Une Loi qui se renouvelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une Loi qui se renouvelle"

Transcription

1 IMPLANTATION DE LA LOI FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT ET LA RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DE SES RÈGLEMENTS Une Loi qui se renouvelle Un virage vers la qualité L adoption par l Assemblée nationale, en juin 2007, de la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre (ou «loi sur les compétences»), marque une étape importante dans la poursuite des objectifs du gouvernement et des partenaires du marché du travail en matière de qualification de la main-d œuvre et d action partenariale. La nouvelle loi traduit le virage d ordre qualitatif que tous souhaitaient. Les changements apportés donnent suite aux commentaires reçus à l occasion de la commission parlementaire qui a étudié le rapport de mise en œuvre de la loi de 1995, d une part, et aux travaux menés par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) pour recentrer la Loi sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre, d autre part. Si la première décennie d application de la Loi a été marquée par le souci d accroître l investissement et la participation en lien avec la formation parrainée par l employeur, les suites données au second rapport portant sur sa mise en œuvre donnent la priorité à une démarche nettement centrée sur la qualification et l amélioration des compétences de la main-d œuvre. Il importe désormais au premier chef de faire converger plus étroitement l obligation de dépenser avec l objectif de développer les compétences et de qualifier la main-d œuvre. La préoccupation centrale est d accroître l efficacité et la convivialité des dispositifs réglementaires afin de favoriser l atteinte de l objectif de la Loi.

2 Les nouveautés En recentrant les dispositions de la Loi sur son objectif et en y intégrant un dispositif qui fournit aux milieux de travail la possibilité de lier les compétences acquises en emploi à une qualification professionnelle, la Loi envoie un nouveau message davantage approprié à son objet. Depuis 1995, la Loi favorisant le développement de la formation de la main-d œuvre impose aux employeurs assujettis de participer à l amélioration de la qualification de leur main-d œuvre par un accroissement de l investissement dans la formation. Même si la nouvelle loi oblige toujours les employeurs (1 million $ et plus de masse salariale) à investir 1 % de leur masse salariale en dépenses de formation, son objectif a été révisé et sa portée élargie de façon à l'axer davantage sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre en emploi. Pour y arriver, il faut offrir aux employeurs des outils appropriés afin que l investissement consenti produise le résultat attendu. Les entreprises sont ainsi encouragées à investir en fonction des résultats des interventions réalisées en matière de formation plutôt que de se concentrer sur la dépense. Le présent document décrit les modifications apportées à la Loi, notamment celles qui ont un impact sur les règlements afférents qui viennent concrétiser le virage qualitatif, et à expliquer les raisons qui les ont motivées. Voici en quoi ont consisté ces modifications : Modifier le titre de la Loi, de manière qu il reflète son objectif premier. L accent est mis sur le résultat attendu, à savoir le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre, plutôt que sur le moyen utilisé, soit la formation. Modifier l article 1 portant sur l objet de la Loi. L article a été revu de façon que son objectif soit l amélioration non seulement de la qualification, mais également des compétences de la maind œuvre. L ajout de l expression «améliorer les compétences de la main-d œuvre» vise à préciser l objectif de la Loi et à en élargir la portée à l acquisition, à la mise à jour et au perfectionnement des compétences, des dimensions plus représentatives de la réalité de la formation en entreprise. En outre, dans le texte de la Loi, il n est plus question d activités de formation, mais d activités de développement des compétences. Le développement des modes de formation et la reconnaissance des compétences des travailleuses et travailleurs en emploi s ajoutent à l investissement dans la formation et à l action concertée des partenaires du marché du travail comme moyens de favoriser l emploi de même que l adaptation, l insertion en emploi et la mobilité de la main-d œuvre. Le développement et l utilisation de divers modes de formation de même que la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre sont formellement reconnus comme des facteurs contribuant à l amélioration de la qualification et au développement des compétences. Retrancher les mots formation qualifiante et transférable du paragraphe 4º de l article 6 par souci de clarté et d efficacité. Cette expression, mal définie, était utilisée dans le cadre de la formation donnée en entreprise par des ressources autres qu un établissement d enseignement, un formateur ou un organisme de formation agréé par le MESS, ou encore, un ordre professionnel, sans critères ni balises pour en déterminer la nature et la conformité. Étant donné que ces caractères étaient peu appréciables, d autres moyens sont mis de l avant pour atteindre l objectif. 2

3 Modifier l article 8 de la Loi, de façon à faciliter la participation des employeurs à des «mutuelles de formation» et à permettre aux comités sectoriels de main-d œuvre, de même qu aux comités paritaires établis en vertu de la Loi sur les décrets de convention collective, d être reconnus à titre de mutuelles de formation. La principale modification apportée a trait au critère de reconnaissance des mutuelles de formation, reconnaissance qui ne se fera plus en fonction de l agrément d un plan de formation. Le versement d argent à une mutuelle de formation reconnue fait partie des moyens dont disposent déjà les employeurs assujettis pour satisfaire aux exigences de la Loi. L article 8 ouvre dorénavant la possibilité aux employeurs d engager des «dépenses admissibles auprès des mutuelles de formation», en plus des versements qu ils peuvent y effectuer. Cette disposition de la Loi concrétise «l approche plurielle» privilégiée à l origine : inscrire dans la Loi un ensemble de moyens diversifiés pour satisfaire aux exigences, toujours dans le but de favoriser et de faciliter la participation du plus grand nombre d employeurs assujettis, et cela, en tenant compte d une variété de situations. Les entreprises qui n ont pas les ressources pour assumer seules la mise en place de processus de développement des compétences de leur main-d œuvre peuvent ainsi se regrouper afin de se doter des services de formation qui leur sont nécessaires, à moindre coût. Retirer de la Loi toute référence nécessitant de recourir à des règles fiscales portant sur des annuités d amortissement. Le retrait de cette disposition fait suite au resserrement des dépenses en faveur de celles qui concourent directement au développement et à la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre. Ainsi, les annuités d amortissement pour des équipements ou des locaux acquis, prêtés ou affectés à des fins de formation de même que le don de matériel ou d équipement sont retirés de la liste des dépenses de formation admissibles. L article 10 de la Loi a été abrogé en réponse à ces changements. Mettre à jour le pouvoir habilitant la CPMT à réglementer, et ce en fonction des changements à la réglementation que la Commission a élaborés dans l esprit des modifications de la Loi proposées. Cela comprend la possibilité pour elle de déterminer des sanctions administratives en cas de manquement au respect de certaines conditions établies par règlement notamment dans le cas de l exemption applicable aux titulaires d un «certificat de qualité des initiatives de formation». Inscrire le Cadre de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d œuvre et ses principaux paramètres dans la Loi. La Loi vise l amélioration des compétences des travailleuses et travailleurs. À travers cette loi, le gouvernement du Québec et la CPMT désirent améliorer la qualification de la main-d œuvre par la voie des activités de formation qui ont cours en entreprise et qui contribuent à l amélioration des compétences et de la qualification. Il est donc opportun de trouver dans la Loi des dispositions dont le but est de fournir des instruments aux acteurs du marché du travail en vue de l atteinte de ces objectifs. Tel était le cas du Régime d apprentissage, introduit dans la Loi en juin

4 Le Cadre de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d œuvre est venu remplacer le Régime d apprentissage de l ancienne loi de même qu il intègre le Régime de qualification. Le Cadre vise à fournir des outils favorisant le développement et la reconnaissance des compétences en milieu de travail. Il constitue le principal outil de qualification dont le marché du travail a la maîtrise d œuvre. Il a été développé en fonction des trois objectifs suivants : le développement et la diversification des modes de formation pour le marché du travail, le développement des compétences de la maind œuvre (acquisition, mise à jour, perfectionnement) et la reconnaissance des compétences acquises en emploi. Il représente les modalités de réponse que le marché du travail se donne pour satisfaire à ses besoins, en relation avec les objectifs de la Loi. Qu est-ce que le Cadre? Un objectif Favoriser l acquisition, la maîtrise et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre en milieu de travail, en vue d accroître l accès à des métiers et de favoriser la transférabilité des apprentissages (a. 25.1). Un moyen privilégié Par le développement de divers modes de formation (a. 25.1). Une clientèle La main-d œuvre et les employeurs (aa et 25.6, notamment). Un référentiel La norme professionnelle vise un métier ou une fonction de travail et est divisée en autant de compétences requises pour l exercice autonome et la maîtrise de ce métier, aa et 25.3; trois conditions à une norme : répondre à un besoin du marché du travail, faire l objet d un consensus sectoriel, respecter les formalités déterminées par le ministre (a. 25.4). Des stratégies Pour l application du Cadre, des stratégies de développement des compétences en milieu de travail sont établies; ces stratégies sont des modes de formation applicables à une ou plusieurs normes professionnelles, visant à permettre à des travailleurs et des travailleuses d atteindre la maîtrise d un métier visé par une telle norme. Deux types de certification Le certificat de qualification professionnelle reconnaissant la compétence pour l ensemble du métier (ou d une fonction de travail), qui peut être acquis par la participation à une stratégie de développement des compétences en milieu de travail ou par reconnaissance des acquis par une personne qui exerce ou qui a exercé un tel métier (a al. 1). 4

5 L attestation de compétence reconnaissant la compétence acquise dans une ou plusieurs des compétences visées par une norme professionnelle (a al. 2). Répartition des rôles pour sa mise en œuvre : Développement d une norme professionnelle Une norme est d abord développée par un comité sectoriel de main-d œuvre (CSMO) (ou exceptionnellement par une autre organisation reconnue), puis la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) en recommande l approbation par le ministre, qui rend public un avis de cette approbation (a. 25.4). Mise en place de stratégies de développement des compétences Ces stratégies sont établies par la CPMT avec la participation possible des comités sectoriels de main-d œuvre et des employeurs (a. 25.6). Délivrance des certificats et attestations Cette délivrance est faite par le ministre. Les conditions de reconnaissance des acquis, pour les personnes qui n ont pas fait l apprentissage par une stratégie, mais qui possédaient déjà les compétences faisant l objet d une norme professionnelle, sont déterminées par le comité sectoriel (ou un organisme reconnu à cette fin par la CPMT). Les frais sont établis par règlement de la CPMT. Droits exigés par un CSMO ou une organisation reconnue pour évaluer la maîtrise de compétences Si un CSMO ou une organisation exigent de tels droits, les limites de ceux-ci doivent être convenues entre le CSMO (ou l organisation) et la CPMT. Cette dernière porte ces limites à l attention du ministre et lui fait rapport aux trois ans à cet égard (a. 25.7). Renommer le Fonds national de formation de la main-d œuvre désormais le Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d œuvre de manière qu il reflète les intentions de la Loi et permettre qu il reçoive d autres sources des sommes qui seront affectées au développement et à la reconnaissance des compétences, notamment à la promotion des stratégies d apprentissage établies pour le Cadre. En plus d être constitué des cotisations des employeurs et de la perception de droits et frais (notamment les frais de certification relatifs au Cadre), le Fonds peut dorénavant recevoir d autres contributions versées pour aider à la réalisation de ses objectifs, de même que des sommes perçues par suite de l application de sanctions administratives imposées en vertu du Règlement sur les exemptions. 5

6 La constitution du Fonds est donc élargie en fonction des nouvelles dispositions de la Loi, telles que la délivrance de certificats ou d attestations de compétence et de «certificats de qualité des initiatives de formation». En vertu du principe d autofinancement sur lequel repose l application de la Loi, les revenus comme les dépenses doivent être rattachés au Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d œuvre (L.R.Q. Chapitre D-7.1, articles 27 et 28). Attribuer à la CPMT, dans le cadre de la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale et sur la Commission des partenaires du marché du travail, le rôle d adopter une politique d intervention sectorielle, soumise à l approbation du ministre. Autoriser le ministre à confier à la Commission certaines fonctions lui permettant d influencer davantage l évolution du développement et de la reconnaissance des compétences en milieu de travail, tout en précisant les principaux éléments à inclure dans une telle entente. La CPMT aura ainsi une autorité plus directe sur certaines activités afin d aider les entreprises dans leur effort pour améliorer la qualification de la main-d œuvre. En regroupant sous l autorité de la Commission les responsabilités relatives à l intervention sectorielle, au développement des compétences et à la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre, à la gestion de la Loi et du Fonds qu elle institue, ainsi que les ressources qui y sont consacrées, le gouvernement entend maximiser ces leviers au profit de la main-d œuvre et des entreprises du Québec. Modifier cette loi pour mettre à jour le mandat d Emploi-Québec en fonction de l exercice de convergence de ses deux principales composantes (services publics d emploi et solidarité sociale) et en fonction de la Loi sur l administration publique. Enfin, maintenir le pouvoir du ministre d établir des programmes de formation et de qualification professionnelle, dans le cadre de l article 29.1 de la Loi sur la formation et la qualification professionnelles de la main-d œuvre. Une perspective d allègement réglementaire En vertu de la Loi, il revient à la CPMT d adopter la réglementation qui découle de cette loi, à l exception du règlement par lequel le gouvernement fixe le seuil d assujettissement des employeurs à l obligation de consacrer un montant équivalant à 1 % de leur masse salariale à des dépenses de formation (article 3). Le 27 juin dernier, la Commission adoptait quatre projets de règlements modifiant ou remplaçant autant de règlements adoptés en vertu de cette loi entre 1995 et 1999, de façon à se conformer à l esprit des changements consacrés par la nouvelle loi. Il s agit des règlements suivants : le Règlement sur les dépenses de formation admissibles; le Règlement sur les mutuelles de formation; le Règlement sur l exemption applicable aux titulaires d un certificat de qualité des initiatives de formation; le Règlement sur l agrément des organismes formateurs, des formateurs et des services de formation. 6

7 Ces projets de règlements font actuellement l objet d une publication dans la Gazette officielle pour approbation ultérieure par le gouvernement. Leur entrée en vigueur est prévue pour janvier Les règlements révisés par la CPMT l ont été avec le souci d un allègement de la réglementation. C est au regard du Règlement sur les dépenses de formations admissibles et de celui sur les exemptions décrites ci-après que ce souci est le plus manifeste. Le Règlement sur les dépenses de formation admissibles Au-delà des changements d ordre technique ou de concordance, le Règlement introduit un élément nouveau au paragraphe 7º de l article 1, qui traite maintenant des apprentissages réalisés par l entremise des technologies de l information. Celles-ci sont dorénavant admissibles dans le cadre des modalités déterminées dans le Règlement. Un changement important concerne les dépenses d acquisition d équipements, de construction ou d aménagement de locaux, qui ne sont plus admissibles à titre de dépenses de formation. Cette suppression permet de simplifier le dispositif en éliminant les dépenses prenant la forme d annuités d amortissement. De plus, le retrait de l annexe de la Loi dévolue aux règles de calcul des annuités d amortissement, la simplification de certaines règles fiscales, de même que le retrait de certaines règles de calcul qui pourraient plutôt se trouver dans un guide d application de la Loi, contribuent à alléger la réglementation. Les employeurs sont également dispensés de tenir un registre distinct des salaires à des fins de formation seulement, ce que certains se croyaient erronément obligés de faire, d où un irritant maintes fois évoqué lors de consultations en relation avec la politique du gouvernement en matière d allègement réglementaire. Ce changement ne dispense pas l employeur de faire la preuve du salaire déclaré à des fins de formation, mais le nouvel article 4 couvre plus simplement la question. Quant à la question des attestations de formation délivrées aux employés ayant participé à une formation interne, il s agit d un autre irritant soulevé dans les rapports sur l allègement réglementaire parce que la disposition soulevait des questions. Le texte de l article clarifie la situation : il est suffisant pour l employeur de démontrer qu il est en mesure de délivrer annuellement des attestations de formation aux employés ayant participé à de telles activités. Ce nouvel article 4 couvre également l irritant évoqué à l égard de la conservation de pièces justificatives pendant une durée de six ans. Sans réduire ce délai, le nouveau texte atténue la portée de cette exigence en réduisant le nombre de pièces justificatives à conserver. En dernier lieu, une nouvelle règle de calcul, applicable au salaire admissible, permet enfin d ajouter aux dépenses admissibles certaines cotisations à des régimes publics que les employeurs réclamaient d inclure, ce qui élimine un dernier irritant véhiculé dans les rapports sur l allègement réglementaire. 7

8 Le Règlement sur les mutuelles de formation La nouvelle loi permet de remplacer le concept d organismes collecteurs visé dans le règlement actuel par celui de mutuelles de formation, d où le remplacement complet du Règlement sur les organismes collecteurs par un règlement dont le titre fait référence aux mutuelles de formation. Le nouveau règlement s inspire de l ancien tout en simplifiant les règles à respecter pour être reconnu comme mutuelle de formation. Par comparaison, un organisme collecteur devait non seulement être reconnu, mais aussi obtenir l agrément d un plan de formation, ce qui imposait en quelque sorte une double procédure avant de pouvoir entreprendre quoi que ce soit. Dorénavant, la mutuelle sera plutôt reconnue sur la base d une problématique commune en matière de développement des compétences. Le reste du règlement est également simplifié, notamment au chapitre des dispositions financières. Le Règlement sur l exemption applicable aux titulaires d un certificat de qualité des initiatives de formation La révision du Règlement sur les exemptions a d abord été entreprise dans une perspective d allègement de la réglementation découlant de la Loi, le règlement existant étant peu utilisé. L approche retenue vise à promouvoir auprès des entreprises l importance d une démarche de formation continue («processus de développement des compétences»). L entreprise certifiée pour un tel processus serait notamment exemptée de déclarer annuellement ses dépenses de formation au ministère du Revenu du Québec. Il s agit moins d un allègement que d un virage d ordre qualitatif. L objectif est de valoriser l employeur qui fournit un effort exceptionnel en ce sens. On propose cependant de le faire non plus par rapport à une quantité supérieure de dépenses (2 % de la masse salariale), mais en fonction d un engagement à élaborer et à appliquer, en concertation avec les salariés de l entreprise, un processus de développement continu des compétences. Le processus de développement des compétences doit assurer la participation de représentants de l employeur et de représentants des employés à toutes les étapes de la mise en œuvre. Le règlement permet ainsi aux employeurs d avoir accès à une reconnaissance pour l effort consenti sur une autre base que la comptabilisation de leurs dépenses de formation. Cette reconnaissance prend la forme d un «certificat de qualité des initiatives de formation». Le caractère exemplaire de cette démarche se manifeste d ailleurs par l obligation faite au ministre de rendre publique la liste des employeurs titulaires d un tel certificat. Les entreprises titulaires du certificat n auront donc plus à comptabiliser et à déclarer leurs dépenses de formation au ministère du Revenu ni à produire le Formulaire à remplir par l employeur. 8

9 Le Règlement sur l agrément des organismes formateurs, des formateurs et des services de formation La révision de ce règlement a été menée en même temps que celle des trois précédents. Il s agit principalement de changements visant la concordance avec le texte du règlement adopté initialement en De façon générale, le statu quo est maintenu en ce qui a trait aux conditions d agrément des formateurs et organismes formateurs. Quelques ajustements ont été apportés à l agrément des services de formation. Il est à noter que, étant donné cette volonté de favoriser la reconnaissance des compétences acquises en milieu de travail, un ou une titulaire d agrément doit dorénavant être en mesure de remettre à tout participant qui lui en fait la demande, le contenu détaillé d une formation qu il a dispensée à ce dernier au cours des 24 derniers mois. Par ailleurs, les conditions relatives à l agrément d un service de formation ou d un service de formation multi employeur ont été revues. En effet, le demandeur de cette catégorie d agrément doit démontrer que le service de formation assume ou coordonne des activités relatives à la mise en œuvre d un processus de développement des compétences de la main-d œuvre dans l entreprise. Cette nouvelle condition s inspire de celles qui sont nécessaires à l obtention d un «certificat de qualité des initiatives de formation» et contribuera à structurer davantage les entreprises dans la réalisation d activités de développement des compétences. L évaluation de la mise en œuvre de la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre Le ministre doit, au plus tard le 22 juin 2013, et par la suite tous les cinq ans, transmettre au gouvernement un rapport sur la mise en œuvre de la Loi et sur l opportunité de la maintenir en vigueur ou de la modifier. Cette disposition n est pas nouvelle, mais elle a été adaptée afin que la prochaine évaluation de la Loi s effectue cinq ans après la mise en vigueur prévue des règlements qui ont un impact sur l application de la Loi, soit janvier 2008 (L.R.Q. Chapitre D-7.1, article 68). 9

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION SEPTEMBRE 2010 Dans le cadre d une entente

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Guide de la demande d autorisation pour administrer un régime volontaire d épargneretraite

Guide de la demande d autorisation pour administrer un régime volontaire d épargneretraite Guide de la demande d autorisation pour administrer un régime volontaire d épargneretraite Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 À QUI S ADRESSE CE GUIDE?... 3 AVANT DE DÉBUTER... 4 SERVICE DE

Plus en détail

INTERPRÉTATIONS. 2 Moyens offerts à l employeur pour réaliser, au bénéfice de son personnel, des dépenses de formation admissibles

INTERPRÉTATIONS. 2 Moyens offerts à l employeur pour réaliser, au bénéfice de son personnel, des dépenses de formation admissibles 4 INTERPRÉTATIONS 2 Moyens offerts à l employeur pour réaliser, au bénéfice de son personnel, des dépenses de formation admissibles Page 2 sur 34 TABLE DES MATIÈRES 2 MOYENS OFFERTS À L EMPLOYEUR POUR

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Réunion d informations du 12 novembre 2014 La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Rappel Les différents taux de cotisation : - Taux légal

Plus en détail

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE»,

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE», CONVENTION DE PARTICIPATION AU PROGRAMME DE PRISE EN CHARGE DU DOSSIER DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL POUR LES S D ÉCONOMIE SOCIALE EN AIDE DOMESTIQUE ENTRE : LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX,

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Numéro : 300 Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Décembre 2013 Objectif de cette note d orientation... 4 Références légales... 4 Contexte... 5 Historique du calcul hebdomadaire

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adopté au conseil d administration du 10 juin 2004 Modifications

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25)

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) Loi concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES (PROGRAMME EN ATTENTE) AEC en ASSURANCE DE DOMMAGES DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T 1 888 758-3654 -

Plus en détail

Une mutuelle de formation est un regroupement

Une mutuelle de formation est un regroupement MISSION DU COMITÉ SECTORIEL DE MAIN- D OEUVRE DE L ÉCO NOMIE SOCIALE ET DE L ACTION COMMUNAU- TAIRE Créé en 1997, le comité sectoriel de maind oeuvre de l sociale et de l action communautaire (CSMO-ÉSAC)

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Guide d application du Règlement sur la formation continue obligatoire des inhalothérapeutes

Guide d application du Règlement sur la formation continue obligatoire des inhalothérapeutes Guide d application du Règlement sur la formation continue obligatoire des inhalothérapeutes Préparé par : Andrée Lacoursière Josée Prud Homme Édition 2012 INTRODUCTION Le Règlement sur la formation continue

Plus en détail

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration.

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration. TROCCA Table Régionale des Organismes Communautaires Chaudière - Appalaches Politique de gestion Voici une liste de points jugés importants pour la gestion de l organisme. La plupart se rapportent à la

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Comparaison des régimes d épargne-retraite :

Comparaison des régimes d épargne-retraite : Comparaison des régimes : où se situe le RVER? enregistré retraite Qui peut offrir ce régime? Les organisations à ou sans but lucratif, les syndicats et les associations sont admissibles. Les sociétés

Plus en détail

Avis IMPORTANT : Lire le document «Instructions» avant de remplir le formulaire. Remplir le formulaire en lettres moulées.

Avis IMPORTANT : Lire le document «Instructions» avant de remplir le formulaire. Remplir le formulaire en lettres moulées. Avis Afin de vous assurer que nous puissions traiter dans les délais votre demande de permis d alcool pour une réunion, veuillez prendre note que celle-ci doit être reçue à la Régie au moins 15 jours avant

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis)

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis) L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE INFORMATION AUX GARANTS (Article 3 bis de la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers) Cette information

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Le 12 avril 2010. Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5

Le 12 avril 2010. Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5 Le 12 avril 2010 Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5 Objet : Projet de loi 87 Loi sur la publicité légale des entreprises N/D : 26450

Plus en détail

Conditions Générales du RME

Conditions Générales du RME 1. Champ d application 1 2. Règlement RME 1 3. Prestations du RME 1 3.1 Généralités 1 3.2 Enregistrement 1 3.3 Liste des Méthodes 2 3.4 Conditions d Enregistrement 2 3.5 Demandes d enregistrement 2 3.6

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles Présentation Présenté par M. Pierre Arcand Ministre du Développement

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé Partenariat avec Revenu Québec Pour permettre l application du nouveau mode de paiement de la prime d assurance instauré le 1 er janvier

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Le Québec dispose d un ensemble de mesures permettant aux parents de mieux concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles, dont les congés parentaux.

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015

BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015 BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015 1 Résultat Budget Prévisionnel Budget Budget Article Compte 2013 2014 2014 2015 2016 Nombre - indice 761,00 780,01 775,17 789,70 804,47 DEPENSES BUDGET DES

Plus en détail

Budget du Québec de juin 2014 Faits saillants

Budget du Québec de juin 2014 Faits saillants des Services fiscaux Numéro 2014-26F Budget du Québec de juin 2014 Faits saillants Le 4 juin 2014 En bref Le ministre des Finances, M. Carlos Leitao, a présenté aujourd'hui, le 4 juin 2014, le budget 2014-2015

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL ENTRE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL ENTRE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL ENTRE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI ET LE SYNDICAT DES PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS DE LA RECHERCHE DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI 2011-2014 PRÉAMBULE

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Règlementation sportive

Règlementation sportive Règlementation sportive Le code du sport crée en 2006 regroupe des textes législatifs (lois) et règlementaires (décrets et arrêtés) qui encadrent la pratique sportive. Etablissement d activités physiques

Plus en détail

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2015 GUIDE www.csst.qc.ca Ce guide a pour but de faciliter la compréhension des modalités relatives au calcul du versement périodique. Il n a aucune valeur juridique et ne

Plus en détail

ADAPTATION DES OBLIGATIONS RELATIVES AU BIEN-ETRE DES INTERIMAIRES

ADAPTATION DES OBLIGATIONS RELATIVES AU BIEN-ETRE DES INTERIMAIRES 1/5 ADAPTATION DES OBLIGATIONS RELATIVES AU BIEN-ETRE DES INTERIMAIRES L arrêté royal du 15 décembre 2010 fixant des mesures relatives au bien être au travail des intérimaires a paru au Moniteur belge

Plus en détail

Guide de demande de subvention pour la création d une équipe de santé familiale

Guide de demande de subvention pour la création d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Guide de demande de subvention pour la création d une équipe de santé familiale Mise à jour : mai 2010 Version 3.1 Table des matières À

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

L apprenti. Définition du code du travail

L apprenti. Définition du code du travail L apprenti Définition du code du travail Salarié rémunéré qui suit une formation diplômante pour obtenir une qualification professionnelle en signant un contrat d apprentissage. Le dispositif apprentissage

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2 2.2 Les impôts et taxes PARTIE 2 L avis de l expert-comptable La plupart des taxes sont dues à partir d un certain seuil d effectif (avec une période de franchise totale de 3 ans puis partielle : formation

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements.

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements. La réforme Harper de l assurance-emploi : une réforme brutale qui vise, en premier lieu, les travailleurs et les travailleuses de l industrie saisonnière Dans le cadre de la loi d exécution du budget du

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

CFP 059M C.P. Rapport D Amours

CFP 059M C.P. Rapport D Amours Mémoire du Régime de retraite de l Université du Québec (RRUQ) sur le rapport du Comité D Amours Mémoire déposé à la Commission des finances publiques le 22 août 2013 CFP 059M C.P. Rapport D Amours Table

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE Service des ressources humaines et affaires juridiques 20 octobre 2014 TABLE DES MATIÈRES Contenu Introduction 1 Les dispositions

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

COLLOQUE ANNUEL DU CONSEIL DES SYNDICS DE FAILLITE

COLLOQUE ANNUEL DU CONSEIL DES SYNDICS DE FAILLITE COLLOQUE ANNUEL DU CONSEIL DES SYNDICS DE FAILLITE M. Marcel Turgeon Directeur de la Direction principale des services administratifs et techniques M e Nancy Morency Directrice adjointe de la Direction

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société admissible... 3 Titre

Plus en détail

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2015 Mesures fiscales proposées dans le budget fédéral 2015 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le ministre

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail