Les boissons, une énergie imperceptible?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les boissons, une énergie imperceptible?"

Transcription

1 la lettre de l Institut Danone TRIBUNE Les boissons, une énergie imperceptible? Dr Marie-Laure Frelut DOSSIER La restauration scolaire : évolution et contraintes réglementaires Marie-Line HUC N 80 - Juillet 2006

2 TRIBUNE Les deux seuls liquides consommés par tous les mammifères sont le lait maternel et l eau. Leurs valeurs symboliques diffèrent : la douceur du lait contraste avec l ambiguïté de l eau qui sauve et noie. répondent aux besoins en énergie. Oui, mais... la sédentarité gagne du terrain. Les boissons sucrées ne seraient donc co-responsables de l épidémie d obésité que parce que la dépense d énergie est insuffisante. Le lait, aliment exclusif du nourrisson, est nourriture et boisson. Jusqu à six mois, celui-ci n a pas d autre besoin. Cette valeur change avec l âge : au goûter, chez l enfant, au petit-déjeuner chez l adulte, le lait devient boisson. Les cartes se brouillent : les jus de fruits, les infusions, certains sodas ont parfois commencé leurs carrières comme médicaments avant d atteindre une célébrité planétaire de boisson de l énergie. L histoire suit son cours à grand renfort de publicité. La consommation flambe. L eau disparaît de la table de certaines familles. L obésité augmente. Les questions surgissent, les études épidémiologiques tentent d y répondre : le verdict tombe. L excès de consommation de sodas et boissons sucrées est corrélé, chez les enfants, à une prise de poids excessive. Corrélation n est pas cause. Le débat s enflamme : la diminution de la consommation de ces boissons permet de stabiliser la prévalence de l obésité là où elle s accroît en l absence d intervention. Moins d énergie consommée mènerait donc à moins d énergie stockée : CQFD. Que disent les biologistes? Le stockage de glucides sous forme de lipides dans le tissu adipeux est une opération peu rentable. Les glucides LES BOISSONS, UNE ENERGIE IMPERCEPTIBLE? Laissons la parole aux physiologistes : la soif et l appétit sont régulés de façon différente. Une baisse du volume sanguin veineux stimule des barorécepteurs. Les peptides natriurétiques sécrétés déclenchent le besoin de boire de l eau. La régulation de l appétit implique de multiples systèmes de liaison périphériecerveau, complémentaires et pour partie redondants. La neuropsychologie et l imagerie cérébrale ouvrent des perspectives. La comparaison des réponses cérébrales à des boissons, des agents de texture et aux matières grasses, montre que les réponses sont différenciées dans leurs premières phases mais aboutissent dans l hypothalamus à une même zone de réponse aux satisfactions hédoniques. Les régulations de la soif et de l appétit diffèrent en conditions expérimentales pures. L analyse des mécanismes induits dans des situations mixtes reste à conduire. Au demeurant, l eau pure est LA boisson par excellence. Une calorie reste une calorie. Qui aurait pu en douter? Dr Marie-Laure Frelut AP-HP, Hôpital Saint Vincent de Paul, Paris & Centre thérapeutique pédiatrique, Margency.

3 DOSSIER La restauration scolaire : évolution et contraintes réglementaires En France, la restauration scolaire concerne un enfant sur deux. Elle a pour objectif de nourrir au mieux ces enfants. C'est pourquoi elle bénéficie d'une attention particulière de la part des pouvoirs publics. Cependant, plusieurs études ont mis en évidence certains excès d apports (lipides ou sucres simples) ou déficits (fruits, légumes, produits laitiers, viandes rouges ou poissons). Les enjeux économiques sont tels que les critères de densité nutritionnelle ont pu être sacrifiés ici ou là. Il est donc important de connaître et de diffuser les normes recommandées et les contraintes imposées par la réglementation. Marie-Line HUC Diététicienne libérale, Angoulême.

4 DOSSIER FOCUS La restauration scolaire joue, entre autres, un rôle d une importance primordiale : éduquer le goût des enfants. Qu'elle est difficile la question de l éducation au goût, ainsi que l'écrivait Jacques Puisais! L école peut offrir quelques chemins pour permettre aux enfants de s épanouir mieux à travers ce qu ils mangent, de développer en eux le goût pour en faire des êtres ouverts à toutes les autres cultures. Aux adultes de leur apprendre à développer ce potentiel si riche, à eux ensuite d'en jouer. UN PEU D HISTOIRE Les premières cantines pour enfants sont apparues au milieu du XIX ème siècle. Les repas collectifs se pratiquent alors selon des modalités laissées à l initiative des parents et des enseignants. Progressivement, les communes accordent des aides alimentaires aux enfants nécessiteux. Le repas des enfants est composé de pain, de lait ou d un plat unique venant de la maison et réchauffé sur le poêle de l école ; ou encore d une soupe chaude et épaisse préparée à partir de produits de la ferme donnés à l école. Les repas sont pris dans la salle de classe en hiver, dans la cour ou sous le préau, en été. Les instituteurs organisent et surveillent les repas. Il n est pas rare qu on les accompagne d un verre de vin. Seuls les plus petits n ont pas droit à ce verre! À la fin du XIX ème siècle, les lois de Jules Ferry rendent l école obligatoire. Se développent alors les cantines scolaires, conçues comme une œuvre de charité assurant un apport minimal à des enfants carencés. Elles sont créées et gérées par l'école ou la commune sans aucune intervention de l État. En 1936 seulement, la construction ou l aménagement d un réfectoire dans chaque école devient obligatoire. Il faudra attendre les années 50 pour que l environnement du repas pris à l école évolue. Aujourd hui, la restauration scolaire n est pas obligatoirement de la compétence des communes, mais depuis les années 60, elle n a cessé de se développer pour devenir l un des premiers services publics locaux : un enfant sur deux déjeune à la cantine. Dans les écoles primaires, les communes ont recours aux services municipaux ou à une société de restauration privée. Quant aux collèges et lycées, établissements placés sous la responsabilité des Conseils Généraux et Régionaux, ils gèrent directement la préparation des repas consommés sur place. 4

5 Objectif Nutrition - La restauration scolaire : évolution et contraintes réglementaires LA RESTAURATION SCOLAIRE EN CHIFFRES Restauration scolaire municipale : écoles maternelles et élémentaires structures de préparation (40 % de sous-traitance) 330 millions de repas servis en Estimation du budget denrée par convive : 1,30 Euros Restauration dans le secondaire : 7820 collèges et lycées publics 6000 structures de préparation (4 % de sous-traitance) 500 millions de repas servis en Estimation du budget denrée par convive : 1,80 Euros. Enseignement privé : 5300 écoles primaires, 2600 écoles secondaires, 1500 établissements professionnels, 1700 établissements supérieurs structures de préparation (58 % de sous-traitance) 200 millions de repas servis en Estimation du budget denrée par convive : 2,03 Euros. Données Gira Food Service ÉVOLUTION DU RÔLE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE En 1971, l Éducation nationale rédige la première circulaire concernant la restauration scolaire : elle reste très centrée sur la lutte contre la dénutrition. Depuis, plusieurs textes ont été publiés. La circulaire relative à la composition des repas et à la sécurité des aliments (BOEN spécial n 9 du 28 juin 2001). Cosignée par huit ministres, elle traite des besoins nutritionnels des enfants et adolescents et énonce des recommandations pour garantir l équilibre alimentaire ; elle instaure l école comme l un des lieux de l éducation nutritionnelle et de l éducation au goût ; elle rappelle que l obligation de sécurité est l un des fondements du droit alimentaire et décline les démarches à mettre en place pour la garantir. La note de service de la Direction Générale de l Alimentation relative à l élaboration de préparations culinaires dans les classes (janvier 2002) traite, plus particulièrement, de la sécurité des aliments lors de goûters organisés par les parents d'élèves, anniversaires d'enfants, fêtes de fin d'année, etc. La circulaire n relative à l accueil en collectivité des enfants et des adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période (BOEN n 34 du 18 septembre 2003). Elle a pour but d'harmoniser les conditions d'accueil en collectivité des enfants atteints de maladie chronique, d'allergie et d'intolérance alimentaire (Encadré 1). La circulaire n relative à la santé des élèves dans le cadre du programme quinquennal de prévention et d éducation (BOEN n 46 du 11 décembre 2003) préconise des mesures concrètes dans le domaine de la prévention du surpoids et de l obésité. En particulier, elle recommande l installation de fontaines à eau réfrigérée dans les établissements scolaires en concertation avec les collectivités territoriales concernées. 5

6 DOSSIER LE PLAN D ACCUEIL INDIVIDUALISÉ (PAI) À l'école, les enfants atteints d'une allergie alimentaire sévère bénéficient de la mise en place d'un projet d'accueil individualisé, établi à la demande des parents, par le chef d'établissement, en concertation avec le médecin de l'éducation nationale et à partir des besoins thérapeutiques précisés par l'allergologue (circulaire n du 8 septembre 2003 et loi d'orientation du 10 juillet 1989 revue le 23 avril 2005). Le projet définit les adaptations à apporter à la scolarité de l'élève. La prise en charge est tributaire des possibilités de la restauration scolaire. En effet, elle ne peut pas toujours assurer une éviction totale du ou des aliments impliqués dans les allergies alimentaires. L'étiquetage des produits finis est incomplet. Les contaminations d'un produit fini avec l'aliment allergisant sont difficiles à contrôler. De plus, certains enfants peuvent présenter une réaction allergique à l'ingestion d'une quantité infime d'aliments. La sévérité d'une allergie alimentaire, l'impossibilité d'effectuer un régime d'éviction conduit à proposer la prise des paniers-repas, préparés et apportés par leurs parents (circulaire n du 25 juin 2001). En pratique, ce repas est stocké dans un emballage hermétique au nom et à la classe de l'enfant, puis déposé dans le réfrigérateur scolaire, toujours étiqueté au nom de l'enfant allergique. ENCADRÉ 1 La lettre de l Éducation nationale du 25 mars 2004, adressée aux recteurs, aux inspecteurs et aux directeurs, définit les principes généraux qui doivent présider à la collation en milieu scolaire. LES RECOMMANDATIONS NUTRITIONNELLES Le GPEM/DA (Groupe Permanent d Étude des Marchés des Denrées Alimentaires) dépend de la direction des affaires juridiques du ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie. Il a pour fonction d établir les règles techniques nécessaires à la commande publique de denrées alimentaires et de restauration. En matière de restauration scolaire, le GPEM/DA a établi une recommandation pour l élaboration des cahiers des charges des contrats de restauration collective. Elle s applique également aux collectivités en régie directe. Objectifs de la recommandation : Diminuer les apports lipidiques, en limitant la fréquence : - des entrées riches en graisses (sauce mayonnaise, charcuterie, pâtisseries salées), - des produits frits ou préfrits (panés, frites, rissolés, beignets), - des pâtisseries riches en graisses, - des plats riches en graisses, dont le rapport protides sur lipides (P/L) est inférieur à 1 (saucisses, feuilletés, quiches, farces, etc.). Augmenter les apports en calcium en assurant une place réelle aux fromages et produits laitiers frais riches en calcium. 6

7 Objectif Nutrition - La restauration scolaire : évolution et contraintes réglementaires Augmenter les apports en fer : en servant viandes rouges et poissons et en limitant les préparations (hachis, farces ) contenant une faible portion de matière dite noble. Augmenter les apports en fibres et vitamines : en proposant crudités, légumes et fruits, et légumes cuits en accompagnement du plat protidique. Validation de la qualité nutritionnelle des menus : Le GPEM/DA propose de vérifier la pertinence des choix en comparant les fréquences de service des plats à des fréquences recommandées maximales (produits et recettes riches en graisses) ou minima- les (produits et recettes de bonne densité nutritionnelle). Le suivi des recommandations doit permettre de garantir la bonne qualité nutritionnelle des repas servis. Les contrôles portent sur les menus, les fréquences et les produits servis. Contrôle sur les menus : doivent y figurer : la date, la dénomination précise de chacun des plats servis, avec des explications complémentaires, si nécessaire. Contrôle sur les fréquences : le prestataire doit pouvoir fournir la preuve que les fréquences par catégorie d aliments sont respectées au minimum pour 20 repas successifs suivant le tableau récapitulatif (Encadré 2). Contrôle sur les produits : le prestataire doit pouvoir fournir les fiches techniques des produits livrés comportant au minimum, la liste des ingrédients, le poids et les valeurs nutritionnelles (pour 100 g ou par portion) des produits livrés. Les valeurs nutritionnelles demandées sont : - Pour tous les produits : les teneurs en protéines et lipides exprimées par portion et pour 100 g. - Pour les produits laitiers frais et les fromages : les teneurs en calcium exprimées par portion et pour 100 g. L'AVIS DE L AFSSA SUR LES COLLATIONS MATINALES En milieu scolaire, compte tenu de l augmentation de l incidence de l obésité, la collation matinale n'a rien de systématique, ni d'obligatoire. L Afssa recommande même sa suppression. Cependant, certaines situations spécifiques peuvent nécessiter une distribution d aliments : enfants qui n ont pas pris de petit déjeuner, ou qui en ont pris un très tôt et/ou très pauvre. Dans ces cas, la collation sera proposée si possible lors de l arrivée des enfants à l école, et au minimum deux heures avant le déjeuner, et devra présenter les caractéristiques décrites pour le petit déjeuner. Les boissons ou aliments représenteront une offre alimentaire diversifiée favorisant une liberté de choix, en privilégiant l'eau, les purs jus de fruits, le lait ou les produits laitiers demi-écrémés, le pain, les céréales non sucrées, et en évitant les produits à forte densité énergétique riches en sucre et matières grasses (biscuits, céréales sucrées, viennoiseries, sodas ). Avec, chaque fois que possible, des dégustations de fruits. 7

8 DOSSIER Exemple de menus types conformes à la recommandation nutrition du GPEM/DA LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI Entrée Tomate ciboulette Betteraves échalotes Salade de pâtes et mimolette Salade verte Saucisson à l'ail Plat Rôti de veau Sauté de porc à l'ananas Escalope de volaille mexicaine Hachis Parmentier Filet de poisson niçoise Garniture Carottes braisées Riz créole Brocolis persillés - Haricots verts Produits laitiers Port Salut Chèvre Petits suisses Saint-Nectaire AOC Raclette Dessert Crème caramel Fruit de saison Fruit de saison Compote de pommes vanillée Banane ENCADRÉ 2 LES RÈGLES D'HYGIÈNE Dans l attente de la publication des arrêtés complémentaires précisant les dispositions de la nouvelle réglementation européenne désignée sous la dénomination Paquet Hygiène, les règles d hygiène applicables aux établissements de restauration collective à caractère social sont énoncées dans l arrêté du 29 septembre 1997 (J.O du 23 octobre 1997). Le texte impose une obligation de résultat davantage qu une obligation de moyens. Ses directives concernent : L implantation, l'aménagement et l'équipement des locaux : - Ils permettent un séquencement des opérations dans le temps. Les opérations relevant du secteur "sale" (réception, stockages amont, légumerie, plonge, évacuation des déchets) doivent être séparées des opérations relevant du secteur "propre" (préparations froides, cuissons, dressage, distribution, stockage des denrées prêtes à consommer, stockage vaisselle propre). - Les capacités de stockage correspondent au niveau de production de l établissement, et les enceintes réfrigérées assurent une conservation aux températures réglementaires. Les équipements : - Les matériaux utilisés dans la construction et dans les équipements sont étanches, et permettent un nettoyage et une désinfection efficaces. - Des vestiaires sont mis à la disposition de l équipe de cuisine, ainsi que des sanitaires équipés des fournitures d hygiène et des postes lave-mains en nombre suffisant. - Un plan de nettoyage et de désinfection complet est établi. Le personnel : - Le personnel doit respecter une hygiène corporelle rigoureuse, être en bonne santé (visite médicale annuelle obligatoire) et suivre, chaque année, une formation en hygiène alimentaire. L hygiène des opérations portant sur les denrées alimentaires : 8

9 Objectif Nutrition - La restauration scolaire : évolution et contraintes réglementaires - Les préparations froides (entrées, fromages ou laitages, desserts) sont stockées au froid, après fabrication, sans délai et jusqu au moment de leur consommation. - Les préparations chaudes (plats de viande et garnitures) sont maintenues à une température supérieure à 63 C de la fin de cuisson jusqu au moment du service. Pour certaines recettes (rôtis de viande rouge, par exemple) une tolérance est possible (température inférieure), mais une analyse de risque spécifique doit être établie. - Les viandes hachées en collectivité sont strictement encadrées, car le hachage constitue un risque de contamination important. - Le travail des œufs en coquille n est pas interdit mais il représente un risque certain de contamination en bactéries pathogènes ; de nombreuses collectivités ont choisi de les supprimer. Les fournisseurs de la collectivité doivent être agréés. Des dérogations sont possibles pour permettre l achat local, mais les fournisseurs doivent alors faire une demande de dérogation aux services vétérinaires départementaux. Des autocontrôles sont mis en place par l établissement. Ils portent sur la qualité des matières premières, sur la qualité des préparations en cours de fabrication et sur les produits finis. Des plats témoins doivent être conservés durant 5 jours à l issue de la dernière remise au consommateur. Ils constituent le dispositif de veille sanitaire en cas d intoxication alimentaire. Les directions départementales des services vétérinaires (DDSV) assurent le contrôle du respect de la réglementation. Elles peuvent sanctionner les établissements non respectueux et ordonner la fermeture d'une cuisine non conforme. Le décret du 22 décembre 2002 rend obligatoire l affichage de l origine de la viande bovine. La note de service d août 2005 concerne la traçabilité des aliments. Toutes les informations sur l origine des produits doivent être conservées. CONCLUSION Les adultes de la communauté éducative, parents, enseignants, personnels des écoles, détiennent une responsabilité majeure à l égard de l enfant : lui apprendre à bien se nourrir. Depuis les premières cantines, le chemin parcouru est immense. Cependant, les nombreux textes existants n'ont qu'un statut de recommandation. Le Conseil National de l Alimentation encourage donc l élaboration d une loicadre visant à instituer une obligation de résultat. Ce serait l'aboutissement indispensable d'une évolution qui n'a cessé d'aller dans le bon sens. BIBLIOGRAPHIE Puisais J., Le goût chez l enfant : l apprentissage en famille, Éd. Flammarion, 1999 ; 187 pages. Ministère de l Éducation nationale et de la Recherche, Circulaire n Ministère de l Éducation nationale et de la Recherche, Circulaire n Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche, Lettre du 25 mars

10 REVUE DE PRESSE Prévenir et dépister le surpoids infantile Dynamics of early childhood overweight. Salsberry P.J., Reagan P.B., Pediatrics 2005 ; 116 : Le surpoids infantile est une pathologie multifactorielle dépendant de facteurs génétiques, biologiques, sociaux et environnementaux. Un certain nombre d études l'ont associé au surpoids maternel avant et pendant la grossesse, au tabagisme pendant la grossesse, au poids de naissance et au mode d allaitement. L étude analysée ici visait à préciser le processus dynamique par lequel ces facteurs favorisants induisent un surpoids infantile jusqu'à l âge de 7 ans. Les auteurs ont utilisé les données de la National Longitudinal Survey of Youth s Child Mother file, qui a suivi depuis 1979 plus de jeunes femmes, puis de 1986 à 1996 les enfants de ces femmes. Pour les besoins de l étude, les enfants devaient pouvoir être examinés entre 24 et 47 mois d âge (T1), puis entre 48 et 71 mois d âge (T2), et enfin entre 72 et 95 mois (T3). Furent inclus enfants ayant assisté aux trois visites et dont les caractéristiques maternelles et d allaitement étaient connues. Le surpoids était défini comme un IMC > 95 e percentile. Parmi ces 3022 enfants, 53 % étaient Caucasiens, 27 % Noirs, et 20 % Hispaniques ; 53 % avaient été allaités au sein. Parmi les mères, 29 % avaient fumé pendant la grossesse. Avant leur grossesse, 8 % de mères étaient en sous-poids, 19 % en surpoids, et 10 % étaient obèses. Le pourcentage d enfants en surpoids était, selon la race, de 10 à 22 % en T1, de 11 à 17 % en T2, et de 10 à 15 % en T3. Il était toujours significativement plus faible chez les Caucasiens. Le surpoids infantile précoce était associé à la race, à l obésité maternelle avant la grossesse, au tabagisme pendant la grossesse et au fait d être né après Les facteurs gestationnels et périnataux influençant le risque de surpoids chez l enfant n ont pas qu une action initiale : ils semblent intervenir aux âges plus tardifs, le surpoids tardif semblant, avant tout, résulter d un surpoids précoce ; la tendance initiale, au surpoids ou à un poids normal, se prolonge ensuite. Ces données longitudinales suggèrent trois conséquences pratiques : Avant une grossesse, les femmes obèses doivent maigrir et les femmes tabagiques arrêter de fumer. Les enfants nés avec des facteurs de risque de surpoids doivent voir leur poids immédiatement surveillé. Le dépistage d un surpoids doit se faire avant l âge de 2 ans : si l enfant a, alors, un poids normal, il a peu de risque de passer en surpoids après. Si l enfant est déjà en surpoids, il est grand temps d agir. 10

11 REVUE DE PRESSE Pronostic de l anorexie mentale après un suivi de 12 ans Twelve-year course and outcome predictors of anorexia nervosa. Fichter M.M., Quadflieg N., Hedlund S. Int J Eat Disord 2006; 39 : L évolution de l anorexie mentale à long terme varie selon les études, faisant état d une chronicité plus ou moins sévère, avec une mortalité élevée. C est donc une pathologie grave. Une équipe de médecins allemands a suivi un échantillon de 103 patientes pendant 12 ans afin de mieux en cerner le pronostic. Ces patientes avaient été hospitalisées environ 4 mois (118,6 ± 49 j) dans une clinique. Leur moyenne d âge au moment de l hospitalisation était de 24,9 ± 6,7 ans, l âge moyen au début de l anorexie étant de 18,5 ± 6,4 ans. Le suivi à 2 ans, 6 ans et 12 ans a permis de mesurer différents items et d évaluer l état clinique, psychique et social des patientes. L'indice de masse corporelle (IMC en kg / (m) 2 ) au moment de l admission était de 14,3 ± 1,6 et de 15,5 ± 1,6 à la sortie de la clinique. À 2 ans, il montait à 17,2 ± 3,4 puis 18,1 ± 2,8 à 6 ans, et 18,5 ± 2,9 au bout de 12 ans. En moyenne 37 % avaient un IMC < 18 et 63 % > 18. Le score mesuré évaluait tant les critères physiques, psychologiques que sociaux. Au bout de 12 ans, seulement un quart des patientes (27,5 %) avaient une vie normale. 25,3 % un score intermédiaire, 39,5 % un mauvais score et 7,7 % étaient décédées! 12 ans après, 19 % étaient toujours anorexiques et 9,5 % boulimiques avec vomissements ; 19 % avaient des troubles non spécifiques. Au total, plus de la moitié avaient toujours des troubles du comportement alimentaire. La sévérité de la pathologie et la durée étaient des facteurs aggravants. Le pronostic à long terme des troubles du comportement alimentaire reste donc très défavorable. Il importe de dépister et de traiter ces troubles le plus tôt possible afin d en éviter la chronicisation et l évolution morbide. Objectif Nutrition, La Lettre de l Institut Danone Directeur de la publication : Pr Jean Navarro, AP/HP, Paris. Rédacteur en chef : Dr Jean-Laurent Le Quintrec, Hôpital Ste-Périne, AP/HP, Paris. Rédactrice en chef adjointe : Sandrine Piredda, Danone France, Paris. Secrétaire de rédaction : Amandine de Francqueville, Danone France, Paris. Comité de rédaction : Dr Brigitte Boucher, Paris ; Pr Pierre Bourlioux, Faculté de Pharmacie, Paris ; Pr Frédéric Gottrand, CHU Lille ; M. Saadi Lahlou, Paris ; Pr Fernand Lamisse, Tours ; Dr Martine Pellae, Hôpital Bichat, AP/HP, Paris ; Pr Daniel Rigaud, CHU Le Bocage, Dijon. Conception-réalisation : PolyPrint Agence - Baton Rouge 20/22 rue Labrouste Paris. Chef d édition : Jean-Charles Fauque. Photogravure/Impression : Diamant Graphic. Dépôt légal : 4 e trimestre Nº ISSN : X. 11

12 LES NOUVELLES DE L INSTITUT DANONE GOÛTE, AU MOINS! Lauréat du Prix Matty Chiva 2005, le manuscrit de Maïa Brami devient un livre disponible en librairie Goûte, au moins! est un album plein de fraîcheur et d humour. L'auteur, Maïa Brami, journaliste et animatrice d ateliers d écriture, a eu l idée de donner la parole à des héros appréciés des enfants. Ils se font ambassadeurs de l éveil à la découverte alimentaire : les plats proposés par maman, les soupes, les légumes, font partie de la vie et de ses richesses. Premier Prix Matty Chiva Album Jeunesse décerné par l'institut Danone, cet ouvrage édité par Circonflexe, est disponible en librairie. Le Prix Matty Chiva de l Institut Danone récompense des initiatives pédagogiques menées auprès des 3-10 ans et destinées à favoriser l éveil des papilles et l éducation au goût. Depuis 2004, le Prix Matty Chiva de l Institut Danone a récompensé différents types d'actions mettant l'accent sur la diversité des saveurs, le plaisir de manger et la découverte des aliments. Les lauréats ont vu leur démarche pédagogique mise en forme et publiée sur le site Internet de l Institut Danone, à la disposition de tous. Pour en savoir plus : Créé en 1991, l Institut Danone rassemble des scientifiques, des médecins et des personnalités du monde de la nutrition. Il a pour mission : - d encourager la recherche dans le domaine de la Nutrition ; - d informer et de former les professionnels de santé sur tous les sujets liés à l alimentation ; - de participer, par des actions d éducation et d information, à l amélioration de l alimentation de l ensemble de la population. L Institut Danone est une association régie par la loi de juillet Ses publications ne contiennent aucune information à caractère commercial , boulevard Victor-Hugo Saint-Ouen Cedex -

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE. Olivet construit son avenir!

ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE. Olivet construit son avenir! ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE SOMMAIRE Introduction Plan national nutrition santé, réglementation et programme Objectif et outils du GEMRCN Les portions, les grammages Composition

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU GEMRCN N J5-07 du 4 mai 2007 RELATIVES A LA NUTRITION en restauration collective RESUME des recommandations applicables en

RECOMMANDATIONS DU GEMRCN N J5-07 du 4 mai 2007 RELATIVES A LA NUTRITION en restauration collective RESUME des recommandations applicables en RECOMMANDATIONS DU GEMRCN N J5-07 du 4 mai 2007 RELATIVES A LA NUTRITION en restauration collective RESUME des recommandations applicables en restauration scolaire AOUT 2009 1 PREAMBULE : nutrition et

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE FOURNITURE DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Date

Plus en détail

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE SOMMAIRE 1. Qu est ce qu un(e) diététicien(ne)? 2. Présentation des familles d aliments 3. Les différents nutriments 4. Les diverses associations alimentaires a/ L équilibre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT S o c i é t é F r a n ç a i s e d e N u t r i t i o n d u S p o r t contact@sfns.fr CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT NOTE AUX FEDERATIONS : CONDITIONS D APPLICATION

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE DEPARTEMENT D INDRE ET LOIRE Mairie De Saint-Roch MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES CCTP Article 1 Objet du marché La prestation, objet du marché,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

L HYGIÈNE ET LA SANTÉ DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES

L HYGIÈNE ET LA SANTÉ DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES L HYGIÈNE ET LA SANTÉ DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES Référence: «L hygiène et la santé dans les écoles primaires» Cette brochure actualise la plaquette sur l hygiène à l école qui a été éditée en 1992. Elle

Plus en détail

MAIRIE D ANSTAING 7 rue Marie Curie 59152 ANSTAING

MAIRIE D ANSTAING 7 rue Marie Curie 59152 ANSTAING MAIRIE D ANSTAING 7 rue Marie Curie 59152 ANSTAING FOURNITURE DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE, L ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT, LE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE Procédure adaptée

Plus en détail

Pourquoi l anémie? Les nourrissons de 9 à 24 mois sont plus à risque de développer une anémie par manque de fer, car :

Pourquoi l anémie? Les nourrissons de 9 à 24 mois sont plus à risque de développer une anémie par manque de fer, car : L ANÉMIE FERRIPRIVE L anémie se définit comme une diminution du taux d hémoglobine ou du volume des globules rouges. L hémoglobine est une protéine du sang qui sert à transporter l oxygène des poumons

Plus en détail

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve)

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) 1.1 Adopter une alimentation équilibrée : Veiller aux quantités,

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

Activités physiques et dépense énergétique

Activités physiques et dépense énergétique Observe Le fonctionnement du corps humain et l éducation à la santé : alimentation et hygiène alimentaire Activités physiques et dépense énergétique 1. Voici la quantité d énergie que ton corps dépense

Plus en détail

OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène)

OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène) OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène) Garantir le parfait état de la masse musculaire Eviter tout problème digestif Prévenir les déficits en minéraux et vitamines

Plus en détail

DIETETIQUE et SPORT. de la théorie à la pratique. Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble

DIETETIQUE et SPORT. de la théorie à la pratique. Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble DIETETIQUE et SPORT de la théorie à la pratique Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble Pour être en forme et le rester hygiène de vie : - sommeil suffisant

Plus en détail

Nutrition : quelles réalités en médecine générale?

Nutrition : quelles réalités en médecine générale? Nutrition : quelles réalités en médecine générale? 2 Les thèmes et témoignages de médecins mentionnés dans cette brochure sont issus des résultats d une enquête d opinion sur la nutrition. Elle a été réalisée

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (C.C.T.P)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (C.C.T.P) VILLE DE VENDEVILLE N 02.13.16.03 MARCHÉ PUBLIC Achat et livraison de repas en liaison froide pour le restaurant scolaire de la commune de Vendeville pour 2013/2014 (reconductible) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN Par le Dr Mourad BRAHIMI, médecin du travail au CMB Je vais vous parler aujourd hui de ce que nous devons manger tous les jours et en quelle quantité pour

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

CUISINE ÉVÉNEMENTIELLE 1 jour 1jour 8 à 12 ATELIER ANNIVERSAIRE PUBLIC Toute personne qui souhaite mettre en place une animation «anniversaire» au sein de son restaurant. FINALITÉS Organiser un goûter

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM)

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE, ET DES AFFAIRES RURALES Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) Document aimab Document aimablement

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif

L alimentation du jeune sportif L alimentation du jeune sportif L entraînement commence à table Damien PAUQUET Diététicien nutritionniste du sport info@nutripauquet.be Plan de l exposé : Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport,

Plus en détail

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants.

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. PRODUITS, prêts à consommer, en grammes ( ou 10%), REPAS PRINCIPAUX PAIN 10 20 30 40

Plus en détail

Charte d engagement qualité pour la restauration et l hébergement dans les lycées de la Région Centre

Charte d engagement qualité pour la restauration et l hébergement dans les lycées de la Région Centre Exemple de signalétique (Lycée Blaise-Pascal - Châteauroux) Charte d engagement qualité pour la restauration et l hébergement dans les lycées de la Région Centre La Région va exprimer, à travers la mise

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) COMMUNE DE CELLIEU 1 place de Verdun 42320 CELLIEU MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES RESTAURATION SCOLAIRE FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON CHAUDE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE

RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE S O M M A I R E Préambule Règlement Objectifs Ecole / cantine Quelques chiffres Le prestataire 1 2 Préambule RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE A N N É E 2 0 1 2 / 2 0 1 3 La municipalité de CHAMPAGNIER

Plus en détail

Les règles de l'équilibre alimentaire : la journée alimentaire d'un enfant d'âge scolaire

Les règles de l'équilibre alimentaire : la journée alimentaire d'un enfant d'âge scolaire CHAPITRE 22 Les règles de l'équilibre alimentaire : la journée alimentaire d'un enfant d'âge scolaire CE QU'IL FAUT SAVOIR Élaborer des repas équilibrés consiste à dresser la liste des menus qui composeront

Plus en détail

Quelques idées de menus entre 18 mois et 3 ans

Quelques idées de menus entre 18 mois et 3 ans Quelques idées de menus entre 18 mois et 3 ans Déjeuner : Avocat-tomate, poisson en papillote, pommes de terre vapeur, yaourt nature sucré, fruits au sirop léger. Concombre-sauce yaourt*, omelette aux

Plus en détail

PROCEDURE ADAPTEE PREPARATION DES REPAS POUR LES BENEFICIAIRES DU PORT DE REPAS A DOMICILE,

PROCEDURE ADAPTEE PREPARATION DES REPAS POUR LES BENEFICIAIRES DU PORT DE REPAS A DOMICILE, DEPARTEMENT DU NORD COMMUNE DE GRANDE-SYNTHE ARRONDISSEMENT DE DUNKERQUE Année 2014 PROCEDURE ADAPTEE PREPARATION DES REPAS POUR LES BENEFICIAIRES DU PORT DE REPAS A DOMICILE, CAHIER DES CHARGES Page 1

Plus en détail

Commune de ST CLAUDE DE DIRAY

Commune de ST CLAUDE DE DIRAY Département du Loir et Cher Commune de ST CLAUDE DE DIRAY CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Objet du marché Fourniture et livraison de repas complets cuisinés en liaison froide au restaurant

Plus en détail

LES 15 principaux regimes existants

LES 15 principaux regimes existants NEWS MENSUELLE 1 LES 15 principaux regimes existants Le surpoids et l obésité, qui touchent respectivement 32 % et 15 % des personnes de plus de 18 ans en France en 2010, constituent un véritable problème

Plus en détail

FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE

FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE MAIRIE d HERBEYS 27 chemin du Villard 38320 HERBEYS Téléphone 04.76.73.63.76 Télécopie 04.76.72.09.65 commune.herbeys@wanadoo.fr FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX Marché public pour la restauration scolaire (du 01/09/2015 au dernier jour précédent la rentrée scolaire 2016, renouvelable une fois) Date et heure limite de réception des offres

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W La santé au bout de la fourchette Visio-Décembre.indd 1 8/12/06 10:41:12 L espérance de vie des Belges a augmenté depuis le siècle passé, ce qui est plutôt

Plus en détail

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3 Menus Basses Calories à 1800kcal 1 verre de jus de pamplemousse 1 yaourt à 0% de matière grasse 2 tranches de pain aux noix (40g) 100 g de poulet 1 branche de céleri emincé 1 petite tomate 50 g de mais

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

Direction générale de la santé. Projet Pour une alimentation saine et abordable

Direction générale de la santé. Projet Pour une alimentation saine et abordable Direction générale de la santé Projet Pour une alimentation saine et abordable ALIMENTATION SAINE ET BUDGET RESTREINT Lorsque le revenu familial est à la baisse, les économies se font malheureusement trop

Plus en détail

PROJET CAAPS : COMPORTEMENT ALIMENTAIRE DES ENFANTS - LE PARI DE LA SANTE

PROJET CAAPS : COMPORTEMENT ALIMENTAIRE DES ENFANTS - LE PARI DE LA SANTE PROJET CAAPS : COMPORTEMENT ALIMENTAIRE DES ENFANTS - LE PARI DE LA SANTE JUSTIFICATION DU PROJET DIAGNOSTIC DE LA SITUATION L Alsace présente des indicateurs de santé particulièrement défavorables pour

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Les fruits et légumes, c est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu on ne le croit

Les fruits et légumes, c est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu on ne le croit Les fruits et légumes, c est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu on ne le croit On peut tous y arriver! Au moins 5 fruits et légumes par jour, ça signifie au moins 5 portions

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans.

Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans. Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans. De la naissance à 4 mois: uniquement du lait! Lait maternel ou lait premier âge (=préparation pour nourrissons). En pratique Quantité quotidienne

Plus en détail

L alimentation des 4-18 mois

L alimentation des 4-18 mois Vers l âge de 1 an Bébé a grandi de 25 cm, il mange à la petite cuillère et aime encore son biberon, comment composer ses repas entre 12 et 18 mois? L alimentation des 4-18 mois Petit déjeuner Biberon

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR OBJET Le restaurant scolaire est un service municipal dont le fonctionnement est assuré par des agents municipaux, sous la responsabilité du Maire. ACCES AU RESTAURANT

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Alimentation dans les établissements d'accueil municipaux de la petite enfance. Introduction des aliments issus de l'agriculture biologique

Alimentation dans les établissements d'accueil municipaux de la petite enfance. Introduction des aliments issus de l'agriculture biologique PETIT DEJEUNER PRESSE DU 18 FEVRIER 2005 Alimentation dans les établissements d'accueil municipaux de la petite enfance Introduction des aliments issus de l'agriculture biologique SOMMAIRE LA PROTECTION

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. Marché n 2015/003

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. Marché n 2015/003 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Marché n 2015/003 Marché public pour une prestation d achat de denrées, et de confection de repas sur site, pour les enfants scolarisés dans les écoles

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

Consommation alimentaire des Français

Consommation alimentaire des Français Intervention de l Afssa au colloque «La situation nutritionnelle en France en 2007» Paris, 12 décembre 2007 Consommation alimentaire des Français les premiers résultats d une enquête d intérêt général

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières CCTP

Cahier des Clauses Techniques Particulières CCTP Marché n 1 / 2016 MAITRE DE L'OUVRAGE Ville de Champagne-sur-Oise Restauration Collective avec achats des denrées et fabrication des repas sur place Cahier des Clauses Techniques Particulières CCTP 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Les critères du référentiel restaurant durable

Les critères du référentiel restaurant durable Les critères du référentiel restaurant durable 1. Les critères du référentiel restaurant durable - restaurant Le référentiel comprend deux types de critères : des critères essentiels auxquels le restaurant

Plus en détail

Ecole Sacré Cœur - VANNES

Ecole Sacré Cœur - VANNES Semaine n 46 - du 12 au 16 Novembre 2012 Plan alimentaire 2 Céleri rémoulade Betteraves râpées Quiche lorraine Nugget's de volaille Pomelos Pâté Bœuf mode Pommes de terre au lard Saucisson à l'ail en croûte

Plus en détail

Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24/09/2014 de 11h à 12h

Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24/09/2014 de 11h à 12h Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24 & 25 septembre 2014 24/09/2014 de 11h à 12h Nicolas NOUCHI, CHD Expert Alexandra RETION, nutritionniste Luc DREGER, Chef Conseiller culinaire Les règles de l

Plus en détail

> Questions de patients

> Questions de patients > Questions de patients Paroles de médecin > Au bureau, je mange des plats tout prêts. Je prends du poids, comment faire? Premier conseil : prenez le temps de déjeuner. Le cerveau enregistre ainsi que

Plus en détail

Le petit déjeuner : un repas pour partir du bon pied!

Le petit déjeuner : un repas pour partir du bon pied! Le petit déjeuner : un repas pour partir du bon pied! 2 POURQUOI LE PETIT-DÉJEUNER EST-IL UN REPAS SI IMPORTANT? Pour «Recharger les batteries» après une nuit de jeûne Eviter les «creux à l estomac» et

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE MAIRIE GARIDECH PLACE CHARLES LATIEULE BP 32 31380 GARIDECH MARCHES DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE

Plus en détail

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT 1. DE LA NAISSANCE JUSQU À 4 À 6 MOIS : ALIMENTATION LACTÉE C est la période de l alimentation lactée exclusive, jusqu à la diversification alimentaire. Le début de la diversification

Plus en détail

LES BASES DE LA CUISINE EVOLUTIVE ET ALTERNATIVE. «Qualité et Proximité en Restauration Collective» SUD-MAYENNE 2012-2014

LES BASES DE LA CUISINE EVOLUTIVE ET ALTERNATIVE. «Qualité et Proximité en Restauration Collective» SUD-MAYENNE 2012-2014 LES BASES DE LA CUISINE EVOLUTIVE ET ALTERNATIVE «Qualité et Proximité en Restauration Collective» SUD-MAYENNE 2012-2014 CUISINE EVOLUTIVE Evolution des techniques culinaires pour optimiser ses pratiques

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 62 HERBANEWS SOMMAIRE Les protéines Définition, rôles et particularités des protéines Les recommandations du PNNS et comment y arriver? Quels sont les aliments

Plus en détail

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :...

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :... Carnet de santé Nom :................................................................... Prénom :.............................................................. Conseils aux parents Alimentation Pendant

Plus en détail

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne 22/11/2012 1 Contexte de l intervention Pertes des repères alimentaires Nouveaux produits alimentaires, diversification

Plus en détail

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11.

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11. Nutrition et Sport L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Qui est considéré comme sportif? Valérie Ducommun Diététicienne dipl. ES Diplôme universitaire Nutrition du Sportif A.F. Creff

Plus en détail

COMMISSION VIE QUOTIDIENNE UDAF 27 Janvier 2009

COMMISSION VIE QUOTIDIENNE UDAF 27 Janvier 2009 COMMISSION VIE QUOTIDIENNE UDAF 27 Janvier 2009 Bien manger sans trop dépenser Intervention : Mme MORIN, Nutritionniste Présents : Mmes BOURIANT BUISSON CORTES - DUPRE LA TOUR - JANNIER- ROLLIN SANCHEZ

Plus en détail

Recommandations du PNNS pour les enfants et les adolescents

Recommandations du PNNS pour les enfants et les adolescents Recommandations du PNNS pour les enfants et les adolescents (Textes extraits du site internet www.mangerbouger.fr et du Guide nutrition des enfants et ados pour tous les parents) Chez les enfants, la période

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUES :... 2 I Rappels physiologiques

Plus en détail

Les groupes d aliments

Les groupes d aliments PARTIE SOURCES NUTRITIONNELLES CHAPITRE 1 Les groupes d aliments Objectif Identifier les groupes d aliments et leurs constituants caractéristiques E En PFMP au multi-accueil «Les Petits Loups», Lisa est

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

menu du 6-mai-13 au 10-mai-13

menu du 6-mai-13 au 10-mai-13 menu du 6-mai-13 au 10-mai-13 salade verte au thon saucisse de Strasbourg escalope de dinde hachée lundi frites purée de carottes/p.de terre goûté 6/5 brie laitage aromatisé petit suisse carottes râpées

Plus en détail

Marché public de fournitures (fabrication et livraison) : cahier des clauses particulières (CCP)

Marché public de fournitures (fabrication et livraison) : cahier des clauses particulières (CCP) Marché public de fournitures (fabrication et livraison) : cahier des clauses particulières (CCP) Pouvoir adjudicateur Commune de LUMBIN 1 place du général de Gaulle 38660 LUMBIN Tél : 04 76 08 21 85 Fax

Plus en détail

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre.

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre. Note à Monsieur René HAMAITE, Directeur général, Direction générale du Sport. Via Monsieur Olivier DEGRYSE, Administrateur général de l Administration générale de l Aide à la Jeunesse, de la Santé et du

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Le petit déjeuner équilibré

Le petit déjeuner équilibré Le petit déjeuner équilibré SITUATION : M. Benoît, professeur de SVT, renouvelle son opération «challenge diététique» en proposant à tous les élèves de 6 ème de prendre un petit déjeuner équilibré le 10

Plus en détail

partie 2 La viande et l équilibre alimentaire

partie 2 La viande et l équilibre alimentaire partie La viande et l équilibre alimentaire Partie La viande et l équilibre alimentaire 1] Les recommandations du GEMRCN et les obligations réglementaires Les grands principes du GEMRCN Les règles en matière

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Rubrique Plaisir Le fast-food

Rubrique Plaisir Le fast-food Novembre 2009 = offre de restauration rapide «Super size me» de Morgan Spurlock Pendant un mois, l acteur a composé son alimentation exclusivement à base de produits issus d une enseigne de fast-food mondialement

Plus en détail

MENUS PORTAGE A DOMICILE

MENUS PORTAGE A DOMICILE 8 HORS D'OEUVRES PLATS PROTEIQUES LEGUMES FROMAGES DESSERTS lundi 12/05 Rillettes Côte de veau à la crème Brocolis au jus Fromage Pâtisserie mardi 13/05 Carottes râpées ciboulette Saucisse de Toulouse

Plus en détail

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Conçu par Fabienne Cima, diététicienne dans l unité de prévention cardiovasculaire au CHU de PONTCHAILLOU Fabienne.cima@chu-rennes.fr Objectif général

Plus en détail

~ 1 ~ ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX 33360 CENAC

~ 1 ~ ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX 33360 CENAC ~ 1 ~ ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX 33360 CENAC PRODUCTION et GESTION du SERVICE de RESTAURATION SCOLAIRE et AUTRES PRESTATIONS du SERVICE de RESTAURATION CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

Plus en détail