Research Insight Révolution du secteur de la microfinance en Afrique orientale. Executive Summery

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Research Insight Révolution du secteur de la microfinance en Afrique orientale. Executive Summery"

Transcription

1 Research Insight Révolution du secteur de la microfinance en Afrique orientale Executive Summery Avril 213

2 Résumé Se rapportant à une étude du marché de la microfinance implanté avec succès au Pérou, le présent document s intéresse aux secteurs financiers de trois pays d Afrique orientale et veut mettre en évidence les tendances actuelles et à long terme. Les secteurs financiers des marchés émergents à travers le monde ont été révolutionnés par des innovations de produits, de services et de canaux de distribution au cours des deux dernières décennies. Aujourd hui, ces progrès sont encore renforcés par un recours accru à la technologie. L Afrique orientale, poussée par la nécessité de dépasser des technologies périmées, est devenue un foyer d innovations dans le domaine des services financiers avec l aide des banques centrales, sensibilisées à la question. Les services bancaires sans agences et l argent mobile permettent une intégration plus rapide des populations rurales dans les systèmes financiers, élargissant le potentiel du marché de la microfinance. Dans de nombreux pays africains, le secteur privé se libère à peine de l inertie provoquée par la dépendance à l égard des donateurs, la tutelle du gouvernement et un certain fatalisme. Des preuves solides viennent étayer la propagation des modèles d affaires, lancés avec succès en Afrique orientale, à travers tout le continent.

3 De la misère à la prospérité : la croissance sous-estimée du secteur privé Après l indépendance de nombreux pays d Afrique sub-saharienne dans les années 6, 1 les résultats de croissance et de développement ont été désastreux pendant des décennies. Une grande partie de l Afrique a souffert d une croissance par habitant négative. En 199, la probabilité qu une mère africaine typique voie tous ses enfants atteindre l âge de cinq ans ne dépassait pas 3 %. 2 Ce constat affligeant, largement partagé et illustré par la citation ci-dessous, a nourri le stéréotype de la cause perdue de l Afrique. «Il ne fait aucun doute que la lamentable performance économique du continent africain constitue le pire désastre économique du XXe siècle.» Elsa Artadi and Xavier Sala-i-Martin, 23 3 Malgré cette morosité, la réalité sur le terrain a changé de façon assez spectaculaire. L Afrique orientale, par exemple, a connu une baisse de la mortalité infantile plus rapide que partout ailleurs. Dans le cas du Kenya : Le taux de décès postnéonataux, pour 1 naissances vivantes, a diminué de moitié sur une période de cinq ans, passant de 44 à 21, selon les enquêtes démographiques et sanitaires (EDS) réalisés en 23 et en 28/9 ; La mortalité infantile a chuté de 32 %, passant de 77 décès (selon l enquête de 23) à 52 décès pour 1 (selon l enquête 28/9) ; La mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué de 36 %, passant de 115décès (selon l enquête de 23), à 74 décès pour 1 (selon l enquête 28/9). 4 L on observe des améliorations similaires en Ouganda et en Tanzanie (voir figure 1). Une étude de la Banque mondiale, interprétant ces données, a conclu à une amélioration générale des conditions de vie, indépendamment de facteurs ou d interventions spécifiques, mais due à la croissance économique. 5 Figure 1 : variation de la mortalité infantile entre les deux plus récentes enquêtes sanitaires (%) Postnéonatal Mortalité infantile Mortalité avant cinq ans Kenya Ouganda Tanzanie Source : Measure DHS La croissance réelle du PIB en Afrique sub-saharienne, depuis le millénium, était en moyenne de 5,5 %, et l inflation, de 1 %, comparativement à une moyenne de 2,4 % et de 22 %, entre 198 et 2. 7 Il semble prouvé que les conditions de vie ont progressé davantage que ces chiffres de croissance du PIB ne le suggèrent : le nombre de personnes bénéficiant de l électricité a plus que doublé, 8 la part disposant de toilettes à chasse d eau a plus que triplé, et le pourcentage de la population possédant un téléphone est passé de quasiment zéro à 6 %. 9 Bien que cette tendance ne soit pas homogène sur l ensemble du continent, tout porte à croire que le développement du secteur privé ait été le moteur de cette prospérité, particulièrement en Afrique orientale. Ce développement contredit l idée selon laquelle le secteur privé ne peut pas prospérer dans des conditions difficiles, telles que celles qui prédominent en Afrique orientale, un point de vue négligeant les progrès réalisés au fil du temps grâce aux réformes. Bien évidemment, l environnement des affaires en Afrique orientale demeure difficile, mais il n est pas pire que celui de nombreux pays émergents plus traditionnels. Le projet Doing Busines 213 de la Banque mondiale classe le Kenya, l Ouganda et la Tanzanie aux 121 e, 12 e et 134e rang sur 185 pays, au même niveau que d autres marchés émergents tels que le Brésil (13 e rang) et l Inde (132 e rang). De même, l Indice de perception de la corruption 212 de Transparency International classe le Kenya 1 La Tanzanie est devenue indépendante en 1961, l Ouganda en 1962, et le Kenya en William Easterly et Ross Levine : Africa s Growth Tragedy: Policies and Ethnic Divisions, Quarterly Journal of Economics, Vol. 112, Issue 4, (1997). 3 Elsa V. Artadi et Xavier Sala-i-Martin : The Economic Tragedy of the XXth Century: Growth in Africa. NBER Working Paper 9865 (23). 4 Source : Kenya National Bureau of Statistics and ICF Macro : Kenya Demographic and Health Survey 28-9, (21). 5 Gabriel Demombynes et Sofia Karina Trommlerová : What Has Driven the Decline of Infant Mortality in Kenya? World Bank Policy Research Working Paper 657 (212). 6 Le taux de mortalité postnéonatal indique la différence entre les taux de mortalités infantiles et néonatales. La mortalité infantile indique le nombre d enfants morts avant leur premier anniversaire pour 1, alors que la mortalité avant cinq ans se réfère aux décès survenant avant le cinquième anniversaire pour 1. EDS utilisées : 23 et 28/9 pour le Kenya, 26 et 211 pour l Ouganda et 24/5 et 21 pour la Tanzanie. 7 Base de données des perspectives de l économie mondiale du FMI (octobre 212). Le contraste est encore plus marqué en ce qui concerne la croissance réelle du PIB par habitant en PPA, s élevant en moyenne à 5 % depuis le millénium, comparativement à 2 % entre 198 et 2. 8 Au Kenya, 23 % des ménages ont l électricité selon la dernière enquête, contre 16 %, cinq ans auparavant. En Ouganda et en Tanzanie, un peu moins de 15 % des ménages ont l électricité, au dernier décompte. Source : Measure DHS. 9 Kenneth Harttgen, Stephan Klasen, Sebastian Vollmer : An African Growth Miracle? Or: What do Asset Indices Tell Us about Trends in Economic Performance? Courant Research Centre (212). responsability Research Insight 3

4 au 139 e rang, l Ouganda au 13 e rang et la Tanzanie, au 12 e rang, alors que la Russie occupe le 133 e rang et le Mexique, le 15 e rang. Malgré les défis constants, l entreprise privée a joué un rôle déterminant dans l histoire de la région. Ouverture économique en Afrique orientale Le Kenya (population : 43 millions) a traditionnellement été la première économie de la région. Le pays était un fief de la Compagnie impériale britannique d Afrique orientale, qui avait investi dans les infrastructures et encourageait le commerce, soutenue par une importante population étrangère, principalement européenne et indienne. 1 Après l indépendance de 1963, le gouvernement a cherché à favoriser une expansion économique rapide. Mais les solides résultats des débuts se sont rapidement taris, le secteur privé étant paralysé par les habituelles mauvaises affectations des ressources et par les excès administratifs d un développement dirigé par l Etat. De profondes réformes ont été adoptées après la démission de président Arap Moi en 22. Après plusieurs revers, notamment les violences postélectorales de 28, le président Kibaki a lancé l ambitieux programme de réforme «Kenya Vision 23». Uhuru Kenyatta a été élu président suite aux élections présidentielles pacifiques de 213, dont le taux de participation a été très élevé. L Ouganda (population : 36 millions), un pays en ruine après la chute de la dictature d Idi Amin en 1986, a adopté des réformes avec bien plus d énergie que ses voisins. En conséquence, l Ouganda, pourtant enclavé, a presque réussi à combler son retard par rapport à ses voisins au cours des deux décennies suivantes. Aujourd hui, en prévision d un boom pétrolier, l Ouganda peut se permettre une forte progression des dépenses d infrastructure liées au secteur de l énergie, avec la construction d une raffinerie de pétrole, d un réseau de distribution pétrolière et des projets d énergie hydroélectrique de grande envergure. De tels plans ne manqueront pas d attirer les investisseurs étrangers, malgré l historique de performance contrasté de l Ouganda quant aux relations entretenues avec les investisseurs. Les critiques font valoir que le président Museveni met son héritage en danger, en restant au pouvoir au-delà du terme de son mandat. 11 La Tanzanie (population : 48 millions) a formellement adopté un programme de reprise économique, suite au départ du Figure 2 : produit intérieur brut sur la base de la parité de pouvoir d achat, et prévision (milliards d USD PPA) 12 1 président fondateur Nyerere, et à une performance désastreuse entre 197 et Le pays s est lentement ouvert à l entreprise privée, en se libérant avec constance de son héritage paternaliste et socialiste. Depuis 1996, la Tanzanie a intensifié ses réformes structurelles, introduit des politiques fiscales et monétaires solides afin de contrôler l inflation et a commencé à attirer les investissements étrangers pour mettre à niveau ses ports en vue de l exploitation commerciale de ses réserves larges de gaz offshore. La Chine, principale alliée de la Tanzanie dans les années 196 et 7, a fortement renforcé sa présence. Les récentes réformes et investissements ont permis à la Tanzanie de rattraper ses voisins, un processus qui devrait se prolonger, selon le Fonds monétaire international (FMI) (voir figure 2). Relevons, cependant, que la croissance de la Tanzanie a été inégalement répartie, et s est concentrée sur le secteur des matières premières Kenya Tanzanie Ouganda Source : Base de données des perspectives de l économie mondiale du FMI (octobre212) The role of the financial sector Les secteurs financiers sont essentiels. Un siècle d abondante littérature, débutant avec Joseph Schumpeter, identifie la finance comme un secteur important du développement économique. 12 Les institutions financières offrent des services financiers vitaux aux entreprises et aux ménages. Elles évaluent, trient et allouent le capital, en surveillent l utilisation, et facilitent les transactions et la gestion des risques. L efficacité de leurs services permet au capital de circuler vers les entreprises Les Asiatiques vivant au Kenya avaient été dépouillés de la plupart de leurs droits économiques et politiques après l indépendance, beaucoup avaient émigré au Royaume-Uni. Les Asiatiques d Ouganda ont été violemment expulsés par Idi Amin en Arrivé à la tête du pays en 1986, Museveni s est maintenu au pouvoir pendant 27 ans. Durant cette période, le Kenya et la Tanzanie ont connu deux changements de dirigeants. 12 Robert King et Ross Levine : Finance and Growth: Schumpeter Might Be Right, The Quarterly Journal of Economics 18 (3) : , (1993). responsability Research Insight 4

5 les plus prometteuses, promouvant et soutenant la croissance économique. Les micro-entrepreneurs, incapables de présenter les collatéraux exigés par les banques, sont généralement privés de financement. C est regrettable, sachant que les micro-entrepreneurs au bénéfice d un crédit obtiennent généralement un rendement sur investissement de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de pour cent. L absence d un secteur financier adéquat limite sévèrement la capacité des petites entreprises à se développer, et celle des ménages à épargner, à gérer les risques, à niveler et à diversifier leurs revenus et leur consommation. Le Kenya, par exemple, compte 2 millions de personnes vivant de 1,25 USD à 5, USD PPA par jour (voir figure 3). L enquête nationale 29 de FinAccess a constaté qu un Kényan sur trois est exclu du système financier, que 27 % ont uniquement accès aux services financiers informels et que seuls les 4 % restants ont accès aux prestataires officiels tels que les banques, les IMF et les coopératives d épargne et de crédit (COOPEC). Dans la province du nord-est du Kenya, l exclusion totale s élevait à 76 %, alors que 12 % étaient servis uniquement par des prestataires informels. 13 Des chiffres quelque peu moins fiables montrent des niveaux d accès aux services similaires en Ouganda, et plus faibles en Tanzanie. Un grand nombre de personnes au pouvoir d achat modeste ont donc un accès réduit aux services financiers. Figure 3 : couches à faible revenu au Kenya (millions de personnes) Source : The World Bank PovcalNet 7,4 <1.25 USD par jour 6, USD par jour 3, USD par jour 7, USD par jour 3,1 4 5 USD par jour 15,8 >5 USD par jour Secteur de la microfinance : du concept à l industrie Le secteur de la microfinance, aujourd hui bien établi et toujours plus intégré, a été une innovation révolutionnaire à son époque. Avant l ascension de la microfinance, les individus, non admissibles comme clients bancaires, étaient exclus des services financiers. L exclusion implique la nécessité, pour les gens, de conserver et de transférer leurs valeurs sous forme d actifs physiques tels que liquidités, bijoux ou bétail. Sans accès à l emprunt, tout investissement est impossible. Les ménages ruraux peuvent, par exemple, être dans l incapacité d acheter des engrais, si leur épargne a été détruite ou liquidée pour traiter un membre de la famille malade. L absence d accès aux services financiers se traduit souvent par de rudes épreuves et de la misère. Le secteur de la microfinance a vu le jour avec l idée de tenir compte des besoins des ménages à faible revenu, via des techniques de crédit adaptées. Les banques traditionnelles exigent des renseignements «solides», tels que des états financiers vérifiés, des évaluations d actif, des attestations de recettes fiscales ou des plans d investissement, et insistent sur la présence de garanties tangibles pour les prêts. En revanche, un agent de crédit spécialisé en microfinance analyse les flux de trésorerie générés par les activités micro-entrepreneuriales (souvent nombreuses) du ménage. La clé du succès réside dans des contacts étroits et fréquents entre le prêteur et l emprunteur. De plus, ces agents de crédit analysent la globalité de l environnement social et économique dans lequel évoluent les micro-entrepreneurs. Dans le monde, une industrie de plusieurs milliers d IMF, desservant plus de 1 millions de clients et attirant des milliards en investissements, a été bâtie sur cette idée. 14 Dopée par la demande des consommateurs finaux dans différentes zones géographiques et contextes socio-économiques, une grande variété de modèles d affaires s est développée. Au fil du temps, une forte tendance des IMF à se développer en institutions financières réglementées, à solliciter des licences de dépôt auprès de leur banque centrale ou de leur instance de contrôle et même à acquérir des licences bancaires, s est dessinée. Le Pérou, la Bolivie et le Cambodge sont des exemples classiques de marchés de la microfinance avancés. Secteur de la microfinance en Afrique orientale : aperçu L Afrique orientale est devenue un foyer d innovations dans le secteur des services financiers. Le Kenya est rapidement en train de rattraper l Afrique du Sud comme pays offrant la plus large palette de services financiers du continent. Par ailleurs, les modèles d affaires de leaders tels qu Equity Bank et M-PESA ont été étudiés dans le monde entier. En Afrique sub-saharienne, le secteur financier kényan est vaste et bien développé. Il est environ deux fois aussi large 14 FSD Kenya, Banque centrale du Kenya : FinAccess National Survey 29. Le secteur informel comprend des AREC (associations rotatives d épargne et de crédit, également connues sous le nom de tontines), des ACEC (associations cumulatives d épargne et de crédit)et des services proposés par des prêteurs informels ne s apparentant pas à un cercle familial ou à un réseau d amis, alors que les personnes exclues du système financier peuvent uniquement compter sur leur famille ou leur cercle d amis pour répondre à leurs besoin financiers. 14 Le MIX, un service d information de la microfinance, a répertorié 135 IMF desservant 94 millions clients en 211. Seule une minorité d IMF font un rapport au MIX. responsability Research Insight 5

6 que celui de la Tanzanie et de l Ouganda (voir figures 4 et 5), mais ces trois pays ont un énorme potentiel de croissance comparativement aux secteurs financiers des marchés développés. Le Kenya compte 43 banques commerciales et possède le secteur de la microfinance le mieux développé d Afrique sub-saharienne. Environ trois quarts du secteur de la microfinance d Afrique orientale sont kényans. 15 Le Kenya abrite aussi l Equity Bank, une ancienne société de prêt immobilier au bord de la faillite en 1993, aujourd hui l une des banques de détail les plus admirées au monde. Citons aussi le remarquable Kenya Women Finance Trust (KWFT), la plus grande institution africaine desservant uniquement des femmes, comptant 25 emprunteurs actifs et après avoir obtenu une licence de dépôts un nombre d épargnants en rapide hausse. Les prêts moyens du KWFT, de 6 USD, ne s élèvent qu à un tiers de ceux accordés par l Equity Bank. Comme pour l Equity Bank, trois quarts des prêts du KWFT vont à des emprunteurs en dehors des grandes villes. Figure 4 : volume relatif des dépôts, des crédits et de l efficacité (%) Kenya Tanzanie Ouganda Suisse Actifs des banques de dépôt rapportés au PIB Crédits privés bancaires rapportés au PIB Ecart entre prêts et dépôts (axe de droite) Source : The World Bank Global Financial Development Database L Ouganda compte 24 banques commerciales dont deux Centenary Bank et Equity Bank Uganda mettent l accent sur la microfinance. Le pays compte aussi cinq IMF offrant des services de dépôt, 16 et quelques IMF plus petites. Parmi les institutions financières plus grandes, seules les deux banques citées et les IMF offrant des services de dépôt ne sont pas majoritairement rassemblées à Kampala. 17 Le secteur de la microfinance est réglementé par la Banque centrale d Ouganda. La présentation de rapports positifs et négatifs au bureau de crédit est obligatoire pour toutes les grandes IMF. Des données biométriques servent à l identification des clients, l Ouganda n ayant pas de système national de carte d identité. Figure 5 : volume relatif des marchés de capitaux propres et étrangers Kenya Tanzanie Ouganda Suisse Engagements liquides en 2 millions d USD Capitalisation boursière par rapport au PIB (%) Nombre de sociétés cotées par 1 personnes (right axis) Source : The World Bank Global Financial Development Database La Tanzanie compte 5 banques commerciales, mais moins d une douzaine de grandes IMF. Malheureusement, ce nombre important de banques commerciales ne reflète pas un niveau élevé d inclusion financière. La plupart des banques ont une approche focalisée sur les activités commerciales liées au gouvernement et/ou aux matières premières, et ne servent pas un nombre important de ménages ou d entreprises. Bien que les IMF mettent l accent sur ce dernier secteur, ils n atteignent qu un nombre assez faible d emprunteurs actifs (3 ) et d épargnants (39 ). Basée à Arusha, Pride est l IMF principale, forte de 1 emprunteurs actifs. Alors que les IMF comblent lentement les immenses lacunes en matière d inclusion financière, les nouveaux entrants sur le marché, tels qu AccessBank, Advans, et Equity Bank, apportent une nouvelle dynamique. Les vastes régions rurales peu exploitées de Tanzanie ne seront desservies qu au prix d efforts plus soutenus pour se hausser au niveau du Kenya. Le secteur bancaire commercial surdimensionné devrait être consolidé, et la Banque centrale mieux soutenir l octroi de licences de dépôt aux IMF pour progresser efficacement dans cette voie Aussi bien par rapport au nombre d IMF rendant des comptes à MIX, qu en termes de volume de portefeuille de prêts brut. 16 Il s agit d Opportunity Uganda, FINCA Uganda, Pride Uganda, Uganda Finance Trust, et UGAFODE. 17 Les seules institutions dont moins d un tiers des succursales sont localisées dans la capitale Kampala. Source : Banque centrale d Ouganda. responsability Research Insight 6

7 Le développement institutionnel est important Les banques et les IMF ne sont pas les seuls prestataires de services financiers. Même dans un pays relativement progressif comme le Kenya, les banques, y compris la Postbank, soumise à une réglementation séparée, ne desservent qu un quart de la population adulte. Hormis les IMF précédemment citées, les prestataires semi-formels tels que les coopératives d épargne et de crédit (COOPEC), les prestataires informels tels que les associations d épargne et de crédit (AREC et ASCA), les prêteurs non licenciés ainsi que la famille et le cercle d amis jouent en rôle important, surtout en région rurale. Toutefois, la finance informelle relève souvent d un «financement de subsistance», ne permettant ni réelle croissance ni innovation. Conséquence directe d une réglementation insuffisante ou inexistante, le potentiel de développement des prestataires informels est limité. 18 Par ailleurs, la qualité du service peut varier considérablement ; de plus, les prestataires informels sont souvent soupçonnés d être plus exposés à la fraude et au surendettement. La microfinance, dans sa fonction de développeur, poursuit un objectif de consolidation du secteur financier, constitué d une multitude de prestataires formels en concurrence pour servir des clients issus de toutes les franges de la société. Les IMF sont le moteur de l évolution vers l inclusion financière ; elles combinent la volonté des coopératives de crédit de servir les ménages défavorisés avec les capacités professionnelles des banques commerciales. L Afrique orientale est l une des régions du monde où les IMF ont démontré leur capacité à gérer des dépôts et à se muer en véritables prestataires de services financiers. Au Kenya, la transformation réussie de huit IMF centrées sur le crédit en IMF avec licence de dépôt lance un signal fort au secteur. 19 Cette nouvelle catégorie réglementaire, supervisée par la Banque centrale du Kenya, bénéficie de conditions séparées au niveau de la licence, de la transparence, de la protection des dépôts, des mécanismes de dissolution, de la gouvernance d entreprise et des standards de comptabilité. La Banque centrale traite actuellement neuf demandes supplémentaires. Les banques centrales d Ouganda et de Tanzanie proposent également des licences de dépôt aux IMF, mais elles n en ont accordé que quatre, respectivement deux jusqu à ce jour. Les IMF décrivent le processus d octroi comme un véritable défi notamment pour ce qui est des exigences de provisionnement et de capital, mais aussi des conditions préalables à la structure de l actionnariat. Eviter les files d attente grâce aux services bancaires sans agence Le Kenya est à l avant-garde des services bancaires sans agence. Les services bancaires sans agence permettent de fournir des services financiers hors des succursales traditionnelles des banques, en recourant à des agents bancaires et aux technologies de l information et de la communication. Les agents bancaires sont des points de vente sous contrat avec une institution financière. Il s agit d un commerçant contracté, formé pour effecteur des transactions sur un terminal. Les clients peuvent déposer, retirer et transférer des fonds, payer leurs factures, consulter le solde de leur compte ou recevoir des transferts de fonds du gouvernement, des membres de leur famille ou de leurs employeurs. Les régulateurs décident quelles institutions sont autorisées à offrir des prestations par l intermédiaire d agents, quels types de services peuvent être proposés et comment des opérations telles que le transport de liquidités, l identification des clients et leur protection doivent se dérouler. Les agents bancaires permettent aux clients d éviter des voyages longs et coûteux vers des filiales bancaires traditionnelles. Les clients peuvent effectuer des transactions de base dans leur environnement habituel, en toute confiance, tout en bénéficiant d heures d ouverture plus longues, de déplacements brefs et de files d attente réduites. Les points de vente attirent de nouveaux clients, augmentent le volume de passage et touchent des commissions. Les IMF peuvent fortement augmenter leur base de clients, pour une fraction des coûts (souvent fixes). Les coûts par transaction dans un point de vente (PDV) faisant office d agent s élèvent à environ un tiers de ceux dans une filiale traditionnelle. La disparité est plus grande si la filiale bancaire est sous-utilisée et si les coûts fixes sont ventilés entre un petit nombre de transactions. Les agents, quant à eux, sont uniquement payés à la transaction effectuée. Des coûts de transaction moins élevés et un modèle de revenu reposant sur les transactions effectuées font des agents bancaires le modèle d affaires idéal pour servir les clients de la microfinance, dont le solde est faible et qui opèrent un nombre de transactions élevé. 2 Lancé au Brésil, le système des agents bancaires s est avéré très profitable sur différents marchés importants de la microfinance. Des preuves solides étayent le rôle des agents bancaires dans la desserte des zones rurales par les IMF. Le Kenya a adopté les agents bancaires en 21, et, fin 212, 14 2 agents bancaires actifs avaient effectué 25 millions de transactions d une valeur de 18 Au Kenya, les COOPEC sont supervisées par l autorité régulatrice Sacco Societies (SASRA) qui dépend du ministère pour la coopération, le développement et le marketing. Actuellement, on compte 123 COOPEC avec licence de dépôt. Source : SASRA. 19 Les huit IMF ayant obtenu des licences de dépôt sont KWFT et Faulu, disposant d un réseau national, et Rafiki, Remu, SMEP, UWEZO, Century, et Sumac, des institutions plus petites. 2 Source : Bill and Melinda Gates Foundation. responsability Research Insight 7

8 1,65 milliard d USD. 21 Lorsque l Ouganda a introduit les agents bancaires en 211, l Equity Bank Uganda et KCB Uganda ont mis en place des réseaux. La Tanzanie a voté une loi similaire en 213, et la Postal Bank est le premier prestataire à mettre sur pied un réseau d agences. Parmi les obstacles majeurs, citons un approvisionnement en électricité peu fiable, une infrastructure informatique médiocre et un système national de carte d identité inexistant. «Au Kenya, nous avons les plates-formes, la technologie et la tournure d esprit favorables à une progression très rapide de l inclusion financière.» David Ferrand, FSD Kenya All money is mobile Les agents bancaires présentent une étape essentielle pour le secteur de la microfinance. Dans le monde, seuls un nombre limité de régulateurs nationaux ont mis ce système en œuvre, malgré les preuves manifestes de succès quand l expérience a été tentée. Adeptes précoces, les régulateurs d Afrique orientale ont poursuivi plus avant la logique des services bancaires sans agence, en proposant un large éventail de services via téléphone mobile. Alors que le système des agents bancaires a besoin d un terminal opéré par un intermédiaire, l argent mobile permet la mise à disposition directe de services grâce à la technologie, généralement le téléphone mobile du client. Dans le monde, 1,7 milliard de personnes n ont pas de comptes bancaires, mais possèdent un téléphone portable. 22 La logique sous-tendant le recours aux téléphones mobiles est simple, comme le montre le cas du Kenya : 23 Le Kenya compte plus de 3 millions d abonnements de téléphone mobile. 93 % des adultes kényans utilisent des téléphones mobiles. Les prix de communication sont parmi les plus bas du monde. Le taux des souscriptions aux téléphones portables, par rapport aux téléphones fixes, est de 12 pour 1 au Kenya, alors qu il est de 2 pour 1 ou de 3 pour 1 dans la plupart des marchés développés. 24 Les différences entre femmes et hommes, entre villes et campagne, sont globalement négligeables dans le domaine de l accès à la téléphonie mobile. Les femmes et les résidents des régions rurales sont toutefois légèrement moins susceptibles de posséder leur propre téléphone, ils doivent donc l emprunter à quelqu un. Le recours à l argent mobile est devenu omniprésent : 73 % des adultes kényans se servent d argent mobile, et 23 % y recourent au moins une fois par jour. M-PESA, le service d argent mobile le plus utilisé au monde, a été lancé en 27 par l opérateur de télécommunication kényan Safaricom. M-PESA est un système de transfert d argent qui permet de changer de l argent liquide en monnaie M-PESA, transférée directement à d autres utilisateurs M-PESA qui la changent à nouveau en argent liquide. M-PESA compte plus de 1 millions de clients. Pour les rentrées et les sorties de cash, le système dispose de 5 agents sous contrat, à comparer avec les quelque 5 agences bancaires, 5 succursales de Postbank et 5 guichets automatiques de banque au Kenya. Ces chiffres expliquent les remous causés par l arrivée du système M-PESA. Cependant, afin de mieux situer M-PESA dans le paysage plus large des services financiers, il faut regarder au-delà de ces chiffres. M-PESA est principalement utilisé pour transférer de l argent au domicile. Cette machinerie de transaction se caractérise par sa vitesse, sa sécurité, sa fiabilité et sa taille. On affirme que le système traite plus de transactions au Kenya que Western Union en traite à l échelle mondiale. M-PESA a considérablement empiété sur les marchés des prestataires de transfert de fonds traditionnels comme Western Union et MoneyGram. 25 M-PESA sert aussi de lieu sûr où stocker des fonds, à l abri du vol et hors d atteinte des membres de la famille. En 21, Safaricom s est allié à Equity Bank pour lancer un produit intégré d épargne et de crédit, mais ce projet a échoué suite à des désaccords sur le partage des recettes. En 212, Airtel, un opérateur de télécommunications, a uni ses forces avec l IMF Faulu pour proposer des microcrédits, tandis que Safaricom lançait une coentreprise avec CBA, un groupe bancaire d Afrique orientale, pour offrir un instrument de prêt à court terme. 21 Source : Banque centrale du Kenya. 22 Estimation du CGAP et du GSM, dans Mark Pickens : Window on the Unbanked : Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines, CGAP Brief (29). 23 Gabriel Demombynes et Aaron Thegeya : Kenya s Mobile Revolution and the Promise of Mobile Savings, World Bank Policy Research Working Paper 5988 (212). Données fournies par FSD Kenya (21) et ITU. 24 Le Kenya compte 3 millions de téléphones mobiles et 25 abonnements de téléphonie fixe. Le taux respectif est de 12 pour 1 en Tanzanie (24 millions de souscriptions au portable) et de 39 pour 1 en Ouganda (13 millions de souscriptions au portable). Source : ITU (213), Communications Commission of Kenya, Quarterly Sector Statistics Report (213). 25 Isaac Mbiti et David N. Weil : Mobile Banking: The Impact of M-Pesa in Kenya, NBER Working Paper No (211). responsability Research Insight 8

9 L argent mobile prend aussi son essor en Ouganda et en Tanzanie, mais plus lentement. Même dans ces pays, les transactions mobiles sont déjà plus fréquentes que le recours aux cartes de crédit ou de débit (voir figure 6). Comme la proportion de ménages sans accès aux services bancaires est plus importante qu au Kenya et que les infrastructures matérielles sont moins bonnes, le potentiel relatif du système est encore plus important. Dans les secteurs ruraux des deux pays, seule 1 % de la population ont accès aux services financiers, mais on estime qu environ deux tiers des ménages ont accès à un téléphone mobile. Cependant, la couverture par réseau mobile est toujours un problème, en particulier dans les vastes régions rurales de Tanzanie, et les agents bancaires sont moins implantés qu au Kenya. Figure 6 : prévalence des comptes et des dispositifs de paiement chez les adultes (% pers. 15 ans) Kenya Tanzanie Ouganda Pays à hauts revenus Compte auprès d une institution financière formelle Carte de débit Carte de crédit Téléphone mobile utilisé pour recevoir de l argent Source : The World Bank Global Financial Inclusion Database Dans toute l Afrique orientale, le secteur financier, et tout particulièrement ses clients à faible revenu, a fortement bénéficié des nouvelles technologies de télécommunication. Pourtant, les services actuels marquent le début plutôt que la fin de l aventure. M-PESA a réussi un incroyable lancement, mais le système fonctionne en circuit fermé et il repose largement sur la part qu il détient sur le marché des télécommunications (environ 8 %) 26, qui lui a permis de déployer son vaste réseau d agents. Une hausse des frais, début 213, a soulevé la question de la concurrence. La Banque centrale du Kenya a autorisé M-PESA, dont la société mère est partiellement détenue par le gouvernement, à bénéficier pendant trois ans du statut de société non réglementée. M-PESA s avérait donc la solution idéale pour les vigoureux flux de transferts domestiques qui manquent à d autres pays. 27 Pour résumer, M-PESA n est pas une solution miracle pouvant être reproduite ou adaptée facilement à d autres pays. En tant que système de transactions, il ne remplace pas la variété et l envergure des services offerts par une institution financière. Toutefois, le système a certainement poussé les prestataires de financement existants à embrasser la technologie mobile au service de leurs clients. En effet, la plupart des IMF d Afrique orientale ont adopté l argent mobile. Bien que M-PESA, le canal de distribution omniprésent auquel se brancher, serve souvent de base, l objectif stratégique consiste à fournir des services de meilleure qualité, reposant sur des technologies de plus en plus interopérables, et adaptées à des segments de clientèle clairement identifiés. Les banques et les IMF utilisent donc la rapidité et l efficacité de la technologie de télécommunication pour tirer profit de leurs connaissances centrées autour du service des micro-entrepreneurs, des petites et moyennes entreprises et des ménages à faible revenu. Il est probable que, d ici quelques années, l argent mobile devienne un outil standard des opérations bancaires, comme l e-banking l est aujourd hui chez nous. D ici là, cependant, cette innovation aura rendu autonomes des millions de personnes, en leur ouvrant l accès à des services essentiels. 26 Communications Commission of Kenya, Quarterly Sector Statistics Report (213). 27 L Ouganda a des flux de transferts domestiques bien plus faibles, alors que ceux des pays latino-américains et asiatiques sont, pour l essentiel, internationaux. responsability Research Insight 9

10 Conclusions Les progrès rapides du développement du secteur financier en Afrique orientale témoignent du rôle essentiel du secteur de la microfinance pour les marchés émergents. Le secteur financier permet la croissance d autres industries, et son secteur de la microfinance répond aux besoins d un grand nombre d entrepreneurs indépendants, de petites entreprises et de ménages à faible revenu. L Afrique orientale n est pas la seule région expérimentant un tel développement. Les portefeuilles IMF du monde entier se développent constamment, gagnant environ 2 % chaque année. La phase actuelle de la microfinance est caractérisée par l essor des services bancaires sans agence et de l argent mobile. La technologie permet à des millions de ménages à faible revenu d organiser leur vie privée et professionnelle aussi efficacement et de manière aussi flexible que les ménages plus aisés. La technologie permet de fournir plus de services à plus de gens et à moindres frais, et elle augmente le potentiel de marché de la microfinance. Il est remarquable de voir que le secteur privé se développe sur le continent généralement considéré comme cause perdue il y a encore à peine une décennie. Les risques politiques et réglementaires demeurent de sérieuses menaces pour le secteur privé. Mais les entrepreneurs ayant déjà fait leurs preuves en Afrique orientale peuvent amorcer des changements en prenant position sur les importants marchés nationaux des pays voisins, tels que la République démocratique du Congo (population : 7 millions), le Nigeria (population : 167 millions) ou l Ethiopie (population : 87 millions). De telles entreprises, rarement cotées en bourse (à l exception d Equity Bank) offrent un univers d investissement intéressant. La hausse du pouvoir d achat d un grand nombre de ménages signifie une progression rapide de la demande en services de base supplémentaires, traditionnellement insuffisants. L émergence d une classe de consommateurs en Afrique est une réalité statistique. Une part importante et toujours croissante de la population africaine bénéficie d un revenu quotidien régulier. Les banques liées au gouvernement n ont pas su fournir des services financiers à ce segment de la population, pas plus que la santé, l éducation et l approvisionnement en énergie qui ne parviennent pas à en satisfaire la demande. Dans chacun de ces domaines, le secteur privé progresse. Même l agriculture, premier employeur de la main-d œuvre régionale, tire profit d investissements privés en hausse, alors que ses chaînes de valeur progressent grâce au recours à la technologie. En conséquence, les produits haut de gamme tels que le café, les noix, les fruits et les légumes sont de plus en plus fréquemment vendus sur les marchés d exportation, avec une part beaucoup plus élevée du chiffre d affaires allant aux organisations de petits producteurs. L argent mobile et la «Silicon Savannah» de Nairobi ont beaucoup retenu l attention des médias internationaux. Aussi impressionnante que soit la technologie, nous préférons la considérer comme un simple outil du développement bien plus large, et à plus long terme, du secteur privé. Nous voyons de bonnes raisons de nous concentrer sur l analyse des modèles d affaires et de la mise en œuvre des investissements. Durant ces derniers dix ans, l Afrique orientale a démenti toutes les prévisions pessimistes en matière d opportunités. responsability Research Insight 1

11 A propos de responsability responsability est l un des principaux gestionnaires de fonds indépendants dans le monde, spécialisés dans les secteurs liés au développement économique des pays émergents tels que la finance, l agriculture, la santé, l éducation et l énergie. responsability investit en dette ou en capital dans des entreprises non cotées offrant des solutions et services adaptés aux populations à revenu faible et contribuant ainsi fortement à la croissance économique et au progrès social des pays émergents. responsability propose aux investisseurs privés et institutionnels des solutions d investissement variées, allant de fonds d investissement à des mandats individuels, et gérées en accord avec les meilleurs standards internationaux. Fondée en 23, la société, dont le siège est basé à Zurich, gère un portefeuille de 1,4 milliard d USD, investis dans 4 entreprises situées dans près de 8 pays. responsability s appuie sur un réseau de bureaux locaux à Lima, Mumbai et Nairobi. responsability compte parmi ses actionnaires diverses institutions de renom de la place financière suisse, de même que des collaborateurs. responsability est enregistrée auprès de l autorité suisse de surveillance des marchés financiers FINMA. Contact Christian Etzensperger Senior Research Analyst Commande Les documents de recherche de responsability peuvent être commandés auprès de votre relationship manager, en envoyant un à ou en téléphonant au Pour toute information complémentaire, veuillez vous rendre sur le site L auteur tient à remercier les experts suivants pour leurs commentaires : Alison Boess et Mike Gama-Lobo, FINCA ; Rolet Coulon, Access Bank Tanzania ; Emmanuel M. Mung ong o, Bank of Tanzania ; Felistas Coutinho, Tujijenge ; David Cracknell, Microsave ; David Ferrand, FSD Kenya ; Samy Ghannam, Chase Bank ; Benjamin Lyon, Kopokopo ; Mathias Katamba et Lydia Koros, Progression Capital Africa ; Sosthenes Kewe, FSDT Tanzania ; Benson K. Kitabu, KWFT ; Rashid Malima, Pride Tanzania ; Adrian Merryman, VisionFund Tanzania ; Wilson Twamuhabwa, Ugafode ; Martin Villemure, EFC ; Mary Wangari Wamae et John Staley, Equity Bank ; Lukas Wellen, Musoni. Ce document a été élaboré par responsability Social Investments AG (ci-après «responsability»). Les informations contenues dans le présent document (ci-après «informations») se basent sur des sources considérées comme fiables ; toutefois, il n y a aucune garantie quant à l exactitude et à l exhaustivité de ces dernières. Les informations peuvent être modifiées à tout moment sans obligation d en informer les destinataires. Sauf mention contraire, les chiffres ne sont ni vérifiés ni garantis. L ensemble des actions entreprises sur la base de ces informations s effectue sous la responsabilité et au risque des seuls destinataires. Ce document est fourni exclusivement à titre d information. Les informations ne dispensent pas la personne qui les reçoit de les juger par elle-même. Des citations du présent document sont autorisées pour autant que la source soit mentionnée. Picture credits: age fotostock 213 responsability Social Investments AG. Tous droits réservés. responsability Social Investments AG Josefstrasse 59, 85 Zurich, Suisse Téléphone , Fax responsability Research Insight 11

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale Chambre de commerce internationale L organisation mondiale des entreprises Déclaration de politique générale Recommandations de politique générale d ICC sur la délocalisation de l informatique Rédigées

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Le Private Banking international au cœur de l Union européenne Luxembourg

Le Private Banking international au cœur de l Union européenne Luxembourg Le Private Banking international au cœur de l Union européenne Luxembourg CREDIT SUISSE (LUXEMBOURG) S.A. Le Luxembourg, un centre financier international de premier ordre La place financière luxembourgeoise,

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ABDUL KYANIKA NSIBAMBI CENTENARY BANK UGANDA 28 30 mars 2012 KAMPALA, OUGANDA Présentation générale L histoire de la Centenary

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Fonds Panafricain de développement des Infrastructures Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Plan de la présentation La justification du Fonds La vue d'ensemble du Fonds La structure

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine L industrie de la microfinance en Bosnie Herzégovine est régie par l une des politiques les plus progressistes au monde en matière d information sur

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

en Inde possibilités Tirer parti des d investissement LA PLUS FORTE CROISSANCE ÉCONOMIQUE NOUVEAU GOUVERNEMENT MAJORITAIRE OUVERT AUX INVESTISSEMENTS

en Inde possibilités Tirer parti des d investissement LA PLUS FORTE CROISSANCE ÉCONOMIQUE NOUVEAU GOUVERNEMENT MAJORITAIRE OUVERT AUX INVESTISSEMENTS Tirer parti des possibilités L Authorité en matière de marchés émergents d investissement en Inde Classe moyenne très instruite Plus de 8 fois la population totale du Canada Dividende démographique Âge

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM Dakar 11 &12 mai 2014 Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien Olivier Hassler Housing Finance Consultant ohhfinance@gmail.com 1 Aperçu du crédit

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 L honorable Céline Hervieux-Payette, c.p. Sénateur Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 Nécessité d'une action nationale Préparé par : David E. Hamilton 9/15/2015

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation CLAIRE PÉNICAUD SCHARWATT FÉVRIER 2014 L ARGENT MOBILE EN CÔTE D IVOIRE: HISTOIRE D UN REVIREMENT DE SITUATION 1 Après des débuts

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Ébauche Stratégie de Micro-crédit à l habitation. Préparé par: Rooftops Canada - Abri international

Ébauche Stratégie de Micro-crédit à l habitation. Préparé par: Rooftops Canada - Abri international Ébauche Stratégie de Micro-crédit à l habitation Préparé par: Rooftops Canada - Abri international Mai 2008 Les systèmes d habitation actuels témoignent aujourd hui de deux résultats extrêmes : un habitat

Plus en détail

PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC. Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht

PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC. Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht PROJET OPÉRATIONS FINANCIÈRES À DISTANCE DE MECRECO ET STC Présentation à l atelier EMRC Du 17 au 19/06/2012 Utrecht Caractéristiques du système financier congolais Population de la RD Congo : 70.000.000

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Zurich Invest Target Investment Fund

Zurich Invest Target Investment Fund Pour une constitution de patrimoine structurée et flexible Zurich Invest Target Investment Fund Le Target Investment Fund de Zurich Invest SA est une solution de placement flexible et intelligente vous

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE MD FINANCIÈRE SUN LIFE Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Réguler l économie régionale: Quels produits financiers adaptés pour réduire la situation de surliquidité bancaire et drainer l Epargne

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail