirurgicale en ambulatoire de certaines patientes si elles le peuvent et si elles le souhaitent. L idée est d alléger la prise en charge des patientes pour lesquelles les risques opératoires sont limités (chirurgie conservatrice du sein avec prélèvement ganglionnaire limité type sentinelle). L association d une radiothérapie per opératoire n est pas une contre-indication à l ambulatoire. -L augmentation des indications de la technique du ganglion sentinelle qui évite des curages ganglionnaires étendus en l absence de ganglion malade (actuellement indiquée pour des tumeurs uniques de moins de 5 cm traitées par chirurgie première). Il est prévu d essayer de développer cette technique en début de traitement en cas de chimiothérapie néo-adjuvante. Situation, où actuellement il est préconisé de faire un curage ganglionnaire systématique après la chimiothérapie. L idée est d éviter de faire un curage, si, au début du traitement, avant la chimiothérapie, il n y a pas de ganglion malade. 3/ 11

4 -Les consultations infirmières avant le début du traitement (pré-chimiothérapie, prémastectomie). L idée est d améliorer la prise en charge en prenant le temps d expliquer le déroulement, les effets secondaires des traitements. -Les évaluations oncogériatriques pré-thérapeutiques. L idée est d adapter le traitement de la maladie en fonction des différentes altérations de la femme âgée. -Les consultations et RCP oncogénétiques. L idée est de dépister les patientes qui ont une mutation génétique responsable de formes familiales de cancer, afin de personnaliser chez elles et les membres de leur famille la surveillance et les traitements. -Le développement de différentes techniques de reconstruction mammaire par les chirurgiens plasticiens après mastectomie pour les femmes qui le souhaitent. Reconstruction par prothèse, lambeau musculo-cutané, lipomodelage. Reconstruction immédiate ou différée. L idée est, de la même façon, de personnaliser la reconstruction en fonction des traitements réalisés et des patientes. -L étude CANTO (CANcer TOxicités), qui vise à évaluer les effets secondaires des différents traitements réalisés, pourra très certainement nous aider à améliorer la prise en charge. -Les nombreux essais cliniques de phase I, II ou III permettent d évaluer l efficacité de nouveaux traitements et, dans certains cas, l accès des patientes à des traitements très innovants. Un dispositif de prise en charge rapide des maladies du sein L intérêt d une prise en charge précoce est de limiter l angoisse liée à l attente des résultats et faciliter le parcours de soins. Le Centre Georges-François Leclerc a mis en place un nouveau dispositif pour améliorer l accès au diagnostic des maladies du sein et à la prise à la charge, dans le mois qui suit, des femmes qui le souhaitent. Un n d appel dédié ( ) auquel une assistante médicale peut répondre aux questions, orienter ou donner un rendez-vous rapide auprès d un médecin spécialiste des maladies du sein. Ce n est accessible après avis du médecin de ville : - 1 : devant une anomalie clinique - 2 : devant une anomalie mammographique ou échographique - 3 : à l issue de résultats anatomo-pathologiques d un prélèvement effectué - 4 : pour un deuxième avis sur la prise en charge. Comment se déroule la prise en charge rapide? A la découverte d une anomalie clinique, et suite à l appel au n unique, un rendez-vous est fixé avec un radiologue sénologue qui assurera la prise en charge. Si une anomalie radiologique est décelée, une seconde lecture des clichés est réalisée pour décider du mode de prélèvement adapté (microbiopsie ou mammotome) et un rendez-vous est fixé. En moins d une semaine après la biopsie, ces prélèvements auront été examinés par les médecins anatomo-pathologistes et le diagnostic aura été posé. Leurs résultats sont expliqués lors d une consultation d annonce. 4/ 11

5 Si une prise en charge médicale s avère nécessaire, le médecin spécialiste expose la proposition thérapeutique la plus adaptée au cas de la patiente (laquelle sera systématiquement discutée et validée en équipe lors d une Réunion Commune Pluridisciplinaire (RCP) réunissant tous les spécialistes (radiologue, anatomo-pathologiste, chirurgien, oncologue médical, radiothérapeute...). La prise en charge thérapeutique pourra débuter dans les 15 jours suivant l annonce du diagnostic. Dans le cadre des RCP, les spécialistes du CGFL peuvent également examiner, pour deuxième avis, des propositions de prises en charge que leur soumettent des patients ou spécialistes extérieurs au CGFL. Qu est-ce que «l oncogénétique»? Certaines familles sont confrontées dans leur généalogie à une fréquence relativement élevée de cancers. Cette fréquence anormale pose la question d une éventuelle prédisposition héréditaire au cancer ; des tests génétiques peuvent alors être proposés pour adapter la surveillance du patient et de ses apparentés. Quelles sont les prédispositions au cancer le plus souvent rencontrées? - La prédisposition au cancer du sein et de l ovaire : On estime que 5 à 10 % des cancers du sein sont liés à l existence d une prédisposition familiale, en rapport avec la présence d anomalies (mutations) dans certains gènes. Des tests génétiques permettent de les mettre en évidence dans les familles répondant aux critères (lien vers plaquette MT). A l heure actuelle, 2 gènes ont été identifiés : BRCA1 et BRCA2. Les risques de cancer sont maintenant connus et les recommandations de surveillance éditées. Ces gènes n expliqueraient que 40% des prédispositions au cancer du sein. L arrivée du séquençage haut débit devrait permettre d identifier de nouveaux gènes de prédisposition au cancer du sein. En l absence de mise en évidence de mutation dans les gènes de prédisposition, des recommandations de surveillance ont été récemment éditées par la HAS en fonction de l identification dans un groupe à haut risque ou très haut risque de cancer. - La prédisposition aux cancers colorectaux : elle représente 5% des cancers du côlon. Les principaux gènes de prédisposition sont les gènes MMR responsable du syndrome de Lynch, et les gènes APC et MYH, responsables respectivement de polypose adénomateuse familiale autosomique dominante et récessive. En cas de syndrome de Lynch, d autres cancers peuvent associés : cancers de l endomètre (muqueuse utérine), de l ovaire, de l estomac, et plus rarement des voies biliaires et des voies urinaires. Il existe une méthode de pré-criblage tumoral par recherche d instabilité des microsatellites sur tumeur digestive de préférence, permettant de cibler les personnes devant bénéficier d une étude des gènes MMR. Des recommandations de surveillance sont éditées par l INCa. Les prédispositions familiales aux cancers du sein et du colon constituent aujourd hui les principaux motifs de consultations, mais il existe d autres prédispositions héréditaires : cancer de l estomac, mélanome/pancréas, du rein, néoplasies endocriniennes multiples, syndrome de Li Fraumeni, prostate, hémopathies malignes, etc. 5/ 11

6 Pourquoi une consultation d oncogénétique? Les analyses génétiques permettent de rechercher si une personne est porteuse ou non d une mutation qui pourrait favoriser le développement de cancers dans un gène de prédisposition sont très encadrées en France. Elles ne sont proposées que s il existe une histoire personnelle et/ou familiale évocatrice et les critères d indication sont clairement définis. La consultation de génétique a 3 buts principaux : Répondre à la cause d une agrégation de cancer dans une famille Renseigner le consultant sur les risques de transmission à la descendance Orienter la surveillance En 2013, 470 consultations ont eu lieu au CGFL dont 245 nouvelles familles. Déroulé d une consultation d oncogénétique? La consultation d oncogénétique est destinée à toute personne présentant des antécédents personnels et/ou familiaux de cancers. Il existe des critères d indication de consultation d oncogénétique variable pour chaque prédisposition génétique. La durée moyenne est de 30 à 45 minutes. Le généticien ou le conseiller en génétique va tout d abord construire avec le patient l arbre généalogique familial, relever les cas de cancers, ce qui va lui permettre d évaluer le risque de prédisposition héréditaire au cancer. Dans le cas où les critères pour la réalisation d une étude génétique sont remplis, un prélèvement sanguin, ne nécessitant pas d être à jeun, est effectué à la fin de la consultation pour étude génétique. Le consentement écrit sera recueilli. Ce type d examen hautement spécialisé nécessite en moyenne 9 à 12 mois de délai. Ces délais devraient être raccourcis dans l avenir avec l arrivée des technologies de séquençage haut débit. Le prélèvement sanguin devra toujours être initié la première fois dans une famille chez un patient présentant un cancer. Une consultation d oncogénétique peut également être organisée chez des apparentés asymptomatiques lorsqu une mutation a été identifiée chez un membre de leur famille dans un but de conseil génétique et de prévention. Il s agit dans ce cas d un diagnostic présymptomatique. Le délai pour l obtention des résultats sera dans ce cas inférieur à 3 mois. L annonce du résultat L annonce du résultat est réalisée lors d une nouvelle consultation d oncogénétique, par le généticien ou le conseiller en génétique rencontré lors du premier entretien. Doivent alors être abordées les implications des résultats pour le patient et sa famille, que les résultats soient positifs ou négatifs ; les recommandations de surveillance pour la personne et les membres de sa famille sont expliquées. Se savoir porteur d une prédisposition au cancer peut être difficile à vivre psychologiquement. Beaucoup de personnes venant en consultation sont souvent très demandeuses de tests, mais un test positif peut parfois entraîner des réactions d anxiété 6/ 11

7 importantes sur l évolution à venir, et de culpabilité de transmission à la descendance. Des psychologues sont donc associés à ces consultations. Dans le cas de la mise en évidence d une mutation, une surveillance adaptée est proposée à la personne porteuse par le biais d une réunion de concertation pluridisciplinaire. Un entretien avec un médecin spécialiste du sein et de l ovaire peut être organisé sur demande. En l absence de mise en évidence d une mutation, un calcul de risque est établi permettant d identifier les personnes à haut risque. Dans ce cas, la prise en charge et le suivi sont identiques à ceux des femmes porteuses d une mutation génétique, après réunion de concertation pluridisciplinaire. Le suivi des patients prédisposés au cancer L identification de gènes de prédisposition a permis l introduction de nouvelles analyses génétiques destinées aux personnes dont les antécédents médicaux personnels et/ou familiaux sont évocateurs d une forme héréditaire de cancer. Le développement du diagnostic des prédispositions aux formes héréditaires de cancer et le renforcement des consultations d oncogénétique ont été intégrés dans le Plan Cancer élaboré en Actuellement, 102 sites de consultations sont répartis dans 66 villes sur l ensemble du territoire. Plus de consultations d oncogénétique y ont été effectuées chaque année, dont 70 à 80% sont liées aux cancers du sein et/ou de l ovaire et aux cancers digestifs. Au final, grâce au dispositif d oncogénétique, plusieurs milliers de personnes porteuses d une mutation BRCA1/2 et MMR ont été identifiées. Ces personnes se voient proposer une stratégie de prise en charge spécifique basée sur la surveillance et/ ou la chirurgie prophylactique, et adaptée aux différents risques tumoraux associés à l altération génétique identifiée. Le diagnostic pré-symptomatique : Ce test s adresse à des personnes asymptomatiques lorsqu il existe une mutation identifiée dans leur famille, afin de rechercher chez eux cette mutation, et ainsi connaître leur statut. Cela permettra de savoir si cette personne doit se faire surveiller ou non, et si elle sera à risque de retransmettre cette mutation à sa descendance. Cette analyse ne peut être réalisée que chez des personnes majeures, et concerne également les hommes. Elle consiste en une première consultation d oncogénétique à la suite de laquelle un premier prélèvement sanguin pourra être réalisé si la personne souhaite connaitre son statut. Un deuxième prélèvement sanguin indépendant sera réalisé un autre jour, idéalement associé à une consultation avec la psychologue du service. Le patient sera revu une troisième fois pour le rendu du résultat. Afin de répondre au mieux aux besoins spécifiques des personnes identifiées comme à risque particulier, le CGFL crée un centre universitaire de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l ovaire dont les premières consultations ont lieu le 20 Octobre Le Centre universitaire de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l ovaire en pratique : 7/ 11

8 A l instar du dispositif de prise en charge rapide des maladies du sein, l intérêt du centre de suivi universitaire mis en place est de proposer à une personne présentant une mutation dans les gènes BRCA une prise en charge précoce et en une jour, afin de limiter l angoisse liée à l attente des résultats. Le suivi s organise sur une journée. Pour le risque mammaire, une prise en charge est définie à partir de 30 ans. On réalisera : un examen clinique 2 fois par an et un bilan d imagerie annuel incluant : IRM mammaire, échographie mammaire, et mammographie idéalement réalisées la même semaine (ces examens ne devant pas être espacés de plus de 2 mois). Et associé, à une échographie endo-vaginale pour le risque ovarien, une fois par an et à partir de 35 ans. Nota : pour les hommes concernés par une mutation dans le gène BRCA2, une surveillance annuelle sera organisée dès ans pour un suivi du risque de cancer prostatique (examen clinique, dosage des PSA, +/- IRM prostatique). Le recours à la chirurgie prophylactique et la reconstruction mammaire Concernant les mesures de prévention primaire, il existe une indication de chirurgie prophylactique : annexectomie (ablation des ovaires et des trompes), mastectomie,. Il est possible pour les patientes qui le souhaitent de réaliser une chirurgie mammaire prophylactique à partir de l âge de ans, et après une période de réflexion. Est fortement recommandée, à partir de ans, la réalisation d une ablation des ovaires et trompes, une fois le projet parental terminé. Cette chirurgie est extrêmement importante car le cancer de l ovaire est un cancer très difficile à détecter. Concernant le risque mammaire, les patientes qui le désirent, peuvent bénéficier d une mammectomie suivie d une reconstruction immédiate qui doit être systématiquement proposée. Les modalités de cette chirurgie est un moment important d échanges avec la patiente sur le réel bénéfice (mastectomie totale ou avec conservation du mamelon ) comparé aux alternatives (surveillance annuelle citée précédemment). Cette chirurgie prophylactique n élimine pas totalement le risque de cancer du sein et de l ovaire, même s il le diminue considérablement. Assez fréquemment, la discussion s avère compliquée. En effet, chez une femme ayant eu un cancer du sein, y-a t- il une indication à lui retirer préventivement l autre sein? La prise en charge de ces femmes porteuses d une anomalie génétique, qui n ont pas déclaré la maladie mais présentent un haut risque de développer un cancer, nécessite une haute expertise de ces situations, c est ce que propose le centre universitaire de suivi dans la composition de son équipe et dans son approche pluridisciplinaires. 8/ 11

9 Le centre de suivi en pratique : Les consultations ont lieu 2 lundis par mois toute la journée et s adressent aux femmes identifiées comme étant à haut risque suite à une consultation avec un onco-généticien ou après décision d une RCP (réunion de concertation pluridisciplinaire) en oncogénétique. Déroulement de la journée : Matin : Bilan Imagerie avec le radiologues référents Après-midi : Rendu de l ensemble des résultats par un médecin expert (et réponses contraception etc ) Rencontres éventuelles avec la psychologue et une conseillère en génétique. L équipe Consultations spécialistes du cancer du sein et de l ovaire (Chirurgie, reconstruction) Pr Charles Coutant, Chirurgien sénologue et gynécologue Dr Catherine Loustalot, Chirurgien sénologue et gynécologue - reconstruction mammaire Radiologues : Drs France Guy, Sylvaine Feutray, Nathalie Mejean, Dominique Vaillant, Olivier Verbadian Consultations d oncogénétique Pr Laurence Olivier-Faivre, Généticienne Amandine Baurand et Caroline Jacquot, conseillères en oncogénétique Psychologue : Martine Aubert, Secrétaire : Béatrice Georges - N d appel dédié : Le retentissement psychologique de l annonce du risque La finalité des consultations est d estimer le risque de prédisposition d origine génétique et d indiquer les différentes modalités possibles de prise en charge médicale. Ces consultations apportent un savoir prédictif alors qu il n y aura aucune conséquence curative immédiate décalage entre savoir et pouvoir Le psychologue va s interroger et interroger les effets d un tel savoir. Aucun moment de la démarche n est anodin pour les consultants L enquête qu ils mènent (ou non) avant la première consultation les conduit à s interroger sur leur histoire individuelle et familiale, parfois à reprendre contact avec des personnes de la famille perdues de vue La situation réactive des éléments de l histoire familiale concernant la maladie cancéreuse, parfois des moments particulièrement douloureux, voire traumatiques. Au moment des résultats, selon des protocoles établis avec soin et réflexion, le patient se retrouvera seul face à cette nouvelle connaissance, face à l absence de certitude, de réponse thérapeutique proprement dite et face à ses responsabilités Les études mettent l accent sur l anxiété du côté du consultant dans la démarche. 9/ 11

10 Les motifs de la consultation Certaines femmes viennent d elles-mêmes parce qu elles se sentent «prédisposées» (ATCD familiaux, craintes à l occasion de cancer dans l entourage ) D autres, atteintes d un cancer s inquiètent pour leur descendance, leurs proches ; souvent encouragées par leur médecin. Dans ce cas, la consultation permet d envisager une réponse à la question «pourquoi» ce cancer Malentendu entre savoir scientifique et savoir subjectif La consultation confronte à deux types de savoirs : savoir scientifique et savoir subjectif. La confrontation voire l amalgame d un ensemble de convictions personnelles avec un savoir de type scientifique constitue le mécanisme même de ce qui se passe au niveau psychique lors de la consultation. Deux situations peuvent créer un malentendu dans la démarche : la peur du cancer et les soucis concernant la transmission familiale. La première touche à l intégrité corporelle et au moi ; la seconde à la généalogie, à la place dans la lignée, au lien à l autre Enfin, troisième source de malentendu : lorsque la survenue du cancer est perçue comme le prix à payer pour une faute commise dans la lignée conviction irrationnelle d origine inconsciente, qui participe d un «roman familial». Trois malentendus qui vont se répercuter tant sur la perception du risque que sur les questions inhérentes à la transmission. La notion de risque : difficile à appréhender pour le consultant Le risque statistique ne répond pas à la préoccupation d une consultante ; comment s identifier à des pourcentages? La notion de risque statistique demande de se défaire de sa propre subjectivité Et même si le patient parvient à se considérer sur ce plan comme un élément quelconque d une population, si la réponse est «il n y a pas de risque génétique» cela ne signifie pas qu il n y a pas de risque du tout Le risque génétique exclu, il reste le risque général de la population Le bénéfice d un savoir espéré est remis en cause par ce retour de l indétermination. La transmission La consultation d oncogénétique touche aux questions essentielles que sont l hérédité, la filiation, la transmission de la vie et de la mort, la culpabilité et le ressentiment et tout ce que ces questions soulèvent sur le plan psychique sont autant d obstacles à une compréhension du mécanisme génétique de la transmission. La présence des psychologues dans le cadre des consultations d oncogénétique permet un espace pour penser la démarche et assurer une reformulation qui permette aux consultants d élaborer l information qui est transmise. De plus, la présence des psychologues doit pouvoir faciliter la réflexion avec les onco-généticiens sur une pratique encore récente. Il s agit d une collaboration au sens fort du mot pour améliorer la prise en charge de sujets à risque, dans tous les sens du terme. 10/ 11

11 Le CGFL, centre de référence en cancérologie, au service de patients chaque année Reconnu d utilité publique, le CGFL (Centre Georges François Leclerc) est l un des 20 centres de lutte contre le cancer en France, réunis dans le Groupe UNICANCER. «Etablissement de Santé Privé d Intérêt Collectif», spécialisé en cancérologie, il assume des missions de prévention, de dépistage, de soins, d enseignement, de recherche et d accompagnement avec une prise en charge des cancers en conformité avec les tarifs conventionnels et l absence de pratiques libérales. Ouvert en 1967, ses équipes exercent une mission d expertise et de recours auprès des professionnels des établissements de santé et des praticiens spécialistes du secteur public ou privé. Le CGFL propose à ses patients, sans reste à charge pour eux, un accès aux technologies les plus innovantes et aux traitements adaptés les plus récents, ainsi qu un accueil de qualité. Il dispose de tous les services et équipements de dépistage, de diagnostic, de traitement et de soins du cancer (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, laboratoires, médecine nucléaire, radiologie ), en hospitalisation complète, de semaine, de jour et en ambulatoire ou à domicile. Un centre attractif Le Centre accueille des patients de Bourgogne et des départements limitrophes. Outre la pathologie mammaire (il prend en charge près de 50% des cancers du sein de la région Bourgogne), le CGFL traite aussi, principalement, les cancers digestifs, bronchiques, gynécologiques, prostatiques, urologiques, thyroïdiens et les tumeurs rares (cérébrales, sarcomes ). Ses atouts, ses spécificités Centre multidisciplinaire, il dispose d un plateau technique récent et intégré, de l unique service public de radiothérapie de la région, d un centre d évaluation et de traitement de la douleur, d unités de chirurgie ambulatoire, de psycho-oncologie et d un Espace de Rencontres et d Information (Eri) dédié aux patients et à leurs proches. Intégré à l Université, il est l un des 8 membres fondateurs du Pôle de Recherche et d Enseignement Supérieur (PRES) de Bourgogne Franche-Comté et contribue activement à l enseignement universitaire et post-universitaire des médecins et spécialistes des disciplines intervenant en cancérologie, ainsi qu à la formation professionnelle paramédicale. Une recherche dynamique et reconnue De la recherche fondamentale jusqu à la recherche épidémiologique et en sciences humaines et sociales, le CGFL couvre tous les champs de la recherche sur le cancer, favorisant ainsi l accès de ses patients aux traitements les plus récents et aux techniques innovantes. Labellisé Centre de Recherche Clinique (parmi les 26 centres français), le CGFL est aussi l un des 16 centres français, et le seul de la région Grand Est, labellisés par l INCa pour mener des études de recherche clinique précoce. Il participe aussi à de nombreuses études nationales et internationales et propose, depuis 2011, des études de recherche préclinique dans le cadre d une nouvelle plateforme d imagerie (l une des premières du genre en France et lieu d implantation du Projet d excellence IMAPPI, prototypes de TEP et IRM de Bioscan). Les traitements «à la carte» : vers une médecine personnalisée Grâce à ses collaborations et aux divers partenariats qu il a noués, le CGFL développe une recherche fondamentale permettant une meilleure connaissance des spécificités des tumeurs et des mécanismes de la cancérogénèse, ou encore l évaluation de l efficacité des traitements proposés à ses patients, grâce à l apport de l imagerie fonctionnelle. En quelques chiffres : salariés, dont 100 médecins, professeurs des universités, chercheurs et 41 personnes dédiées à la recherche ; patients et consultants par an, dont plus de hospitalisés; lits et places d hospitalisation (dont des lits spécialisés : traitements de curiethérapie, médecine nucléaire, traitement de la douleur, recherche médicale de phase précoce et alternatives à l hospitalisation) ; 5 lits de chirurgie ambulatoire M d euros de budget annuel, dont près de 10 % consacrés à la recherche ; -Plus de 14 M d euros d investissements en 4 ans ( ) pour accompagner les axes de son projet d établissement. «Personne morale de droit privé, le CGFL est habilité à recevoir des dons et legs», complément indispensable à son bon fonctionnement actuel. 11/ 11 Contact presse : Carole Diolot Responsable communication (0) (0) Centre Georges François Leclerc : 1 rue Professeur Marion BP Dijon Cedex Tél : +33 (0) Fax : +33 (0)

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

INAUGURATION DE L UNITÉ D IMAGERIE IRM OUVERTE HAUT CHAMP

INAUGURATION DE L UNITÉ D IMAGERIE IRM OUVERTE HAUT CHAMP DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE L UNITÉ D IMAGERIE IRM OUVERTE HAUT CHAMP Le vendredi 17 janvier 2014 Service d imagerie médicale - Pr Pierre Champsaur Hôpital Sainte Marguerite INAUGURATION DE L UNITÉ

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Accompagnement psychologique

Accompagnement psychologique GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-PYrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Accompagnement psychologique Janvier 2016 Sommaire Sommaire...

Plus en détail

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées Dr F. CARRE-PIGEON Groupe Courlancy Dr M. MOZELLE-NIVOIX Centre hospitalier

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Tenir compte de l histoire familiale des cancers pour estimer le risque pour

Tenir compte de l histoire familiale des cancers pour estimer le risque pour Comment prendre en compte le risque génétique? La consultation d oncologie génétique : qui, pourquoi, comment? Cancer genetics clinics: what for? Mots-clés : Oncogénétique BRCA1/2 Cancer du sein Cancer

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv THÈME 1 PROGRAMME 2015 Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv MERCREDI 09 Septembre 2015 À partir de 13h00 Bilan d imagerie pré opératoire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN PATHOLOGIE MAMMAIRE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE D INFORMATION

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l estomac Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l estomac,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Oncogénétique : où en sommes nous?

Oncogénétique : où en sommes nous? Oncogénétique : où en sommes nous? Docteur Elisabeth LUPORSI Centre d Investigation Clinique de Cancérologie (CICC) CHU- CAV Vandoeuvre les Nancy Nancy 24 octobre 2009 Centre d investigation Clinique Pierre

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales :

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales : Réseau Santé Bucco-Dentaire & Handicap Rhône-Alpes Le RÉSEAU SANTE BUCCO-DENTAIRE & HANDICAP RHÔNE ALPES, association loi 1901. Faciliter l accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de

Plus en détail

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes APCH juin 202 Définition du DPN et de l IMG Organisation en

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose Les Virades de l Espoir Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose GlaxoSmithKline Le Souffle de l engagement Acteur majeur de l industrie pharmaceutique mondiale, le laboratoire GlaxoSmithKline

Plus en détail

cancers du sein et de l ovairel

cancers du sein et de l ovairel Prédispositions héréditaires h aux cancers du sein et de l ovairel 1ère Journée Médicale Calédonienne E.Camus JUIN 2012 17q21 2cM BRCA1 King, 1990 BCLC, 1993 Skolnick, 1994 13q12 BRCA2 Stratton, 1994 Stratton,

Plus en détail

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131 INFORMATION DU PATIENT Le Centre Henri-Becquerel est le Centre de Lutte Contre le Cancer de Haute-Normandie, spécialisé dans le dépistage, le diagnostic, les soins en cancérologie, ainsi que dans la recherche

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

DÉVÉLOPPEMENT DE L ONCOGÉNÉTIQUE DANS LES HÔPITAUX PRIVÉS : IDENTIFICATION ET SUIVI DES PERSONNES A RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER

DÉVÉLOPPEMENT DE L ONCOGÉNÉTIQUE DANS LES HÔPITAUX PRIVÉS : IDENTIFICATION ET SUIVI DES PERSONNES A RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER DÉVÉLOPPEMENT DE L ONCOGÉNÉTIQUE DANS LES HÔPITAUX PRIVÉS : IDENTIFICATION ET SUIVI DES PERSONNES A RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER Céline Guien, Aurélie Fabre, David Salgado, Véronica Cusin, Philippe Souchois,

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du pancréas Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Acteur de notre Santé

Acteur de notre Santé Cliniques psychiatriques de France Acteur de notre Santé union nationale des cliniques psychiatriques privées Fédération de l Hospitalisation Privée Cliniques psychiatriques de France Syndicat professionnel

Plus en détail

La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine

La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine Retrouvez un sondage réalisé dans 32 des 47 facultés de médecine de France auprès des étudiants de médecine. 1 OMMAIRE DE L ÉTUDE I. Bilan

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire 1) Pour accéder aux options de sauvegarde et d envoi du questionnaire, veuillez cliquer sur le bouton représenté ci-après, situé en dernière

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014 Référentiel régional cancer du sein Christelle LEVY CAEN, 4 Novembre 2014 A quoi peuvent servir les référentiels? Définir le traitement optimal pour chaque patiente Homogénéiser les prises en charge sur

Plus en détail

Pourquoi, Pour qui et Comment dépister le cancer du sein?

Pourquoi, Pour qui et Comment dépister le cancer du sein? Pourquoi, Pour qui et Comment dépister le cancer du sein? Pourquoi? Le cancer du sein est le premier cancer féminin avec 49 000 nouveaux cas par an en France et 11 900 décès par an. Au cours de sa vie,

Plus en détail

Observatoire. Institut Curie. cancer. Viavoice 2015. Décrypter les perceptions des Français sur le cancer. www.curie.fr

Observatoire. Institut Curie. cancer. Viavoice 2015. Décrypter les perceptions des Français sur le cancer. www.curie.fr Observatoire cancer Institut Curie Viavoice 2015 Décrypter les perceptions des Français sur le cancer L Institut Curie dévoile, pour la 3 e année consécutive, les résultats de son Observatoire cancer Institut

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE Docteur Gérard ALEXANDRE Professeur François BLANC Docteur Christian JEAMBRUN Docteur Yannick MARTIN Professeur Bernard NEMITZ Docteur

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Antécédents PR a 13 ans 2 accouchements normaux à terme Chir=0 Med=0 Fam= 2 sœurs

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Dossier de presse 2012 Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Contact presse Tél : 01 48 03 72 47 Charlotte RICHARD Courriel : communication@canceropole-idf.fr VOIR LE CANCER : une

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net DOSSIER DE PRESSE Mardi 12 juin 2012 NOUVEAU TRAITEMENT POUR LE CANCER DU POUMON ET LE MELANOME : LA FONDATION ARC POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER SOUTIENT LES TRAVAUX D UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS À MONTPELLIER

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE D ONCOLOGIE DIGESTIVE DU GRAND-OUEST

DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE D ONCOLOGIE DIGESTIVE DU GRAND-OUEST 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE D ONCOLOGIE DIGESTIVE DU GRAND-OUEST 3ème CYCLE Justification et finalité : son

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique Avant-Propos De la théorie à la pratique et de la pratique à la théorie CLAUDE LÉVY-LEBOYER, CLAUDE LOUCHE, JEAN-PIERRE ROLLAND La mondialisation de l économie ainsi que la rapidité des progrès techniques

Plus en détail

L annonce diagnostique

L annonce diagnostique L annonce diagnostique Docteur Jean-Philippe CAMDESSANCHÉ Neurologie C.H.U. Hôpital Nord Saint-Etienne Saint-Etienne CHU Introduction Trop peu de temps consacré durant les études médicales, Mise en adéquation

Plus en détail

Compte rendu des commissions du Conseil de Développement du 8 novembre 2010

Compte rendu des commissions du Conseil de Développement du 8 novembre 2010 Compte rendu des commissions du Conseil de Développement du 8 novembre 2010 Commission formation insertion emploi Accueil de M.Bénédic, mot de bienvenue et rappel de l ordre du jour ainsi que rappel de

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail