SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN"

Transcription

1 Mémoire sur : Les relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Septembre 2005

2

3 TABLE DES MATIÈRES Mémoire sur : Les relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation AVANT-PROPOS... i I. INTRODUCTION... 1 II. CONTEXTE... 1 III. POSITION DE L ABC SUR LES PROPOSITIONS DE POLITIQUES Codifier la priorité des intérêts du client Restreindre les avantages liés au rendement offerts aux intermédiaires Améliorer la transparence relative à la rémunération, aux liens de propriété et à d'autres intérêts financiers... 6 IV. CONCLUSION... 12

4

5 AVANT-PROPOS L Association du Barreau canadien est une association nationale qui représente plus de juristes, avocats, avocates, notaires, professeurs, professeures et étudiants, étudiantes en droit dans l ensemble du Canada. Les principaux objectifs de l Association comprennent l amélioration du droit et de l administration de la justice. Le présent mémoire a été préparé par la Section nationale du droit des assurances de l Association du Barreau canadien, avec l'assistance de la Direction de la législation et de la réforme du droit du bureau national. Ce mémoire a été examiné par le Comité de législation et de réforme du droit et approuvé à titre de déclaration publique de la Section nationale du droit des assurances de l Association du Barreau canadien. - i -

6

7 Mémoire sur : les relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation I. INTRODUCTION La Section nationale du droit des assurances de l Association du Barreau canadien (Section de l ABC) se réjouit de pouvoir participer à cette consultation des intervenants et intervenantes sur la nouvelle réglementation éventuelle, décrite dans le document de consultation intitulé Relations entre assureurs et intermédiaires (Document de consultation). II. CONTEXTE L examen auquel procèdent actuellement le Comité de révision des pratiques de l industrie du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et les organismes de réglementation des services d assurance au Canada (connus sous l abréviation anglaise CISRO) se rapporte à l enquête Spitzer entreprise en octobre 2004 sur le courtier d assurance Marsh & McLennan. Selon la première partie de la plainte civile, il était allégué que les employés, employées, du courtier se livraient au «truquage de soumissions» et à la fixation des prix et avaient comploté pour manipuler le marché de l assurance. La deuxième partie de la plainte civile était que Marsh & McLennan n avait pas divulgué à ses clients et clientes qu ils recevaient des commissions conditionnelles d assureurs fondées sur le volume des primes et la persistance (taux de renouvellement des politiques). D autres responsables de la réglementation d assurance et gouvernements d États des États-Unis ont élargi la portée de l enquête.

8 Page 2 Relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation En réaction à ces situations survenues aux États-Unis, le CCRRA et les CISRO ont créé le Comité de révision des pratiques de l industrie (CRPI) pour examiner les relations financières entre les compagnies d assurance et leurs intermédiaires qui présentent un potentiel de conflit d intérêts. À la fin de 2004, le CCRRA et les CISRO ont fait parvenir un sondage aux participants et participantes de l industrie dans le but d obtenir des réponses aux questions posées. Les résultats du sondage ont été publiés. Aucune activité illégale comme le «truquage des soumissions» n a été révélée. Le marché de l Ontario est apparu comme très compétitif. Les courtiers en incendie, accidents, risques divers (IARD), l industrie des assurances de personnes (assurance-vie assurance-maladie) et les sociétés de courtage, en réponse à la plainte civile et au sondage, ont tous pris des mesures pour répondre aux préoccupations qu a fait ressortir le sondage. Ces mesures adoptées par l industrie étaient volontaires, mais les participants de l industrie semblent avoir largement emboîté le pas. Il est aussi important de souligner que cette enquête et la réponse des participants de l industrie n ont pas été dictées par les plaintes des consommateurs. Les mesures qu ont prises les responsables de la réglementation et l industrie jusqu à maintenant visent divers objectifs : la confiance du public; l information du public; l égalité; une réglementation qui peut évoluer en fonction du contexte; l harmonisation; des marchés concurrentiels. Le CCRRA et les CISRO ont demandé l apport de la Section de l ABC sur les aspects décrits dans le document de consultation de juin

9 Mémoire de la Section nationale du droit des assurances Page 3 de l Association du Barreau canadien III. POSITION DE L ABC SUR LES PROPOSITIONS DE POLITIQUES La nouvelle réglementation envisagée dans le document de consultation consiste en ce qui suit : 1. codifier la priorité des intérêts du client ou de la cliente; 2. restreindre les avantages liés au rendement offerts aux intermédiaires; 3. améliorer la transparence relative à la rémunération, aux liens de propriété et à d autres intérêts financiers. 1. Codifier la priorité des intérêts du client Les règles et lignes directrices actuellement en vigueur dans l industrie régissent les transactions de vente d assurances. De plus, les organes provinciaux et territoriaux de réglementation exigent, dans leurs règlements, que les conseillers et conseillères en assurances agissent au mieux de l intérêt de leurs clients et clientes. Toutes ces règles et tous ces règlements définissent la priorité de l intérêt du client. En outre, les tribunaux des provinces et des territoires du Canada reconnaissent que les conseillers en assurances doivent donner préséance à l intérêt de leur client sur le leur dans l exécution de leurs fonctions. Les conseillers qui font passer leurs propres intérêts avant ceux du client devront en subir les conséquences de la part de l industrie, du responsable de la réglementation ou des tribunaux. Un vaste cadre juridique existe au Canada pour protéger les consommateurs et consommatrices. La position de la Section de l ABC consiste à affirmer que la priorité de l intérêt des clients est déjà reconnue dans la loi et qu il n est pas nécessaire d instaurer d autres mesures législatives pour la codifier. Cependant, les provinces et les - 3 -

10 Page 4 Relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation territoires n appliquent pas une approche uniforme dans la manière dont un conseiller est censé réagir à un conflit d intérêts. Le Comité de révision des pratiques de l industrie devrait envisager de recommander l harmonisation de ces approches. 2. Restreindre les avantages liés au rendement offerts aux intermédiaires Incitatifs sous forme de voyages Auparavant, les conseillers et conseillères n étaient pas tenus de divulguer les incitatifs sous forme de voyages ou autres avantages non monétaires aux clients et clientes. Ces avantages ne sont pas courants dans le secteur des assurances IARD mais le sont, traditionnellement, dans le secteur de l assurance de personnes. Les assureurs exploitent ces avantages pour motiver le réseau de distribution à travailler plus fort et à vendre davantage de produits. En vertu des nouvelles lignes directrices sur l assurance de personnes que met en vigueur l Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP), ces incitatifs doivent être divulgués. Cette divulgation est imposée même si un conseiller, qui doit être admissible aux avantages, n est pas en mesure de prédire avec certitude au début d une période de référence qu il pourra réellement y être admissible. Il ne semble y avoir rien de mal, en principe, à l octroi de primes de voyage au personnel des ventes. C est un usage courant dans toute industrie liée aux ventes. Le problème, de la perspective du consommateur, est le suivant : le conseiller m a-t-il vendu le produit de sa compagnie parce que celui-ci répond à mes besoins, ou m a-t-il vendu une police qui ne me convient pas (ou qui me convient moins) pour être admissible à cette prime? Si le conseiller a pris la décision de vendre cette police pour être admissible à une prime, il est clair qu il a pris une décision susceptible d être contraire à l intérêt du client. D après le cadre de réglementation et le cadre professionnel en vigueur - 4 -

11 Mémoire de la Section nationale du droit des assurances Page 5 de l Association du Barreau canadien actuellement, le conseiller serait frappé de sanction pour avoir effectué cette vente. Les questions à poser avant de décider de la nécessité de mesures législatives sont les suivantes : une enquête plus poussée est-elle nécessaire pour déterminer l ampleur de tout problème pouvant exister dans l industrie? Dans la négative, ce problème particulier des incitatifs sous forme de voyages est-il si répandu qu il faille en bannir intégralement la pratique? Si la pratique est bannie, quel degré d appréciation un fournisseur peut-il exprimer à ses producteurs avant que «l appréciation» puisse être considérée comme un incitatif inopportun? Comment l interdiction serait-elle appliquée? Offre de services et d assistance Entre autres questions traitées par le document de consultation, on cherchait à savoir si un assureur qui offre des services (comme des locaux de bureaux) à un intermédiaire crée un conflit d intérêts potentiel, et si des mesures réglementaires s imposent pour contrer cette pratique. La réponse à cette question est difficile, parce qu elle dépend du niveau et de la valeur des services que fournit l assureur, et si les conseillers doivent être qualifiés pour ce niveau de service d après les cibles de ventes. On pourrait supposer que plus le service a de valeur et moins il est disponible, plus grand est le risque de conflit d intérêts. L interdiction de tels services de soutien en toute circonstance ne semble pas utile puisque, on le présume, les consommateurs bénéficient dans une certaine mesure de ses services offerts aux conseillers indépendants. La Section de l ABC estime qu il serait quasiment impossible de rédiger un règlement pour résoudre cette question en faisant la distinction entre des services indispensables et le simple accommodement du monde des affaires. Il serait - 5 -

12 Page 6 Relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation extrêmement difficile à un responsable de la réglementation d assurer le respect de toute interdiction, quelle qu elle soit, de tels services de soutien, de façon avantageuse par rapport aux coûts. 3. Améliorer la transparence relative à la rémunération, aux liens de propriété et à d'autres intérêts financiers Divulgation de la rémunération Selon le sondage, la question de la divulgation de la rémunération pour le secteur des assurances IARD est très différente des considérations se rapportant au secteur de l assurance de personnes. Si des règlements étaient adoptés, il pourrait se révéler nécessaire d en avoir de différents pour le secteur des assurances IARD et celui de l assurance de personnes. La plus grande distinction entre ces deux secteurs, c est que le contrat d assurance IARD est un arrangement à court terme six ou douze mois. La relation contractuelle, pour l assurance de personnes, est beaucoup plus durable plusieurs années à tout le moins. Le secteur des assurances IARD a adopté une ligne directrice volontaire selon laquelle le courtier indépendant, au moment de la vente, remet au client une liste de toutes les compagnies qu il représente et du barème des commissions que versent ces compagnies pour différents produits. L échantillon des déclarations de divulgation passé en revue est facile à comprendre et efficace. La divulgation du montant réel de la commission n ajouterait aucun renseignement d importance pour le consommateur et ne ferait qu alourdir le fardeau du conseiller. Ce qui intéresse le consommateur, quand il achète un produit d un conseiller indépendant, c est que le conseiller le recommande à une compagnie d assurance qui est en mesure de répondre à ses besoins et d offrir une protection et les - 6 -

13 Mémoire de la Section nationale du droit des assurances Page 7 de l Association du Barreau canadien services requis au meilleur prix. Le consommateur ne veut pas forcément l assurance la moins coûteuse la protection pourrait être insuffisante ou la compagnie pourrait fournir un piètre service en cas de réclamation. Effet sur les compagnies d assurance de personnes Un contrat d assurance de personnes est, de par sa nature, un contrat à long terme. La divulgation de toute commission devrait tenir compte de cette longévité. Par exemple, le secteur de l assurance-vie verse souvent des commissions maximales les premières années du contrat, et de plus faibles commissions par la suite. Le seul fait d informer le client de la commission et de la prime versées la première année pourrait lui donner une vision déformée du barème des commissions. Par exemple, le total de la commission et la prime de la première année sur un produit d assurance-vie universelle payable au conseiller est souvent nettement supérieur à la prime initiale. La plupart des consommateurs comprendraient mal que les commissions soient si élevées. Si la commission doit être divulguée, ce devrait être une commission étalée sur le nombre d années que la plupart des politiques de ce type sont susceptibles de durer. Si les conseillers devaient divulguer leur rémunération sans appliquer de formule d étalement, le secteur pourrait adopter un nouveau barème de commissions plus facile à comprendre pour les consommateurs, par exemple, une commission moyenne actualisée ou des commissions salariées. Le montant total de la rémunération versée au conseiller pourrait être le même (ou plus ou moins, selon la durée du contrat), mais il pourrait être plus facile de l expliquer. La modification des règles de divulgation de la rémunération est peu susceptible de réduire le coût des assurances pour les consommateurs. Cependant, les commissions étalées ou salariées pourraient avoir moins d attrait pour les conseillers, ce qui risque d avoir des répercussions imprévues et - 7 -

14 Page 8 Relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation indésirables pour les consommateurs et les participants du secteur. Par exemple, les courtiers pourraient abandonner la vente de produits d assurance-vie et vendre d autres types de produits financiers. Les consommateurs auraient alors un choix réduit de produits, et d endroits où les acheter. La baisse de la concurrence pourrait favoriser une hausse du coût de l assurance. Si le responsable de la réglementation conclut, à l issue d une analyse approfondie de la question, que ces commissions élevées de la première année représentent une préoccupation pour le consommateur, il devrait réglementer directement plutôt que par le truchement d exigences de divulgation. Ristourne Si un courtier doit divulguer soit la commission, soit le taux de la commission, le consommateur s attendra-t-il à ce que le courtier puisse réduire la commission et lui rembourser la différence? Le consommateur pourrait alors considérer les commissions comme des éléments négociables. La ristourne de commissions d assurance est actuellement illégale dans bien des compétences. Les conseillers pourraient subir des pressions pour s engager dans cette pratique illégale afin de répondre aux attentes et aux exigences des consommateurs. La modification de ces règles de divulgation pourrait créer la nécessité correspondante de relâcher les règles sur la ristourne de commissions. Le cas échéant, le CRPI devrait recommander que les modifications à la légalité de la ristourne soient uniformes partout au Canada. Commissions conditionnelles D après le sondage, les commissions conditionnelles sont pratique courante dans le secteur des assurances IARD mais pas dans celui de l assurance de personnes. Les assureurs IARD verseront une prime de 2 % à 3 % en fonction de critères qu ils auront établis. Ces primes seront fixées pour une période de trois années et sont, en fait, une récompense au distributeur pour avoir vendu des assurances rentables. Il semble qu un conseiller ne pourrait pas orienter ses clients vers un - 8 -

15 Mémoire de la Section nationale du droit des assurances Page 9 de l Association du Barreau canadien assureur particulier rien que pour recevoir cette prime. Il y aurait trop de variables à prévoir et la période est trop longue, ce qui empêcherait en fait un conseiller de manipuler le processus de vente pour chacun de ses clients. De plus, toutes les compagnies appliquent leurs facteurs de pondération propres pour les variables. D après la pratique de divulgation volontaire qu a adoptée le secteur des assurances IARD, la possibilité de gagner la commission conditionnelle est divulguée aux consommateurs. Il ne semble pas qu un conseiller soit en mesure de fournir des renseignements plus détaillés. Financement et prêts par les assureurs d intermédiaires L industrie du courtage a souvent besoin d accéder à du capital pour financer ses opérations. C est particulièrement vrai alors quand le secteur se regroupe et les exploitations familiales se consolident. Les banques n ont pas nécessairement été réceptives au financement des opérations des conseillers, et c est ce qui fait la popularité du financement par les assureurs. Dans le passé, les incitatifs étaient souvent liés au financement. Cette situation peut avoir encouragé un conseiller indépendant à orienter ses clients vers cet assureur dans le but d obtenir un taux d intérêt plus favorable ou d autres avantages quelconques pour le remboursement du prêt. Cependant, dans le contexte actuel, la tendance des compagnies d assurance va dans le sens d une divulgation sans entrave aux consommateurs des rapports financiers entre les courtiers et les assureurs. Le fait de devoir divulguer de tels arrangements pourrait dissuader les assureurs d offrir de nouveaux prêts liés à des modalités devenant plus favorables en fonction du volume d affaires dirigé vers eux. L interdiction de l octroi de prêts par les assureurs aux courtiers priverait le secteur du courtage d une source de capital qui existe depuis longtemps. Des conséquences non délibérées pourraient en découler, dont une baisse de la concurrence. Les sociétés de courtage plus modestes ayant moins de capital ne - 9 -

16 Page 10 Relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation pourraient plus soutenir la concurrence et seraient forcées de se fusionner avec de plus grandes compagnies. Si le prêt est divulgué à un consommateur (comme l exigent les nouvelles lignes directrices sur la divulgation volontaire), le consommateur sera conscient de la relation d affaires avec l assureur. Le conseiller, pour préserver la confiance du client, doit pouvoir démontrer à celui-ci que le produit choisi est le meilleur qui soit pour lui. Si le conseiller, après avoir divulgué sa relation d affaires avec cet assureur, ne peut convaincre le client que cette compagnie d assurance offre le produit qui lui convient le mieux, le client perd confiance en ce conseiller et ira probablement trouver un autre conseiller. Il semble que l exigence de divulgation de la relation d affaires ou d actionnariat ou de la relation financière pourrait créer une situation d autoréglementation où le conseiller indépendant, pour garder ses clients, devra faire la preuve que le produit recommandé convient au client. Quant au niveau de divulgation, il ne devrait pas être nécessaire de divulguer à un client les modalités d une entente de financement ou de prêt, ni les détails d aucun actionnariat. Ces renseignements sont personnels et pourraient être de nature délicate. Il n est pas nécessaire au consommateur de connaître les détails des modalités du prêt (ou des parts d actions) pour être informé d un conflit d intérêts possible. Définition de conseiller Il pourrait y avoir de nombreuses catégories différentes de conseillers du conseiller captif (lié à un assureur unique) au conseiller indépendant, en passant par de nombreuses variations de ces deux catégories. Il est important que toute mesure réglementaire ne crée pas une situation où une catégorie est placée dans une situation où elle est avantagée par rapport à une autre catégorie

17 Mémoire de la Section nationale du droit des assurances Page 11 de l Association du Barreau canadien Réseaux de distribution Le marché est en train de subir un changement radical. Les consommateurs peuvent acheter leurs assurances de diverses sources autres que le réseau de courtiers traditionnel, par les moyens suivants : le Web; les centres d appels; les régimes d employeurs; par publipostage; par des programmes de mercatique par affinité. Le marché est par conséquent un environnement très compétitif, avec de nombreux participants différents. Il est important de reconnaître que toute mesure de réglementation ne crée pas une situation où une catégorie de distribution est mise dans une situation où une catégorie est avantagée sur le plan concurrentiel par rapport à d autres catégories par le simple fait qu elle n est pas assujettie à un fardeau réglementaire qui s applique à un réseau de distribution concurrent. Transparence et divulgation valable En matière de divulgation aux consommateurs, «plus» ne signifie pas nécessairement «mieux». La divulgation doit être d un niveau valable pour le consommateur. Les participants de l industrie et les responsables de la réglementation devraient souhaiter fournir autant de renseignements que possible aux consommateurs, le plus tôt possible dans la transaction. Cependant, si les renseignements sont trop complexes, peu de consommateurs s y arrêteront. Un autre facteur est celui des coûts comparativement aux avantages. L offre de renseignements ne va pas sans coûts pour l industrie (et au bout du compte pour le consommateur), lesquels doivent être justifiés par l utilité de ces renseignements pour le consommateur

18 Page 12 Relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation De toute évidence, si les besoins de divulgation sont trop complexes et lourds, il y aura des conséquences. 1. Les consommateurs ne comprendront pas et la majorité d entre eux laisseront probablement de côté la documentation qui leur est fournie. 2. Si les conseillers jugent difficile de se conformer au fardeau réglementaire, ils chercheront des moyens de l alléger. Par exemple, un conseiller qui vend actuellement des produits de vingt assureurs différents pourrait décider de ne se lier par contrats qu à huit assureurs. Cela pourrait entraîner une concentration du marché (une conséquence indésirable et négative) si les conseillers cessent de vendre les produits de certains assureurs. 3. Le nombre de petites sociétés de production d assurances pourrait diminuer en contrepartie de l augmentation des coûts de la conformité. Seules les grandes sociétés, qui peuvent répartir le coût de la conformité sur une vaste clientèle, seront en mesure de faire face à la concurrence. 4. Une divulgation complexe et coûteuse mènera probablement à un marché plus concentré, avec moins de participants (encore une fois, une conséquence négative et indésirable). IV. CONCLUSION Avant de promulguer des mesures législatives pour régler les conflits d intérêts éventuels découlant de la relation entre l assureur et l intermédiaire, la Section de l ABC est d avis que les responsables de la réglementation doivent réfléchir aux avantages de la réglementation comparativement aux mesures qu adopte le secteur. Les avantages et les inconvénients des mesures réglementaires et de celles du secteur sont les suivants : Mesures réglementaires Avantages Ces aspects seront assujettis à des règlements uniformes partout au Canada. La plate-forme sera la même pour tous les participants du secteur. Il y aura un haut niveau de conformité

19 Mémoire de la Section nationale du droit des assurances Page 13 de l Association du Barreau canadien Mesures réglementaires Inconvénients Une solution réglementaire pourrait s avérer coûteuse et difficile à appliquer. Si toutes les provinces n adoptent pas la même solution, cela pourrait confondre le public et rendre coûteuse l observation de la réglementation. Des mesures réglementaires pourraient s avérer inflexibles et difficiles à modifier en fonction de l évolution du contexte. Mesures de l industrie - Avantages La grande majorité des participants de l industrie ont convenu de participer. Ces mesures sont beaucoup plus flexibles et faciles à modifier au fil de l évolution du contexte. Ces mesures sont moins coûteuses à administrer, tant pour le responsable de la réglementation que pour l industrie. Mesures de l industrie Inconvénients Certaines compagnies pourraient ne pas pleinement s y conformer. Aucune sanction ne pourrait s appliquer pour imposer l observation. La Section de l ABC est d avis qu il serait prématuré de choisir les mesures réglementaires pour l instant. Les initiatives volontaires du secteur des assurances IARD, de l industrie de l assurance de personnes et les sociétés de courtiers n ont pas encore été pleinement mises en œuvre et étudiées. Ces initiatives volontaires semblent bien faites pour résoudre les problèmes du jour. Le CCRRA et les CISRO devraient attendre et examiner ces initiatives volontaires avant de recommander quelque modification que ce soit à la réglementation. La Section de l ABC apprécie l occasion qui lui est offerte de fournir son avis au CRPI sur les enjeux décrits dans le document de consultation. Nous espérons que ces commentaires pourront vous être utiles

SECTION NATIONALE DU DROIT DES RÉGIMES DE RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

SECTION NATIONALE DU DROIT DES RÉGIMES DE RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Renforcer le cadre législatif et réglementaire des régimes de retraite privés assujettis à la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension SECTION NATIONALE DU DROIT DES RÉGIMES DE RETRAITE ET DES

Plus en détail

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Septembre 2015 Table des matières À propos de la Commission des services financiers de l Ontario... 2 Contexte... 2 Introduction... 2

Plus en détail

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le commerce électronique Le mercredi 28 mars 2012 Co-operators

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique CCRRA Le 30 mars 2004 Madame, Monsieur, Au nom du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), je suis heureux de vous annoncer la publication d un document de consultation

Plus en détail

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices Commissariat à la protection de la vie privée du Canada LPRPDE Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices OBJET Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a

Plus en détail

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION 19 décembre 2012 ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION Lorsque nous avons entamé le processus de démutualisation il y a deux ans, la position d Economical

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés mai 2015 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé,

Plus en détail

Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance. Plan stratégique 2005-2008

Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance. Plan stratégique 2005-2008 CCIR Canadian Council of Insurance Regulators Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Plan stratégique 2005-2008

Plus en détail

Consultation relative à la distribution sans représentant

Consultation relative à la distribution sans représentant Montréal, le 15 mars 2011 PAR COURRIEL : consultation-en-cours@lautorite.qc.ca M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF)

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Référence : Ligne directrice pour les SAM Le 6 novembre 2014 Destinataires : Objet : Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Version définitive de la ligne directrice B-21, Pratiques et procédures de souscription

Plus en détail

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH)

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) A Demandes A1 Analyser le cadre contextuel dans lequel les opérations hypothécaires sont exécutées en Ontario. A1.1 Expliquer les rôles des divers participants de l industrie du courtage d hypothèques.

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS À PROPOS DE MARSH Marsh est un leadeur mondial dans le domaine du courtage d assurances et du conseil en matière de gestion des risques. Nous aidons

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

EXPLICATION SOMMAIRE AUX MEMBRES

EXPLICATION SOMMAIRE AUX MEMBRES EXPLICATION SOMMAIRE AUX MEMBRES PROPOSITIONS À EXAMINER À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE 2014 Le CRCIC a reçu trois propositions de membres ainsi que des déclarations à l appui des propositions des membres,

Plus en détail

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de la surveillance

Plus en détail

TENDANCES CLÉS DU MARCHÉ JURIDIQUE

TENDANCES CLÉS DU MARCHÉ JURIDIQUE PERSPECTIVE COMPLÉMENTAIRE TENDANCES CLÉS DU MARCHÉ JURIDIQUE Professeur Richard Susskind OBE Septembre 2012 Richard Susskind, 2012 L Association du Barreau canadien 865, avenue Carling, bureau 500 Ottawa

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC RÉSERVÉ À EDC : CI # : Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE CLIENT Nom légal de l entreprise

Plus en détail

Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption)

Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption) Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption) SECTION NATIONALE DU DROIT DE L IMMIGRATION ET DE LA CITOYENNETÉ ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN JUIN 2006 865 Carling Avenue, Suite

Plus en détail

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public RÉGLEMENTATION PROFESSIONNELLE Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public La responsabilité primordiale du Barreau en tant qu organe de réglementation de la profession juridique

Plus en détail

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler Assurances Aspects financiers du statut d associé : les assurances 1. Assurance-invalidité 2. Assurance-vie 3. Assurance responsabilité professionnelle Votre cabinet a peut-être déjà mis en place un programme

Plus en détail

DIRECTIVES DU COMMISSAIRE

DIRECTIVES DU COMMISSAIRE DIRECTIVES DU COMMISSAIRE SUJET: CODE DE CONDUITE DESTINÉ À L INDUSTRIE CANADIENNE DES CARTES DE CRÉDIT ET DE DÉBIT Divulgation accrue des pratiques de vente et d affaires et l annulation de contrats sans

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada, exercice se terminant le

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

Cette lettre a été transmise aux organismes de réglementation fédéral et provinciaux.

Cette lettre a été transmise aux organismes de réglementation fédéral et provinciaux. Cette lettre a été transmise aux organismes de réglementation fédéral et provinciaux. Le 30 octobre 2014 L Institut canadien des actuaires (ICA) est l organisme national de la profession actuarielle. Il

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

Document de discussion Modèle de distribution des produits d assurance vie fondé sur les agences générales

Document de discussion Modèle de distribution des produits d assurance vie fondé sur les agences générales Document de discussion Modèle de distribution des produits d assurance vie fondé sur les agences générales Comité de réglementation des agences Février 2011 Le présent document reflète le travail d organismes

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013

Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013 Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013 Le présent document est un résumé du document A1213-CG-003 et tient compte des décisions du Conseil général d octobre 2012

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE Note. Le présent document a pour objectif de fournir, sous forme de questions et réponses,

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Projet de modification de la définition d'«ordre dispensé de la mention à découvert»

Projet de modification de la définition d'«ordre dispensé de la mention à découvert» Avis sur les règles Appel à commentaires RUIM Date limite pour les commentaires: le 14 septembre 2015 Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Haute direction Institutions Pupitre

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

Le budget 2014 réserve bien peu de surprises

Le budget 2014 réserve bien peu de surprises Le budget 2014 réserve bien peu de surprises Février 2014 Introduction Le 11 février 2014, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a déposé son dixième budget fédéral et celui-ci ne prévoit aucune hausse

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Le 25 octobre 2004 Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Madame, Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

Traiter avec un AGENT IMMOBILIER La relation de mandataire

Traiter avec un AGENT IMMOBILIER La relation de mandataire Traiter avec un AGENT IMMOBILIER La relation de mandataire En droit immobilier, il y a différentes formes possibles de relation de mandataire : 1. Représentation du vendeur Lorsqu une société de courtage

Plus en détail

Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus

Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus Le 30 mai 2013, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié la version définitive des

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) Droits d auteur Imprimeur de la Reine pour l Ontario

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) Droits d auteur Imprimeur de la Reine pour l Ontario A. Applications A1. Analyser le cadre contextuel des opérations hypothécaires en Ontario. A1.1 Expliquer le rôle des divers participants au sein de l industrie du courtage hypothécaire. A1. Débattre des

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Ébauche datée du 22 mai 2002 Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada,

Plus en détail

Lignes directrices du MFCU. Ordonnances alimentaires et Prestations d emploi et mesures de soutien de l Ontario

Lignes directrices du MFCU. Ordonnances alimentaires et Prestations d emploi et mesures de soutien de l Ontario Lignes directrices du MFCU Ordonnances alimentaires et Prestations d emploi et mesures de soutien de l Ontario Renseignements généraux sur les ordonnances alimentaires Page 2 Lorsque les clients divulguent

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES DE PERSONNES (ACCAP) SUR LE

COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES DE PERSONNES (ACCAP) SUR LE COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES DE PERSONNES (ACCAP) SUR LE PROJET DE LIGNE DIRECTRICE DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS SUR LES PRATIQUES COMMERCIALES 30 mars 2010

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance

La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance AVRIL 2010 Actualités Droit des assurances La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance STUART CARRUTHERS (scarruthers@stikeman.com) Introduction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

La présente ligne directrice énonce les attentes du BSIF en ce qui a trait à la mise en œuvre des exigences figurant dans la LSA et le Règlement.

La présente ligne directrice énonce les attentes du BSIF en ce qui a trait à la mise en œuvre des exigences figurant dans la LSA et le Règlement. Ligne directrice Objet : information à communiquer aux souscripteurs de polices à participation et aux souscripteurs de polices ajustables Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières N o :

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Document de consultation sur une nouvelle réglementation en application de la Loi sur les arrangements préalables de services de pompes funèbres

Document de consultation sur une nouvelle réglementation en application de la Loi sur les arrangements préalables de services de pompes funèbres Document de consultation sur une nouvelle réglementation en application de la Loi sur les arrangements préalables de services de pompes funèbres Décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Contexte...3

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX PLANS D'ENTREPRISE FONDS POUR LES PROJETS PILOTES D'INNOVATION (FPPI) Le Fonds pour les projets pilotes d innovation (FPPI) est un programme régi par le Ministère du Développement

Plus en détail

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire 1 Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire À la suite de la tragédie survenue à Lac-Mégantic, le gouvernement s est engagé à prendre des mesures ciblées

Plus en détail

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Taux d imposition des petites entreprises À l heure actuelle, la déduction accordée aux petites entreprises a pour effet d abaisser à 11 % le taux de l

Plus en détail

SECTION NATIONALE DU DROIT DES AFFAIRES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

SECTION NATIONALE DU DROIT DES AFFAIRES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Mémoire au sujet des Recommandations en matière de prévention, de dépistage et de dissuasion de l Insider Trading Task Force (ITTF) SECTION NATIONALE DU DROIT DES AFFAIRES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

Plus en détail

Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite («PIAC»)

Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite («PIAC») Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses Présenté à la Commission des Finances publiques Consultations particulières sur le rapport «Innover pour pérenniser le système de retraite»

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Objet : Exposé-sondage Contrôle de la qualité pour les cabinets et les praticiens qui exécutent des missions de certification

Objet : Exposé-sondage Contrôle de la qualité pour les cabinets et les praticiens qui exécutent des missions de certification Le 5 février 2004 Monsieur Paul Lohnes, CA Directeur, Normes de vérification et de certification Institut Canadien des Comptables Agréés 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5W 3H2 Objet : Exposé-sondage

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Régime de Réinvestissement des Distributions Le régime de réinvestissement des distributions de Cominar (le «Régime») permet aux porteurs de parts de Cominar d utiliser

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle. Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine

Politique de gestion contractuelle. Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine Politique de gestion contractuelle Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine 17 juin 2015 Table des matières 1. OBJECTIF DE LA POLITIQUE... 2 2. APPLICATION... 2 2.1. 2.2.

Plus en détail

La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs?

La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs? La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs? Robert W. McDowell Robert E. Elliott Marvin Mikhail Partie I Contexte, législation en

Plus en détail

Projet de bulletin d interprétation IT-85R3 Fiducies de santé et de bien-être

Projet de bulletin d interprétation IT-85R3 Fiducies de santé et de bien-être Le Comité mixte du droit fiscal de L Association du Barreau canadien et L Institut canadien des comptables agréés Association du Barreau canadien 865, avenue Carling, bureau 500 Ottawa (Ontario) K1S 5S8

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Luc Lafrance et Nathalie Dion. Colloque Association des Transports Collectifs Ruraux du Québec 18 avril 2013

Luc Lafrance et Nathalie Dion. Colloque Association des Transports Collectifs Ruraux du Québec 18 avril 2013 Luc Lafrance et Nathalie Dion Colloque Association des Transports Collectifs Ruraux du Québec 18 avril 2013 Faire connaître l environnement législatif et règlementaire de l industrie du transport scolaire

Plus en détail