Le fondement analytique : le tarif douanier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier"

Transcription

1 Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant des barrères douanères. L étude de l mpact économque de la protecton tarfare en concurrence pure et parfate consttue la base de l analyse économque du protectonsme. L exposé graphque de l étude du tarf douaner La fgure 1 résume les dfférents effets d'un drot de douane sur le prx, les quanttés, et le ben-être collectf d un marché mportateur. Le marché est supposé «pett» : l ne peut donc pas nfluencer le prx mondal. Le graphque de gauche permet d estmer les effets de la protecton douanère sur la redstrbuton des revenus au moyen de l'offre et de la demande domestques ; celu de drote permet d'apprécer l nfluence de la poltque tarfare sur le ben-être de la collectvté à l'ade de la demande d'mportatons extrapolée des courbes d offre et de demande domestques. Fgure 1 : Les effets du du tarf douner b Offre p a k demande d mportatons p m g h W p f T c e W C d n j T o m W l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 2 D 1 Q 1 Quelques précsons sur les courbes L offre et la demande domestques Le graphque de gauche offre une présentaton classque d un marché mportateur. En l absence d mportatons, l équlbre du marché local serat réalsé au prx p a, prx qu égalse l offre et la demande domestques. Cependant, le prx mondal p m est nféreur à ce prx autarcque. Il est donc ntéressant pour la collectvté d mporter pusqu elle peut se procurer à l étranger le même produt à un coût mondre. Au prx mondal, les producteurs locaux n offrent plus que Q 1 alors que les ménages réclament une quantté supéreure, D 1. L offre étrangère palle donc à la défallance des producteurs locaux et l excès de demande, D 1 -Q 1, correspond aux mportatons nécessares pour assurer l équlbre offre-demande. REI 421.doc Page 1 sur 8

2 La demande d mportatons La courbe de demande d mportatons fat correspondre les mportatons avec le prx sur le marché domestque. S ce prx est le prx autarcque p a, alors, l offre et la demande locales s égalsent sans nécesster d mportatons : la demande d mportatons est donc nulle. A mesure que le prx basse, la demande d mportatons augmente. Elle est maxmale lorsque le prx local est égal au prx mondal p m. La demande d mportatons permet d apprécer le gan de surplus collectf obtenu par l ouverture du marché aux mportatons. Observons le graphque de gauche : au prx p a, le surplus collectf autarcque est le trangle ba, somme du surplus des consommateurs (surface bp a ) et des profts des producteurs (surface p a a) ; au prx p m, le surplus collectf de lbre-échange est la surface abdg. La dfférence entre les deux surplus est le trangle gd : par constructon, la courbe de demande d mportatons réplque cette surface avec le trangle jkl. C est le gan de ben-être apporté à ce marché par le passage de l autarce au lbre-échange. Les conséquences d un drot de douane Le drot de douane engendre pour le pays mportateur deux effets dstncts : une modfcaton des quanttés offertes et demandées, qu aboutt à une réducton des mportatons, et une altératon dans la redstrbuton des revenus. Ces effets ne sont évdemment pas sans conséquences sur le ben-être. Les modfcatons des quanttés offertes et demandées L'nstauraton du tarf fat que le prx local devent supéreur au prx mondal (passage de p m à ). Cette hausse ncte les producteurs à accroître leur offre, qu passe de Q 1 à Q 2. Généralement, lsur le long terme la producton est accrue en détournant des ressources productves d'autres actvtés économques. Par contre, la hausse du prx rédut la consommaton, qu passe de D 1 à D 2. Les mportatons dmnuent donc, ce qu se tradut sur la fgure de drote par la réducton de la demande d mportatons de D 1 -Q 1 à D 2 -Q 2. La redstrbuton des revenus L nstauraton du tarf modfe la redstrbuton des revenus, et donc la répartton des surplus : elle apporte des recettes fscales supplémentares à l Etat et accrot les profts des frmes. Par contre, elle rédut le ben-être des consommateurs. Le surplus de l Etat Une premère conséquence du tarf est l obtenton par les pouvors publcs de recettes douanères nexstantes en lbre-échange. Ces recettes, d un montant total de T, sont données par le rectangle fhce (montant du tarf t (t= -p m ) multplé par les mportatons). La demande d mportatons réplque ce montant T par le rectangle jnom. La protecton tarfare permet donc aux pouvors publcs d accroître leurs rentrées fscales, donc leur surplus. Ce produt fscal peut ensute être reversé aux ménages ou aux entreprses, de ce secteur ou d'un autre, sous forme de subventons (à la producton ou à l'exportaton s le secteur bénéfcare est exportateur). Le surplus des producteurs L nstauraton du tarf permet aux producteurs locaux de produre plus et de vendre à un prx plus élevé. Il n est donc pas étonnant que leurs profts augmentent. La fgure de gauche montre qu en stuaton de lbre-échange, le proft global des producteurs correspond au trangle ap m g. En stuaton de protecton, l devent le trangle a h, d une surface supéreure. Le surplus des consommateurs Une dernère grande conséquence est la réducton du surplus des consommateurs. En lbreéchange, le prx p m garantt aux consommateurs un surplus correspondant au trangle p m bd. L nstauraton du tarf le rédut à la surface bc. Le ben-être Les pouvors publcs et les entreprses amélorent leurs surplus ; par contre les consommateurs subssent une dégradaton. Le résultat net de la protecton tarfare est-l un gan ou une perte? On REI 421.doc Page 2 sur 8

3 vérfe graphquement qu l y a perte sèche. La protecton dégrade donc le ben-être collectf. Le tableau 1 suvant présente le blan des gans et des pertes pour chaque catégore d agents et pour la collectvté. Tableau 1 : Gans et pertes de la protecton tarfare Lbre-échange Protecton tarfare Gan sou pertes Etat fhce +fhce=+jnom * Entreprses ap m g a h +p m hg Consommateurs p m bd bc -p m cd Total collectvté abdg abch -(ghf+ecd)=-mol * * fgure de drote La perte sèche correspond à la surface addtonnée des deux trangles ghf et ecd. On désgne ghf comme la perte sèche du côté des producteurs et ecd comme la perte sèche du côté des consommateurs. La demande d mportatons fgure la perte sèche par le trangle mol, dont la surface correspond à la surface addtonnée de ghf et ecd. L nfluence des facteurs économques L nstauraton d un tarf douaner se révèle néfaste pour la collectvté. Cependant pluseurs éléments ntervennent pour modérer ou aggraver la perte sèche : le degré d élastcté-prx de la demande d'mportatons et l exstence ou l absence de mouvements nternatonaux des captaux. L élastcté-prx de la demande d mportatons L'élastcté de la demande d'mportatons mesure sa sensblté aux varatons du prx. Elle dépend à la fos des élastctés de l'offre et de la demande domestques. On vérfe c que l'nstauraton d'un tarf douaner engendre une perte relatve de ben-être d'autant plus forte que la demande d'mportatons est élastque. Quelques précsons sur les courbes La fgure 2 reprend la présentaton de l mpact du tarf douaner avec quelques modfcatons : Offre 1 et 1 correspondent aux courbes d offre et de demande précédentes ; Offre 2 et 2 sont respectvement une offre et une demande plus élastques au prx. On envsage deux possbltés dfférentes : dans la premère, la demande domestque est toujours 1 mas l offre devent Offre 2 pour tout prx supéreur au prx mondal ; dans la seconde, l offre domestque est toujours Offre 1 mas la demande devent 2 pour tout prx supéreur au prx mondal. Dans l un ou l autre cas, on obtent la même courbe de demande d mportatons, d mport 2. Cette nouvelle demande d mportatons présente une élastcté-prx plus forte que la précédente, car s la demande d mportatons est la même au prx mondal, toute hausse du prx domestque au dessus du prx mondal provoque une basse plus rapde des mportatons 1. 1 Rappelons qu une demande lnéare a une élastcté-prx varable, c est-à-dre une élastcté qu prend des valeurs dfférentes selon le nveau de la demande. Mas entre deux demandes lnéares, c est toujours celle dont la pente est la plus fable qu dspose de l élastcté la plus forte. REI 421.doc Page 3 sur 8

4 Fgure 2 : L nfluence de la demande d mportatons sur la protecton tarfare b Offre 1 1 p a 2 h c Offre 2 n k d'mport 2 d'mport 1 o p m g f e d j m l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 2 D 1 Q 1 Elastcté et perte sèche On peut donc mantenant observer et comparer deux stuatons dfférentes. La premère donne la d mport 1 et la seconde, la d mport 2. En stuaton de lbre-échange, les deux donnent le même surplus collectf, à savor la surface abd. Ce n est plus le cas quand on applque un tarf douaner qu hausse le prx domestque à. Le graphque de drote montre que la stuaton deux aboutt à une perte sèche, sgnalée par le trangle jnl, d une surface plus grande que mol. Ic, le tarf douaner se révèle même prohbtf pusque toute mportaton cesse. Mas cette stuaton lmte n entâche pas la généralté du rasonnement. On pourrat vérfer que pour toutes les stuatons ntermédares de protecton, avec un prx local comprs entre p m et, la demande d mportatons la plus élastque entraîne nvarablement une perte plus forte de surplus collectf, mesurée en % du surplus ntal de lbre-échange. Les mouvements nternatonaux des captaux Jusqu'à présent, l'nfluence de la protecton tarfare sur le ben-être n'a été envsagée que dans le contexte d'un monde sans moblté nternatonale des captaux. Or, en présence d'une telle moblté, l'mpact négatf d'une protecton tarfare est accru. La courbe d offre en présence d d'nvestssements drects étrangers (IDE) La fgure 3 présente les effets de la protecton tarfare en présence d IDE. La même hausse du prx ntéreur que précédemment attre mantenant les frmes étrangères, qu décdent de produre sur place. L'nvestssement drect permet à ces producteurs de contourner le tarf protecteur et d'évter des pertes de recettes ; c'est l'argument du «tarff-jumpng». L'offre locale (frmes locales et flales de frmes étrangères confondues) s'accroît davantage qu'en l'absence d'nvestssements drects dès que le prx local est supéreur au prx mondal ; elle est mantenant donnée par la drote brsée ags. Le fat que la nouvelle offre est mons pentue sgnfe que les socétés étrangères sont plus effcaces en termes de producton. IDE et perte sèche On note mmédatement que l'entrée des frmes étrangères rédut davantage les mportatons pusque l'offre locale s'est accrue, passant de Q 2 à Q 3 ; les mportatons ne sont plus mantenant que de REI 421.doc Page 4 sur 8

5 D 2 -Q 3 Par rapport à la stuaton sans IDE, la recette tarfare dmnue donc et est donnée par le rectangle qpce, Les surplus des consommateurs et des producteurs locaux ne changent pas. Le surplus des frmes étrangères est donné par le trangle ghp. Cependant, même s l est rénvest sur place, donc comptablsé dans le surplus, l ne compense pas la perte des recettes douanères. L nvestssement drect étranger a donc accentué la dégradaton du surplus collectf. Sur la fgure de drote, la perte sèche sans IDE est donnée par le trangle mol, et avec IDE, par le trangle rql. Ce résultat ne dot d alleurs pas nous surprendre pusque la demande d'mportatons est transformée par l'entrée des frmes étrangères qu la rende mons pentue, donc plus élastque au prx, sgne d une perte sèche plus mportante. Fgure 3 : L nfluence des IDE sur la protecton tarfare b Offre locale h s p Offre locale +IDE c k n q o p m g f q e d j r IDE m l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 3 D 2 Q 2 D 1 Q 1 IDE et lbéralsaton des échanges Fnalement, les nvestssements drects augmentent la perte sèche de l'économe parce que l'entrée des frmes étrangères rédut davantage les mportatons ; ce qu a pour conséquence de dmnuer les recettes tarfares de l'etat et de développer davantage sur place une producton neffcace. Ce résultat est connu sous le nom de théorème de Jones 2. Il démontre qu'une lbéralsaton des échanges dot suvre un calendrer précs : l est souvent préférable de lbéralser les mouvements de marchandses avant de lbéralser les mouvements des captaux. Il suggère également qu'nstaurer d'une protecton tarfare est certanement plus coûteux lorsqu'l y a une lbre crculaton nternatonale des captaux. Les coûts économques d'un drot de douane Nous savons mantenant que le tarf douaner dégrade le ben-être collectf et que certanes condtons économques peuvent favorser cette dégradaton. Cependant, deux questons restent encore en suspens. La premère est l estmaton de la perte sèche par rapport au PIB. S la protecton est un «poson», est-ce une drogue douce ou forte? La seconde est l adéquaton de l outl par rapport au but. Même s l a un coût, le tarf douaner n est-l pas encore la «mons mauvase méthode» pour soutenr des secteurs en dffcultés? 2 Jones R. W., 1984, Protecton and the harmful effects of endogeneous captal flows, Economcs Letters, 15. Pour plus de détals, cf. Messerln P., 1998, Commerce nternatonal, Pars, PUF, p Et Bouët A., 1998, Le protectonnsme : analyse économque, Pars, Vubert, p REI 421.doc Page 5 sur 8

6 Les estmatons en termes de PIB et de crossance du PIB On peut présenter une estmaton de l mpact d une poltque tarfare sur le ben-être grâce à une analyse en équlbre partel, dentque à la présentaton graphque qu vent d être donnée. On rasonne donc sur la base d une demande d mportatons qu est une drote. La formulaton S l on note dw / la varaton de ben-être du marché étudé en % du PIB, on vérfe que : (4.1) dw dw dw dw = 1 2.d. dm = d. = 1 2. d.m = r 2.o.ε > 0 s d..m. dm. p d M. dm. M d. d < 0 (basse du tarf protecteur) = 1 2.r 2.o.ε < 0 s d > 0 (hausse du tarf protecteur) r représente la proporton dans laquelle l'nstauraton ou la suppresson de la protecton fat hausser ou basser le prx domestque, par rapport au prx de lbre-échange. o représente la fracton ntale du PIB dépensée en mportatons par le marché ; ε est la valeur absolue de l'élastcté-prx de la demande d'mportatons 3. Evdemment, dw est postf ou négatf selon que r est postf (abassement des tarfs) ou négatf. L équaton (4.1) llustre ben que le coût de la protecton est une foncton crossante de l élastctéprx de la demande d mportatons. De plus, on constate que ce coût est une foncton convexe en r, et donc que les pertes de ben-être augmentent plus que proportonnellement par rapport au tarf. S la protecton porte sur n marchés, une approxmaton de la perte globale de ben-être engendrée par la protecton est donnée par : (4.2) dw = dw = 1 n 2. r2.o.ε =1 Les varatons des prx sont une foncton quadratque. Par conséquent, 4.2 nous ensegne que le coût de la protecton augmente avec la varance des tarfs entre les secteurs. L'mpact négatf global de la protecton tarfare dépend auss de la pérode de temps consdérée, car on estme généralement que la demande d'mportaton est plus élastque sur le long terme que sur le court terme. Un exemple numérque Les ordres de grandeur mplqués par l équaton 4.2 restent relatvement fables. Imagnons, à ttre d exemple, qu un pays mporte l'équvalent de 20% de son PIB et nstaure des drots de douane de 33% sur tous les produts mportés. S l'élastcté-prx moyenne des demandes d'mportatons est à court terme de 2 et à long terme de 6, alors l subt une perte de -(0,5).(0,33) 2.(0,2).(2)=-0,02178, sot 2,17% du PIB sur la courte pérode et 6,53% sur la longue pérode. Inversement, une suppresson de ces drots douane de 33% ferat gagner au pays (0,5).(0,25) 2.(0,2).(2)=0,0125, sot 1,25% de PIB sur la courte pérode et 3,75% sur la longue pérode. La dsperson des tarfs joue également un rôle. Un tarf moyen peut cacher des dspartés de tarfs parfos fortes qu nusent davantage au ben-être. Les études emprques confrment que la suppresson complète de tous les tarfs douaners sur les bens manufacturés fat croître à court terme le PIB dans des proportons varant entre 0,1 et 2% selon les pays. Les autres conséquences bénéfques de l'abassement de la protecton douanère (comme les 3 Cf. Mucchell J.-L, 1997, Econome nternatonale, Pars, Dalloz, p REI 421.doc Page 6 sur 8

7 nctatons plus forte à nnover et à accroître la productvté) sont plus dffcle à cerner, dans la mesure où leurs effets sont plus dffus et ne se manfestent qu'au bout d'un laps de temps assez long. Notons pour termner que même s le montant en % du PIB d une lbéralsaton paraît assez fable, elle peut représenter tout de même un supplément de ponts de crossance non néglgeable pour une économe. Par exemple, une lbéralsaton tarfare qu s étend sur 5 ans et qu apporte 2% de gan de PIB engendre un supplément annuel moyen de crossance de 0,39% (100.1,02 (1/5) ). Etalée sur 10 ans, le supplément de crossance est encore de 0,16%. La protecton tarfare : un mondre mal? S en général la protecton tarfare est néfaste au ben-être collectf, alors pourquo l'utlser? L'argument fondamental utlsé pour justfer de dspostons protectonnstes est celu des échecs ou défallances des marchés. Le protectonsme serat une poltque ben adaptée pour résoudre les dysfonctonnements économques que l on estme provoqués par la concurrence nternatonale. Or, cette croyance est nfondée ; en réalté le tarf se révèle être mal adapté à cet usage. L'argument des défallances des marchés La concurrence nternatonale pousse les économes à se spécalser dans les productons pour lesquelles elles dsposent d'un avantage comparatf. Mas l exstence de rgdtés sur le marché des facteurs peut entraver cette mutaton et engendrer chômage et gaspllage des ressources. La protecton serat alors un moyen commode pour étaler l'adaptaton dans le temps et lmter les déséqulbres. L'argument des défallances des marchés est un cas partculer de la théore des dstorsons 4. Cette dernère cherche à comparer les coûts de dfférentes mesures de poltque économque destnées à réalser le même objectf ; par exemple, garantr un nveau de producton mnmale des ndustres concurrentes des mportatons pour évter le chômage. Il s'agt donc de savor quelles mesures corrgent les dstorsons à mondre coût. La prncpale leçon de la théore des dstorsons est de montrer que la melleure poltque est toujours celle capable de rectfer à la source la dstorson et d'évter ans les effets ndrects ndésrables. Poltque ndustrelle vs poltque commercale Prenons un exemple smple : pour des rasons dverses - rsques de chômage, volonté de conserver une certane ndépendance natonale - les pouvors publcs d'un pett pays veulent évter une trop forte dmnuton de la producton d'une ndustre concurrencée par les mportatons. Leur objectf est donc de mantenr la producton locale à un certan nveau, supéreur à celu du lbre-échange. Admettons qu'ls aent le chox entre deux poltques dfférentes : ou nstaurer un drot de douane, ou accorder à l'ndustre une subventon à la producton. Le drot de douane comme la subventon sont calculés de façon à permettre à l'ndustre d'attendre le nveau de producton souhaté. Cependant, même s les deux nstruments attegnent le même but, ls lle font de manère dfférente, et avec un coût dfférent, comme l'llustre la fgure 4. 4 Des présentaton de la lbéralsaton des échanges en présence de dstorsons sur les marché sont données par Krugman et Obstfeld, 1995, p ; cf auss P. Messerln, 1998, p REI 421.doc Page 7 sur 8

8 Fgure 4 : les coûts comparés de la subventon et du tarf b Offre Offre subventonnée p a k demande d mportatons p m S g h f j o m l a Quanttés Importatons Q 1 Q D 2 D 1 D 2 Q 2 D 1 Q 2 D 1 Q 1 Le but est de fare passer la producton locale de Q 1 à Q 2. Avec le drot de douane, les producteurs locaux sont nctés à produre davantage à cause de la hausse du prx sur le marché local. Les conséquences, pour les consommateurs et le ben-être collectf, sont donc celles qu sont décrtes précédemment. Avec la subventon à la producton, les producteurs sont nctés à produre plus du fat de l'abassement artfcel de leur coût margnal de producton. Pour chaque unté produte, ls reçovent une subventon, sot un montant total de S=s.Q 2 ndqué par le rectangle p m hf. Mas le prx du marché reste le prx mondal P m. La subventon reste coûteuse car elle dot être fnancée par les consommateurs. Cependant, la perte sèche demeure nféreure à celle engendrée par le tarf douaner : une parte de la subventon est récupérée par les producteurs, sous la forme de profts addtonnels : c est la surface p m hg ; seule le trangle ghf est perdu pour la collectvté. L'autre avantage de la subventon est qu'elle affablt mons la concurrence que le tarf douaner, car la poltque de subventon rédut mons la demande d mportatons (D 1 -Q 2 > D 2 -Q 2 ), pusqu elle n affecte pas la demande. La protecton tarfare est coûteuse mas ndolore La subventon est mons coûteuse ; elle réalse une correcton à la source, sans les effets ndrects ndésrables du tarf douaner. L utlsaton d une protecton tarfare ne s'explque alors que par sa faclté de mse en place et par son absence d'effet sur le budget gouvernemental : une subventon à la producton, ou tout autre poltque de redstrbuton, nécesste des prélèvements fscaux supplémentares, toujours mpopulares ; les protectons tarfares, non seulement ne coûtent ren au budget, mas rapportent des recettes fscales, comme toutes les formes de taxaton ndrecte. La supérorté de la subventon à la producton sur le tarf douaner état prévsble. En effet, l est facle de vor graphquement qu un drot de douane au taux t équvaut à applquer smultanément une subventon à la producton et une taxe à la consommaton sur le même ben et au même taux. REI 421.doc Page 8 sur 8

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

La mesure des avantages comparatifs révélés

La mesure des avantages comparatifs révélés La mesure des avantages comparatfs révélés Introducton L'observaton drecte des avantages comparatfs est mpossble, pusque ceux-c sont ms en évdence dans une stuaton purement théorque (absence d'échange

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance DIAL - Développement et nserton nternatonale DOCUMENT DE TRAVAIL DT/2000/08 L'mpact des nfrastructures publques sur la compéttvté et la crossance Une analyse en EGC applquée au Sénégal Jean-Chrstophe DUMONT

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Stratégie de change et attraction des investissements directs en. Méditerranée

Stratégie de change et attraction des investissements directs en. Méditerranée Stratége de change et attracton des nvestssements drects en Médterranée Agnès BENASSY-QUERE (*), Lonel FONTAGNE (**) et Amna LAHRECHE-REVIL (#) Premère verson : Avrl 2000 Deuxème verson : Janver 2001 Cette

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte rbtrage nflaton chômage et organsaton monétare optmale : une llustraton en économe ouverte Célne RRE RESUME : Dans le contexte d un modèle à deux pays symétrques, nous cherchons à reler la queston de la

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Intégration latérale dans le secteur de l'énergie

Intégration latérale dans le secteur de l'énergie Claude Crampes *, mars 2007 Intégraton latérale dans le secteur de l'énerge Résumé: En réacton aux pressons dvergentes des autortés européennes et des gouvernements natonaux, les entreprses du secteur

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Taxe sur la pollution, permis négociables, et arbitrages de long terme

Taxe sur la pollution, permis négociables, et arbitrages de long terme Taxe sur la polluton, perms négocables, et arbtrages de long terme André Grmaud 1 Mars 2001 1 GREMAQ, IDEI et LEERNA, Unversté de Toulouse I, 21 allée de Brenne, 31000 Toulouse, France. Table des matères

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Stratégies de financement des entreprises françaises : Une analyse empirique

Stratégies de financement des entreprises françaises : Une analyse empirique Sére Scentfque Scentfc Seres 99s-09 Stratéges de fnancement des entreprses françases : Une analyse emprque Cécle Carpenter, Jean-Marc Suret Montréal Mars 1999 CIRANO Le CIRANO est un organsme sans but

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios Un péage urban à Pars? Une évaluaton des effets dstrbutfs de quatre scénaros Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars 1 Jullet 2006 1 Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars, 60, boulevard

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Stratégie concurrentielle dans es industries de commodités

Stratégie concurrentielle dans es industries de commodités MANAGEMENT Page 1/5 PAR HERVE TANGUY [79] u Z (Y. o drecteur géneral delegue et fondateur d YKems es rsques fnancers pourraent ben être à la hauteur des espérances de rente future Stratége concurrentelle

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs?

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs? Ce mos-c on vous parle de Lo ALUR : Quelle ncdence pour les dagnostqueurs? Lo ALUR : quelle ncdence pour les dagnostqueurs? La lo ALUR (Accès au Logement et un Urbansme Rénové) a défntvement été adoptée

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

-7- Cest le plus petit élément du territoire. Elle figure sur le titre de propriété, identifiée par ':lnnuméro et rattachée à une section cadastrale.

-7- Cest le plus petit élément du territoire. Elle figure sur le titre de propriété, identifiée par ':lnnuméro et rattachée à une section cadastrale. -7- ""C, 7~~,VJ Il convent de dstnguer: LA PARCELLE " j 0 J J / CI Cest le plus pett élément du terrtore Elle fgure sur le ttre de proprété, dentfée par ':lnnuméro et rattachée à une secton cadastrale

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE. CARPORT AVEC COUVERTURE Polycarbonate CA6011 544 x 709 cm H273/261 cm

NOTICE DE MONTAGE. CARPORT AVEC COUVERTURE Polycarbonate CA6011 544 x 709 cm H273/261 cm CARPORT AVEC COUVERTURE Polycarbonate CA6011 544 709 cm H273/261 cm 1/ Introducton Le carport avec remse que vous avez acheté a été élaboré pour un usage domestque, destné, à l ecluson de toute affectaton

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Les collectors. Médaille Futuroscope - Arena fun Xperiences - 2016. Médaille Futuroscope - Aérobar - 2016

Les collectors. Médaille Futuroscope - Arena fun Xperiences - 2016. Médaille Futuroscope - Aérobar - 2016 Les collectors Médalle Futuroscope - Arena fun Xperences - 2016 Médalle Futuroscope - Aérobar - 2016 Médalle Futuroscope - Lapn Crétn Astronaute - 2015 Médalle Futuroscope - Lapn Crétn Inden- 2015 Médalle

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Document de traval ETUDES METHODES SYNTHESES D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Ste nternet : http://www.ecologe.gouv.fr

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Intermediate Exchange Rate Regimes in Emerging Economies: The Case of Morocco

Intermediate Exchange Rate Regimes in Emerging Economies: The Case of Morocco MPRA Munch Personal RePEc Archve Intermedate Exchange Rate Regmes n Emergng Economes: The Case of Morocco Jamal Bouoyour and Claude Emonnot and Serge Rey CATT Unversty of Pau January 2005 Onlne at http://mpra.ub.un-muenchen.de/30215/

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

Manufactured exports and business climate : case of the cfa franc zone

Manufactured exports and business climate : case of the cfa franc zone MPRA Munch Personal RePEc Archve Manufactured exports and busness clmate : case of the cfa franc zone Oscar Kukeu 11. July 2012 Onlne at http://mpra.ub.un-muenchen.de/40019/ MPRA Paper No. 40019, posted

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

/ -:::_,, r I '--~ - Commissaires sur quatorze, il est tres difficile de dire quelle

/ -:::_,, r I '--~ - Commissaires sur quatorze, il est tres difficile de dire quelle .! -Z- ----- /"),A {/\ /)0 ------ / -:::_,, r -- - 1.l-- ( \ / --? ---&---1-o M V L LAN r. " r.-., c...j.o-r..... J v p.(r.. 1[1- - Je remerce le Secretare General pour laccuel qul nous j(tf reserve ce

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Dans un mélange, tous les constituants ont le même statut thermodynamique.

Dans un mélange, tous les constituants ont le même statut thermodynamique. Mélanges et solutons I_ Défntons et composton. Défntons Dans un mélange, tous les consttuants ont le même statut thermodynamque. Lorsque dans un mélange solde ou lqude, un des consttuants, appelé solvant,

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail