Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles. Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles. Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2014"

Transcription

1 Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2014

2 Contexte : Le Charançon rouge du palmier (CRP) Rhyncophorus ferrugineus, un coléoptère originaire des régions tropicales du sud-est asiatique est un important ravageur des cocotiers dans son aire d origine. Les échanges commerciaux sont la principale cause de sa dissémination mondiale. C'est ainsi qu'il sera détecté en Egypte, en Espagne (1994), sur une île du sud du Japon (2000) puis enfin en Italie, aux îles Canaries et en Turquie (2005). Il à été signalé en Corse pour la première fois en 2006 sur la commune de Porto-Vecchio. Malgré toutes les mesures d éradication prises il ne cesse pas de se propager sur l ile. En Europe du Sud, son hôte préféré est le Phoenix canariensis. Les palmiers fortement attaqués perdent la totalité de leurs palmes et le pourrissement des troncs aboutit à leur mort. Les premiers symptômes n'apparaissent que bien après le début de l'infestation ce qui rend des détections visuelles du sol assez délicates. Présentation des actions menées en 2014 Comme les années précédentes, plusieurs actions concernant la surveillance et la lutte contre le charançon rouge du palmier ont été mises en place par la FREDON sur la région. Le réseau de piégeage des adultes a été maintenu mais les pièges ont été répartis différemment, notamment pour couvrir des zones non contaminées proches du front d invasion. Un travail de recensement des palmiers sains et contaminés sur les communes d Ajaccio, Bastia, Calvi et Propriano est en cours. Enfin, la Fredon a également réalisée des diagnostics auprès des particuliers et des professionnels ainsi qu une assistance par téléphone auprès des détenteurs de palmiers dans les zones contaminées. Réalisation des diagnostics sur place. Grâce au site internet de la FREDON Corse, de nombreuses personnes ont pris contact avec la FREDON. A leur demande nous avons effectué plusieurs diagnostics des palmiers sur place. En 2014, 18 diagnostics ont été effectués. Les demandeurs de ces diagnostics étaient surtout des communes et des particuliers. Parmi les 18 diagnostics effectués, 9 étaient négatifs, 9 positifs (constat d une présence du CRP ou de l activité de ses larves). Le Tableau 1 présente la liste des diagnostics effectués en Tableau 1 : Liste des diagnostics effectués en 2014 Commune du diagnostic / Sartène Belvédère-Campomoro Alata (hameau de Ranucchietto) Alata (Hameau de Trova) Alata (Hameau de Tova) Sarrola Carcopino Furiani Bastia (DDTM) L Ile Rousse Coti Chiavari Porticcio (centre équestre) Porticcio (particulier) Ajaccio (résidence Santalina) Ajaccio (Hôtel de région) Calvi (base militaire) Ajaccio (maison Bonaparte) Lumio Belvédère-Campomoro

3 Conseil par téléphone et par mails/courrier. Lorsqu un particulier ou un professionnel nous contacte pour des renseignements sur les mesures de lutte à prendre contre le charançon rouge du palmier, que ce soit des mesures préventives ou curatives, un déplacement n est pas toujours envisagé surtout si le demandeur se trouve dans une zone contaminée connue et que les mesures de protection visent des végétaux dont on connait la sensibilité au CRP (Phoenix dactilifera - palmier dattier et Phoenix canariensis - palmier des Canaries). La gestion d un réseau de piégeage : Pour étudier les périodes de vol et l extension du ravageur, la FREDON Corse entretient un réseau de piégeage. Dispositif Les pièges utilisés sont des seaux de 5-20 litres percés de 4 trous latéraux de 5-6 cm de diamètre ainsi que sur leur couvercle, permettant ainsi l'entrée des insectes. Le seau est rempli aux ¾ d'eau. L'attraction des charançons est possible grâce à des dattes placées dans une coupelle au milieu du seau. Des capsules de phéromone couplées à de l'acétate d'éthyle amplifient le pouvoir attractif du piège. Le sceau est ensuite enterré jusqu au niveau des ouvertures latérales pour que les charançons puissent facilement accéder au pièges lorsqu ils sont posés au sol. Le piège doit être installé dans un site représentatif de la zone de prospection où le palmier est présent (pas forcément contaminée). On choisira de positionner le piège sur un emplacement ombragé et dégagé (sans buisson) distant des palmiers d'au moins 30 mètres. Les pièges sont relevés une fois tous les 15 jours. Les charançons capturés sont comptabilisés, sexés et détruits. Les dattes et les attractifs sont remplacées selon les besoins. La présence de charançons dans le piège indique en général, l'existence d'un foyer dans un rayon de 100 mètres (parfois plus suivant la topographie). Donc, en cas de présence de charançons dans le piège, on effectue un contrôle visuel des palmiers situés dans ce rayon. Cette année le réseau consistait en 21 pièges (voir Figure 1 et Figure 1a). Résultat du piégeage année 2014 Les premiers pièges ont été installés dès le mois de janvier. Les relevés ne sont pas terminés à ce jour. Cette année la première capture a eu lieu à Oletta assez tardivement puisqu elle a lieu le 24 mars 2014 (contre le 12 mars en 2013). Nous avons observé trois pic d acticité de vol entre avril et mai, au mois d aout et de mioctobre jusqu à mi-novembre. Mise à part la dernière période, ces périodes de vol sont habituelles pour le charançon rouge du palmier. Notamment, il est communément admis que le charançon adulte ne vole pas au mois d aout car les températures sont trop élévées, or cette année l activité de vol a été très importante à cette période (Figure 2). Les pièges ont des niveaux de captures assez hétérogènes même sur des zones qui semblent fortement contaminées. Il est possible que la disposition des pièges dans l espace ainsi que la proximité de palmiers potentiellement hôtes soient à l origine de ces différences (Figure 3). Il est a noté que tout les pièges installés sauf ceux de Serra di Ferro, Propiano et L Ile Rousse ont au moins capturé un individu même sur les zones qui semblaient indemnes comme Calvi ou Olmeto.

4 Prospection en espaces verts Surfaces prospectées et arbres suspects détectés : Le Tableau 2 présente les communes ayant fait l objet d une prospection spécifiques pour l observation de symptômes de la présence de charançon rouge du palmier. Tableau 2 : Liste des communes prospectées en 2014 Communes prospectées Résultats Olmeta di Tuda Patrimonio Saint Florent Corte Vignale Volpajola Farinole Barbaggio Poggio d Oletta Cargèse Piana Alata Mezzavia Augmentation du nombre de communes contaminées : Les nouvelles communes contaminées en 2014 sont nombreuses. Pour la Haute Corse : Lumio, L Ile-Roussse, Calvi, Patrimonio, Saint Florent, Olmeta di Tuda, Corte, Vignale et Volpajola. Pour la Corse du Sud : Sarrola Carcopino, Sartène, Olmeto, Belvédère-Campomoro, Alata, Sagone. La carte présentée en Figure 4, montre les nouvelles communes contaminées (en rouge rayé noir épais) ainsi que la nouvelle zone tampon de 10km autour de ces communes (point noir sur fond jaune). Nouvelles espèces d Arecacées hôte du CRP : Cette année, nous avons pu constater sur la côte orientale une progression importante des attaques de charançon rouge du palmier sur l espèce Washingtonia filifera. Etant donné le niveau d infestation en Haute Corse, notamment sur la Plaine orientale, il n est pas étonnant que le CRP se reporte sur de nouvelles espèces de palmiers pour compenser la perte progressive de ces hôtes «favoris». Recensement des palmiers sur différentes communes Un recensement des palmiers sur les différentes communes est en cours. Les cartes seront disponibles à la fin de l année. Les palmiers ont été recensés sur Ajaccio, Bastia, Calvi et Propriano. Prospection en Pépinière et autres vendeurs Les prospections en pépinière doivent permettre de détecter la présence de charançon rouge du palmier sur les végétaux commercialisés. Tous les ans, les pépinières, notamment celles présentent en zones contaminées font l objet d une surveillance importante. Les pépinières se trouvant en zones saines font elles, également l objet d une surveillance plus ponctuelle. Notons qu un certain nombre de

5 pépiniéristes ont d ores et déjà abandonné la culture des palmiers des Canaries et des palmiers dattiers ne pouvant plus les commercialisés que dans les communes déclarées contaminées. Ainsi cette année, les agents de la FREDON Corse ont effectué 48 visites sur 30 pépinières et autres vendeurs de végétaux. Conclusion et Perspectives : Cette année encore, un très grand nombre de palmier est touché par le charançon rouge du palmier. Beaucoup d entre eux se trouvent dans des propriétés utilisées comme résidences secondaires ou sous-louées en été. Dans les deux cas, les dégâts sont souvent détectés très tard et le charançon a déjà pu attaquer d autres palmiers dans l entourage. C est ainsi qu on voit le long des routes des alignements de palmiers avec des palmiers morts (ne reste plus que le stipe), des palmiers ayant des symptômes bien visibles (échancrures aux niveaux des palmes, cœur désaxé, ) et des palmiers paraissant sains mais qui sont, en vérité, souvent déjà attaqués. Même les propriétaires surveillant leurs palmiers ne détectent les dégâts que souvent très tard du fait que le palmier reste longtemps vert même si le cœur est déjà complètement rongé. Comme les traitements préventifs sont très chers beaucoup de gens ne passent pas par des professionnels agréés mais appliquent les traitements eux-mêmes. Avec la suspension de l homologation et donc de la vente des produits à base d imidaclopride, ces pratiques vont être renforcées et il est très probable que des comportements à risque pour l environnement mais aussi pour la santé des utilisateurs apparaissent. La destruction des palmiers atteints reste toujours un des problèmes majeurs liés à la lutte contre ce ravageur. En effet, les palmiers brûlent très mal et il n existe que très peu de broyeurs étant capables de broyer les troncs. En conséquence, beaucoup de particuliers mais aussi des professionnels sollicitent les déchetteries qui ne sont pas en capacités de recevoir des végétaux contaminés par le CRP car n ont pas de moyen pour les gérer correctement. On voit donc apparaître des dépôts sauvages de troncs et de palmes contaminés. L aire de répartition du charançon rouge du palmier continue de croître et une nouvelle microrégion est contaminée cette année (Balagne). Il semble de plus en plus illusoire de viser l éradication du charançon dans notre région.

6 Figure 1 : Emplacement des pièges à charançon rouge du palmier Figure 2 : Nombre de CRP piégés par semaine en bleu nombre de femelle, en rouge le nombre de mâle. Mâles Femelles Figure 3 : Nombre de mâles (en rouge) et de femelles (en bleu) piégés sur l ensemble de la campagne sur les 21 pièges. Mâles Femelles Figure 1a : Zoom sur la région ajaccienne

7

Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles. Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2013

Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles. Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2013 Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2013 Contexte : Le Charançon rouge du palmier (CRP) Rhyncophorus

Plus en détail

Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles

Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles Suivi de Rhyncophorus ferrugineus Le Charançon rouge du palmier - Année 2010 Photo : FREDON PACA Contexte : Le charançon rouge est originaire

Plus en détail

RAVAGEURS DES PALMIERS

RAVAGEURS DES PALMIERS RAVAGEURS DES PALMIERS LE CHARANÇON ROUGE (RHYNCHOPHORUS FERRUGINEUS) LE PAPILLON PALMIVORE (PAYSANDISIA ARCHON) ATTENTION AUX CONFUSIONS Date de mise à jour : JUILLET 2012 LE CHARANÇON ROUGE DU PALMIER

Plus en détail

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle PM 9/4 (1) European and Mediterranean Plant Protection Organization Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes Systèmes de lutte nationaux réglementaires Diabrotica virgifera

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7 1 SOMMAIRE Le Frelon asiatique Vespa velutina Bref rappel p 4 I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6 II - Les demandes des apiculteurs p 7 III - L UNAF lance un appel aux

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR DIRECTION RÉGIONALE DE L'ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE PROVENCE- ALPES - CÔTE D AZUR SERVICE RÉGIONAL DE L ALIMENTATION Marseille, le 20

Plus en détail

Contenu. DISPOSITIONS TARIFAIRES Version 26 décembre 2012

Contenu. DISPOSITIONS TARIFAIRES Version 26 décembre 2012 DISPOSITIONS TARIFAIRES Version 26 décembre 2012 Avertissements : ce document est en cours de rédaction. Merci pour votre compréhension. les prix mentionnés sont purement indicatif et correspondent aux

Plus en détail

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose Perrine de Crouy-Chanel, Ingénieur SIG, Département Santé Environnement / USIS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 12 rue du Val

Plus en détail

L agrile du frêne. Hugo Fréchette Spécialiste de programme Agrile du frêne Avril 2013

L agrile du frêne. Hugo Fréchette Spécialiste de programme Agrile du frêne Avril 2013 L agrile du frêne Hugo Fréchette Spécialiste de programme Agrile du frêne Avril 2013 2011 Sa Majesté la Reine du chef du Canada (Agence canadienne d inspection des aliments), tous droits réservés. L'utilisation

Plus en détail

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire 1. Classement des élèves Les élèves seront classés automatiquement grâce au logiciel en ligne dans l ordre décroissant de leur indice

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Bulletin de santé du végétal N XX - 26 septembre 2013 Zones non agricoles Champagne-Ardenne N 1-5 février 2015 Champagne-Ardenne ALERTE RAVAGEUR : La processionnaire du pin est présente dans l Aube Nid

Plus en détail

Observations P as d évolution observée pour le moment.

Observations P as d évolution observée pour le moment. FREDON PDL FREDON PDL rédigé par Stéphane LAMARCHE - FREDON Pays de la Loire A C T U A L I T E S Tavelure Risque de contaminations secondaires. Ce bulletin est rédigé sur la base d observations provenant

Plus en détail

1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base

1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base 1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base 1-4 Nouvelles technologies d information et de communication : Objectifs o faire des NTIC un axe fort du développement de la, participant

Plus en détail

Note explicative sur la mise en œuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue au niveau de la région Rhône-Alpes

Note explicative sur la mise en œuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue au niveau de la région Rhône-Alpes La directrice générale Lyon, le 4 juillet 2014 Affaire suivie par : Valérie Formisyn Direction de la Santé Publique : ars-rhonealpes-environnement-sante@ars.sante.fr : 04.72.34.41.19 Note explicative sur

Plus en détail

Le STERF en questions

Le STERF en questions Le STERF en questions Définition du STERF Le STERF, ou Suivi Temporel des Rhopalocères de France, est un programme conjoint entre le Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité du Muséum National

Plus en détail

PLAN DES OPÈRATIONS PAR PAYS. Pays : Guinée

PLAN DES OPÈRATIONS PAR PAYS. Pays : Guinée PLAN DES OPÈRATIONS PAR PAYS Pays : Guinée Année de planification : 2004 SOMMAIRE I. LE CONTEXTE ET LES POPULATIONS BENEFICIAIRES Pendant la dernière décennie, l Afrique de l Ouest a connu plusieurs cycles

Plus en détail

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés!

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Le frelon asiatique est une espèce invasive venue d Asie, introduite accidentellement en France en 2004. Parfaitement adapté à nos climats, son expansion géographique

Plus en détail

SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE AMENAGEMENT DU PAYSAGE INFOGRAPHIE PAYSAGERE. Composante(s) de rattachement : IUT de DIJON-AUXERRE

SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE AMENAGEMENT DU PAYSAGE INFOGRAPHIE PAYSAGERE. Composante(s) de rattachement : IUT de DIJON-AUXERRE Niveau : LICENCE PROFESSIONNELLE 2015 Domaine : Spécialités : Volume horaire étudiant : SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE AMENAGEMENT DU PAYSAGE INFOGRAPHIE PAYSAGERE 90 h 136 h 229 h 150 h LP 180 ES 455 h

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé et sciences criminelles de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Chapitre 4 Espionnage industriel 133

Chapitre 4 Espionnage industriel 133 Chapitre 4 Espionnage industriel 133 Résumé de la chaîne d exploits Voici les exploits enchaînés de Phénix : 1. Il a trouvé des informations détaillées sur les spécifications techniques du logiciel utilisé

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION. Appui technique aux activités de prospection sur les sites de culture de poivron dans la région de Diffa 2 au 9 mars 2011

RAPPORT DE MISSION. Appui technique aux activités de prospection sur les sites de culture de poivron dans la région de Diffa 2 au 9 mars 2011 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION DES VEGETAUX DIRECTION DES INTERVENTIONS PHYTOSANITAIRESET DES ETUDES BIOLOGIQUES RAPPORT DE MISSION Appui

Plus en détail

BUREAU DU CDC NOTE D ORIENTATION ET DE PROSPECTIVE SUR :

BUREAU DU CDC NOTE D ORIENTATION ET DE PROSPECTIVE SUR : BUREAU DU CDC NOTE D ORIENTATION ET DE PROSPECTIVE SUR : «REFLEXIONS SUR L USAGE EVENTUEL DE DRONES EN MATIERE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE A MARSEILLE» RAPPORTEUR : M. JACQUES BERRIN

Plus en détail

Le rattachement des charges

Le rattachement des charges LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer

Plus en détail

LA GRANGE AUX SAVEURS

LA GRANGE AUX SAVEURS Mai 2009 Page 1 sur 20 LA GRANGE AUX SAVEURS Rue du Château le Duc, 23 6833 UCIMONT Tél. : 061/46 00 76 Fax : 061/46 00 86 E-mail : contact@lagrangeauxsaveurs.be Internet : www.lagrangeauxsaveurs.be 0

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

1 les récipients à air ou gaz d éclairage comprimés faisant partie de l équipement du matériel roulant des chemins de fer;

1 les récipients à air ou gaz d éclairage comprimés faisant partie de l équipement du matériel roulant des chemins de fer; ORDONNANCE 56/AE du 13 mai 1936 relative aux conditions auxquelles doivent satisfaire les récipients destinés à contenir des gaz liquéfiés, comprimés ou dissous. Champ d application Art. 1er. Les prescriptions

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

BASEBALL POCHES. Règlements généraux. Principe du jeu

BASEBALL POCHES. Règlements généraux. Principe du jeu Règlements généraux BASEBALL POCHES Les résultats des compétiteurs ne pourront être divulgués avant la remise des prix aux fins de vérification. Afin qu une compétition ait lieu, il doit y avoir lors de

Plus en détail

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Enquête «miroir» auprès des Français de l'hexagone originaires et non-originaires d Outre-Mer A l occasion de la 5 ème édition de la JOMD (Journée Outre-Mer

Plus en détail

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture.

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. 11 Atelier effet visuel - CrAsh d un vaisseau spatial Projet : Désintégration d un vaisseau spatial lors d un crash Outils : Animation dynamique,

Plus en détail

Docteur, à quoi ai-je droit en tant qu handicapé?

Docteur, à quoi ai-je droit en tant qu handicapé? Docteur, à quoi ai-je droit en tant qu handicapé? Il existe 3 grandes catégories d allocation. Nous allons les passer toutes les 3 en revue. L allocation de remplacement de revenus (ARR) Elle vise à compenser

Plus en détail

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL «Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL Enquête menée auprès des étudiants dans toute la France, en septembre

Plus en détail

COMPLEXE DU PONTI La Trocante

COMPLEXE DU PONTI La Trocante Janvier 2006 Page 1 sur 20 COMPLEXE DU PONTI La Trocante Rue de Fernelmont, 1 5020 Champion Tél. : 081/200.242 Fax : 081/200.243 E-Mail : namur@trocante.be Web : www.trocante.be/namur 5 5 2 2 1 8 Avec

Plus en détail

Vers un droit de la pollution de l air intérieur?

Vers un droit de la pollution de l air intérieur? Vers un droit de la pollution de l air intérieur? Florence Jamay, Maître de conférences en droit public CURAPP-ESS UMR 7319, CNRS Contribution résumée au rapport de première année du projet AIRIN, juillet

Plus en détail

LA DEMANDE D'ADMISSION EN STS

LA DEMANDE D'ADMISSION EN STS Note d'information - janvier 9 LA DEMANDE D'ADMISSION EN STS Rectorat de Corse - SAIO SOMMAIRE. Evolution de l'admission en STS selon l'origine des admis de 5 à 8 page 3. Candidatures des élèves en STS

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Politique de l arbre. Mon arbre, le coeur de ma cité

Politique de l arbre. Mon arbre, le coeur de ma cité Politique de l arbre Mon arbre, le coeur de ma cité Mai 2009 TABLE DES MATIÈRES 1 CONTEXTE D ÉLABORATION DE LA POLITIQUE DE L ARBRE............ 3 1.1 Historique du développement urbain... 3 1.2 Tendance

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

742003 Les systèmes de formation et leur contexte : enjeux politiques et économiques des systèmes éducatifs

742003 Les systèmes de formation et leur contexte : enjeux politiques et économiques des systèmes éducatifs EVALUATION DU CHEQUE ANNUEL DE FORMATION (1) Document de référence : Commission externe d évaluation des politiques publiques (2006). Evaluation du chèque annuel de formation sur mandat du Conseil d Etat.

Plus en détail

P i e r r e. L a b b e. Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12121-6

P i e r r e. L a b b e. Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12121-6 P i e r r e L a b b e Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12121-6 Créer des dessins pixellisés En effet, qu il y ait un masque ou une sélection sur le calque ajouté, les corrections réalisées dans

Plus en détail

SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE

SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE PACOM a développé une réputation solide en tant que leader mondial dans le domaine de la gestion de la sécurité à distance pour le marché des banques et de la finance.

Plus en détail

Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999)

Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999) Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999) Modifié par: (1) arrêté royal du 28 août 2002 désignant les fonctionnaires chargés

Plus en détail

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France 0 Enquête réalisée par Energie-Cités Peter Schilken Ian Tuner Pierre Escolar Graziella

Plus en détail

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS CHAPITRE 20 - CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Les points de référence de performance 4 étapes pour transformer les enquêtes

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE D ARLON

HÔTEL DE VILLE D ARLON Septembre 2005 Page 1 sur 21 HÔTEL DE VILLE D ARLON Rue Paul Reuter, 8 6700 Arlon Tél. : 063/24.56.00 Fax : 063/22 29 75 E-Mail : administration@arlon.be Web : www.arlon.be 0 1 0 1 2 0 Avec le soutien

Plus en détail

ASEPT Sas BP 2047-53020 Laval Cedex 9 - France Tél. 33 (0)2 43 49 22 22 Fax 33 (0)2 43 53 36 53 E-mail : asept@asept.fr http://www.asept.

ASEPT Sas BP 2047-53020 Laval Cedex 9 - France Tél. 33 (0)2 43 49 22 22 Fax 33 (0)2 43 53 36 53 E-mail : asept@asept.fr http://www.asept. Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 Laval le 19 septembre 2001 Un document à propos «des électrocuteurs d'insectes : quelques idées reçues» a été présenté sur notre site (http://www.asept.fr/note3.htm),

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES 2014 A-Contexte général B-Renforcement de la mission Relations Entreprises du C-Evaluation

Plus en détail

La Corse île de Beauté

La Corse île de Beauté La Corse île de Beauté SAISON 2016 JOUR 1 : VOTRE LOCALITE TOULON OU MARSEILLE D épart de votre localité en fin de nuit ( Horaire à déterminer). Petit déjeuner et déjeuner en cours de route. Arrivée à

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997)

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) NIMP n 7 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) Produit par le Secrétariat de la Convention internationale pour la protection des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Commission nationale de lutte contre le travail illégal et contre la fraude au détachement des travailleurs

DOSSIER DE PRESSE. Commission nationale de lutte contre le travail illégal et contre la fraude au détachement des travailleurs DOSSIER DE PRESSE Commission nationale de lutte contre le travail illégal et contre la fraude au détachement des travailleurs Lundi 30 mai 2016 1 Le Premier ministre, Manuel VALLS, préside pour la deuxième

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit Public. Institut catholique de Lille - ICL. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit Public. Institut catholique de Lille - ICL. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit Public Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie Document sur les conditions de travail applicables aux ressources humaines alternatives 29 mars 2006 Direction générale du personnel réseau et ministériel PANDÉMIE RESSOURCES HUMAINES ALTERNATIVES Conditions

Plus en détail

RTE ET LA SECTION D AMENAGEMENT VEGETAL D ALSACE (SAVA), PARTENAIRES POUR LA PRESERVATION DES ESPACES NATURELS

RTE ET LA SECTION D AMENAGEMENT VEGETAL D ALSACE (SAVA), PARTENAIRES POUR LA PRESERVATION DES ESPACES NATURELS Expansion de la Renouée du Japon RTE ET LA SECTION D AMENAGEMENT VEGETAL D ALSACE (SAVA), PARTENAIRES POUR LA PRESERVATION DES ESPACES NATURELS MARDI 12 NOVEMBRE 2013 DOSSIER DE PRESSE CONTACTS PRESSE

Plus en détail

ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION

ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION Après la définition des priorités pour chaque population, des fiches d analyse de chaque problème sont établies. Ces fiches mentionnent : - Une

Plus en détail

ETAT DU BÂTIMENT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES

ETAT DU BÂTIMENT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES ETAT DU BÂTIMENT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES Textes législatifs, réglementaires et normatifs : Articles législatifs : L 133-5, L133-6, L. 271-4 à L. 271-6. Articles réglementaires : R 133-7, R133-8,

Plus en détail

Contrôle écologique du moustique Aedes aegyptii

Contrôle écologique du moustique Aedes aegyptii Contrôle écologique du moustique Aedes aegyptii Protocole d évaluation de l efficacité de la méthode proposée par l équipe de «La Solution Moustique». Réalisé pour Mr Olivier Blanc Par Dr. Julien Le Breton

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADÉMIE : ROUEN. Établissement : Université de Rouen

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADÉMIE : ROUEN. Établissement : Université de Rouen Evaluation des diplômes Masters Vague B ACADÉMIE : ROUEN Établissement : Université de Rouen Demande n S3MA120000044 Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Économie appliquée Présentation de la mention

Plus en détail

Résultats du sondage à propos des droits de prêt 16 septembre-16 novembre 2015

Résultats du sondage à propos des droits de prêt 16 septembre-16 novembre 2015 Bibliothèque de l Enssib Résultats du sondage à propos des droits de prêt 16 septembre-16 novembre 2015 Vous êtes 82 à avoir répondu au sondage, soit 14% des lecteurs actifs. Nous vous remercions tous

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Décembre 2011 Par Florent GALLET (laboratoire ThéMA) Distances à vol d'oiseau à partir du centre-ville dijonnais Daix Plombière-lès-Dijon Fontaine-lès-Dijon

Plus en détail

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer Bilan d activités de septembre 20 à décembre 20 du Numéro unique France Alzheimer Association France Alzheimer 1 A. Présentation En 2005, la Direction Générale de la Santé a demandé à France Alzheimer

Plus en détail

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC Préambule En ce début de l Année de la biodiversité, il fait très plaisir à la Fédération québécoise des coopératives forestières de participer

Plus en détail

Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003)

Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003) Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003) Dr Virgile Woringer chef du service de santé des écoles avril 2006 1 Collectif

Plus en détail

ATELIER 3 : Adéquation des formations aux besoins du marché Implication des Employeurs dans le DIISP

ATELIER 3 : Adéquation des formations aux besoins du marché Implication des Employeurs dans le DIISP ATELIER 3 : Adéquation des formations aux besoins du marché Implication des Employeurs dans le DIISP PRESIDENCE : Isabelle BAREZ, Représentante de la CSC à la C.C.S.R. RAPPORTEURS : José LECOCQ, (FOREM

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard Programme provincial de prévention de la délinquance et de lutte contre l insécurité 22 octobre 2012 9 h Hôtel de Province

Plus en détail

Ces résultats se décomposent en deux activités principales :

Ces résultats se décomposent en deux activités principales : SETO - Syndicat des Entreprises du Tour Operating C/o DONATELLO, 81 rue Saint Lazare, 75009 PARIS Le Syndicat des Entreprises du Tour Operating (SETO) communique le baromètre annuel de l activité tour

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des. Pyrénées-Atlantiques

Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des. Pyrénées-Atlantiques Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des Pyrénées-Atlantiques Les adultes handicapés en attente d une mise en œuvre d une orientation COTOREP dans les Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail

Tourisme médical en Croatie Une opportunité pour les clients suisses?

Tourisme médical en Croatie Une opportunité pour les clients suisses? Tourisme médical en Croatie Une opportunité pour les clients suisses? Réalisé par Favre Aurélie, Gutknecht Chloé, Seiler Alban, Steiner Jérôme 703_C Professeur Tschopp, Alexis Module 713, Tourisme international

Plus en détail

Le projet de loi article par article

Le projet de loi article par article Le projet de loi article par article L article 1er prévoit la mise en place d un Comité de pilotage des organismes de retraite. Sa mission est de s assurer de la pérennité financière des régimes, de l

Plus en détail

Fribourg, le 30 juin 2014. Commentaire du projet de directive relative au télétravail

Fribourg, le 30 juin 2014. Commentaire du projet de directive relative au télétravail Amt für Personal und Organisation POA Rue Joseph-Piller 13, 1700 Fribourg T +41 26 305 32 52, F +41 26 305 32 49 www.fr.ch/spo Service du personnel et d organisation Rue Joseph-Piller 13, 1700 Fribourg

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et

Plus en détail

1. Le charançon rouge des palmiers représente une menace majeure pour de nombreuses espèces de palmiers

1. Le charançon rouge des palmiers représente une menace majeure pour de nombreuses espèces de palmiers ECOPALM en 10 points 1. Le charançon rouge des palmiers représente une menace majeure pour de nombreuses espèces de palmiers Le charançon rouge des palmiers (RHYNCHOPHORUS FERRUGINEUS) est une espèce nuisible

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de communication des petites et moyennes organisations de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Systèmes industriels de l Université de Corse Pasquale Paoli Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING»)

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») 1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») Dans le cadre de sa mission de suivi des politiques de sécurité mises

Plus en détail

Le texte du président dans le cadre de l OIN-3

Le texte du président dans le cadre de l OIN-3 Le texte du président dans le cadre de l OIN-3 Ventes par Internet, ventes hors taxes et zones de libre échange 1. Ce briefing propose une révision de l Article 10 du texte du président sur le Protocole

Plus en détail

soignants En région Centre

soignants En région Centre Les aides-soignants soignants En région Centre La profession en quelques mots «L aide-soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle qui relève de l initiative

Plus en détail

Principes de management de la maintenance

Principes de management de la maintenance Jean-Paul Raoul Illustrations : Hervé Baudry Principes de management de la maintenance Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

Les points techniques fondamentaux

Les points techniques fondamentaux Les points techniques fondamentaux Module complémentaire arc à poulies Septembre 2011 1 1- La posture Les axes verticaux et horizontaux Les incidences techniques de l allonge Les incidences techniques

Plus en détail