direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013"

Transcription

1 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê (Dares) Les documents d études sont des documents de traval ; à ce ttre, ls n engagent que leurs auteurs et ne représentent pas la poston de la DARES

2

3 Sommare I - Problèmes méthodologques a) Crcut de fnancement par les Opca et seul mnmum de dépense b) Les sources statstques moblsées II - Tratements statstques a) Estmatons au nveau entreprse b) Rémputaton au nveau établssement c) Calage sur marges III - Résultats a) Les dépenses des entreprses de 10 salarés et plus au nveau régonal b) Les dépenses des entreprses de mons de 10 salarés au nveau régonal Références bblographques Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 3 -

4 Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 4 -

5 Résumé Le comportement des entreprses en matère de plan de formaton est relatvement peu connu au nveau régonal. En effet, s pour les entreprses de mons de 10 salarés, les données exhaustves des états statstques et fnancers (ESF) des organsmes partares collecteurs agréés (Opca) permettent de connaître les dépenses de formaton en foncton du leu de leur utlsaton, cec n est pas possble pour les entreprses de 10 salarés et plus. Pour ces dernères en effet, les formulares fscaux 2483 qu consttuent la prncpale source d nformaton au nveau natonal sont rensegnés au nveau des entreprses qu agrègent les nformatons de leurs dfférents établssements. Cec condut à un bas sur les régons où se concentrent les sèges socaux. En se basant unquement sur la régon de déclaraton, on obtent par exemple qu'en 2010, 55% des dépenses des entreprses de 10 salarés et plus au ttre du plan de formaton seraent effectuées en Ile-de-France. Ben que le problème touche unquement les 30% d entreprses qu sont composées de plus d un établssement, celles-c concentrent plus de 75% du total des dépenses, rendant ndspensable leur rémputaton à l ade de méthodes statstques. Ce traval se heurte à pluseurs problèmes d ordre méthodologque. Tout d abord, du fat qu l exste une oblgaton de fnancement et non de formaton, les déclaratons 2483 qu vsent à contrôler cette oblgaton ne recensent pas forcément les montants qu sont effectvement dépensés pour former. Par exemple, la quas-totalté des entreprses déclarent des dépenses non nulles alors que près de 40% ne forment aucun salaré. En partculer lorsqu elles s en tennent au mnmum légal en versant leur contrbuton à un Opca, on ne sat pas dans quelle mesure la somme versée a été moblsée pour former. De plus, les Opca peuvent subventonner certanes entreprses à partr des contrbutons non utlsées par d autres. Pour ces rasons, l est dffcle de localser les dépenses de formaton. A partr des nformatons dsponbles dans les déclaratons 2483 et d autres sources sur les entreprses (données sur la connassance locale de l'apparel productf (Clap) de l'insee, Blans pédagogques et fnancers des organsmes de formaton, ESF), l est possble, sous certanes hypothèses, de trater ces problèmes de censure à gauche et à drote et de reconsttuer les dépenses effectves de formaton au nveau des entreprses, pus des établssements. Une fos ces estmatons réalsées, l Ile-de-France conserve sa prépondérance avec près de 36% du total des dépenses des entreprses de 10 salarés et plus en 2010 et un taux de partcpaton fnancère supéreur d envron 20% à celu des autres régons. La composton de la man-d œuvre, plus qualfée en Ile-de-France, explque pour beaucoup ce résultat ben qu l exste d autres facteurs nfluençant localement l'ntensté des efforts de formaton. Dans l ensemble, s les taux de partcpaton fnancère et les proportons de salarés formés sont relatvement homogènes au nveau régonal, ls suvent une évoluton très cyclque depus 2005 et hétérogène entre régons. Pour les entreprses de mons de 10 salarés, les taux de partcpaton fnancère et les proportons de salarés formés sont légèrement mons homogènes entre régons et plus fluctuants dans le temps. Plus étonnant, l Ile-de-France se classe cette fos parm les régons les mons formatrces, notamment en nombre de stagares. Les taux de partcpaton fnancère et proportons de salarés formés sont surtout ben nféreurs à ceux des entreprses de 10 salarés et plus, même s la comparason est délcate dans la mesure où les concepts de formaton et les crcuts de fnancement ne sont pas les mêmes. Mots clefs : formaton en entreprse, plan de formaton, estmatons régonales. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 5 -

6 Avec près de 42% des dépenses engagées en 2010, les entreprses sont le prncpal fnanceur de la formaton professonnelle contnue (Delort, 2012). Cette dépense couvre de nombreux dspostfs parm lesquels le plan de formaton occupe une place prépondérante avec près de 65% du total. Pour les entreprses de 10 salarés et plus, l consttue le cœur de l effort de formaton pusqu l relève de leur ntatve et qu elles dsposent d une grande lberté dans sa mse en œuvre. Au nveau natonal, les formulares fscaux 2483 sont la prncpale source d nformaton sur les comportements en matère de plan de formaton des entreprses de 10 salarés et plus (encadré 1). Rempls chaque année dans le cadre du contrôle du respect de la lo de 1971 qu a créé l oblgaton pour les entreprses de 10 salarés et plus de partcper au fnancement de la formaton professonnelle contnue, ls présentent l avantage d être à la fos vastes, avec pluseurs dzanes de mllers d observatons, et rches pusqu ls contennent des varables à la fos physques et fnancères sur la formaton, à des nveaux de ventlaton fns (par catégore socoprofessonnelle, par sexe, par dspostf ). Toutefos, ls sont rensegnés au nveau des entreprses qu agrègent les nformatons de leurs dfférents établssements, ce qu condut à un bas à la hausse sur les régons où se concentrent les sèges socaux et à la basse sur les autres régons («effet sège»). En se basant unquement sur la régon de déclaraton, on obtent par exemple qu'en 2010, 55% des dépenses seraent effectuées en Ile-de-France. Ben que le problème touche unquement les 30% d entreprses du champ qu sont composées de plus d un établssement, ces dernères concentrent à elles seules plus de 75% du total des dépenses au ttre du plan de formaton. Ce problème ne se pose pas en ce qu concerne les dépenses au ttre du plan de formaton des entreprses de mons de 10 salarés car elles transtent ntégralement par les Organsmes partares collecteurs agréés (Opca) qu rensegnent la localsaton de leur utlsaton dans les états statstques et fnancers (ESF). Mas ces entreprses de mons de 10 salarés représentent mons de 5% du total des dépenses au ttre du plan. De ce fat, les comportements de formaton des entreprses sont relatvement peu connus au nveau régonal. Or depus 1993, les Régons acquèrent de plus en plus de compétences dans le domane de la formaton professonnelle. Elles ont depus 2004 la responsablté de l organsaton de l offre de formaton et établssent un contrat de plan régonal de développement des formatons professonnelles (CPRDFP) qu défnt la poltque à moyen terme en matère de formaton professonnelle. Leur champ est très large pusque le pérmètre retenu est celu de la formaton tout au long de la ve (formaton ntale, formaton contnue des actfs occupés et ceux prvés d emplo, orentaton professonnelle, valdaton, certfcaton, etc.). Ben que ne relevant pas drectement de l acton publque, la dépense des entreprses est la grande absente des données régonales sur la formaton professonnelle, comme celles étables par le Consel natonal de la formaton professonnelle tout au long de la ve (CNFPTLV) 1 au regard de son mportance (plus de 8 mllards d euros). Par conséquent, partenares socaux et décdeurs publcs sont demandeurs d nformatons régonales sur les pratques de formaton des entreprses. L objet prncpal de cette étude est ans d estmer au nveau régonal, à partr de méthodes statstques, les dépenses de formaton au ttre du plan de formaton des entreprses de 10 salarés et plus. Dans un premer temps nous exposerons les problèmes d ordre méthodologque auxquels se 1 Vor par exemple le rapport 2012 sur les dépenses 2009 et Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 6 -

7 heurte ce traval du fat de la nature de déclaraton fscale des données présentes dans le fcher 2483 et de l exstence d'un crcut de fnancement par l ntermédare des Opca. Nous chercherons ensute à construre un modèle permettant d estmer la dépense des établssements à partr des comportements observés au nveau entreprse et en explotant les prncpales caractérstques des salarés connues comme explcatves de l accès à la formaton (sexe, âge, catégore socoprofessonnelle, secteur d actvté) ans que les nformatons sur les contextes locaux (offre de formaton, concentraton de l emplo ). Pus nous effectuerons un calage sur marges pour obtenr des estmatons régonales représentatves à ce nveau. Enfn, nous étuderons et commenterons les résultats obtenus tout en en montrant les lmtes. Une parte sera consacrée aux dépenses des entreprses de mons de 10 salarés au ttre du plan de formaton à partr des données régonalsées exhaustves dsponbles. I - Problèmes méthodologques Encadré 1 : La déclaraton 2483 Depus 1971, les entreprses de 10 salarés et plus des secteurs prvé et parapublc sont assujettes à une oblgaton de partcper au fnancement de la formaton professonnelle contnue. Cette oblgaton s élève en 2010 à 1,6 % de la masse salarale pour les entreprses de 20 salarés ou plus, 1,05 % pour les entreprses de 10 à 19 salarés. Les fractons de cette contrbuton consacrées au fnancement du plan de formaton, du congé ndvduel de formaton (Cf) ans que de la professonnalsaton et du drot ndvduel à la formaton (Df) sont fxées respectvement à 0,9 %, 0,2 % (0 % pour les 10 à 19 salarés) et 0,5 % (0,15 % pour les 10 à 19 salarés). Entreprses de : Contrbuton globale affectée au Cf affectée à la professonnalsaton et au Df affectée au plan de formaton (relquat) 20 salarés ou plus 1,60 0,20 0,50 0,90 10 à 19 salarés 1,05 0,15 0,90 Mons de 10 salarés 0,55 0,15 0,40 Pour retracer la façon dont elles se sont acquttées de leur oblgaton de fnancement, les entreprses sont tenues chaque année de fournr aux servces fscaux une déclaraton n Le champ assujett est composé d envron entreprses qu emploent envron 13 mllons de salarés. Les formulares jugés valdes et cohérents sont remontés par l admnstraton fscale au mnstère en charge de l'emplo et de la formaton professonnelle, pus sass pour consttuer une base de données explotée par le Céreq et la Dares. Ce sont ans à formulares sur un total attendu de qu sont explotés chaque année pour consttuer les statstques natonales, après redressement statstque (calcul de pondératons) pour corrger de la non-exhaustvté de la base de données. Les nformatons recuelles sont de nature à la fos physque (nombre de salarés formés et heures de formaton) et fnancère (dépenses), ventlées le plus souvent par type de dspostfs (Cf, Df, professonnalsaton et plan). Au ttre du plan de formaton sont dstnguées les dépenses de formaton nterne, les dépenses de formaton externe, les rémunératons des stagares, les subventons publques perçues et les montants qu transtent par un Opca. Cette ventlaton n est pas toujours ben rensegnée car le formulare contrôle prncpalement que le montant global permette de justfer du respect de l oblgaton légale. Le fat de déclarer en dépense drecte une somme qu a transté par un Opca n a par exemple pas d ncdence. La dénomnaton «plan de formaton» correspond dans notre étude à la «contrbuton solde», c est-à dre à l oblgaton résduelle de fnancement après les contrbutons au ttre de la professonnalsaton, du Df et du Cf. Elle peut nclure certanes dépenses (versements aux chambres consulares, aux Opca-CIF au ttre du Df ) qu ne concernent pas le plan de formaton au sens strct. Ces montants sont margnaux mas l n est pas possble de les dstnguer pusqu ls sont nclus dans les «autres dépenses» qu comprennent également des dépenses annexes de formaton. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 7 -

8 Les nformatons "physques" permettent de connaître le nombre de stagares et d heures de formaton par catégore socoprofessonnelle (CSP), par sexe et pour certans dspostfs (Df, pérodes de professonnalsaton, blans de compétence, valdaton des acqus de l expérence).. Théorquement, un salaré formé deux fos dot être comptablsé pour un, mas en pratque, l est fréquent d observer des taux de formaton supéreurs à 1, en partculer pour les CSP les plus qualfées. Les entreprses assurent en général un décompte du nombre de formatons suves mas dstnguent plus rarement ce nombre par ndvdu. Le volet physque du formulare n est pas oblgatore et destné unquement à un usage statstque. Il n est donc pas contrôlé par l admnstraton fscale et son explotaton peut rencontrer certanes lmtes, en partculer pour les pettes entreprses. Pour les plus grandes, la qualté des nformatons recuelles est melleure car elles dsposent généralement de servces de ressources humanes qu tennent un décompte plus rgoureux des heures et effectfs en formaton. De même, le formulare est parfos utlsé en comté d entreprse pour suvre et dscuter les efforts de formaton avec les partenares socaux. a) Crcut de fnancement par les Opca et seul mnmum de dépense Dans le cadre de leur oblgaton de partcpaton au fnancement de la formaton, les entreprses dovent consacrer un pourcentage mnmal de leur masse salarale au plan de formaton. S elles chosssent de ne pas former ou mons que le seul requs, elles dovent verser les sommes manquantes aux Opca qu se chargent de les mutualser et de les redstrbuer 2. Elles peuvent également effectuer des versements aux Opca, sans y être contrantes, pour que ceux-c fnancent leurs actons de formaton, sot par achat drect (prncpe de subrogaton) sot en leur remboursant les fras engagés. Cette prse en charge peut dans certanes condtons donner leu à une subventon. Audelà de leur rôle de collecteurs, les Opca assurent également des prestatons d accompagnement et de consel aux entreprses formatrces à travers, par exemple, la geston des conventons avec les prestatares, la mse à dsposton de catalogues de formatons, l orentaton, etc. Pour les entreprses qu souhatent se passer de cette ntermédaton, l est possble d effectuer des dépenses drectes auprès des prestatares de formaton. En 2010, près d un ters des sommes dépensées au ttre du plan de formaton transtent ans par les Opca. De même, 85% des entreprses effectuent un versement à un Opca. Les versements aux Opca au ttre du plan de formaton ne sont pas régonaux. Les contrbutons sont gérées par un organsme partare de branche agréé ou un organsme nterprofessonnel s l n exste pas d organsme de branche. De ce fat, la localsaton de leur utlsaton devent dffcle dès lors qu elles ne sont pas utlsées par les entreprses versantes. A partr des fchers 2483, ben que les montants versés aux Opca soent connus, l n est pas possble de savor dans quelle mesure ls ont été utlsés pour former. En effet, le formulare a pour but de contrôler l effort consent par les entreprses, c est-à-dre les ressources fnancères qu elles consacrent à la formaton. En théore, les Opca décdent seuls de l utlsaton des fonds qu ls collectent. Ben qu l exste effectvement un «compte formaton» propre à chaque entreprse, les Opca ne sont jurdquement pas redevables envers chacune d elles. Ils accordent leur fnancement aux actons qu ls jugent prortares ou défnes comme telles au nveau de la branche. Néanmons, pour ncter les entreprses à passer par eux, les Opca défnssent souvent des règles de prse en charge d autant plus avantageuses que le versement, en proporton de la masse salarale, est mportant. Ans, les entreprses qu versent aux 2 Une entreprse qu ne s acqutte pas de cette oblgaton dot effectuer un versement au Trésor publc équvalent à deux fos le montant dû. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 8 -

9 Opca et qu souhatent former, peuvent, en pratque, a mnma être fnancées à hauteur de leur contrbuton (prncpe de «reversement»). Selon le type de formatons vsées et le montant des excédents, le fnancement peut aller au-delà du montant de cotsaton (prncpe et ntérêt de la «mutualsaton»). Fgure 1 : Le crcut de fnancement du plan de formaton par l ntermédare des Opca Sur le plan méthodologque, la mutualsaton, c est-à-dre la possblté d être subventonné au-delà de la dépense consente, grâce notamment aux versements non utlsés, pose un problème de censure à drote, alors que le reversement, c est-à-dre l utlsaton partelle par l entreprse des fonds cotsés à l Opca, pose un problème de censure à gauche. Dans le premer cas, les montants des "subventons" ne sont pas connus va les 2483, n les entreprses qu en bénéfcent. La seule nformaton à notre dsposton est que l effort de l entreprse est au mons égal aux dépenses consentes. Dans le second cas, abstracton fate de ces subventons, lorsqu une entreprse ne fat que respecter le mnmum de dépense légal, nous savons qu elle a au plus fnancé des formatons à hauteur de sa contrbuton. Elle peut avor utlsé tout ou parte des sommes qu elle a versées à l Opca. Pour une entreprse dont l effort de formaton dépasse le mnmum ce problème ne se pose pas : elle ne peut en prncpe pas être perdante à la mutualsaton. En effet, en dehors du cas margnal des versements «soldares 3», elle n a aucun ntérêt à verser des sommes qu elle n utlsera pas. L exstence d un crcut de fnancement avec ntermédaton des Opca tend donc à remettre en cause l équlbre emplos/ressources au nveau de chaque entreprse. Certanes forment pour un montant supéreur à ce qu elles déclarent dans les 2483 alors que d autres ne forment pas ou peu, ben qu elles déclarent des 3 Certanes conventons collectves oblgent les entreprses à verser aux Opca, par «soldarté», un fable pourcentage de leur masse salarale (généralement entre de 0,1 et 0,3%) s elles chosssent de ne pas passer par leur ntermédare. Ces versements ne sont donc pas utlsés par l entreprse alors qu elle forme peut-être davantage que le seul mnmum. Le total de ces sommes, en consdérant l ensemble des versements nféreurs à 0,3% de la masse salarale, ne représente au plus qu une fracton margnale du total des dépenses (1%) et des ressources des OPCA (3 à 4%). C est pourquo nous en fasons abstracton, ce qu revent à consdérer, à tort, qu elles ont été utlsées par ces entreprses. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton» - 9 -

10 dépenses non nulles du fat de l oblgaton de fnancement. Toute la dffculté est que les 2483 recensent des ressources, non localsées, alors que nous nous ntéressons à leurs emplos, par régon. Seules les entreprses qu ne font que respecter strctement le mnmum de dépense légal, sans aller au-delà, posent un problème de censure à gauche. On dra d elles qu elles sont au seul légal 4, et respectvement au-delà du seul dans le cas contrare. Ce mnmum de dépense est mesuré par le taux de partcpaton fnancère (TPF) qu est le pourcentage de la masse salarale consacré à la formaton. Il est théorquement de 0,9% mas pluseurs règles partculères peuvent venr le modfer (Encadré 2). Chaque année, 55% des entreprses de 10 salarés et plus ne font que respecter l'oblgaton légale, sans aller au-delà. Cela ne sgnfe pas qu'elles ne forment pas, unquement qu'elles consacrent au plus à la formaton le montant mnmum mposé. Malgré leur nombre, elles ne représentent que 30% de l'emplo salaré du champ, sont généralement plus pettes et avec une man-d'oeuvre mons qualfée (Tableau 1 et Fgure 2). Alors que les entreprses qu ont entre 10 et 19 salarés sont près de 70% à être au seul, cette proporton décroît rapdement passé le seul des 50 salarés (37% pour celles de 50 à 199 salarés) et chute encore davantage au-delà de 500 salarés (10%). De même, les salarés travallant dans les entreprses qu sont au seul ont un accès à la formaton plus de deux fos nféreur à celu des salarés des entreprses au-delà du seul, quelle que sot la CSP consdérée. Tableau 1 : Structure des effectfs par qualfcaton et taux de formaton 5, selon les dépenses de formaton de l entreprse Au seul Au-delà du seul Ensemble Proporton Taux de formaton Proporton Taux de formaton Proporton Taux de formaton Cadres 12,4% 18,3% 16,7% 44,7% 14,0% 31,0% Prof Int. 15,6% 19,3% 22,0% 44,6% 18,0% 32,0% Employés 32,3% 14,2% 30,9% 33,7% 32,0% 23,0% Ouvrers 39,7% 11,0% 30,4% 29,2% 36,0% 19,0% Ensemble - 12,9% - 35,2% - 22,6% Moyennes par entreprses 6. Source : Fchers Année 2010 Lecture : Les entreprses qu s'en tennent strctement au seul de dépense légal ont en moyenne une man-d œuvre composé à 12,43% de cadres, contre 16,68% pour celles qu sont au-delà. Ces cadres ont un taux d accès à la formaton de 18,27% dans les premères et 44,74% dans les secondes. 4 En rason de problème d arronds, on ne prend pas, par exemple, TPF=0,9% comme défnton du seul mas TPF- 0,9% <0,01% 5 Nombre de stagares rapporté aux effectfs salarés. Nb Form 6 = p. A dstnguer des moyennes globales : Nb Sal exemple dans les tableaux fnaux. p * Nb Form p * Nb Sal présentées par Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

11 Fgure 2 : Contrante de fnancement et versements aux Opca. 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 10 à à à à à et plus Part versement OPCA (Ent. au seul) % d'entreprses au seul Part versement OPCA (Ent. au-delà du seul) Source : Fchers Année 2010 Lecture : La dépense au ttre du plan des entreprses de 10 à 19 salarés qu s'en tennent strctement au seul de dépense légal est composée en moyenne pour 93 % par un versement à un Opca (le reste étant une dépense drecte). La Fgure 2 compare la part moyenne des versements aux Opca dans le total des dépenses au ttre du plan entre les entreprses au seul et celles au-delà. Comme explqué précédemment, les dépenses qu ne transtent pas par les Opca sont nécessarement effectuées de manère drecte auprès des prestatares de formaton. Pour les entreprses au seul la part des dépenses qu transtent par les Opca est en moyenne de 93% du fat de l'aspect généralement «lbératore» de leur versement, ce qu suggère que ces sommes ne sont généralement pas moblsées pour former. Ce chffre vare peu avec la talle de l'entreprse car même celles de plus de 2000 salarés qu sont au seul s'acquttent à plus de 80% de leur oblgaton de fnancement de cette manère. Au nveau agrégé, les versements des entreprses au seul représentent chaque année 30% des ressources des Opca au ttre du plan de formaton et 10% des dépenses au ttre du plan, dépenses drectes ncluses. De leur coté, les entreprses au-delà du seul ont tendance à s'affranchr de l'ntermédaton des Opca à mesure que leur talle augmente : la part des versements aux Opca passe ans de 70% pour celles de 10 à 19 salarés à seulement 30% pour les plus de 2000 salarés, sot un TPF transtant par les Opca de plus de 1% pour les premères contre 0,4 à 0,5% pour les secondes. Les pettes entreprses peuvent avor ntérêt à externalser aux Opca la geston de leurs formatons, que ce sot sur le plan fnancer ou organsatonnel. Les grandes entreprses dsposent généralement de leur propre centre de formaton et/ou de servces de ressources humanes suffsamment mportants pour se passer de cette ntermédaton. Une parte de ces chffres peut également s explquer par l exstence dans les conventons collectves de clauses oblgeant les entreprses à passer par les Opca, qu elles s en tennent au seul mnmum ou qu elles soent au-delà. Par exemple, depus la mse en place de la réforme de 2009, pluseurs d entre elles contragnent les entreprses de mons de 50 salarés à passer ntégralement par les Opca en Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

12 contreparte de la mse en place du prncpe de fongblté asymétrque qu nterdt le reversement de sommes provenant des entreprses de mons de 50 salarés vers celles des tranches d'effectfs supéreures. En pratque, cette njoncton a toutefos eu peu de conséquences sur leurs comportements de formaton, du mons en Les chffres relatfs à 2010 sont quasment dentques à ceux des années antéreures avec près de 70% d'entreprses au seul et une part très élevée des dépenses qu transtent par les Opca pour les entreprses de mons de 50 salarés, qu elles soent ou non au seul. En fat, la plupart s'en remettaent déjà très largement à leur ntermédaton pour ce qu concerne le plan. b) Les sources statstques moblsées Pour reconsttuer les dépenses censurées des entreprses et les rémputer aux établssements, nous devons dsposer d nformatons détallées à ces deux nveaux. Pour cela, nous apparons ensemble les fchers suvants : 1. Les fchers des déclaratons 2483(Encadré 1) 2. Les bases de données CLAP (Connassance Locale de l Apparel Productf) : au nveau établssements et postes 3. Les BPF (Blans Pédagogques et Fnancers) Les fchers Clap sont des données très complètes, quas-exhaustves sur le champ des salarés car ssues de la fuson de pluseurs sources salarales (DADS, bordereaux de cotsaton des URSSAF, données de la Mutualté Socale Agrcole, système d nformaton sur les agents de l Etat). Produtes par l Insee depus 2003, elles ont pour but de permettre des estmatons précses et localsées de l emplo et des rémunératons, y comprs à des nveaux géographques fns (commune). Pour cette étude, elles nous permettent de repérer, dénombrer et caractérser les établssements de chaque entreprse. Du fat de leur exhaustvté, elles sont également utlsées pour obtenr des statstques représentatves sur les masses salarales, les effectfs, etc. et pour caractérser l envronnement local (au nveau des zones d emplo) dans lequel évoluent les établssements. Enfn, les BPF sont des données de blans qu retracent l actvté des organsmes de formaton quelle que sot leur actvté prncpale. Il s agt d une source ntéressante car elle permet de recenser l offre locale de formaton ans que l ntensté du recours à la formaton en nombre de stagares et en dépenses au ttre du plan de formaton 7. Au total, les prncpales nformatons dsponbles sont : 1. Les efforts de formaton de l entreprse à laquelle sont rattachés les établssements (source : 2483) a. Dépenses au ttre du plan de formaton et des autres dspostfs b. Comportement vs-à-vs de l oblgaton légale c. Données physques (nombre de formés, d heures de formaton, par CSP ) 2. Caractérstques des établssements (source : Clap): a. Effectf au 31/12 et effectf équvalent temps plen (EQTP). Rémunératons. 7 Les BPF sont également sujets à des «effets de sège», car ls sont généralement rensegnés par les sèges socaux qu agrègent les nformatons des dfférents établssements. Ces effets de sège sont toutefos lmtés et ls sont c corrgés en moblsant des données au nveau des établssements (la méthode et les prncpaux résultats sont présentés dans Delort, Lê (2012)). Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

13 b. Ventlaton des effectfs par CSP et sexe c. Secteur d actvté (NAF700 et NA38) d. Localsaton précse 3. Le contexte local (sources : Clap+BPF) a. Concentraton des emplos sur le marché du traval, par secteur d'actvté (selon les 38 postes de la nomenclature agrégée - NA38) b. Offre de formaton, dépenses et nombre de stagares recensés dans les BPF Malgré leur nombre, les varables dsponbles ne permettent qu une reconsttuton mparfate des efforts de formaton des établssements. En effet, s nous dsposons d nformatons relatvement détallées au nveau entreprse, l n exste pas de données exhaustves au nveau des établssements. Seules quelques enquêtes (enquête sur le coût de la man-d œuvre, REPONSE ) permettent de connaître les comportements de formaton à ce nveau mas elles se lmtent à un nombre trop fable d établssements pour pouvor en trer des statstques régonales. En l absence d nformatons détallées permettant de caractérser chaque établssement d une même entreprse, l est dffcle de repérer précsément quels sont ceux sur lesquels se concentrent les efforts de formaton. Dans notre cas, seuls la structure de la man-d œuvre, la talle, les rémunératons, le secteur d actvté et le contexte local remplssent cette foncton. Le présent traval couvre la pérode de 2005 à Les statstques descrptves présentées dans ce document portent généralement sur l année 2010, mas elles sont relatvement smlares d une année sur l autre. Depus 2009 toutefos, quelques changements survennent du fat de l ntroducton du Fonds Partare de Sécursaton des Parcours Professonnels (FPSPP) dans le crcut de fnancement (Encadré 2). Encadré 2 : Calcul du seul de dépense légal A partr des fchers 2483 l est possble de recalculer, pour chaque entreprse, le montant de la partcpaton pour la formaton professonnelle qu elle dot attendre pour un exercce donné. Celu-c est ntalement de 0,9% de la masse salarale mas est ajusté en foncton de pluseurs paramètres : les franchssements des seuls de 10 et 20 salarés donnent drot à des régmes partculers, les excédents de dépenses sont reportables sur les 3 années suvantes et certans secteurs comme l'ntérm sont soums à des taux de partcpaton plus élevés. De même, les versements excédentares au ttre de la professonnalsaton, du Df et du Cf dans le cadre d une oblgaton conventonnelle sont déductbles au ttre du plan, mas le contrare n est pas vra. Par exemple, une entreprse qu verse 0,5% de sa masse salarale pour le fnancement du CIF au leu des 0,3% mposés du fat d un accord de branche, peut dédure les 0,2% supplémentares de sa contrbuton au ttre du plan de formaton. Les dépenses provenant de subventons publques (État, collectvtés, Europe...) ne peuvent pas être comptablsées dans le respect de l'oblgaton légale pusqu elles ne sont pas consentes par l entreprse. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

14 Depus 2009, la créaton du Fonds Partare de Sécursaton des Parcours Professonnels (FPSPP) modfe quelque peu cette répartton car, qu'elles dépensent strctement le montant mnmal ou davantage que l oblgaton légale, les entreprses dovent partcper à son fnancement. Pour les entreprses au seul, en partculer celles qu ne forment pas, ce prélèvement est sans effet car l est effectué sur la contrbuton versée à l Opca. En revanche, les entreprses au-delà du seul sont redevables de 5 à 13% des 0,9% au ttre du plan, même s leurs dépenses dépassent le mnmum légal. Ce prélèvement pour le FPSPP vent alors s ajouter aux dépenses effectves de formaton. Le FPSPP a pour objectf de soutenr et fnancer les projets de développement de compétences et de qualfcaton ans que les actons de formaton des publcs les plus fraglsés (demandeurs d emplo, premers nveaux de qualfcaton) et des entreprses les plus exposées. Les sommes servant à son fnancement sont écartées de cette étude car elles ne relèvent pas du plan de formaton. Il est possble qu une parte des contrantes de fnancement ne sot pas rensegnée dans le formulare En effet, certanes conventons collectves mposent aux entreprses sgnatares de cotser au ttre du plan pour un montant supéreur à l oblgaton légale, en passant ntégralement par l ntermédare de l Opca de branche. Dans ce cas, l exste un rsque de classer des entreprses comme étant au-delà du seul alors qu elles se tennent au seul conventonnel. Les conventons collectves peuvent également contrandre les entreprses à verser une parte de leur partcpaton aux Opca. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

15 II - Tratements statstques a) Estmatons au nveau entreprse Compte tenu des dffcultés méthodologques décrtes précédemment, nous procèderons en deux temps pour estmer les dépenses de formaton effectves des entreprses. Nous allons tout d abord estmer la part des dépenses supportées par chaque entreprse qu a effectvement serv à former des salarés. Il s agt c d un traval de reconsttuton de données censurées à gauche (grâce à un modèle Tobt). Lorsqu une entreprse moblse les fonds qu elle a versés à un Opca (reversement), nous consdérerons qu elle fnance elle-même ses formatons malgré l ntermédaton de l Opca. Une entreprse qu verse à un Opca sans former aura donc une dépense de formaton nulle. Au nveau global, cela mplquera que la somme des ressources sera supéreure à la somme des emplos. En pratque, ce chox affecte margnalement cet équlbre, pour envron 5% par an, mas l est nécessare car sans cette correcton qu permet de tenr compte de la censure, l estmaton du modèle servant à reconsttuer les efforts de formaton des établssements serat basée. Par exemple, une estmaton à l ade de mondres carrés ordnares condurat à attrbuer des efforts de formaton non nuls à la quastotalté des entreprses et des établssements, alors que 40% des entreprses ne déclarent aucun salaré formé. Dans un second temps, les sommes manquantes seront rémputées aux entreprses à partr de la répartton des stagares par classes d effectfs salarés. Nous exploterons pour cela les données des ESF (Etats Statstques et Fnancers 8 ) qu retracent le crcut de redstrbuton et d utlsaton des sommes collectées par les Opca. * Pour une entreprse, on note y la dépense observée dans les 2483 et y le «vra» effort de formaton, c'est-à-dre la dépense supportée qu a effectvement serv à former. Cet effort peut être mesuré de pluseurs manères, mas pour des rasons d échelle et d hétéroscédastcté 9, on utlse c le TPF. La censure à gauche mplque que : y y * y S y * y S y * y Autrement dt, lorsqu une entreprse dépense davantage que le mnmum à attendre y, on suppose * que son vra effort est observé ( y y ). L ntégralté de la somme déclarée est utlsée pour former car elle n a a pror pas ntérêt à effectuer un versement qu elle n utlsera pas. Dans le cas contrare, elle déclare le mnmum légal ( y y ) et son vra effort est nécessarement nféreur ou égal à ce seul. Comme explqué précédemment, on ne consdère pas c les ades éventuelles des Opca au-delà du montant cotsé, n le cas margnal des versements «soldares». Par rapport à un Tobt smple, la 8 Les Etats Statstques et Fnancers sont des données de blan qu retracent chaque année la collecte de fonds et leur utlsaton par les Opca. Les fchers sont ventlés par classes d entreprses, régons, types de formaton 9 Par exemple, s nous consdérons les dépenses de formaton, l erreur résduelle du modèle sera plus forte sur les grandes entreprses que les pettes. L estmaton cherchant à mnmser la somme des ces erreurs, elle rsque de surpondérer les grandes entreprses. Le chox d une mesure rapportée à la talle de l entreprse (c la masse salarale), telle que le TPF, permet de lmter ce problème. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

16 prncpale dfférence est qu on connaît les seuls de censure 10 chaque entreprse. On se ramène au cas classque en posant y et que ces derners sont propres à w y y : w y y w * 0 S w * 0 S w * 0 * w correspond à l effort de formaton au-delà du mnmum légal. On suppose qu l dépend des caractérstques de l entreprse (varables face ses établssements 11 (varables Z ). Sot est au seul, 1 snon. On obtent le système : X ) ans que des caractérstques locales auxquelles font C la varable de censure, avec * w X 1 Z 2 C 1( X 1 Z 2 0) C = 0 s l entreprse qu peut être estmé par maxmum de vrasemblance 12 avec N 0, ). Le prncpe de ( l estmaton consste à reconsttuer l effort de formaton des entreprses qu sont au seul (et censurées) à partr de la dstrbuton de celles qu ne le sont pas. Comme nous dsposons d échantllons relatvement mportants, entre et observatons par an, X autorse des crosements de varables entre la structure des qualfcatons, la tranche de talle et des ndcatrces sectorelles (secteur d actvté en 10 postes de la nomenclature agrégée NA 10). On nclut également le montant des excédents reportables de tros années précédentes. Il s agt d une varable ntéressante car les efforts passés de formaton sont généralement de bons prédcteurs de l effort actuel (Delame, Kramarz 1997). De même, sont ncluses des données «physques» sur les formatons 13 : le taux de formaton (nombre de stagares rapporté aux effectfs salarés) et le nombre d heures de formaton par tête sont de bons prédcteurs pour détermner dans quelle mesure l entreprse a moblsé ses versements aux Opca. Par exemple, s deux entreprses contrantes ont effectué un versement aux Opca de euros mas que seule une d elles déclare avor formé des salarés, la probablté qu elle at utlsé son versement est a pror plus forte. Malgré un nombre mportant de varables explcatves, notre modèle conserve une portée prédctve lmtée pusque les dépenses de formaton dépendent de nombreux paramètres que nous n observons pas (changements organsatonnels, nveau de productvté, actvtés de recherche & 10 Il s agt des TPF à respecter après prse en compte de l ensemble des reports. Ces chffres pouvant être négatfs par exemple s une entreprse a des excédents reportables qu dépassent les 0,9% ntaux, on ramène dans ce cas y à 0, reflétant le fat qu elle n est pas oblgée de fare des dépenses au ttre du plan de formaton. 11 Par exemple, l offre de formaton moyenne à laquelle fat face localement une entreprse, détermnée en prenant la moyenne de cette offre au nveau de ses établssements. La pondératon utlsée se base sur la masse salarale des dfférents établssements w X 1 Z 2 La vrasemblance totale est donnée par: L 1 X Z. Les : w 0 : w 0 estmatons sont réalsées en utlsant les pondératons qu servent à redresser le fcher des déclaratons 2483 et une matrce de varancecovarance robuste à l hétéroscédastcté. 13 A noter que ces varables dépassent le champ du plan de formaton pusqu elles ncluent les stagares au ttre du DIF et des pérodes de professonnalsaton. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

17 développement ). L effort de formaton des entreprses contrantes est reconsttué à partr de la prévson suvante : * * E( w X, Z ) y X ˆ 1 Z ˆ 2 y y Une valeur négatve ndque que l entreprse n est vrasemblablement pas formatrce et l estmaton est ramenée à 0 dans ce cas. Les correctons suvantes sont effectuées : Lorsque le TPF estmé est supéreur au TPF observé, on le ramène au TPF observé S le TPF estmé est nféreur à celu calculé sur les seules dépenses drectes, on le ramène à ce montant. Les dépenses drectes sont toujours consdérées comme effectves. Seuls les versements aux Opca peuvent être moblsés ou non. Au nveau agrégé, notre modèle estme dans un premer temps à envron 50% la proporton des versements aux Opca des entreprses au seul qu sont moblsés par elles. Dans la mesure où ces entreprses ne concentrent que 10% de l ensemble des dépenses au ttre du plan de formaton, cette reconsttuton condut à un écart de 5% entre emplos et ressources. Ces sommes correspondent donc, à peu de choses près, aux versements aux Opca non utlsés. Faute d'nformaton dans les fchers 2483 sur les entreprses subventonnées au-delà de leur cotsaton, une rémputaton est nécessare pour équlbrer emplos et ressources. Elle est réalsée par classe de talle d entreprse. En effet, à partr des nformatons des ESF, l est possble de connaître la dfférence entre les montants cotsés par une classe et ce qu elle a perçu 14. Le Tableau 2 montre par exemple qu en 2010, les entreprses de 10 à 19 salarés ont contrbué pour 10,54% aux ressources des Opca au ttre du plan de formaton mas qu elles ne représentent que 9,16% des charges de formaton. L explotaton des ESF est c possble dans la mesure où les ESF et déclaratons 2483 présentent une bonne cohérence en ce qu concerne les versements aux Opca, les écarts en structure dépassant rarement 1%. Tableau 2 : Effet redstrbutf des Opca par talle d entreprses et comparason des sources ESF et à à à à à et plus Part dans les montants cotsés (2483) 10,63% 18,48% 24,18% 14,11% 18,28% 14,33% Part dans les montants cotsés (ESF) 10,54% 17,84% 24,40% 15,17% 17,23% 14,82% Part dans les charges de formaton (ESF) 9,16% 16,24% 24,87% 16,23% 17,69% 15,79% Dfférence (ESF) -1,37% -1,59% 0,47% 1,06% 0,46% 0,97% Lecture : Les entreprses de 10 à 19 salarés ont contrbué pour 10,63% des ressources des Opca au ttre du plan selon les fchers 2483 et 10,54% selon les ESF. D après les ESF, cette classe représente 9,16% des charges de formaton des Opca, sot une dfférence de -1,37%. Les montants à rémputer à chaque classe se calculent de la manère suvante 15 : 14 L ensemble des sommes perçues ne sont pas égales aux sommes cotsées car elles ne comprennent pas les fras de geston des Opca. On suppose mplctement qu ls sont les mêmes pour toutes les classes et on les assmle à des coûts de formaton. Cette hypothèse n est pas partculèrement forte dans la mesure où les servces rendus par les Opca peuvent être vus comme une externalsaton de ceux réalsés en nterne autrement et dont les coûts sont déductbles de l oblgaton due au ttre du plan de formaton. 15 Les «versements déjà mputés» correspondent aux versements aux Opca des entreprses de la classe qu sont au-delà du seul (utlsés par elles par défnton) et à ceux des entreprses au seul qu ont été vrasemblablement utlsés par elles d après le modèle Tobt. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

18 Montant à rémputer à la classe = Versements de la classe - Versements déjà mputés +Dfférence de la classe*total des versements Ils sont ensute réparts entre les entreprses de la classe en prenant pour hypothèse que celles qu sont adées par les Opca au-delà de leur cotsaton ont cotsé pour au mons 0,3% 16 de leur masse salarale. Cela évte d'mputer, à tort, une subventon à celles qu se sont passées de l'ntermédaton des Opca pour former car, en général, la prse en charge est d autant plus avantageuse que le taux de cotsaton est mportant. La rémputaton des montants non alloués se fat à partr de la répartton du nombre de salarés formés supposés avor été prs en charge par l Opca, par tranche de talle. Par exemple, une entreprse qu a formé 500 salarés et dont la contrbuton a transté pour moté par un Opca, sera supposée avor formé 250 salarés par son ntermédare. S ces stagares représentent 1% des effectfs formés de la classe de talle de l entreprse, parm ceux qu respectent les condtons précédentes, cette dernère se verra attrbuer 1% des montants à rémputer de sa classe. On reconsttue ans la dépense de formaton effectve de chaque entreprse, c'est-à-dre la somme qu a vrasemblablement serv à former, subventons éventuelles ncluses. Fgure 3 : Reconsttuton de la dstrbuton des dépenses de formaton effectves (TPF) 45% 40% 35% 30% Fréquence 25% 20% 15% 10% 5% 0% 0% 0.5% 1% 1.5% TPF effectf recalculé 2% TPF déclaré 2.5% 3% et + Source : Fcher Année Calculs de l auteur. Champ : Plan de formaton des entreprses de 10 salarés et plus. Lecture : 30% des entreprses ont un TPF effectf estmé comprs entre 0 et 0,1% alors que seules 4% d entre elles ont déclaré un TPF comprs entre ces deux valeurs. 16 Ce seul correspond à la lmte supéreure des versements «soldares». Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

19 La Fgure 3 compare la répartton des dépenses de formaton déclarées et effectves exprmées en TPF. Cela permet de retracer le traval de reconsttuton effectué et de vsualser son mpact. Intalement les dépenses déclarées sont fortement concentrées autour de 0,8% et 0,9% de la masse salarale car l s agt du seul mnmum légal pour la plupart des entreprses, auquel s en tennent 55% des entreprses. Le modèle Tobt permet dans un premer temps de dstnguer parm elles celles qu ont vrasemblablement formé de celles qu ne l ont pas fat. Cec condut à un décalage du pc ntal vers la gauche et plus partculèrement autour de 0. Dans un second temps, la rémputaton des sommes non allouées déplace vers la drote les dépenses estmées pour les entreprses qu ont formé par l ntermédare des Opca, qu elles soent contrantes ou non. Au fnal, la dstrbuton reflète le fat que 30% des entreprses ne forment pas, au sens d une dépense estmée quas-nulle 17 (TPF<0,1%), et que certanes, du fat de l oblgaton de fnancement, préfèrent dépenser le montant mnmum à attendre plutôt que de le perdre en le versant à l Opca pour la mutualsaton. Cela se tradut par une concentraton un peu plus mportante des entreprses autour de 0,8%-0,9% (5% à 10% des entreprses). b) Rémputaton au nveau établssement A partr de l estmaton des dépenses de formaton des entreprses, nous cherchons à reconsttuer les dépenses de formaton au nveau des établssements. On ne consdère c que les établssements «non vdes», c'est-à-dre déclarant au mons 1 euro de rémunératons annuelles. Par défnton, les entreprses mono-établssements ou possédant unquement des établssements vdes ne sont pas concernées par cette 2 ème étape d mputaton. Sot une entreprse qu possède K établssements. On note y * k l effort de formaton de l établssement k de l entreprse. Au nveau de l entreprse, l effort de formaton est smplement égal à la moyenne pondérée de celu des établssements : Avec MS y * K k 1 p k y * k avec K p k k 1 1. k pk, le pods de l établssement k dans le total de la masse salarale 18. Cette formule MS ne fat que reprendre l expresson du TPF pusqu un smple développement nous ramène au fat que les dépenses au nveau entreprse sont égales à la somme des dépenses au nveau établssement : K K * Dep _ tot MS k Dep _ tot k y * Dep _ tot Dep _ tot MS k 1 MS MS k k 1 Le TPF d un établssement est estmé en reprenant la relaton estmée au nveau entreprse : * k y E( w * k X k, Z k ) y y remputé k 17 A noter qu l est possble de déclarer des dépenses tout en n ayant formé aucun salaré (fras d entreten de locaux et du mobler affectés à la formaton, fras de détecton des besons, versements dvers aux chambres consulares ). 18 La masse salarale de l entreprse est rensegnée dans Clap et les 2483, ce qu se tradut parfos par quelques écarts. Au nveau établssement, elle est unquement dsponble dans Clap. Comme le TPF est calculé à partr de la masse salarale des 2483, on redresse la Clap MS k 2483 masse salarale au nveau établssement de la manère suvante : MS k * MS Clap MS Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

20 E( w * k X k, Z k ) y correspond à la prévson du modèle Tobt précédent. On suppose mplctement que les établssements ont un comportement de formaton smlare à celu des entreprses pusque les paramètres ˆ ont été estmés au nveau entreprse. Cependant, comme le secteur d actvté et la structure des qualfcatons des établssements peuvent être dfférents de ceux de l entreprse mère, l ne s agt pas nécessarement du comportement de l entreprse mère. De même, parm nos varables X, certanes ne sont dsponbles qu au nveau entreprse. C est le cas du seul de dépenses y, du TPF cble non tronqué, du taux de formaton et du nombre d heures de formaton par tête. Leur ncluson dans le modèle et leur report au nveau établssement revent à supposer que la poltque de formaton au nveau entreprse a un mpact sur la poltque au nveau établssement. Ans, deux établssements avec des caractérstques smlares mas appartenant à des entreprses ayant des poltques de formaton dfférentes, auront des efforts de formaton dfférents. remputé y correspond au montant rémputé en deuxème étape au nveau entreprse, toujours exprmé en TPF. Dans un premer temps, l est répart de manère unforme entre les établssements, sans tenr compte de leurs caractérstques. Toutefos, comme la prévson du modèle Tobt peut être négatve, l n est en réalté * k rémputé qu aux établssements vrasemblablement formateurs, c'est-à-dre tels que y 0. Dans le cas contrare, l estmaton est ramenée à 0. Pour obtenr une mputaton équlbrée, c'est-à-dre sans écart entre la somme des montants mputés aux établssements et le montant total au nveau de l entreprse, on effectue le redressement suvant 19 : K ~ y * k K ~ y k1 * yˆ * MS * k * MS k * yˆ où yˆ * k * MS k est la somme des dépenses de formaton ntalement estmées pour tous les k 1 établssements de l entreprse et y * MS ~* * k la dépense effectve estmée au nveau de l entreprse. De cette manère, on vérfe ben qu l n y a pas de «perte» lors de la rémputaton : K ~* ~* y pk yk k 1. La Fgure 4 compare la dstrbuton estmée des dépenses effectves des entreprses à celle de leurs établssements selon qu elles sont ou non au seul. Ces deux courbes ne sont sensblement dfférentes que pour les entreprses au-delà du seul. Pour les entreprses au seul, la forte proporton de non 19 Pour certanes observatons (une centane par an sur établssements), on obtent parfos une estmaton peu réalste, c'est-à-dre un TPF supéreur à un seul fxé conventonnellement à 20%. Il s agt généralement de petts établssements ayant des caractérstques propces à la formaton (secteur, structure de la man-d œuvre) mas qu se voent attrbuer l essentel des dépenses car les autres établssements de l entreprse sont estmés comme vrasemblablement non formateurs. Dans ce cas, on re-répartt les montants excédentares au prorata de la masse salarale des autres établssements formateurs. De même, lorsqu une entreprse est formatrce mas qu aucun de ses établssements K n est estmé comme tel, le dénomnateur yˆ * k * MS k est nul. Dans ce cas, on consdère que tous ses établssements ont le même TPF k 1 qu elle, ce qu revent à répartr les dépenses au prorata de la masse salarale. Document d études - Dares «La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton»

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi 9 es Journées d études Céreq Lasmas-IdL, Rennes, 15 et 16 ma 2002 «Formaton tout au long de la ve et carrères en Europe» Une évaluaton économétrque de l mpact des polques publques d emplo sur les trajectores

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale Analyse des détermnants d accès aux servces fnancers des assocatons de mcrocrédt dans la Tunse rurale Sana Kacem 1 et Sona Ghorbel ZouarI 2, Unversté de Sfax Résumé L objectf de ce traval est d dentfer

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi ff ----a L'Ade Personnalsée aux élèves en dffculté (1) o a (1) L CL (1, E L (1, II a o cl mse en place par I'Etat, un dspostf rréalste Vendred ltoctobre 2008 à 14h Mare de Mourenx Sommare ---o : : ----r

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L.

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L. se 2004 ÉTUD XPÉIMNTL D'UN BOBIN (6 ponts) 1.5. On néglge dans la sute le terme fasant ntervenr r dans l'expresson de u L ans que les arronds des crêtes de l'ntensté. 1 - Détermnaton expérmentale de l'nductance

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE

REPUBLIQUE TUNISIENNE REPUBLIQUE TUNISIENNE ETUDE D EVALUATION DES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA MICRO-ENTREPRISE VOLUME II : ANNEXE TECHNIQUE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD SECTEURS SOCIAUX (MNSHD) Rapport conjont de la

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

3) Calculer le pourcentage de personnes ayant entre 30 et 50 ans.

3) Calculer le pourcentage de personnes ayant entre 30 et 50 ans. http://maths-scences.fr EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un concessonnare automoble étude l âge des acheteurs de votures de son garage. Deux documents ncomplets (un tableau et un hstogramme) rendent

Plus en détail

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Vrga Tunes 4 et Pod sous Mac et Wndows Édtons OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Synchronser l Pod avec l ordnateur L Pod connaît deux types de synchronsaton. L a synchronsaton de la musque

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique Floréa Sant-Esprt Etablssement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résdence Floréa St Esprt - Martnque 40 lts Une opératon mmoblère sécursée & pérenne > Se consttuer un patrmone mmobler

Plus en détail

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Groupe de Traval - Séance du 30 jun 2010-15 h «Effets des réformes récentes sur les comportements de départ à la retrate» Document N 14 Document de traval, n engage

Plus en détail

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ET PROPRIÉTÉS Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler To cte ths verson: Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler. ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires Détecteur de fumée rado fumonc 3 rado net Informatons pour locatares et proprétares Félctatons! Des détecteurs de fumée ntellgents fumonc 3 rado net ont été nstallés dans votre appartement. Votre proprétare

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

L'affichage des pages

L'affichage des pages L'affchage des pages des pages L'affchage des pages dans les navgateurs 51 Tester la page dans un navgateur Avec Dreamweaver vous travallez dans un envronnement graphque : vous voyez à l'écran ce que vous

Plus en détail

Impact de la chirurgie sur une cohorte d adultes d souffrant d éd. épilepsie partielle pharmacorésistante

Impact de la chirurgie sur une cohorte d adultes d souffrant d éd. épilepsie partielle pharmacorésistante Impact de la chrurge sur une cohorte d adultes d souffrant d éd éplepse partelle pharmacorésstante sstante: Analyse par score de propenson 4 ème Conférence Francophone d Epdémologe Clnque - Congrès thématque

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013 STATUTS DU Nouveau Part démocratque du Canada en vgueur à partr d avrl 2013 PRÉAMBULE Le Canada est un magnfque pays, un pays qu représente les espors du monde enter. Mas nous pouvons bâtr un melleur

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES 87 Quels sont les facteurs qu nfluencent la combnason et qu nctent le tourste à modfer pett à pett, le mx de dstance et de temps dans la combnason?

Plus en détail

Bien débuter avec Illustrator

Bien débuter avec Illustrator CHAPITRE 1 Ben débuter avec Illustrator Illustrator est un logcel de dessn vectorel. Cela sgnfe qu'l permet de créer des llustratons composées avec des objets décrts par des vecteurs. Une telle défnton

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

La banque de dorank de l'htitut - -de-

La banque de dorank de l'htitut - -de- < r La banque de dorank de l'httut de botanque de Strasbourg 27 HENRY BUSSE (), GLLES GRANDJOUAN (Z),%CHELHOFF et PATRCK de RY (1) (3), (1) nsttut de botanqu 28, rue Goethe = 67083 Strasbourg Céda (2)

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique:

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique: SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12 Phénomènes d nducton et converson électromécanque: 1/ Inductance propre et nductance mutuelle. 11/ Défntons et proprétés : 11a/ Défnr l'nductance propre L d un

Plus en détail

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Marjore MAZARS Phlppe MOATI Laurent POUQUET CAHIER DE RECHERCHE

Plus en détail

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale TS - ccompagnement: Probabltés condtonnelles,, varable aléatore et lo bnomale xercce 1 'asthme est une malade nflammatore chronque des voes respratores en constante augmentaton. n France, les statstques

Plus en détail

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS GUICHET D ÉCHANGES DE FICHIERS SUR INTERNET GFIN TABLE DES MATIÈRES 1 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 3 1.2 ÉLÉMENTS TECHNIQUES... 3 1.3 SPÉCIFICITÉS

Plus en détail

compétences en entreprise

compétences en entreprise annexeb GUIDE grlles d ade à l évaluaton des compétences en entreprse Certfcat de Qualfcaton Professonnelle (CQP) Relaton commercale à dstance en commerces de gros RELATION COMMERCIALE À DISTANCE Commsson

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) :

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) : EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton professonnelle :

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation EN PRATIQUE Le contrat de professonnalsaton Cerfa commenté 1 Cadre «L EMPLOYEUR» page 2 2 Cadre «LE SALARIÉ» page 3 3 Cadre page 4 4 Cadre page 5 5 Cadre page 7 N 12434*02 CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Détection et suivi de visages par Support Vector Machine robustes aux changements d échelle

Détection et suivi de visages par Support Vector Machine robustes aux changements d échelle Détecton et suv de vsages par Support Vector Machne robustes au changements d échelle Lonel CARMINATI Drectrce de Thèse : Jenny Benos-Pneau Projet Analyse et Indeaton Vdéo lcarmna@labr.fr http://www.labr.fr/recherche/imageson/aiv/

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Référentiels utilisés

Référentiels utilisés Référentels utlsés Abrévatons Référentels Commentares G1 Lo n 2009-967 du 03/08/2009 dte "Grenelle " Publée - 57 artcles - Entrée en vgueur le 13/07/2010 G2 Lo n 2010-788 du 12/07/2010 dte "Grenelle "

Plus en détail

Chapitre II : Evaluation des emprunts à taux fixes

Chapitre II : Evaluation des emprunts à taux fixes Chaptre II : Evaluaton des emprunts à taux fxes Dr Babacar Sène Faculté des Scences Economques et de Geston Département Econome 8/3/202 Introducton Emprunt bancare Souscrt par une banque ou pluseurs banques

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges Orgne Socale et réusste scolare : un modèle en Chaîne de Markov estmé sur données ndvduelles belges Olver Donn Unversté de Mons-Hanaut et CREPP Bernard Lejeune Unversté de Lège, CORE et ERUDITE Cette étude

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Tableau croisé dynamique

Tableau croisé dynamique Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser, d explorer et de présenter des données de synthèse. S la

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail