Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse"

Transcription

1 Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Dr Pascale GUFFROY, Dr Laure CONNAN, Dr Béatrice GUYARD-BOILEAU Introduction Avec le progrès du diagnostic anténatal, nous voyons augmenter le taux de dépistage des pathologies fœtales graves et donc le nombre des interruptions médicales de grossesse (IMG), qui est actuellement de 4000 pour naissances (soit 0.5%). Les indications fœtales représentent plus de 80% des IMG en 2004 (1). Selon la loi française et en vertu de la loi du 17 Janvier 1975, l IMG est autorisée quelque soit le terme de la grossesse. Elle autorise l avortement pour raison médicale si la mère est en péril grave ou si l enfant à naître est atteint d une maladie reconnue incurable au moment du diagnostic. Depuis 1994, la loi impose que chaque dossier de demande d IMG soit présenté devant un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDP). Depuis 2001, la signature de deux médecins membres du centre pluridisciplinaire est indispensable pour pouvoir réaliser l IMG pour indication fœtale. Si l indication est maternelle (la grossesse met en péril grave la santé de la femme), trois personnes dont au moins deux médecins (pas nécessairement membre du CPDP) et une personne tenue au secret médical doivent signer pour l IMG. Bien qu en France les prises en charge légale et administrative soient bien codifiées, il reste la prise en charge médicale et psychologique qui relève de la responsabilité de chaque maternité. Pour les différentes équipes, l objectif premier reste techniquement une expulsion du fœtus par voie basse dans des conditions optimales de sécurité. Nous allons décrire les différents moyens à disposition. Moyens médicamenteux Quelque soit la prise en charge, le but reste d obtenir une expulsion du fœtus par les voies naturelles dans un délai «court» avec le moins d effets secondaires tant physiques que psychologiques. Il existe, selon les équipes, différents protocoles qui associent plusieurs classes de médicaments avec des modalités variables.

2 Deux molécules sont devenues incontournables et ont démontré leurs efficacités dans la prise en charge médicamenteuse des IMG. Il s agit du Mifépristone (Mifégyne ) et du Misoprostol (Cytotec ). a) La Mifépristone (Mifégyne ) = RU486 Cette molécule a une action anti-progestative, elle prépare l action des prostaglandines, permet de diminuer leurs doses et de raccourcir de 50% le temps du travail. En effet, par son action anti-progestative, elle permet une sensibilisation des récepteurs endométriaux et facilite l effet utéro-tonique des prostaglandines. Cette molécule est recommandée dans la prise en charge des IMG depuis plusieurs années par de nombreux auteurs (2,3,4). Contre indications : Insuffisance surrénale chronique. Allergie connue à la mifépristone ou à l'un des constituants du comprimé. Asthme sévère non équilibré par le traitement. Porphyrie héréditaire. Ce médicament n est pas disponible en France en ambulatoire, il est réservé aux centres d orthogénie et établissements réalisant des IMG. Il doit toujours être absorbé en présence d un médecin ou d une sage femme. b) Le Misoprostol (Cytotec ) Le Misoprostol est un analogue synthétique de la prostaglandine E 1. C est un médicament qui présente les propriétés d un anti-ulcéreux majeur avec un effet antisécrétoire. Il est le plus couramment utilisé en gastro-entérologie. Bien que ce produit n aie pas l autorisation de mise sur le marché (AMM) pour les IMG, il est largement utilisé dans cette indication pour de nombreuses raisons. C est un produit efficace, facile d emploi (par voie oral ou vaginal) et de conservation (température ambiante). Il présente une faible incidence des effets secondaires par rapport aux autres prostaglandines, et il est de faible coût. c) Autres traitements : Les autres prostaglandines -La dinoprostone = prépidil (prostinee 2 gel). C est un analogue synthétique de la prostine E 2. Elle est utilisée pour la maturation cervicale. Elle présente plusieurs contre indications (antécédents (ATCD) d hypersensibilité aux prostaglandines, utérus cicatriciel, asthme).

3 -le géméproste = cervagème. C est un analogue synthétique de la prostine E 1. Il n est plus utilisé en premier intention compte tenu de sa difficulté de conservation (-15 C). Il existe de nombreuses contre indications ( ATCD d hypersensibilité aux prostaglandines, HTA, ATCD vasculaires et coronariens, tabagisme) -la sulprostone = nalador. C est un dérivé synthétique de la prostine E 2. Ces molécules sont de moins en moins utilisées dans la prise en charge des IMG. Moyens complémentaires Plusieurs techniques sont utilisées comme moyen complémentaires pour permettre d améliorer les conditions des IMG. 1. Les laminaires = dilapan Les laminaires peuvent être placés dans le col après la prise de Mifépristone et avant celle du Misoprostol dans le but de diminuer le délai d expulsion. Le mécanisme est triple : - stimulation de la libération locale de prostaglandine - distension passive du col - facilite l accès ultérieur aux membranes pour permettre une rupture artificielle plus précoce. Leurs poses peut être parfois difficile et douloureuse surtout chez les nullipares et peut se faire une fois l analgésie péridurale en place. 2. L analgésie L épreuve psychologique vécue par les femmes qui subissent une IMG incite à diminuer au maximum la douleur physique. Une analgésie péridurale est mise en place dès l arrivée des femmes en salle de travail avant la prise du Misoprostol et avant le début des contractions utérines. En cas de contre indication à la péridurale, une PCA à la morphine est proposée. 3. Le fœticide Son intérêt est potentiellement multiple : - Eventuelle diminution de la douleur fœtale - Expulsion d un fœtus sans vie (il n y a donc pas d infanticide à réaliser, ce dernier étant puni par la loi) Il est réalisé en fonction des équipes à partir de 23, 24, 25 ou 26 semaines d aménorrhées.

4 Il est pratiqué pour la majorité des équipes avant l induction du travail et après la pose de la péridurale, sous contrôle échographique. Plusieurs produits peuvent être utilisés, il est actuellement recommandé de réaliser au niveau du cordon une injection de 2 cc de fentanyl puis 10 à 20 cc de xylocaïne à 1% non adrénalinée. Ceci présente le double intérêt de ne pas prendre de risque vital pour la mère et de limiter l effet neurotoxique pour l examen foeto-pathologique. En cas d échec, il est proposé de réaliser une injection intra-cardiaque de 5 cc de KCl. Complications 1. La rupture utérine Cette complication est rare (1 à 4.3% selon les études (5)), mais elle est plus élevée que lors du travail à terme. Elle est le plus souvent rapportée sur les utérus cicatriciels. Il existe d autres facteurs de risques connus comme les malformations utérines ou les disproportions foeto-pelviennes. Certaines précautions sont alors préconisées comme l utilisation des prostaglandines à demi-dose ou la mise en place d un capteur interne de tocographie. 2. Les autres complications L hémorragie de la délivrance ou les infections ne sont pas plus fréquentes que dans les accouchements normaux. Protocole proposé Jour 1: 3 comprimés de 200 mg de Mifégyne (Mifépristone), soit 600 mg en présence d un médecin Jour 2: Hospitalisation le soir et +/- pose d un laminaire Jour 3: Bloc obstétrical pour la pose de l analgésie péridurale +/- fœticide. Débuter la prise de Cytotec (Misoprostol) à dose de 400 μg (2 comprimés) toutes les 3 heures par voie orale jusqu à l expulsion, 5 prises maximum. Le Cytotec est donc débuté 36 à 48 heures après la prise de Mifégyne. Ablation du laminaire et rupture artificielle des membranes dès que possible. Au moment de l expulsion, une neuroleptanalgésie est proposée à la patiente. Cette expulsion peut se faire par voie basse même si la patiente est sédatée, l épisiotomie évité le plus souvent. NB : En cas d utérus cicatriciel, le Cytotec est donnée à demi dose. Gamma-globulines anti-d si Rhésus négatif.

5 Avec ce protocole, le délai moyen d expulsion est d environ 5 heures, avec 98% d expulsion par voie naturelle (2). Conclusion Grâce à une adaptation des protocoles médicamenteux et à la mise en place de l analgésie péridurale, l amélioration de la prise en charge des IMG permet un meilleur confort de la patiente mais aussi de l équipe soignante. Deux médicaments ont particulièrement contribué à cette amélioration : la Mifépristone et le Misoprostol. Références 1. DOMMERGUES M., MANDELBROT L. «Quelles sont les indications des interruptions médicales de grossesses en France? Résultats préliminaires de l études ICI.» Médecine fœtale et Echographie en gynécologie. N 66 Juin 2006 p HOFFER M.C., CHARLIER C. «Evaluation de l association RU486 Laminaires Misoprostol Anesthésie péridurale dans les interruptions médicales de grossesse des 2 e et 3 e trimestre» J Gynecol Obstet Biol Reprod 1998 ; 27 : WINER N., LOPEZ P. «The fundamental basis and obstetrical applications of mifepristone or RU-486 (Voluntary interrupted pregnancies exclued)» Gynecol Obstet 1993 Feb ; 88(2) : BARTLEY J., BAIRD D.T. «A ramdomised study of misoprostol and gemeprost in combination with mifepristone for induction of abortion in the second trimester of pregnancy» BJOG Nov ;109(11): BOULOT P., HOFFET M., BACHELARD et Al. «Late vaginal induced abortion after a previous cesarean birth: potential for uterine rupture.» Gynecol Obstet Invest. 1993;36(2):87-90.

6

Interruption Volontaire de Grossesse

Interruption Volontaire de Grossesse Interruption Volontaire de Grossesse Consultation avec : - entretien +++ - examen clinique (aspect du col, dernier frottis) - échographie endovaginale +++ Première consultation obligatoire, remplir la

Plus en détail

Equipe actuellement en charge de l IVG médicamenteuse

Equipe actuellement en charge de l IVG médicamenteuse Equipe actuellement en charge de l IVG médicamenteuse G. BIANCHI CdC A. LOURENCO Ass C. SCHWARZ Ass P. DALLENBACH Ass R. KULIER Ass recherche F. LUDICKE Ass recherche Protocole Mifégyne et Cytotec Mifepristonum

Plus en détail

L IVG médicamenteuse en ville OGDPC-FNCGM CGMPIF

L IVG médicamenteuse en ville OGDPC-FNCGM CGMPIF L IVG médicamenteuse en ville OGDPC-FNCGM CGMPIF Paris 13 JUIN 2014 Docteur Héliane MISSEY-KOLB - Docteur Elisabeth AUBENY Historique de l IVG médicamenteuse en ville 1983-1 er essai Ru 486, seul, à l

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Accouchement gémellaire

Accouchement gémellaire Sommaire Introduction Accouchement gémellaire 1 - Physiopathologie des dystocies gémellaires 2 - Conditions générales pour l'accouchement 3 - Déroulement de l'accouchement, partition à quatre temps 4 -

Plus en détail

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives?

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? 11 e Journée annuelle de présentation des travaux académiques des résidents Le vendredi 30 mai 2014 Par Julie Laverdière Résidente

Plus en détail

* Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M.

* Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M. * Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M. http://apps.who.int/rhl/fertility/abortion/pccom/en/ Réduit la mortalité maternelle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Quelle contraception après une IVG médicamenteuse

Quelle contraception après une IVG médicamenteuse Quelle contraception après une IVG médicamenteuse Philippe Faucher GCS Bluets-Trousseau - Paris Déclaration d intérêt : Membre du groupe d experts auprès du Laboratoire Sanofi Pasteur MSD sur l Implant

Plus en détail

Insémination artificielle

Insémination artificielle Insémination artificielle En quoi consiste l insémination artificielle? L insémination artificielle est une technique de reproduction assistée qui consiste à introduire des spermatozoïdes, préalablement

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

La fausse-couche. Page 1/6 - La fausse-couche. Page 2/6 - Fausse-couche précoce et fausse-couche tardive. 05/09/2011 - Par Destination Santé

La fausse-couche. Page 1/6 - La fausse-couche. Page 2/6 - Fausse-couche précoce et fausse-couche tardive. 05/09/2011 - Par Destination Santé 05/09/2011 - Par Destination Santé La fausse-couche On estime le nombre de fausses-couches par an à 20.000 en France. Quels sont les signes d'une faussecouche? Quelles en sont les causes, et quels traitements

Plus en détail

Dr Geoffroy ROBIN CHRU de LILLE

Dr Geoffroy ROBIN CHRU de LILLE Dr Geoffroy ROBIN CHRU de LILLE Enjeux: Prévenir les grossesses rapprochées et leurs risques (prématurité, RCIU ) Diminuer nombre de grossesses non désirées et d IVG 11.000 IVG en post-partum/an en France

Plus en détail

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE Collège Saint Pierre 24 Rue du Four à Chaux 62100 CALAIS Tél : 03.21.00.72.72 INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE SVT 1 Sommaire : Introduction p.3 Les consultations médicales préalables 1 ère consultation

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 (Résumé Dr S Favrin) Le but est de baser la prise en charge des accouchements sur

Plus en détail

Interruption volontaire de grossesse (28) Léon Boubli,Georges Léonetti, Raha Shojai Mai 2005 (Mise à jour 2007-2008)

Interruption volontaire de grossesse (28) Léon Boubli,Georges Léonetti, Raha Shojai Mai 2005 (Mise à jour 2007-2008) Interruption volontaire de grossesse (28) Léon Boubli,Georges Léonetti, Raha Shojai Mai 2005 (Mise à jour 2007-2008) 1. Introduction Depuis la loi du 17 janvier 1975 (complétée par celle du 31 décembre

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale version 4 page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/008/C Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N Date de la version modification 1 13/03/2003 2 09/05/2004 3 07/06/2012 Suivi des modifications Objet de la

Plus en détail

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL DE L UTERUS PAR ECHOGRAPHIE PAR VOIE VAGINALE INTERET DANS LA PREVISION DE L ACCOUCHEMENT PREMATURE SPONTANE RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Texte court

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Conclusions scientifiques

Conclusions scientifiques Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de l avis positif soumis à condition relative à l autorisation de mise sur le marché et de la modification du résumé des caractéristiques du produit et de

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL La stérilisation féminine volontaire ou contraception définitive? H. Marret Pole de gynécologie obstétrique médecine de la reproduction et génétique Hôpital Bretonneau 37044 Tours Cedex1 France Un mode

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L IVG MÉDICAMENTEUSE

PRISE EN CHARGE DE L IVG MÉDICAMENTEUSE PRISE EN CHARGE DE L IVG MÉDICAMENTEUSE EPIDÉMIOLOGIE Nombre d Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) évalué en France métropolitaine à 213 000 en Nombre relativement stable avec légères fluctuations

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

CONTRACEPTION DU POST-PARTUM 1

CONTRACEPTION DU POST-PARTUM 1 Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles - 78150 Le Chesnay Tel : 01.39.43.12.04 Fax : 01.39.43.13.58 E-Mail : cpav@medical78.com Web:

Plus en détail

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La parturiente de plus de 35 ans E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Introduction Haut conseil de la population et de la Famille - Avril 2005 «l augmentation

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval.

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval. OBJET : PROTOCOLE INFIRMIER Guider l infirmière qui assure le suivi d une parturiente en antepartum ou durant le travail et monitoring électronique fœtal continu (MÉF). INTERVENANT(S) CONCERNÉ(S) : Infirmières

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I

Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I INTRODUCTION Le tabagisme gravidique est le principal facteur de risque modifiable

Plus en détail

DOCUMENT DIM CODAGE DES NAISSANCES Dont MORT-NÉS ( 22 semaines OU 500 g)

DOCUMENT DIM CODAGE DES NAISSANCES Dont MORT-NÉS ( 22 semaines OU 500 g) DOCUMENT DIM CODAGE DES NAISSANCES Dont MORT-NÉS ( 22 semaines OU 500 g) Contexte : 1) Le PMSI est désormais utilisé en France pour la production des indicateurs de : Mortinatalité = mort-nés / naissances

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés Annexe A : Pré-test Pré-Test Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Guide du Facilitateur Pré-Test Écrire «Vrai» ou «Faux» pour chaque phrase Ecrire Vrai ou Faux pour chaque phrase

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg LA GROSSESSE Consultation préconceptionnelle Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg généralité La déclaration doit être effectuée avant la fin de la 14e

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite?

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite? Alain Villette*, Thierry Collier**, Thierry Delannoy*** *DSO **docteur en chirurgie dentaire ***docteur en chirurgie dentaire Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier

Plus en détail

Fécondation In Vitro (FIV / ICSI)

Fécondation In Vitro (FIV / ICSI) Fécondation In Vitro (FIV / ICSI) Définition La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée (PMA) qui consiste à féconder un ovocyte (ou gamète féminin) par un spermatozoïde

Plus en détail

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131 INFORMATION DU PATIENT Le Centre Henri-Becquerel est le Centre de Lutte Contre le Cancer de Haute-Normandie, spécialisé dans le dépistage, le diagnostic, les soins en cancérologie, ainsi que dans la recherche

Plus en détail

L interruption volontaire de grossesse

L interruption volontaire de grossesse Huitième partie L interruption volontaire de grossesse Ce n est pas une méthode contraceptive. C est même, à mon sens, ce que toutes les méthodes contraceptives visent à éviter. Car la contraception n

Plus en détail

Hépatite B et Grossesse

Hépatite B et Grossesse Hépatite B et Grossesse Najet Bel Hadj CHU Mongi Slim La Marsa Tunis Chez la femme enceinte, l infection virale B est dominée par le risque de transmission mère enfant qui reste une cause majeure du maintien

Plus en détail

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS 5 e FORUM Régional Est de l omnipraticien Oum El Bouaghi, le 04 Novembre 2010 Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS Dr Y.CHIKHI Service de médecine interne et gastro-entérologie

Plus en détail

INITIATION A L IVG MEDICAMENTEUSE

INITIATION A L IVG MEDICAMENTEUSE INITIATION A L IVG MEDICAMENTEUSE L IVG MEDICAMENTEUSE EN FRANCE : EPIDÉMIOLOGIE L IVG EN FRANCE : EPIDÉMIOLOGIE Le nombre d Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) était évalué en France métropolitaine

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

IVG INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE ON CORPS, MON CHOIX, MON DROIT. Mémo Pratique WWW.IVG.GOUV.FR. Emma, 21 ans.

IVG INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE ON CORPS, MON CHOIX, MON DROIT. Mémo Pratique WWW.IVG.GOUV.FR. Emma, 21 ans. INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE Mémo Pratique Emma, 21 ans. IVG ON CORPS, MON CHOIX, MON DROIT WWW.IVG.GOUV.FR Sexualités - Contraception - IVG Sommaire IVG, PLUSIEURS SOLUTIONS

Plus en détail

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE. Samedis de la Contraception IVG A Martin

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE. Samedis de la Contraception IVG A Martin INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE Situation 210 000 IVG annuellement IVG échec de contraception? 25 % des patientes sous OP 15000 IVG par an chez mineures en augmentation Importance de la contraception

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

PARTICULARITES DE LA GROSSESSE CHEZ L ADOLESCENTE. YOPI 26 Mai 2011. Dr Melissa SPILMANN CHD La Roche sur Yon

PARTICULARITES DE LA GROSSESSE CHEZ L ADOLESCENTE. YOPI 26 Mai 2011. Dr Melissa SPILMANN CHD La Roche sur Yon PARTICULARITES DE LA GROSSESSE CHEZ L ADOLESCENTE YOPI 26 Mai 2011 Dr Melissa SPILMANN CHD La Roche sur Yon INTRODUCTION Grossesse chez une mineure: signe d alerte Choix de poursuite ou d interruption:

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 22 août 2000 (JO du 30 août 2000) UTROGESTAN 100 mg, capsule molle

Plus en détail

Place de l'acupuncture en obstétrique

Place de l'acupuncture en obstétrique Place de l'acupuncture en obstétrique Dr Jean-Marc STÉPHAN Directeur de la revue «Acupuncture & Moxibustion» Coordinateur du DIU d Acupuncture Obstétricale de Lille 2 Chargé d Enseignement à la Faculté

Plus en détail

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL DÉFINITIONS: } Aménorrhée: Absence du flux menstruel chez une femme en âge d'être réglée. } Aménorrhée primaire e : Absence d'apparition des premières règles à partir de l'âge de 17 (16) ans. } Aménorrhée

Plus en détail

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Cause Lésion Renforcement DOULEUR Apprentissage Mémoire Cercle vicieux Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Retentissement Affectif Pensée négative Prise en charge pluridisciplinaire Les approches

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

1 à 1,5% mais 10% mortalité périnatale. 1 à 2% Triplets Diagnostic clinique : HU > Gr. Unique. Deux fœtus BDC : deux foyers

1 à 1,5% mais 10% mortalité périnatale. 1 à 2% Triplets Diagnostic clinique : HU > Gr. Unique. Deux fœtus BDC : deux foyers Les grossesses multiples J Lansac CHU Tours 1 Grossesses gémellaires Fréquence 1 à 1,5% mais 10% mortalité périnatale Taux en augmentation : âge maternel AMP = 25% Jumeaux en FIV 1 à 2% Triplets Diagnostic

Plus en détail

Comment se déroule un scanner?

Comment se déroule un scanner? Comment se déroule un scanner? Vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans un large anneau, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d examen ; nous pourrons communiquer avec vous grâce à

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

LOMBALGIES ET GROSSESSE

LOMBALGIES ET GROSSESSE 2 ème Congrès s National de la SOFMMOO LOMBALGIES ET GROSSESSE Le point de vue de l obstétricien Fritz G.,Boudier E., Nisand I. Département de Gynécologie-Obstétrique CHU Strasbourg. INTRODUCTION Manque

Plus en détail

MODALITÉS DU TRAITEMENT: FORME GALÉNIQUE, VOIE D ADMINISTRATION, DOSE. Catherine RONGIERES Centre d AMP CHU Strasbourg

MODALITÉS DU TRAITEMENT: FORME GALÉNIQUE, VOIE D ADMINISTRATION, DOSE. Catherine RONGIERES Centre d AMP CHU Strasbourg MODALITÉS DU TRAITEMENT: FORME GALÉNIQUE, VOIE D ADMINISTRATION, DOSE Catherine RONGIERES Centre d AMP CHU Strasbourg CONFLIT D INTERET AUCUN PROGESTERONE SUPPORT IN IVF: IS EVIDENCE-BASED MEDICINE TRANSLATED

Plus en détail

Soulagement de la douleur au cours du travail

Soulagement de la douleur au cours du travail Page 1 (Front page) Soulagement de la douleur au cours du travail Cette brochure a pour but de vous donner quelques informations sur la douleur au cours du travail menant à l accouchement, et les différents

Plus en détail

«Grippe et femme enceinte» Analyse de la RMMMr de la région Nord-Pas-de-Calais.

«Grippe et femme enceinte» Analyse de la RMMMr de la région Nord-Pas-de-Calais. «Grippe et femme enceinte» Analyse de la RMMMr de la région Nord-Pas-de-Calais. Dr Elisabeth VERITE, Dr Anne-Sophie DUCLOY-BOUTHORS 24 octobre 2013 Soirée URPS MG 24 octobre 2013 Un groupe «révue morbi-mortalité

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

IVG 9-14: deux méthodes ont montré leur faisabilité et leur efficacité

IVG 9-14: deux méthodes ont montré leur faisabilité et leur efficacité IVG 9-14: deux méthodes ont montré leur faisabilité et leur efficacité La méthode médicamenteuse: association, en séquence, anti progestérone/prostaglandine La méthode instrumentale sous AL ou AG. Pourquoi

Plus en détail

Je ne désire pas garder cette grossesse ou L interruption volontaire de grossesse

Je ne désire pas garder cette grossesse ou L interruption volontaire de grossesse Je ne désire pas garder cette grossesse ou L interruption volontaire de grossesse S. Figon, MF Le Goaziou, M Flori, M Daniére, M Blanc DMG de Lyon L essentiel - Le délai maximum de prise en charge de l

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM

HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2012 Sfar. Tous droits réservés. HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM V. Cohadon, G. Rubéo-lisa, C. Fournier, H. Keita* Service d Anesthésie, Hôpital Louis-Mourier,

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

DIABETE DE TYPE 2 ET GROSSESSE

DIABETE DE TYPE 2 ET GROSSESSE DIABETE DE TYPE 2 ET GROSSESSE Pr Anne VAMBERGUE Service d Endocrinologie et Diabétologie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Faculté de Médecine Université Lille 2 Diabète et grossesse Diabète pré gestationnel:

Plus en détail

HEURTEBIZE Gabriel Vous allez tomber amoureux de nouuuus! La peau douce quoi!

HEURTEBIZE Gabriel Vous allez tomber amoureux de nouuuus! La peau douce quoi! HEURTEBIZE Gabriel Vous allez tomber amoureux de nouuuus! La peau douce quoi! HARDILLIER Paul Mardi 14 Février 14h-16h Merci à Julie pour les feuilles et merci à Rémy pour son soutien «Elle est bonne Affligem?

Plus en détail

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose congénitale Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose Protozoose cosmopolite très fréquente (45% population en France) Gravité variable selon le terrain Contamination

Plus en détail

de premier recours en 2013 Généralités

de premier recours en 2013 Généralités Colloque MPR 6 février 2013 Hypothyroïdie pour le médecin de premier recours en 2013 Dr Patrick Meyer, endocrinologue Dr Sascha Pfaender, interniste Cas clinique Femme 35 ans, asthénie depuis 3 mois, constipation,

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Instruction du 26/10/11 relative au codage des mort-nés dans le PMSI (production de l indicateur de mortinatalité)

Instruction du 26/10/11 relative au codage des mort-nés dans le PMSI (production de l indicateur de mortinatalité) Instruction du 26/10/11 relative au codage des mort-nés dans le PMSI (production de l indicateur de mortinatalité) Dr Philippe Cormier Groupe Evaluation 1 Enfant mort-né une réglementation changeante Description

Plus en détail

II- DAT pour grossesse prolongée : préalables et conditions

II- DAT pour grossesse prolongée : préalables et conditions Page 1 sur 5 Proposition de procédure médicale RESEAU PERINAT GUYANE PROTOCOLE GYN OBST N 23 Déclenchement artificiel du travail pour grossesse prolongée. Rédigée par : Dr Gabriel Carles Rédigée par :

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Prise en charge périnatale des pathologies foetales sans recours à. - Pôle d obstétrique. Hôpital Jeanne de Flandre. CHRU de Lille.

Prise en charge périnatale des pathologies foetales sans recours à. - Pôle d obstétrique. Hôpital Jeanne de Flandre. CHRU de Lille. Prise en charge périnatale des pathologies foetales sans recours à l interruption médicale de grossesse. Conduite obstétricale. Philippe Deruelle. - Pôle d obstétrique. Hôpital Jeanne de Flandre. CHRU

Plus en détail

Etat membre Titulaire de l Autorisation de Mise sur le Marché Nom de marque Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Autriche Exelgyn

Etat membre Titulaire de l Autorisation de Mise sur le Marché Nom de marque Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Autriche Exelgyn ANNEXE I LISTE DES NOMS DE MARQUE, DES FORMES PHARMACEUTIQUES, DU DOSAGE, DE LA TAILLE DU MEDICAMENT, DE LA VOIE D ADMINISTRATION ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DANS LES ETATS

Plus en détail

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique?

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? Pourquoi réadapter l artériopathe? => Impact santé publique, Recommandations Qu attendre de la réadaptation? =>Nombreux bénéfices Comment faire? =>Spécificités

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle. Mlle G.U. Contraception Hormonal en 2010: progrès et vieux démons

Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle. Mlle G.U. Contraception Hormonal en 2010: progrès et vieux démons Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle Ana Paula Godinho Oliveira Lourenco, Département de gynécologie et obstétrique et Consultation Santé Jeunes T. Huber-Gieseke, SMPR HUG

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Travail en collaboration avec le service de diabétologie du Professeur Agnès HARTEMANN

Travail en collaboration avec le service de diabétologie du Professeur Agnès HARTEMANN GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur M DOMMERGUES Auteurs : D. VAUTHIER BROUZES J. NIZARD S. JACQUEMINET C. CIANGURA A. HARTMANN (Diabétologues) Date rédaction

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Historique dans le monde

Historique dans le monde L Expérience Tunisienne et l évolution des services de l avortement et PF depuis 1965 Rencontre sur l avortement médicamenteux ATDS-STGOSTGO 28 Mai 2011- Hotel Barcelo-Gammarth Selma HAJRI 1 Historique

Plus en détail

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Diabète gestationnel Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Deux risques, un progrès - Considérer que c est un «petit diabète» - En faire trop et

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF version 3 page 1/10 Référence : RSN/PR/REA.O/009/C Date de 1 ère mise en service : 09/05/2004 Suivi des modifications N Date de la Objet de la modification Faite par : version modification 1 13/12/2006

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail