. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1"

Transcription

1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S N la somme des termes u dot l idice est compris etre 0 et N : S N = u u N. La suite (S N ) N N est appelée série de terme gééral u. Pour N N, le terme S N est appelé somme partielle d ordre N de la série. Exemples. (a) Pour la suite des etiers (u ) = (), o obtiet pour tout N, S N = N = N(N+) 2. (b) Si (u ) est ue suite géométrique de raiso q, q, o obtiet : N N, S N = qn+. q (c) Si (u ) = ( (+)(+2) ), o observe que pour tout etier, (+)(+2) = + +2, d où S N = N+2 pour tout etier N. (d) La série harmoique est la série dot le terme gééral u est doé par u = pour (avec u 0 = 0), de sommes partielles S N = N. (e) La série harmoique alterée est la série dot le terme gééral u est doé par u = ( ) pour (avec u 0 = 0), de sommes partielles S N = ( )N N. Utilisatio du sige Pour compacter l écriture et éviter l ambiguïté des poitillés, o ote N u (ou aussi 0 u N au lieu de u u N. - La somme S N = N u e déped que de N et pas de ; o dit que l idice est muet. O peut tout aussi bie écrire par exemple S N = N u k ; il faut seulemet predre garde à remplacer k=0 la lettre par la lettre k partout où elle apparaît. - O peut faire des chagemets d idice. Par exemple, e faisat le chagemet = +, o obtiet N + = N+ = N+ = =. u )

2 Remarque. Si (S ) est la suite des sommes partielles de la série de terme gééral u, o a u 0 = S 0 et u = S S pour > 0. Iversemet, si o se doe ue suite (v ), o peut cosidérer la suite (u ) telle que u 0 = v 0 et pour N, u = v v (c est par exemple ce qu o fait quad o étudie la mootoie de (v )). O a alors v N = cosidérer la suite (v ) comme la série de terme gééral u. N u pour tout N. O peut doc 4.2 Covergece d ue série. Défiitio 4.2. Soit (u ) ue suite réelle ou complexe et pour N N, S N = N u. Dire que la série de terme gééral u coverge (resp. diverge) sigifie que la suite (S N ) des sommes partielles coverge (resp. diverge). Das le cas coverget, lim S N N = lim u N + N + est otée + u et appelée somme de la série. Retour sur les exemples. (a) Cette série diverge. (b) La série coverge si et seulemet si q < et das ce cas, o obtiet la formule (fodametale) : + q = q. (c) E exercice. Remarque. Si deux suites ot tous leurs termes égaux à partir d u certai rag 0, les sommes partielles des deux séries correspodates diffèret d ue costate à partir du rag 0. Les deux séries sot doc de même ature (covergetes/divergetes). Autremet dit, la ature d ue série de terme gééral u e déped pas des premiers termes de la suite (u ). Propositio 4.3. Ue coditio écessaire de covergece. Si la série de terme gééral u coverge, o a lim u = 0. Démostratio. Supposos que la série coverge et soit S sa somme. Pour tout etier, o a u = S S ; doc (u ) coverge et sa limite est S S = 0. La réciproque est fausse. Exemple. Le terme gééral de la série harmoique coverge vers 0, mais la série diverge. E effet, si o suppose (par l absurde) qu elle coverge, o a lim (S 2N S N ) = 0. Mais pour N + 2

3 tout N N, o a (S 2N S N ) = 2N =N+ N 2N 2, d où ue cotradictio. Ue série dot le terme gééral e coverge pas vers 0 est dite grossièremet divergete. Propositio 4.4. Opératios sur les séries. Soiet λ u réel (ou u complexe) et (u ) et (v ) deux suites de ombres réels (ou complexes).. Si la série de terme gééral u coverge, la série de terme gééral λu coverge et + (λu ) = λ( + u ). 2. Si les deux séries de terme gééral u et v coverget, la série de terme gééral u + v coverge et + (u + v ) = ( + u ) + ( + v ). 4.3 Séries umériques à termes réels positifs Propositio 4.5. Soit (u ) ue suite dot tous les termes sot réels positifs. La série de terme gééral (u ) coverge si et seulemet si la suite de ses sommes partielles est majorée. Démostratio. La suite (S ) des sommes partielles est croissate. Si elle est majorée, elle coverge. Sio, elle diverge vers +. Défiitio. Séries de Riema. Soit α R. La série dot le terme gééral est doé par u = pour ( ) (avec u α 0 = 0) est appelée série de Riema d exposat α. Théorème 4.6. La série de Riema d exposat α est covergete si et seulemet si α >. Démostratio. Das le cas α 0, le terme gééral e coverge pas vers 0, doc la série α est grossièremet divergete. Das le cas α =, o retrouve la série harmoique qui est divergete. Das les autres cas, o compare les sommes partielles de la série avec des itégrales de la foctio t t (faire u dessi de so graphe). O a e effet, pour k 2 α Supposos < α. O obtiet, pour tout 2, S = k= k α + k=2 k k k k α k t α dt (k ) α t α dt + t α dt = + α ( α ) + α La suite (S ) est majorée doc la série (à termes réels positifs) coverge. 3

4 Supposos 0 < α <. O obtiet de même pour tout 2, S = + k=2 + (k ) α k=2 k k + t α dt t α dt = α (( + ) α ). Le terme de droite diverge vers +. Il e est de même de la suite (S ). La série est doc divergete. Exercice. Appliquer ce même procédé das le cas α = pour retrouver la divergece de la série harmoique et motrer que de plus lim ( ) l =. Propositio 4.7. Comparaiso de deux séries. Soiet (u ) et (v ) deux suites à termes réels positifs et telles que pour tout N, o a 0 u v. Alors. Si la série de terme gééral v coverge, celle de terme gééral u coverge aussi et o a + u + v. 2. Si la série de terme gééral u diverge, celle de terme gééral v diverge aussi. Démostratio. (i) Pour tout N N, o a N u N v ( ) Si la série de terme gééral v coverge, la suite de ses sommes partielles est majorée ; d après (*) la suite des sommes partielles de la série de terme gééral u est majorée et cette série est à terme positifs, doc elle coverge. L iégalité etre les deux sommes s obtiet e passat à la limite das (*). (ii) est ue coséquece immédiate de (i). Exemples.. Si (u ) = ( ), o a N, 0 u ( 2 3) ; le terme de droite est celui d ue série géométrique de raiso 2 3, qui coverge car 2 3 < ; doc la série de terme gééral u (positif) coverge aussi. 2. Si (u ) = ( log(+3) ), pour tout, o a u 0. La série de terme gééral u est doc divergete, comme la série harmoique. E comparat avec ue série géométrique, o obtiet les deux critères suivats : Propositio 4.8. Critère de d Alembert u Soit (u ) ue suite à termes réels strictemet positifs. Supposos que lim + u l R + {+ }. (i) Si l <, la série coverge. (ii) Si l >, o a lim u = + et la série diverge grossièremet. = l, où Démostratio. 4

5 (i) Supposos l < et soit q = l+ 2. Das ce cas, o a 0 l < q <. Il existe u etier 0 tel que pour 0, o ait u + u q, soit (puisque u > 0), u + qu. O e déduit 0, u q 0 u 0 = q u 0 q 0. La série géométrique de terme gééral q coverge puisque 0 q <. Le premier critère de comparaiso motre que la série de terme gééral u coverge. (ii) Supposos l > et soit q = l+ 2 si l R, q = 2 si l = +, de sorte que das les deux cas, o a < q < l. O motre de même qu il existe u etier 0 tel que pour 0, o ait u q u 0 q 0. Ici, o a lim u diverge grossièremet. q = +, doc lim u = + ; par suite la série de terme gééral Propositio 4.9. Critère de Cauchy. Soit (u ) ue suite réelle à termes positifs. Supposos que lim (u ) (i) Si l <, la série coverge. (ii) Si l >, o a lim u = + et la série diverge grossièremet. = l, où l R + {+ }. La démostratio se fait comme celle du critère de d Alembert. Exemples. (a) Si (u ) = ( 3 + ), o a N, u > 0 et u + u = 3 +, doc lim la série de terme gééral u diverge d après le critère de d Alembert. (b) Si (u ) = ( (+) ), o a N, u > 0 et (u ) = + terme gééral u coverge d après le critère de Cauchy., doc lim (u ) u + u = 3 > ; = 0 ; la série de Attetio! - II peut arriver que ( u + u ) ou u ) aiet pas de limite. u - Le critère de d Alembert (resp. de Cauchy) e permet pas de coclure lorsque lim + u = (resp. lim (u ) = ) : observer le cas des séries de Riema. Propositio 4.0. Comparaiso de deux séries 2. Soiet u et v les termes gééraux de deux séries à termes réels strictemet positifs. Si =, alors les deux séries de termes gééraux u et v sot de même ature. lim u v Démostratio. Preos ɛ = 2. Il existe N N tel que si N, o a 2 u v 2 v u 3 2 v. Il suffit d appliquer la propositio comparaiso de deux séries. 3 2, doc O fait déjà beaucoup de choses e comparat avec des séries géométriques ou de Riema. Exemples.. Si (u ) = ( (+) α +si ) avec α > 0, les termes gééraux u et sot strictemet positifs α et o a lim =. Doc la série de terme gééral u est de même ature que la série u α de Riema d exposat α. Elle coverge si et seulemet si α >. 2. Soit (u ) = ( l(+) ). O peut voir que lim (+) u = 0, doc que pour assez grad, 0 u 3 2, ce qui doe 0 u. Les deux séries sot à termes positifs. La 3 2 série de Riema d exposat 3 2 coverge ( 3 2 > ) et majore celle de terme gééral u, doc 5

6 celle-ci coverge aussi. 3. Soit u = + l(+2). O a lim u = +, doc pour assez grad, u > 0, d où l o déduit la divergece de la série de terme gééral u. 4.4 Séries absolumet covergetes. Défiitio. Soit (u ) ue suite réelle ou complexe. Dire que la série de terme gééral u est absolumet covergete sigifie que la série de terme gééral (réel positif) u est covergete. Propositio 4.. Ue série absolumet covergete est covergete. Attetio! La réciproque est fausse. La série harmoique alterée de terme gééral ( ) pour est pas absolumet covergete, mais o verra e 4.5 qu elle coverge. Ue série qui coverge mais est pas absolumet covergete est dite semi-covergete. Démostratio. Supposos tous les termes u réels. Pour tout etier, o ote u + = sup(u, 0) et u = sup( u, 0) les parties positives et égatives de u ; o a alors 0 u + u et 0 u u. Les séries ayat respectivemet pour terme gééral u + et u sot covergetes d après le premier critère de comparaiso. Comme u = u + u pour tout, le résultat résulte de la propositio 2.4. Pour des termes complexes, o ote pour tout N, u = a + ib, où a et b sot réels ; o a a u et b u. Les séries (réelles) ayat respectivemet pour terme gééral a et b sot absolumet covergetes d après le premier critère de comparaiso, doc covergetes d après ce qui précède. Le résultat résulte à ouveau de la propositio 2.4. Exemples. (a) Si (u ) = ( ( ) ), o a ( u 2 ) = ( ), la série est covergete, doc la série u 2 2 est absolumet covergete. (b) Soit z C z et (u ) = ( z + l(+2) ) ; o a ( u ) = ( + l(+2) ). O peut essayer d appliquer le critère de d Alembert à la série de terme gééral strictemet positif u ; o u a lim + u = z. Doc : (i) si z <, la série u coverge, doc la série de terme gééral u est absolumet covergete (a fortiori covergete) ; (ii) si z >, o a lim u = +, doc la série de terme gééral u est grossièremet divergete. Si z =, ce critère e permet pas de coclure. Mais das ce cas, o a u = + l(+2) et o a vu plus haut que cette série diverge. Si z =, la série diverge ; sio, la série u est pas absolumet covergete (cela e préjuge pas de sa covergece ou de sa divergece). 6

7 4.5 Séries alterées. Défiitio. La série de terme gééral réel u est alterée si le terme gééral u est alterativemet positif ou égatif, c est-à-dire - soit N, u = ( ) u, - soit N, u = ( ) + u. Exemples. (a) La série de terme gééral l( + ( ) + ). (b) La série harmoique alterée de terme gééral ( ),. Propositio 4.2. Si la série de terme gééral u est alterée et si la suite ( u ) décroît vers 0, la série est covergete. Das ce cas, pour tout N, le reste R = + u k = (S + S ) a le sige de u + et vérifie R u +. k=+ Démostratio. Supposos par exemple que les termes d idices pairs sot positifs, les termes d idices impairs égatifs et que ( u ) décroît vers 0. Pour tout etier, o a : S 2+2 S 2 = u u 2+ = u 2+2 u 2+ 0, S 2+3 S 2+ = u u 2+2 = u u 2+2 0, S 2 S 2+ = u 2+ = u Doc la suite (S 2 ) est décroissate, majore la suite (S 2+ ) qui est croissate et lim (S 2+ S 2 ) = 0. Fialemet, les deux sous-suites (S 2 ) et (S 2+ ) sot adjacetes. Elles ot ue limite commue S et o a vu que das ce cas, la suite (S ) coverge aussi vers S. De plus pour tout N, o a S 2+ S 2+3 S S 2+2, doc D où le résultat. 0 R 2+ = S S 2+ S 2+2 S 2+ = u 2+2 u 2+3 = u 2+3 = S 2+3 S 2+2 S S 2+2 = R Commetaire. Si o approche la somme S + par S, l erreur commise est R. O peut doc estimer cette erreur à partir de la majoratio précédete. Exemples. (a) pour z =, la série de terme gééral u = (z) + l(+2) est alterée et ( u ) décroît vers 0, doc cette série coverge. (b) La série harmoique alterée coverge. Elle e coverge pas absolumet. C est u exemple de série semi-covergete. Pour N, o a R (+). La covergece est lete. 7

8 Exercice. Pour N, motrer que 0 ( x + x ( ) x ) dx = l 2 + x+ 0 ( ) +x dx, ( ) puis que k k+ l 2 0 x+ dx +2. (Comparer avec la majoratio du reste de la k=0 série harmoique alterée obteue ci-dessus.) E déduire + ( ) k k = l 2. k= 4.6 Développemet décimal d u réel Soit (a ) ue suite de ombres etiers compris etre 0 et 9, avec a 0 = 0. Pour N N, o ote x N = N a 0 la somme partielle d ordre N de la série de terme gééral a = 0 ; c est u ombre décimal ; e écriture décimale, o le ote 0, a... a N ; o a. 0 x N = N = a N = ( 0 )N+ < ( ) = D après (*), la série coverge vers u réel x = lim x N = + a N + 0 de l itervalle [0, ] que l o = ote x = 0, a a 2... a N.... O dit alors que (a ) est u développemet décimal de x. Pour tout N N, le reste x x N est positif et vérifie : x x N = + =N+ a + 0 N+ 9 0 = ( 0 )N, ( ) L égalité a lieu si et seulemet si a = 9 pour tout N +. Aisi lorsque a N 9, o a 0, a a 2... a N = 0, a a 2... a N où a N = a N +. U développemet qui e statioe pas à 9 est dit propre. Das ce cas, pour tout etier N, l iégalité das (**) est stricte : 0 x x N < 0 N et o obtiet x N = 0 N E[0 N x] et a N+ = E[0 N+ (x x N )]. ( ) Par suite, si x [0, [ admet u développemet propre 0, a a 2... a N......, celui-ci est uique. Les ombres décimaux de [0, [ sot les seuls à avoir deux développemets, u développemet propre qui statioe à 0 et u développemet, dit impropre, qui statioe à 9. Théorème 4.3. U réel x [0, [ a u développemet décimal propre et u seul. 8

9 Démostratio. Soiet (x N ) et (a N ) les suites défiies à partir de x par les relatios (***). Fixos u etier N. Par costructio, a N+ est u etier et o a a N+ 0 N+ (x x N ) < a N+ + ; doc E[0 N+ x] = 0 N+ x N + a N+ et x N+ = x N + a N+ ; de plus, a 0 N+ N+ 0 N+ (x x N ) < 0 et 0 0 N+ (x x N ) < a N+ +, doc a N+ est u etier compris etre 0 et 9. Par récurrece sur N, o obtiet N N, x N = N = a 0 = 0, a a 2... a N. Efi, puisque N N, 0 x x N < 0 N, o a lim x N = x. La suite (a ) est doc u développemet décimal de x. Si le développemet est impropre, il existe u N tel que x = 0, a a 2... a N 9999 ; mais alors, 0 N (x x N ) =, ce qui cotredit la défiitio de x N. Remarque. U réel x [0, [ est décimal si et seulemet si so développemet propre statioe à 0. O peut motrer que x est ratioel si et seulemet si so développemet propre est périodique à partir d u certai rag. Exercice. Calculer 0, , Complémets. Desité de Q das R. D après la sectio précédete, tout réel est limite d ue suite de décimaux. O e déduit que das tout itervalle ouvert de R, il existe u ratioel (et même u ombre décimal). O dit que Q est dese das R. Défiitio. U esemble o vide E est déombrable s il existe ue suite (u ) d élémets de E telle que E soit l esemble des termes u (autremet dit si o peut uméroter les élémets de E). Exemples. Evidemmet N est déombrable. Pour p N, le sous-esemble fii {, 2..., p} de N est déombrable (predre (u ) = (, 2,..., p, p, p,...)). Il est facile de motrer que Z et Q sot déombrables. Théorème. L esemble des réels est pas déombrable. Démostratio. Supposos R déombrable. C est l esemble des termes d ue suite. O e extrait ue suite (u p ) dot [0, [ est l esemble des termes. Pour p N, o ote (a (p) ) le développemet propre de u p et o pose a p = 0 si a p 0, a p = 8 si a p = 0, de sorte que a p a (p) p et a p 9. Soit x le réel de développemet (a p). Ce développemet est propre et est celui d aucu des u p. Mais x [0, [. O obtiet doc ue cotradictio. 9

10 5 Complémets Cette sectio est pas au programme de l exame, mais vu l importace des otios et résultats ici abordés e 5. et 5.2, il est (très) recommadé pour la suite d e predre coaissace, quitte à laisser de côté les démostratios. 5. Suites extraites. O fixe ue suite de ombres réels ou complexes (u ). Défiitio. Ue suite extraite (ou ue sous-suite) de (u ) est ue suite de la forme (u s() ) où s : N N est ue applicatio strictemet croissate. Exemples. - La suite (u 2 ) est ue sous-suite de la suite (u ). (O pred s() = 2.) De même pour (u 2). - Si (v ) = (u 2 ), la sous-suite (v 3 ) de (v ) est ue sous-suite de (u ), (v 3 ) = (u 6 ). - Plus gééralemet, ue sous-suite d ue sous-suite de (u ) est ue sous-suite de (u ). (Predre v = u s() et w = v t(). O obtiet w = u s t().) Propositio. Covergece et sous-suites. Soit l R {+, }. Si lim u = l, pour toute sous-suite (u s() ) de (u ), o a aussi lim u s() = l. Corollaire. S il existe deux sous-suites de (u ) qui ot des limites différetes, la suite (u ) a pas de limite. Exemples. - (a) O a déjà vu ces résultats pour les deux sous-suites (u 2 ) et (u 2+ ). - (b) La suite (u ) = (cos( 2π 3 )) diverge. Théorème de Bolzao-Weierstrass (B. P. Bolzao : ; K. T. Weierstrass : ) Soit (u ) ue suite réelle ou complexe. Si (u ) est borée, (u ) a ue sous-suite covergete. Démostratio. Supposos (u ) réelle et borée. Soiet a et b deux réels tels que pour tout etier, o a a u b. Pour K N, otos H(K) la propriété : il existe des segmets [a 0, b 0 ], [a, b ],..., [a K, b K ] tels que [a K, b K ]... [a, b ] [a 0, b 0 ] = [a, b] et vérifiat pour tout k K, les deux coditios suivates : (i) b k a k = b a 2 k (ii) l esemble des idices tels que u appartiee à [a k, b k ] est u esemble ifii. Par récurrece sur K, la propriété H(K) est vraie pour tout K N ; ceci résulte des poits () et (2) suivats : 0

11 () La propriété H(0) est évidete. (2) Soit K N. Supposos H(K) vérifiée. Notos m le milieu du segmet [a K, b K ]. S il existe ue ifiité d idices tels que u appartiee à [a K, m], o pose a K+ = a K et b K+ = m ; sio, il existe forcémet ue ifiité d idices tels que u appartiee à [m, b K ], o pose a K+ = m et b K+ = b K. Das les deux cas, les coditios (i) et (ii) sot vérifiées pour k = K +. O e déduit H(K + ). O a costruit aisi deux suites (a k ) et (b k ) qui sot adjacetes ; elles ot doc ue limite commue l et pour tout etier k, o a a k l b k. Pour K N, otos maiteat H (K) la propriété : il existe des etiers s(0), s(),..., s(k) tels que 0 = s(0) < s() <... < s(k) et pour tout k K, u s(k) [a k, b k ]. () La propriété H (0) est évidete. (2) Soit K N. Supposos H (K) vérifiée. L esemble des idices tels que u appartiee à [a K+, b K+ ] état ifii, il e existe au mois u qui est strictemet plus grad que s(k) ; o défiit s(k + ) comme le plus petit d etre eux. O e déduit H (K + ). Les poits () et (2) et u raisoemet par récurrece sur K motret que la propriété H (K) est vraie pour tout K. O a aisi costruit ue sous-suite (u s(k) ) telle que pour tout k N, a k théorème des gedarmes motre alors que cette sous-suite coverge vers l. u s(k) b k. Le Le cas où (u ) est ue suite complexe borée se ramèe au précédet. E effet, si pour etier o écrit u = a + ib où a et b sot réels, les deux suites (a ) et (b ) sot réelles borées. O peut extraire de (a ) ue sous-suite covergete (a s() ), de limite a, puis extraire de (b s() ) ue sous-suite covergete (b s t() ) de limite b. La sous-suite (u s t() ) coverge alors vers a + ib. Ce théorème est d ue très grade importace. Il fourit ombre de résultats décisifs e aalyse, par exemple : Corollaire. Ue foctio f : [a, b] R qui est cotiue sur l itervalle boré [a, b] est borée. Démostratio. O raisoe par l absurde, e supposat que f est pas borée ; par exemple f est pas majorée. Ceci sigifie que pour tout M R, il existe u x [a, b] tel que f(x) M (écrire la défiitio de f majorée et e predre la égatio). E particulier, pour tout N, o peut trouver u élémet x [a, b] tel que f(x ). O a doc lim f(x ) = +. La suite (x ) est borée. Par le théorème de Bolzao-Weierstrass, elle possède ue sous-suite (x s() ) qui coverge vers ue limite l. Comme pour tout N, o a a x s() b, e passat à la limite, o trouve a l b. De plus, f est cotiue, doc o a lim f(x s()) = f(l). Mais d après ce qui précède, o a aussi lim f(x s()) = +. D où ue cotradictio.

12 5.2 Suites de Cauchy Prélimiaire. Soit (u ) ue suite covergete (réelle ou complexe) de limite l. Fixos ε > 0. O sait que pour assez grad, u approche l à ε près. O e déduit que pour des idices et p assez grads, u et u p sot proches à ε près : e effet, o peut trouver u etier N tel que N, u l < ɛ 2. Alors, pour tous les etiers et p tels que N et p N, o a u u p u l + u p l < ɛ 2 + ɛ 2 = ε. O obtiet la propriété : ε > 0, N N, N, p N, ( N et p N u p u < ε) () Ceci coduit à la défiitio : Défiitio : O dit qu ue suite (u ) de ombres réels (ou complexes) est ue suite de Cauchy si elle vérifie la propriété (). (Cauchy : ) Das cette propriété, o met e évidece les écarts etre deux termes de la suite, la limite l apparaît plus. D après ce qui précède, ue suite covergete est ue suite de Cauchy. L itérêt de la otio de suite de Cauchy résulte du théorème fodametal suivat. Théorème : Ue suite de ombres réels (ou complexes) est covergete si et seulemet si c est ue suite de Cauchy. Commetaire : Le ses le plus utile est : (u ) suite de Cauchy de réels (ou de complexes) = (u ) covergete Cette implicatio permet de prouver la covergece d ue suite de réels (ou complexes) sas faire iterveir la limite l, e particulier das le cas où o a pas d idée a priori sur ue limite évetuelle. Démostratio. Supposos que (u ) est ue suite de Cauchy. E preat ɛ =, o trouve u etier N 0 tel que pour N 0, o a u u N0 <, doc u u N0 +. La suite (u ) est doc borée par sup{ u 0,..., u N0, u N0 + }. E utilisat le théorème de Bolzao - Weierstrass, o trouve ue sous-suite (u s() ) covergete, de limite l. Motros qu alors la suite (u ) coverge vers l. Fixos ɛ > 0, arbitrairemet petit. Comme la sous-suite (u s() ) coverge vers l, il existe N tel que N, u s() l < ε 2 ; d autre part, par défiitio d ue suite de Cauchy, il existe N 2 tel que pour N 2 et p N 2, u u p < ε 2. Soit N = sup(n, N 2 ) et N. O a N N doc u s(n) l < ε 2 ; d autre part, o a 2

13 N N 2 et s(n) N N 2, doc u u s(n) < ε 2. O obtiet N, u l < ɛ. D où la covergece de (u ) vers l. Exercice. O ote f la foctio f : x + 2 si x. Soit (u ) la suite vérifiat u 0 = et u + = f(u ) pour tout N. (i) Motrer que f est dérivable et que sup f (x) 2. x R (ii) E déduire que pour tout N, o a u + u 2 u u 0, puis que 2 + u +p u 2 pour tous les etiers et p. (iii) E déduire que (u ) est ue suite de Cauchy. Elle coverge doc vers ue limite l, qui est u poit fixe de f. (iv) Motrer que pour tout etier, o a l u 2. Trouver tel que u l 0 0. Commetaire. La méthode utilisée das cet exercice pour motrer que f a u poit fixe se gééralise à des foctios dérivables telles que sup f (x) K où 0 K <. x R Des ratioels aux réels. Ue suite de Cauchy dot les termes sot ratioels a ue limite réelle, mais celle-ci est pas forcémet ratioelle. Par exemple, la suite de Héro, défiie par u 0 = 2 et u + = 2 (u + 2 u ) pour tout etier est ue suite de ratioels covergete, doc ue suite de Cauchy, mais sa limite 2 est irratioelle. De même les suites ayat respectivemet pour terme gééral u = +! + 2! ! et v = u +! sot adjacetes doc coverget das R (et sot des suites de Cauchy). Ce sot des suites de ratioels. Mais la limite est pas ratioelle. Pour costruire R à partir de Q, l idée est de compléter Q par les limites des suites de Cauchy de ratioels. 5.3 Elémets sur la costructio de R. O a supposé cous au départ les esembles N, Z, Q et R et leurs propriétés usuelles cocerat l additio, la multiplicatio et la relatio d iégalité. Mais commet peut-o costruire de tels esembles? L existece d u esemble d etiers aturels ad hoc est pas évidete. Peao la doait e axiome ; aujourd hui, o la déduit d ue théorie axiomatique des esembles (qui pose elle-même des problèmes de fodemets). Mais il est (assez) facile de costruire l esemble Z des ombre relatifs à partir de N ; il s agit d augmeter l esemble N de l esemble des etiers relatifs égatifs et de pouvoir faire des soustractios etre deux relatifs quelcoques. E gros, voici commet o procède. 3

14 Supposat le problème résolu, o observe qu o peut costruire ue applicatio ϕ : N N Z, (m, ) m. Tous les relatifs peuvet être obteus aisi. Si a Z, a est l image de tous les couples (m, ) tels que m = a. (Si a est positif, a est e particulier l image de (a, 0) ; si a est égatif, a est e particulier l image de (0, a).) Ceci reviet à cosidérer u relatif comme ue différece de deux etiers aturels ou comme u esemble de couples d etiers aturels. O observe que deux couples (m, ) et (m, ) ot la même image si et seulemet si m = m, c est-à-dire si et seulemet si m + = + m. L avatage de cette relatio est qu elle peut-être défiie sas supposer a priori l existece de Z. Partat de N, cela coduit à cosidérer pour u couple x = (m, ) N N, l esemble x des couples (m, ) tels m + = + m (das N) et à défiir u etier relatif comme u esemble x. Pour x = (m, 0), o ote ecore m le relatif x, ce qui permet d idetifier N à u sous-esemble de Z. Il faut ecore étedre l additio, la multiplicatio et la relatio de N à Z, de sorte que si x = (m, ), o ait x = m (das Z) et que l esemble des relatifs aisi costruit ait les propriétés attedues. La costructio de l esemble des ratioels à partir de Z relève du même pricipe : cette fois, il faut disposer de l iverse d u ratioel o ul et pouvoir faire des divisios. Supposat le problème résolu, o observe qu o peut costruire ue applicatio ϕ : Z Z Q, (p, q) p q. O observe que deux couples (p, q) et (p, q ) ot la même image si et seulemet si pq = p q. Cela coduit à cosidérer pour u couple x = (p, q) Z Z, l esemble x des couples (p, q ) tels que pq = p q (das Z) et à défiir u ratioel comme u esemble x. Pour x = (p, ), o idetifie le relatif p au ratioel x. Puis o défiit ue additio, ue multiplicatio et ue relatio de sorte que si x = (p, q) o ait p q = x (das Q) et qu o ait les propriétés voulues. Pour costruire R à partir de Q, l idée est de compléter Q par les limites des suites de Cauchy de ratioels. Supposos R déjà costruit. O ote C l esemble des suites de Cauchy de ombres ratioels. O costruit l applicatio ϕ : C R, (u ) lim u. O a vu qu u réel x est limite d ue suite de ombres décimaux, doc tous les réels sot obteus aisi. Maiteat, deux suites de Cauchy (u ) et (v ) ot la même limite si et seulemet si lim (u v ) = 0. O s appuie sur cette relatio pour défiir les réels. Ue petite difficulté est que das la défiitio des suites covergetes de réels, o a utilisé des ε réels : ε R +, N N, N, ( N u l < ε) () 4

15 De même pour les suites de Cauchy : ε R +, N N, N, p N, ( N et p N u p u < ε) (2) Mais, il est facile d observer qu o a des défiitios équivaletes e se restreigat à des ε ratioels ou même de la forme p, p N : e effet, d après la propriété d Archimède, pour tout ε R +, il existe p N tel que p < ε. Partat de Q, o dira doc qu ue suite de ratioels coverge das Q vers le ratioel l si ε Q +, N N, N, ( N u l < ε) ( ) et que c est ue suite de Cauchy si ε Q +, N N, N, p N, ( N et p N u p u < ε) (2 ) Puis, pour (u ) C, o ote u l esemble des suites (v ) C telles que lim (u v ) = 0 et o défiit u réel comme u esemble u. Il est pas difficile à partir de là de défiir ue somme, u produit et ue relatio d iégalité das l esemble des réels qui e fot u corps commutatif totalemet ordoé et archimédie, comme éocé das la première sectio. La défiitio des réels à partir des suites de Cauchy de ratioels permet de motrer que les suites de Cauchy de réels coverget vers u réel. O retrouve esuite la propriété des segmets emboîtés et doc toutes les propriétés qui e ot été déduites. 5

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Suites et séries de fonctions

Suites et séries de fonctions [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 3 avril 5 Eocés Suites et séries de foctios Propriétés de la limite d ue suite de foctios Eercice [ 868 ] [correctio] Etablir que la limite simple d ue suite de

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Séries etières Eercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Eercice

Plus en détail

Processus et martingales en temps continu

Processus et martingales en temps continu Chapitre 3 Processus et martigales e temps cotiu 1 Quelques rappels sur les martigales e temps discret (voir [4]) O cosidère u espace filtré (Ω, F, (F ) 0, IP). O ote F = 0 F. Défiitio 1.1 Ue suite de

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Exo7 Topologie Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Exercice **

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X Exo7 Détermiats Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable T : pour

Plus en détail

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état Approximatio de la solutio d ue équatio différetielle ordiaire avec impulsios qui dépedet de l état F. Dubeau A. Ouasafi A. Sakat CRM-276 Jauary 21 Départemet de mathématiques et d iformatique, Uiversité

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

4 Approximation des fonctions

4 Approximation des fonctions 4 Approximatio des foctios Ue foctio f arbitraire défiie sur u itervalle I et à valeur das IR peut être représetée par so graphe, ou de maière équivalete par la doée de l esemble de ses valeurs f(t) pour

Plus en détail

Introduction : Mesures et espaces de probabilités

Introduction : Mesures et espaces de probabilités Itroductio : Mesures et espaces de probabilités Référeces : Poly cédric Berardi et Jea Michel Morel. J.-F. Le Gall, Itégratio, Probabilités et Processus Aléatoire J.-Y. Ouvrard, Probabilités 2, maîtrise-agrégatio,

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Des résultats d irrationalité pour deux fonctions particulières

Des résultats d irrationalité pour deux fonctions particulières Collect. Math. 5, 00, 0 c 00 Uiversitat de Barceloa Des résultats d irratioalité pour deux foctios particulières Richard Choulet 7, Rue du 4 Août, 40 Aveay, Frace E-mail: richardchoulet@waadoo.fr Received

Plus en détail

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local Appretissage: cours 3a Méthodes par moyeage local Guillaume Oboziski 1 er mars 2012 Réferece : chap. 6 of [Hastie et al., 2009] ad chap. 6 of [Devroye et al., 1996]. Algorithmes par moyeage local O cosidère

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3 1 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Voir le chapitre 19 pour l'étude des espaces euclidies et des isométries. État doé u espace euclidie E de dimesio 1, o rappelle que

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

Cours de Statistiques inférentielles

Cours de Statistiques inférentielles Licece 2-S4 SI-MASS Aée 2015 Cours de Statistiques iféretielles Pierre DUSART 2 Chapitre 1 Lois statistiques 1.1 Itroductio Nous allos voir que si ue variable aléatoire suit ue certaie loi, alors ses réalisatios

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D

LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D PRÉPARATION À L AGRÉGATION EXTERNE DE MATHÉMATIQUES DE L UNIVERSITÉ RENNES 1 1 ANNÉE 2009/2010 1. ESPACE PROBABILISÉ - VARIABLE ALÉATOIRE 1.1 ESPACE PROBABILISÉ

Plus en détail

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras Maîtrise de Mathématiques TER Le badit machot à deux bras Deis Cousieau Sous la directio de Jea-Michel Loubes Septembre 2003 Table des matières 1 Présetatio du problème 2 1.1 Exemple de la machie à sous,

Plus en détail

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité Processus géométrique gééralisé et applicatios e fiabilité Lauret Bordes 1 & Sophie Mercier 2 1,2 Uiversité de Pau et des Pays de l Adour Laboratoire de Mathématiques et de leurs Applicatios - Pau UMR

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES NON-PAAMÉTIQUES Ecole Cetrale de Paris Arak S. DALALYAN Table des matières 1 Itroductio 5 2 Modèle de desité 7 2.1 Estimatio par istogrammes............................

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C.

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C. 16 Suites de foctios Suf précisio cotrire, I est u itervlle réel o réduit à u poit et les foctios cosidérées sot défiies sur I à vleurs réelles ou complexes. 16.1 Covergece simple et covergece uiforme

Plus en détail

Probabilités et statistique pour le CAPES

Probabilités et statistique pour le CAPES Probabilités et statistique pour le CAPES Béatrice de Tilière Frédérique Petit 2 3 jui 205. Uiversité Pierre et Marie Curie 2. Uiversité Pierre et Marie Curie 2 Table des matières Modélisatio de phéomèes

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet.

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet. Séris méris Cha : cors comlt Séris d réls t d comlxs Défiitio : séri d réls o d comlxs Défiitio : séri corgt o dirgt Rmar : iflc ds rmirs trms d séri sr la corgc Théorèm : coditio écssair d corgc Théorèm

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail

Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE

Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE A- Gééralités B- Précisio d u estimateur C- Exhaustivité D- iformatio E-estimateur sas biais de variace miimale, estimateur efficace F- Quelques méthode s d estimatio A-

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

PROMENADE ALÉATOIRE : Chaînes de Markov et martingales

PROMENADE ALÉATOIRE : Chaînes de Markov et martingales PROMENADE ALÉATOIRE : Chaîes de Markov et martigales Thierry Bodieau École Polytechique Paris Départemet de Mathématiques Appliquées thierry.bodieau@polytechique.edu Novembre 2013 2 Table des matières

Plus en détail

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 )

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) RAIRO Operatios Research RAIRO Oper. Res. 34 (2000) 99-129 TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) Commuiqué par Berard LEMAIRE Résumé. L étude

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Exercices de mathématiques

Exercices de mathématiques MP MP* Thierry DugarDi Marc rezzouk Exercices de mathématiques Cetrale-Supélec, Mies-Pots, École Polytechique et ENS Coceptio et créatio de couverture : Atelier 3+ Duod, 205 5 rue Laromiguière, 75005 Paris

Plus en détail

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool CHAPITRE 10 RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE 1 Formatio d u ester à partir d u acide et d u alcool 1. Nomeclature Acide : R C H Alcool : R H Groupe caractéristique ester : C Formule géérale d u ester

Plus en détail

Chaînes de Markov. Arthur Charpentier

Chaînes de Markov. Arthur Charpentier Chaîes de Markov Arthur Charpetier École Natioale de la Statistique et d Aalyse de l Iformatio - otes de cours à usage exclusif des étudiats de l ENSAI - - e pas diffuser, e pas citer - Quelques motivatios.

Plus en détail

DETERMINANTS. a b et a'

DETERMINANTS. a b et a' 2003 - Gérard Lavau - http://perso.waadoo.fr/lavau/idex.htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitemet. Toute diffusio à titre oéreux ou utilisatio

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

P : Dénombrements / Probabilités en univers fini

P : Dénombrements / Probabilités en univers fini P : Déombremets / Probabilités e uivers fii Déombremet & Combiatoire P.1 O tire les cartes! O tire 5 cartes das u jeu de 32 cartes usuel. Combie y a-t-il de tirages possibles vérifiat les coditios suivates

Plus en détail

Probabilité 1 - L1 MMIA

Probabilité 1 - L1 MMIA Probabilité 1 - L1 MMIA Tra Viet Chi, vtra@u-paris10fr, Bureau E12(G) Exercice 1 (Pour démarrer) 1 Soiet A et B deux esembles Rappelez les défiitios de l itersectio A B, de l uio A B, de la différece A

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire 13 Chapitre Chapitre 13 Statistiques et probabilités Les statistiques et les probabilités occupet ue place importate das l eseigemet de certaies classes préparatoires Les pricipales foctios écessaires

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle - Calédonie Mars 2009

Baccalauréat S Nouvelle - Calédonie Mars 2009 Bcclurét S Nouvelle - Clédoie Mrs 009 Exercice Commu à tous les cdidts (5 poits) r r Le pl est rpporté à u repère orthoorml direct ( O, u, v) d uité grphique cm O cosidère les poits et B d ffixes respectives

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

La tarification hospitalière : de l enveloppe globale à la concurrence par comparaison

La tarification hospitalière : de l enveloppe globale à la concurrence par comparaison ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 58 2000 La tarificatio hospitalière : de l eveloppe globale à la cocurrece par comparaiso Michel MOUGEOT * RÉSUMÉ. Cet article cosidère différetes politiques de

Plus en détail

UV SQ 20. Automne 2006. Responsable d Rémy Garandel ( m.-el. remy.garandel@utbm.fr ) page 1

UV SQ 20. Automne 2006. Responsable d Rémy Garandel ( m.-el. remy.garandel@utbm.fr ) page 1 UV SQ 0 Probabilités Statistiques UV SQ 0 Autome 006 Resposable d Rémy Garadel ( m.-el. remy.garadel@utbm.fr ) page SQ-0 Probabilités - Statistiques Bibliographie: Titre Auteur(s) Editios Localisatio Niveau

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

Contribution à la théorie des entiers friables

Contribution à la théorie des entiers friables UFR STMIA École Doctorale IAE + M Uiversité Heri Poicaré - Nacy I DFD Mathématiques THÈSE présetée pour l obtetio du titre de Docteur de l Uiversité Heri Poicaré, Nacy-I e Mathématiques par Bruo MARTIN

Plus en détail

PROBLEMES DIOPTIMISATION EN NOMBRES ENTIERS J. L. NICOLAS

PROBLEMES DIOPTIMISATION EN NOMBRES ENTIERS J. L. NICOLAS PROBLEMES DIOPTIMISATION EN NOMBRES ENTIERS ET APPROXIMATIONS DIOPHANTIENNES J. L. NICOLAS Cet article expose sup 3 e quelques iter'f~reces etre les pr'obl~res dloptimisatio e hombres etiers et la th~or-ie

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Biostatistique PACES - UE4 2013-2014

Université Pierre et Marie Curie. Biostatistique PACES - UE4 2013-2014 Uiversité Pierre et Marie Curie Biostatistique PACES - UE4 2013-2014 Resposables : F. Carrat et A. Mallet Auteurs : F. Carrat, A. Mallet, V. Morice Mise à jour : 21 octobre 2013 Relecture : V. Morice,

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail

Probabilités. Voir en bibliographie l ouvrage [1], pages 52 et 53.

Probabilités. Voir en bibliographie l ouvrage [1], pages 52 et 53. Probabilités «Pour compredre l actualité, ue formatio à la statistique est aujourd hui idispesable ; c est ue formatio qui développe des capacités d aalyse et de sythèse et exerce le regard critique. Le

Plus en détail

Statistique Numérique et Analyse des Données

Statistique Numérique et Analyse des Données Statistique Numérique et Aalyse des Doées Arak DALALYAN Septembre 2011 Table des matières 1 Élémets de statistique descriptive 9 1.1 Répartitio d ue série umérique uidimesioelle.............. 9 1.2 Statistiques

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

Université de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème année. Scoring. Marie Chavent http://www.math.u-bordeaux.fr/ machaven/ 2014-2015

Université de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème année. Scoring. Marie Chavent http://www.math.u-bordeaux.fr/ machaven/ 2014-2015 Uiversité de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème aée Scorig Marie Chavet http://www.math.u-bordeaux.fr/ machave/ 2014-2015 1 Itroductio L idée géérale est d affecter ue ote (u score) global à u idividu à partir

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information Bio-Statistique 1 ère partie Disciplie : Bio-statistique, Bio-mathématique et Scieces de l Iformatio OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Réaliser l importace du problème de la variabilité ihérete au doées médicales,

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE. Exemple troductf (Les élèves qu coasset déà be le prcpe peuvet sauter ce paragraphe) Cosdéros la sute (u ), défe pour tout, par : u u u 0 0 Cette sute est défe

Plus en détail

MESURE DE L'INFORMATION

MESURE DE L'INFORMATION MESURE DE L'INFORMATION Marc URO TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 INCERTITUDE D'UN ÉVÉNEMENT (OU SELF-INFORMATION)... 7 INFORMATION MUTUELLE DE DEUX ÉVÉNEMENTS... 9 ENTROPIE D'UNE VARIABLE ALÉATOIRE

Plus en détail

Un nouvel opérateur de fusion adaptatif. A new adaptive operator of fusion. 1. introduction

Un nouvel opérateur de fusion adaptatif. A new adaptive operator of fusion. 1. introduction A ew adaptive operator of fusio par Fraçois DELMOTTE LAMIH, Uiversité de Valeciees et du Haiaut-Cambrésis, Le Mot Houy, BP 3, 5933 Valeciees CEDEX 9 fdelmott@flore.uiv-valeciees.fr résumé et mots clés

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Intégrales généralisées

Intégrales généralisées 3 Iégrles géérlisées Pour ce chpire, les focios cosidérées so priori défiies sur u iervlle réel I o rédui à u poi, à vleurs réelles ou complees e coiues pr morceu. L défiiio e les propriéés de l iégrle

Plus en détail

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html Equêtes, Sodages Aalyse de doées Le Sphix! Iteret : http://www.lesphixdeveloppemet.fr/club/idex.html Lagarde J. Aalyse statistique de doées, Duod. Réaliser vos equêtes Questioaire Traitemets et aalyses

Plus en détail

Tempêtes : Etude des dépendances entre les branches Automobile et Incendie à l aide de la théorie des copulas Topic 1 Risk evaluation

Tempêtes : Etude des dépendances entre les branches Automobile et Incendie à l aide de la théorie des copulas Topic 1 Risk evaluation Tempêtes : Etude des dépedaces etre les braches Automobile et Icedie à l aide de la théorie des copulas Topic Risk evaluatio Belguise Olivier Charles Levi ACM Guy Carpeter 34 rue du Wacke 47/53 rue Raspail

Plus en détail

Principes et Méthodes Statistiques

Principes et Méthodes Statistiques Esimag - 2ème aée 0 1 2 3 4 5 6 7 0 5 10 15 x y Pricipes et Méthodes Statistiques Notes de cours Olivier Gaudoi 2 Table des matières 1 Itroductio 7 1.1 Défiitio et domaies d applicatio de la statistique............

Plus en détail