Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin"

Transcription

1 FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse des principaux sols rencontrés dans le Bas-Rhin, à l Est des Vosges. Il reprend les informations contenues dans les 6 guides des sols publiés pour la plaine et les collines du Bas-Rhin par la Région Alsace, à savoir les caractéristiques majeures des sols agricoles les plus répandus et leurs principales propriétés. Pour ceux qui souhaiteraient aller plus en détail dans l identification et la connaissance de leurs sols, ces guides des sols sont consultables dans les ADAR et au service de documentation de la Chambre d Agriculture du Bas-Rhin. Les sols remplissent de multiples fonctions Ils sont à la fois outil et support de production ayant un rôle régulateur du milieu. De leur bon fonctionnement dépendra la productivité des parcelles agricoles. Les sols constituent aussi une interface entre les activités humaines et les ressources naturelles en eau qu ils protègent comme le ferait un filtre. Les sols sont variés : leurs caractéristiques fluctuent dans l espace et dans le temps sous l effet du climat et de l action de ceux qui les utilisent. Un patrimoine millénaire Les sols sont fragiles. Ils peuvent être durablement affectés, voire définitivement perdus par des usages inadaptés. Pour bien les valoriser et préserver leur bon fonctionnement, il est important de les connaître. Il est nécessaire de savoir identifier les sols afin d adapter les modes de production et notamment : - bien fixer le plan prévisionnel de fertilisation, les doses et dates d apport calées au plus près des besoins des cultures, les amendements ; - gérer au mieux les préparations de sol et l irrigation. - choisir des cultures et rotations adaptées ; Comment utiliser ce document? - Reportez-vous à la carte qui localise les grands types de sols par secteur géographique. - Relevez la liste des sols présents sur un périmètre de 2 km autour du point qui vous intéresse. - Pages suivantes, à l aide des tableaux décrivant les sols, repérez le type de sol aux caractéristiques les plus proches du sol observé sur votre parcelle. La dernière page du document vous permettra d établir le lien avec les grandes familles de sols utilisés en référence dans l application de la Directive dans le Bas-Rhin. ARAA

2 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

3 Type de sol Ried Gris du Nord de Strasbourg Ried argileux de la bande rhénane Nord Sols sableux du Nord de l Alsace Sols argileux du Nord de l Alsace Type de sol Limons loessiques Limons argileux Limons battants (lehm) Hydromorphie des cultures L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri-Mieux ou capacité à valoriser les effluents 1 Plaine rhénane au Nord de Strasbourg jusqu à Lauterbourg sur une bande de 5 à 10 km de large le long du Rhin Sols de limons argilo-sableux, calcaires à calciques, de profondeur et de teneur en cailloux variables Localement un peu variable autour de 60 à 100 cm 2 De Reichstett à Soufflenheim Sols argilo-limonosableux,, décarbonatés, de couleur brun-noir, 5 % et plus de matière organique. Pouvoir fixateur fort pour le potassium. Terres lourdes : 40 à 50 % d argile 3 Débouché Seltzbach, Moder, Zorn près des forêts de Haguenau et du Mundat entre Brumath et Hoerdt Sols sableux, décarbonatés à acides, brun jaune, localement 10 à 20 % de cailloux Plus de 60 % de sable 4 Le long Lauter, Sauer, Seltzbach, Moder, Zorn. Fonds de vallons larges Sols argileux à argilosableux,, décarbonatés, brun foncé Terres lourdes Très Sains Très Inondables en hiver et au printemps limité à cm par le niveau d eau de la nappe 80 à 140 mm 100 à 140 mm, sans prise en compte des remontées capillaires limité à cm Risque d inondation en hiver et au printemps limité à cm par 50 à 100 mm 100 à 120 mm sans prise en compte des remontées capillaires Très élevé à élevé Elevé Très élevé Elevé DirN10 DirN11 DirN4 DirN5 80 u N/ha 80 u N/ha 60 u N/ha 80 u N/ha (60 u N/ha en conditions humides) En 2 à 3 fois dans les sols les plus A peine suffisant voire médiocre pour les sols les plus fiches 5 et 6 (190 u N/ha) En 2 fois En 3 fois En 2 fois Médiocre ou. fiche 9 fiche 20 Médiocre ou et du risque de perte de nitrates. fiche 11 fiches 14 et 16. fiches 5 et 6 fiche 15 fiche 19 fiches 12 et 13 5 Entre le Piémont vosgien et la plaine du Rhin au Sud de la Moder Sols limono-argileux brun clair, (1 m et plus), calcaires à calciques sur loess > 50 % de limons < 10 % de sables 6 de l arrière Kochersberg et de l Outre-Forêt Sols limono-argileux à argilo-limoneux, brun clair, (1 m et plus), calciques à calcaires > 50 % de limons Hydromorphie Sains Peu localement dans les fonds de vallons ou près des affleurements marneux de l arrière Kochersberg Obstacle des cultures L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri Mieux des apports de N Sensibilité potentielle au ruissellement et à l érosion ou capacité à valoriser les effluents 180 mm à 200 mm pour au printemps, travail en conditions ressuyées pour éviter tassement 180 mm à 200 mm pour du Pays de Hanau, de l Outre-Forêt, et de l arrière Kochersberg au plus près des Vosges 7 Sols limono-argileux à limono-sableux, brun clair, (1 m et plus), décarbonatés à acides > 50 % de limons. Présence en profondeur d un horizon enrichi en argile au printemps, travail en conditions ressuyées pour éviter tassement 160 mm à 180 mm pour Limité à moyen Moyen Moyen à élevé DirN1 DirN2 DirN3 130 u N/ha 100 u N/ha 80 u N/ha 150 u N/ha de 110 q/ha En 1 fois après levée culture ou en 2 fois 180 u N/ha de 110 q/ha En 1 fois après levée culture ou en 2 fois 175 u N/ha En 2 fois Elevée Modérée Elevée Pour tous ces sols très limoneux, la sensibilité au ruissellement et à l érosion est d autant plus élevée que le taux d argile, le taux de matière organique ou le taux de carbonates de calcium sont faibles Suffisant à élevé fiches 1 à 4 Suffisant à élevé. Contrôle et du ph fiches 5 à 8 Outre Forêt fiches 7 à 9 et 16 Suffisant. Contrôle et du ph fiches 10 à 15 et 17 fiches 3 à 5 Fractionnez les apports d azote pour répondre aux besoins des cultures et réduire les risques de pertes par lessivage! Respectez le temps de ressuyage du sol avant intervention, pour éviter le tassement qui nuit au développement des cultures!

4 Type de sol Argilo-calcaires des collines sous Argiles calcaires profondes, Alluvions limono sableuses ou sablo limoneuses centre Alsace Alluvions limonoargileuses centre Alsace Sols argileux et Bruch du Centre Alsace Type de sol Ried Gris du Sud de Strasbourg Ried Noir Ried brun caillouteux Ried rhénan Sols limono sableux (17) et sableux (18) rhénans Hydromorphie L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri-Mieux ou capacité à valoriser les effluents sous- calcaires, caillouteux ou peu épais sur dalle calcaire Sains ou faiblement Ressuyage assez rapide Peu sensibles au tassement la forte pierrosité 80 mm pour de 50 cm sous- et localement dans les versants sur marnes du Lias principalement un niveau compact ou 140 mm pour de 80 cm Au pied des Vosges entre Molsheim et Sélestat Sols limonosableux ou sablo-limoneux, moyennement (60 à 120 cm), brun rosé, à tendance acide. Cailloux en profondeur Sains, localement Très sensibles au tassement, ne pas travailler trop tôt au printemps, ni trop longtemps avant semis la compacité et les cailloux 70 à 100 mm pour de 70 cm Au pied des Vosges entre Rosheim et Sélestat, une centaine de mètres de part et d autre du lit Sols limonoargileux à argilolimoneux, non calcaires, (1m et plus), submersion dans certains secteurs en période pluvieuse Sensibles au tassement 100 mm pour de 70 cm Anciens marais, zones basses, lieux dits «matt» «ried»,«weid» «bruch» entre Blaesheim et l ouest de Kogenheim Sols argilolimoneux en surface,, brun foncé noir, riches en matière organique (5 à 10%). Fort pouvoir fixateur du potassium Très Submersion par remontée de nappe au printemps 80 à 100 mm pour de 50 cm Très élevé Elevé Moyen à élevé Elevé Moyen à élevé Pas de correspondance A rattacher à DirN3 DirN6 DirN8 DirN7 Non défini 80 u N/ha 90 u N/ha 90 u N/ha 140 u N/ha (100 u N/ha en conditions humides) u N/ha 120 u N/ha () de 105 q/ha - En 2 fois En 2 fois En 2 fois En 2 fois fiche 13 fiche 22 A peine suffisant, contrôle de l excès d eau fiches 9 et 10 fiche 2 Juste suffisant, contrôle du ph et fiches 8 et 9 fiche 10 fiches 11 et 13 Certains sols localisés en bordure des Vosges représentent des variantes : - Sables gréseux, acides (carte N 3a), à rapprocher des sols sableux du Nord de l Alsace - Argiles des collines (carte N 4a), à rapprocher des sols argileux du Nord de l Alsace Autour de l Ill en zone inondable Sols argilolimoneux, non calcaires, de profondeur et teneur en cailloux variable 30 à 45% d argile Zone inondable rive droite de l Ill. Plus au Nord le long de la Zembs noirs, calciques à calcaires, très riches en matière organique (5 à 10%). Pouvoir fixateur fort pour le potassium 30 à 60% d argile Au Sud de Benfeld, entre la zone inondable de l Ill et la route du Rhin Sols limono-argilosableux, calcaires, caillouteux, peu (30 à 50 cm). Localement sols plus limoneux et dans les anciens méandres du Rhin 20 à 30% d argile Le long du Rhin, dépression s étendant sur les communes de Sundhouse, Saasenheim, Schœnau Sols argilo-sableux, calcaires, (1m et plus) 35 à 40% d argile Hydromorphie Très Très Sains Sains L eau utilisable par les plantes Fourniture minimale N du sol (kg N/ha) Maïs Conseil Agri Mieux ou capacité à valoriser les effluents Inondables et risque de submersion printemps. Risque en profondeur le niveau de la nappe 100 à 120 mm 60 mm pour les sols les plus (50 cm) Risque d engorgement prononcé, remontée de nappe printemps le niveau de la nappe 80 à 120 mm pour de 50 à 100 cm, sauf quelques situations au Nord de la zone d extension peu limité par les cailloux 50 mm dans les sols caillouteux, pour de 100 cm. 120 à 150 mm dans les sols limoneux Moyen à élevé Moyen à élevé Limité à très élevé suivant le taux de cailloux Risque d engorgement, remontée de nappe printemps 100 à 120 mm pour de 60 cm Moyen DirN12 DirN12 DirN9 DirN12 DirN13 Le long du Rhin, à l Est du canal du Rhône au Rhin Sols limonosableux, plus sableux vers le Rhin, calcaires et moyennement (50 à 100 cm) 15 à 20% d argile la texture sableuse 60 à 80 mm pour de 50 à 80 cm Elevé à très élevé dans les sols les plus sableux 100 u N/ha 100 u N/ha 105 u N/ha 100 u N/ha 100 u N/ha 150 u N/ha 150 u N/ha 180 u N/ha de 115 q/ha 130 u N/ha 175 u N/ha de 110 q/ha En 2 fois En 2 fois En 3 fois En 2 fois En 2 à 3 fois Fiche 12, variantes Fiches 10 et 11 fiches 13 à 15 Suffisant dans les sols, médiocre dans les sols caillouteux fiches 16 et 17 fiches 16 et 17 fiches 18 et 19 Ayez le bon réflexe : connaître le sol et adapter les choix culturaux! A chaque sol sa dose d azote!

5 Code Sols et localisation Fournitures en azote du sol Niveau rendement maïs Niveau rendement maïs Azote non disponible en kg/ha non irrigué en q/ha irrigué DirN1 Limons sains des plateaux de Brumath, du Kochersberg à 120 / 25 et de la plaine d Erstein, loess DirN2 Limons sains d Outre-Forêt et de l arrière Kochersberg à 115 / 25 DirN3 Limons battants de l Outre-Forêt, de l arrière Kochersberg à 110 / 25 et des collines de Brumath DirN4 Sols sableux du Nord de l Alsace à à DirN5 Sols argileux du Nord de l Alsace En conditions normales En conditions humides (pluie inondations) à à 95 / DirN6 Sols sableux à limono-sableux à à du DirN7 Sols argileux et Bruch du En conditions normales En conditions humides (pluie inondations) à à 105 / DirN8 Sols limono-sablo-argileux ou limono-argileux à à DirN9 Ried brun caillouteux des terrasses caillouteuses du Rhin à DirN10 Ried gris du Nord de Strasbourg à à DirN11 Ried argileux de la bande rhénane Nord à 100 / 20 DirN12 Ried gris du Sud de Strasbourg, Ried Noir, Ried rhénan à 110 / 20 DirN13 Sols limono-sableux et sableux du Rhin à à Sources : Annexe 4 Directive Programme Le maïs représente la culture dominante en zone vulnérable. Les références pour cette culture sont suffisamment nombreuses pour être formalisées par grand type de sol dans l arrêté Zone vulnérable. Notions utiles Granulométrie : répartition des particules minérales du sol en classes de taille (argiles < 2 μm, limons fins 2 à 20 μm, limons grossiers 20 à 50 μm, sables de 50 à 2000 μm soit 2 mm). Acidité : valeur du ph : plus de 7 = basique ; 7 = neutre ; moins de 7 = acide (souhaitable : luzerne > 7.0 maïs > 6.0 seigle > 5.0) Battance : formation d une croûte superficielle à la surface du sol, limitant sa respiration et l infiltration de l eau et favorisant le ruissellement. Matière organique (MO) : tout constituant carboné végétal ou animal mort ou vivant, présent dans le sol. Couramment MO = 1.72 x taux de carbone organique mesuré dans un sol cultivé. : capacité du sol à retenir et/ ou recycler les matières organiques et minérales apportées par des déchets, sans transfert de pollution vers les eaux ou les cultures. Carbonatation : en lien avec la présence de calcaire (CaCO 3 ) ; un sol décarbonaté a perdu des carbonates mais il peut encore contenir du calcium, nécessaire au complexe argilo-humique, réserve en minéraux. L eau dans le sol Réserve utile : volume d eau pouvant être durablement contenu dans le sol et accessible aux plantes. Dans le tableau une fourchette de valeurs est indiquée pour potentiel du maïs. Hydromorphie : traces de couleur résultant de la saturation temporaire ou permanente des pores du sol par une eau peu renouvelée et donc peu ou pas oxygénée. Elle traduit une asphyxie du sol. Un sol sain (non gorgé d eau) ne présente pas de telle marbrure ou mouchetage de couleurs. Lessivage : expression abusivement employée pour lixiviation qui exprime l entraînement en profondeur solubles dans l eau. Mécanisme de transfert vers les eaux souterraines Ressuyage des sols : vitesse de drainage des sols pour évacuer l eau en excès. Un sol doit être ressuyé avant le passage des outils lourds pour éviter le tassement des sols, (surtout en sols limoneux fins) et la dégradation de la structure des mottes. Document réalisé avec le concours technique de l Association pour la Relance Agronomique en Alsace Animateurs de PIÉMONT eau et terroirs : Christelle BARTHELMEBS - Marc SCHMITT - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR Plaine de l Ill - 1, rue de Hollande BENFELD - Tél Animateurs de FERTI KOCHERSBERG : Flora OGERON - Marc SCHMITT - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR du Kochersberg - 32, rue des Romains TRUCHTERSHEIM - Tél Animateur de FERTI ZORN : David KRAEMER - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR de l Alsace du Nord - Ferme Stangen - Route de Schirrhein HAGUENAU - Tél Animateur de FERTI Nord Alsace : Patrick ROHRBACHER - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR de l Alsace du Nord - Ferme Stangen - Route de Schirrhein HAGUENAU - Tél Animateur de FERT Ill Jean-Louis GALAIS - Chambre d Agriculture du Bas-Rhin ADAR de la Plaine de l Ill - 1, rue de Hollande BENFELD - Tél Chambre d Agriculture du Bas-Rhin - Christophe Barbot Tél. : Action soutenue par la Chambre d Agriculture du Bas-Rhin, l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général du Bas-Rhin, la Région Alsace pour Fert Ill et le Cas Dar (géré par le Ministère de l Agriculture et de la Pêche).

Le projet MoNit en bref. Le projet MoNit en bref. Financement. Résultats du projet. Résultats du projet. Objectif. Méthode : la modélisation

Le projet MoNit en bref. Le projet MoNit en bref. Financement. Résultats du projet. Résultats du projet. Objectif. Méthode : la modélisation Le projet MoNit en bref Utilisation de la BD Sols et des données sur l utilisation des terres agricoles Paul van Dijk Joëlle Sauter Rémi Koller Objectif élaboration d outils permettant d évaluer l'efficacité

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

Pièce E : Etude d impact

Pièce E : Etude d impact Pièce E : Etude d impact 130/357 E4.3. Environnement naturel E4.3.1. Grands ensembles naturels Dans l aire d étude, la matrice de cultures industrielles (céréales) ou spécialisées (tabac, houblon) domine

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop.

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Document élaboré à partir de l étude Labosport (Janvier 2005) et du rapport de R. Everett (Septembre 2005). Résumé et traduction

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

RUISSELLEMENT/ÉROSION. Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. par ruissellement et érosion

RUISSELLEMENT/ÉROSION. Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. par ruissellement et érosion RUISSELLEMENT/ÉROSION Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires par ruissellement et érosion GARDONS NOTRE EAU PROPRE TOPPS prowadis vise à réduire

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

pour l amélioration de la qualité de l eau

pour l amélioration de la qualité de l eau Guide des sols pour l amélioration de la qualité de l eau Sommaire ❶ La démarche... 1 ❷ Eléments pédologiques... 3 1) La notion de sol... 3 2) Sols et dynamique de l eau... 3 ❸ Les sols du Bassin Versant

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud. DIAGNOSTIC DE ZONE HUMIDE SUR LE SECTEUR D AMENAGEMENT PRESSENTI SALAMOT/REVELAZ COMMUNE DE TULLINS Janvier 2012 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Adapter les Apports Organiques au sol

Adapter les Apports Organiques au sol Adapter les Apports Organiques au sol Différents mécanismes entrent en jeu dans l assimilation des matières organiques dans le sol : - Les éléments végétaux grossiers sont fragmentés par l action des insectes

Plus en détail

Le sol. Contenu. Le sol - Page 1

Le sol. Contenu. Le sol - Page 1 Le sol Contenu I. Différence entre la culture bio et la culture conventionnelle... 2 II. Structure du sol... 2 1. Horizon zéro ou «O» comme organique... 2 2. Horizon A, horizon lessivé... 3 3. Horizon

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA ETUDE MORPHO-PEDOLOGIQUE PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA Dioni Lassana 1 et Oumar Badini 2 1 Institut d Economie Rurale (IER), Sotuba, Mali 2 Washington State University, Pullman, Washington, USA

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur

Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur Dans le cadre du traitement des cultures, plusieurs mesures doivent être mises en œuvre afin d assurer la protection de l utilisateur et de

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV

Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV Introduction Cette étude de diagnostic a été réalisée suite à une demande exprimée par le Président Directeur Général

Plus en détail

2. ELEMENTS FINANCIERS ET FISCAUX

2. ELEMENTS FINANCIERS ET FISCAUX Mise en œuvre des actions de nature intercommunale définies dans la charte d itinéraire Adhésion au GLCT «Vis-à-Vis» Adhésion à l Institut Régional de Coopération développement (IRCOD) ainsi que les actions

Plus en détail

P.L.U. d ERSTEIN Rapport de Présentation

P.L.U. d ERSTEIN Rapport de Présentation Aménagement de promenades en haut de berge et préservation d une végétation semi-continue en bas de berge : un bon compromis entre l appropriation des berges par la population et la préservation d une

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Sable grossier Argile différentes. On peut distinguer : le sable grossier et les petits cailloux ; le sable fin ; le limon ; l argile.

Sable grossier Argile différentes. On peut distinguer : le sable grossier et les petits cailloux ; le sable fin ; le limon ; l argile. Référence 3 Résumé Le sol est souvent le capital principal pour les producteurs en Afrique subsaharienne. Cette référence technique présente les différents types de sol, leurs caractéristiques et des indicateurs

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET RESPONSABLE

PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET RESPONSABLE Livret pédagogique PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET RESPONSABLE Livret pédagogique du Manuel : Objectifs Pédagogiques & Messages Clés Le PIP est financé par l Union européenne PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET

Plus en détail

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux Plan détaillé Introduction : le sol (p. 3-5) Partie 1 : l érosion hydrique des sols, facteurs et processus L érosion du sol : définition et

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Résumé de l exposé de Paul Van Dijk (ARAA) issu du stage de Christine Rosenfelder (M2, 2014) Cf. présentation en annexe. Le but principal de l étude

Résumé de l exposé de Paul Van Dijk (ARAA) issu du stage de Christine Rosenfelder (M2, 2014) Cf. présentation en annexe. Le but principal de l étude Pour son premier atelier de terrain en Alsace, l Association française d agronomie a organisé le 7 octobre 2014 une journée sur le thème de la gestion de la matière organique pour les terres agricoles.

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS Les résultats : B51 - Champagne humide Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Table des matières 1 Le territoire... 4 Surface par occupation

Plus en détail

LES SOLS. Mewtow. 10 janvier 2016

LES SOLS. Mewtow. 10 janvier 2016 LES SOLS Mewtow 10 janvier 2016 Table des matières 1 Introduction 5 2 Composants du sol 7 2.1 Portion solide.................................... 7 2.1.1 Portion minérale...............................

Plus en détail

F 11 Terres rouges. Sylvoécorégion

F 11 Terres rouges. Sylvoécorégion Sylvoécorégion F 11 Terres rouges Caractéristiques particulières à la SER Les Terres Rouges, au substratum constitué d argiles rouges de décalcification riches en silex, se distinguent nettement des terrains

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau

L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau Référence 5 L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau Résumé Pour bien concevoir et élaborer un plan d aménagement, on a besoin d informations et de connaissances d un spécialiste. Une bonne connaissance

Plus en détail

L implantation des piézomètres devra être réalisée par un hydrogéologue.

L implantation des piézomètres devra être réalisée par un hydrogéologue. Création ou réhabilitation de piézomètres pour le suivi de la nappe de la Têt dans le cadre de la surveillance de la station d épuration et d un bassin d orage Cadre de la prestation La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

Largile et Lamotte GUIDE DU SOL. ENESAD - Unité Informatique Pédagogique Lucie Pasquier

Largile et Lamotte GUIDE DU SOL. ENESAD - Unité Informatique Pédagogique Lucie Pasquier Largile et Lamotte GUIDE DU SOL ENESAD - Unité Informatique Pédagogique Lucie Pasquier A ORIGINE DU SOL 9 A.1 Le sol issu de la désagrégation du sous-sol 9 A.2 Les constituants minéraux du sol issus de

Plus en détail

L assèchement des sols saturés d eau

L assèchement des sols saturés d eau L assèchement des sols saturés d eau L assèchement des sols saturés d eau Si la sécheresse est un problème qu affrontent fréquemment de nombreux agriculteurs canadiens, les terres agricoles inondées t

Plus en détail

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE Ali MHIRI Institut National Agronomique de Tunisie Atelier Gestion de la fertilisation potassique, Acquis et perspectives de la recherche Tunis 10 Décembre 2002 1.

Plus en détail

Les natures de terrain

Les natures de terrain Les argiles Les natures de terrain Les argiles sont des roches sédimentaires à grains fins, de taille inférieure à 0,005 mm, contenant au moins 50 % de silicate d'alumine. Elles absorbent l'eau et forment

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

Drainage et aménagements hydro-agricoles

Drainage et aménagements hydro-agricoles Drainage et aménagements hydro-agricoles Améliorer nos rendements grâce à l égouttement des sols Rivière-du-Loup, 9 janvier 2013 Par Yves Bédard, ing. MAPAQ, Chaudière-Appalaches UNE PARCELLE CULTIVÉE

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

ETUDE DES SOLS TYPES D 'ASSAINISSEMENT

ETUDE DES SOLS TYPES D 'ASSAINISSEMENT UNION DES ASSOCIATlONSSYNDICAlES... D'AMELIORATIONS HYDRAULIQUES ET FONCIERES DE MEURTHE ET MOSEllE ETUDE DES SOLS et des TYPES D 'ASSAINISSEMENT Par P. BENOIT-JANIN Maître de Recherches Principal de l'

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de PointeàPitre Convention DEALBRGM (déc. 2010) Rapport BRGM/RP60857FR (mars 2012) Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

Le SCARIFICATEUR RÉVERSIBLE

Le SCARIFICATEUR RÉVERSIBLE Création et renouvellement des forêts OUTILS DE GESTION DE LA VEGETATION CONCURRENTE ET DE PREPARATION DU SOL Le SCARIFICATEUR RÉVERSIBLE Désherbage, travail du sol Réussir une régénération : C est garantir

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Migration des substances

Migration des substances CHAPITRE 14 Migration des substances 14.1 INTRODUCTION L application d engrais minéraux ou organiques apportent des quantités d azote qui se transforment en nitrates. Ces nitrates sont prélevés par les

Plus en détail

Introduction à la pédologiep

Introduction à la pédologiep Introduction à la pédologiep Sheldon Hann Soil and Land Resource Technician Agriculture and Agri-Food Canada email: hanns@agr.gc.ca adaptation française aise: Richard Barry Faculté de foresterie- UMCE

Plus en détail

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013 ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES 18 Décembre 2013 Etablissement Public Paris-Saclay ARTELIA ZAC du Moulon Délimitation, cartographie et caractérisation pédologique des zones humides Rapport

Plus en détail

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement Tranchées d épandage à faible profondeur Principe de fonctionnement Cette filière est généralement utilisée dans un sol perméable et d épaisseur suffisante (environ 1 mètre de terre végétale) pour permettre

Plus en détail

En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : synthèse hydrogéologique, aquifère rhénan, nappe d Alsace, Vosges, nappes alluviales

En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : synthèse hydrogéologique, aquifère rhénan, nappe d Alsace, Vosges, nappes alluviales Banque Régionale de l Aquifère Synthèse hydrogéologique des zones de bordure «Graben de Pfulgriesheim», «Mommenheim-Brumath-Cône de la Zorn» et «Entzheim-Basse vallée de la Bruche» Rapport final BRGM/RP-64204-FR

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif AMÉNAGEMENT Assainissement Non Collectif Étude de définition de filière DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE EAU ET ASSAINISSEMENT 2 3 B IDENTIFICATION DE LA PARCELLE. ÉTUDE DE DEFINITION DE FILIERE D

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

atlas agriculture environnement de l Oise

atlas agriculture environnement de l Oise sols agriculture environnement Institut Supérieur d Agriculture de Beauvais atlas agriculture environnement de l Oise Relations spatiales entre sensibilité des sols et activité agricole Contact Olivier

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Éric FAURE / Sébastien CLAVÉ Chambre d Agriculture de Vendée Le réseau de sondes implanté

Plus en détail

Les zones tampon au sein des bassins versants.

Les zones tampon au sein des bassins versants. Les zones tampon au sein des bassins versants. Diversité, complémentarité et intégration optimale Guy LE HÉNAFF Pour l équipe Pollutions Diffuses IRSTEA de Lyon-Villeurbanne Co-animateur du GT Zones tampons

Plus en détail

7 avril 2014 RES EAU SOL

7 avril 2014 RES EAU SOL 7 avril 2014 RES EAU SOL Jacques THOMAS Scop SAGNE LE SOL, ELEMENT FONDAMENTAL DE LA BIODIVERSITE Synthèse de la formation du 7 avril 2014 Saint Paul Cap de Joux LE SOL : UNE INTERFACE est une science

Plus en détail