Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants"

Transcription

1 Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants

2 DESCRIPTIF DE LA CAMPAGNE renvoient tous vers le site drogues-info-service.fr et la ligne correspondante LES OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La campagne a pour objectif d amener les parents et l entourage à s interroger sur le rôle qu ils peuvent jouer dans la prévention de consommation de drogue chez leurs enfants ainsi que sur les actions à mettre en œuvre. Il s agit de les conforter dans leur capacité à intervenir et de leur proposer un soutien en leur indiquant où trouver de l aide. LE DISPOSITIF Visuels Outre les spots TV, trois annonces presse ont été visibles du 15 décembre 2010 au 3 janvier 2011, dans la presse féminine, TV et d actualité. Elles retracent l histoire des trois protagonistes des spots télévisés. Trois spots différents mais complémentaires ont été diffusés du 13 décembre 2010 au 3 janvier Le premier met en scène Brigitte, la mère de Marion, une jeune fille qui consomme du cannabis, s isole de plus en plus et rate ses examens ; mais Brigitte va réagir en demandant de l aide à drogues info service, en appelant le Le second spot présente Michael, un adolescent qui prend de la cocaïne, ses parents s en doutent et son frère le sait, sa petite amie trouve cela rock and roll Michael est un adolescent bien entouré, tout le monde sait qu il consomme de la drogue, mais personne ne lui en parle. Enfin, le troisième montre Nelson, un jeune homme qui a refusé de prendre l ecstasy que lui a proposée son ami. Nelson a dit non, en se rappelant que son entraîneur lui avait conseillé de ne jamais commencer. Ces spots visent à inciter les parents, et plus généralement les adultes, à échanger et à dialoguer avec les adolescents sur le thème des drogues. Ils Pour compléter, la brochure «Cannabis, les risques expliqués aux parents» actualisée, est diffusée à plus de exemplaires dans des structures dédiées aux jeunes ou aux professionnels amenés à être en contact avec eux. RENFORCEMENT DU DISPOSITIF D ADALIS Afin de faire face à l augmentation des appels générés par la campagne de communication, le préaccueil, mis en place le 1 er décembre pour le filtrage des appels jeu hors mission est renforcée du 13 au 31 décembre. Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

3 Le dispositif est de 33h en moyenne par jour de semaine et de 31h en moyenne par jour de week-end soit 619h sur les 3 semaines. Le préaccueil a les missions suivantes : - L accueil des appelants des lignes Drogues info service et Joueurs écoute info service - Le filtrage des appels dits hors missions ou périphériques - La réponse aux demandes simples Afin de pouvoir analyser l impact de la campagne, 2 périodes de 19 jours ont été analysées : - la période de campagne du 13 au 31 décembre ; - la période test avant la campagne de communication du 15 novembre au 3 décembre. - Le transfert vers les écoutants des demandes d information et d aide Ce dispositif permet ainsi de libérer du temps aux écoutants pour traiter les demandes d aide et d information. Dans un contexte de sous dimensionnement, et au moment des fêtes de Noël et du jour de l an, il a été très difficile d atteindre des objectifs de renforcement des équipes. Donc a minima, nous avons tenté de renforcer certains créneaux horaires en particulier au moment des passages des spots. Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

4 ACTIVITÉ ET ACCESSIBILITÉ DU SERVICE Durant la période de la campagne, appels ont été traités par ADALIS sur Drogues info service. Evolution de l'activité globale pendant la campagne drogues info service 6 des appels entrants sont traités mais reportés sur des créneaux de plus faible influence ce qui permet un taux de traitement amélioré passant de 5 sur la période précédente à 6 sur la période de campagne. Cette augmentation a lieu alors que les effectifs d écoutants sont restés à l identique Evolution de l'activité des plateaux téléphoniques Drogues info service 8 des appels acheminés sur les plateaux sont décrochés % Emis Entrants Total Traités Traités par une personne Semaines test Campagne 8 par une personne 18% mécaniquement Traités mécaniquement (dissuasions tag) L impact de la campagne de communication est visible sur l ensemble des données flux d appels, et constitue une augmentation de plus de 25 des appels émis et traités. Lors de la campagne, le service doit faire face à une augmentation des appels acheminés portant le nombre d appels acheminés sur les plateaux de 458 appels par jour au lieu de 142 appels par jour habituellement. La mise en place du préaccueil permet de décrocher et d accueillir 8 des appels acheminés sur les plateaux % + 24 Acheminés Décrochés Traités Demandes d'aide Appels périphériques Semaines test Campagne 5 de demandes d'aide 4 d'appels périphériques Toute campagne de communication grand public génère une augmentation des appels dits périphériques ce qui est un signe de notoriété de la campagne. Cependant, cette augmentation s accompagne également d une augmentation de 24 des appels de demandes d information et d aide demandes d aide ont été traitées pendant la campagne de communication, soit une moyenne de 295 appels par jour Liés à l afflux des appels lors des passages des spots télévisés et à la saturation des plateaux écoutants, les appels sont accueillis par le préaccueil Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

5 Evolution des appels émis par semaine Campagne parentalité La cible de la campagne est l entourage de jeunes gens consommateurs de drogues. Les spots mettent en scène ou parlent des parents, de la fratrie, des copains ou petites amies, de l entraîneur. Les produits cités sont le cannabis, la cocaïne et l ecstasy. Avec les données suivantes, l objectif est de caractériser le public touché par la campagne et ainsi de pouvoir rapprocher les objectifs de la campagne et les appels traités par Adalis. Dès la première semaine, les appels font un bond considérable, ils augmentent légèrement la deuxième semaine et augmentent de manière plus importante la troisième semaine. Le site de drogues info service étant également cité comme relai de la campagne a également vu une évolution de l ensemble de son activité. Bien que plus modeste, le nombre de visites, le nombre de visiteurs et le temps moyen passé sur le site ont progressé d environ 1. Sur la période de la campagne, le site enregistre visites. Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

6 DEMANDES D AIDE ET D INFORMATION L augmentation des appels entourage augmente de manière évidente la part des appels de 40 ans et plus. DONNÉES GÉNÉRALES Sexe de l'appelant 6 Catégorie d'appelant + 27% Femme Homme Usager Entourage Grand public Professionnel La ligne Drogues info service reçoit habituellement une nette majorité d appels d usagers de drogues à hauteur de 5. Avec la campagne, les appels entourage passent devant les appels usagers avec 6 ce qui représente une évolution de 9. Dans la même logique, l entourage étant sur l ensemble des lignes majoritairement féminin, l augmentation des appels entourage impacte la part des appelants de sexe féminin. Cependant, l evolution est beaucoup plus modeste, à hauteur de 27%. Age des appelants +37% % 2 17% 2 8% < 20 ans [20-30] [30-40] > 40 Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

7 CARACTÉRISTIQUES DES APPELANTS Lors de la campagne, les usagers sont : - masculins à 6 - Agés de 40 ans et plus à 4 mais avec une évolution de la tranche d âge ans de 1 8% Age des appelants usager +7% 38% 4 L entourage est : - Féminin à 8 - âgé de plus de 40 ans à 77% soit une évolution de 3 de cette catégorie d âge - composé majoritairement des parents à 6 Ne sais pas Grand-parent Enfant Autres Famille élargie Petit(e) ami(e) + 13 L'entourage < 20 ans [20-30] [30-40] > 40 Ami(e) Conjoint Age des usagers tiers Fratrie 8% % Parent L entourage appelle pour des tiers : % < 20 ans [20-30] [30-40] > 40 - masculin à 7 - âgé entre 20 et 30 ans mais avec une augmentation de 1 de la tranche d âge moins de 20 ans Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

8 La campagne de communication ne modifie pas les caractéristiques des appelants habituels de la ligne c'est-à-dire des usagers majoritairement masculins, âgés de 40 ans et plus. A l inverse, l entourage est massivement féminin et composé de parents. PRODUITS CITES Autres perturbateurs Liste des produits cités associés à l'alcool Néanmoins, la campagne de communication augmente la représentativité des appels usagers entre 20 et 30 ans, des appels des parents et grands parents qui se mobilisent pour des consommateurs plus jeunes, âgés de moins de 20 ans. Addictions sans produit Autres stimulants Colles / solvants Drogues de synthèse Addiction aux jeux Hallucinogènes Polytoxicomanie Ecstasy / amphétamines Drogues non identifiées Tabac 7% Cocaïne / Crack 8% 7% +8% Médicaments 1 Opiacés 1 1 Alcool 18% 2 +6 Cannabis 2 4 Les produits cités dans les spots de la campagne sont le cannabis, la cocaïne et l ecstasy. Si les appels citant le cannabis sont en très nette progression (+6), il est à noter également une progression des appels citant la cocaïne Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

9 (+8%). A l inverse aucune progression n est constatée concernant les appels autour de l ecstasy. Adalis Thèmes abordés MISSIONS ET THÈMES ABORDES Divers Substitution La mission de conseil est de loin la mission généralement la plus sollicitée tant par les usagers que par l entourage. Législation Social Missions Violence +7% 37% % 17% Dépistage Santé Produits Prise en charge 1 1 Aspects personnels Conseil Information Orientation Soutien Aspects relationnels 1 17% Lors de la campagne, les missions de conseil et d orientation évoluent respectivement de 7% et de. Troubles psychiques Arrêt Consommation 2 2 Au regard des thèmes abordés lors des appels, la consommation, thème habituellement prépondérant, l est aussi pendant la campagne. La campagne de communication a renforcé les thèmes généralement abordés dans les appels de l entourage : la consommation du tiers, les aspects relationnels avec l évocation parfois de la violence subie ou ressentie, des relations familiales et les questions autour de la prise en charge et de l orientation. Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

10 En regardant de plus près l ensemble des thèmes majoritaires, des tendances se dégagent. Ne souhaite pas de prise en charge +5 Déclinaison du thème Prise en charge Contrôle / diminution de la conso Déclinaison du thème Consommation Prise en charge - Autres 7% 7% Usage festif / récréatif Manque Reprise - Changement de consommation Consommation eventuelle d'un proche 8% +3 Obliger un tiers à se soigner / Hospitalisation d'office Difficultés dans la prise en charge Prise en charge % 2 Consommation - Autres Dépendance, addiction Consommation abusive Conduite à tenir % +27% L entourage ne souhaite qu une chose, pouvoir aider son proche mais ne sait pas quelle attitude adopter ou quelle conduite tenir. Ce questionnement se renforce pendant la campagne de communication en sollicitant massivement le service du côté du conseil. D autant plus que parfois l entourage soupçonne une consommation sans en avoir aucune certitude, voire explique toute difficulté relationnelle comme étant vraisemblablement en lien avec la consommation de drogue. Vient ensuite les aspects relationnels à 17%, et au regard du nombre d appels de parents, sont évoqués plus particulièrement les relations familiales. 3 Souhaite une orientation A l occasion de la campagne, l entourage sollicite plus particulièrement le service sur une des difficultés majeures vécue par l entourage : comment faire quand le tiers refuse toute prise en charge?. Face à ces situations d impuissance, l entourage ne voit plus comme solution que l obligation à se faire soigner, l hospitalisation d office. DURÉE DES APPELS La durée moyenne des appels sur la ligne Drogues info service de 16 mn est en partie conditionnée par le nombre et la durée moyenne des appels entourage. La campagne renforce de manière conséquente cette tendance avec une évolution de 3 de la durée moyenne. 3 4 Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

11 Durée moyenne des appels (en mn) % Entourage Usager Professionnel Grand public Global Visiblement, la campagne a atteint sa cible en touchant de manière conséquente l entourage et plus particulièrement les parents et les grandsparents de jeunes gens de moins de 20 ans autour de la consommation de cannabis. Cette campagne a également augmenté le nombre d appels d usagers entre 20 et 30 ans. Bilan campagne de communication INPES / MILDT «Contre les drogues, chacun peut agir» - Décembre

Alcool et drogues : un dispositif de communication spécifique déployé dans les Départements d Outre-mer

Alcool et drogues : un dispositif de communication spécifique déployé dans les Départements d Outre-mer Alcool et drogues : un dispositif de communication spécifique déployé dans les Départements d Outre-mer Dossier de presse Septembre 2011 CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Conférence de Presse 29 novembre 2010 Une campagne pour inciter au dépistage L Institut national de prévention et d éducation pour la santé

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Confédération 3977. Statistiques 2013

Confédération 3977. Statistiques 2013 Confédération 977 Statistiques 0 Nombre d appels annuels sur la plateforme nationale En 0, du lundi au vendredi, de 9 heures à 9 heures : 60 appels sur 4 heures du lundi au dimanche ( 54 en 0) dont les

Plus en détail

La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions

La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions Marie Jauffret-Roustide 1 Marc-Antoine Détrez 2 1 Institut de Veille Sanitaire CERMES3 (Inserm U988) 2 Observatoire du samusocial de

Plus en détail

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2015

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2015 Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques L Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques porte sur les appels de l année 2014. S.O.S Amitié France Contacts : S.O.S Amitié Paris Ile-de-France

Plus en détail

ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION

ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION Après la définition des priorités pour chaque population, des fiches d analyse de chaque problème sont établies. Ces fiches mentionnent : - Une

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 1

Plus en détail

Sly. Consommation de drogue des ados : quelle prévention?

Sly. Consommation de drogue des ados : quelle prévention? Sly Consommation de drogue des ados : quelle prévention? Tous concernés! De quoi s'agit-il? La consommation de cannabis a doublé en 10 ans chez les ados pour deux raisons : elle est banalisée et il n a

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA RCP Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Rapport final synthétisé Basé sur : Institut LINK, Comportements de

Plus en détail

Préparer son permis avec la conduite accompagnée coûte nettement moins cher selon une étude de l association Prévention Routière

Préparer son permis avec la conduite accompagnée coûte nettement moins cher selon une étude de l association Prévention Routière Communiqué de presse Paris, le 10 juin 2013 Préparer son permis avec la conduite accompagnée coûte nettement moins cher selon une étude de l association Prévention Routière 4 ans après la dernière réforme

Plus en détail

Sondage DNF / TNS Direct, Société du groupe TNS (Taylor Nelson Sofres), octobre 2004. Convivialité

Sondage DNF / TNS Direct, Société du groupe TNS (Taylor Nelson Sofres), octobre 2004. Convivialité Sondage DNF / TNS Direct, Société du groupe TNS (Taylor Nelson Sofres), octobre 2004 Convivialité Restaurateurs, ce qu attendent vos clients ne correspond pas à ce que vous leur proposez Q10 Existe-t-il

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Protection juridique des Majeurs

Protection juridique des Majeurs Protection juridique des Majeurs Activité 2011 Assemblée Générale du 15 mai 2012 ASMI OMSR Association de Santé Mentale de l Isère - Office Médico-Social de Réadaptation 12 rue des Pies 38360 Sassenage

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 12 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Prévention par les pairs La prévention "par" et "pour" les jeunes

Prévention par les pairs La prévention par et pour les jeunes Prévention par les pairs La prévention "par" et "pour" les jeunes Année 1 20/2011 Collège des CHAUMES à AVALLON Synthèse réalisée par Elisabeth Copin et supervisée par Françoise Amelot juillet 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Ed.resp: Marie-Ange Cornet - CAL-Luxembourg Les Potados - Luxembourg asbl 2, rue de l ancienne Gare 6800 Libramont-Chevigny

Plus en détail

Partir en voyage sans ses enfants : quelles motivations des parents et quels types de séjours? *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Partir en voyage sans ses enfants : quelles motivations des parents et quels types de séjours? *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLEE Partir en voyage sans ses enfants : quelles motivations des parents et quels types de séjours? Etude Harris Interactive pour Voyages-sncf.com Echantillon de 621 personnes vivant dans un

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

L ESSENTIEL SUR LE CANNABIS QU EST-CE QUE C EST?

L ESSENTIEL SUR LE CANNABIS QU EST-CE QUE C EST? L ESSENTIEL SUR LE CANNABIS QU EST-CE QUE C EST? Le cannabis est une plante aux usages multiples (textiles, industriels ). Il est consommé, à des fins récréatives ou thérapeuthiques, sous trois formes

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

La Garantie contre les impayés de pensions alimentaires (Gipa)

La Garantie contre les impayés de pensions alimentaires (Gipa) La Garantie contre les impayés de pensions alimentaires (Gipa) Haut Conseil de la Famille Jeudi 12 mai 2016 Créée en 1984, l Asf est versée aux personnes seules vivant avec leur enfant dans les situations

Plus en détail

ABORDER LES CONSOMMATIONS À L ÉCOLE QUAND? COMMENT? ET AVEC QUI?

ABORDER LES CONSOMMATIONS À L ÉCOLE QUAND? COMMENT? ET AVEC QUI? ABORDER LES CONSOMMATIONS À L ÉCOLE QUAND? COMMENT? ET AVEC QUI? Présentation des partenaires Point d Appui Assuétudes du Centre Local de Promotion de la Santé de Charleroi-Thuin (PAA CLPS-CT) : le Centre

Plus en détail

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères Quelques repères res épidémiologiquespidémiologiques Gwénaëlle Boscher 9 pl. du Général Koenig, 35 Rennes 2.23.2.14.6 cirdd@cirdd-bretagne.fr Les consommations d alcool chez les femmes en âge de procréer

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Un DVD pour parler de l ALCOOL et de la POLYTOXICOMANIE

Un DVD pour parler de l ALCOOL et de la POLYTOXICOMANIE LaCATHODE UNFILMPOURENPARLER UnDVDpourparlerdel ALCOOLetdela POLYTOXICOMANIE 2filmsdeRolandMOREAU C'ESTSIBON!26mn.Fiction JEPEUXPASM'ENPASSER52mn.Témoignages PROBLÈMEAVECL ALCOOL20mn.BONUS InterviewexclusiveduDocteurJeanMichelSIGWARD

Plus en détail

Le service Médiation Familiale

Le service Médiation Familiale Le service Médiation Familiale «Permettre aux parents de s écouter pour que les besoins de l enfant soient entendus» «Permettre à toute personne en conflit familial de se rencontrer, de s exprimer, de

Plus en détail

LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003

LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003 LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003 Décembre 2003 Immeuble Corniche 2 Centre Commercial de Bellevue Boulevard de La Marne 3 Etage 97200 Fortde-France Tet. : 05 96

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

Observatoire des prix

Observatoire des prix Dossier de presse Jeudi 10 janvier 2013 Observatoire des prix Présentation, résultats et analyse Contacts presse : Laëtitia Verdier : 01 44 91 88 88 laetitia.verdier@famillesrurales.org Nelly Jennin :

Plus en détail

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi 21/05/2008 ANALYSE Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi Par Soizic Dubot, coordinatrice nationale «emploi, revenus, formation» Intervention du 4 mars 2008 Introduction Les entrées

Plus en détail

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE 2015 1-Présentation de La Miel Dans le cadre du soutien aux créateurs et dirigeants d entreprises implantés sur le

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Lorsqu une personne joint le 115, une série de renseignements relatifs à la demande et aux caractéristiques

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

Comment favoriser le travail en commun entre le sanitaire et le médico-social

Comment favoriser le travail en commun entre le sanitaire et le médico-social Comment favoriser le travail en commun entre le sanitaire et le médico-social Docteur Guy DELERUE MISP à l ARS Nord Pas de Calais Direction de l Offre Médico-sociale XX/XX/XX Orientations de l ARS Transversalités

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

Comment créer un lieu de réflexion éthique?

Comment créer un lieu de réflexion éthique? Comment créer un lieu de réflexion éthique? Les professionnels des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux sont de plus en plus souvent confrontés dans leur activité quotidienne à des questions

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours Programme santé migrants MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE

Plus en détail

PREFET DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE PREFET DE LA LOIRE ATLANTIQUE

PREFET DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE PREFET DE LA LOIRE ATLANTIQUE PREMIER MINISTRE PREFET DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE PREFET DE LA LOIRE ATLANTIQUE Paris, 2 septembre 2015 Communiqué de presse DÉPLACEMENT DANS LA LOIRE ATLANTIQUE DE DANIÈLE JOURDAIN-MENNINGER, PRÉSIDENTE

Plus en détail

Du Marketing au Plan Média

Du Marketing au Plan Média Du Marketing au Plan Média IUT Michel de Montaigne - Licence Professionnelle Thomas Piette - Yoann Doux Questions + de 15ans avec une voiture : 43 710 000 2 voitures : 18 293 000 ; 3 voitures: 3 701 000

Plus en détail

Les Françaises et la création d entreprises

Les Françaises et la création d entreprises Les Françaises et la création d entreprises Cette note a été élaborée à partir des résultats d un sondage intitulé «Les femmes et la création d entreprise», produit en janvier 2012 par OpinionWay pour

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ON A TOUS UNE BONNE RAISON DE RESTER VIVANTS La nouvelle campagne de sensibilisation de l association Prévention

Plus en détail

Un exemple d échelle de gravité

Un exemple d échelle de gravité Un exemple d échelle de gravité Individu collectif travail 1 Faible > Pas d arrêt de travail > Craintes, doutes, incertitudes > Blessures sans soins > Incivilité > Possibilité de tensions > Pas de conséquences

Plus en détail

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique.

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique. ECSTASY QU EST-CE QUE C EST? À l origine, l ecstasy (ecsta, X, XTC ) désigne une molécule chimique, la MDMA, de la famille des amphétamines. Elle se trouve sous forme de comprimés, de poudre, de gélules...

Plus en détail

Enquête réalisée auprès de 25 futurs-papas sur les thèmes suivants:

Enquête réalisée auprès de 25 futurs-papas sur les thèmes suivants: Résultats et réflexions autour de l enquête «Le devenir-père» Enquête menée auprès des futurs-papas de la région nantaise de novembre 2012 à mars 2013. Projet mené par les sages-femmes de PMI du CG44 Mémoire

Plus en détail

Rapport d observation 2013. Accueil téléphonique, rappel automatique, chats, questions-réponses sur Internet, forums, répertoire de l addictologie

Rapport d observation 2013. Accueil téléphonique, rappel automatique, chats, questions-réponses sur Internet, forums, répertoire de l addictologie Rapport d observation 2013 Accueil téléphonique, rappel automatique, chats, questions-réponses sur Internet, forums, répertoire de l addictologie Sommaire CHAPITRE 1 ADALIS, UN DISPOSITIF D AIDE A DISTANCE...

Plus en détail

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Sahraoui Marc publié le 21 décembre 2007, mise à jour le 7 décembre 2011

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Sahraoui Marc publié le 21 décembre 2007, mise à jour le 7 décembre 2011 Déclic formation UNE PLATE-FORME DE FORMATION EN LIGNE POUR LES PERSONNES ILLETTRÉES Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Sahraoui Marc publié le 21 décembre 2007,

Plus en détail

NE LAISSER AUCUNE VIOLENCE CONJUGALE DECLAREE SANS REPONSE PENALE ET SOCIALE

NE LAISSER AUCUNE VIOLENCE CONJUGALE DECLAREE SANS REPONSE PENALE ET SOCIALE PREFET DE L AISNE Laon, le 5 juin 2014 Dossier de presse NE LAISSER AUCUNE VIOLENCE CONJUGALE DECLAREE SANS REPONSE PENALE ET SOCIALE 5 juin 2014 LAON Table des matières Une action publique réorganisée

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Évaluation de la formation professionnelle. en Languedoc-Roussillon auprès des stagiaires de la formation continue

Évaluation de la formation professionnelle. en Languedoc-Roussillon auprès des stagiaires de la formation continue FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE Évaluation de la formation professionnelle en Languedoc-Roussillon auprès des stagiaires de la formation continue Selon l enquête de satisfaction et de devenir

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

COLLOQUE INTERNATIONAL sur le congé parental, défi pour l économie et l égalité entre les femmes et les hommes

COLLOQUE INTERNATIONAL sur le congé parental, défi pour l économie et l égalité entre les femmes et les hommes COLLOQUE INTERNATIONAL sur le congé parental, défi pour l économie et l égalité entre les femmes et les hommes Intervention de PricewaterhouseCoopers Luxembourg LE CONGE PARENTAL, UNE GAGEURE ORGANISATIONNELLE

Plus en détail

CHARTE ET LABEL DE LA VIE NOCTURNE DU CARRÉ

CHARTE ET LABEL DE LA VIE NOCTURNE DU CARRÉ Préambule CHARTE ET LABEL DE LA VIE NOCTURNE DU CARRÉ Le Carré constitue une importante vitrine pour la ville de Liège. Connu au-delà de nos frontières pour sa légendaire convivialité, ce quadrilatère

Plus en détail

Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes) Drogues Alcool Tabac info service (Datis), groupement d intérêt public

Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes) Drogues Alcool Tabac info service (Datis), groupement d intérêt public Les principaux services de téléphonie sanitaire et sociale en France Il n est pas toujours facile d y voir clair parmi les nombreux services téléphoniques d information et de soutien dans le champ de la

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

Baromètre Santé. Consommation de tabac, d alcool. Le Baromètre santé. Depuis la fin des années 90, en lien avec la

Baromètre Santé. Consommation de tabac, d alcool. Le Baromètre santé. Depuis la fin des années 90, en lien avec la Baromètre Santé 21 Enquête auprès des Auvergnats âgés de 1-8 ans Consommation de tabac, d alcool et de drogues illicites Le Baromètre santé a été réalisé pour la première fois au début des années 199 par

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Composition du dossier de candidature

Composition du dossier de candidature Composition du dossier de candidature Intitulé de l action : Prévention de la fragilité chez les personnes de + de 65 ans Catégorie : Audiovisuelle Date de réalisation/création : Aout 2015 Résumé : A travers

Plus en détail

CHARTE DEPARTEMENTALE. et établissements de nuit. «Face à l alcool et à la drogue, Responsabilisons-nous!»

CHARTE DEPARTEMENTALE. et établissements de nuit. «Face à l alcool et à la drogue, Responsabilisons-nous!» PREFET DE SEINE-ET-MARNE CHARTE DEPARTEMENTALE portant engagement de responsabilité des exploitants de débits de boissons, restaurants, et établissements de nuit «Face à l alcool et à la drogue, Responsabilisons-nous!»

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79. PROJET D ANIMATION Résidence Albert AUBRY Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.44 Le projet d animation s inscrit dans la politique de la résidence, ainsi

Plus en détail

Prévention universelle ou sélective?

Prévention universelle ou sélective? Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière - Charles Foix Prévention universelle ou sélective? François Bourdillon Département de biostatistiques, santé publique et information médicale Les journées

Plus en détail

L ENGAGEMENT DE L ETAT DANS LA LUTTE CONTRE LES DROGUES ET LES CONDUITES ADDICTIVES

L ENGAGEMENT DE L ETAT DANS LA LUTTE CONTRE LES DROGUES ET LES CONDUITES ADDICTIVES Communiqué de presse L ENGAGEMENT DE L ETAT DANS LA LUTTE CONTRE LES DROGUES ET LES CONDUITES ADDICTIVES Lille, le 7 février 2014 LANCEMENT DE L APPEL A PROJETS ANNUEL A L OCCASION DU DEPLACEMENT DE DANIELE

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Les fumeurs et l arrêt du tabac

Les fumeurs et l arrêt du tabac Mai 2013 Référence : n 111261 Contacts : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

FORMATIONS 2015/2016

FORMATIONS 2015/2016 FORMATIONS 2015/2016 LES COMPORTEMENTS DIFFICILES CHEZ L ENFANT (24H) - Décembre 2015/Janvier 2016 INITIATION AU JEU PEDAGOGIQUE «Chemin de Parents» (12h) - Décembre 2015/Janvier 2016 SOUTENIR LA PARENTALITE

Plus en détail

«La boule au ventre» ou «le stress au travail» ( et comment essayer d y remédier )

«La boule au ventre» ou «le stress au travail» ( et comment essayer d y remédier ) «La boule au ventre» ou «le stress au travail» ( et comment essayer d y remédier ) 1 -1 Bien s hydrater chaque jour! La déshydratation est sournoise et entraine une fatigue quotidienne accrue Une alimentation

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

LES ENQUETES PROFESSIONNELLES

LES ENQUETES PROFESSIONNELLES LES ENQUETES PROFESSIONNELLES Fiche outil n 4 POURQUOI FAIRE UNE ENQUETE? COMMENT FAIRE? Une enquête professionnelle (en face à face ou téléphonique) est un échange avec un professionnel qui exerce le

Plus en détail

La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine

La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine Retrouvez un sondage réalisé dans 32 des 47 facultés de médecine de France auprès des étudiants de médecine. 1 OMMAIRE DE L ÉTUDE I. Bilan

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009. Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation

Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009. Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009 Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation La haute autorité a été saisie de deux réclamations relatives aux refus de scolarisation

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Sésame, «Service Educatif de Suivis Alternatifs à la Maison de l Enfance», est un dispositif adossé à la Maison

Plus en détail

Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3 le risque d absentéisme.

Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3 le risque d absentéisme. 1 Près de 2/3des entreprises de plus de 50 salariés ont été confrontées à des problèmes liés à l alcool. Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3

Plus en détail

PSYCHOÉDUCATION Personnes rejoignables 64 Hommes Femmes Nombre de répondants 30 46,9 % 3 ( 10 %) 27 ( 90 %)

PSYCHOÉDUCATION Personnes rejoignables 64 Hommes Femmes Nombre de répondants 30 46,9 % 3 ( 10 %) 27 ( 90 %) Ensemble du 1 er cycle - Emplois PSYCHOÉDUCATION Personnes rejoignables 64 Hommes Femmes Nombre de répondants 30 46,9 % 3 ( 10 %) 27 ( 90 %) Note : les pourcentages ne sont pas affichés pour les questions

Plus en détail

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire La gestion des situations de crise suicidaire CHAPITRE 4 La crise suicidaire est une crise psychique déclenchée par un facteur précipitant et marquée par des idées suicidaires de plus en plus envahissantes

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Rapport d activités 2013. Alma Paris

Rapport d activités 2013. Alma Paris Rapport d activités 2013 Sommaire Sommaire... 1 Préambule... 3 I- Contexte de l activité 2013... 7 A- Les ressources humaines d... 7 1- Composition de l équipe d... 7 2- Stagiaires... 7 B- Les axes de

Plus en détail