2015-D Contexte et justification

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2015-D-000528-1. Contexte et justification"

Transcription

1 Mécanismes de financement novateurs pour réduire le coût des envois de fonds internationaux : constatations et recommandations de la firme Dalberg Global Development Advisors Résumé Les envois de fonds des migrants représentent une source sans cesse grandissante de financement externe pour les pays en développement. Afin de faciliter les flux d envois de fonds, le G20 a pris un engagement (l objectif «5 x 5») qui vise à réduire, d ici 2014, le coût moyen à l échelle internationale de ces envois à 5 % du montant transféré. Cependant, à un an de l échéance, ce coût demeure à 9,1 % du montant transféré i. Dans ce contexte, le Canada et l Australie ont réalisé une étude de faisabilité sur les mécanismes de financement novateurs qui pourraient réduire le coût des envois de fonds vers les pays en développement. Selon les constatations de cette étude, même si les coûts d exploitation jouent un rôle déterminant dans l établissement du prix des envois, la faiblesse de la concurrence est en grande partie responsable du maintien des prix à des niveaux élevés à l échelle internationale. En outre, les effets d une réduction des coûts d exploitation ou des exigences réglementaires seront réellement ressentis par les consommateurs uniquement si la concurrence est plus dynamique. Nous avons donc mis l accent sur trois mécanismes de financement novateurs pour stimuler la concurrence sur le marché mondial des envois de fonds des migrants. Chaque mécanisme vise à éliminer les obstacles à l accès au marché et à la création d économies d échelle, en favorisant l arrivée de nouveaux fournisseurs de services de transfert (FST) ou en permettant aux FST déjà en place d être plus compétitifs. Cela contribuerait à réduire les prix dans les couloirs visés, au profit de tous les destinataires de ces envois, et particulièrement les plus pauvres, qui ont souvent le moins de choix à l heure actuelle. Nous croyons que la mise en œuvre coordonnée de ces trois mécanismes dans six pays expéditeurs ciblés pourrait donner lieu à une baisse de 0,7 point de pourcentage du prix moyen pondéré des transferts dans ces pays après 5 ans ii, ce qui correspondrait à une baisse supplémentaire de 0,3 point de pourcentage du prix moyen pondéré à l échelle internationale et libérerait 1,1 milliard de dollars chaque année au profit des ménages les plus démunis de la planète.

2 Contexte et justification 2015-D Les envois de fonds internationaux, qui sont des transferts effectués par des migrants vers leur pays d origine, sont essentiels au développement soutenu des pays destinataires iii. Ces transferts constituent une source de capital stable et considérable pour les pays en développement et ils sont moins volatils que d autres apports financiers. Malgré la crise économique mondiale, les transferts ont continué d augmenter de plus de 10 % par année. Aujourd hui, ils sont près de trois fois plus élevés que l aide publique au développement (APD) versée aux pays en développement (voir la diapositive 2 de l annexe) iv. Les transferts de fonds constituent une source cruciale de revenu pour les ménages et servent à financer divers besoins de base, allant des dépenses des ménages à court terme aux investissements à plus long terme dans le logement et l acquisition de terres. Des études récentes indiquent également que les ménages qui reçoivent des transferts de fonds internationaux dépensent moins à la marge sur les biens de consommation et davantage sur les biens d investissement. Donc, en plus de sécuriser le revenu de ceux qui en bénéficient, les transferts de fonds peuvent impulser la demande et la production agrégées et avoir un important effet positif sur le développement économique, et ce, sur divers plans : réduction de la pauvreté, éducation, entrepreneuriat, mortalité infantile et développement financier v. Cependant, le prix élevé de ces transferts de fonds empêche les pays en développement d en profiter pleinement. Même si les transferts de fonds vers les pays en développement ont augmenté de plus de 30 % depuis 2009, les prix moyens pondérés ont diminué d un maigre 11 % au cours de la même période, une diminution principalement attribuable à la baisse des prix dans certains couloirs. La réduction de ce prix d un seul point de pourcentage entraînerait une augmentation de la valeur des transferts de 3,7 milliards de dollars par année vi. Même si le problème des prix de transfert élevés requiert une approche mondiale, l analyse des données sur les prix permet de penser que certains facteurs dans le pays expéditeur jouent un rôle plus important pour déterminer les prix que les facteurs propres au pays destinataire (voir la diapositive 3). En outre, les transferts sont relativement concentrés à l échelle internationale : près de 60 % des fonds transférés vers les pays en développement proviennent des 10 principaux pays expéditeurs (voir la diapositive 4). Même si les fonds transférés proviennent essentiellement de 10 pays, le prix moyen des transferts varie grandement d un pays à l autre. Prenons l exemple de l Allemagne et des États-Unis, qui figurent parmi les premiers pays expéditeurs. En Allemagne, les prix moyens (13,44 % des fonds transférés) sont plus du double qu aux États-Unis (5,98 %). Compte tenu de l importance relative des transferts à partir des principaux pays expéditeurs, une intervention ciblant les pays où les volumes et les prix sont élevés pourrait avoir une incidence considérable sur les prix des transferts à l échelle mondiale. Par exemple, en ramenant le prix moyen des transferts à celui des États-Unis dans seulement 4 des 10 premiers pays expéditeurs, on ferait passer les prix moyens des transferts internationaux de 6,8 % à 6,2 %, ce qui générerait une augmentation de la valeur des transferts de 2 milliards de dollars soit l équivalent d une augmentation du budget d aide du Canada de près de 40 % (voir la diapositive 5) vii. Selon les constatations de cette étude, même si les coûts d exploitation (découlant partiellement de conditions de la réglementation) jouent un rôle dans l établissement du prix des transferts, la faiblesse de la concurrence est en grande partie responsable du maintien des prix à des niveaux élevés à l échelle internationale. En outre, les effets d une réduction des coûts d exploitation ou des obstacles réglementaires seront réellement ressentis par les consommateurs uniquement si la concurrence est plus dynamique. L analyse suivante de la chaîne de valeur et du paysage des transferts explique en partie pourquoi les coûts des transferts demeurent élevés et fait ressortir le rôle des pays expéditeurs dans l établissement des prix. Analyse de la chaîne de valeur des transferts et de l industrie En général, quatre principaux intervenants participent à la chaîne de valeur des transferts : Intervenant Rôle Source de revenus Agent d encaissement Intermédiaire entre le FST et l expéditeur Commission facturée au FST

3 Fournisseur de services de transfert (FST) Plateforme de transfert Agent de paiement des fonds Entité partenaire des agents qui coordonne les paiements transfrontaliers pour faciliter les envois de fonds des migrants Chaîne d institutions bancaires qui fournit des services de règlement (y compris un service de messagerie) pour les paiements transfrontaliers effectués par les FST Intermédiaire entre le FST et le destinataire des fonds 2015-D Marge facturée au consommateur Commission facturée au FST Commission facturée au FST Les principaux fournisseurs de services de transfert (FST) sont les sociétés de transfert d argent (STA) et les banques. Les STA constituent de loin le modèle le plus courant; elles occupent près de 80 % du marché des envois des fonds internationaux, tandis que les banques se partagent le reste viii. Même s ils sont de plus en plus présents, les nouveaux exploitants de réseaux mobiles (ERM) et les FST purement Internet ne détiennent pas encore une part substantielle du marché. Dans tous les modèles, ce sont les FST qui, en fin de compte, établissent les prix payés par les consommateurs pour les services de transfert. Pour faciliter les transferts de fonds, les FST ont recours à plusieurs circuits de paiement, dont les suivants : a) les agents de transfert d argent en espèces; b) mwallets; c) les cartes prépayées; d) les transactions sur Internet; e) les comptes bancaires. Les agents de transfert d argent en espèces demeurent les STA émettrices et réceptrices les plus répandues; contrairement aux autres intermédiaires, ces agents ont accès aux clients qui n ont pas de comptes bancaires que ce soit l expéditeur ou le destinataire de l agent. Toutefois, en raison du coût relativement élevé des commissions de ces agents, les modèles reposant uniquement sur les envois en espèces ont des coûts variables pouvant atteindre 50 % du revenu total de l opération ix. De l autre côté, les banques n ont pas recours à des agents; elles utilisent plutôt leur propre réseau de succursales pour encaisser et payer les envois, ce qui leur permet d avoir des coûts variables considérablement plus faibles que les STA. Mais malgré cet avantage concurrentiel, la plupart des banques ne manifestent pas d intérêt pour le marché des envois de fonds. Elles considèrent généralement que ces transferts sont des services «ajoutés» offerts aux clients, plutôt qu un secteur d activité distinct. En outre, compte tenu des récentes infractions à la réglementation qui ont fait les manchettes (souvent imputables plutôt à des organisations partenaires qu aux banques elles-mêmes), les banques se méfient des risques et des coûts de conformité associés à ces envois, notamment les obligations liées à la lutte contre le blanchiment d argent et à l identification des clients x. Afin de réduire les coûts d exploitation, les FST adoptent de plus en plus souvent des modèles dits «hybrides», dans lesquels l argent en espèces est remplacé par un service en ligne ou l application mwallet au point d expédition et de réception de l opération (voir la diapositive 6). Mais compte tenu des considérations en matière de réglementation et d accessibilité, l adoption généralisée de ces deux modes demeure limitée. En outre, une analyse du prix moyen des différents modèles de services, y compris les opérations entièrement en espèces et les envois d argent par Internet, indique que l adoption de modèles d exploitation à plus faibles coûts n entraînera pas nécessairement une réduction des prix pour les clients (voir la diapositive 7). Cette analyse semble indiquer qu au lieu de réduire les prix, les FST réalisent des économies lorsqu ils adoptent ces modèles, grâce aux marges supplémentaires. Il ressort de la capacité des FST à maintenir des prix élevés que les pressions du marché sont faibles et que la concurrence ne se joue pas principalement sur les prix. Outre les commissions perçues par les agents, les exigences réglementaires notamment en matière d obtention d un permis local, de lutte contre le blanchiment de capitaux (LBC) et d identification des clients (IC) peuvent faire obstacle à la création d économies d échelle et décourager la concurrence. Les coûts souvent élevés et les longs délais associés à l obtention d un permis peuvent décourager les nouveaux FST d entrer sur le marché. En outre, un bon nombre de pays excluent entièrement les entités non bancaires de la prestation des services de transfert de fonds, ce qui limite la concurrence xi. Enfin, la conformité aux obligations

4 de LBC et d IC est souvent coûteuse, et elle s accompagne d un risque important sur le plan financier et de la réputation. Par exemple, selon certaines lois locales sur l identification des clients, les clients présentent une pièce d identité pour envoyer de l argent, ce qui exclut pratiquement de ce marché les fournisseurs en ligne et mobiles à faibles coûts. Par conséquent, les pays expéditeurs ayant une réglementation plus restrictive semblent exiger des prix plus élevés (voir la diapositive 8). De l autre côté, une surveillance réglementaire insuffisante peut décourager la concurrence et maintenir les prix à des niveaux élevés. À l exception de quelques pays, les FST peuvent signer des ententes d exclusivité de longue durée avec les agents de paiement, ce qui empêche les nouveaux acteurs de créer des réseaux xii. Ces pratiques anticoncurrentielles bloquent l entrée sur le marché et permettent pratiquement aux «pionniers» de détenir des monopoles dans les pays ciblés. L effet des ententes d exclusivité est multiplié dans la plupart des pays de l Afrique subsaharienne, où, selon la réglementation, seules les banques peuvent verser les fonds transférés. De fait, Western Union et MoneyGram, les pionnières de ce secteur, exercent un quasi-monopole dans plusieurs couloirs de cette région. Même si la réglementation et les autres coûts d exploitation élevés jouent un rôle dans l établissement des prix des transferts, la faiblesse de la concurrence est en grande partie responsable du maintien de prix à des niveaux élevés. Selon les informations disponibles, une augmentation de la concurrence dans un couloir donne lieu à une réduction des prix (voir la diapositive 9). Entre 1999 et 2013, la part de marché combinée de Western Union et de MoneyGram dans le couloir États-Unis Mexique a chuté de 97 % à 20 %; durant la même période, le prix moyen des transferts en provenance de grandes villes a reculé de près de 75 % (voir la diapositive 10). De l autre côté, Western Union et MoneyGram contrôlent environ 65 % des points de paiement en Afrique subsaharienne grâce à des ententes d exclusivité signées avec les banques, étouffant la concurrence et entravant l entrée sur le marché. Il n est donc pas surprenant que les prix des transferts en Afrique subsaharienne figurent parmi les plus élevés du monde (voir la diapositive 11) xiii. Deux grands problèmes nuisent à la promotion de la concurrence. D abord, les FST petits ou nouveaux ont de la difficulté à établir leur fiabilité et leur crédibilité. Selon les premières indications, ceux qui transfèrent les fonds accordent généralement plus d importance à la crédibilité qu au prix, offrant ainsi aux grands FST bien établis un important avantage concurrentiel. Les intervenants abondent dans le même sens, expliquant que leurs efforts de marketing «ne sont pas axés sur des coûts plus faibles, puisque cela n établit pas la confiance et la crédibilité [...], qui est la préoccupation première des utilisateurs», et que «la confiance [...] est le plus important facteur de réussite dans le secteur des transferts internationaux» [traduction] xiv. Et cette confiance est coûteuse : par exemple, malgré 150 années d activité et une reconnaissance de la marque atteignant 82 % mondialement, le chef de file du marché, Western Union, consacre encore près de 1 million de dollars par année (environ 3 % de ses revenus d exploitation) à la publicité dans chaque pays où il est présent xv. Comparativement aux FST bien établis, en particulier, les nouveaux arrivants sur le marché n ont généralement pas assez de ressources et de savoir-faire pour établir leur marque et rivaliser avec les autres xvi. Les obstacles rencontrés par les nouveaux arrivants sur le marché pour établir la confiance et la crédibilité permettent donc aux grands FST de dominer le marché et d imposer des prix élevés. L entrée sur le marché des FST et la création d économies d échelle de coûts sont aussi freinées par le manque de transparence des prix des FST. Résultat : les consommateurs peuvent difficilement comparer les prix des différents services de transfert de fonds xvii. L opacité des prix affaiblit donc l incitation à livrer une concurrence basée sur les prix. Le manque d information consolide la position dominante des FST sur le marché et réduit la capacité des consommateurs à comparer les différents FST et à prendre des décisions d achat en toute connaissance de cause. Souvent, les FST ne fournissent pas d information détaillée sur les prix, dont les frais facturés à l expéditeur, le taux de change prélevée et les frais facturés au destinataire pour recevoir son argent. Cela dit, l amélioration de la transparence du marché peut donner plus de pouvoir aux consommateurs, forcer les exploitants à pratiquer une concurrence sur les prix et améliorer la dynamique concurrentielle. Par exemple, aux termes du règlement d un recours collectif contre Western Union et MoneyGram en 1999, les deux sociétés doivent divulguer les frais de change antérieurement «cachés» pour les envois de fonds des États-Unis vers le Mexique. Entre 1999 et 2003, les prix des transferts de fonds entre

5 les principales villes américaines et le Mexique ont chuté de plus de 50 % xviii. En octobre 2013, le Bureau de protection des consommateurs en matière financière des États-Unis (Consumer Financial Protection Bureau ou CFPB) prendra un règlement pour protéger les consommateurs qui envoient de l argent à l étranger, obligeant notamment les FST à divulguer les frais, les taxes et les taux de change associés aux transferts de fonds xix. Toutefois, l information fournie aux consommateurs demeure limitée, ce qui décourage la concurrence sur les prix entre les FST. Résumé des dysfonctionnements du marché et applicabilité des mécanismes de financement novateurs En résumé, l existence de modèles d exploitation à faibles coûts qui ont des prix similaires aux prestataires actuels révèle qu une pression plus forte doit s exercer sur l établissement des prix par le biais de la concurrence pour obtenir une réduction durable des prix. À partir de cette analyse du marché, nous avons donc conçu et sélectionné trois mécanismes qui influent sur la dynamique concurrentielle. Les quatre principaux facteurs à l origine de la faible concurrence sur le marché des envois de fonds internationaux sont les suivants : 1. Les coûts fixes élevés, qui empêchent les FST d accéder à de nouveaux couloirs, d établir leur crédibilité et de créer des économies d échelle; 2. Les asymétries de l information, qui empêchent les consommateurs de comparer les différents FST, ce qui décourage la concurrence sur les prix; 3. L insuffisance de l infrastructure financière, qui contribue aux coûts d exploitation élevés, notamment l adoption des systèmes de paiements transfrontaliers traditionnels, mais coûteux, par les FST, et l adoption limitée des modèles à faibles coûts (p. ex. en ligne, téléphonie mobile); 4. La réglementation, plus précisément : a) le coût élevé des permis et les obligations liées aux règles de LBC et d IC, qui découragent l entrée sur le marché par les banques et les autres acteurs; b) l autorisation des ententes d exclusivité des agents, qui brident davantage la concurrence. Même si ces quatre facteurs contribuent au maintien des prix élevés des transferts de fonds, les mécanismes de financement novateurs visés par notre étude sont moins efficaces pour surmonter les obstacles créés par la réglementation. Nous avons donc conçu et évalué une série de mécanismes faisant appel au secteur privé pour accroître la concurrence. Tous les mécanismes sont adaptés aux contraintes réglementaires actuelles, mais l adoption de nouvelles réglementations pourrait multiplier leur effet. Les mécanismes de financement novateurs (MFN) utilisent des paiements axés sur les résultats pour stimuler l innovation du secteur privé et dynamiser les marchés. Nous avons donné priorité à trois mécanismes à l issue d une évaluation du rendement du capital investi prévu pour chaque mécanisme (importance, probabilité et durabilité de l impact) par rapport au coût et à la facilité de mise en œuvre (voir la diapositive 12). Les avantages cumulatifs ont été estimés par les avantages directs (volumes d opérations et changement prévu des prix associés à chaque mécanisme) et les avantages indirects (pour le reste de la population) sur cinq ans.

6 Les trois MFN sont décrits ci-dessous : Mécanisme Motivation et description Avantage cumul. max. sur 5 ans, y compris avantages indirects, pour 6 pays xx Prix «limbo» Prix du réseautage Prix pour la transparence des prix Réduit directement les prix en récompensant les FST qui maintiennent les prix des services de transfert sous un certain seuil Accroît la concurrence dans de multiples couloirs en encourageant plus de plateformes intermédiaires de FST; réduit les coûts nécessaires pour créer des partenariats spécifiques à certains couloirs Informe les clients des prix exigés par les fournisseurs concurrents en stimulant la création de plateformes de comparaison des prix conviviales et faciles d utilisation Coût estimatif du mécanisme (pour 6 pays) Rendement du capital investi (RCI) xxi millions $ 85 millions $ 13 x/marge : 8-16 x millions $ 70 millions $ 22 x/marge : x Marge : x Total millions $ 210 millions $ 18 x/marge : x En s attaquant aux dysfonctionnements précis du marché, la mise en œuvre coordonnée de ces 3 mécanismes dans 6 pays expéditeurs cibles (Australie, Canada, États-Unis, France, Italie et Royaume-Uni), pour un coût ponctuel de 210 millions de dollars, entraînerait des réductions de prix cumulatives pouvant atteindre 3,5 milliards de dollars sur 5 ans, et profiterait considérablement aux couloirs qui, jusqu à ce jour, n ont bénéficié que de faibles réductions de prix. Les économies sont estimées à 1,1 milliard de dollars pour chaque année subséquente. Cela suppose une réduction supplémentaire des prix moyens pondérés dans les pays expéditeurs cibles de 0,7 point de pourcentage, soit une baisse de 0,3 point de pourcentage des prix moyens pondérés des transferts internationaux après 5 ans, grâce à ces mécanismes xxii. Si l on ajoute l effet de ces mécanismes à la réduction des prix à long terme (0,2 % par année), les prix pondérés des transferts internationaux pourraient être de 5,5 % dans 5 ans xxiii. Des modifications réglementaires appropriées pourraient accroître les effets des mécanismes en encourageant l entrée sur le marché. Les mécanismes proposés pourraient également accroître indirectement l inclusion financière de la façon suivante : a) en élargissant la disponibilité des services d envois de fonds; b) en donnant aux consommateurs les moyens de prendre de décisions éclairées en matière d achat; c) en informant les consommateurs des produits financiers officiels; d) en favorisant l investissement à plus long terme dans les pays en développement. Descriptions des mécanismes de financement novateurs prioritaires Prix «limbo» : Les obstacles à l accès au marché, dont les coûts d exploitation élevés et la tendance qu ont les consommateurs à considérer le prix comme un gage de crédibilité, n incitent pas les FST à baisser leurs prix. Par conséquent, il faut procéder à une transformation en profondeur des normes de l industrie pour encourager les FST à offrir des prix concurrentiels, tout en maintenant la confiance des consommateurs. Un prix «limbo» aurait pour effet d encourager les FST à offrir de meilleurs prix et de déterminer jusqu où ces derniers sont prêts à abaisser leurs prix. On remettrait la récompense à un FST par couloir (ou groupe de couloirs), qui aurait

7 fait état, pendant trois années consécutives, du volume le plus élevé de transactions à un prix inférieur au prix plafond préétabli. Ce mécanisme axé sur les résultats constitue une façon de réduire les prix sans imposer une approche précise, incitant plutôt les FST à faire preuve de créativité pour trouver de nouveaux clients et gagner leur confiance malgré des prix inférieurs (voir la diapositive 13). Mais surtout, en récompensant les fournisseurs ayant le volume le plus élevé à un prix établi, on encouragerait les FST à concevoir des stratégies pour inciter les consommateurs à délaisser leur préférence solidement ancrée à l égard de leur prestataire habituel. En outre, en positionnant les FST en tant que fournisseurs à faibles prix pendant une période prolongée, on réduirait aussi le risque que les FST reviennent à des prix plus élevés après la fin du concours. L effet de démonstration de cette récompense pourrait contribuer à une baisse encore plus grande des prix moyens, de deux façons. Premièrement, les FST participants démontreraient la faisabilité des modèles à faibles prix comme façon d accroître la part de marché et la rentabilité. Deuxièmement, la perte de part du marché aux mains des FST participants inciterait probablement les FST dominants à réduire leurs prix, stimulant ainsi une concurrence générale, fondée sur les prix. Pour garantir la réussite du projet, les donateurs doivent concevoir et calibrer le concours de façon à encourager la participation des FST et à stimuler des innovations fondamentales dans les modèles d affaires. Autrement dit, le concours ne doit pas entraîner une réduction temporaire des prix résultant d une subvention directe des FST. Les principaux paramètres de conception sont les prix de référence que les FST doivent respecter, la durée exigée de cette réduction et le pourcentage des volumes totaux des FST qui ont respecté les prix préétablis (voir la diapositive 14). Cela dit, la conception de la récompense exigera des analyses de marché et des recherches importantes sur chaque couloir pour éviter le paiement excessif ou insuffisant des gagnants. Avec le bon calibrage, le projet devrait attirer des FST qui croient fondamentalement à la concurrence fondée sur les prix comme façon d accroitre les revenus et les bénéfices, et non les FST qui y voient seulement une façon de bénéficier d une subvention temporaire. À cet égard, la récompense vise à impulser la croissance des FST qui ont déjà élaboré des stratégies d affaires à faibles coûts. Leur succès devrait inciter d autres FST à leur emboîter le pas, grâce aux effets de démonstration. Même si le prix «limbo» offre la souplesse voulue pour une mise en œuvre dans des couloirs précis, il devrait, selon nos prévisions, générer un rendement cumulatif du capital investi de 8 à 16 fois supérieurs sur 5 ans, au coût de 20 à 80 millions de dollars. Prix du réseautage : Comme les systèmes de messagerie et les risques de crédit sont différents selon les intervenants, la création de partenariat avec de nouveaux partenaires de distribution requiert d importants investissements de départ un obstacle particulièrement contraignant pour les petits FST. Après avoir choisi un partenaire potentiel, un FST doit bâtir une interface technologique qui lui permettra de travailler avec son partenaire. Ce modèle exige des infrastructures complexes et coûteuses faisant appel à de nombreux systèmes de messagerie. Mais il est possible d éviter cette complexité; en effet, une plateforme d interopérabilité unique et commune permettrait aux FST de s entendre avec de multiples partenaires, contribuant ainsi à simplifier l utilisation du système et à réduire les coûts (voir la diapositive 15). Le prix du réseautage récompenserait jusqu à 5 intervenants du secteur privé pour la création de telles plateformes qui auraient facilité la création d au moins 12 partenariats entre pays expéditeurs et destinataires. Le modèle HomeSend de BICS est l exemple le mieux connu du modèle d interopérabilité, mais ses capacités sont limitées aux ERM (voir la diapositive 16). Une récompense fondée sur les résultats et un modèle de revenus axé sur les commissions inciteraient les plateformes d interopérabilité à installer les systèmes appropriés de messagerie et de règlement et à créer plusieurs partenariats entre les FST et les agents de paiement dans tous les circuits. Enfin, l adoption d une plateforme d interopérabilité réduirait les coûts fixes des FST, faciliterait leur accès à de nouveaux marchés et permettrait aux petits FST de livrer concurrence aux grands acteurs de ce marché. Si les incitatifs sont suffisants, les acteurs du secteur privé devraient normalement établir des plateformes d interopérabilité pour des régions destinataires précises, par exemple l Afrique, l Asie du Sud et autres. Nous recommandons une récompense «jalon» répartie en deux étapes. La première étape ferait intervenir un processus de déclaration d intérêt, dans lequel chaque intervenant intéressé devrait présenter au moins quatre lettres d intention provenant de FST partenaires (expéditeurs et destinataires) un an après l annonce du concours. Dans la deuxième étape, jusqu à 5 plateformes d interopérabilité qualifiées durant la première

8 étape recevraient un prix en argent de 2 à 6 millions de dollars si elles font état d au moins 12 partenariats «actifs» entre leurs partenaires expéditeurs et destinataires. Un partenariat serait considéré comme «actif» s il soutient des envois de fonds de plus de 15 millions de dollars. Cela dit, le montant de référence pourrait être différent selon la région visée. Nous avons calibré le nombre prévu de partenariats en fonction de la trajectoire de croissance de HomeSend de BICS, l exemple le mieux connu sur le marché aujourd hui. Contrairement à HomeSend, qui est une plateforme dédiée aux ERM agissant comme FST de paiement, les gagnants devront avoir un mandat plus vaste afin de regrouper des FST plus petits. Nous avons donc ajouté la condition suivante : les 12 partenariats doivent inclure au moins deux types de FST de paiement (agents de transfert d espèces, institutions de microfinancement et STA, par exemple). Un autre paramètre important est le montant exact de la récompense, qui doit s appuyer sur des recherches plus approfondies sur ce qui suit : a) les aspects économiques d une plateforme d interopérabilité; b) les aspects économiques prévus de l exploitation dans les pays destinataires désignés. À l heure actuelle, notre analyse des avantages tient compte des économies découlant des coûts de développement de partenariats évités. Notre analyse des coûts, elle, tient compte des coûts d exploitation dans les pays d Afrique à revenu intermédiaire, tandis que nos hypothèses sur les aspects économiques des plateformes potentielles sont basées sur les données de référence établies par HomeSend. Nous pensons qu une plateforme d interopérabilité générera des avantages directs équivalant à 7 fois les coûts. En outre, selon nos prévisions, les plateformes seront naturellement enclines à accroître les flux; par conséquent, les avantages seront maintenus bien après la fin du concours. Récompense pour la transparence des prix : En raison d un manque de transparence sur ce marché, les personnes qui veulent transférer des fonds vers leur pays d origine ont de la difficulté à comparer les prix des différents fournisseurs. La situation est aggravée par leur manque d intérêt à cet égard puisque la fiabilité et la confiance sont les facteurs les plus importants à leurs yeux. Si l information sur les prix était plus accessible et se prêtait plus facilement à la comparaison, les consommateurs seraient plus enclins à choisir des fournisseurs offrant des prix moins élevés, ce qui stimulerait la concurrence et encouragerait les FST dominants à réduire leurs prix (voir la diapositive 16). Pour aider les consommateurs à comparer les prix des FST, on récompenserait les intervenants technologiques tiers qui créent des plateformes régionales favorisant la transparence des prix (p. ex. sites Web, applications pour téléphones mobiles), grâce à la récompense pour la transparence des prix. À la fin d une période de trois ans, une bourse serait remise pour la plateforme accueillant le plus d utilisateurs. Même si les plateformes de transparence des prix soutenues par le gouvernement sont de plus en plus courantes, la récompense encouragerait la création de plateformes financières viables, durables et conviviales. Comme il s agit de récompenser les résultats, les participants chercheront à attirer un grand nombre de consommateurs, d où une multiplication de l effet de chaque plateforme. En augmentant la disponibilité de l information et la concurrence régionale entre les FST, cette récompense encouragerait aussi les acteurs dominants à réduire leur prix, ce qui multiplierait l effet du concours. La transparence accrue du marché des envois de fonds donnerait aux consommateurs les moyens de prendre des décisions éclairées en matière d achat, créant ainsi une pression sur les FST afin qu elles pratiquent une concurrence plus efficace. Pour encourager la création de plusieurs plateformes de transparence des prix régionales ou propres à un couloir spécifique, nous proposons de nombreuses rondes de récompense, au terme desquelles le dernier prix (le plus gros) serait décerné à un seul gagnant. En rejoignant les consommateurs par le biais de multiples plateformes, nous pensons que le mécanisme pourrait générer des avantages cumulatifs de 1,2 milliard de dollars sur 5 ans, à la suite d une mise en œuvre dans 6 pays expéditeurs cibles. Cette estimation est fondée sur des hypothèses prudentes, à savoir un taux d adoption par les utilisateurs de moins de 10 % (des interventions gagnantes et non gagnantes) après 5 ans, et un taux de conversion des clients entre les FST dominants et non dominants de 50 %. Nous supposons également une différence de prix de 1,5 à 2 points de pourcentage entre FST dominants et non dominants xxiv. Enfin, nous présumons que la récompense couvrira 75 % des coûts engagés par le gagnant pour établir et exploiter une plateforme pendant 5 ans. Cela dit, il faudra absolument mener d autres recherches sur ces coûts et sur les incitatifs s adressant aux participants pour bien calibrer la récompense.

9 Considérations relatives à la mise en œuvre Les trois mécanismes décrits ci-dessus sont suffisamment souples pour être mis en place dans chaque pays ou couloir. Cependant, le succès de chaque mécanisme repose sur une conception, un calibrage et une mise en œuvre soignés. Les donateurs devront donc travailler de concert pour déterminer la façon d optimiser les avantages de ces mécanismes et d atténuer les risques avant d en retenir un ou plusieurs. Mécanisme Sites pilotes potentiels Prochaines étapes proposées Prix «limbo» Australie, Canada, États-Unis, France, Déterminer les couloirs potentiels ayant des prix moyens élevés, mais des écarts faibles entre les prix Italie, Royaume-Uni (pays expéditeurs) Valider la structure du mécanisme par un sondage auprès des FST à faibles prix dans les couloirs Prix de réseautage Prix pour la transparence des prix Afrique subsaharienne (pays destinataires) Canada, Royaume-Uni (pays expéditeurs) Mesures immédiates recommandées sélectionnés Mener des sondages auprès des participants cibles; calibrer la récompense en conséquence Dresser un plan pour aider les gagnants à favoriser l adoption des plateformes, y compris la préparation d une base de données des FST intéressés et un plan de marketing Sonder l intérêt à l égard d un concours entre les firmes, y compris des suggestions sur la nature et la durabilité de l intervention Mener des sondages auprès des diasporas cibles pour comprendre les comportements liés à l envoi de fonds et aux décisions s y rattachant S attaquer aux manque de connaissances parallèlement à la mise en œuvre du mécanisme pourrait aider les donateurs à œuvrer plus efficacement en vue d'atteindre l objectif «5 x 5» du G20. Dans un premier temps, nous recommandons ce qui suit : a) Lancer le prix «limbo» dans certains couloirs dont les pays expéditeurs sont membres du G20; b) Envisager le lancement du prix pour la transparence des prix dans un pays à la fois, en sachant que certains pays du G20 sont déjà actifs dans ce secteur; c) Mener d autres recherches sur les avantages possibles d une plateforme d interopérabilité en vue de lancer le prix du réseautage à moyen terme, si les résultats sont concluants. Même si la tendance générale indique que le prix moyen des transferts continuera de diminuer au fil du temps, ces améliorations risquent d être inégales et ne bénéficieront qu à certains couloirs. L application des mécanismes proposés, ainsi que la poursuite des travaux de recherche, stimulera les efforts déployés pour intensifier la concurrence et réduire les prix, plus particulièrement dans les couloirs où les prix demeurent élevés. En accélérant l adoption de mesures favorisant la concurrence au sein du marché international des transferts de fonds, le G20 peut contribuer à réduire les prix et à libérer des milliards de dollars qui seront versés directement à ceux qui en ont le plus besoin, partout dans le monde. Autres recherches recommandées L étude soulève plusieurs questions à approfondir sur la dynamique du marché des envois de fonds internationaux, dont les suivantes : Envois de fonds et réduction de la pauvreté : Selon les données disponibles, les envois de fonds servent à financer divers besoins de base, allant des dépenses des ménages à court terme aux investissements à plus long terme. D autres recherches sur l utilisation de cet argent aideraient les donateurs à mieux comprendre l impact des envois de fonds sur les démunis. En outre, l établissement d un lien plus

10 étroit entre les envois de fonds et la réduction de la pauvreté pourrait stimuler l appui à l égard des mécanismes proposés et d autres interventions connexes. Circuits de transferts officieux : Notre étude porte exclusivement sur les voies de transfert officielles (STA, banques). Cependant, les voies officieuses jouent encore un rôle important dans les envois de fonds internationaux. Un examen du rôle des voies officieuses (les hawalas, par exemple) aiderait les donateurs et les pouvoirs publics à mieux comprendre l importance relative des transferts de fonds vers divers pays. Voies de transferts à faible coût : La communauté internationale s intéresse beaucoup aux voies de transferts de fonds mobiles et en ligne à faible coût qui réduisent le prix des envois. Toutefois, les obstacles au déploiement et à l adoption de ces voies sont toujours présents. D autres recherches sur ce sujet pourraient aider la communauté internationale à encourager l adoption des technologies d envoi en ligne, mobiles et autres à faible coût. Ces recherches pourraient aussi fournir des renseignements à l appui d autres initiatives sur les technologies mobiles ou l inclusion financière financées par les donateurs. Rôle des banques sur le marché des envois de fonds internationaux : Même si les banques occupent une position favorable pour gérer ces envois, les premiers entretiens indiquent qu elles n ont pas d intérêt stratégique envers cette activité. Par ailleurs, d autres recherches qualitatives (sondages et groupes de discussion, par exemple) pourraient aider les donateurs à comprendre ce qu il faut faire pour attirer les banques dans le secteur des envois de fonds internationaux afin de stimuler la concurrence. Comportement et choix des consommateurs : Selon des sources de renseignements secondaires, la fiabilité et l accessibilité des FST sont des facteurs plus importants que le prix pour les consommateurs. Cependant, des recherches auprès des consommateurs (sondages et groupes de discussion, par exemple) nous permettraient de mieux comprendre le comportement des expéditeurs de fonds et guideraient la calibration et le choix des sites de mise en œuvre des mécanismes proposés.

11 Ouvrages cités 2015-D ANDREASSEN, Ole E. Remittance Service Providers in the United States: How Remittance Firms Operate and How They Perceive Their Business Environment, Banque mondiale, BECK, Thorsten et Maria Soledad MARTINEZ PERIA. What Explains the Cost of Remittances? An examination across 119 Country Corridors, Banque mondiale, Country Data. Site Web de la Banque mondiale, consulté le 7 juin FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE. Sending Money Home to Africa, HERNANDEZ-COSS, Raul. The U.S.-Mexican Remittance Corridor, document de travail n o 47, Washington, Banque internationale pour la reconstruction et le développement et Banque mondiale, Entretiens avec des spécialistes de l industrie, par téléphone et par courrier électronique, d avril à juin KIRIMI, Solomon. «Africa: Remittances to Africa Are the World's Most Expensive», AIIAfrica.com, consulté le 30 janvier MIYAI, Masanori. Update on Remittance Services since the Payment Services Act Took Effect, Nomura Research Institute, Remittance Prices Worldwide. Site Web de la Banque mondiale, UK DEPARTMENT OF INTERNATIONAL DEVELOPMENT. Supply Side Constraints for Remittance Service Providers in the UK, Leon Isaacs et Sarah Hugo, Developing Markets Associates, US CONSUMER FINANCIAL PROTECTION BUREAU. Report on Remittance Transfers, WESTERN UNION Annual Report. i Remittance Prices Worldwide, mise à jour de mars ii Pour les transferts vers de grands pays destinataires à partir des 6 pays expéditeurs (Canada, États-Unis, Royaume-Uni, France, Italie, Australie), y compris les avantages indirects que l on estime 3 fois supérieurs aux avantages directs. iii Dans le cadre de notre étude, nous avons utilisé seulement les transferts entre pays en développement et pays développés utilisant les voies officielles; les flux sont encore plus importants (5-6 fois l APD) si l on tient compte de ceux qui ne sont pas consignés officiellement. iv v Beck, Thorsten et Maria Soledad Martinez Peria. What Explains the Cost of Remittances? An examination across 119 Country Corridors, Banque mondiale, vi Analyse réalisée par la firme Dalberg à partir des informations de la base de données sur les envois de fonds de la Banque mondiale. vii Prix moyens pondérés mesurés pour 220 couloirs pour lesquels on dispose de données. Le prix moyen (simple) à l échelle mondiale est de 9,1 %, ce qui indique que l ajout d autres couloirs à faible volume pourrait faire grimper le prix moyen pondéré. Les moyennes excluent les produits de transfert qui ne sont pas liés au change. viii UK Department of International Development. Supply Side Constraints for Remittance Service Providers in the UK, Leon Isaacs et Sarah Hugo. Developing Markets Associates, ix Ibid. x Entretiens réalisés avec des spécialistes du secteur, par téléphone et courrier électronique, d avril à juin xi Miyai, Masanori. Update on Remittance Services since the Payment Services Act Took Effect, Nomura Research Institute, 2011 xii Sending Money Home to Africa. Fonds international pour le développement de l agriculture, 2009 (imprimé). xiii Kirimi, Solomon. «Africa: Remittances to Africa Are the World's Most Expensive», AIIAfrica.com. xiv Entretiens réalisés avec des spécialistes du secteur par téléphone et courrier électronique d avril à juin xv Western Union Annual Report, estimation fondée sur les dépenses de publicité totales et la présence géographique. xvi Andreassen, Ole E. Remittance Service Providers in the United States: How Remittance Firms Operate and How They Perceive Their Business Environment, Banque mondiale, xvii Report on Remittance Transfers. US Consumer Financial Protection Bureau, xviii Hernandez-Coss, Raul. The U.S.-Mexican Remittance Corridor, document de travail n o 47, Washington, Banque internationale pour la reconstruction et le développement et Banque mondiale, xix xx Estimation du scénario présumant l élargissement à 6 pays expéditeurs cibles, y compris les avantages directs et indirects. xxi Le rendement du capital investi correspond au bénéfice cumulatif par rapport au coût de la mise en œuvre. xxii Pour les transferts vers de grands pays destinataires à partir des 6 pays expéditeurs (Canada, États-Unis, Royaume-Uni, France, Italie, Australie), y compris les avantages indirects que l on estime 3 fois supérieurs aux avantages directs.

12 xxiii Analyse de l évolution à la hausse des prix fondée sur les données de Remittance Prices Worlwide (Banque mondiale). xxiv

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Êtes-vous à risques? Exploitation optimale des données. Dans ce numéro : Êtes-vous prêt? Vol. 8, n o 1. kpmg.ca/etesvousarisques

Êtes-vous à risques? Exploitation optimale des données. Dans ce numéro : Êtes-vous prêt? Vol. 8, n o 1. kpmg.ca/etesvousarisques Êtes-vous à risques? Vol. 8, n o 1 Dans ce numéro : Exploitation optimale des données Êtes-vous prêt? kpmg.ca/etesvousarisques 1 Êtes-vous à risques? Vol. 8, n o 1 EXPLOITATION OPTIMALE DES DONNÉES Êtes-vous

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Les paiements de détail : enjeux stratégiques

Les paiements de détail : enjeux stratégiques Les paiements de détail : enjeux stratégiques Sean O Connor L e système de paiement des transactions de détail joue un rôle crucial dans l activité commerciale au Canada. Grosso modo, ce système regroupe

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct

Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct Banque en Direct Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct La commodité et la sécurité pour gérer tous vos besoins bancaires quotidiens Un moyen pratique et sécuritaire de faire ses opérations bancaires

Plus en détail

Tarification comparative pour l'industrie des assurances

Tarification comparative pour l'industrie des assurances Étude technique Tarification comparative pour l'industrie des assurances Les technologies de l'information appliquées aux solutions d'affaires Groupe CGI inc., 2004. Tous droits réservés. Aucune partie

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

PROSPÉRITÉ ET INCLUSION RECOMMANDATIONS PRÉSENTÉES AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES

PROSPÉRITÉ ET INCLUSION RECOMMANDATIONS PRÉSENTÉES AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES PROSPÉRITÉ ET INCLUSION RECOMMANDATIONS PRÉSENTÉES AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SOCIÉTÉ CANADIENNE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES LE 15 AOÛT 2007 Société canadienne de la sclérose en plaques 175, rue Bloor

Plus en détail

Mémoire de Visa Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2015

Mémoire de Visa Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2015 6 août 2014 Mémoire de Visa Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2015 Introduction Visa Canada salue l occasion qui lui est

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services Direction générale de la santé et des consommateurs 20.3.2012 Document de travail des services de la Commission Consultation

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Our success is measured by how well we meet your needs

Our success is measured by how well we meet your needs Grâce à l ensemble HSBC Premier, recevez un soutien personnalisé pour vous aider à gérer votre économie personnelle. Our success is measured by how well we meet your needs 1 Pour être admissible à l ensemble

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise TABLE DES MATIÈRES LE NUAGE : POURQUOI IL EST LOGIQUE POUR VOTRE ENTREPRISE INTRODUCTION CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CONCLUSION PAGE 3 PAGE

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL 1. INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, les peuples ont immigré d un espace vers un autre.

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Manuvie Un La majorité des Canadiens gèrent leurs finances comme suit : 1. Ils déposent leur revenu et autres actifs

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Utiliser le secteur privé comme levier?

Utiliser le secteur privé comme levier? Utiliser le secteur privé comme levier? Comprendre et analyser la collaboration des organisations canadiennes de développement international avec le secteur privé par le biais du plaidoyer, du dialogue,

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile. Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie

Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile. Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie TABLE DES MATIÈRES LA MOBILITÉ EN HAUSSE... 3 INCURSION DANS L UNIVERS DE

Plus en détail

Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif

Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif Coopératives et mutuelles Canada (CMC) est l organisme-cadre national qui représente les

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Le capital-investissement en Afrique

Le capital-investissement en Afrique Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Le capital-investissement en Afrique Document de travail Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Des finan cements innovants pour l a transformation

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

La force du partenariat

La force du partenariat La force du partenariat Bienvenue Solutions en informatique de virtualisation et de Cloud Computing leader sur le marché, programmes primés, rentabilité maximale En rejoignant le réseau de partenaires

Plus en détail