Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J ="

Transcription

1 Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0 la matrice nulle de M n n (R). i) Est-ce que J est inversible? ii) Montrer que J JJ J Remarque : Les matrices M M 2n 2n (R) qui vérifient M JM J sont dites symplectiques. Elles apparaissent dans des systèmes dynamiques dits Hamiltoniens. iii) Soit S M 2n 2n (R) une matrice symétrique. Montrer que pour m pair J(J S) m est antisymétrique et pour m impair J(J S) m est symétrique. Remarque : Pour une matrice A M p p (K) on définit A m A } A {{ A}. m fois iv) Montrer que pour toute matrice A M p p (R) antisymétrique et y R p on a y Ay 0. v) Montrer que pour tout vecteur y R 2n et m impair on a y S(J S) m y 0. i) On cherche A, B, C, D M n n (R) telles que ( 0 In I n 0 ) A B In 0. C D 0 I n On obtient le système d équations C I n, D 0, A 0, B I n, ainsi On remarque que J J J. ii) Découle du fait que J J. J 0 In. I n 0 iii) On fait la démonstration par récurrence. On montre d abord que les propriétés sont vraies pour m 0 et m. m0 : On a J(J S) 0 J et J J donc J(J S) 0 est bien antisymétrique, m : On a J(J S) S et S S donc J(J S) est bien symétrique,

2 m+ : Supposons la propriété vraie pour m et montrons qu elle est vraie pour m +. Si m est impaire on a (J(J S) m ) J(J S) m donc (J(J S) m+ ) (J(J S) m (J S)) (J S) (J(J S) m ) () (J S) J(J S) m S J J(J S) m S JJ(J S) m SJ J(J S) m S(J S) m JJ S(J S) m J(J S) m+ Ainsi J(J S) m+ (où m+ est pair) est antisymétrique. La démonstration pour m paire est la même sauf que dans () il y a un moins qui apparait. iv) Soit y R p. Vu que y Ay est un scalaire il est symétrique, donc y Ay (y Ay) y A y y Ay. On à montré que y Ay y Ay pour tout y R p, ce qui est possible seulement si y Ay 0. v) On peut soit prouver que S(J S) m est antisymétrique et conclure avec la partie iv) ou faire explicitement les calculs. On va refaire les calculs et simultanément montrer que S(J S) m est antisymétrique. On va montrer que y S(J S) m y y S(J S) m y pour tout y, ce qui est possible seulement si y S(J S) m y 0. Vu que y S(J S) m y est un scalaire il est symétrique. Par la partie i) on a J (J ) J. Il s en suit y S(J S) m y (y S(J S) m y) y ( (J S) m) S y y ( (J S) ) m Sy y ( SJ ) m Sy y (SJ) m Sy y S(JS) m y y S( J S) m y ( ) m y S(J S) m y y S(J S) m y. Exercice 2 Montrer que (M n n (K), +, ), où K est un corps et +, sont l addition et la multiplication usuelles des matrices, est une anneau non commutatif. Le fait que (M n n (K), +) soit un groupe abélien à été montré dans le Lemme du chapitre I.2 du cours. L associativité de et la distributivité de par rapport à + sont données par le Lemme 5 et démontrées dans l exercice 7 de la série 2. Il reste à montrer qu il existe un élément neutre par rapport à la multiplication. Ceci est donné par I n, en fait pour A (a ij ) i,j n M n n (K) on a n n (AI n ) ij A ik (I n ) kj A ik δ kj A ij k k où δ ij est la fonction définie par si i j δ ij 0 sinon. 2

3 Donc AI n A et de la même manière on obtient I n A A. Pour finir, on a vu dans la série 2 qu en général pour deux matrices A, B M n n (K) on a AB BA, donc l anneau n est pas commutatif. a b Exercice 3 Montrer que M 2 {A M 2 2 (R); A, a, b R}, muni de l addition b a et de la multiplication usuelle des matrices, est un corps. On fera la démonstration par étapes : i) On vérifie que les opérations + et sont internes, i.e. pour deux éléments A, B M 2 on a A + B M 2 et A B M 2, ii) On montre que (M 2, +) est un groupe abélien (commutatif), iii) On montre que (M 2, +, ) est un anneau commutatif, iv) On montre que (M 2, +, ) est un corps. i) On montre d abord que M 2 est stable par rapport à la somme ( et la) multiplication, ( i.e. ) a b c d pour A, B M 2 on a A + B M 2 et AB M 2. Soit A et B, b a d c on a a + c b + d A + B M b d a + c 2, ac bd ad + bc AB M ad bc ac bd 2. ii) On a vu dans l exercice précédent que M 2 2 (R) est un anneau, il s ensuit que dans M 2 la somme est associative et commutative, (puisque c est le cas dans M 2 2 (R)). De plus 0 M 2 et pour tout A M 2 on a A M 2. On a donc montré que (M 2, +) est un groupe abélien (commutatif). iii) Comme pour l addition, les propriétés de distributivité et associativité de la multiplication découlent de M 2 2 (R). De plus I 2 M 2 donc (M 2, +, ) est un anneau. Et vu que AB BA pour tout A, B M 2 alors l anneau est commutatif. iv) Pour montrer qu il est un corps il nous reste à montrer que tout élément non nul de M 2 possède une inverse qui appartient aussi à M 2. Prenons A non nulle, donc a ou b est différent de 0. On cherche e, f tels que a b e f b a f e 0 0 On obtient l unique solution e a/(a 2 + b 2 ) et f b/(a 2 + b 2 ), ainsi A a 2 + b 2 a b M b a 2. x y Exercice 4 On définit l application f : C M 2 définie par f(x + iy). y x i) Montrer que f est un isomorphisme de groupe entre (C, +) et (M 2, +). 3

4 ii) Montrer que f((x +iy )(x 2 +iy 2 )) f(x +iy )f(x 2 +iy 2 ) où (x +iy )(x 2 +iy 2 ) est la multiplication de nombres complexes. Est-ce que f est un isomorphisme d anneaux? iii) Déduire de l exercice 3 et de ii) que (C \ {0}, ) est un groupe. iv) Pour un z C comment peut-on représenter z dans M 2? i) Soient z, z 2 C où z i x i + iy i pour i, 2. Il faut montrer que f(z + z 2 ) f(z ) + f(z 2 ) et que f est bijective. x + x f((x + iy ) + (x 2 + iy 2 )) f(x + x 2 + i(y + y 2 )) 2 y + y 2 y y 2 x + x 2 x y x2 y + 2 f(x y x y 2 x + iy ) + f(x 2 + iy 2 ) 2 a b Pour la bijectivité. Soit A M b a 2, on a f(a+ib) A, donc f est surjective. Pour z, z 2 C si f(z ) f(z 2 ) alors Re(z ) Re(z 2 ) et Im (z ) Im (z 2 ), donc z z 2 et f est injective. ii) On commence par montrer f(z z 2 ) f(z )f(z 2 ), f((x + iy )(x 2 + iy 2 )) f(x x 2 y y 2 + i(x y 2 + x 2 y )) x x 2 y y 2 x y 2 + x 2 y x y 2 x 2 y x x 2 y y 2 x y x2 y 2 y x y 2 x 2 f(x + iy )f(x 2 + iy 2 ). Par definition f(z) M 2 et l on sait que la multiplications des matrices est associative, i.e. A(BC) (AB)C, pour toutes matrices A, B, et C M 2. Ainsi pour z, z 2, et z 3 C, on a f(z (z 2 z 3 )) f(z )f(z 2 z 3 ) f(z )f(z 2 )f(z 3 ) f(z z 2 )f(z 3 ) f((z z 2 )z 3 ). Comme f est bijective est associative dans C. On montre la distributivité en utilisant (i) et (ii) f(z (z 2 + z 3 )) f(z )f(z 2 + z 3 ) f(z )(f(z 2 ) + f(z 3 )) f(z )f(z 2 ) + f(z )f(z 3 ) f(z z 2 ) + f(z z 3 ) f(z z 2 + z z 3 ). Avec l élément neutre + i0, on a que (C, + cdot) est un anneau. Pour que f soit un isomorphisme d anneaux il nous reste à montrer f( + i0) I 2. Or f( + i0) I 2 par définition. Donc f est un isomorphisme d anneaux. 4

5 iii) Vu que M 2 est un corps alors (M 2 \{0}, ) est un groupe. Vu que (C, +, ) est un anneau alors (C\{0}, ) est un semi-groupe. Il reste à montrer que chaque a C\{0} admet un élément inverse b C\{0} avec ab ba + 0i. Soit a C\{0}. Comme f est surjective il existe b C\{0} tel que f(b) f(a). Donc, f(a)f(b) f(b)f(a) I 2. Comme f préserve la multiplication et f( + 0i) I 2 on a f(ab) f(ba) f( + 0i). Comme f est injective on a ab ba + 0i. Ainsi (C \ {0}, ) est un groupe. iv) Dans M 2 le conjugué est représenté par la transposé : x y f(z ) f(x iy ) x y f(x y x y x + iy ) f(z ) Exercice 5 Démontrer le lemme suivant du cours : Soit (A, +, ) un anneau et U A. Alors les assertions suivantes sont équivalentes : i) (U, +, ) est un sous anneau de (A, +, ). ii) A U et pour tout a, b U on a a b U et a b U. i) ii) : Découle de la définition de sous-anneau. ii) i) :Comme A U on a U non vide et comme A A 0 on a 0 U. Si b U on a : b 0 b U. Si a, b U alors a + b a ( b) U. Donc (U, +) est un sous-groupe de (A, +). Si a, b U alors a b U d après l hypothèse et donc (U, +, ) est un sous anneau de (A, +, ). Exercice 6 i) Pour chacun des nombres complexes suivants, déterminer la partie réelle, la partie imaginaire, le module et l argument : 5 + 2i, ( 2i) 9, ii) Résoudre dans C les équations suivantes : 5 i i, i z 3i 2z i 2 i, z2 5 2i, z 2 ( + 3i)z 2 + 2i 0. iii) Déterminer la partie réelle et imaginaire des expressions suivantes : (a) /( + 2i), (b) (5 + 3i)/( i). iv) Montrer que z + z 2 z + z 2 pour tous z, z 2 C, avec égalité si et seulement si z 2 αz avec α R +. 5

6 i) Pour le premier nombre 5 + 2i, on a : Re( 5 + 2i) 5, Im ( 5 + 2i) 2, 5 + 2i , arg( 5 + 2i) Arctg( ) (car Re( 5 + 2i) > 0). Pour le deuxième nombre ( 2i) 9, on calcule : ( 2i) 2 3 4i, ( 2i) 4 ( 3 4i) i ( 2i) 8 ( i) i, ( 2i) 9 ( 2i) 8 ( 2i) ( i)( 2i) i. Donc Re(( 2i) 9 ) 99 et Im(( 2i) 9 ) 78. De plus, 2i 5, donc ( 2i) 9 2i , et arg( 2i) Arctg( 2) ϑ, donc arg(( 2i) 9 ) 9 ϑ (vu que l argument d un produit est la somme des arguments). Pour le troisième nombre, on rend le dénominateur réel et on obtient : 5 i 3 + 2i (5 i)(3 2i) (3 + 2i)(3 2i) 3 3i 3 i. On a i 2, Re( i), Im ( i), arg( i) π 4. Enfin, 57 i et i 4, donc i 57 i 4 4+ (i 4 ) 4 i i i. On i i obtient Re(i) 0, Im (i), i, arg(i) π 2. ii) On calcule z 3i 2z i 2 i (z 3i)(2 i) (2z + )(4 + 3i) z(2 i) 6i 3 z(8 + 6i) i z( 6 7i) 7 + 9i z 7 + 9i + 9i)(6 7i) + 5i ( i (6 + 7i)(6 7i) i 7. Les solutions de z 2 5 2i s obtiennent en écrivant z x + yi et donc (x 2 y 2 ) + (2xy)i 5 2i. Cela donne le système x 2 y 2 5, 2xy 2. En substituant y 6 dans la ère équation, on obtient x x4 + 5x , donc x 2 4 (la solution x 2 9 est impossible). On trouve finalement x ±2 et y ±( 3), donc z ±(2 3i). Les solutions de z 2 ( + 3i)z 2 + 2i 0 se calculent en trouvant les racines carrées du discriminant ( + 3i) 2 4( 2 + 2i) 2i, ce qui donne ±( i). ( + 3i) ± ( i) On trouve ensuite z, ce qui donne les deux valeurs z + i et 2 z 2i. 6

7 iii) (a) (b) + 2i 2i ( + 2i)( 2i) i 5 + 3i i 4 + i iv) Soient z x + iy et z 2 x 2 + iy 2 z + z 2 2 (z + z 2 )(z + z 2 ) (z + z 2 )(z + z 2 ) z 2 + z z z 2 + z z 2 z 2 + z z z 2 + z z 2 z 2 + z Re(z z 2 ) () z 2 + z z z 2 ( z + z 2 ) 2 où () découle de Re(z z 2 ) (2) Re(z z 2 ) 2 + Im (z z 2 ) 2 z z 2 z z 2 z z 2. En enlevant les carrés on obtient l inégalité requise. Supposons que () soit égalité, alors Re(z z 2 ) z z 2. Ceci est vrai si et seulement si Im (z z 2 ) 0 (sinon l inégalité (2) est stricte) et si Re(z z 2 ) 0 (car z z 2 0). Il faut donc z z 2 Re(z z 2 ) β R +. Si z 2 0 on a bien z 2 αz avec α 0. z Si z 2 0 alors z z 2 z 2 βz 2, i.e. z 2 2 z 2 αz. Supposons z 2 αz avec α R +, alors z β 2, on a donc trouvé α z 2 2 β tel que z +z 2 z +αz (+α)z (+α) z z +α z (3) z + αz z + z 2 Remarquer que si α < 0 l égalité (3) est un <. { } a b Exercice 7 On considère le sous-ensemble H ; a, b C de M b a 2 2 (C). i) Montrer que (H, +, ) est un sous-anneau de (M 2 2 (C), +, ), où + et sont l addition et multiplication usuelles des matrices. ii) Montrer que tous les éléments de H \ {0} sont inversible par la multiplication. Est-ce que (H, +, ) est un corps? Indication : Pour l inverse d un élément non nul de H on a une formule similaire (mais pas identique) que pour l inverse d une matrice réelle 2 2 inversible. NB : L ensemble H muni des opérations + et s appelle l ensemble des quaternions. a b c d i) Soient A, B H. On voit facilement que A + B H aussi. b a d c L associativité de la somme découle de M 2 2 (C). L élément neutre 0 pour l addition appartient à H et pour tout A H on a A H. Donc (H, +) est un sous groupe de (M 2 2 (C), +, ). On montre que H est stable pour la multiplication : a b c d ac bd ad + bc ac bd ad + bc AB H. b a d c bc ad bd + ac (ad + bc) ac bd Et pour finir l élément neutre pour la multiplication I 2 appartient à H aussi. Donc (H, +, ) est un sous anneau de (M 2 2 (C), +, ). 7

8 ii) Soit A H \ {0}, donc a 0 ou b 0. Supposons a 0. On cherche B telle que AB I 2. ac bd ad + bc 0 AB bc ad bd + ac 0 La première ligne donne le système d équations ac bd et ad + bc 0. Ce qui donne c ( + bd)/a et ad + b( + bd)/a 0, en développant on obtient d b/( a 2 + b 2 ) et c a/( a 2 + b 2 ). Si a 0 et b 0 on trouve les mêmes solutions pour c, d. Ainsi A possède l inverse A a 2 + b 2 a b H. b a On a que (H, +, ) est un anneau dont tout élément non nul possède une inverse multiplicative dans H. L anneau n est pas commutatif (ceci se voit par un calcul direct), ainsi (H, +, ) n est pas un corps. Remarque : si on multiplie ac bd par a et ad + bc 0 par b on peut trouver c et d sans effectuer divisions par a ni b, il n est donc pas necessaire que a 0 ou b 0 mais il suffit que a 2 + b 2 0. Informations générales, séries et corrigés: cf. 8

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2 Guillaume CARLIER L1, année 2006-2007 2 Ce support de cours est basé sur le poly de Tristan Tomala des années précédentes.

Plus en détail

A. 1. Définitions 96/154. Cas particuliers

A. 1. Définitions 96/154. Cas particuliers I II III IV V VI VII VIII Cours de Mathématiques IUT Orsay DUT INFORMATIQUE A - Semestre 0-0 Introduction Wims Calcul ensembliste Relations binaires, applications Logique Raisonnements par récurrence,

Plus en détail

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Maths PCSI Cours Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Table des matières 1 Groupes 2 1.1 Lois de composition interne..................................... 2 1.2 Groupes................................................

Plus en détail

Cours L1, Mathématiques Générales 1. Pierre Puiseux

Cours L1, Mathématiques Générales 1. Pierre Puiseux Cours L, Mathématiques Générales Pierre Puiseux 9 octobre 0 Université de Pau et des Pays de l Adour 3 Table des matières Chapitre. Fonctions, applications 5.. Vocabulaire, rappels 5... Ensembles, quantificateurs

Plus en détail

1.1.1.1 La construction algébrique de C et correspondance géométrique

1.1.1.1 La construction algébrique de C et correspondance géométrique Chapitre 1 Nombres Complexes 1.1 Le Corps C des complexes 1.1.1 Ecriture algébrique et correspondance Géométrique 1.1.1.1 La construction algébrique de C et correspondance géométrique Il y a plusieurs

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

1. a) question de cours b) P(f) est un polynôme de l endomorphisme f donc commute avec f.

1. a) question de cours b) P(f) est un polynôme de l endomorphisme f donc commute avec f. escp-eap 2(Ecole de commerce) OPTION SCIENTIFIQUEMATHEMATIQUES I adapté en retirant certaines question qui sont du cours de PC et en ajoutant le dernier exemple.. a) question de cours b) P(f) est un polynôme

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Les matrices. 1 Définitions. 1.1 Matrice

Les matrices. 1 Définitions. 1.1 Matrice Les matrices 2012-2013 1 Définitions 11 Matrice Définition 1 Une matrice m n est un tableau de nombres à m lignes et n colonnes Les nombres qui composent la matrice sont appelés les éléments de la matrice

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015. Corrigé des exercices de mise à niveau en Mathématiques

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015. Corrigé des exercices de mise à niveau en Mathématiques UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 L1 Économie Cours de M. Desgraupes Corrigé des exercices de mise à niveau en Mathématiques Séance 01 : Calcul algébrique

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015. Test 1

Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015. Test 1 Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015 Test 1 Exercice 1. (1) Donner la liste des sous-groupes de Z/24Z. Justifier. (2) Est-ce que Z/24Z a un sous-groupe

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

Les espaces vectoriels Partie 1

Les espaces vectoriels Partie 1 Les espaces vectoriels Partie 1 MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er février 2016 1 Définition d un Espace Vectoriel Soit ( K,+, ) un corps commutatif (le programme impose K = R ou C).

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques.

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Université Paris-Dauphine DU MI2E, 2ème année Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Cours 2010/2011 Olivier Glass Le polycopié qui suit peut avoir des différences

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2 Espaces euclidiens Table des matières 1 Définitions et exemples 1 Orthogonalité, norme euclidienne 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 4 Orthogonalisation de Schmidt 3 5 Sous-espaces orthogonaux 3

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Isométries d'un espace euclidien.

Isométries d'un espace euclidien. Isométries d'un espace euclidien. Dans ce chapitre, le corps des scalaires est R et l'espace (E ; ) est un espace euclidien de dimension finie n. 1. Isométries vectorielles d'un espace euclidien...p.1

Plus en détail

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }.

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }. Dans tout ce qui suit on désigne par k un corps commutatif de caractéristique différente de 2 (par exemple R ou C) etpare un k-espace vectoriel de dimension finie n>0. On appelle L(E) l anneau des endomorphismes

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 Michel Goze, Elisabeth Remm 1. Edité par Ramm Algebra Center 2 Introduction Ce cours s adresse aux étudiants

Plus en détail

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1 Lycée Jean Bart MPSI & PCSI Année 213-214 Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 214 La clarté des raisonnements, la précision de la rédaction et la présentation entreront pour une part non négligeable

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

Algèbre linéaire. 1 Espaces vectoriels R n. Jean-Paul Davalan. 1.1 Les ensembles R n. 1.2 Addition dans R n. (R n, +) désigne R n muni de l addition.

Algèbre linéaire. 1 Espaces vectoriels R n. Jean-Paul Davalan. 1.1 Les ensembles R n. 1.2 Addition dans R n. (R n, +) désigne R n muni de l addition. Algèbre linéaire. Jean-Paul Davalan 2001 1 Espaces vectoriels R n. 1.1 Les ensembles R n. Définition 1.1 R 2 est l ensemble des couples (x, y) de deux nombres réels x et y. D une manière générale, un entier

Plus en détail

ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1

ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1 Université Blaise Pascal U.F.R. Sciences et Technologies Département de Mathématiques et Informatique Licence de Mathématiques Troisième année, U.E. 35MATF2 ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1 Polycopié du cours

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Enveloppe vectorielle ou. Transformer de l affine en du vectoriel

Enveloppe vectorielle ou. Transformer de l affine en du vectoriel Préparation à l Agrégation Année 2009 2010 ENS Cachan Vincent Beck Enveloppe vectorielle ou Transformer de l affine en du vectoriel 0 Mode d emploi. Cette note propose la construction de l enveloppe vectorielle

Plus en détail

Licence à distance. Laurent Evain. Cours sur les Anneaux

Licence à distance. Laurent Evain. Cours sur les Anneaux Licence à distance. Laurent Evain Cours sur les Anneaux Introduction Vous voici donc en possession du cours sur les anneaux, dans le cadre de votre enseignement à distance. Le style adopté est, vous vous

Plus en détail

Matrices. 3 Théorie du rang 11 3.1 Opérations élémentaires... 11 3.2 Rang d une matrice, pivot de Gauss... 11 3.3 Inversion des matrices...

Matrices. 3 Théorie du rang 11 3.1 Opérations élémentaires... 11 3.2 Rang d une matrice, pivot de Gauss... 11 3.3 Inversion des matrices... Maths PCSI Cours Matrices Table des matières Présentation de M n,p (K) 2 Espace des matrices (n, p) 2 2 Lien avec les applications linéaires 3 3 L algèbre M n (K) 5 4 Transposition 6 2 Représentation des

Plus en détail

Algèbre approfondie. Notes de cours Master 2 Mathématiques 2013-2014

Algèbre approfondie. Notes de cours Master 2 Mathématiques 2013-2014 Algèbre approfondie Notes de cours Master 2 Mathématiques 2013-2014 Julien Bichon Département de Mathématiques Université Blaise Pascal Julien.Bichon@math.univ-bpclermont.fr Les pages qui suivent constituent

Plus en détail

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel.

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Devoir à la maison et sujet de partiel Exercice 1 Soit d non rationel. Dans l anneau on definit la conjugaison" z : Z[ d] = {n + m d n,m Z} si z

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

17. ISOMÉTRIES LINÉAIRES

17. ISOMÉTRIES LINÉAIRES 17 ISOMÉTRIES LINÉAIRES 171 Isométries linéaires dans un espace vectoriel euclidien Soit E un espace vectoriel euclidien Une application linéaire f dans E est appelée isométrie linéaire ssi, quel que soit

Plus en détail

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes.

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes. www.mathsenligne.com 2N3 - FONCTION CARRE ET SECOND DEGRE COURS (1/6) CONTENUS CAPACITES ATTENDUES COMMENTAIRES Expressions algébriques Transformations d expressions algébriques en vue d une résolution

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Espaces vectoriels de dimension finie 1 Questions de cours 3 Exercices 1. Énoncer et montrer le théorème de la base incomplète. 2. Soit E de dimension finie n et F un sousespace de E. Montrer que F est

Plus en détail

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées 48 Chapitre 4 Réduction des endomorphismes et des matrices carrées La motivation de ce chapitre est la suivante. Étant donné un endomorphisme f d un espace E de dimension finie, déterminé par sa matrice

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples.

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Introduction : On suppose connues les notions d injectivité, surjectivité,

Plus en détail

PC* Espaces préhilbertiens réels

PC* Espaces préhilbertiens réels I. Espace préhilbertien réel................................... 3 I.1 Produit scalaire dans un espace vectoriel réel................... 3 I.2 Inégalités de Cauchy-Schwarz et de Minkowski..................

Plus en détail

Multiplication rapide : Karatsuba et FFT

Multiplication rapide : Karatsuba et FFT Université Bordeaux 1 Préparation à l agrégation Mathématiques Année 2009 2010 Multiplication rapide : Karatsuba et FFT Il est rappelé que le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous

Plus en détail

Réduction. Sous-espaces stables. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1

Réduction. Sous-espaces stables. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1 Réduction Sous-espaces stables Exercice 1 [ 00755 ] [Correction] Soient u et v deux endomorphismes d un K-espace vectoriel E. On suppose

Plus en détail

Chapitre 2. 1 2.3. Réciproque d une application linéaire

Chapitre 2. 1 2.3. Réciproque d une application linéaire Chapitre 2 2 Réciproque d une application linéaire On commence par rappeler le concept d application inversible Fonctions inversibles Une application T : X Y est dite inversible si, pour tout y Y, l équation

Plus en détail

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE LES ROTATIONS DE R : VERSION MATRICIELLE. L espace R n Les structures dont R n est muni appartiennent à quatre niveaux : Structure vectorielle: Vecteur. Combinaison linéaire. Familles libres et liées.

Plus en détail

MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ. Table des matières

MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ. Table des matières MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ F.HUMBERT Table des matières Chapitre A - Congruences 2 Chapitre B - PGCD 5 Chapitre C - Nombres premiers 11 Chapitre D - Matrices et évolution de processus 14 Chapitre E - Matrices

Plus en détail

Chapitre 3. Espaces vectoriels

Chapitre 3. Espaces vectoriels Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 3 Espaces vectoriels Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé

Plus en détail

Calcul matriciel ... Il est impossible de faire la somme de 2 matrices de tailles différentes.

Calcul matriciel ... Il est impossible de faire la somme de 2 matrices de tailles différentes. Chapitre : Calcul matriciel Spé Maths - Matrices carrées, matrices-colonnes : opérations. - Matrice inverse d une matrice carrée. - Exemples de calcul de la puissance n-ième d une matrice carrée d ordre

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

f(z) = u(x, y) + i v(x, y),

f(z) = u(x, y) + i v(x, y), Université A/MIRA de Béjaia 27 mai 202 Faculté de la Technologie Département ST 2 Examen de Maths 5 Exercice points En utilisant les paramétrisations, montrer que l on a : z 2 dz = 0, où est la courbe

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Fonctions modulaires. Caroline Dumoulin. Université de Fribourg (Suisse) 25.10.2007

Fonctions modulaires. Caroline Dumoulin. Université de Fribourg (Suisse) 25.10.2007 Fonctions modulaires Caroline Dumoulin Université de Fribourg (Suisse) 25.0.2007 Table des matières Introduction 2 La fonction modulaire 3 La fonction modulaire J de Klein 6 Introduction Dans ce proséminaire,

Plus en détail

On dit de tout ensemble qui admet une opération possédant ces propriétés qu il possède une structure de groupe commutatif (ou abélien).

On dit de tout ensemble qui admet une opération possédant ces propriétés qu il possède une structure de groupe commutatif (ou abélien). Chapitre 1 Introduction 1.1 Notions de structures sur un ensemble Un ensemble sans structure n a pas d intérêt en mathématiques. Il y a bien longtemps, c est-à-dire avant la formalisation de la théorie

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

Énoncés des exercices

Énoncés des exercices Énoncés Énoncés des exercices Exercice 1 [ Indication ] [ Correction ] Soit f un endomorphisme de E, commutant avec tous les endomorphismes de E. Montrer que f est de la forme λid, avec λ IK. Exercice

Plus en détail

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé n o 1 *I : 1 Soit P E. Si on pose P = + a k X k, il existe n N tel que k > n, a k =. Donc P = { k= P k } Sup k!, k N = Max{

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats 1 À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats Cette note est écrite comme une section 7 du chapitre VIII du livre Algèbre Commutative. Méthodes Constructives.

Plus en détail

Éléments de logique et de théorie des ensembles

Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles Pour les exemples et exercices traités dans ce chapitre les ensembles usuels de nombres entiers, rationnels réels et complexes sont supposés connus, au

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Matrices et déterminants

Matrices et déterminants Matrices et déterminants Matrices Définition.. Une matrice réelle (ou complexe) M = (m i,j ) (m, n) à m lignes et n colonnes est un tableau à m lignes et n colonnes de réels (ou de complexes). Le coefficient

Plus en détail

Applications linéaires, matrices, déterminants

Applications linéaires, matrices, déterminants Applications linéaires, matrices, déterminants Exercice 1. Soit u: R 3 R défini pour tout x = (x 1, x, x 3 R 3 par u(x = (x 1 + x + x 3, x 1 + x x 3 1. Montrer que u est linéaire.. Déterminer ker(u. Allez

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MIPI - S2. Cours de Mathématiques : Polynômes et Suites

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MIPI - S2. Cours de Mathématiques : Polynômes et Suites Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L MIPI - S Cours de Mathématiques : Polynômes et Suites Table des matières Nombres complexes 5. Le corps C des nombres complexes.................................

Plus en détail

Exercices de rentrée MPSI-PCSI

Exercices de rentrée MPSI-PCSI Exercices de rentrée MPSI-PCSI Lycée Saint-Louis 015-016 Introduction Cette feuille d exercices s adresse aux élèves rentrant en MPSI ou en PCSI au lycée Saint- Louis Il s agit d exercices qui sont entièrement

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

CHAPITRE 5 : LES THÉORÈMES DE DEUX CARRÉS

CHAPITRE 5 : LES THÉORÈMES DE DEUX CARRÉS CHAPITRE 5 : LES THÉORÈMES DE DEUX CARRÉS 1. Les énoncés Il y a trois théorèmes concernant les sommes de carrés d entiers naturels. Théorème 1.1. Un entier naturel n est la somme de deux carrés si et seulement

Plus en détail

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant Licence informatique - L Année 0/0 Conception d algorithmes et applications (LI) COURS Résumé. Dans cette cinquième séance, nous continuons l exploration des algorithmes de type Programmation Dynamique.

Plus en détail

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::.

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat, Maroc.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Filière : Sciences de

Plus en détail

Formes quasi-modulaires. Formes modulaires presque holomorphes

Formes quasi-modulaires. Formes modulaires presque holomorphes Formes quasi-modulaires Formes modulaires presque holomorphes Nancy, 18 septembre 2003 Emmanuel Royer Formes modulaires sur SL(2,Z) (Euler, Jaob Bernoulli, Gauss, Abel, Hermite, Klein, Poincaré) f ( )

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Faculté des sciences Département de Mahtématiques

Faculté des sciences Département de Mahtématiques Faculté des sciences Département de Mahtématiques Algèbre linéaire 1ers Bacheliers en sciences mathématiques 2èmes Bacheliers en sciences physiques Année académique 2009 2010 Michel Rigo Préambule Ce

Plus en détail

119 exercices de mathématiques pour 1 re S

119 exercices de mathématiques pour 1 re S mai 06 9 exercices de mathématiques pour re S Stéphane PASQUET Sommaire Disponible sur http: // www. mathweb. fr mai 06 I Le second degré.................................. I. Calcul de discriminant et

Plus en détail

Résumé de Math Sup et compléments : algèbre linéaire

Résumé de Math Sup et compléments : algèbre linéaire Résumé de Ma Sup et compléments : algèbre linéaire I - Espaces vectoriels - Sous espaces vectoriels 1) Structure de K-espace vectoriel Soient K un sous-corps de C et E un ensemble non vide muni d une l.d.c.i.

Plus en détail

Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 2014-2015 Préparation à l écrit - Samedi 13 décembre 2014

Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 2014-2015 Préparation à l écrit - Samedi 13 décembre 2014 Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 04-05 Préparation à l écrit - Samedi 3 décembre 04 Durée : 4 à 6 heures - Le sujet comporte 6 pages. Dans ce problème, on se propose de prouver

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Algèbre approfondie - Automne 2007

Algèbre approfondie - Automne 2007 Algèbre approfondie - Automne 2007 ENS-Lyon ALGÈBRE COMMUTATIVE II : CORRIGÉ Exercice 1 (Localisation des modules) 1) Si (M,λ ) et (M,λ ) sont deux couples satisfaisant à la propriété universelle considérée,

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Bissectrices. Daniel Perrin

Bissectrices. Daniel Perrin Bissectrices Daniel Perrin Introduction Le but de ce texte est d essayer de donner une référence fiable sur la question des bissectrices, pour traiter notamment l exposé de CAPES intitulé Droites remarquables

Plus en détail

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < +

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Chapitre 6 Les espaces L p 6.1 Définitions et premières propriétés 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Soient (E, T,m) un espace mesuré, 1 p < + et f M = M(E, T) (c est-à-dire f : E R, mesurable). On remarque

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51 Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes Polytech Paris-UPMC - p. /5 Rappels mathématiques s Propriétés - p. 2/5 Rappels mathématiques Soit à résoudre le système linéaire Ax = b. Rappels mathématiques

Plus en détail

Correction du devoir maison n o 7 PARTIE I

Correction du devoir maison n o 7 PARTIE I Lycée Kléber Pour le 5 décembre 2014 PSI* 2014-2015 Correction du devoir maison n o 7 (Mines I PSI 2001) MATHEMATIQUES PARTIE I Remarquons d abord que la définition de la semi-linéarité de u est équivalente

Plus en détail