Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue"

Transcription

1 Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

2 Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux : - Diabétique insulino dépendant depuis 15 ans - Colique néphrétique à l'âge de 20 ans Hospitalisée en rhumatologie pour cruralgie depuis 1 jour. La patiente a une sensation de brûlures à la miction, irradiant au flanc gauche et à la fosse lombaire gauche. Le médecin retient le diagnostic de cystite aiguë simple.

3 Cas clinique n 1 Hémodynamique : pouls normal, TA bras droit : 125/74mmHg, FC : 72/min T = 37.4 C EVA : 0 Pas de douleur à l'ébranlement des fosses lombaires Brûlures lors de la miction, urines troubles non sanglantes Bandelette urinaire Leuco ++ nitrites ++

4 Cas clinique n 1 Etes vous d accord avec ce diagnostic de cystite aiguë simple? Oui Non

5 Cas clinique n 1 Etes vous d accord avec ce diagnostic de cystite aiguë simple? Oui Non

6 Cas clinique n 1 Modification de la terminologie Prise en compte des éléments de gravité : - sepsis grave* - choc septique* - indication à un drainage chirurgical ou instrumental des voies urinaires (hors sondage vésical simple) * Prise en charge initiale des états septiques graves de l adulte et de l enfant. Rénimation 2007, 16: S1-21

7 Cas clinique n 1 Facteurs de risque de complications Homme Grossesse Anomalie organique ou fonctionnelle de l arbre urinaire Insuffisance rénale sévère (clairance créatinine < 30 ml/mn) Immunodépression sévère sujets âgés > 65 ans «fragile» : > 3 critères de la classification de Fried : perte de poids involontaire au cours de la dernière année vitesse de marche lente faible endurance faiblesse/fatigue activité physique réduite > 75 ans (sauf exception) Le diabète n est plus considéré comme un facteur de risque

8 Cas clinique n 1 Que proposez-vous à cette patiente avec un diagnostic de cystite? Devant les antécédents de diabète vous proposez de réaliser un ECBU Vous proposez un traitement en première intention par fluoroquinolones Vous pouvez proposer un traitement par furadantoïne pendant 5 jours Vous pouvez proposer un traitement par Monuril

9 Cas clinique n 1 Que proposez-vous à cette patiente avec un diagnostic de cystite? Devant les antécédents d infections urinaires à répétition vous proposez de réaliser un ECBU Vous proposez un traitement en première intention par fluoroquinolones Vous pouvez proposer un traitement par furadantoïne pendant 5 jours Vous pouvez proposer un traitement par Monuril

10 Prise en charge de la Cystite aigüe simple

11 Rationnel du choix antibiotique Taux de résistance acceptable en probabiliste : 20 % pour les cystites simples 10 % pour les PNA et IU masculines Tolérance Impact écologique

12 Épidémiologie et résistances d E. coli

13 Épidémiologie et résistances d E. coli Antibiotique/Antibiotic n %S n %S n %S n %S n %S n %S n %S n %S n %S n %S Amoxicilline ou ampicilline , , , , , , , , , ,6 Amoxicilline + clavulanate , , , , , , , , , ,3 Cefixime , , , , , , , , ,8 Céphalosporines 3 e génération* , , , , , , , , ,1 Ac. nalidixique , , , , , , ,1 Norfloxacine/Ofloxacine , , , , , , , , , ,4 Ciprofloxacine , , , , , , , , , ,5 Cotrimoxazole , , , , , , , , , ,9 Nitro-furantoïne , , , , , , , , , ,6 *cefotaxime,ceftriaxone, ceftazidime Escherichia coli : évolution de la sensibilité (%) aux antibiotiques ( ). Réseau MedQual Evolution du pourcentage de résistance (R+I, %) et de sensibilité aux C3G des souches d Escherichia coli. Réseau MedQual

14 Cas clinique n 1 Elle est traitée par nitrofurantoïne, mais au bout de 3 jours la persistance des symptômes conduit à réaliser un ECBU. Le laboratoire signale un Proteus mirabilis BMR.

15 Cas clinique n 1

16 Cas clinique n 1 Quelle attitude avez-vous devant le résultat de cet ECBU? Vous prenez un avis auprès d un infectiologue? Vous prenez un avis auprès de l un de vos confrères? Vous appelez le laboratoire de bactériologie pour avoir des précisions? Vous hospitalisez ou envoyez la patiente aux urgences?

17 Cas clinique n 1 Quel traitement vous proposez? Un traitement par amiklin par voie intramusculaire? Un traitement par monuril Un traitement par ertapenem Vous ne savez pas

18 Épidémiologie et résistances E coli Situations cliniques justifiant ou non la prise en compte du risque d infection à E. coli producteurs de BLSE

19 Cystite aiguë simple Ce qui est nouveau La place du pivmécillinam (désormais remboursé) SELEXID*. La position de la nitrofurantoïne en troisième intention pour des raisons de rare toxicité (Nitrofurantoïne : Contre-Indication si Clcréat<40ml/min). La position des fluoroquinolones en troisième intention pour des raisons écologiques. Les propositions thérapeutiques en cas de cystite simple documentée à EBLSE après échec d un traitement probabiliste.

20 Le pivmecillinam Voie orale Forte concentration dans les urines (souvent >200mg/L) Bonne tolérance, utilisation possible en cas d insuffisance rénale Stabilité vis-à-vis de certaines β- lactamases en particulier CTX-M Risque moins important de voire apparaître une résistance que d autres molécules Effet minime sur le microbiote fécal et vaginal En France SELEXID 200mg : boite de 12 cp, 6 en ville 5 jours : 20 cp = 10, en fait 2 boites = 12 7 jours : 28 cp = 14, en fait 3 boites = 18 Effet minime sur le microbiote fécal et vaginal

21 Prise en charge de la Cystite à risque de complication

22 Cas clinique n 2 Femme de 87 ans, vit en EPAHD On note une allergie au Bactrim L infirmière constate des urines malodorantes et réalise d elle-même une bandelette urinaire Celle-ci revient positive à leucocytes ++ et nitrites ++

23 Cas clinique n 2 Que pensez vous de l initiative de l infirmière? C est parfaitement justifié et il n est pas nécessaire d avoir l avis préalable du médecin par perte de temps C est parfaitement justifié mais l avis du médecin devrait pris avant la réalisation de la bandelette Rien ne justifie la réalisation d une bandelette urinaire dans cette situation La réalisation de la bandelette dépend des autres comorbidités

24 Cas clinique n 2 Que pensez vous de l initiative de l infirmière? C est parfaitement justifié et il n est pas nécessaire d avoir l avis préalable du médecin par perte de temps C est parfaitement justifié mais l avis du médecin devrait pris avant la réalisation de la bandelette Rien ne justifie la réalisation d une bandelette urinaire dans cette situation La réalisation de la bandelette dépend des autres comorbidités

25 L aspect des urines L aspect macroscopique des urines de même que leurs odeurs ne signent pas forcément la présence de germes et encore moins l existence d une infection urinaire symptomatique. La bandelette urinaire étant positive, un ECBU est réalisé Un traitement antibiotique adapté à l antibiogramme est administré par Gentamicine 3 mg/kg/j en 1 injection par voie intramusculaire 3 jours de suite

26 Cas clinique n 2

27 Cas clinique n 2 Que pensez vous du choix du traitement par aminosides à cette posologie? Ce n est vraiment pas le premier choix à proposer chez cette patiente C est une option thérapeutique éventuelle à proposer La posologie doit être adaptée à la clairance de la créatinine La posologie n est pas à adapter mais c est l intervalle entre deux doses qui doit être adapté à la clairance de la créatinine

28 Cas clinique n 2 Que pensez vous du choix du traitement par aminosides à cette posologie? Ce n est vraiment pas le premier choix à proposer chez cette patiente C est une option thérapeutique éventuelle à proposer La posologie doit être adaptée à la clairance de la créatinine La posologie n est pas à adapter mais c est l intervalle entre deux doses qui doit être adapté à la clairance de la créatinine

29 Les aminosides Les traitements en monodose quotidienne sont à privilégier chez la personne âgée, selon les recommandations de l AFSSAPS. Dans les rares cas ou un aminoside est indiqué, l estimation de la clairance de la créatinine est indispensable pour déterminer l espacement des doses La durée du traitement ne doit pas dépasser 3 à 5 jours.

30 IU chez la personne âgée (1/2) Deuxième site d infection bactérienne communautaire après les infection des voies respiratoires Premier site infection bactérienne nosocomial (42%) Personne âgée : 20 fois plus fréquentes que chez le sujet jeune Pronostic potentiellement sévère Difficultés de diagnostic Pas ou très peu de recommandations spécifiques chez la personne âgée Prise en charge souvent complexe 1. Recueil des symptômes difficile à évaluer en fonction des troubles cognitifs/confusion -> signes cliniques souvent absente 2.Colonisation importante 3.Comorbidités/co-infections 4.Sonde urinaire à demeure

31 IU chez la personne âgée (2/2) Analyse pendant six mois de toutes les analyses d urine effectuées dans deux institutions.. Analyse de chaque cas et évaluation de l indication des antibiotiques En cas de prescription est analysé le choix de l antibiotique selon les guides de référence la dose la durée du traitement le suivi pour l émergence Clostridium Au total 519 prélèvements ont été analysés. 172 patients correspondant aux critères d inclusion : présence de germes à l analyse d urine. Un traitement antibiotique a été donné à 96 des 172 patients 146 patients n avaient pas les critères suffisants de définition d une infection urinaire, un antibiotique a néanmoins été prescrit dans 70 cas 69 patients ont reçu un traitement inapproprié Dans 64 cas le traitement était trop long Le risque d avoir un Clostridium dans les trois mois après le traitement était multiplié par 8,5 chez ceux qui avaient reçu un antibiotique de façon injustifiée.

32 La colonisation urinaire Anciennement la bactériurie asymptomatique C est la présence d un micro-organisme dans les urines sans manifestations cliniques associées. Il n y a pas de seuil de bactériurie sauf chez la femme enceinte. La leucocyturie n intervient pas dans le diagnostic. Seules 2 situations pour le dépistage en vu du traitement: La grossesse à partir du 4 ième mois Avant une procédure urologique programmée

33 Cas clinique n 3 Jeune homme 23 ans, étudiant Séjour en Inde pendant 2 mois Hospitalisé durant son séjour pour diarrhées avec amaigrissement de 10 kg Va recevoir : de l ofloxacine, de la ciprofloxacine, du Flagyl et de l ivermectine Un mois plus tard, il présente de la fièvre avec pollakiurie, une dysurie et une hémospermie

34 Cas clinique n 3 L examen clinique est sans particularité en dehors d une fièvre à 39 C. TA normale, pouls 85/mn. Biologie avec hyperleucocytose à GB, CRP à 75 mg/l. La bandelette urinaire est négative en dehors d une croix de sang.

35 Cas clinique n 3 Quelle est votre hypothèse diagnostique? Le patient présente une cystite Le patient présente une pyélonéphrite Le patient présente une prostatite Le patient présente une autre pathologie (tropicale?)

36 Cas clinique n 3 Quelle est votre hypothèse diagnostique? Le patient présente une cystite Le patient présente une pyélonéphrite Le patient présente une prostatite Le patient présente une autre pathologie (tropicale?)

37 La bandelette urinaire Chez la femme, bonne valeur prédictive négative Si BU négative (leucocytes et nitrites ), rechercher en priorité un autre diagnostic Chez l homme, bonne valeur prédictive positive Si BU positive (leucocytes + et nitrites +) l infection urinaire est à confirmer par un ECBU Une BU négative n exclut pas le diagnostic d infection urinaire masculine

38 Cas clinique n 3 Un ECBU est réalisé Il est mis sous céfixime (Oroken) 200 mg matin et soir pour une durée de 2 semaines

39 Cas clinique n 3 Quelle décision devez-vous prendre? C est une urgence, le patient doit être hospitalisé et un traitement débuté sans attendre les résultats de l ECBU. Le traitement sera réadapté secondairement. Ce n est pas une urgence, la patient va bien, il est pris en charge en ambulatoire et cela peut attendre le résultat de l antibiogramme. Ce n est pas une urgence mais le patient est fébrile, on instaure un traitement qui sera réadapté secondairement. Le patient doit être hospitalisé, avoir des hémocultures puis recevoir un traitement selon les résultats de l ECBU et des hémocultures.

40 Cas clinique n 3 Quelle décision devez-vous prendre? C est une urgence, le patient doit être hospitalisé et un traitement débuté sans attendre les résultats de l ECBU. Le traitement sera réadapté secondairement. Ce n est pas une urgence, la patient va bien, il est pris en charge en ambulatoire et cela peut attendre le résultat de l antibiogramme. Ce n est pas une urgence mais le patient est fébrile, on instaure un traitement qui sera réadapté secondairement. Le patient doit être hospitalisé, avoir des hémocultures puis recevoir un traitement selon les résultats de l ECBU et des hémocultures.

41 Cas clinique n 3 Concernant le choix du traitement antibiotique? Le Céfixime est un bon choix, c est une C3G Les C3G orales ne sont pas recommandées dans les infections urinaires chez l homme J utilise une fluoroquinolone en première intention J utilise le Bactrim en première intention

42 Cas clinique n 3 Concernant le choix du traitement antibiotique? Le Céfixime est un bon choix, c est une C3G Les C3G orales ne sont pas recommandées dans les infections urinaires chez l homme J utilise une fluoroquinolone en première intention J utilise le Bactrim en première intention

43 Prise en charge de l Infection urinaire masculine

44 Les IU chez l Homme BU + ECBU systématique. Le seuil de bactériurie est à 10 3 UFC/ml. Hémocultures seulement si fièvre. Pas de dosage PSA recommandé. Une échographie des voies urinaires par voie sus-pubienne si douleurs lombaires et RAU dans les 24h évolution défavorable à 72h : IRM ou echo endorectale ( abcès).

45 Les IU chez l Homme Ce qui est nouveau Le traitement différé des IU masculines pauci-symptomatiques. La précision des critères d'hospitalisation. Les recommandations spécifiques de traitement en cas d'iu masculine à EBLSE. L'absence d'ecbu de contrôle systématique. Les recommandations d'explorations urologiques complémentaires: 2 épisode ou anomalie des voies urinaires suspectée faire échographie des voies urinaires avec quantification du résidu postmictionnel, une consultation d'urologie +/- débimétrie urinaire

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 1 Version 2 octobre 2015 RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 2 Table des matières Table

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

Infections urinaires (ITU)

Infections urinaires (ITU) Infections urinaires (ITU) Plan Considérations générales Bactériurie asymptomatique Infections urinaires chez la femme Non compliquées Compliquées Infections urinaires récidivantes Infections urinaires

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants UE6 N 157 Infections urinaires de l adulte Les infections urinaires (IU) de l enfant ne sont pas traitées ici. Seules les infections urinaires communautaires sont traitées ici. Pour les IU liées aux soins,

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT CHAPITRE 21 Item 157 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT UE Ê 6. Maladies transmissibles - Risques sanitaires - Santé au travail N 157. Infections urinaires de l enfant et de l adulte. OBJECTIFS

Plus en détail

Infections urinaires. de l adulte. Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Infections urinaires. de l adulte. Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Infections urinaires de l adulte Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Introduction Un guide pour développer une stratégie régionale de maîtrise médicalisée de l usage des antibiotiques Le présent

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte dans son intégralité sans ajout ni retrait. 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François

Plus en détail

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville TITRE Centre Ressource en Antibiologie Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville Dr Sonia Thibaut Mercredi 19 Novembre 2014 1 2 Création TITRE d un réseau de LBM en ville MedQual, centre reconnu

Plus en détail

Prévention et prise en charge des infections urinaires en EHPAD. Risque infectieux en EPHAD 10 mai 2011

Prévention et prise en charge des infections urinaires en EHPAD. Risque infectieux en EPHAD 10 mai 2011 Prévention et prise en charge des infections urinaires en EHPAD Risque infectieux en EPHAD 10 mai 2011 B.CORROYER-SIMOVIC / K. FAURE Pôle de gérontologie/pôle de maladies infectieuses CHRU LILLE Définitions

Plus en détail

Recommandations de Bonnes Pratiques pour la prise en charge des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations de Bonnes Pratiques pour la prise en charge des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations de Bonnes Pratiques pour la prise en charge des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Rémy Gauzit (pour le groupe de travail) Unité de réanimation thoracique CHU Cochin

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Les infections urinaires bactériennes

Les infections urinaires bactériennes Mise au point Les infections urinaires bactériennes N. Faucher, T. Cudennec Hôpital Sainte Périne, Paris Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus fréquemment rencontrées chez

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U U.E 2.5 Processus Inflammatoires & Infectieux Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U ESI 2 ème année Groupe 5 Le 07/10/2013 Présentation du Groupe 5 Mario BLANDY Manuela GAMARRA Cécile COQUET Christelle

Plus en détail

SPILF 2014. Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

SPILF 2014. Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE SPILF 2014 Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - cystite aiguë simple - cystite à risque de complication - cystite récidivante -

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 8 septembre 2005 (JO du 3 août 2007) TAVANIC 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2014 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR NOM : MEASSO SANANES Prénoms : Sabrina Date et Lieu de naissance : 01/04/1983

Plus en détail

Guide Guide pratique des Antibiotiques EHPAD. CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2013 1

Guide Guide pratique des Antibiotiques EHPAD. CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2013 1 Guide Guide pratique des Antibiotiques EHPAD en EHPAD CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2013 1 L objectif de ce document est de rationaliser la prescription des antibiotiques sur le secteur

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours INFECTIONS URINAIRES A. François 1, H. Brandstätter 1, A.-C. Bréchet 1, A. Huttner 2 1.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE G.H. SOULA*, E. PICHARD**, G.G. SOULA***, A. KODIO* RESUME A partir de l'examen cytobactériologique de 2 000 prélèvements

Plus en détail

Fiches de prescriptions biologiques (1)

Fiches de prescriptions biologiques (1) Fiches de prescriptions biologiques (1) Devant une urétrite chez l homme : 2) Urines : PCR Chlamydia trachomatis sur le 1er jet. 3) Faire pratiquer ce jour au laboratoire* : Prélèvement urétral : examen

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SUIVI DES INFECTIONS URINAIRES LE BON USAGE DE L EXAMEN CYTO-BACTERIOLOGIQUE DES URINES

DIAGNOSTIC ET SUIVI DES INFECTIONS URINAIRES LE BON USAGE DE L EXAMEN CYTO-BACTERIOLOGIQUE DES URINES DIAGNOSTIC ET SUIVI DES INFECTIONS URINAIRES LE BON USAGE DE L EXAMEN CYTO-BACTERIOLOGIQUE DES URINES Dr Hélène Darbas, Dr Hélène Marchandin 1, Dr Nathalie Bourgeois 2 et Dr Sylvie Michaux-Charachon 3

Plus en détail

Ulcère gastroduodénal

Ulcère gastroduodénal Ulcère gastroduodénal Table des matières - Présentation du cas 3 - La patiente 4 - Exercice 5 - Traitement avant hospitalisation 6 - Exercice : Indication et Contre-indication (CI) 7 - Résultat de l'examen

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

PATHOLOGIE URINAIRE. Elles sont très fréquentes et la plupart asymptomatiques.

PATHOLOGIE URINAIRE. Elles sont très fréquentes et la plupart asymptomatiques. Les infections urinaires PATHOLOGIE URINAIRE 1/ rappel clinique Définition : Elles sont proprement bactériologiques. Il y a infection lorsque l on dénombre plus de 100.000 germes par ml dans les urines

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 février 2000 (JO du 9 février 2000) AMOXICILLINE BIOGARAN 1 g, poudre

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

INFECTIEUX. Tours 22 janvier 2009. Dr Patrick POISSON

INFECTIEUX. Tours 22 janvier 2009. Dr Patrick POISSON INFECTIEUX Tours 22 janvier 2009 Dr Patrick POISSON Les cystites Données épidémiologiques Chez l adulte, l infection urinaire est très fréquente, au 2ème rang des infections après les infections respiratoires

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Infection rénale

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Infection rénale CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Infection rénale Définition La pyélonéphrite aiguë correspond à une infection bactérienne du parenchyme rénal et de sa voie excrétrice. 1er point : Infection du parenchyme

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012 Association marocaine de prévention bucco-dentaire 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire 5-6-7 avril 2012 Auteur: Dr. L. HARFOUCHE Prise en charge des patients porteurs de prothèse articulaire

Plus en détail

Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest

Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest Dr Erika FONTAINE, Pharmacien hygiéniste Marion PERENNEC, Biostatisticienne Maryvonne

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh

ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh Services Tous les services où le dépistage des ITSS est effectué Personnes habilitées Les infirmières du CSSSRY autorisées à procéder

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Antibiothérapie parentérale à domicile Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry 1 Une pratique de plus en plus fréquente Intérêt économique Impact de la T2A

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Questions que l on se pose. Etat fébrile chez la femme enceinte. Buts du colloque: Vignette 1

Questions que l on se pose. Etat fébrile chez la femme enceinte. Buts du colloque: Vignette 1 Questions que l on se pose Etat fébrile chez la femme enceinte Dr T. Collipal - SMPR Dr S. Harbarth - Maladies Infectieuses Dois-je prendre en charge différemment les infections courantes chez la femme

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 144 - Octobre 2014 SOMMAIRE 1) La gale 1-1 Transmission/contagiosité 2) Quizz 1-2 Diagnostic et symptômes 1-3 Traitements et conseils de prise en charge 2-1 Quizz d octobre 2014

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de cinq ans par arrêté du 18 janvier 2000 (JO du 26 janvier 2000) ZITHROMAX MONODOSE 250 mg,

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE 2

INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE 2 INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE 2 P. CUNY Unité Thérapeutique et d Education du Diabète (UTED) CHR Metz Thionville Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 L INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CHEZ L ENFANT

INFECTIONS URINAIRES CHEZ L ENFANT INFECTIONS URINAIRES CHEZ L ENFANT Chantal LOIRAT Service de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré DIU Stratégies Thérapeutiques anti-infectieuses Jan 2007 AFS 2006-2007 1 INFECTION URINAIRE CHEZ

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Infections aiguës des voies urinaires, partie 1: les IVU dans la pratique

Infections aiguës des voies urinaires, partie 1: les IVU dans la pratique Infections aiguës des voies urinaires, partie 1: les IVU dans la pratique Philip Tarr a, Katrin Baumann b, Astrid Wallnöfer b, Franziska Zimmerli c, Daniela Maritz a, Ursula Burri a, Martin Egger d, Olivier

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Prévalence du risque infectieux associé

Prévalence du risque infectieux associé Résultats de l enquête EPIPA Prévalence du risque infectieux associé aux soins en EHPAD Dr Agnès Vincent ARLIN Rhône Alpes O. Baud, N. Armand, I. Attali, C. Bernet, F. Bertin Hugault, M. Besson, M. Bonnand,

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 06 novembre 2006 (JO du 13 juin 2007) FUCIDINE 250 mg comprimé pelliculé

Plus en détail

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale examens de biologie médicale SOMMAIRE 1. OBJET 1 2. FREQUENCE DE PRESCRIPTION DES EXAMENS 2 3. REFERENCES 5 Toute impression de ce document sans l'en-tête contenant sa référence et sa version en haut de

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail