PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur"

Transcription

1 PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur Introduction et champ d application La FNDPL (Fédération Nationale des Détaillants en Produits Laitiers) a souhaité accompagner les Crémiers-Fromagers-Affineurs désirant développer leurs ventes aux professionnels. En vue de simplifier les démarches pour obtenir un agrément sanitaire, elle a élaboré un dossier type adapté à notre profession. Ce dossier a été créé avec le soutien de la Direction Générale de l Alimentation (DGAL) et a été validé par ses soins le 6 juin Ce dossier d agrément type est destiné à tous les Crémiers-Fromagers-Affineurs, quel que soit leur taille ou leur volume de vente, qui ont l intention de vendre à des professionnels de l alimentaire (restaurateurs, traiteurs, commerçants, confrères, GMS ) au sein de l Union Européenne, dans des conditions dépassant les critères fixés par la dérogation (cf Dérogation à l agrément). Les entreprises réalisant l export hors Europe (à destination des particuliers ou des professionnels) sont également concernées par la demande d agrément. En complément elles doivent également se conformer aux exigences des pays tiers. Ce dossier concerne l activité de Crémier-Fromager-Affineur : depuis la réception des produits laitiers (fromages, produits frais ) jusqu à leur vente (cf. schéma de vie des produits). Il prend également en compte les spécificités du métier de crémier-fromager : l affinage ou la réalisation de la fin d affinage de certains fromages, ainsi que la réalisation de certaines préparations fromagères confectionnées à base de produits laitiers (à titre d exemple : fontainebleau, chantilly, camembert au Calvados, Brie aux truffes ). Toutes les activités autres que celles citées précédemment, telles que la vente d œufs, de charcuterie, la réalisation de quiches, mousses au chocolat, sandwichs, la fabrication de fromages frais ne font pas partie du champ d application de ce dossier type. Pour les entreprises concernées, celles-ci devront compléter le dossier type en l adaptant à leur propre activité. 1. Cadre réglementaire 1.1. Textes réglementaires Code rural et de la pêche maritime Règlement (CE) n 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire, instituant l'autorité européenne de sécurité des aliments et fixant des procédures relatives à la sécurité des denrées alimentaires Règlement (CE) n 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Règlement (CE) n 853/2004 fixant des règles spécifiques applicables aux denrées alimentaires d origine animale Règlement (CE) n 2073/2005 concernant les critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires

2 Arrêté ministériel du 8 juin 2006 modifié relatif à l agrément ou à l autorisation des établissements mettant sur le marché des produits d origine animale ou des denrées contenant des produits d origine animale Arrêté ministériel du 21 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux activités de commerce de détail, d entreposage et de transport de produits d origine animale et denrées alimentaires en contenant Note de service DGAL/SDSSA/N du 16 février 2006 relative au paquet hygiène et à l agrément (alimentation humaine) Note de service DGAN/SDSSA/N du 23 mai 2011 relative à l application de l'arrêté du 21 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux activités de commerce de détail, d'entreposage et de transport de produits d'origine animale et denrées alimentaires en contenant Note de service DGAL/SDSSA/N du 12 juin 2012 relative à la procédure d agrément et composition du dossier d agrément Note de service DGAL/SDSSA/N du 3 décembre 2012 relative à la dérogation à l obligation d agrément sanitaire pour les commerces de détail. Les références réglementaires sont celles valables à la publication du dossier d agrément type, il convient de vérifier les éventuelles mises à jour ou modifications Les différents cas de figure : dérogation à l obligation d agrément, agrément ou les deux? Remarque préalable : La remise directe au consommateur final (ex : en magasin, en véhicule boutique, sur un étal de marché, par livraison ) ne requiert ni agrément, ni dérogation mais une simple déclaration. Il n y a pas lieu de remplir ce dossier si vous ne vendez pas à des intermédiaires. L agrément ou la dérogation à l agrément ne concerne que les produits fabriqués ou transformés dans l entreprise. Les produits pour lesquels il n y a qu un stockage, sans déconditionnement (ex : bouteilles ou briques de lait, œufs ) ne sont pas concernés. Par contre, pour vendre aux professionnels des fromages déconditionnés, à la coupe, des préparations fromagères maison, des yaourts ou des fromages frais fabriqués par vos soins, vous devez bénéficier d une dérogation à l obligation d agrément ou d un agrément selon les cas cités ci-après.

3 Tableau récapitulatif des conditions pour demander un agrément ou une dérogation à l obligation d agrément Dans quel cadre vous situez-vous? Description de l activité Etablissements pouvant être concernés Dans quelles conditions? Obligation d agrément Dérogation à l obligation d agrément Possibilité de cumuler : Remise directe + agrément - Possibilité de vendre à des tiers professionnels (restaurateurs, traiteurs, commerçants ) sans agrément sanitaire à condition que cette activité ne représente qu une faible partie des activités de l établissement et dans un périmètre restreint. - Autorisation délivrée par la DD(CS)PP permettant à un établissement de mettre sur le marché des denrées alimentaires d origine animale à destination des professionnels. - Concerne les échanges intracommunautaires à destination et l export (y compris à des particuliers situés dans les pays tiers, hors de l Union Européenne) de produits d origine animale. Activité de vente au détail complètement séparée de l activité de vente aux professionnels : - Le point de vente est un établissement de remise directe : les clients (particuliers) achètent leurs produits sur le point de vente. - Les commandes à l avance des professionnels sont préparées dans l entrepôt/le laboratoire/l arrièreboutique, avec une gestion séparée (partie sous agrément). Entrepôts, laboratoires, boutiques Marchés, boutiques Marchés, boutiques (ex : les camions-magasins sont en remise directe, et l entrepôt de stockage sous agrément) - Sans restriction de distance ou de quantité. - En cas d export vers les pays tiers, il faut également se conformer aux exigences des pays tiers (certificats sanitaires ). - Les conditions pour bénéficier de cette dérogation à l agrément sanitaire sont fixées par l arrêté du 8 juin 2006 modifié. - Rayon de commercialisation limité à 80 km maximum. Remarque : Si vous êtes frontalier, vous pouvez vendre dans le pays limitrophe mais assurez-vous de respecter la réglementation du pays qui a les conditions les plus restrictives. - Séparation complète entre la partie en remise directe et la partie sous agrément. - Attention, dans le cas où des tiers professionnels viendraient acheter des produits sur le point de vente, il ne s agit plus de remise directe. Il faut impérativement étendre le champ de l agrément à la partie «point de vente» ou demander une dérogation pour la vente au détail en respectant les mêmes conditions. - Quantités maximales autorisées fixées dépendantes du volume de produits laitiers vendu (en kg) aux professionnels (inférieur ou supérieur à 30% du poids de vente total) : Catégorie de produits Si QC/QP 30% Si QC/QP > 30% Produits laitiers 250 kg 100 kg QC = Quantité hebdomadaire cédée (vendue) à des professionnels QP = Quantité hebdomadaire produite (Quantité vendue aux particuliers et aux professionnels (collectivité, restaurateurs )) Ce sont les quantités maximales autorisées, c est-à-dire qu il faut faire le calcul de ce que vous vendez sur la semaine la plus chargée de l année.

4 2. Les démarches 2.1. Dérogation Formulaire de demande Cette activité de vente à des tiers professionnels fait l objet par l exploitant du secteur alimentaire d une déclaration préalable auprès du préfet du lieu d implantation de l établissement. Cette déclaration doit être accompagnée des documents suivants : - La liste détaillée des produits cédés, la liste des établissements destinataires dont l activité, l adresse et la distance à vol d oiseau de l entreprise sont précisées ; - Par catégorie de produits cédés, la quantité hebdomadaire cédée (à des tiers professionnels) et la quantité hebdomadaire vendue. Le formulaire CERFA est disponible auprès de la FNDPL ou sur le site : Mise à jour Cette dérogation est renouvelable à chaque modification importante d activité (produits et/ou clientèle) Agrément Dossier de demande d agrément Le dossier de demande d agrément doit être réalisé avant le début de l activité. Au besoin, il est possible de démarrer l activité sous les conditions de la dérogation et de demander l agrément par la suite. Ce dossier doit être envoyé à la DD(CS)PP de votre département. Le dossier doit contenir : - Une présentation de l établissement - La description des locaux et des activités - Le plan de maîtrise sanitaire, c'est-à-dire les mesures prises par l établissement pour assurer l hygiène et la sécurité de ses productions vis-à-vis des dangers biologiques, physiques et chimiques.

5 Pour faciliter la mise en place du plan de maîtrise sanitaire, vous pouvez vous référez au Guide de Bonnes Pratiques d Hygiène de la profession édité par la FNDPL. Ce Guide devra être présent dans l entreprise, connu du personnel et appliqué. A l ensemble des pièces nécessaires fixées par l annexe II de l arrêté du 8 juin 2006 modifié, il faut également joindre au dossier le formulaire CERFA de demande d agrément. Ce formulaire est disponible auprès de la FNDPL ou sur le site : Obtention de l agrément Pour une nouvelle activité : La DD(CS)PP doit disposer du dossier complet pour réaliser une visite de l établissement au cours de laquelle seront demandées les pièces devant être conservées dans l entreprise, vérifier la conformité aux conditions sanitaires des installations et des équipements, et éventuellement du fonctionnement lorsque l activité a démarré, et d autre part s assurer de la correspondance entre les éléments décrits dans le dossier et les constatations faites sur site. Un agrément conditionnel de 3 mois peut être accordé lorsqu il apparaît que l établissement respecte les exigences en matière d infrastructure et d équipement, mais que les conditions de fonctionnement n ont pu être appréciées ou que certaines pièces devant être présentes dans l entreprise sont manquantes. A la fin de cette période, l agrément est accordé si les exigences sanitaires vérifiées lors d un contrôle officiel sont respectées. Sinon, l agrément conditionnel peut être prolongé de 3 mois, et la durée totale de cet agrément conditionnel ne peut dépasser 6 mois. Pour une activité déjà exercée : Cette activité peut d ores et déjà être réalisée dans le cadre de la remise directe au consommateur ou de la dérogation à l obligation d agrément. Dans ce cas, l agrément sera accordé si le dossier d agrément transmis est complet et l activité jugée conforme par la DD(CS)PP. En cas de non obtention de l agrément, tous les points de non-conformité vous seront transmis afin de présenter une nouvelle version du dossier. Remarque : Dans tous les cas, l activité décrite dans le dossier de demande d agrément ne pourra débuter que lorsque celui-ci aura été accordé par la DD(CS)PP. Un fois obtenu, l agrément peut être suspendu voire retiré en cas de manquement aux exigences sanitaires, ou suite à l absence de mise à jour du dossier en cas de modification du plan de maîtrise sanitaire.

6 Composition du numéro d agrément Lors de l obtention de l agrément, la DD(CS)PP vous fait parvenir un numéro d agrément qui se présente sous la forme FR CE, qui vous identifie comme établissement au sein de l Union Européenne, et précise le pays, le département et la commune. Ce numéro devra figurer dans une marque d identification apposée sur les étiquettes de vos produits et éventuellement sur les documents commerciaux Mise à jour Conformément à l article 6 du règlement (CE) n 852/2004 et à l article 3 de l arrêté du 8 juin 2006 modifié, vous devez vous assurer que votre DD(CS)PP dispose d informations à jour concernant votre établissement et son activité. Ainsi, lors de la modification du plan de maîtrise sanitaire, ou suite à une demande de la DD(CS)PP vous devez mettre à jour votre dossier. Par ailleurs, si vous avez modifié significativement votre activité (catégorie de produits, nouvelle activité, volumes de vente) ou vos locaux (entraînant une modification des circuits), vous devez demander un nouvel agrément. 3. Recommandations pratiques - Ce dossier est entièrement conçu pour être renseigné de manière manuscrite ou informatique. - Des exemples sont fournis dans chacun des tableaux pour vous aider à les compléter. En cas de doute, lors du remplissage du dossier, n hésitez pas à contacter la FNDPL. - Pour les tableaux figurant dans le dossier ou en annexe, si l espace vous semble insuffisant, n hésitez pas à en faire des copies et à les joindre à votre envoi. - Envoyez uniquement des copies jamais d originaux (sauf pour le formulaire CERFA de demande d agrément). - Conserver une copie de l ensemble du dossier dans votre entreprise pour faciliter les échanges avec votre DD(CS)PP. - A la fin du dossier, figure une liste vous permettant de vérifier que toutes les pièces nécessaires figurent dans le dossier.

7 4. Sommaire du dossier de demande d agrément Lettre type pour la demande d agrément sanitaire 1. Note de présentation de l entreprise 1.1. Organisation générale 1.2. Organigrammes fonctionnels et répartition des différentes catégories de personnel 2. Description des activités de l entreprise 2.1. La liste des catégories de produits correspondant à des procédés de fabrication identifiés, leur description et leur utilisation prévisible attendue 2.2. La liste des matières premières, ingrédients, des matériaux de conditionnement et d emballage et leur description 2.3 La description des circuits d approvisionnement et de commercialisation des produits envisagés 2.4. Schéma de vie des produits 2.5. Les tonnages ou les volumes de production annuels et la capacité journalière maximale et minimale 2.6. La liste et les procédures de gestion des déchets 2.7. La capacité de stockage des produits entrants et sortants 2.8. Plan de masse, à une échelle lisible, présentant l ensemble des bâtiments de l établissement et les éléments de voirie 2.9. Plan d ensemble de l établissement, à une échelle lisible, indiquant la disposition des locaux et des équipements La description des conditions de fonctionnement 3. Le plan de maîtrise sanitaire 3.1. Les documents relatifs aux Bonnes Pratiques d Hygiène concernant Le personnel Organisation de la maintenance des locaux et des équipements et du matériel Mesures d hygiène préconisées Plan de lutte contre les nuisibles Approvisionnement en eau Maîtrise des températures Contrôle à réception et à expédition 3.2. Les documents relatifs aux procédures fondées sur les principes de l HACCP Champ d application de l étude Documents relatifs à l analyse des dangers biologiques, chimiques et physiques et mesures préventives associées Documents relatifs aux points critiques pour la maîtrise lorsqu il en existe Documents relatifs à la vérification du Plan de Maîtrise Sanitaire 3.3. Procédures de traçabilité et de gestion des produits non conformes (retrait, rappel )

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

FICHE N 3. Producteurs d'oeufs de Consommation

FICHE N 3. Producteurs d'oeufs de Consommation INFORMATION REGLEMENTAIRE SUR LA PRODUCTION ET LA COMMERCIALISATION DES PRODUITS FERMIERS D ORIGINE ANIMALE FICHE N 3 Producteurs d'oeufs de Consommation Mise à jour : Septembre 201 2 CETTE NOTE NE REMPLACE

Plus en détail

J ai l honneur, par la présente, de vous faire part d une demande d agrément communautaire pour mon commerce de détail en crémerie-fromagerie situé

J ai l honneur, par la présente, de vous faire part d une demande d agrément communautaire pour mon commerce de détail en crémerie-fromagerie situé Coordonnées / cachet de l établissement Coordonnées de la DD(CS)PP du département A..., le.. Objet : Demande d agrément sanitaire Madame, Monsieur, J ai l honneur, par la présente, de vous faire part d

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements de transformation et de distribution 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS

Plus en détail

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil 5 avenue des Prés 94266 FRESNES Tel. +33 1 49 84 84 84 contact@cemafroid.fr

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction des affaires sanitaires européennes et internationales BEPT 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 Instruction technique

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température Plan de maitrise sanitaire Mercredi 17 octobre 2012 Traiteurs Organisateurs de Réception L agrément CE, simple formalité ou génial outil de développement? Jean-Philippe CLAUDE, Dr Vétérinaire Audit Hygiène

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE»

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Yaoundé, CAMEROUN le 04 juin 2012 «LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Présenté par : Mme Halima THRAYA Ingénieur en Chef Sous-directeur du Froid Industriel au ministère de l Industrie -Tunisie- Déléguée de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

Qui est chargé de faire appliquer cette réglementation?

Qui est chargé de faire appliquer cette réglementation? Réglementation relative à l hygiène alimentaire des marchands ambulants, des vendeurs sur foires et marchés et des activités de remise directe aux consommateurs en locaux fixes (Activités de restauration,

Plus en détail

Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT. IUT Avignon

Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT. IUT Avignon Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT IUT Avignon SOMMAIRE Présentation du DUT et admission en DUT p. 3 DUT Génie Biologique Option Agronomie p 5 DUT Génie Biologique Option Industrie

Plus en détail

FRANCE DÉCLARATION EN DOUANE CN 23

FRANCE DÉCLARATION EN DOUANE CN 23 Justificatif d exportation à remettre à l expéditeur Feuillet de traitement La Poste à archiver au bureau de dépôt Déclaration jointe à l envoi Déclaration jointe à l envoi Instructions Vous devez joindre

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Appui export. Conseil Spécialisé Filières Laitières 10/12/2013. FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer

Appui export. Conseil Spécialisé Filières Laitières 10/12/2013. FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer MINISTERE DE L ALIMENTATION DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE Appui export Conseil Spécialisé Filières Laitières 10/12/2013

Plus en détail

FAQ - guide pour l instauration d un système d autocontrôle pour les boulangeries - pâtisseries

FAQ - guide pour l instauration d un système d autocontrôle pour les boulangeries - pâtisseries PB 07 FAQ (G-026) REV 2 2009-1/16 Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire FAQ - guide pour l instauration d un système d autocontrôle pour les boulangeries - pâtisseries En vigueur à

Plus en détail

Température et transport Exigences légales

Température et transport Exigences légales Température et transport Exigences légales Dr Chantal Rettigner Expert Vétérinaire AFSCA 1 Exigences légales actuelles AR 07/02/1997 relatif à l hygiène générale des denrées alimentaires AR 12/12/1955

Plus en détail

Programmation pluriannuelle (2011-2015) des inspections en Sécurité Sanitaire des Aliments - Secteur restauration collective 2012-2013

Programmation pluriannuelle (2011-2015) des inspections en Sécurité Sanitaire des Aliments - Secteur restauration collective 2012-2013 Programmation pluriannuelle (2011-2015) des inspections en Sécurité Sanitaire des Aliments - Secteur restauration collective 2012-2013 DGAL/SA/SDSSA/BETD PLAN 1. Rappel sur l évolution des contrôles officiels

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

De nouveaux textes pour sécuriser et diminuer l utilisation des produits phytopharmaceutiques

De nouveaux textes pour sécuriser et diminuer l utilisation des produits phytopharmaceutiques DGER V2 INFORMATION REGLEMENTAIRE De nouveaux textes pour sécuriser et diminuer l utilisation des phytopharmaceutiques La réduction du recours à l utilisation des phytopharmaceutiques et la sécurisation

Plus en détail

Logo EPLE. Le terme : «employeur» désigne l organisme signataire du contrat d apprentissage en France dans lequel l apprenti suit sa formation.

Logo EPLE. Le terme : «employeur» désigne l organisme signataire du contrat d apprentissage en France dans lequel l apprenti suit sa formation. Logo CFA Logo EPLE CONVENTION DE FORMATION COMPLEMENTAIRE PAR MISE À DISPOSITION D UN APPRENTI TRAVAILLANT EN FRANCE AUPRÈS D UNE ENTREPRISE D ACCUEIL ÉTABLIE DANS UN AUTRE ÉTAT MEMBRE DE L UNION EUROPÉENNE

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) Adopté par l OIE et l ISO le 27 Mai 2011 Entre L Organisation internationale

Plus en détail

DOSSIER D'AGREMENT 2015

DOSSIER D'AGREMENT 2015 DOSSIER D'AGREMENT 2015 1) Présentation de la ferme et des exploitants Nom :... Prénom :... Adresse ou siège social :... Nom de la ferme :... Numéro SIREN :... Code postal : Téléphone : Commune :... Téléphone

Plus en détail

Formulaire d inscription aux registres :

Formulaire d inscription aux registres : Formulaire d inscription aux registres : I - Des transporteurs publics routiers de marchandises et des loueurs de véhicules industriels avec conducteur II - Des transporteurs publics routiers de personnes

Plus en détail

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur.

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur. Guide pour la préparation de l audit ECOCERT Référentiels Cosmétiques ECOCERT et/ou COSMOS Les modifications apportées à ce document sont identifiées par un trait vertical dans la marge TS017(GC-COS)v03

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Les métiers et formations. en Transport et Logistique

Les métiers et formations. en Transport et Logistique Les métiers et formations en Transport et Logistique Sommaire Quelques indicateurs nationaux et régionaux de la branche professionnelle Présentation de la chaine logistique (marchandises) Présentation

Plus en détail

Réglementation sur les marchés

Réglementation sur les marchés Réglementation sur les marchés 1. Responsabilités et assurances sur les marchés des producteurs de pays 1. Responsabilité et assurances sur les marchés 1.1 S agissant des producteurs sous licenciés : Ils

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

Conditions Générales pour l achat de biens et services

Conditions Générales pour l achat de biens et services Conditions Générales pour l achat de biens et services 1 Champ d application 1.1 Les conditions générales règlent la conclusion, le contenu et l exécution des accords d achat de biens et services. 1.2

Plus en détail

Les offres sont à établir en double exemplaire et doivent comporter les éléments suivants :

Les offres sont à établir en double exemplaire et doivent comporter les éléments suivants : L E T T R E C I R C U L A I R E relative à l achat de lait écrémé en poudre par l organisme d intervention. La présente lettre circulaire établit les modalités d application à respecter au Luxembourg en

Plus en détail

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979)

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) INTRODUCTION On entend par irradiation des aliments le traitement des produits alimentaires par

Plus en détail

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques Note d information 22/11/2011 La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques 1. De l élaboration d un Plan de maîtrise sanitaire Les producteurs, responsables

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE Plan de Maîtrise Sanitaire SOMMAIRE A) Généralités 1- Historique du Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) 2- Réglementation alimentaire B) Les Bonnes Pratiques d Hygiène 1- Le personnel 2- La maintenance 3-

Plus en détail

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012 Numéro 1 / 14 novembre 2012 Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges Contributeurs : Julie Blanchot, Philippe Boyer Les travaux de l observatoire de la

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

DOSSIER SANITAIRE EXPLOITATION :

DOSSIER SANITAIRE EXPLOITATION : DOSSIER SANITAIRE EXPLOITATION : LE DOSSIER SANITAIRE Table des matières I. PRÉSENTATION DE L EXPLOITATION ET DESCRIPTION DE SES ACTIVITÉS...1 1. ORGANISATION GÉNÉRALE 1.1. Raison sociale 1.2. Organigramme

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

Guide d information pour transformateurs secondaires

Guide d information pour transformateurs secondaires Guide d information pour transformateurs secondaires Programme de permis des classes spéciales de lait DM 88619 v10, octobre 2012 Commission canadienne du lait 1 TABLE DES MATIÈRES page Aperçu du Programme...3

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

CEMAFROID FORMATION. Les ESP (Équipements Sous Pression) et les CTP (Cahiers Techniques Professionnels)

CEMAFROID FORMATION. Les ESP (Équipements Sous Pression) et les CTP (Cahiers Techniques Professionnels) Les ESP (Équipements Sous Pression) et les CTP (Cahiers Techniques Professionnels) Le 09/06/2015 Objectifs : Savoir réaliser les contrôles annuels des équipements sous pression Bénéfices pour l entreprise

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'ÉVALUATION DES FOURNISSEURS DE PRODUITS DESTINE À LA SNCB

QUESTIONNAIRE D'ÉVALUATION DES FOURNISSEURS DE PRODUITS DESTINE À LA SNCB Page 1 / 24 Annexe 1 ANNEXE 1 : QUALIFICATION DES FOURNISSEURS SNCB Service Central Support Bureau.213 section 13/2 Avenue de la Porte de Hal 40 1060 BRUXELLES QUALIFICATION DES FOURNISSEURS Renseignements

Plus en détail

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Le Vétérinaire dans la Chaîne Alimentaire : un Rôle Indispensable? Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Nicolas Holleville vétérinaire officiel Les Services Vétérinaires

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

Objet : conformité d'aires d'optimisation logistique où s'effectuent le changement de camions transportant des sous-produits animaux

Objet : conformité d'aires d'optimisation logistique où s'effectuent le changement de camions transportant des sous-produits animaux Ordre de service d'action Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la santé et de protection animales BISPE 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 Direction générale de prévention

Plus en détail

FAQ Jeu «Merci Le Lait-CORA»

FAQ Jeu «Merci Le Lait-CORA» FAQ Jeu «Merci Le Lait-CORA» 1. Qu est-ce que le jeu «Merci Le Lait»?... 2 2. Puis-je participer au jeu «Merci Le Lait» si je n ai pas accès à internet?... 2 3. Qui peut participer au jeu «Merci Le Lait»?...

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE République française MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «responsable technico-commercial en vins et

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente?

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Approvisionnement et gestion des stocks : des quantités vendues dans un Du stock initial, final et des livraisons, des commandes

Plus en détail

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile Centre Communal d Action Sociale de CARNOULES Département du Var Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE PRESTATION

Plus en détail

Conditions ge ne rales de vente

Conditions ge ne rales de vente Conditions ge ne rales de vente La société SAS OUTDOOR STYLE est une société anonyme simplifiée au capital de 400 000 dont le siège social est situé 448 à 454 route de Grenoble 06200 Nice immatriculé au

Plus en détail

AIDE AU REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DE L ENQUETE SUR L UTILISATION DES VEHICULES DE TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES (TRM)

AIDE AU REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DE L ENQUETE SUR L UTILISATION DES VEHICULES DE TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES (TRM) AIDE AU REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DE L ENQUETE SUR L UTILISATION DES VEHICULES DE TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES (TRM) Avant de mettre sous enveloppe, avez vous vérifié le cadre A1 de la première

Plus en détail

RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution

RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution Séminaire RFID - Radio Frequency Identification Applications, Outils Logiciels et Vision Future Charly Viquerat Consultant

Plus en détail

814.610. Ordonnance sur les mouvements de déchets. (OMoD 1 ) Dispositions générales. du 22 juin 2005 (Etat le 30 août 2005)

814.610. Ordonnance sur les mouvements de déchets. (OMoD 1 ) Dispositions générales. du 22 juin 2005 (Etat le 30 août 2005) Ordonnance sur les mouvements de déchets (OMoD 1 ) 814.610 du 22 juin 2005 (Etat le 30 août 2005) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 30b, al. 1, 30f, al. 1 à 3, 30g, al. 1, 39, al. 1, et 46, al. 2,

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

DOSSIER TYPE POUR L OBTENTION ET LE MAINTIEN DE L AGRÉMENT SANITAIRE pour les établissements de production de denrées alimentaires d origine animale

DOSSIER TYPE POUR L OBTENTION ET LE MAINTIEN DE L AGRÉMENT SANITAIRE pour les établissements de production de denrées alimentaires d origine animale CONFEDERATION NATIONALE DES CHARCUTIERS TRAITEURS ET TRAITEURS 15 rue Jacques Bingen 75017 PARIS 01 44 29 90 55 Fax : 01 42 67 56 33 Email : c.n.c.t@orange.fr POLE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE DES CHARCUTIERS

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? er juillet 2015. : qui est concerné, et dans quels cas?

produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? er juillet 2015. : qui est concerné, et dans quels cas? produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? les (frelons asiatiques, «moustiques tigres») sur le territoire national a mis en De plus, certaines autorisations de mise sur le marché ne sont délivrées

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

Activités de restauration sur les exploitations, le point sur les formalités

Activités de restauration sur les exploitations, le point sur les formalités Vous souhaitez valoriser les productions de votre exploitation et mettre en place une activité nouvelle : la restauration à la propriété, à petite ou grande échelle, peut vous apporter un plus! Transformer

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

LA FABRICATION ET LE COMMERCE

LA FABRICATION ET LE COMMERCE DLPAJ/CAB/BPA LA FABRICATION ET LE COMMERCE Code de la sécurité intérieure (L 313-1 et suivants) Code de la défense (L2332-1 et suivants) Chapitre III du décret n 2013-700 du 30 juillet 2013 Pour le commerce

Plus en détail

Profils temps-température tout au long de la chaîne. Intérêt de ces historiques pour définir une date limite de consommation

Profils temps-température tout au long de la chaîne. Intérêt de ces historiques pour définir une date limite de consommation Profils temps-température tout au long de la chaîne. Intérêt de ces historiques pour définir une date limite de consommation Evelyne Derens-Bertheau Laurence Fournaison Unité Génie des procédés frigorifiques

Plus en détail

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre.

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre. Note à Monsieur René HAMAITE, Directeur général, Direction générale du Sport. Via Monsieur Olivier DEGRYSE, Administrateur général de l Administration générale de l Aide à la Jeunesse, de la Santé et du

Plus en détail

Guide destiné à l exportation des effets personnels

Guide destiné à l exportation des effets personnels Guide destiné à l exportation des effets personnels TRANSPORT MARITIME GUIDE DESTINE A L EXPORTATION DES EFFETS PERSONNELS Nous vous informons que notre entreprise a obtenu la certification OEA (Opérateur

Plus en détail

CIRCUITS COURTS VENTE DIRECTE ET SI VOUS VOUS LAN CIEZ. Mémento pour les porteurs de projet

CIRCUITS COURTS VENTE DIRECTE ET SI VOUS VOUS LAN CIEZ. Mémento pour les porteurs de projet CIRCUITS COURTS VENTE DIRECTE ET SI VOUS VOUS LAN CIEZ Mémento pour les porteurs de projet Les motivations pour se lancer dans la vente directe sont diverses : recherche d autonomie dans son métier, de

Plus en détail

GUIDE DES EXPORTATIONS A DESTINATION DU NIGER

GUIDE DES EXPORTATIONS A DESTINATION DU NIGER GUIDE DES EXPORTATIONS A DESTINATION DU NIGER WWW.SGS.COM A compter du 1er mars 2015, les importations de marchandises à destination de la République du Niger sont soumises à inspection et vérification,

Plus en détail

Mini-laiterie pour la Transformation des Produits Laitiers

Mini-laiterie pour la Transformation des Produits Laitiers I Objectif L'objectif principal est de fournir une ligne complète et polyvalente pour la fabrication de produits laitiers, prêt à l'emplois, facile à transporter et à installer. Nous disposerons de plusieurs

Plus en détail

La gestion de la force de vente. Étape 3

La gestion de la force de vente. Étape 3 La gestion de la force de vente Étape 3 Outils de gestion Garder l oeil sur les ventes; séances quotidiennes de sensibilisation aux progrès Politiques pour appuyer les ventes; éviter certains systèmes

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne

Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et

Plus en détail

Guide d'utilisation des certificats officiels pour l'exportation de denrées alimentaires

Guide d'utilisation des certificats officiels pour l'exportation de denrées alimentaires Verband der KantonschemikerInnen der Schweiz Association des chimistes cantonaux de Suisse Associazione dei chimici cantonali svizzeri Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Gesundheit

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES SECTION 8.3 : LA GESTION DES BIENS MEUBLES ET IMMEUBLES PAGE : 1 POLITIQUE SUR LES TRANSPORTS AVEC UN VÉHICULE LOURD Adoptée : CAD-8927 (14 10 08) Modifiée :

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PRODUIT

FICHE TECHNIQUE PRODUIT FICHE TECHNIQUE PRODUIT 1 FICHE TECHNIQUE PRODUIT DEFINITION Fiche descriptive qui présente avec précision un produit à vendre ou à acheter. Elle reprend les caractéristiques du produit dans le but d informer

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour la tenue d une activité

Formulaire de demande de permis pour la tenue d une activité Formulaire de demande de permis pour la tenue d une activité Au sujet du formulaire Il faut remplir ce formulaire pour demander un permis pour la tenue d une activité dans un parc ou un sentier ou sur

Plus en détail

I - BILAN DE L ACCUEIL

I - BILAN DE L ACCUEIL - 1 - - 2 - Depuis les années 90, Les Restos du cœur de Gisors, situés rue de L Arsenal dans un local mis à disposition par la Municipalité, distribuent des denrées alimentaires en équivalents repas et

Plus en détail

Processus de Contrôle

Processus de Contrôle TS004(GP)v03 Processus de Contrôle PEINTURES ET PRODUITS DE REVÊTEMENT ECOLOGIQUES D ORIGINE NATURELLE Référentiel en vigueur disponible sur http://peintures.ecocert.com demande. ou transmis sur simple

Plus en détail