TYROSINES KINASES ET CANCER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TYROSINES KINASES ET CANCER"

Transcription

1 I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la cellule ou par un récepteur, entrainant une cascade de signalisation. Ceci aboutit à une réponse cellulaire variable en fonction des besoins, elle n est pas univoque mais dépend du contexte Le devenir de la cellule repose sur la balance prolifération/apoptose : il existe de nombreuses voies de signalisation fonctionnant en parallèle et à bas débit, et à un moment donné l une d entre elle peut être activer entrainant la vie (prolifération) ou bien la mort (apoptose) de la cellule. L intérieur de la cellule est encombré (de nombreux éléments sont présent dans le cytoplasme) c est pourquoi il existe des protéines échafaudages qui vont former des complexes multiprotéiques augmentant la probabilité de rencontres de protéines interagissant entre elles. Ces complexes multiprotéiques permettent également l embranchement avec une autre voie de signalisation (1 protéine d une voie peut aller activer une voie B), l amplification d une voie (1 protéine A peut activer plusieurs protéines B) II/ LES RECEPTEURS À ACTIVITÉ TYROSINE KINASE (RTK) A) STRUCTURE DES RTK ROLE : transfert d un phosphate à partir d ATP sur un résidu tyrosyl d une protéine RTK : il en existe de très diverses familles, ce sont des molécules dimériques avec - une partie extracellulaire très hétérogène ce qui permet une grande diversité de facteurs les activant - une partie cytoplasmique relativement homogène et contenant le domaine tyrosine kinase STRUCTURE TRIDIMENSIONNELLE : - site actif (rond) accueille ATP + substrat - sites variables (triangles) assurent la spécificité du récepteur pour son substrat (ces sites variables sont des insertions de 5 à 100 acides aminés) B) SIGNALISATION VIA LES RTK FONCTIONNEMENT : ces protéines fonctionnent comme des commutateurs (switch on/off) Le signal entre dans la cellule, la protéine cible est phosphorylée par une kinase et va avoir soit une activité accrue soit diminuée. Il existe un mode de régulation négatif par une phosphatase qui va dephosphoryler la protéine À l état basal ce cycle fonctionne en permanence ce qui permet une grande souplesse de régulation. Plus le cycle est rapide plus la cellule va être réactive en changeant le statut de phosphorylation de toute une population cellulaire et donc mieux elle va s adapter au changement réponse immédiate

2 DIFFERENTS MODE D ACTIVATION : - par un ligand dimérique - par double stimulation avec 2 ligands Ceci entraine une dimérisation du récepteur puis transphosphorylation (1 sous unité d une partie du récepteur phosphoryle une sous unité de l autre partie du récepteur et vice versa) le récepteur est activé Ensuite il y a liaison des protéines cibles cytoplasmiques aux phosphotyrosines du récepteur activé via un domaine SH2 propagation et amplification du signal DOMAINE SH2 : module de branchement aux résidus phosphotyrosines. Il y a une certaine spécificité (n importe quel domaine SH2 ne va pas se lier à n importe quel résidu phosphotyrosine) DOMAINE SH3 : permet à une protéine d intéragir avec une autre protéine présentant des sites riches en proline (séquence consensus : AA aliphatique - Proline p - AAa - P) REGULATION DES VOIES DE SIGNALISATION : pour éviter l emballement des voies des voies de signalisation - Séquestration du récepteur dans le cytoplasme - Dégradation du récepteur (lysosome, protéasome) - Inhibition du récepteur - Inhibition des protéines avales de signalisation - Boucle de rétrocontrôle Mais pas toujours efficace et dans ce cas on a une prolifération cellulaire III/ LE RÉCEPTEUR AU FACTEUR DE CROISSANCE ÉPIDERMIQUE (EGFR) A) FAMILLE EGFR Le récepteur à l EGF n est actif que sous forme dimérique, du coup on a diverses combinatoires possibles Remarque : on ne connaît pas de ligand propre à ErbB2 Lorsque EGFR est activé on a activation de différentes voies qui concourrent à la prolifération cellulaire (voie des MAPK, voie PI3K, voie STAT et PLC ) mais aussi l angiogénèse, la chimio et radiorésistance, et l invasion des métastases, nottament lors de surexpression de ErbB2 B) LES EFFETS DE ERBB2 ErbB2 peut s associer avec n importe quel autre membre de la famille et former des hétérodimères et lorsqu il y a une surexpression de ErbB2 cela perturbe totalement la manière dont la cellule répond aux facteurs de croissance épidermiques hypersensibilité des cellules aux EGFR ( et donc angiogénèse, chimio/radiorésistance, invasion métastatique) EN CLINIQUE, dans les cancers du sein on recherche constamment la présence de ErbB2 (recherche via des Ac spécifiques par immunohistochimie) et on regarde si le gène de ErbB2 est amplifié car sa surexpression est de mauvais pronostic. - sans amplification de ErbB2 traitement du cancer du sein par chirurgie puis hormonothérapie

3 - avec amplification de ErbB2 traitement du cancer du sein par chimiothérapie + thérapie ciblée (ciblant uniquement les cellules qui surexpriment ErbB2, comme trastuzumab qui empeche la dimérisation de l EGFR) C) VOIES DE SIGNALISATION DE L EGFR VOIE DES MAP KINASES : Activation du récepteur Grb2 (protéine adaptatrice) facilite l accès de SOS au récepteur activation de Ras (protéine G) activation de Raf cascade d activation de kinases avec amplification En pathologie : mutations activatrices de ces protéines entrainent des cancers (ce sont des proto-oncogènes) - Ras muté dans 90% des cancers pancréatiques - B-Raf muté dans 70% des mélanomes - EGFR muté dans 20% des glioblastomes Traitement : l industrie pharmaceutique découvre de plus en plus d inhibiteur spécifiques de ces protéines (ex PLX4032 qui bloque spécifiquement B-Raf et est donc utilisé spécifiquement chez les patients atteint de mélanome et présentant la mutation B-Raf) VOIE DE LA PI3 KINASE : PI3 kinase phosphoryle PIP2 PIP3 qui va activer Akt ce qui entraine l activation de différentes voies qui ont pour finalité :- inhibition de l apoptose - survie cellulaire VOIE DE LA PHOSPHOLIPASE C (PLC) : VOIE STAT : Le facteur épidermique via EGFR va aller activer préférentiellement STAT3 Lorsque les STAT sont phosphorylées par les JAK ellles forment des homodimères qui vont dans le noyau pour activer/inhiber la transcription REMARQUE : Les voies de signalisation sont toujours en action, le signal les accélère

4 Une même voie n a pas toujours le meme effet dans la cellule (dépend du contexte) C) LA PROTÉINE KINASE SRC PROTEINE KINASE SRC : protéine kinase cytoplasmique présente sur l EGFR STRUCTURE : 3 domaines avec une courte région Nter et un court domaine Cter - domaine SH3 - domaine SH2 - domaine kinase ACTIVATION : 1. Une phosphatase retire le phosphate inhibiteur 2. Une kinase phosphoryle un résidu tyrosine au niveau de la boucle d activation 3. Nef vient se fixer sur SH3 (modification tridimensionnelle) Il faut donc 3 info différentes pour activer cette protéine src, cette activation dépend de l intégration de signaux spécifiques, c est à dire : - le phosphate inhibiteur a t il été enlevé? oui = 1 ; non = 0 - le phosphate activateur a t il été ajouté? oui 1, non 0 - Nef est il présent? oui 1, non 0 seule la réponse 111 permet la transduction du signal FONCTON : - Src vient se fixer au niveau du carboxyle terminal de l EGFR elle va phosphoryler la tyrosine 845 ce qui induit l activation des voies mitogènes (si src est mutée elle va promouvoir à qui mieux mieux l effet prolifératif de l EGF) - Src phosphoryle Cbl (importante pr induire la dégradation de l EGFR par le protéasome) ce qui entraine la dégradation de Cbl (donc pas de dégradation de EGFR) - Src peut induire ses propres signaux mitogènes et de survie IV/ RTK ET CANCERS STRATÉGIE D INHIBITION DES RTK Stratégie - Ac anti ligand (empeche la liaison du ligand au récepteur) - Ac empêchant la dimérisation du récepteur - Inhibiteur pharmacologique de l activité tyrosine kinase But - Atteindre spécifiquement les cellules tumorales - Utiliser des cibles ou marquers spécifiques des cellules tumorales A) ANTICORPS ANTI EGFR Il en existe plusieurs, qui agissent spécifiquement sur l EGFr en empêchant sa dimérisation, à savoir trastuzumab, pertuzumab On observe que la survie sans rechute chez des patientes atteintes de cancer du sain localisé avec surexpression de Erb2, traitées au trastuzumab + chimiothérapie est supérieur à la survie sans rechute des patientes traitées avec une chimiothérapie seulement Il existe néanmoins des LIMITES : - il existe de nombreux récepteurs différents dans la famille de l EGF - la fixation d anticorps n entraine pas nécessairement une inhibition du récepteur (mutations!!!) - la cellule peut développer des mécanismes compensateurs (mutation hyperactivatrice des voies de signalisation sousjacentes) - l inhibition de l EGFR peut être toxique pour l organisme - traitement très cher (une perf = 1000 /sem)! Les anticorps anti EGFR sont INEFFICACES s il y a mutation activatrice du gène KRAS (KRAS = protéine en aval du récepteur, si ce dernier est inactivé mais que KRAS est hyperactive, inhiber le récepteur ne sert à rien). L AMM impose donc de rechercher ces mutations somatiques fréquentes (il y en a 7 en tout) avant tout traitement par Ac antiegfr (si présence de la mutation pas de traitement) COMMENT RECHERCHER CES MUTATION? Pas par séquençage : car technique très peu sensible (il y a un mélange de tissu sain et de tumeur) Mais par PCR : à partir de pièces d exérèse incluses en paraffine puis colorées à l HES, la zone tumorale est ensuite délimitée par l anatomopathologiste, puis on extrait et quantifie l ADN. Après cela on applique la technique de Taqman avec une sonde qui va se fixer sur la sequence normale avec une fluorescence donné et avec une sonde qui va se fixer sur la séquence mutée (généralement on essaie de placer le fluorophore le plus puissant au niveau de la séquence mutée

5 B) INHIBITEURS DE TYROSINE KINASE pr essayer d augmenter la détection des régions mutées). On regarde alors la fluorescence du signal à chaque cycle d amplification Il en existe de différent types (naturels comme la curcumine, artificiels le gleevec). Un problème existe, il y a un manque de spécificité de ces inhibiteurs (spécificité dépend de la dose + présence d effets secondaires) La LMC à cause du chromosome Philadelphie (translocation entre chromosome 9 et 22) donne une molécule hybride Bcr-Abl que l on cherche à inhiber. Bcr-Abl cytoplasmique favorise la prolifération et Bcr-Abl nucléaire (suite à un stress genotoxique) a un rôle pro-apoptotique. Lorsqu elle est anormale elle dérégule la cellule en interagissant avec de nombreuses autres voies (PI3K, MAPK etc ) L imatinib a donc été conçue pour inhiber l action de Bcr-Abl anormal MAIS les cellules ont fini par développer de nombreux mécanismes de résistance à ce médicament.

6 Blocage d un facteur transcriptionnel comme STAT3 par un oligonucléotide leurre. Quand STAT 3 est activé il va se fixer sur des séquences consensus situées dans le promotteur de certains gènes et donc réguler la transcription. Le but est de faire pénétrer dans la cellule des oligonucléotides leurres contenant la séquence consensus de STAT3 qui se fixe alors sur ces oligonucléotides dans le cytoplasme (il n active donc plus sa cible dans le noyau)

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Tumeurs solides Jacques Robert ISERM U916 Institut Bergonié Université de Bordeaux 2 Anomalies moléculaires des cancers Autosuffisance en facteurs de croissance

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Récepteurs tyrosine kinases et cancer

Récepteurs tyrosine kinases et cancer Récepteurs tyrosine kinases et cancer Olivier Schischmanoff Biochimie et biologie moléculaire CHU Avicenne 05 nov 2012 Bichat Plan Généralités sur la signalisation cellulaire Les récepteurs tyrosine kinase

Plus en détail

Récepteurs tyrosine kinases et cancer

Récepteurs tyrosine kinases et cancer Récepteurs tyrosine kinases et cancer Olivier Schischmanoff Biochimie et biologie moléculaire CHU Avicenne 08 nov 2010 Bichat Plan Généralités sur la signalisation cellulaire Les récepteurs tyrosine kinase

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1 INFORMATION SUR L ORGANISATION REGIONALE DES TESTS MOLECULAIRES INDIQUES EN PRATIQUE CLINIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX 24 septembre 2008 Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1.

Plus en détail

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Pharmacologie n 10 Jeudi 16/12/10 10h30-12h30 Pr Fabien CALVO Ronéotypeuse: GOUVEIA Morgane Ronéolectrice : DESGURSE Margot LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Introduction I. Thérapies ciblées et cancer

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Année universitaire 2011-2012 MED-2 - Enseignements Thématiques Bases moléculaires et cellulaires des pathologies Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Planches pour le Campus Virtuel

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE INTRODUCTION LA CELLULE CANCEREUSE Mécanismes impliqués dans la transformation oncogénique et dans l interaction des cellules cancéreuses avec leur micro-environnement Dr Eric GUERIN Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Les chimiothérapies du cancer colorectal : Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Insulinorésistance et cancers

Insulinorésistance et cancers Insulinorésistance et cancers L insulinorésistance est présente dans de nombreuses situations comme (Godsland I.F. 2009) : - Le vieillissement ; - La sédentarité ; - L obésité abdominale ; - Le diabète

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Un tour de cycle des cellules de mammifères

Un tour de cycle des cellules de mammifères Un tour de cycle des cellules de mammifères Combinatoire des complexes Cycline-Cdk Association de cyclines + Cdk Gestion du cycle cellulaire Fenêtres temporelles, contrôle: - synthèse/dégradation des cyclines

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

La régulation de la prolifération cellulaire (2)

La régulation de la prolifération cellulaire (2) C 25, Pr BERGERAT Pauline BOIREAU Cours du 21.10.2011 15h à 16h Elodie CASTILLE Master Cancérologie La régulation de la prolifération cellulaire (2) F. Rôle de c-myc dans le contrôle de la prolifération

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 QCM 1. La température de fusion (Tm) d une molécule d ADN : A. est mise en évidence par l augmentation

Plus en détail

ARF1 contrôle la migration des cellules hautement invasives du cancer du sein via Rac1

ARF1 contrôle la migration des cellules hautement invasives du cancer du sein via Rac1 Université de Montréal ARF1 contrôle la migration des cellules hautement invasives du cancer du sein via Rac1 par Sebastian Lewis-Saravalli Département de pharmacologie, Université de Montréal Faculté

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

Signalisation insuline en physiologie et pathologie

Signalisation insuline en physiologie et pathologie UE Métabolisme Energétique P Ferré 2006-2007 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie Jacqueline Capeau Signalisation insuline en physiologie et pathologie Métabolisme énergétique en situation post-prandiale

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite)

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) 14/04/2015 BOUILLOUX Elsa L2 (CR : Hamza Berguigua) BMCP Pr.OUAFIK 8 pages Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) Plan A. Angiogenèse tumorale I. Sources des facteurs angiogéniques II. Régulation des facteurs

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Le récepteur de l insuline

Le récepteur de l insuline Le récepteur de l insuline Tarik ISSAD Directeur de Recherche CNRS Institut Cochin Département de Biologie Cellulaire 22 rue Méchain, 75014 PARIS issad@cochin.inserm.fr 1. Quelques rappels : le rôle de

Plus en détail

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance 11/02/2014 LETOUCHE Marie-Lou L2 BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 12 pages Relecteur n 3 BMCP Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010

Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010 Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010 1/ Introduction / définition 2/ Moyens d investigation 3/ Pharmacogénétique des enzymes du métabolisme 4/ Pharmacogénétique des cibles 5/ La pharmacogénétique en

Plus en détail

Génétique et épigénétique

Génétique et épigénétique Le génome : avancées scientifiques et thérapeutiques et conséquences sociales The genome: scientific and therapeutic developments and social consequences 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier

Plus en détail

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2)

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) 31/03/15 BASTOS REINALDO Julia L2 BMCP Pr OUAFIK 6 pages CR : Borg Manon Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) Plan: A. Gènes suppresseurs de tumeur I. Généralités / définition II. Découverte III.

Plus en détail

Dr P de Cremoux, Dr L Teixeira, Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot

Dr P de Cremoux, Dr L Teixeira, Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot Introduction aux récepteurs de facteurs de croissance et pertinence clinique Dr P de Cremoux, Dr L Teixeira, Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot Récepteurs de facteurs de croissance Liaison au

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE

DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE DIVERSITE DES CANCERS Dans les causes (génétiques, environnementales, comportementales) Dans le pronostic : certains sont presque toujours guéris

Plus en détail

ETUDE DE LA TRIMETHYLATION DE LA LYSINE 27 DE L HISTONE L H3 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE Marjolaine NGOLLO Doctorante en première année 15/02/2013 Directeur de thèse: Professeur L. GUY DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES

Plus en détail

À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS

À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS À LA RECHERCHE DE MEILLEURS RÉSULTATS v Les nouveaux cytosta.ques v L associa.on de plusieurs cytosta.ques v L augmenta.on des doses v Les modalités d administra.on v La place dans le temps v L extension

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Alzheimer et innovation thérapeutique. Dominique SOMME

Alzheimer et innovation thérapeutique. Dominique SOMME Alzheimer et innovation thérapeutique Dominique SOMME Domaine extracellulaire sapp bêta APP sappalpha: rôle neurotrophique Abêta Bêta sécrètase (BACE1) Abêta Pas de formation de Abêta Gamma sécrètase

Plus en détail

Polykystose hépatique. ADPK(L)D Histologie. Cytokératine 7. Mucicarmin

Polykystose hépatique. ADPK(L)D Histologie. Cytokératine 7. Mucicarmin olykystose hépatique ADK(L)D Histologie Cytokératine 7 A B HES C Mucicarmin D rolifération cellulaire (C. Housset) 1.1. Le cycle cellulaire 1. Le cycle cellulaire 2. oints de contrôle du cycle cellulaire

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca Nous avons étudiés en détaille la structure et la régulation des différents

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine Organisée par Hugues de Thé, Membre de l Académie des sciences & Guy Leverger, Membre de l Académie nationale de médecine La médecine

Plus en détail

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Partie 1 - Oncogènes dominants, - Oncogènes récessifs, suppresseurs de tumeur - Convergence et ciblage des fonctions Oncogènes physiologiquement

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Signalisation cellulaire. Cours n 2 (19/09/13)

Signalisation cellulaire. Cours n 2 (19/09/13) Signalisation cellulaire Cours n 2 (19/09/13) C) Les protéines de la signalisation : Les protéines kinases Les protéines phosphatases Les Guanosines Triphosphatases (GTPases) Les protéines adaptatrices

Plus en détail

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Mise à jour: 28 03 07 BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 44 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Résumé du mécanisme Hormones impliquées Récepteur Protéine G Phospholipase C Protéine kinase C

Plus en détail

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES.

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. Modification épigénétiques : viennent s ajouter à la séquence nucléotidique. La séquence nucléotidique est transmise intacte de la cellule mère à la cellule fille.

Plus en détail

Actualités de l année en. oncologie

Actualités de l année en. oncologie Actualités de l année en Le cru 2015 oncologie Angers,, Jeudi 5 mars 2015, Journées FMC Médecins généralistes Actualités et nouveautés Biologie Prévention Diagnostic précoce Traitements Cancérogenèse Sport

Plus en détail

étude des voies de signalisation

étude des voies de signalisation Olivier Lascols Faculté de Médecine ierre et Marie Curie Stratégie d éd étude des voies de signalisation 1 I. Caractérisation risation d une d voie de transduction d un d signal Exemple du Signal Mitogénique

Plus en détail

Cytogénétique et biologie moléculaire

Cytogénétique et biologie moléculaire Cytogénétique et biologie moléculaire apport au diagnostic, à l évaluation pronostique et au suivi des hémopaties malignes C Bastard, DESC, 21 septembre 2009 Pourquoi est-ce possible? Parce que les anomalies

Plus en détail

Audrey ROUSSEAU MCU-PH Département de Pathologie Cellulaire et Tissulaire CHU ANGERS aurousseau@chu-angers.fr

Audrey ROUSSEAU MCU-PH Département de Pathologie Cellulaire et Tissulaire CHU ANGERS aurousseau@chu-angers.fr Audrey ROUSSEAU MCU-PH Département de Pathologie Cellulaire et Tissulaire CHU ANGERS aurousseau@chu-angers.fr LES GLIOMES DIFFUS Infiltration diffuse parenchyme cérébral Résection chirurgicale complète

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif.

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif. 32 -... Pour pouvoir pénétrer dans le noyau, les protéines nucléaires possèdent toutes au sein de leur séquence le même signal de localisation nucléaire. 33 -... Dans son état inactif, la sous-unité a

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 2 : Le cycle cellulaire Professeur François BERGER Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Coordonnée: Activité de

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCEMIE

REGULATION DE LA GLYCEMIE REGULATION DE LA GLYCEMIE Approvisionnement continu en glucose cellules activité métabolique normale. Constance remarquable de la glycémie : 4-6 mmol/l (0,7-1,1 g/l) Régulation étroite. Exemple : SNC Besoins

Plus en détail

Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs

Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux thérapies ciblées dans les cancers digestifs Géraldine Perkins To cite this version: Géraldine Perkins. Marqueurs moléculaires prédictifs de réponse aux

Plus en détail

Dr Véronique Haddad SERVICE DE BIOLOGIE DES TUMEURS CHU de BORDEAUX

Dr Véronique Haddad SERVICE DE BIOLOGIE DES TUMEURS CHU de BORDEAUX Dr Véronique Haddad SERVICE DE BIOLOGIE DES TUMEURS CHU de BORDEAUX Cancer = tumeur maligne formée à partir d'une cellule initialement normale qui se transforme grâce à une accumulation d événements moléculaires

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

Thérapies Ciblées en Cancérologie

Thérapies Ciblées en Cancérologie Dr MAES Centre Bourgogne - Polyclinique du Bois Clinique de la Victoire 05/06/2016 Révolution médicale? Oui. Chimiothérapie = attaque toutes les cellules en division cellulaire, = non spécifique. Définition

Plus en détail