LE CABINET ROUVIER ET L ADMINISTRATION PRÉFECTORALE DANS LA CRISE DES INVENTAIRES (JANVIER - MARS 1906)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CABINET ROUVIER ET L ADMINISTRATION PRÉFECTORALE DANS LA CRISE DES INVENTAIRES (JANVIER - MARS 1906)"

Transcription

1 Colloque "Nouvelles approches de l histoire de la laïcité au XXe siècle" Paris, novembre 2005 LE CABINET ROUVIER ET L ADMINISTRATION PRÉFECTORALE DANS LA CRISE DES INVENTAIRES (JANVIER - MARS 1906) Guillaume TRONCHET Centre d Histoire Sociale du XX e siècle La «tourmente des Inventaires» 1 qui, de janvier à mars 1906, fait suite au vote de la loi de Séparation des Eglises et de l Etat, a déjà fait l objet de nombreux travaux. Dans le sillon tracé par une histoire sociale féconde, les historiens ont jusqu à présent privilégié l étude des origines et des manifestations de ces troubles afin d en proposer une géographie 2 et une sociologie s intéressant notamment aux stratégies des acteurs de la lutte (manifestants, meneurs, inspirateurs 3 ) ou une anthropologie attachée à comprendre les formes d expression violentes du mécontentement et de la révolte 4. Pour ma part, je voudrais contribuer à une lecture complémentaire du conflit en répondant à l invitation des sociologues Michel Crozier et Erhard Friedberg pour qui «une crise elle-même se comprend mieux quand on a réussi à délimiter les systèmes qu elle affecte» 5. Appliquer ce postulat méthodologique à la crise des Inventaires de l hiver 1906 engage à se pencher sur les rouages responsables de la mise en œuvre de ces Inventaires au niveau national : le cabinet Rouvier, d une part, démissionnaire le 8 mars 1906 ; l administration préfectorale, d autre part, verbalement et physiquement malmenée durant tout l hiver. Cette perspective de travail, notamment ouverte par les travaux stimulants de Vida Azimi 6 et de Gildas Tanguy 7 sur l administration préfectorale, s appuiera sur les statistiques relatives au 1 Jean-Marie MAYEUR, La Séparation des Eglises et de l Etat, Paris, Editions ouvrières, 1991, p Jean-Marie MAYEUR, «Géographie de la résistance aux Inventaires», Annales ESC, 1968, pp Maurice LARKIN, L Eglise et l Etat en France : 1905, la crise de la Séparation, éd. Paris, Privat, 2004, pp Jean-Marie MAYEUR, «Les Inventaires ou les églises barricadées (février-mars 1906)», dans Alain Corbin et Jean- Marie MAYEUR (dir.), La Barricade, Publications de la Sorbonne, 1997, pp ; Patrick Cabanel, «La révolte des Inventaires», dans Jean-Pierre CHANTIN et Daniel MOULINET (dir.), La Séparation de 1905 : les hommes et les lieux, Paris, Les éditions de l Atelier/Editions Ouvrières, 2005, pp Michel CROZIER et Erhard FRIEDBERG, L acteur et le système, Paris, Seuil, 1977, p Cf. Vida AZIMI, «Le préfet Louis Lépine et l application de la loi de 1905», dans La Revue administrative, n 345, mai 2005, pp ; «Le hussard de la laïcité ( ), Administration, n 194, juin 2002, pp Prépare actuellement sous la direction de Pierre BIRNBAUM une thèse provisoirement intitulée : Les préfets sous la Troisième République ( ). Autopsie sociopolitique d un corps de l administration française (Université Paris I). 1

2 déroulement des Inventaires, les rapports des informateurs du Ministère de l Intérieur, les extraits de la correspondance entre les différents ministères à ce propos, les instructions confidentielles adressées par l Intérieur aux préfets de France, les télégrammes, enfin, quotidiennement envoyés par ces derniers à leur Ministère de tutelle pour l informer de l évolution des opérations en cours dans leur département. A la lumière de ces documents, il est malaisé, à première vue, d'approcher les réalités de l action préfectorale ; les circulaires, les notes administratives et autres rapports constituent des pièces suffisamment elliptiques et parfois même obscures pour ne rien laisser paraître des sentiments de leurs auteurs 8. Ces sources s'avèrent néanmoins précieuses pour notre étude des interactions entre le gouvernement et l administration départementale au moment de la crise des Inventaires. Car elles mettent justement en évidence cette interaction : leur analyse laisse en effet apparaître des agents de l'etat qui ne sont pas les simples relais de la volonté gouvernementale mais bien aussi partie prenante dans le processus de décision. En m'attachant à décrire ce circuit de la décision dans l application d une politique publique en situation d urgence, je tenterai ainsi de montrer comment le cabinet Rouvier, et plus spécifiquement le Ministère de l Intérieur, s est finalement réduit à un rôle d intendance dans le déroulement de la crise, adressant des instructions trop souvent imprécises aux agents de l administration préfectorale. Dès lors, c est sur les préfets, et sur eux seuls, que reposèrent la complexité de l organisation des opérations et le soin de prendre les décisions les plus difficiles voire les plus importantes ; où l on verra, à cette occasion, que les décisions préfectorales ne se limitent pas à l action répressive à quoi elles se trouvent souvent réduites dans l imaginaire collectif. Après avoir rappelé l enchaînement chronologique des événements et les modalités théoriques de l organisation des opérations d Inventaires, il s agira ici de comprendre les raisons des hésitations du gouvernement pour s arrêter ensuite sur des exemples précis de problèmes rencontrés par les préfets dans leur département. L Inventaire, une «formalité» administrative complexe L article 3 de la loi de 1905 prévoit que, dès la promulgation de la loi, il doit être procédé «par les agents de l Administration des Domaines à l inventaire descriptif et estimatif : 1. Des biens mobiliers et immobiliers desdits établissements ; 2. Des biens de l Etat, des départements et des communes dont les mêmes établissements ont la jouissance». Le double inventaire doit en 8 Cf. Gildas TANGUY, «Archives, objet de contraintes? Des rapports difficiles et parfois conflictuels du politiste avec ses sources», Communication présentée aux Journées AFSP "Science Politique/Histoire", 4-6 mars 2004 (disponible au format PDF sur le site de l Association Française de Science Politique : 2

3 outre être «dressé contradictoirement avec les représentants légaux des établissements ecclésiastiques». Simple formalité administrative nécessaire au transfert régulier des biens des fabriques aux associations cultuelles prévues par l article 19 de la loi de Séparation, cette disposition que l on considère alors comme une «misère» 9 n a soulevé aucune opposition lors des débats à la Chambre des députés ni même dans les milieux catholiques. Le 29 décembre paraît le décret d administration publique concernant l Inventaire. Il charge l administration des Domaines de procéder aux opérations en concertation avec les préfets de chaque département. Une circulaire adressée aux préfets par le Ministre des Cultes le lendemain résume les modalités de la mise en œuvre : établir une convocation des représentants légaux des établissements ecclésiastiques cinq jours avant la date fixée par l Inventaire, la transmettre signée par ces derniers au Directeur des Domaines, avertir enfin les maires du jour et de l heure des opérations pour qu ils puissent y assister. En cas de résistance, l agent des Domaines en réfère au préfet. Après avoir tenté une négociation infructueuse, celui-ci peut alors fixer une nouvelle date et prendre un arrêté mettant en demeure les représentants légaux de confier les clefs de leur église à l agent de l Enregistrement le jour prévu. En cas de refus, le préfet sollicite le concours d un officier de police judiciaire pour forcer les portes. Enfin, «s il est constaté que des objets à inventorier ont été détournés ou soustraits», le préfet doit «en référer immédiatement à l autorité judiciaire, afin que celle-ci exerce des poursuites contre les auteurs de ces soustractions ou détournements et procède, s il y a lieu, à des perquisitions pour retrouver les objets disparus» 10. Procédure bien huilée sur le papier, la mise en œuvre des Inventaires se confrontent pourtant à de vives résistances. Le 11 janvier 1906, la parution dans La Vérité et La Croix d une circulaire maladroite émanant de la direction générale de l Enregistrement soulève l'indignation des militants catholiques les plus radicaux : la circulaire, datée du 2 janvier, prescrit aux agents de l Enregistrement d exiger des prêtres présents à l opération d'inventaire l ouverture des tabernacles. Si les premiers Inventaires, commencé le 23 janvier 1906, se déroulent sans incidents, des campagnes de presse crient déjà au sacrilège et des manifestations de protestation s organisent aux portes des églises à la venue des agents de l Enregistrement. A Paris, les inventaires débutent le mercredi 31 janvier 1906 ; là, la contestation organisée par les militants de l Action française tourne à l affrontement avec les forces de l ordre mobilisées par le préfet Louis Lépine. Le 1 er et le 2 février, on déplore plusieurs blessés à Sainte-Clotilde et à Saint-Pierre-du-Gros-Caillou où, après plusieurs heures d échauffourées, l on procède à des dizaines d arrestations parmi les jeunes royalistes de l Action française, principaux acteurs des 9 Alexandre Ribot, Annales de la Chambre des députés, Séance du 7 mars

4 incidents ; dépassés, le clergé paroissial et l archevêque de Paris ont pourtant appelé au calme, sans succès. Le 11 février, avec l Encyclique Vehementer Nos, le Pape Pie X sort du silence dans lequel il se terrait depuis le vote de la loi de 1905 et condamne la «loi inique» tout en se gardant d inciter à la violence. Dans les milieux catholiques, on perçoit dans la parole du Pape un appel à la résistance. Ce qui n était qu un mouvement de contestation monarchiste et parisien s étend désormais à la province. Les régions les plus touchées sont celles à forte tradition catholique comme l Ouest breton et vendéen, le sud-est du Massif central, le Nord, le Pays basque et une partie des Alpes 11. Contrastant avec le reste du pays où les opérations d Inventaires rencontrent peu de résistances, ces régions voient se multiplier les cas d églises barricadées, d agents des Domaines insultés, frappés et blessés, de batailles rangées avec les troupes affrétées par les préfets. En Haute-Loire, le 27 février, la "fusillade" de Champels, où plusieurs manifestants armés de fourches et de bâtons pourchassent l agent des Domaines et les brigadiers qui l escortaient, cause la mort d un manifestant et fait plusieurs blessés. Après plusieurs autres incidents, le mardi 6 mars 1906, l Inventaire de Boeschepe, dans les Flandres, provoque de nouveau la mort d un homme. Les opérations d Inventaires sont alors suspendues par le gouvernement Rouvier et l incident provoque la chute du cabinet le lendemain à la Chambre des députés qui s oppose à l ordre du jour par 267 voix contre 234. Au 31 mai 1906, établissements sur étaient inventoriés : seuls moins de inventaires restaient à réaliser. Pour autant qu il soit une «formalité» dans le texte de loi, l Inventaire n en constituait pas moins, à y regarder de plus près, une procédure administrative lourde et complexe à mettre en œuvre. L application des instructions de la circulaire du 30 décembre 1905 nécessitait en effet que le préfet coordonnât les personnels et les directives issues de cinq ministères : le Ministère des Cultes, couplé avec l Instruction publique et dont émanait la circulaire du 30 décembre 1905 ; l Intérieur dont les préfets dépendaient directement ; la Guerre, chargé de mettre les troupes mobilisées à la disposition des préfets ; la Justice, dont les officiers de police judiciaire assistaient les agents de l Enregistrement pendant l Inventaire ; enfin le Ministère des Finances qui organisait les dépenses occasionnées par les Inventaires et auquel les agents de l Enregistrement se rattachaient. La coordination des opérations d Inventaires demandée aux préfets multipliait dès lors par cinq le nombre des directives gouvernementales susceptibles d être reçues par les services préfectoraux. 10 Circulaire du Ministère des Cultes, 30 décembre Cf. Jean-Marie MAYEUR, «Géographie de la résistance aux Inventaires», Annales ESC, 1968, pp

5 Préalable à l application de la loi, la traduction de cette profusion de textes administratifs 12 occupa une place essentielle dans l action préfectorale et occasionna nécessairement des erreurs. Ce fut le cas en février 1906 : une circulaire du Ministère de l Intérieur datée du mois de mars signala que de nombreux préfets se trompaient et n adressaient pas les demandes de réquisition de troupes et de gendarmes aux bons ministères 13 ; la circulaire renvoyait alors à nouveau à deux documents antérieurs consacrés aux autorités militaires auxquelles les préfets pouvaient faire appel en cas de besoin 14. Ce type d erreurs et les remontrances gouvernementales qui les suivent parfois restent pourtant rares tout au long de la crise des Inventaires et si cette lourdeur administrative, bien réelle, s ajoute aux difficultés du terrain, on se tromperait en lui attribuant un rôle déterminant dans la crise. Jusqu à l incident de Boeschepe, les obstacles à l action préfectorale tiennent moins dans la profusion des directives ministérielles que dans le contenu ambigu de ces dernières. Répondre aux exigences imprécises du gouvernement Arrêtons-nous donc un moment sur ces notes et ces circulaires envoyées par le gouvernement aux préfets de France. Retracer l évolution des positions du cabinet Rouvier tout au long de la période permettra, en outre, de mettre en lumière le climat d incertitude dans lequel s exerce l action préfectorale et d apprécier davantage la part d initiative de cette dernière dans la prise des décisions. Après avoir fixé les détails des opérations d Inventaires par la circulaire du 30 décembre 1905, il semble que le gouvernement 15 ait tout d abord opté pour la manière forte, sans doute incité par les rapports alarmistes de ceux que le Ministère de l Intérieur nomme ses correspondants - autrement dit ses informateurs. Dès la fin du mois de décembre 1905, et malgré le calme dans lequel se déroulent les premiers Inventaires de janvier 1906, les rapports insistent en effet sur la mobilisation des catholiques autour de la question du recensement des objets religieux. Ils préviennent le gouvernement que «si réellement les curés avaient recours à des procédés d intimidation, il est à craindre que des bagarres pénibles n aient lieu devant les églises» 16. Le 1 er 12 Un rapport de 1909 donne ainsi «des indications curieuses sur le nombre de circulaires ministérielles que le préfet reçoit et sur celui des statistiques qu il doit faire établir. En vingt-et-un mois, chaque préfet en moyenne a reçu 514 circulaires : soit 2923 pages, il a dû dresser 90 statistiques, soit plus de pages», Henri CHARDON, Le pouvoir administratif, Paris, Librairie Académique Perrin et Cie, 1911, p. 265 (cité par Gildas TANGUY, art. cit.). 13 Circulaire du Ministère de l Intérieur aux Préfets de France, 5 mars 1906, n L article 4 de l instruction du 24 juin 1903 et la circulaire du 15 janvier Nonobstant la disposition de ladite circulaire incitant les préfets à une première «intervention officieuse» avant le recours à la force. 16 Rapport daté du 20 janvier 1906 (AN, 50AP13). 5

6 février 1906, quelques heures avant les incidents à Sainte-Clotilde, un certain "Lazare" note dans son rapport : «On croît au Gaulois, où de nombreux curés sont venus de cinq heures à deux heures du soir hier, que la journée d aujourd hui sera chaude à Sainte-Clotilde» 17. Face aux risques d affrontements, certains préfets déplorent le choix retenu par le Ministère de l Intérieur d employer la force. C est le cas de Louis Lépine à Paris : «En toutes choses, il y a la manière [ ]. Hélas, c est la tentation des gouvernements débiles d abuser de la force». Aux conseils de «courtoisie et [de] prudence» de Lépine, le gouvernement oppose donc son intransigeance : «"on ne négocie pas avec les rebelles quand on a la loi pour soi. On l exécute sur l heure" Voilà ce qui me fut répondu» 18. Un informateur rapporte ainsi que le 2 février, lors des affrontements à l Eglise Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, «pompiers, agents et gardes municipaux sont allés franchement à la besogne et ont cogné dur sur les personnes renfermées dans l Eglise, sans s occuper du service, ni de l âge, ni de la qualité des manifestants. La bagarre a été très vive» 19. Avant que ne se déclenche en province le vaste mouvement de résistance que l on sait, les indicateurs infiltrés dans les milieux catholiques félicitent cette action répressive du gouvernement et en soulignent les bénéfices : «L on était hier encore convaincu que le Gouvernement n oserait jamais employer la manière forte et qu il reculerait toujours devant la nécessité d enlever d assaut les églises avec l appui de la police. [ ] On est complètement démonté en face d une décision que l on escomptait si peu et l on commence à se demander si on n est pas allé un peu loin. [ ] Je crois que les incidents de Sainte-Clotilde et l attitude du Gouvernement - attitude aussi énergique qu imprévue - vont tuer dans l œuf la rébellion que les prêtres fomentaient dans l ombre» 20. Pourtant, contrairement à ce que laisse entendre ce document, les choix et les instructions du gouvernement ne sont pas aussi tranchés. Dès le 31 janvier, une circulaire du Ministère de l Intérieur modère la fermeté des premiers jours et enjoint aux préfets d agir avec prudence, de se montrer rusés : «Je vous recommande, chaque fois que vous aurez lieu de craindre des résistances, de faire procéder aux inventaires le même jour et à la même heure dans les différentes églises soit dans la même localité soit dans plusieurs communes limitrophes, afin de fractionner les manifestants et de réduire par-là les incidents au minimum.» Le 3 février, une note confidentielle souligne, pour le cas parisien, qu il «y aurait avantage, chaque fois que l on a lieu de redouter des résistances, à procéder aux opérations d Inventaires dès les premières heures de la journée» voire de «les remettre à plus tard pour les reprendre au 17 Rapport daté du 1 er février 1906 (AN, 50AP13). 18 Louis LÉPINE, Mes Souvenirs, Paris, Payot, 1929, p , cité par Vida AZIMI, «Le préfet Louis Lépine et l application de la loi de 1905», art. cit., p Rapport daté du 2 février (AN, F ). 20 Autre rapport daté du 2 février (AN, 50AP 13). 6

7 moment qui paraîtra le plus favorable [au préfet de police] et présenter le minimum de risques» 21. Les préfets appliquent aussitôt cette nouvelle politique de temporisation qui étonne et inquiète les informateurs : «Le bruit a circulé hier, dans tout le milieu conservateur, que le Gouvernement n oserait pas donner l assaut aux grandes églises du centre et que c est pour cette raison que les opérations d Inventaire n ont pas eu lieu samedi à la Madeleine. Il ne faudrait point perdre les bénéfices immenses de la première leçon qui avait jeté un grand trouble dans tout le monde clérical. Et toute reculade à l heure actuelle, qu elle qu en soit le prétexte, sera regardée par les adversaires comme une faiblesse dont ils se hâteront de profiter» 22. Après les événements parisiens du 1 er et du 2 février, le gouvernement ne suit donc plus les conseils de ses informateurs. Il leur préfère désormais ceux de l administration préfectorale sur laquelle le cabinet Rouvier se repose un peu plus chaque jour. Car à partir de la mi-février, un nombre croissant de dépêches télégraphiques et de télégrammes chiffrés arrivent sur les bureaux de la Sûreté générale et sur celui du chef de cabinet du Ministre de l Intérieur. Une circulaire a en effet invité les préfets à adresser à leur hiérarchie les jeudi matin et dimanche matin de chaque semaine des statistiques détaillées sur les opérations d Inventaires réalisées, celles en cours et celles à venir dans leur département 23. Sur le long terme, cette nouvelle exigence s inscrit dans le processus de collecte de l information statistique à l œuvre depuis le milieu des années 1880 dans des domaines aussi divers que la surveillance des ouvriers lors de mouvements de grèves 24 ou la prévision des crues des fleuves 25. En situation d urgence, le gouvernement tient à appuyer son action sur des données fraîches et de qualité afin d avoir une meilleure prise sur les événements. A court terme, la circulaire du 14 février 1906 traduit une inflexion de la politique gouvernementale : il convient désormais d agir rapidement et les hautes autorités pensent que la rationalisation des informations venues des préfets peut aider à aller plus vite. S ouvre alors jusqu à la chute du cabinet Rouvier, une période empreinte d affolement et d ambiguïtés. Par une dépêche du 16 février, le Ministère de l'intérieur demande pour la première fois aux préfets de hâter les opérations pour qu'elles soient terminées avant le 15 mars : «vous devez procéder avec célérité» 26. La précipitation du gouvernement se justifie aisément : il espère clore ce chapitre mouvementé de l application de la loi de Séparation avant la tenue des élections prévues en mai Depuis le mois de janvier, les préfets, dont la charge est d organiser ces élections, l ont déjà plusieurs fois porté à l attention de leur ministère de tutelle (le préfet d Arras, 21 du Ministère de l Intérieur aux Finances 3 février Rapport daté du 5 février (AN, 50AP 13). 23 Circulaire de Paris, n , Ministère de l Intérieur aux Préfets de France (14 février 1906). 24 Cf. Gildas TANGUY, art. cit. 25 Jean-Noël RETIÈRE, «L'ingénieur et le préfet. Prévoir la crue de Loire ( )», in Olivier IHL, Martine KALUSZYNSKI et Gilles POLLET, Les sciences de gouvernement, Paris, Economica, coll. "Etudes politiques", «Ministère Instruction Publique à Préfet», Dépêche du 16 février 1906 (AN, 50AP 13). 7

8 le 5 janvier 27, celui de Quimper, le 14 janvier 28 ). Pourtant aucune instruction gouvernementale ne leur a fournit depuis des directives claires et précises pour y parvenir. Certes la note du 17 février 29 et la circulaire du 25 février 1906 invitent de nouveau les préfets à poursuivre les opérations d Inventaire «avec une activité exceptionnelle à partir de cette semaine» et à «prendre des dispositions en conséquence» 30. Cette seconde circulaire, comme pour faciliter la tâche des préfets, se charge même d apporter des précisions sur l emploi d ouvriers serruriers ou sur le recours à des juges de paix lors des opérations 31. Mais le ton des instructions reste général, voire équivoque : Dans le cas où la résistance serait générale dans votre département et où vous vous trouverez dans la nécessité de recourir pour chaque opération au concours de la force publique, je vous recommande de réquisitionner autant de corps de troupes qu il sera nécessaire [ ] Vous devrez, autant que possible, éviter d avoir à défoncer des portes [ ] Il me paraît superflu d ajouter qu autant je vous recommande d agir avec célérité, autant je vous recommande d agir avec prudence. Le Gouvernement veut que la loi soit intégralement appliquée dans les délais prévus, mais il tient aussi à ce que son application ne donne lieu à aucun conflit sanglant et vous savez que la meilleure manière d éviter des conflits de ce genre est encore de faire appel à des forces nombreuses et importantes 32. Le préfet qui cherche à appliquer cette circulaire du 25 février ne peut manquer de se trouver dans une situation bloquée en cas de résistances à l Inventaire dans son département : d une part, on le somme d être prudent et d éviter l affrontement en limitant le nombre de portes d églises forcées ; d autre part, on lui demande d achever les opérations au plus vite et on lui conseille, pour ce faire, d arriver en force devant les églises pour intimider les manifestants présents. Mais comment procéder en cas d oppositions sérieuses ; faut-il faire charger la troupe? Or l Intérieur insiste pour qu il n y ait aucun «conflit sanglant». Faut-il alors reculer et renoncer à l Inventaire? Ce serait provoquer un précédent qui ne manquerait pas de faire "tâche d huile" comme le remarque le préfet de Haute-Loire et qui menacerait la conduite de l ensemble des opérations d Inventaire sur le territoire. Impossible de trouver une réponse claire à ces interrogations du côté du gouvernement qui, dans une note de service relative à la mise en demeure des représentants cléricaux, précisait justement quelques jours plus tôt s en remettre entièrement à l action des préfets. 27 «Tous représentants républicains sont d accord avec moi pour désirer que inventaires soient terminés au mois de février en raison conséquence que ces opérations pourraient avoir sur élections prochaines si elles devaient se poursuivre au-delà» (Télégramme au ministère de l Intérieur ; AN, 50AP 13). 28 «J apprend que inventaire des biens des établissement ecclésiastiques doivent être reportés après discussion de l interpellation y relative devant la Chambre des députés. Je vous serais reconnaissant de faire le nécessaire pour que les délais soient abrégés dans la plus grande mesure possible. Un intérêt considérable s attache à ce que ces opérations soient closes le plus longtemps qu il se pourra avant la période électorale». (Télégramme au ministère de l Intérieur ; AN, 50AP 13). 29 «J attache le plus grand intérêt à ce que les opérations aient pris fin avant l ouverture de la période électorale. Je vous prie en conséquence de prendre les mesures nécessaires pour qu elles soient terminées pour le 15 mars prochain dernier délai» (Note de la Sûreté générale, AN, 50AP 13). 30 Circulaire de Paris, n 17680, Ministère de l Intérieur aux Préfets de France. 31 Nous reviendrons plus loin sur ces deux aspects ainsi que sur l origine de la circulaire du 25 février

9 «Le préfet peut lui-même donner ses ordres sous la forme qui lui convient, soit par écrit, soit verbalement. De même les mesures à prendre sont laissées à son appréciation. Une circulaire du Ministre des Cultes du 30 décembre 1905 s est bornée à des recommandations à cet égard [ ] Il est à remarquer, en outre, que le Gouvernement a toujours le droit de modifier, quand il le juge utile, par des instructions particulières les recommandations qu il a formulées dans des instructions générales. Une circulaire ne saurait lier le ou les ministres de qui elle émane 33. Ce n est pas un texte légalement obligatoire comme un règlement d administration publique. Par conséquent, chaque fois que cela a paru nécessaire, le Préfet a pu être régulièrement dispensé de toute mise en demeure aux représentants légaux des établissements ecclésiastiques» 34. Officiellement le Ministre de l Intérieur soutient ses préfets. Sur le terrain, ils sont en réalité livrés à eux-mêmes au risque de prendre des initiatives malheureuses, comme on le verra plus loin. Au lendemain de l incident de Boeschepe, le gouvernement modifie une nouvelle fois ses instructions. Un peu tardivement, il décide de simplifier les opérations en ordonnant aux préfets de se limiter, partout où il avait été fait des Inventaires amiables 35, à dresser un procès verbal de constat, en y annexant une copie de l Inventaire amiable, dans le cas où des conflits sanglants seraient à redouter 36. Mais peu de localité rentre dans ce schéma "d Inventaire amiable". Un document daté du 7 mars 1906 n en mentionne que 734 dont 546 en Ariège, 80 dans le Calvados, 45 en Corse, 30 dans le Morbihan, 18 en Ille-et-Vilaine, 9 en Ardèche, 5 dans les Deux-Sèvres et un seul en Loire Inférieure 37. Les services du Ministère de l Intérieur concluent vite à l impossibilité de généraliser la mesure. On demande alors progressivement aux préfets de surseoir aux opérations en cas d affrontement. A son grand soulagement, le préfet de Haute-Loire reçoit ainsi le 4 mars le télégramme suivant : «Vous laisse en outre le soin d apprécier chaque fois que vous redoutez de trop gros risques, s il n est pas préférable surseoir opérations». Des missives similaires partent le 6 mars pour les préfectures de Besançon, Ajaccio, Nantes, Saint-Lô, Niort, Foix, Privas, Mande, Vannes, La Roche-sur-Yon, Caen, Rennes, Angers et Lille. Le 8 mars, les opérations d Inventaires sont suspendues : le gouvernement vient de tomber. Le 7 mars 1906, lors des débats à la Chambre des députés, Aristide Briand, futur ministre des Cultes dans le nouveau ministère, souligna «le manque de prévoyance du gouvernement» 38 comme pour mieux l opposer à la majorité politique qui avait voté la loi de Séparation dans un esprit libéral 39. De fait, le cabinet Rouvier s était montré incapable de trancher entre une position 32 C est moi qui souligne. 33 C est moi qui souligne. 34 Note de service datée du 12 février 1906 (AN, 50AP 13). 35 Inventaires prévus par les circulaires du 22 décembre 1882 et du 17 avril «Quand vous heurterez à résistance susceptible d entraîner des conflits trop graves» précise cette circulaire n 3273, Ministère de l Intérieur à Préfets, 7 mars Note de la Direction de la Sûreté générale, 4 e bureau, 7 mars 1906 (AN, 50AP 13). 38 Annales de la Chambre des députés, 7 mars Cf. Rosemonde SANSON, L Alliance républicaine démocratique : une formation de centre ( ), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, pp

10 de fermeté et la préservation de la paix publique. En opposition à son prédécesseur, Sarrien opta dès son accession à la Présidence du Conseil pour une attitude résolument plus claire en annonçant une application plus libérale de l article 3 de la loi de Le 18 mars 1906, Clemenceau succédant à Fernand Dubief à la tête du Ministère de l Intérieur, devait adresser en ce sens une circulaire confidentielle aux préfets : «Vous devez donc poursuivre sans hésitations les opérations commencées dans votre département [ ] Mais je désire avant tout qu elles n entraînent aucun acte de violence, encore moins un conflit sanglant. [ ] A la première manifestation de résistance, les agents chargés des inventaires se retireront sans recourir à la force. Ils reviendront ultérieurement pour accomplir à l improviste les opérations ajournées lorsqu il apparaîtra que la résistance ayant cessé ou s étant relâchée, l inventaire pourra s accomplir sans conflit. [ ] Je n admettrai aucun manquement à ces instructions.» 41 Le préfet face aux résistances locales : un acteur dans la production des décisions Avant d en venir à une conclusion, l étude des instructions gouvernementales appelle celle des réactions individuelles des préfets. Le gouvernement, on vient de le voir, a donc choisi de s en remettre à eux pour la mise en œuvre des Inventaires et la gestion des difficultés afférentes. Afin de mieux évaluer la part des préfets dans l élaboration des directives gouvernementales et d appréhender leur rôle et leurs différentes fonctions au moment de la crise des Inventaires, il peut être utile de dresser ici une typologie des problèmes quotidiens auxquels ils se confrontent entre janvier et mars Résistances La résistance verbale et physique, parfois violente, des opposants à la loi de 1905 s impose assurément comme la principale difficulté à surmonter, du moins dans les départements touchés par la contestation 42. Certes l agent de l enregistrement est toujours la première cible des manifestants puisque qu il est le premier représentant du gouvernement à vouloir pénétrer dans les églises. Mais, dans les échauffourées et les luttes parfois armées qui s engagent à l arrivée des forces de l ordre mobilisées par le préfet, c est sur ce dernier, quand il est présent sur les lieux, que se reporte souvent la colère de la foule. Plusieurs télégrammes font état de ce genre de situation. Ainsi en Seine-et-Oise, où le 8 février 1906 le préfet Henri Poirson est «blessé à la tête par une chaise lancée par cinq individus apostés dans une tribune» 43 de l Eglise Saint- Symphorien. A Paris, le préfet Louis Lépine entrant dans l église de Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, 40 Cf. Louise-Violette MEJAN, La Séparation des Eglises et de l Etat : l œuvre de Louis Méjan, Paris, PUF, 1959, p Ibid., p Et le 20 mars, au Sénat, Clemenceau prononçait son mot fameux : «Nous trouvons que la question de savoir si l on comptera ou si l on ne comptera pas les chandeliers d une église ne vaut pas une vie humaine.» 42 Cf. Jean-Marie MAYEUR, «Géographie», art. cit. ; Jean-Michel DUHART, La France dans la tourmente des Inventaires : la séparation des Eglises et de l Etat, Joué-lès-Tours, Alan Sutton,

11 le 2 février 1906, doit faire face à «un candidat au martyre [qui] avait probablement calculé que je passerais en tête, et s était flatté de me casser la figure» 44. Dans la plupart des cas, c est moins la personne du préfet que le symbole de l autorité du département qu on attaque. Preuve en est que les manifestants peuvent aussi bien s en prendre à la préfecture elle-même : le 6 février 1906, le Procureur général de Montpellier relate ainsi l attaque par un groupe d individus des bâtiments de la préfecture «dont on a brisé des carreaux et tenté de forcer les portes» 45. Tout aussi problématiques pour les préfets, les défections survenant dans le rang même des représentants de l autorité (agent de l enregistrement, officiers de troupes, maires 46 ) tendent à limiter l action préfectorale à la seule réprimande. Les exemples semblent se multiplier à l orée du mois de mars 1906 : entre le 3 et le 7 mars, les préfets de la Manche, du Puy-de-Dôme, du Morbihan et de Vendée télégraphient par exemple au Ministère des Finances 47 pour lui demander successivement la révocation d agents des Domaines ayant refusé de procéder à l Inventaire. Un Livre d or de la persécution de 1906, édité dans l Almanach 1907 du Pèlerin devait relever au total 295 arrestations de fonctionnaires de l Enregistrement, 29 personnes renvoyées ou "démissionnées" entre janvier et mars 1906, 26 officiers de l armée et de la marine suspendus auxquels s ajoutent 208 élus locaux 48. Répression? Les violences exercées sur les agents de l autorité, les arrestations qui s ensuivent, enfin les demandes de révocation, autant d éléments qui confinent les préfets dans leur fonction répressive de maintien de l ordre et de mobilisation de l armée. On aurait tort pourtant de limiter leur action à ce seul rôle répressif tout comme d envisager l application de l article 3 de la loi de 1905 par les préfets sous l angle unique de la répression. Car la lecture des archives offre à l historien une réalité beaucoup plus nuancée : non seulement les préfets craignent bien souvent les conséquences d un recours à la force - c est le cas notamment du préfet de Haute-Loire avouant à son ministère de tutelle redouter «tous les jours de nouveaux malheurs» 49 - mais ils cherchent même à éviter les affrontements, s employant parfois à négocier avec les acteurs du mécontentement ou à expliquer la loi à l opinion publique. Le Lettre du Procureur de Versailles au Garde des Sceaux, Versailles, 8 février 1906 (AN, 50AP 13). 44 Louis LÉPINE, Mes Souvenirs, Paris, Payot, 1929, p Cité par Vida AZIMI, «Le préfet Louis Lépine et l application de la loi de 1905», art. cit. 45 Télégramme du Procureur Général au Garde des sceaux (n 22871), 6 février 1906 (AN, 50AP 13). 46 Ainsi le maire de Bastia, aux premiers rangs des manifestants le 26 février 1906 (cf. Jean-Michel DUHART, op. cit., p. 66). 47 Saint-Lô et Clermont (3 mars 1906), Vannes (6 mars 1906), La Roche-sur-Yon (7 mars1906) (AN, 50AP 13). 48 Jean-Michel DUHART, op. cit., p Télégramme du 3 mars 1906 (AN, 50AP 14). 11

12 février 1906, le préfet de Loire-Inférieure, Edmond Roger 50, cherche ainsi à apaiser les tensions dans son département en soulignant le caractère conservatoire, et non vexatoire, de l article 3 de la loi de Séparation : «[Les inventaires] ont été prescrits par la loi dans l intérêt des croyants pour permettre le transfert régulier des biens des fabriques aux associations cultuelles qui leur succèdent. C est une vérité indéniable. La dévolution est, au surplus, la conséquence naturelle de l inventaire, et tant qu il n y aura pas d inventaire, il ne sera pas possible d opérer la dévolution. [ ] Si par leurs résistances à l inventaire et leur opposition à la création des associations cultuelles, les catholiques rendaient inutiles les dispositions relatives à l organisation nouvelle du culte, c est aux établissements de bienfaisance que ces biens seraient dévolus après le 13 décembre En poursuivant l inventaire, contre le gré de certains catholiques, nous sauvegardons en réalité les intérêts pécuniaires des fidèles. Comment donc expliquer l opposition qui est faite à la formalité des inventaires?» 51 L application de la loi par le préfet n est donc pas incompatible avec un discours d apaisement. A l image du préfet de Haute-Loire, comme de Louis Lépine à Paris - on se souvient de ses conseils de «courtoisie et de prudence» au gouvernement 52 - beaucoup de préfets cherchent ainsi à éviter les débordements de violence 53. Depuis le milieu des années 1880, les préfets sont d ailleurs de plus en plus invités par les différents ministères à procéder en ce sens, notamment lors des grèves ouvrières 54. L étude de la crise des Inventaires contribue ainsi à nous défaire d une représentation courante et négative du monde préfectoral : celle du préfet seulement mû par une logique de répression, voire de corruption à l égard des adversaires politiques du gouvernement. Cette image rappelle les préfets du Lucien Leuwen de Stendhal (1837) 55 ; elle correspond davantage aux réalités de la Seconde République et du Second Empire qu à celles de la Troisième République. Il reste à souligner que ce rôle d apaisement s avère difficile à saisir dans sa totalité à partir d archives administratives rétives à livrer des informations sur les pratiques préfectorales au niveau local : dans leurs rapports, et plus encore dans leurs télégrammes, les préfets se mettent peu - voire pas - en avant et «rien n est plus difficile que de décrire l action des préfets» Préfet de Haute-Loire du 5 septembre 1904 au 31 mai 1906 (Cf. René BARGENTON, Dictionnaire biographique des Préfets ( ), Paris, Archives nationales, 1994). 51 La Dépêche, 26 février Cf. supra. 53 En 1946, le président de l Association de l Administration préfectorale se souvient : «Qu ils se rappellent surtout le rôle qu en certaines circonstances a rempli le corps préfectoral, depuis le début de ce siècle, par exemple, durant la période des inventaires d églises [ ]. La tâche de l Administration fut non pas de simple parade ni de figuration spectaculaire, mais de vigilance attentive et d efforts préservant d arbitrage, d apaisement et de conciliation» cité par Vida AZIMI, «Louis Lépine», art. cit., p Cf. Gildas TANGUY, op. cit. 55 Cf. Xavier BOURDENET, «Représentation du politique, politique de la représentation : les préfets de Lucien Leuwen», Romantisme, n 110, 2000, p Guy THUILLIER, Pour une histoire de la bureaucratie en France. Comité pour l histoire économique et financière de la France, Paris, Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie, 1999, p

13 Intendance : l exemple des ouvriers serruriers Outre la violence des manifestants et la défection de certains agents de l autorité, les préfets sont aussi amenés à gérer et à résoudre des problèmes d intendance : manque de moyens financiers, pénurie de véhicules pour se rendre dans les églises, insuffisance de troupes Un exemple, parmi d autres, des difficultés auxquelles doivent faire face les préfets : le recours aux ouvriers serruriers, aussi surnommés «crocheteurs» 57, pour ouvrir des portes d églises afin d éviter à ces dernières d être défoncées. Dès le début du mois de février, les préfets des départements touchés par la contestation signalent au Ministère de l Intérieur le manque d ouvriers serruriers dont ils disposent dans leur département. Certains imaginent déjà des solutions alternatives : ainsi le préfet de Caen qui demande l autorisation de laisser les portes des églises ouvertes et gardées par deux agents pour éviter que les fonctionnaires de l Enregistrement ne trouvent portes closes à leur arrivée le lendemain 58. Mais le préfet n obtient de l Intérieur qu une réponse vague à ce propos : «En principe je ne m oppose pas à l emploi du moyen que vous indiquez ; mais à distance, il ne m est pas possible de vous donner des instructions fermes» 59 Au cœur de la tourmente, cette question des ouvriers serruriers prend de plus en plus de place dans les correspondances administratives. A Lille, c est un préfet du Nord désemparé qui en appelle au Ministère de l Intérieur pour lui signaler ce problème : «A Lille [ ] nous n avons trouvé, après maintes démarches, qu un patron serrurier connu par ses opinions républicaines, qui ait consenti à mettre 3 à 4 ouvriers à la disposition du Commissaire central. Dès qu il a été connu, les lettres anonymes d injures et de menace ont afflué à son adresse, les journaux cléricaux l ont dénoncé à la vindicte publique, il est menacé de perdre, désormais, la meilleure partie de sa clientèle ; quelques-uns de ses ouvriers ont été dissuadés de rester à son service, si bien qu hier, lorsque nous lui avons demandé son concours pour les opérations d inventaire des églises de communes qui avaient lieu aujourd hui, il a déclaré ne vouloir plus, à aucun prix, consentir à nous le prêter [ ] Un commissaire spécial de police qui s était discrètement adressé à un rédacteur du journal socialiste Le Réveil du Nord pour lui demander s il ne pensait pas que les syndicats professionnels ouvriers pussent fournir les ouvriers nécessaires, a été dissuadé, par lui, de tenter cette démarche, parce qu un journal réactionnaire avait fait un rapprochement entre les serruriers et la police et que les adhérents des syndicats collectivistes ne tiendraient pas à être l objet d une pareille assimilation. De toutes parts, je suis prévenu que je ne trouverais, nulle part, de serruriers, ni sur place, ni ailleurs» 60 Pour le Préfet la situation est claire : par manque de temps et d hommes les opérations ne peuvent être terminées le 15 mars comme le Ministère le recommande à partir du 16 février Jean-Marie MAYEUR, «Les Inventaires ou les églises barricadées», art. cit., p Télégramme du 4 février 1906 (AN, 50AP 13). 59 Télégramme du Ministère de l Intérieur, 5 février 1906 (AN, 50AP 13). 60 Télégramme du Préfet du Nord au Ministère de l Intérieur, 20 février 1906 (AN, 50AP 13). 61 Cf. supra, p

14 Cette situation critique encourage enfin le gouvernement à se saisir sérieusement du problème. Mais si la question fait le tour des ministères, aucune solution n est trouvée. Le 23 février, l Intérieur propose bien au Ministère de la Guerre d utiliser, dans les corps de troupes et dans les spécialités militaires, «des hommes exerçant ou ayant exercé la profession de serruriers ou une profession se rapprochant». Un accord paraît même se construire sur ce point puisque, dans l importante circulaire du 25 février 1906, l Intérieur signale à ses préfets : «Vous devrez, autant que possible, éviter d avoir à défoncer des portes et le Ministre de la Guerre a incité, dans ce but, les commandants d armes à introduire dans les troupes appelées à intervenir pour l inventaire le plus grand nombre possible d ouvriers serruriers ou d hommes de professions analogues». Pourtant début mars, le Ministère de la Guerre rectifie ces informations : «Je viens vous rappeler la demande que je vous ai faite de faire procéder autant que possible par des ouvriers civils à l ouverture des portes des Eglises. Il est à craindre que l intervention, chaque jour plus considérable de nos ouvriers d artillerie, ne provoque des défaillances, ce qui aurait, au point de vue militaire, les conséquences les plus graves» 62. Des préfets pensent alors à faire venir dans les départements où l on en a besoin des ouvriers serruriers de Paris. Le 5 mars, la Guerre, qui ne souhaite visiblement pas l envoi de techniciens militaires, reprend cette proposition à son compte dans un échange avec le Ministère des Finances ; mais ce dernier décline la solution le lendemain arguant que «cette manière de procéder augmenterait exagérément frais déjà considérables» 63 (déplacements automobiles, avances des commissaires et inspecteurs de police, salaire des ouvriers civils ). Et les Finances de préconiser l embauche d ouvriers des villes voisines de celles où se déroulent les Inventaires, suggestion pour le moins étonnante puisque justement présentée comme impraticable par les préfets dès le début du mois de février. Bref, il semble bien qu on tourne en rond et pendant que les instances gouvernementales cherchent à se débarrasser du problème en le faisant circuler d un ministère à l autre, les préfets manquent toujours plus de moyens sur place. Dans l affolement et la précipitation dans lesquels s inscrit la circulaire du 25 février en rappelant la date limite à laquelle les Inventaires doivent être achevés, certains agents de l administration préfectorale dérapent et prennent des initiatives malheureuses. Le 1 er mars 1906, le député de Haute-Loire, Adrien Michel, rapporte ainsi au Ministère de l Intérieur : «Refus unanime d ouvriers requis pour fracturer portes églises. Sous-préfet d Yssingeaux a fait sortir de prison pour opérer effraction le nommé Randaime qui purgeait condamnation 6 mois pour vol. Populations indignées tels procédés. Incidents sanglants très à craindre dans communes non inventoriées» Télégramme du Ministère de la Guerre, 4 mars 1906 (AN, 50AP 13). 63 Télégramme du Ministère de la Guerre au Ministère de l Intérieur, 7 mars Télégraphe du 1 er mars 1906 (AN, 50AP 13). 14

15 Le Préfet du Nord, qui s empresse de transmettre à son sous-préfet le «vif mécontentement» du Ministère de l Intérieur et le sien, n en défend pas moins son administration en soulignant les difficultés dans lesquelles s exerce l action préfectorale dans son département. Le télégramme qu il envoie à Paris en forme d appel de détresse - «je redoute tous les jours de nouveaux malheurs» 65 - apparaît aujourd hui prophétique : trois jours plus tard un homme trouve la mort lors des affrontements de Boeschepe, près de la frontière belge. Loin d être une question d ordre strictement technique, la réquisition de serruriers met à l épreuve leur fidélité républicaine. Une fois encore, le gouvernement n y voit qu une simple difficulté d intendance et ne s alarme pas outre mesure - à moins qu il ne soit dépassé - d un problème qui touche pourtant au cœur de la citoyenneté républicaine. D autres exemples pris parmi les officiers ou les juges de paix pourraient être ici convoqués 66 qui soulignent, eux aussi, l incertitude et l improvisation dans lesquels s effectue l action préfectorale. Dans la mise en œuvre des Inventaires, l épisode des ouvriers serruriers permet ainsi de réévaluer la place prise par les préfets dans le circuit de la décision : les instructions générales du gouvernement, dont nous avons étudié les grands traits, sont suivies par les demandes et les interrogations précises des préfets ; de nouvelles instructions ministérielles - à l exemple de la circulaire du 25 février - tentent alors de leur répondre mais d une manière souvent si floue et ambiguë que les préfets sont contraints de prendre seuls et sans grand recours les décisions qui s imposent sur le terrain. On est loin d une logique pyramidale allant du haut vers le bas, de l image d Epinal représentant le préfet en simple missi dominici du gouvernement. Au tournant du XX e siècle, les gouvernements de la Troisième République prennent en effet de plus en plus appui sur l échelon préfectoral dans l application des politiques publiques 67. Plus qu un simple échelon chargé d exécuter les instructions venues des ministères, l administration préfectorale occupe progressivement une place centrale dans le processus d élaboration des décisions : «le modèle napoléonien d un corps discipliné, hiérarchisé et puissant est remplacé par des préfets prudents, flexibles, conservateurs dont l influence reposait sur l observation des contraintes 65 Télégramme au Ministère de l Intérieur, 3 mars 1906 (AN, 50AP 13). 66 Vers le 20 février, les préfets demandent au gouvernement l autorisation d avoir recours aux juges de paix, pour suppléer au nombre limité d officiers de police judiciaire présents dans le département. Après s être entendu avec le Garde des Sceaux, le Ministre de l Intérieur étend la mesure à tout le territoire français par la circulaire du 25 février ; le Ministère de la Justice en informe ses agents par les instructions télégraphiques du 29 février. Pourtant, dès le début du mois de mars, les préfets font état de nombreuses réticences. Le 3 mars 1906, le procureur général de Nancy télégraphie ainsi à la Direction criminelle du Ministère de la Justice : «Préfet de Meurthe-et-Moselle me fait connaître que certains juges de paix de son département se croient pas tenus de prêter leur assistance aux agents du fisc pendant opérations des inventaires quoique requis, déclarant que leur rôle doit se borner attendre que délinquant leur soient amenés.» (AN, 50AP 13). 67 Cf. Gildas TANGUY, art. cit. 15

16 administratives et politiques plus que sur les textes officiels» 68. En se replaçant dans cette histoire longue des relations entre le gouvernement et les préfets, on pourrait ainsi émettre l hypothèse que la chute du cabinet Rouvier tint moins à l incident de Boeschepe, qui n en resta alors pas moins la cause occasionnelle 69, qu aux difficultés d adaptation des cabinets ministériels à la transition administrative en cours. La méthode plus claire mise à l œuvre sous l impulsion d Aristide Briand 70 et de Georges Clemenceau participerait également de ce processus dont l épisode des Inventaires pourrait finalement n être qu une phase ou qu un révélateur. Une transition administrative également perceptible au niveau préfectoral. Car de leur côté, les préfets organisent des structures d intérêts communs. Nous sommes dans un «contexte de l explosion du droit administratif, de la profusion législative et de l affirmation de la théorie de l Etat de droit» que Gildas Tanguy identifie comme les débuts d une période d institutionnalisation du corps préfectoral 71 : la création de l Association de l Administration préfectorale (1907) répond sans nul doute à cette préoccupation en partie issue de la crise des Inventaires. 68 Philippe DARRIULAT (Revue d'histoire du XIXe siècle, "Varia", 2003) d après Jean-Pierre MACHELON, «The prefect, political functionnary of the jacobin state : permanences and continuities ( ), in Sudhir HAZAREESINGH (dir.), The Jacobin Legacy in Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2001, pp De même que le renversement de majorité au sein du Parlement : «les porte-parole de l Alliance [républicaine démocratique dont fait partie Maurice Rouvier] condamnent la politique du pire dont Rouvier a été victime. L explication consiste à démontrer que l extrême gauche radicale-socialiste ne pouvait pardonner à Rouvier d'être soutenu par des hommes de droite et que les socialistes [ ] ont uni leurs voix à la réaction», Rosemonde SANSON, op. cit., p Qui devait conserver le portefeuille des Cultes jusqu en «Au sens où l entendent Pierre Bourdieu et Marie-Christine Kessler, c est-à-dire un groupe d individus partageant "une communauté de schèmes et de perception, d appréciation, de pensée et d action", partageant un même esprit, "un fort sentiment d unité et de solidarité liant les membres" de ce groupe, un "attachement sentimental à une communauté vivante et à ses valeurs"», Gildas TANGUY, art. cit., p

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Elle a pris connaissance de la procédure judiciaire. Elle a entendu M. D.M., ainsi que M. E.P., officier de police judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Elle a pris connaissance de la procédure judiciaire. Elle a entendu M. D.M., ainsi que M. E.P., officier de police judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-108 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Arrondissement judiciaire de LIEGE VADE-MECUM DE L EXPERTISE JUDICIAIRE. Préambule : portée du vade-mecum

Arrondissement judiciaire de LIEGE VADE-MECUM DE L EXPERTISE JUDICIAIRE. Préambule : portée du vade-mecum VADE-MECUM DE L EXPERTISE JUDICIAIRE (Document réalisé par une commission composée de magistrats, d avocats et d experts spécialisés en matière de construction). Préambule : portée du vade-mecum Le but

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire?

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? A L USAGE DES BENEVOLES OU SALARIES D ASSOCIATION introduction 3 Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d accueil de

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme

RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE CERTIFICAT D APPROBATION ET/OU PROCESSUS D ADOPTION RÈGLEMENT

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 Guide juridique et pratique pour les interventions publiques sur terrains privés Généralités La loi du 29 décembre 1892

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC Convention d exploitation d une fourrière de véhicules à moteur pour la commune de Baziège LES INTERVENANTS Convention conclue entre les soussignés: D une part, la commune

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

il n y a pas d avertisseur de fumée sans feu Les avertisseurs de fumée sont-ils vraiment efficaces? «Oui : ils diminuent

il n y a pas d avertisseur de fumée sans feu Les avertisseurs de fumée sont-ils vraiment efficaces? «Oui : ils diminuent PIERRE RACINE À qui revient la responsabilité de rendre obligatoires les avertisseurs de fumée? Le débat est ouvert PHOTOS : ELENKA ALEXANDROV TODOROV il n y a pas d avertisseur de fumée sans feu Les avertisseurs

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DANS LES COMMERCES DE MENDE

DOSSIER DE PRESSE DANS LES COMMERCES DE MENDE COMMUNICATION DOSSIER DE PRESSE LA PREVENTION DES CAMBRIOLAGES DANS LES COMMERCES DE MENDE LUNDI 14 AVRIL 2014 A 15 H 30 En présence de : Guillaume LAMBERT, préfet de la Lozère, Commissaire Christophe

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC

POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC Comme nous allons le voir, l une des dispositions-phare de la loi ALUR en faveur des usagers

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Examen de la proposition de résolution sur le renforcement de la régulation financière (n 1512)...2 Information relative à la Commission...7

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

COUDEKERQUE-BRANCHE STATUTS

COUDEKERQUE-BRANCHE STATUTS COUDEKERQUE-BRANCHE Siége administratif : 33 rue Arago, 59210 Coudekerque branche Association loi 1901 n 6356 Affiliation Fédération Française de Triathlon n 02021 Agrée Jeunesse et Sports n 59S1875 N

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G.

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. INTRODUCTION 1. Les assureurs de protection juridique, affiliés à Assuralia, cherchent, en tenant

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil d administration

Règlement intérieur du Conseil d administration Règlement intérieur du Conseil d administration Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d administration à sa première session, le 14 décembre 1977. À sa cinquante-quatrième session,

Plus en détail

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMÉDITERRANÉENS Marseille 12-13 octobre 2006 Table ronde nº 1: le statut du notaire Rapporteur Général :Maître Manuel GARCIA COLLIANTES Rapporteur national : Maître Mariagrazia

Plus en détail