GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC"

Transcription

1 GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

2 PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION DECLIC (consultation pour les ans) CENTRE DE SOINS EN ADDICTOLOGIE ELSA Consultation délocalisée une fois par mois à Poindimié et Koné

3 Vos attentes ABCDaire

4 Introduction Pour les addictions comme dans la majorité des changements de comportements, le besoin d aide spécialisée concerne une minorité. Dans la majorité des cas, le changement est naturel et spontané. Une courte intervention peut provoquer de grands changements. Intégrer la notion de temps dans les changements de comportement. Il faut savoir accepter parfois l échec.

5 Les personnes changent Parce qu elles le veulent bien Parce qu il y a une bonne raison de le faire Parce qu elles ont confiance dans leur capacité de le faire Parce que l interaction avec une personne leur donne envie de changer.

6 Exercice N 1: Expérimenter les effets des différents types d entretiens

7 Notons les mécanismes qui favorisent le changement :

8 L environnement (la pression sociale, la loi, l image sociale, l accessibilité au produit ) L individu : réflexion personnelle, information, désir, confiance en soi Relations affectives, familiales, professionnelles, thérapeutiques etc

9 Comment situer la personne dans son désir de changement de comportement?

10 Le schéma de Prochaska et ses 6 étapes

11 La pré-intention La personne n envisage pas de changer son comportement dans les 6 mois. L intention La personne envisage de modifier ses habitudes dans un délai proche. La préparation La décision est prise et la personne se prépare au changement

12 L action C est une période d environ 6 mois au cours de laquelle la personne modifie ses habitudes. Cela lui demande beaucoup d attention et d énergie au quotidien. Elle doit être aidée et accompagnée. Le maintien Il s agit d éviter les rechutes. L effort à fournir est moins intense, la personne a davantage confiance en ses capacités de changement.

13 La résolution C est un moment où la personne n a plus jamais la tentation de revenir à son comportement antérieur, même quand elle est stressée, anxieuse, déprimée ou colère.

14 Ce processus n est bien sûr pas linéaire : il peut y avoir des retours à un stade précédent. En cas de rechute, l intéressé revient rarement au stade de la pré-intention, et envisage souvent rapidement une nouvelle tentative de changement Pour accompagner une personne dans son suivi de changement, il faut bien entendu tenir compte du stade auquel elle se trouve. A chaque stade correspondent des modes d interventions adaptées.

15 La prise en compte de l ambivalence Chez une personne qui veut modifier son comportement, coexistent souvent le désir et la peur du changement D un côté, la consommation actuelle pose ou risque de poser des problèmes. La personne est donc consciente qu il serait préférable de la modifier, D un autre côté, boire ou fumer lui apporte encore quelques bénéfices.

16 Pour agir sur cette ambivalence, il existe des techniques d entretien visant à accroître et à renforcer la motivation du patient à changer de comportement : c est l entretien de motivation. Cet entretien doit aider la personne à prendre la décision de modifier sa consommation.

17 LES OUTILS POUR BÂTIR LA MOTIVATION

18 Ecoute active et questions ouvertes Pas de réponse par OUI ou NON Encourage la personne à s exprimer, à créer un climat de confiance. Ex: comment? De quelle façon? Comment envisagez -vous? pour quelles raisons?... Est ce que?

19 VALORISER Valoriser la personne sous forme de compliments, de compréhension Souvent la personne a perdu toute confiance en son sentiment d efficacité personnelle Ex : c est bien d avoir pris rendez-vous, je vous félicite»

20 REFORMULATION Il s agit de reformuler les propos de la personne pour vérifier que l on a bien compris sa pensée et pour l aider à la préciser, à la clarifier et à l approfondir. Par exemple : «si je vous ai bien compris» «vous pensez que» ou «vous dites que». Ce que vous dites..» Ex: quand je dois rencontrer quelqu un que je ne connait pas, je suis très timide et le cannabis m aide à être plus détendu. vous ne rencontrez jamais quelqu un de nouveau sans avoir fumer du cannabis

21 Parfois votre interlocuteur s arrête de parler en cours de phrase car il a du mal à continuer pour des raisons diverses. On peut alors reprendre la fin de sa dernière phrase laissée en suspens pour lui indiquer que l on est à son écoute et l inciter à continuer.

22 LE RESUME La personne s entend dire ce qu elle dit Montre que l on est à l écoute

23 Du tac au tac!!!!

24 S entraîner à un entretien en utilisant l écoute active : Questions ouvertes Résumé Reformulation

25 Kévin 21 ans, vient vous voir car il projette de devenir conducteur de grue. Il a fait un effort en limitant sa quantité de bière. Cependant il continue à fumer un joint de temps en temps. Il vous dit «le cannabis c est naturel, je ne vois pas ce qu il y a de mal là-dedans» Thomas 35 ans, souhaite trouver un emploi. Lors de votre entretien il vous annonce qu il est suspendu de permis de conduire pendant 6 mois pour conduite en état d ivresse. Se dit furieux après les gendarmes car il n était pas saoul.il n a pas de formation et cherche un travail car son amie est enceinte. Jusqu alors il a fait des petits boulots qui ne durent jamais.

26 Mieux comprendre pour mieux gérer

27 Alcool SUBSTANCE INDIVIDU CONTEXTE

28 Avec l alcool Non usage primaire Usage Usage à risque Usage nocif Usage avec dépendance Non usage secondaire

29 Non usage primaire N a jamais consommé d alcool

30 Usage Respect des normes O.M.S pour une consommation à moindre risque

31 La taille du verre, ça compte aussi!

32 LES VERRES STANDARDS UN VERRE STANDARD = 10 gr d alcool pur Une bière Un verre Un verre Un verre de de vin de cognac de whisky 25 cl 10 cl 3 cl 3cl IL Y A AUTANT D ALCOOL DANS CHACUN DE CES VERRES

33 = 23 VERRES STANDARDS = 19 BOITES DE BIERE DE 33 cl = 10 VERRES STANDARDS = 7 BOITES DE BIERE DE 33 cl

34 Normes de consommation à moindre risque fixées par l O.M.S Pour le buveur régulier 3 verres standards par jour pour un homme (21 verres /semaine) 2 verres standards par jour pour une femme (14 verres/semaine) Recommandations : un jour par semaine sans alcool et ne pas boire tous les verres en même temps Pendant la grossesse et l allaitement : 0 alcool

35 Normes de consommation à moindre risque fixées par l O.M.S Pour le buveur occasionnel 4 verres standards par occasion pour un homme 3 verres standards par occasion pour une femme Pas d alcool pendant la grossesse

36 Dans quels cas éviter de boire de l alcool : Quand on conduit Quand on est un enfant Quand on travaille Quand on est malade Quand on prend des médicaments

37 Usage à risque Dépasse les normes O.M.S sans avoir de complications

38 Usage nocif Consommation entraînant des dommages sanitaires, sociaux sans qu'il y ait dépendance.

39 Usage nocif / milieu du travail Effets résiduels faisant suite à la consommation de substances et qui perturbent la qualité du travail(gueule de bois le lundi matin ) Absentéisme, maladies, baisse de productivité Possibilité de mauvaise ambiance professionnelle due à l abus de substance par un collègue de travail.

40 Usage avec dépendance Perte de la gestion de la consommation (Dépendance psycho-comportementale) Syndrome de manque en l absence de consommation (Dépendance physique)

41 Usage dépendance/ milieu du travail Etat de manque. Maladies, baisse de la productivité. Obsession à vouloir obtenir et consommer des substances au travail qui peuvent nuire à la concentration et à la vigilance Possibilité de mauvaise ambiance professionnelle due à l alcoolo-dépendance d un collègue.

42 ALCOOL Non usage Usage Usage à risque Usage nocif Usage avec dépendance

43 BAD TRIP Anxiété, panique CANNABIS Modification de l humeur: Humeur dépressive Indifférence affective Isolement Entourage en souffrance DEMOTIVATION Recherche de plaisir, de sensations (planer, rigoler) Difficultés à dire Non au groupe Troubles de la mémoire immédiate Baisse de la capacité à apprendre Réflexes ralentis Le temps vécu est modifié Troubles de la personnalité : Sentiment de persécution Hallucinations visuelles agressivité Santé : Bronchites chroniques Troubles cardiaques Complications sociales : -Police, justice -Couple famille -Augmentation du risque d accident (route, travail, ) -problèmes scolaires

44 Le dépendant éprouve des difficultés à se dire «non» et à dire «non» aux autres, L estime qu il a de lui-même est faible, Il est souvent immature et a besoin de l amitié virile du groupe pour exister et pour être rassuré,

45 Le langage du dépendant Il a de grandes difficultés d'expression qui ne sont à proprement parler ni un déni ni une mauvaise foi, Il a des problèmes de communication et son langage est souvent à l envers (prétérition) Son langage devra être remis dans le bon sens pour en comprendre la signification.

46 Il utilise en effet des expressions inverses de ce qu'il veut exprimer (Je me suis arrêté déjà de nombreuses fois pour dire qu il rechute souvent), Ou encore parle du passé pour ne pas parler du présent ( quand on lui demande s il pense boire trop il répond: si vous m aviez connu à 20 ans.je buvais beaucoup ),

47 Ou parle d un autre au lieu de parler de lui (si vous saviez ce que boit le vieux d à côté ), Ou fait parler un autre à sa place (ma femme dit que je bois ), Ou parle d un organe et non de lui (mon foie est malade), Ou parle d un problème administratif et non de lui ( «ces fumiers» on m ont retiré le permis de conduire, je n ai plus de boulot ),

48 Ou quand on lui demande ce qu il boit il va nous dire ce qu il ne boit pas( je ne bois jamais de whisky, je ne bois jamais de bière.), Ou se place en victime (mon patron me cherche des poux dans la tête, ma femme «gueule tout le temps» ), Plus sa dépendance lui pose des problèmes plus son discours sera «à l envers»

49 Je fume parce que ma femme est partie, Je bois parce que je viens d être licencié, Je bois parce que j ai des dettes, Je bois parce que je suis dépressif,

50 En conclusion : pour mémoire. Changer est difficile L ambivalence est normale Le changement ne se prescrit pas sur une ordonnance Le regard des intervenants influe directement sur les capacités de changement du patient (prouvé).

51 «Pour perdre une habitude il ne suffit pas de la jeter par la fenêtre, mais il faut lui faire descendre les escaliers marche après marche» Mark Twaïn

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Processus de changement

Processus de changement 14 novembre 2013 Processus de changement L. Bruggimann & A. Nallet Psychologues FSP Module 1/ Fordd 2013 Plan de l après-midi Partie théorique, réflexion et échange en groupe, illustration vidéo, mise

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

PORTRAIT D UN CONSOMMATEUR RESPONSABLE DE CANNABIS. Vers une utilisation appropriée du cannabis. Équipe de Prévention des Addictions ORAIN

PORTRAIT D UN CONSOMMATEUR RESPONSABLE DE CANNABIS. Vers une utilisation appropriée du cannabis. Équipe de Prévention des Addictions ORAIN Équipe de Prévention des Addictions ORAIN Vers une utilisation appropriée du cannabis PORTRAIT D UN CONSOMMATEUR RESPONSABLE DE CANNABIS DEPLIANT POUR ADULTES CONSOMMATEURS RÉGULIERS DE CANNABIS Dans le

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées.

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées. Brochure Wine in moderation Le vin: la culture de la modération La production et la consommation de vin font partie du patrimoine européen depuis des millénaires. L Union européenne est le plus grand producteur,

Plus en détail

Après un arrêt de travail, comment rependre mes activités professionnelles

Après un arrêt de travail, comment rependre mes activités professionnelles Après un arrêt de travail, comment rependre mes activités professionnelles Présenté par Audrey Duhaime T.S. et Geneviève Joseph T.S. Source: Lise Lacasse, psychologue et conseillère d orientation Le retour

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'alcool

Consensus Scientifique sur. l'alcool page 1/5 Consensus Scientifique sur l'alcool Source : OMS (2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - L alcool n est pas un produit ordinaire. Il fait partie de la civilsation humaine depuis des milliers

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Un patient parmi d autres. À la suite de cette vidéo : Déroulement. Objectifs

Un patient parmi d autres. À la suite de cette vidéo : Déroulement. Objectifs L entrevue motivationnelle L art d accélérer le processus naturel de changement Auteurs : Nathalie Allard, md Danielle Saucier, md Matériel adapté avec la permission du Dr Jacques Bédard, Professeur titulaire

Plus en détail

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique.

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique. ECSTASY QU EST-CE QUE C EST? À l origine, l ecstasy (ecsta, X, XTC ) désigne une molécule chimique, la MDMA, de la famille des amphétamines. Elle se trouve sous forme de comprimés, de poudre, de gélules...

Plus en détail

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale 1. S entrainer à recevoir un maximum de sensations par les différents canaux Eveiller la conscience, dans l

Plus en détail

Chronique Histoire d orientation

Chronique Histoire d orientation Kinésiologie Chronique Histoire d orientation Nota Bene 1. Abandon Juin 2015 Service de psychologie et d orientation Table des matières 1. AB comme dans «abandon» 2. Obtenir un diplôme ou non? 3. Survivre

Plus en détail

D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail.

D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail. D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail. Une campagne de la Suva en collaboration avec l Institut suisse de

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Planifier une grossesse

Planifier une grossesse Planifier une grossesse La grossesse est un moment spécial pour vous et votre famille. Planifier votre grossesse vous permet de faire des choix santé avant d être enceinte. Voici quelques choix santé :

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

L entretien de réprimande Définition, But et objectif

L entretien de réprimande Définition, But et objectif L entretien de réprimande ème année SIGF 4 Réalisé par : HASSOU Salma LACHGAR Amina Année universitaire : 2012/2013 INTRODUCTION Vous est-il déjà arrivé de faire prendre conscience à l un de vos proches

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014 Communication non-violente et médiation Étienne Godinot 04.06.2014 La communication non-violente et la médiation Sommaire 1 - La communication non-violente Qu est ce que la CNV? Définition, rôle Une démarche

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 M É D E C I N E N. Chuard 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 Un Suisse sur cinq boit trop Deux verres par jour, ça va encore; au-delà, bonjour les dégâts! Sans être alcooliques, les

Plus en détail

Cesser de fumer une fois pour toutes

Cesser de fumer une fois pour toutes MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Cesser de fumer une fois pour toutes Aperçu de la trousse Félicitations! Vous vous apprêtez à vivre une expérience

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour arrêter faire le de point fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour faire le point Votre médecin vous a proposé de faire le

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

J apprends à m affirmer. Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation

J apprends à m affirmer. Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation J apprends à m affirmer Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation Conférence pour les parents Formation pour le personnel enseignant et les éducatrices

Plus en détail

Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial

Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial E lisabeth Dooghe - 21 septembre 2012 Directrice régionale, A.N.P.A.A. Nord Pas-de-Calais J ai retenu de

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

BM 2 Examen d admission 2011: Série 1

BM 2 Examen d admission 2011: Série 1 BM 2 Examen d admission 2011: Série 1 Nom prénom /100points Note /6 1 Compréhension écrite (B1) /30pts Lisez le texte et répondez aux questions en français (mots-clés) Fumer du cannabis Légal ou non, peu

Plus en détail

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Linda Walker, PCC, ACCG, Bacc. Adm. Coach en TDAH www.tdahadulte.com Objectifs Reconnaître les enjeux et défis que présentent

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Comment intervenir avec les couples et les familles

Comment intervenir avec les couples et les familles Comment intervenir avec les couples et les familles Objectifs: Présenter les principes généraux et règles de base àconsidérer dans le travail avec les proches d un patient Définition du couple Institution

Plus en détail

Journée Toxicomanie. S y n t h è s e. Lycée Jean Rostand Nevers Synthèse questionnaire d évaluation «Journée Toxicomanie 2013»

Journée Toxicomanie. S y n t h è s e. Lycée Jean Rostand Nevers Synthèse questionnaire d évaluation «Journée Toxicomanie 2013» Journée Toxicomanie S y n t h è s e Lycée Jean Rostand Nevers Synthèse questionnaire d évaluation «Journée Toxicomanie 2013» Précisez si vous êtes : Indiquez si le fait de traiter le thème de cette journée

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être

Votre lien direct à la santé et au mieux-être Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT Enquête nationale Décembre 2015 Sommaire Objectifs page 3 Méthodologie page 4 Principaux enseignements page 5 Structure de l échantillon national

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT

LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT LES FRANÇAIS, LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN ET L ALCOOL AU VOLANT Enquête nationale Décembre 2015 Sommaire Objectifs page 3 Méthodologie page 4 Principaux enseignements page 5 Structure de l échantillon national

Plus en détail

SMART SERVE DÉVELOPPEZ VOTRE COMMERCE DE MANIÈRE

SMART SERVE DÉVELOPPEZ VOTRE COMMERCE DE MANIÈRE SMART SERVE DÉVELOPPEZ VOTRE COMMERCE DE MANIÈRE RESPONSABLE DÉVELOPPEZ VOTRE COMMERCE DE MANIÈRE RESPONSABLE A guide for alcohol retailers [Insert Makro Logo] What is Smart Serve? Smart Serve est une

Plus en détail

Livret métier Le risque alcool. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis

Livret métier Le risque alcool. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Livret métier Le risque alcool Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Sommaire Quiz : connaissez-vous l alcool? 4 Infos pratiques : l alcoolémie 6 Infos pratiques : les équivalences

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

Nom :... Date :... ENVOI N 9. Chap. 8 : COMMENT DÉCOUVRIR LA STRATÉGIE D UN INDIVIDU ... ... 1)... 2)... 3)... 4)...

Nom :... Date :... ENVOI N 9. Chap. 8 : COMMENT DÉCOUVRIR LA STRATÉGIE D UN INDIVIDU ... ... 1)... 2)... 3)... 4)... Pierre LASSALLE, Biosynergiste Formateur-Conseil en Développement des Ressources Humaines et Communication 56 rue de la Porte 29200 Brest! 02 98 05 25 50 (Tél et Fax) Nom :... Date :... ENVOI N 9 1. Synthèse

Plus en détail

La médiation familiale Conflits familiaux, séparation, divorce...

La médiation familiale Conflits familiaux, séparation, divorce... Conflits familiaux, séparation, divorce... Comment va s organiser l accueil de nos enfants après notre séparation? Comment, en tant que père, continuer à assurer le suivi scolaire de ma fille? Je ne vois

Plus en détail

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE Les questions portent sur l état psychologique tel qu il était dernièrement, c'est à dire en pensant aux 4 ou 5 derniers jours. Répondez aux questions instinctivement

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Quels sont les symptômes du trouble de déficit de l attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH)? - L enfant

Plus en détail

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS!

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! Éditorial Par Alexia Dion Du Collège St-Maurice Image tirée du film «Les Combattants» L e sexisme au travail touche particulièrement les femmes, depuis les dernières

Plus en détail

QUI ES TU. Primaire : Secondaire : L ÉCOLE

QUI ES TU. Primaire : Secondaire : L ÉCOLE Le vandalisme c est briser volontairement quelque chose qui ne t appartient pas. C est un geste gratuit qui peut prendre plusieurs formes tel que feu, bris d aménagement paysager, renverses de poubelles,

Plus en détail

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Perception des enjeux de santé et de bien-être Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Un taux de participation record 97% Une excellente représentativité de la fonction RH au Une enquête

Plus en détail

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Au lycée et à l université, (re)trouvez le goût de travailler avec plaisir et efficacité Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55702-2

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

Stop à la Transpiration

Stop à la Transpiration La méthode: Stop à la Transpiration Découvrez les Conseils, les Astuces et Toutes les Techniques Naturelles pour le Soulagement Rapide et Sain de la Transpiration Excessive! Vous lisez la version d'essai!

Plus en détail

Observatoire du travail

Observatoire du travail Observatoire du travail Les salariés français et la mobilité 5 novembre 2015 15 place de la République 75003 Paris Présentation des résultats La méthodologie d enquête Etude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Alcoologie : Quelques définitions.

Alcoologie : Quelques définitions. Alcoologie : Quelques définitions. 1. TRANSFERRINE DEFICIENTE EN COCARBOXYLASE Jusqu à présent, le taux des GAMMA GT et le VGM (voir ces termes), volume globulaire moyen des globules rouges, permettaient

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

VOUS ET LE CANNABIS UNE AIDE A LA REFLEXION, UN OUTIL D EVALUATION

VOUS ET LE CANNABIS UNE AIDE A LA REFLEXION, UN OUTIL D EVALUATION VOUS ET LE CANNABIS UNE AIDE A LA REFLEXION, UN OUTIL D EVALUATION Prénom, nom, âge Thérapeute Date Explication à l usage du patient Ce document vous permet d évaluer l importance et les effets éventuels

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

LES CYCLES DU CHANGEMENT

LES CYCLES DU CHANGEMENT LES CYCLES DU CHANGEMENT Une Approche Stratégique HYPNOSCIENT.FR Laurent Bertin TABLES DES MATIERES 1. Pourquoi ce livret sur le changement?... 3 2. Le changement : un processus en plusieurs étapes...

Plus en détail

«Malentendants et appareils auditifs»

«Malentendants et appareils auditifs» «Malentendants et appareils auditifs» Contact UNSAF : Benoît ROY 02 47 60 60 08 benoit.roy@unsaf.net Contacts TNS Healthcare : Nadia AUZANNEAU 0 40 92 45 57 nadia.auzanneau@tns-global.com Céline LEROY

Plus en détail

C EST BON de se sentir accompagné

C EST BON de se sentir accompagné C EST BON de se sentir accompagné Le service d accompagnement pour mieux vivre avec une maladie chronique. Pour en savoir plus : 0811 709 709 Prix d un appel local depuis un poste fixe. ameli-sophia.fr

Plus en détail

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Alcool Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Pour réduire sa consommation Alcool Vous envisagez de réduire votre consommation de boissons alcoolisées, mais vous vous posez des questions : vous

Plus en détail

Complétez les phrases en conjuguant les verbes au subjonctif.

Complétez les phrases en conjuguant les verbes au subjonctif. Complétez les phrases en conjuguant les verbes au subjonctif. A) Qu'estce qu'il faut faire? 1 Il faut que je (rencontrer) madame Biron. 2 Il fut que tu (organiser) tes vacances. 3 Il faut que nous (téléphoner)

Plus en détail

Comment utiliser les techniques d accroche?

Comment utiliser les techniques d accroche? Comment utiliser les techniques d accroche? A l issue de la lecture de ce support, vous serez capable de : Prendre en compte les objectifs et les composantes de la prise de contact, Mettre en place les

Plus en détail

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Avec le vieillissement de la population, les médicaments occupent une place de plus en plus

Plus en détail

La dépression: personne n est à l abri

La dépression: personne n est à l abri La dépression: personne n est à l abri Facteurs de risque, test et interlocuteurs compétents «Je n arrive plus à prendre la moindre décision. Même lorsque je fais les courses. J ai toujours peur de me

Plus en détail

BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE

BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE (confirmés) 3 jours (débutants) Améliorer sa prospection téléphonique. Améliorer son accueil client au téléphone. Améliorer sa relation client/prospect au téléphone. Savoir

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu

Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu Hervé Maisonneuve Paris, 14 octobre 2010 1 Pré-test Mémoire : définition? Pourquoi un mémoire? Comment choisir un sujet,

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE EVALUATION PARTICIPATIVE DU PROJET DE SERVICE QUESTIONNAIRE A DESTINATION DES USAGERS Nous vous proposons de participer à l évaluation du projet de service. Votre participation

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux Titre partie sommaire Introduction..............................11 La conception des jumeaux «Avoir des jumeaux saute une génération.»...........17 «Les vrais jumeaux sont toujours dans la même poche.»..23

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

GESTION DU STRESS ET DE LA DOULEUR PAR LA SOPHROLOGIE DANS LES SERVICES DE SOINS A LA PERSONNE

GESTION DU STRESS ET DE LA DOULEUR PAR LA SOPHROLOGIE DANS LES SERVICES DE SOINS A LA PERSONNE En introduction à ce programme : Il apparait clairement lors de la description des différents symptômes du stress et de la douleur qu une prise en charge thérapeutique holistique de la personne est une

Plus en détail

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART Ressources au service du représentant Primerica Table des matières Pour les clients qui n ont pas bénéficié d une analyse des besoins

Plus en détail