Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin"

Transcription

1 FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse des principaux sols rencontrés dans le Bas-Rhin, à l Est des Vosges. Il reprend les informations contenues dans les 6 guides des sols publiés pour la plaine et les collines du Bas-Rhin par la Région Alsace, à savoir les caractéristiques majeures des sols agricoles les plus répandus et leurs principales propriétés. Pour ceux qui souhaiteraient aller plus en détail dans l identification et la connaissance de leurs sols, ces guides des sols sont consultables dans les ADAR et au service de documentation de la Chambre d Agriculture du Bas-Rhin. Les sols remplissent de multiples fonctions Ils sont à la fois outil et support de production ayant un rôle régulateur du milieu. De leur bon fonctionnement dépendra la productivité des parcelles agricoles. Les sols constituent aussi une interface entre les activités humaines et les ressources naturelles en eau qu ils protègent comme le ferait un filtre. Les sols sont variés : leurs caractéristiques fluctuent dans l espace et dans le temps sous l effet du climat et de l action de ceux qui les utilisent. Un patrimoine millénaire Les sols sont fragiles. Ils peuvent être durablement affectés, voire définitivement perdus par des usages inadaptés. Pour bien les valoriser et préserver leur bon fonctionnement, il est important de les connaître. Il est nécessaire de savoir identifier les sols afin d adapter les modes de production et notamment : - bien fixer le plan prévisionnel de fertilisation, les doses et dates d apport calées au plus près des besoins des cultures, les amendements ; - gérer au mieux les préparations de sol et l irrigation. - choisir des cultures et rotations adaptées ; Comment utiliser ce document? - Reportez-vous à la carte qui localise les grands types de sols par secteur géographique. - Relevez la liste des sols présents sur un périmètre de 2 km autour du point qui vous intéresse. - Pages suivantes, à l aide des tableaux décrivant les sols, repérez le type de sol aux caractéristiques les plus proches du sol observé sur votre parcelle. La dernière page du document vous permettra d établir le lien avec les grandes familles de sols utilisés en référence dans l application de la Directive dans le Bas-Rhin. ARAA

2 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

3 Type de sol Ried Gris du Nord de Strasbourg Ried argileux de la bande rhénane Nord Sols sableux du Nord de l Alsace Sols argileux du Nord de l Alsace Type de sol Limons loessiques Limons argileux Limons battants (lehm) Hydromorphie des cultures L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri-Mieux ou capacité à valoriser les effluents 1 Plaine rhénane au Nord de Strasbourg jusqu à Lauterbourg sur une bande de 5 à 10 km de large le long du Rhin Sols de limons argilo-sableux, calcaires à calciques, de profondeur et de teneur en cailloux variables Localement un peu variable autour de 60 à 100 cm 2 De Reichstett à Soufflenheim Sols argilo-limonosableux,, décarbonatés, de couleur brun-noir, 5 % et plus de matière organique. Pouvoir fixateur fort pour le potassium. Terres lourdes : 40 à 50 % d argile 3 Débouché Seltzbach, Moder, Zorn près des forêts de Haguenau et du Mundat entre Brumath et Hoerdt Sols sableux, décarbonatés à acides, brun jaune, localement 10 à 20 % de cailloux Plus de 60 % de sable 4 Le long Lauter, Sauer, Seltzbach, Moder, Zorn. Fonds de vallons larges Sols argileux à argilosableux,, décarbonatés, brun foncé Terres lourdes Très Sains Très Inondables en hiver et au printemps limité à cm par le niveau d eau de la nappe 80 à 140 mm 100 à 140 mm, sans prise en compte des remontées capillaires limité à cm Risque d inondation en hiver et au printemps limité à cm par 50 à 100 mm 100 à 120 mm sans prise en compte des remontées capillaires Très élevé à élevé Elevé Très élevé Elevé DirN10 DirN11 DirN4 DirN5 80 u N/ha 80 u N/ha 60 u N/ha 80 u N/ha (60 u N/ha en conditions humides) En 2 à 3 fois dans les sols les plus A peine suffisant voire médiocre pour les sols les plus fiches 5 et 6 (190 u N/ha) En 2 fois En 3 fois En 2 fois Médiocre ou. fiche 9 fiche 20 Médiocre ou et du risque de perte de nitrates. fiche 11 fiches 14 et 16. fiches 5 et 6 fiche 15 fiche 19 fiches 12 et 13 5 Entre le Piémont vosgien et la plaine du Rhin au Sud de la Moder Sols limono-argileux brun clair, (1 m et plus), calcaires à calciques sur loess > 50 % de limons < 10 % de sables 6 de l arrière Kochersberg et de l Outre-Forêt Sols limono-argileux à argilo-limoneux, brun clair, (1 m et plus), calciques à calcaires > 50 % de limons Hydromorphie Sains Peu localement dans les fonds de vallons ou près des affleurements marneux de l arrière Kochersberg Obstacle des cultures L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri Mieux des apports de N Sensibilité potentielle au ruissellement et à l érosion ou capacité à valoriser les effluents 180 mm à 200 mm pour au printemps, travail en conditions ressuyées pour éviter tassement 180 mm à 200 mm pour du Pays de Hanau, de l Outre-Forêt, et de l arrière Kochersberg au plus près des Vosges 7 Sols limono-argileux à limono-sableux, brun clair, (1 m et plus), décarbonatés à acides > 50 % de limons. Présence en profondeur d un horizon enrichi en argile au printemps, travail en conditions ressuyées pour éviter tassement 160 mm à 180 mm pour Limité à moyen Moyen Moyen à élevé DirN1 DirN2 DirN3 130 u N/ha 100 u N/ha 80 u N/ha 150 u N/ha de 110 q/ha En 1 fois après levée culture ou en 2 fois 180 u N/ha de 110 q/ha En 1 fois après levée culture ou en 2 fois 175 u N/ha En 2 fois Elevée Modérée Elevée Pour tous ces sols très limoneux, la sensibilité au ruissellement et à l érosion est d autant plus élevée que le taux d argile, le taux de matière organique ou le taux de carbonates de calcium sont faibles Suffisant à élevé fiches 1 à 4 Suffisant à élevé. Contrôle et du ph fiches 5 à 8 Outre Forêt fiches 7 à 9 et 16 Suffisant. Contrôle et du ph fiches 10 à 15 et 17 fiches 3 à 5 Fractionnez les apports d azote pour répondre aux besoins des cultures et réduire les risques de pertes par lessivage! Respectez le temps de ressuyage du sol avant intervention, pour éviter le tassement qui nuit au développement des cultures!

4 Type de sol Argilo-calcaires des collines sous Argiles calcaires profondes, Alluvions limono sableuses ou sablo limoneuses centre Alsace Alluvions limonoargileuses centre Alsace Sols argileux et Bruch du Centre Alsace Type de sol Ried Gris du Sud de Strasbourg Ried Noir Ried brun caillouteux Ried rhénan Sols limono sableux (17) et sableux (18) rhénans Hydromorphie L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri-Mieux ou capacité à valoriser les effluents sous- calcaires, caillouteux ou peu épais sur dalle calcaire Sains ou faiblement Ressuyage assez rapide Peu sensibles au tassement la forte pierrosité 80 mm pour de 50 cm sous- et localement dans les versants sur marnes du Lias principalement un niveau compact ou 140 mm pour de 80 cm Au pied des Vosges entre Molsheim et Sélestat Sols limonosableux ou sablo-limoneux, moyennement (60 à 120 cm), brun rosé, à tendance acide. Cailloux en profondeur Sains, localement Très sensibles au tassement, ne pas travailler trop tôt au printemps, ni trop longtemps avant semis la compacité et les cailloux 70 à 100 mm pour de 70 cm Au pied des Vosges entre Rosheim et Sélestat, une centaine de mètres de part et d autre du lit Sols limonoargileux à argilolimoneux, non calcaires, (1m et plus), submersion dans certains secteurs en période pluvieuse Sensibles au tassement 100 mm pour de 70 cm Anciens marais, zones basses, lieux dits «matt» «ried»,«weid» «bruch» entre Blaesheim et l ouest de Kogenheim Sols argilolimoneux en surface,, brun foncé noir, riches en matière organique (5 à 10%). Fort pouvoir fixateur du potassium Très Submersion par remontée de nappe au printemps 80 à 100 mm pour de 50 cm Très élevé Elevé Moyen à élevé Elevé Moyen à élevé Pas de correspondance A rattacher à DirN3 DirN6 DirN8 DirN7 Non défini 80 u N/ha 90 u N/ha 90 u N/ha 140 u N/ha (100 u N/ha en conditions humides) u N/ha 120 u N/ha () de 105 q/ha - En 2 fois En 2 fois En 2 fois En 2 fois fiche 13 fiche 22 A peine suffisant, contrôle de l excès d eau fiches 9 et 10 fiche 2 Juste suffisant, contrôle du ph et fiches 8 et 9 fiche 10 fiches 11 et 13 Certains sols localisés en bordure des Vosges représentent des variantes : - Sables gréseux, acides (carte N 3a), à rapprocher des sols sableux du Nord de l Alsace - Argiles des collines (carte N 4a), à rapprocher des sols argileux du Nord de l Alsace Autour de l Ill en zone inondable Sols argilolimoneux, non calcaires, de profondeur et teneur en cailloux variable 30 à 45% d argile Zone inondable rive droite de l Ill. Plus au Nord le long de la Zembs noirs, calciques à calcaires, très riches en matière organique (5 à 10%). Pouvoir fixateur fort pour le potassium 30 à 60% d argile Au Sud de Benfeld, entre la zone inondable de l Ill et la route du Rhin Sols limono-argilosableux, calcaires, caillouteux, peu (30 à 50 cm). Localement sols plus limoneux et dans les anciens méandres du Rhin 20 à 30% d argile Le long du Rhin, dépression s étendant sur les communes de Sundhouse, Saasenheim, Schœnau Sols argilo-sableux, calcaires, (1m et plus) 35 à 40% d argile Hydromorphie Très Très Sains Sains L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri Mieux ou capacité à valoriser les effluents Inondables et risque de submersion printemps. Risque en profondeur le niveau de la nappe 100 à 120 mm 60 mm pour les sols les plus (50 cm) Risque d engorgement prononcé, remontée de nappe printemps le niveau de la nappe 80 à 120 mm pour de 50 à 100 cm, sauf quelques situations au Nord de la zone d extension peu limité par les cailloux 50 mm dans les sols caillouteux, pour de 100 cm. 120 à 150 mm dans les sols limoneux Moyen à élevé Moyen à élevé Limité à très élevé suivant le taux de cailloux Risque d engorgement, remontée de nappe printemps 100 à 120 mm pour de 60 cm Moyen DirN12 DirN12 DirN9 DirN12 DirN13 Le long du Rhin, à l Est du canal du Rhône au Rhin Sols limonosableux, plus sableux vers le Rhin, calcaires et moyennement (50 à 100 cm) 15 à 20% d argile la texture sableuse 60 à 80 mm pour de 50 à 80 cm Elevé à très élevé dans les sols les plus sableux 100 u N/ha 100 u N/ha 105 u N/ha 100 u N/ha 100 u N/ha 150 u N/ha 150 u N/ha 180 u N/ha de 115 q/ha 130 u N/ha 175 u N/ha de 110 q/ha En 2 fois En 2 fois En 3 fois En 2 fois En 2 à 3 fois Fiche 12, variantes Fiches 10 et 11 fiches 13 à 15 Suffisant dans les sols, médiocre dans les sols caillouteux fiches 16 et 17 fiches 16 et 17 fiches 18 et 19 Ayez le bon réflexe : connaître le sol et adapter les choix culturaux! A chaque sol sa dose d azote!

5 Code Sols et localisation Fournitures en azote du sol Niveau rendement maïs Niveau rendement maïs Azote non disponible en kg/ha non irrigué en q/ha irrigué DirN1 Limons sains des plateaux de Brumath, du Kochersberg à 120 / 25 et de la plaine d Erstein, loess DirN2 Limons sains d Outre-Forêt et de l arrière Kochersberg à 115 / 25 DirN3 Limons battants de l Outre-Forêt, de l arrière Kochersberg à 110 / 25 et des collines de Brumath DirN4 Sols sableux du Nord de l Alsace à à DirN5 Sols argileux du Nord de l Alsace En conditions normales En conditions humides (pluie inondations) à à 95 / DirN6 Sols sableux à limono-sableux à à du DirN7 Sols argileux et Bruch du En conditions normales En conditions humides (pluie inondations) à à 105 / DirN8 Sols limono-sablo-argileux ou limono-argileux à à DirN9 Ried brun caillouteux des terrasses caillouteuses du Rhin à DirN10 Ried gris du Nord de Strasbourg à à DirN11 Ried argileux de la bande rhénane Nord à 100 / 20 DirN12 Ried gris du Sud de Strasbourg, Ried Noir, Ried rhénan à 110 / 20 DirN13 Sols limono-sableux et sableux du Rhin à à Sources : Annexe 4 Directive Programme Le maïs représente la culture dominante en zone vulnérable. Les références pour cette culture sont suffisamment nombreuses pour être formalisées par grand type de sol dans l arrêté Zone vulnérable. Notions utiles Granulométrie : répartition des particules minérales du sol en classes de taille (argiles < 2 μm, limons fins 2 à 20 μm, limons grossiers 20 à 50 μm, sables de 50 à 2000 μm soit 2 mm). Acidité : valeur du ph : plus de 7 = basique ; 7 = neutre ; moins de 7 = acide (souhaitable : luzerne > 7.0 maïs > 6.0 seigle > 5.0) Battance : formation d une croûte superficielle à la surface du sol, limitant sa respiration et l infiltration de l eau et favorisant le ruissellement. Matière organique (MO) : tout constituant carboné végétal ou animal mort ou vivant, présent dans le sol. Couramment MO = 1.72 x taux de carbone organique mesuré dans un sol cultivé. : capacité du sol à retenir et/ ou recycler les matières organiques et minérales apportées par des déchets, sans transfert de pollution vers les eaux ou les cultures. Carbonatation : en lien avec la présence de calcaire (CaCO 3 ) ; un sol décarbonaté a perdu des carbonates mais il peut encore contenir du calcium, nécessaire au complexe argilo-humique, réserve en minéraux. L eau dans le sol Réserve utile : volume d eau pouvant être durablement contenu dans le sol et accessible aux plantes. Dans le tableau une fourchette de valeurs est indiquée pour potentiel du maïs. Hydromorphie : traces de couleur résultant de la saturation temporaire ou permanente des pores du sol par une eau peu renouvelée et donc peu ou pas oxygénée. Elle traduit une asphyxie du sol. Un sol sain (non gorgé d eau) ne présente pas de telle marbrure ou mouchetage de couleurs. Lessivage : expression abusivement employée pour lixiviation qui exprime l entraînement en profondeur solubles dans l eau. Mécanisme de transfert vers les eaux souterraines Ressuyage des sols : vitesse de drainage des sols pour évacuer l eau en excès. Un sol doit être ressuyé avant le passage des outils lourds pour éviter le tassement des sols, (surtout en sols limoneux fins) et la dégradation de la structure des mottes. Document réalisé avec le concours technique de l Association pour la Relance Agronomique en Alsace Animateurs de PIÉMONT eau et terroirs : Christelle BARTHELMEBS - Marc SCHMITT - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR Plaine de l Ill - 1, rue de Hollande BENFELD - Tél Animateurs de FERTI KOCHERSBERG : Flora OGERON - Marc SCHMITT - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR du Kochersberg - 32, rue des Romains TRUCHTERSHEIM - Tél Animateur de FERTI ZORN : David KRAEMER - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR de l Alsace du Nord - Ferme Stangen - Route de Schirrhein HAGUENAU - Tél Animateur de FERTI Nord Alsace : Patrick ROHRBACHER - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR de l Alsace du Nord - Ferme Stangen - Route de Schirrhein HAGUENAU - Tél Animateur de FERT Ill Jean-Louis GALAIS - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR de la Plaine de l Ill - 1, rue de Hollande BENFELD - Tél Chambre d Agriculture du Bas-Rhin - Christophe Barbot Tél. : Action soutenue par la Chambre d Agriculture du Bas-Rhin, l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général du Bas-Rhin, la Région Alsace pour Fert Ill et le Cas Dar (géré par le Ministère de l Agriculture et de la Pêche).

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

pour l amélioration de la qualité de l eau

pour l amélioration de la qualité de l eau Guide des sols pour l amélioration de la qualité de l eau Sommaire ❶ La démarche... 1 ❷ Eléments pédologiques... 3 1) La notion de sol... 3 2) Sols et dynamique de l eau... 3 ❸ Les sols du Bassin Versant

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

2. ELEMENTS FINANCIERS ET FISCAUX

2. ELEMENTS FINANCIERS ET FISCAUX Mise en œuvre des actions de nature intercommunale définies dans la charte d itinéraire Adhésion au GLCT «Vis-à-Vis» Adhésion à l Institut Régional de Coopération développement (IRCOD) ainsi que les actions

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau?

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? Les sols reçoivent de l eau provenant de différents flux, et une partie de l eau arrivant dans le «compartiment» sol y est retenue. Ainsi, la pluie

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Séquence 7. Le sol, un patrimoine durable? Sommaire

Séquence 7. Le sol, un patrimoine durable? Sommaire Séquence 7 Le sol, un patrimoine durable? Sommaire 1. Le sol, une ressource naturelle indispensable mais fragile 2. Synthèse 3. Exercices 4. Devoir autocorrectif n 3 1 1 Le sol, une ressource naturelle

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Optimisation du réseau piézométrique de la Nappe d Alsace

Optimisation du réseau piézométrique de la Nappe d Alsace Optimisation du réseau piézométrique de la Nappe d Alsace Rapport final BRGM/RP-58670-FR Octobre 2010 Optimisation du réseau piézométrique de la Nappe d Alsace Rapport final BRGM/RP-58670-FR Octobre 2010

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90)

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90) SOCIETE TRAITEMENT-RECUPERATION-TRANSFORMATION ZONE INDUSTRIELLE - UNGERSHEIM - 68 190 ENSISHEIM TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Rapport définitif de phase I

Rapport définitif de phase I Mairie du Perray-En-Yvelines Schéma Directeur d Assainissement Phase 1 : Etat des lieux en matière d assainissement individuel août 2004 Rapport définitif de phase I Département des Yvelines Rapport de

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Azote 30 ans de références Coordination du dossier Paul Jegat (Terra) avec Bertrand Decoopman (chambres d'agriculture de Bretagne).

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Commune de : Il est indispensable de concevoir le système d assainissement avant même le projet de construction.

Commune de : Il est indispensable de concevoir le système d assainissement avant même le projet de construction. Commune de : DEMANDE D INSTALLATION D UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ❶ Collecte ❷ Traitement Vous allez construire ou améliorer un logement : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE Info.pl@ine N 453 20 février 203 5 pages CEREALES BLE Priorité au désherbage STRATEGIE AGRONOMIQUE Les conditions météo idéales sont une forte hygrométrie, des températures dces et un sol suffisamment

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Ce document a été réalisé par le groupe de travail constitué des services assainissement de la Charente. La rédaction a été assurée par :

Ce document a été réalisé par le groupe de travail constitué des services assainissement de la Charente. La rédaction a été assurée par : Ce document a été réalisé par le groupe de travail constitué des services assainissement de la Charente. La rédaction a été assurée par : Communauté de Communes du Rouillacais 05.45.96.83.24 Communauté

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public).

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public). Schémas techniques Assainissement collectif > Raccordement Schéma type de branchement Réseau séparatif Dispositif permettant le raccordement au collecteur public. Conduite de branchement (domaine public).

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

H Y G R O B A E t u d e d e l a r é h a b i l i t a t i o n h y g r o t h e r m i q u e d e s p a r o i s a n c i e n n e s

H Y G R O B A E t u d e d e l a r é h a b i l i t a t i o n h y g r o t h e r m i q u e d e s p a r o i s a n c i e n n e s Etude de la réhabilitation hygro des parois anciennes CAHIER N 1 : MURS EN TERRE CRUE Sommaire 1. Caractéristiques principales des murs en terre crue... 5 1.1. Le pisé... 5 1.2. La bauge... 8 1.3. L adobe...

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

De la connaissance des sols aux activités de gestionnaire de l eau de l établissement public Dordogne

De la connaissance des sols aux activités de gestionnaire de l eau de l établissement public Dordogne août 2006 De la connaissance des sols aux activités de gestionnaire de l eau de l établissement public Dordogne & Etat des connaissances et disponibilité des données pédologiques Rapport résultant d un

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Cirrus Activ Cirrus Cirrus Ac A tiv cti

Cirrus Activ Cirrus Cirrus Ac A tiv cti Cirrus Activ 1 Le bon semoir de toutes les situations Le semis est une étape importante pour la réussite d une culture avec des rendements stables et élevés. L efficacité et la rentabilité d un matériel

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

UN ESSAI D'APPLICATION DE LA CARTOGRAPHIE DES SOLS

UN ESSAI D'APPLICATION DE LA CARTOGRAPHIE DES SOLS 264 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE UN ESSAI D'APPLICATION DE LA CARTOGRAPHIE DES SOLS Nécessité de la connaissance des facteurs de production PAR F. LE TACON Assistant à la Station de Recherches sur les sols

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand 22 09 2010 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013.

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013. FICHE TECHNIQUE Vers de terre Architectes des sols fertiles Introduction Entre un et trois millions de vers de terre vivent dans la terre en bonne santé d un hectare de prairie. Plus il y en a plus le

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

LE TRAITEMENT - PRESENTATION GENERALE

LE TRAITEMENT - PRESENTATION GENERALE LE TRAITEMENT - PRESENTATION GENERALE CRITERES DE CHOIX DES FILIERES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A la sortie d un prétraitement (fosse toutes eaux ou fosse septique), l effluent n est pas épuré. Il

Plus en détail

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN L'azote est un facteur important dans la fertilisation du maïs. Un manque d'azote peut occasionner une baisse de rendement, alors qu'un excès représente un risque de contamination de l'air et de l'eau,

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

les alternatives au "tout stockage" simples et économes des exemples de réalisations des témoignages

les alternatives au tout stockage simples et économes des exemples de réalisations des témoignages pourquoi comment réaliser une mise aux normes économe les alternatives au "tout stockage" simples et économes des exemples de réalisations des témoignages Edition Juillet 2005 Les alternatives au "tout

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Août octobre 2010 n 6

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Août octobre 2010 n 6 Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be Août octobre 2010 n 6 Sommaire 041. Agriculture biologique et changement climatique 042. Agents conservateurs

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton de Lorris

Communauté de Communes du Canton de Lorris Communauté de Communes du Canton de Lorris S.P.A.N.C : Service Public d Assainissement Non Collectif MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (selon Arrêté du 7 septembre 2009, Norme

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

BORDEREAU D ENVOI MAIL

BORDEREAU D ENVOI MAIL M. Thierry SECHAO 1, Impasse Daniel Sorano A Montauban, Le vendredi 11 mai 2012 Objet : Rapport d étude de sols Dossier Réf. : S-1204-13 BORDEREAU D ENVOI MAIL Monsieur, Veuillez trouver ci-joint le rapport

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique - Lit

Plus en détail

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture.

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture. Sommaire De quoi parle t-on? Intérêts et points de vigilance Du concept à la technique Regards croisés De quoi parle-t-on? Le Semis-Direct sous Couverture Végétale (SDCV) consiste à associer arrêt du travail

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

livrets les Lutter contre l érosion des terres Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture

livrets les Lutter contre l érosion des terres Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture livrets les D E L A G R I C U L T U R E N 12 Lutter contre l érosion des terres Présenté par : Pr Sylvia Dautrebande, Hélène Cordonnier,

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail