ZAC METAIRIE COUËRON (44)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ZAC METAIRIE COUËRON (44)"

Transcription

1 ZAC METAIRIE COUËRON (44) CAHIER DES RECOMMANDATIONS ENERGETIQUES Nvembre 2014 Aménageur Urbaniste de la ZAC Bureau d études énergétique LOIRE OCEAN DEVELOPPEMENT, 1, Bd du Zénith ST HERBLAIN Cedex Cntact : M me Emmanuelle PATIN SCE, 5 avenue Augustin Luis-Cauchy NANTES Cntact : M me Agnès BONI SCE, 5 avenue Augustin Luis-Cauchy NANTES Cntact : M r Antine GEFFROY

2 SOMMAIRE 1 Préambule Interventin SCE Cntexte réglementaire Présentatin de la ZAC Leviers de la perfrmance énergétique L apprche biclimatique Une envelppe perfrmante Des systèmes efficaces Un cmprtement vertueux Recmmandatins énergétiques Cnceptin biclimatique Perfrmances de l envelppe Prtectin slaires et ccultatins Systèmes énergétiques Les énergies renuvelables Le facteur usager et leur cmprtement Qualité envirnnementale du bâtiment Le cnfrt thermique Le cnfrt acustique Le cnfrt visuel La qualité de l air intérieur... 23

3 1 Préambule 1.1 Interventin SCE Dans le cadre de la réalisatin de la ZAC de la Métairie, Lire Océan Dévelppement a missinné la sciété SCE pur accmpagner les prteurs de prjet sur le dmaine de l énergie. Le présent dcument vise à apprter des recmmandatins sur la maitrise de l énergie et sur la qualité envirnnementale des futures cnstructins. Au-delà de ce cahier des recmmandatins, la missin de SCE est d accmpagner les prteurs de prjet durant la phase cnceptin. Le regard d un prfessinnel de la qualité envirnnementale et de la maitrise de l énergie vus apprtera sutien à la cmpréhensin des exigences réglementaires RT2012. En tant que maitre d uvrage, l assistance technique et les cnseils que nus vus apprtns snt une chance et nn une cntrainte. Ainsi, pur chaque prjet, en amnt du dépôt du permis de cnstruire, SCE analysera les études réglementaires RT2012 et les dcuments techniques liés. Ces dcuments devrnt nus être remis au minimum 2 semaines avant la réalisatin d une réunin d échange. Les dcuments à furnir pur nus permettre d analyser vtre prjet snt les suivants : - Le récapitulatif standardisé de l étude thermique RT2012 et l attestatin Bbi de réglementatin thermique RT2012 (étude réglementaire - Arrêté du 11 ctbre 2011) - Les plans du prjet pré-pc : plan de niveau, plan de façade, plan de cupe, carnet de détails - Une ntice détaillant les systèmes énergétiques envisagés - Furnir les factures énergétiques de la première année après livraisn. Lrs de la réunin d échange, les cnclusins de l analyse de ces dcuments vus sernt présentées. En fnctin des cnclusins et des ptentielles crrectins apprtées au prjet, nus établirns un VISA énergétique attestant du respect réglementaire et appuyant la validatin de vtre permis de cnstruire pur l aménageur Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 3 sur 23

4 1.2 Cntexte réglementaire Réglementatin thermique La réglementatin thermique 2012 est avant tut une réglementatin d'bjectifs qui cmprte 3 exigences de résultats : la prise en cmpte du besin biclimatique, la cnsmmatin du lgement calculée en énergie primaire, et l ptimisatin du cnfrt en été. La RT 2012 est applicable à tus les permis de cnstruire dépsés à partir du 1er janvier 2013 pur tus les bâtiments neufs à usage d habitatin (maisns individuelles u acclées, lgements cllectifs ) Présentatin De tus les secteurs écnmiques, celui du bâtiment est le plus grs cnsmmateur d énergie en France (42,5 % de l énergie finale ttale) et génère 23 % des émissins de gaz à effet de serre (GES). La facture annuelle de chauffage représente 900 en myenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pur une maisn «basse cnsmmatin» à plus de pur une maisn mal islée). Elle pèse lurdement sur le puvir d achat des ménages, particulièrement sur les plus mdestes d entre eux. Ces dépenses tendent à augmenter avec la hausse du prix des énergies. Evlutin des exigences réglementaires de cnsmmatin énergétique des bâtiments neuf Cnsmmatin en kwhep/m².an RT2000 RT2005 RT2012 RT2020 Graphique d évlutin des exigences RT Le respect des exigences de la RT 2012 passe par la vérificatin des cefficients besin biclimatique (Bbi), cnsmmatin cnventinnelle d énergie primaire (CEP) et température intérieure cnventinnelle (Tic). Cette vérificatin se fait par l intermédiaire d un calcul issu d une étude thermique. Pur chaque maisn, ces cefficients devrnt être inférieurs à des valeurs maximales définies en fnctin de sn lieu gégraphique (climat et altitude) de sa surface, des écnmies de gaz à effet de serre (GES) lrsque snt utilisés des systèmes faiblement émetteurs de ces GES. Enfin, la RT impse le recurs à une surce d énergie renuvelable pur la prductin d eau chaude sanitaire, le chauffage u l électricité Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 4 sur 23

5 Le Besin Biclimatique (Bbi) L indice «Bbi» permet de caractériser l impact de la cnceptin biclimatique sur la perfrmance énergétique du bâti. L exigence d efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le cefficient «Bbimax» (besins biclimatiques du bâti). Cette exigence impse une limitatin simultanée du besin en énergie pur les cmpsantes liées à la cnceptin du bâti (chauffage, refridissement et éclairage), impsant ainsi sn ptimisatin indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre Le Cnsmmatin d énergie primaire (CEP) L exigence de cnsmmatin cnventinnelle maximale d énergie primaire se traduit par le cefficient «Cepmax», prtant sur les cnsmmatins de chauffage, de refridissement, d éclairage, de prductin d eau chaude sanitaire et d auxiliaires (pmpes et ventilateurs). Cnfrmément à l article 4 de la li Grenelle 1, la valeur du Cepmax s élève à 50 kwhep/(m².an) d énergie primaire en myenne, mdulé seln la lcalisatin gégraphique, l altitude, le type d usage du bâtiment, la surface myenne des lgements et les émissins de gaz à effet de serre pur le bis énergie et les réseaux de chaleur les mins émetteurs de CO2. Cette exigence impse, en plus de l ptimisatin du bâti exprimée par le Bbi, le recurs à des équipements énergétiques perfrmants, à haut rendement La Température intérieure cnventinnelle (Tic) La Tic caractérise la température intérieure cnventinnelle du bâtiment dans lesquels il est pssible d assurer un bn niveau de cnfrt en été sans avir à recurir à un système actif de refridissement. Pur ces bâtiments, la réglementatin impse que la température la plus chaude atteinte dans les lcaux, au curs d une séquence de 5 jurs très chauds d été n excède pas un seuil Tic réf Labels énergétiques et envirnnementaux Certificatins La démarche d btenir une certificatin relève de la vlnté de l acquéreur qui suhaite apprter la preuve qu il respecte des engagements décrits dans un référentiel. Dans le cadre de la ZAC Métairie, Lire Océan Dévelppement n impse pas de certificatins ni de labels à l acquéreur. Les 3 ingrédients bligatires pur une vraie certificatin : - Un Référentiel = le guide de bnnes pratiques fixant les exigences, les cntrôles et le fnctinnement Une Tierce partie indépendante et impartiale, accréditée par le COFRAC Un Cmité d applicatin = prend en cmpte les attentes des Cnsmmateurs et le métier des prfessinnels «sans prédminance d intérêt». - La certificatin de la haute qualité envirnnementale HQE Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 5 sur 23

6 HQE est la cncrétisatin, pur le secteur de la cnstructin, de la prise en cmpte des enjeux envirnnementaux. Elle vise ainsi à amélirer la Qualité Envirnnementale des uvrages, c est-à-dire ffrir des bâtiments sains et cnfrtables, dnt les impacts sur l envirnnement sient les plus faibles pssibles. Elle tuche à la fis l envirnnement intérieur, celui des futurs ccupants, avec des préccupatins de santé, de cnfrt, et l envirnnement au sens général, avec des bjectifs d écnmie de ressurces et de réductin des rejets dans l envirnnement. Seuls les uvrages certifiés peuvent fficiellement se prévalir d être cnfrmes à cette démarche de Haute Qualité Envirnnementale. Pur la maisn individuelle, NF Maisn Individuelle cnstitue ce cadre avec NF HQE. Les rganismes qui délivrent des certificatins de prduits et de services en France, divent faire la preuve de leur cmpétence et de leur indépendance par l bligatin d accréditatin. Par la Li, seul le COFRAC (Cmité français d accréditatin) ctrie aux rganismes qui se sumettent à ses cntrôles une accréditatin et recnnaît leur bjectivité et leur aptitude à délivrer des marques de qualité. L accréditatin est l une des cnditins pur délivrer les certificatins et les labels de perfrmance énergétique. L impartialité, l indépendance, la rigueur et la cmpétence de la tierce partie qui délivre la certificatin. La transparence et l bjectivité de l infrmatin délivrée aux particuliers Labels Les labels de perfrmances énergétiques attestent de perfrmances supérieures à la réglementatin actuelle (RT2012) qui est bligatire. Ces labels snt une étape vers 2020 qui verra la standardisatin des bâtiments à énergie psitive qui prduisent plus d énergie qu ils n en cnsmment. Tut label est vlntaire et indissciable d une certificatin : la maisn ne peut être labellisée que si elle est certifiée. Dans le cadre de la RT2012, il existe 3 labels de perfrmance énergétique : - RT % : il permet un gain de 10% par rapprt à la RT Effinergie+ : prté par le cllectif Effinergie, il permet un gain de 20 % par rapprt à la RT Beps-effinergie : La Directive Eurpéenne sur la perfrmance énergétique des bâtiments prévient la généralisatin des bâtiments prches de zér énergie d ici à 2020 suvent appelés à énergie psitive. Le cllectif Effinergie a lancé un nuveau label dédié : le label BEPOS-Effinergie Ce label expérimental vise à prpser une définitin du bâtiment à énergie psitive cmmune à l ensemble des acteurs Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 6 sur 23

7 2 Présentatin de la ZAC Le cahier des recmmandatins énergétiques cncerne les lts individuels de la phase 3. Il s agit de lts vués à acceuillir des maisns individuelles. Ces cnstructins se regrupent en 5 ilts de maisns individuelles et qui cheminent autur de la rue Jardin. Ilt 3 Ilt 1 Ilt 2 Ilt 4 Le prgramme prévit la répartitin suivante : - Ilt individuel 1 cmpsé de 13 parcelles cnstructibles - Ilt individuel 2 cmpsé de 5 parcelles cnstructibles - Ilt individuel 3 cmpsé de 2 parcelles cnstructibles - Ilt individuel 4 cmpsé de 4 parcelles cnstructibles Plan des lts individuels Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 7 sur 23

8 3 Leviers de la perfrmance énergétique Cette partie est une intrductin aux principes de la perfrmance énergétique. Elle permet de définir cette ntin et d identifier les leviers permettant sn accmplissement. L ensemble des pints vus cidessus sernt traités en détails dans la suite du cahier des recmmandatins énergétiques. 3.1 L apprche biclimatique La bnne cnceptin et la prise en cmpte de l apprche biclimatique passe par : - En été : se prtéger du sleil et ventiler (ex : ventilatin naturelle traversante). - En hiver : Capter / Stcker / Redistribuer la chaleur. - La dispsitin des lcaux par rapprt au sleil. - La prtectin de la cnstructin aux vents dminants. 3.2 Une envelppe perfrmante Le bâtiment cnçu dit adpter des principes simples permettant une bnne perfrmance de l envelppe. Elle dit : - Limiter les pnts thermiques. - Dispser d un bn niveau et perfrmance de l islatin thermique. - Etre cnçue afin de limiter les uvertures au nrd. - Etre cnçue avec de larges uvertures au sud. 3.3 Des systèmes efficaces Les systèmes énergétiques permettant au bâtiment de dispser d une bnne perfrmance glbale snt les suivantes : - Ventilatin : récupératin des calries srtantes à l aide de ventilatin duble flux u en fnctin de l hygrmétrie avec une VMC hygr. - Eau Chaude Sanitaire (ECS) : Utilisatin de systèmes mixtes énergie renuvelable. - Eclairage : privilégier l éclairage naturel et les systèmes artificiels perfrmants. 3.4 Un cmprtement vertueux La perfrmance énergétique passe également par l acteur principal de la vie du bâtiment : l usager. C est lui qui permettra au bâtiment d atteindre les perfrmances définies au prgramme et par la réglementatin. Les ntins suivantes nt pur but de le familiariser avec cette ntin d énergie et d ptimiser les cnsmmatins du bâtiment. Ainsi, la perfrmance du bâtiment passe par : - La nécessité de sensibiliser les usagers. - Le fait que la RT2012 a bligatin de dnner l infrmatin de cnsmmatin Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 8 sur 23

9 4 Recmmandatins énergétiques 4.1 Cnceptin biclimatique La cnceptin biclimatique se caractérise en une recherche d architecture du prjet adaptée en fnctin des caractéristiques et particularités du lieu d implantatin. Cela permet de tirer le bénéfice des avantages et de se prémunir des désavantages et cntraintes. La cnceptin biclimatique cnsiste à tirer le meilleur prfit de l énergie slaire, abndante et gratuite. En hiver, le bâtiment dit maximiser la captatin de l énergie slaire, la diffuser et la cnserver. Inversement, en été, le bâtiment dit se prtéger du raynnement slaire et évacuer le surplus de chaleur du bâtiment. L bjectif principal est d btenir le cnfrt d ambiance recherché de manière la plus naturelle pssible en utilisant les myens architecturaux, les énergies renuvelables dispnibles et en utilisant le mins pssible les myens techniques mécanisés et les énergies extérieures au site. Ces réflexins préliminaires divent chercher ntamment à prfiter au maximum du sleil en hiver et de s en prtéger durant l été. Une bnne réflexin autur de la cnceptin biclimatique favrise les écnmies d énergies ce qui permet de réduire les dépenses de chauffage, tut en bénéficiant d un cadre de vie ptimal. Afin d ptimiser le cnfrt des ccupants tut en préservant le cadre naturel de la cnstructin, de nmbreux paramètres snt à prendre en cmpte. Une attentin particulière dit être prtée cncernant l rientatin du bâtiment et ce afin d expliter l énergie et la lumière du sleil. Il faut également réfléchir en amnt quant à la cnstructin (surfaces vitrées, prtectins slaires, cmpacité, matériaux, ). Principes de base d une cnceptin biclimatique Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 9 sur 23

10 Ainsi, afin de capter au mieux la chaleur en péride hivernale et se prtéger du sleil en été, il faut préférer : - Une maximisatin des surfaces vitrées rientées au Sud, qui sernt prtégés du sleil estival par des casquettes hrizntales - Une minimisatin des surfaces vitrées rientées au Nrd. En effet, les apprts slaires snt très faibles et un vitrage sera frcément plus déperditif qu une pari islée - Des surfaces vitrées raisnnées pur les rientatins Est et Ouest afin de se prtéger des surchauffes estivales. - Une cnstructin cmpacte, c est à dire en limitant les décrchés (l idéal étant la cnstructin cubique). Un bâtiment nn-cmpact aura tendance à être plus déperditif qu n bâtiment cmpact et dnc laisser passer la chaleur u la fraicheur acquise par la maisn. Dispsitin cnseillée des pièces Afin d ptimiser au mieux les gains liés à l architecture de la cnstructin, il faut : - En hiver, l énergie slaire dit être cnservée et redistribuée à l intérieur de la cnstructin. - En été, il faut valriser la fraicheur ncturne, captée par une surventilatin. Il est dnc imprtant de dispser d un bâtiment dispsant d une bnne inertie permettant de valriser au mieux les gains de chaleur u de fraicheur énncés ci-dessus. Enfin, une bnne cnceptin biclimatique permet de favriser l éclairage naturel, ce qui a pur cnséquence la réductin des cnsmmatins d éclairage Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 10 sur 23

11 4.2 Perfrmances de l envelppe Islatin - Islatin des murs L islatin thermique par l intérieur est préférable uniquement dans le cas de cntraintes techniques dues aux dnnées de situatin du bâtiment. En effet, dans le cas d une maisn en limite de prpriété u prche d une autre maisn, la slutin de l islatin thermique par l intérieur (ITI) dispse d une faisabilité accrue par rapprt à l islatin par l extérieur. Cependant, la maisn réduira nettement ses qualités d inertie thermique. L islatin thermique par l extérieur (ITE) est une slutin à privilégier afin d éviter les pnts thermiques et de prfiter au maximum de l implantatin architecturale (cf. 3.1) mettant au prfit l inertie du bâtiment générée par l ITE. Le type de mur prteur n a que peu de pids sur la perfrmance du bâti vis-à-vis de la perfrmance de l islatin. En dehrs des murs prteurs perfrmants (ex : brique mnmur) la nature du mur n est pas imprtante. L ITI explite la surface habitable du bâtiment et limite l inertie thermique du bâti, au cntraire de l ITE. La résistance thermique minimum cnseillée est : R 4,5 m².k/w. Elle peut être btenue par 13 cm de plystyrène extrudé (λ = 0,029 W/m.K), 15 cm de laine de verre (λ = 0,032 W/m.K) u encre 17 cm de laine de bis (λ = 0,038 W/m.K), en ITI u ITE. - Islatin des titures L islatin de la titure peut s effectuer sur plancher des cmbles à l aide de ruleaux islant, sus rampant avec des panneaux u encre par prjectin de flcage lrsque l accès est difficile. Seln le mde cnstructif, titure plate u charpentée, et seln l utilisatin de cmbles, les précnisatins snt les suivantes : Cmbles utilisés : une islatin sus rampant est préférée, il faudra alrs également isler les murs des cmbles. Cmbles perdus : une islatin sur plancher est précnisée évitant ainsi l islatin des murs des cmbles et réduisant le vlume chauffé. Titure terrasse : une islatin sur la dalle est à précniser. Un traitement des pnts thermiques spécifique est à réaliser (retmbées d islants en acrtères) La résistance thermique minimum cnseillée pur la titure est : R 7,5 m².k/w. Elle peut être btenue par 25 cm de laine de rche (λ = 0,036 W/m.K) u 20 cm de plystyrène extrudé (λ = 0029 W/m.K) Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 11 sur 23

12 - Islatin des planchers L islatin des planchers bas sur terreplein est à réaliser sus chape flttante, islatin des sus bassement et sus dalle. Dans le cas d une maisn sur vide sanitaire, l utilisatin d entrevus islants est à précniser en plus de l islatin sus chape flttante. La résistance thermique minimum cnseillée est : R 3,5 m².k/w Elle peut être btenue avec la pse de 16 cm de flcage (λ = 0,033 W/m.K) en sus face de vide sanitaire u 10 cm de plyuréthane (λ = 0,030 W/m.K) sus chape flttante. - Menuiseries extérieures Les menuiseries snt caractérisées par deux cmpsantes permettant de juger de leurs perfrmances énergétiques : Cefficient U, significatif en hiver, qui crrespnd à la capacité de la menuiserie à cnserver la chaleur au sein du lgement, Le facteur slaire (Fs u Sw), significatif en été, qui crrespnd à la capacité de la menuiserie de limiter les apprts slaires par le vitrage, et dnc limiter les surchauffes. Ce facteur est également imprtant en hiver car il peut servir à limiter les besins de chauffage en transmettant les apprts slaires. Un cmprmis est nécessaire. On peut relever plusieurs types de vitrages adaptés à la cnstructin de lgements : Le duble vitrage classique, qui diminue de 40% les pertes de chaleur par rapprt à un simple vitrage. Le duble vitrage à islatin renfrcé (VIR). Ses perfrmances snt augmentées de 20 à 30% par rapprt au duble vitrage. Ils dispsent d une cuche faiblement émissive qui limite les raynnements et frme une barrière thermique. Les VIR, permettent également de réaliser un cntrôle slaire estival, ce qui empêche une partie de l énergie slaire extérieure de pénétrer à l intérieur du lgement tut en préservant un haut niveau d éclairement naturel. Il existe également des triples vitrages, dnt les perfrmances snt ntables dans les bâtiments très bien islés. Dans le cadre de la très basse cnsmmatin (type «maisn passive»), le chix du vitrage est une part nn négligeable dans le bilan thermique glbal. La perfrmance minimale cnseillée des vitrages est : Ug 1,1 W/(m².K) La perfrmance minimale cnseillée des menuiseries est : Uw 1.7 W/(m².K) Elle peut être btenue avec des vitrages «faible émissivité» 4/16/4 avec remplissage argn. Le chix de la nature des cadres (PVC, bis, aluminium) est prtée par l aspect esthétique et le budget allué. L installatin des menuiseries dans une maisn est à mettre en place en adéquatin avec le lt ventilatin. En effet, les infiltratins snt réduites, la maitrise du renuvellement d air mécanique peut se révéler inefficace en cas d une mauvaise mise en œuvre de l étanchéité des menuiseries Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 12 sur 23

13 4.2.2 Pnts thermiques Le pnt thermique se créée dès qu il y a discntinuité entre des matériaux et des paris de structure. Les pnts thermiques principaux d un bâtiment snt structurels. Ils se situent aux jnctins des façades et planchers, façades et refends, façades et titures, façades et planchers bas. Ainsi qu à tus les percements (prtes, fenêtres, lggias ). Ces pnts thermiques snt plus u mins imprtants seln la cnstitutin des paris (islées u nn) Seln la réglementatin thermique 2012, le traitement des pnts thermiques est induit par un rati de déperditin maximum. Une attentin particulière sur le prcédé cnstructif et les techniques de traitement est à réaliser Perméabilité à l air La bnne maitrise de la perméabilité à l air au sein du bâtiment permet de maitriser les infiltratins d air dans l envelppe d un bâtiment, garantissant ainsi l efficacité de l islatin et de la ventilatin tut en prévenant l incnfrt et les dmmages liés à l humidité. Les flux d air d un bâtiment prviennent des rifices vlntaires (buches de ventilatin, entrées d air ) mais également de flux incntrôlés liés à la cnceptin et à la mise en œuvre. En limitant les infiltratins d air parasites, une envelppe étanche cncurt au bn fnctinnement du système de ventilatin Pur un bâtiment neuf, la valeur btenue pur le Q4 Pa_surf dit être inférieure à 0,6 m3/h.m² de paris frides pur une maisn individuelle, sus une pressin différentielle de 4 Pascals. Cette mesure dit être réalisée une fis la cnstructin achevée. Il est recmmandé d effectuer un u plusieurs tests intermédiaires, ntamment une fis le bâtiment hrs d eau et hrs d air, pur puvir crriger les défauts de mise en œuvre le plus tôt pssible. Les pints particulièrement sensibles snt : Les liaisns façades et planchers (liaisn mur / dalle sur terre-plein, liaisn mur / dalle u plancher en partie curant ), Les menuiseries extérieures (seuil de prte palière, seuil de prte fenêtre, liaisn mur / fenêtre au niveau du linteau...), Les équipements électriques (interrupteurs et prises de curant sur pari extérieure), Les éléments traversant les paris (trappe d accès aux cmbles, aux gaines techniques), Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 13 sur 23

14 4.3 Prtectin slaires et ccultatins Au-delà des caractéristiques intrinsèques de vitrages (Ug, Uw) les prtectins slaires juent un rôle primrdial dans la réductin des apprts slaires en été et les ccultatins de nuit permettent l ajut d une résistance thermique superficielle aux menuiseries. On retruve différents types de prtectins slaires : Les prtectins fixes hrizntales snt efficaces pur les vitrages rientés sud-est à sud-uest. Elles peuvent prendre la frme de casquette, débrd de titure, brise-sleil en pergla Les prtectins fixes verticales snt plutôt adaptées aux rientatins Est et Ouest. Elles peuvent également se cmbiner à des prtectins hrizntales en façade sud créant des éléments type lggia. Il est imprtant de nter que les éléments verticaux limitent frtement l entrée du sleil en hiver, il est dnc préférable de les cncevir amvibles u rientables. Les prtectins mbiles intérieures u extérieures, mtrisées u nn (vlets, panneaux, brise sleil, rideaux, stres a prjectin...) peuvent cmpléter u remplacer les dispsitifs fixes. Le rôle des vlets rulants est également très imprtant. Ils peuvent pur le cnfrt d été remplacer les prtectins slaires fixes en cas d impssibilités architecturales en limitant les apprts slaires. Ces vlets permettent également d amélirer la perfrmance glbale du cmplexe menuiserie vlet rulant en hiver avec l utilisatin de vlets rulants islés. Enfin, les brises sleils rientables est le matériel ptimal qui permet par exemple la valrisatin de l éclairage naturel sans subir les apprts slaires estivaux. Ces BSO réunissent l ensemble des avantages des prtectins slaires et ccultatins Une mtrisatin est préférable en particulier pur les baies de grande largeur. Le système d ccultatin dit permettre la ventilatin naturelle et tenir cmpte des cntraintes d urbanisme. Au rez-de-chaussée n préfèrera des vlets rulants anti-effractins Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 14 sur 23

15 4.4 Systèmes énergétiques Le chauffage Les équipements de chauffage sélectinnés divent être dimensinnés au plus juste en fnctin du prjet. Energie Générateurs de chauffage Exigences cmplémentaires Le tableau indique les technlgies usuelles ainsi que leurs exigences cmplémentaires leur permettant d être perfrmantes du pint de vue de la RT. Electrique Cnvecteurs électriques Installatin cuplée à une régulatin centralisée piltée par fils piltes Prgrammatin hebdmadaire assurant les mdes : cnfrt éc hrs gel cnfrt 1 C et 2 C. Dans le cas d équipements de gestin «mnzne» du lgement, la salle de bain peut être exclue de la prgrammatin. Il est recmmandé de chisir un générateur de chauffage dnt le niveau de puissance acustique (LwA) est certifié et inférieur à 50 db(a) Les installatins de chauffage mises en place sernt dtées de dispsitifs de redémarrage, prgrammatin et régulatin permettant d atteindre les exigences de températures. Gaz naturel Energie renuvelable (cmpressin électrique u mteur gaz naturel) Chaudière basse température Chaudière à cndensatin Micr cgénératin PAC thermdynamique Exclus les émetteurs sèche-serviette électrique Régulatin du générateur par li d eau. Température de départ minimale du circuit de chauffage de 45 C pur une température extérieure de - 7 C et de 35 C pur une température extérieure supérieure à 5 C. Prgrammatin temprelle hebdmadaire des mdes cnfrt et ec. Fnctin hrs gel de l installatin prgrammable (par nmbre de jurs d absence) avec retur autmatique sur la prgrammatin temprelle hebdmadaire Energie renuvelable bis Chaudière dmestique bis Raccrdement extérieur pur l amenée d air de cmbustin Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 15 sur 23

16 4.4.2 La ventilatin La ventilatin, nécessaire pur maintenir un air sain à l intérieur du bâtiment, extrait de l air intérieur chaud et apprte de l air extérieur frid. Ce refridissement dit être cmpensé par un surcrît de chauffage. La ventilatin duble flux permet de récupérer la chaleur de l air extrait pur préchauffer l air neuf grâce à un échangeur de chaleur. La ventilatin simple u duble flux permet également d évacuer les plluants présents à l intérieur des lcaux ainsi que la vapeur d eau. Enfin, la ventilatin des bâtiments répnd à un enjeu de santé et de cnfrt pur les usagers. Les slutins simple flux u duble flux nt chacune leurs avantages et incnvénients. La cnstructin devra dnc cmprter : - Sit un dispsitif de ventilatin duble flux avec extractin dans les lcaux à pllutins spécifiques u humides et un sufflage dans les pièces de vie. - Sit une VMC simple flux avec une extractin dans les sanitaires et autres lcaux à pllutin spécifique avec créatin de dispsitifs d entrée d air en partie haute des uvrants. Ces entrées sernt dimensinnées en fnctin des débits réglementaires et sernt de type hygrréglables. Ainsi, les enjeux cncernant l efficacité de la ventilatin résultent dans la maitrise de l étanchéité à l air de l envelppe et des réseaux, d une sensibilisatin des usagers et d un critère de chix écnmique. Il est imprtant de prévir des débits variables, ntamment afin de permettre une surventilatin ncturne pur évacuer la chaleur excédentaire et rafraîchir les lcaux l été L eau chaude sanitaire (ECS) Les équipements divent être dimensinnés au plus juste en fnctin du prjet. Les canalisatins d eau chaude sanitaire situées hrs vlume chauffé divent être calrifugées. Les prductins d Eau Chaude Sanitaire indépendantes (hrs prductin chauffage et ECS) snt les suivantes : - Prductin électrique individuelle à accumulatin : Les chauffe-eau électriques à accumulatin divent prter la marque NF électricité perfrmance catégrie C. Les ballns de faible capacité (inférieure u égale à 75 litres) divent être certifiés et prter la marque NF électricité perfrmance. - Prductin thermdynamique : Les systèmes de prductin d eau chaude sanitaire thermdynamiques de type chauffe-eau thermdynamique, pmpe à chaleur duble u système multifnctins divent faire l bjet d un titre V pur validatin des mdalités de leur prise en cmpte dans les règles de calcul Th-C-E Ex. - Prductin slaire : Les capteurs slaires divent prter un avis technique valide du CSTB u équivalence eurpéenne basée sur les nrmes NF EN u NF EN Un dispsitif permettant de cntrôler la part de prductin d ECS slaire de la part de prductin liée à l appint est recmmandé Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 16 sur 23

17 4.5 Les énergies renuvelables (EnR) L utilisatin des énergies renuvelables est frtement encuragée par l aménageur. De plus, la réglementatin impse une cntributin des EnR au CEP du bâtiment supérieure u égale à 5 kwhep/(m²/an). Les énergies renuvelables représentent un intérêt du pint de vue de la prtectin de l envirnnement, leur explitatin ne dnnant pas lieu à des émissins de gaz à effet de serre, ni à un épuisement de la ressurce. Une étude cmparative des systèmes énergétiques devra être réalisée pur chaque prjet de cnstructin d installatins thermiques. Cette étude permettra de tenir cmpte des pssibilités d utilisatin des énergies renuvelables suivantes, et de les valriser dans la mesure du pssible : - Raccrder les cnstructins à un réseau de chauffage urbain - Dévelpper le ptentiel géthermique de la cmmune - Prduire de l énergie électrique u thermique à partir du raynnement slaire - Energie slaire Avec un ensleillement annuel légèrement inférieur à 1300 kwh/m², le gisement slaire est a priri intéressant sur la régin Nantaise. En raisn des cntraintes prpres à chaque site, il sera judicieux de prcéder à une étude des masques slaires sur le bâtiment pur juger l pprtunité d utiliser l énergie slaire. Les slutins prpsées devrnt intégrer l impact visuel des installatins sur l envirnnement immédiat. Les panneaux phtvltaïques peuvent être psés u intégrés aux bâtiments. Ils peuvent être intégrés à plusieurs niveaux et cntribuent à l esthétique de l ensemble. Ces systèmes peuvent être intégrés en titure, garde-crps, brise-sleil verticaux et hrizntaux, auvent, pare-vues, baies, verrières, vérandas... Le slaire thermique est une slutin à étudier à intégrer en titure. Il permet la prductin d eau chaude sanitaire, d eau de chauffage, et cntribue à la réductin des dépenses énergétiques. L ensemble des lts dispsent d un ptentiel d utilisatin des titures maximales, en raisn de leur expsitin favrable et de l absence d mbrage sur celles-ci. La valrisatin de l énergie slaire est à envisager. - Géthermie La géthermie cnsiste en une technlgie éclgique utilisant cmme surce de chaleur cntenue sus le sl. Cette chaleur est présente en grande quantité et tute l'année. Cette énergie peut être cnsidérée cmme inépuisable et est ttalement gratuite. Pur la récupérer, il faut tut d'abrd prévir et chisir un système de captage et ensuite, une pmpe à chaleur destinée à restituer les calries. La géthermie verticale très basse énergie est particulièrement adaptée pur le chauffage de maisns individuelles, lgements cllectifs et bâtiments tertiaires. Elle utilise deux types de ressurces : l énergie naturellement présente dans le sus-sl à quelques dizaines de mètres et l énergie cntenue dans les nappes aquifères qui s y truvent. Cette technlgie reste cependant très cuteuse pur un particulier. L utilisatin de pmpes à chaleur devra respecter la réglementatin, ntamment relative à la température de l eau rejetée dans la nappe Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 17 sur 23

18 - L aérthermie L'aérthermie désigne le prcédé par lequel les calries cntenues dans l'air snt transfrmées en surce d'énergie permettant de prduire du chaud et/u du frid. L'aérthermie permet dnc de capter et d'amplifier les calries de l'air pur les restituer via une pmpe à chaleur au système de chauffage, de prductin d'eau chaude sanitaire. Le système de diffusin purra se présenter sus la frme sit d un plancher chauffant, sit d'un système de radiateurs, sit enfin de cnvecteurs à ventilatin. - Bimasse Les avantages du bis snt nmbreux. C est un matériau vertueux. Cntrairement aux énergies fssiles dnt les réserves snt épuisables, le bis est une matière première : Renuvelable : un arbre se régénère en mins de 100 ans Abndante : en France, la réserve en bis est de 81 millins de m³ et la frêt est explitée de façn raisnnée et durable. Dispnible lcalement : le bis est présent partut en France. Sn apprvisinnement bien structuré, permet de limiter les rejets de CO2 liés au transprt. Cncernant le bis énergie, la régin Pays de la Lire dispse d une ressurce imprtante de bicmbustibles (bcage, déchets d élagage et déchets de l industrie du bis). La filière-bis y est bien dévelppée et bien rganisée avec, à titre indicatif, plus de 60 chaufferies (industrielles u cllectives) sur l ensemble du département. On peut dnc envisager les pssibilités d utilisatin du bis-énergie dans la mesure ù l n slutinne les prblèmes psés par les vlumes de stckage. - Energie élienne Le ptentiel élien dans le département de la Lire Atlantique et ntamment à la périphérie Nantaise est assez limité. De plus, les cntraintes urbaines limitent frtement l implantatin de cnstructins de grand élien et du petit élien en raisn des cntraintes techniques et architecturales ainsi que les limites de fnctinnement de celles-ci. L utilisatin de l énergie élienne n est dnc pas envisageable Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 18 sur 23

19 4.6 Le facteur usager et leur cmprtement Cmptage et sensibilisatin La réglementatin thermique impse de dnner l infrmatin de cnsmmatin à l usager. Cette infrmatin lui permet de se familiariser au prblème de réductin des cûts de fnctinnement de sn lgement, et en finalité de puvir être acteur quant à la sbriété de sn habitatin. Les éléments de mesures se divent de dnner l indicatin de la cnsmmatin par énergies et par usage sur les pstes suivants : chauffage, refridissement et prductin d ECS, ainsi que le réseau prises électriques et autres (article 23 de la RT 2012 dans sa phase prjet). L bligatin de mesure du réseau de prises électriques permettra de révéler que les mdes de cnsmmatin actuels favrisent la cnsmmatin de par la multiplicatin des appareils électriques. Il est déjà estimé actuellement que les dépenses énergétiques de tus ces appareillages représentent envirn le tiers de l énergie utilisée par les ménages. La part que cela prendra dans une cnstructin RT2012 sera dnc imprtante. Pur pallier ceci, c est bien sur un cmprtement vertueux qu il faut cmpter : être attentif à l étiquette énergétique quand elle existe lrs de l achat, éviter de laisser les appareils en veille, les utiliser en fnctin du résultat recherché et plus par habitude, ptimiser leur fnctinnement, Les cnsmmatins des pstes réglementaires - Chauffage : deux facteurs cmprtementaux peuvent générer la dérive : La température maintenue dans le lgement. Il est tellement plus facile de mnter la température d un u deux degrés que de se cuvrir davantage. Purtant, 1 C de plus dans le lgement, c est en myenne 7% de cnsmmatin supplémentaire. Gestin du mde de chauffage. Une régulatin apprpriée, mise en place avec l installateur, devrait être régulièrement suivie. Cependant, à partir du mment ù il devient la prpriété de l usager, celui-ci peut prendre la liberté de faire ce qu il veut. Maintenance et entretien : Au-delà des pints d utilisatin, la maintenance et un bn entretien assure que les systèmes installés cnservent leur perfrmance ptimale. - ECS : dans un bâtiment RT 2012, ce pste représente la plus grande cnsmmatin énergétique. C est une questin de cmprtement vis-à-vis de l eau en général qui est à cnsidérer. La plupart des sensibilisatins snt cnnues, cmme préférer duches aux bains, ne pas laisser culer l eau... À ce niveau, l utilisatin des rbinets mélangeurs et avec réglage de température, est à prendre en cmpte. - L éclairage : c est prbablement un des pints les mieux maîtrisés, alrs qu il cnstitue la plus faible part de la cnsmmatin d énergie liée au bâtiment Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 19 sur 23

20 5 Qualité envirnnementale du bâtiment 5.1 Le cnfrt thermique Les bâtiments cnstruits divent garantir des cnditins de cnfrt et de santé pur les utilisateurs. Le cnfrt hygrthermique est une ntin nn négligeable aussi bien pur l hiver que le pur l été. Ainsi, la réflexin sur la cnceptin des bâtiments divent permettre de: - truver un cmprmis permettant de garantir et d ptimiser le cnfrt hygrthermique en hiver cmme en été (apprts slaires, inertie thermique, vitesse de l air ) - se prtéger de manière ptimale de la chaleur et du sleil par l rientatin des lcaux, la mise en place de prtectins slaires efficaces u encre l explitatin des znes d mbre. - se prtéger de l incnfrt de la mi- saisn, ntamment vis-à-vis des apprts slaires puvant ccasinner des surchauffes pnctuelles. Les ntins de cnfrt hivernal et estival divent être étudiés cnjintement, afin d btenir le meilleur cmprmis de cnfrt, et ce quelque sit la saisn Cnfrt d hiver Les bjectifs d un bn cnfrt d hiver snt : - Obtenir un niveau de température idéal dans les lcaux - Assurer la stabilité des températures en péride d ccupatin - Assurer une vitesse d air ne nuisant pas au cnfrt Afin de parvenir à ces bjectifs, la cnstructin devra répndre au maximum aux exigences suivantes : - Le bâtiment devra être cmpact ; limitant les pertes (Cf. 4.1) afin de réduire les surfaces de déperditins et limiter les pnts thermiques structuraux. - Il devra dispser d une bnne inertie thermique (par exemple : grâce à une islatin thermique par l extérieur) afin d atténuer l impact de la température extérieure sur la température intérieure. - Psitinner les baies vitrées en fnctin de la curse du sleil et des vents dminants pur ptimiser les apprts slaires : au sud ù les vitrages captent le raynnement slaire en hiver, les baies sernt largement dimensinnées. au nrd ù il n y a aucun raynnement à capter, les baies sernt de plus petites dimensins vire inexistantes. Attentin particulière : L applicatin des températures réglementaires permet de garantir le cnfrt en péride de chauffe, tut en veillant aux écnmies d énergie. En effet l impact d un degré en mins sur la température intérieure est en myenne une diminutin des cnsmmatins de 7% Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 20 sur 23

21 5.1.2 Cnfrt estival Les bjectifs d un bn cnfrt d été snt : - Assurer un niveau minimal de cnfrt thermique et prtéger du sleil les baies vitrées. - Maîtriser le débit d air la jurnée quand la température extérieure est imprtante. Afin de parvenir à ces bjectifs, la cnstructin devra répndre au maximum des exigences suivantes : - Dnner de l inertie au bâtiment afin de maintenir la fraîcheur dans le bâtiment par le biais de la ventilatin ncturne (uverture des fenêtres u système mécanique). - Aménager une duble rientatin (zne traversante) pur faciliter la ventilatin naturelle - Prévir des prtectins slaires adaptées à l rientatin des baies pur limiter la pénétratin du raynnement slaire et les surchauffes en péride estivale - Chisir des revêtements de façade de culeur claire - Optimiser l éclairage naturel des lcaux pur limiter les apprts de chaleur internes liés à l éclairage artificiel On privilégiera des slutins passives de rafraîchissement telles que la surventilatin ncturne. La surventilatin peut être pratiquée par uverture des fenêtres u lrsqu une VMC duble flux équipée d un by-pass ventile les lcaux. Le débit de ventilatin peut être augmenté pendant la nuit, (la récupératin est cupée) afin que l air frais ncturne rafraichisse le bâtiment. Attentin particulière : Depuis le 1er juillet 2007, les articles R et R du cde de la cnstructin et de l habitatin limitent l utilisatin des systèmes de climatisatin. Ainsi, l article R spécifie ntamment que : "Les lcaux dans lesquels est installé un système de refridissement, celui-ci ne dit être mis u maintenu en fnctinnement que lrsque la température intérieure des lcaux dépasse 26 C ". L bjectif est dnc de ne pas avir recurs à la climatisatin. 5.2 Le cnfrt acustique Le bn cnfrt acustique est la cnséquence de la bnne atténuatin des nuisances acustiques liées à l envirnnement extérieur, mais également aux nuisances liées aux équipements techniques internes et aux ccupants eux-mêmes. La cnceptin du bâtiment et les matériaux et équipements utilisés divent permettre : - l islement des espaces vis-à-vis de l extérieur, - de limiter le niveau de bruits de chcs transmis dans les espaces, - de dispser d une bnne acustique interne des lcaux Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 21 sur 23

22 Afin d atteindre les bjectifs de bn cnfrt acustique il est nécessaire de cncevir un bâtiment permettant un bn affaiblissement acustique des nuisances ntamment celles prvenant de l extérieur. Cet affaiblissement est, en grande partie, prprtinnel à la masse des éléments cnstitutifs de la structure (li de masse). C'est purqui, le bétn (à masse vlumique élevée) permet aisément d'atteindre les niveaux demandés Cncernant les nuisances prvenant de l intérieur de la maisn, une bnne cnceptin et une mise en œuvre de qualité peuvent blquer les vies de transmissin. Pur cela, n privilégiera les systèmes permettant de déslidariser les éléments cnstructifs, cmme par exemple les chapes flttantes, ainsi que l'empli d'islant therm acustique. Il est également nécessaire de traiter les bruits prvenant d'équipements techniques, en privilégiant par exemple l'achat de matériel «silencieux». 5.3 Le cnfrt visuel Le bn cnfrt visuel est la cnséquence d une réflexin sur le cadre cnstructif et l rientatin du bâtiment mais également des chix cnstructifs (taille des baies vitrées, puits de lumière ). Pur être ptimal, la maisn dit : - Dispser d un niveau d éclairement ptimal - Assurer une bnne unifrmité de l éclairage - Eviter l ébluissement dû à l éclairage artificiel et rechercher un équilibre des luminances de l envirnnement intérieur - Assurer une qualité agréable de la lumière émise - Permettre la maîtrise de l ambiance visuelle par les usagers Ainsi, le cnfrt visuel est inséparable de la quantité, de la distributin et de la qualité de la lumière dispnible dans une habitatin. Le cnfrt visuel peut se mesurer au travers de paramètres bjectifs que snt : - le nmbre d uvertures, leur taille, leur rientatin, leur transmissin lumineuse. - la quantité de lumière naturelle, la qualité de l éclairage naturel. - la qualité de l éclairage électrique en termes de cnfrt et de dépenses énergétiques - la relatin visuelle avec l extérieur Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 22 sur 23

23 5.4 La qualité de l air intérieur Le traitement de la QAI nécessite une démarche glbale. Outre le chix de matériaux peu plluants, la qualité de l air intérieur (QAI) requiert une parfaite mise en œuvre de l étanchéité de l envelppe et du système de ventilatin. Un certain nmbre de pllutins, et dnc de nuisances et de pathlgies, peuvent truver leur surce dans la qualité des lcaux, d ù les précautins élémentaires à prendre dans le cadre d une démarche HQE. Ces nuisances peuvent prvenir : - Des pllutins extérieures, - Des risques liés à certains prduits et équipements. L air à l intérieur des lcaux ne dit pas présenter de risque pur la santé des usagers. Si certaines surces de pllutins prviennent de l extérieur, les principaux risques tiennent à tris plluants émis à l intérieur des bâtiments : le mnxyde de carbne (CO), les cmpsés rganiques vlatiles (COV) et le dixyde de carbne (CO2). La qualité de l air ambiant résulte par cnséquent de deux facteurs : - la limitatin des plluants à la surce - la ventilatin apprpriée des lcaux Cahier des récmmandatins énergétiques - V2 SCE / nvembre 14 / page 23 sur 23

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12 HERMIQUE SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX... 2 A. CONTEXTE ET OBJECTIF GENERAL... 2 B. GRANDEURS THERMIQUES... 2 C. LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE POUR LA CONSTRUCTION NEUVE... 6 2. REGLEMENTATION EN

Plus en détail

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE»

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» SOMMAIRE Dans le cadre de la mise en œuvre du PRERURE, la Régin Guadelupe et l ADEME lancent un appel à prjets prtant sur des bâtiments à perfrmances exemplaires.

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installatins Cmpétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technlgie des installatins frigrifiques Séquence

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE Qui smmes nus? Nus smmes une petite sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 Réglementatin Thermique 2012 Cadre standard de présentatin du «Récapitulatif Standardisé d'etude Thermique» Opératin :_Bâtiment Etude thermique du :15/04/2014 Lgiciel et versin :E4tech sftware SA, Lessai,

Plus en détail

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE»

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE» Détail des qualificatins OPQIBI bénéficiant de la recnnaissance «RGE» (01/01/15) 1. Qualificatins liées à la perfrmance énergétique des bâtiments 1.1. Qualificatins existantes mises à jur 1.1.1. Qualificatin

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

Maîtriser les charges d'eau en copropriété

Maîtriser les charges d'eau en copropriété Maîtriser les charges d'eau en cprpriété Bastien Willet, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin» Assciatin des Respnsables de Cprpriété Intrductin Répartir les charges au prrata des cnsmmatins Principe

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 Versin en date du 27 mars 2014 Smmaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 1. Objectifs... 4 2. Descriptin de l Audit énergétique... 4 3. Mdalités

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffer, distribuer et puiser de l eau chaude sanitaire en tenant cmpte

Plus en détail

d un assainissement non collectif

d un assainissement non collectif Service Public d Assainissement Nn Cllectif Cmmunauté de cmmunes de Sablé-sur-Sarthe Place Raphaël Elizé BP 129 72305 Sablé-sur-Sarthe Cedex SPANC de la Cmmunauté de Cmmunes de Sablé sur Sarthe Cahier

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique GROUPE HOSPITALIER PUBLIC DU SUD DE L OISE GHPSO SITE DE CREIL (60) Partie 1 Demande d autrisatin d expliter Résumé nn technique RENOUVELLEMENT DE LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE»

TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE» REGLEMENT TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE» Le «Trphée bétn, liberté de l espace», rganisé par les assciatins Bétcib, Cimbétn et la Fndatin Ecle Française du Bétn a pur but de révéler les jeunes diplômés

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Département de la sécurité, de la plice et de l'envirnnement Service de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010 Directive relative au cncept énergétique de bâtiment Cntenu

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 3 juin 2014) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE

TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE C'est une zne qui crrespnd aux débrdements des eaux de crue, dans la partie urbaine de la Ville de Saint Etienne, du fait des capacités insuffisantes des

Plus en détail

Performance énergétique et réglementation

Performance énergétique et réglementation Perfrmance énergétique et réglementatin Sihem TASCA-GUERNOUTI CETE de l uest Rencntre ARCAD Simulatin thermique dynamique 23 mars 2012 Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest www.cete-uest.develppement-durable.guv.fr

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les agents de la fnctin publique nt cnnu depuis plusieurs années des vagues de réfrmes successives dans un cntexte de cntraintes cntinues. Il en

Plus en détail

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune Cnventin entre la CREA et la Cmmune de.. pur la valrisatin des Certificats d Ecnmies d Energie durant le prlngement de la 2 ème péride du dispsitif La Cmmunauté d agglmératin Ruen Elbeuf Austreberthe La

Plus en détail

Demande de Certification

Demande de Certification Demande de Certificatin Adressé e à PRESTATERRE ZAC des Rmains 1 rute de la Salle BP 29044 74991 Annecy Cedex 9 PAGE 1! /! 5 I. NATURE DU CERTIFICAT DEMANDÉ Attentin : Dans le cas ù il y aurait plusieurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES Les znes «A» englbent les secteurs de la cmmune, équipés u nn, à prtéger en raisn du ptentiel agrnmique des terres agricles. Seules y sernt autrisées

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 2 : CARRELAGE

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du SOMMAIRE 1 - VOLET TECHNIQUE... 3 1.1 - LES GRANDS AXES DE RENOVATION ENERGETIQUE DANS L EXISTANT ANCIEN... 3 1.2 - DEFINITION INSTALLATION PRODUCTION COLLECTIVE BIOMASSE GRANULES... 4 1.3 - LE COMBUSTIBLE...

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Chapitre 4. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UE

Chapitre 4. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UE Chapitre 4. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UE ARTICLE UE 1 / OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL INTERDITES Dans tute la zne snt interdites les ccupatins et utilisatins du sl suivantes : 1. Les cnstructins,

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Charte de fonctionnement du dispositif EVREST

Charte de fonctionnement du dispositif EVREST Charte de fnctinnement du dispsitif EVREST POURQUOI? Cette charte vise à fixer les engagements que divent respecter les utilisateurs et rganisateurs du dispsitif Evrest, cncernant : les cnditins de participatin

Plus en détail

AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE»

AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE» AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE» Le texte et le dssier de candidature à cet appel à prjets snt téléchargeables

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DE L AIR

ASSURER LA QUALITE DE L AIR - - ASSURER LA QUALITE DE L AIR Eviter les plluants et prévir un renuvellement d air suffisant pur assurer la qualité de l air PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dans les bâtiments est suvent mins

Plus en détail

REALISATION ET CONCEPTION DU STAND PILOTE PAR ADVANCITY AU SALON POLLUTEC LYON 29 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE 2016 CONSULTATION

REALISATION ET CONCEPTION DU STAND PILOTE PAR ADVANCITY AU SALON POLLUTEC LYON 29 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE 2016 CONSULTATION REALISATION ET CONCEPTION DU STAND PILOTE PAR ADVANCITY AU SALON POLLUTEC LYON 29 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE 2016 CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES CONSULTATION Paris, le 22 avril 2016 Table des matières Table

Plus en détail

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ Plitique Envirnnement du grupe GDF SUEZ Cmme tute rganisatin humaine, le grupe GDF SUEZ est en interactin avec l Envirnnement. Le présent dcument précise les principaux enjeux de cette interactin ainsi

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE - - REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE Interrger sn cmprtement vis-à-vis des installatins de chauffage et de refridissement. PRINCIPES Le cnfrt thermique est prbablement l'un des éléments venant

Plus en détail

Diviser par 3 la consommation énergétique d un bâtiment

Diviser par 3 la consommation énergétique d un bâtiment RT : Nuveauté Diviser par 3 la cnsmmatin énergétique d un bâtiment RT 2005 : 150 kwh/m².an RT : 50 kwh/m².an 3 exigences Cnceptin biclimatique Faible cnsmmatin d énergie Bn cnfrt d été Le maître d uvrage

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Proposer et mettre en service les solutions domotiques relatives aux innovations de l année 2013 (DOM02- version 2014)...

TABLE DES MATIÈRES. Proposer et mettre en service les solutions domotiques relatives aux innovations de l année 2013 (DOM02- version 2014)... Guide frmatin 2014 Dmticiens agréés Smfy Centre de Frmatin SOMFY n déclaratin d activité 82 74 00 16974 1 place du crêtet 74300 Cluses Mail t : cntact.frmatin@smfy.cm TABLE DES MATIÈRES Prpser et mettre

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 COMMUNICATION DES FAIBLESSES DU CONTRÔLE INTERNE AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET A LA DIRECTION Intrductin (Applicable aux audits d états financiers

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 5 : ELECTRICITE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 5 : ELECTRICITE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 5 : ELECTRICITE

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

Affichage publicitaire Mode d emploi

Affichage publicitaire Mode d emploi Affichage publicitaire Mde d empli Enseignes, pré-enseignes, publicité : qu ès aquò? Art L581-3 CE Une enseigne se caractérise par tute inscriptin, frme u image appsée sur un immeuble (fncier cmpris) et

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE SPÉCIALISÉ EN SERRES par Grupe Hrticle Ledux Inc. DESCRIPTION DU BESOIN Ntre ffre permet de cuvrir les besins nn jurnaliers mais habituellement requis en serres pur

Plus en détail

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE Frmatin «Référent Energie» PACK 1 : «Efficacité énergétique liée au prcess» PACK 2 : «Efficacité énergétique liée au bâti» 4 Jurs 3 Jurs 3 Jurs PACK 3 : «Efficacité

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

PROJET EFFINERGIE - NUMERIQUE

PROJET EFFINERGIE - NUMERIQUE APPEL D OFFRES ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROJET EFFINERGIE - NUMERIQUE Le Cllectif Effinergie, assciatin pur la prmtin de l'efficacité énergétique dans les bâtiments (www.effinergie.rg) lance une

Plus en détail

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière?

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière? Sessin : Territires cherchent indicateurs pertinents Quels indicateurs pur l analyse de la cnsmmatin fncière? Pierre ALBERT pierre.albert@amenis.fr 12 juin 2013 Plan de l interventin Un rappel du cntexte

Plus en détail

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE - - ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE Chisir des matériaux lurds et les laisser en cntact direct avec l ambiance du lcal, pur dispser d un tampn thermique imprtant. PRINCIPES DEMARCHE Pur assurer le

Plus en détail

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2 OLIDITE FACADE OSSATURE BOIS SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX DE LA JUSTIFICATION DE LA RESISTANCE MECANIQUE ET DE LA STABILITE... 2 2. ACTIONS DES CHARGES PERMANENTES... 2... 2... 2 3. ACTIONS DU VENT...

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX Mise à jur avril 2006 Évaluatin des ATEX La réglementatin ATEX / Déterminatin des ATEX 1 Rappel Réglementaire Directive 1999/92/CE du Parlement Eurpéen et du Cnseil du 16 décembre 1999 cncernant les prescriptins

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Palais de Justice de Montluçon. Travaux d'aménagement du Bâtiment. 114 boulevards de Courtais 03100 Montluçon PRESENTATION DU PROJET

Palais de Justice de Montluçon. Travaux d'aménagement du Bâtiment. 114 boulevards de Courtais 03100 Montluçon PRESENTATION DU PROJET Palais de Justice de Mntluçn Travaux d'aménagement du Bâtiment 114 bulevards de Curtais 03100 Mntluçn PRESENTATION DU PROJET Janvier 2013 1 Présentatin de l pératin 1.1 Cntexte Le bâtiment du palais de

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. Demandeur (propriétaire de la future installation) Nom* : Prénom*: Rue* : CP* : Commune* : @** : Téléphone* : Nom* : Prénom* : Rue *:

GÉNÉRALITÉS. Demandeur (propriétaire de la future installation) Nom* : Prénom*: Rue* : CP* : Commune* : @** : Téléphone* : Nom* : Prénom* : Rue *: SPANC Tel : 03 80 24 58 79 Fax : 03 80 22 72 84 audrey.gaillard@beaunecteetsud.cm Cmmunauté d agglmératin BEAUNE CHAGNY NOLAY Service Assainissement 14 rue P. Trinquet 21200 BEAUNE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 2003 03 69 0223 Catégrie : C* Dernière mdificatin : 07/01/16 TITRE DU CQPM : Chargé(e) de maintenance industrielle 1. Objectif

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

APPEL A PROJETS BATIMENTS BASSE CONSOMMATION (PREBAT-EFFINERGIE) ANNEE 2010

APPEL A PROJETS BATIMENTS BASSE CONSOMMATION (PREBAT-EFFINERGIE) ANNEE 2010 APPEL A PROJETS BATIMENTS BASSE CONSOMMATION (PREBAT-EFFINERGIE) ANNEE 2010 L appel à prjets «Bâtiments Basse Cnsmmatin» 2010 est financé dans le cadre du cntrat de prjets Etat-Régin 2007-2013, en partenariat

Plus en détail

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting FROID EFFICACE EN LR FROID et AGROALIMENTAIRE en Languedc-Russilln Paul Rivet AF Cnsulting FROID et AGROALIMENTAIRE en LANGUEDOC-ROUSSILLON Réunin du 2 ctbre 2009 - Mntpellier Rappel des bjectifs de l

Plus en détail

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE PC de bureau vs. PC prtable : lequel chisir? C est certainement la questin que se pse n imprte quel utilisateur achetant sn premier rdinateur u vulant le renuveler : dis-je acheter un PC de bureau u un

Plus en détail

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant. Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité

Plus en détail

Résidence BREVA NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. 22 Appartements T3 Ŕ T4 Cabinet RAFFEGEAU-PEOCH-RUBIO

Résidence BREVA NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. 22 Appartements T3 Ŕ T4 Cabinet RAFFEGEAU-PEOCH-RUBIO Résidence BREVA NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Maître d uvrage SCCV BREVA Espace Perfrmance Ŕ Bâtiment N 35769 SAINT GREGOIRE CEDEX Tél : 02 99 23 16 46 Ecnmiste Cabinet LEMONNIER Parc Mnnier 35 000 RENNES

Plus en détail

Conditions d installation et d utilisation du matériel d auto-surveillance

Conditions d installation et d utilisation du matériel d auto-surveillance Cnditins d installatin et d utilisatin du matériel d aut-surveillance 1. Recmmandatins d utilisatin et d installatin a) Le matériel d aut-surveillance utilise une technlgie de cmmunicatin sans fil (radifréquence

Plus en détail

UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE.

UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE. Chaudières fiul MUTINE ÉVOLUTION N OUVELLE MUTINE MUTINE ÉVOLUTION UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE. un design élégant et mderne, un cnfrt eau chaude

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

Charte du Tutorat CPAG

Charte du Tutorat CPAG Charte du Tutrat CPAG OBJET DE LA CHARTE La présente charte a pur bjectifs : - de fixer les règles relatives au tutrat exercé par des Agents Généraux expérimentés auprès des Agents Généraux stagiaires

Plus en détail

Charte Afpa des déplacements responsables

Charte Afpa des déplacements responsables Mdalités d rganisatin des déplacements Annexe Charte Afpa des déplacements respnsables Préambule Les déplacements liés à l activité d une entreprise cmme l Afpa snt nmbreux. Trajets dmicile /travail, trajets

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE. Mise à jour du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégration du volet eaux pluviales

COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE. Mise à jour du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégration du volet eaux pluviales COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE DEPARTEMENT DU MAINE ET LOIRE (49) Mise à jur du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégratin du vlet eaux pluviales Dssier de cnsultatin des bureaux d études Cahier

Plus en détail

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008 Prpriétés s acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Suzel Balez L5C 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et crrectin acustique

Plus en détail

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine Cnventin de prestatins de services pur l accmpagnement à l efficacité énergétique du patrimine N La cnventin suivante est passée entre : La Cmmune/Cllectivité de représentée par dûment habilité(e) à la

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

Projet de méthanisation à la ferme

Projet de méthanisation à la ferme Prjet de méthanisatin à la ferme Exercice d étude de cas Pôle de Lanaud (Haute-Vienne) Cntact Slagr : Jérémie PRIAROLLO jeremie.priarll@slagr.ass.fr 05 67 69 69 69 Slag r 75, vie du TOEC - 31076 Tuluse

Plus en détail

CHAPITRE: Etude de marché

CHAPITRE: Etude de marché CHAPITRE: Etude de marché Plan : I-Ntin de bases :.. I.1- Marketing : I.1.1 Etymlgie I.1.2 Définitin I.2- Marché: I.2.1. Définitin I.2.2 Classificatin I.3- Cncurrence :... I.4- I.5- Ciblage :. Segmentatin

Plus en détail

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Mise en prductin, cntrôle et validatin (RCV) avec certificatin 5 jurs (anglais et français) Vue d ensemble de la frmatin ITIL est un ensemble de cnseils sur les meilleures pratiques, devenu un

Plus en détail

DU RESPONSABLE DE FORMATION

DU RESPONSABLE DE FORMATION Appruvé le 10 juin 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTERIEL DU RESPONSABLE DE FORMATION (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le présent référentiel cmprend un référentiel d activités, de cmpétences et de frmatin

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Cuisine Centrale François Rabelais

Cuisine Centrale François Rabelais Cuisine Centrale Françis Rabelais Cmmune de St Etienne du Ruvray Maître d œuvre : EURL Architecture et Ingénierie Type d pératin : Cnstructin HQE Typlgie du bâtiment : Cuisine centrale Année de livraisn

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse :

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse : CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE Cncerne : Nm du Bâtiment Entre : Nm Client Ci-après dénmmé «CLIENT» ET : Nm sciété Ci-après dénmmé «EXPLOITANT» Il a été

Plus en détail

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS

Plus en détail