Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance"

Transcription

1 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance Patience Mpanzu Balomba* RÉSUMÉ Les résultats de cette étude révèlent de nombreuses contraintes inhérentes à la commercialisation des produits vivriers dans le Bas-Congo, l une des provinces de la partie Ouest de la République Démocratique du Congo (RDC). En effet, ses marchés vivriers sont caractérisés par: des infrastructures inadéquates (transport, stockage), des unités de vente non standardisées, un fonctionnement informel, beaucoup d intermédiaires et des tracasseries. Ces contraintes ont pour conséquences notamment des coûts de transaction élevés au niveau des grossistes particulièrement * Doteur en économie agricole de l Université de Liège/Gembloux Agro Bio-Tech et Professeur au Département d économie agricole/faculté des sciences agronomiques de l Université de Kinshasa, B.P. 117 Kinshasa 11. en ce qui concerne le transport (46 à 61% des coûts de commercialisation) avec pour conséquence des marges commerciales importantes (45 à 68 % du prix de gros). L analyse de la performance s est essentiellement appesantie sur l examen de chaines de valeur. Ces dernières montrent une faible rémunération des producteurs ruraux par rapport aux intermédiaires. Malgré cette situation difficile, les acteurs des marchés vivriers s adaptent en développant des stratégies afin d atténuer les impacts de ces contraintes et d assurer le maintien des activités de production et de commercialisation. Quelques recommandations sont formulées à la fin de l étude pour améliorer le fonctionnement et la performance de la filière vivrière du Bas-Congo. 26 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

2 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance 1. INTRODUCTION 1.1. Problématique L'amélioration du sytème de commercialisation et des relations entre les zones de prodution et de consommation contitue une priorité pour atteindre la sécurité alimentaire dans les centres urbains de consommation des pays en développement. En RDC, traditionnellement, l attention de la plupart des gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays était focalisée sur la prodution agricole dont l augmentation a toujours été considérée comme l objetif ultime de la politique agricole. L accent était mis, la plupart du temps, sur les recherches agronomiques visant la mise au point des nouvelles variétés plus produtives et résitantes aux diférents ravageurs, sans beaucoup se préoccuper des conditions de mise sur le marché des productions obtenues et donc globalement du fontionnement du sytème de commercialisation. Avec comme corollaire la tendance à minimiser l ampleur des tâches fatidieuses et souvent délicates que nécessitent l acheminement des produits vivriers de la campagne vers la ville. Depuis l indépendance, le développement agricole de la RD Congo n a cessé d entretenir l espoir d une meilleure autosuisance alimentaire réclamée avec insitance par certains congolais. Il a mobilisé les capitaux, les énergies et les enthousiasmes. Or, il et malheureux de contater que ces espoirs ont été déçus et que la situation s et détériorée au il des temps. Selon la FAO, le nombre de personnes sous alimentées en RDC et passé de 11,4 millions d habitants (29% de la population) pour la période à 43,9 millions d habitants (74% de la population) pour la période (Lebailly, 2010). Paradoxalement, la RDC possède un potentiel agricole important qui la place au septième rang des plus importants pays agricoles au monde. Malheureusement, moins de 10 % de ce potentiel et exploité alors que 70 % de sa population vit de l agriculture (Tollens, 2009). L'augmentation de la demande alimentaire a donné une impulsion nouvelle à la commercialisation de la prodution vivrière. Cependant, l acheminement des produits agricoles des zones de prodution vers les marchés urbains et leur ditribution entre les marchés primaires et les marchés de gros posent problème. L enclavement des zones de production prive les populations de l accès aux échanges et les ditances séparant les zones rurales de centres urbains de consommation deviennent le cadre d ativités d une multitude d intermédiaires dont la truture, le comportement et les performances en termes de getion de l information et de pouvoir de marchés, accès aux services des marchés, coûts de transations et marges réduisent la proitabilité des producteurs (Mataki, 2006). A ce niveau de l'analyse, quelques interrogations sont soulevées à savoir: la politique de sécurité alimentaire peutelle être axée uniquement sur l augmentation de la prodution agricole dans les zones rurales? Quel et le circuit de commercialisation suivi par les produits vivriers de la province du Bas-Congo? Comment fontionne globalement la i- lière vivrière du Bas-Congo? Numéro 6 Août

3 Patience Mpanzu Balomba 1.2. Hypothèses Les hypothèses spéciiques que nous émettons dans le cadre de ce papier sont les suivantes : La capacité des zones rurales à répondre à l évolution de la demande alimentaire urbaine ne dépend pas seulement des politiques visant l augmentation de la prodution vivrière; elle serait conditionnée davantage par le mode de fontionnement du circuit de commercialisation liant les zones rurales de prodution aux centres urbains de consommation et de la place occupée par les paysans dans ce sytème d approvisionnement. Ainsi, l opportunité pour le paysan de pouvoir vendre sa prodution vivrière à un prix rémunérateur contituerait un incitant pour produire davantage, cet objetif noble ne semble pas encore le cas à l heure atuelle dans le Bas-Congo. Le circuit de commercialisation des produits vivriers du Bas-Congo, essentiellement informel, serait caratérisé par des mauvaises conditions de mise sur le marché de la prodution vivrière et des contraintes multiples. La recherche de solutions à ces goulets d étranglement aurait abouti à une augmentation subtantielle du nombre d ateurs intermédiaires et pretataires de services. Ce mode de fontionnement se traduit par des faibles performances des ateurs, particulièrement les agriculteurs dont la rémunération représenterait une faible part du prix payé par le consommateur inal Méthode Cette étude et basée sur des analyses empiriques ainsi qu`une démarche indutive (Dépelteau, 2000). La démarche méthodologique et articulée sur deux grandes phases d enquêtes qui ont ciblé 280 paysans produteurs de 5 principaux produits vivriers de la Province du Bas-Congo à savoir le manioc, le maïs, l arachide, la banane plantain et le haricot. Sept territoires du Bas-Congo (Tshela, Lukula, Sekebanza, Songololo, Manza-Ngungu, Madimba et Kasangulu) ont été enquêtés à raison de 40 produteurs par territoire. La deuxième phase a quant à elle ciblé 150 grossites assurant l approvisionnement de Kinshasa en produits vivriers. Les données sur la truture des coûts de transation ont été colletées à travers les enquêtes conduites entre 2008 et 2011 (Mpanzu, 2012) sur les marchés ruraux de la zone de Kimpese (220 Km de Kinshasa) dans le territoire de Songololo et à Kinshasa (marché secondaire de Matadimayo). La igue 1 présente la carte de la province du Bas-Congo avec les territoires enquêtés. Seule province du pays à avoir un accès à la mer, le Bas-Congo couvre une supericie totale de km2, soit 2,3% de la supericie du pays. Ceci fait d elle la plus petite Province de la RDC après la ville de Kinshasa. La province du Bas-Congo et bornée au Nord par la République du Congo, au Sud par l Angola, à l Et par la ville de Kinshasa et la Province du Bandundu et enin à l Ouet par l Océan Atlantique et l enclave de Cabinda (PNUD/UNOPS, 1998). Le Bas-Congo et l entité adminitrative de la RDC disposant de plus d infratrutures routières revêtues. En efet, le Bas-Congo, qui ne représente que 2,31% de la supericie de la RDC, dispose du plus long réseau des routes revêtues du pays soit 22% du total national (Bonkena, 2011). 28 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

4 Patience Mpanzu Balomba FIGURE 2. Modèle «structure-comportement-performance» appliqué à la présente étude (auteur sur base du schéma de Lutz, 1994) Structure du marché vivrier Circuits, acteurs impliqués et conditions de commercialisation Comportement des acteurs Logiques et relations des acteurs, Stratégies d approvisionnement et de commercialisation, Mécanismes de coordination entre acteurs Performance de la filière vivrière Coûts de transaction et Prix à chaque maillon de la filière FIGURE 3. circuit de commercialisation des produits vivriers du Bas-congo (Mpanzu, 2012) p Dans le schéma : (i) Très souvent les ménages des transformateurs sont aussi des ménages producteurs des produits vivriers (cas du manioc en particulier) (ii) La transformation en milieu rural concerne essentiellement le manioc. Généralement le producteur est aussi transformateur. (iii) Intermédiaire technico-commercial assurant le préinancement des frais de transport et de taxes ainsi que la commercialisation des produits agricoles à la place des grossistes propriétaires des marchandises. (iv) Facilitateur chargé du partage (fractionnement) d un produit alimentaire acheté en commun par deux personnes. Il est rémunéré en nature par une certaine quantité du produit fractionné. (v) Il s agit des pousse-pousseurs, porteurs, taxi-bus, taxi, etc. 30 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

5 Numéro 6 Août Marché primaire Principalement en milieux ruraux (Bas-Congo) Marché secondaire Principalement en milieux urbains (Parkings et Dépôts) Marché tertiaire Milieux ruraux et urbains (marchés municipaux) PRODUCTEURS TRANSFORMATEURS (ii) GROSSISTES DETAILLANTS CONSOMMATEURS Ménages des producteurs (Autoconsommation) Ménages des transformateurs (i) (Autoconsommation) Manutentionnaires Services d Impôts/ Taxes Transporteurs «Maman ou papa manœuvre»(iii) Manutentionnaires Dépositaire/ Parking «Maman Kabola»(iv) Transporteur (v) Service d Impôts/Taxes Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance

6 Patience Mpanzu Balomba TABLEAU 1. répartition d activités selon le genre le long de la ilière vivrière Acteur Genre Ampleur de la domination d un genre Producteur Homme, Femme Avec une domination de la femme Transformateur Femme Exclusivité féminine Grossiste Homme, Femme Domination de l homme Détaillant Femme Exclusivité féminine Manutentionnaire Homme Exclusivité masculine Transporteur Homme Exclusivité masculine Dépositaire (chef de parking) Homme, Femme Forte domination masculine «Maman ou papa manœuvre» Homme, Femme Domination féminine «Maman ou papa kabola» Homme, Femme Forte domination féminine Agents administratifs (taxes) Homme, Femme Forte domination masculine La ilière vivrière du Bas-Congo et organisée en trois niveaux: le marché primaire, secondaire et tertiaire comme le montre la igure 3. Dans quelques rares cas les produteurs viennent vendre diretement leurs produits au niveau du marché secondaire à Kinshasa. Cette démarche et motivée par leur souci de bénéicier des prix beaucoup plus rémunérateurs par rapport à ceux perçus dans les zones rurales. L observation du circuit de commercialisation des produits vivriers fait ressortir une certaine répartition de rôle selon le genre. L ampleur de cette répartition de rôle varie d une étape du circuit à une autre. Le tableau 1 présente la répartition de rôle selon le genre dans la ilière vivrière du Bas-Congo Rôles des intermédiaires pretataires de services impliqués dans la ilière vivrière Outre les principaux ateurs (Produteurs et Grossites), d autres agents non moins négligeables sont impliqués dans le fontionnement de la ilière vivrière du Bas-Congo. Tout au long du circuit de commercialisation, plusieurs pretataires des services ont été identiiés. Ces ateurs sont le résultat d une longue période d adaptation de la ilière aux multiples contraintes qui jalonnent son parcours. Avec la défaillance des services de l Etat à organiser le sytème d approvisionnement des villes, plusieurs tratégies ont été mises en place par les acteurs de la ilière vivrière dont certaines se sont traduites par l apparition de nouveaux types d ateurs devenus, pour 32 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

7 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance certains, incontournables dans le processus de ravitaillement des grands centres de consommation en produits vivriers. Malheureusement la multiplication de ces ateurs contribue à l augmentation des marges et donc à la rédution de l eficacité du sytème de commercialisation. Dans les lignes qui suivent, les acteurs pretataires de services impliqués dans le fontionnement de la ilière dans son ensemble sont présentés : Lutteurs ou loueurs: assurent le i- nancement de la location des camions et servent d intermédiaires entre les transporteurs et les commerçants. Pour arriver à remplir le camion loué, le «lutteur» doit réaliser le groupage des colis appartenant à plusieurs commerçants appelés «par colis». Transporteurs (Chaufeurs): contituent un des maillons importants dans la commercialisation des produits vivriers. C et eux qui assurent le transport des produits vivriers achetés dans les zones rurales du Bas- Congo vers Kinshasa principalement Chefs de parking: sont les propriétaires des parcelles dans et devant lesquelles se tient le marché secondaire des produits vivriers venant des zones rurales. Chacun d eux et responsable de la sécurité et veille au bon déroulement des transations sur son parking. «Maman/papa manœuvre»: et un intermédiaire technico-commercial assurant le préinancement des frais de transport et des taxes. Ce préinancement lui otroi le droit de vente des produits vivriers pour le compte du grossite au niveau du parking. «Maman/papa kabola» : Facilitateur d échange dont le rôle et d assurer le frationnement d une quantité de produit vivrier acheté en commun par plusieurs détaillants disposant des moyens inanciers limités. Sa rémunération s efetue en nature par une portion du produit frationné. Agents de services de l Etat présents sur les parkings: ils assurent la perception des taxes. Ils sont souvent associés aux tracasseries auxquelles font face les commerçants, les transporteurs et les chefs de parkings. La problématique des taxes illégales se pose à ce niveau avec la présence de certains services de l Etat non habilités à percevoir des taxes. Manutentionnaire: il assure le chargement des camions dans les zones de prodution et le déchargement au niveau du marché secondaire dans les centres urbains de consommation. Cette ativité manuelle et exercée généralement par des jeunes hommes rémunérés au prorata du nombre de colis chargés ou déchargés. Transporteurs des petites quantités au départ du parking pour les lieux de revente : il s agit de porteurs (transport sur la tête), responsables des chariots appelés «pousse-pousses», responsables des camionnettes appelées «taxi-bus» et des taxis. Le type de transport emprunté dépend fortement de la ditance entre le parking (marché secondaire) et le marché de détail Comportement Fixation de prix au produteur Les résultats d enquêtes montrent que 98 % des produteurs adoptent simplement le prix du marché. Ceci et particulièrement vrai pour les paysans qui Numéro 6 Août

8 Patience Mpanzu Balomba vendent leurs produtions au niveau du marché rural. Les ménages vivant dans des zones enclavées où les camions arrivent diicilement subissent quant à eux les prix imposés par les acheteurs grossites qui les atteignent. Le coût de prodution ne contitue donc pas la base pour la ixation du prix de vente au niveau paysan. La faible monétarisation de l économie des zones rurales et la complexité des ativités agricoles paysannes ne facilitent pas le calcul des coûts de prodution par les producteurs, mêmes pour les plus intruits. De manière générale et quelle que soit la situation du marché, les transations sont toujours conclues après un marchandage de l acheteur. L éloignement des villages par rapport au marché rural hebdomadaire, le manque d infratrutures de tockage et de transformation poussent parfois le paysan à accepter le prix qui lui et proposé évitant ainsi de rentrer au village avec les invendus en in de journée. Cette situation explique des fortes luctuations des prix de produits viviers à la baisse aux diférentes heures de la journée particulièrement lorsque l ofre et importante sur le marché rural, surtout pour les produits périssables Fixation de Prix de gros et concurrence Contrairement aux paysans, la ixation du prix au niveau des grossites tient compte dans un premier temps des dépenses engagées tout au long du processus d approvisionnement. Mais en déinitive c et le rapport ofre/demande qui détermine le prix du marché auquel s adaptent les grossites. En efet, selon les conditions du marché (abondance ou pénurie), les tratégies adoptées (collusion ou discrimination) par les grossites lors de la vente peuvent varier. Lorsque il y a une abondance des produits vivriers sur le marché la collusion et diicilement concevable, on assite même plutôt à une certaine concurrence entre grossites pour l écoulement rapide des produits notamment lorsqu ils sont périssables (cas du plantain). Par contre durant les périodes de rareté, la collusion et plus forte et les grossites sont moins lexibles durant le marchandage, les prix sont igés et on assite parfois à une certaine spéculation. La discrimination et les arrangements exclusifs sont donc beaucoup plus rencontrés en cas de pénurie. Dans ces conditions les grossites favorisent des personnes qu ils connaissent ou des parents. Dans ce cas, les transactions entre les deux parties ne reposent plus uniquement sur le simple lien formel Vendeur-Acheteur mais beaucoup plus sur des relations informelles basées sur la coniance. Selon Bourdieu (1980), cette coniance et acquise suite à la réputation gagnée après des transations répétées mais surtout à travers les relations sociales entretenues avec les vendeurs. Ces relations permettent la contitution d un capital social qui et un réseau durable de relations plus ou moins intitutionnalisées d interconnaissance et d interreconnaissance Qualités, unités de mesure et arbitrage de mesures lors de la vente L uniformité des unités des mesures et une claire déinition des quantités des produits oferts avec diférenciation des prix sont des fateurs truturels importants pour une bonne performance du sytème de ditribution. En l absence de ces conditions, le temps nécessaire pour 34 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

9 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance les transations d achat et plus élevé, parce qu un contrôle personnel de la qualité et de la quantité et indispensable (Goossens et al, 1994.). Généralement les ateurs impliqués dans commercialisation des produits vivriers du Bas-Congo n efetuent pas des tris par qualité commerciale. Les produits sont donc vendus en vrac. L acheteur et obligé de vériier par lui-même la qualité des produits qu il s apprête à acheter. L absence de certiication de la qualité des produits ainsi que le recours aux unités de vente non tandardisées sont à la base du contrôle et du marchandage sytématiques par l acheteur avant toute conclusion d achat, allongeant par conséquent la durée des transations. Ces unités de vente locales varient d un produit à l autre, d une zone géographique à l autre et même dans le temps. Le recours à la pesée (poids) et inexitant. Pour une même unité locale, la quantité réelle du produit peut varier d un commerçant à un autre. Des cas des disputes entre acheteur et vendeur ont souvent pour origine le fait que les unités utilisées ne sont pas univoques. Il se pose donc un sérieux problème d arbitrage lors de l utilisation des unités non tandardisées. Des cas de tricheries sur les unités dans le chef de certains ateurs ont été rapportés par les ateurs enquêtés. La non utilisation des unités tandardisées et source des conlits et complique l échange Performance Les performances du marché se réfèrent à l impat de la truture et du fontionnement mesurés en termes de variables, telles que prix, coûts et volumes de produits (Bressler et King, 1970). En analysant le niveau des marges et la composition des coûts de commercialisation, on peut évaluer l impat des caratéritiques de la truture et de la conduite sur les performances du marché (Bain, 1968) Struture des coûts de transation dans le commerce de gros de produits vivriers L analyse de la truture des coûts de transation a montré que les frais de transport (y compris la manutention) contituent la plus grande part des coûts de transation du commerce de gros pour les cinq produits vivriers étudiés. Le coût de transport et fortement inluencé par la qualité des infratrutures routières et celle du parc automobile mais aussi par les diférentes taxes et tracasseries policières que subissent les transporteurs. Les conditions de transport devraient donc contituer un levier important dans la recherche des solutions aux contraintes qui inhibent la performance du sytème de commercialisation des produits vivriers du Bas-Congo. Outre les coûts de transport, les taxes payées par les grossites contituent un deuxième pote important dans l ensemble des coûts de commercialisation. La igure 4 présente la truture des coûts de transation (en %) du commerce de gros des produits vivriers étudiés Position inancière des ateurs dans les chaines de valeur La ilière vivrière dans la province du Bas-Congo correspond à des chaînes de valeur à plusieurs étapes : approvisionnement en intrants, prodution, transformation, assemblage et livraison inale. L objet de cette setion et de donner un Numéro 6 Août

10 Patience Mpanzu Balomba FIGURE 4. structure des coûts de transaction du commerce de gros des produits vivriers étudiés : Axe Kimpese (220 Km de Kinshasa) - Kinshasa (marché secondaire de Matadimayo) Cossettes de manioc Plantain Maïs Haricot Arachide gousse 36 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

11 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance TABLEAU 2. Prix nominaux (en UsD*) et relatifs perçus à chaque niveau de chaines de valeur vivrières Manioc Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix au détail Producteur (cossettes) 0,34 33% Grossiste (cossettes) 0,62 61% Détaillant (farine de manioc : fufu) 1,02 100% Plantain Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix au détail Producteur 0,25 25% Grossiste 0,78 78% Détaillant 1 100% Maïs Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix de détail Producteur (maïs grain) 0,19 19% Grossiste (maïs grain) 0,36 37% Détaillant (farine) 0,98 100% Haricot Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix de détail Producteur 0,69 39% Grossiste 1,47 84% Détaillant 1,76 100% Arachide Acteur de la chaine Prix de vente/kg % par rapport au prix de détail Producteur (arachide gousse) 0,29 14% Grossiste (arachide gousse) 0,74 36% Détaillant (arachide décortiquée et torréfiée) 2,08 100% aperçu de la position inancière des principaux ateurs impliqués dans la chaine de valeur à savoir le produteur, le grossite et le détaillant. Cette position i- nancière et analysée à travers la part du prix au détail que chaque ateur perçoit. * USD = 900 FC Globalement, comme le montre les données du tableau 2 les prix de vente aux produteurs ne dépassent pas 39% des prix de détail. L arachide, le manioc et le maïs font partie des produits vivriers qui sont le plus transformés parmi les cinq étudiés c et-à-dire des produits avec un potentiel de valeur ajoutée. Numéro 6 Août

12 Patience Mpanzu Balomba En ce qui concerne le manioc, le produteur ne reçoit que 33% du prix de détail et cette rémunération doit couvrir, en principe, son coût de prodution et son proit. Le grossite, par contre, perçoit 61% du prix de détail. Toutefois, il et important de signaler qu au niveau du grossite, outre le prix d achat au produteur, les coûts de transation sont non négligeables et servent à rémunérer, outre le grossite lui-même, les diférents intervenants et pretataires de services (transport, manutention, parking, taxes, etc.) qui rendent possible l acheminement des produits vivriers de zones de prodution vers les centres de consommation. Ces coûts ont pour conséquence des marges élevées au niveau du grossite mais qui ne traduit en rien des proits élevés du commerce de gros. La rémunération du grossite dépend aussi des quantités vendues qui doivent être relativement importantes pour compenser la faiblesse des proits due aux coûts de transation. Ces derniers sont plus importants au niveau du grossite (0,18 USD/Kg) comparés à ceux du détaillant (0,05USD/Kg). Le plantain et un produit qui, généralement, ne subit aucune transformation dans la province du Bas-Congo. Dans le processus d approvisionnement de la ville de Kinshasa, la plus grande marge commerciale et rencontrée au niveau des grossites à cause du nombre important d ateurs engendrant ici aussi des coûts de commercialisation élevés. Le plantain fait partie des produits alimentaires de luxe à Kinshasa, ce qui explique le niveau élevé de son prix de détail. Le produteur, quant à lui, ne reçoit que le quart du prix au détail à Kinshasa. Pour ce qui et du maïs, le proit (0,51 USD/Kg) au niveau du détaillant/ transformateur et de loin supérieur à celui du grossite (0,02 USD/kg). Cette diférence et vraisemblablement due à la valeur ajoutée apportée par la transformation du maïs grain en farine et la faiblesse de coûts de transation dans le commerce de détail. En ce qui concerne le produteur, le prix qu il reçoit ne représente que 19% du prix de la vente au détail de la farine de maïs. La seule transformation que subit le haricot et le séchage et le décorticage efetués au niveau du produteur. Les coûts de transation au niveau de grossite (0,15 USD/Kg) sont supérieurs à ceux du détaillant (0,02 USD/Kg). Par contre le proit que réalise le grossite et supérieur (0,63 USD/Kg) à celui du détaillant (0,27 USD/Kg). Le proit du grossite représente plus du double de celui du détaillant. L absence de la transformation au niveau du détaillant peut expliquer en partie ce faible proit au détail. Enin, le prix au produteur représente 39% du prix de vente au détail ce qui représente la part la plus élevée reçue par un produteur vivrier sur les cinq produits étudiés. L arachide, comme le manioc et le maïs, fait partie des produits analysés qui subissent le plus des transformations. Le produit inal considéré, dans le cadre de cette étude, et l arachide décortiquée et torréiée. Cette transformation apporte une grande valeur ajoutée à l arachide gousse. Le proit au détail et de 1,07 USD/Kg. Le prix au produteur ne représente que 14% du prix de détail c et-à-dire moins d un cinquième du prix de vente au détail. L analyse de la chaine de valeur de principaux produits vivriers du Bas- Congo a révélé une faible capacité de transformation des paysans. Or les gains économiques et inanciers de la transformation sont évidents. La faiblesse de la 38 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

13 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance valeur ajoutée dans les produits proposés au niveau paysan explique en partie leur faible rémunération par rapport aux détaillants qui vendent aux consommateurs des produits vivriers beaucoup plus transformés comme la farine de manioc et de maïs ou l arachide décortiquée et grillée. En outre, les détaillants bénéicient des faibles coûts de transations par rapport ceux des grossites qui font face à plusieurs dépenses dont la plus importante concerne le transport. 3. RECOMMANDATIONS La nécessité d une politique agricole volontarite contitue la base essentielle pour que les recommandations envisagées servent réellement à améliorer la situation du seteur agricole. L ation politique devrait, pour ce faire, se traduire par l afetation des ressources de l Etat vers le seteur agricole qui a un grand potentiel d efet multiplicateur sur l économie du pays. Si les préalables d ordre politique évoqués ci-dessus sont réunis, c et alors les quelques recommandations retenues ici pourraient être d une contribution non négligeable dans l atténuation des problèmes qui se posent dans la ilière vivrière du Bas-Congo en particulier mais aussi de l ensemble de la RDC. Il s agit de : la dynamisation des associations paysannes et coopératives pour permettre aux produteurs de tirer proit des économies d échelle et de réaliser des ativités diicilement réalisables de manière isolée; la réhabilitation des infratrutures de transport pour désenclaver les zones de prodution, augmenter les opportunités de vente pour les paysans et permettre une évacuation plus aisée de la prodution vivrière paysanne; la mise en place des infratrutures de tockage et de transformation en vue de faciliter l entreposage, la conservation de la qualité des produits et surtout la création de la valeur ajoutée; la mise en place d un sytème inancier d appui à la ilière vivrière pour l acquisition des semences et des équipements performants; la mise en place d un Sytème d information sur le marché des produits vivriers en vue d informer les produteurs sur les opportunités alternatives de vente de leurs produtions et les conditions de marché (prix, quantités ofertes et vendues, etc ); la tandardisation des unités de mesure pour réduire le coût de transation lié à la vériication de l unité de vente; l adaptation de la iscalité des produits vivriers au volume de transaction et la lutte contre les taxes illégales qui limitent l accès au marché de petits produteurs et marchands ; la décentralisation et la redynamisation des services de vulgarisation agricole pour une présence plus forte et eiciente des encadreurs techniques dans les zones de prodution; la professionnalisation des producteurs agricoles ain d améliorer leur performance ainsi que la rentabilité de leurs ativités de prodution. 4. CONCLUSION La commercialisation des produits vivriers dans le Bas-Congo évolue dans un cadre intitutionnel et organisation- Numéro 6 Août

14 Patience Mpanzu Balomba nel qui ne facilitent pas la performance des ateurs. Les tratégies développées sont une réponse à un contexte des marchés vivriers caratérisé par plusieurs contraintes notamment un sytème d information déicient, des unités de vente non tandardisées, une détérioration avancée des infratrutures de commerce, l enclavement de certaines zones de prodution, les tracasseries, etc. Malgré leurs diiciles conditions de travail, les paysans du Bas-Congo continuent à nourrir une frange importante de la population congolaise et pourraient le faire davantage si la volonté politique dans le sens de l amélioration de leurs conditions de travail, spécialement lors de la mise sur le marché des produtions réalisées, était efetive. Pour ce faire, le gouvernement doit remettre l agriculture au premier plan de ses ambitions en otroyant au seteur agricole un budget conséquent devant inancer une large gamme d ativités ; de la recherche agricole à la commercialisation des produits agricoles en passant par la vulgarisation, l encadrement des agriculteurs, la formation des techniciens, les invetissements dans les infratructures et le développement rural. Les paysans sont des ateurs économiques à part entière et donc capables de comprendre et surtout de répondre aux signaux et incitants émis par le marché et le pouvoir public visant la rationalisation de la ilière vivrière. Ils peuvent donc se professionnaliser si le cadre nécessaire pour l entreprenariat privé et mis en place dans les zones rurales et les centres urbains, principales detinations des produits vivriers commercialisés. Le développement agricole de la RDC dépend fortement de l amélioration du revenu au niveau paysan. D où la nécessité d accroître les invetissements publics et de créer les incitations à l investissement privé dans le seteur agricole ain d améliorer, notamment, les ativités pot-récolte. La politique agricole devrait donc avoir pour but ultime de rendre le milieu rural attrayant et les produteurs paysans de plus en plus professionnels. 5. BIBLIOGRAPHIE Bain j. S. (1968). Indutrial organization. 2ème edition, john wiley and sons, new york. Bonkena B. (2011). Routes rurales et développement socio-économique de la région de Mayombe (Ouet-RDC). Mémoire, ULG-Gembloux Agro-Bio Tech/FUCAM/UCL, 120 p. Bourdieu P. (1980). Le capital social : notes provisoires. Ates de la recherche en sciences sociales, volume 31, n 1, pp Bressler R. and King R.A. (1970). Markets, prices and international trade. NY, USA, John Wiley and Sons. Delpeteau F. (2000). La démarche d une recherche en sciences humaines : de la quetion de départ à la communication des résultats. Presses de l'université de Montréal et Deboeck université, Paris/Bruxelles, 436 p. DFID. (2008). Making value chains work better for the poor : a tool book for pratitioners of value chain analysis. 145 p. Goossens F. Minten B. et Tollens E. (1994). Nourrir Kinshasa. L approvisionnement local d une métropole africaine. Editions L harmattan, Paris, 351 p. Lebailly P. (2010). Cinquante années de dépendance alimentaire en RDC : situation et perspetives, contributions de la formation et de la recherche agronomiques au développement durable du 40 DOUNIA, revue d'intelligence stratégique et des relations internationales

15 Filière vivrière paysanne du Bas-Congo : acteurs, fonctionnement et performance Congo. Communication. Gembloux, le 19 otobre 2010, unité d économie et développement rural, GXABT-ULG. Lutz C.H.M. (1992). Le fontionnement du marché du maïs au bénin. L arbitrage inter-régional durant la période septembre 1987-septembre Série d économie et de sociologie rurales FSA/UNB, Working paper n Mataki Nemagabe J. -L. (2006). Le rôle des goulots d`étranglement de la commercialisation dans l`adoption des innovations agricoles chez les produteurs vivriers du sud-kivu (et de la R.D.Congo). hèse, FUSAGX, 250 p. MPANZU BALOMBA P., (2012), Commercialisation des produits vivriers paysans dans le Bas-Congo (R. D. Congo) : contraintes et tratégies des acteurs, hèse, ULG, 229 p. PNUD/UNOPS. (1998). Programme national de relance du seteur agricole et rural PNSAR ( ). Monographie de la province du Bas- Congo. Minitères de l agriculture et de l'elevage, du plan de l'éducation nationale et de l'environnement, conservation de la nature, forêt et pêche. RDC. Rich K. M. (2004). A discussion note on value-chain analysis in agriculture : methodology, application, and opportunities. Discussion paper for the Asian development bank projet on making markets work better for the poor. HaNoi, Viet-Nam, Agrifood Consulting International. af Numéro 6 Août

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Fabrication de confitures de dattes : organisation et communication Coopérative Agricole AFRA

Fabrication de confitures de dattes : organisation et communication Coopérative Agricole AFRA Septembre 2010 Fabrication de confitures de dattes : organisation et communication Coopérative Agricole AFRA Douar TAOURIRT, TATA Présentation de projet, AG, JBC Le projet de la coopérative agricole Afra

Plus en détail

Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé]

Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé] Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé] Régions Analamanga, Itasy, Vakinankaratra et Amoron i Mania Filières pomme de terre, tomate, oignon, carotte, haricot vert et chou

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

7 Étude participative de la filière

7 Étude participative de la filière 7 Étude participative de la filière 7.1 Principe général de la méthode L analyse de la filière représente l étude de la succession d'actions menées par des acteurs pour produire, transformer, vendre et

Plus en détail

CONGOLAISE DE L AGRICULTURE LA TRANSFORMATION PAR LE DÉVELOPPEMENT DES PARCS AGRO-INDUSTRIELS DOCUMENT EXCLUSIF. Par John M.

CONGOLAISE DE L AGRICULTURE LA TRANSFORMATION PAR LE DÉVELOPPEMENT DES PARCS AGRO-INDUSTRIELS DOCUMENT EXCLUSIF. Par John M. DOCUMENT EXCLUSIF LA TRANSFORMATION DE L AGRICULTURE CONGOLAISE PAR LE DÉVELOPPEMENT DES PARCS AGRO-INDUSTRIELS Par John M. Ulimwengu 13 EME EDITION 25 John M. Ulimwengu, PhD Conseiller Principal du Premier

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois-énergie»

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois-énergie» Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois-énergie» PROJET MAKALA TAXES ET PERMIS DU SECTEUR BOIS ÉNERGIE DANS LA ZONE D APPROVISIONNEMENT DE KINSHASA : RÈGLES, RECETTES ET RÉALITÉ DE TERRAIN Présentée

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES PROGRAMME PROMOTION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE DE L OUEST FICHE INNOVATION AU SENEGAL WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES Grâce à l obtention d un crédit garanti par le stockage

Plus en détail

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage»

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» BIM n 107-13 février 2001 Karin BARLET et Anne-Claude CREUSOT Champ d expérimentations, le secteur de la microfinance évolue en donnant naissance à de

Plus en détail

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Termes de Références Appui sur la thématique foncière Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Août 2013 1 I. CONTEXTE GENERAL DU PROJET ET DE LA MISSION Le Gret,

Plus en détail

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Soutenir une agriculture locale de qualité Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Plan 1- Présentation du Pays «Une autre Provence» 2- La problématique

Plus en détail

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Réunion de rendu final: les principaux résultats et recommandations 2 juillet 2013 Objectifs de l étude Caractériser les modes d

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE *

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * La Politique Agricole Commune (PAC) a adopté une approche axée sur les besoins du marché afin d aider les producteurs

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Stratégie de gestion des risques liés aux prix Publication January 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Stratégie de gestion des risques liés aux prix Publication January 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Stratégie de gestion des risques liés aux prix Publication January 2012 Sommaire : Introduction... 1 Contexte : qu est-ce que le risque lié

Plus en détail

Dans un rapport récent à la Banque. Les chiffres de l investissement direct chinois en Afrique. Thierry Pairault

Dans un rapport récent à la Banque. Les chiffres de l investissement direct chinois en Afrique. Thierry Pairault Les chiffres de l investissement direct chinois en Afrique Thierry Pairault Dans un rapport récent à la Banque mondiale 1, les auteurs contatent les diicultés qu il y a à obtenir des données désagrégées

Plus en détail

Sécurité alimentaire en Tanzanie : les politiques de commercialisation*

Sécurité alimentaire en Tanzanie : les politiques de commercialisation* Sécurité alimentaire en Tanzanie : les politiques de commercialisation* D URANT les deux dernières décennies, la situation de la sécurité alimentaire a considérablement varié en Tanzanie, passant de plusieurs

Plus en détail

Commercialisation des vivres locaux Le secteur informel dans une perspective dynamique

Commercialisation des vivres locaux Le secteur informel dans une perspective dynamique Programme «Approvisionnement et distribution alimentaires des villes» Collection «Aliments dans les villes» Commercialisation des vivres locaux Le secteur informel dans une perspective dynamique Frans

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

La compétitivité de la filière riz. Livret de l apprenant. Analyse des filières riz par les organisations professionnelles d Afrique de l Ouest

La compétitivité de la filière riz. Livret de l apprenant. Analyse des filières riz par les organisations professionnelles d Afrique de l Ouest Projet de Renforcement de l Information des Acteurs des Filières Rizicoles PRIAF RIZ Analyse des filières riz par les organisations professionnelles d Afrique de l Ouest Livret de l apprenant Module 4

Plus en détail

4 octobre 2007 Journée Mondiale de l Animal

4 octobre 2007 Journée Mondiale de l Animal 4 octobre 2007 Journée Mondiale de l Animal VSF au Congo Nord Kivu L élevage pour lutter contre la pauvreté et l insécurité alimentaire dans les régions en conflit DOSSIER DE PRESSE BRUXELLES, LE 13 SEPTEMBRE

Plus en détail

Un outil d analyse de filières Un outil d aide à la décision Une démarche dynamique Une adaptabilité dans la présentation des résultats

Un outil d analyse de filières Un outil d aide à la décision Une démarche dynamique Une adaptabilité dans la présentation des résultats METAf SIE Un outil d analyse de filières orienté vers la compréhension des enjeux économiques pour les opérateurs. Un outil d aide à la décision par la simulation des effets d une mesure de politique,

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs 22 novembre 2011 Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs La diversification et la consolidation des débouchés

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE»

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Yaoundé, CAMEROUN le 04 juin 2012 «LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Présenté par : Mme Halima THRAYA Ingénieur en Chef Sous-directeur du Froid Industriel au ministère de l Industrie -Tunisie- Déléguée de

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE)

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <<MESURES D ACCOMPAGNEMENT>> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) 1 PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) STRATEGIE DE DISTRIBUTION DES CARTES PREPAYEES 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 1.

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Gestion des connaissances, apprentissage et communication au sein des filières : le cas de FAPECAFES en Équateur

Gestion des connaissances, apprentissage et communication au sein des filières : le cas de FAPECAFES en Équateur Études de cas Reinhild Bode, Knowledge management, learning and communication in value chains, A case analysis of the speciality coffee value chain of FAPECAFES in Ecuador, CIAT/GTZ, 2007. Gestion des

Plus en détail

Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion Laboratoire d Economie des Transports / Ademe. Vers une organisation globale durable de

Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion Laboratoire d Economie des Transports / Ademe. Vers une organisation globale durable de Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion Laboratoire d Economie des Transports / Ademe Vers une organisation globale durable de l approvisionnement des ménages Réalisé par: AYADI Abdessalem Journée

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre

Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre Groupe IV : Bonne Gouvernance Modérateur : Mme Cécile KOUAKOU PPMS/Côte d Ivoire Rapporteur : Daouda MAIGA PIDRK/Mali METHODOLOGIE

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA DONATA CAMEROUN PLATEFORMES D INNOVATION A CHAINE DE VALEUR SUR LA PRODUCTION DE MANIOC ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA Yaoundé, le 03 Octobre 2013

Plus en détail

AFRIQUE DE L OUEST : NOURRIR LES VILLES PAR L AGRICULTURE FAMILIALE DURABLE

AFRIQUE DE L OUEST : NOURRIR LES VILLES PAR L AGRICULTURE FAMILIALE DURABLE PROGRAMME «PROMOTION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE DE L OUEST». AFRIQUE DE L OUEST : NOURRIR LES VILLES PAR L AGRICULTURE FAMILIALE DURABLE Entretien avec Hawa War sur la transformation et la valorisation

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Initialement centrée sur le prix des terrains

Initialement centrée sur le prix des terrains Marchés fonciers L enquête sur le prix des terrains à bâtir Une enquête nationale annuelle permet de suivre le marché des terrains à bâtir pour maisons individuelles mais pas seulement. Quelles en sont

Plus en détail

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative 1 2 La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

Communication. Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle

Communication. Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle Communication Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle «De nos jours, un Homme qui ne sait ni lire ni écrire (en français, arabe, anglais, chinois,

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

République Démocratique du Congo. Province Orientale GOUVERNEMENT PROVINCIAL Ministère Provincial du Plan, Budget, Portefeuille et Investissements

République Démocratique du Congo. Province Orientale GOUVERNEMENT PROVINCIAL Ministère Provincial du Plan, Budget, Portefeuille et Investissements République Démocratique du Congo Province Orientale Ministère Provincial du Plan, Budget, Portefeuille et Investissements REPERTOIRE DES FICHES DES PROJETS D INVESTISSEMENTS INSCRITS DANS LE PROJET D EDIT

Plus en détail

Le projet «Réhabilitations et entretien de routes rurales dans la province du Bas-Congo/District du Bas-Fleuve» - Juillet 2008

Le projet «Réhabilitations et entretien de routes rurales dans la province du Bas-Congo/District du Bas-Fleuve» - Juillet 2008 Le projet «Réhabilitations et entretien de routes rurales dans la province du Bas-Congo/District du Bas-Fleuve» - Juillet 2008 1) Contexte du projet routier dans la Province : La plupart des routes du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) -------------------

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- I. CONTEXTE GENERAL : Le Mali est un vaste pays enclavé se situant

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

ETUDES & ANALYSES. I. Contexte : une prise de valeur plus importante en Martinique qu en Métropole

ETUDES & ANALYSES. I. Contexte : une prise de valeur plus importante en Martinique qu en Métropole ETUDES & ANALYSES DAAF MARTINIQUE N 4 Avril 2014 Formation du prix de la banane variété Cavendish vendue localement La DAAF est impliquée dans les réflexions relatives aux négociations du dispositif Bouclier

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux

Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux Février 2011 Sommaire Ce document complémentaire du référentiel

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Marchandisage: aménagement d un commerce. Chapitre 1. L apparition du marketing de détaillant et du marchandisage

Marchandisage: aménagement d un commerce. Chapitre 1. L apparition du marketing de détaillant et du marchandisage Marchandisage: aménagement d un commerce Chapitre 1 L apparition du marketing de détaillant et du marchandisage Les diverses approches Les diverses approches de conception et de développement des produits

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

lait a son prix! Allemagne 0,50 euros

lait a son prix! Allemagne 0,50 euros La production de lait a son prix! Des prix du lait équitables sur base des coûts de production dans les exploitations laitières Allemagne 0,50 euros 2013 Tous les droits de reproduction, même partielle,

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

Gestion économique du produit agricole, dossier 3, Arnaud Diemer, IHEDREA, MCF Clermont-Ferrand LES MARCHES A TERME

Gestion économique du produit agricole, dossier 3, Arnaud Diemer, IHEDREA, MCF Clermont-Ferrand LES MARCHES A TERME LES MARCHES A TERME Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 1 PLAN I ) CARACTERISTIQUES DES MARCHES A ) Objectifs B ) Fonctions C ) Conditions d existence D ) Types d intervention

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE CONTEXTE GÉNÉRAL Le commerce intérieur constitue une composante essentielle de l économie du Royaume.

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL

BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL C est un pari gagné pour le Ministre de l Agriculture, Pêche et élevage,

Plus en détail

Vers des systèmes privés efficaces d approvisionnement et de distribution d engrais pour une intensification agricole durable au Bénin

Vers des systèmes privés efficaces d approvisionnement et de distribution d engrais pour une intensification agricole durable au Bénin RIJKSUNIVERSITEIT GRONINGEN Vers des systèmes privés efficaces d approvisionnement et de distribution d engrais pour une intensification agricole durable au Bénin Proefschrift ter verkrijging van het doctoraat

Plus en détail

Atelier de Validation de la mise à jour de l EDIC du Mali

Atelier de Validation de la mise à jour de l EDIC du Mali Conférence des nations unies sur le commerce et le développement Division de l'afrique, des Pays les Moins Avancés et des programmes spéciaux Atelier de Validation de la mise à jour de l EDIC du Mali Principales

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/1949/Add.l4 2 avril 1963 Distribution limitée Original : anglais ENTREPRISES COMMERCIALES D'ETAT Notifications présentées conformément

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail