PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE"

Transcription

1 PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE Mai 2013

2 INTRODUCTION Le projet cantine et promotion de l hygiène en milieu scolaire est la suite de la coopération entres les associations DIGNITAS a.s.b.l du Luxembourg et l Association Jeunesse en Mouvement du Burkina Faso dans le cadre d un projet de correspondance scolaire entre les écoles de Tangassogo et Gah au Burkina Faso et de Deich Dudelange au Luxembourg entrepris depuis Il est mise en œuvre dans les dites écoles de la commune urbaine de Kaya au Burkina Faso. Le projet vise à améliorer les conditions d études et de santé des enfants des dites écoles. Spécifiquement, dans les dites écoles, il a pour objectifs spécifiques d assurer une alimentation saine et équilibrée aux enfants, accroitre le taux d inscription et de fréquentation à l école des enfants des dites villages, assurer leur maintien à l école, réduire le taux d abandon et de prévalence des maladies. I. REUNIONS PREPARATOIRES Plusieurs réunions de cadrage ont eu lieu avec le corps enseignants et les parents d élèves de chaque école. Il s est agi de rappeler aux acteurs impliqués dans ce projet les objectifs du projet et surtout de sa mise en œuvre et le rôle de chacun d eux dans la bonne exécution du projet. A l issu de ses réunions les activités suivantes ont été menées : - Désignation de mères pour la cuisine et leur formation en hygiène ; - La formation et la documentation du corps enseignent sur l hygiène; - La mise en place du comité de gestion ; - L acquisition de certains éléments de bases dans la mise en œuvre du projet ; - La mise à la disposition du comité de gestion d outils de contrôle et de gestion transparente II. PROCESSUS DE MISE EN OEUVRE Le processus d intervention dans la mise en œuvre des activités de promotion de l hygiène en milieu scolaire est une succession d activités concourant à l atteinte des résultats grâce à une participation de l ensemble des acteurs impliqués. Les activités de formation La formation des enseignants, des mères cuisinière et des élèves concernés par le projet cantine et promotion de l hygiène est une des conditions sine qua non d un changement de comportement chez ces derniers en matière d hygiène et d assainissement. Avant le démarrage des activités dans l enceinte scolaire, les enseignants ont été formés aux techniques d éducation à l hygiène et à l assainissement par la direction régionale de la santé. Les instituteurs ainsi formés, se sont chargé de l encadrement des élèves à travers le Club de santé scolaire (CSS) pour l application des règles d hygiène à l école. Un kit d outils comprenant l histoire à hiatus, les trois piles de cartes assorties, les voies de contamination et barrières leur a été fourni à la fin de la formation. Les images composant un kit traduisent la situation réelle de l hygiène et de l assainissement en milieu scolaire. La mise en œuvre et le démarrage Nous avons ainsi pu bénéficier de l appui financier de notre partenaire DIGNITAS a.s.b.l qui nous a permis l acquisition du dispositif de lave-mains, des ustensiles de cuisine, de l achat des vivres et de la boite à pharmacie nécessaires au démarrage du projet.

3 Nous avons donc reçu en trois (3) transferts les montants ci-après : ,50 XOF soit 500,00 à la date du 19/03/ ,50 XOF soit 500,00 à la date du 16/04/ ,08 XOF soit 565,65 à la date du 07/05/2013 L acquisition des besoins au projet et à la mise en place du CSS à consacrer le démarrage des activités. Les critères d exemplarité en matière d hygiène et d assainissement ont conditionnées l élection des élèves comme membres du bureau. Structure chargée de l organisation des élèves pour la promotion des bonnes pratiques d hygiène, le CSS mis en place se charge de veiller à l utilisation et à l entretien des ouvrages, à la salubrité dans les classes ainsi que dans le domaine scolaire tout en donnant le bon exemple. Un accent particulier a été mis sur le lavage des mains avant comme après les repas et, surtout après utilisation des latrines pour réduire les risques liés au péril fécal qui constitue partout l une des premières causes de maladies des enfants. Les encadreurs, pour encourager le dévouement des membres du bureau du CSS, leur octroieront parfois des motivations en nature. Le suivi et l évaluation Le suivi des activités du projet s effectue aussi bien de l intérieur que de l extérieur de l école. Au niveau interne, les enseignants formés encadrent le Club de santé scolaire et orientent les attitudes à adopter sur toute la chaîne des pratiques hygiéniques. Ces pratiques recouvrent autant l utilisation et l entretien des ouvrages que l hygiène corporelle, vestimentaire et alimentaire. Ce même comité surveille la préparation et le service des repas en contrôlant la propreté des ustensiles de cuisine et des assiettes utilisées au service. Par ailleurs, les enseignants peuvent interpeller AJM en cas de besoin pour des informations complémentaires. Les supports en images sont utilisés par les maîtres pendant les cours pour permettre aux élèves de mieux percevoir la réalité. Les enseignants sont appuyés temporairement par des agents de santé dans l encadrement des élèves. Après 9 mois de fonctionnement du projet, ce qui correspond à la fin de l année scolaire, interviendra l évaluation finale. Promoteurs et bénéficiaires feront l analyse de la situation antérieure et présente. Une restitution est ensuite faite aux partenaires financiers. La fin du suivi et de l évaluation ne signifie pas l arrêt du processus de la cantine et de la promotion de l hygiène en milieu scolaire. A la rentrée suivante, les encadreurs organisent le renouvellement du bureau du CSS et continuent de s investir pour son encadrement. Les outils de sensibilisation, les matériels acquis étant disponibles, le projet se pérennise d année en année et de génération en génération si toutefois il n existe pas de rupture ou de failles dans l encadrement. Il suffira juste d acquérir des vivres qui permettront le redémarrage à la rentrée prochaine. LES DIFFICULTES RENCONTREES Dans la mise en œuvre du projet nous avons dû faire à plusieurs difficultés de tout genre aux nombres desquels nous soulignons la prise en charge des formateurs de la direction régionale de la santé et leur dotation en carburant, le transport des vivres et le réaménagement de local pour le stockage des vivres. La principale difficulté reste l approvisionnement en eau potable pour la cuisine et les élèves. En effet les femmes sont obligées au jour d aujourd hui de demander une charrette et un âne à un parent d élève pour pourvoir aller chercher l eau à près de 2km en vue de préparer le repas

4 pour les enfants et leur servir d eau de boisson. On note également qu il arrive des fois où c est les élèves qui soient commis à cette tâche les soirs avant de rentrer chez eux et pour permettre aux femmes de cuisiner facilement le lendemain et vraiment cela porte un coup dur dans la mise en œuvre du projet. Ce volet a été tenu en compte dans l élaboration du projet et nous avons même demandé à des entreprises de nous fournir des devis estimatifs pour l entretien et la réparation de ses infrastructures d eau déjà existante et force est de constate que par oublie cela n a été mentionné dans le projet envoyer au partenaire pour financement et cela reste la grosse difficulté que nous rencontrons. Quant à la pérennisation des activités, la mobilité des enseignants demeure une autre difficulté qui pourra entrainer le ralentissement des activités. Les nouveaux enseignants arrivent souvent sans être suffisamment outillés en technique d animation de l éducation à l hygiène. A cette difficulté viennent s ajouter le départ ou l accession des premiers élèves formés au secondaire. Par manque d encadrement, le CSS, même renouvelé, peut sombrer dans une léthargie préjudiciable au changement de comportement et à la diffusion du message aux élèves nouvellement inscrits. LES DEFIS Bien que perçue comme étant d un apport capital dans la formation des élèves, la promotion de l hygiène en milieu scolaire fait face à des défis qui méritent d être soulignés et relever sur le long terme : 1- La mobilité des enseignants formés : Il arrive souvent que les enseignants formés soient affectés en cours ou en fin d année dans d autres localités. Cette mobilité, constituant un handicap pour l école engagée dans la promotion de l hygiène, porte préjudice au suivi et/ou à l enchaînement des activités, perturbe le renouvellement du bureau des CSS, freine l engouement suscité au début du projet. 2- L implication des inspections de l enseignement primaire dans les activités de suivi : les inspecteurs de l enseignement primaire, bien que partageant la philosophie du projet, peuvent ne pas jouer les rôles qui sont les leurs dans le suivi de la promotion de l hygiène. Une fois le visa d intervention à l école accordé, ces derniers n intègrent pas le suivi du projet dans leurs plages horaires habituelles. PERSPECTIVES Aux nombres des perspectives dans le cadre de ce projet nous voulons : - assurer la pérennisation du projet avec l appui de notre partenaire à chaque début de rentrée scolaire ; - mettre en place dès la rentrée prochaine des jardins potagers dans chaque école avec l appui et le soutien du partenaire, ce qui va considérablement réduire les dépenses dans l achat des condiments pour la cuisine ; - assurer le recyclage des enseignants et le CSS ; - diversifier nos activités dans le cadre du projet en rapport avec la promotion de l hygiène en milieu scolaire (soirée d animation, projection vidéo suivi de débats, jeux concours ).

5 CONCLUSION A mi-parcours du projet, les activités se déroulent bien malgré la difficulté majeure en approvisionnement d eau potable et au retard de démarrage accusé. Mais avec vraiment des acteurs bien engagés nous avons pu démarrer le projet et avoir les résultats actuels. Les futures activités du projet sont : - la réparation et entretien des forages ; - les missions d évaluation et visite de terrain ; - la rédaction du rapport final. TABLEAU RECAPITULATIF DES DEPENSES ET ACHATS EFFECTUEES Désignation Unité Quantité Prix Unitaire Prix Total ACHAT VIVRES Riz sac de 25 kg Haricot kg Huile bidon de 5 litres Tomate concentrée boite de 1 kg Maggi paquet Sel Iodé kg Condiments forfait SOUS TOTAL EQUIPEMENT ET MATERIELS DE CUISINE Marmites unité Bassines unité Seaux unité Louches unité Couteaux unité Gobelets unité SOUS TOTAL AUTRES ACHATS ET DEPENSES Laves mains u Boites à pharmacie forfait Transport forfait Prise en charge formateur + carburant forfait Réparation local de stockage forfait SOUS TOTAL TOTAL GENRAL Soit au total : Un financement reçu : Une contribution locale : francs CFA francs CFA

6 EQUIPE DU PROJET Coordonnateur du Projet - OUERDAOGO W. Gaspard Directrice de l école de Tangassogo - Madame KONDAGA/OUEDRAOGO Delphine Le Directeur de l école de Gah - SAWADOGO Boureima Le Président de l association des Parent d élèves de Gah - TAPSOBA Thierry Le Président de l association des Parent d élèves de Tangassogo - SAWADOGO Harouna

COMPTE RENDU DE CEREMONIE DE CLOTURE

COMPTE RENDU DE CEREMONIE DE CLOTURE ASSOCIATION LIAISON DES FEMMES NONGTAABA DU BURKINA (ALFNB) Récépissé n 2006-121 /MATD/ Burkina Faso Unité Progrès Justice SG/DGLPAP/DOASOC Tél :70 47 18 91 ou 75 94 55 94 COMPTE RENDU DE CEREMONIE DE

Plus en détail

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural ACTIVITE D ASSISTANCE ANNUELLE AUX ENFANTS ET AUX FEMMES SESSION DE SEPTEMBRE 2012 Identité du responsable du projet : COULIBALY NAINELMAN PRESIDENT Type d assistance demandée (cochez les cases correspondantes):

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ)

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Le Centre québécois d inspection des aliments et de la santé animale (CQIASA) 1 Résumé L industrie de la restauration est

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire

Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire Synthèse du rapport d évaluation Juin 2013 1. Le dispositif déployé par l INPES Les études ABENA I et II

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Projet «internat»filles

Projet «internat»filles Projet «internat»filles 1- Contexte et historique du projet Beaucoup d élèves qui fréquentent les différents lycées de Réo ne vivent pas dans leur propre famille (au sens strict dans lequel nous le connaissons)

Plus en détail

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement 4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement La mise en place des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement dans les communes contribue à

Plus en détail

FORMATION EN GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DES ORGANISATIONS. Consultant /Formateur : DJAGBA M. Faustin

FORMATION EN GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DES ORGANISATIONS. Consultant /Formateur : DJAGBA M. Faustin FORMATION EN GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DES ORGANISATIONS Consultant /Formateur : DJAGBA M. Faustin Septembre 2008 SOMMAIRE I- Outils de gestion administrative II- Outils de gestion financière

Plus en détail

2 ème mission : garantir à l enfant sa sécurité physique et psychoaffective.

2 ème mission : garantir à l enfant sa sécurité physique et psychoaffective. L association Familles Rurales s est fixé l objectif de développer la qualité des accueils périscolaires proposés aux enfants et aux familles sur la commune d Yzernay. Ces accueils sont pour les enfants

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

RAPPORT SUR L EDUCATION ET LA FORMATION DES ADULTES EN COTE D IVOIRE : La situation au Ministère de l Education Nationale

RAPPORT SUR L EDUCATION ET LA FORMATION DES ADULTES EN COTE D IVOIRE : La situation au Ministère de l Education Nationale COMMISSION NATIONALE IVOIRIENNE POUR L UNESCO ------------------------------ B.P. : V 297 ABIDJAN Tél. : (225) 22 44 05 49 /22 44 04 36 Fax: (225) 22 44 06 83... RAPPORT SUR L EDUCATION ET LA FORMATION

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes 1 Rappel des objectifs du projet associatif : Le projet de la Maison des jeunes s inscrit dans le projet de l APEJ voté par les élus en 2010 : 1.1 Accompagner

Plus en détail

COORDONNATEUR RESTAURATION COLLECTIVE

COORDONNATEUR RESTAURATION COLLECTIVE Direction des Ressources humaines COORDONNATEUR TECHNIQUE H COORDONNATEUR RESTAURATION COLLECTIVE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : DGA Développement - Direction de l Enseignement Poste

Plus en détail

Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg

Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg Rapport final Facsheet Contexte de l évaluation Stratégie de l accord cadre Accord cadre 2010-2012 signé entre le

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

- Politique favorisant une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif -

- Politique favorisant une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif - - favorisant une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif - 1. PRÉAMBULE Il est reconnu que les jeunes en forme et en santé réussissent mieux à l école; ils sont plus attentifs et se concentrent

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

Organisation Non Gouvernementale Humanitaire et de Développement. Site web: www.vitalite-plus.org

Organisation Non Gouvernementale Humanitaire et de Développement. Site web: www.vitalite-plus.org Organisation Non Gouvernementale Humanitaire et de Développement Siège social sis Avenue de l Indépendance à 100m de BAMELEC, e-mail : info@vitalite-plus.org - Bangui, RCA Site web: www.vitalite-plus.org

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST :

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST : MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWIAFRIQUE DE L OUEST : Projet GWIAfrique de l Ouest: BurkinaFaso, Ghana, Mali, Niger et Sénégal Expérience réussie de Gestion Intégrée des Ressources en

Plus en détail

Atelier 2 renforcement des compétences et formations

Atelier 2 renforcement des compétences et formations Atelier 2 renforcement des compétences et formations 1 er thème: L eau potable Titre de la formation: La gestion intégrée des ressources en eau Cibles: les exploitants, les élus, les maîtres d ouvrages

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Pour toutes correspondances, Merci de nous contacter par mail cantine.cordon@orange.fr REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Le restaurant scolaire de Cordon n est pas communal. Il est géré

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Prestations Formation en langue anglaise pour 2009 et 2010

CAHIER DES CHARGES Prestations Formation en langue anglaise pour 2009 et 2010 CAHIER DES CHARGES Relatif aux Prestations de Formation en langue anglaise pour 2009 et 2010 1/ OBJET DE LA CONSULTATION La présente consultation porte sur l accompagnement dans la langue anglaise au profit

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Le Club Mini Entreprise au collège Notre Dame

Le Club Mini Entreprise au collège Notre Dame Le Club Mini Entreprise au collège Notre Dame Historique du projet : C est lors de la réunion de rentrée de 2010-2011 qu a débuté le projet mini entreprise au collège. En effet, encouragés par la subvention

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation sur l élaboration

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Cidoc. Note d information aux médias. Centre d information et de documentation citoyennes. Citizen information and documentation center

Cidoc. Note d information aux médias. Centre d information et de documentation citoyennes. Citizen information and documentation center Centre d information et de documentation citoyennes Connaissances, aptitudes et outils pour agir! Cidoc Citizen information and documentation center Knowledge. Skills. Tools. For action! Discussion sur

Plus en détail

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé SEVES L ASSOCIATION Systèmes Economiquement Viables pour l Eau aux Suds Association loi

Plus en détail

RAPPORT DE LA SALLE MULTIMEDIA

RAPPORT DE LA SALLE MULTIMEDIA RAPPORT DE LA SALLE MULTIMEDIA ANNEE SCOLAIRE 2014-2015 CDRF/COMMUNAUTE ABEL/ NOVEMBRE 2015 RAPPORT SALLE M. MEDIA 2014-2015 Page 1 SOMMAIRE 1. LA FORMATION Les Elèves...3 Les Particuliers.. 4 Le personnel

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Entre le Service Départemental d Incendie et de Secours du Jura, ci-après dénommé le SDIS, représenté par Monsieur Christophe PERNY,

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

Table des matières. Introduction... Sommaire... 3. THEME N o 1. L ADMINISTRATION DE L EDUCA- TION... 5

Table des matières. Introduction... Sommaire... 3. THEME N o 1. L ADMINISTRATION DE L EDUCA- TION... 5 125 Table des matières Principaux sigles et abréviations... 2 Introduction... Sommaire... 3 THEME N o 1. L ADMINISTRATION DE L EDUCA- TION... 5 I. Niveau national : l administration centrale... 5 Organigramme

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Pour les enfants et leurs parents

REGLEMENT INTERIEUR Pour les enfants et leurs parents REGLEMENT INTERIEUR Pour les enfants et leurs parents de la RESTAURATION SCOLAIRE MATERNELLE/ELEMENTAIRE Direction de l Education, de l Enfance et de la Réussite Educative Approuvé au Conseil Municipal

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de ligne de conditionnement» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 *** Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs. Présents :

COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 *** Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs. Présents : COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs Présents : Anne-Marie Lemêtre, Maire adjointe aux sports Dominique Colombel, Maire adjointe à la vie scolaire

Plus en détail

Consultation sur le développement de la législation québécoise contre le tabagisme

Consultation sur le développement de la législation québécoise contre le tabagisme Mémoire Consultation sur le développement de la législation québécoise contre le tabagisme La Fédération des commissions scolaires du Québec 1001, avenue Bégon Sainte-Foy (Québec) G1V 4C7 Téléphone : (418)

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

Rapport final. Projet eau potable SWISSAID, région de Cachau et Oio, Guinée-Bissau Code de projet interne à SWISSAID: GB 2/07/05

Rapport final. Projet eau potable SWISSAID, région de Cachau et Oio, Guinée-Bissau Code de projet interne à SWISSAID: GB 2/07/05 Rapport final Projet eau potable SWISSAID, région de Cachau et Oio, Guinée-Bissau Code de projet interne à SWISSAID: GB 2/07/05 Rappel des objectifs du projet Le but de ce projet était d améliorer les

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Quelles applications pour ABUTIP?

Quelles applications pour ABUTIP? MÉTHODES HIMO ET TRAVAIL DÉCENT Quelles applications pour ABUTIP? Anselme HABONIMANA Directeur Général ABUTIP Financé par : Gouvernement du Burundi AVANT PROPOS Il a été démontré que les constructions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Semaine européenne de la démocratie locale

Semaine européenne de la démocratie locale Semaine européenne de la démocratie locale TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LA SEDL 8 Vos contacts 1 Le contexte général et les objectifs de la SEDL 2 Participer à la SEDL Qui et comment? 7 Les formulaires

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

West Africa Water Supply, Sanitation and Hygiene (USAID WA-WASH) Program

West Africa Water Supply, Sanitation and Hygiene (USAID WA-WASH) Program Présentation sur les Services Durables a l Echelle (Triple-S): une initiative d apprentissage pour l approvisionnement des services d eau potables permanent www.waterservicesthatlast.org July 2012, IRC

Plus en détail

X. Analyse des Coûts et Planification Financière

X. Analyse des Coûts et Planification Financière X. Analyse des Coûts et Planification Financière Introduction à la planification et à la régulation des services de transport public urbains X-1 Les briques pour la planification et l analyse Conception

Plus en détail

MALI Etude des cas Gestion Améliorée de l Environnement : Femmes et les Energies Nouvelles et Renouvelables (FENR)

MALI Etude des cas Gestion Améliorée de l Environnement : Femmes et les Energies Nouvelles et Renouvelables (FENR) MALI Etu s cas Gestion Améliorée l Environnement : Femmes et les Energies Nouvelles et Renouvelables (FENR) 2. Lieu d exécution : Régions Koulikoro, Ségou et Sikasso 3. Pério d exécution : Octobre 1996

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Conditions particulières et adaptées à la scolarisation des enfants de deux ans évoluant dans une classe multi niveaux GUIDE DEPARTEMENTAL

Conditions particulières et adaptées à la scolarisation des enfants de deux ans évoluant dans une classe multi niveaux GUIDE DEPARTEMENTAL Conditions particulières et adaptées à la scolarisation des enfants de deux ans évoluant dans une classe multi niveaux GUIDE DEPARTEMENTAL Direction des services départementaux de l Education nationale

Plus en détail

Plan de sensibilisation

Plan de sensibilisation Ministère de l Éducation Nationale / Handicap International Niger Projet Projet : Développer l offre éducative pour les enfants handicapés au Niger Plan de sensibilisation Financé par Union Européenne

Plus en détail

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Direction départementale de la cohésion sociale - Vienne Charte d'engagements réciproques Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Ecole

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Séminaire d évaluation du programme de formation sur les méthodes d intégration de genre dans les projets de développement

Séminaire d évaluation du programme de formation sur les méthodes d intégration de genre dans les projets de développement Séminaire d évaluation du programme de sur les méthodes d intégration de genre dans les projets de développement Rabat, 24-25 septembre 2007 Chargé de redaction: Cherghou Said 02 octobre 2007 Rapport des

Plus en détail

L APPEL A PROJETS RETHE (recherches thématiques)

L APPEL A PROJETS RETHE (recherches thématiques) L APPEL A PROJETS RETHE (recherches thématiques) Thème 1 : Etude sur l évolution des métiers de supervision pédagogique et sur l impact éventuel de nouveaux modes de formation sur cette évolution Des enquêtes

Plus en détail

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE NOUVEAUX ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 VENDREDI 4 JUILLET 2014-14H SALLE HENRI-MARTIN - HÔTEL DE VILLE CAHORS SOMMAIRE Communiqué de presse page 3 Les axes du projet éducatif

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU»

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» The image part with relationship ID rid2 was not found in the file. BUT: Promotion de la Santé Sexuelle et de

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

«Cuisine d ici, défi gastronomique éco-responsable»

«Cuisine d ici, défi gastronomique éco-responsable» REGLEMENT DU CONCOURS «Cuisine d ici, défi gastronomique éco-responsable» Présentation du défi Achat de fruits et légumes de saison, recours aux circuits courts d approvisionnement et aux produits bio,

Plus en détail

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016.

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016. Aux Pouvoirs Organisateurs, Aux Chefs d'etablissements de l'enseignement Fondamental de l'enseignement Secondaire ordinaire et spécialisé de l Enseignement de Promotion Sociale de l Enseignement Supérieur

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

DOCUMENT à CONSERVER

DOCUMENT à CONSERVER DOCUMENT à CONSERVER Genech Formation situé au 28 rue Victor Hugo, 59810 LESQUIN, accueille en formation des apprenants (jeunes et adultes) ayant conclu un contrat de type particulier ou une convention

Plus en détail

Projet Pilote Assainissement

Projet Pilote Assainissement Projet Pilote Assainissement Origine du projet En 2009, Eau Vive a réalisé une étude sur l assainissement en milieu rural auprès de 3.400 ménages au Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal. Les DirecFons

Plus en détail

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Compte rendu de l assemblée générale de la mutuelle de santé communautaire de Meskine (MuSaCoM) Maroua, Cameroun 27 mai

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS ARTICLE I : PRESENTATION L Aide aux devoirs est un atelier que le Centre jeunesse municipal propose aux résidants de la commune, scolarisés

Plus en détail

Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM. Rapport d évaluation

Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM. Rapport d évaluation Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM Rapport d évaluation Fact sheet Contexte Stratégie du consortium Cohérence du consortium Projets SOS Faim : Budget Gouvernance et contrôle (consortium) Gouvernance

Plus en détail

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30 Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30 PARTENAIRES PRESENTS Oxfam, IRC, ACF-E, UNICEF, ACTED, AEN, CICR, ASDAP,

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIFS... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

CONVENTION POUR L ENTRETIEN D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONVENTION POUR L ENTRETIEN D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CONVENTION POUR L ENTRETIEN D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Entre : - La COMMUNAUTÉ DES COMMUNES GIENNOISES, propriétaire des ouvrages d'assainissement, représentée par son Président

Plus en détail

Rapport d Evaluation

Rapport d Evaluation Rapport d Evaluation Rapid Response Mechanism RRM Badounabi Kendo, Prefecture du Mbomou 20 27 Février, 2014 Photo de maison détruite à Banoudabi Kendo, Mbomou. Présenté par l équipe RRM ACTED République

Plus en détail

Questionnaire destiné aux directeurs généraux européens de la formation professionnelle et aux partenaires sociaux européens

Questionnaire destiné aux directeurs généraux européens de la formation professionnelle et aux partenaires sociaux européens En route vers le Communiqué de Helsinki Suivi du processus Copenhague Maastricht Questionnaire destiné aux directeurs généraux européens de la formation professionnelle et aux partenaires sociaux européens

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail