Service d imagerie interventionnelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Service d imagerie interventionnelle"

Transcription

1 Une équipe hautement spécialisée Un équipement à la pointe de l innovation technologique Service d imagerie interventionnelle Nouvel Hôpital Civil / Strasbourg

2 Sommaire L imagerie Interventionnelle: aujourd hui et demain...1 Le dynamisme de l équipe Strasbourgeoise...2 La prise en charge du patient...3 L accueil du patient Le suivi post interventionnel Radioprotection et traçabilité Les différentes techniques:...4 Traitement de la douleur rachidienne et musculo-squelettique...4 Infiltration : traitement de la douleur radiculaire et /ou articulaire Nucléotomie : traitement de la hernie discale Rhizolyse : traitement des douleurs articulaires postérieures Traitement des fractures vertébrales...5 Vertébroplastie Kyphoplastie Stentoplastie Traitement des tumeurs : thermoablations percutannées...7 Cryothérapie : destruction des tumeurs par le froid Radiofréquence / Micro-Ondes : destruction des tumeurs par la chaleur Laser : destruction des tumeurs par faisceau laser Traitement de la douleur en oncologie et soins palliatifs...10 Biopsies et aspirations...11 Techniques d imagerie disponibles...12 Guidage par Scanner...12 Guidage par Capteur Plan...13 Guidage par IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique)...14 Coordonnées...16

3 L imagerie Interventionnelle : aujourd hui et demain L imagerie interventionnelle ou radiologie interventionnelle utilise des techniques de guidage par imagerie à but diagnostique et/ou thérapeutique. Le plus souvent, elle représente une alternative aux traitements chirurgicaux, permettant aux patients de bénéficier de traitements moins invasifs ne nécessitant que de courtes hospitalisations. Ces interventions sont pratiquées par des spécialistes dotés d une formation solide en radiologie diagnostique et interventionnelle. 50 ans d innovations Apparue dans les années 1960, l imagerie interventionnelle a révolutionné la prise en charge thérapeutique d un nombre croissant de pathologies, en modifiant les pratiques médicales et en permettant d améliorer considérablement la qualité de vie des patients. L essor de ces traitements mini-invasifs est lié à l amélioration constante des moyens d imagerie. De l échographie au scanner en passant par la scopie télévisée, toutes les techniques radiologiques sont employées pour la réalisation de ces interventions de grande précision. Les progrès récents permettent l utilisation de l IRM et du TEP scanner pour le guidage des interventions. Des interventions mini-invasives de haute précision L imagerie interventionnelle permet de réaliser des interventions diverses et variées, de la plus simple à la plus complexe, sans laisser de cicatrice. Elle utilise pour cela un abord transcutané mini-invasif guidé par l imagerie. Ces gestes sont : - diagnostiques 4ponction aspiration de collection ou d épanchement pour analyse cytologique, biochimique et/ou bactériologique 4ponction biopsie d une partie d une lésion pour analyse anatomopathologique. - thérapeutiques 4traitement de la douleur rachidienne ou musculo-squelettique par injection locale de médicaments 4traitement des infections par drainage d abcès 4traitement des os fragilisés par injection de ciment acrylique ou phosphocalcique 4mise en place de canules de gastrostomie 4traitement de kystes ou de tumeurs par destruction thermique ou chimique. 1

4 Le dynamisme de l équipe Strasbourgeoise L équipe médicale est composée de cinq radiologues interventionnels seniors, chacun ayant une spécialisation d organe. Les médecins sont disponibles pour tout avis ou consultation (voir coordonnées p. 16). La prise en charge de l urgence est assurée 24h/24h par un radiologue d interventionnel d astreinte. Notre action en matière de recherche clinique et fondamentale se concentre dans le domaine de la robotique et dans le traitement de moins en moins invasif des tumeurs tel que l utilisation des ultrasons focalisés en IRM. Notre service est associé à l unité d imagerie et robotique du CNRS ainsi qu au futur Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) de chirurgie mini-invasive guidée par image de Strasbourg. Une équipe pluridisciplinaire Des équipes spécialisées associent leurs compétences pour la prise en charge du patient, 24h sur 24 : 4Radiologues interventionnels, 4Manipulateurs en radiologie, 4Anesthésistes, 4Infirmières anesthésistes, 4Infirmières, 4Aides-soignantes, 4Cadres de santé 4Secrétaires 4Agents des services hospitaliers Une architecture L unité représente une surface de 1400 m2 et regroupe sur un même plateau 3 techniques d imagerie dans un environnement de bloc opératoire avec une IRM, un scanner multi-modalités et un équipement de scopie détecteur plan avec capacités d images en 2D et 3D. Ces trois modalités sont en contiguïté, permettant le passage du patient d une modalité à l autre en cas de nécessité. Des techniques de chirurgie combinées à la radiologie interventionnelle sont également réalisables dans toutes les salles dans un environnement de type bloc opératoire (norme ISO 7). 2

5 La prise en charge du patient Elle peut être réalisée en ambulatoire ou en hospitalisation selon le geste interventionnel. A la prise de rendez-vous, les différents documents et les examens nécessaires à la réalisation de l acte sont communiqués au patient et aux soignants par la secrétaire et l infirmière. L accueil du patient Le jour de l intervention, le patient est accueilli et son identité est vérifiée. Les informations nécessaires à l obtention de son consentement lui sont fournies par le radiologue et les explications sur le déroulement de l intervention lui sont communiquées par le manipulateur dans un climat d écoute et de mise en confiance. La préparation du patient consiste à vérifier l état cutané de la zone opératoire et à lui placer une voie veineuse si nécessaire. Si l examen requiert une anesthésie, la prise en charge est assurée par le médecin et l infirmière anesthésistes. L installation du patient en salle d examen est adaptée à l organe ou à la région à traiter dans le respect des règles de sécurité et de confort. Elle est assurée par l équipe au sein du bloc d imagerie : radiologues, médecins anesthésistes, manipulateurs, aides-soignantes, infirmières. Tous ces acteurs participent à la réalisation de la procédure selon leur domaine de compétence et dans le respect des règles d hygiène et de radioprotection. Le suivi post interventionnel En fin d intervention, le patient est placé sous surveillance dans l unité d imagerie (salle de réveil). Le retour à domicile ou le transfert dans l unité de soins, est organisé. Une feuille de transmission relayant les détails de l intervention et les consignes à suivre est remise. Le patient est suivi en consultation par le radiologue en fonction du geste opératoire réalisé. Radioprotection et traçabilité Les outils de gestion informatisée du dossier radiologique du patient permettent la traçabilité dosimétrique ainsi que celle des produits de contraste injectés et des dispositifs médicaux implantés. 3

6 Les différentes techniques Traitement de la douleur rachidienne et musculo-squelettique nucléotomie lombaire sous guidage scanner Nucléotomie : traitement de la hernie discale La nucléotomie diminue la pression dans le disque intervertébral par une cavitation créée par laser ou radiofréquence au sein du nucléus. Son évaporation aboutie à une rétraction progressive de la hernie dans les semaines qui suivent le geste. Le geste est réalisé sous anesthésie locale. La nucléotomie ne contre-indique pas une éventuelle chirurgie ultérieure. Indication : Les hernies discales sous ligamentaires résistantes au traitement médical et aux infiltrations. Infiltration : traitement de la douleur radiculaire et /ou articulaire L infiltration consiste à injecter un corticoïde retard autour d une racine et/ou dans une articulation inflammatoire, afin d éliminer la douleur à plus ou moins long terme. La précision de l injection est garantie par l imagerie scanner (TDM ou détecteur plan) ou l IRM. Le geste est réalisé sous anesthésie locale. Indications : Névralgie cervico-brachiale, dorsalgie, cruralgie et sciatalgie. Arthropathie (facettaire, gléno-humérale, coxo-fémorale ) Rhyzolyse lombaire sous contrôle scanner Rhizolyse : traitement des douleurs articulaires postérieures La rhizolyse est une destruction par la chaleur de l innervation des articulaires postérieures, afin de supprimer la douleur liée à ces articulations. Leur innervation provient pour chaque étage de deux rameaux nerveux, d où la nécessité de réaliser deux ablations par niveau à traiter. Ce geste se fait sous anesthésie locale. Il dure de 30 minutes à 1 h selon le nombre d articulations à traiter. Indication : douleurs facettaires prouvées par bloc-test infiltratif préalable. 4

7 Traitement des fractures vertébrales Vertébroplastie La vertébroplastie est une technique qui consiste à injecter du ciment acrylique dans une vertèbre au travers d une aiguille. La vertébroplastie permet de traiter la douleur et de consolider la vertèbre. Une IRM est systématiquement réalisée au préalable pour juger du nombre de vertèbres à traiter. Le geste est réalisé sous sédation ou sous anesthésie générale et dure de 30 mn à 2 h selon les niveaux à traiter. Le lever est possible 6 h après l intervention. Une hospitalisation de 24h à 48h est nécessaire. Indications : Traitement des fractures et tassements vertébraux douloureux d origine traumatique, ostéoporotique ou tumorale. Mise en place de l aiguille Contrôle de la bonne répartition du ciment en plan axial, frontal et sagittal 5

8 Kyphoplastie La kyphoplastie vise à restaurer la hauteur d une vertèbre effondrée (tassement vertébral). Deux ballonnets sont gonflés dans le corps vertébral et permettent de rehausser la vertèbre. Les ballonnets sont retirés et du ciment acrylique est injecté afin de consolider l ensemble. Le geste est réalisé sous anesthésie générale. Le patient peut se lever 6h après l intervention. Une hospitalisation de 48h est nécessaire et généralement suffisante. Indication : Ce geste est particulièrement indiqué pour le traitement des tassements traumatiques récents (moins de 10 jours). Stentoplastie La stentoplastie permet de traiter les tassements traumatiques en restaurant la hauteur de la vertèbre et en corrigeant la déformation en cyphose. Deux Stents (petites cages en titane) sont introduits au sein du corps vertébral. Ils vont rehausser et stabiliser la vertèbre. L ensemble sera consolidé par une injection de ciment. Le geste est réalisé sous anesthésie générale. La marche est possible 6 h après l intervention, et le retour à domicile généralement le lendemain de l intervention. Indications : Fractures tassements traumatiques aigus (moins de 10 jours) sans instabilité. 1 3 Stent vertébral avant déploiement mise en place des ballonnets 2-3. gonflement des ballonnets sous contrôle scanner (3) et scopique (2) 4. contrôle après injection de ciment mise en place des dispositifs de stentoplastie 2. Déploiement des stents permettant la restauration de la hauteur vertébrale 3-4. Contrôle après injection de ciment à travers les stents en vue coronale (3) et sagittale (4)

9 Traitement des tumeurs : thermoablations percutanées Cryothérapie : destruction des tumeurs par le froid La cryothérapie traite les tumeurs solides par l intermédiaire de sondes, qui congèlent et détruisent instantanément les cellules cancéreuses. Des cryosondes spécifiques sont placées précisément au sein de la tumeur sous contrôle de l imagerie. La destruction est suivie en temps réel, le scanner et l IRM visualisant parfaitement la glace. La cryoablation est réalisée sous anesthésie générale. L intervention dure entre 2 et 3 heures, selon la localisation et la taille de la lésion à traiter. Elle est suivie d une hospitalisation de quelques jours. Des contrôles IRM répétés seront nécessaires dans les mois suivants pour juger de la bonne destruction de la tumeur et s assurer de l absence de récidive. Indications : Cette technique est très efficace dans le traitement de toutes les tumeurs mais particulièrement des tumeurs rénales et osseuses, ainsi que dans l aide à la prise en charge de certaines lésions tumorales douloureuses. 1 3 Cryothérapie rénale : 1. Evaluation du volume tumoral sur le scanner 3D 2. Visualisation de la glace sous contrôle scanner en vue coronale. 3. Planification des trajets de ponction et détermination du nombre de cryosondes à l aide d un logiciel dédié. 4. Représentation du volume de glace en fonction du type de cryosonde

10 Radiofréquence / Micro-Ondes : destruction des tumeurs par la chaleur Ces techniques utilisent un courant électrique qui, par le biais d électrodes insérées au sein de la tumeur, permet l échauffement et la destruction des cellules cancéreuses. Le geste interventionnel est réalisé sous anesthésie générale, et dure entre 2 et 3 heures selon la taille et le positionnement de la lésion. Il nécessite une hospitalisation de quelques jours. Des contrôles IRM ou scanner répétés permettront d évaluer l efficacité du traitement et de surveiller l évolution. Indications : Elles sont particulièrement indiquées dans le traitement des tumeurs hépatiques et pulmonaires en cas de contre-indication chirurgicale. Aiguille de radiofréquence de type «parapluie» Radiofréquence pulmonaire sous contrôle scanner 8

11 Laser : destruction des tumeurs par faisceau laser Le traitement par laser coagule les cellules par concentration de l énergie lumineuse qui se transforme en chaleur au centre de la lésion traitée. Ce geste se fait sous anesthésie loco-régionale ou générale. Il dure de 1 à 2 heures. Les suites sont simples avec une reprise de l activité et une sortie de l hôpital possible dès le lendemain de l opération. Indication : Il s agit du traitement de choix de l ostéome ostéoïde (petites tumeurs). Contrôle du faisceau laser Insertion de la fibre laser à travers l aiguille Traitement d un ostéome ostéoïde de l arc vertébral postérieur sous guidage scanner Le choix de la technique d ablation (laser, radiofréquence, micro-ondes, cryoablation) dépend de multiples facteurs tel que : la taille, la localisation de la tumeur ainsi que l organe touché et l état général du patient. Le coût de la procédure est aussi pris en compte. 9

12 Traitement de la douleur en oncologie et soins palliatifs Les progrès en imagerie interventionnelle ont beaucoup apporté dans le traitement de la douleur en particulier en soins palliatifs en oncologie. En effet, grâce à ces techniques, les douleurs de ces patients peuvent être réduites de manière significative et rapide. Indications : 4Cimentoplastie des métastases osseuses lytiques en particulier au niveau vertébral et acétabulaire. 4Destructions thermiques des tumeurs douloureuses. 4Neurolyse des chaînes sympathiques comprimées par une masse tumorale : chaîne splanchnique et cœliaque pour les cancers abdominaux (pancréas), chaîne sympathique lombaire et pelvienne dans les cancers pelviens 4Mise en place de sonde de gastrostomie chez les patients avec des difficultés de déglutitions. Neurolyse splanchnique : détermination du trajet des aiguilles 10

13 Biopsies et aspirations La biopsie consiste à prélever au travers d une aiguille un ou plusieurs échantillons de tissu ou de liquide au sein d une lésion ou d une collection, afin de préciser le diagnostic histologique, bactériologique ou biologique. Elle permet d obtenir un diagnostic de certitude dans la quasi-totalité des cas. L imagerie permet de guider avec précision l aiguille jusqu à la lésion. Le geste est réalisé sous anesthésie locale. La durée de la procédure varie selon la nature, la taille et la position de la lésion, mais reste généralement inférieure à 1h. Une journée d hospitalisation peut être nécessaire, et sera alors directement programmée à la prise du rendez-vous. Les résultats de l analyse de la biopsie parviennent directement au médecin demandeur. Indication : Le quasi totalité des organes sont accessibles en dehors du cerveau. Biopsie pulmonaire sous contrôle scanner Aiguille de biopsie osseuse Biopsie sous contrôle IRM d une lésion rénale 11

14 Techniques d imagerie disponibles Guidage par Scanner Le scanner est une technique d imagerie utilisant les rayons X. Lors des actes interventionnels, le scanner réalise des images en coupes fines qui permettent au radiologue de guider et de positionner son aiguille avec une parfaite précision. De multiples précautions et des équipements optimisés nous permettent de réduire au maximum l irradiation du patient et de l opérateur. 12

15 Guidage par Capteur Plan Le capteur plan utilise également les rayons X pour réaliser des images 2D et 3D du corps humain. Il est employé principalement pour les interventions au niveau du rachis et du squelette, ainsi que pour les gestes sur le système vasculaire. En cours de procédure, les écrans en salle d examen affichent les images en temps réel, pour un placement optimal de l aiguille. 13

16 Guidage par IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) L IRM est une exploration non irradiante n utilisant pas les rayons X. Elle réalise des images en coupes du corps humain dans tous les plans de l espace. Ces images de très haute qualité vont permettre au radiologue de guider précisément le geste interventionnel. L IRM est un examen bruyant, avec certaines contre-indications : le port d un pace-maker, le port de certaines valves cérébrales ou cardiaques, les éclats métalliques intra oculaires. 14

17 15

18 Coordonnées Une équipe de spécialistes et un plateau technique ultra moderne à votre disposition Responsable de service : Professeur Afshin Gangi : Imagerie Interventionnelle ostéo-articulaire et oncologique Praticiens Hospitaliers : Docteur Xavier Buy : Imagerie Interventionnelle génito-urinaire Docteur Iulian Enescu : Imagerie Interventionnelle abdomino-pelvienne et vasculaire Docteur Julien Garnon : Imagerie Interventionnelle pulmonaire Chef de Clinique : Docteur Georgia Tsoumakidou Courriel Professeur Afshin Gangi : Secrétariat du Pr Gangi : / Prise de rendez-vous scanner, IRM et consultations : Avis médical : Fax : Ouverture de l unité de 7 h à 20 h Astreinte médicale 7 jours sur 7 pour les urgences Composition de l équipe 45 radiologues seniors : - 1 PU PH - 3 PH - 1 Chef de clinique 41 médecin anesthésiste 42 internes 41 cadre supérieur 41 cadre de santé 41 ATE 412 manipulateurs 41 infirmière en salle de préparation et surveillance 42 infirmières anesthésistes 41 infirmière en salle de réveil 42 aides-soignantes 44 agents administratifs (secrétariat et régie) 4une équipe d ASH dédiée à l unité 16

19

20 Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1, place de l hôpital, Strasbourg Cedex

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1 1 Radiologie interventionnelle : ouverture d un secteur dédié au cœur des blocs opératoires 1 er étage - bâtiment h3 - hôpital Rangueil Sommaire I - Qu est-ce que la radiologie interventionnelle? 3 1 -

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

COMPRESSION MEDULLAIRE

COMPRESSION MEDULLAIRE COMPRESSION MEDULLAIRE I - Les causes EXTRADURALES : RACHIDIENNES et EPIDURALES - Les TUMEURS OSSEUSES : surtout les METASTASES (sein, prostate, poumon, rein, thydoïde, organes génitaux, tube digestif,

Plus en détail

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Sommaire Introduction Qu est ce que la chirurgie assistée par ordinateur? Principes généraux Avantages/Inconvénients Simulations préopératoire

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE

Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE Secteurs : 5 Pôle Imagerie Imagerie CardioThoracique, Sénologie, Traitement de la douleur Imagerie Digestive et Génito Urinaire Vasculaire et Neurodiologie Ostéoarticlaire

Plus en détail

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice*

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* De la mammographie de dépistage au prélèvement Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 9

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Médico-Social Schéma régional Organisation des soins - hospitalier Prévention 18 juillet 2011 Offre de soins sur le territoire de santé Eléments de diagnostic régional SCANNERS TEP Densité autorisée

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

CLINIQUE DU SEIN. Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer?

CLINIQUE DU SEIN. Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer? CLINIQUE DU SEIN Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer? SOMMAIRE 2 LE BILAN...............................................................................................3

Plus en détail

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Présentation de l entreprise La branche Healthcare Systems de GE Healthcare offre une large gamme de technologies

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 Les activités de notre service sont nombreuses et sont réalisées sur des machines de génération récente. 1 IRM 1,5T 2 SCANNERS 5 SALLES

Plus en détail

carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein

carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein INFOS PATIENTS Sein - pathologie mammaire carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein introduction Vous avez rencontré un médecin du service d oncogénétique de Gustave Roussy. Il a

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

focus sur le service d imagerie médicale

focus sur le service d imagerie médicale focus sur le service d imagerie médicale Comment nous contacter? Par téléphone Médecine nucléaire 071 26 53 15 Résonance magnétique 071 26 53 72 Radiologie Scanner Echographie Mammographie 071 26 52 40

Plus en détail

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Au sein du siège européen de GE Healthcare à Buc (78), vous intégrerez l équipe Applications Médicales Avancées Dans le cadre du perfectionnement

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : UNITE AMBULATOIRE MEDICO-CHIRURGICALE Pôle : 1- CHIRURGIES ET COOPERATION Etablissement : L Hôpital

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

LIVRET DE PRESENTATION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE LIVRET DE PRESENTATION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE Site Annecy Vous découvrez le service d imagerie sur le site d Annecy, vous souhaitez connaître le fonctionnement de ce service du pole médicotechnique.

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES SONT AU CHR D ORLEANS Au CHR d Orléans, la chirurgie robotisée est pluridisciplinaire Page 2 Technologies et avantages du robot «da Vinci» dernière génération Page

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

DIPLOME D UNIVERSITE 2011 2012

DIPLOME D UNIVERSITE 2011 2012 UFR MEDECINE MONTPELLIER-NIMES Scolarité 3 ème cycle Bureau des DU/DIU 2, rue Ecole de Médecine CS 59001 34060 Montpellier Cedex 2 Quel que soit le document, prière de transmettre : PAR COURRIER : un dossier

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

Dossier thématique de la. Fondation de l'avenir. Chirurgie du futur SOMMAIRE

Dossier thématique de la. Fondation de l'avenir. Chirurgie du futur SOMMAIRE Dossier thématique de la Fondation de l'avenir Chirurgie du futur SOMMAIRE I L évolution de la chirurgie A La vidéochirurgie : une chirurgie mini-invasive 1 En quoi consiste la vidéochirurgie 2 - Les bénéfices

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil LA LOMBALGIE Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil 1. INTRODUCTION La pathologie dégénérative du rachis lombaire est fréquente : la majorité

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

MEMOIRE pour le DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE ANNEE 2004-2005

MEMOIRE pour le DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE ANNEE 2004-2005 MEMOIRE pour le DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE ANNEE 2004-2005 Constitution d une banque d images à visée pédagogique en Rhumatologie : la Diapothèque du Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Dr

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel E. de Kerviler, C. de Bazelaire, P. Coulon*, S. Gotman**, J Yanof***, C. Bauer***J. Sapir**. Service de Radiologie,

Plus en détail

Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur. Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France

Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur. Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France Les moyens d union cranio rachidienne Condyles, atlas, axis Les moyens

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Vous allez avoir une saccoradiculographie

Vous allez avoir une saccoradiculographie Vous allez avoir une saccoradiculographie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter ou

Plus en détail

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL P. Loriaut, H. Pascal Moussellard, J. Y. Lazennec, Y. Catonné Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Plus en détail

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec 1. Système Crânio-sacrée 1.1 Théorie 1.2 Structure et anatomie 1.3 Mouvement du MRP 1.4 Phase du MRP 1.5 Rôle du MRP 1.6 Perturbation du MRP 1.7 Cause 1.8 Traitement clinique 1.9 Bio-mécanique Contenu

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

GROUPE CLINIQUE DU MAIL

GROUPE CLINIQUE DU MAIL DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Questions- Réponses concernant la chirurgie ambulatoire

Questions- Réponses concernant la chirurgie ambulatoire Questions- Réponses concernant la chirurgie ambulatoire Qu est- ce que la chirurgie ambulatoire? o C est un mode de prise en charge permettant de raccourcir votre hospitalisation pour une intervention

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOGRAPHIE DU BASSIN

INDICATIONS DE LA RADIOGRAPHIE DU BASSIN INDICATIONS DE LA RADIOGRAPHIE DU BASSIN RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE TEXTE COURT FÉVRIER 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls»

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Journée d Automne de la société gérontologique de Normandie Vendredi 21 Octobre 2011 Amélie BREMARE (1), Dr VELE (2) (1) Interne Médecine Physique et

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique,

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Mme R est une patiente de 52 ans.

Mme R est une patiente de 52 ans. CAS CLINIQUE N 3 Mme R est une patiente de 52 ans. Atcd chir: Hystérectomie totale Atcd med:hta 3 enfants, ménopausée à 48 ans, sans THS Palpation par son médecin traitant d une induration QSI sein droit

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter ou de le refuser. Une information vous

Plus en détail