Le fondement analytique : le tarif douanier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier"

Transcription

1 Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant des barrères douanères. L étude de l mpact économque de la protecton tarfare en concurrence pure et parfate consttue la base de l analyse économque du protectonsme. L exposé graphque de l étude du tarf douaner La fgure 1 résume les dfférents effets d'un drot de douane sur le prx, les quanttés, et le ben-être collectf d un marché mportateur. Le marché est supposé «pett» : l ne peut donc pas nfluencer le prx mondal. Le graphque de gauche permet d estmer les effets de la protecton douanère sur la redstrbuton des revenus au moyen de l'offre et de la demande domestques ; celu de drote permet d'apprécer l nfluence de la poltque tarfare sur le ben-être de la collectvté à l'ade de la demande d'mportatons extrapolée des courbes d offre et de demande domestques. Fgure 1 : Les effets du du tarf douner b Offre p a k demande d mportatons p m g h W p f T c e W C d n j T o m W l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 2 D 1 Q 1 Quelques précsons sur les courbes L offre et la demande domestques Le graphque de gauche offre une présentaton classque d un marché mportateur. En l absence d mportatons, l équlbre du marché local serat réalsé au prx p a, prx qu égalse l offre et la demande domestques. Cependant, le prx mondal p m est nféreur à ce prx autarcque. Il est donc ntéressant pour la collectvté d mporter pusqu elle peut se procurer à l étranger le même produt à un coût mondre. Au prx mondal, les producteurs locaux n offrent plus que Q 1 alors que les ménages réclament une quantté supéreure, D 1. L offre étrangère palle donc à la défallance des producteurs locaux et l excès de demande, D 1 -Q 1, correspond aux mportatons nécessares pour assurer l équlbre offre-demande. REI 421.doc Page 1 sur 8

2 La demande d mportatons La courbe de demande d mportatons fat correspondre les mportatons avec le prx sur le marché domestque. S ce prx est le prx autarcque p a, alors, l offre et la demande locales s égalsent sans nécesster d mportatons : la demande d mportatons est donc nulle. A mesure que le prx basse, la demande d mportatons augmente. Elle est maxmale lorsque le prx local est égal au prx mondal p m. La demande d mportatons permet d apprécer le gan de surplus collectf obtenu par l ouverture du marché aux mportatons. Observons le graphque de gauche : au prx p a, le surplus collectf autarcque est le trangle ba, somme du surplus des consommateurs (surface bp a ) et des profts des producteurs (surface p a a) ; au prx p m, le surplus collectf de lbre-échange est la surface abdg. La dfférence entre les deux surplus est le trangle gd : par constructon, la courbe de demande d mportatons réplque cette surface avec le trangle jkl. C est le gan de ben-être apporté à ce marché par le passage de l autarce au lbre-échange. Les conséquences d un drot de douane Le drot de douane engendre pour le pays mportateur deux effets dstncts : une modfcaton des quanttés offertes et demandées, qu aboutt à une réducton des mportatons, et une altératon dans la redstrbuton des revenus. Ces effets ne sont évdemment pas sans conséquences sur le ben-être. Les modfcatons des quanttés offertes et demandées L'nstauraton du tarf fat que le prx local devent supéreur au prx mondal (passage de p m à ). Cette hausse ncte les producteurs à accroître leur offre, qu passe de Q 1 à Q 2. Généralement, lsur le long terme la producton est accrue en détournant des ressources productves d'autres actvtés économques. Par contre, la hausse du prx rédut la consommaton, qu passe de D 1 à D 2. Les mportatons dmnuent donc, ce qu se tradut sur la fgure de drote par la réducton de la demande d mportatons de D 1 -Q 1 à D 2 -Q 2. La redstrbuton des revenus L nstauraton du tarf modfe la redstrbuton des revenus, et donc la répartton des surplus : elle apporte des recettes fscales supplémentares à l Etat et accrot les profts des frmes. Par contre, elle rédut le ben-être des consommateurs. Le surplus de l Etat Une premère conséquence du tarf est l obtenton par les pouvors publcs de recettes douanères nexstantes en lbre-échange. Ces recettes, d un montant total de T, sont données par le rectangle fhce (montant du tarf t (t= -p m ) multplé par les mportatons). La demande d mportatons réplque ce montant T par le rectangle jnom. La protecton tarfare permet donc aux pouvors publcs d accroître leurs rentrées fscales, donc leur surplus. Ce produt fscal peut ensute être reversé aux ménages ou aux entreprses, de ce secteur ou d'un autre, sous forme de subventons (à la producton ou à l'exportaton s le secteur bénéfcare est exportateur). Le surplus des producteurs L nstauraton du tarf permet aux producteurs locaux de produre plus et de vendre à un prx plus élevé. Il n est donc pas étonnant que leurs profts augmentent. La fgure de gauche montre qu en stuaton de lbre-échange, le proft global des producteurs correspond au trangle ap m g. En stuaton de protecton, l devent le trangle a h, d une surface supéreure. Le surplus des consommateurs Une dernère grande conséquence est la réducton du surplus des consommateurs. En lbreéchange, le prx p m garantt aux consommateurs un surplus correspondant au trangle p m bd. L nstauraton du tarf le rédut à la surface bc. Le ben-être Les pouvors publcs et les entreprses amélorent leurs surplus ; par contre les consommateurs subssent une dégradaton. Le résultat net de la protecton tarfare est-l un gan ou une perte? On REI 421.doc Page 2 sur 8

3 vérfe graphquement qu l y a perte sèche. La protecton dégrade donc le ben-être collectf. Le tableau 1 suvant présente le blan des gans et des pertes pour chaque catégore d agents et pour la collectvté. Tableau 1 : Gans et pertes de la protecton tarfare Lbre-échange Protecton tarfare Gan sou pertes Etat fhce +fhce=+jnom * Entreprses ap m g a h +p m hg Consommateurs p m bd bc -p m cd Total collectvté abdg abch -(ghf+ecd)=-mol * * fgure de drote La perte sèche correspond à la surface addtonnée des deux trangles ghf et ecd. On désgne ghf comme la perte sèche du côté des producteurs et ecd comme la perte sèche du côté des consommateurs. La demande d mportatons fgure la perte sèche par le trangle mol, dont la surface correspond à la surface addtonnée de ghf et ecd. L nfluence des facteurs économques L nstauraton d un tarf douaner se révèle néfaste pour la collectvté. Cependant pluseurs éléments ntervennent pour modérer ou aggraver la perte sèche : le degré d élastcté-prx de la demande d'mportatons et l exstence ou l absence de mouvements nternatonaux des captaux. L élastcté-prx de la demande d mportatons L'élastcté de la demande d'mportatons mesure sa sensblté aux varatons du prx. Elle dépend à la fos des élastctés de l'offre et de la demande domestques. On vérfe c que l'nstauraton d'un tarf douaner engendre une perte relatve de ben-être d'autant plus forte que la demande d'mportatons est élastque. Quelques précsons sur les courbes La fgure 2 reprend la présentaton de l mpact du tarf douaner avec quelques modfcatons : Offre 1 et 1 correspondent aux courbes d offre et de demande précédentes ; Offre 2 et 2 sont respectvement une offre et une demande plus élastques au prx. On envsage deux possbltés dfférentes : dans la premère, la demande domestque est toujours 1 mas l offre devent Offre 2 pour tout prx supéreur au prx mondal ; dans la seconde, l offre domestque est toujours Offre 1 mas la demande devent 2 pour tout prx supéreur au prx mondal. Dans l un ou l autre cas, on obtent la même courbe de demande d mportatons, d mport 2. Cette nouvelle demande d mportatons présente une élastcté-prx plus forte que la précédente, car s la demande d mportatons est la même au prx mondal, toute hausse du prx domestque au dessus du prx mondal provoque une basse plus rapde des mportatons 1. 1 Rappelons qu une demande lnéare a une élastcté-prx varable, c est-à-dre une élastcté qu prend des valeurs dfférentes selon le nveau de la demande. Mas entre deux demandes lnéares, c est toujours celle dont la pente est la plus fable qu dspose de l élastcté la plus forte. REI 421.doc Page 3 sur 8

4 Fgure 2 : L nfluence de la demande d mportatons sur la protecton tarfare b Offre 1 1 p a 2 h c Offre 2 n k d'mport 2 d'mport 1 o p m g f e d j m l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 2 D 1 Q 1 Elastcté et perte sèche On peut donc mantenant observer et comparer deux stuatons dfférentes. La premère donne la d mport 1 et la seconde, la d mport 2. En stuaton de lbre-échange, les deux donnent le même surplus collectf, à savor la surface abd. Ce n est plus le cas quand on applque un tarf douaner qu hausse le prx domestque à. Le graphque de drote montre que la stuaton deux aboutt à une perte sèche, sgnalée par le trangle jnl, d une surface plus grande que mol. Ic, le tarf douaner se révèle même prohbtf pusque toute mportaton cesse. Mas cette stuaton lmte n entâche pas la généralté du rasonnement. On pourrat vérfer que pour toutes les stuatons ntermédares de protecton, avec un prx local comprs entre p m et, la demande d mportatons la plus élastque entraîne nvarablement une perte plus forte de surplus collectf, mesurée en % du surplus ntal de lbre-échange. Les mouvements nternatonaux des captaux Jusqu'à présent, l'nfluence de la protecton tarfare sur le ben-être n'a été envsagée que dans le contexte d'un monde sans moblté nternatonale des captaux. Or, en présence d'une telle moblté, l'mpact négatf d'une protecton tarfare est accru. La courbe d offre en présence d d'nvestssements drects étrangers (IDE) La fgure 3 présente les effets de la protecton tarfare en présence d IDE. La même hausse du prx ntéreur que précédemment attre mantenant les frmes étrangères, qu décdent de produre sur place. L'nvestssement drect permet à ces producteurs de contourner le tarf protecteur et d'évter des pertes de recettes ; c'est l'argument du «tarff-jumpng». L'offre locale (frmes locales et flales de frmes étrangères confondues) s'accroît davantage qu'en l'absence d'nvestssements drects dès que le prx local est supéreur au prx mondal ; elle est mantenant donnée par la drote brsée ags. Le fat que la nouvelle offre est mons pentue sgnfe que les socétés étrangères sont plus effcaces en termes de producton. IDE et perte sèche On note mmédatement que l'entrée des frmes étrangères rédut davantage les mportatons pusque l'offre locale s'est accrue, passant de Q 2 à Q 3 ; les mportatons ne sont plus mantenant que de REI 421.doc Page 4 sur 8

5 D 2 -Q 3 Par rapport à la stuaton sans IDE, la recette tarfare dmnue donc et est donnée par le rectangle qpce, Les surplus des consommateurs et des producteurs locaux ne changent pas. Le surplus des frmes étrangères est donné par le trangle ghp. Cependant, même s l est rénvest sur place, donc comptablsé dans le surplus, l ne compense pas la perte des recettes douanères. L nvestssement drect étranger a donc accentué la dégradaton du surplus collectf. Sur la fgure de drote, la perte sèche sans IDE est donnée par le trangle mol, et avec IDE, par le trangle rql. Ce résultat ne dot d alleurs pas nous surprendre pusque la demande d'mportatons est transformée par l'entrée des frmes étrangères qu la rende mons pentue, donc plus élastque au prx, sgne d une perte sèche plus mportante. Fgure 3 : L nfluence des IDE sur la protecton tarfare b Offre locale h s p Offre locale +IDE c k n q o p m g f q e d j r IDE m l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 3 D 2 Q 2 D 1 Q 1 IDE et lbéralsaton des échanges Fnalement, les nvestssements drects augmentent la perte sèche de l'économe parce que l'entrée des frmes étrangères rédut davantage les mportatons ; ce qu a pour conséquence de dmnuer les recettes tarfares de l'etat et de développer davantage sur place une producton neffcace. Ce résultat est connu sous le nom de théorème de Jones 2. Il démontre qu'une lbéralsaton des échanges dot suvre un calendrer précs : l est souvent préférable de lbéralser les mouvements de marchandses avant de lbéralser les mouvements des captaux. Il suggère également qu'nstaurer d'une protecton tarfare est certanement plus coûteux lorsqu'l y a une lbre crculaton nternatonale des captaux. Les coûts économques d'un drot de douane Nous savons mantenant que le tarf douaner dégrade le ben-être collectf et que certanes condtons économques peuvent favorser cette dégradaton. Cependant, deux questons restent encore en suspens. La premère est l estmaton de la perte sèche par rapport au PIB. S la protecton est un «poson», est-ce une drogue douce ou forte? La seconde est l adéquaton de l outl par rapport au but. Même s l a un coût, le tarf douaner n est-l pas encore la «mons mauvase méthode» pour soutenr des secteurs en dffcultés? 2 Jones R. W., 1984, Protecton and the harmful effects of endogeneous captal flows, Economcs Letters, 15. Pour plus de détals, cf. Messerln P., 1998, Commerce nternatonal, Pars, PUF, p Et Bouët A., 1998, Le protectonnsme : analyse économque, Pars, Vubert, p REI 421.doc Page 5 sur 8

6 Les estmatons en termes de PIB et de crossance du PIB On peut présenter une estmaton de l mpact d une poltque tarfare sur le ben-être grâce à une analyse en équlbre partel, dentque à la présentaton graphque qu vent d être donnée. On rasonne donc sur la base d une demande d mportatons qu est une drote. La formulaton S l on note dw / la varaton de ben-être du marché étudé en % du PIB, on vérfe que : (4.1) dw dw dw dw = 1 2.d. dm = d. = 1 2. d.m = r 2.o.ε > 0 s d..m. dm. p d M. dm. M d. d < 0 (basse du tarf protecteur) = 1 2.r 2.o.ε < 0 s d > 0 (hausse du tarf protecteur) r représente la proporton dans laquelle l'nstauraton ou la suppresson de la protecton fat hausser ou basser le prx domestque, par rapport au prx de lbre-échange. o représente la fracton ntale du PIB dépensée en mportatons par le marché ; ε est la valeur absolue de l'élastcté-prx de la demande d'mportatons 3. Evdemment, dw est postf ou négatf selon que r est postf (abassement des tarfs) ou négatf. L équaton (4.1) llustre ben que le coût de la protecton est une foncton crossante de l élastctéprx de la demande d mportatons. De plus, on constate que ce coût est une foncton convexe en r, et donc que les pertes de ben-être augmentent plus que proportonnellement par rapport au tarf. S la protecton porte sur n marchés, une approxmaton de la perte globale de ben-être engendrée par la protecton est donnée par : (4.2) dw = dw = 1 n 2. r2.o.ε =1 Les varatons des prx sont une foncton quadratque. Par conséquent, 4.2 nous ensegne que le coût de la protecton augmente avec la varance des tarfs entre les secteurs. L'mpact négatf global de la protecton tarfare dépend auss de la pérode de temps consdérée, car on estme généralement que la demande d'mportaton est plus élastque sur le long terme que sur le court terme. Un exemple numérque Les ordres de grandeur mplqués par l équaton 4.2 restent relatvement fables. Imagnons, à ttre d exemple, qu un pays mporte l'équvalent de 20% de son PIB et nstaure des drots de douane de 33% sur tous les produts mportés. S l'élastcté-prx moyenne des demandes d'mportatons est à court terme de 2 et à long terme de 6, alors l subt une perte de -(0,5).(0,33) 2.(0,2).(2)=-0,02178, sot 2,17% du PIB sur la courte pérode et 6,53% sur la longue pérode. Inversement, une suppresson de ces drots douane de 33% ferat gagner au pays (0,5).(0,25) 2.(0,2).(2)=0,0125, sot 1,25% de PIB sur la courte pérode et 3,75% sur la longue pérode. La dsperson des tarfs joue également un rôle. Un tarf moyen peut cacher des dspartés de tarfs parfos fortes qu nusent davantage au ben-être. Les études emprques confrment que la suppresson complète de tous les tarfs douaners sur les bens manufacturés fat croître à court terme le PIB dans des proportons varant entre 0,1 et 2% selon les pays. Les autres conséquences bénéfques de l'abassement de la protecton douanère (comme les 3 Cf. Mucchell J.-L, 1997, Econome nternatonale, Pars, Dalloz, p REI 421.doc Page 6 sur 8

7 nctatons plus forte à nnover et à accroître la productvté) sont plus dffcle à cerner, dans la mesure où leurs effets sont plus dffus et ne se manfestent qu'au bout d'un laps de temps assez long. Notons pour termner que même s le montant en % du PIB d une lbéralsaton paraît assez fable, elle peut représenter tout de même un supplément de ponts de crossance non néglgeable pour une économe. Par exemple, une lbéralsaton tarfare qu s étend sur 5 ans et qu apporte 2% de gan de PIB engendre un supplément annuel moyen de crossance de 0,39% (100.1,02 (1/5) ). Etalée sur 10 ans, le supplément de crossance est encore de 0,16%. La protecton tarfare : un mondre mal? S en général la protecton tarfare est néfaste au ben-être collectf, alors pourquo l'utlser? L'argument fondamental utlsé pour justfer de dspostons protectonnstes est celu des échecs ou défallances des marchés. Le protectonsme serat une poltque ben adaptée pour résoudre les dysfonctonnements économques que l on estme provoqués par la concurrence nternatonale. Or, cette croyance est nfondée ; en réalté le tarf se révèle être mal adapté à cet usage. L'argument des défallances des marchés La concurrence nternatonale pousse les économes à se spécalser dans les productons pour lesquelles elles dsposent d'un avantage comparatf. Mas l exstence de rgdtés sur le marché des facteurs peut entraver cette mutaton et engendrer chômage et gaspllage des ressources. La protecton serat alors un moyen commode pour étaler l'adaptaton dans le temps et lmter les déséqulbres. L'argument des défallances des marchés est un cas partculer de la théore des dstorsons 4. Cette dernère cherche à comparer les coûts de dfférentes mesures de poltque économque destnées à réalser le même objectf ; par exemple, garantr un nveau de producton mnmale des ndustres concurrentes des mportatons pour évter le chômage. Il s'agt donc de savor quelles mesures corrgent les dstorsons à mondre coût. La prncpale leçon de la théore des dstorsons est de montrer que la melleure poltque est toujours celle capable de rectfer à la source la dstorson et d'évter ans les effets ndrects ndésrables. Poltque ndustrelle vs poltque commercale Prenons un exemple smple : pour des rasons dverses - rsques de chômage, volonté de conserver une certane ndépendance natonale - les pouvors publcs d'un pett pays veulent évter une trop forte dmnuton de la producton d'une ndustre concurrencée par les mportatons. Leur objectf est donc de mantenr la producton locale à un certan nveau, supéreur à celu du lbre-échange. Admettons qu'ls aent le chox entre deux poltques dfférentes : ou nstaurer un drot de douane, ou accorder à l'ndustre une subventon à la producton. Le drot de douane comme la subventon sont calculés de façon à permettre à l'ndustre d'attendre le nveau de producton souhaté. Cependant, même s les deux nstruments attegnent le même but, ls lle font de manère dfférente, et avec un coût dfférent, comme l'llustre la fgure 4. 4 Des présentaton de la lbéralsaton des échanges en présence de dstorsons sur les marché sont données par Krugman et Obstfeld, 1995, p ; cf auss P. Messerln, 1998, p REI 421.doc Page 7 sur 8

8 Fgure 4 : les coûts comparés de la subventon et du tarf b Offre Offre subventonnée p a k demande d mportatons p m S g h f j o m l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 2 D 1 Q 2 D 1 Q 1 Le but est de fare passer la producton locale de Q 1 à Q 2. Avec le drot de douane, les producteurs locaux sont nctés à produre davantage à cause de la hausse du prx sur le marché local. Les conséquences, pour les consommateurs et le ben-être collectf, sont donc celles qu sont décrtes précédemment. Avec la subventon à la producton, les producteurs sont nctés à produre plus du fat de l'abassement artfcel de leur coût margnal de producton. Pour chaque unté produte, ls reçovent une subventon, sot un montant total de S=s.Q 2 ndqué par le rectangle p m hf. Mas le prx du marché reste le prx mondal P m. La subventon reste coûteuse car elle dot être fnancée par les consommateurs. Cependant, la perte sèche demeure nféreure à celle engendrée par le tarf douaner : une parte de la subventon est récupérée par les producteurs, sous la forme de profts addtonnels : c est la surface p m hg ; seule le trangle ghf est perdu pour la collectvté. L'autre avantage de la subventon est qu'elle affablt mons la concurrence que le tarf douaner, car la poltque de subventon rédut mons la demande d mportatons (D 1 -Q 2 > D 2 -Q 2 ), pusqu elle n affecte pas la demande. La protecton tarfare est coûteuse mas ndolore La subventon est mons coûteuse ; elle réalse une correcton à la source, sans les effets ndrects ndésrables du tarf douaner. L utlsaton d une protecton tarfare ne s'explque alors que par sa faclté de mse en place et par son absence d'effet sur le budget gouvernemental : une subventon à la producton, ou tout autre poltque de redstrbuton, nécesste des prélèvements fscaux supplémentares, toujours mpopulares ; les protectons tarfares, non seulement ne coûtent ren au budget, mas rapportent des recettes fscales, comme toutes les formes de taxaton ndrecte. La supérorté de la subventon à la producton sur le tarf douaner état prévsble. En effet, l est facle de vor graphquement qu un drot de douane au taux t équvaut à applquer smultanément une subventon à la producton et une taxe à la consommaton sur le même ben et au même taux. REI 421.doc Page 8 sur 8

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES 87 Quels sont les facteurs qu nfluencent la combnason et qu nctent le tourste à modfer pett à pett, le mx de dstance et de temps dans la combnason?

Plus en détail

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE.

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE. La Contrbuton du Captal Publc à la Productvté des Facteurs Prvés : une Estmaton sur Panel Sectorel pour Dx Pays de l OCDE. Chrstophe Hurln * Ma 1999 Introducton Les économstes ont proposé dverses explcatons

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L.

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L. se 2004 ÉTUD XPÉIMNTL D'UN BOBIN (6 ponts) 1.5. On néglge dans la sute le terme fasant ntervenr r dans l'expresson de u L ans que les arronds des crêtes de l'ntensté. 1 - Détermnaton expérmentale de l'nductance

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

La mesure des avantages comparatifs révélés

La mesure des avantages comparatifs révélés La mesure des avantages comparatfs révélés Introducton L'observaton drecte des avantages comparatfs est mpossble, pusque ceux-c sont ms en évdence dans une stuaton purement théorque (absence d'échange

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

3) Calculer le pourcentage de personnes ayant entre 30 et 50 ans.

3) Calculer le pourcentage de personnes ayant entre 30 et 50 ans. http://maths-scences.fr EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un concessonnare automoble étude l âge des acheteurs de votures de son garage. Deux documents ncomplets (un tableau et un hstogramme) rendent

Plus en détail

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Performance Energétque des âtments > pour archtectes et bureaux d études PE: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Annexes au VADE-MECUM PE Verson jun 2008 Plus d nfos : www.bruxellesenvronnement.be > professonnels

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

L'affichage des pages

L'affichage des pages L'affchage des pages des pages L'affchage des pages dans les navgateurs 51 Tester la page dans un navgateur Avec Dreamweaver vous travallez dans un envronnement graphque : vous voyez à l'écran ce que vous

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique Floréa Sant-Esprt Etablssement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résdence Floréa St Esprt - Martnque 40 lts Une opératon mmoblère sécursée & pérenne > Se consttuer un patrmone mmobler

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

ETUDE DU VIRAGE : LA BILLE!

ETUDE DU VIRAGE : LA BILLE! ETUDE DU VIAGE : LA BILLE! La blle donne la même ndcaton que celle d'un pendule accroché c par commodté à l'extrémté du vecteur "". Cet nstrument a pour but de rensegner le plote sur la symétre du vol

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE

PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE DIRECTION DE LA PRÉVISION PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE Jean-Phlppe COTIS, Jean-Marc GERMAIN, Alan QUINET Document de traval N 96-2 PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE A TERME. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE A TERME. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LE DETERMINANT DU TAUX DE CHANGE A TERME 1 UD/EUR Comptant UD 1 = EUR 1,1300 Terme 3 mos UD 1 = EUR 1,1351 UD/CHF Comptant UD 1 = CHF 1,4167 Terme 3 mos UD 1 = CHF 1,4039 2 ecton 1. La théore de la parté

Plus en détail

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005)

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005) EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un commerçant effectue des lvrasons de fuel pour les chaudères. La répartton des volumes dstrbués à chaque lvrason s effectue selon le tableau suvant : Volumes

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Méthodes en Sciences-Physiques. Programme de Première S.

Méthodes en Sciences-Physiques. Programme de Première S. Méthodes en Scences-Physques. Programme de Premère S. Comment réalser et utlser les tableaux d avancement en Premère S Équaton de la réacton 3Ag + aq + AsO 3 4 aq Ag 3 AsO 4 s quanttés de matère en mol

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h Unversté de Caen Année unverstare 2004/2005 Faculté de Scences Economques Sesson de septembre 2005 et de Geston LICENCE 1 MACROECONOMIE DUREE : 2h Exercce 1 : Crcut économque (8 ponts) On consdère une

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance DIAL - Développement et nserton nternatonale DOCUMENT DE TRAVAIL DT/2000/08 L'mpact des nfrastructures publques sur la compéttvté et la crossance Une analyse en EGC applquée au Sénégal Jean-Chrstophe DUMONT

Plus en détail

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDMENTUX DE L RDM 1 OJET DE L RDM PRINCIPES DE L STTIQUE.1 Défnton de l équlbre statque.1.1 Epresson du torseur des actons, moment d une force.1. Sstèmes de forces dvers 3. Les

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Tableau croisé dynamique

Tableau croisé dynamique Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser, d explorer et de présenter des données de synthèse. S la

Plus en détail

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires Détecteur de fumée rado fumonc 3 rado net Informatons pour locatares et proprétares Félctatons! Des détecteurs de fumée ntellgents fumonc 3 rado net ont été nstallés dans votre appartement. Votre proprétare

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Groupe de Traval - Séance du 30 jun 2010-15 h «Effets des réformes récentes sur les comportements de départ à la retrate» Document N 14 Document de traval, n engage

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Marjore MAZARS Phlppe MOATI Laurent POUQUET CAHIER DE RECHERCHE

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL \

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL \ BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL \ B.P. 6009-4508 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.BO.O TAXE PARAFISCALE SUR LES GRANULATS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'AGRICULTURE

Plus en détail

Ch.5. Le modèle d évaluation par arbitrage et les modèles multifactoriels

Ch.5. Le modèle d évaluation par arbitrage et les modèles multifactoriels Unversté ars-dauphne aster 4 Evaluaton d'actfs Ch.5. e modèle d évaluaton par arbtrage et les modèles multfactorels oton d arbtrage Théorème fondamental d évaluaton par arbtrage AT et modèles multfactorels

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

ANNEXE : Rappels sur les notions de dérivée et différentielle

ANNEXE : Rappels sur les notions de dérivée et différentielle NNEXE : Rappels sur les notons de dérvée et dfférentelle Pente d une drote Eamnons géométrquement les drotes dans le plan cartésen La prncpale caractérstque qu dstngue une drote d une autre est son nclnason,

Plus en détail

Méthode de Vogel Modifiée pour la résolution du problème de transport simple

Méthode de Vogel Modifiée pour la résolution du problème de transport simple Appled Mathematcal Scences, Vol. 5, 2011, no. 48, 2373-2388 Méthode de Vogel Modfée pour la résoluton du problème de transport smple Salmata G. Dagne Département de Mathématques Unversté Chekh Anta Dop,

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7 Premère parte Proportonnalté 1 Reconnaître des stuatons de proportonnalté....... 7 2 Trater des stuatons de proportonnalté en utlsant un rapport de lnéarté........................ 8 3 Trater des stuatons

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine Le calcul de la valeur statstque d une ve humane Georges Donne Martn Lebeau Novembre 2010 CIRRELT-2010-48 Bureaux de Montréal : Bureaux de Québec : Unversté de Montréal Unversté Laval C.P. 6128, succ.

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes versons d Excel),

Plus en détail

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Phlppe MOATI Anne

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRAIQUE E POPULAIRE MINISERE DE L'ENSEIGNEMEN SUPERIEUR E DE LA RECHERCHE SCIENIFIQUE UNIVERSIE MENOURI CONSANINE FACULE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPAREMEN DE GENIE-CLIMAIQUE

Plus en détail

12ème colloque de l'association de comptabilité nationale Paris, 4-6 juin 2008

12ème colloque de l'association de comptabilité nationale Paris, 4-6 juin 2008 12ème colloque de l'assocaton de comptablté natonale Pars, 4-6 jun 2008 Sesson n 1 Au-delà du PIB : à la recherche d ndcateurs synthétques la prse en compte du ben-être Mesurer le nveau de ve : revenu

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique

MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique Analyse fonctonnelle Chaptre S. Antone Tahan, ng. Ph.D. Département de géne mécanque Ma 009 Manuel : Métrologe MEC66 Auteur : Antone Tahan, ng., Ph.D. atahan@mec.etsmtl.ca ère édton : novembre 004 ème

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique LP 46 Applatons des los de l'optque géométrque à l'apparel photographque Introduton: Nous allons termner les leçons d'optque géométrque en étudant un apparel qu utlse les résultats de e domane de la physque,

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique 2 e BC 2 Energe potentelle électrque. Potentel électrque 12 Chaptre 2 : Energe potentelle électrque. Potentel électrque 1. Traval de la orce électrque a) Expresson mathématque dans le cas du déplacement

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail