Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance"

Transcription

1 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance Patience Mpanzu Balomba* RÉSUMÉ Les résultats de cette étude révèlent de nombreuses contraintes inhérentes à la commercialisation des produits vivriers dans le Bas-Congo, l une des provinces de la partie Ouest de la République Démocratique du Congo (RDC). En effet, ses marchés vivriers sont caractérisés par: des infrastructures inadéquates (transport, stockage), des unités de vente non standardisées, un fonctionnement informel, beaucoup d intermédiaires et des tracasseries. Ces contraintes ont pour conséquences notamment des coûts de transaction élevés au niveau des grossistes particulièrement * Doteur en économie agricole de l Université de Liège/Gembloux Agro Bio-Tech et Professeur au Département d économie agricole/faculté des sciences agronomiques de l Université de Kinshasa, B.P. 117 Kinshasa 11. en ce qui concerne le transport (46 à 61% des coûts de commercialisation) avec pour conséquence des marges commerciales importantes (45 à 68 % du prix de gros). L analyse de la performance s est essentiellement appesantie sur l examen de chaines de valeur. Ces dernières montrent une faible rémunération des producteurs ruraux par rapport aux intermédiaires. Malgré cette situation difficile, les acteurs des marchés vivriers s adaptent en développant des stratégies afin d atténuer les impacts de ces contraintes et d assurer le maintien des activités de production et de commercialisation. Quelques recommandations sont formulées à la fin de l étude pour améliorer le fonctionnement et la performance de la filière vivrière du Bas-Congo. 26 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

2 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance 1. INTRODUCTION 1.1. Problématique L'amélioration du sytème de commercialisation et des relations entre les zones de prodution et de consommation contitue une priorité pour atteindre la sécurité alimentaire dans les centres urbains de consommation des pays en développement. En RDC, traditionnellement, l attention de la plupart des gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays était focalisée sur la prodution agricole dont l augmentation a toujours été considérée comme l objetif ultime de la politique agricole. L accent était mis, la plupart du temps, sur les recherches agronomiques visant la mise au point des nouvelles variétés plus produtives et résitantes aux diférents ravageurs, sans beaucoup se préoccuper des conditions de mise sur le marché des productions obtenues et donc globalement du fontionnement du sytème de commercialisation. Avec comme corollaire la tendance à minimiser l ampleur des tâches fatidieuses et souvent délicates que nécessitent l acheminement des produits vivriers de la campagne vers la ville. Depuis l indépendance, le développement agricole de la RD Congo n a cessé d entretenir l espoir d une meilleure autosuisance alimentaire réclamée avec insitance par certains congolais. Il a mobilisé les capitaux, les énergies et les enthousiasmes. Or, il et malheureux de contater que ces espoirs ont été déçus et que la situation s et détériorée au il des temps. Selon la FAO, le nombre de personnes sous alimentées en RDC et passé de 11,4 millions d habitants (29% de la population) pour la période à 43,9 millions d habitants (74% de la population) pour la période (Lebailly, 2010). Paradoxalement, la RDC possède un potentiel agricole important qui la place au septième rang des plus importants pays agricoles au monde. Malheureusement, moins de 10 % de ce potentiel et exploité alors que 70 % de sa population vit de l agriculture (Tollens, 2009). L'augmentation de la demande alimentaire a donné une impulsion nouvelle à la commercialisation de la prodution vivrière. Cependant, l acheminement des produits agricoles des zones de prodution vers les marchés urbains et leur ditribution entre les marchés primaires et les marchés de gros posent problème. L enclavement des zones de production prive les populations de l accès aux échanges et les ditances séparant les zones rurales de centres urbains de consommation deviennent le cadre d ativités d une multitude d intermédiaires dont la truture, le comportement et les performances en termes de getion de l information et de pouvoir de marchés, accès aux services des marchés, coûts de transations et marges réduisent la proitabilité des producteurs (Mataki, 2006). A ce niveau de l'analyse, quelques interrogations sont soulevées à savoir: la politique de sécurité alimentaire peutelle être axée uniquement sur l augmentation de la prodution agricole dans les zones rurales? Quel et le circuit de commercialisation suivi par les produits vivriers de la province du Bas-Congo? Comment fontionne globalement la i- lière vivrière du Bas-Congo? Numéro 6 Août

3 Patience Mpanzu Balomba 1.2. Hypothèses Les hypothèses spéciiques que nous émettons dans le cadre de ce papier sont les suivantes : La capacité des zones rurales à répondre à l évolution de la demande alimentaire urbaine ne dépend pas seulement des politiques visant l augmentation de la prodution vivrière; elle serait conditionnée davantage par le mode de fontionnement du circuit de commercialisation liant les zones rurales de prodution aux centres urbains de consommation et de la place occupée par les paysans dans ce sytème d approvisionnement. Ainsi, l opportunité pour le paysan de pouvoir vendre sa prodution vivrière à un prix rémunérateur contituerait un incitant pour produire davantage, cet objetif noble ne semble pas encore le cas à l heure atuelle dans le Bas-Congo. Le circuit de commercialisation des produits vivriers du Bas-Congo, essentiellement informel, serait caratérisé par des mauvaises conditions de mise sur le marché de la prodution vivrière et des contraintes multiples. La recherche de solutions à ces goulets d étranglement aurait abouti à une augmentation subtantielle du nombre d ateurs intermédiaires et pretataires de services. Ce mode de fontionnement se traduit par des faibles performances des ateurs, particulièrement les agriculteurs dont la rémunération représenterait une faible part du prix payé par le consommateur inal Méthode Cette étude et basée sur des analyses empiriques ainsi qu`une démarche indutive (Dépelteau, 2000). La démarche méthodologique et articulée sur deux grandes phases d enquêtes qui ont ciblé 280 paysans produteurs de 5 principaux produits vivriers de la Province du Bas-Congo à savoir le manioc, le maïs, l arachide, la banane plantain et le haricot. Sept territoires du Bas-Congo (Tshela, Lukula, Sekebanza, Songololo, Manza-Ngungu, Madimba et Kasangulu) ont été enquêtés à raison de 40 produteurs par territoire. La deuxième phase a quant à elle ciblé 150 grossites assurant l approvisionnement de Kinshasa en produits vivriers. Les données sur la truture des coûts de transation ont été colletées à travers les enquêtes conduites entre 2008 et 2011 (Mpanzu, 2012) sur les marchés ruraux de la zone de Kimpese (220 Km de Kinshasa) dans le territoire de Songololo et à Kinshasa (marché secondaire de Matadimayo). La igue 1 présente la carte de la province du Bas-Congo avec les territoires enquêtés. Seule province du pays à avoir un accès à la mer, le Bas-Congo couvre une supericie totale de km2, soit 2,3% de la supericie du pays. Ceci fait d elle la plus petite Province de la RDC après la ville de Kinshasa. La province du Bas-Congo et bornée au Nord par la République du Congo, au Sud par l Angola, à l Et par la ville de Kinshasa et la Province du Bandundu et enin à l Ouet par l Océan Atlantique et l enclave de Cabinda (PNUD/UNOPS, 1998). Le Bas-Congo et l entité adminitrative de la RDC disposant de plus d infratrutures routières revêtues. En efet, le Bas-Congo, qui ne représente que 2,31% de la supericie de la RDC, dispose du plus long réseau des routes revêtues du pays soit 22% du total national (Bonkena, 2011). 28 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

4 Patience Mpanzu Balomba FIGURE 2. Modèle «structure-comportement-performance» appliqué à la présente étude (auteur sur base du schéma de Lutz, 1994) Structure du marché vivrier Circuits, acteurs impliqués et conditions de commercialisation Comportement des acteurs Logiques et relations des acteurs, Stratégies d approvisionnement et de commercialisation, Mécanismes de coordination entre acteurs Performance de la filière vivrière Coûts de transaction et Prix à chaque maillon de la filière FIGURE 3. circuit de commercialisation des produits vivriers du Bas-congo (Mpanzu, 2012) p Dans le schéma : (i) Très souvent les ménages des transformateurs sont aussi des ménages producteurs des produits vivriers (cas du manioc en particulier) (ii) La transformation en milieu rural concerne essentiellement le manioc. Généralement le producteur est aussi transformateur. (iii) Intermédiaire technico-commercial assurant le préinancement des frais de transport et de taxes ainsi que la commercialisation des produits agricoles à la place des grossistes propriétaires des marchandises. (iv) Facilitateur chargé du partage (fractionnement) d un produit alimentaire acheté en commun par deux personnes. Il est rémunéré en nature par une certaine quantité du produit fractionné. (v) Il s agit des pousse-pousseurs, porteurs, taxi-bus, taxi, etc. 30 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

5 Numéro 6 Août Marché primaire Principalement en milieux ruraux (Bas-Congo) Marché secondaire Principalement en milieux urbains (Parkings et Dépôts) Marché tertiaire Milieux ruraux et urbains (marchés municipaux) PRODUCTEURS TRANSFORMATEURS (ii) GROSSISTES DETAILLANTS CONSOMMATEURS Ménages des producteurs (Autoconsommation) Ménages des transformateurs (i) (Autoconsommation) Manutentionnaires Services d Impôts/ Taxes Transporteurs «Maman ou papa manœuvre»(iii) Manutentionnaires Dépositaire/ Parking «Maman Kabola»(iv) Transporteur (v) Service d Impôts/Taxes Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance

6 Patience Mpanzu Balomba TABLEAU 1. répartition d activités selon le genre le long de la ilière vivrière Acteur Genre Ampleur de la domination d un genre Producteur Homme, Femme Avec une domination de la femme Transformateur Femme Exclusivité féminine Grossiste Homme, Femme Domination de l homme Détaillant Femme Exclusivité féminine Manutentionnaire Homme Exclusivité masculine Transporteur Homme Exclusivité masculine Dépositaire (chef de parking) Homme, Femme Forte domination masculine «Maman ou papa manœuvre» Homme, Femme Domination féminine «Maman ou papa kabola» Homme, Femme Forte domination féminine Agents administratifs (taxes) Homme, Femme Forte domination masculine La ilière vivrière du Bas-Congo et organisée en trois niveaux: le marché primaire, secondaire et tertiaire comme le montre la igure 3. Dans quelques rares cas les produteurs viennent vendre diretement leurs produits au niveau du marché secondaire à Kinshasa. Cette démarche et motivée par leur souci de bénéicier des prix beaucoup plus rémunérateurs par rapport à ceux perçus dans les zones rurales. L observation du circuit de commercialisation des produits vivriers fait ressortir une certaine répartition de rôle selon le genre. L ampleur de cette répartition de rôle varie d une étape du circuit à une autre. Le tableau 1 présente la répartition de rôle selon le genre dans la ilière vivrière du Bas-Congo Rôles des intermédiaires pretataires de services impliqués dans la ilière vivrière Outre les principaux ateurs (Produteurs et Grossites), d autres agents non moins négligeables sont impliqués dans le fontionnement de la ilière vivrière du Bas-Congo. Tout au long du circuit de commercialisation, plusieurs pretataires des services ont été identiiés. Ces ateurs sont le résultat d une longue période d adaptation de la ilière aux multiples contraintes qui jalonnent son parcours. Avec la défaillance des services de l Etat à organiser le sytème d approvisionnement des villes, plusieurs tratégies ont été mises en place par les acteurs de la ilière vivrière dont certaines se sont traduites par l apparition de nouveaux types d ateurs devenus, pour 32 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

7 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance certains, incontournables dans le processus de ravitaillement des grands centres de consommation en produits vivriers. Malheureusement la multiplication de ces ateurs contribue à l augmentation des marges et donc à la rédution de l eficacité du sytème de commercialisation. Dans les lignes qui suivent, les acteurs pretataires de services impliqués dans le fontionnement de la ilière dans son ensemble sont présentés : Lutteurs ou loueurs: assurent le i- nancement de la location des camions et servent d intermédiaires entre les transporteurs et les commerçants. Pour arriver à remplir le camion loué, le «lutteur» doit réaliser le groupage des colis appartenant à plusieurs commerçants appelés «par colis». Transporteurs (Chaufeurs): contituent un des maillons importants dans la commercialisation des produits vivriers. C et eux qui assurent le transport des produits vivriers achetés dans les zones rurales du Bas- Congo vers Kinshasa principalement Chefs de parking: sont les propriétaires des parcelles dans et devant lesquelles se tient le marché secondaire des produits vivriers venant des zones rurales. Chacun d eux et responsable de la sécurité et veille au bon déroulement des transations sur son parking. «Maman/papa manœuvre»: et un intermédiaire technico-commercial assurant le préinancement des frais de transport et des taxes. Ce préinancement lui otroi le droit de vente des produits vivriers pour le compte du grossite au niveau du parking. «Maman/papa kabola» : Facilitateur d échange dont le rôle et d assurer le frationnement d une quantité de produit vivrier acheté en commun par plusieurs détaillants disposant des moyens inanciers limités. Sa rémunération s efetue en nature par une portion du produit frationné. Agents de services de l Etat présents sur les parkings: ils assurent la perception des taxes. Ils sont souvent associés aux tracasseries auxquelles font face les commerçants, les transporteurs et les chefs de parkings. La problématique des taxes illégales se pose à ce niveau avec la présence de certains services de l Etat non habilités à percevoir des taxes. Manutentionnaire: il assure le chargement des camions dans les zones de prodution et le déchargement au niveau du marché secondaire dans les centres urbains de consommation. Cette ativité manuelle et exercée généralement par des jeunes hommes rémunérés au prorata du nombre de colis chargés ou déchargés. Transporteurs des petites quantités au départ du parking pour les lieux de revente : il s agit de porteurs (transport sur la tête), responsables des chariots appelés «pousse-pousses», responsables des camionnettes appelées «taxi-bus» et des taxis. Le type de transport emprunté dépend fortement de la ditance entre le parking (marché secondaire) et le marché de détail Comportement Fixation de prix au produteur Les résultats d enquêtes montrent que 98 % des produteurs adoptent simplement le prix du marché. Ceci et particulièrement vrai pour les paysans qui Numéro 6 Août

8 Patience Mpanzu Balomba vendent leurs produtions au niveau du marché rural. Les ménages vivant dans des zones enclavées où les camions arrivent diicilement subissent quant à eux les prix imposés par les acheteurs grossites qui les atteignent. Le coût de prodution ne contitue donc pas la base pour la ixation du prix de vente au niveau paysan. La faible monétarisation de l économie des zones rurales et la complexité des ativités agricoles paysannes ne facilitent pas le calcul des coûts de prodution par les producteurs, mêmes pour les plus intruits. De manière générale et quelle que soit la situation du marché, les transations sont toujours conclues après un marchandage de l acheteur. L éloignement des villages par rapport au marché rural hebdomadaire, le manque d infratrutures de tockage et de transformation poussent parfois le paysan à accepter le prix qui lui et proposé évitant ainsi de rentrer au village avec les invendus en in de journée. Cette situation explique des fortes luctuations des prix de produits viviers à la baisse aux diférentes heures de la journée particulièrement lorsque l ofre et importante sur le marché rural, surtout pour les produits périssables Fixation de Prix de gros et concurrence Contrairement aux paysans, la ixation du prix au niveau des grossites tient compte dans un premier temps des dépenses engagées tout au long du processus d approvisionnement. Mais en déinitive c et le rapport ofre/demande qui détermine le prix du marché auquel s adaptent les grossites. En efet, selon les conditions du marché (abondance ou pénurie), les tratégies adoptées (collusion ou discrimination) par les grossites lors de la vente peuvent varier. Lorsque il y a une abondance des produits vivriers sur le marché la collusion et diicilement concevable, on assite même plutôt à une certaine concurrence entre grossites pour l écoulement rapide des produits notamment lorsqu ils sont périssables (cas du plantain). Par contre durant les périodes de rareté, la collusion et plus forte et les grossites sont moins lexibles durant le marchandage, les prix sont igés et on assite parfois à une certaine spéculation. La discrimination et les arrangements exclusifs sont donc beaucoup plus rencontrés en cas de pénurie. Dans ces conditions les grossites favorisent des personnes qu ils connaissent ou des parents. Dans ce cas, les transactions entre les deux parties ne reposent plus uniquement sur le simple lien formel Vendeur-Acheteur mais beaucoup plus sur des relations informelles basées sur la coniance. Selon Bourdieu (1980), cette coniance et acquise suite à la réputation gagnée après des transations répétées mais surtout à travers les relations sociales entretenues avec les vendeurs. Ces relations permettent la contitution d un capital social qui et un réseau durable de relations plus ou moins intitutionnalisées d interconnaissance et d interreconnaissance Qualités, unités de mesure et arbitrage de mesures lors de la vente L uniformité des unités des mesures et une claire déinition des quantités des produits oferts avec diférenciation des prix sont des fateurs truturels importants pour une bonne performance du sytème de ditribution. En l absence de ces conditions, le temps nécessaire pour 34 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

9 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance les transations d achat et plus élevé, parce qu un contrôle personnel de la qualité et de la quantité et indispensable (Goossens et al, 1994.). Généralement les ateurs impliqués dans commercialisation des produits vivriers du Bas-Congo n efetuent pas des tris par qualité commerciale. Les produits sont donc vendus en vrac. L acheteur et obligé de vériier par lui-même la qualité des produits qu il s apprête à acheter. L absence de certiication de la qualité des produits ainsi que le recours aux unités de vente non tandardisées sont à la base du contrôle et du marchandage sytématiques par l acheteur avant toute conclusion d achat, allongeant par conséquent la durée des transations. Ces unités de vente locales varient d un produit à l autre, d une zone géographique à l autre et même dans le temps. Le recours à la pesée (poids) et inexitant. Pour une même unité locale, la quantité réelle du produit peut varier d un commerçant à un autre. Des cas des disputes entre acheteur et vendeur ont souvent pour origine le fait que les unités utilisées ne sont pas univoques. Il se pose donc un sérieux problème d arbitrage lors de l utilisation des unités non tandardisées. Des cas de tricheries sur les unités dans le chef de certains ateurs ont été rapportés par les ateurs enquêtés. La non utilisation des unités tandardisées et source des conlits et complique l échange Performance Les performances du marché se réfèrent à l impat de la truture et du fontionnement mesurés en termes de variables, telles que prix, coûts et volumes de produits (Bressler et King, 1970). En analysant le niveau des marges et la composition des coûts de commercialisation, on peut évaluer l impat des caratéritiques de la truture et de la conduite sur les performances du marché (Bain, 1968) Struture des coûts de transation dans le commerce de gros de produits vivriers L analyse de la truture des coûts de transation a montré que les frais de transport (y compris la manutention) contituent la plus grande part des coûts de transation du commerce de gros pour les cinq produits vivriers étudiés. Le coût de transport et fortement inluencé par la qualité des infratrutures routières et celle du parc automobile mais aussi par les diférentes taxes et tracasseries policières que subissent les transporteurs. Les conditions de transport devraient donc contituer un levier important dans la recherche des solutions aux contraintes qui inhibent la performance du sytème de commercialisation des produits vivriers du Bas-Congo. Outre les coûts de transport, les taxes payées par les grossites contituent un deuxième pote important dans l ensemble des coûts de commercialisation. La igure 4 présente la truture des coûts de transation (en %) du commerce de gros des produits vivriers étudiés Position inancière des ateurs dans les chaines de valeur La ilière vivrière dans la province du Bas-Congo correspond à des chaînes de valeur à plusieurs étapes : approvisionnement en intrants, prodution, transformation, assemblage et livraison inale. L objet de cette setion et de donner un Numéro 6 Août

10 Patience Mpanzu Balomba FIGURE 4. structure des coûts de transaction du commerce de gros des produits vivriers étudiés : Axe Kimpese (220 Km de Kinshasa) - Kinshasa (marché secondaire de Matadimayo) Cossettes de manioc Plantain Maïs Haricot Arachide gousse 36 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

11 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance TABLEAU 2. Prix nominaux (en UsD*) et relatifs perçus à chaque niveau de chaines de valeur vivrières Manioc Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix au détail Producteur (cossettes) 0,34 33% Grossiste (cossettes) 0,62 61% Détaillant (farine de manioc : fufu) 1,02 100% Plantain Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix au détail Producteur 0,25 25% Grossiste 0,78 78% Détaillant 1 100% Maïs Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix de détail Producteur (maïs grain) 0,19 19% Grossiste (maïs grain) 0,36 37% Détaillant (farine) 0,98 100% Haricot Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix de détail Producteur 0,69 39% Grossiste 1,47 84% Détaillant 1,76 100% Arachide Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix de détail Producteur (arachide gousse) 0,29 14% Grossiste (arachide gousse) 0,74 36% Détaillant (arachide décortiquée et torréfiée) 2,08 100% aperçu de la position inancière des principaux ateurs impliqués dans la chaine de valeur à savoir le produteur, le grossite et le détaillant. Cette position i- nancière et analysée à travers la part du prix au détail que chaque ateur perçoit. * USD = 900 FC Globalement, comme le montre les données du tableau 2 les prix de vente aux produteurs ne dépassent pas 39% des prix de détail. L arachide, le manioc et le maïs font partie des produits vivriers qui sont le plus transformés parmi les cinq étudiés c et-à-dire des produits avec un potentiel de valeur ajoutée. Numéro 6 Août

12 Patience Mpanzu Balomba En ce qui concerne le manioc, le produteur ne reçoit que 33% du prix de détail et cette rémunération doit couvrir, en principe, son coût de prodution et son proit. Le grossite, par contre, perçoit 61% du prix de détail. Toutefois, il et important de signaler qu au niveau du grossite, outre le prix d achat au produteur, les coûts de transation sont non négligeables et servent à rémunérer, outre le grossite lui-même, les diférents intervenants et pretataires de services (transport, manutention, parking, taxes, etc.) qui rendent possible l acheminement des produits vivriers de zones de prodution vers les centres de consommation. Ces coûts ont pour conséquence des marges élevées au niveau du grossite mais qui ne traduit en rien des proits élevés du commerce de gros. La rémunération du grossite dépend aussi des quantités vendues qui doivent être relativement importantes pour compenser la faiblesse des proits due aux coûts de transation. Ces derniers sont plus importants au niveau du grossite (0,18 USD/Kg) comparés à ceux du détaillant (0,05USD/Kg). Le plantain et un produit qui, généralement, ne subit aucune transformation dans la province du Bas-Congo. Dans le processus d approvisionnement de la ville de Kinshasa, la plus grande marge commerciale et rencontrée au niveau des grossites à cause du nombre important d ateurs engendrant ici aussi des coûts de commercialisation élevés. Le plantain fait partie des produits alimentaires de luxe à Kinshasa, ce qui explique le niveau élevé de son prix de détail. Le produteur, quant à lui, ne reçoit que le quart du prix au détail à Kinshasa. Pour ce qui et du maïs, le proit (0,51 USD/Kg) au niveau du détaillant/ transformateur et de loin supérieur à celui du grossite (0,02 USD/kg). Cette diférence et vraisemblablement due à la valeur ajoutée apportée par la transformation du maïs grain en farine et la faiblesse de coûts de transation dans le commerce de détail. En ce qui concerne le produteur, le prix qu il reçoit ne représente que 19% du prix de la vente au détail de la farine de maïs. La seule transformation que subit le haricot et le séchage et le décorticage efetués au niveau du produteur. Les coûts de transation au niveau de grossite (0,15 USD/Kg) sont supérieurs à ceux du détaillant (0,02 USD/Kg). Par contre le proit que réalise le grossite et supérieur (0,63 USD/Kg) à celui du détaillant (0,27 USD/Kg). Le proit du grossite représente plus du double de celui du détaillant. L absence de la transformation au niveau du détaillant peut expliquer en partie ce faible proit au détail. Enin, le prix au produteur représente 39% du prix de vente au détail ce qui représente la part la plus élevée reçue par un produteur vivrier sur les cinq produits étudiés. L arachide, comme le manioc et le maïs, fait partie des produits analysés qui subissent le plus des transformations. Le produit inal considéré, dans le cadre de cette étude, et l arachide décortiquée et torréiée. Cette transformation apporte une grande valeur ajoutée à l arachide gousse. Le proit au détail et de 1,07 USD/Kg. Le prix au produteur ne représente que 14% du prix de détail c et-à-dire moins d un cinquième du prix de vente au détail. L analyse de la chaine de valeur de principaux produits vivriers du Bas- Congo a révélé une faible capacité de transformation des paysans. Or les gains économiques et inanciers de la transformation sont évidents. La faiblesse de la 38 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

13 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance valeur ajoutée dans les produits proposés au niveau paysan explique en partie leur faible rémunération par rapport aux détaillants qui vendent aux consommateurs des produits vivriers beaucoup plus transformés comme la farine de manioc et de maïs ou l arachide décortiquée et grillée. En outre, les détaillants bénéicient des faibles coûts de transations par rapport ceux des grossites qui font face à plusieurs dépenses dont la plus importante concerne le transport. 3. RECOMMANDATIONS La nécessité d une politique agricole volontarite contitue la base essentielle pour que les recommandations envisagées servent réellement à améliorer la situation du seteur agricole. L ation politique devrait, pour ce faire, se traduire par l afetation des ressources de l Etat vers le seteur agricole qui a un grand potentiel d efet multiplicateur sur l économie du pays. Si les préalables d ordre politique évoqués ci-dessus sont réunis, c et alors les quelques recommandations retenues ici pourraient être d une contribution non négligeable dans l atténuation des problèmes qui se posent dans la ilière vivrière du Bas-Congo en particulier mais aussi de l ensemble de la RDC. Il s agit de : la dynamisation des associations paysannes et coopératives pour permettre aux produteurs de tirer proit des économies d échelle et de réaliser des ativités diicilement réalisables de manière isolée; la réhabilitation des infratrutures de transport pour désenclaver les zones de prodution, augmenter les opportunités de vente pour les paysans et permettre une évacuation plus aisée de la prodution vivrière paysanne; la mise en place des infratrutures de tockage et de transformation en vue de faciliter l entreposage, la conservation de la qualité des produits et surtout la création de la valeur ajoutée; la mise en place d un sytème inancier d appui à la ilière vivrière pour l acquisition des semences et des équipements performants; la mise en place d un Sytème d information sur le marché des produits vivriers en vue d informer les produteurs sur les opportunités alternatives de vente de leurs produtions et les conditions de marché (prix, quantités ofertes et vendues, etc ); la tandardisation des unités de mesure pour réduire le coût de transation lié à la vériication de l unité de vente; l adaptation de la iscalité des produits vivriers au volume de transaction et la lutte contre les taxes illégales qui limitent l accès au marché de petits produteurs et marchands ; la décentralisation et la redynamisation des services de vulgarisation agricole pour une présence plus forte et eiciente des encadreurs techniques dans les zones de prodution; la professionnalisation des producteurs agricoles ain d améliorer leur performance ainsi que la rentabilité de leurs ativités de prodution. 4. CONCLUSION La commercialisation des produits vivriers dans le Bas-Congo évolue dans un cadre intitutionnel et organisation- Numéro 6 Août

14 Patience Mpanzu Balomba nel qui ne facilitent pas la performance des ateurs. Les tratégies développées sont une réponse à un contexte des marchés vivriers caratérisé par plusieurs contraintes notamment un sytème d information déicient, des unités de vente non tandardisées, une détérioration avancée des infratrutures de commerce, l enclavement de certaines zones de prodution, les tracasseries, etc. Malgré leurs diiciles conditions de travail, les paysans du Bas-Congo continuent à nourrir une frange importante de la population congolaise et pourraient le faire davantage si la volonté politique dans le sens de l amélioration de leurs conditions de travail, spécialement lors de la mise sur le marché des produtions réalisées, était efetive. Pour ce faire, le gouvernement doit remettre l agriculture au premier plan de ses ambitions en otroyant au seteur agricole un budget conséquent devant inancer une large gamme d ativités ; de la recherche agricole à la commercialisation des produits agricoles en passant par la vulgarisation, l encadrement des agriculteurs, la formation des techniciens, les invetissements dans les infratructures et le développement rural. Les paysans sont des ateurs économiques à part entière et donc capables de comprendre et surtout de répondre aux signaux et incitants émis par le marché et le pouvoir public visant la rationalisation de la ilière vivrière. Ils peuvent donc se professionnaliser si le cadre nécessaire pour l entreprenariat privé et mis en place dans les zones rurales et les centres urbains, principales detinations des produits vivriers commercialisés. Le développement agricole de la RDC dépend fortement de l amélioration du revenu au niveau paysan. D où la nécessité d accroître les invetissements publics et de créer les incitations à l investissement privé dans le seteur agricole ain d améliorer, notamment, les ativités pot-récolte. La politique agricole devrait donc avoir pour but ultime de rendre le milieu rural attrayant et les produteurs paysans de plus en plus professionnels. 5. BIBLIOGRAPHIE Bain j. S. (1968). Indutrial organization. 2ème edition, john wiley and sons, new york. Bonkena B. (2011). Routes rurales et développement socio-économique de la région de Mayombe (Ouet-RDC). Mémoire, ULG-Gembloux Agro-Bio Tech/FUCAM/UCL, 120 p. Bourdieu P. (1980). Le capital social : notes provisoires. Ates de la recherche en sciences sociales, volume 31, n 1, pp Bressler R. and King R.A. (1970). Markets, prices and international trade. NY, USA, John Wiley and Sons. Delpeteau F. (2000). La démarche d une recherche en sciences humaines : de la quetion de départ à la communication des résultats. Presses de l'université de Montréal et Deboeck université, Paris/Bruxelles, 436 p. DFID. (2008). Making value chains work better for the poor : a tool book for pratitioners of value chain analysis. 145 p. Goossens F. Minten B. et Tollens E. (1994). Nourrir Kinshasa. L approvisionnement local d une métropole africaine. Editions L harmattan, Paris, 351 p. Lebailly P. (2010). Cinquante années de dépendance alimentaire en RDC : situation et perspetives, contributions de la formation et de la recherche agronomiques au développement durable du 40 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

15 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance Congo. Communication. Gembloux, le 19 otobre 2010, unité d économie et développement rural, GXABT-ULG. Lutz C.H.M. (1992). Le fontionnement du marché du maïs au bénin. L arbitrage inter-régional durant la période septembre 1987-septembre Série d économie et de sociologie rurales FSA/UNB, Working paper n Mataki Nemagabe J. -L. (2006). Le rôle des goulots d`étranglement de la commercialisation dans l`adoption des innovations agricoles chez les produteurs vivriers du sud-kivu (et de la R.D.Congo). hèse, FUSAGX, 250 p. MPANZU BALOMBA P., (2012), Commercialisation des produits vivriers paysans dans le Bas-Congo (R. D. Congo) : contraintes et tratégies des acteurs, hèse, ULG, 229 p. PNUD/UNOPS. (1998). Programme national de relance du seteur agricole et rural PNSAR ( ). Monographie de la province du Bas- Congo. Minitères de l agriculture et de l'elevage, du plan de l'éducation nationale et de l'environnement, conservation de la nature, forêt et pêche. RDC. Rich K. M. (2004). A discussion note on value-chain analysis in agriculture : methodology, application, and opportunities. Discussion paper for the Asian development bank projet on making markets work better for the poor. HaNoi, Viet-Nam, Agrifood Consulting International. af Numéro 6 Août

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Stephane DUBOIS ( 2 ), Mafuka Mbe-Mpie ( 3 ) Roger KIZUNGU

Stephane DUBOIS ( 2 ), Mafuka Mbe-Mpie ( 3 ) Roger KIZUNGU Note technique Suivi et Evaluation APV II n 001 du 07 juin 2010 Le projet d Appui à l Amélioration de la Production Végétale (APV) à l Institut National pour l Etude et la Recherche Agronomiques en République

Plus en détail

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois-énergie»

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois-énergie» Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois-énergie» PROJET MAKALA TAXES ET PERMIS DU SECTEUR BOIS ÉNERGIE DANS LA ZONE D APPROVISIONNEMENT DE KINSHASA : RÈGLES, RECETTES ET RÉALITÉ DE TERRAIN Présentée

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

Histoire du Marketing Mix

Histoire du Marketing Mix Histoire du Marketing Mix On appelle circuit de distribution l ensemble des intervenants qui prennent en charge les activitås de distribution c'est-ç-dire les activitås qui font passå un produit de son

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Géographie UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ Le café est l un des biens les plus échangés dans le monde. Certains affirment qu il arrive juste après le pétrole, mais

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

ETUDES & ANALYSES. I. Contexte : une prise de valeur plus importante en Martinique qu en Métropole

ETUDES & ANALYSES. I. Contexte : une prise de valeur plus importante en Martinique qu en Métropole ETUDES & ANALYSES DAAF MARTINIQUE N 4 Avril 2014 Formation du prix de la banane variété Cavendish vendue localement La DAAF est impliquée dans les réflexions relatives aux négociations du dispositif Bouclier

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

1 «L évolution du commerce», par Sophie Simonet, consultante, décembre 2008

1 «L évolution du commerce», par Sophie Simonet, consultante, décembre 2008 1 «L évolution du commerce», par Sophie Simonet, consultante, décembre 2008 «L évolution du commerce : vers des circuits plus courts en Île-de-France», par Sophie Simonet, consultante (CVL Urbanisme de

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural

Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 4: Mobilité rurale Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural Séance 4.4 Partie 1 Présentation: 4.4a Les modules de formation

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI

UNIVERSITE DU BURUNDI UNIVERSITE DU BURUNDI EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE : cas des communes Mugongo- Manga et Muruta. Par NIYOYANKUNZE

Plus en détail

Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé]

Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé] Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé] Régions Analamanga, Itasy, Vakinankaratra et Amoron i Mania Filières pomme de terre, tomate, oignon, carotte, haricot vert et chou

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion Laboratoire d Economie des Transports / Ademe. Vers une organisation globale durable de

Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion Laboratoire d Economie des Transports / Ademe. Vers une organisation globale durable de Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion Laboratoire d Economie des Transports / Ademe Vers une organisation globale durable de l approvisionnement des ménages Réalisé par: AYADI Abdessalem Journée

Plus en détail

Bachelor 1 ère année

Bachelor 1 ère année Juin 2014 Bachelor 1 ère année GRANDS PRINCIPES ECONOMIQUES ECOA101 S1 20 heures 2 crédits Français Département académique : «stratégie, économie et droit» Coordinateur de département : S. Coissard Campus

Plus en détail

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE Une personne vulnérable est une personne dotée de ressources ou non et qui vit

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la

Plus en détail

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA FORUM SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda HOUSING FINANCE

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Réunion de rendu final: les principaux résultats et recommandations 2 juillet 2013 Objectifs de l étude Caractériser les modes d

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale La vente est devenue actuellement une activité très importante, c est même la force motrice de toute entreprise. Ainsi, une bonne stratégie marketing doit avoir comme vocation : vendre

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

LE PRIX DE CESSION INTERNE

LE PRIX DE CESSION INTERNE LE PRIX DE CESSION INTERNE Introductio n Intérêt du sujet Le système du prix de cessions interne mesure les résultats économiques dégagés de chaque centres de responsabilité PROBLÉMATIQUE : Quel est le

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali 1. Introduction 2. Situation de la recherche terminologique 3. Nécessité de la recherche terminologie; 4. Le Bureau de

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Un outil d analyse de filières Un outil d aide à la décision Une démarche dynamique Une adaptabilité dans la présentation des résultats

Un outil d analyse de filières Un outil d aide à la décision Une démarche dynamique Une adaptabilité dans la présentation des résultats METAf SIE Un outil d analyse de filières orienté vers la compréhension des enjeux économiques pour les opérateurs. Un outil d aide à la décision par la simulation des effets d une mesure de politique,

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

Le développement urbain

Le développement urbain Le développement urbain CARACTÉRISER LE DÉVELOPPEMENT URBAIN Les multiples approches convergent pour montrer sous divers angles (l interprétation orthophotographique, satellitaire, données cadastrales,

Plus en détail

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

7 Étude participative de la filière

7 Étude participative de la filière 7 Étude participative de la filière 7.1 Principe général de la méthode L analyse de la filière représente l étude de la succession d'actions menées par des acteurs pour produire, transformer, vendre et

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6 Note d information / Filière céréales n 6 Renforcer les capacités des réseaux d organisations agricoles par l analyse de l évolution du prix des céréales locales au Burkina, Mali et Niger durant la période

Plus en détail

Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique)

Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique) Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique) M. DE FAYS Observatoire de la Consommation Alimentaire Gembloux Agro-Bio Tech/ULg Mars 2013 1. Introduction

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail