LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL"

Transcription

1 LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL Le monopole naurel CM décroî avec l échelle de producon = Cm rès fable / CF L Éa do réglemener Soluon 1 : arfcaon au coû margnal Effcace au sens de Pareo mas peres d exploaon Subvenons publques, ex : SNCF Soluon 2 : arfcaon au coû moyen Pas de défc Ineffcace (Pareo) Noon de servce publc ambguë Accepaon 1 : enreprse publque Accepaon 2 : oblgaons de servce publc = mposon de conranes polques (unversalé, non dscrmnaon)

2 LIMITES DU MARCHÉ : BIENS COLLECTIFS ET PUBLICS Ben collecf non-excludable Commen fare payer? Commen assurer la melleure ulsaon s le ben es rval Ex : prés communaux Ben publc non excludable non rval Commen fare payer? Rsque de passager clandesn Lasser au marché, le ben n es pas produ Ex : émsson de rado, dgue, défense mlare Éa nerven Producon ou organsaon du fnancemen

3 LIMITES DU MARCHÉ : EXTERNALITÉS Défnon : Exernalé négave (posve) lorsqu un aceur fa supporer un coû (appore 1 bénéfce) à un aure aceur Mas pas de marché de dros de propréé pour que l aceur lésé (favorsé) pusse êre dédommagé (payer) Pb : pas d égalé nérê prvé e ben êre collecf Exs: polluon, ndusres de réseau, nnovaon echnque L exemple de la polluon Soluon 1 : règle jurdque de responsablé, ex pos le pollueur dédommage le pollué Ex : naufrage Erka

4 L EXEMPLE DE LA POLLUTION Soluon 2 : l nernalsaon Inégraon des frmes Soluon 3 : la négocaon Coase : les condons son resrcves Soluon 4 : les éco-axes Taxe proporonnelle à la polluon Soluon 5 : les subvenons Incaons à dépolluer Soluon 6 : le sysème de consgne

5 LES DROITS À POLLUER, UN DÉLIRE ULTRALIBÉRAL Quel es le problème économque en queson? Quelle es la soluon dscuée? Commen consdérer cee soluon / lbéralsme économque? Quelle es la soluon alernave évoquée? Quelle sera la rosème soluon au problème?

6 PC5 Présenaon de l acvé françase en ermes de Compablé Naonale

7 "La crossance françase s'es afferme au cours du derner rmesre; les ménages on par leur consommaon souenu l'acvé, oblgean parfos même les socéés à désocker e à engager un effor d'nvesssemen plus nense. C'es la branche auomoble qu, la premère, a nsufflé le mouvemen, enraînan après elle les branches mécanque e sdérurgque.."

8 LES OBJECTIFS Mesurer l ensemble des rchesses produes dans un pays sur une pérode Suvre l évoluon au cours du emps de la producon Evaluer le pods des dfférens seceurs dans la producon Fournr des nformaons sur la dsrbuon des revenus enre les dfférens faceurs de producon

9 L ARCHITECTURE GÉNÉRALE DE LA COMPTABILITÉ NATIONALE La défnon des aceurs : Les socéés non fnancères (SNF) Les ménages Les admnsraons publques Les socéés fnancères (SF) Le rese du monde

10 LES VARIABLES : LES RESSOURCES DE L ÉCONOMIE La producon (P) Qu appelle--on producon? La producon marchande La producon non marchande Commen mesurer la producon? Le prx du marché (bens marchands) Producon mesurée en valeur Producon mesurée en volume Commen mesurer la producon? Le coû de producon (bens e servces non marchands) Les mporaons (M)

11 LES VARIABLES : LES RESSOURCES DE L ÉCONOMIE 1 1 = = = = n n q p P q p P m de valeur la es quelle ans 1 e % 5 S 1 ) (1 1 1 θ θ θ θ θ θ = = + = + + = = = m q p q p q p q p q p q p q p

12 LES VARIABLES : LES EMPLOIS DE L ÉCONOMIE La consommaon (C) La consommaon fnale La consommaon nermédare La formaon brue de capal fxe (FBCF) Les varaons des socks ( S) Formaon brue de capal Les exporaons (X)

13 LE PIB La producon ne mesure pas réellemen la valeur produe La valeur ajouée VA = P - CI PIB = Σ VA brues (+ mpôs sur les produs subvenons sur les produs) P + M = CF+ FBCF + S + X Demande néreure

14 EQUILIBRE RESSOURCES EMPLOIS EN 26 Valeur 26 en mllards d'euros) Évoluons en volume au prx de l'année précédene Évoluons en volume au prx de l'année précédene Valeur Prx 26/ (en mllards d'euros) Prx 26 / 25 Ressources Toal des emplos fnals Produ néreur bru (PIB) Dépenses de consommaon des ménages Dépenses de conso. Indvdualsable des APU Dépenses de conso. effecve des APU Dépenses de conso des ISBLSM Formaon brue de capal fxe don : SNFEI Socéés fnancères ,7-4,9 5,4 1.3 Ménages Admnsraons Publques ISBLSM Varaon de socks (en conrbuon à la crossance) Imporaons Exporaons Source: Compes naonaux INSEE

15 CONTRIBUTION À LA CROISSANCE DU PIB AUX PRIX DE L ANNÉE PRÉCÉDENTE (%) Conrbuons à la crossance du PIB en volume PIB Imporaons (M) Consommaon fnale (CF) Conso. des ménages Conso. ndvdualsable des APU Conso. collecve des APU Conso des ISBLSM FBCF oale FBCF des SNF EI FBCF des SF FBCF des ménages FBCF des APU FBCF des ISBLSM..... Exporaons (X) Demande néreure hors socks (CF + FBCF) Solde exéreur (X-M) Varaons de socks Source: Compes naonaux INSEE

16 STRUCTURE DES RESSOURCES EMPLOIS EN 23 ET CROISSANCE DU PIB DANS QUELQUES PAYS Allemagne France Iale Ressources Royaume- Un Eas- Uns Japon Produ néreur bru Imporaons Emplos Consommaon naonale prvée Consommaon des Admnsraons publques Formaon brue de capal fxe Varaons de socks Exporaons Solde du commerce exéreur Crossance du PIB (en volume) 23/22 (en %) Source: Compes naonaux INSEE

17 LE TABLEAU ÉCONOMIQUE D ENSEMBLE (TEE) Il perme d éuder les nerdépendances enre seceurs Les opéraons de réparon La VA es paragée enre les aceurs La pare non dsrbuée = épargne brue à laquelle s ajoue l épargne des ménages = épargne oale (E) Les opéraons fnancères L épargne ser à fnancer la FBCF S E > FBCF = épargne fnancère S E < FBCF = emprun Épargne brue + prê de l exéreur = FBCF + S

18

19

20 LES TROIS APPROCHES DU PIB L approche par la producon CA - CI PIB = Σ VA + (Impôs subvenons) L approche par la demande PIB + M = I + C + G + X PIB = I + C + G + (X-M) L approche par les revenus Σ des revenus dsrbués par les produceurs VA = E + EBE + T - Subvenons

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Approche par les revenus et le TEE

Approche par les revenus et le TEE Approche par les revenus et le TEE 1. Présentation générale On va revenir à l idée de base du circuit économique. Approche par les revenus : représentation de l économie nationale sous la forme d un circuit

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Le financement de l économie Jézabel Couppey- Soubeyran PSE Université Paris 1. Journée PAF, académie de Versailles

Le financement de l économie Jézabel Couppey- Soubeyran PSE Université Paris 1. Journée PAF, académie de Versailles Le financement de l économie Jézabel Couppey- Soubeyran PSE Université Paris 1 Journée PAF, académie de Versailles Plan de la présenta-on 1. Financement : no

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

Les démarches et mécanismes d une transmission en librairie PACA le 7 octobre 2013

Les démarches et mécanismes d une transmission en librairie PACA le 7 octobre 2013 Les démarches et mécanismes d une transmission en librairie PACA le 7 octobre 2013 Le libraire qui souhaite transmettre son affaire qui souhaite l acquérir Michel Ollendorff, consultant Le libraire C est

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

L élaboration des PIB régionaux

L élaboration des PIB régionaux L élaboration des PIB régionaux Les Journées de l économie 14 octobre Lyon Luc Brière Chef de la division «statistiques, régionales, locales et urbaines», Direction générale de l Insee (Paris) Plan de

Plus en détail

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER Tome II Annexe Statistique Sommaire I. Production et formation du revenu... 7 II. Structure de la demande intérieure...17 III.

Plus en détail

Annales de sujets d examen. Volume 2 : Licence 1 Semestre 2

Annales de sujets d examen. Volume 2 : Licence 1 Semestre 2 UFR 02 SCIENCES ECONOMIQUES Annales de sujets d examen Volume 2 : Licence 1 Semestre 2 Volumes élaborés par la commission pédagogique de l UFR d économie Avertissements : - Suite au changement de contrat

Plus en détail

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE Rober COBBAUT e Séphane NASSAUT Unversé Caholque de Louvan INTROUCTION La vogue de la «valeur aconnarale» (shareholder value) peu êre arbuée pour une par mporane

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Les comptes nationaux passent en base 2010

Les comptes nationaux passent en base 2010 Mai 2014 Mise à jour : 22 janvier 2015 Les comptes nationaux passent en base 2010 Sommaire Les comptes nationaux passent en base 2010*... 3 I. Le niveau du PIB est révisé à la hausse de 3,2 %... 3 II.

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 Mathieu Plane OFCE À la suite de la remise au Premier ministre du Rapport Gallois, le gouvernement a décidé,

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

NOTE MÉTHODOLOGIQUE SYSTÈME FRANÇAIS DE COMPTABILITÉ NATIONALE MISE À JOUR BASE 2005

NOTE MÉTHODOLOGIQUE SYSTÈME FRANÇAIS DE COMPTABILITÉ NATIONALE MISE À JOUR BASE 2005 N 2 - AOÛT 2012 NOTE MÉTHODOLOGIQUE SYSTÈME FRANÇAIS DE COMPTABILITÉ NATIONALE MISE À JOUR BASE 2005 COMPTE DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES ET DES ENTREPRENEURS INDIVIDUELS ÉVALUATION DE LA PRODUCTION ET

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Synthèse des prévisions mise à jour : 14/01/2013. Croissance du PIB, % Taux d'inflation, % Bal. courante (% PIB) Solde.

Synthèse des prévisions mise à jour : 14/01/2013. Croissance du PIB, % Taux d'inflation, % Bal. courante (% PIB) Solde. Synthèse des prévisions mise à jour : 14/01/ Synthèse des prévisions economiques Croissance du PIB, % Taux d'inflation, % Bal. courante (% PIB) Solde. Apu* (% PIB) e e 2014 e e e 2014 e e e 2014 e e e

Plus en détail

Chapitres 7 et 15 Les cours (ou taux) de change

Chapitres 7 et 15 Les cours (ou taux) de change Chaprs 7 5 Ls cours (ou aux) d chang Taux d chang : rprésn l prx d un dvs par rappor a un aur. L ablau suvan rprésn l aux cross du dollar canadn par rappor a d aurs dvss. Nor qu l y a dux façon d xprmr

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

En Fr, un syst simplifié de comptabilité nationale a été mis en place pour la 1 ère fois en 1950 L ONU a mis en place un syst normalisé en 1953.

En Fr, un syst simplifié de comptabilité nationale a été mis en place pour la 1 ère fois en 1950 L ONU a mis en place un syst normalisé en 1953. La Compttabiilliitté Nattiionalle 1/ Définitions et genèse de la comptabilité nationale D Comptabilité nationale : ( INSEE) représentation globale détaillée et chiffrée de l économie nationale ds un cadre

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015. www.familles-a-energie-positive.fr

EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015. www.familles-a-energie-positive.fr EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015 www.familles-a-energie-positive.fr L Agence de l énergie du Val- de- Marne L Agence de l énergie du Val- de- Marne : Est portée

Plus en détail

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION FACULTÉ DE DROIT & D ÉCONOMIE FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 18h en 9 TD : I- Courants de pensée en

Plus en détail

Forma&on débat pour travailleurs sociaux : Les procédures en cas de non paiement des factures d électricité, en Région de Bruxelles-Capitale

Forma&on débat pour travailleurs sociaux : Les procédures en cas de non paiement des factures d électricité, en Région de Bruxelles-Capitale Forma&on débat pour travailleurs sociaux : Les procédures en cas de non paiement des factures d électricité, en Région de Bruxelles-Capitale Plan de l exposé Généralités : Définitions. Les contrats de

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POITIQUES ECONOMIQUES DE UNIVERSITÉ D EVRY Modèle à Ancaon Raonnellede la COnjoncure Smulée : MARCOS Pacal JACQUINOT & Ferha MIHOUBI UNIVERSITE D EVRY VA D

Plus en détail

Le partage de la valeur ajoutée en France, 1949-2008 : aspects méthodologiques

Le partage de la valeur ajoutée en France, 1949-2008 : aspects méthodologiques ÉCONOMIE Le partage de la valeur ajoutée en France, 1949-2008 : aspects méthodologiques Pierre-Alain Pionnier * Le thème du partage de la valeur ajoutée est à la croisée de plusieurs préoccupations de

Plus en détail

La protection sociale des salariés

La protection sociale des salariés La protection sociale des salariés Joël Bienassis Directeur des Accords Collectifs Bruno de la Porte Directeur Associé 03 février 2011 Sommaire! 1 La protection sociale en France Bruno de la Porte! Définition!

Plus en détail

CHAPITRE 4 LES COMPTES DE BRANCHES ET LE TABLEAU ÉCONOMIQUE D ENSEMBLE

CHAPITRE 4 LES COMPTES DE BRANCHES ET LE TABLEAU ÉCONOMIQUE D ENSEMBLE CHAPITRE 4 LES COMPTES DE BRANCHES ET LE TABLEAU ÉCONOMIQUE D ENSEMBLE 4 - LES COMPTES DE BRANCHES ET LE TABLEAU ÉCONOMIQUE D ENSEMBLE 4.1. Les comptes de branches L'économie nationale peut être découpée

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Licence Professionnelle

Licence Professionnelle Licence Professionnelle SOMMAIRE La Licence Professionnelle MEER P3 Problématiques industrielles de la formation: Optimisation de la demande en énergie Instrumentation et Réseaux P6 P9 communicants pour

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

Édito de Véronique DUPAYRAT, Proviseur du Lycée Jean-Lurçat

Édito de Véronique DUPAYRAT, Proviseur du Lycée Jean-Lurçat Édo de Véronque DUPAYRAT, Proveur du Lycée Jean-Lurça À l heure où l apprenage e peu-êre en pae d obenr, enfn, la reconnaance qu l mére de la par de l Inuon e de l opnon publque avec le nouvelle orenaon

Plus en détail

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Le résultat et le revenu agricoles en optique trésorerie Les comptes de l'agriculture se sont alignés, depuis la base

Plus en détail

La défiscalisation des heures supplémentaires : quels impacts micro et macro-économique 1

La défiscalisation des heures supplémentaires : quels impacts micro et macro-économique 1 - 201 - La défiscalisation des heures supplémentaires : quels impacts micro et macro-économique 1 La défiscalisation des heures supplémentaires et son exonération de cotisations sociales est centrale dans

Plus en détail

AMORCE. Plus de 700 adhérents :

AMORCE. Plus de 700 adhérents : P.1 AMORCE Plus de 700 adhérents : - Près de 500 collec

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire DES VALEURS CHARGÉES D HISTOIRE Les premières organisa.ons de l économie sociale sont en effet nées au XIX ème siècle, en réponse à la brutalité de la révolu.on industrielle.

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER GRENOBLE 1 N THÈSE pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER en MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE présenée e souenue publquemen par Maha AHMAD Le 23 Novembre 2004 NOUVEAUX

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE. La représentation de l économie : la comptabilité nationale

ECONOMIE GENERALE. La représentation de l économie : la comptabilité nationale IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE Mots clés : PARTIE I CHAPITRE 3 La représentation de l économie : la comptabilité nationale Administration publique Circuit économique

Plus en détail

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET ÉCONOMIQUE DE L INTÉRÊT COMPARÉ ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ASSEMBLÉE NATIONALE MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2011 SOMMAIRE CARTON

Plus en détail

Compétences bureau0que. Passez à l illimité.

Compétences bureau0que. Passez à l illimité. Présenta)on Vodeclic : Les enjeux de la forma)on bureau)que en 2014 Compétences bureau0que. Passez à l illimité. ORDRE DU JOUR 1 2 3 4 Présenta)on de Vodeclic Démonstra)on de la plate- forme Retour d expérience

Plus en détail

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 2000-2001 MÉRÉ Aurélien AMC Economie - Page 1 INTRODUCTION GENERALE 3 NATURE DE L ACTIVITE ECONOMIQUE 3 L OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE 4 LES GRANDS COURANTS DE LA PENSEE ECONOMIQUE

Plus en détail

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique OFCE le 10 novembre 2003 Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique Valérie Chauvin, Catherine Mathieu, Henri Sterdyniak. Version provisoire En ce qui concerne l organisation de leur système de retraite,

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008

Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008 AFRITAC de l Ouest (AFW) Abidjan Côte d Ivoire SÉMINAIRE Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008 Institut national de la

Plus en détail

La collec(visa(on des pra(ques thermiques en Turquie: Efficacité ou vulnérabilité énergé(que?

La collec(visa(on des pra(ques thermiques en Turquie: Efficacité ou vulnérabilité énergé(que? La collec(visa(on des pra(ques thermiques en Turquie: Efficacité ou vulnérabilité énergé(que? Atelier Expérimental Imu- Alpha «Interdisciplinarités et usages de l énergie dans le secteur résiden(el» 29

Plus en détail

Circuits linéaires en régime transitoire

Circuits linéaires en régime transitoire MPSI - Élecrocnée I - rcs lnéares en régme ransore page 1/8 rcs lnéares en régme ransore 1 ondons nales e conné On va éder ce se passe enre enre dex régmes conns = régme ransore. es granders élecres ne

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 10 Energie et puissance électrique. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 10 Energie et puissance électrique. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des sgnax e des crcs élecrqes Mchel Po Chapre Energe e pssance élecrqe Edon /3/4 able des maères POURQUOI E COMMEN?... ENERGIE ELECRIQUE ECHANGEE DANS UN DIPOLE..... Rappel sr le régme

Plus en détail

La rentabilité, la compé77vité et le rôle des différents acteurs

La rentabilité, la compé77vité et le rôle des différents acteurs La rentabilité, la compé77vité et le rôle des différents acteurs 27 novembre 2014 Colloque Économie fores7ère Michel Vincent Ing.f., économiste Directeur services économiques OBJECTIFS Définir et dis5nguer

Plus en détail

Réunion des DRTIC mardi 15 juin 2010

Réunion des DRTIC mardi 15 juin 2010 Réunion des DRTIC mardi 15 juin 2010 Hugues Collin Guillaume Mignotte David Séverin www.cnerta.educagri.fr 12/07/09 Ordre du jour RH VPN Elluminate communication : site du CNERTA Point sur l actualité

Plus en détail

Partage primaire du revenu et rendement du capital : quelques repères empiriques pour plusieurs grands pays industrialisés

Partage primaire du revenu et rendement du capital : quelques repères empiriques pour plusieurs grands pays industrialisés Partage primaire du revenu et rendement du capital : quelques repères empiriques pour plusieurs grands pays industrialisés Le niveau du taux de marge, qui est la résultante d un conflit d intérêt entre

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

Transformation Digitale des Ressources Humaines

Transformation Digitale des Ressources Humaines Transformation Digitale des Ressources Humaines Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa>vité Approches collabora>ves Intelligence collec>ve Stratégie et cohérence Management

Plus en détail