UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE Master 2 «Management Travail & Développement Social» Formation Continue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE Master 2 «Management Travail & Développement Social» Formation Continue"

Transcription

1 UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE Master 2 «Management Travail & Développement Social» Formation Continue PAROLE ET POUVOIR D AGIR Les déterminants d une régulation sociale effective Emmanuel PASQUIER Année universitaire Sous la direction de Laurence SERVEL

2 Remerciements Mes remerciements vont d abord à ma directrice de mémoire, Laurence Servel, Maître de conférence à l, qui a su allier exigence et soutien tout au long du chemin sinueux mais passionnant que fut l élaboration de ce mémoire. Mes remerciements à Antoine Bois, manager «éclairé», dont la confiance me permet aujourd hui de me lancer dans une nouvelle aventure professionnelle qui sera imprégnée des enseignements du master. Mes remerciements à Bernard Dugué, Johan Petit et Fabien Coutarel, tous les trois ergonomes, pour les discussions fécondes et leur aide dans la réflexion de nouvelles pratiques syndicales. Mes remerciements à Marc Uhalde pour ses contacts précieux. Mes remerciements aux directeurs du CAT et du foyer occupationnel pour leur accueil et leur disponibilité. Mes remerciements à tous mes «collègues» étudiants que je me suis toujours réjoui de retrouver et avec qui l aventure continuera dans une association des anciens du master MTDS. Une attention particulière pour Nathalie sans qui mon étude n aurait pas été possible. Enfin mes remerciements à ma femme qui m a permis à chaque session de partir l esprit libre ce qui est un cadeau inestimable.

3 Sommaire Introduction... 5 I. Les apports et les freins de la régulation sociale... 7 A. La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud... 7 B. Un éclairage historique sur les démarches participatives L'école des Relations Humaines La psychologie organisationnelle Le courant socio-technique Le management participatif La participation, une question toujours d actualité C. Quels freins à la régulation sociale? Le poids de la régulation de contrôle a) La difficile humilité managériale b) L illusion que tout pourrait être connu à l avance Les freins à la régulation autonome a) Du changement au mouvement b) L apparition de la peur L affaiblissement de la régulation conjointe a) La faiblesse de la représentation des salariés b) Le silence organisationnel c) Compétences, processus et perte de sens d) La mission impossible du management II. Les enseignements d expériences de lieux de parole A. La régulation comme domaine de recherche B. Une expérience de dialogue restauré dans l agro-alimentaire C. Des espaces de parole pour définir une stratégie D. Le débat sur le travail comme outil de régulation E. Les retours de ces expériences Les conditions d une régulation sociale effective a) Pouvoir d agir et qualité de vie au travail b) La culture de dialogue comme fondement de la parole c) L intégration organisationnelle des lieux de parole d) La diffusion des pratiques de parole Les effets de lieux de parole a) La parole ne peut pas tout b) La régulation au service de la santé et de la performance III. Une étude comparée de lieux de parole sur le travail A. Les déterminants de la régulation sociale B. La méthodologie La grille des déterminants a) La culture de dialogue b) L intégration organisationnelle de la parole c) Les marges de manœuvres managériales d) L apprentissage organisationnel

4 e) La qualité de l écoute f) La coopération La collecte de données a) La participation à des lieux de parole b) Les entretiens Caractériser l état de santé du collectif C. Une étude comparée d espaces de parole sur le travail L association accueillante Les deux établissements de l étude a) Le CAT b) Le foyer occupationnel Les enseignements des espaces de parole a) Le CAT b) Le foyer occupationnel c) Un retour croisé sur les deux établissements L analyse des entretiens a) Le CAT b) Le foyer occupationnel Climat social et état de santé des établissements Interroger la méthodologie a) La pertinence des déterminants b) Les lieux de parole : le particularité du CAT c) Les entretiens d) L analyse documentaire en vue de caractériser l état de santé e) La force de l intuition D. Des pistes pour l action Le poids de l intégration organisationnelle de la parole Comment diffuser une culture de dialogue? Les qualités managériales qui se dégagent La difficile équation entre institutionnalisation et diffusion Bibliographie Annexes E. Annexe I : opérationnaliser le régulation sociale F. Annexe II : le guide d entretien de la monographie G. Annexe III : la grille d analyse

5 Introduction L idée de ce mémoire est née de la rencontre de deux univers : l ergonomie et la sociologie. C est à François Daniellou, ergonome, interrogé dans un article de la revue Santé et Travail que je dois d avoir pu mettre en mots une intuition héritée de mon travail syndical sur les risques psychosociaux : «Les conflits psychiques sont des conflits sociaux qui n ont pas lieu et qui sont intériorisés. Il est nécessaire de remettre sur la table les contradictions.» 1. Les ergonomes nous ont montré que le travail tel qu il se réalise ne suit jamais exactement les règles imaginées pour l encadrer : il a une fâcheuse tendance à déborder la prescription et à lui résister. De là naissent des contradictions entre les règles et le réel et donc des «conflits sociaux» 2. Du côté de la sociologie, les enseignements du master m ont permis de découvrir la théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud 3. Née de l étude des relations professionnelles, elle décrit l organisation comme un espace dynamique de régulation entre des règles de contrôle édictées par ceux qui ont en charge d organiser le travail et des règles autonomes produites par ceux qui ont en charge de le réaliser. Une autre façon de dire que le réel échappe pour partie à la prescription, et donc que les règles de contrôle doivent trouver leur efficacité suite à une négociation avec ceux qui les appliquent. Pour reprendre les mots de Pascal Ughetto, «l organisation doit finir de se décider en étant discutée» 4. A la lumière de cette théorie, il m est apparu que si son application dans les organisations était «parfaite», nous ne serions actuellement pas devant une épidémie de troubles psychosociaux puisque les «conflits sociaux» 5 pourraient être discutés et régulés sans devenir des «conflits psychiques intériorisés» 6. Cette intuition se fonde sur le savoir ergonomique. Le travail que chacun doit réaliser au jour le jour dépasse ce que l organisation du travail avait imaginé. Ici une pièce dont l alliage n est pas homogène et qui résiste à l usinage prescrit sur la fiche donnée à l opérateur, là un client qui ne rentre pas dans le script que les téléopérateurs du centre d appel doivent suivre à la lettre. Et donc chacun à son poste «régule» 7 pour réduire l écart entre la prescription du travail et la réalité avec laquelle il se présente à nous. Et ce «travail sur le travail» nous le faisons avec toutes les ressources que sont notre expérience, notre savoir, notre intuition, notre 1 DANIELLOU, François. «Reprendre la parole sur le travail». Revue Santé et Travail. N 69. Janvier p. 7 2 Ibid. 3 REYNAUD, Jean-Daniel, Les règles du jeu, Armand Colin, UGHETTO, Pascal. Faire face aux exigences du travail, ANACT, 2007, p DANIELLOU, François. «Reprendre la parole sur le travail». Revue Santé et Travail. Op.cit. p. 7 6 Ibid. 7 DANIELLOU, François et al, Comprendre le travail pour mieux le transformer, ANACT, 2006, p

6 intelligence patiemment acquise dans le contexte, mais aussi avec les collectifs de métier et les réseaux professionnels et sociaux qui nous entourent et sur lesquels nous nous appuyons. Mais ce travail de régulation a un coût. Et ce coût est d autant plus élevé que les ressources dont nous disposons paraissent faibles. Et c est quand la perception que les ressources que nous avons pour faire face à ce travail de régulation est à nos yeux disproportionnée avec la tâche à accomplir que viennent se révéler les troubles psychosociaux. Pour le dire autrement, on peut considérer que les troubles psychosociaux sont des troubles de la régulation du travail quotidien. Le dire de cette façon, c est établir un pont entre la régulation sociale qui s adresse à un collectif et la régulation individuelle qui s adresse au travailleur. Car la régulation que chacun opère sur son travail, entre le prescrit et le réel, trouve sa traduction collective dans la régulation sociale que les travailleurs opèrent avec les organisateurs du travail. Et de considérer que cette régulation sociale et donc collective agit comme une ressource pour les individus en leur donnant un «pouvoir d agir». C est ce que dit en creux François Daniellou quand il affirme que «les conflits psychiques sont des conflits sociaux qui n ont pas lieu et qui sont intériorisés». La problématique de ce mémoire est donc la suivante : qu est ce qui rend la régulation sociale effective, au sens où l entend Jean-Daniel Reynaud, pour en faire une ressource individuelle? Pour répondre à cette question, nous avons choisi de nous intéresser plus particulièrement à la parole sur le travail. La théorie de la régulation sociale est «une théorie de l échange social» nous dit son auteur. Elle passe donc par des lieux de débat sur le travail où peuvent se discuter les règles de l organisation. Dans la première partie, nous détaillerons les concepts de la régulation sociale avec un éclairage historique sur la participation des salariés comme voie de régulation. Nous nous poserons ensuite la question des freins actuels à une régulation sociale effective. La deuxième partie nous donnera un éclairage de lieux de parole sur le travail comme espaces de régulation à travers des expériences au sein d organisations diverses. Nous en tirerons des éléments qui permettent de faciliter la régulation sociale. La troisième partie nous emmènera dans deux centres d accueil de personnes handicapées pour tenter de faire ressortir, par une analyse comparée, les déterminants d une régulation sociale effective. Enfin la quatrième partie nous permettra de prendre du recul sur la trajectoire personnelle et les apports du master «Management, Travail, & Développement Social». 6

7 I. Les apports et les freins de la régulation sociale A. La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud La théorie de la régulation sociale (TRS) de Jean-Daniel Reynaud vise à montrer comment les acteurs d un système social le créent et le font évoluer en produisant des règles légitimes afin de le faire fonctionner. Pour reprendre les mots de Gilbert de Terssac, «Il s agit d une sorte de "mise au point" permanente, moins pour assurer l équilibre du système social que pour gérer des déséquilibres et les rendre discutables voir acceptables. Il s agit d une sorte de "réparation" des failles de gouvernement par le haut, selon une logique unique et impérieuse, d une tentative de "raccordement" entre le normatif et le normal, entre ce qui devrait être et ce qui est réellement [ ]» 1. La régulation au sens de Jean- Daniel Reynaud vise donc à rapprocher le travail prescrit du travail réel. Mais cette «mise au point» ne se résume pas en la régulation d «un système préexistant pour assurer son fonctionnement conformément à des normes et valeurs» 2. Elle assure la construction même du «système social conformément aux attentes des acteurs et aux ressources dont ils disposent pour ce faire entendre» 3. En cela la TRS va à l encontre de la vision admise d une organisation imposée par le haut comme exogène au collectif de travail. Elle opère «un renversement épistémologique : ce sont les acteurs qui produisent le système et non le système qui détermine les acteurs, car les acteurs posent des décisions qui ne résultent pas de forces globales ; même si ces décisions se prennent dans un contexte structuré, le poids des contraintes n équivaut jamais à un déterminisme» 4. Et pour ce faire, les acteurs doivent inventer des lieux de régulation, formels ou non, qui permettront de débattre du travail pour rapprocher des points de vue différents et dégager ensemble des règles opérantes. Il n y a donc pas de régulation sociale sans échange, ce qui fait dire à G. de Terssac que «la TRS est une théorie de l échange social» 5. Cette théorie repose sur trois fondements : la négociation, le conflit et la règle. La négociation est le lieu de production des règles. A des degrés de formalisation divers (de la négociation collective à la réunion d équipe), elle permet aux acteurs d échanger afin d aboutir à un compromis qui «assure au résultat de la négociation une légitimité» 6. 1 de Terssac, Gilbert. Régulation sociale et déficit de régulation, in de Terssac, Gilbert et al., La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, La Découverte, 2003, p.15 2 Ibid. 3 Ibid. 4 Idem. p.19 5 Idem. p.23 6 Idem p.27 7

8 Le conflit est une autre forme d échange. Il met en lumière les frictions entre le travail réel et le travail prescrit. Il peut soit précéder la négociation qui amènera à rapprocher les points de vue sur le travail, soit suivre la négociation dont le compromis est trop fragile. Par rapport à la négociation, le conflit présente l avantage de révéler «un acteur collectif capable de s unir pour agir» 1. Pour Jean-Daniel Reynaud, le conflit n est pas un état d anomie car «le conflit est un mode "normal" de fonctionnement puisque chaque acteur est porteur d une rationalité qu il tente de faire admettre aux autres pour infléchir leur comportement» 2. La règle est «le produit des interactions» 3 entre les acteurs. Jean-Daniel Reynaud en distingue trois types : «Une règle de contrôle instaure une relation de subordination. Elle crée une hiérarchie entre les membres du groupe en désignant ceux qui sont légitimes pour énoncer les obligations. Mais elle n oriente les comportements qu à 4 condition qu en soient définies et respectées les contreparties.» «Une règle autonome instaure une relation de solidarité. Elle crée une égalité de destin là où une agression ou l adversité d une situation reconnue commune pourrait faire éclater le groupe. Elle soude une communauté de pairs, elle est du coup essentiellement défensive. Elle part des contreparties à obtenir et énonce les comportements communs à adopter pour les atteindre.» 5 Une règle conjointe provenant «d une négociation implicite ou explicite aboutissant à un accord sur l établissement de règles communes incluant l existence de contreparties» 6 En résumé, une organisation est une construction entre des acteurs qui souhaitent la «contrôler» en produisant des règles (régulation de contrôle) et d autres qui souhaitent voir reconnue leur autonomie à les modifier (régulation autonome). Pour arrêter des règles communes et permettre à l organisation d être opérante, les différents acteurs doivent échanger soit par le conflit soit par la négociation afin de rendre ces règles légitimes, ce qui amène chacun à s y soumettre. Cet échange correspond à la régulation conjointe. L intérêt de cette théorie tient dans le fait qu elle ne décrit pas l organisation comme un état mais comme une dynamique. Elle prend en compte les individus non pas comme les spectateurs de forces qui les dépassent mais comme les régulateurs de leur quotidien : pas comme des victimes de décisions souvent incomplètes mais comme des acteurs en capacité de les rendre opérantes. 1 Idem p.23 2 Idem p.24 3 Ibid. 4 Lichtenberger, Yves. Régulation(s) et constitution des acteurs sociaux, in de Terssac et al., La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p Ibid. 6 Ibid. 8

9 B. Un éclairage historique sur les démarches participatives Se poser la question d une régulation sociale effective, c est se poser la question des lieux où elle peut s exprimer. Dans cette partie, nous nous proposons d interroger ces lieux en nous intéressant à la participation des salariés et comment elle a été envisagée au cours de l histoire récente. Nous nous appuierons pour cela sur l ouvrage de Dominique Martin, La démocratie industrielle L'école des Relations Humaines Dans les années 60, le courant des Relations Humaines emmené par Elton Mayo et la célèbre recherche menée à la Hawthorne Electric ont permis d'attirer «l'attention sur l'informel et la motivation non-économique dans le travail» 2. Les recherches de l'école des Relations Humaines nous ramènent à des débats actuels sur la santé au travail. Ils considèrent que «le travail étant la plus haute activité de l'homme, il doit pouvoir y trouver son plein épanouissement psychologique» 3 En considérant que «l 'OST [Organisation Scientifique du Travail théorisée par Taylor] a créer une dérive anomique faute d'une prise en compte du besoin d'intégration que tout homme éprouve par rapport à sa situation de travail» il s ensuit que «l'apathie, les rivalités, les malfaçons, les conduites récalcitrantes de groupe menacent gravement à la fois les buts de l'organisation et la santé physique et mentale des travailleurs» 4. Mais ce courant de l école des Relations Humaines qui a centré ses recherches sur l'individu n'a pas permis de trouver des réponses au niveau de l'organisation du travail. Les directions tendront à exploiter ces résultats vers de «vastes programmes de formation [et] de communication» 5, sans pour autant prendre en compte «l'idée d'une entreprise plus démocratique, fondée sur la capacité de chacun à exercer plus d'influence sur les mécanismes de décision» La psychologie organisationnelle La psychologie organisationnelle qui est née à la même époque part de postulats différents de ceux de l école des Relations Humaines. Des auteurs comme Mac Gregor, Maslow, Herzberg et Argyris mènent des recherches sur la possibilité 1 MARTIN, Dominique. La démocratie industrielle, PUF, Collection Sociologies, Martin, Dominique. La démocratie industrielle, op.cit., p Idem p Ibid. 5 Idem p Ibid. 9

10 de «concilier les besoins humains et les exigences de l'organisation» 1. La participation devient donc «un outil essentiel d'une meilleure intégration ainsi que la réalisation consensuelle des buts» 2. Cette école de pensée amènera au développement de la participation provoquée avec "l'idée centrale qu'en associant les salariés le plus largement possible aux décisions, on peut accompagner sans heurts les changements de l'organisation du travail, voire augmenter la productivité et plus généralement accroître l'intégration des membres de l'entreprise " 3. Il est intéressant de voir que ces recherches déjà anciennes trouvent un écho dans nos modes de fonctionnement et particulièrement concernant les méthodologies d'accompagnement du changement. Elles héritent de la psychologie organisationnelle en cela qu'elles ont pour objet de mobiliser des salariés par la participation au changement vers un but qu'ils n'ont pas choisi. Mais il arrive que cette participation confine à de la manipulation en faisant croire aux personnes concernées qu'elles peuvent influer sur les décisions qui les concernent alors qu'il n'en est rien. Certains auteurs comme Tannenbaum ont soulevé le problème de la manipulation possible avec la participation provoquée : "Est-ce un moyen d'apporter aux hommes les bienfaits de la démocratie ou n'est-ce qu'un moyen de leur faire avaler la pilule, de masquer les dures réalités de la vie dans une organisation telle que l'entreprise [...]? " 4. Une autre limite de la psychologie organisationnelle vient de ce qu'elle ne prend pas en compte les intérêts divergents. Tant que les intérêts convergent, la participation directe prend tout son sens comme outil de mobilisation mais aussi de performance. Mais en cas de divergence d'intérêts, la participation "ne supprime pas la possibilité de confrontation qui dépasse le cadre de la seule relation supérieur subordonné " 5. Il n'en reste pas moins que ce courant de pensée a permis la diffusion de la participation au sein des organisations en montrant en quoi elle permettait la transformation de la personne qui sert aussi bien les individus que la performance de l'entreprise. 3. Le courant socio-technique Le courant socio-technique est né en Grand-Bretagne dans les années 60. Il a pour origine le «double refus de l OST [Organisation Scientifique du Travail théorisée par Taylor] et des Relations Humaines» 6. Afin de remédier aux effets néfastes de l OST dans des mines anglaises, des chercheurs (Trist et ses associés) constatent que «les mineurs recomposent 1 Idem p.63 2 Ibid. 3 Idem p.78 4 Idem p.88 5 Idem p.90 6 Idem p.94 10

11 spontanément l organisation du travail» 1. Ils montrent alors que «quels que soient les déterminants de la technologie, il existe des alternatives d organisation, et l organisation «auto-adaptée» présente des avantages tant sur le plan des relations sociales que sur le plan de la productivité» 2. C est en Norvège que les premières applications du courant socio-technique seront mises en place pour transformer l organisation du travail. Dans les années 60, le contexte politique de ce pays est «caractérisé par un relatif consensus sur une nécessaire démocratisation des entreprises» 3. Partout en Europe de l Ouest, «de nouvelles valeurs apparaissent : la jeune génération recherche moins l argent et les biens que l épanouissement dans le travail, rejette les normes trop autoritaires et souhaite un plus large contrôle sur le contenu et l organisation du travail» 4. Les expériences socio-techniques amèneront à la mise en place des Groupes Semi Autonomes (GSA) qui donnent à des collectifs ouvriers une latitude dans l organisation du travail associée à des formes de rémunération collectives. Ces expériences sont riches en enseignements car elles montrent que «dans toute situation donnée il y a une marge de liberté pour retenir un mode d organisation du travail en fonction de la technologie existante. Le postulat est celui d une contingence organisationnelle : ainsi, plus il y aura instabilité de l environnement, plus il y aura nécessité de centres de décisions autonomes» 5. Et de préciser que «la fonction de direction est de garder les frontières du système» 6. Ces conclusions entrent en résonance avec un défi bien actuel : notre monde globalisé change sans cesse et avec lui les habitudes, les modes et les marchés. Pour s adapter, les entreprises sont prises dans un mouvement de réorganisation continue [Alter, 2000]. Mais les formes d organisation que nous connaissons laissent aujourd hui peu de place aux «décisions autonomes». Or cette accélération du changement et la faiblesse des marges de manœuvre amènent à des désordres sociaux que l époque a résumés par le mot de «stress». Dans les pays du Nord (Norvège et Suède) ces expérimentations ont donné lieu à des accords d organisation du travail au niveau national. En France, ces nouvelles formes d organisation ont peu essaimé. Arrivées au début des années 70, elles ne rencontrèrent pas d enthousiasme de la part des grandes centrales syndicales qui voyaient dans l autonomie ouvrière et la participation un affaiblissement de leur pouvoir de représentation. De son côté, le 1 Ibid. 2 Ibid. 3 Idem p.96 4 Ibid. 5 Idem p Ibid. 11

12 patronat français refusera «obstinément toute ingérence dans son pouvoir de gestion» 1. Finalement les partenaires sociaux s orienteront vers des négociations relatives aux conditions de travail avec la mise en place de l ANACT (Agence Nationale des Conditions De Travail) dont la mission sera d aider à la négociation. Mais sans impulsion législative forte et devant les résistances aussi bien syndicales que patronales, les nouvelles formes d organisation se diffuseront peu sur le territoire national. 4. Le management participatif Le management participatif est né dans les années 70 alors que les premières crises économiques sévissent et que «le système taylorien [qui] assurait en période de stabilité une [bonne] performance économique» a désormais «un coût élevé» 2 dans un contexte où les aléas sont devenus la norme. Les insuffisances du courant des Relations Humaines sont mises en évidence en montrant que le «besoin de reconnaissance reste partiellement satisfait» 3 car «l accent mis sur la communication relègue souvent la participation au second plan» 4. Au début des années 80, le courant du management participatif a diffusé au sein des entreprises françaises. Il est contextuel en cela qu il «apparaît comme une riposte à l environnement compétitif» 5 des années de crise. Avec trois facettes : «des nouvelles politiques sociales (rentabilité, réactivité, mobilisation de tous les savoirfaire, meilleure connaissance du travail réel)», la définition d un projet d entreprise qui fait appel à une culture d entreprise, et l «identification aux valeurs des dirigeants» 6. Mais le management participatif ne porte pas un projet aussi ambitieux que les formes de démocratie industrielle des années 70. Il s ensuit que «ni l expression des salariés, ni a fortiori le management participatif n ont les moyens d une réelle démocratisation de l entreprise» 7. Les raisons de ce «rétrécissement» des ambitions sont multiples : le déclin du 8 mouvement ouvrier qui a eu du «mal à supporter la démocratie directe» mais aussi «la crise d audience et de crédibilité du syndicalisme, désarmé par la vague 1 Idem p Idem p Ibid. 4 Ibid. 5 Ibid. 6 Ibid. 7 Idem p Ibid. 12

13 des suppressions massives d emplois dans les secteurs ouvriers traditionnels, et sa difficulté à être professionnel sur le terrain de l organisation» 1. La mise en place du management participatif peut-être lue dans une analyse crozérienne comme la réponse patronale aux nouvelles opportunités nées du contexte de crise à la fin des années 70. Avec «trois champs d incertitudes sur lesquels le patronat ou ses managers tendent à vouloir reprendre le contrôle : le champ technique, le champ organisationnel, et le champ socio-culturel» 2. Au niveau technique, les directions veulent maîtriser un processus de fabrication à même de répondre aux aléas de la demande «qui s accommode [donc] mal de la rétention du savoir aux échelons inférieurs» 3. Au niveau organisationnel, les entreprises ajustent au mieux l autonomie des unités de base sans diminuer l efficacité de la centralisation de la stratégie. «D où l importance de mobiliser les groupes de base, mais sur des sujets et sous une forme qui ne mettent pas en question le contrôle au sommet» 4. En cela, «la formule des cercles qualité reste sans danger : les sujets traités par les groupe auront tendance à rester dans le domaine des microréalisations qui peuvent améliorer l outil de travail [ ] sans toucher aux orientations stratégiques» 5. Au niveau socio-culturel, le management participatif permet de déminer les conflits et de faire «échec aux conduites de défection ou de protestation des exécutants». L enjeu sous-jacent est «de modifier la culture ouvrière ou les comportements passéistes [ ] au regard d une modernisation qui implique [ ] la conversion des mentalités» 6. Les lois Auroux votées en 1982 viendront à contre-courant de cet affaiblissement de la démocratie industrielle et de la reprise en main des directions via le management participatif. Aujourd hui, les réunions d expression des salariés font partie du code du travail mais pour l essentiel elles sont restées lettre morte comme espaces de parole sur l organisation et les conditions de travail. 5. La participation, une question toujours d actualité L histoire de la participation des salariés comme vecteur de la démocratie en entreprise fait écho à notre contexte pour plusieurs raisons. 1 Ibid. 2 Idem p Ibid. 4 Idem p Ibid. 6 Ibid. 13

14 D une part, l idée de la participation s est imposée en réaction au système d organisation du travail taylorien. Que ce soit à l initiative de l école des Relations Humaines, de la psychologie organisationnelle mais aussi du courant sociotechnique. Si cette remise en cause d un modèle dominant procède à cette époque d une vision sociétale et d un projet que je qualifierais de politique, la remise en cause actuelle de l organisation du travail part davantage, en tout cas pour la France, d un problème de santé publique. D autre part, les raisons pour lesquelles les organisations sont remises en cause sont similaires. Nous pouvons faire le parallèle entre la mise en place du taylorisme et l'époque actuelle non pour rapprocher des formes d'organisation qui sont différentes mais pour montrer en quoi la rationalisation des entreprises, qui est le fait des deux époques, amène à l'empêchement de la participation par des prescriptions trop rigides, considérées comme auto-suffisantes. Et nous redécouvrons, à des décennies de distance, que c'est la santé des salariés qui se trouve être l'espace de régulation dans ces contextes de chasse au coût que Taylor n aurait pas reniée. Finalement seul est resté le management participatif. Mais force est de constater qu il n agit ni comme un espace de régulation ni comme un agent de santé. Sa récupération par les entreprises n en fait pas un outil d équilibre. Aujourd hui les salariés participent, personne ne peut le contester. Mais leur participation ne leur donne pas de marges de manœuvre car ils sont cantonnés dans des champs trop étroits qui donnent à l entreprise l assurance que l organisation du travail ne sera pas remise en cause. Ce regard historique est l occasion de souligner que la question qui nous occupe, à savoir la capacité des salariés à s exprimer sur leur travail pour le transformer, n est pas nouvelle et que nous la retrouvons en creux dans la critique de l OST. Comme évoqué, nous ne sommes plus aujourd hui dans des organisations tayloriennes. Pour autant, nous sommes dans une époque qui pour des raisons économiques est avant tout rationalisatrice quant aux moyens du travail. Et ce mouvement de rationalisation qui est une réponse aux crises économiques qui secouent le monde depuis la fin des années 70 a des conséquences sur la santé des travailleurs, tout comme l OST en avait en son temps. Et donc se repose dans le débat actuel la question de la place des salariés et de leur participation face à des enjeux de santé. C est en cela que le lien avec la régulation sociale est intéressant car, si la régulation est effective, elle donne une place «de droit» aux salariés dans la régulation autonome mais aussi dans la régulation conjointe. Mais poser la question de la régulation sociale aujourd hui c est aussi poser la question de ses freins. Qu est ce qui empêche actuellement la régulation d être effective? 14

15 C. Quels freins à la régulation sociale? 1. Le poids de la régulation de contrôle Le pouvoir en entreprise sert à deux grandes fonctions : d une part «le pouvoir comme instance qui définit les orientations à suivre, effectue des choix [ ] et prend des décisions en conséquence» et d autre part «le pouvoir exercé dans l organisation et l encadrement du travail en entreprise et qui renvoie à l activité de management» 1. Manager c est donc en premier lieu organiser le travail d un collectif, que ce soit une équipe, un département ou une entreprise. Un manager est donc un prescripteur de règles et assume par conséquent le rôle de régulation de contrôle. Mais pour assurer la régulation conjointe qui permettra de rendre les règles d organisation opérantes, ce même manager se devrait d être à l écoute du collectif pour que soient débattues les contradictions et assurées les contreparties 2. La réalité actuelle du travail montre que la mise en place de tels espaces de «discussion» n est pas une évidence. Certains auteurs avancent qu une des raisons tient à la représentation que les managers ont d eux même et de leurs collaborateurs ; une autre à la certitude qu ils ont du monde comme étant prévisible. a) La difficile humilité managériale En France, l école n a pas pour vocation de maximiser le potentiel de chacun mais de sélectionner les meilleurs sur des critères qui fluctuent en fonction des époques. Chaque niveau du système scolaire agit comme un tamis dont les mailles deviennent de plus en plus fines. Ceux qui restent en lice quand la sélection a fait son œuvre entrent dans les institutions prestigieuses. Et l image que le système leur renvoie est que si ils sont arrivés là c est qu ils sont «meilleurs» que les autres arrêtés à des niveaux inférieurs. Un tel système qui magnifie les «vainqueurs» et rejette les «vaincus» a des conséquences dans les entreprises. En France, celles et ceux qui ont les diplômes les plus prisés occupent rapidement des postes de management «alors que leur expérience humaine et professionnelle, leur connaissance des catégories sociales et des milieux autres que le leur est quasi inexistante» 3. 1 LE GOFF, Jean-Pierre. La barbarie douce, La modernisation aveugle des entreprises et de l école, op. cit., p REYNAUD, Jean-Daniel, Les règles du jeu, op. cit. 3 J.P. Le Goff, Les illusions du management, 2000, Paris, La découverte, p

16 Ils deviennent donc prescripteurs de règles à travers l organisation du travail qui leur est confiée. Quand viennent les retours des collaborateurs pour pointer les contradictions de la prescription avec la réalité du travail, ces même managers ont dans l ensemble le plus grand mal à remettre en cause leur production. Accepter que d autres, dont le niveau de diplôme est moindre, puissent faire émerger des solutions inattendues et intelligentes du fait de leur expérience et de leur expertise reste un chemin difficile. Certains apprennent a se remettre en cause grâce une écoute qui «ne surviendra que si le manager a fait le deuil de sa toute puissance, c'est-à-dire l idée qu il possède la vérité et la connaissance parfaite et donc qu il a appris la modestie et l humilité.» 1. Cette analyse est brossée à gros traits. Evidemment, la population des managers est diverse et les comportements le sont tout autant. Il reste qu en France les logiques de diplôme et la sélection féroce du système scolaire ne concourent pas à l humilité managériale pas plus qu à la reconnaissance faite à chaque personne d une intelligence rapportée à son travail. b) L illusion que tout pourrait être connu à l avance Comme évoqué, les entreprises exercent leur pouvoir pour partie en organisant le travail afin de réduire les incertitudes et assurer la production de biens ou de services. Plus leur taille augmente et plus l organisation devient complexe. En France, les directions ont adopté depuis longtemps «un modèle de représentation de l entreprise et du travail en lequel la confiance demeure la plus grande» 2 : le modèle de l ingénieur. «Il s agit là d un modèle qui refuse toute confiance à l opérateur, qui loge tout pouvoir de décider dans les mains [ ] de ceux qui savent» 3. Ce modèle repose sur un principe puissant et fiable, «celui de modéliser systématiquement la réalité pour la faire tenir dans des lois rendant [ ] les actions prévisibles.» 4. Evidemment il n en est rien. Quelles que soient les capacités intellectuelles des ingénieurs, la réalité du travail échappera toujours pour une partie aux prévisions comme «une part irréductible d inconnu» 5. C est ce que sociologues et ergonomes ont montré en distinguant le travail prescrit du travail réel 6. Tirer les conséquences 1 CHANLAT, Jean-François, Le dédi social du management : l apport des sciences sociales, in KALIKA, Michel (sous la dir.). Les défis du management, Editions Liaisons, Paris, p P. Ughetto, Faire face aux exigences du travail, 2007, Lyon, ANACT, p Ibid. 4 Ibid. 5 Ibid. 6 F.Daniellou, Comprendre le travail pour mieux le transformer, op. cit. 16

17 de l imprévisibilité du réel du travail amènerait les organisateurs à envisager que «l organisation doit finir de se décider en étant discutée» 1. Mais aujourd hui, les directions ne souhaitent pas laisser les managers ouvrir la parole sur le travail. Elles préfèrent miser sur la prévisibilité et fermer les discussions sur l organisation tout en assurant des espaces de participation «comme une concession faite en prenant acte du fait que le «facteur humain» se laisse d avantage faire après concertation» Les freins à la régulation autonome a) Du changement au mouvement Depuis une vingtaine d années, les entreprises sont prises dans une valse de changement. Au point «qu il n est plus possible d utiliser ce terme pour décrire la dynamique des firmes contemporaines. Pourquoi? Parce qu on ne peut plus comparer l avant et l après : l après a cédé la place au depuis.» 3. Ce qui fait dire à Norbert Alter que nous sommes entrés dans l ère du «mouvement» 4. En quelques mots, cette frénésie de changement peut être corrélée à ce que Daniel Mercure appelle «l impartition flexible» 5. Avant la crise née des premiers chocs pétroliers, le contexte des entreprises était stable et elles pouvaient anticiper une productivité moyenne dont une partie était rétrocédée sous forme d augmentation aux salariés. Mais quand la crise économique a commencé à sévir en affectant les gains tout autant que la possibilité de les anticiper, les organisations se sont adaptées pour créer un noyau dur de salariés stables, mais restreint en nombre, et une périphérie de salariés précaires capables de venir absorber les pics de production et d atténuer les chutes de la demande. A la variabilité d une demande mondiale et fluctuante au gré des crises, les entreprises ont répondu par une organisation flexible, aussi bien en terme de mobilité pour les personnes que de changement pour s adapter à des contextes en évolution permanente. Par cette dynamique de «mouvement», la capacité des personnes à coopérer est mise en péril. Dans des organisations de plus en plus complexes pour répondre aux exigences nouvelles (attentes des clients, évolution de la législation, marchés concurrentiels), «la compétence est devenue collective : la réalisation du travail 1 P. Ughetto, Faire face aux exigences du travail, op. cit., p Ibid., p ALTER, Norbert. Donner et prendre, la coopération entreprise, La Découverte, 2009, p Ibid., p MERCURE, Daniel. Nouvelles dynamiques d entreprise et transformation des formes d emploi. Du fordisme à l impartition flexible, in BERNIER Jean et al. (dir.), L incessante évolution des formes d emploi et la stagnation des lois du travail, Presses de l Université Laval, 2001, p

18 suppose l intégration de connaissances et de savoir-faire qu aucun opérateur de détient tout seul. Il faut donc coopérer avec le autres.» 1. Mais la coopération ne se décrète pas. Elle trouve ses marques dans un temps long qui assure la réciprocité de l échange. Or quand la mobilité des personnes ne permet plus ce temps long, chacun peut partir «avant d avoir manifesté sa gratitude» 2. Les personnes sont donc plus exigeantes dans l échange, et le choix de celles et ceux avec qui échanger se restreint. Réduire la capacité des personnes à coopérer, c est amenuiser la possibilité de régulation autonome car «la coopération fait l objet d une «régulation autonome» qui assure l organisation interne du groupe de base et son efficacité économique.» 3. b) L apparition de la peur Depuis les années 80, les crises se succèdent et amènent avec elles leurs funestes «vagues de licenciement». Il s est installé en France un chômage durable qui représente depuis de nombreuses années quelque 10% de la population active. Cette pression sur l emploi et sa raréfaction dans nos entreprises ont amené à une dualité du marché du travail, stable et précaire comme évoqué dans le paragraphe «Du changement au mouvement». Avec pour ceux dont l emploi est stable le souci impérieux de le garder, et pour les précaires la volonté légitime de rejoindre le «luxe» de la stabilité. Sous la contrainte d actionnaires fermement attachés à la sacro-sainte règle des 15% de retour sur investissement, les entreprises ont engagés une rationalisation de leur processus de production qui a eu pour conséquences une intensification du travail et une dégradation de ses conditions de réalisation. Au sortir des trente glorieuses durant lesquelles le mouvement syndical a su rassembler les salariés dans des mouvements collectifs de lutte, il apparaît étonnant qu il n ait pas pu mobiliser devant la dégradation des conditions du travail. «L explication la plus vraisemblable», nous dit Christophe Dejours, «semble être [ ] l apparition de la peur» 4. Devant la récurrence des plans de licenciement et la raréfaction de l emploi, les salariés acceptent ces nouvelles conditions de travail par peur de le perdre. Chacun se protège et trouve des moyens de défense «par le déni de la souffrance des autres et le silence sur la sienne propre.» 5. 1 ALTER, Norbert. Régulation sociale et déficit de régulation, in De Terssac (dir.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p ALTER, Norbert. Donner et prendre, la coopération entreprise, op. cit., p ALTER, Norbert, Régulation sociale et déficit de régulation, in De Terssac (dir.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p DEJOURS, Christophe. Souffrance en France, op. cit., p Ibid., p

19 Dans les entreprises, de façon diffuse ou explicite, se répand un management ««à la menace» étayé sur la précarisation de l emploi, [qui] favorise [donc] le silence, le secret et le chacun pour soi.» 1. La peur et la soumission sont des freins puissants à la régulation autonome entendue au sens où elle «instaure une relation de solidarité», où «elle crée une égalité de destin là où une agression ou l adversité d une situation reconnue commune pourrait faire éclater le groupe.» 2. Faire groupe et assurer un destin commun qui suppose une «solidarité» n est pas compatible avec la menace et la peur qui plane dans les organisations. Elles affaiblissent la capacité collective et rendent impossible la constitution d un «un acteur collectif capable de s unir pour agir» 3. Ce qui est paradoxal, c est que la régulation autonome «assure l organisation interne du groupe de base et son efficacité économique» 4. La freiner ou l empêcher devrait donc mettre en péril l efficacité même des organisations. «Si tous les travailleurs d une entreprise s efforçaient d exécuter strictement les consignes qui leur sont données par l encadrement, aucune production ne sortirait» 5. Et pourtant la production sort. Une clé de compréhension tient dans le «zèle au travail» 6. Sous la contrainte d une menace de licenciement, la peur permettrait aux salariés de «déployer des trésors d inventivité pour améliorer leur production» 7. Si le ressort de la peur est incontestable dans le zèle déployé, il ne faut pas négligé que les salariés ont leur travail à cœur, au sens de la réalisation de soi. Il reste que «l expérience de la résistance du réel à la maîtrise et à la compétence gestionnaire semble condamnée à rester strictement individualisée et secrète.» 8. Dans des environnements où seules les réussites ont le droit de cité et où les difficultés ne sont pas exprimées, les contradictions des prescriptions et la défaillance de moyens ne peuvent pas être débattues. Les ergonomes nous montrent alors que chacun «régule» ces situations sur le seul paramètre pour lequel il conserve des marges de manœuvre : son état de santé 9. 1 Ibid., p LICHTENBERGER, Yves. Régulation(s) et constitution des acteurs sociaux, in de TERSSAC, Gilbert et al., La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p de TERSSAC, Gilbert. Régulation sociale et déficit de régulation, in de TERSSAC, Gilbert et al., La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p N. Alter, Régulation sociale et déficit de régulation, in De Terssac (dir.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, op. cit., p C. Dejours, Souffrance en France, op. cit. p Idem p Ibid. 8 Idem p DANIELLOU, François et al, Comprendre le travail pour mieux le transformer, ANACT,

20 3. L affaiblissement de la régulation conjointe a) La faiblesse de la représentation des salariés La théorie de la régulation sociale est fondée sur l observation des relations paritaires dans les organisations entre représentants du personnel et représentants de la direction. Mais la puissance syndicale d hier a fini par céder le pas à ce qu il est convenu d appeler aujourd hui «le déclin du syndicalisme à la française» 1. Des nombreuses raisons qui ont conduit à ce «déclin», nous en retiendrons trois : la primauté du vote sur l adhésion pour asseoir la légitimité, l éloignement des militants du quotidien des travailleurs, et le malaise des organisations syndicales visà-vis des questions relatives à la subjectivité. Une légitimité syndicale assise sur le seul vote La loi du 20 août 2008 relative au dialogue social dans les entreprises a instauré un seuil de représentativité basé sur les élections professionnelles : les organisations syndicales qui n obtiennent pas 10% des voix exprimées ne sont plus représentatives au sein de l entreprise et perdent donc tous leurs moyens, et notamment celui de négocier avec l employeur. Cette loi vise à donner de la légitimité à ceux qui sont confortés par le verdict des urnes. Mais asseoir la légitimité des représentants du personnel sur les seules élections amène finalement à des comportements qui les délégitiment. D une part parce que la focalisation sur un vote entraîne une forme d électoralisme où «les salariés ne rencontrent plus leurs élus, sauf au moment des élections professionnelles 2», mais aussi à une surenchère électorale que «beaucoup de salariés jugent [comme des] gesticulations stériles 3». D autre part la place centrale de l élection pousse les représentants à se dédier à des «carrières syndicales» qui les éloignent de ceux qu ils sont censés représenter et surtout elle ne les pousse pas à aller chercher la légitimité auprès des collègues en se contentant de leur vote une fois tous les quatre ans. Or «en l absence d une reconnaissance professionnelle et d un nombre important d adhérents, l élu n est pas pris au sérieux par les salariés ni par l employeur 4». 1 ANDOLFATO, Dominique, LABBE, Dominique. Toujours moins, le déclin du syndicalisme à la française, Galimard, Ibid. p Idem. 4 Ibid. p

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Du taylorisme à la lean production

Du taylorisme à la lean production Du taylorisme à la lean production Réussir l organisation du travail Colloque de la FSSS, CSN 7 et 8 juin 2011 Paul-André LAPOINTE Relations industrielles, Université Laval ARUC-Innovations, travail et

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

«Le pouvoir d agir sur son propre travail» Les conseils d atelier

«Le pouvoir d agir sur son propre travail» Les conseils d atelier Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Cabinet SECAFI CTS Changement Travail Santé agréé par le ministère du Travail et habilité IPRP Siège social SECAFI CTS : 20, rue Martin Bernard

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Comprendre mieux pour mieux collaborer Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Que comprendre? Quels sont les ingrédients de la collaboration? Jusqu où peut et doit aller la collaboration? Pour arriver

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise Point fort Travail social en entreprise 1. Introduction C est un plaisir pour moi de présenter à Actualité sociale la notion, les tâches et le contenu du service social d entreprise, car je suis convaincu

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Formations en inter-entreprises

Formations en inter-entreprises Les INTERS de Mercuri International Formations en inter-entreprises Mercuri International en Bref Leader mondial dans le conseil et la formation en efficacité commerciale et développement personnel, notre

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

LES ETAPES DU MANAGEMENT LE CONTEXTE MONDIAL

LES ETAPES DU MANAGEMENT LE CONTEXTE MONDIAL LE CONTEXTE MONDIAL LE CONTEXTE COUTS QUALITE DELAIS LE RÔLE DU MANAGER ROLE DU MANAGER A ) ROLE DE GESTIONNAIRE FINALITE PRODUIRE. Ateindre les objectifs MOYENS GERER Organiser / Planifier / coordonner

Plus en détail

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel,

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, 5 Passage Delessert 75010 Paris tél : +33 1 53 26 99 82 +33 6 10 59 95

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Réussir la mise en place des entretiens professionnels

Réussir la mise en place des entretiens professionnels Réussir la mise en place des entretiens Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. Figurant parmi les

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail