Dossier Technologies. 16 Assurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier Technologies. 16 Assurance"

Transcription

1 Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance

2 Elenka Alexandrov Todorov plus clair mais aussi des réponses et des pistes de solutions émergent. Assurance vous convie à un tour d horizon de divers enjeux quant au développement des technologies qui influencent l industrie. Pour aborder un thème aussi large que celui de la technologie, il faut d abord s adresser à des professionnels de l assurance de dommages qui composent quotidiennement avec les situations que celle-ci engendre. Dans les pages qui suivent, nous donnons la parole à trois personnes qui s y connaissent. Tout d abord : Anne-Marie Novek, directrice, région Québec, au Centre d Étude de la Pratique d Assurance (CEPA). En plus d aborder l importance des normes en assurance, elle profite de l occasion pour inviter l industrie à s équiper en technologies. Parmi ses constats : pour favoriser l avancée technologique de l industrie, il faut d abord que celle-ci achète des produits. Suivra par la suite les propos d un expert en la matière : Philippe Torres, président de SQLiaison, un chef de file canadien en solutions d intelligence d affaires. Son mot d ordre, avec explications à l appui : mettre les données de différents départements en relation afin de les transformer en information. Impossible de conclure ce dossier sans interroger un courtier, lui aussi directement touché au quotidien par la technologie. Pour l occasion : entretien avec Jean-Pierre Tardif, président et directeur général, Assurance Groupe Tardif, et aussi président de la bannière Assurancia. Parmi ses préoccupations : la distribution de produits d assurance en ligne. Assurance septembre

3 Des normes et des investissements : une nécessité «Il est essentiel d investir dans la technologie pour faire avancer l industrie!» Anne-Marie Novek Directrice, région Québec Centre d Étude de la Pratique d Assurance (CEPA) En assurance, technologie rime avec normes. «Avec la globalisation des marchés, un bureau peut avoir pignon sur rue en Europe et facturer un client à Montréal! D où le besoin, pour tout le monde, de travailler avec les mêmes normes. ACORD (Association for Cooperative Operations Research and Development), c est la base de nos normes en assurance», explique Anne-Marie Novek, directrice, région Québec, au Centre d Étude de la Pratique d Assurance (CEPA), la filiale québécoise du CSIO (Centre for Study of Insurance Operations). «Le CSIO, fondé en 1981, est un organisme pancanadien, avec un bureau au Québec afin d assurer un service en français; et l organisme a adopté les normes ACORD, normes adaptées selon la législation de chaque province. Le CSIO, c est en fait la version canadienne de ACORD. En assurance, il y a beaucoup de données, d où la nécessité de normes pour les transférer, ces données», poursuit Mme Novek. S inspirer du passé Le CSIO a vu le jour au moment de la décision de créer un formulaire standard. Rappel des faits : «Les courtiers recevaient des propositions d assureurs, et les formulaires à remplir étaient différents pour chaque assureur. Les courtiers avaient donc beaucoup de travail à faire afin d obtenir la meilleure soumission pour leurs clients Alors le premier mandat du CSIO à été de créer un formulaire standard pour tous les assureurs», raconte Mme Novek : près de 30 ans plus tard, la même problématique se pose quant à la standardisation des soumissions, cette fois sur le Web. «Le site d AXA est différent du site d Intact, par exemple. Ce sont des portails distincts.» Voilà, selon elle, le prochain défi de l industrie : des formulaires standards en ligne, «pour entrer les renseignements une seule fois, car les entrées multiples, en plus de prendre du temps, augmentent le risque d erreur», fait-elle remarquer. Outre l entrée unique de données, la vitesse de transfert des données constitue un autre élément à améliorer dans l industrie. Et pour ce faire, «il faut investir dans la technologie!», tient à signaler la directrice du CEPA. Elle précise toutefois que «cet investissement ne veut rien dire si les gens ne savent pas comment cela leur permettra d économiser. Ils ont besoin de savoir quel sera, pour eux, le retour sur investissement. Les courtiers devraient se partager ce genre d information. C est maintenant devenu impossible de travailler en vase clos. Les professionnels de l industrie doivent se parler entre eux, échanger Ils n ont pas le choix afin que les fournisseurs améliorent leurs produits, car si personne n achète la technologie, les choses n avanceront pas», insiste-telle. «Comme le dit si bien le slogan de la saucisse Hygrade : Plus de gens en mangent parce qu elles sont plus fraîches, et elles sont plus fraîches parce que plus de gens en mangent. Alors pour que la technologie évolue, il faut que l industrie en achète!», soutient-elle. La technologie, c est l avenir! «Les fournisseurs sont capables d élaborer des solutions et ils le feront s ils ont le potentiel de vendre leurs produits technologiques. Il doit y avoir des clients qui sont prêts à acheter ces solutions, car les fournisseurs ne sont pas intéressés à lancer de nouveaux produits s il n y a pas de clientèle pour les acheter. Et très souvent, ce n est pas que les courtiers ne sont pas intéressés à investir dans la technologie, c est qu ils ne sont pas au courant du retour sur investissement qu ils obtiendraient», insiste-t-elle. Elle souligne par contre une problématique qui peut freiner l investissement en technologie. «Les petits courtiers n ont pas beaucoup de fonds pour investir Il pourrait y avoir un système de parrainage pour expliquer les bienfaits et le retour sur investissement Un peu comme le principe de Donnez au suivant Le courtier, lui, doit par la suite aider quelqu un d autre Si personne n achète la technologie, nous ne verrons pas le jour de l entrée unique de données», conclut la directrice du CEPA. 18 Assurance septembre 2009

4 «Comment transformer ses données en information «Il importe de gérer l information comme un actif distinct de l entreprise.» Philippe Torres Président, SQLiaison Il faut rendre les entreprises informationnelles, c est-à-dire qu elles doivent atteindre un niveau de maîtrise et de maturité pour gérer des données», insiste Philippe Torres, président de SQLiaison, un chef de file canadien en solutions d intelligence d affaires. Avant d aller plus loin, quelques explications sur l intelligence d affaires fournies par M. Torres, un expert en la matière : «Trop souvent, les entreprises possèdent beaucoup de données, mais pas beaucoup d information. L intelligence d affaires permet aux entreprises d exploiter une masse de données qu elles ont à leur disposition afin de prendre des décisions. Souvent, les processus internes sont divisés en silos : les lignes commerciales, les lignes personnelles, les finances, etc.» Il cite en exemple une façon de mettre en relation toutes ces données, pour justement les transformer en information. «Si l on veut savoir, par exemple, les pertes de revenus pour un type d habitation en particulier situé à plus de 500 m d une borne-fontaine, il faut mettre des données de différents départements en relation, pour justement les transformer en information. Les entreprises accumulent beaucoup de données, mais elles ne s en servent pas toujours. Il y a une éducation à faire. Nous en sommes aux premiers balbutiements.» Riche en données, mais pauvre en information «L information, en plus d être un avantage concurrentiel, augmente l efficacité. Et ça, les gens le savent! Mais ils ne savent pas toujours comment faire pour transformer leurs données en information», fait remarquer M. Torres. Un autre exemple cité par l expert en intelligence d affaires illustre bien cette transformation. «Si un assureur veut savoir le ratio de véhicules de classe B à travers le Canada qu il assure, il devra fouiller par bannière et aussi par province. Il pourrait également vouloir répartir ce type de renseignements selon le sexe, et aussi les courtiers. Le regard est multidimensionnel, car il y a tellement de données! Et ça prend du temps pour tout fouiller afin de trouver ce que l on cherche. C est là tout un défi que de répondre à ces questions. Sans oublier que les questions seront différentes si elles sont posées par les finances ou par les actuaires. D où l importance de colliger toutes ces données et de les intégrer afin de les transformer en information.» Interrogé sur la peur du changement, M. Torres répond qu effectivement, «les gens en ont souvent peur, et pas seulement lorsqu il est question d intelligence d affaires! Tout doit être bien planifié, et il faut également bien identifier les éléments qui vont causer des problématiques, mais c est quand même toujours bienvenu. Si l intelligence d affaires fonctionne bien, avec des infrastructures et des «auto-services», comme par exemple des tableaux de bord, le changement sera bien accepté. Et pour cela, bien sûr que ça prend de la formation, et aussi de la gestion du changement à l interne. Et pour obtenir un retour sur investissement, il faut nécessairement augmenter l auto-service des entreprises afin que l accès à l information soit au centre des décisions. Si la manipulation est facile, cela permet de raffiner la recherche encore plus afin de prendre de bonnes décisions; sinon, les utilisateurs ne seront pas intéressés à aller plus loin», tient à préciser M. Torres. Mécanismes de sécurité Par ailleurs, lorsqu il est question d accès aux données, impossible de ne pas aborder l aspect sécurité. «Le niveau de sécurité en intelligence d affaires doit être très élevé. C est au niveau décisionnel de l entreprise de choisir à qui elle donne accès aux données, et aussi à quelles données. Il y a donc des mécanismes de sécurité en place», explique M. Torres. «Les données se trouvent toutes au même endroit, dans ce qu on appelle un entrepôt de données, avec des sous-ensembles, c est-à-dire des comptoirs de données. On peut y extraire celles requises afin de procéder aux analyses souhaitées», poursuit-il. «La valeur de l information pour l industrie, c est qu elle permet de prendre de meilleures décisions. D où l importance de gérer l information comme un actif distinct de l entreprise», insiste en terminant M. Torres. 20 Assurance septembre 2009

5 Ère technologique : des ajustements à prévoir «Il y a une zone grise quant à la cueillette des données. Lorsque la Loi sur la distribution de produits et services financiers est sortie, la question de la vente de produits d assurance en ligne ne se posait pas.» Jean-Pierre Tardif Président et directeur général, Assurance Groupe Tardif Président de la bannière Assurancia «La technologie, c est un mal nécessaire, un incontournable qui permet de mieux faire face au futur. Pour les petits courtiers, les courtiers de sous-sol je n ai rien contre les courtiers de sous-sol : mon père en était un! Et un très bon! il sera difficile pour eux de maintenir une constance en cette ère technologique, car ils ne seront peutêtre pas outillés pour répondre aux besoins des clients de façon rapide et efficace», fait remarquer Jean-Pierre Tardif, président et directeur général, Assurance Groupe Tardif, et aussi président de la bannière Assurancia, un regroupement de propriétaires (11), de cabinets (14) et de succursales (27). Il y a maintenant près d un an et demi que la bannière existe, et elle fait face à un enjeu informatique important. «Nous sommes partout à travers le Québec et nous sommes connectés entre succursales via un serveur. C est très important, car cela nous permet de gérer à distance. De cette façon, nous sommes plus efficaces et tout peut se faire en temps réel», explique M. Tardif. Il précise toutefois que la visée de la bannière, c est un guichet unique. «Nous avons récemment créé une procédure quant à la façon de gérer le système de données de la bannière, et puis on attend de voir ce qui va se passer du côté du guichet unique. Nous visons une plateforme unique, pour une gestion centralisée de l information. Sinon, certains de nos projets ne pourront aboutir», poursuit M. Tardif, pour qui les développements sur le Web, s ils ont certes du bon, sont aussi préoccupants. Vente en ligne : des devoirs à faire et des responsabilités à honorer Interrogé sur la vente de produits d assurance sur le Web (rappel : AXA lançait, le 1 er juin dernier, sa nouvelle plateforme Internet où l on y vend de l assurance automobile pour tous les groupes d âge, devenant ainsi le premier assureur à courtiers au Canada à associer son réseau de courtage à une offre en ligne), le président d Assurancia, malgré les avantages qu il y voit, manifeste quelques réserves. «D un point de vue commercial, je suis content qu AXA vende de l assurance sur le Web, car les directs le font! Et AXA a très bien fait ça pour les courtiers. Il s agit d une stratégie intéressante au plan marketing», concède-t-il. Selon lui, les autres assureurs vont également copier le modèle d AXA en ligne. Il tient toutefois à préciser qu avec les développements du Web, la Loi sur la distribution de produits et services financiers n est plus valide. En effet, l article 27 de ladite loi (dernière version disponible mise à jour le 27 juillet 2009 sur le site Web des publications du Québec Gouvernement du Québec) se lit comme suit : «Un représentant en assurance doit recueillir personnellement les renseignements nécessaires lui permettant d identifier les besoins d un client afin de lui proposer le produit d assurance qui lui convient le mieux.» «Il y a une zone grise quant à la cueillette des données. Lorsque la loi est sortie, la question de la vente de produits d assurance en ligne ne se posait pas. La ChAD le sait, et l AMF ne légifère pas là-dessus! Et plus on attend, plus ce sera difficile de le faire! Personnellement, avec Internet et la vente de produits d assurance en ligne, je crains des histoires d horreur!», confie M. Tardif. «Nous allons participer, mais nous allons privilégier le téléphone et non le courriel pour entrer en contact avec le client qui achète des produits d assurance en ligne. En tant que courtiers, nous avons la responsabilité d offrir à nos clients un service personnalisé. C est un combat quotidien, et nos employés sont d ailleurs très conscientisés quant à l importance du service à la clientèle. Nous serons donc présents pour corriger le tir si nécessaire», assure en terminant le président d Assurancia. Assurance septembre

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS COGECO est une société de portefeuille diversifiée qui exerce des activités de câblodistribution, de télécommunication et de radiodiffusion

Plus en détail

Importance de l image de marque de l employeur Susan Hunt Financière Sun Life Robert Landry Magna International

Importance de l image de marque de l employeur Susan Hunt Financière Sun Life Robert Landry Magna International CHAPITRE 7 Importance de l image de marque de l employeur Susan Hunt Financière Sun Life Robert Landry Magna International que la citation soit vraie ou pas, le fait que certains considèrent la perception

Plus en détail

Ma gestion FLOTTE. Foire aux questions Souscripteurs en automobile commerciale PARTIES IMPLIQUÉES INTACT ASSURANCE, FLEET COMPLETE ET TELUS

Ma gestion FLOTTE. Foire aux questions Souscripteurs en automobile commerciale PARTIES IMPLIQUÉES INTACT ASSURANCE, FLEET COMPLETE ET TELUS Ma gestion de FLOTTE Foire aux questions Souscripteurs en automobile commerciale PARTIES IMPLIQUÉES INTACT ASSURANCE, FLEET COMPLETE ET TELUS 1. Pouvez-vous m en dire plus sur Fleet Complete? Fleet Complete

Plus en détail

Manuel pour la bourse virtuelle Version 3

Manuel pour la bourse virtuelle Version 3 Manuel pour la bourse virtuelle Version 3 Le manuel de la bourse virtuelle a pour but de vous expliquer toutes les fonctionnalités afin que vous puissiez comprendre le jeu de bourse. À propos La bourse

Plus en détail

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse Règlement des plaintes Pour une relation d affaires harmonieuse Vous avez toute notre attention La Banque Nationale et ses filiales 1 accordent beaucoup d importance à votre satisfaction. C est pourquoi

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP)

APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP) Le 2 avril 2014 APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP) L objet de cet Appel de présélection est d établir une liste de courtiers d assurance qui sont en mesure de fournir des offres de service et des propositions

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers À l usage des conseillers RBC Assurances : une force à mon service > Un soutien inégalé > Des outils de vente à l avant-garde de l industrie > Une gamme complète de produits > Un nom respecté, synonyme

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

Coopérer. pour créer l avenir

Coopérer. pour créer l avenir novembre 10 Coopérer pour créer l avenir Depuis 110 ans, chez Desjardins, premier groupe financier coopératif en importance au Canada, la coopération est notre âme et nos membres, notre raison d être.

Plus en détail

Comment optimiser votre gestion hôtelière?

Comment optimiser votre gestion hôtelière? Comment optimiser votre gestion hôtelière? En utilisant les meilleurs outils marketing et statistiques disponibles pour améliorer votre PMS! Maximisez vos revenus grâce au Yield Management et à des modules

Plus en détail

CONSULAT GÉNÉRAL DE FRANCE A MONTREAL. Service des bourses scolaires Montréal, le 18 novembre

CONSULAT GÉNÉRAL DE FRANCE A MONTREAL. Service des bourses scolaires Montréal, le 18 novembre CONSULAT GÉNÉRAL DE FRANCE A MONTREAL Service des bourses scolaires Montréal, le 18 novembre PROCÈS VERBAL DU SECOND CONSEIL CONSULAIRE DES BOURSES SCOLAIRES 2014/2015 La séance plénière du conseil consulaire

Plus en détail

GARANTIR LE SUCCÈS GRÂCE À LA TECHNOLOGIE

GARANTIR LE SUCCÈS GRÂCE À LA TECHNOLOGIE BROCHURE DE PRODUIT APPLIED TAMOnline GARANTIR LE SUCCÈS GRÂCE À LA TECHNOLOGIE L ACCÈS INSTANTANÉ À L INFORMATION a établi de nouvelles attentes pour le service à la clientèle. De plus en plus de clients

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

2. Son : Benson Je m appelle Benson Maina et je travaille comme directeur développement produits au sein d Africa Online.

2. Son : Benson Je m appelle Benson Maina et je travaille comme directeur développement produits au sein d Africa Online. Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et Formation 03 : ingénieur informatique Texte : Richard Lough, Kenya Rédaction : Ulrich Neumann, Maja Dreyer Traduction : Julien Méchaussie 1 narrateur 1 Voice-over

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

CBC/RADIO-CANADA. Projet de développement de la Maison de Radio-Canada (MRC) RAPPORT (DEMANDE DE QUALIFICATION) DU VÉRIFICATEUR DU PROCESSUS

CBC/RADIO-CANADA. Projet de développement de la Maison de Radio-Canada (MRC) RAPPORT (DEMANDE DE QUALIFICATION) DU VÉRIFICATEUR DU PROCESSUS CBC/RADIO-CANADA Projet de développement de la Maison de Radio-Canada (MRC) RAPPORT (DEMANDE DE QUALIFICATION) DU VÉRIFICATEUR DU PROCESSUS Présenté par Alcide Fournier, BA. LLL. Vérificateur du processus

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe

Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe ALLEGROUPE Le système expert de gestion Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe De concert avec un besoin d efficience... en crescendo Parce que le temps c o m p t e... L

Plus en détail

RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE

RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE À titre d entrepreneur, cherchez-vous à faire croître votre entreprise et votre part de marché local? À titre de fournisseur de solutions TI, cherchez-vous une

Plus en détail

La solution pour gagner en efficacité

La solution pour gagner en efficacité La solution pour gagner en efficacité Une entreprise diversifiée acceo.com ACCEO Solutions, c est plus de 25 ans d expérience en TI et un éventail élargi de produits et services dans une dizaine de secteurs

Plus en détail

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 0 Cette TOP 10 PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) Quel est le bilan de l année 2012 en matière de solutions décisionnelles?

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

Défi Desjardins Mars 2015

Défi Desjardins Mars 2015 Centre d Expertise en Modélisation et Recherche Défi Desjardins Mars 2015 Table des matières Qui nous sommes Desjardins Groupe d assurances générales (DGAG) Problématique : contexte Objectif Évaluation

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

État de la transformation IT

État de la transformation IT État de la transformation IT Analyse par EMC et VMware EMC et VMware aident les départements IT à se transformer en fournisseurs de services axés sur les besoins métiers. L État de la transformation IT

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Plus de 10 ans d expériences

Plus de 10 ans d expériences NOTRE MISSION ARIANNE vous accompagne dans vos premiers pas au Canada ARIANNE Relocation Canada offre des services de mobilité internationale aux personnes et organisations qui se relocalisent à Montréal,

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés 1 Quelles difficultés rencontrait l entreprise LDP? Le client L entreprise (appelons

Plus en détail

Les résultats du sondage de satisfaction de la clientèle 2010 de FacilicorpNB sont positifs

Les résultats du sondage de satisfaction de la clientèle 2010 de FacilicorpNB sont positifs Volume 3 Numéro 3 Hiver 2010 De bons mots pour nos Services d ingénierie clinique (p. 3) FacilicorpNB réalise des économies (p. 4) Mise à jour sur le projet de portail intranet commun en santé (p. 5) Le

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

Postes en technologie de l information

Postes en technologie de l information Mutation 2013 Postes en technologie de l information Consultez les témoignages de nos ambassadeurs Suzanne Samson Gestionnaire en technologies de l information Simon Barriault Analyste en informatique

Plus en détail

SERVICES DE LA PRÉVENTION. AssurAnces spécialisées nationales et internationales

SERVICES DE LA PRÉVENTION. AssurAnces spécialisées nationales et internationales SERVICES DE LA PRÉVENTION AssurAnces spécialisées nationales et internationales POuR PROTÉgER LA marque D une ENTREPRISE, IL faut SuRVEILLER LES RISquES. ALORS, LA PRÉVENTION DES RISquES DOIT faire PARTIE

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications pour le Web

Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications pour le Web Solution client de Microsoft Étude de cas d une solution client Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE

FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE Agence canadienne de développement économique du Nord Canadian Northern Economic Development Agency FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE Directives 1. Le formulaire de demande au titre du DEE nous permet

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC Les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles à la santé économique du Québec. Elles emploient environ 75% de la population

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE.

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. NOTRE MISSION La mission du Centre financier aux entreprises Desjardins Est de l Ontario est de contribuer à la croissance des entreprises

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins

SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins Vos ressources humaines : le cœur de votre entreprise Les enjeux liés à la gestion de vos ressources humaines et votre succès en affaires sont inséparables

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN À L ENTREPRENEURIAT CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION

PROGRAMME DE SOUTIEN À L ENTREPRENEURIAT CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION Institut de tourisme et d hôtellerie du Québec PROGRAMME DE SOUTIEN À L ENTREPRENEURIAT VOUS SOUHAITEZ VOUS LANCER EN AFFAIRES MAIS NE SAVEZ

Plus en détail

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis 20 novembre 2015 Au cours d une conférence de presse aujourd hui, le ministre des Finances,

Plus en détail

Norme en matière de règlement en ligne. promoteurs de régime

Norme en matière de règlement en ligne. promoteurs de régime Q : Que signifie «sans papier» dans le contexte d un régime de garanties collectives? R : Le terme «sans papier» désigne un processus de présentation des demandes, de règlement et d avis entièrement sans

Plus en détail

POURQUOI CHOISIR L ÉQUIPE BEAUMIER POUR TOUS VOS BESOINS EN IMMOBILIER?

POURQUOI CHOISIR L ÉQUIPE BEAUMIER POUR TOUS VOS BESOINS EN IMMOBILIER? Q : R : POURQUOI CHOISIR L ÉQUIPE BEAUMIER POUR TOUS VOS BESOINS EN IMMOBILIER? 7 RAISONS : AUDACE, PASSION, PERSÉVÉRANCE, EXPERTISE, PROFESSIONALISME, CONFIANCE ET ENTHOUSIASME Richard Beaumier, MBA,

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

Ry Moran Directeur de la consignation des déclarations de la CVR, responsable du Centre national de recherches

Ry Moran Directeur de la consignation des déclarations de la CVR, responsable du Centre national de recherches Compte rendu de la deuxième conférence téléphonique : Appel de propositions pour héberger en permanence le Centre national de recherches sur les pensionnats indiens Date : Mercredi 11 janvier 2012 Endroit

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

Programmes en formation pratique intégrée

Programmes en formation pratique intégrée Programmes en formation pratique intégrée Premier cycle : Baccalauréat en sciences comptables Novembre 2010 L emploi du générique masculin dans ce document est utilisé sans aucune discrimination et uniquement

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Association québécoise. des directeurs et directrices d établissement d enseignement. retraités

Association québécoise. des directeurs et directrices d établissement d enseignement. retraités Association québécoise des directeurs et directrices d établissement d enseignement retraités La retraite, pour les ex-membres de la FQDE ou ceux 1 qui ont déjà occupé une fonction à la direction d établissement

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

La manutention est dans notre ADN

La manutention est dans notre ADN La manutention est dans notre ADN Conteneur de treillis métalliques Conçu et bâti pour les poids lourds Case de mise au stock Chariot de manutention Chariot de manutention Nos Gènes Fondé en 1976, le Groupe

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Thinking Capital. Foire aux questions. Faire une demande

Thinking Capital. Foire aux questions. Faire une demande Faire une demande Q. Comment savoir si je suis admissible au financement? R. Nous fi nançons les petites et moyennes entreprises respectant les critères suivants : Elles sont établies au Canada. Elles

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10446-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 10446-A Secrétariat du Grand Conseil PL 10446-A Date de dépôt : 10 août 2009 Rapport de la Commission des finances chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat ouvrant un crédit au titre d'indemnité d

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail