Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire."

Transcription

1 Antiarythmiques Item 236 : Fibrillation auriculaire. Présentation Les antiarythmiques sont des médicaments utilisés en cardiologie dans le traitement et la prévention des arythmies supraventriculaires et ventriculaires. Le défibrillateur automatique implantable (DAI) doit être discuté en cas d arythmie ventriculaire grave. Contexte de soin Fibrillation auriculaire (FA) : la FA est une pathologie très fréquente en médecine avec une prévalence qui augmente avec l âge ; la FA peut être : - paroxystique : durée < 7 jours, réduction spontanée, - persistante : durée > 7 jours, nécessité d une cardioversion électrique ou médicamenteuse, - permanente ; devant une FA, se discutent 2 stratégies dans la prise en charge thérapeutique : - soit un traitement ralentisseur : il repose sur l utilisation soit des bêtabloquants, soit de la digoxine, soit des inhibiteurs calciques bradycardisants, - soit un traitement pour réduire la FA : antiarythmiques de classe Ic ou classe III, 26 Pharmaco aux ECN

2 - à noter : l étude AFFIRM (Atrial Fibrillation Follow up Investigation of Rythm Management) qui avait inclus des patients âgés de plus de 60 ans, en FA paroxystique ou persistante, n a pas retrouvé de différence significative, concernant la mortalité, entre les 2 stratégies thérapeutiques. complications importantes de la FA : AVC +++, insuffisance cardiaque. Arythmie ventriculaire : en cas d arythmie ventriculaire, l amiodarone ++ et la lidocaïne gardent leur place dans la prise en charge du patient en urgence (néanmoins, si arythmie ventriculaire mal tolérée : faire un choc électrique externe en urgence) ; au cours d une arythmie ventriculaire grave (syncope, mort subite récupérée), il faut adresser le patient au rythmologue en vue de l implantation d un (DAI) : les indications tiennent compte du type de cardiopathie sous-jacente (ischémique ou pas), de la fraction d éjection (FE) du ventricule gauche (FE 35 %) et des comorbidités du patient. Classification Tableau 1 : Classification des antiarythmiques (Vaughan-Williams) Classe Action Médicaments Principaux effets secondaires Classe Ia Blocage des canaux sodiques Hydroquinidine (Serecor ) Disopyramide (Rythmodan ) TdP (torsades de pointe), hypotension, diarrhée Classe Ib Blocage des canaux sodiques Lidocaïne (Xylocard ) Troubles neurologiques, bradycardie Classe Ic Blocage des canaux sodiques Flecaïnide (Flécaïne ) Propafénone (Rythmol ) Insuffisance cardiaque, TV ++ Classe II Bêtabloquant Aténolol, acébutolol, nadolol, métoprolol (Voir fiche «Bêtabloquants», page 37) Antiarythmiques 27

3 Classe III Prolonge la repolarisation Sotalol (Sotalex ) Amiodarone (Cordarone ) Dronedarone (nouvelle molécule en cours d étude) - Amiodarone : toxicité pulmonaire, dysthyroïdies, toxicité hépatique, allongement QT - Sotalol : TdP, bronchospasme, poussée d insuffisance cardiaque Classe IV Blocage des canaux calciques Vérapamil (Isoptine ) Diltiazem (Tildiem ) (Voir fiche «Inhibiteurs calciques», page 41) À retenir 28 Pharmaco aux ECN Antiarythmiques de classe I Propriétés pharmacologiques : blocage des canaux sodiques rapides ; conséquence : diminution de la vitesse de dépolarisation initiale du potentiel d action (PA), diminution de la vitesse de propagation du PA et allongement de la période réfractaire effective ; on distingue 3 sous-groupes d antiarythmiques de classe I dont les propriétés pharmacologiques diffèrent : - classe Ia : action modérée sur la phase 0 et allongement de la durée du PA, - classe Ib : action minime sur la phase 0 et diminution de la durée du PA, - classe Ic : action marquée sur la phase 0 et pas d effet sur la durée du PA ; le blocage des canaux sodiques rapides peut aussi être à l origine d effets néfastes : effet proarythmogène et action inotrope négative ; à noter : - le propafénone présente aussi des propriétés bêtabloquantes ++, - le dysopiramide présente aussi des propriétés anticholinergiques ++. Effets secondaires : flécaïne : - risque de transformation d une FA en flutter avec conduction ventriculaire rapide ++ (donc ajouter un bêtabloquant ou un

4 inhibiteur calcique afin de ralentir la conduction auriculo-ventriculaire en cas de prescription de flécaïne), - dysfonction sinusale, - trouble de conduction auriculo-ventriculaire, - effets PROARYTHMOGÈNES : flutter, arythmie ventriculaire, - troubles neurosensoriels, - troubles digestifs ; lidocaïne : - troubles neurologiques ++ avec agitation, délire, - bradycardie, - hypotension artérielle ; quinidiniques : - réactions idiosyncrasiques +++, - troubles digestifs, diarrhée ++, - hypotension, - effets proarythmogènes, - toxicité hématologique par mécanisme immunoallergique ; disopyramide : - effets atropiniques +++ : constipation, rétention aiguë d urines, sécheresse buccale, trouble de l accommodation, - effets proarythmogènes, - troubles de conduction, - poussée d insuffisance cardiaque. Indications : flécaïne : FA, troubles du rythme supraventriculaire ; lidocaïne : troubles du rythme ventriculaire ; quinidiniques : peu utilisées. Contre-indications : flécaïne : insuffisance cardiaque, coronaropathie, IDM, BAV de type II ou III non appareillé, dysfonction sinusale ; lidocaïne : BAV complet, antécédents neuropsychiatriques, allergie, épilepsie non contrôlée ; quinidiniques : allergie connue aux quinidiniques, BAV de 2e ou 3e degré non appareillé, dysfonction sinusale, myasthénie, insuffisance cardiaque, IDM. Antiarythmiques 29

5 Bêtabloquants Voir fiche «Bêtabloquants», page 37. Antiarythmiques de classe III Propriétés pharmacologiques : prolongement de la durée du potentiel d action (PA), en ralentissant la repolarisation ; sotalol : blocage de Ikr (canal potassique) et action bêtabloquante ; amiodarone : - substance iodée, - blocage des canaux potassiques (conséquence : allongement de la durée du potentiel d action), - blocage partielle des canaux sodiques, - agit aux 3 étages : auriculaire, ventriculaire et auriculo-ventriculaire, - ralentissement de l automatisme sinusal et de la conduction auriculoventriculaire, - métabolisme hépatique, - DEMI-VIE LONGUE +++. Effets secondaires : sotalol : - allongement du QT avec risque de TdP, - bronchospasme, - poussée d insuffisance cardiaque, - crise d asthme ; amiodarone : - au niveau extracardiaque : hyperthyroïdie (il faut alors arrêter la cordarone), hypothyroïdie, pneumopathie interstitielle avec fibrose pulmonaire, dépôts cornéens, hépatite médicamenteuse, photosensibilisation, neuropathie périphérique, - au niveau cardiaque : allongement du segment QT, bradycardie, dysfonction sinusale, trouble de conduction auriculo-ventriculaire, hypotension. Indications : amiodarone : - FA, troubles du rythme supraventriculaire, - troubles du rythme ventriculaire ; 30 Pharmaco aux ECN

6 sotalol : - FA, troubles du rythme supraventriculaire, - prévention troubles du rythme ventriculaire, - intérêt dans la cardiopathie ischémique (en l absence de dysfonction significative du ventricule gauche). Contre-indications : amiodarone : - dysfonction sinusale, - BAV de type II ou III non appareillé, - hyperthyroïdie, - allergie à l iode, - grossesse et allaitement, - médicaments allongeant le QT ; sotalol : - allongement du segment QT, - dysfonction du VG, insuffisance cardiaque, - troubles de conduction, - artérite sévère, - asthme. Inhibiteurs calciques Voir fiche «Inhibiteurs calciques», page 41. Pour marquer des points Contre-indication de la flécaïne si dysfonction du VG, si IDM. En cas de prescription de sotalol, analyse et surveillance régulière du segment QT. En cas de prescription de cordarone : surveillance TSH ; surveillance bilan hépatique ; surveillance ECG, holter ECG ; recherche de dyspnée et réalisation d une radio du thorax (cordarone au long cours). Antiarythmiques 31

7 Pour la fibrillation auriculaire : utilisation d antiarythmiques en vue d une cardioversion médicamenteuse et pour le maintien du patient en RS (rythme sinusal) : - soit la flécaïne (antiarythmique de classe Ic), - soit la cordarone (antiarythmique de classe III), - le choix entre les 2 médicaments dépend de la présence ou pas de comorbidités (voir figure page suivante) : coronaropathie, hypertrophie ventriculaire gauche, HTA, insuffisance cardiaque ; association systématique au traitement ANTICOAGULANT ; ANTICOAGULATION efficace pendant au moins 3 semaines sinon échographie transœsophagienne pour éliminer un thrombus intra-auriculaire avant cardioversion médicamenteuse ou électrique ; le score CHADS2 permet de stratifier le risque thromboembolique du patient en FA (voir tableau 2 ci-dessous). Facteurs de risque Score C Insuffisance Cardiaque 1 H Hypertension 1 A Âge > 75 ans 1 D Diabète 1 S Stroke (antécédent d AVC) 2 Tableau 2 : Score CHADS2 utilisé dans la stratification du risque thromboembolique du patient ayant une FA. Pour les patients avec un score CHADS2 > 2 : indication d un traitement anticoagulant. Pour les patients à bas risque (score CHADS2 entre 0 et 1) : aspirine 325 mg/jour. À noter : l arrivée probable d un nouvel antiarythmique de classe III, la 32 Pharmaco aux ECN dronédarone : c est un apparenté à l amiodarone mais sans iodine (élément responsable des effets secondaires au long cours de l amiodarone) ; toxicité moindre par rapport à l amiodarone ; contre-indication en cas d insuffisance cardiaque (étude ANDROMEDA, NEJM 2008).

8 En cas de FA paroxystique récidivante, une ablation de la FA peut être proposée dans des centres spécialisés. Proposition implantation d un DAI en cas d arythmie ventriculaire grave. Maintenir un rythme sinusal Absence de maladies cardiaques Flécaïnide Propafénone Sotalol Amiodarone ou ablation Coronaropathie Sotalol Amiodarone ou ablation Hypertension Présence de HVG Absence de HVG Cordarone Flécaïnide Propafénone Sotalol Ablation Amiodarone ou ablation Insuffisance cardiaque Cordarone Ablation Figure : Algorythme adapté d après les recommandations 2006 de l ACC/AHA/ ESC : antiarythmiques en vue de maintenir un rythme sinusal chez les patients ayant une FA récurrente ou persistante Antiarythmiques 33

9 Digitaliques Item 236 : Fibrillation auriculaire. 34 Pharmaco aux ECN Présentation Les digitaliques sont des molécules antiarythmiques utilisées en cardiologie surtout pour ralentir une fibrillation auriculaire. Elles sont à éviter chez le sujet ayant une insuffisance rénale (digoxine). On peut utiliser soit la digoxine, soit l hémigoxine (la moitié de la molécule de digoxine) si le sujet est âgé ou s il présente une insuffisance rénale débutante. Digoxine et hémidigoxine ont, en dehors du dosage, les mêmes propriétés. Contexte de soin La digoxine est surtout utilisée comme traitement ralentisseur dans la fibrillation auriculaire (FA). Ne pas oublier d associer le traitement anticoagulant dans la FA. À retenir Propriétés pharmacologiques : la digoxine inhibe la pompe Na+/K+ ATPase membranaire. Cette pompe permet l échange Na + /K + au travers de la membrane cellulaire. L inhibition de cette pompe entraîne une augmentation de la concentration intracellulaire de Na +, ce qui provoque, dans un second temps, une augmentation du calcium intracellulaire, grâce à l action de l échangeur

10 sodium-calcium. Cette augmentation du calcium intracellulaire est à l origine de l effet inotrope positif de la digoxine ; autres effets de la digoxine : ralentissement de la fréquence cardiaque, ralentissement de la conduction auriculo-ventriculaire, effet proarythmogène (en cas de surdosage) ; attention : la digoxine et les ions K+ entrent en compétition au niveau de la pompe Na+/K+ ATPase membranaire. Ainsi, l hypokaliémie peut entraîner de façon dangereuse une augmentation des effets de la digoxine. Effets secondaires : dysfonction sinusale ; bloc auriculo-ventriculaire ; troubles du rythme ventriculaire ; en cas de surdosage : troubles neurosensoriels (vertiges, céphalées), troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhée), arythmie ventriculaire ; allergie cutanée (rare). Indications : traitement ralentisseur des troubles du rythme supraventriculaire : FA ++, flutter ; insuffisance cardiaque, surtout en cas de FA associée. Contre-indications : bloc auriculo-ventriculaire du 2 e ou du 3 e degré (non appareillé) ; dysfonction sinusale ; maladie de l oreillette ; hyperexcitabilité ventriculaire ; syndrome de Wolff- Parkinson-White; cardiomyopathie hypertrophique obstructive ; RAC serré ; hypokaliémie ; hypercalcémie ; infarctus du myocarde ; calcium en injection intraveineuse : contre-indication formelle +++. Interactions médicamenteuses : risque de bradycardie importante et de troubles de conduction en cas d association avec la cordarone, les bêtabloquants et les inhibiteurs calciques bradycardisants ; quinidiniques. Digitaliques 35

11 Pour marquer des points Toujours analyser l ionogramme et la fonction rénale avant prescription de digoxine. Avant cardioversion électrique (choc électrique externe) d une FA : arrêt de la digoxine au moins 3 jours avant. SURVEILLANCE régulière : ECG, FONCTION RÉNALE, KALIÉMIE (surtout si prescription de diurétiques), DIGOXINÉMIE. Connaître les signes de surdosage en digoxine. Signes ECG d imprégnation digitalique : ralentissement de la fréquence cardiaque (environ 70 bpm), discret allongement de l intervalle PR, aplatissement de l onde T, cupule digitalique (segment ST). RÉDUIRE LA POSOLOGIE en cas d INSUFFISANCE RÉNALE et chez le SUJET ÂGÉ. Traitement ralentisseur de la fibrillation auriculaire : digoxine ; on peut aussi utiliser soit les bêtabloquants, soit les inhibiteurs calciques bradycardisants (diltiazem, vérapamil). Contre-indication de la digoxine, des inhibiteurs calciques bradycardisants et des bêtabloquants en cas de FA sur WPW. 36 Pharmaco aux ECN

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA)

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) F. Hidden-Lucet Pitié-Salpétrière francoise.hidden-lucet@psl.aphp.fr Avril 2015

Plus en détail

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1).

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1). SURVEILLANCE CLINIQUE DES ANTIARYTHMIQUES EN SOINS CRITIQUES Jean-Luc Beaumont, infirmier clinicien spécialisé en soins infirmiers cardiovasculaires et respiratoires Les antiarythmiques constituent, en

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

La fibrillation auriculaire (236a) Docteur Pascal DEFAYE, Professeur Gérald VANZETTO Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

La fibrillation auriculaire (236a) Docteur Pascal DEFAYE, Professeur Gérald VANZETTO Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) La fibrillation auriculaire (236a) Docteur Pascal DEFAYE, Professeur Gérald VANZETTO Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie et physiologie Sémiologie clinique Sémiologie paraclinique

Plus en détail

Cardiomyopathie hypertrophique

Cardiomyopathie hypertrophique Titre du document (En-tête) LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiomyopathie hypertrophique Protocole national de diagnostic et de soins pour les maladies rares Août 2011 HAS/Nom

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE

FIBRILLATION AURICULAIRE Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours FIBRILLATION AURICULAIRE P. Nardo, D. Shah, H. Burri, Ph. Meyer Service de médecine de premier

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN)

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) Tous les troubles du rythme naissant au-dessous de la bifurcation du faisceau de His. Ils comprennent : les extra-systoles ventriculaires, les tachycardies

Plus en détail

236 - FIBRILLATION AURICULAIRE JM Fauvel 2009

236 - FIBRILLATION AURICULAIRE JM Fauvel 2009 236 - FIBRILLATION AURICULAIRE JM Fauvel 2009 Plan 1. Généralités 2. Définition et aspect électrocardiographique 2.1. La fibrillation auriculaire (FA) 2.2. Les ventriculogrammes 2.3. Arythmies associées

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, août 2014 1 Situation infirmière

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Physiopathologie Le cœur: Muscle creux qui, par sa contraction rythmique, assure la progression du sang à l intérieur

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte

Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte Principales canalopathies à l'origine d'arythmies ventriculaires graves chez l'adulte Camilleri Elise DESC de réanimation médicale 2 ème année Juin 2010 Quel contexte en réanimation? Patient admis pour

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Prise en Charge de la Fibrillation Auriculaire

Prise en Charge de la Fibrillation Auriculaire Prise en harge de la Fibrillation uriculaire Prise en harge de la Fibrillation uriculaire: recommandations ES 2010 et 2012. Traduites pour le site de la cardiologie francophone par les Drs arlos El-Khoury

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Les pathologies cardiaques

Les pathologies cardiaques Ce chapitre décrit très sommairement les différentes pathologies cardiaques susceptibles d être repérées en étudiant un enregistrement Holter. Le but, ici, n est pas d analyser précisément leurs origines,

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail. Dr JY Tabet

Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail. Dr JY Tabet Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail Dr JY Tabet Les maladies cardiovasculaires sont nombreuses, et il existe de multiples interactions entre les pathologies. Plusieurs

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION REPARTITION DES PATIENTS 2003 % 100 80 60 40 60,10% 39,90% 59,10% 40,90% 20 0 77,4 ans 80 ans 78,1 ans 80,6 ans primo-implantations

Plus en détail

La fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire La fibrillation auriculaire La fibrillation auriculaire (FA ) est l arythmie la plus fréquente. Le système de conduction auriculoventriculaire (A-V) est bombardé de stimulis électriques amenant une réponse

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

Arythmies de l enfant et de l adolescent

Arythmies de l enfant et de l adolescent Arythmies de l enfant et de l adolescent Palpitations Syncope, mort subite Myocardiopathie rythmique Post-opératoire < 1 an (récidives, diagnostic tardif) Palpitations Antécédents, description, ECG (onde-

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES La systole ventriculaire débute avec le QRS et s achève à la fin de l onde T. Elle englobe ainsi les phases de dépolarisation et de repolarisation des ventricules.

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

ECG de l athlète, ce qu il faut savoir

ECG de l athlète, ce qu il faut savoir ECG de l athlète, ce qu il faut savoir Journée de la SMSB Brest 06 juin 2009 François Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 Inserm U 642 Bilan cardiovasculaire de base, recommandations européennes

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

La cardioversion est utilisée dans 2 situations différentes :

La cardioversion est utilisée dans 2 situations différentes : 1 INTRODUCTION La cardioversion est un acte de cardiologie particulier, douloureux et désagréable, qui nécessite pour le patient qui la subit, une anesthésie de courte durée. C est un mode de traitement

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

RECOMMANDATIONS / RECOMMANDATIONS. Ann. Fr. Med. Urgence DOI 10.1007/s13341-015-0554-3. Reçu le 1 er juillet 2015 ; accepté le 16 juillet 2015

RECOMMANDATIONS / RECOMMANDATIONS. Ann. Fr. Med. Urgence DOI 10.1007/s13341-015-0554-3. Reçu le 1 er juillet 2015 ; accepté le 16 juillet 2015 Ann. Fr. Med. Urgence DOI 10.1007/s13341-015-0554-3 RECOMMANDATIONS / RECOMMANDATIONS Prise en charge de la fibrillation atriale en médecine d urgence. Recommandations de la Société française de médecine

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

La myocardiopathie hypertrophique obstructive

La myocardiopathie hypertrophique obstructive La myocardiopathie hypertrophique obstructive SERVICE DE DR IMEN TRABELSI SAHNOUN CARDIOLOGIE - EPS HÉDI CHAKER SFAX FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE: DCEM1 Table des matières Table des matières

Plus en détail

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et GARDEZ LE RYTHME 2 6 5 8 7 8 2 9 1 10 4 7 3 6 1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et inférieure 8.

Plus en détail

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus ACLS SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins avancés en pédiatrie (APLS)

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction chez l enfant

Troubles du rythme et de la conduction chez l enfant 4-071-A-70 Troubles du rythme et de la conduction chez l enfant E. Villain La connaissance et le traitement des troubles du rythme de l enfant ont progressé grâce aux progrès de la pharmacologie, de la

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Folia veterinaria Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Les principaux traitements à instaurer chez le chien insuffisant cardiaque sont passés en revue en insistant sur les critères de

Plus en détail

Surveillance cardiaque des patients souffrant de sclérose en plaques débutant un traitement par fingolimod Recommandations d experts

Surveillance cardiaque des patients souffrant de sclérose en plaques débutant un traitement par fingolimod Recommandations d experts Surveillance cardiaque des patients souffrant de sclérose en plaques débutant un traitement par fingolimod Recommandations d experts Michael Kühne a, Lucka Sekoranja b, Tobias Derfuss c, Myriam Schluep

Plus en détail

Recommandations Européennes pour la pratique sportive par le cardiaque

Recommandations Européennes pour la pratique sportive par le cardiaque Recommandations Européennes pour la pratique sportive par le cardiaque DU Cardio Sport Paris 2010 François Carré INSERM U 642 Dépistage des cardiopathies chez les sportifs Bilan de non contre-indication

Plus en détail

Syndrome du QT court familial

Syndrome du QT court familial Syndrome du QT court familial Auteurs : Jean-Marie Lupoglazoff 1,2, Isabelle Denjoy 2,3 1 Unité de cardiologie néonatale, hôpital Robert-Debré, 75935 Paris Cedex 19. 2 Inserm U582, Institut de myologie,

Plus en détail

Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire. Mise à jour de la version française

Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire. Mise à jour de la version française RECOMMANDATIONS Rédaction : E. Aliot Comité de rédaction : M. Chauvin, J.C. Daubert, R. Frank, G. Jondeau, J.F. Leclercq et J.Y. Le Heuzey Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire.

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI)

Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI) Cardiologie 1 Olivier Bourgeois-Chabot Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI) Wendy Camacho Conseillère en soins infirmiers, soins intensifs, Direction des soins

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE MOTIF DE CONSULTATION Douleur basi-thoracique gauche à type de construction survenant au repos sans irradiation

Plus en détail

Jeudi 26 mai - Salle Borely 1 ère Formation Pratique de Rythmologie interventionnelle

Jeudi 26 mai - Salle Borely 1 ère Formation Pratique de Rythmologie interventionnelle Jeudi 26 mai - Salle Borely 1 ère Formation Pratique de Rythmologie interventionnelle 10:30 I Café d accueil 10:45 I Accueil des participants et discours d ouverture 11:00 I MISE AU POINT SUR LA RYTHMOLOGIE

Plus en détail

La liste des questions pour l examen de Cardiologie pour les étudiants de la 4ieme année de la Faculté de Médicine

La liste des questions pour l examen de Cardiologie pour les étudiants de la 4ieme année de la Faculté de Médicine La liste des questions pour l examen de Cardiologie pour les étudiants de la 4ieme année de la Faculté de Médicine 1. Les explorations cardiovasculaires paracliniques invasives et non-invasives. 2. L évaluation

Plus en détail

La Cardiomyopathie Dilatée

La Cardiomyopathie Dilatée 1 La Cardiomyopathie Dilatée Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients atteints de la

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Défibrillation de l enfant : Quelles indications? Quels enjeux?

Défibrillation de l enfant : Quelles indications? Quels enjeux? Chapitre 99 Défibrillation de l enfant : Quelles indications? Quels enjeux? A. DUVAL, A. SWITONSKI, J.F. DIEPENDAELE, E. WIEL, P. GOLDSTEIN Points essentiels L arrêt cardiaque de l enfant n est qu exceptionnellement

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME CARDIAQUE

TROUBLES DU RYTHME CARDIAQUE DOSSIER 13 TROUBLES DU RYTHME CARDIAQUE QUAND LE CŒUR PERD LA MESURE Phanie Les troubles du rythme cardiaque sont des affections fréquentes et très hétérogènes. Certains passent inaperçus, d autres sont

Plus en détail

Stratification du risque dans les arythmies d'origine génétique

Stratification du risque dans les arythmies d'origine génétique 32 Stratification du risque dans les arythmies d'origine génétique Dr méd. Thomas Wolber Médecin-chef, clinique de cardiologie de l Hôpital Universitaire de Zurich 1. Le syndrome congénital du QT long

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Traitement pharmacologique des troubles du rythme

Traitement pharmacologique des troubles du rythme 11-036-B-40 Traitement pharmacologique des troubles du rythme S. Dinanian Le traitement pharmacologique des troubles du rythme repose sur le bon usage des molécules antiarythmiques. Elles sont utilisées

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Les anomalies de la conduction cardiaque. R. Grolleau (Montpellier)

Les anomalies de la conduction cardiaque. R. Grolleau (Montpellier) Les anomalies de la conduction cardiaque R. Grolleau (Montpellier) Le rythme cardiaque normal naît dans des cellules dites automatiques (spontanément dépolarisées) du noeud sinusal. Ces cellules sous l

Plus en détail

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique?

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? Dominique Lacroix Université de Lille, L i l l e 2 Université du Droit et de la

Plus en détail

COMMISSION MÉDICALE CERTIFICAT MEDICAL «JOUEUR» SAISON 2013 / 2014

COMMISSION MÉDICALE CERTIFICAT MEDICAL «JOUEUR» SAISON 2013 / 2014 اإلتحادية الجزائرية لكرة القدم FEDERATION ALGERIENNE DE FOOTBALL الرابطة الجهوية لكرة القدم باتنة LIGUE REGIONALE DE FOOTBALL BATNA الرابطة الوالئية لكرة القدم بسكرة LIGUE DE FOOTBALL WILAYA DE BISKRA

Plus en détail

Médicaments et risque d allongement d

Médicaments et risque d allongement d Médicaments et risque d allongement d de l intervalle l QT et/ou de TdP Jacques Caron Centre de Pharmacovigilance de Lille 3 octobre 2013 L intervalle QT Intervalle ECG Mesuré en seconde ou en ms R ECG

Plus en détail

DONNÉES ÉCHOGRAPHIQUES ÉVOQUANT

DONNÉES ÉCHOGRAPHIQUES ÉVOQUANT LE POINT SUR... La cardiomyopathie hypertrophique : Les nouvelles recommandations de l ESC Olivier Dubourg *, Nicolas Mansencal *, Philippe Charron ** Centre de référence des maladies cardiaques héréditaires,

Plus en détail