EN NORD PAS-DE-CALAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EN NORD PAS-DE-CALAIS"

Transcription

1 FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015

2

3 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET BILAN PERSPECTIVES TABLEAUX SYNTHÉTIQUES SECTORIELS 2014 ET SERVICES MARCHANDS RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET BILAN PERSPECTIVES TABLEAUX SYNTHÉTIQUES SECTORIELS 2014 ET CONSTRUCTION BILAN PERSPECTIVES TABLEAUX SYNTHÉTIQUES SECTORIELS 2014 ET MÉTHODOLOGIE NOTE AU LECTEUR La Banque de France tient à remercier, pour leur précieux concours, les responsables d'entreprises et d'unités de production qui ont participé à cette enquête.

4 Tendances régionales Les entreprises Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation conjoncturelle. Il résume par une variable synthétique l évolution des soldes d opinion qui présentent des évolutions similaires dans le temps. En hausse, il traduit une amélioration du climat conjoncturel ; en baisse, sa dégradation. 100 = moyenne de longue période Industrie Services marchands ICA Nord - Pas-de-Calais ICA France ICA Nord - Pas-de-Calais ICA France Contexte national Après le léger redressement de 2013, le climat des affaires s est à nouveau tassé en 2014 dans tous les grands secteurs de l économie française. L activité est ainsi restée éloignée de son niveau moyen de longue période, notamment dans le secteur de la construction qui a connu une année 2014 particulièrement difficile. Ce ralentissement global de l économie réelle trouve sa source dans les difficultés consécutives à la crise financière ; il témoigne également des freins structurels à la relance de l activité en termes de compétitivité. Par ailleurs, la croissance de la Zone Euro n a pas été suffisante pour que nos partenaires économiques tirent vers le haut notre activité. En 2014, le PIB progresserait au même rythme qu en 2013 (+0,4 %). Seul le troisième trimestre a été marqué par un sursaut (+0,3 %), les autres trimestres étant restés atones. La contribution au PIB de la demande intérieure hors stocks serait de 0,3 % en 2014 après 0,5 % en La faible croissance de la consommation des ménages s est maintenue (+0,3 % en 2014 comme en 2013) malgré la progression du pouvoir d achat des ménages (+1,2 % en 2014) liée au ralentissement des prix à la consommation (+0,5 %). L investissement des entreprises est resté en repli (-0,2 % après -0,6 % en 2013) malgré les premiers effets du crédit d impôt compétitivité emploi. L investissement des ménages a reculé nettement (-6,3 %) en raison de l attentisme sur le marché de l immobilier neuf. La variation de stocks a contribué positivement (+0,3 point), contrairement au commerce extérieur (-0,2 point). Sur les 11 premiers mois de 2014, le solde des échanges extérieurs de marchandises est resté nettement déficitaire, mais est un peu moins négatif qu en 2013 : la légère progression des exportations se cumule au léger recul des importations, sous l effet simultané du regain de croissance de nos partenaires commerciaux, du recul du prix du pétrole et de la baisse récente du taux de change de l euro. L emploi total s est stabilisé en 2014, entraînant une hausse du taux de chômage (10,4 % après 10,1 % en 2013) en raison de l augmentation de la population active. Les prix à la consommation ont peu progressé : +0,5 % en variation annuelle, après +0,9 % en Au cours de l année 2014, l inflation s est ralentie progressivement, sous l effet du recul des prix de certains produits alimentaires et manufacturés, et plus nettement du fait du repli des prix des produits pétroliers. En réaction à la faiblesse de l inflation la BCE a instauré des opérations de refinancement et de rachat de titres adossés à des crédits à l économie, et plus récemment des mesures d assouplissement quantitatif incluant l acquisition de titres de dette publique. Tous les graphiques de ce document sont réalisés à partir des données collectées par la Banque de France. Reproduction autorisée en citant la source.

5 Industrie 25% 2 15% 1 5% -5% -1 0,3% 2, -0,6% -1,1% -4,9% 19, CA total Effectifs Investissements Synthèse Conformément aux prévisions exprimées lors de la dernière enquête, le chiffre d affaires de l industrie régionale a très faiblement augmenté en Néanmoins, cette modeste progression inverse la tendance baissière des deux dernières années. La hausse des exportations (+2,7%) a fortement contribué à cette évolution alors que la demande intérieure est restée atone. L ajustement à la baisse des effectifs, notamment intérimaires (-1,3%), a permis à une majorité d entreprises (81,6%) de stabiliser ou d augmenter leur rentabilité d exploitation. L investissement, en repli, a une nouvelle fois servi de variable d ajustement dans un environnement contraint. Pour 2015, une reprise plus conséquente de l activité est attendue. Comme les années précédentes, les chefs d entreprise anticipent un rebond de l investissement. Plus de 87 % des entreprises prévoient une augmentation ou un maintien de leur rentabilité d exploitation, mais au prix d une nouvelle baisse de l emploi et des prestations d intérim. Services Marchands ,7% En 2014, le chiffre d affaires du secteur des services marchands a connu une progression modérée (+1,7%) et inférieure à son rythme de 2013 (+2,3%). La rentabilité s est globalement améliorée. L investissement s est fortement replié et les effectifs n ont que modérément progressé , 1,7% 1,3% 1,9% -4,3% CA total Effectifs Investissements Une plus forte reprise de l activité est anticipée pour 2015, portée par une hausse continue des exportations (+9,7%). Les effectifs devraient encore progresser. Après un recul de l investissement en 2014, une hausse est attendue, sauf dans le secteur du transport routier qui se distingue, comme l an dernier, en enregistrant un nouveau recul important. Construction 5% -5% -1-15% -2-25% -2, -0,8% -5,1% -2,7% -3,3% -20,8% Production totale Effectifs Investissements Du fait d une dégradation continue des carnets de commande en 2014, le chiffre d affaires du secteur de la construction a connu un nouveau repli, de plus faible ampleur qu en 2013 (-3%). En conséquence, la rentabilité a continué à se dégrader, notamment dans les travaux publics, et les effectifs ont de nouveau été ajustés à la baisse (-5,1%). Globalement, aucune reprise significative de l activité n est attendue en 2015 : les volumes devraient se maintenir dans le bâtiment tandis que les travaux publics connaîtraient un nouveau repli. La baisse des effectifs devrait se poursuivre pour la quatrième année consécutive, se répercutant pour partie sur les effectifs intérimaires. Une très forte diminution de l investissement est anticipée. * variation pondérée par les effectifs URSSAF 2013 Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 4

6 Industrie Rappel du contexte conjoncturel régional 2013 et 2014 Production passée et prévisions (Soldes d opinions CVS) Variation sur M-1 Production prévue Tendance L année 2013 a été marquée par une légère reprise d activité à partir du mois d avril. Cette reprise s est ensuite maintenue sur les huit derniers mois de l année. Bien que globalement faible, la production industrielle s est stabilisée en 2014, soutenue par le dynamisme des exportations. La fin d année enregistre une légère accélération de l activité dans tous les secteurs grâce à une demande globale mieux orientée. En ce début d année 2015, malgré un mois de janvier décevant, les industriels anticipent une augmentation des niveaux de production dans les prochains mois. Utilisation des capacités de production (Soldes d opinions CVS) En 2013, l amélioration du taux d utilisation des capacités de production initiée au début du deuxième trimestre s est confirmée en fin d année. En 2014, il est resté relativement stable avant de connaître une nouvelle progression en décembre. Malgré cette amélioration, le TUC restait encore inférieur de plus de 5 points à sa moyenne de longue période en début d année T.U.C. Situation des carnets et des stocks de produits finis (Soldes d opinions CVS) Les carnets de commandes se sont reconstitués en 2014 mais restent globalement toujours inférieurs à la moyenne de longue période. Stables en début d année, ils se sont fortement dégradés durant l été avant de connaître une progression sur le dernier trimestre Légèrement en dessous des besoins en début d année, les stocks de produits finis se sont progressivement reconstitués. Depuis août 2014, ils apparaissent globalement adaptés au niveau souhaité. Stocks Carnets Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 5

7 Industrie Bilan 2014 Le chiffre d affaires Évolution du chiffre d affaires total 2014/ % -8% 1,5% 0,3% -6,3% Ensemble de l'industrie Matériels de transport 2,7% -3,7% Ind. Alimentaires Equip. Electr. et Electro. Après deux années de repli, le chiffre d affaires global de l industrie régionale a progressé très légèrement en Cette bonne performance d ensemble recouvre des situations très contrastées : le secteur des autres produits industriels, qui emploie 57% des effectifs, a tiré cette tendance ainsi que celui des industries alimentaires. En revanche, les secteurs des équipements électriques et des matériels de transport se sont inscrits en baisse sensible pour la troisième année consécutive. Côté demande, cette tendance globalement favorable a été tirée par l export qui a enregistré une progression nettement supérieure (+2,7%) à celle de l activité globale. Autres produits industriels Évolution du chiffre d affaires dans les principales branches des Autres Produits Industriels 2014/ , 8, 6, 7,8% 7, Contrairement à 2013 où toutes les principales branches du secteur des autres produits industriels étaient en repli, le chiffre d affaires de chacune d entre elles a progressé cette année. La chimie et la plasturgie verre enregistrent les hausses les plus fortes. 4, 2, 1, 0,5% 0,7% 1, Les performances à l export (+4,8%) sont nettement supérieures à celles du marché intérieur. 0, -2, Textile Chimie Métallurgie Bois papier Imprimerie Plasturgie Verre Autres Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 6

8 Industrie Les effectifs Évolution des effectifs 2014/2013 1% 0,9% Pour la troisième année consécutive, l emploi industriel s est contracté (-0,6%), un rythme toutefois plus modéré qu en 2013 (-2,9%) et 2012 (-1,6%). 0,1% Le repli de l emploi est essentiellement concentré dans les secteurs des autres produits industriels et des matériels de transport. -1% -0,5% -0,6% Ensemble de l'industrie -1, Ind. Alimentaires Les réductions d effectifs ont affecté en premier lieu les intérimaires (-1,3%), notamment dans la fabrication d équipements électriques et électroniques où ils se sont repliés de 21,8%. Matériels de transport Equip. Electr. et Electro. Autres produits industriels Les investissements Évolution des investissements 2014/ % 9,1% Dans un contexte morose, l investissement a une nouvelle fois servi de variable d ajustement. Ainsi, alors que les chefs d entreprise anticipaient fin 2013 une progression de l effort d investissement de 7,7 % pour 2014, une troisième année de repli est observée (-4,9%) après -13,4 % en 2013 et -9,8% en % ,9% -9, Ensemble de l'industrie Matériels de transport -3,5% -10,7% Ind. Alimentaires Equip. Electr. et Electro. Sur la période, le repli cumulé sur trois ans ressort ainsi à 25%. Le secteur des matériels de transport est le seul à avoir confirmé, au moins pour partie, ses intentions de reprise des volumes d investissements. Autres produits industriels Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 7

9 Industrie La rentabilité Rentabilité d exploitation dans l industrie (Soldes d opinions bruts en %) 44,6% 37, 18, L industrie régionale a bénéficié dans son ensemble d un redressement de sa rentabilité d exploitation conformément aux prévisions des chefs d entreprise exprimées fin Après deux années de dégradation de la profitabilité du tissu industriel régional, ce redressement est salutaire. Le solde d opinions (augmentation diminution) est ainsi positif de 26 points, 37% des chefs d entreprise considérant que leur rentabilité s est maintenue au cours de l année Augmentation Stabilité Diminution Évolution de la rentabilité par secteur (Soldes d opinions bruts en %) , 14,7% 13,7% 37, 41,6% 45,1% 44,6% 43,7% 41, Ensemble de l'industrie Ind Alim 34,5% 43, 22,5% 17,7% 31,3% 51, Mat Transp Equip elect Autres prod ind Augmentation Stabilité Diminution À l exception du secteur des équipements électriques, tous les secteurs industriels affichent des soldes d opinion positifs sur l évolution de leur rentabilité d exploitation, les autres produits industriels enregistrant le solde d opinions positif le plus important (33 points). Les industries alimentaires et les matériels de transport sont en-deçà de la tendance d ensemble, avec une part plus importante de chefs d entreprise indiquant une stabilité de la rentabilité. Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 8

10 Industrie Perspectives 2015 Évolution attendue du chiffre d affaires et des effectifs totaux 25% 2 15% 1 5% -5% 2, 2,9% -1,1% 19, CA total dont CA export Eff totaux Invest Pour 2015 une nouvelle progression du chiffre d affaires (+2,), plus consistante qu en 2014, est attendue. Celle-ci serait essentiellement le fait des matériels de transport (+6,) et des autres produits industriels (+2,). Les industries alimentaires demeureraient quasi stables (+0,), alors que les équipements électriques connaîtraient un nouveau tassement d activité (-0,7%). L export apparaît lui aussi favorablement orienté (+2,9%), notamment pour les matériels de transport (+21%). Selon les chefs d entreprise interrogés, les effectifs devraient de nouveau connaître un repli de 1,1%. Ce recul affectera toutes les branches industrielles et singulièrement les matériels de transport (-4,). Une contraction sensible du nombre d intérimaires (-12,5%) est annoncée. Dans ce contexte d ensemble plus favorable, les investissements devraient enregistrer une hausse conséquente de près de 2 pour l ensemble des secteurs, avec des progressions comprises entre 17 et 26%. Rentabilité attendue dans l industrie (Soldes d opinions bruts en %) ,1% 42,7% 45, Ensemble de l'industrie 33, 37,9% 28,9% Ind Alim 12,7% 9,7% 5,9% 39, 48,1% 53,3% 37, 42,6% 51,5% Mat Transp Equip elect Autres prod ind Augmentation Stabilité Diminution La consolidation attendue de l activité, opérée dans un contexte de poursuite de l ajustement des effectifs, devrait permettre une nouvelle amélioration des niveaux de rentabilité. Le solde d opinions serait ainsi en 2015 positif de 33 points et près de 43% des chefs d entreprise s attendent au moins à un maintien de leurs performances. Le secteur des autres produits industriels enregistrerait de nouveau la plus forte progression, alors que les industries alimentaires seraient le secteur le plus en retrait de la tendance industrielle régionale. Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 9

11 Industrie Tableaux synthétiques sectoriels 2014 et 2015 Industries agricoles et alimentaires Équip. Électriques et électroniques, autres machines 25% 2 26,7% 3 25% 2 26,6% 15% 15% 1 5% -5% -1 1,5% 0, CA total 2,9% 2,5% dont CA export 0,1% 0,1% Eff totaux -9, Invest 1 5% -5% -1-15% -0,7% -3,7% CA total -3,9% -5,6% dont CA export 0,9% -0,3% Eff totaux -10,7% Invest Fabrication de matériels de transport Fabrication d autres produits industriels 25% 2 15% 1 5% -5% -1 6, 21, -6,3% -7,1% CA total dont CA export -0,5% -4, Eff totaux 9,1% 22,9% Invest 2 15% 1 5% -5% 4,8% 2,7% 2, 2,5% CA total dont CA export -0,8% -1, Eff totaux 17,3% -3,5% Invest Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 10

12 Services marchands Rappel du contexte conjoncturel régional 2013 et 2014 Activité passée et prévisions services marchands (Soldes d opinions CVS) Variation sur M-1 Production prévue Tendance Après avoir connu 5 mois de repli consécutif entre septembre 2013 et janvier 2014, l activité des services marchands a enregistré par la suite une faible croissance au cours du premier semestre Le deuxième semestre 2014 a été marqué par un repli qui s est confirmé mois après mois. Seul le domaine de l information communication a affiché une hausse continue de son activité. Dans les autres secteurs, les volumes d affaires ont fortement fluctué durant l année 2014, avec toutefois sur la fin du dernier trimestre un rebond notable de l activité dans le domaine du transport. Bien que le climat des affaires se soit dégradé depuis octobre 2014, les prévisions de ce début d année font état d une légère progression d activité dans la majorité des secteurs. Bilan 2014 L activité Évolution du chiffre d affaires total 2014/ , 8% 6% Le chiffre d affaires du secteur des services marchands a progressé en 2014 de 1,7%, contre une progression attendue de 6,3% fin Cette hausse est principalement due à la branche de l information et communication (+8,), le transport routier (+0,) et les activités spécialisées (+0,) demeurant plus en retrait. 1,7% 0, Ensemble des serv ices marchands Transport routier Inf ormation et communication Activ ités spécialisées 0, La progression du CA à l export a été plus soutenue (+2,8%), notamment dans le transport routier (+6,3%) et l information communication (+3,9%). Les investissements sont globalement en repli (-4,3%), avec des volumes en baisse importante dans le transport routier (-9,) et l information et communication (-4,), alors que ceux des activités spécialisées ont légèrement progressé (+0,9%). Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 11

13 Services marchands Les effectifs Évolution des effectifs 2014/2013 6% 1,3% -0, 5,5% 1, Dans l ensemble, les effectifs du secteur ont enregistré une hausse de 1,3%, légèrement en retrait par rapport à 2013 où ils avaient progressé de 1,8%. Le secteur de l information et communication a tiré la tendance (+5,5%), le transport routier connaissant un nouveau repli de 0, de ses effectifs. Le recours à l intérim est en net recul dans toutes les branches (-29,6%), en particulier dans les activités spécialisées (- 40,6%) et l information communication (-16,3%). Ensemble des services marchands Transport routier Information et communication Activités spécialisées La rentabilité d exploitation Évolution de la rentabilité par secteur (Soldes d opinions bruts en %) ,7% 26,5% 27,3% 24,9% 36, 31,9% 22,8% 42, 38,1% 41,6% 49,9% 33,1% Selon les chefs d entreprise, la rentabilité a progressé au cours de l année Le solde d opinions est positif de plus de 12 points et un peu plus d un tiers des sociétés ont connu un maintien de leur rentabilité. Les secteurs du transport routier et de l information et communication ont connu les évolutions les plus favorables. Ensemble des services marchands Transport routier Information et Communication Augmentation Stabilité Diminution Activités spécialisées Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 12

14 Services marchands Perspectives 2015 Évolution attendue du chiffre d affaires et des effectifs totaux 45% 4 35% 3 25% 2 15% 1 5% 7, 1,9% 39,7% CA total Effectifs totaux Investissements Selon les chefs d entreprise, l année 2015 devrait être caractérisée par une accélération du rythme de progression du chiffre d affaires (+7,), avec des hausses comprises entre 6 et 1 selon les branches. L augmentation prévue des effectifs sera, de nouveau, essentiellement la conséquence de celle du secteur de l information et communication (+10,). De son côté, le transport routier devrait, à l inverse, enregistrer un nouveau repli (-0,9%). L intérim devrait fortement reculer (-1) dans toutes les branches. Une hausse des investissements est attendue dans l information et communication (+63.) et les activités spécialisées (+12,6%) alors qu ils seraient de nouveau en forte baisse dans le transport routier (-9,8%). Rentabilité attendue dans les services (Soldes d opinions bruts en %) ,3% 12,9% 7,9% 6,8% 47,9% 59,3% 61,3% 59, Avec un solde d opinions globalement positif de 22 points, une majorité de chefs d entreprise (59,3%) s attendent à un maintien de leur niveau de rentabilité. C est dans l information et communication que les entreprises connaissant une augmentation seraient les plus nombreuses. 2 31, 27,7% 44, 31,9% Ensemble des services marchands Transport routier Information et Communication Augmentation Stabilité Diminution Activités spécialisées Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 13

15 Services marchands Tableaux synthétiques sectoriels 2014 et 2015 Transport routier 1 8% 6,9% 6% 0, -0, -0,9% CA total Effectifs totaux Information et Communication 16% % 6% 8, 10,7% 10, 5,5% CA total Effectifs totaux Activités spécialisées 1 8% 6% 5,9% 1, 0,8% 0, CA total Effectifs totaux Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 14

16 Construction Bilan 2014 Évolution de la production totale 2014/ % -2, -1, -3,6% -1,7% En 2014, le chiffre d affaires dans la construction a enregistré un nouveau repli (-2,), conséquence de la dégradation des entrées d ordres à la fois en provenance du secteur public comme du secteur privé constatée tout au long de l année. Rappelons que fin 2013 les chefs d entreprises anticipaient une progression de 1,3% de leur activité. Ce repli d activité affecte toutes les branches de la construction, en premier lieu le second œuvre (-3,6% après - 3, en 2013) mais aussi les travaux publics (-1,7% après +1,3% en 2013) et le gros œuvre (-1% après -5,5% en 2013). -8% Ensemble Construction Gros œuv re Second œuv re Trav aux publics Dans ce contexte difficile, l investissement global s est de nouveau légèrement contracté (-3,3%), largement impacté par le second œuvre (-23,8%). Évolution des effectifs 1% -1% -3% - -5% -6% -7% -8% -9% -1-5,1% -6,8% -4,8% -3,9% Pour la troisième année de suite, les effectifs sont en baisse sensible (-5,1%). Plus de la moitié de ces suppressions de postes correspondent à un non renouvellement de contrats d intérimaires, la volumétrie de ces derniers ayant régressé de 3 au cours de l année écoulée. Ensemble construction Gros œuvre Second œuvre Travaux publics Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 15

17 Construction Évolution de la rentabilité par secteur (Soldes d opinions bruts en %) , 41,7% 30,5% 35,1% 30,6% 34,3% 64,7% Dans un contexte déprimé et de concurrence exacerbée, la rentabilité du secteur s est de nouveau dégradée en 2014 avec un solde d opinion négatif de 21,5 points. Ce constat est partagé par 45% des entreprises interrogées. La dégradation est particulièrement forte dans les travaux publics avec un solde d opinions est négatif de plus de 50 points. 2 24,5% 23, 35,1% Ensemble Gros œuvre Second œuvre 21,7% 13,6% Travaux Publics Augmentation Stabilité Diminution À l inverse, dans le second œuvre, les appréciations sont nettement plus partagées et le solde d opinions est légèrement positif de presque 5 points. Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 16

18 Construction Perspectives 2015 Évolution attendue de la production totale et des effectifs 5% -5% -0,8% -2,7% L année 2015 devrait connaître un nouveau recul de la production, avec un maintien des volumes dans le bâtiment gros œuvre et second œuvre mais un nouveau repli dans les travaux publics (-3,9%) % La situation de l emploi risque une nouvelle fois de se dégrader (-2,7%), notamment dans la branche des travaux publics (-5,3%) % -20,8% Production totale Effectifs totaux Investissements Les investissements sont annoncés en forte baisse pour l ensemble du secteur. Rentabilité attendue dans l ensemble de la construction (Soldes bruts en %) ,7% 34,3% 22, 34, Dans ce contexte, toujours qualifié de difficile où les prix sont tirés à la baisse, près de la moitié des chefs d entreprise s attendent au mieux à un maintien de leur rentabilité. 4 48,5% 45, 59,1% 38,8% Pour les autres, le solde d opinions est négatif de près de 8 points. 2 21,8% 20,3% 18,5% Ensemble Gros œuvre Second œuvre 27, Travaux Publics Augmentation Stabilité Diminution Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 17

19 Construction Tableaux synthétiques sectoriels 2014 et 2015 Bâtiment Gros Œuvre - -2,6% 0, -2, - -1, -0,3% -3, -6% -8% -5, -6% -8% -6,8% -1 Production totale Effectifs totaux -1 Production totale Effectifs totaux Second Œuvre Travaux publics 0,3% - -6% -3,6% -4,8% -1,5% - -6% -1,7% -3,9% -3,9% -5,3% -8% -8% -1 Production totale Effectifs totaux -1 Production totale Effectifs totaux Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 18

20 Méthodologie Cette étude ne prétend pas à l'exhaustivité. N'ont été interrogées que les unités susceptibles de procurer des informations sur 3 exercices consécutifs ( ). Les disparitions et créations d'entreprises ou d activités nouvelles sont donc exclues du champ de l'enquête. Les données individuelles reçues ont été agrégées selon la Nomenclature d'activités Française 2008 (NAF 2) et les résultats de ces regroupements ont été pondérés de la part de leurs effectifs par rapport au total des effectifs URSSAF 2013 pour apprécier les évolutions d'ensemble. La présente étude repose sur les réponses fournies volontairement par les responsables d'entreprises et établissements du Nord - Pas-de-Calais dans le cadre de l enquête menée par la Banque de France chaque début d année. Présentation de l échantillon Nombre d'entreprises ayant répondu à l'enquête ENSEMBLE Industries alim. INDUSTRIE SERVICES MARCHANDS CONSTRUCTION Équip. Elec. Autres machines Matériels de transport Autres produits ENSEMBLE Transport routier industriels Information, Comm. Activités spécialisées ENSEMBLE Bâtiment Travaux publics Taux de représentativité : Effectifs (yc intérimaires) employés dans les entreprises de l'échantillon, rapportés aux effectifs URSSAF au 31/12/2013 INDUSTRIE 65,7% SERVICES 29, CONSTRUCTION 37,7% Industrie Ind Alim Mat Transp Equip elect : Industries Alimentaires : Matériels de transport : Équipement électriques et électroniques Autres prod ind : Autres produits industriels 1. Textile-habillement chaussures 2. Bois-papier imprimerie 3. Industrie chimique 4. Industrie pharmaceutique 5. Caoutchouc, plastiques, autres produits minéraux non métalliques 6. Métallurgie et fabrication produits métalliques 7. Autres industries manufacturières, réparation, installation TERMINOLOGIE Services marchands aux entreprises Transport routier 1. Transport routier de fret 2. Déménagement Information et Communication 1. Programmation informatique 2. Conseil en système et logiciels informatiques 3. Traitement de données, hébergement Activités spécialisées 1. Conseils pour les affaires 2. Ingénierie, études techniques 3. Analyses, essais et inspections techniques 4. Agences de publicité 5. Location de véhicules 6. Agences de travail temporaire 7. Nettoyage Les établissements relevant de sièges extérieurs au Nord - Pas-de-Calais sont parfois sous-représentés, tandis que les chiffres des entreprises régionales peuvent comprendre ceux d'unités situées dans d'autres régions. «Aucune représentation en reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L et 3 a du code de la propriété intellectuelle ne peut être faite de la présente publication sans l'autorisation expresse de la Banque de France ou, le cas échéant, sans le respect des modalités prévues à l'article L dudit code». Retrouvez LA CONJONCTURE EN RÉGION, TENDANCES RÉGIONALES sur le site Internet de la Banque de France Rubrique "Économie et statistiques" puis "Conjoncture et croissance" Si vous souhaitez être averti de la mise en ligne mensuelle de notre publication par l'envoi d'un message électronique, nous vous remercions de nous envoyer un courriel à l'adresse suivante : en précisant votre nom, la dénomination et l'adresse de votre entreprise. Banque de France Les entreprises en Nord - Pas-de-Calais Bilan Perspectives 2015 Page 19

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE AOÛT 9 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Pays de la Loire Tendances régionales Août 9 Page 1 sur 8 Vue d

Plus en détail

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014 Direction des Affaires Régionales Aquitaine Banque de France Agen «L Économie en Aquitaine Bilan 2013, Perspectives 2014» Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne Réunion du 14 Banque de France

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

Contexte conjoncturel

Contexte conjoncturel Tendances régionales Les entreprises en Languedoc-Roussillon Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE

TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE MAI 2007 CHAMPAGNE-ARDENNE Tendances régionales Mai 2007 1 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : AVRIL 2007 INDUSTRIE 30,3 % des effectifs

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE TENDANCES RÉGIONALES CENTRE JUILLET 2006 CENTRE Tendances Régionales Juillet 2006 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : juin 2006 INDUSTRIE 28% des effectifs globaux

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire Rendez-vous de l Insee Elmostafa Okham Insee Pays de la Loire La situation économique au niveau national Page 2 En 2010, l économie française

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

La fièvre tombe, le rétablissement sera lent

La fièvre tombe, le rétablissement sera lent Vue d ensemble La fièvre tombe, le rétablissement sera lent Face au regain de tensions dans la zone euro à l automne 2011, la banque centrale européenne a apporté massivement des liquidités au système

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE Nièvre

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE Nièvre TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE Nièvre AVRIL 215 Trimestriel N 1 LES PRINCIPAUX INDICATEURS ECONOMIQUES AU 4 ème TRIMESTRE 214 Mouvements d entreprises... 1 Emploi... 2 Chômage... 3 International... 4 Construction...

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas?

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Ludovic Subran Chef Economiste du Groupe Euler Hermes Nicolas Delzant Président du Directoire d Euler Hermes France Paris - 1er octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE ET SOCIAL

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE ET SOCIAL CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL DE LORRAINE Très lente amélioration de la situation économique Malgré un frémissement perceptible depuis plusieurs mois, l amélioration de la situation économique

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

La conjoncture immobilière peut être schématisée à

La conjoncture immobilière peut être schématisée à 56 6 LA CONJONCTURE IMMOBILIÈRE EN ITALIE Extrait de : Osservatorio sul Mercato Immobiliare n 2/2011, Nomisma, juillet 2011. 6.1 / Prix et volumes des transactions La conjoncture immobilière peut être

Plus en détail

BPIFRANCE LE LAB PRESENTE LA 59 EME ENQUETE DE CONJONCTURE DANS LES PME

BPIFRANCE LE LAB PRESENTE LA 59 EME ENQUETE DE CONJONCTURE DANS LES PME COMMUNIQUE DE PRESSE 29 JUILLET 2014 BPIFRANCE LE LAB PRESENTE LA 59 EME ENQUETE DE CONJONCTURE DANS LES PME Des perspectives de croissance positives pour 2014 pour les entreprises de l industrie et des

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RHÔNE-ALPES

TENDANCES RÉGIONALES RHÔNE-ALPES TENDANCES RÉGIONALES RHÔNE-ALPES NOVEMBRE 2006 RHÔNE-ALPES - Tendances régionales - novembre 2006 1 Vue d ensemble de l activité économique INDUSTRIE Période sous revue : OCTOBRE 2006 28 % des effectifs

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir?

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Club Notarial de Immobilier 28 mai 2015 Exposé de Denis Ferrand Les faits marquants de la conjoncture économique mondiale 2

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

CONJONCTURE DU BTP Île-de-France. N 2 - Mai 2013

CONJONCTURE DU BTP Île-de-France. N 2 - Mai 2013 CONJONCTURE DU BTP Île-de-France N - Mai 13 Logements mis en chantier Sur 1 mois à fin mars 13 (évol 1 an) Logements autorisés Sur 1 mois à fin mars 13 (évol 1 an) Prix logements collectifs Au 4 trimestre

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

A retenir au 4 ème trimestre 2012. Le marché de la location longue durée 3 ème trimestre 2015

A retenir au 4 ème trimestre 2012. Le marché de la location longue durée 3 ème trimestre 2015 La Lettre du A retenir au 4 ème trimestre 2012 Le marché de la location longue durée 3 ème trimestre 2015 Le marché de la location longue durée (*) 3 ème trimestre 2015 1. Contexte du marché automobile

Plus en détail

Baromètre semestriel de conjoncture

Baromètre semestriel de conjoncture 8 6 4 2-2 -4-6 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2 21 22 23 24 25 26 27 28 29 21 211 212 213 Baromètre semestriel de conjoncture n 44 2 ème semestre 213 Conjoncture Actualité : L impact des mesures fiscales

Plus en détail

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 David Vivet Introduction Chaque année, dans la Revue économique de décembre, la Banque nationale présente les évolutions qui ressortent des comptes

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009 Helaba Recherche L et la comparaison économique Mai 9 Auteur : Dr. Stefan Mütze Tél. : +9 () 69/9-8 research@helaba.de Rédaction: Dr. Gertrud R. Traud Chef économiste/ Direction de la recherche Landesbank

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES DE MARS 2014 POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE 1

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES DE MARS 2014 POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE 1 PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES DE MARS 2014 POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA 1 La croissance du PIB en volume devrait, selon les projections, rester modérée en 2014 et s accélérer à partir

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses JUILLET 2012 N 048 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Évolution des salaires de base par branches professionnelles en 2011 : recul

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

L ARTISANAT FRANCILIEN EN

L ARTISANAT FRANCILIEN EN L ARTISANAT FRANCILIEN EN SEPTEMBRE 2009 En sa qualité de représentant des intérêts généraux de l artisanat francilien, la Chambre régionale de métiers et de l artisanat d Ile-de-France réalise, deux fois

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Groupement des Professions de Services

Groupement des Professions de Services Le baromètre économique des services en France Février 2015 Sommaire Editorial... p. 3 L indicateur avancé de l emploi... p. 4 dans les services Les embauches dans les services... p. 5 Le chiffre d affaires

Plus en détail

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09 note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.9 JUILLET L réalise davantage de recherche et développement que ne le fait la. Cet écart relève d une différence d échelle entre les deux pays.

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail