Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final"

Transcription

1 Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001

2 TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Méthode 1 Fréquentation relative au secteur 2 Analyse historique des données sur la fréquentation 2 Analyse longitudinale des données sur la fréquentation 4 Origine des visiteurs 5 Analyse détaillée de la variation de la fréquentation 6 Répartition de la variation de la fréquentation 8 Baisse de la fréquentation 9 Estimation des pertes en matière de fréquentation et de revenu pour le secteur des attractions pendant le mois de septembre, en raison des événements du 11 septembre 10 Estimation des pertes en matière de fréquentation en raison des événements du 11 septembre 10 Estimation des pertes de revenu en raison des événements du 11 septembre 11 Réunions/Congrès/Activités d entreprises 12 Nombre total d'annulations d'activités 12 Estimation des pertes d activités, de participants et de revenu pendant le mois de septembre, attribuables aux événements du 11 septembre 13 Conclusion 14

3 IMPACT DES ÉVÉNEMENTS DU 11 SEPTEMBRE SUR LE SECTEUR DES ATTRACTIONS POUR LE MOIS DE SEPTEMBRE Introduction Le ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs (MTCL) a introduit un programme de recherche afin d évaluer l impact des attaques terroristes du 11 septembre aux États-Unis sur l industrie du tourisme de la province. Dans le cadre de ce programme, le MTCL a engagé PricewaterhouseCoopers LLP pour mener une étude sur le secteur des attractions afin de tenter de brosser un tableau précis de l impact immédiat des événements du 11 septembre sur le tourisme en Ontario. Plus spécifiquement, l objectif principal de cette étude consistait à examiner les variations du taux de fréquentation des attractions touristiques dans quatre régions importantes de l Ontario, au cours de la deuxième moitié du mois de septembre, ainsi qu à estimer le total des pertes au plan du nombre de visiteurs et du revenu attribuables aux attaques terroristes pendant le mois de septembre. Méthode PricewaterhouseCoopers a effectué un sondage téléphonique concernant les attractions touristiques de l Ontario, entre le 4 et le 11 octobre Le groupe sondé était constitué des attractions faisant partie de la base de données sur les établissements et les intervenants du ministère du Tourisme qui sont ouvertes pendant le mois de septembre ou d octobre 2001 et qui sont situées dans l une des quatre régions (ville de Toronto, Ottawa, région d Essex et région de Niagara). Les attractions qui ont été exclues du groupe sondé comprenaient celles qui ont fermé leurs portes avant le 11 septembre, les attractions du ministère, les galeries d art privées et les attractions non gérées, telles que les chutes Niagara et le marché Byward à Ottawa. Au total,170 attractions ont fait partie du sondage. Un document préalable au sondage d une page a été envoyé par télécopieur ou courriel à tous les établissements du groupe dotés d un numéro de télécopieur ou d une adresse électronique. Ce document présentait le sondage et demandait aux répondants de produire à l avance des statistiques sur la fréquentation, qui allaient être recueillies au téléphone au moment du sondage. Des réponses utilisables ont été obtenues de 87 des 170 attractions pendant la durée du sondage, soit une semaine, ce qui correspond à un taux de réponse final de 51 %. La répartition des répondants selon le type d attraction et la région est décrite dans le tableau cidessous. Les résultats par région et par type d attraction cités dans le présent rapport devraient être interprétés avec précaution étant donné la petite taille de l échantillon de population. Page 1

4 RÉGION TYPE D ATTRACTION Essex 13 Attractions historiques 17 Niagara 32 Musées/galeries 30 Ottawa 16 Arts de la scène et spectacles 7 Toronto 26 Établissements vinicoles 15 Total 87 Autres 18 Total 87 Les données du sondage ont été pondérées par rapport à la population, en fonction de la capacité de l attraction par jour, spécifiée dans la base de données sur les établissements et les intervenants. Cette pondération a été effectuée par type d attraction et par région afin que la capacité totale des attractions dans chaque catégorie de type par région de l échantillon corresponde à la capacité du groupe. Dans les rares cas où la capacité par jour n existait pas dans la base de données, la capacité moyenne d une attraction du même type et de la même région a été substituée avant que les calculs ne soient effectués. Lorsqu on a calculé les estimations de tout le secteur, il a fallu estimer les données manquantes dans certains cas (fréquentation, revenus). Pour les données sur la fréquentation, la capacité des attractions ayant des données manquantes a dû être prise en considération. Par conséquent, lorsqu il était possible de connaître la capacité d une attraction, la fréquentation a été estimée en fonction de celle d une attraction similaire (même type, région ou capacité) figurant dans la base de données du sondage. Quant à la perte de revenus, on a estimé les cas manquants en utilisant la moyenne de l argent perdu par visiteur pour d autres attractions du même type et dans la même région, puis on a multiplié ce chiffre par le nombre de visiteurs perdus pour cette attraction. Les résultats de l étude sont décrits ci-dessous. Les estimations pour l ensemble de la fréquentation du secteur pour les années 2001 et 2000 sont présentées en premier, suivies par une analyse plus détaillée des variations de la fréquentation. Une estimation des pertes de visiteurs et de revenus attribuables aux événements du 11 septembre est ensuite fournie, suivie d une évaluation des pertes au plan des réunions, congrès et activités d entreprises. Fréquentation relative au secteur Analyse historique des données sur la fréquentation Le tableau 1 offre une comparaison historique de la fréquentation pour le secteur des attractions (tel que défini ci-haut). L estimation totale de la fréquentation est indiquée pour les attractions du groupe sondé, pour le mois d août, la période allant du 1 er au 10 septembre, la période allant du 11 au 30 septembre ainsi que le mois d octobre de cette année, comparé à l année passée. Les résultats indiquent que la fréquentation totale pour le secteur avait connu une augmentation d environ 5 % pour le mois d août, comparé à l année précédente, et qu elle était plus ou moins la même pour la première partie du mois de septembre. Cependant, au cours de la période allant du 11 au 30 septembre, la fréquentation totale a chuté de 21 %, soit une différence de plus de visiteurs, comparé à l année précédente. Page 2

5 La fréquentation prévue pour le mois d octobre ne correspond qu à une baisse de 3 % par rapport à l année passée, ce qui laisse croire qu en général, le secteur est optimiste quant à l avenir et pressent un retour à la normale sous peu. Tableau 1 Nombre total de visiteurs pour le secteur des attractions 1 AOÛT 1 ER AU 10 SEPTEMBRE 11 AU 30 SEPTEMBRE OCTOBRE Fréquentation totale Fréquentation totale Différence Différence en % 2001/ % - 0,3 % - 21 % - 3 % 1 La fréquentation comprend 3 attractions ouvertes en 2001qui étaient fermées en Tel que prévu par les répondants. Le tableau 2 indique le changement du pourcentage dans la fréquentation totale cette année comparé à l année précédente pour les différents types d attractions et régions au cours des quatre périodes examinées. Sauf quelques exceptions (région d Essex, attractions des arts de la scène), les résultats pour la période allant du 11 au 30 septembre ont été bien pires que les périodes précédentes pour tous les types et toutes les régions. Autrement dit, on a constaté en général une chute importante de la fréquentation, au cours de la deuxième moitié du mois de septembre, comparé aux augmentations ou aux légères baisses connues dans les périodes précédentes. En général, on s attend à ce que cette diminution continue pendant le mois d octobre, même si l on prévoit que cette baisse sera beaucoup moins notable. Les résultats pour les attractions de la région d Essex et les arts de la scène semblent aller à l encontre de la tendance (une faible baisse pendant la période allant du 11 au 30 septembre et une augmentation prévue en octobre); cependant, ceci est principalement dû à l ouverture, pour la première fois en 2001, de quelques grandes attractions (aucune fréquentation en 2000). Page 3

6 Tableau 2 Changement du % de la fréquentation totale (01/00), Attractions historiques Musées/galeries Arts de la scène et spectacles* Établissements vinicoles Autres Essex* Région de Niagara Ottawa Toronto par type et par région AOÛT 1 ER AU 10 SEPTEMBRE 11 AU 30 SEPTEMBRE OCTOBRE - 2 % - 2 % - 34 % - 13 % + 2 % + 11 % - 24 % - 4 % + 8 % - 9 % - 8 % + 9 % + 5 % - 3 % - 45 % - 18 % + 10 % - 1 % - 18 % - 3 % - 5 % + 13 % + 1 % + 0,2 % + 5 % - 0,2 % + 15 % - 6 % - 5 % - 24 % - 15 % - 22 % + 54 % - 8 % - 12 % - 2 % L augmentation importante prévue en octobre est due à l ouverture de deux grandes attractions à Essex qui étaient fermées en En fait, 8 des 13 attractions d Essex prévoient des pertes de fréquentation pour le mois d octobre, alors que trois estiment que la fréquentation sera la même qu en L une de ces grandes attractions qui a ouvert ses portes en 2001 concerne les arts du spectacle, ce qui contribue à améliorer les résultats de ce groupe. Généralement, tous les résultats devraient être interprétés avec prudence en raison de la petite taille des échantillons. Analyse longitudinale des données sur la fréquentation Le tableau 3 analyse de façon plus exhaustive le nombre de visiteurs en 2001, pendant la période allant du 11 au 30 septembre, comparé à la période allant du 1 er au 10 septembre de la même année. Le tableau montre que le taux de fréquentation quotidien, ou le nombre de visiteurs par jour, pour l ensemble du secteur, a chuté de 32 % entre les première et deuxième parties du mois. Il est à noter qu une partie de cette baisse est due au changement de saison qui entraîne toujours une baisse naturelle du tourisme (saison intermédiaire). Par exemple, l année dernière, le taux de fréquentation quotidien au cours de la deuxième moitié du mois de septembre accusait une baisse de 14 % comparativement à la première moitié du mois. Tableau 3 Fréquentation moyenne quotidienne pour le secteur des attractions touristiques Septembre 2001 et septembre 2000 DU 1 ER AU 10 SEPTEMBRE DU 11 AU 30 SEPTEMBRE Nombre de jours Fréquentation totale Visiteurs par jour Différence de % de la fréquentation quotidienne - 32 % (11-30 sept./1 er -10 sept. 2001) Fréquentation totale Visiteurs par jour Différence de % de la fréquentation quotidienne (11-30 sept./1 er -10 sept. 2000) - 14 % Le tableau 4 indique la variation en pourcentage du taux de visites quotidiennes entre les 11 et 30 septembre comparé à la première partie du mois de septembre, par région et par type d attraction. La plus forte baisse a été observée pour les attractions de la région d Essex et pour les établissements vinicoles. Page 4

7 Tableau 4 Variation en pourcentage de la fréquentation quotidienne entre les 11 et 30 septembre et les 1 er et 10 septembre, par type et par région Attractions historiques Musées/galeries Arts de la scène et spectacles Établissements vinicoles Autres VARIATION EN % VARIATION EN % - 41 % Essex - 43 % - 39 % Région de Niagara - 33 % + 5 % Ottawa - 36 % - 59 % Toronto - 27 % - 35 % Nota bene : Ces résultats devraient être interprétés avec prudence étant donné la petite taille des échantillons. Origine des visiteurs Le tableau 5 montre le pourcentage moyen de visiteurs en provenance de l extérieur de la province parmi les attractions faisant partie du sondage, au cours des quatre périodes en question. Il est à noter qu environ la moitié des attractions n ont pas été en mesure de répondre à cette question; parmi les répondants, nombreux ont été ceux qui ont dû estimer leurs réponses plutôt que de les baser sur des statistiques sur la provenance des visiteurs. Il est donc difficile d estimer avec justesse des chiffres sur la fréquentation totale en provenance de l extérieur de la province. Par conséquent, c est la moyenne des résultats des attractions ayant répondu qui est indiquée ci-dessous. Les résultats semblent indiquer que les répondants pensent que ce sont les visiteurs en provenance de l extérieur de la province qui ont été les plus touchés par les événements du 11 septembre. Alors que la proportion moyenne de visiteurs en provenance de l extérieur de la province était plus ou moins la même que celle de l année passée en août et pendant la période du 1 er au 10 septembre, ce pourcentage a chuté pendant la deuxième moitié du mois de septembre. On s attend à ce qu il demeure inférieur aux niveaux de 2000 pour le mois d octobre. Autrement dit, la proportion moyenne des visiteurs en provenance de l extérieur de la province est actuellement inférieure à la normale. Tableau 5 Origine des visiteurs Pourcentage provenant de l extérieur de la province % moyen de l ext. de la prov. 40 % 30 % 20 % 10 % 37 % 35 % 33 % 33 % 28 % 22 % 26 % 21 %* % août 1 er au 10 sept. 11 au 30 sept. octobre * Tel que prévu par les répondants Page 5

8 Analyse détaillée de la variation de la fréquentation Répartition de la variation de la fréquentation Le tableau 6 montre la ventilation de la variation de la fréquentation (2001 comparé à 2000) pendant les quatre périodes, parmi les attractions ayant répondu. Cette série de tableaux illustre mieux la nature et la portée des changements que les attractions ont subis en fonction du temps. À la différence de l analyse sectorielle de l annexe 1, cette analyse n est pas influencée par les résultats des attractions plus importantes. Le tableau 6 montre que 41 % des attractions ont connu une augmentation de la fréquentation en août, alors que 39 % ont plutôt connu une baisse. Pendant la première partie du mois de septembre, des baisses avaient déjà commencé à se faire sentir de manière plus prononcée. En effet, 54 % des attractions ont été caractérisées par un taux de fréquentation moins élevé que l année précédente. Ceci semble suggérer que les difficultés économiques du Canada avaient peut-être déjà commencé à affecter certaines attractions. Pendant la période du 11 au 30 septembre, environ deux tiers (67 %) des attractions ont connu une baisse de fréquentation et 54 % ont connu une diminution de plus de 20 %, comparé à l année précédente. Pour le mois d octobre, les pertes se poursuivront, mais dans une moindre mesure pour de nombreuses attractions. Tableau 6 Répartition de la variation de la fréquentation (2001/2000) Page 6

9 August September 1 to 10 > 20% Increase 8% > 20% Increase 14% 1% to 20% Increase 33% % 1% to 20% Increase 18% No change 20% No change 14% 1% to 20% Decrease 29% 1% to 20% Decrease 30% > 20% Decrease 10% > 20% Decrease 24% 0% 20% 40% 60% 0% 20% 40% 60% September 11 to 30 October > 20% Increase 11% > 20% Increase 10% 1% to 20% Increase 10% 1% to 20% Increase 17% No change 12% No change 11% 1% to 20% Decrease 13% 1% to 20% Decrease 32% > 20% Decrease 54% > 20% Decrease 30% 0% 20% 40% 60% 0% 20% 40% 60% Tableau 6 Répartition de la variation de la fréquentation (2001/2000) Nota bene : n = 80. Les variations du mois d octobre ont été estimées par les répondants. Translation of Graph : Periods Août 1 er au 10 septembre 11 au 30 septembre Octobre Categories Augmentation > 20 % Augmentation de 1 % à 20 % Aucun changement Baisse de 1 % à 20 % Baisse > 20 % Please add a space before every % symbol. Page 7

10 Le tableau 7 indique une répartition similaire au niveau de la variation de la fréquentation entre les 11 et 30 septembre pour chaque type d attraction et pour chaque région. Proportionnellement, un plus grand nombre d attractions des arts de la scène et d attractions de Toronto ont connu une baisse au cours de la deuxième moitié du mois de septembre. Fait intéressant, près de la moitié des attractions historiques n ont connu aucun changement quant au nombre de visiteurs pendant cette période, alors que presque le tiers des attractions d Ottawa ont mentionné une augmentation importante par rapport à l année précédente. Tableau 7 Répartition de la variation de la fréquentation (01/00) pour la période allant du 11 au 30 septembre, par type et par région ATTRACTIONS HISTORIQUES MUSÉES/GALERIES N=29 ARTS DE LA SCÈNE N=6 ÉTABLISSEMENTS VINICOLES AUTRES N=13 N=17 N=15 Augmentation > 20 % 17 % 19 % 0 % 27 % 5 % Augmentation de 1 % à 0 % 24 % 0 % 20 % 12 % 20 % Aucun changement 48 % 8 % 5 % 0 % 9 % Diminution de 1 % à 17 % 15 % 9 % 0 % 18 % 20 % Diminution > 20 % 17 % 35 % 87 % 53 % 55 % ESSEX N=11 RÉGION DE NIAGARA N=31 OTTAWA N=14 TORONTO N=24 Augmentation > 20 % 0 % 14 % 32 % 12 % Augmentation de 1 % à 2 % 26 % 6 % 4 % 20 % Aucun changement 21 % 1 % 23 % 11 % Diminution de 1 % à 23 % 11 % 19 % 3 % 20 % Diminution > 20 % 54 % 48 % 19 % 70 % Nota bene : Ce tableau exclut les attractions qui étaient ouvertes en 2001 mais fermées en Les résultats devraient être interprétés avec prudence étant donné la petite taille des échantillons. Augmentation de la fréquentation Comme observé sur le tableau ci-dessus, 21 % des attractions ont connu une augmentation de la fréquentation entre les 11 et 30 septembre, par rapport à l année dernière. Le tableau 8 montre que cette augmentation a caractérisé principalement les attractions qui connaissaient déjà une croissance stable de leur popularité et celles qui avaient organisé des événements spéciaux cette année. Certaines attractions ont indiqué une augmentation du nombre de visiteurs locaux cette année par rapport à l année dernière, ce qui pourrait s expliquer par le désir, chez les Ontariennes et Ontariens, de rester plus près de chez eux à la suite des événements du 11 septembre. Popularité croissante de l attraction Tableau 8 Raisons de l augmentation de la fréquentation entre les 11 et Événement spécial 30 septembre % cette année Nota bene : Les pourcentages pourraient Plus de publicité/ correspondre à plus de 100 en raison des réponses multiples qui ont été reçues. 25 % promotion cette année La base représente les attractions qui ont connu une augmentation de la fréquentation. n = 27 Plus de visiteurs locaux 23 % 45 % Plus de tourisme en général 21 % Autres raisons 44 % Sans opinion 11 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % Page 8

11 Baisse de la fréquentation Le tableau 9 montre que 55 % des attractions ayant connu une baisse de la fréquentation pendant la période du 11 au 30 septembre l attribuent entièrement ou principalement aux événements du 11 septembre. Environ 30 % pensaient que les pertes n étaient dues qu en partie aux événements du 11 septembre. D après elles, d autres facteurs, tels que l économie, ont eu un rôle à jouer. Tableau 9 Baisse de la fréquentation attribuée par les répondants aux événements du 11 septembre Entièrement 38 % En grande partie 17 % En partie 30 % Pas du tout 5 % Sans opinion 10 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % Nota bene : La base représente les attractions qui ont connu une baisse de fréquentation. n = 45 En moyenne, les attractions indiquant une baisse de fréquentation estimaient que 62 % des pertes étaient attribuables aux voyageurs d agrément indépendants, alors que 25 % provenaient de visites de groupes (voir tableau 10). Page 9

12 Tableau 10 Type de visiteurs perdus entre les 11 et 30 septembre Autres 13 % Visites en groupe 25 % Visiteurs d agrément 62 % Nota bene : La base représente les attractions qui ont connu une baisse de fréquentation. n = 43 Estimation des pertes en matière de fréquentation et de revenu pour le secteur des attractions pendant le mois de septembre, en raison des événements du 11 septembre. Estimation des pertes en matière de fréquentation en raison des événements du 11 septembre L une des manières d estimer les pertes de fréquentation dans la deuxième moitié du mois de septembre, en raison des événements du 11 septembre, consiste à déterminer la fréquentation prévue pour la période en fonction de la fréquentation de l année précédente, si l on suppose que la variation de pourcentage durant la deuxième partie du mois de septembre aurait été la même que pour la première partie du mois si les événements du 11 septembre n avaient pas eu lieu. Cette méthode d estimation tente de prendre en considération le caractère saisonnier (en utilisant la fréquentation de l année précédente entre les 11 et 30 septembre comme base) ainsi que les facteurs économiques et autres affectant le tourisme cette année (en factorisant la variation du pourcentage par rapport à la fréquentation de l année passée, au début du mois de septembre). Autrement dit, si une attraction a connu une augmentation de 5 % de la fréquentation comparé à l année passée pendant la première partie du mois de septembre, elle pouvait s attendre à ce que la fréquentation pour la période allant du 11 au 30 septembre connaisse une augmentation de 5 % par rapport à l année passée. La différence entre la valeur prévue et la fréquentation réelle d une attraction a ensuite été calculée. En effectuant ces calculs cas par cas, pour ensuite cumuler les résultats pour toutes les attractions, il a été possible d obtenir une estimation du changement net en matière de fréquentation totale pour le secteur, occasionné par les événements du 11 septembre. Page 10

13 Comme le montre le tableau 11, la fréquentation totale pour le secteur des attractions pendant la deuxième moitié de septembre aurait dû être d environ visiteurs, mais n a été que de personnes, ce qui indique une perte d environ visiteurs en raison des attaques terroristes. Autrement dit, la fréquentation réelle au cours de la deuxième moitié de septembre a connu une baisse de 22 % comparativement à ce qu elle aurait dû être si les événements du 11 septembre n étaient pas survenus. Tableau 11 - Estimation des pertes de fréquentation pour le secteur des attractions en raison des événements du 11 septembre, pour la période allant du 11 au 30 septembre Fréquentation totale prévue entre les 11 et 30 septembre Fréquentation totale réelle entre les 11 et 30 septembre Pertes de fréquentation estimées entre les 11 et 30 septembre en raison des événements du septembre Différence de % de la fréquentation (réelle/prévue) - 22,0 % Comme le montre le tableau 12, certains types d attractions et certaines régions ont accusé des pertes plus importantes (en fonction des niveaux prévus) pendant la période allant du 11 au 30 septembre, en raison des attaques terroristes. En particulier, les établissements vinicoles ont connu une baisse de fréquentation de 44 % comparativement aux prévisions. Tableau 12 Pertes de fréquentation estimées pour le secteur des attractions entre les 11 et 30 septembre, en raison des événements du 11 septembre, par type et par région Pertes de fréquentation entre les 11 et 30 sept. en raison des événements du 11 septembre Différence du % de fréquentation (réelle/prévue) Pertes de fréquentation entre les 11 et 30 sept. en raison des événements du 11 septembre Différence du % de fréquentation (réelle/prévue) Nota bene : ATTRACTIONS HISTORIQUES ,6 % MUSÉES/ GALERIES ,3 % ARTS DE LA SCÈNE ,4 % ÉTABLISSEMENTS VINICOLES ,9 % AUTRES ,5 % ESSEX NIAGARA OTTAWA TORONTO ,4 % - 23,4 % - 25,9 % - 18,9 % Les résultats devraient être interprétés avec prudence en raison de la petite taille des échantillons. Estimation des pertes de revenu en raison des événements du 11 septembre Les attractions qui ont connu une baisse de fréquentation entre les 11 et 30 septembre cette année ont indiqué une perte totale de $. Cette perte est associée à une baisse de visiteurs parmi ces mêmes attractions (il est à noter que d autres attractions ont connu une augmentation du nombre de visiteurs, de sorte que la perte nette ne s est chiffrée qu à environ visiteurs, tel que mentionné au tableau 1). Par conséquent, le montant moyen perdu par visiteur s élève à environ 18,48 $. Si l on multiplie ce chiffre par les visiteurs perdus en raison des événements du 11 septembre, il est possible d estimer que le secteur des attractions touristiques a perdu environ 6,9 millions de dollars, en raison des attaques terroristes (voir le tableau 13). Page 11

14 Tableau 13 Estimation des pertes de revenu pour le secteur des attractions entre les 11 et 30 septembre, en raison des événements du 11 septembre Pertes totales en matière de revenu (parmi les attractions ayant connu une baisse) $ Pertes totales en matière de visiteurs (parmi les attractions ayant connu une baisse) Moyenne du montant perdu par visiteur 18,48 $ Estimation de la perte totale de visiteurs due aux événements du 11 septembre Estimation de la perte totale de revenu due aux événements du 11 septembre $ Réunions, congrès, activités d entreprises Environ la moitié des attractions sondées sont les hôtes de réunions, de congrès ou d activités d entreprises. On a demandé à chaque attraction d indiquer le nombre total d annulations d événements (qui n ont pas été remis à une date ultérieure) pendant chacune des quatre périodes, ainsi que le nombre de participants qui devaient prendre part aux événements annulés. On a également demandé aux répondants d estimer la perte totale de revenu découlant d événements entre les 11 et 30 septembre. Nombre total d annulations d activités Le tableau 14 montre que 522 événements devant avoir lieu entre les 11 et 30 septembre, auxquels plus de personnes auraient participé, ont été annulés dans l ensemble du secteur. Toutes les annulations ne sont pas attribuables aux attaques terroristes, car certaines d entre elles ont eu lieu avant le 11 septembre. Cependant, le taux d annulation a connu une hausse significative après le 11 septembre (par ordre d importance). Le taux d annulation est encore plus élevé pour le mois d octobre (en fonction des événements annulés jusqu à présent), mais ces événements sont en général de moindre grande envergure et visent un moins grand nombre de participants. Tableau 14 Annulations d activités et total des participants visés AOÛT 1 ER AU AU 30 OCTOBRE SEPTEMBRE SEPTEMBRE Nombre total d activités annulées * Taux d annulation pour l ensemble du secteur 0,87 2,8 26,1 40,7 (activités/jour) Nombre total de participants visés *Activités devant avoir lieu au mois d octobre ayant été annulées en date de la première semaine d octobre. Le tableau 15 montre que 93 % des attractions ayant reçu des annulations d événements entre les 11 et 30 septembre ont attribué ces annulations entièrement ou en grande partie aux attaques terroristes aux États-Unis. Tableau 15 Répartition, selon les répondants, des annulations entre les 11 et 30 septembre dues aux événements du 11 septembre Page 12

15 Tableau 15 Répartition, selon les répondants, des annulations entre les 11 et 30 septembre dues aux événements du 11 septembre Sans opinion 6 % En partie 1 % Entièrement 38 % En grande partie 55 % Nota bene : La base représente les attractions qui sont l hôte d événements et qui ont reçu des annulations d événements entre les 11 et 30 septembre (n=25). 0 % a répondu «Aucun lien». Estimation des pertes d activités, de participants et de revenu pendant le mois de septembre, attribuables aux événements du 11 septembre Il y a deux façons d estimer combien d annulations d événements pendant la période du 11 au 30 septembre, parmi les 522 indiquées, sont dues aux activités terroristes. La première, et la plus simple, consiste à supposer que les événements auraient continué à être annulés à raison de 2,8 événements par jour dans l ensemble du secteur. Par conséquent, 56 activités auraient pu avoir été annulées au cours de la deuxième moitié de septembre, ce qui est normal dans ce type d industrie. Ce secteur aurait donc perdu 466 activités, visant environ participants, en raison des événements du 11 septembre. La deuxième façon d estimer les pertes consiste à procéder cas par cas, en prenant en considération la répartition par les répondants des activités annulées en raison du 11 septembre. «Entièrement» voudrait dire que 100 % des événements annulés ou de la perte des participants entreraient dans les calculs, «en grande partie» voudrait dire que 80 % seraient comptés et «en partie» voudrait dire que 50 % seraient comptés. Une telle analyse semble indiquer que le secteur a perdu entre 441 et 453 événements (certaines attractions ne connaissaient pas le nombre) ou entre et participants en raison des événements du 11 septembre. Par conséquent, les deux méthodes d estimation produisent des chiffres remarquablement similaires. Comme le montre le tableau 16, l estimation des pertes de revenu attribuables aux événements du 11 septembre (en fonction d une perte moyenne de $ par événement) se chiffre à entre 9,3 et 9,9 millions de dollars. Page 13

16 Tableau 16 Estimation des pertes totales de revenu généré par des événements pour le secteur des attractions entre les 11 et 30 septembre résultant des événements du 11 septembre Pertes totales de revenu généré par des événements (parmi les attractions ayant $ reçu des annulations) Annulations totales d activités (parmi les attractions ayant reçu des annulations) 522 Moyenne des revenus perdus par événement $ Estimation du nombre total d événements perdus en raison des événements du 441 à septembre Estimation du revenu total perdu en raison des événements du de à $ 11 septembre Conclusion En résumé, les attractions du groupe ayant fait partie du sondage ont perdu environ visiteurs et 6,9 millions de dollars en revenus connexes durant la deuxième partie du mois de septembre, en raison des attaques terroristes du 11 septembre. Une somme additionnelle de 9,3 à 9,9 millions de dollars a été perdue en raison des annulations de quelque 440 à 470 réunions, congrès et activités d entreprises pendant cette même période. De plus, comme de nombreuses attractions majeures en Ontario (par exemple les attractions du ministère et les attractions non gérées) ne sont pas incluses dans la présente analyse, les pertes totales du secteur sont vraisemblablement beaucoup plus élevées que ce qui est indiqué dans le présent rapport. Malgré ces pertes, de nombreuses attractions sont optimistes pour le mois d octobre. Un moins grand nombre d attractions anticipent des pertes en octobre et l on prévoit que les pertes qui surviendront seront moins importantes. En fait, si les prévisions des répondants se matérialisent, on s attend à ce que le nombre de visiteurs, pour l ensemble du secteur, retourne pratiquement à la normale en octobre (même si certaines attractions accuseront encore des pertes). Ceci pourrait être attribuable en partie à la proportion normalement plus élevée de visiteurs en provenance de la province pendant l automne, les voyages interprovinciaux étant moins susceptibles d être touchés de façon prolongée. En fait, les voyages inter-provinciaux pourraient même augmenter étant donné que les Canadiennes et les Canadiens pourraient renoncer à effectuer des voyages aux États-Unis ou outre-mer en faveur de destinations plus près de chez eux. Les activités relatives aux événements dans le secteur des attractions se remettront peut-être plus lentement, car plus de annulations ont déjà été signalées pour le mois d octobre. Cependant, ces événements sont en général de moindre envergure et visent un moins grand nombre de participants que ceux qui ont été annulés durant la deuxième moitié du mois de septembre. Les pertes de revenu ne devraient donc pas être aussi importantes. Page 14

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction de la clientèle Secteur des services intégrés, ministère des Pêches et des Océans

Sondage sur la satisfaction de la clientèle Secteur des services intégrés, ministère des Pêches et des Océans Sondage sur la satisfaction de la clientèle Secteur des services intégrés, ministère des Pêches et des Océans Rapport final le 19 janvier 2001 RAPPORT FINAL Table des matières RÉSUMÉ... I 1. INTRODUCTION...1

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

Le financement fédéral de la recherche fondamentale

Le financement fédéral de la recherche fondamentale OCTOBRE 2013 VOL 13 NO 1 Introduction et principales constatations Tendences générales : Financement des conseils subventionnaires Financement de la recherche libre Ciblage du financement de la recherche

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada CHAPITRE 9 Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada Rapport d audit de performance Le présent rapport fait état des résultats d un

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique 28 juin 2001 Préparé par : La Division des méthodes des enquêtes auprès des entreprises et La Division

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Rapport présenté à Industrie Canada Avril 2001 Compas Inc. Multi-Audience Research Ottawa et

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Droits de la personne et dignité humaine Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Droits de la personne et dignité humaine Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Droits de la personne et dignité humaine Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université

Plus en détail

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun N o 11-621-MIF au catalogue N o 024 ISSN: 1707-0511 ISBN: 0-662-79675-6 Document analytique Analyse en bref L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun par Patrice Martineau Division

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016

Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016 Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016 Document préparé par : Banque Manuvie Printemps 2016 1 Sommaire Résultats du printemps 2016 du sondage sur l endettement des propriétaires

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador 2014 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

du tourisme au Canada:

du tourisme au Canada: MARS 2012 À L INTÉRIEUR: Le présent rapport contient la dernière mise à jour du projet portant sur l offre et la demande de main-d œuvre en tourisme. des tendances démographiques et économiques à long

Plus en détail

Sondage sur la sécurité routière de 2011. The knowledge source for safe driving

Sondage sur la sécurité routière de 2011. The knowledge source for safe driving T r a f f i c i n j u r y r e s e a r c h F o u n d a t i o n Sondage sur la sécurité routière de 2011 L alcool au volant au Canada The knowledge source for safe driving LA Fondation de recherches sur

Plus en détail

TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102

TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102 TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102 DATE DE L ACQUISITION : LE 28 JANVIER 2011 TransGlobe Apartment Real

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014 Tendances des négociations collectives au Canada, 19-1 Introduction Ce rapport présente certaines des principales tendances observées au cours des trois dernières décennies dans les négociations collectives

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Les populations et leur environnement naturel Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Les populations et leur environnement naturel Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Les populations et leur environnement naturel Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique N o 88F0006XIF au catalogue N o 022 ISSN: 1706-8975 ISBN: 0-662-78616-5 Document de travail Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique Caractéristiques des petites entreprises

Plus en détail

Portrait provincial des résultats des immigrants : Revenus d emploi de 2001 à 2008

Portrait provincial des résultats des immigrants : Revenus d emploi de 2001 à 2008 Documents de recherche de la BDIM 2008 Sommaire Rapport de base de la BDIM 2008 Portrait provincial des résultats des immigrants : Revenus d emploi de 2001 à 2008 Mars 2012 Documents de recherche de la

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION Assurance vie : Née d un besoin de sécurité Contrat de rente : Né d un besoin de pouvoir placer un capital à long terme et en jouir sans avoir à se soucier de sa gestion

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/10 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Tendances et enjeux. Les institutions sans but lucratif au service des

Tendances et enjeux. Les institutions sans but lucratif au service des Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages : Les organisations du domaine de la santé et des services sociaux Les institutions sans but lucratif

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ULRIC. 1-OUVERTURE DE LA SÉANCE La séance est ouverte à 19h30.

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ULRIC. 1-OUVERTURE DE LA SÉANCE La séance est ouverte à 19h30. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ULRIC Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Saint-Ulric tenue le 2 juillet 2012 à 19 h 30 min au 130, avenue Ulric-Tessier

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2015-561

Décision de radiodiffusion CRTC 2015-561 Décision de radiodiffusion CRTC 2015-561 Version PDF Référence : 2015-135 Ottawa, le 18 décembre 2015 Conclusions sur la capacité du marché et la pertinence de publier un appel de demandes radio pour desservir

Plus en détail

Impacts économiques de la baisse du prix du pétrole et de la mise en place d une taxe sur l essence

Impacts économiques de la baisse du prix du pétrole et de la mise en place d une taxe sur l essence Impacts économiques de la baisse du prix du pétrole et de la mise en place d une taxe sur l essence En date du 12 février I. Impacts économiques Nous analyserons les impacts économiques de la baisse du

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

GUIDE DU FORMATEUR. 3. a) Le site Internet de Statistique Canada : www.statcan.ca b) Où trouver des renseignements sur

GUIDE DU FORMATEUR. 3. a) Le site Internet de Statistique Canada : www.statcan.ca b) Où trouver des renseignements sur Trousse d EBA/alphabétisation du Recensement de 2006 EBA ENRICHISSEMENT GUIDE DU FORMATEUR Introduction Contenu Le Guide du formateur sur les activités d enrichissement contient des renseignements à l

Plus en détail

Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateursdebiens immobiliers et des autres activités liées à l immobilier

Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateursdebiens immobiliers et des autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateursdebiens immobiliers et des autres activités liées à l immobilier 2006. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés.

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés. Efficacité d un programme pilote d intervention basé à domicile et appuyé par téléphone/courrier, pour l activité physique et la nutrition chez les aînés Fiche No 3 Lee AH, Jancey J, Howat P, Burke L,

Plus en détail

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012 L Industrielle Alliance déclare ses résultats financiers pour le deuxième trimestre La rentabilité et le ratio de solvabilité atteignent les meilleures indications La croissance des affaires se maintient

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012.

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012. ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Adopté le 27 août 2012. PLAN DE REDRESSEMENT UQTR L UQTR présente un Plan de redressement qui permettre

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 IMMOBILISÉ AU FONDS DE REVENU VIAGER SUIVANT LE RÈGLEMENT EN APPLICATION DE LA LOI SUR LES

Plus en détail

Tourisme en bref Bilan de l année 2012

Tourisme en bref Bilan de l année 2012 Tourisme en bref Bilan de l année 2012 www.canada.travel/entreprise Faits et chiffres 7e édition Points saillants En 2012, le Canada a accueilli 16 millions de touristes étrangers pour des voyages d une

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr. générale 2 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite le PROJET DIGNITÉ Démystifier la pauvreté au Canada sommaire Vous n êtes peut-être pas témoin de la pauvreté tous les jours. Mais croyez-nous, elle existe. En fait, un Canadien sur onze vit dans la pauvreté.

Plus en détail

Revenu et niveau de vie au cours d une période sans emploi

Revenu et niveau de vie au cours d une période sans emploi Revenu et niveau de vie au cours d une période sans emploi Rapport final Préparé pour : Développement des ressources humaines Canada Mai 1998 Rédigé par : Martin Browning Département d économie Université

Plus en détail

Fonds de dividendes d actions privilégiées Lysander-Slater

Fonds de dividendes d actions privilégiées Lysander-Slater Fonds de dividendes d actions privilégiées Lysander-Slater 31 décembre 2015 Cette page est intentionnellement laissée en blanc. Rapport de la direction sur le rendement du Fonds Au 31 décembre 2015 AVERTISSEMENT

Plus en détail

8Dy 75. Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires. Christian RAGUSICH Georges AKHRAS

8Dy 75. Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires. Christian RAGUSICH Georges AKHRAS Actes du 20 e colloque de l AQPC RÉUSSIR AU COLLÉGIAL 8Dy 75 Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires Christian RAGUSICH Georges AKHRAS Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires

Plus en détail

Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME

Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES ANNÉES CIVILES 2010 ET SUIVANTES Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME RÉSUMÉ Une société qui, au

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période 2008 2012 Publié février 2008 ASSOCIATION CANADIENNE DU TRANSPORT URBAIN 55 RUE YORK, BUREAU 1401, TORONTO (ON) M5J 1R7 Tél: (416)

Plus en détail

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis 20 novembre 2015 Au cours d une conférence de presse aujourd hui, le ministre des Finances,

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 7 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 7 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 7 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS Introduction... 2 Page Sommaire... 3 Projection des flux de trésorerie de passif... 3 Calcul du coussin de solvabilité... 6 Risque de mortalité...

Plus en détail

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1 Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) Province du Nouveau-Brunswick ISBN: 978-1-55471-612-8 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Résumé du régime... 2 Adhésion... 3

Plus en détail

Montant de retenue et obligation de remboursement

Montant de retenue et obligation de remboursement Guide technique sur le développement des systèmes à l intention des fournisseurs de REEI Montant de retenue et obligation de remboursement Les institutions financières sont responsables de déterminer les

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Migration et ruée vers l or du Klondike

Migration et ruée vers l or du Klondike Migration et ruée vers l or du Klondike Aperçu de la leçon : Les élèves analysent des données du recensement pour expliquer l influence de la ruée vers l or du Klondike sur la distribution de la population

Plus en détail

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013 États financiers prospectifs Exercice se terminant le 31 mars 2013 DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION La responsabilité de la compilation, du contenu et de la présentation de l information financière

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé 35 Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Mots-clés : santé au travail, charge de travail, professions

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) ACADÉMIE EDGEPOINT La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées N o 65-507-MIF au catalogue N o 005 ISSN: 1712-1353 ISBN: 0-662-79733-7 Document analytique Le commerce canadien en revue Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées par Carlo Rupnik

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) (en milliers de dollars) Charges Gestion des

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles Investir sans souci Guide pour un portefeuille de placements personnalisé Le rapport entre le risque et le rendement est simple : plus le risque est grand, plus le rendement potentiel est élevé. Les résultats

Plus en détail

RBC Marchés des Capitaux

RBC Marchés des Capitaux Le 8 décembre 205 RBC Marchés des Capitaux TITRES LIÉS À DES TITRES DE PARTICIPATION ET À DES TITRES D EMPRUNT SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC ET RECHERCHE RBCMC Titres RBC liés à une répartition stratégique

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DU TOURISME

RÉPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DU TOURISME RÉPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DU TOURISME 1 Introduction : Contexte et Justification Méthodologie : Unité statistique et échantillonnage Préface Le ministère du Tourisme en Haïti recueille régulièrement

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail