Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire."

Transcription

1 Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Yann MALLET, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY 1ère journée de l Association de Lutte contre les Infections Associées aux Soins

2 Introduction 1500 interventions chirurgicales en sénologie / an Chirurgie Classe I Altemeier 1 inf = Soins + Coût +/_ Retard PeC K +/_ Impact «image» EOH alertée pour investigation/cas groupés épisodiques en 2008 et 2009 Plusieurs enquêtes CLIN en chirurgie mammaire Ex : en interventions suivies / 0 infections

3 Incident ISO sur 4 mois Enquête analyse rétrospective des dossiers : 30 paramètres étudiés Entretiens avec les soins externes, le bloc, le service Gestes chirurgicaux, jours, salles, opérateurs, facteurs de risques, services, microorganismes, délais de survenu : aucun FdR identifiés Pas de mécanisme d acquisition identifié faiblesse d une/pls procédure, difficulté d application d une/pls procédure Difficulté d adaptation à une augmentation d activité: conjoncturel Adéquation des ressources? Expertise? Glissement du niveau de vigilance : cyclique Volume d A(t)? Très faible Tx de complication?

4 Migrations Bénéfice personnel Règles, protocoles, défenses Espace réel des pratiques Pression du système visant à accroître la performance, le profit BTCUs Borderline Tolerated Conditions of Use Direction des migrations Espace de fonctionnement considéré comme sûr par l analyse de sécurité et la démarche qualité Pression technologique Zone à haut risque d accident Pression individuelle: qualité de vie, savoir faire, - prise de responsabilité. PERFORMANCE Sécurité Rasmussen Safety Science Amalberti, Safety Science, 2001 &

5 14 déclarations sur 3 mois Incident 2009 Migrations Bénéfice personnel Réalisation d une RMM : Biblio, épidémio, entretiens 3 axes de travail identifiés par le groupe : Règles, protocoles, défenses Réajustement des pratiques individuelles Analyse à Priori des Risques (APR) infectieux liés à la préparation cutanée de l opéré Mise en place d une veille opérationnelle Création du groupe ISO-SENO-CHIR Étapes Ph1 Ph2 Ph3 Ph4 Espace réel Pression du système visant des pratiques à accroître la performance, le profit Direction des migrations BTCUs Espace de Borderline Tolerated fonctionnement Conditions of Use considéré comme sûr par l analyse de sécurité et la Pression technologique démarche qualité Pression individuelle: qualité de Zone à haut risque vie, savoir faire, - prise de d accident responsabilité. PERFORMANCE Sécurité Rasmussen Safety Science Amalberti, Safety Science, 2001 & 2003 D a n g e r s g é n é r i q u e s D a n g e r s s p é c i fi q u e s E v è n e m e n ts d a n g e r e u x Défaut d'information 18 Défaut de maîtrise pratique Non respect des protocoles établis Opérationnels Pratiques Défaut de vérification Gestion des produits antiseptiques inadaptée Défaut de traçabilité T o t a l d e s s it u a t io n s à ris q u e : 7 6 T o t a l P 1 T o t a l P 2

6 Veille opérationnelle. Def du risque «acceptable» L ISO séno chir : 1%. (INCISO, RAISIN, Littérature) Loi de poisson : décrit le nombre d'évènements se produisant dans un laps de temps fixé Pour λ = 2 (2 ISO/mois) : p (3 ISO) est de 18% (4 ISO = 9%, 5 ISO = 4%, 6 ISO = 1%) Comité d expert a défini des seuils et établi 3 niveaux de risque (sur 30 jours glissants) niveau vert : 0, 1, 2 ou 3 ISO sur 1 mois niveau orange : 4 ISO sur 2 mois consécutifs ou 5 ISO un mois donné = seuil alerte niveau rouge : 4 ISO sur 3 mois consécutifs ou 5 ISO sur 2 mois consécutifs ou 6 ISO un mois donné = seuil action

7 Mise en place Le système repose sur 3 éléments : les acteurs médicaux et paramédicaux une messagerie électronique commune un tableur électronique pour l enregistrement des ISO. Toute suspicion d ISO est déclarée par mail service des pansements reprise au bloc laboratoire de microbiologie EOH Le chirurgien est chargé de valider ou non l ISO L EOH coordonne et enregistre le signalement des ISO dans le tableur

8 01/09/09 01/10/09 01/11/09 01/12/ er test : réactivité ISO - Sénologie 01/08/08 01/09/08 01/10/08 01/11/08 01/12/08 01/01/09 01/02/09 01/03/09 01/04/09 01/05/09 01/06/09 01/07/09 01/08/09 01/07/08 01/06/08 01/05/08 01/04/08 01/03/08 01/02/08 01/01/08

9 2 ième test : robustesse Bilan sur 1 an INCISO 01/09/09 au 31/08/10 16 ISO 1452 interventions Taux ISO : 1,10% 15/02/10 au 15/04/10 2 ISO Taux ISO : 1,14%

10 À ce jour

11 Prévention Protection APR Ex :Préparation cutanée de l opéré Niveau vert Pédagogique Augmentation Culture-Sécurité ÉPIDÉMIE D ISO Niveau orange Alerte formalisée des intervenants Libre choix d action barrière Niveau rouge Mise en place d une RMM Conclusion 1 ère RMM : 1.Création d une veille 2.Réajustement des pratiques 3.APR PCO

12 Conclusion Méthode de surveillance : Participative et multidisciplinaire Réactive et efficace Simple et continue Def du risque acceptable dans un système connu et partagé S inscrit dans un programme cohérent de gestion d un risque

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Charles FOURNIER, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY, Nicolas PENEL, Yann MALLET XXII

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE Dr. L. SIMON, Praticien Hospitalier coordonnateur CClin Est, Nancy 29 èmes Journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE, 25 mai 2012

Plus en détail

Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie

Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire JC. Labadie Facteurs de risques des ISO «Voies et foyers d infection d en salle d opd opération» (W.Whyte) ou les

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE Atelier-action du Resclin «Gestion du risque infectieux associé à une intervention chirurgicale» 4ème Trimestre Prévention du risque infectieux Priorité Préoccupation constante

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

Service d Hygid Présentation

Service d Hygid Présentation Prévention des Infections Nosocomiales Service d Hygid Hygiène Hospitalière Présentation Rubrique : Prévention et surveillance des Infections Nosocomiales sous l Onglet l : Qualité/Risques Service d Hygiène

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire Quels systèmes pour quels résultats? Pascal Astagneau SFHH Strasbourg, juin 2007

Surveillance des infections du site opératoire Quels systèmes pour quels résultats? Pascal Astagneau SFHH Strasbourg, juin 2007 Surveillance des infections du site opératoire Quels systèmes pour quels résultats? Pascal Astagneau SFHH Strasbourg, juin 2007 L infection du site opératoire, c est (1) une question de santé publique

Plus en détail

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN Audit Régional en endoscopie 2008 Antenne Régionale CCLIN-FELIN Organisation Régionale de l audit Développement de l activité endoscopie Evolution de la législation Alertes matériovigilance EVALUATION

Plus en détail

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Hygiène périp ri-opératoire Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Prévention Architecture des blocs opératoires Traitement de l air Procédures de comportement Désinfection

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Validité 2015-2016 CATALOGUE DES PROGRAMMES. Audit-conseil et formation. Que contient ce catalogue? Expertise Qualité Temps Coût

Validité 2015-2016 CATALOGUE DES PROGRAMMES. Audit-conseil et formation. Que contient ce catalogue? Expertise Qualité Temps Coût CATALOGUE DES PROGRAMMES Validité 2015-2016 Audit-conseil et formation Anys100t : Audit-conseil-formation Validité du programme années 2015-2016 Vos garanties Expertise Qualité Temps Coût Que contient

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Faut-il encore surveiller les ISO, comment?

Faut-il encore surveiller les ISO, comment? XXIII ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Lille 2012 Faut-il encore surveiller les ISO, comment? Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances

Plus en détail

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Informatisation de la surveillance des ISO Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Journée ISO CCLIN sud est 5 avril 2012 Dr Dusseau 1,2, Mme Gérosa 2, Mme Cassaz

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Enquête SURVISO-GPIC 20 GROUPE DE PREVENTION DES INFECTIONS EN CANCEROLOGIE GPIC F.LEMARIE, EOH Dr. MY LOUIS, B.CLARISSE

Plus en détail

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38 Un hôpital doit être construit par un architecte compétent Son personnel a de bonnes manières et se distingue par sa propreté corporelle et vestimentaire. Traité de médecine Indienne 4 è siècle avant J-C

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Paris le 16 mai 2017

Paris le 16 mai 2017 Paris le 16 mai 2017 LES ISO au bloc opératoire en Gynécologie/Obstétrique organisation Chaque fin de mois, le médecin Praticien Hospitalier de l équipe opérationnelle d hygiène (EOH) envoie par mail à

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un but Une foi ----------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION Direction des Établissements de Santé FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES Les CLIN

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Projet paritaire de réorganisation du travail au bloc opératoire de Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Projet paritaire de réorganisation du travail au bloc opératoire de Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Projet paritaire de réorganisation du travail au bloc opératoire de Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Marie-France Demers, consultante, chargée du projet Nathalie Paradis, coordonnatrice des activités

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de

Plus en détail

La lutte contre les infections nosocomiales en France

La lutte contre les infections nosocomiales en France La lutte contre les infections nosocomiales en France Programmes de lutte contre les infections nosocomiales 2009/2013 Circulaire N DHOS/DGS/E 2/RI/2009/272 du 26 août 2009 1 Hôpitaux Hygiène des mains

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD. SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014

STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD. SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014 STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014 PLAN DE L INTERVENTION PRÉSENTATION DU CONTEXTE ANALYSE DE L EXISTANT STRATÉGIE

Plus en détail

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE :

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE : RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS DU MÉTIER D INFIRMIER-ANESTHÉSISTE ANNEXE I de l Arrêté du 23 juillet 2012 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d infirmier anesthésiste BO Santé Protection sociale

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon

Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon Adrien MAILLOT IDE Unité Maladies Infectieuses CHU Félix Guyon Introduction (1) L'Endocardite

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

Systèmes d alerte & Plans d intervention d urgence. Plan d alarme & d intervention contre les crues. Protection contre les crues des cours d eau

Systèmes d alerte & Plans d intervention d urgence. Plan d alarme & d intervention contre les crues. Protection contre les crues des cours d eau Protection contre les crues des cours d eau 14/11/2008 Systèmes d alerte & Plans d intervention d urgence ou Plan d alarme & d intervention contre les crues Prise en compte des cartes de dangers et de

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE S Y N T H È S E D E L A R E O M M A N D AT I O N D E B O N N E P R AT I Q U E Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 La définition de la césarienne programmée retenue dans les recommandations

Plus en détail

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Pourquoi les EHPAD? Image : Le Figaro 2 Dépendance = Chantier Prioritaire 3 Lutte contre les IAS Soins de Ville Et. de de

Plus en détail

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Unité de Gestion du Risque Infectieux/service de Bactériologie-Hygiène Service d Information Médicale Page 1 Contexte

Plus en détail

L hôpital en quelques chiffres

L hôpital en quelques chiffres LA QUALITE DE L EAU L A L INSTITUT CURIE Un défi d collectif Présentation de l hôpital l de l Institut Curie Septembre 2008 1 - La qualité de l'eau à l'institut Curie : un défi collectif - 30/09/2008 2

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Guide de sécurisation de la PECM du patient par l APR

Guide de sécurisation de la PECM du patient par l APR Guide de sécurisation de la PECM du patient par l APR Clarisse Roux-Marson Pharmacien OMEDIT LR / CHU Nîmes LAROPHA 27 septembre 2011 OMEDIT Structure d expertise et d appui pour les instances de santé

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Programme d accompagnement Uniformisons développement chirurgie ambulatoire notre communication Retour d expérience du CHIC 16 juin 2015 1 Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil Quelques chiffres:

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

L évaluation des risques dans l entreprise. Service employeurs - FNSEA janvier 2003

L évaluation des risques dans l entreprise. Service employeurs - FNSEA janvier 2003 L évaluation dans l entreprise 1 L évaluation dans l entreprise liberté de moyens pour une obligation de résultat 2 Le contexte une obligation légale depuis plus de 10 ans renforcée en 2001 à la charge

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment?

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Dr JM Guérin Coordinateur des risques associés aux soins Dr A. Abdelaziz Master management des structures de santé Me S. Patenôtre Cadre du

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE AEEIBO -UNAIBODE AEEIBO Ecole d Infirmiers de bloc opératoire 351 rue Ambroise Paré 59120 LOOS Aline DEQUIDT-MARTINEZ, Présidente

Plus en détail

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 17 janvier 2014 Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 1. Introduction o Mieux comprendre comment la formation continue peut contribuer au développement des compétences

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI)

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) L. Cauchy, N. Loukili, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien XXIII ième Congrès s national de la SF2H 7

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Gestion des épidémies d infections associées aux soins : les outils d alerte et de gestion

Gestion des épidémies d infections associées aux soins : les outils d alerte et de gestion Gestion des épidémies d infections associées aux soins : les outils d alerte et de gestion Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux,

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Parcours métiers certifiants

Parcours métiers certifiants Réf. : 906 PRAXIS Parcours métiers certifiants Gestionnaire de risques Coordinateur des risques associés aux soins Certifiant Le CNEH est habilité par l ISQ-OPQF à délivrer le certificat professionnel

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES NOMBRE DE REFERENCES : 12 NOMBRES DE PAGES : 5 LIGNES DIRECTRICES La sécurité du patient est devenue une priorité des politiques des systèmes de santé. Une

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

ESET Smart Security. Fonctions-clés. Protection globale et pleinement intégrée

ESET Smart Security. Fonctions-clés. Protection globale et pleinement intégrée ESET Smart Security De nos jours, une protection étendue est un impératif dans tout environnement informatique, familial ou professionnel. ESET Smart Security protège différemment votre système et vos

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

Les Formations Sham 2016

Les Formations Sham 2016 Les Formations Sham 2016 Pour gagner en compétences dans la prévention des risques Mise à jour septembre 2015 Avec 4 formules de formation, Sham propose une offre variée et adaptée à vos besoins : échanger

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail