CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités"

Transcription

1 Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) Siège social Tomégbé Site web : Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits

2 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES... 2 AVANT PROPOS ASMERADE ET SON PROGRAMME MICROFINANCE LA METHODOLOGIE Des groupes solidaires Cautionnement solidaire Motivation de groupe Des services de microfinance accessibles aux milieux reculés Principe de l épargne obligatoire visant l indépendance financière du groupe Epargne individuelle obligatoire Epargne de groupe facultative Autofinancement et crédit interne L approche pédagogique et l animateur de groupe GESTION DE L EPARGNE L épargne tontine L épargne libre L épargne à terme L épargne obligatoire GESTION DES CREDITS Conditions d accès au crédit Politique de crédits d Asmerade Caractéristiques du crédit MUSO d exploitation commerciale Caractéristiques du crédit MUSO d exploitation agricole Caractéristiques du crédit MUSO d investissement Page 2

3 AVANT PROPOS Le présent document décrit sans ambiguïté les conditions d octroi et les spécificités des produits de crédit et d épargne offerts par l institution. Ainsi, Asmerade ne doit pas octroyer de prêt à un client ne répondant pas aux conditions exposées dans ce document, ni permettre la diffusion de produits non définis ici. L ensemble du personnel peut s y référer à tout moment et assurer une complète transparence sur la politique de l institution auprès des bénéficiaires. Cette politique doit être mise à jour lors de la mise en place de nouveau produit ou modification des conditions des produits existants. 1 ASMERADE ET SON PROGRAMME MICROFINANCE Asmerade est une organisation sans but lucratif d appui aux initiatives de développement à la base. Créée officiellement en 2002, conformément à la loi n du 1er juillet Elle est reconnue par le gouvernement togolais et enregistré sous le numéro 6524/MISD/SG/2004. Il s agit une association locale, née du regroupement des villageois de Tomégbé désireux de développer durablement leur village, autour de projets viables et éthiques. Il s agit d une association indépendante, qui ne bénéficie pas de subventions. Le programme de microfinance a connu plusieurs étapes : 2007 : Démarrage d un programme de crédit autofinancé par l épargne des membres : Partenariat avec ADevLoP, association française de soutien et mise en place d une épargne tontine. Mai 2010 : Mise en place de la Caisse d Epargne et de Crédit Commerciaux et Agricole 2 LA METHODOLOGIE Le programme microfinance a pour objectif stratégique de contribuer à l autopromotion et à l autoprise en charge des villageois. Pour ce faire la méthodologie choisie s est librement inspiré de méthodologies de groupe existantes, en y apportant évolutions et améliorations visant une adéquation avec le milieu. La méthodologie propose des outils de gestion, incite les membres à l épargne et définit les conditions dans lesquelles le groupe peut faire appel à un financement extérieur sous forme de crédits souscrits auprès de l IMF. Page 3

4 La méthode mise en place repose sur plusieurs principes fondateurs : le groupe et la caution solidaire, l approche pédagogique, l épargne tout au long de la vie du groupe, l indépendance du groupe à terme. 2.1 Des groupes solidaires Ce sont des groupes d hommes et de femmes qui choisissent ensemble de cotiser pour couvrir une partie de leurs besoins économiques et sociaux par l autofinancement et le partage d expérience. Ces groupes sont organisés démocratiquement avec un président, un trésorier et un secrétaire, élus. Les décisions sont prises collectivement. Le groupe possède une caisse physique qui sert à garder l argent de la collectivité, munis de deux cadenas. La caisse et les clés des cadenas sont conservés par des membres différents Cautionnement solidaire Le travail s effectue au sein de groupe. A minima, cela permet dans le cadre des octrois de crédits, le cautionnement solidaire des membres, à défaut, dans la plupart des cas, d une autre forme de cautionnement classique. Cela signifie que les crédits sont octroyés au groupe, puis répartis entre les membres en fonction des besoins de chacun. L ensemble des membres du groupe se porte garant du crédit. En d autres termes, si un membre est défaillant, les autres membres du groupe s engage au paiement de l échéance en retard ou impayée. Un nantissement est nécessaire à l octroi de crédit, c'est-à-dire que le groupe doit verser une partie de l épargne obligatoire (cf. Principe de l épargne obligatoire) sur un compte à la caisse d Asmerade. Par ailleurs, le groupe est invité à prévoir, en plus de ce nantissement, un montant restant dans leur propre caisse pendant le crédit afin de pouvoir réaliser, au minimum, l avance d une échéance de remboursement de crédit à un membre déficient. En effet, le nantissement placé sur le compte est une simple caution qui n a pas vocation à être utilisé pour un simple retard d un des membres Motivation de groupe Mais dans la plupart des cas, l intérêt du groupe ne se limite pas au cautionnement. En effet, le groupe est un lieu d échange, une façon pour certaines communautés de se motiver à améliorer leurs conditions de vie grâce à la mise en commun de leurs efforts. Ils expérimentent la solidarité et le modèle démocratique, s enrichissent du partage d expérience et apprennent à gérer leur argent de manière autonome. Dans le cadre du groupe, chacun peut prendre conscience de l importance de préparer son avenir et celui de ses enfants Des services de microfinance accessibles aux milieux reculés Un autre intérêt du travail en groupe est qu il offre la possibilité de travailler de manière groupée avec des villages reculés qui n ont de toute façon pas accès à d autres services de microfinance. Page 4

5 2.2 Principe de l épargne obligatoire visant l indépendance financière du groupe à terme Afin de ne pas avoir recours de manière permanente au crédit qui coûte de l argent, les membres commence dès la création du groupe à constituer une épargne. On distinguera deux types d épargne : - L épargne individuelle, obligatoire pour avoir accès au crédit, qui provient, d une part, de l épargne régulière réalisée par les membres du groupe entre deux phases de crédit et, d autre part de l épargne «1%», cotisé par les membres pendant les phases de crédit. - L épargne de groupe, facultative, reflétant le dynamisme du groupe Epargne individuelle obligatoire Chaque membre a un compte d épargne individuel au sein du groupe. Tant que le membre est dans le groupe, il accepte de mettre cet argent à la disposition de l ensemble des membres. Cette somme ne peut donc être retirée par le membre que lorsque celui-ci quitte le groupe. Ce capital ainsi constitué par un membre sur plusieurs années lui assure une épargne individuelle utile pour ses vieux jours. Epargne régulière Ainsi, l épargne régulière est indispensable à l obtention d un premier crédit. Le niveau et la régularité de l épargne est fixé par le groupe et est identique pour tous les membres. Dans tous les cas, cette phase dure au moins trois mois et la somme globale épargnée doit permettre d atteindre le montant du nantissement obligatoire pour accéder au crédit. Cette épargne régulière doit être maintenue entre deux cycles de crédits. Epargne «1%» De même, un système d épargne, proportionnel au crédit souscrit, reste obligatoire pendant la phase de remboursement pour prétendre à souscrire le crédit suivant. Ainsi, les membres, en plus du remboursement du capital et du paiement des intérêts de crédits, cotise chaque mois, 1% du montant du crédit octroyé. Impact sur le cautionnement solidaire Les sommes versées par chaque membre en tant qu épargne régulière sont donc identiques, mais elles différent, pour l épargne 1%, d un membre à l autre selon le montant de crédit octroyé. Un membre qui bénéficie de crédits plus importants qu un autre épargnera plus et, de fait, sa part de cautionnement des crédits du groupe sera plus importante. Ainsi, en cas de défaillance (définitive) d un des membres, le cautionnement solidaire s applique proportionnellement au niveau d épargne individuelle. Page 5

6 2.2.2 Epargne de groupe facultative Selon son dynamisme et ses projets, les membres peuvent également collecter une épargne de groupe. Elle peut être réalisée par le biais d activité génératrice de revenus réalisée par le groupe, par un revenu d intérêt lors de crédit interne (voir paragraphe suivant) ou encore par d autres entrées d argent collectives. Cette épargne peut servir aux dépenses de groupes (commissions, cahier de gestion, ), à des investissements productifs (moulins, achats de terrain, outils, ), ou encore à exprimer leur solidarité vis-à-vis d un membre du groupe. Dans certains cas, les groupes utilisent ces rentrées d argent pour rembourser des échéances de crédits. Sur cet aspect là, rien n est imposé au groupe et la méthode peut donc s adapter à différentes typologie de groupe allant du groupe constitué principalement dans le cadre du cautionnement solidaire au groupe soudé, ayant réellement des projets en communs Autofinancement et crédit interne Le capital de la caisse augmente donc en permanence : dans la durée, cette épargne collective est disponible au sein du groupe pour des prêts entre eux et les membres font ainsi de moins en moins appel aux financements extérieurs. A terme le groupe peut devenir financièrement indépendant et autonome dans sa gestion. 2.3 L approche pédagogique et l animateur de groupe Partant du principe que la microfinance est un outil de développement, une attention particulière est portée sur les conditions dans lesquelles les villageois utilisent les services de la caisse et notamment l octroi de crédit. Si l apport financier peut être de nature à développer une activité, la souscription d un crédit doit être un acte réfléchi et donc bien compris. L approche pédagogique est donc importante. C est pourquoi les groupes sont suivis par des animateurs qui ont vocation à être bien plus que de simples agents de crédits. En effet, ils vont assister le groupe dans sa structuration, expliquer clairement les objectifs du programme de microfinance (et notamment spécifier que l octroi de crédit n est pas une fin en soi), aider les membres à maîtriser les outils de gestion proposés et s assurer de la bonne gouvernance du groupe. L animateur connait bien le milieu, ce qui lui permet d avoir un discours pertinent et compréhensible par tous. Le bon fonctionnement d un groupe, du moins au démarrage, est lié au bon suivi effectif par son animateur. Pour mener à bien sa mission, il utilise des outils de suivi pensés et adaptés. L intérêt de la méthodologie réside dans le fait que son fonctionnement de base est simple à expliquer, de même la gestion est simplifiée au maximum. Pour autant, la méthodologie est pensée pour répondre aux différentes réalités de terrains rencontrés. Au fur et à mesure des besoins du groupe, on rajoute des éléments, rendant ainsi possible l apprentissage progressif de l ensemble de la méthodologie par les membres du groupe : Page 6

7 Epargne individuelle au sein d un groupe Epargne collective au sein d un groupe Gestion d achats ou d investissements de groupe Gestion de revenus de groupe Crédit individuel à l IMF cautionné solidairement Crédit de groupe à l IMF cautionné solidairement Crédit individuel interne cautionné solidairement Crédit de groupe interne cautionné solidairement Page 7

8 3 GESTION DE L EPARGNE L épargne revêt une importance toute particulière. L un des objectifs est de sensibiliser les emprunteurs à l épargne. L épargne a de nombreuses fonction ; elle matérialise la caution solidaire entre les membres, pour l octroi du crédit, elle donne des indications sur la capacité d endettement de l emprunteur, enfin elle sert aussi de fond de garantie. ASMERADE distingue plusieurs types d épargne : 3.1 L épargne tontine Elle est collectée quotidiennement dans le village de Tomégbé et de façon hebdomadaire pour les bénéficiaires en dehors du village. Cette épargne de court terme peut être conservée et transformée en livret d épargne ou elle peut être retirée au début du mois suivant la collecte. De manière informelle, cette épargne peut aussi servir à financer le remboursement des échéances prêts ou l épargne obligatoire liée au prêt. Caractéristiques du produit Nom du produit Epargne tontine Tontine Objectifs/Cibles Profil du client Localisation Versement individuel Canton de Tomégbé Versement quotidien par mise identique, remis au collecteur Le montant des mises est défini chaque mois Retrait Rémunération Début du mois suivant la collecte Nulle Tarification Achat du carnet de tontine Frais de collecte 300 FCFA Une mise par mois Page 8

9 3.2 L épargne libre Les membres (individuel ou groupes) peuvent disposer d un livret d épargne libre. Sur ce compte, les dépôts et retraits sont libres et se font directement à la caisse pendant les heures d ouverture du guichet. L accession à ce livret d épargne est soumise au paiement d un droit d inscription de FCFA et au paiement d une part sociale de FCFA pour les bénéficiaires individuels et d un droit d inscription de FCFA et au paiement d une part sociale de FCFA pour les bénéficiaires groupes. La part sociale est récupérable à la fermeture du livret. Caractéristiques du produit Nom du produit Type de produit Dépôt à vue DAV Dépôt à vue Objectifs/Cibles Profil du client Localisation Part sociale individuels Part sociale groupes MUSO Rémunération Dépôt/retrait Tarification Frais d inscription individuel Frais d inscription MUSO Clôture de compte Groupe MUSO, individuel Canton de Tomégbé FCFA FCFA Nulle Illimité A définir FCFA FCFA FCFA Page 9

10 3.3 L épargne à terme Les bénéficiaires peuvent aussi souscrire un produit d épargne à terme. Un contrat est signé en plus du livret d épargne. Caractéristiques du produit Nom du produit Type de produit Dépôt à terme DAT Dépôt à terme Objectifs/Cibles Profil du client Localisation Montant minimum Montant plafond Versement unique ou multiple MUSO, individuels Canton de Tomégbé FCFA Aucun Versement multiple autorisé Tarification Frais de tenue de compte Clôture de compte Retrait autorisé FCFA Non un seul retrait à terme Rémunération Taux 3,5 % annuel pour un dépôt inférieur à FCFA 5 % annuel pour un dépôt supérieur à FCFA Périodicité 3, 6, 12 mois 3.4 L épargne obligatoire Elle est constituée des cotisations de la caisse des groupes. Dès la création d un groupe, les membres ouvrent un livret d épargne collectif. Ce livret est destiné à recevoir, en plus de l épargne libre du groupe, le dépôt du fond de garantie nécessaire à l obtention d un prêt. Cette épargne est boquée jusqu au remboursement total du crédit. (conditions de l épargne libre). Page 10

11 4 GESTION DES CREDITS 4.1 Conditions d accès au crédit Pour accéder aux crédits d Asmerade il faut remplir certaines conditions : Etre majeur Etre de bonne moralité Ne pas avoir de crédit encours au sein de la structure Ne pas être interdit de crédits (en cas de sanction prise par la structure pour cause de non remboursement répété) Etre affilié à un groupe MUSO L individu, au sein du groupe, doit verser une épargne régulière comme suit : Pour le premier crédit : au moins trois mois de cotisations régulières, librement déterminées par le groupe et correspondant au minimum au montant du nantissement exigé pour le crédit contracté. Pour les crédits suivants : avoir cotisé, à chaque échéance de remboursement du crédit précédent, 1% du montant du crédit octroyé. Le groupe en lui-même doit fonctionner avec la caisse et les cahiers de gestion depuis au moins trois mois. 4.2 Politique de crédits d Asmerade La politique de crédit a pour objet de préciser les consignes, principes et mécanismes à observer par les différents acteurs pour permettre à l institution de mener efficacement son activité de crédit. L usage des meilleures pratiques professionnelles en la matière est requis en vue de l atteinte des objectifs fixés à l institution et dans l intérêt des clients Aujourd hui, Asmerade offre deux types de prêts à ses clients : Un crédit de groupe, solidaire : le crédit MUSO d exploitation commerciale Un crédit de groupe, solidaire : le crédit MUSO d exploitation agricole Un crédit de groupe, solidaire : le crédit MUSO Investissement Dans le cas de groupes intégrant des commerçants et des paysans, ils peuvent contracter deux crédits de deux types différents. Les crédits octroyés peuvent être utilisés pour des projets individuels ou des projets de groupe. Dans tous les cas, la caution solidaire s applique de la même manière et la responsabilité de remboursement du crédit est équitablement déterminée lors de l octroi du crédit. Page 11

12 4.2.1 Caractéristiques du crédit MUSO d exploitation commerciale Caractéristiques du produit Nom du produit Type de produit Crédit de groupe Crédit MUSO Crédit à une MUSO Objectif/priorité Utilisation du prêt Profil du client Localisation Financement de l exploitation d une activité commerciale ou artisanale Organisation MUSO Tomégbé et le canton de Tomégbé Montant par membre Montant minimal Montant maximal du 1 er prêt Montant maximal du 2 ème prêt Montant maximal du 3 ème prêt Montant maximal du 4 ème prêt 0 FCFA FCFA FCFA FCFA FCFA Conditions Pour le premier crédit : Cotisation régulière d au moins 3 mois, utilisation des cahiers de gestion et 20% du montant du crédit bloqué. Cohésion de groupe. Pour les crédits suivants : avoir cotisé, à chaque échéance de remboursement du crédit précédent, 1% du montant du crédit octroyé. Tarification Taux d intérêt Frais de dossier Assurance décès Pénalités 2% mois constant soit 24% par an FCFA 1 % du montant du crédit payé au décaissement 2 % du montant impayé de l échéance en retard au prorata du nombre de jours de retard dans un délai max de 30 jours. Au-delà de 30 jours 2 % des échéances en retard (début Page 12

13 des procédures de recouvrement juridique) Décaissement Calendrier de décaissement Délai d attente entre les prêts Durée de traitement de la demande de prêt A tout moment 1 mois 1 mois maximum Conditions de remboursement Différé de paiement Fréquence Durée effective du prêt 0 mensuel 12 mois maximum Page 13

14 4.2.2 Caractéristiques du crédit MUSO d exploitation agricole Caractéristiques du produit Nom du produit Type de produit Crédit de groupe Crédit MUSO Crédit à une MUSO Objectif/priorité Utilisation du prêt Profil du client Localisation Financement de l exploitation d une activité agricole Organisation MUSO constitué de paysans Tomégbé et le canton de Tomégbé Montant par membre Montant minimal Montant maximal du 1 er prêt Montant maximal du 2 ème prêt Montant maximal du 3 ème prêt Montant maximal du 4 ème prêt 0 FCFA FCFA FCFA FCFA FCFA Conditions préalables Pour le premier crédit : Cotisation régulière d au moins 3 mois, utilisation des cahiers de gestion et 20% du montant du crédit bloqué. Cohésion de groupe. Tarification Pour les crédits suivants : avoir cotisé, à chaque échéance de remboursement du crédit précédent, 1% du montant du crédit octroyé. Taux d intérêt Frais de dossier Assurance décès Pénalités 2% mois constant soit 24% par an FCFA 1 % du montant du crédit payé au décaissement 2 % du montant impayé de l échéance en retard au prorata du nombre de jours de retard dans un délai max de 30 jours. Au-delà de 30 jours 2 % des échéances en retard Page 14

15 (début des procédures de recouvrement juridiques) Décaissement Calendrier de décaissement Délai d attente entre les prêts Durée de traitement de la demande de prêt A tout moment 1 mois 1 mois maximum Conditions de remboursement Différé de paiement Fréquence Durée effective du prêt OUI, paiement uniquement des intérêts pendant la période de différé. 3 mois minimum de remboursement effectif du capital. mensuel 12 mois maximum Page 15

16 4.2.3 Caractéristiques du crédit MUSO d investissement Caractéristiques du produit Nom du produit Type de produit Crédit de groupe Crédit MUSO Crédit à une MUSO Objectif/priorité Utilisation du prêt Profil du client Localisation Financement d un investissement commercial, artisanal ou agricole Organisation MUSO constitué de paysans Tomégbé et le canton de Tomégbé Montant par membre Montant minimal Montant maximal des prêts FCFA Fonction du projet, du nombre de personnes dans le groupe et de l ancienneté du groupe Conditions Avoir déjà bénéficié d au moins un crédit d exploitation Fournir la preuve de l investissement productif réalisé Tarification Taux d intérêt Frais de dossier Assurance décès Pénalités 2% mois constant soit 24% par an FCFA 1 % du montant du crédit payé au décaissement 2 % du montant impayé de l échéance en retard au prorata du nombre de jours de retard dans un délai max de 30 jours. Au-delà de 30 jours 2 % des échéances en retard (début des procédures de recouvrement juridiques) Page 16

17 Décaissement Calendrier de décaissement Délai d attente entre les prêts Durée de traitement de la demande de prêt A tout moment 1 mois 1 mois maximum Conditions de remboursement Différé de paiement Fréquence Durée effective du prêt OUI, paiement uniquement des intérêts pendant la période de différé. 6 mois minimum de remboursement effectif du capital. mensuel 24 mois maximum Page 17

ETABLISSEMENT D UNE CAISSE DE MICROFINANCE A TOMEGBE - TOGO RAPPORT DE MISSION PRESENTATION DE LA STRUCTURE

ETABLISSEMENT D UNE CAISSE DE MICROFINANCE A TOMEGBE - TOGO RAPPORT DE MISSION PRESENTATION DE LA STRUCTURE ETABLISSEMENT D UNE CAISSE DE MICROFINANCE A TOMEGBE - TOGO RAPPORT DE MISSION PRESENTATION DE LA STRUCTURE Association ADevLoP 57 allées Léon Gambetta 13001 MARSEILLE En partenariat avec Asmerade Togo

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 65 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Module de formation des villageois sur les procédures d adhésion, dépôt et crédit d

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? ,- 1 Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? EXPERIENCE DU REFINANCEMENT DES CVECA DE NIONO Au MALI

Plus en détail

Le Système d aides locales

Le Système d aides locales Le Système d aides locales C est une combinaison de nos activités de mobilisation locale, de micro investissement, et d assistances technique des villages et hameaux partenaires de GADIS en difficulté.

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Des envies d emménager plein la tête?

Des envies d emménager plein la tête? Solutions Acquisition MGEN Solutions Acquisition MGEN Pour en savoir plus contactez-nous au 36 76 Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors coût opérateur, seulement pour la métropole. Consultez

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Paris, le 22 septembre 2010 Communiqué de presse Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Le deuxième rapport annuel de l Observatoire de la microfinance met en relief des évolutions notables

Plus en détail

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE COOPEC SIFA TOGO

Plus en détail

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 Table des matières I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 A. Vision et mission de la caisse le SALUT... 4 B. Organisation de la caisse le SALUT... 5 II. Présentation des taches et des missions effectuées...

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE de la MECREF (Mai 2009) Historique de l institution La Mutuelle d Epargne et de Crédit des Femmes (MECREF) a été créée en 1996 à l initiative

Plus en détail

ADA / Guy Wolff MARILÈNE OBERLIN 9 JUILLET 2010 SOCIÉTÉ FRANCAISE DES TRADUCTEURS

ADA / Guy Wolff MARILÈNE OBERLIN 9 JUILLET 2010 SOCIÉTÉ FRANCAISE DES TRADUCTEURS ADA / Guy Wolff LA ERASMUS MICROFINANCE LIONS CLUB 29 AVRIL 2008 : LUTTER LUXEXPO AUTREMENT CONTRE LA PAUVRETÉ MARILÈNE OBERLIN 9 JUILLET 2010 SOCIÉTÉ FRANCAISE DES TRADUCTEURS LA MICROFINANCE : LUTTER

Plus en détail

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC Etude exploratoire à partir du cas du Bénin Marc Labie, Ilere Ngongang,Marthe Nyssens, Pascal Wele Plan Micro-finance

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Save 3 : Fiche technique

Save 3 : Fiche technique Date de dernière modification : 06 08 2013 Save 3 : Fiche technique Assurance principale Description Taux technique et période de garantie, participations bénéficiaires Durée Versement minimum à la souscription

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4 Le taux d intérêt en question Sources : Séminaire de Dakar et travaux de l ATP Cirad-Cerise. Fiche Mémento de l Agronome Version Multimédia CNEARC, CIRAD

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Base de Données sur les Institutions de Microfinance

Base de Données sur les Institutions de Microfinance ] Base de Données sur les Institutions de Microfinance Présentation des Résultats Juin 2005 #11, Rue Lechaud / Bourdon (entrée Rue Marcadieu) Port-au-Prince, Haïti tél. : 245-9547, 245-0276, 245-4721 Description

Plus en détail

Chèque avantage 50/50

Chèque avantage 50/50 Le crédit MutueL est partenaire de Mon association. et Ça, Ça change tout. grâce au partenariat entre Le crédit MutueL et Mon association, Je BénéFIcIe d offres exclusives. Chèque avantage 50/50 Le Crédit

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Bernard TAILLEFER 2 Rue Barigny 77 100 MEAUX

Bernard TAILLEFER 2 Rue Barigny 77 100 MEAUX Bernard TAILLEFER 2 Rue Barigny 77 100 MEAUX Téléphone : 33-1-64 34 05 35 Télécopie : 33-1-64 35 01 33 Mobile : 06 20 44 63 70 E-mail : Btaillefer@aol.com MANUEL LA MUTUELLE DE SOLIDARITE B. TAILLEFER/

Plus en détail

Lutter contre la pauvreté

Lutter contre la pauvreté Lutter contre la pauvreté autrement De prime abord, la microfinance peut se définir comme une contribution à la lutte contre la pauvreté, ayant pour particularité de cibler les personnes en situation de

Plus en détail

Processus d appropriation de la Mutuelle de Solidarité. Étude de cas au Sud Kivu, RD Congo

Processus d appropriation de la Mutuelle de Solidarité. Étude de cas au Sud Kivu, RD Congo Processus d appropriation de la Mutuelle de Solidarité. Étude de cas au Sud Kivu, RD Congo Louvain-la-Neuve, mardi 18 novembre2014 Maïté LE POLAIN maite.lepolain@uclouvain.be Mutuelle de Solidarité (MUSO)

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

doc chap 4 corrige?:mise en page 1 6/07/09 10:19 Page 2 Le financement 4 80

doc chap 4 corrige?:mise en page 1 6/07/09 10:19 Page 2 Le financement 4 80 doc chap 4 corrige?:mise en page 1 4 6/07/09 10:19 Page 2 Le financement 80 doc chap 4 corrige?:mise en page 1 6/07/09 10:19 Page 3 L aide communautaire à l accession à la propriété pages 82-84 Les principaux

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX AVANTAGES SOCIAUX ET INDEMNITES DIVERSES

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX AVANTAGES SOCIAUX ET INDEMNITES DIVERSES CAISSE D'EPARGNE NORD FRANCE EUROPE ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX AVANTAGES SOCIAUX ET INDEMNITES DIVERSES Entre les soussignés, - La Caisse d'épargne Nord France Europe, dont le siège est situé à LILLE,

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA FINANCE SOCIALE & SOLIDAIRE LIMA 13 & 14 MAI 2015 BREVE PRESENTATION DE LA GUINEE Contexte Socio-économique de la Guinée: La

Plus en détail

LIMANIA. La solution pour les IMF Africaines. Gestion Intégrée d Institution de Micro finance

LIMANIA. La solution pour les IMF Africaines. Gestion Intégrée d Institution de Micro finance LIMANIA Gestion Intégrée d Institution de Micro finance La solution pour les IMF Africaines LIMANIA est un logiciel de gestion transactionnelle à destination des institutions de micro finance basé sur

Plus en détail

Financement du projet : Les types de prêts

Financement du projet : Les types de prêts Financement du projet : Les types de prêts 1- Le prêt à moyen et long terme bonifié MTS JA Quotité maximale Plafond de subvention équivalente Plan de Développement de l Exploitation (PDE) Zone défavorisée

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

LES CREDITS IMMOBILIERS

LES CREDITS IMMOBILIERS LES CREDITS IMMOBILIERS Actualisée le : 21/05/ 2011 TYPOLOGIE DES PRETS Les prêts réglementés Prêt à taux Zéro (PTZ) Prêt à l accession sociale (PAS) Prêt conventionné (PC) Prêt Epargne Logement (PEL)

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Philippe BOUCHAIN Responsable du service. Pour tous renseignements sur les prêts au logement : Téléphone : 01 40 02 87 65 Télécopie : 01 40 02 69 45

Philippe BOUCHAIN Responsable du service. Pour tous renseignements sur les prêts au logement : Téléphone : 01 40 02 87 65 Télécopie : 01 40 02 69 45 association de retraite des cadres du groupe mornay europe institution de retraite complémentaire régie par le code de la sécurité sociale membre de la fédération agirc Tour Mornay 5 à 9 rue Van Gogh 75591

Plus en détail

Tableau Comparatif CELI ET REER

Tableau Comparatif CELI ET REER Tableau Comparatif CELI ET REER Y a-t-il un âge minimal pour ouvrir un compte ou un régime? Il faut avoir 18 ans. (La législation sur l âge de la majorité peut s appliquer à certains placements.) Il n

Plus en détail

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13 Sommaire AXA Banque se réserve la possibilité de facturer toute opération ayant généré un coût spécifique et en informera préalablement le Client. Toute mesure d ordre législatif ou règlementaire ayant

Plus en détail

Crédit Foncier Du Cameroun. Ensemble réalisons vos projets immobiliers au Cameroun en toute confiance

Crédit Foncier Du Cameroun. Ensemble réalisons vos projets immobiliers au Cameroun en toute confiance Crédit Foncier Du Cameroun Ensemble réalisons vos projets immobiliers au Cameroun en toute confiance Le Crédit Foncier du Cameroun (CFC) est une société de Capital public avec conseil d administration.

Plus en détail

PARTIE I. INFORMATIONS EUROPÉENNES NORMALISÉES EN MATIÈRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Ouverture de crédit à laquelle une carte de crédit est liée

PARTIE I. INFORMATIONS EUROPÉENNES NORMALISÉES EN MATIÈRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Ouverture de crédit à laquelle une carte de crédit est liée MasterCard Platinum CBC-ouverture de crédit à laquelle est liée une carte de crédit Ce document ne constitue pas une offre juridiquement contraignante. KBC Consumer Finance se réserve le droit de le modifier.

Plus en détail

DAT FIDELITE. Ce mémo est mis à votre disposition pour reprendre de façon simple et transparente les principales caractéristiques de ce contrat.

DAT FIDELITE. Ce mémo est mis à votre disposition pour reprendre de façon simple et transparente les principales caractéristiques de ce contrat. DAT FIDELITE Ce mémo est mis à votre disposition pour reprendre de façon simple et transparente les principales caractéristiques de ce contrat. L'essentiel du DAT FIDELITE Le Dépôt à Terme (DAT) FIDELITE

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT Approuvées par le conseil d établissement lors de la réunion du 2015-05-26 Résolution 028 CÉ 14/15 35 2264, rue Lemieux, Québec, G1P 2V1 418-686-4040 (poste 3284) sgarde.mosaique@cscapitale.qc.ca MODALITÉS

Plus en détail

SPI4 L outil d estimation du taux effectif global (TEG)

SPI4 L outil d estimation du taux effectif global (TEG) SPI4 L outil d estimation du taux effectif global (TEG) Microfinance Transparency: «Le prix réel d un prêt n inclut pas seulement les intérêts mais également les autres frais demandés par les prêteurs,

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Etude Sur Le Rôle Et L impact Des Services Et Produits D épargne Du Secteur Informel Et Des Institutions De Microfinance En Afrique De l Ouest

Etude Sur Le Rôle Et L impact Des Services Et Produits D épargne Du Secteur Informel Et Des Institutions De Microfinance En Afrique De l Ouest Etude Sur Le Rôle Et L impact Des Services Et Produits D épargne Du Secteur Informel Et Des Institutions De Microfinance En Afrique De l Ouest (Bénin, Burkina Faso, Ghana, Guinée, Mali et Togo) Tome 2

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 TARIF Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance!

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance! SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS Gagnez en indépendance! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE VOTRE ENVOL SEREINEMENT Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions Groupama banque vous

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 1 Echantillonnage 2 But de cette étude www.gamifi.org Cette étude de satisfaction préliminaire a été menée sur les clients

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création.

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création. Assurance emprunteur Depuis 2004, le CCSF accorde une attention particulière au sujet de l assurance emprunteur afin que le consommateur puisse disposer de l information la plus pertinente possible et

Plus en détail

Etude de marché pour GAMIFI

Etude de marché pour GAMIFI Etude de marché pour GAMIFI 0ctobre- Décembre 2008 Sommaire A. Résumé exécutif B. Cadre méthodologique C. Caractéristiques des microentrepreneurs D. L orientation de la demande de crédit E. Demande de

Plus en détail

Capitalisation Vie Plus

Capitalisation Vie Plus 1 Notre offre en capitalisation Nous proposons nos contrats de capitalisation aux : Personnes physiques à l IR Sociétés à l IS Organismes sans but lucratif Ces contrats peuvent être souscrits à 100% en

Plus en détail

Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest

Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS D EQUIPEMENT DES NATIONS UNIES (FENU) SPECIAL UNIT FOR MICROFINANCE (SUM) MicroSave-Africa/West Africa Etude sur le rôle et l impact des services

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE Note. Le présent document a pour objectif de fournir, sous forme de questions et réponses,

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

Prospectus Crédit à la consommation

Prospectus Crédit à la consommation Prospectus Crédit à la consommation Prêt à tempérament Credit Europe Crédit fixe (Direct) Credit Europe Crédit Confort (Indirect) Avec Credit Europe Bank, c est aussi simple que ça! Prospectus Crédits

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - Evaluation en microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - appuis Ingénierie aux projets/programme informatique

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ABDUL KYANIKA NSIBAMBI CENTENARY BANK UGANDA 28 30 mars 2012 KAMPALA, OUGANDA Présentation générale L histoire de la Centenary

Plus en détail

Produits financiers flexibles, inclusion financière et réduction de la pauvreté

Produits financiers flexibles, inclusion financière et réduction de la pauvreté Encadré 4 1 L intérêt des produits financiers flexibles L accès aux services financiers dans les pays en voie de développement est limité par plusieurs contraintes particulières (faible densité de population,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR Pour les exploitations agricoles, les entreprises de travaux agricoles, les CUMA de Franche-Comté et les coopératives fruitières de l Ain du Doubs et du Jura relevant de l

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT LE COMPTE DEPOT I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT HSBC Ouverture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Clôture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Frais de tenue et de fonctionnement de compte 0.50 si >à 15 maxi 30 trimestre

Plus en détail