Aujourd hui, maîtriser la disponibilité des biens, des matériels et des équipements industriels, permettrait à l industrie d agir sur la régularité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aujourd hui, maîtriser la disponibilité des biens, des matériels et des équipements industriels, permettrait à l industrie d agir sur la régularité"

Transcription

1 2

2 2

3 Avant-propos La maintenance est l une des contraintes que rencontre tout exploitant d une installation industrielle. Construire une usine ne sert à rien en l absence de production significative, ou de personnel qualifié, ou d un système d organisation permettant le maintien en état des installations. Il faut donc penser, dès que l on conçoit une nouvelle installation, aux moyens qui seront nécessaires pour sa future exploitation. En effet, les installations, les équipements tendent à se détériorer dans le temps sous l action de causes multiples. Ces détériorations peuvent provoquer l arrêt de fonctionnement, diminuer les capacités de production, mettre en péril la sécurité des biens et des personnes, provoquer des rébus ou diminuer la qualité, augmenter les coûts de fonctionnement, ou diminuer la valeur marchande des ces moyens. Maintenir c est donc effectuer des opérations de dépannage, graissage, visite, réparation, surveillance, amélioration etc., qui permettent de conserver le potentiel du matériel pour assurer la continuité et la qualité de la production. Bien maintenir c est aussi assurer ces opérations au coût global optimum. 2 3

4 Aujourd hui, maîtriser la disponibilité des biens, des matériels et des équipements industriels, permettrait à l industrie d agir sur la régularité de sa production, sur ses coûts de fabrication, sur sa compétitivité et sur son succès commercial. Pour vendre plus, pour vendre mieux, il s agit à présent non plus seulement de proposer un meilleur mode de conduite de l installation mais de garantir à l exploitant un mode d intervention rapide, une mise en place de détection et de diagnostic de défaillances, en un mot une maintenance de qualité permettant d atteindre la production optimum. C est l objectif de cet ouvrage, dans lequel nous découvrirons au fil des chapitres l enjeu que représente le maintien efficace des équipements, aussi bien pour la qualité que pour la productivité. Ce livre propose une approche pédagogique pour participer à la formation des techniciens et des gestionnaires de la maintenance, en les dotant d outils méthodologiques, mais plus encore en les mettant dans un état d esprit propice à la fonction, caractérisé par la volonté de maîtriser au lieu de subir. 42

5 Chapitre 1 Maintenance et entreprise 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management durant le cycle de vie d un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut accomplir la fonction requise (norme NF EN 13306). Une fonction requise est une fonction, ou un ensemble de fonctions d un bien considérées comme nécessaires pour fournir un service donné. 1.2 Les objectifs de la maintenance Selon la politique de maintenance de l entreprise, les objectifs de la maintenance seront (norme FD X ) : La disponibilité et la durée de vie du bien ; 2 5

6 La sécurité des hommes et des biens ; La qualité des produits ; La protection de l environnement ; L optimisation des coûts de maintenance ; Etc. La politique de maintenance conduit, en particulier, à faire des choix entre : Maintenance préventive et/ou corrective, systématique ou conditionnelle ; Maintenance internalisée et/ou externalisée. 1.3 La stratégie de maintenance La stratégie de maintenance est une méthode de management utilisée en vue d atteindre les objectifs de maintenance. Les choix de stratégie de maintenance permettent d atteindre un certain nombre d objectifs de maintenance (normes NF EN & FD X ) : Développer, adapter ou mettre en place des méthodes de maintenance ; Elaborer et optimiser les gammes de maintenance ; Organiser les équipes de maintenance ; Internaliser et/ou externaliser partiellement ou totalement les tâches de maintenance ; Définir, gérer et optimiser les stocks de pièces de rechange et de consommables ; Etudier l impact économique (temps de retour sur investissement) de la modernisation ou de l amélioration de l outil de production en matière de productivité et de maintenabilité. 62

7 1.4 Les formes de maintenance Figure 1.1 : Types de maintenance (norme NF EN 13306). La maintenance corrective C est la maintenance exécutée après détection d une panne et destinée à remettre un bien dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise. La maintenance préventive C est la maintenance exécutée à des intervalles prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinée à réduire la probabilité de défaillance ou la dégradation du fonctionnement d un bien. 2 7

8 La maintenance préventive systématique C est la maintenance préventive exécutée à des intervalles de temps préétablis ou selon un nombre défini d unités d usage mais sans contrôle préalable de l état du bien. La maintenance préventive conditionnelle C est la maintenance préventive basée sur une surveillance du fonctionnement du bien et/ou des paramètres significatifs de ce fonctionnement intégrant les actions qui en découlent. La maintenance préventive prévisionnelle C est la maintenance préventive conditionnelle exécutée en suivant les prévisions extrapolées de l analyse et de l évaluation de paramètres significatifs de la dégradation du bien. 2 Situation dans l entreprise Il existe 2 tendances quant au positionnement de la maintenance dans l entreprise : La centralisation Dans ce cas toute la maintenance est assurée par un service (figure 1.2). Les avantages de la centralisation sont : Standardisation des méthodes, des procédures et des moyens de communication Possibilité d investir dans des matériels onéreux grâce au regroupement Vision globale de l état du parc des matériels à gérer 82

9 Gestion plus aisée et plus souple des moyens en personnels Rationalisation des moyens matériels et optimisation de leur usage (amortissement plus rapide) Diminution des quantités de pièces de rechange disponibles Communication simplifiée avec les autres services grâce à sa situation centralisée Figure 1.2 : Centralisation du service maintenance. La décentralisation Dans ce cas la maintenance est confiée à plusieurs services, de dimension proportionnellement plus modeste, et liés à chacun des services de l entreprise. Dans ce cas, le service maintenance n a pas de direction unique. Les différents pôles maintenance adjoints aux autres services de l entreprise dépendent bien souvent hiérarchiquement de ces derniers. Les avantages sont : 2 9

10 Meilleures communications et relations avec le service responsable et utilisateur du parc à maintenir Effectifs moins importants dans les différentes antennes Réactivité accrue face à un problème Meilleure connaissance des matériels Gestion administrative allégée Il va de soi que les β modèles d organisation étant contraires, les avantages de l un sont souvent les inconvénients de l autre. 3 Domaines d action du service maintenance Dans une entreprise, il existe un grand nombre de matériels différents qui sont liés ou non à la production. C est dans ce contexte qu apparaît la nécessaire polyvalence des techniciens de maintenance ainsi que leurs capacités d adaptation. La liste (non exhaustive) qui suit permet de se rendre compte de la variété des actions qui constituent souvent le quotidien de la mission d un service maintenance : Maintenance préventive et corrective de tous les systèmes dont le service a la charge ainsi que toutes les opérations de révisions, contrôles, etc. Travaux d installation et de mise en route de matériels neufs Travaux directement liés aux conditions de travail : sécurité, hygiène, environnement, pollution, etc. Amélioration, reconstruction et modernisation des installations 10 2

11 Gestion des pièces de rechange, des outillages et des moyens de transport et de manutention Fabrication de certaines pièces détachées Travaux divers dans les locaux de l entreprise, agrandissements, déménagements Gestion des différentes énergies et des réseaux de communication Pour tous ces points, l objectif permanent est de maintenir les matériels dans un état optimal de service. La priorité sera bien sur toujours orientée vers l outil de production. Le service maintenance doit donc maîtriser le comportement des matériels en gérant les moyens nécessaires et disponibles. C est là que l importance de la mutation de l entretien traditionnel vers une logique de maintenance prend toute son importance. 4 Entretien et maintenance L entretien se contente d intervenir sur un système défaillant pour relancer la production et effectue les opérations courantes préconisées par le constructeur. Il n y a donc pas prise en compte des caractéristiques spécifiques des conditions de fonctionnement (cadence, ancienneté, température ambiante, etc.). On peut donc être conduit à effectuer (sans évaluation à priori ou à posteriori) trop ou pas assez d entretien. Entretenir, c est subir alors que mainteni r, c est prévoir et anticiper. En effet, par la prise en compte des objectifs de production et par la connaissance du comportement du matériel, la maintenance considère les notions de «bon 2 11

12 état» et de «rendement» comme relatives. De par des démarches de réflexion et par ses relations avec la production, la maintenance concourt à l augmentation de la productivité. L objectif primordial de la maintenance est d optimiser en permanence la disponibilité de l outil de travail. Ainsi, elle participe à la production globale. Elle est donc reconnue comme une activité nécessaire (génératrice de profits) alors que l entretien traditionnel était considéré comme une charge financière. 5 Importance de la maintenance et types d entreprise L importance de la maintenance diffère selon le secteur d activité. La préoccupation permanente de la recherche de la meilleure disponibilité suppose que tout devra être mis en œuvre afin d éviter toute défaillance. La maintenance sera donc inévitable et lourde dans les secteurs où la sécurité est capitale. Inversement, les industries manufacturières à faible valeur ajoutée pourront se satisfaire d un entretien traditionnel et limité. Importance fondamentale : nucléaire, pétrochimie, chimie, transports (ferroviaire, aérien, etc.) Importance indispensable : entreprises à forte valeur ajoutée, construction automobile Importance moyenne : industries de constructions diversifiées, coûts d arrêts de production limités, équipement semi automatiques Importance secondaire : entreprises sans production de série, équipements variés 12 2

13 Importance faible ou négligeable : entreprise manufacturière, faible valeur ajoutée, forte masse salariale 6 Le responsable maintenance Tout ce qui a été cité précédemment met en évidence l indispensable pluridisciplinarité de la fonction maintenance. Le responsable doit donc être capable d intervenir efficacement dans nombre de domaines et savoir s adapter à toute situation prévue ou fortuite. Le responsable devra avoir des compétences techniques dans des domaines aussi variés que la mécanique, l électrotechnique, l automatique, l hydraulique, etc. En effet, les systèmes actuels sont pluri techniques et pluri énergies. Par ailleurs, le responsable devra avoir des compétences dans les domaines de la gestion, du planning, etc. La maintenance devenant de plus en plus informatisée (MAO ou GMAO), l utilisation de l informatique est donc devenue indispensable pour le technicien. L informatisation de la maintenance n est pas une fin en soi, mais doit être considérée comme un outil d aide à la décision face à une situation donnée. 7 Fonctions et tâches associées à la maintenance 7.1 Etudes et méthodes Fonctions études et méthodes : optimisation des tâches en fonction des critères retenus dans le cadre de la politique de maintenance définie par l entreprise. 2 13

14 Etudes techniques Etudes d améliorations, études de conception et de préconception des équipements ou des travaux neufs, analyse des conditions de travail. Préparation et ordonnancement Etablissement des fiches et gammes d instructions pour le personnel, constitution de la documentation pour les interventions, établissement des plannings d interventions et d approvisionnements en pièces de rechange, réception et classement des documents relatifs à l intervention et remise à jour des dossiers techniques. Etudes économiques et financières Gestion des approvisionnements, analyse des coûts (maintenance, défaillance, fonctionnement), rédaction du cahier des charges et participation à la rédaction des marchés (travaux neufs, investissements, soustraitance), gestion du suivi et de la réception de ces marchés. Stratégie et politiques de la maintenance Définition, choix et élaboration des procédures de maintenance (corrective, préventive), des procédures de contrôle, des procédures d essais et de réception, détermination des domaines d actions préventives prioritaires, étude des procédures de déclenchement des interventions, gestion de la sécurité dans l organisation de l environnement industriel. Pour remplir cette fonction, les techniciens des études et des méthodes disposent : de dossiers techniques fournissant toutes les caractéristiques des matériels, 14 2

15 des fiches d historiques résumant les opérations déjà effectuées, de la documentation constructeurs et fournisseurs, des banques de données informatiques. 7.2 Exécution/Mise en œuvre L aspect pluri techniques de cette fonction nécessite une grande expérience sur les matériels et une connaissance approfondie des différentes technologies. Le technicien devra agir avec beaucoup de rigueur pour rendre son action efficace. Il sera aidé par les documents et procédures établis par la fonction «études et préparation». Les principales tâches sont : gestion de l intervention de maintenance, connaissance comportementale du matériel, pilotage des interventions, application des consignes et règles d hygiène, sécurité et conditions de travail, installation des machines et des matériels (réception, contrôle, mise en fonctionnement), information du personnel sur les équipements, remise en main du matériel après intervention, gestion de l ordonnancement, établissement de diagnostics de défaillance de matériels, établissement de consignes d utilisation intégrant les consignes d hygiène et de sécurité, gestion des stocks (des pièces de rechange, outillages, appareils de contrôle). 7.3 La fonction documentation et ressources Indispensable à tout le service, cette fonction est la mémoire de l activité sur laquelle s appuieront les études ultérieures en vue de définir une politique de maintenance. Elle est aussi une source inestimable de renseignements pour la fonction «études et 2 15

16 méthodes». Les principales tâches sont : élaboration et tenue des inventaires, constitution des dossiers techniques, des historiques, des dossiers économiques, constitution d une documentation générale, technique et réglementaire, constitution d une documentation fournisseurs. 8 Organisation et logistique de la maintenance 8.1 Organisation Toutes les personnes impliquées doivent associer leurs efforts pour établir un service de maintenance efficace. Chaque membre de l entreprise doit être réceptif à cette idée. Il appartient à la direction de diffuser les directives nécessaires et d appuyer totalement le responsable de la maintenance. L efficacité du système dépend d une bonne action combinée des principaux départements qui y participent et notamment μ l engineering (étude, recherche et développement), la production, la comptabilité, le magasin, les approvisionnements et le personnel. Chacun de ces services ayant son propre point de vue, la direction peut agir comme arbitre et ajouter des détails au plan qui conduira aux meilleurs résultats. La souplesse de fonctionnement du service exige que les aspects suivants soient clairement définis et parfaitement compris : La position de la maintenance dans l entreprise, L organisation interne du département, Les fonctions et les responsabilités des cadres. 16 2

17 La réalisation de ces définitions servira de base à une collaboration harmonieuse et efficace entre les départements. Il est évident que la définition des devoirs, des limites d autorité et des responsabilités est d autant plus importante que l entreprise est plus grande. Les frictions et les malentendus ne seront évités que par l établissement d une structure satisfaisante grâce aux efforts combinés des intéressés. Ainsi, la complexité d un service maintenance et l extrême variété des tâches qui le caractérisent (en nature, en durée, en urgence, en criticité) débouchent sur une organisation particulièrement rigoureuse (ordonnancement, planification, documentations, GMAO, TPM, système experts, etc.). 8.2 Logistique de maintenance Le service maintenance devra en particulier gérer les contraintes logistiques qui peuvent avoir des origines diverses. Définition Logistique de maintenance c est les ressources, services, et moyens de gestion nécessaire à l exécution de la maintenance (norme NF EN 13306). La logistique de maintenance peut inclure par exemple le personnel, les équipements d essai, les ateliers, les pièces de rechange, la documentation, les outils, etc. Les contraintes logistiques en maintenance dépendent de : 1. La politique de maintenance : Organisation des interventions Niveau de préventif/correctif 2 17

18 Externalisation Stratégie d approvisionnement 2. La logistique de maintenance Documentation Personnel : compétences, formation Moyens matériels Pièces de rechange. 18 2

19 Chapitre 2 Concepts fiabilité, maintenabilité et disponibilité 1 Le concept de fiabilité 1.1 Défaillances et pannes La défaillance Cessation de l aptitude d un bien à accomplir une fonction requise (norme NF EN 13306). La panne Etat d un bien inapte à accomplir une fonction requise, excluant l inaptitude due à la maintenance préventive ou à d autres actions programmées ou à un manque de ressources extérieures (norme NF EN 13306). Remarque Après une défaillance, le bien est en panne, totale ou partielle. Une défaillance est un événement à distinguer d une panne qui est un état. 2 19

20 1.2 Fiabilité Aptitude d un bien à accomplir une fonction requise dans des conditions données pendant un temps donné ou «caractéristique d un bien exprimée par la probabilité qu il accomplisse une fonction requise dans des conditions données pendant un temps donné» (norme NF X ). La notion de temps peut prendre la forme : De nombre de cycles effectués : cas de machine automatique. De distance parcourue : cas de matériel roulant. De tonnage produit μ cas d équipement de production. 1.3 Commentaires Un équipement est fiable s il subit peu d arrêts pour pannes. La notion de fiabilité s applique : A du système réparable μ cas d équipement industriel ou domestique. A des systèmes non réparables : cas des lampes, composants donc jetables. La fiabilité peut se caractériser par la Moyenne des temps de bon fonctionnement ou MTBF (Mean Time Between Failure). La fiabilité d un équipement dépend de nombreux facteurs : 20

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels ANNEXE I c LEXIQUE 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels Amélioration : Ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la sûreté de

Plus en détail

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels LEXIQUE Amélioration : ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion destinées à améliorer la sûreté de fonctionnement d un bien sans changer sa fonction requise (FD X 60-000 : mai 2002).

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE CONCEPTS ET STRATEGIES DE MAINTENANCE SYNTHESE

STRATEGIES DE MAINTENANCE CONCEPTS ET STRATEGIES DE MAINTENANCE SYNTHESE I LA FONCTION MAINTENANCE : 11 Définition selon la norme NF-EN 13306 : La maintenance est l ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management durant le cycle de vie d'un bien,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Réalisation d interventions de maintenance préventive en Mécanique, Électrotechnique, Automatismes

REFERENTIEL DU CQPM. Réalisation d interventions de maintenance préventive en Mécanique, Électrotechnique, Automatismes COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 08/11/2006 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien (ne) en maintenance industrielle

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien(ne) d usinage sur machines outils à commande numérique

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien(ne) d usinage sur machines outils à commande numérique COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 06/11/2014 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien(ne) d usinage sur machines outils

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

DEMARCHE GLOBALE MAINTENANCE

DEMARCHE GLOBALE MAINTENANCE IDCF Ingénierie nierie Développement Conseil Formation La Maintenance : «Source de Profit» idcf 35, 37 rue Grande 38500 VOIRON Tél : 04 76 67 32 87 Fax : 04 76 05 63 20 des résultats r inscrits dans la

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

DÉFINITIONS, MÉTHODES ET OPÉRATIONS DE LA MAINTENANCE

DÉFINITIONS, MÉTHODES ET OPÉRATIONS DE LA MAINTENANCE DÉFINITIONS, MÉTHODES ET OPÉRATIONS DE LA MAINTENANCE INTRODUCTION La connaissance du matériel, de son âge, de son état et de la durée de vie de ces différents organes. La probabilité de pannes ; faible

Plus en détail

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences CQP Animation d équipe option maintenance Référentiel de compétences Le CQP Animation équipe présente deux options : Production Maintenance Ce document présente le CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

MIEUX CONNAITRE LA GESTION DE PRODUCTION INITIATION A LA GESTION DE PRODUCTION LES ENJEUX

MIEUX CONNAITRE LA GESTION DE PRODUCTION INITIATION A LA GESTION DE PRODUCTION LES ENJEUX MIEUX CONNAITRE LA GESTION DE PRODUCTION INITIATION A LA GESTION DE PRODUCTION LES ENJEUX 1 En Économie de Production, le prix de vente est fixé par l entreprise : PRIX DE VENTE = ( COUT DE REVIENT ) +

Plus en détail

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution Professeur Mohamed Reghioui Version 1 P2010 M.Reghioui - 2011 1 Informations générales sur le module Intervenant: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com)

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs : COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2006 07 74 0251 Catégorie : B Dernière modification : 10/05/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Animateur (trice) d équipe

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION DE LA DEFENSE DE BOURGES RESPONSABLE D ETUDES ET DE TRAVAUX EN PYROTECHNIE NIVEAU II

CENTRE DE FORMATION DE LA DEFENSE DE BOURGES RESPONSABLE D ETUDES ET DE TRAVAUX EN PYROTECHNIE NIVEAU II CENTRE DE FORMATION DE LA DEFENSE DE BOURGES RESPONSABLE D ETUDES ET DE TRAVAUX EN PYROTECHNIE NIVEAU II FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Au sein

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 0: Généralités et définitions Année universitaire 2013-2014 Introduction Une installation de production Moyens

Plus en détail

1/- La notion de la défaillance :

1/- La notion de la défaillance : 1/- La notion de la défaillance : Définition de la défaillance selon la norme NF X 60 011 : «altération ou cessation d un bien à accomplir sa fonction requise». Synonymes usuels non normalisés : «failure»

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Conception pièces et outillages en injection

Conception pièces et outillages en injection Formations Techniques ( ) Conception pièces et outillages en injection Durée :... 2 x 5 jours - 70 heures Personnel concerné :... dessinateur industriel, agent de méthodes, concepteur de pièces devant

Plus en détail

Le technicien de maintenance industrielle. Les compétences qui bougent

Le technicien de maintenance industrielle. Les compétences qui bougent Le technicien de maintenance industrielle Les compétences qui bougent en lien avec les facteurs d évolution du secteur Document de travail REBEQUA / Maintenance ORFE Juin 2011 Une transformation des métiers

Plus en détail

DEFINITIONS NORMES. BFN Conseils. EN 13306

DEFINITIONS NORMES. BFN Conseils. EN 13306 BFN Conseils. (Total Production Management) DEFINITIONS NORMES EN 13306 Management de la maintenance (2.2) Toutes les activités des instances de direction qui déterminent les objectifs, la stratégie et

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

Métier et formation. Tâche : ensemble d opérations professionnelles à réaliser pour atteindre une compétence.

Métier et formation. Tâche : ensemble d opérations professionnelles à réaliser pour atteindre une compétence. Module : Filière : TSGE 1 ère Partie : Informations sur le métier de gestionnaire a) Définitions : Poste de travail : il s agit d un lieu d intervention où des moyens matériels sont mis à la disposition

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique Industrielle

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique Industrielle COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/11/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

LA MAINTENANCE ÉLECTROMÉCANIQUE. Maintenance Electromécanique

LA MAINTENANCE ÉLECTROMÉCANIQUE. Maintenance Electromécanique LA MAINTENANCE ÉLECTROMÉCANIQUE Maintenance Electromécanique UN SAVOIR-FAIRE RECONNU Depuis plus de 50 ans, la qualité de nos fabrications est garantie par la longévité de nos produits et implique l assurance

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE?

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE? I INDICATEURS ET TABLEAUX DE BORD : 11 Définitions : Indicateur : chiffre significatif d une situation économique pour une période donnée. Tableau de bord : ensemble d informations traitées et mises en

Plus en détail

ADT France équipe ses techniciens alarmes avec le CN3 d Intermec

ADT France équipe ses techniciens alarmes avec le CN3 d Intermec Communiqué de presse ADT France équipe ses techniciens alarmes avec le CN3 d Intermec Chatou, le 23 septembre 2008 - Signé fin juillet 2007, le contrat entre ADT France et Intermec a lancé le déploiement

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

================== Un Peuple Un But Une Foi PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS SANITAIRES 2011-2015

================== Un Peuple Un But Une Foi PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS SANITAIRES 2011-2015 MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI ================== Un Peuple Un But Une Foi SECRETARIAT GENERAL ***** PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS SANITAIRES 2011-2015

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien-régleur sur machines-outils à commande numérique de décolletage

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien-régleur sur machines-outils à commande numérique de décolletage COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 06/11/2014 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien-régleur sur machines-outils à

Plus en détail

DÉSIGNATION DE LA PROFESSION Agent de lancement DÉFINITION DE LA PROFESSION.

DÉSIGNATION DE LA PROFESSION Agent de lancement DÉFINITION DE LA PROFESSION. Agent de lancement 6.14.01 a.2008....c... b........d... Répartit les pièces et matières aux différents postes de travail après s être assuré du niveau de réalisation des approvisionnements de chacun des

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Principes de management de la maintenance

Principes de management de la maintenance Jean-Paul Raoul Illustrations : Hervé Baudry Principes de management de la maintenance Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

SONATRACH RECHERCHE POUR SON ACTIVITE TRANSPORT PAR CANALISATION (TRC) / DIVISION EXPLOITATION

SONATRACH RECHERCHE POUR SON ACTIVITE TRANSPORT PAR CANALISATION (TRC) / DIVISION EXPLOITATION Bourse de l emploi Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SON ACTIVITE TRANSPORT PAR CANALISATION (TRC) / DIVISION EXPLOITATION : - Direction Gazoducs GPDF Un Chef de Service Intervention Un Chef de

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 16/07/2015 En attente d approbation REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien(ne)

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

Baccalauréat. Document ressources

Baccalauréat. Document ressources Baccalauréat Document ressources "#$%&'(&($)*+&,'(-.))$+/.0,&+&,'(*1.)).2.*#3.'45678 Sommaire du document d accompagnement "##$%&'()*()"+*#',-().$++"#/$0,'#',-1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111112

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : A Dernière modification : 13/12/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Opérateur (trice) en maintenance Industrielle

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006 Le plan d intervention au service de la réussite de l élève 16 février 2006 Services éducatifs 1 La nature du plan d intervention Le plan d intervention a pour objectif d aider l élève qui, parce qu il

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise L habilitation est la reconnaissance par l employeur, de la capacité d une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Validé par les membres de la CMP, le 23 octobre 2012

Plus en détail

STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d évaluation du stagiaire par l enseignant associé

STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d évaluation du stagiaire par l enseignant associé FORMATION PRATIQUE Département d éducation et formation spécialisées Unité de programme - formation professionnelle et technique STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER

REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER Référentiel métier RESPONSABLE ATELIER 1. Intitulé métier & autres appellations Responsable atelier Chef d atelier 2. Définition et description synthétique du métier Définition

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences CQP Conduite de ligne de conditionnement Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Conduite de ligne de conditionnement est capable de : Conduire tous les équipements d une ligne de conditionnement

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Qualification minimale après obtention : Niveau IV, échelon 1

Qualification minimale après obtention : Niveau IV, échelon 1 CP Certificat de ualification Professionnelle Octobre 2005 Technicien Technicien de de maintenance ualification minimale après obtention Niveau IV, échelon 1 Des CP pour les salariés Ce que peut m apporter

Plus en détail

Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise

Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise Les fonctions et leur évolution 2. Le diagnostic par les fonctions jscilien@u-paris10.fr Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise L analyse se fonde sur

Plus en détail

Brevet d Etudes Professionnelles. Maintenance des produits et équipements industriels

Brevet d Etudes Professionnelles. Maintenance des produits et équipements industriels Brevet d Etudes Professionnelles Maintenance des produits et équipements industriels SOMMAIRE ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles I b. Référentiel de certification

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

GÉNIE MÉCANIQUE ET PRODUCTIQUE

GÉNIE MÉCANIQUE ET PRODUCTIQUE 1 6 8 LeB.O. SOMMAIRE PRÉAMBULE I - Finalités de la formation II - Conditions d admission III - Diplôme IV - Organisation des études V - Concepts pédagogiques de la formation VI - Conditions d application

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances Novembre 1999 Document de travail n 46 C est un grand plaisir pour

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

GRILLE CLASSIFICATION POSTE CHEF DE VENTE - MAGASIN DARTY Paris IdF SOMMAIRE

GRILLE CLASSIFICATION POSTE CHEF DE VENTE - MAGASIN DARTY Paris IdF SOMMAIRE SOMMAIRE CLASSIFICATION MAGASIN 1... 2 CLASSIFICATION MAGASIN 2... 3 CLASSIFICATION MAGASIN 3... 4 CLASSIFICATION MAGASIN 4... 5 page 1 sur 5 CLASSIFICATION MAGASIN 1 MAGASIN 1 (1 an maxi dans la catégorie)

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES

Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES Qu est-ce que le Passeport Orientation/Formation? Le passeport Orientation/Formation est un document qui vous permet de faire le point sur vos compétences

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1997 01 68 0148 Catégorie A Dernière modification : 12/03/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Equipier(ère) autonome de

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI

Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI Vérification interne 378-1-615 29 avril 2009 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... II 1.0 INTRODUCTION...5 2.0 OBJECTIFS ET PORTÉE DE LA VÉRIFICATION...7

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

27/10/06 MANUEL QUALITÉ 1/13

27/10/06 MANUEL QUALITÉ 1/13 27/10/06 MANUEL QUALITÉ 1/13 MANUEL QUALITE THOMAS CONSTRUCTEURS Ce manuel présente les dispositions appliquées par THOMAS CONSTRUCTEURS pour satisfaire les exigences implicites et explicites de ses clients,

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE CESTAS Tél. : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 MARCHE DE PRESTATION CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES

Plus en détail

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45 Annexe I a Référentiel des activités professionnelles Page 4 sur 45 Présentation Le diplôme du brevet d études professionnelles «Maintenance des produits et équipements industriels» (MPEI) valide un ensemble

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

PROFIL DE MÉTIER SECTORIEL

PROFIL DE MÉTIER SECTORIEL PROFIL DE MÉTIER SECTORIEL MÉCANICIEN D'ENTRETIEN POIDS LOURDS Date d édition: février 2011 ASBL EDUCAM VZW Avenue J. Bordetlaan 164, Bruxelles 1140 Brussel T 02 778 63 30 F 02 779 11 32 Mécanicien d'entretien

Plus en détail

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS POUR CANDIDATER : Mariane.Colmant@dupont.com ETAT SIGNALETIQUE SERVICE : MAINTENANCE SITE : SASSENAGE (38) Intitulé du poste : Responsable Service Entretien et Travaux Neufs Cette fiche fonction sera révisée

Plus en détail

Midi Pyrénées- Aveyron RESPONSABLE DE PRODUCTION

Midi Pyrénées- Aveyron RESPONSABLE DE PRODUCTION Midi Pyrénées- Aveyron RESPONSABLE DE PRODUCTION Pour une entreprise de transformation de produits carnés, sous la responsabilité du Directeur Général, assurera : La responsabilité du déploiement de la

Plus en détail